Navigation – Plan du site
2011
561

Renouvellement urbain et risque inondation : le plan-guide « Seine-Ardoines »

Urban renewal and flood risk: the masterplan “Seine Ardoines”
Alexandre Brun et Félix Adisson

Résumés

Le rythme de l’urbanisation des zones inondables reste soutenu en région parisienne. La nouvelle orthodoxie de l’État repose largement sur la réduction de la vulnérabilité des biens et des personnes face au risque inondation, laquelle ne doit pas être systématiquement synonyme d’inconstructibilité ou de gel des territoires soumis aux risques. L’enjeu consiste à maîtriser l’urbanisation des zones les plus exposées, tout en permettant le développement urbain et économique des zones déjà urbanisées ou des zones les moins exposées. Les aménageurs et les promoteurs immobiliers ont saisi l’opportunité du repositionnement de l’État pour réinvestir des zones inondables peu densément urbanisées dans le but d’y construire davantage d’immeubles de logements et de bureaux. L’article revient sur l’élaboration du projet « Seine Ardoines » à Vitry-sur-Seine, dans un site clef du Grand Paris. Le plan-guide se présente comme un instrument d’aménagement original, permettant d’intégrer le risque inondation dans le renouvellement urbain, sans toutefois remettre en cause les stratégies de développement des collectivités locales.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Les besoins de constructions nouvelles (logements sociaux, immeubles de bureaux, etc.) et le foncier disponible, devenu rare, expliquent que les zones inondables soient très convoitées. Dans le cas des sites déjà urbanisés, les aménageurs et les promoteurs immobiliers contribuent paradoxalement au « développement urbain durable » (Barroca, Hubert, 2008) en comblant les vides laissés par les activités industrielles et portuaires au bord des fleuves, comme ils le font avec les casernes désaffectées et les délaissés ferroviaires dans d’autres secteurs ; moyennant quoi, leurs stratégies se confondent avec la logique environnementale actuelle de la « ville compacte ».

  • 1 Au plan national, près de 100.000 logements ont été construits entre 1999 et 2006 sur 424 communes (...)

2La lutte contre l’étalement urbain se traduit par une « stratégie de remplissage » au gré des opportunités foncières. Les limites, maintenant bien connues, des mesures de protection (barrages, digues…) et les retours d’expériences comme les inondations qui ont paralysé plusieurs mois durant la ville de Prague (2002) n’ont pas freiné l’urbanisation des zones inondables. En région parisienne « entre 1982 et 2008, aux 1 450 ha nouvellement urbanisés en zone inondable, s’ajoutent 2 600 ha de zones déjà urbanisées qui ont muté (de l’activité vers de l’habitat, d’espaces ouverts urbains vers des équipements…) ou qui se sont renouvelées » (Faytre, 2010, p. 6)1. La tendance est comparable à Lyon, Grenoble ou Nice.

  • 2 Dans le cas des projets en cours en région parisienne, le « renouvellement urbain en zone inondable (...)
  • 3 Urbanistes et architectes – mandataires des équipes de maîtrise d’œuvre – n’ont, par ailleurs, ni é (...)

3Dans ce contexte, le rôle des maîtres d’œuvre est déterminant mais peu commode. Il leur incombe en effet la responsabilité d’ouvrir la voie du renouvellement urbain en zone inondable2. Or, jusqu’ici, ils avaient plutôt perçu le risque inondation comme une « priorité secondaire », les problèmes de transports, d’habitat et de développement économique leur étant à la fois plus familiers, et, plus conformes aux attentes des maîtres d’ouvrages (Brun, 2010).3 L’exercice est d’autant plus malaisé pour les maîtres d’œuvre que la doctrine de l’État en matière de gestion du risque inondation revêt un caractère incertain et évolutif (Carré, 2006). Cela a même eu tendance à s’accentuer au cours des trois dernières années, l’État se prononçant tour à tour en faveur d’un assouplissement des règles d’urbanisme (annonce du plan de relance de l’économie, 2008) et d’une plus grande fermeté suite aux inondations catastrophiques qui ont touché le pays en 2010.

  • 4 Avec 57 programmes sélectionnés par l’État au cours des deux appels à projet lancés en 2003 et 2006 (...)

4La nouvelle « orthodoxie » de l’État repose largement sur la réduction de la vulnérabilité des biens et des personnes face au risque inondation à défaut, peut-être, d’être parvenu à « territorialiser le risque » comme le suggère S. Beucher (2007) aux termes de l’examen des conflits engendrés par le Plan de Prévention du Risque d’Inondation (PPRi) du Val-de-Marne. Les coûts entraînés par la construction et l’entretien des ouvrages de protection expliquent de surcroît que l’État privilégie davantage la prévention, supposée économiquement plus opportune – même si la première génération des Programmes d’Actions de Prévention des Inondations (PAPI) a encore largement fait place à des aménagements coûteux et à l’efficacité controversée (digues, bassins de rétention, etc.).4 L’intérêt de l’État pour la réduction de la vulnérabilité résulte aussi de processus plus généraux. D’une part, la décentralisation et le renforcement de la coopération intercommunale ont conforté les collectivités locales dans leur rôle d’artisans des politiques de l’eau et de l’aménagement urbain. D’autre part, la législation française relative au risque inondation est désormais largement subordonnée à l’européanisation de cette politique (cf. directive 2007/60/CE).

  • 5 La directive invite les États membres au titre de l’article 6 du chapitre III à définir trois nivea (...)

5À ce titre, l’État sera peut-être prochainement amené à reconsidérer à la hausse les aléas de référence sur lesquels les plans de prévention du risque inondation (PPRi) sont basés5. Cela ne se fera pas sans difficultés car les PPRI sont une « contrainte pour les élus (blocage de leur pouvoir urbanistique), pour les particuliers (baisse de la valeur vénale des maisons) et pour les industriels. Au-delà des couleurs réglementaires définissant deux zones à risque, certaines adaptations comme […] la multiplication des couleurs traduisent une négociation de l’aléa et des règlements à l’échelle locale » (Douvinet et al., 2011, p. 31).

  • 6 Intervention relative au projet « Seine-Ardoines » de M. Yanick Lemeur, directeur adjoint de l’étab (...)

6« Tout l’enjeu, résumait la ministre de l’Écologie en 2006 (p.2), consiste à maîtriser l’urbanisation des zones les plus exposées tout en permettant le développement urbain et économique des zones déjà urbanisées ou des zones les moins exposées ». Reste qu’à travers l’opération d’intérêt national Orly Rungis Seine Amont, l’État exige une très forte densification des bords de Seine pour rééquilibrer économiquement l’Est et l’Ouest du Grand Paris…6 Ce faisant, les pouvoirs publics poussent les maîtres d’ouvrages publics et privés à développer l’habitat et à « tertiariser » des quartiers inondables jusqu’ici peu denses : il revient donc aux architectes urbanistes, généralement mandataires des équipes de maîtrise d’œuvre, de proposer une ville « résiliente », « c’est-à-dire capable de s’adapter à un environnement parfois difficile » (EPA ORSA, 2009, p. 20).

7Cet article propose un éclairage sur un projet de renouvellement urbain et économique du secteur d’activités des Ardoines, en zone inondable, à Vitry-sur-Seine. Cette localité est située à trois kilomètres en amont de Paris dans le périmètre de l’opération d’intérêt national Orly Rungis Seine Amont, un des lieux clés du Grand Paris (cf. carte 1). Ce projet est exceptionnel par son envergure (périmètre d’étude de plus de 300 ha) et par les enjeux qu’il recouvre (tant en matière de transports en commun que d’immobilier de bureaux).

8Nous partons du postulat que l’élaboration d’un plan-guide – mode opératoire apparenté au projet urbain – représente une réponse originale permettant d’intégrer le risque inondation lors du renouvellement urbain, sans toutefois remettre fondamentalement en cause les stratégies de développement des collectivités locales. La réorganisation spatiale des activités en fonction de leur vulnérabilité au risque inondation concourt, par l’entremise du plan-guide, à une recomposition urbaine profitable aux intérêts socio-économiques locaux et aux orientations régionales, à condition que la maîtrise d’ouvrage accompagnée des décideurs et des groupes d’intérêts (élus, représentants de l’État, associations de riverains, grands comptes, transporteurs…) en accepte l’augure.

9D’un point de vue méthodologique, nous avons – l’un, chercheur en géographie, et l’autre, praticien en urbanisme – été pleinement impliqués dans l’élaboration du plan-guide « Seine-Ardoines ». Au sein d’une équipe de maîtrise d’œuvre dirigée par l’urbaniste David Mangin, il s’est précisément agi de mener une démarche opérationnelle ayant un double objectif : transformer la réalité et améliorer les connaissances qui accompagnent ces transformations. L’itinéraire du projet, les orientations techniques, les choix des références urbaines ou encore les procédés constructifs ont ainsi été débattus. Les différentes phases d’élaboration du projet ont fait l’objet d’une dizaine de notes, réutilisées ici.

10Centré sur les propositions et les limites du « plan-guide » en matière d’inondation, cet article prolonge l’examen rétrospectif du projet présenté par David Mangin (2010) sous l’angle des transports, de l’habitat et de l’environnement. Il alimente également la réflexion menée dans le cadre du programme interdisciplinaire de recherche intitulé « IDEAUX » (pour une Intégration des politiques de Développement, de l’Eau, d’Aménagement et d’Urbanisme en faveur des milieuX aquatiques, appel à projets de recherche Eaux et Territoires) consacré au jeu d’influence mutuelle entre les politiques de l’eau et les politiques d’aménagement du territoire (2008-2011). Le programme « IDEAUX » repose en particulier sur l’analyse d’opérations d’urbanisme récentes ou en cours en interaction avec un ou plusieurs cours d’eau (la « renaturation » de la basse rivière Saint-Charles à Québec par exemple).

11Après avoir défini les termes de « projet urbain » et de « plan-guide », cet article présente le contexte de l’élaboration du plan-guide « Seine-Ardoines », les grands principes auxquels il obéit et les limites de cette démarche urbaine.

Carte 1 - La zone d'activités « Seine Ardoines » est située en amont de Paris

Carte 1 - La zone d'activités « Seine Ardoines » est située en amont de Paris

SEURA architectes_carte1.

Du plan au projet urbain, du projet urbain au plan-guide

12La maîtrise de l’étalement urbain est devenue en matière de développement durable l’un des principaux objectifs poursuivis par les pouvoirs publics (Ghorra-Gobin, 2008) tant en Europe (charte d’Aalborg en 1994 puis charte de Leipzig en 2007) qu’en France (Grenelle de l’Environnement, 2007-2010). En région parisienne, où la planification territoriale et les villes nouvelles n’ont pas réglé le problème de cet étalement, c’est désormais à travers le renouvellement urbain et sous le vocable de projet urbain que se met en œuvre cette politique. C’est dans cette logique que les opérations d’urbanisme des bords de Seine sont conduites : la zone d’aménagement concertée de l’Île Seguin « Rives de Seine » sur les terrains des anciennes usines Renault à Boulogne-Billancourt, « Les Docks » à Saint-Ouen, « Ivry-Confluence » à Ivry-sur-Seine, le réaménagement des quais à Issy-Les-Moulineaux, etc.

Du plan au projet urbain…

  • 7 Manuel de Sola-Morales – grande figure du projet urbain en Espagne – allait également dans ce sens  (...)
  • 8 À titre d’exemple, Christian Devillers, en France, a alterné l’exercice professionnel, l’enseigneme (...)

13La notion de projet urbain a émergé à partir de la fin des années soixante-dix suite à la remise en cause de l’urbanisme fonctionnaliste : « À cause [d’]insuffisances conceptuelles et opérationnelles le plan d’urbanisme par zonage n’a plus aucune possibilité d’avoir d’effets positifs dans les modes de gestion du territoire. Les caractéristiques de la réalité territoriale contemporaine nécessitent des instruments totalement différents. » expliquait déjà Giancarlo De Carlo en 1964 (De Carlo, 2008, p. 19, traduction des auteurs)7. Aux plans statiques d’alors, ont été opposés des « projets » soucieux de mieux prendre en compte les réalités géographiques, historiques et sociales des sites sur lesquels ils intervenaient. Cette réforme a été menée concomitamment sur les plans théorique et pratique, par des urbanistes qui, en écrivant sur leurs expériences ou en mettant en œuvre leurs réflexions, ont élaboré la démarche du projet urbain sur les deux plans.8

  • 9 L’exemple caractéristique est celui de la municipalité communiste de Bologne qui a engagé ce que l’ (...)

14Grâce à des échanges féconds, ce changement a été mené simultanément en France, en Espagne et en Italie où le « progetto urbano » a cependant une acception plus réduite. D’abord marginale, c’est-à-dire conduite sous la forme de contre-projets ou dans des municipalités elles-mêmes réformatrices,9 la procédure du projet urbain a été progressivement codifiée et institutionnalisée pour devenir aujourd’hui une pratique incontournable du renouvellement urbain lorsque des collectivités et des urbanistes sont impliqués.

15Ces derniers s’accordent généralement sur le fait que la démarche de projet urbain permet d’articuler les différentes dimensions de la ville (ses échelles, ses temporalités, ses usages, la diversité de ses acteurs, etc.). Elle s’appuie ainsi sur le diagnostic d’un site afin d’élaborer les scénarios ou les récits de sa transformation. Capable d’hétérogénèse, cette démarche contextuelle a été présentée par certains urbanistes comme une alternative à la conjonction des logiques sectorielles et des produits immobiliers ou commerciaux (Mangin, 2004).

16Cette évolution s’est opérée en France dans un paysage institutionnel marqué par la montée en puissance des pouvoirs locaux. Au cours des années 1980 et 1990, les lois de décentralisation et le renforcement de la coopération intercommunale ont en effet favorisé une planification stratégique conçue localement (Ingallina, Roncayolo, 2005). Durant cette période, l’implication de la société civile a été progressivement renforcée par le législateur en matière d’aménagement et de gestion des territoires (Raymond, 2009). Sur le plan institutionnel donc, les projets urbains sont plus ouverts à la concertation et au partenariat privé que par le passé. Dit autrement, ils sont de moins en moins descendants. Néanmoins, la dépendance des collectivités locales à l’égard de l’État reste importante financièrement, notamment pour les programmes d’aide à la rénovation de l’habitat insalubre, les programmes d’équipements culturels et sportifs, etc.

  • 10 Ici, la notion de projet urbain se distingue du « grand projet urbain » (large-scale urban developm (...)

17En quelques années, le champ d’action du projet urbain a été considérablement étendu. C’est ainsi que les questions sur le paysage, les déplacements, les pollutions de sols ou la gestion des risques naturels se sont ajoutées aux dimensions déjà nombreuses du projet urbain. Cette extension, si elle a considérablement enrichie la réflexion sur la conception et la fabrication de la ville, a également généré un certain flou et attiré des critiques légitimes (Courcier, 2002). Le projet urbain risquant de devenir « formule » voire produit, comme on l’observe à travers la multiplication des éco-quartiers en France, et, plus largement, en Europe occidentale10.

18Partant au départ de leur critique, la démarche de projet a fini par gagner les instruments planificateurs et réglementaires de l’aménagement, défaisant ainsi l’organisation pyramidale antérieure (planification puis plans puis réalisations). En témoigne l’intégration des projets d’aménagement et de développement durable aux schémas de cohérence territoriale (SCOT) et aux plans locaux d’urbanisme (PLU) en France. Ce mouvement a conduit à l’idée de « projet permanent » qui implique des allers-retours et des mises au point régulières entre les objectifs, les stratégies, les projets et leurs réalisations. Les projets sont adaptés au fil de l’eau, leur mise en œuvre participant à leur réélaboration. L’expression anglo-saxonne « planning by doing » résume cette dynamique.

19L’urbanisme anglo-saxon connaît également depuis une dizaine d’années un renouvellement conceptuel et opérationnel important conduit par le mouvement du landscape urbanism. Abordant la transformation d’espaces urbains de l’après-fordisme par le paysage, les projets qui s’apparentent à ce courant intéressent d’abord le sol ou « urban field » et ses multiples composantes (topographie, hydrologie, végétation, pollution, etc.). Ces projets mettent en œuvre des processus de régénération de sites marginalisés (waste landscapes) à des fins écologiques (friches industrielles, aéroports désaffectés, délaissés d’infrastructures routières, etc.) (Berger, 2006). Cette approche paysagère débouche sur un désintérêt assumé de la forme urbaine, laissant les sols dans un état d’« open-ended » (Corner, 2006). De même, le refus du masterplan, considéré comme un héritage de l’urbanisme fonctionnaliste, conduit à une imagerie diagrammatique ou décomposée en couches thématiques (eau, végétation, voies, etc.) (Mostafavi, Najle, 2000, Shane, 2003). Le plan-guide, tout en rendant possible un travail sur le sol voisin de la méthode du landscape urbanism, n’exclut pas une réflexion sur la forme urbaine et une vision planificatrice propre au projet urbain.

…du projet urbain au plan-guide

  • 11 Chemetoff cité par Devisme (2007).

20Un plan-guide tel que le définit Alexandre Chemetoff, est un instrument de planification relevant d’une démarche de projet urbain : « À partir de l’état des lieux, nous proposons de mettre en place un plan de ville qui en fixe la forme, qui définit les conditions d’un partage et qui inscrit ce projet sur une grande échelle et dans le temps long ».11

  • 12 Interview d’Alexandre Chemetoff en 2007 intitulée « Alexandre Chemetoff ou la logique du vivant » p (...)

21Cet outil urbanistique est fondé sur l’idée de projet permanent qui procède selon une itération entre un état existant, une vision à terme et sa réalisation progressive. Il est conçu pour permettre d’ouvrir le débat et d’engager la négociation entre les habitants, les décideurs et les concepteurs : « C’est un plan très précis, redessiné régulièrement, tous les trois mois, en même temps que le projet avance. Il permet à chacun d’avoir une vision globale de l’impact des transformations provoquées par telle ou telle intervention sur tel ou tel site. C’est un outil de travail évolutif qui permet à tous les acteurs de la ville de partager un projet. »12 L’intérêt du plan-guide réside en sa capacité à représenter les transformations d’un site dans un document qui offre une vision globale tout en étant adaptable, et ce tout au long de sa mise en œuvre.

22Le plan-guide de Chemetoff a orienté un processus de changement urbain dans lequel l’objectif était autant de conserver et de réutiliser des éléments urbains existants que de construire. Cette démarche a notamment été expérimentée par l’agence de paysagisme d’Alexandre Chemetoff dans le cadre du projet de l’Île de Nantes : « Nous avons alors imaginé de nous servir de la qualité même des espaces existants comme partie du projet… Ce qui est sur place devient la matière même du projet » (Chemetoff, 2010, p. 43). Dans le cas de ce grand projet au bord de la Loire (337 ha), la continuité est avant tout matérielle et masque un changement profond dans l’affectation du site. Industrielle jusque dans les années 1980, l’Île de Nantes s’affiche aujourd’hui comme une destination culturelle. Si l’opération « Seine Ardoines » s’inscrit dans des temporalités (20 à 30 ans), une superficie et un nombre d’emplois équivalents à l’Île de Nantes, elle s’en différencie sur un point : son but est avant tout de garantir le maintien et le redéploiement de l’activité économique dans un site stratégique du Grand Paris. C’est à la fois ce qui l’inscrit dans la continuité des plans-guides antérieurs, et ce qui la singularise.

Cliché photographique – Vue panoramique de la zone d’activités des Ardoines à partir d’Alfortville

Cliché photographique  – Vue panoramique de la zone d’activités des Ardoines à partir d’Alfortville

Le paysage de la zone est dominé par la centrale EDF et le pont du Port à l’Anglais

SEURA architectes_photo1

Désenclaver la zone d’activités tout en réduisant la vulnérabilité face au risque inondation

23Le Grand Paris existe déjà dans la mesure où « voilà longtemps que Paris a dépassé ses limites pour former une agglomération [qui rassemble] des territoires divers coupés par des infrastructures » ; mais comment ces territoires peuvent-ils se forger une identité et un destin communs ? (Panerai, 2008). L’État a choisi de répondre à cette interrogation, à la manière de la DATAR dans les années 1960-1970, en concentrant ses moyens sur des secteurs qu’il juge nécessaire de moderniser en les réaménageant. Le secteur « Seine Ardoines » (cf. photos 1 et 2) est l’un des cinq périmètres d’étude retenus par l’Établissement public d’aménagement Orly Rungis Seine Amont (EPA ORSA) et, aujourd’hui, l’un des plus avancés. Le désenclavement de la zone d’activités des Ardoines est en effet une priorité locale et régionale. Au niveau local, il s’agit d’accompagner la mutation de l’appareil industriel en facilitant l’accès des salariés au site par les transports en commun et en développant une réelle mixité urbaine. Au niveau régional, il s’agit de rééquilibrer l’Est et l’Ouest parisien et de mieux relier les zones économiques entre elles. Une crue de la Seine de retour 100 ans fragiliserait durablement l’économie tant au niveau local que régional et occulterait pour longtemps les efforts consentis par les pouvoirs publics en matière d’aménagement du territoire.

Les enjeux à l’échelle de la région parisienne

  • 13 Il n’existe malheureusement pas de données plus récentes de source officielle. Les estimations sera (...)
  • 14 Association Française pour la Prévention des catastrophes naturelles, Séminaire intitulé « L’expres (...)

24En région parisienne, une crue de la Seine comparable à celle 1910 provoquerait, a minima, 17 milliards d’euros de dommages aux habitations et aux entreprises, hors réseaux (IIBRBS, 1998)13, les zones inondables (55 000 hectares) étant déjà urbanisées à plus de 40 %. Les constructions, y compris les plus modernes, restent inadaptées au risque inondation (Brun, 2010). Les réseaux de transport en commun, à commencer par le métro et le Réseau Express Régional (RER), seraient fortement perturbés durant plusieurs semaines (Brochet et Guillois, 2010). En outre, les experts s’accordent sur le fait que les pouvoirs publics rencontreraient d’énormes difficultés en matière de gestion des eaux usées, d’eau potable, de déchets, de chauffage ou encore d‘électricité pendant et immédiatement après l’inondation.14

  • 15 Un batardeau désigne une construction provisoire qui forme une retenue d’eau permettant de réaliser (...)
  • 16 Le projet de Grand Paris porté par Nicolas Sarkozy a été vertement critiqué, en particulier par des (...)

25Les quatre barrages réservoirs qui stockent 830 millions de m³ en amont de la capitale se révèlent précieux en cas de crue non exceptionnelle. En revanche, le dispositif existant s’avère insuffisant en cas de crue historique. Le barrage de Pannecière par exemple ne contrôle que 2 % du bassin versant de l’Yonne, un important affluent de la Seine. La survenue d’une inondation alors que les barrages réservoirs sont déjà pleins et les sols gorgés d’eau est de surcroît possible (Rizzoli, Durand, 2005). De l’aveu des gestionnaires, les murets de béton servant de digues dans l’agglomération parisienne ne constituent pas un « rempart » face aux grandes crues : leur hauteur est limitée (inondation retour 50 ans), ils nécessitent un entretien régulier et leurs ouvertures doivent être rapidement obstruées avec des batardeaux15 en cas de montée des eaux. Dans la perspective du Grand Paris, projet relancé en 2007 par le Chef de l’État, et depuis très critiqué (Subra, 2009), l’EPA ORSA a pris en compte le paramètre du risque d’inondation16. C’est pourquoi l’établissement public d’aménagement (EPA) a confié aux urbanistes qu’il a mandatés le soin de proposer en « Seine Amont » un mode opératoire combinant des objectifs a priori contradictoires tels que la construction de nombreux bâtiments en zones inondables et la réduction de la vulnérabilité face au risque inondation.

Cliché photographique 2 – Vue aérienne de la zone d’activités des Ardoines

Cliché photographique 2 – Vue aérienne de la zone d’activités des Ardoines

La zone, localisée entre la voie ferrée et la voie navigable, comprend des activités stratégiques à l’échelle du Grand Paris

Source EPA ORSA / Philippe GuignardLes objectifs de l’EPA ORSA et les enjeux de l’étude urbaine aux Ardoines

  • 17 L’opération d’intérêt national dispose de moyens financiers renforcés : son territoire est l’un des (...)

26Créé en mai 2007, l’EPA ORSA est une structure partenariale, qui réunit 12 communes, le Conseil général du Val-de-Marne, la Région Ile-de-France et l’État. Le financement de l’établissement public d’aménagement est réparti selon la règle des 4 quarts, entre les parties prenantes17.

27À l’échelle de l’ensemble du périmètre, l’EPA a d’abord pour mission d’élaborer une stratégie de développement à long terme. Il veille à la mise en cohérence de celle-ci avec les projets locaux portés par les collectivités et les grands opérateurs (Réseau Ferré de France, Aéroports de Paris …). Il exerce ensuite une action d’aménageur dans les secteurs stratégiques du territoire (c’est-à-dire qu’il élabore les programmes, viabilise et commercialise les terrains, aménage l’espace public). L’EPA est actuellement engagé dans l’élaboration de cinq schémas de principe dont quatre sont situés dans le corridor fluvial : les Ardoines à Vitry-sur-Seine (320 ha au total), Les Vœux à Orly (90 ha), la gare de triage (100 ha) et le centre-ville (50 ha) de Villeneuve Saint Georges. À ce titre, l’EPA ORSA a précisément pour objectif un solde net de 1 000 emplois et de 3 000 logements par an. L’EPA doit également composer avec ses partenaires comme la municipalité communiste de Vitry-sur-Seine qui milite en faveur du maintien du tissu industriel aux Ardoines. Mais comment construire de nouveaux quartiers d’affaires et d’habitations qui coexistent dans une zone d‘activités comprenant de nombreuses industries ? De plus, dès 2008-2009, le débat sur la localisation des futures stations de métro a par endroit altéré les relations entre les maires et l’État alors que les tensions sont persistantes entre ce dernier et la Région au sujet du Grand Paris (désaccord sur la politique francilienne des transports, blocage du schéma d’aménagement régional…). Enfin, le département du Val-de-Marne réitère ses inquiétudes au sujet des promesses de financement d’équipements d’infrastructures faites par l’État…

28À l’issue d’une consultation lancée en juillet 2008, l’établissement a missionné l’agence SEURA pour la réalisation d’un schéma dit « de principe » du secteur inondable Seine Ardoines. L’équipe se compose de SAFEGE, qui participe entre 2003 et 2006 aux études hydrauliques préalables à l’adoption du PPRi (2007), de POLYPROGRAMME (programmation urbaine et architecturale), de Philippe Raguin (paysagiste) et de l’agence SCB ECONOMIE (économie de la construction et ingénierie de projet). L’équipe avance alors des propositions pour désenclaver la zone d’activités des Ardoines tout en réduisant sa vulnérabilité face au risque inondation. Dès ce stade, le principal argument de l’équipe a été d’amorcer une réflexion interdisciplinaire sur les trois temps de l’inondation (la ville avant, pendant et après l’inondation) en partant du postulat que, pour paraphraser Rode (2008), la prévention du risque d’inondation est un facteur de recomposition urbaine.

29À l’échelle du périmètre de l’opération d’intérêt national Orly Rungis Seine Amont, 2 500 ha densément urbanisés sont situés en zone inondable dont 2 000 ha en zone d’aléa fort et très fort (126 000 habitants et 700 établissements de plus de 10 salariés sont directement exposés au risque d’inondation). La zone d’activités des Ardoines, qui couvre 256 hectares à Vitry-sur-Seine, est localisée sur la rive gauche de la Seine, à 3 km en amont de Paris. L’étude urbaine est comparable en superficie à celles de Forum Besos à Barcelone (216 ha), d’Orestad à Copenhague (310 ha), d’Ijburg à Amsterdam (400 ha) ou encore d’Adlershof à Berlin (420 ha) : elle compte donc parmi les plus importantes en Europe. Son périmètre est supérieur à la plupart des projets urbains français d’envergure (Paris Rive gauche, 85 ha ou Euralille, 120 ha).

30La zone est enclavée entre la ligne C du RER à l’ouest, l’autoroute A86 au sud et la Seine à l’est. En effet, les franchissements de Seine y sont très éloignés les uns des autres (2,5 km en moyenne), le faisceau ferré s’étend sur 200 mètres de large à la gare des Ardoines, et, l’autoroute A86 surplombe en viaduc le terrain naturel de plusieurs mètres. L’accès à pied à certaines entreprises est difficile. La zone est toutefois relativement bien desservie à l’échelle métropolitaine, ce qui explique en partie la localisation de nombreuses activités sur le site (logistique, industrie pharmaceutique…).

  • 18 Un ouvrage (pont, bâtiment, etc.) est dit « transparent » d’un point de vue hydraulique dès lors qu (...)

31L’examen des caractéristiques hydrauliques du site, réalisé par le bureau d’études SAFEGE pour l’équipe, montre qu’en cas de crue majeure par débordements le secteur des Ardoines serait peu à peu envahi, notamment par le nord. L’eau s’étendrait ensuite dans les quartiers pavillonnaires situés au-delà du faisceau ferré (100 à 130 m³/s côté Vitry-sur-Seine, autant à Alfortville). Les hauteurs de submersion, au plus fort de la crue, seraient conséquentes (1 à 1,5 mètre en moyenne). L’eau ne stagnerait pas cependant aux Ardoines : elle s’évacuerait lentement vers l’aval (10 à 30 cm/s). Le lit mineur reste le plus sûr moyen d’évacuer l’eau rapidement (80 à 90 % du débit total, estimé entre 1 300 et 1 500 m³/s). Ainsi, il n’est pas souhaitable d’améliorer significativement la transparence hydraulique18 car il convient de ne pas accroître les risques à l’aval du site en modifiant l’écoulement prévisible du fleuve (EPA ORSA, 2009). En d’autres termes, il faut viser le statu quo sur le plan hydraulique de façon à ne pas dégrader la situation des territoires contigus (amont, aval, rive droite). Au vu des profils en travers, conserver les caractéristiques hydrauliques du fleuve tout en minimisant l’impact des crues exceptionnelles s’avérerait possible.

  • 19 Les concepteurs du plan-guide ont par ailleurs pris en compte le ruissellement urbain. Ils ont prop (...)

32L’élargissement du lit mineur, grâce au décaissement des berges par exemple, réduirait d’autant les volumes d’eau susceptibles d’inonder les Ardoines sans toutefois empêcher l’inondation lors des crues exceptionnelles19. Compte-tenu de l’importance du lit mineur, principal vecteur des écoulements y compris en cas de crue, une telle solution paraissait justifiée à l’issue de l’expertise conduite par l’équipe de maîtrise d’œuvre. En toute hypothèse, le remodelage du terrain naturel garantirait un nouvel emmagasinement des crues et un schéma d’écoulement plus rationnel. Des investigations complémentaires s’avèrent cependant indispensables dans la perspective de phases plus opérationnelles – sachant que les objectifs de construction de l’EPA ORSA augmenteraient globalement les enjeux à l’échelle du périmètre d’étude... Mais le financement d’études hydrauliques lourdes et complexes (à une échelle plus pertinente que le périmètre d’étude) n’étaient peut-être pas prévues initialement par l’établissement public d’aménagement, au demeurant très mobilisé par le lancement, le suivi et la valorisation de cinq autres études urbaines. L’EPA ORSA devait de plus attendre les propositions d’aménagement des autres équipes avant d’en évaluer l’impact hydraulique et environnemental.

  • 20 Source : BAOMP, mars 2011.

33En mars 2011, l’EPA ORSA a finalement lancé une consultation relative à la « construction de la modélisation hydraulique de la vallée de la Seine Amont valdemarnaise et à l’analyse de l'impact de la grande opération d'urbanisme ». La tranche ferme de l’étude comprend la collecte et l’examen des données d'urbanisme reprenant, aux différents temps du projet (2011, 2015, 2025, 2050), les caractéristiques du territoire et les projets d'aménagement pour en mesurer l'impact hydraulique20. Ainsi, l’établissement public d’aménagement comblera-t-il un certain déficit d’expertise de l’équipe de maîtrise d’œuvre, laquelle n’était pas au départ en mesure d’internaliser une étude aussi approfondie (cf. organigramme 1).

Organigramme 1 - La gouvernance de l’EPA ORSA en 2010

Organigramme 1 - La gouvernance de l’EPA ORSA en 2010

BRUN&ADISSON_organigramme1

La mutation des activités et la diversification urbaine, invariants du plan-guide.

34La zone accueille 9 000 emplois répartis en 400 établissements. Entre les voies ferrées et la Seine, le tissu urbain est constitué de grandes emprises industrielles, héritage de l’industrialisation du site, débutée vers 1850 avec l’arrivée de la ligne Paris-Orléans, et poursuivie au début du 20ème siècle, principalement dans les domaines de la production énergétique, chimique et pharmaceutique. Les sols sont potentiellement pollués à 90 % (ICF Environnement, 2004).

35Trois sites « Seveso » sont recensés en 2008 : un dépôt d’hydrocarbures British Petroleum (seuil haut, 4 ha), un dépôt de liquides inflammables sur le site de la centrale de production thermique d’Électricité de France (seuil bas, 26 ha), le centre de production de Sanofi Aventis (seuil bas, une dizaine d’hectares), auxquels s’ajoutent de nombreux réseaux (deux lignes électriques très haute tension, les réseaux de gaz, de chaleur et d’hydrocarbures ainsi que les réseaux urbains habituels, adduction d’eau potable, eau usée, etc.).

36La partie nord est composée d’un tissu de petites et moyennes entreprises aux activités très variées (messagerie, conditionnement de produit frais, etc.) et d’un centre commercial. À l’ouest des voies ferrées, des activités de même nature se sont développées entre l’A86 et la gare des Ardoines tandis qu’au nord et à l’ouest du périmètre se trouve un tissu résidentiel. Le secteur recèle de nombreuses emprises mutables à court et moyen termes, pour partie acquises par la ville de Vitry-sur-Seine, notamment à l’ouest des voies ferrées.

  • 21 C’est la Direction Départementale de l’Équipement (DDE) qui était en charge du projet de plan de pr (...)

37La mutation industrielle et la diversification urbaine sont les invariants du projet. Il ne s’agit donc pas d’opérer la requalification d’une friche industrialo-portuaire en une vaste zone tertiaire (bureaux, commerces) et de logements, comme cela a été par exemple le cas à Hambourg (quartier Haffen City), à Londres (quartiers des Docks) ou Buenos Aires (Puerto Madero). Il est davantage question de créer les conditions d’un redéploiement industriel à vocation technologique, accompagné de programmes variés et d’infrastructures de transport favorisant le désenclavement (desserte multimodale des transports collectifs, ponts supplémentaires, espaces et équipements publics, parcs et espaces verts, logements et bureaux destinés à la location et à l’achat). En 2008, la transformation souhaitée par les élus de Vitry-sur-Seine est en réalité largement amorcée. Le groupe pharmaceutique Sanofi Aventis a débuté sa restructuration de manière à recentrer son activité sur la recherche et le développement ; la production aura à l’avenir une place marginale sur le site. Le départ de British Petroleum programmé d’ici cinq ans et la réorganisation spatiale d’Électricité de France à l’horizon 2015-2020 vont aussi dans ce sens. Cela aura pour corollaire de réduire les périmètres de dangers dans lesquels il est aujourd’hui interdit de construire des immeubles21.

38Le site des Ardoines présente, enfin, un important linéaire de berges sur la Seine (2,8 km) mais l’accès au fleuve est difficile pour les piétons du fait de la présence de la route départementale 52, très fréquentée. De surcroît, l’un des plus grands sites européens de la société Air Liquide est localisé en bord de Seine, constituant ainsi un « verrou » supplémentaire. Le site s’est donc détourné de la Seine. Sa vulnérabilité avérée face au risque d’inondation est devenue à la fois matérielle et fonctionnelle. Une crue majeure aux Ardoines causerait des dégâts matériels dans la zone (réseaux détériorés, voiries impraticables, stocks détruits et machines-outils hors service) et, surtout, un désordre au-delà. Ainsi, la centrale de production électrique des Ardoines s’est montrée indispensable à Paris en période de pointe en janvier 2009. Une inondation provoquerait de probables dysfonctionnements de la centrale moyennant quoi l’alimentation électrique de certains quartiers de Paris serait interrompue. Une inondation empêcherait aussi les liaisons entre le centre de production de médicaments de Sanofi-Aventis (situé en zone inondable) et certains établissements publics hospitaliers.

  • 22 Comme le souligne Beucher (2007, p. 482), en Val-de-Marne, les zones inondables les plus exposées d (...)

39Un premier plan de prévention des risques d’inondation a été approuvé par les pouvoirs publics le 28 juillet 2000, de façon à améliorer la prévention et mieux fixer les règles d’urbanisation. La révision de ce plan, prescrite le 4 avril 2003, a conduit à approuver le 12 novembre 2007 le nouveau plan de prévention de la Marne et de la Seine dans le département du Val-de-Marne, suite aux phases de consultation et d'enquête publique. Ce plan définit un zonage réglementaire en croisant l’importance du risque (hauteurs de submersion et vitesse d'écoulement des eaux pour la crue de 1910) et le niveau d’urbanisation. Á chaque zone correspondent des règles d’occupation des sols et de construction à respecter. Ce plan de prévention des risques d’inondation ne prescrit, ni ne recommande, des mesures d’adaptation ou de réduction de la vulnérabilité pour les biens déjà construits en zone inondable. Ceci est surprenant puisque 80 % des espaces inondables sont urbanisés par des équipements, notamment industriels, et ne sont pas conçus pour résister à une submersion d’une crue de la Seine. L’équipe SEURA a donc dû dépasser ce document de planification, fort controversé (Beucher, 2007)22, pour élaborer ses propositions d’aménagement.

Le plan-guide, un nouveau moyen de réduire la vulnérabilité ?

40Dès le stade de la consultation, l’équipe a eu pour objectif de limiter l’impact d’une inondation sur les futurs quartiers. En réponse au cahier des charges largement consacré à la question (grâce à une collaboration entre la mission prévention des inondations de l’IIBRBS et l’EPA ORSA), l’équipe a précisé que le projet urbain ne viserait pas à empêcher la crue majeure mais plutôt à en réduire ses effets directs et indirects, en particulier sur les activités économiques et les réseaux, et ce en raison des conséquences supra-locales de l’inondation (IIRBRBS, 1998, 2007).

  • 23 Les cartes représentent le niveau de risque encouru sur le site de Seine Ardoines en fonction de tr (...)
  • 24 Une pareille carte a été élaborée peu après, à l’échelle du Val-de-Marne, par la direction départem (...)

41Des cartes du risque croisant aléa et vulnérabilité, présentées à l’issue de la phase de diagnostic ont permis de distinguer, au fil des discussions avec la maîtrise d’ouvrage et dans les groupes thématiques de travail (transports, habitat…), les bâtiments susceptibles d’être exposés au risque inondation et ceux devant être impérativement hors d’eau (en particulier les industries les plus dangereuses en cas d’inondation). L’analyse des enjeux qui a précédé le plan-guide portait sur la caractérisation de l’existant (nature et importance des biens et des personnes exposées) mais s’intéressait également aux questions de développement local (disponibilités foncières locales, programmes adaptés permettant d’intégrer le risque dans l’aménagement du territoire communal ou intercommunal)23. Les cartes du risque, très imparfaites, ont néanmoins été décisives pour amorcer un dialogue constructif sur le risque inondation car les opérateurs économiques et les élus locaux ont dû dévoiler leurs stratégies, ne serait-ce que pour les critiquer (cf. cartes 2, 3 et 4, et tableau 1).24

Carte 2 – Carte du risque, scénario crue de retour 50 ans

Carte 2 – Carte du risque, scénario crue de retour 50 ans

SAFEGEcarterisque1924_carte2

Carte 3 – Carte du risque, scénario crue centennale

Carte 3 – Carte du risque, scénario crue centennale

SAFEGEcarterisque1910_carte3

Carte 4 – Carte du risque, scénario crue centennale de plus d’1m

Carte 4 – Carte du risque, scénario crue centennale de plus d’1m

SAFEGEcarterisque1910+1m_carte4

Tableau 1 – Carte du risque établie sur le croisement de l’aléa et de la vulnérabilité des bâtiments définie à l’échelle de la parcelle

Tableau 1 – Carte du risque établie sur le croisement de l’aléa et de la vulnérabilité des bâtiments définie à l’échelle de la parcelle

SAFEGEtableaucomplementairecarterisque_tableau1

Les trois « paliers » du plan-guide

42Aux termes d’un diagnostic axé sur trois thèmes, à savoir : l’accessibilité du site, la diversification des activités économiques et la réduction des risques naturels et industriels, l’équipe SEURA a d’abord identifié deux scénarios d’aménagement (chacun d’eux comprenant des variantes). Le premier scénario s’appuyait sur la création d’un axe nord-sud qui, sous la forme d’une vaste dépression, était destiné à guider les écoulements en cas de crue. Le second scénario visait à n’exposer aux inondations les plus fréquentes que des espaces verts ou assimilés et à rehausser les industries par terrassement en raison de leur caractère stratégique. Ce scénario impliquait une complète réorganisation spatiale des Ardoines, de sorte que les activités localisées à proximité du fleuve seraient déplacées sur des terrains éloignés de la Seine et surélevés. En adoptant le second scénario, l’équipe est parvenue à traiter chacun des trois thèmes sous la forme d’un plan-guide qui retranscrit dans l’espace le degré de vulnérabilité que les décideurs ont affecté à chaque type d’occupation du sol (habitat collectif, activité, commerce, équipement, etc.). Le plan-guide s’articule ainsi autour de trois « paliers » (cf. figure 1).

  • 25 Selon l’Institut Géographique National (IGN), le nivellement général de la France (NGF) se compose (...)
  • 26 Des opérations du même type (qui visent à « retrouver les berges » en créant des cheminements compl (...)

43Le premier palier (cote 32 ngf)25 est un grand parc fluvial linéaire régulièrement inondé de plus de dix hectares accueillant des usages récréatifs, sportifs et culturels, et globalement peu de bâtiments. Pour ce faire, les berges sont partiellement décaissées, les perrés maçonnés et les quais de déchargement sont démolis, des pentes plus douces et la ripisylve sont reconstituées. Le parc du Port à l’Anglais est ainsi prolongé et élargi au niveau des Ardoines jusqu’à l’établissement industriel de Sanofi. Une voie est carrossable, mais les déplacements doux sont privilégiés. Une promenade sur pilotis ou flottante située au-dessus des berges est imaginée pour relier même en cas de petite crue les deux ponts (pont à l’Anglais au nord et futur pont au sud)26.

44Le second palier (cote 34 ngf), au-dessus de la cote de crue cinquantennale, est destiné à accueillir des bâtiments à usage d’habitation et de bureaux. Les procédés constructifs actuels permettent en effet d’implanter en zone inondable des logements collectifs et des activités tertiaires moins vulnérables que par le passé, inspirés des exemples de réalisations à Francfort (opération d’aménagement West Haffen) et à Mayence (projet Custom Harbor). Afin d’y parvenir, diverses dispositions doivent être prises pour assurer la sécurité, et le cas échéant, l’évacuation des biens et des personnes (liaisons aux voies hors d’eau par le biais de passerelles amovibles, circulation hors d’eau pour l’évacuation des usagers en périphérie des nouveaux bâtiments, doublement des accès aux bâtiments avec un accès bas et un accès haut, robustesse des matériaux et des dispositifs techniques utilisés, limitation des locaux commerciaux en rez-de-chaussée, stationnements en surface et système d’alerte facilitant l’évacuation des véhicules, etc.).

45Dans le cas des Ardoines, le principe est de concevoir des rez-de-chaussée submersibles et les plus transparents possibles du point de vue hydraulique, et de positionner les logements et les bureaux à partir du premier niveau, c’est-à-dire à une altimétrie supérieure à une crue centennale augmentée d’un mètre (supérieure à 36,50 ngf). Il est vraisemblable qu’il résulte de ces dispositions des typologies constructives et des formes urbaines inédites mais aussi, à court terme, des problèmes à résoudre pour les architectes et les bureaux d’études techniques qui interviendront sur les parcelles à construire. Le pilotis trouvera-t-il dans ces quartiers une utilisation pertinente en favorisant la transparence hydraulique des rez-de-chaussée ? La hauteur du bâti sera-t-elle plus élevée de manière à ce que les aménageurs récupèrent les surfaces en sous-sol ou en rez-de-chaussée gelées par l’inconstructibilité ? Ce palier est en tout cas relié par une grande avenue orientée nord-sud aux deux gares RER du site et à des ponts permettant l’évacuation des biens et des personnes et l’accès des secours en cas de crue.

46Le troisième palier (cote 36,50 ngf) regroupe les activités à risque et les grands équipements qui doivent impérativement être protégés des plus hautes eaux connues comme le futur cycle combiné d’Électricité de France (en remplacement de la centrale à charbon existante). Il s’agit de créer une plateforme positionnée altimétriquement au-dessus d’une crue centennale augmentée d’un mètre, tout en aménageant des points de passage pour l’eau sous celle-ci, afin de permettre le ressuyage en cas de crue.

  • 27 L’équipe Castro-Denissof a par exemple proposé d’insulariser les Ardoines alors que Mangin suggère (...)

47Le « projet de sol » (Secchi, 1986) constitué par la mise en place des trois paliers joue donc un rôle majeur dans la démarche développée sur Seine-Ardoines. C’est d’ailleurs par la nouvelle géographie du site que le plan-guide répond à la question du risque industriel. Ni l’équipe de maîtrise d’œuvre, ni même le maître d’ouvrage, n’avait la prétention d’influer sur les stratégies industrielles de localisation autrement qu’en formulant des propositions crédibles de relocalisation (parcelles bien desservies par les transports en commun et moins exposées au risque d’inondation). En tout état de cause, les études urbaines précédentes ont contribué à préparer les décideurs locaux à réinterroger le rapport entre la ville et le fleuve (atelier Lion en 2003, agence Chemetoff-ASAD en 2004, agence Valode et Pistre en 2005, agence Devillers Associés en 2006, etc.). Les plus récentes études, celles de Castro-Denissof ou encore de Jean Nouvel, réalisées dans le cadre du « Grand Pari(s) de l’Agglomération parisienne », ont parfois interféré avec l’élaboration du plan-guide au risque de jeter le trouble chez certains élus sur le soutien à apporter au « projet Mangin »27.

  • 28 cf. Atelier réunissant cinq équipes du Grand Pari(s) autour de sujets transversaux, le 8 décembre 2 (...)

48L’EPA ORSA a néanmoins su tirer bénéfice de l’intérêt porté par les urbanistes du « Grand Pari(s) » en invitant certains d’entre eux à participer à des ateliers consacrés à l’avenir du territoire de l’opération d’intérêt national Orly Rungis Seine-Amont, en présence de l’équipe de David Mangin. Les débats ont eu un certain écho localement en évitant toutefois une cristallisation des porteurs de projets sur le seul secteur des Ardoines. Pour l’établissement public, il était prudent de ne pas restreindre la grande opération d’urbanisme aux Ardoines sous peine de mécontenter les maires d’autres communes et de provoquer leur désengagement.28

  • 29 À savoir Bruno Ledoux (Ledoux Consultant), Bruno Barroca et Youssef Diab (Université de Paris Est M (...)

49En parallèle à ces ateliers, l’EPA ORSA a constitué un groupe d’experts composé d’une dizaine d’universitaires et de gestionnaires29 sur la réduction de la vulnérabilité au risque d’inondation dans le but de rendre son action « exemplaire » sur ce thème. Le groupe d’experts avait pour principal mandat de rendre ce concept opératoire en instaurant un dialogue constructif avec les équipes de maîtrise d’œuvre missionnées par l’EPA ORSA dans chacun des secteurs à l’étude. À l’issue des allers-retours entre le groupe d’experts et les équipes, les approches des urbanistes pouvaient être considérées comme labellisées.

50L’objectif était donc à terme pour l’EPA ORSA de faire valoir une sorte d’agrément auprès des investisseurs potentiels et des pouvoirs publics tout en cherchant à rassurer les élus locaux perplexes sur la suppression partielle des murets anti-crues. La faible fréquence des réunions et le caractère confidentiel des échanges ont réduit l’utilité du groupe d’experts. De surcroît, les projets étaient plus ou moins avancés selon les secteurs d’étude, d’où des difficultés d’analyse comparative pour les experts : comment dégager des invariants d’un projet à l’autre ? L’exercice a cependant sensibilisé les urbanistes et confirmé à l’échelle de l’OIN que la réduction de la vulnérabilité des biens au risque d’inondation constitue un défi pour le gestionnaire car c’est l’organisation territoriale qu’il faut remettre en question (Reghezza, 2006).

Figure 1 – Le plan-guide repose sur le ré-étagement du site

Figure 1 – Le plan-guide repose sur le ré-étagement du site

SEURAarchitectes_figure1

Une réponse urbaine au risque inondation

51L’étagement tel qu’il est prévu par l’équipe Seura ne modifierait pas substantiellement la configuration actuelle de la zone des Ardoines en demi-lune. Les murettes anti-crues seraient effacées et aucun « mur » de substitution ne serait édifié entre les trois paliers. Ces derniers seraient invisibles à l’œil pour les usagers : d’Est en Ouest la pente seule suffirait « à faire palier ».

  • 30 Faute d’accord politique entre l’EPA et Alfortville. Comment dans ces conditions l’EPA envisage-t-i (...)
  • 31 Au sein de chacun des secteurs d’études de l’EPA ORSA, le défi à long terme consiste à imposer à ch (...)

52La phase opérationnelle serait classiquement mise en œuvre îlot par îlot et non pas par palier en raison des contraintes liées aux disponibilités foncières et au phasage (dépendant des délais nécessaires à la dépollution des terres contaminées). Il faudrait en outre assurer une cohérence avec, d’une part, les projets menés à Alfortville sans réelle concertation avec l’EPA30, et, d’autre part, les schémas de principe qui sont élaborés dans le périmètre de l’opération d’intérêt national.31

  • 32 Les positions des établissements publics d’aménagement situés en amont de Paris et en aval de la ca (...)

53À l’échelle métropolitaine, la question de l’articulation avec les projets urbains menés par l’établissement public d’aménagement Seine aval est également posée.32 Comment le système de gouvernance de l’EPA ORSA qui réunit l’État et les collectivités territoriales prévoit-il de gérer les conflits d’usage potentiels entre les futurs résidents (entreprises et particuliers), les uns étant plus exposés au risque que les autres en l’absence d’une instance de concertation ad hoc politiquement légitime ?

54En résumé, la question hydraulique – si importante soit-elle dans ce projet – n’est pas centrale car l’équipe a privilégié des solutions urbaines (à savoir l’étagement du site, le décaissement des berges et le redéploiement des activités dans l’espace en fonction de leur nature) basées sur la géographie physique et humaine du site ainsi que sur la solidarité intercommunale, plutôt que des aménagements hydrauliques de grande envergure. Autrement dit, elle s’est concentrée sur la réduction de la vulnérabilité des biens et des personnes face au risque d’inondation par débordement de la Seine, partant du principe qu’élever davantage les protections existantes ne constitue pas une garantie et provoquerait des « remous » avec la Ville de Paris ou avec Alfortville qui seraient peut-être ainsi plus exposées en cas de crue.

  • 33 Comme le montrent les difficultés financières de l’institution interdépartementale chargée de l’exp (...)

55Le choix d’écarter de grands aménagements hydrauliques n’est pas idéologique ou lié à une contre-culture de l’ingénieur. Il s’explique en raison des investissements (publics) colossaux en études et travaux, des coûts d’entretien des ouvrages une fois réalisés33, du manque d’espace (lits mineur et majeur déjà « suraménagés ») et de la volonté de trouver un compromis entre réduction du risque inondation et urbanité du site. Les limites des mesures de protection structurelles contre les crues ont par ailleurs été largement démontrées par la communautés scientifique (Pottier et al., 2004, Reghezza, 2006), même si des membres des services techniques municipaux et des élus locaux sont toujours persuadés que les « digues sauveront [leurs] villes »

  • 34 Source : CyberArchi, Les scénarii de David Mangin pour le site des Ardoines à Vitry-sur-Seine, 2009 (...)

56La phase d’élaboration du plan-guide avait pour objectif de « définir les grands projets d’infrastructures, de préciser les types d’ouvrage à construire, de fixer les grands tracés de voirie, de définir les stratégies de mutations foncières et de poser les principes de gestion du risque d’inondation »34. La maîtrise d’œuvre s’est attachée à la réorganisation spatiale des activités dans le site en fonction de leur vulnérabilité au risque d’inondation, selon un étagement du site par paliers, dans le but de réduire l’impact d’une crue exceptionnelle par débordement de la Seine. Cette reconfiguration du site répond également aux autres objectifs. Les voies de communication sont désormais hiérarchisées dans le but de délester la voie sur berge du trafic de transit, et l’avenue nord-sud, qui sépare le deuxième et le troisième palier, est connectée aux franchissements existants et à venir du faisceau ferré et de la Seine. Le second palier permet de densifier l’activité et de diversifier ce quartier en créant les conditions pour habiter au bord de la Seine et d’un parc fluvial.

  • 35 C. Reliant (2004) a montré cette évolution dans une analyse comparative entre la France et l’Anglet (...)
  • 36 Au sein du périmètre de l’OIN, la compétence pour autoriser l’utilisation des sols est transférée d (...)
  • 37 Le conseil municipal de Vitry-sur-Seine du 19 janvier a approuvé le principe de création des Zac «  (...)

57L’élaboration du plan-guide a ainsi permis d’établir le cadre général des aménagements des trente prochaines années aux Ardoines. Il témoigne d’une évolution liée au passage d’une approche technique à une vision pragmatique des territoires inondables35. Pour autant et conformément à la vocation du plan-guide, son élaboration n’est qu’un point de départ : en termes d’études, des approfondissements sur les questions de nivellement, de programmation, de périmètres opérationnels (zones d’aménagements concertés) sont d’ores et déjà engagés pour le consolider. En outre, le plan-guide ne s’articule formellement ni avec le SDRIF (dont la durée de vie est plus courte), ni avec le plan local d’urbanisme (dont la révision est fréquente). Il reviendra donc à l’EPA ORSA d’en traduire les principes – puisque dans le contexte singulier d’une grande opération d’urbanisme, l’État se ré-accapare les compétences en urbanisme transférées au début des années 1980 aux collectivités36. Ainsi, l’équipe de maîtrise d’œuvre a répondu sous la forme d’un plan-guide à la demande initiale de la maîtrise d’ouvrage qui consistait à élaborer un schéma de principe pour le site de Seine Ardoines. À l’issue de cette phase d’élaboration, la démarche d’un plan-guide restait portée essentiellement par cette équipe et devait encore être reconnue comme la référence des multiples transformations du site par l’ensemble des acteurs, comme cela a été le cas pour l’île de Nantes. Enfin, les premiers aménagements d’espaces publics et les constructions neuves constitueront de véritables expérimentations qui ne manqueront pas d’interroger les grands principes du plan-guide (cf. carte 5)37. La vision globale que sous-tend l’élaboration du plan-guide doit donc maintenant entrer dans un processus de réalisation par partie au cours duquel une crue exceptionnelle de la Seine pourrait avoir lieu.

Carte 5 – Le plan-guide « Seine Ardoines »

Carte 5 – Le plan-guide « Seine Ardoines »

SEURAarchitectes_carte5

Conclusion

58Le 21 avril 2009, au cours d'un discours sur le Grand Paris, le chef de l’État précisait vouloir « rendre constructibles les zones inondables pour des bâtiments adaptés à l'environnement et aux risques »38. Les inondations survenues sur la côte atlantique française en mars 2010 et la gestion calamiteuse de la crise qui s’en suivit ne modifieront sans doute pas la doctrine de l’État en région parisienne relative au risque inondation : l’EPA ORSA et ses partenaires ont pour objectif de construire chaque année des centaines de logements pour combler le déficit chronique de l’aire métropolitaine. Il s’agit aussi de rééquilibrer le nombre de bureaux disponibles entre l’Est parisien, déficitaire, et le quartier d’affaires de la Défense, à l’Ouest.

59Les grandes parcelles des bords de Seine laissées vacantes par des industries en déclin seront donc densifiées au cours des prochaines décennies. Le processus d’élaboration du plan-guide Seine-Ardoines débouche cependant sur le ré-étagement du site accompagné d’une redistribution spatiale des activités et des infrastructures en fonction de leur vulnérabilité au risque d’inondation par débordement du fleuve (cf. tableau 1). Ce résultat est remarquable, même si des projets de quartiers résilients plus modestes comme celui de l’architecte Jean-Yves Barrier (Zone d’aménagement concertée des papeteries de Bretagne à Rennes) ont ouvert la voie, dans la mesure où le risque inondation constituait l’un des nombreux problèmes que la maîtrise d’œuvre avait à traiter et ne pouvait en aucun cas contrarier les velléités des aménageurs.

60La question du fonctionnement des réseaux (eau potable, évacuation des eaux usées, électricité…) et de l’autonomie des immeubles de logement en cas d’inondation n’est pas pour autant résolue. La difficulté de coordonner les opérations immobilières au cours des trente prochaines années à l’intérieur du périmètre des Ardoines représente également un enjeu de taille pour la maîtrise d’ouvrage et la gestion à très long terme des « dossiers loi sur l’eau » un défi pour l’Administration. Enfin, les interrogations sur les stratégies de certains grands opérateurs comme Électricité de France, Sanofi ou encore Air Liquide, ne sont pas toutes levées, et, il n’est pas dit que les bilans d’aménagement simulés dans la configuration « projet » en l’état satisfassent pleinement les financeurs potentiels, étant donné que le coût global du projet s’élève plus d’un milliard d’euros.

Les auteurs dédient cet article à David Mangin auprès duquel l’un et l’autre ont beaucoup appris, de l’analyse du grand territoire à l’examen des enjeux locaux en passant par la préparation des rendus. Ils remercient également Véronique Decaux, architecte et collaboratrice de David Mangin, Emilie Pascal et Philippe Raguin, membres de la maîtrise d’œuvre, les personnels de l’établissement public d’aménagement Orly-Rungis-Seine Amont, très impliqués dans la conduite du projet, les ingénieurs Frédéric Gache des Grands Lacs de Seine et Pierre Rigaudière de Safege pour leurs conseils avisés, et, enfin, Pascal Chevalier et Armelle Brun, pour la minutieuse relecture de l’article.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Barroca B., Hubert G., 2008, « Urbaniser les zones inondables, est-ce concevable ? », Développement durable et territoires, Dossier 11 : Catastrophes et Territoires, mis en ligne le 06 novembre 2008, consulté le 24 mars 2011. URL: http://developpementdurable.revues.org/7413
DOI : 10.4000/developpementdurable.7413

Berger A., 2006, Drosscape, Wasting Land in Urban America, New York, Princeton Architectural Press.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Beucher S., 2007, « Le risque d’inondation dans le Val de Marne : une territorialisation impossible ? », Annales de géographie, n°657, 470-492.
DOI : 10.3917/ag.657.0470

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Brochet J., Guillois R., 2010, « Crue centennale, la position d’un maître d’ouvrage particulièrement exposé : la RATP », Risques d’inondation en Ile-de-France, 100 ans après la crue de 1910, Paris, 24-25 mars 2010.
DOI : 10.1051/lhb/2011018

Brun A., 2010, L’aménagement des zones inondable en Ile-de-France. Regards croisés de praticiens, IIBRBS, 34 p.

Carré C., 2006, « Les évolutions en France dans la théorie et les pratiques d’une gestion territoriale du risque : l’application au cas des inondations », Annales de géographie, n°648, 133-153.

Centre européen de prévention des risques d’inondation, 2007, Le bilan des PAPI, 4 p.

Chemetoff A., 2010, Le plan-guide (suites), Paris, Archibooks.

Corner J., 2006, « Terra Fluxus », in Waldheim C. (dir.), The Landscape Urbanism reader, New-York, Princeton Architectural Press, 21-23.

Courcier S., 2002, De l’évaluation de l’effet structurant d’un projet urbain à l’analyse des congruences entre stratégies d’acteurs : le réaménagement du Vieux-Port de Montréal, Thèse : Université de Montréal - Faculté des études supérieures, 494 p.

De Carlo G. (2008), Questioni di architettura e urbanistica, Argaglia Editore, Urbino (1ère édition 1964), Milan, Maggioli.

Devillers C., 1996, Le projet urbain, Paris, Pavillon de l’Arsenal.

Devisme L., 2007, « Centralité et visibilité dans le projet urbain de l’île de Nantes », in Tsiomis Y. (dir.), Échelles et temporalités des projets urbains, Paris, PUCA - Jean-Michel Place.

Douvinet J., Defossez S., Anselle A., Denolle A.-S., 2011, « Les maires face aux plans de prévention du risque inondation », L’Espace Géographique, vol. 40, 31-46.

EPA ORSA, Présentation de la démarche de réduction de la vulnérabilité au risque inondation, juin 2008, 6p.

EPA ORSA, Projet stratégique directeur ORSA, juin 2009, p.56

EPA ORSA, Ardoines à Vitry-sur-Seine. L’essor d’un projet métropolitain, novembre 2009, p. 36

EPA ORSA, Renouveler durablement un territoire fragmenté. Contribution au débat sur le Grand Pari(s) métropolitain, décembre 2009, p. 88

EPA ORSA, Schéma de principe, Rapport relatif à la gestion de l’eau, SEURA (mandataire), 19 février 2009, 58 p.

Faytre L., 2010, « Zone inondable : des enjeux toujours plus importants en Ile-de-France », Institut d’aménagement et d’urbanisme d’Ile-de-France, Note rapide, n°516, 6 p.

Ghorra-Gobin C., 2008, La ville durable : entre développement économique et cohésion sociale dans une perspective environnementale. Qu’est-ce qui institue l’urbain durable ?, Direction générale de l’urbanisme, de l’habitat et de la construction, ministère de l’Écologie, du Développement et de l’Aménagement Durables, Paris, 92 p.

ICF, 2004, Analyse historique du risque de pollution du secteur Seine Ardoines à Vitry-sur-Seine, SADEV 94, 29 p.

IIRBRBS, 1998, Approche qualitative des impacts économiques des inondations sur le bassin de la Seine. Étude test sur le département du Val de Marne, Edater & BL consultant, 84 p.

IIRBRBS, 2007, Étude de définition relative à la connaissance précise de l’expansion des crues et des enjeux économiques en région Ile-de-France, GSC, 50 p.

Ingallina P., Roncayolo M., 2005, « Projet urbain », in P. Merlin, F. Choay (dir.), Dictionnaire de l’urbanisme et de l’aménagement, Paris, PUF, coll. « quadrige », 992 p.

Laporte V., 2009, « La croissance du nombre de logements en zone inondable », Le Point sur, Service de l’observation et des statistiques, Commissariat général au développement durable, n°6, 4 p.

Lecroart P., Palisse J.-P., 2007, « Grands projets urbains en Europe : quels enseignements pour l’Ile-de-France ? », Cahiers de l’IAURIF, n°146, 5-29.

Mangin D., 2004, La ville franchisée, Paris, Editions de La Villette.

Mangin D., 2010, « Le projet des Ardoines et le risque d’inondations », in Brun A. (Dir.), Atelier Aménageurs-Chercheurs, Eau et Aménagement, « IDEAUX », Université Paris-I Panthéon Sorbonne, 6-7 avril 2010.

Ministère de l’Écologie et du Développement durable, 2006, Prise en compte des risques naturels dans l’aménagement, 13 monographies, 82 p.

Mostafavi M., Najle C., 2000, « Urbanism as Landscape? », AA files, n° 42, Londres, Architectural Association, 44-47.

Nouvel J., Duthieul J.-M., Cantal-Dupart M., 2009, Naissances et renaissances de mille et un bonheurs parisiens, Paris, Du Mont-Boron.

Offner J.-M., 2007, « Le Grand Paris », Problèmes politiques et sociaux, n°942, Paris, La Documentation française.

Panerai P., 2008, Paris métropole : formes et échelles du Grand-Paris, éditions de La Villette, Paris.

Panerai P., Castex J., J.-C. Depaule, 2004, Formes urbaines : de l’ilot à la barre, Paris, éditions Parenthèses, coll. « Eupalinos », 3ème édition.

Pottier N., Veyret Y, Meschinet de Richemond N., Hubert G., Reliant C., Dubois-Maury J., 2004, « Évaluation de la politique publique de prévention des risques naturels », in Risques naturels et aménagements en Europe, actes du colloque de la Grande Arche, 22-24 octobre 2002, Paris, A.Colin, 46-67.

Raymond R., 2009, « La « société civile », ce « nouvel » acteur de l’aménagement des territoires », L’Information géographique, vol.73, 10-28.

Reghezza M., 2006, Réflexions autour de la vulnérabilité métropolitaine : la métropole parisienne face au risque de crue centennale. Thèse : Université de Nanterre - Paris X, 382 p.

Reliant C., 2004, L’expertise comme outils de territorialisation d’une politique publique. Fonctions et usages de l’expertise socio-économique dans la politique d’aménagement des zones inondables en France et en Angleterre. Thèse : École nationale des Ponts et Chaussées, 480p.

Reygrobellet B., 2007, La nature dans la ville : biodiversité et urbanisme. Conseil économique et social, Journaux officiels, Paris, La Documentation française.

Rizzoli J.-L., Durand P.-Y., 2005, « Un nouvel aménagement pour lutter contre les crues dans le bassin de la Seine », Cahiers de l’IAURIF, n° 142, 137-145.

Rode S., 2008, « La prévention du risque d’inondation, facteur de recomposition urbaine ? L’agglomération de Blois et le déversoir de la bouille », L’Information géographique, vol.72, 6-26.

Secchi B., 1986, « Progetto di suolo », Casabella, n°520-521, 19-23.

Shane G., 2003, « The emergence of Landscape Urbanism, reflections on Stalking Detroit », Harvard Design Magazine, fall 2003/winter 2004, n° 19.

http://www.gsd.harvard.edu/research/publications/hdm/back/19_onlandscape.html

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Subra P., 2009, « Le Grand Paris, stratégies urbaines et rivalités géopolitiques », Hérodote, n° 135, 4ème trimestre, 49-78.
DOI : 10.3917/her.135.0049

Haut de page

Notes

1 Au plan national, près de 100.000 logements ont été construits entre 1999 et 2006 sur 424 communes de plus de 10.000 habitants « soumises à un risque majeur d'inondation » sur des terrains pouvant connaître « des submersions d'intensité et de fréquence variable » selon le Commissariat général au développement durable (Laporte, 2006). Par ce constat qui porte à 7 % en sept ans la hausse du nombre de logements construits en zones inondables, on estime à 2,7 millions le nombre de personnes résidant dans ces secteurs.

2 Dans le cas des projets en cours en région parisienne, le « renouvellement urbain en zone inondable » consiste le plus souvent à remplacer des fonctions urbaines propres aux zones inondables (stockage de matériaux, productions dépendantes de la voie d’eau…) par d’autres fonctions (habitat, bureaux, etc.).

3 Urbanistes et architectes – mandataires des équipes de maîtrise d’œuvre – n’ont, par ailleurs, ni été formés à la planification des risques pendant leur cursus, ni même toujours suffisamment rémunérés pour sous-traiter cette thématique à des experts (Brun, 2010).

4 Avec 57 programmes sélectionnés par l’État au cours des deux appels à projet lancés en 2003 et 2006, les PAPI représentent un engagement financier de 1 milliard d’euros sur 7 ans. « Les actions de gestion de l’aléa restent prééminentes dans la majorité des PAPI [80 % en moyenne des budgets des PAPI leur sont destinées]. Les actions sur l’aléa sont, contrairement aux actions sur la vulnérabilité des actions éprouvées : c’est ce que les structures porteuses se sentent le plus aptes à faire, et ce que souvent elles avaient déjà programmé avant l’appel à projet des PAPI. [Ce sont également] des actions largement comprises et soutenues par les élus et les riverains, dont l’efficacité semble aujourd’hui plus visible et sensible que celles des actions de réduction de la vulnérabilité, moins bien connues et maîtrisées » (Centre européen de prévention des risques d’inondation, p. 2).

5 La directive invite les États membres au titre de l’article 6 du chapitre III à définir trois niveaux d’aléa lors de la première phase d’évaluation des risques d’inondation (2009-2011). Aussi, les services déconcentrés du ministère de l’Écologie en Ile-de-France distinguent-ils désormais trois aléas dans leurs documents de travail, à savoir l’aléa décennal pour les crues fréquentes (scénario R0.6, 1 800 m³/s, soit 6,23 m à Paris-Austerlitz, correspondant aux premiers dommages , RER C notamment), l’aléa centennal pour les crues devenant « moyennes » (2 400 m³/s à Paris-Austerlitz) et l’aléa extrême, dont la fréquence serait une crue historique supérieure à la centennale ou un aléa modélisé d’ordre cinq centennal ou plus (2 800 m³/s à Paris-Austerlitz). Dans le cas où ces aléas seraient validés, quelles en seront les conséquences exactes en matière de planification urbaine ? En tout état de cause, la directive incite les pouvoirs publics à remettre en question la référence de la crue de janvier 1910 (pour Paris et la petite couronne uniquement, puisque la Marne ou l’Oise ont connu des crues plus importantes à d’autres périodes qu’en 1910).

6 Intervention relative au projet « Seine-Ardoines » de M. Yanick Lemeur, directeur adjoint de l’établissement public d’aménagement Orly Rungis Seine Amont, Atelier 9 « Peut-on développer durablement un territoire inondable ? », PREVIRISQ, 21, 22 et 23 septembre 2010, Parc floral de Paris, France.

7 Manuel de Sola-Morales – grande figure du projet urbain en Espagne – allait également dans ce sens :« les études de morphologie urbaine ont supposé en particulier une rupture définitive avec l’orientation fonctionnaliste qui ramenait toujours aux systèmes de transport ou au zoning des activités, celle de projet et de connaissance de la forme » (Panerai, Castex, Depaule, 2004, p. 6).

8 À titre d’exemple, Christian Devillers, en France, a alterné l’exercice professionnel, l’enseignement et la recherche, de même que Giuseppe Campos Venuti, en Italie, a occupé successivement des fonctions d’enseignant, d’élu et de praticien.

9 L’exemple caractéristique est celui de la municipalité communiste de Bologne qui a engagé ce que l’on considère aujourd’hui comme la première expérience d’urbanisme « réformé ».

10 Ici, la notion de projet urbain se distingue du « grand projet urbain » (large-scale urban development project). Ce dernier se décompose le plus souvent en plusieurs projets plus ou moins autonomes. « En anglais, on parle parfois de mega-project dans le cas de très grands projets monolithiques, mais le terme est plutôt à réserver aux grands projets d’infrastructures » (Lecroart, Palisse, 2007, p. 6).

11 Chemetoff cité par Devisme (2007).

12 Interview d’Alexandre Chemetoff en 2007 intitulée « Alexandre Chemetoff ou la logique du vivant » publiée dans Place publique, n° 4, 162 p.

13 Il n’existe malheureusement pas de données plus récentes de source officielle. Les estimations seraient sans doute aujourd’hui largement supérieures.

14 Association Française pour la Prévention des catastrophes naturelles, Séminaire intitulé « L’expression et la formalisation des attentes des acteurs face à la vulnérabilité des réseaux », Paris, 31 mars 2009.

15 Un batardeau désigne une construction provisoire qui forme une retenue d’eau permettant de réaliser un chantier à sec. Il s’agit ici, par extension, d’installations temporaires utilisées en cas de crue, le plus souvent en bois et en acier bois, destinées à fermer les ouvertures dans les digues et les murettes de protection contre les crues, tels que les accès techniques au fleuve.

16 Le projet de Grand Paris porté par Nicolas Sarkozy a été vertement critiqué, en particulier par des élus locaux, en raison de la possible mainmise de l’État sur les compétences des collectivités à travers l’installation d’une nouvelle gouvernance. D’autres ont fait valoir que la municipalité parisienne socialiste n’a pas attendu la décision du Chef de l’État pour briser l’isolement de Paris à l’égard de la banlieue (voir notamment les textes réunis dans Offner J.-M., 2007, « Le Grand Paris ». Problèmes politiques et sociaux, n° 942, Paris, La Documentation française).

17 L’opération d’intérêt national dispose de moyens financiers renforcés : son territoire est l’un des six territoires, d’intérêt régional ou national, qui bénéficient de 608 M€ de crédits de la Région et de l’État, dans le cadre du contrat de projets 2007-2013.

18 Un ouvrage (pont, bâtiment, etc.) est dit « transparent » d’un point de vue hydraulique dès lors qu’il remplit les conditions suivantes : il n’amplifie pas le niveau des plus hautes eaux (il ne fait pas obstacle à l’écoulement des eaux), ne réduit pas la zone d’expansion des crues, n’allonge pas la durée des inondations ou n’augmente pas leur étendue, n’intensifie pas la vitesse d’écoulement des eaux.

19 Les concepteurs du plan-guide ont par ailleurs pris en compte le ruissellement urbain. Ils ont proposé des principes d’aménagement expérimentés par les paysagistes de Composante Urbaine dans le Département de Saine-Saint-Denis (bassins de rétention végétalisés à ciel ouvert, noues…). Dans le secteur des Ardoines, le risque d’inondation urbaine est toutefois apparu plus fréquent mais moins problématique que le risque d’inondation par débordement de la Seine (EPA ORSA, 2009).

20 Source : BAOMP, mars 2011.

21 C’est la Direction Départementale de l’Équipement (DDE) qui était en charge du projet de plan de prévention des risques technologiques et industriels. La DDE est désormais refondue dans la Direction Régionale et Interdépartementale de l’Environnement et de l’Énergie d’Ile-de-France et ses Unités Territoriales, suite à la réforme des services déconcentrés de l’État.

22 Comme le souligne Beucher (2007, p. 482), en Val-de-Marne, les zones inondables les plus exposées de la vallée de la Seine se confondent pour partie avec les sites stratégiques de l’OIN Seine Amont, définis par le schéma directeur régional d’Ile-de-France (1994). Les premières propositions du plan de prévention des risques d’inondation pour le zonage réglementaire prévoyaient de classer le territoire Seine Amont en zone urbaine dense d’aléas forts et très forts. Mais ce zonage a été considéré comme « trop contraignant » et les opérations d’urbanisme ont finalement été permises.

23 Les cartes représentent le niveau de risque encouru sur le site de Seine Ardoines en fonction de trois événements de référence : une crue de retour 50 ans (1924), une crue de retour 100 ans (1910) et une crue centennale +1m. Le risque est défini par le croisement de deux paramètres, l'aléa et la vulnérabilité. Cinq niveaux de vulnérabilité ont été définis en prenant en compte la vocation économique de la zone : la première correspond aux espaces verts, la seconde à l'habitat, la troisième aux équipements, aux activités tertiaires et au commerce, la quatrième aux industries et aux voies ferrées et routières, la cinquième aux industries à risque. L'aléa traduit, en un point donné, la probabilité d'occurrence d'un phénomène naturel de nature et d'intensité définies. La vulnérabilité correspond au niveau de conséquences prévisibles d’un phénomène naturel sur les enjeux, lesquels désignent les personnes, les biens, les activités ou encore le patrimoine susceptibles d’être affectés par un phénomène naturel.

24 Une pareille carte a été élaborée peu après, à l’échelle du Val-de-Marne, par la direction départementale de l’équipement associée au Centre d'Études Techniques de l'Équipement Méditerranée pour susciter des réactions de la part des acteurs locaux et les aider à hiérarchiser leurs priorités en zone inondable.

25 Selon l’Institut Géographique National (IGN), le nivellement général de la France (NGF) se compose de 350000 points de repère répartis sur l’ensemble du territoire national et dont l’altitude est mesurée avec une précision relative proche du millimètre. Tout point habité du territoire se trouve à moins de 5 km d’un groupe d’au moins trois repères de nivellement (triplet). Source : www.ign.fr/institut/24/activites/geodesie-et-nivellement.htm.

26 Des opérations du même type (qui visent à « retrouver les berges » en créant des cheminements complémentaires aux réseaux existants) sont en cours de réalisation en aval de Paris (exemple, Vallée Rive Gauche dans les Hauts-de-Seine sous la direction de l’agence Ilex). Ces opérations ont démarré dans les années 2000 suite à la restructuration de l’industrie en vallée de Seine sous l’égide des Conseils généraux. Conjuguées les unes aux autres, elles contribuent à la mise en place d’une « trame bleue-verte » à l’échelle de l’agglomération parisienne. Les négociations préalables à l’achat des terrains, l’élaboration de la planification et la recherche de financements, la dépollution des sols et la multiplicité des acteurs (propriétaires, voies navigables de France, communes, conseil général, opérateurs privés) ont toutefois tendance à les rendre particulièrement longues.

27 L’équipe Castro-Denissof a par exemple proposé d’insulariser les Ardoines alors que Mangin suggère l’étagement du site : en faveur de quelle solution les parties prenantes devaient-elles finalement opter ?

28 cf. Atelier réunissant cinq équipes du Grand Pari(s) autour de sujets transversaux, le 8 décembre 2009, Gare au Théâtre, Vitry-sur-Seine.

29 À savoir Bruno Ledoux (Ledoux Consultant), Bruno Barroca et Youssef Diab (Université de Paris Est Marne-la-Vallée), Nicolas-Gérard Camphuis et Nicolas Bauduceau (CEPRI), Alain Brossais (DDE, Val de Marne) et Frédéric Gache (IIBRBS).

30 Faute d’accord politique entre l’EPA et Alfortville. Comment dans ces conditions l’EPA envisage-t-il d’arrimer Alfortville au plan-guide des « Seine-Ardoines » ? La réponse se dessine au travers d’un premier projet qui associe ces deux acteurs (« Etude urbaine Sud Alfortville », maîtrise d’ouvrage EPA ORSA, maîtrise d’œuvre agence SEURA, 2009-2011) dans la mesure où le secteur d’étude correspond à la partie alfortvillaise du futur pont des Ardoines.

31 Au sein de chacun des secteurs d’études de l’EPA ORSA, le défi à long terme consiste à imposer à chaque aménageur (collectivités, promoteurs immobiliers, particuliers) un cahier de prescriptions techniques et architecturales conforme au projet de territoire qui se dégagera à l’issue des études urbaines en cours. Cette démarche repose sur la modification des documents d’urbanisme et une relation plus étroite encore entre les décideurs locaux. Dans le périmètre de l’EPA ORSA plus globalement, les équipes de maîtrise d’œuvre urbaine missionnées en 2008 et 2009 ont élaboré des projets urbains qui appréhendent le risque inondation de façon différenciée. C’est par exemple le cas entre les projets de Makan Rafatdjou à Villeneuve-Saint-Georges (agence Makan Rafatdjou), de Jean-Marc Bichat à « Villeneuve-Triage » (Atelier Germe & JAM) et celui de David Mangin aux Ardoines (agence SEURA). Les caractéristiques des secteurs d’étude (disponibilité foncière, situation politique, etc.) ainsi que les moyens techniques, la composition et l’expérience des équipes expliquent cette situation. Reste à savoir si, additionnées, des solutions différentes peuvent contribuer à réduire la vulnérabilité au risque inondation.

32 Les positions des établissements publics d’aménagement situés en amont de Paris et en aval de la capitale (EPAMSA) par rapport au risque inondation sont radicalement différentes. Dans le cas de l’EPA ORSA, on l’a dit plus haut, il est question de faire muter la ville sur elle-même, faute de place. C’est donc aux architectes urbanistes d’alimenter la réflexion de l’aménageur public. Dans le cas de l’EPAMSA, la conservation des zones inondables est la règle car le secteur est plus éloigné de Paris (50km), moins dense. Il est par conséquent possible d’y organiser un développement de logements et de bureaux sans empiéter sur des parcelles à risque. Le problème pour l’EPAMSA est davantage, d’une part, dans la « gestion des vides », c’est-à-dire des parcelles agricoles qui séparent les villes ou des linéaires de berges en friche, et, d’autre part, dans la requalification des quartiers des gares.

33 Comme le montrent les difficultés financières de l’institution interdépartementale chargée de l’exploitation des lacs-réservoirs de Seine.

34 Source : CyberArchi, Les scénarii de David Mangin pour le site des Ardoines à Vitry-sur-Seine, 2009. http://www.cyberarchi.com/actus&dossiers/dossiers/index.php?dossier=74&article=12858.

35 C. Reliant (2004) a montré cette évolution dans une analyse comparative entre la France et l’Angleterre. Les métropoles européennes concurrentes suivent la même évolution sans pour autant adopter une stratégie urbaine comparable.

36 Au sein du périmètre de l’OIN, la compétence pour autoriser l’utilisation des sols est transférée des communes ou de l’intercommunalité vers l’État, de même que l’initiative de création de ZAC et l’aménagement des terrains. Les secteurs juridiques de l’OIN ORSA sont au nombre de cinq : Avenir-Gambetta à Ivry-sur-Seine et les Bords de Marne à Alfortville ; Seine Ardoines - Lugo - Choisy-centre à Vitry-sur-Seine et Choisy-le-Roi ; SENIA - Pont de Rungis à Orly, Thiais, Rungis et Chevilly-Larue ; la Carelle et la zone des Voeux à Orly et Villeneuve-le-Roi ; le secteur du Triage à Villeneuve-Saint-Georges. Sources : http://www.val-de-marne.equipement.gouv.fr/article.php3?id_article=220.

37 Le conseil municipal de Vitry-sur-Seine du 19 janvier a approuvé le principe de création des Zac « Seine-gare Vitry » et « Gare-Ardoines » et les modalités de concertation préalable. La création des deux ZAC est prévue pour le second semestre 2011.

38 Source : http://www.culture.gouv.fr/culture/actualites/communiq/albanel/gp_discours_president_290409.pdf.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte 1 - La zone d'activités « Seine Ardoines » est située en amont de Paris
Crédits SEURA architectes_carte1.
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/24751/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1012k
Titre Cliché photographique – Vue panoramique de la zone d’activités des Ardoines à partir d’Alfortville
Légende Le paysage de la zone est dominé par la centrale EDF et le pont du Port à l’Anglais
Crédits SEURA architectes_photo1
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/24751/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 528k
Titre Cliché photographique 2 – Vue aérienne de la zone d’activités des Ardoines
Légende La zone, localisée entre la voie ferrée et la voie navigable, comprend des activités stratégiques à l’échelle du Grand Paris
Crédits Source EPA ORSA / Philippe GuignardLes objectifs de l’EPA ORSA et les enjeux de l’étude urbaine aux Ardoines
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/24751/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Titre Organigramme 1 - La gouvernance de l’EPA ORSA en 2010
Crédits BRUN&ADISSON_organigramme1
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/24751/img-4.png
Fichier image/png, 201k
Titre Carte 2 – Carte du risque, scénario crue de retour 50 ans
Crédits SAFEGEcarterisque1924_carte2
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/24751/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Carte 3 – Carte du risque, scénario crue centennale
Crédits SAFEGEcarterisque1910_carte3
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/24751/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Carte 4 – Carte du risque, scénario crue centennale de plus d’1m
Crédits SAFEGEcarterisque1910+1m_carte4
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/24751/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Tableau 1 – Carte du risque établie sur le croisement de l’aléa et de la vulnérabilité des bâtiments définie à l’échelle de la parcelle
Crédits SAFEGEtableaucomplementairecarterisque_tableau1
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/24751/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Figure 1 – Le plan-guide repose sur le ré-étagement du site
Crédits SEURAarchitectes_figure1
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/24751/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 684k
Titre Carte 5 – Le plan-guide « Seine Ardoines »
Crédits SEURAarchitectes_carte5
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/24751/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alexandre Brun et Félix Adisson, « Renouvellement urbain et risque inondation : le plan-guide « Seine-Ardoines » », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Aménagement, Urbanisme, document 561, mis en ligne le 29 octobre 2011, consulté le 01 juin 2016. URL : http://cybergeo.revues.org/24751 ; DOI : 10.4000/cybergeo.24751

Haut de page

Auteurs

Alexandre Brun

Université Paul-Valéry Montpellier 3
Département de Géographie et Aménagement
UMR 5281 CNRS « Art-Dev »
Maître de conférences
abrungeographe@yahoo.fr

Articles du même auteur

Félix Adisson

Politecnico di Milano
Dipartimento di Archtettura e Pianificazione
LATTS-PontsParisTech
Doctorant
felix.adisson@mail.polimi.it

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page