Navigation – Plan du site
2011
547

L’organisation de la prévention antipaludique au Gabon à l’époque coloniale

Malaria prevention in Gabon during colonization
Nadine N. Ndonghan Iyangui, Jean-Charles Clanet et Maryvonne Kombila

Résumés

Le paludisme reste un problème de santé publique malgré les moyens mis en œuvre. Parmi les informations existantes relatives à la prévention antipaludique au Gabon, il y a un vide concernant la période coloniale. A travers une synthèse de l’organisation de cette prévention antipaludique chez les 5-14 ans, cette étude a pour objectif de combler ce vide dans cette population cible et fournir des informations d’aide à la décision. Malgré les lacunes dans les données, l’exploitation des archives en majorité révèle que les activités de prévention antipaludique sont menées différemment par les institutions concernées : l’Assistance Médicale Indigène au départ, et le Service Général d’Hygiène Mobile et de Prophylaxie ensuite. Ces structures rencontrent les mêmes problèmes. Cependant, la deuxième s’organise autrement et assure mieux ses tournées à travers le pays. Elle suit le programme de chimioprophylaxie des enfants de 0-15 ans. L’évaluation de l’indice splénique chez les 5-14 ans, en début (octobre) et en fin (juin) d’année scolaire, mesure les effets de cette mesure préventive. Ce qui n’est pas le cas pour les 0-4 ans dont le suivi par les familles n’est pas effectif. L’indice splénique par région est presque divisé par deux en juin par rapport à octobre. Il augmente de la côte vers l’intérieur du pays. Cette chimioprophylaxie, complétée par les luttes imagocide et anti-larvaire, a permis entre autre une réduction des absences en classe pour cause de maladie. Vers la fin de la colonisation une enquête épidémiologique permet la mise à jour des connaissances relatives aux espèces plasmodiales et à la géographie des espèces anophéliennes en cause, ainsi que des niveaux d’endémicité du paludisme à travers le pays.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Au Gabon (figure 1), pays situé sur la côte ouest de l’Afrique centrale, le paludisme reste un problème préoccupant de santé publique comme l’indique entre autre sa morbidité qui varie entre 31 % et 71 % selon les régions (Antimi Idoundou J. S., 2007). Les activités du programme national de lutte, mis en place depuis 1996, se focalisent sur les femmes enceintes et les moins de 5 ans.

Figure 1 : Carte administrative du Gabon (sources : fond de carte, Laboratoire National de Cartographie, 1983)

Figure 1 : Carte administrative du Gabon (sources : fond de carte, Laboratoire National de Cartographie, 1983)

2La lutte contre cette maladie nécessite entre autre la prise en compte des caractéristiques historiques de toutes les composantes de la lutte. Il s’agit principalement de tous les domaines d’études liés à la prévention d’une part et d’autre part ceux se rapportant à la prise en charge des patients. Dans le premier cas, notons par exemples les caractéristiques géographiques de la zone concernée, celles sociodémographiques des populations, la situation épidémiologique ou encore l’organisation du système sanitaire. Dans le second cas, il y a par exemple les traitements, la chimiorésistance. En effet, par l’intégration, dans le système de lutte, de tous les domaines impliqués, mais aussi par la contextualisation des méthodes proposées par les organismes comme l’OMS, certains pays arrivent, petit à petit, à réduire l’impact du paludisme au sein des catégories de populations les plus exposées. C’est le cas de Madagascar (Helisoa, Booman et al., 2000), l’Afrique du Sud (Booman et al., 2000) et l’Algérie (Tchicha B).

3Au Gabon, les données disponibles concernant le paludisme pendant la période coloniale étaient jusque là éparses et quasiment pas utilisées. Des informations partielles relatives aux différentes espèces anophéliennes vectrices du paludisme à cette période se retrouvent dans l’ouvrage sur la biodiversité du paludisme dans le monde (Mouchet et al, 2004). Cette contribution, la première du genre, fruit des recherches sur les travaux de thèse(Ndonghan Iyangui, 2006), porte essentiellement sur l’organisation de la prévention antipaludique au Gabon pendant la période coloniale. L’objectif ici est double. Il s’agit non seulement de combler un vide sur le sujet, mais également de mettre à disposition un ensemble d’informations d’aide à la décision. Ainsi, les activités de prévention pendant la période coloniale semblaient quelque peu différentes, selon les structures qui s’en chargeaient. De plus, les enquêtes du Service Général d'Hygiène Mobile et de Prophylaxie (SGHMP) montreraient une variation du paludisme chez les enfants, dans le temps et dans l’espace, selon qu’on était en début ou en fin d’année scolaire.

Méthodologie

Contexte de l’étude

  • 1 Groupe ethnique du Gabon localisé au nord de la province de l’Ogooué-Maritime et dans celle de l’Es (...)

4Les Portugais arrivent au Gabon en 1472, sur les bords du fleuve Komo. L’estuaire de celui-ci, en forme cape, « gabâo » en portugais, lui donne son nom. Après les Portugais, d’autres européens ont foulé le sol du Gabon dont les Français. Ceux-ci étendent leur influence à travers le pays grâce à la signature d’un traité de commerce entre Louis Édouard Bouët-Willaumez (colonisateur Français) et le roi Mpongwè1, Rapontchombo. Pays ayant participé au commerce triangulaire, le Gabon intègre l’empire colonial français en 1886, par le décret du 26 juillet et devient indépendant en 1960. Les frontières du pays ont évolué entre 1843 et 1939 (McEvedy, 1980 ; Richard et al, 1993). Depuis 1940 le pays a gardé la configuration actuelle.

5Le contexte social du début de la colonisation est caractérisé par le dépeuplement et la déchéance des autochtones. L'insuffisance alimentaire, le manque d'hygiène, l'alcoolisme, les maladies vénériennes, la tuberculose, la lèpre, le paludisme, la peste, la trypanosomiase et la fièvre récurrente justifient principalement cette situation. Le paludisme est particulièrement considéré comme la principale cause de la dépopulation autochtone et empêche l’acclimatation des européens (IMTSSA Archives, boîte 223). L'administration coloniale adopte ainsi des mesures de lutte. L’Assistance Médicale Indigène (AMI) et plus tard l’Assistance Médicale Autochtone (AMA) en 1920 et le SGHMP en 1945, sont mis en place pour les appliquer. L’Hôpital Albert Schweitzer de Lambaréné à la fin des années 1920 est dans son redressement après la Première Guerre Mondiale. A la fin de la colonisation, il a déjà une notoriété internationale à travers le Prix Nobel de la Paix reçu par Schweitzer en 1952. Si pendant la colonisation l’école est ouverte à tous les enfants au fur et à mesure, la scolarisation reste faible au début et le taux d’absentéisme parfois très élevé. La situation se stabilise quelque peu vers la fin de la colonisation.

Matériel et méthode

6L’essentiel de nos sources est constitué par les documents d’archives de l’Institut de Médecine Tropicale du Service de Santé des Armées (IMTSSA) de Marseille et la Bibliothèque Nationale de Libreville. Il s’agit pour la plupart des rapports d’activité annuelle des médecins militaires de l’Assistance Médicale Indigène et du Service Général d’Hygiène Mobile et de Prophylaxie, ainsi que des décrets et des communiqués en matière de santé publique pris par l’autorité coloniale. Ces sources, qui fournissent des informations intéressantes, sont néanmoins de deuxième ordre. C’est-à-dire que les données issues de celles-ci n’ont pas été produites par les chercheurs et pour cette étude (Montello et al., 2006). Cependant, ces données ont l’avantage d’être les seules disponibles pour traiter de la question de la prévention antipaludique pendant la colonisation au Gabon. De plus, elles sont moins onéreuses en termes de coût et de temps d’acquisition, mais aussi en terme d’efforts pour en disposer (Montello et al., 2006). Soulignons qu’elles sont discontinues et le problème lié à leur exactitude se pose quelque peu.

7Le traitement de cette documentation a permis la production d’information structurée, relative à la prévention antipaludique au Gabon pendant la période coloniale. Deux types de variables y ont été relevés. Il s’agit de la prévalence du paludisme ([nombre de cas de paludisme/ nombre de malades traités] x 100) et de l’indice splénique (pourcentage de sujets chez qui, à un moment donné, la palpation décèle une augmentation du volume de la rate = [nombre de rates hypertrophiées/ nombre de sujets examinés] x 100) des enfants scolarisés en particulier. Rappelons que l’augmentation de la rate est aussi liée à d’autres affections, comme la bilharziose, la tuberculose et les hépatites virales pour ce qui est des splénomégalies infectieuses. Cependant, parmi les sujets présentant un paludisme, 70-80 % ont une splénomégalie palpable, souvent accompagnée d'une hépatomégalie (repérable à la palpation chez l'homme). Celle-ci désigne une augmentation du volume du foie, palpable sous le rebord costal droit)2.

8Le choix de la variable à analyser s’est porté sur l’indice splénique. Dans le contexte de la colonisation, l’indice splénique est un indicateur fiable en paludologie (Gazin et al., 1988 ; http://www.asnom.org/​). Il peut être déterminé pour n’importe quelle tranche d’âge. En effet, en plus d’être le seul indicateur illustrant les activités de la médecine préventive, cette variable est moins lacunaire que la première, dans le temps et dans l’espace. L’indice splénique était évalué au début et à la fin de l’année scolaire, respectivement en octobre et en juin. L’irrégularité des consultations des familles pour les 0-4 ans rendait difficile les contrôles dans cette tranche d’âge. L’indice splénique que nous utilisons porte seulement sur les 5-14 ans scolarisés. De nombreux rapports médicaux étant manquants, nous avons obtenu les statistiques concernant cet indice à partir de 1941, puis en 1945, avant de se généraliser à toutes les régions au fur et à mesure entre 1947 et 1954. Cependant, ces statistiques régionales sont lacunaires. De plus, soulignons aussi le manque d’uniformité dans la structure des statistiques au cours du temps, et les lacunes dans les sources de données. La répartition par tranche d’âge des enfants examinés, dans les rapports, n’est pas la même chaque année. Nous n’avons ainsi pu utiliser que les résultats de : octobre 1952, juin 1953, octobre 1953, juin 1954 et octobre 1954 chez les enfants scolarisés, car ils sont plus complets dans le temps et dans l’espace (tableau 1).

Tableau 1 : Présentation des indices spléniques par province au Gabon entre 1952 et 1954. (source : données IMTSSA). Il n’y a pas de données pour les cases en gris

  

Octobre 52

Juin 53

Octobre 53

Juin 54

Octobre 54

Estuaire

14,9

5,2

27,4

14,8

  

Haut-Ogooué

54,9

60,9

31,3

26

30

Moyen-Ogooué

  

4,4

12,7

6,9

7,9

Ngounié

39,3

15,5

20

7,2

31,3

Nyanga

12,6

16,4

25,8

2,2

30,3

Ogooué-Ivindo

54,5

12,7

58,5

35,5

35,5

Ogooué-Lolo

56

11,2

32,5

17,5

  

Ogooué-Maritime

22,7

8,2

8,3

6

5,3

Woleu-Ntem

35

2,2

39

5,7

18,5

9Les cartographies ont été élaborées avec le logiciel ArcGis 9.2 (ESRI, USA) pour ses qualités d’outil performant de visualisation et de précision cartographique. C’est aussi un logiciel assez répandu pour le traitement et l’analyse des données sanitaires (Zhan et al., 2006 ; Guagliardo, 2004, Chen et al., 2007). Les modes d’implantations dépendent de l’échelle originelle des données. Les données obtenues à l’échelle de la localité sont cartographiées en mode ponctuel. Aussi, la qualité des données obtenues limite le choix des méthodes d’analyse. La comparaison des indices spléniques par le test des écarts réduits ou encore celui de Tukey, comme le proposait une équipe de chercheurs de l’IMTSSA en 1989, n’est pas possible (Baudon et al., 1989). En effet, dans le premier cas, même si les enquêtes peuvent être considérées comme exhaustives, le taux d’absentéisme pour les périodes étudiées n’est pas connu. Or, il faut que ce taux soit faible et homogène pour que le test soit pratiqué. Dans le second cas, la distribution doit être uni modale avec un nombre de valeurs N supérieur ou égal à 10 (Baudon et al., 1989). Nos distributions ont au maximum 9 valeurs et ne sont pas uni modales. Nous procèderons donc à une analyse des écarts dans le temps (différence entre juin et octobre 1953 puis 1954), aux périodes de collectes (différence entre les mois de juin et entre ceux d’octobre) et par rapport à la localisation géographique des entités spatiales étudiées. Octobre 1952 n’a pas été pris en compte dans le calcul des écarts d’octobre.

Résultats

L’organisation de la prévention antipaludique

10De manière générale, la prévention antipaludique était gérée pendant la colonisation par l’AMI et le SGHMP.

11Lorsqu’elle est mise en place en 1920, l’Assistance Médicale Indigène n'est présente que dans trois centres urbains, Libreville, Port-Gentil et Ndjolé. Les réorganisations quasi permanentes des secteurs sanitaires justifient de la nécessité d'adapter la surveillance médicale à la logistique disponible. En effet, l’AMI rencontre sur le terrain des difficultés liées à la logistique, l’état des voies de communications et à la faible densité des populations à travers le pays. Elle remplit avec difficulté l’une de ses missions : la prévention sanitaire. La médecine est donc essentiellement axée vers les soins. De plus, il ne s’agissait plus de lutter ou contrôler le paludisme, mais de restreindre ses méfaits et sauver le plus de vies humaines. Quelques enquêtes ont fourni des informations épidémiologiques relatives aux espèces plasmodiales responsables des affections palustres. Pl. vivax est identifié chez les européens et Pl. falciparum domine chez les autochtones de Libreville en particulier.

12Globalement, la prévention antipaludique était caractérisée par quatre (4) principales activités :

  • les petites mesures anti-larvaires (pétrolage des mares, utilisation des poissons suliciphages, plantation d’arbres à racines absorbant une grande quantité d’eau comme l’Eucalyptus et le Bambou) ;

  • les grandes mesures anti-larvaires relevant de l’hydraulique agricole (drainage, colmatage des marais, faucardage des rives envahies par les herbes, mise en communication des marais avec la mer, mise en culture de la zone marécageuse, etc.) ;

  • la stérilisation des réservoirs de virus par la quinine ou quinino-prophylaxie. Cette chimioprophylaxie par la quinine est réservée jusqu’en 1931 aux européens. C’est à cette date qu’un médecin militaire en service propose aux autorités coloniales de distribuer la chloroquine aux enfants de 5-14 ans dans les écoles de Libreville avant de l'étendre aux autres villes. La distribution concerne aussi les nourrissons et les enfants d’âge préscolaire dans les services de puériculture. Le service sanitaire chargé du suivi des enfants de moins de 5 ans est le Berceau gabonais. Cependant, un problème de quantité s’est vite posé pour toute la colonie car le budget était limité ;

  • les mesures de protection individuelle ou collective contre l’insecte ailé caractérisé par le recours aux moustiquaires et des grillages de l’habitation. L'utilisation des moustiquaires, principalement par les adultes, est courante chez les européens.

13La lutte anti-vectorielle est caractérisée par une simple localisation des lieux de pontes des moustiques autour des habitations. La lutte imagocide se limite à quelques travaux d'assainissement (comblement des marigots, débroussaillement autour des habitations) commencés en 1932 à Port-Gentil et organisés par la Commission permanente d'hygiène et la Brigade anti-larvaire ; institutions mises en place dès 1928. Celles-ci étendent leurs activités ensuite à Lambaréné et progressivement aux autres centres urbains. La chimioprohylaxie ne se faisait pas simplement à la chloroquine, mais aussi à la Nivaquine, la Quinacrine et la Primaline.

14En 1945, devant les difficultés de l’AMI, le Service Général d’Hygiène Mobile et de Prophylaxie (SGHMP) a été mis en place. Il a ainsi pour mission principal de contrôler sur le plan médical, toute la population de la colonie en organisant des tournées. Ses objectifs spécifiques s'articulent autour de trois axes. Il doit intensifier la lutte contre les grandes endémies premièrement (particulièrement la trypanosomiase, la lèpre, le paludisme, les filarioses et la bilharziose), contre les maladies dites sociales ensuite (la tuberculose et les affections vénériennes) et enfin contre les épidémies (la méningite cérébro-spinale, la variole). Il se charge aussi du recueil de toute la documentation sur les endémies, les épidémies et les maladies sociales. L’étude de tous les problèmes en rapport avec l'hygiène et l'exécution des mesures à adopter faisaient aussi partie de ses missions. Cependant, il rencontre les mêmes problèmes que l'Assistance Médicale Indigène (logistique insuffisante, mauvais état des voies de communications dégradant les véhicules et rendant difficile l’accès aux populations disséminées et de faibles densités). Là où il n'y a pas d'unités de soins de l'Assistance Médicale Indigène, le Service Général d’Hygiène Mobile et de Prophylaxie se charge d’apporter au cours de ses tournées, plus régulières que celles de l'Assistance Médicale Indigène, les soins aux populations nécessiteuses. Pour faciliter les prospections sanitaires, ce service regroupait les populations dans un centre ou une localité.

15Les enquêtes effectuées par le Service Général d’Hygiène Mobile et de Prophylaxie démontrent que : Pl. falciparum, Pl. vivax, et Pl. malariae sont les espèces plasmodiales les plus répandues. Ce service se charge de différentes mesures d'assainissement (curage des marigots et pulvérisation du pétrole sur les nappes d'eau), principalement à Libreville et Port-Gentil. Il s'occupe également de la lutte anti-imagocide (débroussaillement des terrains publics trois fois par an et pulvérisation du Hexachlorocyclohexane (HCH) ou pulvérisation intra-domiciliaire, encore appelé « house-spraying » une fois par semestre). Il travaille en collaboration avec le Service d'Hygiène Urbain qui repère et détruit les gîtes larvaires.

16En 1954, un projet d'ordonnance relative à la lutte anti-palustre est émis par Le Comité Français de Libération Nationale (IMTSSA Archives, boîte 101-2). Il donne à l'administration le pouvoir d'imposer à toutes les structures de protection antipaludique reconnues nécessaires, celui de prévenir et corriger ou même de réprimer les erreurs faites ou négligences favorisant la propagation de ce mal redoutable.

17Avant la grande enquête épidémiologique à l'échelle de la sous-région Afrique Equatoriale Française (AEF) organisée entre 1953 et 1956 (IMTSSA Archives, boîte 5), la distribution spatiale des espèces anophéliennes vectrices du paludisme est parcellaire. Il découle de cette enquête au Gabon, que : An. funestus, An. gambiae, An. moucheti et An. nili sont les principales espèces vectrices (figure 2). Les deux premières étant les plus répandues. Une classification des provinces selon le niveau de l’endémicité, basée sur l’indice splénique des enfants de 2 à 9 ans, résulte aussi de cette enquête épidémiologique. La modélisation qui en ressort (tableau 2) a permis d’effectuer une cartographie du niveau de l’endémie dans les principales localités (figure 3). Les régions hypoendémiques sont situées dans les zones rurales autour d’Omboué sur la côte. Le caractère mésoendémique du paludisme domine dans le pays et concerne, par extrapolation, les trois-quarts environ du territoire. Les localités hyperendémiques sont au nord-ouest sur la côte et au sud-ouest, toujours en partant de ma côte. Il n’y a pas de régions holoendémiques répertoriées au Gabon en 1956.

Figure 2 : Géographie des principales espèces anophéliènnes en 1955 au Gabon (source : données IMTSSA Archives, boîte 5)

Figure 2 : Géographie des principales espèces anophéliènnes en 1955 au Gabon (source : données IMTSSA Archives, boîte 5)

Tableau 2 : Modélisation des milieux endémiques palustres au Gabon en 1956 (source : données IMTSSA Archives, boîte 5)

  

Hypoendémie

Mésoendémie

Hyperendémie

Holoendémie

Indice splénique

< 10 %

11 à 50 %

50 à 75 %

> 75 %

Particularité

géographique

Centres côtiers où la brise marine empêche la pullulation des anophèles

Régions de la forêt équatoriale, densités humaines faibles, précipitations importantes

Milieux de savanes ou de mangroves, densités humaines plus élevées

Aucune

Caractéristiques entomologiques et parasitologiques

Réservoir du parasite peu important

Rareté des anophèles de type An. funestus, principaux vecteurs : An. gambiae et An. moucheti, Rareté de Pl. malariae

Vecteurs majeurs : An. gambiae et An. funestus, recrudescence de Pl. malariae

Principaux vecteurs : An. gambiae, An. funestus, An. nili, An. pharoensis et An. rufipes, Réservoir du parasite important

Exemple de localités au Gabon

Localités autour d'Omboué

Booué, Franceville, Lastoursville

Libreville, Mayumba, Port-Gentil

Aucune

Figure 3 : Géographie de l’endémicité palustre au Gabon en 1955 (source : données IMTSSA Archives, boîte 5)

Figure 3 : Géographie de l’endémicité palustre au Gabon en 1955 (source : données IMTSSA Archives, boîte 5)

18La chimioprophylaxie mise en place, chez les enfants scolarisés, nécessite le contrôle de ses effets par des examens en début (octobre) et en fin (juin) d’année scolaire. Au départ, de nombreuses familles sont réticentes et n’intègrent pas leurs enfants à ce programme. Au fur et à mesure, les effets positifs de cette chimioprophylaxie encouragent les familles à adhérer et à faire suivre leurs enfants scolarisés. Le suivi prend effet d’abord à Libreville avant de se généraliser au reste des localités. Cependant, l’accès aux populations de l’intérieur du pays est rendu difficile. La mauvaise qualité des voies de communication dégrade assez rapidement les véhicules du Service Général d’Hygiène Mobile et de Prophylaxie et l'insuffisance de crédits ne facilite pas le renouvellement du parc automobile et la poursuite régulière des tournées à l’intérieur du pays. Ceci pourrait être lié à la diminution d’enfants bénéficiant de la chimioprophylaxie dans la Nyanga et le Haut-Ogooué en 1952, respectivement 854 à 559 et 305 à 266.

L’indice splénique chez les enfants scolarisés

19L’indice splénique par province varie, d’octobre 1952 à juin 1954, entre 2,2 % (juin 1953 dans le Woleu-Ntem et juin 1954 dans la Nyanga) et 60,9 % (juin 1953 dans le Haut-Ogooué). Aussi, quelle que soit l’année, les provinces du Moyen-Ogooué et de l’Ogooué-Maritime enregistrent les indices les plus bas. Le contraire se remarque dans le Haut-Ogooué et l’Ogooué-Ivindo, où les valeurs stagnent globalement en 1954. Dans le Moyen-Ogooué et l’Ogooué-Maritime les valeurs de l’indice sont en général les plus faibles en juin, sauf pour octobre 1952 où la valeur minimale est enregistrée dans la Nyanga. Il apparaît une variation dans le temps de l’indice splénique. Cette variation semble définie par une période du départ en vacance (juin) présentant de faibles valeurs de l’indice, alors que la période du retour des vacances (octobre) est caractérisée par des indices spléniques plus élevé.

20Juin est la période où l’indice splénique est en général au niveau le plus bas, par rapport à celle d’octobre (figure 4). Les courbes d’octobre sont, pour la majorité des provinces, au-dessus de celles de juin, sauf par exemple dans le Haut-Ogooué en juin 1953. Cela laisse supposer, en comparaison avec octobre 1952, où l’indice est plus réduit, qu’il y a peut-être de nouveau enfants qui intègrent le programme et qui sont parasités. Le niveau bas de l’indice en juin se remarque aussi dans les écarts annuels (tableau 3). Le signe négatif est synonyme d’un indice splénique plus élevé en octobre. Les cas de l’Ogooué-Ivindo, du Woleu-Ntem, de l’Estuaire et de l’Ogooué-Lolo en 1953, avec respectivement -45,8 % ; -36,8 % ; -22,2 % et -21,3 %, montrent bien qu’en octobre l’indice splénique augmente. Dans les autres provinces, à part le Haut-Ogooué, la hausse de l’indice en octobre est modérée. En 1954, sur sept (7) provinces, cinq (5) affichent des indices élevés en octobre. Dans la Nyanga (-28,1 %), la Ngounié (-24,1 %) et le Woleu-Ntem (-12,8 %) cette évolution de l’indice est remarquable. Par contre, dans l’Ogooué-Ivindo (0,01 %) et l’Ogooué-Maritime (0,7 %) il y a une baisse à peine perceptible.

Figure 4 : Evolution de l’indice splénique par province au Gabon (source : données IMTSSA Archives, boîte 5)

Figure 4 : Evolution de l’indice splénique par province au Gabon (source : données IMTSSA Archives, boîte 5)

Tableau 3 : Ecarts périodiques de l’indice splénique. (Il n’y a pas de données pour les cases en gris)

  

Ecart juin (%)

Ecart octobre (%)

Ecart 1953 (%)

Ecart 1954 (%)

Estuaire

-9,6

  

-22,2

  

Haut-Ogooué

34,9

1,3

29,6

-4

Moyen-Ogooué

-2,5

4,8

-8,3

-1

Ngounié

8,3

-11,3

-4,5

-24,1

Nyanga

14,2

-4,5

-9,4

-28,1

Ogooué-Ivindo

-22,8

23,01

-45,8

0,01

Ogooué-Lolo

-6,3

  

-21,3

  

Ogooué-Maritime

2,2

3

-0,1

0,7

Woleu-Ntem

-3,5

20,5

-36,8

-12,8

21Il existe, entre les périodes (juin et octobre), des variations d’une année sur l’autre et quelle que soit la période, les valeurs les plus basses se retrouvent sur la côte et les plus élevées à l’extrême est (figure 5). Les écarts négatifs d’une année sur l’autre, synonymes de hausse de l’indice splénique, se remarque autant en juin qu’en octobre. Cependant, cette évolution est notoire pour la période de juin dans cinq (5) provinces sur neuf (9) contre deux (2) sur sept (7) en octobre. Il y a plus de différences entre les mois de juin qu’entre les mois d’octobre. Ceci laisse penser que soit le suivi n’a pas été régulier, soit il y a eu de nouveaux enfants parasités qui ont intégré le programme. Ce qui peut aussi justifier les écarts positifs plus nombreux pour les périodes d’octobre et synonyme d’une baisse de l’indice entre octobre 1953 et octobre 1954. Notons que dans l’Ogooué-Ivindo et le Woleu-Ntem, ces écarts sont remarquables, respectivement 23,01 % et 20,5 %.

Figure 5 : Evolution géographie de l’indice splénique des enfants de 5-14 ans par province au Gabon entre 1952 et 1954 (source : données IMTSSA Archives, boîte 5)

Figure 5 : Evolution géographie de l’indice splénique des enfants de 5-14 ans par province au Gabon entre 1952 et 1954 (source : données IMTSSA Archives, boîte 5)

22La province du Moyen-Ogooué, bien que n’étant pas sur le littoral, enregistre les valeurs les plus basses. Viennent ensuite celles sur le littoral : l’Estuaire, l’Ogooué-Maritime et la Nyanga. Les valeurs extrêmes se retrouvent dans la partie est et nord-est du pays, principalement dans l’Ogooué-Lolo, l’Ogooué-Ivindo et le Haut-Ogooué (figure 6). Cette représentation décrit un mouvement en gradient de la côte vers l’intérieur du pays. C’est comme si chaque début d’année scolaire était un nouveau recommencement et que les nouveaux enfants intégrés au programme ne changeait pas grand-chose à la situation épidémiologique de la région.

Figure 6 : Evolution à partir de la côte de l’indice splénique des 5-14 ans par province au Gabon entre 1952 et 1954 (source : données IMTSSA Archives, boîte 5)

Figure 6 : Evolution à partir de la côte de l’indice splénique des 5-14 ans par province au Gabon entre 1952 et 1954 (source : données IMTSSA Archives, boîte 5)

Commentaires et conclusion

23L'évolution de la prospection sanitaire présente le paludisme au début de la colonisation comme responsable de la dépopulation des autochtones tout en empêchant l’acclimatation des européens. Un programme de lutte est ainsi mis en place. A la fin de la colonisation, l’évaluation des méthodes de prévention mises en œuvre, particulièrement la chimioprophylaxie des enfants scolarisés de 5 à 14 ans, fait état d’une affection contrôlable. A cette même période, le paysage épidémiologique du paludisme au Gabon est caractérisé par une large distribution spatiale des régions mésoendémiques où An. gambiae et An. moucheti restent les principaux vecteurs et l’absence des secteurs holoendémiques.

24Les valeurs faibles de l’indice splénique dans l’Ogooué-Maritime peuvent s’expliquer par le poids des régions rurales autour d’Omboué, identifiées comme hypoendémiques. Par contre, dans le Moyen-Ogooué, l’impact de l’Hôpital Albert Schweitzer, à Lambaréné depuis 1913, ne doit pas être négligé. En effet, c’est la seule région dans laquelle se trouvait un hôpital indépendant dont les financements ne dépendaient pas du budget de la colonie. De plus, à la fin de la colonisation, cette structure, assez bien organisée, avait déjà une renommée internationale, du fait des activités de son fondateur. Aussi, l’acceptation locale progressive de la chimioprophylaxie à Libreville se remarque au niveau régional et coïncide plus ou moins avec l’avancée de la médecine occidentale à l’intérieur du pays. Ceci devrait justifier les valeurs élevées enregistrées généralement dans les provinces de l’Ogooué-Lolo, l’Ogooué-Ivindo et le Haut-Ogooué, les plus reculées, et probablement d’accès plus difficile.

25La différence entre les valeurs de l’indice splénique au départ et au retour des vacances peut s’expliquer par différents faits. D’abord, les enfants scolarisés sont fortement disséminés pendant les vacances scolaires, entre juin et octobre. Les prises de Chloroquine se raréfient par conséquent et le Service Général d’Hygiène Mobile et de Prophylaxie ne dispose pas d’assez de moyens pour poursuivre correctement cette chimioprophylaxie. Ainsi, une grande partie des enfants présente des rates hypertrophiées lors des examens effectués à la rentrée scolaire en octobre. Ce qui explique les taux élevés de l’indice splénique à cette date, puisque la prise de Chloroquine n’a pas été bien suivie les trois mois précédents. La régularité des prises de ce médicament pendant l’année scolaire entraîne au fur et à mesure une réduction, quasiment de moitié et parfois plus, des rates hypertrophiées et donc de l’indice splénique en juin chez les enfants. Ensuite, l’accès aux régions de l’intérieur du pays était rendu difficile à cause des voies de communication en mauvais état, qui dégradaient et réduisaient le parc automobile du SGHMP d’une part et d’autre part, les problèmes budgétaires en général qui ne permettaient pas le renouvèlement de ce parc automobile. Les activités de prévention antipaludique, entre autre, étaient ainsi difficilement réalisables. Ce qui peut aussi justifier l’absence de tournées, caractérisée par le manque de données observées dans le Moyen-Ogooué en octobre 1952, l’Estuaire et l’Ogooué-Lolo en octobre 1954. Ce problème d’accès peut certainement expliquer pourquoi les valeurs de l’indice splénique ne varient pas énormément quelle que soit la période dans le Haut-Ogooué et l’Ogooué-Ivindo. Enfin, il faut souligner l’adhésion progressive des familles au programme de prévention mis en place dans les établissements scolaires. En effet, la scolarisation n’étant pas obligatoire, les parents n’envoyaient pas systématiquement leurs enfants à l’école et ne veillaient pas non plus aux absences de ces derniers en classe. Mais lorsque les parents réalisent les bienfaits de cette chimioprophylaxie chez les enfants participant au programme, ils commencent à veiller à ce que leurs enfants aillent à l’école et participent au programme. L’indice splénique pouvait donc augmenter considérablement parce qu’il y avait plus d’enfants parasités qui étaient pris en compte lors de l’examen de la rate. Ainsi, non seulement la santé des enfants d’améliore, mais les absences pour cause de maladies baissent quasiment de moitié vers la fin de la période coloniale. En effet, ce suivi a eu pour principal effet dans les écoles, une baisse de l’absentéisme pour cause de maladie, qui oscillait entre 10 % et 15 % avant la mise en place du programme et est passé à 5 % - 8 % à la fin de l’année scolaire 1952-1953. Ceci suppose une meilleure formation.

26Avec l’évolution de la société gabonaise dans son ensemble, mais aussi des découvertes relatives au paludisme, les activités de prévention devraient s’adapter pour être encore plus efficaces. Effectivement, une nouvelle approche préventive et évaluée dans trois contextes différents peut aussi être appliquée au Gabon. Il s’agit de l’administration, pendant la saison de transmission, de deux ou trois doses d'une combinaison d'antipaludéens, tels que le Sulfadoxine-Pyriméthamine combiné avec l'Artésunate ou l'Amodiaquine (AFP, 2011). La mise en place de cette approche au Gabon devrait faire l’objet d’une étude. La tranche d’âge concernée étant les 3 à 59 mois, les centres de santé et/ou les établissements préscolaires de l’agglomération de Libreville, dans laquelle se concentre près de la moitié de la population du pays, peuvent service de cadre pilote. Cette méthode viendrait renforcer l’utilisation des moustiquaires imprégnées qui rencontre encore quelques résistances et réduire peut-être considérablement, comme au Burkina Faso, au Mali et en Gambie, l’incidence du paludisme. Un programme simple, organisé et adapté peut avoir un impact non négligeable au sein de la population cible. Les activités préventives mises en place pendant la colonisation étaient autant de stratégies, pour améliorer la prévention sanitaire des populations autochtones. Elles n’ont pas été poursuivies.

Haut de page

Bibliographie

AFP, 2011, « Paludisme : approche de prévention prometteuse chez les enfants en Afrique », Tribune de Genève : http://www.tdg.ch/node/307370.

Ambonguilat C-L., 1986, Santé publique et problèmes sanitaires au Gabon, Thèse de doctorat, Université de Lille 1.

Antimi Idoundou J. S., 2007, Politique du gouvernement gabonais en matière de lutte contre le paludisme, Gabon Eco : http://gaboneco.com/show_article.php?IDActu=637.

ASNOM-Santé Navale, L’œuvre humanitaire des corps de santé naval et colonial français (1890-1968) : http://www.asnom.org

Bado J-P., 2004, « La lutte contre le paludisme en Afrique Centrale. Problèmes d’hier et d’aujourd’hui », Enjeux, No.18, 10-13.

Baudon D., Carnevale P., Ambroise Thomas P. J., 1987,« La lutte antipaludique en Afrique : de l’éradication du paludisme au contrôle des paludismes », Revue épidémiologique et santé publique, No.35, 401-415.

Baudon D., Carnevale P., Robert V., 1991,« Méthodologie d’évaluation du paludisme en zone d’endémie : aspects actuels », Bulletin de liaison et de documentation OCEAC, No.79, 37-39.

Booman M., Dave N. coll, 2000. « Using a geographical information system to plan a malaria control programme in South Africa », Bulletin of the World Health Organization, vol. 78, 1438-1444.

Brandicourt O, Brucker G., M’Pélé P., Rosenheim M., Danis M., Gentilini M., 1986, « Géographie de la résistance de P. falciparum à la chloroquine en Afrique », Médecine d’Afrique noire, vol. 33, No.11, 779-792.

Carnevale P., 1997,« La lutte antivectorielle et la lutte antipaludique », Bulletin de liaison et de documentation OCEAC, vol. 3, No.3, 25.

Carnevale P., Mouchet J., 1980, « Le paludisme en zone de transmission continue en région afro-tropicale », Cahiers ORSTOM, Service entomologie médicale et parasitologie, vol. 23, No.2, 162-171.

Chen Z., Zhou X.-N., Yang K., Wang X.-H., Yao Z.-Q, Wang T.-P., Yang G.-J., Yang Y.-J., Zhang S.-Q., Wang J., Jia T.-W, Wu X.-H., 2007, « Strategy formulation for schistosomiasis japonica control in different environmental settings supported by spatial analysis: a case study from China », Geospatial Health, No.2, 223-231.

Deloron P., Ringwald P., Luty A. J. F., Renault A., Minh T. N., Mbessy J. R., Millet P., 1999, « Relationships between malaria prevalence and malaria-related morbidity in school children from two villages in Central Africa », American Journal of Tropical Medicine and Hygiene, vol. 61, No.1, 99-102.

Desfontaine M., 1990, « Moyens et stratégies actuels de lutte antipaludique », Bulletin de liaison et de documentation OCEAC, No. Spécial janvier, 14-19.

Gazin P., Robert V., Cot M., Simon J., Halna J.M., Darriet F., Legrand D., Carnevale P., Ambroise-Thomas P., 1988, « Le paludisme dans l’Oudalan, region sahelienne du Burkina Faso », Annales de la Société Belge de Médecine Tropicale, No.68, 255-264.

Guagliardo M. F., 2004, « Spatial accessibility of primary care: concepts, methods and challenges », International Journal of Health Geographics, No.3,

Helisoa O., 1985, « L’administration coloniale face au paludisme à Tananarive au début du XXe siècle », Madagascar-Revue de Géographie, No.46, 95-98.

Hommel M., 2008, « Splénomégalie et accès palustre », Impact Malaria : http://www.impact-malaria.com/iml/cx/fr/layout.jsp?cnt=FB7F090A-10B5-4080-A2E3-4744B142163C.

IMTSSA Archives, boîte 101-2 – SGHMP AEF – AOF, textes réglementaires, organisation 1942-1960.

IMTSSA Archives, boîte 103 – AEF 1935-1953, organisation sanitaire AMI-SGHMP, œuvre sanitaire de la France, Trypanosomiase.

IMTSSA Archives, boîte 127 – Gabon, rapports annuels 1931-1934.

IMTSSA Archives, boîte 128 – Gabon, rapports annuels 1945, 1946, 1947, 1948, 1949, 1950.

IMTSSA Archives, boîte 149 – AOF-AEF : 2e plan quadriennal 1953-1957, rapport général AOF 1953.

IMTSSA Archives, boîte 151 – Fides 1958-1959 plan 2e guerre mondiale pour les pays tropicaux.

IMTSSA Archives, boîte 161 - AOF-AEF, Antilles-Guyane, St-Pierre et Miquelon, Kerguelen-Océanie : œuvre française 1939-1947

IMTSSA Archives, boîte 172 – Circulaires diverses.

IMTSSA Archives, boîte 196 – Onchocercose mission AOF, enquêtes AEF 1952-1954.

IMTSSA Archives, boîte 223 – Service de santé aux colonies 1924 (Daladier), 1925-1926.

IMTSSA Archives, boîte 230 – Paludisme, paludisme en Corse, rapport de mission Dr Pampana.

IMTSSA Archives, boîte 233 – Cameroun, AEF-AOF paludisme : rapports.

IMTSSA Archives, boîte 235 – Paludisme : rapports, dossier général, traitement, prophylaxie, 4e bureau.

IMTSSA Archives, boîte 236 – Paludisme : bibliographie.

IMTSSA Archives, boîte 253 – Trypanosomiase : documents techniques, commission consultative TOM.

IMTSSA Archives, boîte 277 – Tuberculose.

IMTSSA Archives, boîte 278 – Paludisme : appareils et pulvérisateurs.

IMTSSA Archives, boîte 302 – Hygiène rurale, Conférence Bandoeng 1937.

IMTSSA Archives, boîte 306 – Main d’œuvre dans colonies étrangères et françaises.

IMTSSA Archives, boîte 5 – Rapports annuels 1952, 1953, 1954, 1956, 1957.

IMTSSA Archives, boîte 89 – AEF Rapports annuels 1944, 1945, 1946, 1947.

IMTSSA Archives, boîte Gabon 1963-1965 : politiques sanitaires.

Institut Pédagogique National, Laboratoire National de Cartographie, 1983, Géographie et cartographie du Gabon, atlas illustré, Libreville, Edicef.

Jones M., 2000, « The Ceylon Malaria Epidemic of 1934–35: A Case Study in Colonial Medicine », Social History of Medicine, vol. 13, No.1, 87-110.

Maiga M.A, Sanogo N, Kone N., 1992, « Paludisme dans les villages colons à Kolongotomo office du Niger, enquêtes démographique, épidémiologique et socio-économique », Médecine d'Afrique Noire, vol. 39, No.7, 474-479.

McEvedy C., 1980, The Penguin Atlas of African History, London: Penguin (1980), revised edition 1995, World History at KMLA: http://www.zum.de/whkmla/histatlas/centrafrica/haxgabon.html.

Mouchet J., Carnevale P., Coosemans M., Julvez J., Manguin S., Richard-Lenoble D., Sircoulon J., 2004, Biodiversité du paludisme dans le monde, Paris, Ed. John Libbey Eurotext, Impact Malaria.

Ndao M., 2005, Les sources de l’histoire de la santé au Sénégal. Problèmes méthodologiques et de collecte des données, Histoire de l’Afrique de l’Ouest : http://www.histoire-afrique.org/article157.html?artsuite=0.

Ndonghan Iyangui N., 2006. Essai de suivi du paludisme au Gabon par SIG. Reims, Université de Reims Champagne-Ardenne, Thèse de Doctorat.

Richard A., Léonard G., 1993, Le Gabon, géographie active, Vanves, Edicef.

Roll Back Malaria, 2002, « Africa Malaria Day 2002, Public service announcements », Roll Back Malaria: http://rbm.who.int/amd2002/abuja2002_psa.htm.

Sautet J., Aldighieri R., 1954. « La lutte antipaludique à la Guadeloupe ». Bulletin de l’Organisation Mondiale de la Santé, No.11, 557-577.

Shultz S. M., « Epidemics in Colonial Philadelphia from 1699-1799
and The Risk of Dying »,
Archiving Early America: http://www.earlyamerica.com/review/2007_winter_spring/epidemics.html.

Tchicha B., « Historique de la lutte antipaludique en Algérie », Institut National de Santé Publique : http://www.sante.dz/insp/paludisme-historique.htm.

Tu S., Mason C. A., 2004, « Organizing population data into complex family pedigrees: application of a second-order data linkage to birth defects registries » Birth defects research (Part A): clinical and molecular teratology, No.70, 603-608.

Zhan F. B., Brender J. D., Han Y., Suarez L., Langlois P. H., 2006. « GIS-EpiLink: A Spatial Search Tool for Linking Environmental and Health Data ». Journal of Medical Systems, No.30, 405-412.

Haut de page

Notes

1 Groupe ethnique du Gabon localisé au nord de la province de l’Ogooué-Maritime et dans celle de l’Estuaire

2 http://www.impact-malaria.com/iml/cx/fr/layout.jsp?cnt=FB7F090A-10B5-4080-A2E3-4744B142163C

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Carte administrative du Gabon (sources : fond de carte, Laboratoire National de Cartographie, 1983)
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/24196/img-1.png
Fichier image/png, 397k
Titre Figure 2 : Géographie des principales espèces anophéliènnes en 1955 au Gabon (source : données IMTSSA Archives, boîte 5)
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/24196/img-2.png
Fichier image/png, 288k
Titre Figure 3 : Géographie de l’endémicité palustre au Gabon en 1955 (source : données IMTSSA Archives, boîte 5)
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/24196/img-3.png
Fichier image/png, 284k
Titre Figure 4 : Evolution de l’indice splénique par province au Gabon (source : données IMTSSA Archives, boîte 5)
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/24196/img-4.png
Fichier image/png, 261k
Titre Figure 5 : Evolution géographie de l’indice splénique des enfants de 5-14 ans par province au Gabon entre 1952 et 1954 (source : données IMTSSA Archives, boîte 5)
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/24196/img-5.png
Fichier image/png, 288k
Titre Figure 6 : Evolution à partir de la côte de l’indice splénique des 5-14 ans par province au Gabon entre 1952 et 1954 (source : données IMTSSA Archives, boîte 5)
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/24196/img-6.png
Fichier image/png, 91k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nadine N. Ndonghan Iyangui, Jean-Charles Clanet et Maryvonne Kombila, « L’organisation de la prévention antipaludique au Gabon à l’époque coloniale », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Espace, Société, Territoire, document 547, mis en ligne le 15 octobre 2011, consulté le 28 avril 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/24196 ; DOI : 10.4000/cybergeo.24196

Haut de page

Auteurs

Nadine N. Ndonghan Iyangui

Enseignant-chercheur
LAGRAC, Université Omar BONGO
n_iyangui@yahoo.fr

Jean-Charles Clanet

Directeur de Recherche
IRD - UMR G-EAU
Jean-charles.Clanet@ird.fr

Maryvonne Kombila

Chef du Département de Parasitologie-mycologie
Université des Sciences de la Santé
valentine_favry@yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page