Navigation – Plan du site
2011

Masboungi A. (dir.), 2010, Bien habiter la ville, Editions du Moniteur, Coll. Projet urbain, 175 p.

Eric Boutouyrie

Texte intégral

  • 1 Sur cette question, voir l’ouvrage de BENDIMERAD S. (dir.), 2010, Habitat pluriel. Densité, urbanit (...)

1Nouvel opus dans la collection “Projet urbain” dirigée par Ariella Masboungi, cet ouvrage collectif reprend les différentes communications de l’atelier Bien Habiter la Ville du 16 mai 2008 à Paris. Trois grandes sections organisent le propos richement illustré par des photographies et des plans-masses en couleur. Un premier ensemble théorique et conceptuel quelque peu décousu vient rappeler les questionnements de l’habiter en ville en situant le propos dans une perspective transdisciplinaire qui n’est pas sans rappeler les travaux de certains géographes comme Augustin Berque, Jacques Lévy ou Jean-Paul Ferrier. Une seconde section, plus opérationnelle et beaucoup plus dense, aborde le travail des praticiens de la ville, surtout des architectes qui témoignent de l’urgence d’être inventif et innovant si l’on veut recréer du vivre ensemble dans des centres urbains marqués par des formes de dévitalisation (pensons aux nombreux quartiers de villes moyennes françaises qui, depuis 2010, bénéficient du PNRQAD, le Plan national de requalification des quartiers anciens dégradés). Enfin, une dernière ouverture fait le point sur plusieurs expériences, en variant les échelles d’approche, avec les cas de l’Allemagne, de la métropole bordelaise et de différents quartiers de villes françaises comme Marseille, Paris ou Saint-Jacques-de-la-Lande dans l’aire urbaine de Rennes. On pourra lire avec beaucoup d’intérêt le retour d’expériences relatif à Bordeaux en ce qu’il témoigne de la transfiguration d’une ville en moins de vingt ans, grâce à des actions ciblées comme des OPAH (Opérations programmées d’amélioration de l’habitat) et la construction de logements neufs en HID (Habitat individuel dense), qui représentent une alternative à la tour et à la maison individuelle1. Bordeaux, avec son centre-ville, étant devenue une espèce de laboratoire des mutations et des régénérations urbaines : réinvestissement de friches et du patrimoine vinicole, développement d’une offre de logements adaptés à des ménages aux profils différenciés, création de nouvelles formes de mobilité notamment autour du tramway, autant de dynamiques qui ont inversé les processus de fuite urbaine à l’œuvre depuis les années 1980.

2Le fil conducteur de ce livre est donc celui des conditions de possibilité de formulation d’un habitat pour tous, avec en arrière-fond la notion capitale de “maîtrise d’usage”, concept forgé il y a quelques années par l’architecte Nicolas Michelin. Par maîtrise d’usage, ce dernier entend la prise en compte des modes de vie et des compétences socio-spatiales des usagers dans un projet urbain. La technique (maîtrise d’œuvre), sous la responsabilité du commanditaire (maîtrise d’ouvrage), est perçue ici non pas comme une fin en soi mais bien comme un moyen pour offrir un autre cadre de vie à l’ensemble des ménages, en intégrant la maîtrise d’usage en amont des réflexions. Car derrière un plan, une trame, un projet, il ne faut pas perdre de vue qu’il y a toujours des émotions, des histoires personnelles, des individus avec leurs désirs. Les normes (thermique, acoustique, urbanistique, etc.) ne doivent jamais être envisagées sans une prise en compte des usages et des liens aux lieux. D’ailleurs, dans de nombreuses contributions, on n’est jamais très loin des héritages épistémologiques de la géographie phénoménologique : “Habiter en ville, c’est aussi ressentir la géographie, le climat (pluie, vent, soleil, nuages, air frais), le sol et les horizons. Au-delà des figures urbaines dont nous héritons, comme le jardin, le porche ou la cour, le logement peut entretenir un rapport plus fort, tellurique, avec les éléments fondateurs de la géographie de la ville. Cela engage notre relation à la fois à la nature et à la spécificité du lieu où nous habitons” (p. 35).

3Pour l’essentiel, on sort de cet ouvrage en se disant qu’il n’existe pas de solutions standardisées voire de boîtes à outils nationales. C’est bien souvent dans un partenariat engagé et innovant qu’un projet aboutit à ce que l’on nomme parfois “génie des lieux”, autrement dit cette alchimie entre des dispositifs socio-spatiaux (formes architecturales, ambiances et organisations urbaines) et des types d’investissement individuel qui donnent naissance à un attachement, un lien d’intimité au lieu. On ne fabrique pas de l’habiter comme on fabrique du mortier car habiter ce n’est pas seulement se loger. Les nombreux exemples mobilisés ici nous le rappellent avec beaucoup de conviction, même si l’on aurait aimé plus de précisions sur les notions d’habitat, d’habitabilité, d’habitation, de logement, de résidence ou encore de demeure. Comme le signale justement l’urbaniste Fréderic Bonnet, en faisant écho aux premières réflexions de Martin Heidegger, “habiter ne s’arrête pas au pas de la porte”. Il doit y avoir un minimum de composition, d’articulation d’échelles entre la ville, le quartier, le voisinage, l’espace domestique. Au-delà du constat, on est surtout heureux d’apprendre qu’ici et là des maîtres d’ouvrage prennent leur responsabilité en ne tournant pas le dos à la notion de densité. Les exemples de réalisation montrent qu’il n’y a pas que la monotonie des lotissements, la paresse paysagère, l’entre-soi de l’émiettement hypo-urbain. Cela demande des efforts, des contorsions et un travail aux “marges réglementaires” comme le souligne l’architecte Eric Lapierre. Même dans le domaine de la construction de logements sociaux, on parvient néanmoins à produire de la qualité paysagère, du vivre ensemble ou encore du collectif raisonné, comme le prouvent les travaux des architectes-urbanistes Catherine Furet à La Courneuve ou Marie-Hélène Badia sur la ZAC Masséna à Paris. Mais on sent bien que c’est un long travail de reconquête auprès des élus et des futurs résidents qui est engagé, se heurtant à l’héritage du Mouvement moderne avec ses grands ensembles et sa densité à la verticale.

4Un ouvrage riche donc, bâti sur des retours d’expériences français et étrangers, qui s’adresse à des praticiens, des décideurs, des chercheurs voire des curieux qui doutent encore de nos capacités à fabriquer de la densité urbaine de qualité, pour tous.

Haut de page

Notes

1 Sur cette question, voir l’ouvrage de BENDIMERAD S. (dir.), 2010, Habitat pluriel. Densité, urbanité, intimité, CERTU, PUCA, Coll. Recherches, No.199.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Eric Boutouyrie, « Masboungi A. (dir.), 2010, Bien habiter la ville, Editions du Moniteur, Coll. Projet urbain, 175 p. », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Revue de livres, mis en ligne le 13 octobre 2011, consulté le 24 mars 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/24071

Haut de page

Auteur

Eric Boutouyrie

Docteur en géographie, Chargé de mission
Agence nationale de l’habitat, Ministère de l’écologie, du développement durable, des transports et du logement

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page