Navigation – Plan du site
2011
567

Le Nord du Chili : un isolat énergétique dans un désert minier

The North of Chile: an energy island in a mining desert
Silvina Cecilia Carrizo, Sébastien Velut et Jimena Hevia

Résumés

Cet article porte sur la territorialisation du système énergétique du Norte Grande (Chili). Les entreprises minières ont joué un rôle déterminant sur le peuplement et l’organisation spatiale de la région et ont configuré le réseau en fonction de leurs stratégies. La dérégulation de l’activité énergétique et la transformation des réseaux ont permis aux grands acteurs économiques d’envisager de nouvelles infrastructures d’énergie sans interconnexion avec le reste du pays. Une intégration internationale partielle a été réalisée, mais elle laisse de nombreux problèmes non résolus.

Haut de page

Texte intégral

1Les liens entre systèmes énergétiques et organisations régionales n'ont encore été que peu explorés, les travaux des géographes ont plutôt porté sur la distribution des ressources fossiles, les impacts locaux des activités extractives et les enjeux géopolitiques particulièrement en situation de crise (Mérenne Schoumaker, 2007). Les échelles nationales et internationales sont généralement privilégiées (Brunet 2001, Verdeil, 2009). Les réflexions plus récentes sur la transition énergétique (Dubois, 2009), c'est-à-dire l'évolution des ressources et des usages de l'énergie, mettent pourtant en avant l'hypothèse d'une plus grande diversification des ressources, en rapport avec les dotations spécifiques des territoires, et prenant notamment en compte la disponibilité en énergies renouvelables. Cette tendance invite à considérer avec plus d'attention la situation énergétique des régions et des espaces transnationaux, en insistant sur la gouvernance du secteur énergétique. Outre l'explicitation fine des trajectoires énergétiques régionales, ces réflexions conduisent à s'interroger sur la possibilité d'une évolution des systèmes énergétiques vers une plus grande durabilité prenant en compte la diversité des territoires.

2En Amérique latine, cet examen rencontre trois éléments majeurs dans l'évolution de la situation énergétique des régions. Tout d'abord, le fait qu’à partir des années 1980, l'Amérique latine ait été l'un des terrains d'application -brutale au Chili et en Argentine- de libéralisation du secteur énergétique qui a déplacé le pouvoir de décisions des Etats vers les entreprises, avec de multiples nuances et des retours en arrière. D'autres part, le poids des activités énergivores dans des économies en voie de « reprimarisation » (Velut,2007, Quenan et Velut, 2011). Enfin, une intégration énergétique continentale, partiellement réalisée dans les années 1990 mais qui n'a pas tenu toutes ses promesses, donnant au contraire lieu à des déceptions et à des conflits (Carrizo et Velut, 2006).

  • 1 Entretiens réalisés au cours de plusieurs missions de terrain entre 2008 et 2009 avec le soutien du (...)

3Cet article explore l'hypothèse de la territorialisation à l'échelle régionale des systèmes énergétiques, à partir du Nord du Chili. Cette région a été choisie comme cas d'étude pour des raisons méthodologiques et les enjeux pour le développement spécifiques de cet espace. L'univers des acteurs qui l'animent est en effet réduit, ce qui permet d'en cerner plus facilement les contours et de mener un travail qualitatif à partir d'entretiens1. Il s'agit aussi d'une région qui pèse lourd dans l'économie chilienne en raison des activités minières, ainsi que des nouveaux développements qu'elle connaît. Enfin elle n'est pas intégrée au système énergétique national, tout en étant connectée avec le Nord de l'Argentine.

4Les grandes compagnies minières qui dominent la région, privées et publiques, maintiennent un système énergétique isolé du principal système chilien mais qu’elles ont essayé d’intégrer au système argentin. Leurs choix stratégiques, destinés à assurer l’approvisionnement au moindre coût, entraînent des incohérences entre un réseau énergétique pensé pour les mines, les besoins croissants de la population et les nécessités de développement de nouvelles activités dans des territoires marginaux. Ce décalage montre les limites de la planification par l’Etat. Enfin, la durabilité environnementale de l’ensemble est loin d’être garantie, mais il ne s’agit pas là de la préoccupation majeure des entrepreneurs dans le Nord du Chili.

5Trois points de réflexion sont abordés. Le premier analyse les enjeux de développement d'une région peu peuplée mais riche en minéraux et stratégiquement située. Le deuxième présente le développement des réseaux énergétiques, et le caractère de son isolement. Enfin un troisième point montre la persistance de l’isolat du système énergétique malgré des processus d’intégration régionale.

Une région productive et stratégique

  • 2 Les précipitations sur le littoral ne dépassent pas quelques millimètres par an, même si les brumes (...)

6On appelle Norte Grande l’extrême Nord du Chili, composé par les trois régions administratives d’Arica-Parinacota, Tarapacá et Antofagasta. A plus de 1000 kilomètres de Santiago, ces espaces ont été acquis par le Chili à la suite de la guerre du Pacifique (1879-1884) un conflit motivé, entre autres, par la possession des ressources minières et particulièrement du salpêtre. Pour les géographes chiliens, le Norte Grande se distingue du Norte Chico (ou petit Nord) par le fait que l’aridité s’y fait extrême.2 De vastes étendues désertiques séparent la région d’autres plus méridionales, ce qui a conduit à un développement très spécifique, distinct de l’évolution qu’a connue le reste du pays, plus directement connecté à Santiago.

La domination minière

  • 3 En espagnol "Oficinas" qui organisaient l’exploitation du salpêtre.

7Le peuplement du Nord du Chili a été fortement lié aux cycles d’exploitation des matières premières : salpêtre d’abord, dans les « officines »3, qui jalonnent les routes et les voies ferrées. Le salpêtre était exploité à partir de la croute minérale recouvrant le sol, dite caliche. Faute de ressources et d’eau, une fois l’exploitation terminée, les campements ont été abandonnés. C’est l’extraction des ressources minérales, et particulièrement du cuivre, qui a été un moteur plus fort de peuplement et d’animation de l’économie régionale.

Figure 1 : Schéma d’organisation spatiale du Norte Grande

Figure 1 : Schéma d’organisation spatiale du Norte Grande

(source : auteurs)

8Le Norte Grande compte parmi les plus grandes mines de cuivre du monde. Un groupe de mines se localise à la latitude d’Iquique. Mais le principal regroupement de mines se situe plus au Sud, près d’Antofagasta (23° latitude sud) à l’Ouest du salar d’Atacama. Celui-ci concentre 60 % des investissements miniers nationaux (Romero 2008). La mine de Chuquicamata (voir figure 2), exploitée par l’entreprise CODELCO (Corporación del Cobre) a été nationalisée par le gouvernement d’Unité Populaire de Salvador Allende (1971-1973) qui en avait fait un symbole de son action politique. Cette mine qui fut un temps la plus grande du monde, comporte des activités d’extraction à ciel ouvert dans un cratère profond d’un kilomètre, associées à des usines de transformation du minerai qui subit sur place une première transformation. Elle est associée à un pôle urbain important, Calama (50 000 habitants environ) exemple de company town, dont l’activité dépend de la mine.

Figure 2 : Mine de cuivre Chuquicamata : la fonderie. En arrière les morts-terrains

Figure 2 : Mine de cuivre Chuquicamata : la fonderie. En arrière les morts-terrains
  • 4 L’actionnaire principal est la compagnie australienne BHP Billington (57 %) associé à l’entreprise (...)

9CODELCO est restée publique malgré les nombreuses privatisations d'entreprises publiques lors de la dictature d’Augusto Pinochet (1973-1990). D’autres gisements sont exploités par des compagnies privées parmi lesquelles on retrouve les géants mondiaux de l’activité. Par exemple, La Escondida (voir figure 4) est devenue la première productrice de cuivre avec 1.250.000 tonnes par an qui représentent 8,1 % de production mondiale.4 L’exploitation s’est beaucoup développée du fait du prix élevé des matières premières et particulièrement du cuivre sur les marchés mondiaux, qui n’a que peu baissé depuis la crise de 2008. La figure 3 témoigne de cette croissance de l'extraction de minerai et de production des usines de traitement : pour assurer la comparabilité avec l'activité de fonderie et d'affinage, qui correspondent à des opérations de concentration du cuivre, les chiffres sont données en tonnes de cuivre contenu.

Figure 3 : Évolution de la production de cuivre au Chili 1989 – 2008 (milliers de tonnes de cuivre contenus

Figure 3 : Évolution de la production de cuivre au Chili 1989 – 2008 (milliers de tonnes de cuivre contenus

Source : Anuario minero 2009)

  • 5 SOQUIMICH a étendu ses concessions minières de 322.500 ha en 2007 à 1.283.800 ha en 2008, devenant (...)

10L’espace a été organisé par les compagnies minières, exploitant des gisements situés principalement dans la partie centrale, la plus aride, et disposant de terminaux portuaires et de bureaux sur la côte. CODELCO avait créé pour ses travailleurs et leurs familles la ville modèle de Chuquicamata, progressivement encerclée par l’accumulation des morts-terrains qui avançaient inexorablement au rythme de la production. Lorsque l’on s’aperçut que le gisement de cuivre se prolongeait sous le site urbain, les habitants ont été déplacés vers Calama. De même toute la commune de María Elena, au centre de la région, appartient à la compagnie privée SOQUIMICH Sociedad Química y Minera de Chile5, qui y maintient l’exploitation du salpêtre pour la production d’engrais.

  • 6 La population est passée de 225 000 à 285 000 habitants entre 1992 et 2002, dates des derniers rece (...)

11Les activités minières ont organisé la région pour ce qui est des emplois, des circulations et des revenus alors que d’autres activités étaient pratiquement inexistantes jusqu’à récemment. Le produit régional par habitant est le plus élevé du pays, ce qui rend la région attractive. La ville d’Antofagasta, où se situent la plupart des bureaux et des activités de service, connaît ainsi une croissance démographique rapide6, alors même qu’elle se trouve dans un site dépourvu de ressources en eau.

  • 7 Les trois régions couvrent au total 190 000 km², la distance entre Arica et Antofagasta est de 700 (...)

12Le réseau de transport a été réalisé pour déplacer sur les routes et les voies ferrées des minerais, des produits souvent dangereux comme l’acide sulfurique et des équipements. L’approvisionnement en eau pour ces activités représente une difficulté majeure, qui amène à la surexploitation des ressources superficielles et souterraines régionales, l’acheminement d'eau depuis la Cordillère sur de longues distances7 et même l’importation depuis la Bolivie ; en attendant l’hypothétique mise en œuvre de centrales de dessalement de l’eau de mer, actuellement à l’étude.

Une localisation stratégique

13Cette domination minière est complétée par d’autres principes de structuration : l’organisation administrative et l’installation de nouvelles activités, à la fois pour assurer le contrôle par l’Etat de cette marge, mais aussi pour valoriser un milieu exceptionnel.

14Le Norte Grande est une marge frontière, dont l’importance stratégique n’est pas seulement due à la présence de ressources minérales mais aussi à la proximité du Pérou, de la Bolivie et l’Argentine, trois voisins avec lesquels les relations diplomatiques ont été difficiles. Encore aujourd’hui la Bolivie ne reconnaît pas la perte de son accès à la mer au profit du Chili et réclame un accès au Pacifique par le territoire chilien. Quant au Pérou malgré l’immigration importante de sa population vers le Norte Grande, particulièrement la ville frontalière de Tacna, une méfiance réciproque demeure forte. De surcroît, les régions conquises par le Chili dans la guerre du Pacifique étaient en partie péruviennes, ce qui aiguise les tensions frontalières et complique la mise en place d'une solution satisfaisante pour les trois anciens belligérants. Les relations avec l’Argentine se sont améliorées, après des périodes de forte tension, mais il subsiste des terrains minés dans la zone frontière, qui témoignent des craintes chiliennes d'une invasion venue de l’Argentine (Velut, 2009). Le Chili a fait de l’anniversaire de la bataille d’Iquique, héroïque défaite maritime lors de la guerre du Pacifique, une fête nationale (21 mai), ancrant dans la mémoire des faits historiques qui ne favorisent pas l’entente avec les voisins, ni la négociation sur les territoires et leurs prolongements maritimes.

15L’Etat chilien a imposé là, comme dans le reste du pays, ses structures de gestion : régions, provinces, municipes. En 2008, la région d'Iquique a été subdivisée pour former les régions d’Arica-Parinacota à la frontière avec le Pérou et de Tarapacá plus au Sud. Cette subdivision répondait aux revendications des acteurs sociaux et politiques des deux villes principales pour devenir des capitales régionales, disposer de plus d’autonomie et justifier l’installation de services et d’emplois supplémentaires. Le développement de nouvelles activités -notamment tourisme et observation astronomique- modifie l’organisation spatiale de la partie orientale de la région, à la frontière avec la Bolivie et l’Argentine.

  • 8 La région d’Atacama comptait 47 logements touristiques en 1999 et 118 dix ans plus tard. Le nombre (...)

16En effet, depuis deux décennies, San Pedro de Atacama est devenu une destination touristique de niveau international qui reçoit une importante clientèle, principalement européenne. L’accès aux paysages et aux milieux de l’altiplano -les grands lacs salés d’altitude dominés par des hauts sommets- motive des investissements hôteliers. L’ouverture d’établissements luxueux contribue à l’expansion du village et à l’accroissement des besoins en eau et en énergie8.

17Les ressources en eau provenant des hauts sommets (à plus de 5000 m d’altitude) sont encore captées par les populations indigènes de l’altiplano - aymaras et quechuas- pour l’agriculture, soit dans les vallées (Azapa), soit dans de petites oasis (San Pedro de Atacama, Pirque). Cependant la concurrence avec les mines, les villes et le tourisme se fait forte.

  • 9 En espagnol, alma signifie l’âme.
  • 10 Il s’agit d’équipements de très haute technologie, produits par un consortium international réuniss (...)

18L’installation à proximité de San Pedro de l’observatoire radiométrique international ALMA9 (Atacama Large Millimeter/submillimeter array) s’inscrit dans la série d’observatoires internationaux qui s’égrènent au Chili depuis la Serena jusqu'à San Pedro. Il s’agit d’un investissement majeur que l’on peut comparer aux projets miniers par son ampleur et sa complexité. Situé à 5000 m d’altitude, sur un plateau dominant San Pedro de Atacama, ALMA est destinée à l’observation du ciel dans le spectre de l’infra rouge proche. Le site a été choisi en raison de l’exceptionnelle sécheresse de l’atmosphère et de la transparence de l’air. Soixante-six antennes mobiles sont synchronisées pour fonctionner comme un seul grand télescope -conçu à l’étranger et assemblé au Chili10. Leur fonctionnement requiert également un approvisionnement régulier en électricité pour une puissance estimée de 8 MW.

19Enfin, l’amélioration des routes franchissant les Andes entre l’Argentine et le Chili par le Paso de Jama favorise des nouvelles dynamiques. La route asphaltée franchit la cordillère à plus de 4000 m d’altitude entre San Pedro de Atacama au Chili et Jujuy en Argentine. Cet itinéraire est de plus en plus emprunté par les camions qui se dirigent vers le port d’Antofagasta. Il participe plus généralement des dynamiques d’intégration entre l’Argentine et le Chili dans le cadre du Cône Sud (Amilhat-Szary, 1999 ; Velut, 2009).

Figure 4 : Norte Grande, gaz, électricité et principales activités productives

Figure 4 : Norte Grande, gaz, électricité et principales activités productives

(source : auteurs d’après les documents officiels)

L’isolement énergétique

20Le poids des activités minières est responsable de consommations très élevées d’énergie. Le Norte Grande est desservi par un système électrique spécifique, le SING -système interconnecté Norte Grande- isolé du SIC -système interconnecté central- qui va de Taltal à Puerto Montt. Le SING représente environ un tiers de l’électricité consommée au Chili alors que la population n’atteint pas un million d’habitants dans un pays de 15 millions d’habitants.

Une dérégulation précoce

  • 11 Les minerais de type oxydé sont attaqués par une solution d’acide sulfurique qui dissout le cuivre, (...)

21L’extraction, le transport et surtout le raffinage du minerai de cuivre demandent beaucoup d’énergie : les minerais sont broyés et subissent différents traitements11. L’énergie consommée est une des composantes essentielles du prix de revient du cuivre et par conséquent de la rentabilité des entreprises. Or, la région ne dispose pas de sources traditionnelles d’énergie pour les industries.

22Historiquement, chaque mine disposait de sa propre centrale électrique. Vers les années 1980, l’Etat chilien s’est lancé dans la dérégulation du secteur électrique (Gabriele 2004) et la création d’un marché de gros de l’électricité sur lequel l’offre et la demande doivent s'équilibrer en temps réel, de manière à utiliser au mieux la capacité existante et attirer des investisseurs privés pour créer de nouvelles centrales. Les centrales ont été progressivement connectées les unes aux autres pour former un système. EDELNOR -entreprise électrique du Nord, filiale de l’entreprise nationale ENDESA et de la CORFO Corporación de Fomento, caisse publique de développement- a réalisé la liaison entre deux sous-systèmes régionaux. Pour sa part, CODELCO a investi pour connecter le poste de Crucero avec Tocopilla, sur la côte, où sont installées les centrales thermiques, et l’un des principaux centres de production d’électricité.

  • 12 Il existe une considérable bibliographie sur ces réformes, principalement due à des économistes. Po (...)

23Les activités de production d’électricité, de transmission et de distribution sont attribuées à différentes compagnies. Cette désintégration verticale devait s’accompagner d’une ouverture horizontale, notamment dans le domaine de la production. Toutefois, la dérégulation dans le Norte Grande a transmis les responsabilités et le pouvoir de décision à un petit groupe de grandes entreprises et les activités de production, de transmission et de distribution ne sont pas séparées comme elles devraient l’être dans le schéma idéal, supposé lors de la réforme du secteur. C’est, à une moindre échelle, le même dispositif que celui adopté peu avant en Grande-Bretagne sous le gouvernement de M. Thatcher dans les années 1980 et largement diffusé par la suite vers les pays du Sud12. C’est au Chili et en Argentine que les réformes ont été les plus poussées.

Figure 5 : Lignes à haute tension à proximité de Mejillones

Figure 5 : Lignes à haute tension à proximité de Mejillones

24La Comisión Nacional de Energía (CNE) définit la politique énergétique et élabore régulièrement un plan indicatif des investissements nécessaires pour la génération et la transmission, mais les entreprises n’ont pas l’obligation de suivre. Elles disposent d'une grande latitude pour décider de leurs stratégies d'expansion. Comme l’Etat n’exige ni concession particulière, ni garantie pour la construction, à l’exception d’une étude d’impact environnemental et le respect des normes de sécurité, ce marché est devenu attractif pour la production d’électricité, avec des infrastructures d’installation rapide - c'est à dire en priorité des turbine à gaz. Des infrastructures lourdes, à longue période d'amortissement, ont rarement été envisagées et les services les moins rentables ne sont pas assurés. Le nouveau modèle de gestion a montré des limites dans le domaine de la transmission du courant électrique et de l’extension de la couverture.

Une interconnexion partielle

  • 13 Dans un réseau comportant p sommets et n arêtes, la connectivité gamma est égale à g =n/3(p-2) si p (...)

25Le système électrique du Nord du Chili s’est progressivement constitué puis étoffé. Comme le montre le graphique, vers 1991 le système régional s’est structuré en « arête de poisson », avec une ligne principale Nord-Sud reliant des jonctions binaires entre les centrales électriques et les centres de consommation. Au cours des années 1990, de nouvelles centrales sont apparues sur le littoral, entre Iquique et Antofagasta, ainsi que des sites de consommation au Sud. Avec l’articulation de nouveaux sites de production et de consommation, on est passé à un dispositif ramifié qui prend une forme de « bouquet », mettant en communication tous les principaux consommateurs et producteurs d’énergie électrique (Transelec). Ainsi les indices de connectivité ont augmenté, car le nombre de liens s’est élevé plus vite que le nombre de nœuds : la connectivité gamma13 a augmenté légèrement, passant de 0.35 à 0.37. L’extension spatiale de l’interconnexion permet des économies d’échelle et la concentration de la production sur les sites de Mejillones et de Tocopilla, ce dernier avec une centrale à gaz (400MW) et la centrale à charbon Norgener (280 MW) du groupe AES. Ce géant mondial fournit 20 % de l'électricité que le pays demande. Dans ce système, le transformateur de Crucero apparaît comme le centre géométrique du réseau et sert de point de référence pour la fixation des prix.

Figure 6 : L’évolution du réseau électrique

Figure 6 : L’évolution du réseau électrique

(source : auteurs d’après Transelec)

26Dix ans après, de nouvelles liaisons Nord-Sud ont été construites dans la région. Elles offrent plusieurs possibilités de circulation entre les différents nœuds du réseau et renforcent la sécurité des liens Est-Ouest. Une ligne électrique transandine de 300 km à 345 Kv assure la connexion avec le système argentin à travers la centrale à gaz Termoandes installée à proximité de Salta. Seulement 300 km séparent Antofagasta de Taltal, pourtant le réseau électrique reste non-connecté au réseau central chilien. Cette construction vise donc à aller chercher du courant électrique à proximité des ressources en gaz.

  • 14 Le premier, Norandino, a été construit par Tractebel, qui a depuis fusionné avec le groupe Suez. Le (...)
  • 15 Suivi des prix sur le site de la commission nationale de l’énergie : www.cne.cl

27A la fin des années 1990, lors de l’intégration gazière au sein du Cône Sud, le système a connu un tournant majeur. L’idée d’utiliser le gaz au Chili a justifié l’interconnexion avec l’Argentine, où les ressources de gaz étaient jugées abondantes et la production soutenable dans le temps. Deux gazoducs, de plus de mille kilomètres chacun, franchissent la frontière parallèlement à la route principale et se séparent au niveau de Calama pour se diriger vers Tocopilla et Mejillones14. Avec chacun une capacité de transport de 8 millions de m3 par jour, leur capacité totale est égale à la moitié de celle du grand gazoduc Gasbol qui unit les gisements boliviens et la ville de São Paulo. La concurrence a fait diminuer les prix de l’énergie payée par les entreprises minières, qui se sont alignés progressivement sur ceux du système central15. Les centrales à gaz, disposant d’un combustible économique et peu polluant, tournaient à plein régime et fixaient le prix de base de l'électricité dans le Norte Grande.

28Pourtant, le système mis en place n’a pas fonctionné très longtemps. La demande d’énergie et notamment de gaz, a augmenté considérablement. Mais face à la difficulté d’accroître la production gaz, les ressources sont devenues de plus en plus rares et disputées entre les Etats. De ce fait, les expéditions de gaz argentin vers le Chili ont été limitées par l’Etat argentin, particulièrement à partir de 2005 : l’Argentine n'a livré que les quantités destinées au marché résidentiel, et n'a fourni les consommateurs industriels que si les besoins argentins étaient couverts. L'Argentine importe également du gaz de Bolivie et, de plus en plus, du GNL -gaz naturel liquéfié- par voie maritime.

Figure 7 : Importations et exportations argentines de gaz naturel (mètres cubes) 1996-2009

Figure 7 : Importations et exportations argentines de gaz naturel (mètres cubes) 1996-2009

Source : Secrétariat à l’Energie. Argentine

29C’est ainsi que les gazoducs transandins se sont retrouvés sous-employés et les centrales ont été adaptées pour consommer du diesel, qui peut techniquement alimenter une turbine, mais à un coût bien supérieur à celui du gaz. De ce fait, les installations les plus anciennes -ni les plus efficaces, ni les moins polluantes- ont assuré l’essentiel de l’alimentation énergétique. Pour répondre aux besoins d’énergie, un terminal de réception de GNL a été construite à Mejillones, avec la participation du groupe Suez (50 %) et de Codelco dans un délai extrêmement court (deux ans environ). Le terminal permet la réactivation des centrales à gaz et pourrait fournir 20 % des besoins du système de Norte Grande. En même temps deux nouvelles centrales thermiques ont été construites à Mejillones pour approvisionner Codelco Norte et Minera Esperanza.

Figure 8 : Centrale thermique à charbon Norgener à Tocopilla. Centrale mise en service dans les années 1920

Figure 8 : Centrale thermique à charbon Norgener à Tocopilla. Centrale mise en service dans les années 1920

Le devenir du système énergétique régional

30Le système énergétique du Norte Grande semble toujours partiellement indépendant du système central et il est en expansion malgré ses difficultés d’approvisionnement. La rigidité de ses infrastructures et des contraintes géographiques est contrebalancée par une certaine flexibilité liée au laisser-faire économique qui facilite des ajustements, adaptations et reconversions des réseaux.

La persistance d’un isolat énergétique

  • 16 Cela avant l’accident de Fukushima en mars 2011.

31La persistance d’un isolat électrique norteño, séparé du système central, n’est pas seulement liée aux grandes dimensions et aux faibles densités des espaces traversés. Il faut prendre en compte aussi le fait que les deux systèmes ont des caractéristiques bien différentes. Le système du Nord est presque exclusivement thermique alors que dans le système central, la moitié de la puissance installée est hydraulique : les coûts et la gestion de la production électrique sont donc différents. Il semble que les grandes entreprises minières souhaitent garder un contrôle serré de la production d’électricité, en évitant d’entrer en concurrence avec des consommateurs du Sud. Le prolongement du gazoduc de Mejillones à Taltal aurait permis une connexion énergétique de fait entre les deux systèmes, et l’installation à Taltal d’une centrale thermique aurait facilité l’interconnexion électrique. Des projets sont également évoqués de réalisation à Taltal d’une centrale nucléaire qui ferait la soudure entre les deux réseaux. En effet, la croissance de la demande énergétique et l'absence de ressources fossiles exploitables fait du Chili un candidat très sérieux pour l'achat d'une centrale nucléaire16.

32Ce système n’en pose pas moins plusieurs questions : celle de la desserte des zones isolées, du développement des sources d’énergie renouvelables et du devenir des infrastructures d’intégration internationale.

33Le système électrique ayant été construit dans une perspective industrielle, les petites localités isolées, à l’écart des mines, ne sont pas desservies. C’est par exemple le cas de San Pedro de Atacama, dont l’approvisionnement énergétique dépend principalement d’un groupe diesel administré par une coopérative municipale. La consommation de la localité n’a pas justifié l’extension du réseau malgré la proximité de Calama (100 km) et le développement du tourisme qui entraîne des besoins énergétiques croissants. C’est l’alimentation de l’observatoire ALMA qui devrait amener la réalisation d’une ligne électrique entre Calama et San Pedro de Atacama, permettant la desserte de la localité qui a pourtant profité du passage du gazoduc et réussi à avoir un approvisionnement ininterrompu.

  • 17 Charles Abbott, directeur de l’institut Smithsonian à Washington, y fit réaliser un observatoire so (...)

34Le système diesel pour la génération électrique a été préféré à des options de fourniture d’énergie renouvelables qui avaient pourtant été envisagées. Le Nord du Chili bénéficie d’une dotation exceptionnelle à l’échelle mondiale pour le rayonnement solaire, mais pour le moment cette énergie n’est pas utilisée. Pourtant, pour faire face aux besoins d’eau, certaines officines du salpêtre s’en servaient pour dessaler l’eau de mer en utilisant un simple évaporateur et le désert d'Atacama a été l'un des lieux privilégiés de mesure de la radiation solaire17. L’énergie hydraulique est quasi absente, faute d’eau, hormis dans deux petits sites proches de la frontière péruvienne (Chapiquiña et Cavancha, voir Figure 4). Des tentatives expérimentales pour capter l’énergie géothermique des geysers d’altitude n’ont pas abouti. Elles se heurtent par ailleurs à des fortes mobilisations visant à protéger un site exceptionnel de haute valeur touristique.

  • 18 Les mines de charbon du Sud (Lota, notamment) ont été progressivement abandonnées. La production de (...)

35Le Chili, quasiment dépourvu de ressources énergétiques fossiles18, couvre 70 % de ses besoins par des importations de pétrole, de gaz naturel et de charbon. Au delà du coût que cela entraine, notamment lors de montées du prix des hydrocarbures, c’est la dépendance à l’égard d’un seul fournisseur de gaz naturel qui est un facteur de vulnérabilité, particulièrement dans le Nord. A l’inverse, dans la région du détroit de Magellan, les industries chiliennes sont un débouché indispensable pour le gaz extrait en Argentine qui ne peut pas être acheminé vers Buenos Aires, ni absorbé par les populations insuffisamment nombreuses de ces terres australes (Carrizo et Velut, 2005). Le système gazier du Norte Grande est utilisé a minima dans cette région si peu peuplée. Il a été construit pour servir aux industries qui ne peuvent pas concurrencer la priorité donnée aux besoins argentins. Le Pérou et la Bolivie, avec de gisements relativement proches et riches en gaz, n’en fournissent pas au Chili pour des raisons fondamentalement géopolitiques.

36L’intégration productive entre le Chili et l’Argentine, au Nord comme au Sud, s’est fondée sur l’ouverture et la dérégulation économique favorisant le jeu transnational des entreprises dominantes. Le fonctionnement de cette intégration hégémonique repose non seulement sur les infrastructures matérielles et les possibilités des acteurs d’opérer de deux côtés de la frontière mais aussi sur la durabilité des ressources et la stabilité des normes (Carrizo et Velut 2005). Cette intégration inachevée, qui a fait émerger un nouveau territoire transfrontalier au Sud, semblerait au contraire, consolider la tendance à l’isolement du Norte Grande, obligé de s’ouvrir sur le Pacifique pour acquérir une certaine sécurité énergétique.

Les limites de l’intégration énergétique

  • 19 Paz Estenssoro présida la Bolivie lors de trois mandats : 1952-1956, 1960-1964 et 1985-1989.

37Se pose enfin la question du devenir des infrastructures d’intégration internationale. Depuis presque un demi-siècle, l’oléoduc Sica relie le Chili et la Bolivie (voir Figure 4). Le projet a été impulsé lors du premier mandat du président bolivien Victor Paz Estenssoro19 et achevé au début des années 1960. Il parcourt presque 600 km depuis Santa Cruz jusqu’à Arica, sur la côte du Pacifique. Cependant, dans les années 1990, les Boliviens se sont opposés au projet d’installation d’une usine de liquéfaction au Chili pour exporter leur gaz en Californie par voie maritime et ils n’acceptent pas de vendre du gaz au Chili. Les perspectives de reprise de la production d’hydrocarbures dans le Nord-ouest de l’Argentine sont incertaines : les compagnies établies depuis un siècle –les mêmes qui existent en Bolivie- n’ont pas eu de succès dans leurs dernières explorations et cherchent à mettre en valeur les investissements faits du coté bolivien. Il serait possible d’utiliser le nouveau terminal de GNL pour importer par le Chili du gaz destiné à l’Argentine, en renversant le sens de fonctionnement des gazoducs transandins.

Figure 9 : Construction du terminal GNL de Mejillones (2008)

Figure 9 : Construction du terminal GNL de Mejillones (2008)

38Le projet de fournir de l’électricité produite en Argentine aux mines du Norte Grande, avait mené AES à construire la centrale à gaz Termoandes (Province de Salta) et une ligne traversant les Andes. Face à la concurrence des autres infrastructures énergétiques montées en parallèle (gazoducs et centrales thermiques au Chili), la ligne transandine et la centrale Termoandes étaient sous-exploitées. L’investissement de 400 millions de dollars devenait difficile à amortir et l’entreprise s’est tournée vers le marché argentin à la demande de l’Etat, qui améliore par ailleurs les connexions électriques entre le Nord-Ouest de l’Argentine, Buenos Aires et d’autres régions (Cuyo et Nord-Est). Cette interconnexion permettra d’employer intégralement la capacité de génération du Nord-Ouest et de justifier son expansion. Les flux d’électricité entre l’Argentine et le Chili pourront-ils changer de sens ? Les incertitudes s’accroissent au même temps que la flexibilité.

39Les infrastructures d’intégration qui avaient contribué à l’amélioration des rapports diplomatiques entre les Etats (Carrizo et Velut 2005) ont ensuite entraîné une série de conflits -pas seulement diplomatiques- qui remettent en cause les projets d’intégration régionale comme facteurs de sécurité énergétique.

Conclusion

40Dans un pays qui se pense comme une île, séparée de ses voisins par les Andes le long d’une frontière de plus de 4000 km (Velut, 2009), le Norte Grande voit s’exacerber cet isolement relevant bien plus de représentations géopolitiques imposées par les Etats après la guerre du Pacifique, que d’une inéluctable fatalité. Le Chili a choisi une politique d’ouverture par le Pacifique vers le reste du monde en évitant un engagement fort avec les regroupements régionaux au sein du continent. Il soutient depuis les années 1970 un modèle économique qui favorise les investissements étrangers et le commerce international. De ce fait, la région du Nord voit le renforcement continu des activités extractives portées par de grands groupes transnationaux, ainsi que l’apparition des nouvelles activités, également fondées sur de logiques internationales.

41Les cadres législatifs souples facilitent l’installation de gros investisseurs. Pourtant le manque d’intervention ou de régulation de la part de l’Etat rend difficile l’optimisation du fonctionnement de l’ensemble et entraîne des conflits. De fait, les stratégies concurrentes entre acteurs ont motivé la construction de trois liaisons énergétiques avec l’Argentine -et non pas une seule- aggravant par la suite le conflit pour l’approvisionnement en gaz. Lorsqu'il s'est interrompu, l'ensemble du système est entré en crise.

42La régionalisation du système énergétique, dont le pilotage est assuré de façon dominante par les grandes entreprises publiques et privées, montre à la fois sa réactivité et ses limites. Ce sont bien des acteurs à forte implantation régionale qui pilotent le système énergétique du Norte Grande : il s'agit sans nul doute d'une forme de territorialisation forte. Ces acteurs ont été capables d'investir rapidement dans de nouvelles infrastructures : d'abord les gazoducs, ensuite le terminal de réception de gaz naturel liquéfié, pour accompagner le développement minier.

43La libéralisation a précédé l'interconnexion des réseaux qui ont été à l'origine de nouveaux problèmes (Hira et Amaya 2003). L'absence de cadres supranationaux crée des décalages entre les Etats et des incohérences difficiles à gérer pour les entreprises qui perdent en prévisibilité ce qu'elles gagnent en souplesse. Fautes d'interventions publiques, la consolidation du système énergétique néglige à la fois les besoins sociaux en termes d'extension de la couverture et les enjeux environnementaux de réduction des consommations et d'émissions de polluants. Ainsi, si la transition énergétique s'envisage à partir de l'évolution différenciée des territoires, celle ci ne peut se faire qu'en présence d'un véritable pilotage et d'orientations dépassant les enjeux de court terme.

Haut de page

Bibliographie

Amilhat-Szary A.-L., 1999, La région, paradoxe territorial néolibéral ? Analyse de l'impact géographique d'un modèle économique sur le Norte Grande chilien, Thèse de doctorat, Université de Toulouse 2.

Brunet R., 2001, "Désaménagement du territoire : l’énergie en France", Mappemonde, n° .61 /1, pp. 40 - 41

Carrizo S., 2003, Les hydrocarbures en Argentine : réseaux, territoires, intégration. Thèse de Doctorat. Paris, Université Sorbonne Nouvelle Paris 3.

Carrizo S. et Ramousse D., “Dinámicas energéticas e integración regional en el Noroeste argentino y el Sur boliviano”. Revista de geografía Norte Grande n° 45. Santiago, Pontificia Universidad Católica de Chile, pp. 51-62.

Carrizo S. et Velut S., 2005, "Nouvelles territorialités en Amérique australe. Activités énergétiques et intégration dans les terres et mers Magallanes", L’Espace géographique 2005-02, Paris, pp. 161-175

Carrizo S. et Velut S., 2006 « L’énergie dans le Mercosur. Réseaux transnationaux et logiques nationales », Hérodote, n° 123,. pp. 88-106

Chevalier J.-M., 2004, Les grandes batailles de l’énergie : Petit traité d'une économie violente, Paris, Folio.

Dubois J., 2009, La transition énergétique, Paris, Desclée de Brouwer

Instituto Nacional de Estadísticas, 2003 “Censo nacional de población y vivienda 2002. Síntesis de resultados” Santiago de Chile, Empresa Periodística La Nación S.A.

Instituto Nacional de Estadísticas, 2010, “Turismo, Informe anual. 2009”, Santiago de Chile, Departamento de Imagen Corporativa.

Instituto Nacional de Estadísticas ; Servicio Nacional de Turismo 2000, “Anuario de turismo 1999”, Santiago de Chile, Instituto Nacional de Estadísticas, Servicio Nacional de Turismo.

Gabriele A., 2004, “Policy alternatives in reforming energy utilities in developing countries”, Energy Policy, 32, Amsterdam, Elsevier, pp. 1319-1337

Garibay D. et Rousseau I. Coord., 2005, Dossier : les hydrocarbures dans les Amériques : les nouvelles règles du jeu, Problèmes d´Amérique Latine, 57-58, Paris, Ed. Choiseul.

Girault C. ed. , 2009, Intégrations en Amérique du Sud, Paris, Presses Sorbonne Nouvelle

Hevia J., 2009, Configuración territorial y gobernanza de los sistemas energéticos : el sistema interconectado del Norte Grande en la Región de Antofagasta. Mémoire de fin d’études, Santiago, Université du Chili.

Hira A. et Amaya L., 2003, “Does energy integrate ?” Energy Policy 31 Amsterdam, Elsevier. pp. 185-199

Merenne-Schoumaker B. 2007, Géographie de l’énergie. Acteurs, lieux, enjeux. Paris, Belin SUP Géographie.

Navarro-González R. et al., 2003, “Mars-Like Soils in the Atacama Desert, Chile, and the Dry Limit of Microbial Life”, Science, 7, vol. 302, no. 5647, New York, American Association for the Advancement of Science, pp. 1018 – 1021

Quenan C. et Velut, S., 2011, Dynamiques économiques et sociales en Amérique Latine, Paris, Agence Française de développement.

Negrete Sepulveda J., Théry, H. et Velut, S., 2002, " Chili, un modèle au carré", Mappemonde, 2002/1, pp. 12-16

Reboratti C., 2003, “Los gasoductos del Norte”, Revista Ciencia Hoy, Volumen 13, Nº 77, pp. 20-31

Romero H., Smith P., Vazquez A., 2008, “Global changes and economic globalization in the Andes. Challenges for developing Nations”, Alpine space Man & environment, vol. 7 Innsbruck, University press, pp. 69-90.

Servicio Nacional de Geología y Minería, 2008, Anuario de la Minería de Chile (http://www.sernageomin.cl)

Verdeil E., 2009, Electricité et territoires : un regard sur la crise libanaise
Revue Tiers Monde, 198 , pp. 421-436.

Velut S. 2007, Mondialisation et développement territorial en Amérique latine. Argentine Chili, Habilitation à diriger des recherches, Université de Paris 3 Sorbonne Nouvelle.

Velut S., dir. , 2005, L'Amérique latine, Paris, SEDES/CNED

Velut S., 2009, "Argentine Chili, une si longue frontière". Confins 2009/1 (http://confins.revues.org/)

Sites internet

CODELCO http://www.codelco.com/

Comisión nacional de energía : http://www.cne.cl

INTERNATIONAL ENERGY AGENCY http://www.iea.org

TRANSELEC http://www.transelec.cl/

Haut de page

Notes

1 Entretiens réalisés au cours de plusieurs missions de terrain entre 2008 et 2009 avec le soutien du PIE énergie du CNRS.

2 Les précipitations sur le littoral ne dépassent pas quelques millimètres par an, même si les brumes océaniques humidifient l’atmosphère. A l’intérieur, l’aridité est quasi absolue : l’absence de précipitations n’est même plus compensée par les apports océaniques. Le Norte Grande a été récemment filmé par Patricio Guzman dans son documentaire, Nostalgia de la Luz (2010)

3 En espagnol "Oficinas" qui organisaient l’exploitation du salpêtre.

4 L’actionnaire principal est la compagnie australienne BHP Billington (57 %) associé à l’entreprise britannique Río Tinto (30 %) et à Japanese Jeco Co (Mitshubishi Corporation et Nippon Company of Mining and Metals 10 %) (Romero, 2008).

5 SOQUIMICH a étendu ses concessions minières de 322.500 ha en 2007 à 1.283.800 ha en 2008, devenant la deuxième entreprise minière pour les surfaces accordées, après CODELCO qui dispose de 1.576.900 ha.

6 La population est passée de 225 000 à 285 000 habitants entre 1992 et 2002, dates des derniers recensements de la population.

7 Les trois régions couvrent au total 190 000 km², la distance entre Arica et Antofagasta est de 700 km.

8 La région d’Atacama comptait 47 logements touristiques en 1999 et 118 dix ans plus tard. Le nombre de nuitées est passé de 176.000 en 1999 à 301.000 en 2009. (INE, SERNATUR 2000, 2010)

9 En espagnol, alma signifie l’âme.

10 Il s’agit d’équipements de très haute technologie, produits par un consortium international réunissant l’ESO (European Space Observatory), la NSF (National Science Foundation) et l’institut national japonais des sciences naturelles. Le Chili appartient formellement au consortium et disposera ainsi d’un temps d’observation.

11 Les minerais de type oxydé sont attaqués par une solution d’acide sulfurique qui dissout le cuivre, puis par des solvants qui sont traités par électrolyse. Les minerais de type sulfuré font l’objet de traitements mécaniques pour élever la teneur en minerai avant un traitement pyro-métallurgique (fonderie puis convertisseur) d’où l’on obtient des plaques de cuivre, lesquelles sont purifiées également par électrolyse (information CODELCO)

12 Il existe une considérable bibliographie sur ces réformes, principalement due à des économistes. Pour une vision synthétique, on peut se reporter à l’ouvrage de J.M. Chevalier (2004)

13 Dans un réseau comportant p sommets et n arêtes, la connectivité gamma est égale à g =n/3(p-2) si p>2. Elle varie entre 0 (aucune connexion) et 1 (toutes les connexions existent).

14 Le premier, Norandino, a été construit par Tractebel, qui a depuis fusionné avec le groupe Suez. Le second l’a été par Gas Atacama, une filiale du groupe chileno-espagnol Enarsa.

15 Suivi des prix sur le site de la commission nationale de l’énergie : www.cne.cl

16 Cela avant l’accident de Fukushima en mars 2011.

17 Charles Abbott, directeur de l’institut Smithsonian à Washington, y fit réaliser un observatoire solaire en 1918. voir de Charles Abbott, The sun and the welfare of man, Washington, Smithsonian Institution, 1938. P. 41-73.

18 Les mines de charbon du Sud (Lota, notamment) ont été progressivement abandonnées. La production de gaz et de pétrole en Terre de Feu est déclinante.

19 Paz Estenssoro présida la Bolivie lors de trois mandats : 1952-1956, 1960-1964 et 1985-1989.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Schéma d’organisation spatiale du Norte Grande
Crédits (source : auteurs)
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/24792/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
Titre Figure 2 : Mine de cuivre Chuquicamata : la fonderie. En arrière les morts-terrains
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/24792/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Figure 3 : Évolution de la production de cuivre au Chili 1989 – 2008 (milliers de tonnes de cuivre contenus
Crédits Source : Anuario minero 2009)
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/24792/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Figure 4 : Norte Grande, gaz, électricité et principales activités productives
Crédits (source : auteurs d’après les documents officiels)
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/24792/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 600k
Titre Figure 5 : Lignes à haute tension à proximité de Mejillones
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/24792/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 960k
Titre Figure 6 : L’évolution du réseau électrique
Crédits (source : auteurs d’après Transelec)
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/24792/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 936k
Titre Figure 7 : Importations et exportations argentines de gaz naturel (mètres cubes) 1996-2009
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/24792/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre Figure 8 : Centrale thermique à charbon Norgener à Tocopilla. Centrale mise en service dans les années 1920
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/24792/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 1008k
Titre Figure 9 : Construction du terminal GNL de Mejillones (2008)
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/24792/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 979k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Silvina Cecilia Carrizo, Sébastien Velut et Jimena Hevia, « Le Nord du Chili : un isolat énergétique dans un désert minier », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Espace, Société, Territoire, document 567, mis en ligne le 22 novembre 2011, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/24792 ; DOI : 10.4000/cybergeo.24792

Haut de page

Auteurs

Silvina Cecilia Carrizo

Chercheur
Consejo nacional de investigaciones cientificas y tecnologicas, Centro de Estudios urbanos y regionales
scarrizo@conicet.gov.ar

Sébastien Velut

Professeur
Université de Paris 3 Sorbonne Nouvelle, IHEAL, CREDA, UMR 7227
sebastien.velut@univ-paris3.fr

Jimena Hevia

Chargée de cours
Université du Chili, Faculté d'architecture et d'urbanisme, Département de géographie
jime.hevia@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page