Navigation – Plan du site
2011
563

Processus de métropolisation dans l’espace frontalier post-soviétique : l’exemple de Rostov-sur-le-Don

Process of metropolization in post-soviet border space: the example of Rostov-on-Don
Clémentine Cottineau

Résumés

Cet article s’intéresse au processus de métropolisation qui affecte la Russie, avec l’exemple de la ville frontalière de Rostov-sur-le-Don. Il s’agit de déterminer dans quelle mesure cette ville participe au mouvement de métropolisation, tout en analysant le système urbain avec lequel elle interagit de manière privilégiée (système européen, national ou régional). La prise en compte de la situation frontalière de Rostov-sur-le-Don dans cette optique invite à une évaluation des atouts ou des obstacles que représente cette frontière pour les perspectives d’intégration européenne de Rostov.

Haut de page

Texte intégral

Cet article représente la synthèse d’un mémoire de Master 1 dirigé par Denise Pumain et Yann Richard (université Paris 1 Panthéon-Sorbonne). Il a bénéficié de ce fait de leurs conseils et remarques, ainsi que de la collaboration d’Aleksandr G. Droujinine et Natalya V. Kirsanova depuis Rostov-sur-le-Don.

1Certaines transformations de la Russie contemporaine sont spectaculaires et les processus sous-jacents bien connus et bien étudiés. Il s’agit par exemple de la libéralisation de l’économie, du processus de démocratisation ou de la restructuration de l’espace post-soviétique en quinze Etats indépendants. D’autres transformations sont plus lentes et plus ordinaires, mais leurs conséquences n’en affectent pas moins la trajectoire et la forme que prend ce pays. Nous pensons que la métropolisation fait partie de ces processus qui, bien que plus ou moins silencieux, façonnent l’espace urbain russe d’aujourd’hui et de demain.

2Nous entendons le terme de métropolisation dans une double acception :

    • 1 Traduction de l’auteur.

    à l’échelle du système de villes (Pumain, 1992), il s’agirait de la concentration accrue des fonctions de décision et de contrôle dans les plus grandes villes, conséquence de la dispersion plus importante de la production économique induite par la mondialisation (Sassen, 1991 ; Lacour et Puissant, 1999). Un petit nombre de villes clés se différencient donc qualitativement d’autres villes du réseau par leurs fonctions et quantitativement par la disproportion de leur pouvoir de commandement dans certains domaines : typiquement, ce que l’on appelle le « tertiaire supérieur » ou les « services aux entreprises », ainsi que le secteur de la haute technologie (Krätke, 2007). Selon les économistes L. Bourdeau-Lepage et J.-M. Huriot (2004), la métropolisation serait « le processus par lequel la ville s’adapte aux formes changeantes de coordination1 » des activités. En effet, à courte comme à longue portée, la croissance cumulative des nœuds de la métropolisation correspond à la forme optimale de coordination des interactions économiques et sociales.

  • à l’échelle intra-urbaine, la notion de métropolisation renvoie plutôt à des processus comme l’étalement urbain, la fragmentation fonctionnelle et sociale des espaces, ainsi que l’internationalisation et la recomposition des activités dans le modèle centre-périphérie (par le renforcement de la présence d’activités rares dans le centre parallèlement au développement de centralités secondaires spécialisées dans la formation et la haute-technologie comme les edge-cities ou les technopôles) (Garreau, 1991 ; Lacour et Puissant, 1999 ; Bassand, 2007).

3Un examen rapide des plus grandes villes de Russie, donc susceptibles d’en constituer l’armature métropolitaine, révèle une singularité. Ainsi, au regard de la loi rang-taille, il « manque » des villes entre Saint-Pétersbourg, la deuxième ville du pays, et la dizaine de villes de plus ou moins un million d’habitants. Cette particularité relève d’une part de la séparation de l’Union soviétique en Etats indépendants. En effet, Kiev fut toujours la troisième ville du système urbain soviétique (Your, 2003). D’autre part, une restriction réglementaire de la taille des villes en URSS a favorisé le développement de villes avoisinant le million d’habitants, comme Kazan, Novossibirsk et Rostov-sur-le-Don. Concernant la problématique de métropolisation, on peut estimer naturellement que les deux capitales russes sont des pivots clés, mais insuffisants pour irriguer et contrôler l’immense territoire national. En revanche, la totalité des villes « millionnaires » (comptant plus ou moins un million d’habitants) ne saurait accéder au statut de métropole. Dans cette compétition, toutes ne partent pas avec les mêmes atouts, ni les mêmes handicaps. Si le processus de métropolisation paraît « inévitable » en Russie (Bensahel, Marchand, 2005), il reste à savoir quelles villes en seront les piliers.

4C’est pourquoi le cas de Rostov-sur-le-Don (1,05 million d’habitants en 2010) nous intéresse pour tenter de rendre compte du processus de métropolisation en Russie. Ce choix se justifie par la position intermédiaire de Rostov-sur-le-Don parmi les villes « millionnaires » : ni leader, ni en retrait ; ainsi que par sa situation géographique originale par rapport aux autres grandes villes de référence : en dehors du couloir de peuplement qui part de Moscou suivant le tracé du Transsibérien, située au fond de l’estuaire de la mer d’Azov (quand les autres « prétendantes » sont toutes continentales), frontalière et capitale d’une région relativement pauvre (l’okroug fédéral du Sud, duquel l’okroug du Nord-Caucase a récemment été détaché) mais en développement, notamment grâce au choix de Sotchi comme ville olympique pour 2014 (cf. carte 1).

5Cette ville a-t-elle une place dans la métropolisation de la Russie et quels en sont les signes ? Cette question fera l’objet des deux premières parties, dans lesquelles nous mettrons l’accent sur l’échelle du système des villes, à l’échelon national et régional (cf. 1.), puis sur la ville elle-même, afin de cerner les signes spatiaux pouvant justifier d’un statut de métropole ; la notion de métropole étant considérée ici comme le résultat des processus de métropolisation aux échelles urbaine et interurbaine (cf. 2.). Cet examen du cas de Rostov permettra aussi de se demander en quoi la Russie peut (ou doit) suivre le modèle occidental de métropolisation. Les « écarts au modèle » seront pris en compte pour tenter de caractériser les spécificités du terrain urbain russe.

6Dans un dernier temps (cf. 3.), nous aborderons l’aspect frontalier de Rostov-sur-le-Don, afin de comprendre la potentialité et l’obstacle que représente le voisinage ukrainien pour l’intégration métropolitaine de Rostov dans la région, voire le système urbain européen.

Carte 1 : Rostov-sur-le-Don dans le système des statuts urbains russes en 2010

Carte 1 : Rostov-sur-le-Don dans le système des statuts urbains russes en 2010

Méthodologie

7La méthode générale suivie pour cette étude est celle d’un passage progressif du modèle à la monographie. Contrairement aux travaux complets et aux tableaux généraux sur la Russie impliquant le traitement de la question urbaine (Kolossov, 2007 ; Radvanyi, 2007 ; Eckert, 2004 ; entre autres), l’objectif n’est pas de considérer la Russie comme un terrain original, mais plutôt d’aborder le système de ses villes comme un terrain d’étude de la métropolisation. Le raisonnement a donc impliqué de s’interroger sur les propriétés d’une métropole, puis sur l’adéquation entre ce modèle et le cas de Rostov, avant de déterminer si les « écarts au modèles » relevaient de spécificités locales, nationales ou d’éventuels retards dans le processus général. C’est en dernier lieu que la particularité de Rostov-sur-le-Don, et notamment sa situation frontalière, a été mise au centre de l’analyse.

8Dans cette perspective, l’emprunt de méthodes appliquées à d’autres systèmes de villes (comme la classification fonctionnelle de C. Rozenblat et P. Cicille, 2003 pour les villes européennes, les réseaux de filiales et représentations d’entreprises étudiés par C. Rozenblat, 2004 notamment, et le groupe de recherche sur les villes globales, GaWC, cf. Beaverstock, Smith et Taylor, 1999) ou à d’autres tissus urbains (les villes américaines par exemple, cf. Le Goix, 2005) paraît justifié et intéressant, d’autant que dans ces recherches, Rostov-sur-le-Don n’apparaît presque jamais, du fait de sa situation périphérique en Europe et de sa taille modérée vis-à-vis des villes globales.

9Les données nécessaires à ces traitements ont été collectées lors d’un séjour de terrain, de mars à mai 2010, au sein de l’Institut des Problèmes Socio-économiques du Nord-Caucase de Rostov-sur-le-Don, avec la généreuse collaboration de son directeur, A. Droujinine, et de N. Kirsanova et A. Shmytkova.

1. Y a-t-il métropolisation en Russie ? Quelle place pour Rostov ?

10Pour évaluer la possibilité pour Rostov-sur-le-Don de participer à la métropolisation russe, si elle a lieu, nous analysons les relations interurbaines à deux niveaux géographiques : le système des villes russes et le cadre régional du Sud de la Russie.

Centralisation moscovite et hiérarchisation des villes « millionnaires »

11L’estimation du processus de métropolisation à l’échelle nationale se fait par l’intermédiaire d’indicateurs relatifs à la concentration du pouvoir de décision, de contrôle et de coordination des domaines avancés de l’économie, à savoir les services supérieurs, la recherche ou les activités de haute-technologie. Plus particulièrement, nous avons retenu à cette échelle l’étude de la concentration des sièges sociaux des plus grandes entreprises du secteur bancaire, de l’assurance et du conseil (soit une estimation du secteur emblématique FIRE aux USA : Finance, Insurance and Real Estate). Cet échantillon non-exhaustif des services avancés aux entreprises permet tout de même d’ébaucher la forme de la répartition du pouvoir métropolitain entre les grandes villes du pays (plus de 200 000 habitants, d’après Cattan et al., 1999).

12La carte 2 représente pour cela la localisation des maisons-mères des 100 premières banques russes, des 100 premières compagnies d’assurance et des 100 premiers cabinets de conseil entre 2007 et 2010, selon leur chiffre d’affaires en fin d’année, d’après les classements en ligne des magazines économiques russes RBK (http://rating.rbc.ru) et Ekspert (http://www.raexpert.org).

Carte 2 : Répartition des sièges sociaux des plus grandes entreprises de services supérieurs russes

Carte 2 : Répartition des sièges sociaux des plus grandes entreprises de services supérieurs russes

13La lecture de cette figure se prête à deux lectures complémentaires. La plus évidente est de constater l’hypercentralisation moscovite, qui polarise 66 des 100 plus grandes banques du pays, 67 des 100 plus grandes compagnies d’assurance russes, ainsi que les trois quarts des plus grands cabinets de conseil. Cet hypercentre possède un relais à Saint-Pétersbourg, mais infiniment moins important, puisqu’y sont enregistrées respectivement 9, 6 et 10 de ces firmes. Nous rejoignons donc l’analyse d’I. Brade et R. Rudolph, qui constatent que :

« il n’y a pas de compétition envers la capitale russe : en utilisant tous les indicateurs économiques les plus significatifs, Moscou est loin devant tous les centres inférieurs, typiquement : les villes de plus d’un million d’habitants. Ce n’est qu’à ce niveau que commence la véritable compétition entre les villes pour attirer les fonctions économiques, les investissements, les liaisons aériennes et l’image commerciale, afin de se positionner comme des lieux attractifs pour le business d’échelle nationale ou transrégionale » (2004, p. 75, traduction de l’auteur).

14Ce phénomène ressemble donc bien à l’effet-métropolisation de concentration de compétences clés au sein d’un petit nombre de villes globales (dont Moscou fait partie dans la plupart des classements, Brade et Rudoph, 2004). Il faut cependant nuancer cette observation par la prise en compte de l’héritage d’hypercentralité de l’empire russe puis soviétique, qui n’a permis jusqu’à présent en aucun autre lieu qu’à Moscou la formation d’un « milieu » innovateur, urbain et qualifié demandeur de ces services (Vendina in Kolossov, 2007). Dès l’ouverture du pays, c’est donc ici que se sont concentrées avec un moindre risque les banques ou assurances. Il est probable que ce comportement se diffuse à l’avenir, comme une innovation, vers les villes de rang inférieur (Pred, 1977 ; Pumain et Saint-Julien, 1978).

15Ainsi, sans comparaison possible avec la ville mondiale en formation, la seconde lecture consiste à repérer parmi les villes millionnaires en compétition celles qui paraissent le mieux aptes à polariser ces services et à former l’armature métropolitaine de la Russie.

16On distingue alors deux groupes :

  • le premier se compose de villes comme Ekatérinbourg, Kazan ou Rostov-sur-le-Don, qui paraissent plutôt mieux ancrées dans le tertiaire supérieur, avec au moins trois entreprises cotées dans ce top 300 russe (et jusqu’à six pour Ekatérinbourg) ;

  • le second regroupe des villes plus industrielles et/ou déclinantes, telles Oufa, Volgograd ou Nijni-Novgorod. Certaines de ces villes de plus ou moins un million d'habitants n’ont réussi à placer un leader dans aucun des trois « top 100 ».

  • 2 Sources : www.gks.ru, www.insee.fr

17Cet état de fait justifie de considérer Rostov comme prétendante légitime à la métropolisation russe, mais la disproportion des chiffres (2/3 des entreprises du top 300 enregistrées à Moscou, à peine plus d’1 % à Rostov) invite à considérer Rostov comme métropole potentielle, principalement au niveau régional. Dans le contexte russe, cette petite région Sud et Nord-Caucase est tout de même aussi étendue que la France (bien que deux fois moins peuplée en 20092) !

Rostov, métropole du Sud ?

18Le Sud est compris comme la réunion des okrougs fédéraux du Sud et du Nord-Caucase. Les villes retenues dans l’analyse sont celles qui comptent plus de 200 000 habitants, ainsi que les capitales de régions (oblast), territoires (kraï) ou républiques, qui du fait de ce statut administratif intègrent des fonctions de contrôle et de décision certaines sur leur territoire, ce qui participe aussi à la définition de la métropole (Jouve et Lefevre, 1999).

19Malgré tout, cette petite région est très fragmentée et certaines villes importantes disputent le leadership régional à Rostov sur de nombreux secteurs économiques. Ainsi, Volgograd est une ville d’un million d’habitants elle aussi, Krasnodar est très actif dans le commerce de détail et plus dynamique sur le plan démographique, avec la proximité de Sotchi et du grand port de la mer Noire : Novorossiisk. Enfin, le Nord-Caucase, mosaïque de républiques « nationales » (selon la terminologie russe, c’est-à-dire des territoires de minorités le plus souvent ethniques, ayant un statut d’autonomie relative vis-à-vis de la fédération, comparées aux régions « ordinaires »), est un secteur pauvre, instable et assez rural, mais dont émergent quelques villes importantes, dynamiques et appuyées par le pouvoir central (comme Pyatigorsk, près de Stavropol, promue en janvier 2010 capitale du nouvel okroug fédéral, ce qui implique l’installation d’une administration importante, ainsi qu’un centre universitaire d'ampleur nationale ; ou Makhatchkala, centre bancaire du Caucase).

20Pour tenter de révéler la ou les métropoles de la région, nous avons reproduit la classification mise au point pour les villes européennes par C. Rozenblat et P. Cicille (2003) avec les données disponibles. L’objectif est d’évaluer la concentration de lieux d’interactions, qui représentent la capacité de contrôle et de coordination des villes sur le réseau. Les données recueillies sont, faute d’informations diffusées et de moyens, moins précises que dans le cas européen (le nombre d’universités par villes au lieu du nombre d’étudiants par exemple), mais constituent une première base, même imparfaite, de comparaison et de hiérarchisation des villes à l’échelon régional. L’étude des lieux d’échanges forment 10 indicateurs permettant de classer les villes. Ils sont d’ordres démographique (la taille des villes et leur dynamique), économique (sièges de banques et de grandes entreprises, activité touristique et tourisme d’affaires : palais des congrès et salons), culturel (musées, universités) et concernent le secteur des transports (activités portuaires et aéroportuaires) (cf. tableau 1). Le résultat de la classification est reporté sur la carte 3 et le tableau 2, qui montrent la prépondérance métropolitaine de Rostov-sur-le-Don, le rôle de relais secondaire de Krasnodar et Volgograd, et enfin des métropoles potentielles comme Sotchi, Stavropol ou Makhatchkala.

Tableau 1 : Critères de classification

Critères de classification

Classes

N° 

Critère

Date

Indicateur

4

3

2

1

A

Population

2009

Nombre d’habitants (en milliers)

> 1000

500-1000

250-500

100-250

B

Evolution démo-graphique

1950-1990

CAH sur les taux de croissance démographique de 1950 à 1990

forte croissance

croissance sup. à la moyenne

croissance inf. à la moyenne

faible croissance

C

Activité portuaire

2007

Trafic portuaire (milliers de t)

> 1000

700-1000

450-700

Pas de port

D

Activité aéro-portuaire

2007

Typologie

> 1000000 passagers/an

Aéroport dans le top 30 russe

Autre aéroport important

Aéroport local ou militaire

E

Contrôle économique

2007

Nombre de sièges sociaux d’entreprise du top 200 russe

3

2

--

0

F

Activité bancaire

2010

Nombre de banques du top 500 russe

5

2-4

1

0

G

Tourisme

2010

Typologie sur le nombre d’hôtels et de sites touris-tiques (points)

30

10-30

1-10

0

H

Tourisme d’affaires

2010

Nombre de congrès

7

4-6

1-3

0

I

Culture

2008

Nombre de musées

9

5-7

3-4

1-2

J

Education

2010

Nombre d’universités

6-7

3-5

1-2

0

Sources : www.gks.ru ; Moriconi-Ebrard, 1994, Atlas des problèmes, menaces et risques socio-politiques du Sud de la Russie, Rostov-sur-le-Don, eds YuNTs RAN, tome 2 ; Kommersant No.52 (3628), mars 2007 ; Forbes Russie No.10 (43), octobre 2007 ; http://rbc.rating.ru ; www.bankir.ru ; www.tripadvisor.com ; www.visit-russia.com ; Ekspert Youg, 5-18 avril 2010 ; www.4icu.org

Carte 3 : Hiérarchisation des villes du Sud de la Russie

Carte 3 : Hiérarchisation des villes du Sud de la Russie

Tableau 2 : Scores des villes

Villes/critères

A

B

C

D

E

F

G

H

I

J

Total

Rostov-sur-

le-Don

4

1

3

3

4

4

3

4

2

4

32

Volgograd

3

3

2

2

1

3

2

3

3

4

26

Krasnodar

3

3

1

4

1

4

3

2

2

3

26

Sotchi

2

2

2

4

1

1

4

3

3

1

24

Makhatchkala

2

4

3

1

1

3

1

1

3

3

22

Stavropol

2

4

1

2

1

2

2

3

2

3

22

Astrakhan

3

1

3

2

1

2

2

1

3

3

21

Taganrog

2

1

3

1

3

1

3

1

4

2

21

Piatigorsk

1

3

1

1

1

2

2

1

1

2

17

Novorossiisk

1

3

4

1

1

1

2

1

1

1

16

Vladikavkaz

2

2

1

1

1

2

1

1

3

2

16

Tcherkessk

1

4

1

1

1

1

1

1

2

1

14

Shakhty

1

3

1

1

1

1

1

1

1

2

13

Nal’tchik

2

3

1

1

1

1

2

1

nd

1

13

Maïkop

1

1

1

1

1

1

1

1

2

2

12

Elista

1

nd

1

1

1

1

1

1

1

2

11

Grozniy

1

2

1

1

1

1

1

1

nd

2

11

Nazran

1

nd

1

1

1

1

1

1

nd

1

8

21Ce résultat primatial est renforcé par le rayonnement de Rostov dans la région, comparé aux autres villes importantes. En effet, si toutes ces villes sont des relais de Moscou dans le Sud, avec entre 2/3 et 3/4 des entreprises bancaires et assurantielles dépendant d’une maison-mère moscovite, nous avons gardé les villes des trois niveaux les plus importants de la classification et nous avons évalué l’étendue de leur influence sur la région. Il s’agit des domaines de la banque, des assurances et de la formation universitaire, dont le réseau de filiales régionales de chacun des établissements enregistrés dans la ville en question a été cartographié. Cette méthode rejoint celle de C. Rozenblat (2004), différente de celle du GaWC en ce sens qu’elle s’intéresse aux liens effectifs entre maisons-mères et filiales et non aux relations potentielles entre toutes les filiales d’un même groupe. On aboutit à la carte 4, qui montre un avantage quantitatif à Rostov (beaucoup plus de filiales issues de cette ville) et qualitatif (un réseau proprement régional) par rapport aux autres villes.

Carte 4 : Rayonnement des villes et métropoles du Sud

Carte 4 : Rayonnement des villes et métropoles du Sud

22Pour conclure, Rostov-sur-le-Don apparaît donc bien comme la métropole du Sud, ce qui semble être son ancrage le plus solide pour jouer sur la scène nationale, et être un pilier de la métropolisation russe en cours.

2. Marques de métropolisation dans le tissu urbain de Rostov

23La définition de la métropolisation en elle-même implique un regard sur deux échelles différentes : le système de villes et la concentration de fonctions clé dans un petit nombre de villes ; l’intérieur de ces villes, où le processus joue aussi, en réorganisant la géographie économique intra-urbaine, et en modifiant la structure de la périphérie des villes. Voyons si ces caractéristiques se retrouvent à Rostov-sur-le-Don.

Géographie de l’économie métropolisée

24Rostov, en tant que métropole, concentre un certain nombre de fonctions de contrôle et de décision, matérialisés dans des lieux d’interaction tels que les aéroports, les sièges sociaux de grandes entreprises ou encore les centres de congrès internationaux. Plus qu’à leur simple présence dans la ville, nous nous intéressons maintenant à leur répartition dans le tissu urbain, à la manière dont se forment certains espaces privilégiés de contrôle et d’interaction.

25L’étude de la métropolisation en Europe ou aux États-Unis (chez Castells, Garreau ou Hall, synthétisés par Le Goix, 2005, chap. 6 par exemple) a permis de relever certaines régularités quant à ses effets sur l’organisation économique interne des villes. Il s’agit en premier lieu du développement de centralités secondaires en périphérie : à savoir des pôles d’emplois tertiaires avancés ou de haute technologie. Ceux-ci peuvent être concurrents du centre-ville (les edge-cities de J. Garreau, 1991), lui être subalternes ou au contraire être prédominants (Terral, Searmur, 2008). Ils sont le plus souvent associés à un processus de périurbanisation résidentielle. Un second aspect local de la métropolisation concerne le renforcement du centre-ville dans les fonctions rares et internationalisées (sièges sociaux, services juridiques aux entreprises, banques importantes...) sous la forme d’un CBD : Central Business District. Ces activités économiques et leurs relations intra- et inter-urbaines (entre centralités de la même ville et entre CBD de villes importantes), induiraient une valorisation foncière très importante qui modifie le paysage social. Qu’en est-il à Rostov-sur-le-Don ?

26En reprenant les classements des 100 entreprises russes les plus importantes dans les domaines du leasing, de l’investissement, de l’assurance (2009), de la haute technologie (2007), du conseil et de l’audit (top 20 en 2008) (http://www.raexpert.org, http://rating.rbc.ru), il est possible de retenir les adresses de leur(s) filiale(s)et/ou siège social à Rostov et ainsi de cartographier les espaces de l’activité métropolitaine d’ampleur nationale sur le territoire municipal (cf. carte 5).

Carte 5 : Les services supérieurs et la haute technologie dans le tissu urbain de Rostov-sur-le-Don (limites de la municipalité)

Carte 5 : Les services supérieurs et la haute technologie dans le tissu urbain de Rostov-sur-le-Don (limites de la municipalité)

27Leur répartition est très largement monocentrique, même si les firmes de haute technologie, associées à des compagnies d’assurance, se caractérisent par un léger polycentrisme. Elles se localisent à proximité de terrains industriels, comme dans le quartier Sel’mash, près de « la plus grande usine de moissonneuses-batteuses du monde » (Brunet, 1996) ou du complexe de construction d’hélicoptères Vertal. Cette implantation s’accompagne de la reconversion d’une partie de ces usines géantes en hôtels, centres commerciaux ou de congrès.

  • 3 Le micro-raïon est une unité de planification résidentielle soviétique. Pouvant regrouper entre 10 (...)

28Cependant, on ne peut pas appeler ces îlots périphériques de véritables technopôles et la structure économique qui nous intéresse apparaît particulièrement concentrée. On peut expliquer cette distribution par l’avantage du centre en termes d’infrastructures de bureaux et de transports, compte tenu de la faible motorisation de la population. Le modèle du micro-raïon3 dans les quartiers périphériques n’est pas un critère attractif pour les firmes innovantes des services aux entreprises. Ainsi, il existe un contraste entre le prestige architectural du centre (où subsistent des constructions du XIXe siècle), la rénovation urbaine de qualité de certains de ses quartiers (comme la rue Poushkinskaya, récemment aménagée en voie piétonne ; Droujinine, 2008), et le paysage de la périphérie est encore largement marqué par l’industrie. Il est enfin probable que la restructuration du tissu économique passe par la constitution d’un CDB et sa consolidation avant de se diffuser vers d’autres centres, selon un modèle de diffusion spatiale et hiérarchique (Pred, 1977).

29On montre alors que l’essaimage de nouveaux centres en périphérie n’est pas ou peu vérifié dans le tissu urbain de Rostov. Est-ce à dire que Rostov n’est pas une métropole pour autant ? Rappelons d’abord que ce « modèle » diffère largement selon les contextes économiques et culturels. Ensuite, il semble que la ville de Rostov tende à terme vers ce modèle, dès lors que les ménages disposeront de revenus suffisants pour accéder plus systématiquement à des transports individuels et pourront donc choisir des localisations résidentielles plus périphériques. Dès lors aussi que les autorités favoriseront le transport de périphérie à périphérie, aujourd’hui encore extrêmement difficiles du fait d’un réseau de transport rayonnant vers le centre.

30Une seconde interprétation consiste à relever la force de la centralisation économique et politique des villes russes à toutes les échelles. Concernant les activités innovantes, enjeu de captation et de contrôle de la métropolisation, il peut s’agir d’une étape de concentration avant une diffusion hiérarchique : de Moscou vers les villes plus petites, des capitales régionales vers les autres villes, des centres vers les périphéries. Dans un pays post-soviétique, on peut aussi penser que cette hiérarchie apparente des relations cache une autonomie locale de fait (Sapir, 1997).

Une aire métropolitaine originale

31Dans le même esprit que précédemment, nous cherchons dans le tissu urbain de Rostov, et notamment dans l’aire qu’elle polarise, les signes distinctifs de la périphérie d’une métropole, à savoir l’étalement urbain, la périurbanisation, mais aussi la constitution d’une aire métropolitaine fonctionnelle et une certaine fragmentation socio-spatiale à plusieurs échelles.

32L’évolution du bâti entre 1811 (fusion des villages de Rostov et Nakhitchevan en une seule municipalité) et 2007 montre une extension spatiale certaine, avec la formation de quartiers industriels dans les années 1930, les quartiers dortoirs denses du Nord et de l’Est dans les années 1980, puis le développement d’établissements industriels et récréatifs sur la rive gauche du Don ces dernières années. Les prévisions des différents plans d’urbanisme de la ville de Rostov-sur-le-Don viennent à l’appui de cette dynamique, avec une urbanisation qui dépasserait les frontières de la municipalité au Nord et à l’Est dans tous les scenarios, malgré une polémique sur le sens de l’urbanisation future. En effet, les promoteurs du plan municipal (Genplan, à l’horizon 2025) souhaitent et prévoient de cantonner l’expansion aux limites administratives au Sud et à l’Ouest, en jouant sur d’importantes réserves foncières, tandis que l’autorité métropolitaine planifie l’évolution de Rostov sur le territoire des districts adjacents d’ici 2020. Cette divergence de vue correspond à la différence d’objectif entre les deux organismes : la prospérité de la commune centre pour les rédacteurs du Genplan, celle de l’aire métropolitaine pour les rédacteurs du plan d’agglomeratsiya (équivalent à une aire urbaine fonctionnelle). Quoi qu’il en soit, cette évolution du bâti n’est pas contradictoire avec le concept de métropole, mais révèle le défi de la gouvernance métropolitaine.

33Pour ce qui est de la périurbanisation, qui caractérise la plupart des villes dans le monde, elle a lieu aussi à Rostov-sur-le-Don, mais selon des caractéristiques propres au contexte local et national. Ainsi, alors que la périurbanisation dans le monde est principalement le fait de pays et de villes en croissance, la Russie et Rostov évoluent dans un contexte de dépopulation : -19 000 habitants à Rostov entre 2002 et 2009, pourtant l’une des grandes villes russes les plus dynamiques sur le plan migratoire (grâce à la proximité du Caucase). D’autre part, on peut se demander si ce concept de périurbanisation, correspondant au développement de la fonction résidentielle au-delà des limites de la ville, s’applique bien aux villes russes en général et à Rostov en particulier. En effet, dans ces villes, la politique fréquemment menée durant le XXe siècle a été l’adaptation des frontières administratives à l’évolution du bâti. Il en résulte donc souvent des limites urbaines surdimensionnées, c’est à dire plus larges que l’espace bâti, à Rostov comme à Moscou, incluant dans le territoire municipal des forêts, des espaces ruraux et autres réserves foncières. A titre de comparaison, le territoire administratif de Rostov équivaut à 348 km2, c’est-à-dire à mi-chemin entre la superficie de Paris intra-muros et celle de sa petite couronne, pour une population inférieure de moitié à celle de Paris intra-muros. Ceci rend le phénomène de périurbanisation difficile à appréhender et mesurer. Enfin, il existe des espaces flous correspondant mal à la définition de périurbanisation, ce sont les zones de datchas, cottages et jardins communautaires. En effet, d’aspect rural, ces zones associent des potagers, des petites résidences alternatives (les datchas : occupées certains week-end et durant la période estivale, principalement par les anciens et les enfants), mais aussi les résidences principales périurbaines plus ou moins luxueuses de ménages plus favorisés et motorisés (les cottages). Or, ces zones sont en évolution, avec la transformation de datcha en cottages ou en résidence secondaire, mais leur particularité à Rostov est d’être localisées soit en périphérie, soit à l’intérieur d’enclaves rurales dans le tissu bâti. On peut donc affirmer qu’il y a périurbanisation à Rostov, mais selon un modèle assez original : dans et en dehors de la municipalité, en marge ou au sein de l’agglomération. Ces particularités pourraient s’atténuer cependant avec la motorisation plus prononcée de la population dans les prochaines années et la reconversion des enclaves de jardins en zones résidentielles, par valorisation financière du bâti à proximité des cottages.

34Malgré l’absence de données sur les navettes domicile-travail, les géographes de Rostov-sur-le-Don considèrent que Rostov polarise plusieurs municipalités environnantes (Droujinine, 2008, p. 149), notamment Azov et Taganrog, qui forment son aire métropolitaine, une aire fonctionnelle et un territoire de projets.

35Parmi ces projets, il y a le choix d’Azov par la Fédération pour constituer l’une des quatre zones russes autorisant les jeux d’argent et l’implantation de casino. Le complexe, encore en construction, a ouvert il y a quelques années et présage de devenir un pôle touristique important, qui intéresse Rostov. D’autre part, un certain nombre de projets métropolitains concerne le secteur des transports, afin de faire de la métropole un hub multimodal. Il s’agirait de construire un aéroport baptisé « Youjniy Hub » (le Hub du Sud), avec un trafic passager équivalent à ceux de Glasgow ou Budapest (Ekspert, Yug, 2010), sur le territoire du district de Bataisk, au sud de Rostov ; de renouveler le port en favorisant le trafic de conteneurs ; enfin de développer un complexe logistique à proximité de l’aéroport, associant le rail et la route. Ces projets d’intégration de l’aire métropolitaine rencontrent toutefois des problèmes d’ordre politique (gouvernance entre formations municipales récemment autonomes, sans cadre juridique défini pour la négociation), techniques (connexion des réseaux divers, coopération entre les deux organismes de planification), ainsi que financiers (avec le retournement de la conjoncture économique, amenant certains projets à être reportés, rognés ou abandonnés).

36Enfin, la fragmentation de l’espace se révèle à plusieurs échelles, entre centre et périphérie de l’agglomération, entre dynamisme des quartiers, par la coexistence au sein d’un même quartier d’une pauvreté extrême et de centres d’affaires vitrés exubérants, voire architecturalement dans des rues mêlant les styles et les fonctions de bâtiments très divers.

37On retrouve donc à Rostov la plupart des propriétés intra-urbaines d’une métropole, de manière classique (étalement urbain) ou originale (périurbanisation). Lorsque la configuration urbaine diffère du modèle métropolitain (centralités économiques secondaires), nous pensons que cela relève de caractéristiques locales et nationales en même temps que d’un « retard » dans le cycle de développement métropolitain. Il semble donc que Rostov puisse être qualifié de métropole en formation.

3. L'effet-frontière : atout ou obstacle pour le développement métropolitain ?

38Nous avons jusque là envisagé la position de Rostov vis-à-vis des villes et métropoles de son pays et de sa région, en admettant que son rôle métropolitain soit régional. Cependant, dès lors que l’on parle de métropole régionale, on admet que la distance (ou la proximité) joue un rôle important dans la définition de l’influence métropolitaine. Qu’en est-il alors du voisinage de Rostov-sur-le-Don, de l’autre côté de la frontière, à quelques dizaines de kilomètres ? Les villes de cette région (le Donbass) sont-elles l’ensemble de référence pertinent pour la métropole ? Cela peut-il présager d’une inscription de Rostov dans le système des villes anciennement soviétiques, voire des villes européennes ?

Communauté de destin et freins liés à la formation d’une frontière étatique

39Deux séries d’arguments contradictoires viennent nuancer ce jugement : tout d’abord, la communauté de destin de part et d’autre de la frontière, résultant de processus souvent antérieurs à la chute de l’URSS, voire à l’URSS, période durant laquelle la frontière fut plus fluctuante et interne à l’empire. Les facteurs de rapprochement et d’unicité de la région évoqués seront cependant confrontés aux effets qu’a eus l’établissement de la frontière d’État entre Ukraine et Russie au sortir de l’Union soviétique.

  • 4 L’indice de concentration Ri vaut = Di/0,5densité du semis i, avec Di = moyenne des distances de c (...)

40Ainsi, la région de Rostov et son prolongement ukrainien, le Donbass, peuvent être assimilés à un ensemble cohérent par l’étude de la répartition des villes d’Ukraine et de Russie occidentale. En effet, la politique d’aménagement du territoire soviétique a été de créer ou développer un semis régulier de villes, au croisement des axes de transport et en position centrale dans les régions administratives, et au contraire de freiner la croissance de villes historiquement symboliques. L’utilisation idéologique de la trame urbaine a été décrite et expliquée pour la Biélorussie par Richard (2002) et s’applique visiblement à l’Ukraine (carte 6), à l’exception de la région encadrée, celle du Donbass. L’identité morphologique de cet espace russo-ukrainien autour de Rostov et Donetsk se mesure : l’indice de concentration du semis de villes compris dans l’encadré vaut Rd = 0,45 (par la méthode du plus proche voisin4), soit une valeur proche de 0, indiquant une distribution concentrée, tandis que le reste des villes ukrainiennes présentent un même indice égal à Ru = 1,80, soit une répartition régulière des villes dans l’espace. Cette concentration de villes dans deux oblasts ukrainiens (Donets et Lougansk) et autour de Rostov-sur-le-Don s’explique par la présence de mines de charbon mises en valeur dès la fin du XIXe siècle, de l’ouest vers l’est à mesure de leur épuisement (Brunet, Rey, 1996, p. 385) jusqu’à la ville de Shakhty (qui signifie mine en russe). Il reste de ce développement une conurbation binationale dotée de deux centres « millionnaires » : Donetsk et Rostov.

Carte 6 : le semis des villes européennes

Carte 6 : le semis des villes européennes

41À l’appui de cette communauté de destin vient l’analyse de V. Mykhnenko (2004) sur la communauté intentionnelle du Donbass, formée malgré une inadéquation constante des frontières administratives de tous les régimes à cette communauté et ce territoire. Il s’agit en effet d’un territoire social culturellement uni par l’expérience cosaque, du nom de ces paysans libérés du servage après 1861, et vivant en communautés libres et fidèles à l’empereur jusque dans les années 1920. Le Donbass est aussi le symbole de l’activité minière intensive durant la période soviétique, dont l’ouvrier Stakhanov est le plus célèbre représentant.

42Enfin, notons la force du commerce bilatéral entre l’oblast de Rostov-sur-le-Don et l’Ukraine, atteignant plus de 3 milliards de dollars en 2008, malgré de nombreuses interdictions pratiquées par la Russie ; ainsi que des liens culturels, familiaux, linguistiques et historiques partagés, qui créent des référents communs et maintiennent des relations transfrontalières intenses.

43Malgré cette hypothèse de conurbation du Donbass et d’unité symbolique de la région, la réalité fonctionnelle est entravée par le passage de la frontière. L’effet-barrière serait alors un frein au développement métropolitain local et macro-régional de Rostov. Même si la mesure de cet effet-frontière par les flux nous est impossible faute de données disponibles et accessibles, nous l’abordons par deux arguments qualitatifs : la rupture des flux dans les réseaux et l’influence des conflits politiques.

44En effet, la chute de l’URSS a donné lieu à un fractionnement dans les réseaux physiques et à une redistribution des actifs socio-économiques. Pour les réseaux physiques, citons la principale ligne de chemin de fer reliant Rostov à Moscou, dont une partie passe en territoire ukrainien. Les deux contrôles douaniers désormais longs sur des rails devenus ukrainiens incitent à contourner cette ligne de manière sous-optimale, en passant par Voronej. L’argument est valable sur le réseau routier, avec des passages de frontière immobilisant les véhicules durant plusieurs heures. Au niveau de la gestion du matériel roulant, la question est aussi délicate, car 70 % des ateliers de réparation ferroviaire anciennement soviétiques se trouvent en Ukraine (Radvaniy, 2007, p. 214). Il en est de même du réseau académique comme des sous-traitants entre entreprises russes et ukrainiennes, dont l’interaction est entravée par les nouvelles législations. Cependant, certains entrepreneurs tirent profit de la récente liberté dans le choix des sous-traitants, comme l’entreprise Rostelmach, « libérée » de son fournisseur ukrainien (Radvaniy, 2007, p. 180), afin de développer de nouvelles productions ou d’acquérir les mêmes services avec moins de contraintes.

45D’autre part, les conflits (géo)politiques entre les deux États, en favorisant une atmosphère de non-coopération, bloquent le déploiement de Rostov comme métropole régionale. Le conflit le plus visible et le plus important concerne le gaz, et son transit par l’Ukraine à destination de celle-ci et vers l’Europe occidentale. En effet, la « fermeture des robinets du gaz » après la révolution orange (2005) et l’hiver 2008-2009 incite les Russes à contourner l’Ukraine et les Ukrainiens à contourner la Russie, ce qui pourrait à terme marginaliser Rostov et son port dans le réseau stratégique de l’énergie. A propos du rapprochement de l’Ukraine avec l’Europe voire l’OTAN, les répercussions sont moins immédiates mais contribuent à freiner les projets locaux d’intégration transfrontalière.

L’Ukraine comme porte vers l'Europe ? Le projet d’Eurorégion

46L’idée d’Eurorégion a été développée par l’Union européenne dans les années 1950 pour encourager la coopération transfrontalière dans les domaines du développement économique, de l’éducation, de la formation et du tourisme. Plusieurs de ces Eurorégions ont été mises en place, notamment en Carélie entre la Russie et la Finlande, donc l’UE, avec un cadre juridique et des financements européens. Mais la Russie en compte aujourd’hui six, dont deux avec l’Ukraine, sans aucune frontière avec (ni soutien de) l’UE. A. Marin (2009) note la différence fondamentale que représente cette autonomie, en termes de lacunes juridiques, financières et d’arbitraire géopolitique. Dans le cas du projet d’Eurorégion entre les oblasts de Rostov et Lougansk, elle rappelle que son ouverture est repoussée depuis 2007 du fait de la réticence de l’Ukraine à l’institutionnaliser, « au motif qu’elle nuirait à ses objectifs de politique étrangère (adhésion à l’Union européenne et à l’OTAN) » (p. 6). Ces motifs politiques sont d’autant plus dommageables que le projet est plutôt pragmatique et initié par les acteurs du territoire transfrontalier, en vue de faciliter les relations commerciales et fonctionnelles, et de fluidifier l’espace transfrontalier qui représente un obstacle au développement des deux régions et en particulier de la métropole de Rostov. Notamment, il s’agirait de construire un tunnel entre les deux oblasts, de promouvoir la région pour l’attraction du Corridor International n° 3 de l’UE et d’en faire une zone attractive pour les investissements productifs (notamment européens).

47L’initiative d’Eurorégion est donc une tentative pragmatique de retrouver une communauté de destin, centrée sur l’économie, et d’atténuer les obstacles induits par la frontière dans un système autrefois intégré, mais cet élan ne saurait avoir de répercussions positives sur l’envergure métropolitaine de Rostov qu’à condition de se renforcer, avec l’appui des deux États, et seulement si le Donbass connaît suffisamment de croissance et de développement pour espérer « compter » sur la scène urbaine européenne.

48Si l’on fait la synthèse de tous les effets-frontière mentionnés, on peut penser que Rostov-sur-le-Don possède quelques atouts pour s’insérer dans le système des métropoles européennes grâce à son statut de ville frontalière : une population importante (deux millions d’habitants dans l’aire métropolitaine, mais quatre au sein de la conurbation transfrontalière) ; une infrastructure de transports intégrée des deux côtés de la frontière, programmée pour constituer un hub multimodal international ; des attraits culturels communs ; un territoire de projets ambitieux. Cependant, la frontière reste une barrière à la circulation et au développement des projets dans ce territoire structurellement intégré. Les opportunités entrevues par le rapprochement avec l’Europe sont hautement hypothétiques vu l’avancement du projet d’Eurorégion et dépendent fortement de l’attitude à venir du pouvoir national russe vis-à-vis de l’UE et de l’Ukraine. Ainsi, l’insertion d’une conurbation Rostov-Donets dans le système des villes européennes en ferait, dans le meilleur des cas, une métropole de second rang et n’est pas envisageable dans un futur très proche.

Conclusion

49Nous avons montré que Rostov-sur-le-Don avait sa place dans le processus de métropolisation de la Russie. Pas une place de choix nécessairement, mais la ville possède un socle économique et de contrôle suffisamment crédible. Cependant, c’est seulement dans un rôle de capitale régionale que son influence pourra être significative à l’échelle nationale. Ce processus, non achevé, se retrouve à l’œuvre dans le tissu urbain, avec des divergences vis-à-vis du modèle de la métropole occidentale. La situation frontalière apparaît comme un obstacle au développement métropolitain de Rostov, mais les perspectives d’intégration transfrontalière, notamment avec le projet d’Eurorégion, tentent d’atténuer les retombées négatives et de construire une conurbation binationale attractive envers les investissements (sans succès jusqu’à présent). Cette ville reste donc intéressante à observer, aujourd’hui et demain, en ce qu’elle synthétise et représente les enjeux géopolitiques, économiques et urbains de la Russie contemporaine : la normalisation des relations internationales, la dépopulation, la nécessité de diversifier l’économie, entre autres.

Haut de page

Bibliographie

BASSAND M., 2007, La métropolisation de la Suisse, Lausanne, Presses polytechniques et universitaires romandes, Coll. Le Savoir Suisse.

BEAVERSTOCK J.V., SMITH R. G., TAYLOR P. J., 1999, « A Roster of World Cities », Cities, vol. 6, No.16, 445-458.

BENSAHEL L., MARCHAND P., 2005, Les régions de Russie à l’épreuve des théories et pratiques économiques, Paris, L’Harmattan, Coll. La librairie des humanités.

BOURDEAU-LEPAGE L., HURIOT J.-M., 2004, « The Metropolis in Retrospect : Permanence and Change », GaWC Research Bulletin, No.140, http://www.lboro.ac.uk/ gawc/rb/rb140.html

BRADE I., RUDOLPH R., 2004, « Moscow, the global city? The position of the russian capital within the European system of metropolitan aeras », Area, vol. 36, No.1, 69-80.

BRUNET R., REY V., 1996, « Europes orientales, Russie, Asie centrale », in BRUNET R. (dir.), Géographie Universelle, Paris, Belin-Reclus.

CATTAN N., PUMAIN D., ROZENBLAT C., SAINT-JULIEN T., 1999, Le système des villes européennes, Paris, Anthropos, Coll. Villes, 2e édition.

DROUJININE A. G., 2008, Prostranstvennoe Razvitie Goroda-millionera : Tendentsii Postsovetskogo Perioda, Rostov-na-Donu, Izd-vo YUFU.

ECKERT D., 2004, Les monde russe, Paris, Hachette Supérieur, Coll. Carré Géographie.

GARREAU J., 1991, Edge City: Life on the new frontier, New York, Doubleday.

JOUVE B., LEFEVRE C. (dir.), 1999, Villes, Métropoles, les nouveaux territoires du politique, Paris, Anthropos, Coll. Villes.

KOLOSSOV V. (dir.), 2007, La Russie, Espaces, villes, réseaux, Nantes, Editions du temps.

KRÄTKE S., 2007, « The metropolization of the European urban system in the era of globalization », in TAYLOR P. J., DERRUDER B., SAEY P., WITLOX F. (eds), Cities in Globalization, Ghent, Routledge, Coll. Questioning Cities, 157-183.

LACOUR C., PUISSANT S. (dir.), La métropolisation, Croissance, Diversité, Fractures, Paris, Anthropos, coll. Villes.

LE GOIX R., 2005, Villes et mondialisation : le Défi majeur du XXIe siècle, Paris, Ellipses, Coll. CQFD.

MARIN A., 2009, « A quoi bon des Eurorégions ? Conceptions russes de la coopération transfrontalière », CERI-CNRS Sciences Po, http://www.ceri-sciencespo.com/archive/2009/septembre/art_am.pdf

MORICONI-EBRARD F., 1994, Geopolis, pour comparer les villes du monde, Paris, Anthropos, Coll. Villes.

MYKHNENKO V., 2004, « From Exit to Take-Over: the Evolution of Donbass as an Intentional Community », The European Consortium for Political Research joint sessions and Workshops, Uppsala, No.20, 13-18 April 2004.

PRED A. R., 1977, City-Systems in advanced economies, Hutchinson University Library, 256 p.

PUMAIN D., 1992, « Les systèmes de villes », in BAILLY A., FERRAS R., PUMAIN D. (dir.), Encyclopédie de géographie, Paris, Economica, 645-663.

RADVANYI J., 2007, La nouvelle Russie, Paris, Armand Colin, Coll. U, 4e édition.

RICHARD Y., 2002, La Biélorussie, une géographie historique, Paris, L’Harmattan, Géographie et Cultures.

ROZENBLAT C., CICILLE P., 2003, Les villes européennes, Une analyse comparative, Paris, Rapport d’étude de la DATAR, La Documentation française.

ROZENBLAT C., 2004, « Tissus de villes, Réseaux et systèmes urbains en Europe », Rapport de synthèse de l’Habilitation à Diriger des Recherches, Montpellier, Université Paul Valery, 181 p.

SAPIR J. (dir.), 1997, Retour sur l’U.R.S.S. Économie, société, histoire, Paris, L’Harmattan, coll. Pays de l’Est.

SASSEN S., 1991, The global City, New York, London, Tokyo, Princeton, Princeton University Press.

TERRAL L., SEARMUR R. G., 2008, « Vers une nouvelle forme urbaine ? Desserrement et diffusion de l’emploi dans la région métropolitaine de Montréal », L’Espace géographique, vol. 37, No.1, 16-31.

YOUR E. S., 2003, « Analiz izmenenii v ierarkhii gorodov Rossii s ispol’zovaniyem pravila ‘rang-razmer’«  in ECKERT D., KOLOSSOV V. A., Krupnye goroda i vyzovy globalizatsii, Inst. Geog. RAN, Moscou, pp. 72-80.

Version régionale du magazine économique Ekspert : Ekspert Yug, avril 2010.

Webographie

http://rating.rbc.ru

http://www.yuginform.ru

http://www.bankir.ru

http://www.eurostat.eu

http://www.raexpert.org

http://www.gks.ru

Haut de page

Notes

1 Traduction de l’auteur.

2 Sources : www.gks.ru, www.insee.fr

3 Le micro-raïon est une unité de planification résidentielle soviétique. Pouvant regrouper entre 10 et 12 000 habitants (Richard, 2002), le micro-raïon associe immeubles d’habitation, infrastructures de transports et de services (écoles, dispensaires, magasins, terrains de sport…). Il se pense comme une cellule autonome et autosuffisante, dans un cadre arboré, permettant a priori de contrôler l’extension urbaine et la congestion des centres-villes. De fait, le manque de services, l’inadéquation entre emploi et résidence et l’isolement qu’il introduit ont été beaucoup critiqués et n’ont pas empêché la congestion des centres.

4 L’indice de concentration Ri vaut = Di/0,5densité du semis i, avec Di = moyenne des distances de chaque villa à la ville la plus proche.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte 1 : Rostov-sur-le-Don dans le système des statuts urbains russes en 2010
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/24765/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Carte 2 : Répartition des sièges sociaux des plus grandes entreprises de services supérieurs russes
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/24765/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Carte 3 : Hiérarchisation des villes du Sud de la Russie
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/24765/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Carte 4 : Rayonnement des villes et métropoles du Sud
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/24765/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 556k
Titre Carte 5 : Les services supérieurs et la haute technologie dans le tissu urbain de Rostov-sur-le-Don (limites de la municipalité)
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/24765/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Carte 6 : le semis des villes européennes
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/24765/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 578k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Clémentine Cottineau, « Processus de métropolisation dans l’espace frontalier post-soviétique : l’exemple de Rostov-sur-le-Don », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Espace, Société, Territoire, document 563, mis en ligne le 14 novembre 2011, consulté le 30 mai 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/24765 ; DOI : 10.4000/cybergeo.24765

Haut de page

Auteur

Clémentine Cottineau

Doctorante, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
clementine.cottineau@malix.univ-paris1.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page