Navigation – Plan du site
2011

Johnston L., Longhurst R., 2010, Space, Place and Sex. Geographies of sexualities, Plymouth, Rowman & Littlefield, 194 p.

Marianne Blidon

Texte intégral

1La distance corporelle entre les individus et la distribution des places dans un lieu clos, la séparation et l’individualisation des chambres à coucher dans l’espace domestique, la législation sur le racolage dans l’espace public urbain, les flux engendrés par le tourisme sexuel ou nuptial, la cartographie des frontières du soupçon de mariage blanc entre couples binationaux ou celles des pays (dé)favorables au projet de dépénalisation universelle de l’homosexualité… autant d’exemples de l’intrication entre sexualité et espace qui se dessinent à toutes les échelles, autant d’exemples exceptionnels ou triviaux qui structurent nos sociétés mais qui sont rarement objectivés comme tels et intégrés à l’analyse géographique. C’est à cette prise de conscience et à cette ouverture de la géographie aux questions sexuelles qu’invite Space, Place and Sex. Geographies of sexualities. Rédigé à deux voix par Lynda Johnston et Robyn Longhurst, deux géographes néo-zélandaises, cet ouvrage offre une synthèse des travaux menés depuis plus de 15 ans dans le champ anglophone de la géographie des sexualités tout en décentrant le point de gravité. Ce décentrement a le mérite de rappeler que la géographie des sexualités est un champ à part entière, foisonnant, avec ses clivages, ses filiations et ses ramifications, contrairement à une image univoque et figée.

Living and working in Hamilton we often feel as thought we occupy a position that in some ways is aligned with ‘the center’ but in other ways is relegated to the margins of Anglo-American scholarship on sexuality and space. Elsewhere we have argued that queer geographies ‘down under’ are both similar to, and different from, Anglo-American work on sexuality and space (Longhurst, 2008). Our Anglophone down under geographies of sexuality are intimately connected to wider (predominantly) Western ideas, yet it is clear that our research and teaching is embedded in, and responds to, down under issues” (2010, p. viii).

De l’intérêt des échelles

2L’ouvrage se décompose en sept chapitres consacrés chacun à une échelle d’analyse, du corps jusqu’au global, partant du principe qu’il est essentiel d’examiner les pratiques et les représentations sexuelles “using a variety of contingent and fluid geographical scales” (p. 6). Au-delà de cette dimension heuristique, c’est surtout les effets de hiérarchie entre les échelles que ces auteures contestent, rappelant “the complex ways in which sex, place and space are interrelated […]. They can also intersect. They are fluid and flexible” (p. 7). La démarche s’adosse à une bonne maîtrise des géographies anglophones des sexualités et s’assume comme résolument qualitative et empirique, empruntant de nombreux exemples à la presse et à l’actualité néo-zélandaise ou internationale, ce qui rend la lecture alerte et la démonstration accessible. Les auteures rappellent l’impossibilité de séparer le sexe et la sexualité d’autres dimensions comme l’âge, la couleur, la classe ou l’état de santé : “People do not just have one dimension to their subjectivities. Therefore, although in people cannot be reduced to their sexual desires, acts, or subjectivities. These simply interact with a variety of other factors at different times and in different contexts” (p. 18).

Du corps à la communauté

3L’ouvrage débute par un chapitre consacré au corps comme espace et au corps dans l’espace. Il examine pourquoi et comment certains corps disposent de privilèges liés à leur conformité aux normes esthétiques et sociales dominantes (jeunesse, beauté, minceur, santé, hétérosexualité…) alors que d’autres, jugés non-conformes au regard de ces normes, sont marginalisés. Il revient sur l’idée que le corps ne peut-être séparé de l’expérience de l’espace et que notre corps, notre apparence, la façon dont nous nous habillons et nous mouvons, notre sexualité, sont autant d’éléments qui affectent la façon dont nous nous présentons aux autres et dont les autres nous perçoivent.

4Le chapitre suivant s’attache au domicile. À partir d'exemples en creux qui déplacent les lignes de clivage et apportent un nouvel éclairage, il questionne notre relation au logement. Ainsi, les travaux d'Andrew Gorman-Murray (2006) sur la relation entre masculinité et espace domestique, extraient le domicile du postulat hétérosexuel et familial dans lequel les architectes et les aménageurs l’ont cantonné tout en montrant dans quelle mesure certaines normes sont bouleversées quand d’autres sont reconduites. De même, les personnes ne disposant pas de logement questionnent la notion d’intimité et la possibilité même d’avoir une sexualité.

5Le troisième chapitre porte sur les communautés structurées par la sexualité et sur la façon dont identités et pratiques sexuelles participent d’un sentiment d'appartenance. Il s’ouvre sur une analyse réflexive de la position des deux auteures. Quatre exemples sont ensuite étudiés : les Gay Games – équivalent des jeux olympiques pour les lesbiennes, gays, bisexuels et transsexuels (LGBT) –, les communautés chrétiennes gays et lesbiennes, un réseau de jardiniers amateurs gays vivant en banlieue et les réseaux sexuels en ligne, autant de façon d’interpeler, de contester ou de déstabiliser les normes de la famille nucléaire.

Rural vs urbain, une dichotomie inappropriée ?

6Le quatrième chapitre, intitulé Sex and the City, porte sur le lien entre urbanité et sexualité, appréhendé principalement à partir d’exemples littéraires, de la question homosexuelle et de celle de la prostitution. Espace de consommation, d’émancipation et de transgression pour certains, mais aussi de discrimination sociale ou raciale et de contrôle social pour d’autres, la ville offre un environnement paradoxal et contrasté pour la sexualité.

7Le chapitre suivant explore la relation entre le monde rural et la sexualité. L’émission Farmer wants a wife permet ainsi d’illustrer la prégnance des rapports de genre autour des valeurs familiales et la construction d’une féminité et d’une masculinité naturalisées. La complexité de la question homosexuelle en milieu rural est ensuite abordée à travers les pratiques et les représentations, permettant ainsi de dépasser la dichotomie simpliste entre rural et urbain.

Changer d’échelle pour penser les questions sexuelles

8Le sixième chapitre porte sur l’échelle nationale et la question de la citoyenneté. Il explore en particulier la façon dont la non-conformité des pratiques et des identités sexuelles est un facteur d’exclusion et de déni de reconnaissance. Being a good citizen means conforming to and performing particular types of sexual identities – ones based on normative ideals of heterosexuality” (p. 114). Il en est ainsi de l’accès au mariage des couples de même sexe ou des droits des transsexuel(le)s à travers le parcours de Georgina Beyer, maire maori transsexuelle.

9Le dernier chapitre, intitulé Global intimacies, montre comment l’amour, le désir et la sexualité transcendent les frontières nationales et circulent. À partir de trois exemples originaux – le tourisme des lunes de miel, les mariages par correspondance et le tourisme sexuel –, les auteures posent la question des rapports de domination qui se jouent à travers ces échanges.

10Au final, Lynda Johnston et Robyn Longhurst nous offrent une excellente introduction à la géographie des sexualités, convaincante et accessible aussi bien aux néophytes soucieux de s’initier à ce champ de la géographie qu’aux chercheurs voulant se familiariser avec les approches et la littérature anglophones. On mesure alors le chemin parcouru depuis la publication en 1995 de l’ouvrage fondateur, Mapping Desire: Geographies of Sexualities, coordonné par Gill Valentine et David Bell, et l’élargissement des perspectives tracé par celui de Kath Browne, Jason Lim et Gavin Brown, Geographies of Sexualities: Theories, Practices and Poltitics, publié en 2007. L’ouvrage permet de décloisonner la géographie des sexualités de la seule question homosexuelle, en s’intéressant aux hétérosexuels, aux asexuels ou aux polyamoureux... Il permet aussi de montrer ce que l’espace fait aux questions sexuelles au delà d’une simple lecture du déploiement des questions sexuelles dans l’espace, notamment en termes de différenciation ou de ségrégation. Reste quelques questions sans réponses, laissées à la sagacité du lecteur : “Perhaps too geographers have deemed love to be a type of biological need which requires no explanation. Or, perhaps geographers are too cynical about love to conduct much research about it. Certainly it is time to question why geographers have paid little attention to actually explaining what romantic, passionate, or intimate love is. Perhaps geographers need to be more in touch with their emotions” (p. 51).

Haut de page

Bibliographie

Bell D., Valentine G. (dir.), 1995, Mapping Desire: Geographies of Sexualities, Londres, Routledge.

Brown G., Browne K, Lim J., 2007, Geographies of Sexualities: Theories, Practices and Poltitics, Aldershot, Ashgate.

Gorman-Murray A., 2006, “Homeboys: Uses of Home by Gay Australian Men”, Social & Cultural Geography, No.8, 53-69.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marianne Blidon, « Johnston L., Longhurst R., 2010, Space, Place and Sex. Geographies of sexualities, Plymouth, Rowman & Littlefield, 194 p. », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Revue de livres, mis en ligne le 13 octobre 2011, consulté le 28 mars 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/24072

Haut de page

Auteur

Marianne Blidon

Mariane Blidon IDUP-Université Paris 1-Panthéon-Sorbonne blidon@parisgeo.cnrs.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page