Navigation – Plan du site
2011
550

Une métaphore de la démarche géographique et de l’histoire du XIXe siècle : L’Île Mystérieuse de Jules Verne (1874-75)

A metaphor of the geographical approach and the XIXth century history: Mysterious Island of Jules Verne (1874-75)
Lionel Dupuy

Résumés

Poursuivant l’analyse réalisée par Jean-Louis Tisser en 1996, dans laquelle il considère L’Île Mystérieuse (1874-75) de Jules Verne comme une parabole de la démarche géographique, l’article met en évidence comment ce roman peut aussi être lu comme une métaphore de l’histoire du XIXe siècle.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Il s’agit du chapitre XI de la première partie, et non pas du chapitre II comme indiqué dans l’arti (...)

1En 1996, Jean-Louis Tissier publiait dans cette même revue un court mais passionnant article intitulé « L’Île Mystérieuse - Jules Verne - 1874 - hydrographie et orographie. L’île est-elle habitée ? Baptême des baies, caps, golfes, rivières... » (Tissier, 1996). Analysant le célèbre roman de Jules Verne (1828-1905), l’auteur écrit que nous avons affaire avec ce récit, et notamment dans le chapitre XI de la première partie, à une véritable « parabole de la démarche géographique »1. Si nous pouvons effectivement y lire une parabole de la démarche géographique, il est également intéressant de remarquer comment le romancier propose aussi, et avant tout, une véritable métaphore de l’histoire de l’humanité, et plus particulièrement du XIXe siècle, période durant laquelle l’auteur écrit ses 62 Voyages Extraordinaires. Rappelons à ce titre qu’étymologiquement la métaphore signifie « transporter ; porter d’un lieu à l’autre » (Rey, 2007, p. 2214).

  • 2 Les colons parviennent à calculer la position géographique exacte de l’île : 150° 30’ de longitude (...)

2L’île sur laquelle les colons se retrouvent existe, mais en dehors de l’espace et du temps conventionnels. Par un procédé romanesque courant dans l’œuvre de l’écrivain, les héros atterrissent sur un lieu inconnu, grâce à un ballon qu’une tempête va transporter au-delà du monde connu, cartographié, au-delà de l’œcoumène de la deuxième moitié du XIXe siècle. Le roman répond à ce titre directement à l’objectif que Jules Verne s’était fixé, celui d’explorer les « Mondes connus et inconnus » (Hetzel, 1866, p. 2). C’est ainsi que les fureurs d’une météo capricieuse vont précipiter nos héros dans un autre monde, un lieu imaginaire mais parfaitement vraisemblable, plausible, où l’extraordinaire sera leur nouveau quotidien2. Les colons de la future « île Lincoln » vont y vivre en l’espace de deux années des expériences aussi inattendues que surprenantes.

3Nous souhaiterions dans cet article poursuivre et approfondir la lecture que Jean-Louis Tissier avait faite de ce Voyage Extraordinaire en analysant plus particulièrement comment Jules Verne inverse ici les chronotopes romanesques du roman historique (l’ici/autrefois) afin de proposer un roman géographique où le récit se déroule ailleurs/maintenant et ailleurs/autrefois (Seillan, 2008, p. 199). L’inversion chronotopique permet au romancier d’introduire dans son récit la dimension imaginaire qui lui assure l’écriture d’un Voyage littéralement Extraordinaire, et qui condense métaphoriquement, dans l’espace et dans le temps, à la fois la démarche géographique mais aussi et surtout l’histoire du XIXe siècle.

Les richesses d’une île inconnue et mystérieuse : un cadre propice à l’écriture métaphorique

4Dans cette nouvelle aventure, le mystère et la richesse de l’île s’articulent autour de trois acteurs importants : d’abord l’île (qui est un volcan en activité, un lieu imaginé et dessiné par l’auteur), ensuite le capitaine Nemo (venu se réfugier au cœur de l’île pour y finir ses jours), et enfin l’ingénieur Cyrus Smith, symbole de la science et de la technique triomphantes de cette deuxième moitié du XIXe siècle. Nous reviendrons plus longuement sur ce dernier personnage qui cristallise les ressources mais aussi les limites d’une science qui se développe dans un contexte positiviste et saint-simonien.

5L’île est donc un volcan qui dès le début de l’aventure montre des signes d’activités. Véritable bombe à retardement, les naufragés de l’île Lincoln vont donc devoir affronter une nature à la fois sauvage, extraordinaire et imprévisible.

  • 3 Toutes les citations de Jules Verne rapportées dans cet article sont des extraits de L’Île Mystérie (...)

6Le narrateur déclare ainsi, dès le début du récit, à propos de la structure géologique de l’île : « Mais, à la vue de ces roches convulsionnées qui s’entassaient sur la gauche, un géologue n’eût pas hésité à leur donner une origine volcanique, car elles étaient incontestablement le produit d’un travail plutonien » (ch. 3, 1ère partie)3. À la lecture de cette description, on peut donc légitimement penser que l’intrigue va se développer sur une île d’origine uniquement volcanique. Cet élément, a priori anodin, est pourtant d’un grand intérêt dans la compréhension de la logique utilisée par Jules Verne dans l’écriture de son roman. Le thème du volcan est cher à l’auteur, car ce dernier permet de faire directement référence au feu, aux profondeurs de la terre, aux origines du monde, comme dans Voyage au centre de la Terre (Dupuy, 2005, pp. 10-18).

7Pourtant, quelques pages plus loin, le narrateur évoque des roches granitiques, reprenant ici la théorie géologique en vogue à l’époque du romancier selon laquelle l’Océanie serait un continent effondré : « La rivière s’enfonçait presque directement entre les deux murs de granite qui tendaient à s’abaisser en amont de l’embouchure » (ch. 4, 1ère partie). Il renouvelle la référence au granite par l’intermédiaire d’une explication de Cyrus Smith, l’homme de science du groupe :

« L’ingénieur observa ce granite noir. Il n’y vit pas une strate, pas une faille. La masse était compacte et d’un grain extrêmement serré. Ce boyau datait donc de l’origine même de l’île. Ce n’étaient point les eaux qui l’avaient creusé peu à peu. Pluton, et non pas Neptune, l’avait foré de sa propre main, et l’on pouvait distinguer sur la muraille les traces d’un travail éruptif que le lavage des eaux n’avait pu totalement effacer » (ch. 18, 1ère partie).

8Si l’île est volcanique, comment expliquer alors la présence particulièrement improbable de ce granite ? Car Jules Verne pousse encore plus loin l’invraisemblance géologique, qu’il double par la suite d’une invraisemblance pédologique : « Mes amis, ceci est du minerai de fer, ceci une pyrite, ceci de l’argile, ceci de la chaux, ceci du charbon. Voilà ce que nous donne la nature, et voilà sa part dans le travail commun ! » (ch. 12, 1ère partie).

9Le dispositif géologique et pédologique que l’auteur retient dans cette île participe en fait d’une mise en extraordinaire de ce lieu qui, si il étonne évidemment les colons, est parfaitement explicable d’un point de vue romanesque. Il s’agit pour l’auteur de créer ici un microcosme complet qui reprend et réduit localement la complexe et longue histoire géologique de la Terre. Et c’est sur cette île improbable au double plan géologique et pédologique que les héros vont évoluer et refaire, en un temps record, les principaux gestes que l’humanité a connus durant sont histoire :

« - Il est assez singulier, fit observer Gédéon Spilett, que cette île, relativement petite, présente un sol aussi varié. Cette diversité d’aspect n’appartient logiquement qu’aux continents d’une certaine étendue. On dirait vraiment que la partie occidentale de l’île Lincoln, si riche et si fertile, est baignée par les eaux chaudes du golfe Mexicain, et que ses rivages du nord et du sud-est s’étendent sur une sorte de mer Arctique » (ch. 21, 1ère partie).

10Dans ce lieu imaginaire mais parfaitement plausible, Jules Verne va donc métaphoriser à la fois l’histoire de l’humanité – plus particulièrement celle du XIXe siècle – et l’histoire de la Terre. L’île semble procéder ainsi d’un synchrétisme géologique et géographique pour le moins surprenant. Elle constitue donc un véritable condensé, un raccourci extraordinaire de la Terre, envisagée ici dans sa configuration géologique, climatologique et pédologique. Elle constitue alors cette scène de théâtre où les hommes et la terre vont évoluer dans une autre dialectique de l’espace et du temps. Ce surprenant espace insulaire sort de l’espace et du temps conventionnels pour proposer une utopie, au sens étymologique du terme, c’est-à-dire un lieu qui n’existe pas, mais aussi un lieu de bonheur. Cette utopie se double également d’une uchronie, une évocation imaginaire dans le temps.

11La nature, qui est généreuse dans cette robinsonnade, est finalement porteuse d’espoir pour ces colons livrés à eux-mêmes. Mais elle représente aussi un puissant compte à rebours, celui d’une fin annoncée dès les premières pages du roman, avec l’illustration de cette île-volcan au sommet de laquelle s’échappe un panache de fumée pour le moins inquiétant. Si l’espace est limité, le temps, lui, est compté. Et il faut donc maintenant prendre rapidement et efficacement possession de ce bout de terre que la Providence a donnée à ces (in)fortunés colons.

Un projet géographique : faire de l’île une colonie américaine

12Rapidement installés dans « Granite House », les colons vont vouloir en savoir plus sur cette île providentielle. Car, et comme le souligne justement Jean-Louis Tissier, l’île est un « angle mort de la connaissance géographique » (Tissier, 1996). Le chapitre XI de la première partie est à ce titre une véritable « parabole de la démarche géographique. Celle-ci par la cartographie et la toponymie marque une prise de possession intellectuelle de l’espace » (Tissier, 1996). Les colons vont alors explorer ce territoire vierge et nommer progressivement les différentes parties de l’île, résumant ici une partie de l’histoire de l’humanité.

13L’île présente cependant des formes, des contours qui ne sont pas sans surprendre les colons (Jules Verne a lui-même dessiné cette île ; cf. document n° 1) :

« Sa forme, véritablement étrange, surprenait le regard, et quand Gédéon Spilett, sur les conseils de l’ingénieur, en eut dessiné les contours, on trouva qu’elle ressemblait à quelque fantastique animal, une sorte de ptéropode monstrueux, qui eût été endormi à la surface du Pacifique. […] Au nord-est, deux autres caps fermaient la baie, et entre se creusait un étroit golfe qui ressemblaient à la mâchoire entrouverte de quelque formidable squale. – Du nord-est au nord-ouest, la côte s’arrondissait comme le crâne aplati d’un fauve, pour se relever en une sorte de gibbosité qui n’assignait pas un dessin très déterminé à cette partie de l’île, dont le centre était occupé par la montagne volcanique. De ce point, le littoral courait assez régulièrement nord et sud, creusé, aux deux tiers de son périmètre, par une étroite crique, à partir de laquelle il finissait en une longue queue, semblable à l’appendice caudal d’un gigantesque alligator » (ch. 11, 1ère partie).

Document 1 : L’Île Mystérieuse, dessinée par Jules Verne

Document 1 : L’Île Mystérieuse, dessinée par Jules Verne

14Mais au-delà de la cartographie et du baptême des différentes parties de ce territoire, la prise de possession de l’île passe également par l’accomplissement en l’espace de deux années de tous les gestes réalisés par l’homme depuis l’origine de l’humanité. C’est ainsi qu’ils travaillent d’abord l’argile, le métal, le bois, puis l’osier, pour terminer par la raffinerie afin d’élaborer le sucre :

« Après avoir été briquetiers, potiers, fondeurs, forgerons, nous saurons bien être maçons, que diable ! » (ch. 16, 1ère partie) ; « Mais les menuisiers durent être bientôt remplacés par les charpentiers » (ch. 20, 1ère partie) ; « Puis, les menuisiers devinrent vanniers […] » (ch. 22, 1ère partie) ; « […] un jour Cyrus Smith annonça à ses compagnons qu’ils allaient se transformer en raffineurs » (ch. 22, 1ère partie).

15La seule exception qui est faite ici est celle de la dynamite qui ne peut être utilisée dans le roman en 1865, puisque sa découverte date de 1866 – ce que signale d’ailleurs Jules Verne (ch. 21, 1ère partie).

16Disposant maintenant des outils et produits de base, les colons peuvent alors passer à la deuxième étape de la colonisation de leur île, c’est-à-dire l’aménagement et la valorisation de l’espace mis à leur disposition. Comment ne pas reconnaître ici la formalisation d’un projet géographique ? Les colons décident alors d’isoler leur campement pour faire face aux menaces extérieures, puis ils aménagent des enclos pour élever des bêtes, construisent un moulin, confectionnent des vêtements, et établissent même un télégraphe. Ils répondent ainsi aux attentes formulées par Pencroff au début de leur périple :

« Quant à moi, dit le marin, que je perde mon nom si je boude à la besogne, et si vous le voulez bien, monsieur Smith, nous ferons de cette île une petite Amérique ! Nous y bâtirons des villes, nous y établirons des chemins de fer, nous y installerons des télégraphes, et un beau jour, quand elle sera bien transformée, bien aménagée, bien civilisée, nous irons l’offrir au gouvernement de l’Union ! Seulement, je demande une chose. – Laquelle ? répondit le reporter. – C’est de ne plus nous considérer comme des naufragés, mais bien comme des colons qui sont venus ici pour coloniser ! » (ch. 11, 1ère partie).

17Dans cette société reconstituée, masculine et éphémère, dans cette histoire accélérée de l’humanité, l’union fait la force. Accompagnés de Top, le chien de Cyrus Smith, les cinq colons vont apprivoiser un orang-outan (Jup) qui devient presque humain au contact des hommes. Ils ramèneront même à la civilisation Ayrton, un traître abandonné sur une île déserte dans Les Enfants du capitaine Grant. Le capitaine Nemo résume d’ailleurs à la fin de l’aventure l’état d’esprit des colons et la philosophie du roman : « La solitude, l’isolement sont choses tristes, au-dessus des forces humaines… je meurs d’avoir cru que l’on pouvait vivre seul !… » (ch. 17, 3ème partie).

18Jules Verne condense donc sur cette île mystérieuse la société et la science de son époque. Car il est intéressant de souligner comment différentes étapes se succèdent dans ce récit, des étapes qui ne sont pas sans rappeler l’histoire (biblique) de l’homme, de la science et de la technique de la deuxième moitié du XIXe siècle. Le romancier écrit d’ailleurs à son éditeur, à propos de son roman :

« J’ai la conviction profonde que la curiosité du lecteur sera excitée, et que la somme des choses imaginées dans cet ouvrage, est plus considérable que dans les autres, et que ce que j’appelle le crescendo s’y développe d’une manière pour ainsi dire mathématique » (Dumas et al., 2000, p. 208).

19Le récit commence donc dans le chaos, un pays en proie à une guerre que les héros cherchent à fuir. Quittant ce chaos par les airs, ils atterrissent sur une île inconnue. Cette île particulièrement riche (au triple plan minéral, animal et végétal), va être transformée, grâce à Cyrus Smith. Michel Roux reconnaît d’ailleurs dans ces gestes fondateurs l’efficacité d’un démiurge : « Chaque individu accomplit des gestes civilisateurs, puisqu’il transforme le Chaos en Cosmos » (Roux, 1999, p. 151). S’opère ainsi le passage du chaos au cosmos. Baptisée, cartographiée (Fontanabona, 2010), aménagée, valorisée, l’île est alors le théâtre d’une histoire accélérée, celle de l’humanité, de la science et de la technique mises au service d’un projet géographique : faire de l’île une colonie états-unienne. Or il faut souligner ici que le ce projet (géographique) est emblématique de cette période où les grandes puissances coloniales s’affrontent pour affirmer leur souveraineté partout dans le monde. La démarche coloniale est donc évidemment en filigrane dans ce récit qui met à l’honneur des américains. Et n’oublions pas que le roman a été écrit et publié au tout début de la IIIe République, période qui voit la France se doter en l’espace d’une génération du deuxième empire colonial après celui du Royaume-Uni. Si la prise de possession de l’île est intellectuelle (par son baptême, sa cartographie), elle est donc aussi et avant tout physique, et elle illustre bien l’état d’esprit conquérant des dernières décennies de ce « pratique et positif XIXe siècle », pour reprendre l’expression que l’auteur emploi dès les premières lignes d’un autre roman lui aussi métaphorique : Le Château des Carpathes (1892).

20Et comme dans Le Château des Carpathes, au-dessus des colons plane un inquiétant mystère. Car l’île était habitée avant eux, et ils ne sont donc pas les seuls à vivre sur ce bout de rocher isolé. Un être supérieur agit pour eux, mais il reste caché. Tel est le mystère de ce ‘Dieu’ que les hommes cherchent toujours à élucider. La vérité éclate finalement, peu de temps avant que le l’île-volcan n’entre en éruption, véritable métaphore de l’histoire programmée de la fin de la Terre, et par conséquent de l’homme, à moins qu’il ne trouve le moyen de partir s’installer ailleurs. C’est ce que feront les colons, en revenant dans leur patrie d’origine, alors apaisée. La boucle est bouclée définitivement. Le retour aux sources est définitivement accompli.

Une métaphore sociale : Cyrus Smith ou le triomphe relatif de la science

21Le troisième et dernier acteur principal de cette aventure est l’ingénieur Cyrus Smith. Personnage omniscient et omniprésent, c’est celui qui possède la science et la technique nécessaires à la réalisation de tous ces projets. Tous les autres membres du groupe lui vouent une confiance absolue :

« L’ingénieur était pour eux un microcosme, un composé de toute la science et de toute l’intelligence humaine ! Autant valait se trouver avec Cyrus dans une île déserte que sans Cyrus dans la plus industrieuse ville de l’Union. Avec lui, on ne pouvait manquer de rien. Avec lui, on ne pouvait désespérer. On serait venu dire à ces braves gens qu’une éruption volcanique allait anéantir cette terre, que cette terre allait s’enfoncer dans les abîmes du Pacifique, qu’ils eussent imperturbablement répondu : ‘Cyrus est là ! Voyez Cyrus !’«  (ch. 9, 1ère partie) ; « Sa foi dans l’ingénieur était absolue. Rien n’eût pu la troubler. Il le croyait capable de tout entreprendre et de réussir à tout » (ch. 19, 1ère partie) ; « Et maintenant, grâce au savoir de leur chef, grâce à leur propre intelligence, c’étaient de véritables colons, munis d’armes, d’outils, d’instruments, qui avaient su transformer à leur profit les animaux, les plantes et les minéraux de l’île, c’est-à-dire les trois règnes de la nature ! » (ch. 8, 2nde partie).

22Pour autant, et malgré ses solides connaissances, l’ingénieur ne peut expliquer les nombreux mystères qui se déroulent sur l’île. C’est la raison pour laquelle il ne parle de ses interrogations qu’à Gédéon Spilett, afin de ne pas inquiéter les autres membres du groupe. L’ingénieur témoigne ainsi d’une véritable sollicitude envers ses compagnons, ce qui renforce la dimension humaine et l’aura (saint-simonienne) de ce personnage considéré comme un demi-dieu :

« Cyrus Smith attendait avec sa patience habituelle, bien que sa raison tenace s’exaspérât de se sentir en face d’un fait absolument inexplicable, et il s’indignait en songeant qu’autour de lui, au-dessus de lui peut-être, s’exerçait une influence à laquelle il ne pouvait donner de nom » (ch. 6, 2nde partie) ; « Cette protection invisible, qui réduisait à néant leur propre action, irritait et touchait à la fois l’ingénieur » (ch. 13, 3ème partie).

23Jules Verne, qui joue avec l’intensité dramatique dans son récit comme nous l’avons souligné précédemment, relativise la toute puissance de l’ingénieur et de sa science. Il existe un autre dieu dans cette île, ou quelqu’un qui possède une science et une technique que l’ingénieur ne maîtrise pas :

« On le voit, la confiance du marin envers le dieu spécial de son île était absolue, et, certes, la puissance occulte qui s’était manifestée jusqu’ici par tant d’actes inexplicables paraissait être sans limites ; mais aussi, elle sut échapper aux minutieuses recherches des colons, car, malgré tous leurs efforts, malgré le zèle, la ténacité qu’ils apportèrent à leur exploration, l’étrange retraite ne put être découverte […]. Les colons étaient véritablement en droit de croire que l’être mystérieux ne résidait pas à la surface de l’île, et alors les plus folles hypothèses hantèrent leurs imaginations surexcitées. Pencroff et Nab, particulièrement, ne se contentaient plus de l’étrange et se laissaient emporter dans le monde du surnaturel » (ch. 13, 3ème partie).

24Les colons, bien installés sur l’île désormais, doivent alors affronter de multiples épreuves, trouver des réponses à de nouvelles interrogations. Ils sont observés et aidés par une puissance supérieure qui met à mal les capacités de raisonnement de Cyrus Smith. L’île s’enveloppe d’un mystère supplémentaire, parabole ici d’une question existentielle : Dieu existe-t-il ? Si oui, où se cache-t-il ?

25La science de Cyrus Smith connaît donc des limites que le narrateur souligne avec inquiétude : « Mais le moment ne viendrait-il pas où toute leur science serait mise en défaut » (ch. 8, 3ème partie). Les réflexions philosophiques et métaphysiques alimentent ainsi ce récit vernien. L’une d’entre elles permet de mieux appréhender l’état d’esprit qui préside à la colonisation de cette île : « […] ainsi est-il du cœur de l’homme. Le besoin de faire œuvre qui dure, qui lui survive, est le signe de sa supériorité sur tout ce qui vit ici-bas. C’est ce qui a fondé sa domination, et c’est ce qui la justifie dans le monde entier » (ch. 15, 3ème partie).

26Il est particulièrement intéressant, et nécessaire pour le comprendre, de rattacher ce roman au contexte philosophique, scientifique et sociétal dans lequel il a été écrit. Témoin éclairé de son époque, talentueux vulgarisateur scientifique, Jules Verne fait évoluer finalement dans cette micro-société insulaire des hommes qui sont les dignes représentants de leur époque : un ingénieur qui a œuvré dans les chemins de fer (Cyrus Smith), symbole de cette révolution des techniques et des transports qui a profondément marqué le XIXe siècle ; un journaliste (Gédéon Spilett), qui cristallise le développement de la presse et des moyens de communication, particulièrement dans la deuxième moitié du XIXe siècle ; Harbert Brown, jeune homme courageux qui fait confiance à ses pères/pairs ; Pencroff, le marin de service, celui qui rappelle le rôle fondamental des mers et océans dans le développement des sociétés industrielles et coloniales de l’époque ; Nab, esclave affranchi, serviteur dévoué de l’ingénieur ; et enfin Top, le chien fidèle, l’animal de compagnie de l’ingénieur, compagnon de route de cette équipe réduite.

27Si le groupe est uni, il n’en demeure pas moins hiérarchisé, à l’image des rapports sociaux qui prévalent encore durant la deuxième moitié du XIXe siècle. Positiviste et saint-simonien dans l’âme (Chesneaux, 2001, p. 97), l’auteur illustre également dans son roman cette foi, quasi absolue, dans la science et la technique de son temps. Mais quand la science est mise en échec, comme cela arrive à de nombreuses reprises (fièvre de Harbert, actes de piraterie, imminence de l’éruption du volcan), c’est vers la Providence que les héros se tournent. Et c’est au capitaine Nemo que revient le privilège d’incarner cette métaphore, ou plus exactement cette allégorie de la Providence qui va aider en dernier recours ces hommes qui ont épuisé les limites de leur science et de leur réflexion sur ce qu’ils vivent dans cette île littéralement mystérieuse.

L’inversion chronotopique au service de l’imaginaire géographique : le capitaine Nemo ou le génie des lieux

28D’abord considéré comme éteint, bien que laissant s’échapper quelques volutes de fumée, le volcan de l’île finit par montrer des signes évidents d’activité qui inquiètent les colons. Sur cette île-volcan, porte d’entrée idéale vers un autre monde, le passage du profane vers le sacré s’opère dès la rencontre avec le capitaine Nemo – véritable ressort de cette histoire huilée comme une mécanique de précision – qui dévoile finalement de nombreux secrets, à la fois sur cette aventure, et sur la précédente : Vingt mille lieues sous les Mers (1869-1870). Alors considéré comme un demi-dieu, au-delà de Cyrus Smith, ce génie des lieux vit reclus au cœur de l’île agissant à distance pour aider les colons. Nemo passe ici du statut d’un « deus in machina » (à l’intérieur du Nautilus) à un « deus in craterem » (Nemo à l’intérieur du Nautilus, lui-même à l’intérieur du cratère). La symbolique du volcan est ici très forte, à l’image de celle que l’on retrouve dans de nombreux Voyages Extraordinaires.

29Différentes variations chronotopiques sont finalement déclinées dans ce récit. Elles permettent au romancier de filer sa métaphore sociale, historique et géographique sur l’ensemble du roman :

  • L’ici/maintenant correspond à la guerre de Sécession qui fait rage aux USA (1861-1865). En fuyant cette guerre, les héros passent alors de l’ici/maintenant à l’ailleurs/maintenant. La rupture dans l’espace-temps est assurée par le voyage en ballon, des USA vers l’île. C’est donc par ce ballon que Jules Verne fait basculer son récit de l’ici américain vers l’ailleurs d’une île où l’espace et le temps sont contractés, et où la métaphore peut être développée.

  • L’ailleurs/maintenant correspond à la narration du roman sur l’île : les héros sont désormais sur cette île, ailleurs (par rapport aux USA) et maintenant, dans un nouveau quotidien, un nouvel ordinaire (recréé par l’ingénieur Cyrus Smith).

  • L’ailleurs/autrefois correspond à la rencontre avec le capitaine Nemo qui relate son installation au cœur de l’île, pour y terminer ses jours. L’île-volcan est alors dotée d’une histoire, d’une âme, incarnée par cet autre personnage vernien. Ce dernier permet à l’île d’exister, d’être en relation avec le reste du monde et l’œuvre de Jules Verne par le jeu des références intertextuelles. Par le capitaine Nemo il est également possible d’envisager une autre forme de retour aux sources, avant la rentrée des colons sur le continent : les sources de l’île, les sources du capitaine, l’origine des différents mystères.

  • L’ici/autrefois correspond à ce voyage dans le temps que les héros réalisent aussi. Car le voyage ne se fait pas que dans l’espace, comme nous l’avons abordé dans cet article. En reproduisant un à un tous les gestes que l’humanité a accomplis depuis l’origine des temps à nos jours, les colons de l’île Lincoln revisitent aussi l’autrefois d’un monde qu’ils ont quitté (l’ici américain), tout en cristallisant spécifiquement sur cette île, et par leurs actes, leurs réalisations, l’histoire du XIXe siècle.

30C’est donc grâce à ces différentes variations chronotopiques que le temps et l’espace peuvent ainsi être condensés. Or la contraction de l’espace/temps sur l’île est particulièrement mise en évidence par la présence du capitaine Nemo dont la rencontre est théoriquement impossible. En effet, tels que les faits et les dates sont présentés dans le récit, le capitaine Nemo ne peut avoir un âge aussi avancé dans L’Île Mystérieuse (Dupuy, 2008, pp. 29-43), sauf à considérer l’île comme une machine à relativiser le temps, à voyager dans le temps. Cette hypothèse est d’autant plus séduisante qu’elle permet finalement de rendre compte de l’extraordinaire activité des colons sur l’île.

31Hetzel, l’éditeur de Jules Verne, répond habilement à ce paradoxe temporel en ajoutant deux notes de bas de page. Toutes les deux essaient de justifier les discordances dans les dates car elles ne permettent pas, théoriquement, un tel enchaînement dans les rencontres avec Ayrton (présenté dans Les Enfants du capitaine Grant) (ch. 17, 2nde partie) et Nemo (Vingt mille lieues sous les Mers) (ch. 16, 3ème partie). Au sein même du corpus des Voyages Extraordinaires, L’Île Mystérieuse est alors un lieu qui fonctionne dans un cadre spatio-temporel autonome. Michel Butor ne déclare-t-il pas à propos de ce roman :

« Tous les thèmes que nous avons effleurés jusqu’à présent [les quatre éléments, le point suprême, le volcan, le centre de la terre, etc.], se retrouvent, sans exception, dans L’Île Mystérieuse, mais amplifiés par de nouvelles perspectives. On peut suivre à travers la plupart des romans qui précédent 1875 la venue au jour des éléments qui seront intégrés dans cette histoire figurée de l’homme et de l’univers » (Butor, 1992, p. 60).

32Le roman que nous avons présenté est ainsi emblématique de cet imaginaire géographique (et historique aussi dans le cas présent) commun à l’ensemble des Voyages Extraordinaires. Le déplacement du récit de l’ici vers un ailleurs extraordinaire permet à Jules Verne de transmettre autrement le savoir géographique. La vocation pédagogique et didactique est évidente dans ce récit qui instruit tout en divertissant. Les romans de Jules Verne disent autrement l’histoire et la géographie de leur temps, métaphoriquement dans le cas étudié ici, et c’est la raison pour laquelle il nous semble pertinent de relire aujourd’hui encore cette production littéraire fondamentalement géographique.

Conclusion : de l’intérêt d’une géographie littéraire

33L’analyse que Jean-Louis Tissier avait réalisée de ce célèbre roman de Jules Verne nous a conduit à poursuivre et à approfondir le développement qu’il a consacré à ce roman en 1996. L’Île Mystérieuse constitue donc à la fois une métaphore de la démarche géographique, par les différentes actions que les colons mènent sur l’île, mais aussi et surtout une métaphore de la société et de la science du XIXe siècle. Dans ce roman, l’homme, par sa maîtrise de la science et de la technique, et aidé par un demi-dieu présent, généreux, est capable de reproduire en un temps record les principaux gestes qui ont fait évoluer l’humanité jusqu’au XIXe siècle, point d’orgue de cette métaphore filée qui n’est pas unique dans l’œuvre du romancier (Dupuy, 2011, pp. 37-49).

34Il apparaît également dans l’analyse que nous avons réalisée que Jules Verne agit directement sur les variables chronotopiques en déplaçant son récit de l’ici/maintenant vers l’ailleurs/maintenant et l’ailleurs/autrefois. Par ce déplacement dans l’espace et dans le temps, le romancier dispose alors des bases nécessaires à l’élaboration d’un voyage imaginaire, littéralement extraordinaire. De même, ce récit permet de mieux appréhender l’univers de Jules Verne, ses thèmes récurrents, les structures qu’il utilise pour développer son imaginaire géographique. L’Île Mystérieuse est finalement ce « point suprême » des Voyages Extraordinaires qui tend à résoudre toutes les antinomies, comme le souligne Michel Butor, pour qui la modernité commence avec Baudelaire, Dostoïevsky, Mallarmé, et bien sûr Jules Verne.

35C’est la raison pour laquelle nous pensons qu’il est particulièrement intéressant de se pencher à nouveau sur cet « âge d’or » d’une littérature en prise directe avec les réalités et les rêves de la société, d’une littérature capable de nous transporter ailleurs, par le biais de ce trope puissant que constitue la métaphore. Or aujourd’hui il manque un support à l’écriture et à la transmission du savoir géographique. La (re)lecture des romans de Jules Verne invite alors le géographe à considérer la littérature et l’imaginaire comme de nouveaux terrains d’études susceptibles de nous aider à renouer ce lien brisé entre une discipline et son public. Et cette géographie littéraire, qui prend forme actuellement, ne peut que s’enrichir de la relecture des Voyages Extraordinaires de Jules Verne.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Butor M., 1992 (réédition de l’ouvrage de 1964), « Le point suprême et l’âge d’or à travers quelques œuvres de Jules Verne », Essais sur les modernes, Paris, Gallimard.

Chesneaux J., 2001, Jules Verne. Un regard sur le monde. Nouvelles lectures politiques, Paris, Bayard.

Collectif, 2004, Conversations avec Michel Butor et Péter Esterhàzy, Revue Jules Verne, No.18.

Dumas O., Gondolo Della Riva P., Dehs V., t. I, 2000 ; t. II, 2001 ; t. III, 2002, Correspondance inédite de Jules Verne avec l’éditeur Pierre-Jules Hetzel (1863-1886), Genève, Slatkine.

Dupuy L., 2005, « Jules Verne, romancier des volcans », Éruption Objectif Volcans, 10-18.

Dupuy L., 2008, « Inter et intrasémioticité dans l’œuvre de Jules Verne. Quelques exemples à partir de Vingt mille lieues sous les Mers et L’Île Mystérieuse », Semiotics and Intermediality, Applied Semiotics / Sémiotique appliquée, No.20, vol. 7, 29-43, http://www.chass.utoronto.ca/french/as-sa/ASSA-No20/Article3fr.html

Dupuy L., 2011, « La métaphore au service de l’imaginaire géographique : Vingt mille lieues sous les mers de Jules Verne (1869) », Cahiers de Géographie du Québec, vol. 55, No.154, 37-49.

Fontanabona J., 2010, « La géographie de Jules Verne et ses cartes dans L’Île Mystérieuse », M@ppemonde, No.97, http://mappemonde.mgm.fr/num25/articles/art10101.html

Gobenceaux N., 2007, « Quelques éclaircissements sur la relation de Michel Butor à la géographie. Entretien avec Michel Butor », Cybergeo : European Journal of Geography, http://cybergeo.revues.org/index9952.html

Hetzel J., 1866, « Avertissement de l’éditeur », Voyages et aventures du capitaine Hatteras, Paris, Hetzel.

Rey A. (dir.), 2007, Dictionnaire historique de la langue française, Paris, Le Robert.

Roux M., 1999, Géographie et Complexité. Les espaces de la nostalgie, Paris, L’Harmattan.

Seillan J.-M., 2008, « Histoire d’une révolution épistémologique au XIXe siècle : la captation de l’héritage d’Alexandre Dumas par Jules Verne », in : Saminadayar-Perrin C. (dir.), Qu’est-ce qu’un événement littéraire au XIXe siècle ?, Saint-Etienne, Presses universitaires de Saint-Etienne, collection « Le XIXe en représentation(s) », 199-218.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Tissier J.-L., 1996, « L’Île Mystérieuse - Jules Verne - 1874 - hydrographie et orographie. L’île est-elle habitée ? Baptême des baies, caps, golfes, rivières... », Cybergeo : European Journal of Geography, http://cybergeo.revues.org/index219.html
DOI : 10.4000/cybergeo.219

Verne J., 1874-1875, L’Île Mystérieuse, Paris, Hetzel.

Haut de page

Notes

1 Il s’agit du chapitre XI de la première partie, et non pas du chapitre II comme indiqué dans l’article de 1996.

2 Les colons parviennent à calculer la position géographique exacte de l’île : 150° 30’ de longitude ouest et 34° 57’ de latitude sud. Ces coordonnées figurent nettement sur la carte de l’île, dessinée par Jules Verne lui-même. Ces colons sont en fait des Fédérés qui fuient grâce à ce ballon leur condition de prisonniers des Confédérés, durant la guerre de Sécession qui s’est déroulée de 1861 à 1865.

3 Toutes les citations de Jules Verne rapportées dans cet article sont des extraits de L’Île Mystérieuse (1874-1875). Seuls les chapitres et parties sont donc précisés entre parenthèses.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Document 1 : L’Île Mystérieuse, dessinée par Jules Verne
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/24646/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 665k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lionel Dupuy, « Une métaphore de la démarche géographique et de l’histoire du XIXe siècle : L’Île Mystérieuse de Jules Verne (1874-75) », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Epistémologie, Histoire de la Géographie, Didactique, document 550, mis en ligne le 18 octobre 2011, consulté le 03 décembre 2016. URL : http://cybergeo.revues.org/24646 ; DOI : 10.4000/cybergeo.24646

Haut de page

Auteur

Lionel Dupuy

Docteur en Géographie - Chercheur associé
Laboratoire SET - UMR 5603 CNRS
Université de Pau et des Pays de l’Adour
lionel.dupuy@univ-pau.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page