Navigation – Plan du site
2011
570

Modalités et enjeux de l’insertion territoriale d’une université en ville moyenne. Approche à partir de la recherche scientifique à l’université de Pau et des Pays de l’Adour

Forms and issues of the spatial integration of a university in a medium-sized town. The case of the scientist research of the Pau University
Myrtille Moreau et Frédéric Tesson

Résumés

Les recherches qui ont porté sur l’évaluation des transferts entre université et territoire ont montré leur participation au développement local. Par ailleurs, ces échanges entre entreprises et laboratoires sont favorisés par des effets de proximité spatiale, particulièrement avérés pour les grands centres universitaires. Qu’en est-il pour les universités plus modestes associées à des zones urbaines de taille moyenne ? Nous avons souhaité aborder la question au travers du cas de l’université de Pau et des Pays de l’Adour (UPPA) à partir de l’identification de toutes les formes d’interactions entre le monde de la recherche et le territoire qu’elles soient de nature économique, sociale ou culturelle. La présente recherche tend à montrer que l’impact local de l’université est loin d’être négligeable et se développe sur plusieurs dimensions complémentaires :
- un volet économique correspondant au transfert de connaissances et de compétences du système de recherche vers l’industrie et les services en partenariat avec les entreprises et collectivités
- une source d’animation du tissu culturel local à travers la valorisation socioculturelle des savoirs scientifiques à l’intention du grand public qui sert de ressource pour l’ensemble du territoire.
Ces différentes formes de transfert des savoirs issus de la recherche se font en faveur du tissu socio-économique local de proximité : la zone urbaine paloise. L’ancrage local de l’université de Pau est lié à l’offre d’un véritable système local de compétences et par là même se place comme moteur du développement local. En effet, l’emprise géographique de la diffusion des savoirs culturel et économique est une dimension essentielle pour comprendre la plus-value de l’université, un élément fondamental de l’ancrage territorial d’une université dans la ville moyenne.

Haut de page

Texte intégral

Enjeux territoriaux des petites universités françaises des villes moyennes

  • 1 LRU : Liberté et Responsabilité des universités ; loi sur la réforme de l’autonomie des universités (...)

1Le système universitaire français a connu ses plus grands changements au cours des cinquante dernières années. Les vagues de création des sites universitaires des années 1960, 1970 et 1990 voient en particulier les villes moyennes françaises se doter d’universités de plein exercice ou d’antennes associées à de grands sites universitaires, favorisant alors une diffusion des centres de formation sur l’ensemble du territoire (Saint-Julien, 1990-1991 ; Frémont et al., 1992 ; Brocard et al., 1996 ; Pitte, 1996 ; Chevalier, 1999). L’objectif de ces créations était de faire face à l’augmentation croissante des effectifs étudiants et de démocratiser l’accès aux études supérieures (Faure, 2009). Depuis 2007, la politique de l’enseignement supérieur change de cap en s’attachant davantage à la légitimité scientifique des sites universitaires. Les enjeux internationaux fondés sur la performance et l’innovation, remettent en question ce qui est lu aujourd’hui comme un émiettement, une dilution des forces et un manque de visibilité (loi LRU1, 10 août 2007). Ainsi, la réforme universitaire s’est engagée dans une politique de polarisation programmée de la recherche sur les grands sites universitaires, avec notamment la politique des PRES, afin de renforcer la visibilité nationale et internationale des universités françaises. Quelle place reste-il, alors, pour des structures de recherche associées à des petits centres universitaires dont l’existence pourrait être compromise ? Le paradoxe de la réforme actuelle réside dans la remise en cause de quatre décennies de créations universitaires, dont l’effet a largement dépassé la simple réponse à un besoin de formation de proximité sur le territoire, en tissant des relations fortes avec le tissu socio-économique local et en imposant peu à peu une autre légitimité à l’existence de ces petites universités françaises des villes moyennes. En effet, la recherche publique générée au sein des centres universitaires a été repérée comme susceptible de favoriser des retombées économiques dans la sphère privée locale et ainsi participer au développement local dans le cadre, notamment, de processus multiples et complexes de transferts entre la recherche et les entreprises (Siegel et al., 2003).

2Jusque là, la mise en évidence des transferts entre université et territoire a été principalement révélée pour les centres universitaires des grandes agglomérations internationales comme en Thaïlande (Brimble et Doner, 2007), en Chine pour l’université de Shanghai (Wu, 2007), en Colombie pour l’université de Bogotà (Cortès-Aldana et al., 2009) ou pour les universités nord-américaines au Canada (Martin et Trudeau, 1998) et aux Etats-Unis (Siegel et al., 2003). En France, des recherches sont parvenues à des résultats similaires pour les universités des grandes agglomérations telles que Lyon (Bonneville, 1991), Grenoble et Toulouse (Grossetti, 2001 ; Grossetti et al., 2006). Il apparaît que dans ces contextes les échanges entre entreprises et laboratoires sont favorisés par des effets de proximité spatiale et qu’ils sont plus nombreux et intenses au sein d’espaces infranationaux de l’ordre d’une agglomération urbaine ou d’un bassin d’emploi (Bès et Grossetti, 2001). L’expression de « système urbain d’innovation » peut rendre compte de ce type de phénomène (Grossetti, 2001). Ainsi, les entreprises à forts besoins technologiques privilégient la proximité dans leurs relations avec les laboratoires publics. Dans la haute technologie, 45 % des relations avec les laboratoires publics se font à l’échelon local ou régional (Corbel, 2005). Cette proximité est en partie liée à la structuration de la recherche publique qui, d’une part a favorisé le développement de ses laboratoires dans les grandes universités, d’autre part a souvent joué le jeu de l’adéquation des spécialisations scientifiques avec les besoins locaux et régionaux. Cette dimension locale ne s’oppose pas à l’existence de relations nationales voire internationales largement suscitées par l’État, elles aussi. Il faut ajouter que la dimension locale varie considérablement selon les sites universitaires et la qualité de leur territoire socioéconomique de proximité, particulièrement avéré dans le cas des villes moyennes. Pour ce qui nous concerne ici, nous utiliserons l’expression « ville moyenne » pour désigner des villes qui n’ont pas atteint le seuil métropolitain du fait du caractère spécialisé, ou à faible valeur ajoutée, de leur tissu économique et des lacunes dans leur offre de services. Nous choisissons à dessein de ne pas mettre en avant le critère démographique même si ce dernier est souvent privilégié (DIACT, 2007), car ce qui importe dans cette catégorie concerne bien l’intermédiarité des fonctions qu’elle abrite. Bien entendu nous avons conscience que la corrélation entre les deux indicateurs est forte. Mais le second est fondamental dans la mesure où l’université participe de cette offre de services et, lorsqu’elle est présente dans ces villes, elle leur permet de franchir un seuil significatif dans la hiérarchie urbaine et d’atteindre souvent une dimension supplémentaire, les conduisant vers une forme de métropolisation à l’échelle régionale. Néanmoins, le caractère incomplet des formations, la faiblesse relative des effectifs, la domination exercée par les métropoles proches et la faiblesse du tissu économique de l’espace urbain qui l’abrite, ne permettent pas à ce dernier de devenir une métropole à part entière. La ville moyenne n’est pas la seule catégorie à être conditionnée par la qualité du tissu économique. Ainsi, en Espagne, l’université de Valence, pourtant intégrée dans une agglomération quasi millionnaire, tisse davantage ses liens avec des entreprises situées à l’extérieur de la région (Azagra-Caro, 2007) du fait d’un environnement industriel caractérisé par des micro-entreprises traditionnelles à faible technologie. En France, ce phénomène se retrouve essentiellement à l’échelle des villes moyennes. L’exemple de l’université du Littoral Côte d’Opale est intéressant puisqu’il montre une jeune structure, dont la dotation en centres de recherches est limitée, qui s’inscrit dans un contexte économique marqué par la crise des chantiers navals et de l’industrie lourde, amorcée dès la fin des années 70, qui limite le développement de l’économie dunkerquoise (Laperche, 2002). La spécificité de la ville moyenne dans ce type de contexte réside dans sa difficulté à dépasser la visibilité régionale. La percolation dans le tissu économique local des travaux scientifiques générés par les universités de ce type semble donc inégale d’un centre universitaire à l’autre et très liée aux contextes locaux tant économiques que scientifiques. Pour autant, faut-il négliger ces liens et les considérer comme mineurs ?

3L’enjeu que nous percevons dans notre analyse des liens, tels qu’ils se tissent dans ce contexte de réforme universitaire, est d’éviter de découvrir la richesse de cette relation université/territoire du fait d’une disparition soudaine et abrupte des centres de recherche dans certaines universités considérées comme « petites » parce que situées dans les villes dites « moyennes » au cœur de territoires désignés comme « périphériques ». Nous avons souhaité aborder la question à travers le cas de l’université de Pau et des Pays de l’Adour (UPPA) qui s’inscrit dans cette catégorie intermédiaire, au sein de 3 villes moyennes (Pau, Bayonne et Tarbes). Ce choix est dicté par le fait que le contexte pousse cette université à se poser elle-même cette question et qu’elle a soutenue un projet de recherche financé par la communauté d’agglomération Pau-Pyrénées, dont les résultats sont une partie du matériau mobilisé dans cet article. Il convient de s’interroger sur l’importance locale de la présence d’un tel centre dans le Sud-Ouest situé entre deux Pôles de Recherche et d’Enseignement Supérieur (PRES) à Bordeaux et Toulouse, et de positionner le rôle d’une ville moyenne dotée d’une université de plein exercice dans le processus d’innovation du territoire. Afin de déterminer l’ancrage et la place de l’université d’une ville moyenne, telle l’UPPA pour l’agglomération paloise, nous avons cherché à identifier les différentes formes de transferts qui participent à la dynamique de développement local qu’elles soient institutionnalisées ou informelles, d’ordre économique ou culturel, de savoir ou savoir-faire, matériel ou humain. Une fois la nature des liens révélée nous pourrons dessiner le maillage des relations qui unissent les compétences de recherche de l’UPPA avec les partenaires extérieurs et identifier les zones du territoire qui bénéficient de ces échanges. Si le lien université/territoire résonne comme une évidence dans ses grandes généralités, nous nous sommes aperçus, en menant ce travail de recherche, d’une part qu’ils étaient loin d’être identifiés, d’autre part qu’ils n’étaient pas optimisés. Si notre propos tente une formalisation des types de liens, il faut voir, en arrière plan, la volonté de participer à la prise de conscience qui permettra d’en améliorer l’efficacité.

Contexte universitaire palois

Naissance d’une université pour son territoire : les Pays de l’Adour

4L’Université de Pau et des Pays de l’Adour (UPPA) s’inscrit dans une tradition universitaire qui remonte au 16ème siècle avec l’existence de collèges littéraire et scientifique et de l’institut de droit qui dépendaient de l’université de Bordeaux. La position périphérique de Pau et la concurrence institutionnelle avec les deux grandes universités du Sud-Ouest que sont Bordeaux et Toulouse n’ont que tardivement permis la création d’une université de plein exercice (fig. 1). L’UPPA devient autonome par rapport aux établissements bordelais en 1970, au moment où les pouvoirs publics s’engagent dans une première vague de création de sites universitaires, amorcée dans les années 60 qui se poursuit dans la période post-68 (jusqu’au milieu des années 70). À l’issue de cette période, la France compte 40 villes universitaires alors que le paysage universitaire était resté constant depuis 1880 avec 16 universités (Cytermann, 2010). De cette époque datent les universités de Nantes, Amiens, Tours, Nice, Limoges, Orléans, Reims, Rouen (fig. 2). La création de l’UPPA s’inscrit dans une démarche régionale dont l’aire d’attraction des étudiants de l’université se calque schématiquement sur les Pays de l’Adour, correspondant à l’unité hydrologique du bassin de l’Adour (fig. 1), qui regroupe le Pays Basque, le Béarn, la Bigorre et la Gascogne de l’Adour. Sont englobés les Pyrénées-Atlantiques, la partie méridionale des Landes, l’extrémité occidentale du Gers et le département des Hautes-Pyrénées (la Bigorre). Sa réalité doit essentiellement se lire dans sa position périphérique et dans sa marginalité par rapport aux espaces dominants du pays (Barnèche-Miqueu, 1995). Le réseau urbain s’organise autour de trois villes moyennes Bayonne, Pau et Tarbes, le long du piémont pyrénéen, sur un axe orienté ouest-nord-ouest de moins de 150 km (fig. 1). C’est sur cette armature de villes moyennes mais aussi dans le semis des petites cités et communes rurales que s’opère le recrutement des effectifs de l’UPPA (Guérit, 1996). L’objectif lors de la création de l’UPPA, en 1970, était celui d’une université pour sa région en s’affichant comme un centre de formation intermédiaire, en interface, entre le monde rural et les grandes métropoles du sud-ouest, se calquant ainsi sur le rôle même de la ville moyenne au sein de l’organisation du territoire.

Figure 1 : Situation universitaire de l’UPPA dans le sud-ouest

Figure 1 : Situation universitaire de l’UPPA dans le sud-ouest

Figure 2 : Création et situation des sites universitaires français

Figure 2 : Création et situation des sites universitaires français
  • 2 SNPA : Société nationale des pétroles d’Aquitaine. L’équipe de direction s’installe à Pau en 1957 ( (...)

5La création de l’UPPA accompagne également la période d’expansion du bassin de Lacq initiée avec la découverte et le début de l’exploitation des gisements béarnais d’hydrocarbures entrainant le développement d’activités pétrolières sur Lacq et Pau (techniques de la recherche, de l’exploitation et de la production) au cours des décennies 1960 et 1970 (Delfaud, 1996). Outre ces effets directement induits, la création de l’outil industriel du bassin de Lacq et le développement de la SNPA2 modifie non seulement l’espace régional par les flux financiers et industriels qu’ils génèrent, et que la région récupère, mais ils le transforment. Ils lui imposent l’obligation de se moderniser et de s’équiper (Guérit, 1996). La présence d’un patronat local à la fois puissant et dynamique a constitué un élément central dans la volonté de disposer d’une offre de formation de qualité dans la région. La création de l’UPPA répond directement à l’attente des dirigeants et des salariés du groupe pétrolier qui ne souhaitent pas une installation durable en Béarn sans la possibilité d’un enseignement supérieur, sur place, pour leurs enfants. Ce fut le cas d’autres universités françaises telle que Mulhouse (Stoskopf, 2005) université de plein exercice mise en place dans les années 1970.

6En intégrant un pôle universitaire de plein exercice, Pau cherche à devenir une alternative crédible à la polarisation métropolitaine de Bordeaux et Toulouse dont le relatif éloignement autorise une possible autonomie. Elle augmente son niveau de services en proposant une offre de formation, certes incomplète mais alimentée par les ressources locales (gisement gazier de Lacq). Ainsi, en position intermédiaire démographiquement, ses ressources et son université lui ont permis de bénéficier d’une lisibilité plus grande même si elle n’a jamais pu espérer devenir une métropole exerçant un contrôle sur un ensemble territorial de niveau régional.

Expansion régionale de l’UPPA

7Dans la période suivante, de 1975 à 1990, les créations de sites universitaires s’accélèrent dans un très grand nombre de villes pour faire face à l’augmentation des effectifs estudiantins dont bon nombre sont des villes moyennes (Angers, Toulon, Le Mans ; fig 2). Des centres universitaires sont transformés en universités de plein exercice comme Perpignan en 1979 et Avignon en 1984 (Cytermann, 2010). C’est à cette période que l’UPPA créée un IUT à Bayonne, en 1975, avec un département de gestion qui s’enrichit en 1984 d’un département d’informatique. La densification du maillage d’offre d’enseignement supérieur permet la démocratisation de l’accès à l’université. La volonté de former la jeunesse sur place a favorisé l’accès à l’enseignement supérieur, grâce à la réduction du coût des études, et semble stimuler l’inscription à l’université de jeunes qui auraient été réticents à s’éloigner de leur région afin de poursuivre des études dans une grande agglomération et auraient de facto été exclus de la formation supérieure (Losego, 2004 ; Duport, 2008). Ainsi, dans les années 80 L’UPPA recrute davantage d’étudiants issus des Professions et Catégories Sociales modestes que les universités de Bordeaux et Toulouse (Charles, 1982).

8Le resserrement du réseau universitaire français se poursuit au cours de la période suivante de 1989 à 1995 avec le plan Université 2000. Cette troisième phase est caractérisée par une approche territorialisée de l’enseignement supérieur où sont prises en compte les logiques régionales, locales voire micro-locales à la faveur des villes moyennes avec, notamment, la multiplication des antennes universitaires (environ 50 antennes en 1989) et la délocalisation de la formation de 1er cycle rattachée à une université mère. Ce mouvement accompagne la forte demande des élus locaux. Cette volonté politique se retrouve dans la création d’une antenne de l’UPPA à Mont-de-Marsan avec l’ouverture d’un IUT de biologie en 1993 et à Anglet en 1999 d’une antenne de l’UFR de sciences et techniques. Enfin la formation STAPS est créée à Tarbes, en 1996, pour répondre à l’engouement pour ce type de filière et pour « désengorger » les universités voisines de Bordeaux et de Toulouse. Aujourd’hui, l’UPPA comptabilise 10 760 étudiants dont 70 % sont inscrits à Pau (2009, UPPA).

9À l’issue du plan Université 2000, aucun point du territoire métropolitain ne se trouve à plus de 30 km d’une infrastructure d’enseignement supérieur (Duport, 2008). Dans une conjoncture de massification de l’enseignement supérieur universitaire français, le nombre d’universités a été multiplié par deux, passant de 40 en 1968 à 84 aujourd’hui.

Ancrage universitaire local fragile(isé) de l’UPPA

10La dernière période de réforme semble remettre en question les politiques d’émiettement des sites universitaires des réformes universitaires précédentes en s’engageant, depuis 1995, dans une phase de reconcentration avec comme objectif principal la visibilité et l’attractivité internationale. Suite au retournement démographique de 1995, marqué par la baisse des effectifs estudiantins, la problématique n’est plus d’accueillir des nouveaux étudiants mais d’être compétitif pour attirer des étudiants étrangers et garder les étudiants français (Cytermann, 2010), plaçant les sites universitaires français en concurrence les uns par rapport aux autres et relativement aux sites étrangers. L’éclatement des structures universitaires sur le territoire pose dès lors un problème. Depuis 2007, l’université connaît une importante remise en chantier autour de deux axes majeurs : la réforme des universités et la territorialisation du pilotage des formations (loi LRU 10 août 2007). Il s’agit de faire des universités des outils et des ressources dans la compétition économique internationale s’opposant au discours des années 1960 qui souhaitait une université avant tout ouverte à tous. Ce processus conduit à revenir sur le rôle de démocratisation des universités de proximité qui risque de relativiser la place des universités des villes moyennes (Faure, 2009). L’excellence est devenue un objectif explicite des politiques de changement engagées au sein de l’Europe continentale (Musselin, 2009). La performance, et non plus le maintien, des équilibres prônés à la fin des années 1980, est soumise à un principe d’équité fondé non pas sur une logique d’aménagement du territoire qui imposerait d’aider le « faible » à rattraper son retard, mais sur une donnée élitiste qui vise à récompenser le meilleur (Musselin, 2009). L’identification des quelques RTRA (réseaux thématiques de recherche avancée), le financement de quelques « plans licence », la labellisation d’une poignée de PRES (pôle de recherche et d’enseignement supérieur), la sélection de quelques projets scientifiques et immobiliers dans le cadre du plan Campus renvoient à des pratiques et à des politiques sélectives qui étaient rares en France auparavant. Au final, l’ensemble de ces mesures phares de la réforme conduira théoriquement, comme le synthétise Cytermann (2010), à la sélection au plan national d’universités aux compétences élargies regroupées dans un PRES, leur participation à un RTRA rendant visible les domaines d’excellence de ce PRES en lien avec un pôle de compétitivité, la qualité de ces différents partenariats rendant le site éligible au plan Campus. Dans ce contexte, quelle place reste-t-il aujourd’hui pour des sites universitaires créés dans le but d’ouvrir l’accès à la formation supérieure comme c’est le cas de l’UPPA ?

  • 3 ODE : Observatoire Des Étudiants de l’UPPA, données disponibles sur le site Internet de l’universit (...)

11Le développement de l’UPPA a permis un accès aux études, une démocratisation de l’offre au sein du sud-ouest français notamment par son caractère pluridisciplinaire. Elle se présente comme un intermédiaire local, une alternative à la mobilité obligatoire vers les grandes métropoles bordelaise et toulousaine en offrant un éventail relativement complet des formations (à l’exception des études de santés ; fig. 1). L’UPPA répond aux objectifs fixés au moment de sa création en 1970 d’une université pour sa région s’organisant sur une armature urbaine d’agglomérations moyennes (Bayonne, Pau, Tarbes) et à la vocation donnée à son développement territorial et pluridisciplinaire. Ainsi les principales cohortes d’étudiants recrutés à l’issue du baccalauréat proviennent du vivier local des nouveaux bacheliers. La majorité des étudiants de l’UPPA sont originaires des Pyrénées-Atlantiques (63 %) et un tiers (27 %) des départements limitrophes, Landes et Hautes-Pyrénées. Seule une poignée d’étudiants provient des autres départements, dont 5 % du sud-ouest (Gers, Gironde, Haute-Garonne) et 4 % d’ailleurs en France (ODE3, 2009). L’UPPA puise sa principale source d’étudiants dans son territoire de proximité, cependant elle n’est pas choisie par la majorité des étudiants originaires du territoire local. Ainsi, parmi les bacheliers des Pyrénées-Atlantiques de 2005, 39 % ont choisi l’UPPA contre 61 % qui ont opté pour une autre université, dont 19 % pour Bordeaux. Le phénomène est plus marqué dans le département des Landes, deuxième vivier des cohortes de nouveaux bacheliers, où l’UPPA est retenue par 19 % des bacheliers contre 41 % qui s’inscrivent dans les universités bordelaises.

  • 4 Le nombre de laboratoires pour les PRES de Bordeaux et Toulouse correspond à un ordre de grandeur é (...)

12L’ancrage régional de l’UPPA en fait sa vulnérabilité dans le recrutement des étudiants. En effet, les effectifs estudiantins dépendent d’une seule principale source géographique : le département. Aussi lorsque les bacheliers des Pyrénées-Atlantiques se tournent vers une autre université, l’apport du reste de la France est trop marginal pour permettre d’enrayer la baisse des effectifs. L’impact est d’autant plus marqué qu’il se répercute sur l’ensemble du premier cycle car les principales inscriptions se font au moment de la première année. Les deux grands Pôles de Recherche et de l’Enseignement Supérieur (PRES) du sud-ouest (fig. 1), dont l’offre complète constitue un atout important, incluent les Pays de l’Adourdans leur aire de recrutement que ce soit sur les formations très attractives qui ne sont pas dispensées sur les campus palois (médecine, sociologie, psychologie,…) ou sur les formations sur lesquelles ils sont en concurrence avec l’UPPA. En situation périphérique vis-à-vis des régions Aquitaine et Midi-Pyrénées, elle peine à trouver sa place avec un campus à cheval sur deux régions et la présence à Tarbes d’une antenne de l’université de Toulouse. La fragilité du site universitaire est également avérée du point de vue de la recherche, Pau continuant de subir la concurrence des centres de recherche bordelais et toulousains qui se distinguent par leur nombre et leur poids (humain, portée scientifique etc.). L’UPPA compte 26 équipes de recherche contre plus de 70 pour Bordeaux et Toulouse4. Concurrent au sein de l’offre de formation et du système de recherche du sud-ouest, l’UPPA se trouve face à un double enjeu lié, d’une part, à sa position géographique et, d’autre part, au contexte actuel de la réforme universitaire. L’analyse de cette situation et les stratégies à adopter imposent à l’université elle-même un temps réflexif sur l’impact local de son implantation, notamment en termes de développement. Mais, au-delà de cette mise en évidence nécessaire, il s’agit bien de participer à une intégration plus aboutie de l’université dans la cité. Faire de la recherche universitaire un maillon fort de l’innovation territoriale et industrielle sans pour autant la couper de sa reconnaissance nationale et internationale est sans doute le nouveau pari que doivent relever conjointement le territoire et l’université pour rester attractifs et dynamiques.

13À l’heure d’une concentration annoncée, il est sans doute temps de discuter de la pertinence de pôles universitaires dans les villes moyennes. Si l’argument de la formation avait été à l’origine de la création même de ces universités, le développement de centres de recherche performants et leur rôle dans le soutien à l’innovation locale peuvent-ils renforcer leur légitimité ? Amener des éléments tangibles concernant cette capacité, ou du moins une volonté, de l’université à créer de la plus-value territoriale dans la proximité, permettrait de la considérer comme un levier d’aménagement du territoire. Et ce, d’autant plus quand la ville concernée est moyenne.

Les relations de transfert entre la recherche à l’UPPA et le territoire

Les données du transfert

14L’objectif est d’identifier toutes les formes d’interactions entre le monde de la recherche et le territoire qu’elles soient de nature économique, sociale ou culturelle qui participent pleinement au développement local et des liens qui unissent un système universitaire avec son territoire. Nous avons cherché à ne pas exclure a priori des relations non visibles en tentant de dépasser un bilan uniquement quantitatif des transferts.

Valorisation économique du transfert scientifique

  • 5 Ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche, 2007.

15La valorisation économique est définie par Laperche (2002) comme le processus de transformation de savoirs fondamentaux en nouveaux produits commercialisables. Ce type de valorisation se réfère à l’économie de la connaissance. C’est le transfert de connaissances et de compétences du système de recherche vers l’industrie et les services. Dans cette dimension, on a pu repérer des modalités quantifiables à partir des informations disponibles auprès de l’université. Les contrats constituent un indicateur majeur du transfert. Pour la période 2003-2008, 565 signatures de contrats ont été relevées soit une moyenne annuelle de 94 contrats pour l’ensemble des laboratoires UPPA. Les partenaires de signature des contrats se partagent principalement entre les acteurs publics (ministère, collectivités territoriales : 48 %) et les partenaires privés (entreprises, associations : 52 %). L’importance du partenariat avec le secteur privé démarque l’UPPA de la moyenne nationale. En effet, pour l’ensemble des universités françaises, les entreprises nationales représentent 30 % du volume des contrats signés5. Les nombreux liens de l’UPPA avec les entreprises nationales compensent la faiblesse de ses relations sur la scène internationale, 5 % des contrats signés avec des organismes étrangers contre plus de 25 % pour la moyenne nationale.

  • 6 Loi de programme de la recherche

16Un autre volet important du transfert avec le tissu socio-économique est pratiqué via la mobilité des personnes et de leurs compétences. À ce titre, les stages de master 2 représentent le plus fort volume d’échange de ce type. Bien que le transfert ne relève pas directement du travail de recherche du scientifique, le parcours de l’étudiant en master 2 est statutairement adossé à un laboratoire et s’inscrit dans la démarche scientifique d’une équipe. C’est en ce sens que nous envisageons le stage de master 2 comme un indicateur du transfert de savoirs et savoir-faire. Pour la période 2004 à 2008, 4 224 stages de masters 2 ont été recensés pour l’ensemble de l’UPPA (toutes filières et tous sites confondus), soit une moyenne annuelle de 1 056 stages. La participation des formations de master 2 à l’animation économique locale s’intègre dans la dimension des liens que tisse l’UPPA avec son territoire de proximité. En effet, les stagiaires constituent une force de travail utilisée et souvent planifiée par les entreprises. La présence de l’université sur le territoire offre à ces entreprises et collectivités l’opportunité de bénéficier de cette ressource. Il est à noter que certaines structures, notamment les plus petites (1 à 3 personnes) emploient parfois autant de stagiaires que l’établissement compte de personnels permanents. Le dispositif est parfois renouvelé chaque année ce qui induit un mode de fonctionnement problématique puisque la reconnaissance des compétences des étudiants est manifeste alors qu’elle ne se traduit pas par une embauche, même si les besoins existent. Il semble que se mettent en place des fonctionnements, au sein des établissements, qui reposent essentiellement sur l’offre de stages fournie par l’université. Une autre forme de mobilité est représentée par les bourses de doctorat CIFRE (Conventions Industrielles de Formation par la Recherche) mais elle reste peu pratiquée à l’UPPA, puisque seules 3 bourses en moyenne sont recensées par promotion de doctorants (entre 2003 et 2005), représentant autour de 5 % des types de financement des thèses. Ces données reflètent une réalité nationale puisqu’en 2001 les dispositifs CIFRE ne concernent que 5 % des docteurs (Duport, 2008). À l’avenir, l’implication des doctorants dans les relations d’échange avec les partenaires extérieurs devrait s’intensifier avec la mise en place récente des doctorants conseils (depuis 2007, loi du 18 avril 20066). Enfin la création d’entreprise est aussi une forme de transfert, quantifiable lorsqu’elle est adossée à l’université mais ce n’est pas toujours le cas. Quatorze sociétés ont été créées avec l’appui scientifique de l’UPPA entre 2001 et 2007, soit une moyenne de deux créations par an.

17Au delà de ces relations contractualisées d’autres formes de transfert existent, en dehors des murs de l’université et des laboratoires de recherche, affranchies de toutes conventions relevant des institutions universitaires qui, par conséquent, ne sont pas référencées par les services ce qui les rend difficiles à comptabiliser.

Les bonnes pratiques de la valorisation

18Le transfert peut prendre des formes plus diffuses, moins faciles à distinguer, relevant de logiques informelles, que nous nous sommes efforcés d’ériger en « bonne pratique ». En effet, pour les disciplines des sciences humaines et sociales et des sciences juridiques et économiques, la plus-value technologique n’est pas l’interface permettant le contact avec le monde de l’entreprise et des collectivités. Ainsi, la formalisation du lien avec le monde entrepreneurial ne passe pas forcément par une contractualisation classique, donnant lieu à des échanges financiers clairs et comptabilisables. Pourtant ces échanges connectent directement le monde scientifique au territoire et apportent une plus-value que nous souhaitions également mettre évidence. Notre origine disciplinaire est sans doute pour beaucoup dans cette volonté. Vivre au quotidien des liens forts avec les acteurs du territoire pour des recherches souvent peu formalisées nous a conduit à tenter cette mise en scène. Afin de repérer des pratiques qui ne sont pas recensées par les services de l’université, nous avons choisi d’interroger directement la communauté scientifique au cours d’une enquête. En janvier 2009, la communauté scientifique de l’UPPA a été sollicitée par un questionnaire en ligne sur ses activités en termes pédagogiques, économiques et culturels en rapport avec ses travaux de recherche (pour la période 2004-2008). Les questions portaient en particulier sur les territoires concernés par la valorisation. L’objectif était d’identifier si des liens privilégiés se nouent en faveur de la proximité et de définir l’étendue de cette proximité (l’agglomération, le département etc.). L’ensemble des personnes rattachées aux 26 équipes de recherche de l’UPPA était concerné : chercheurs et enseignants chercheurs, doctorants et techniciens (ingénieurs d’étude et de recherche). Au total 742 personnes ont été contactées par courriel parmi lesquelles 174 ont répondu soit un taux de participation de 23 %. Les niveaux de participation entre les différents corps de la communauté scientifique sont homogènes, 30 % des maîtres de conférences ont répondu, de même pour les professeurs des universités et chercheurs. Les taux de participation sont plus faibles pour les doctorants et docteurs avec 18 % de participation. En revanche, les taux de participation sont très inégaux selon les champs disciplinaires avec une forte participation des sciences dures, 60 % des effectifs ayant répondu (104 individus) et une très faible participation des sciences de la société avec 9 % des effectifs. Les sciences humaines et sociales se placent entre les deux avec 32 % des participants. L’enquête ne permet d’avoir qu’une vision partielle de la communauté scientifique et rend difficilement comparable les comportements associés aux champs disciplinaires. Elle a cependant le mérite d’identifier des types de pratique qui ne seraient pas détectés autrement et de comprendre les connexions du chercheur avec le local. Ce travail demandera à être approfondi par des entretiens permettant de comprendre en quoi la proximité a pu jouer un rôle favorable à la création des liens.

  • 7 Loi de modernisation de la fonction publique du 2 février 2007 et loi sur la mobilité et les parcou (...)

19Les résultats de l’enquête ont permis de repérer différents indicateurs de transfert qui distinguent deux principales formes de transferts. D’une part, un transfert économique qui s’adresse aux organismes extérieurs à l’université, qu’il s’agisse d’entreprises ou de collectivités, dont l’expertise est la forme la plus classique. Dans la plupart des cas, ces participations n’impliquent pas de rémunération et ne sont donc pas formalisées alors même qu’elles traduisent sans doute la forme la plus évidente de transfert de compétences et que par leur présence, les universitaires apportent une plus-value à la gestion et la gouvernance de ces structures. D’autre part, un transfert associé à une activité professionnelle exercée en parallèle des activités universitaires telles que les cas d’interprètes et de salariés de droit privé dans des entreprises. Ces pratiques sont difficiles à repérer, les chercheurs parlant peu de ce type d’exercice, qui tout en étant légal n’est pas forcément bien ressenti par la communauté scientifique. La nouvelle législation7 qui facilite le cumul de rémunération des fonctionnaires devrait conduire à une généralisation de ces pratiques ou du moins à lever le tabou.

20D’autre part, et de manière moins visible, un autre indicateur du transfert est associé à la valorisation culturelle des savoirs scientifiques à l’intention du grand public. Cette pratique reste relativement méconnue et pourtant relève totalement du transfert vers le territoire en animant ainsi le tissu local dans sa dimension culturelle. En effet, si on se pose la question de ce qui disparaîtra avec l’université, si cette dernière n’existe plus, il est évident que l’animation scientifique du tissu culturel local sera parmi les plus affectées. La diffusion non lucrative des acquis scientifiques est peu connue et rarement abordée dans les travaux de recherche qui ont porté sur le transfert scientifique. À ce sujet Boumaza (1995) déplorait que « le fait universitaire et scientifique est faiblement étudié comme facteur d’organisation et de qualification de l’espace (...) il est à peine décrit par les géographes comme activités à part entière génératrice d’emplois, de services, de biens culturels et scientifiques. (...) Les activités universitaires et scientifiques qui définissent et déterminent les milieux culturels constituent dés lors des fonctions motrices et dynamisantes de l’environnement » (p. 10). Pourtant la démarche est loin d’être marginale. En effet, les résultats de l’enquête révèlent qu’entre 2004 et 2009, 41 % des scientifiques enquêtés ont participé à une ou plusieurs manifestations. La valorisation culturelle prend des formes de diffusion variées telles que les conférences, les interventions en milieu scolaire (11 % des manifestations), la communication médiatique (télévision, radio, presse écrite : 13 % des manifestations), les expositions (11 %) et d’autres formes d’expression moins répandues (12 % ; films, enregistrements audio, animations de type « expériences », sorties de terrain). L’implication des scientifiques dans la diffusion de leur savoir est également visible dans leur participation au tissu associatif visant à des échanges entre les compétences scientifiques et la société (18 % des chercheurs qui se sont exprimés).

21La répartition géographique des indicateurs économiques (contrats, stages de master 2, CIFRE) et socioculturels (manifestations scientifiques) du transfert de la recherche permettent de définir les territoires qui bénéficient des savoirs et savoir-faire scientifiques de l’UPPA.

Transfert scientifique au profit du département local

22L’analyse de la répartition géographique des partenaires signataires de contrat avec la communauté scientifique de l’UPPA (hors contrat de recherche à financement ministériel de type ANR), indique que 42 % sont établis avec un tiers basé dans le département des Pyrénées Atlantiques, 17 % en région parisienne, 41 % dans un autre département. Les relations de l’UPPA avec le local semblent proportionnellement plus fortes que ce qui est rencontré dans d’autres universités notamment celles associées aux grandes agglomérations. D’un point de vue général, Bés et Grossetti (2001) ont montré que 36 % des relations entre université et entreprise se réalisent dans la même région (52 % pour l’UPPA), de même Corbel (2005) identifie 30 % des collaborations entre les laboratoires publics et des entreprises à vocation régionale ou locale. Si on considère les universités de Toulouse et Grenoble, Grossetti (2001) recense seulement 16 % de contrats passés avec des partenaires locaux. Ainsi, si l’UPPA se tourne moins vers l’international (4 % des contrats) que d’autres universités, elle renforce singulièrement ses relations avec les partenaires de proximité au sein du tissu économique local. Cette relation de proximité est confortée par les données de stages des étudiants de master 2 de l’UPPA. Les stages se déroulent majoritairement au sein du département (50 %). Il en est de même pour les activités de conseils des scientifiques qui sont pratiquées à 50 % auprès d’établissements situés dans le département et pour les créations entreprises adossées à des laboratoires de l’UPPA, qui, depuis 2000, pour plus de la moitié ont eu lieu dans le département (7 sur 13). Enfin, la préférence pour le territoire local se retrouve dans la valorisation culturelle. Les manifestations animées par les scientifiques de l’UPPA se déroulent à 58 % dans les Pyrénées-Atlantiques. Il se dégage de ces résultats un élément clé pour le territoire : la présence d’une université est une source d’animation forte du tissu culturel local. À travers sa présence, une communauté scientifique dynamique et ouverte sert de ressource de savoir pour l’ensemble du territoire.

23L’échelle locale du transfert est celle du département. La région Aquitaine en elle-même ne bénéficie pas significativement plus que les autres régions françaises du transfert scientifique de l’UPPA. Cette limitation départementale provient vraisemblablement de la concurrence régionale du pôle bordelais voire toulousain. Ces centres universitaires captent des relations potentielles que les chercheurs des sites de l’UPPA pourraient nouer en région.

Les agglomérations universitaires principales bénéficiaires du transfert scientifique

24Nous venons de voir que le département s’affichait comme l’échelle géographique qui bénéficie des transferts de compétences de l’UPPA. Mais au sein du département, la zone urbaine paloise est largement privilégiée pour l’ensemble des relations qu’elles soient économiques et socio-culturelles. Comme le souligne Grossetti (1995) : le local c’est bien la ville. Ainsi parmi les 86 partenaires privés signataires de contrats avec l’UPPA, au sein du département, 53 se situent dans la zone urbaine paloise, ce qui représente 86 % des partenaires des Pyrénées-Atlantiques. Le phénomène de centralité de l’agglomération paloise, comme territoire privilégié du transfert, se retrouve dans le conseil en entreprise où les interventions qui ont lieu dans le département le sont principalement sur la zone urbaine paloise. Ce phénomène est également avéré pour la création d’entreprise où sur les 7 sociétés créées depuis 2000 dans le département, 4 sont localisées à Pau, les autres se situant sur le secteur de Bayonne, autre antenne universitaire de l’UPPA (fig. 1). Cette bipolarité reflète l’impact territorial de la présence des sites universitaires sur le territoire et de l’importance de la proximité dans le transfert de compétences entre universitaires et partenaires. De même pour les stages de M2, ce sont les territoires proches des sites universitaires qui accueillent les stagiaires. La zone urbaine paloise rassemble 65 % des stages de masters 2, le reste se situant sur la côte Atlantique (fig. 3). Enfin, l’apport culturel de la recherche à l’UPPA bénéficie également aux agglomérations des sites universitaires de l’UPPA. La grande majorité des communications à visées grand public données par la communauté scientifique de l’UPPA ont lieu sur la zone urbaine paloise. L’agglomération a accueilli plus de 50 % des manifestations animées par les scientifiques sur la période 2004-2008 ; seules 10 % des manifestations dans les Pyrénées-Atlantiques ont eu lieu à l’extérieur de la zone urbaine. Par ailleurs, le campus universitaire en lui-même s’affiche comme un lieu majeur de la diffusion scientifique car 46 % des manifestations recensées se déroulent dans les locaux de l’université. Si la valorisation socioculturelle de la science peut paraître anecdotique, elle participe clairement à l’animation du territoire local. Le site universitaire s’affiche comme un lieu d’ouvertures et d’échanges avec le public participant à une dynamique de la diffusion de la culture scientifique sur Pau.

Figure 3 : Localisation des stages de master 2 conduit entre 2004 et 2008 dans les Pyrénées-Atlantiques

Figure 3 : Localisation des stages de master 2 conduit entre 2004 et 2008 dans les Pyrénées-Atlantiques

Le système d’innovation local

  • 8 MIGP : Modélisation et Imagerie en Géosciences de Pau

25Afin de comprendre la ressource que représente le transfert scientifique pour le tissu socio-économique local, il convient de définir les connexions entre les domaines de la recherche et leurs potentielles applications dans la sphère économique. Pour ce faire, nous nous sommes appuyés sur l’analyse fine des partenaires des contrats, à savoir : les entreprises locales (des Pays de l’Adour) et les laboratoires de l’UPPA. Ceux-ci ont été identifiés à partir des données collectées auprès de la Direction de la Valorisation de l’UPPA (contrats de recherche, licences, prestations, etc. ; fig. 4). Les transferts entre les laboratoires et les entreprises peuvent être distingués en quatre groupes selon le champ de compétence scientifique des laboratoires de recherche, les caractéristiques des entreprises (domaine économique, taille de l’établissement) et le type de contrat qui lie les partenaires. Un premier type de transfert est associé aux relations historiques de l’UPPA, avec le pôle industriel pétrochimique et aéronautique local (groupe A, fig.4). Les grandes entreprises (plus de 250 salariés) telles que Total, l’Institut Français du Pétrole (IFP) et Turboméca entretiennent des liens de transfert très forts avec les laboratoires des géosciences, à partir de contrats et de financements CIFRE, pour des activités relevant des domaines de recherche en sciences et techniques. L’intensité de la relation est particulièrement mise en avant dans l’AFC où l’ensemble se démarque dans la partie droite de l’espace factoriel et contraste avec la partie gauche où les domaines de transferts sont plus variés. Le transfert repose sur un complexe d’activités industrielles pétrochimiques qui, bien qu’aujourd’hui en voie de reconversion, conserve en matière de recherche, notamment avec Total, une longue tradition de collaboration dans les domaines de la chimie, de la physique et de la géologie. Les relations entre les deux établissements sont nombreuses et variées : contrats de recherche, thèses de doctorat (bourses CIFRE). De fait, la recherche, en elle-même, au sein des laboratoires, s’est orientée vers les besoins du groupe, ce dont témoigne la création de l’Institut Pluridisciplinaire de Recherche Appliquée (IPRA) dans le domaine du génie pétrolier qui héberge le laboratoire MIGP8, UMR au sein de laquelle Total est partenaire. Inversement, le groupe Total s’appuie sur la recherche conduite à l’UPPA comme une ressource pour ses activités de sciences et techniques qui sont rassemblées à Pau dans le Centre Jean Féger, principal centre de recherche du groupe en France. Cette interdépendance historique ne constitue néanmoins pas la totalité des relations de transfert auxquelles participe la recherche de l’UPPA. En effet, cette dernière a largement diversifié ses relations avec le monde économique, notamment au profit d’entreprises de taille et de secteurs économiques plus variés. Ces liens bénéficient de fait et avant tout au tissu socio-économique local. Ainsi, une deuxième forme de transfert concerne les échanges entre les partenaires industriels et les laboratoires de recherche du BTP, en informatique et dans l’industrie, liés par des contrats cadres et des consortiums qui témoignent de liens relativement stables dans le temps et rassemblant un grand nombre de partenaires privés. Les entreprises investies dans ces contrats sont des PME-PMI de l’industrie (entre 20 et 249 salariés) telles qu’Arkema, BBraun, Messier. On compte également de très petites entreprises (TPE, 10 à 19 salariés) qui entretiennent des relations plus ponctuelles caractérisées par un transfert de type prestation.

26Une troisième forme de transfert (groupe C, fig. 4) est caractérisée par la recherche dans le domaine de l’environnement vers des entreprises des secteurs du commerce et des services de taille plus modeste, de type très petite entreprise et micro-entreprise (moins de 10 salariés). Enfin un dernier type de transfert (groupe D), plus marginal, concerne la recherche en sciences sociales et en gestion à destination des entreprises du secteur de la finance et surtout vers les administrations. Les relations sont très ponctuelles et peu nombreuses (concernent peu de partenaires).

27La typologie ainsi définie caractérise un système d’innovation local marqué par une variété de configurations. Elles sont peu lisibles du fait de l’importance accordée localement à la relation historique nouée par l’UPPA avec l’activité pétrochimique. L’ensemble de ces relations tisse une toile sur le territoire avec des établissements de tailles différentes et contribue à inscrire localement l’université dans le développement économique local. Il est peut-être excessif d’affirmer qu’il existe une interdépendance totale entre les entreprises locales et l’UPPA. Certains partenaires pensent même que les liens sont faibles dans certains secteurs, mais il est possible de mettre en évidence la plus-value apportée par la co-présence, dans un système territorial en marge des grandes influences métropolitaines. Nous souhaitons montrer ici que les liens construisent un maillage territorial fin et dense qui fait système en produisant des interdépendances, même très partielles. Il est permis de penser que ces liens participent de la résilience du système territorial local. Nous posons l’hypothèse que leur connaissance et reconnaissance favoriseront leur multiplication.

Figure 4 : Typologie des transferts entre les laboratoires de l’UPPA et les partenaires locaux (Pyrénées-Atlantiques)

Figure 4 : Typologie des transferts entre les laboratoires de l’UPPA et les partenaires locaux (Pyrénées-Atlantiques)

Les enjeux de l’insertion territoriale de la recherche en ville moyenne

La dépendance vis-à-vis du territoire local

  • 9 Comme nous l’avons expliqué en introduction, la recherche qui conduit à cet article a été financée (...)

28Le contexte actuel place les villes moyennes et leur légitimé universitaire entre enjeux de compétitivité scientifique, attendues dans les réformes actuelles de l’enseignement supérieur et de la recherche, et attentes locales. Longtemps ignorés par les collectivités territoriales, les atouts universitaires en matière de recherche et d’innovation sur le tissu socioéconomique ont été peu à peu reconnus. Dans les Pays de l’Adour, le polycentrisme s’est imposé à l’UPPA sous la pression des acteurs locaux soucieux de promouvoir une offre locale de formation et de conforter les conditions locales du développement économique (Uhaldeborde, 2002). De plus en plus de collectivités soutiennent la recherche et notamment à la faveur de projets développés sur leur territoire. À titre d’exemple, Duport (2008) cite d’ailleurs l’Aquitaine qui consacre 60 % des crédits recherche à des projets stratégiques en lien avec les grands secteurs économiques de la région. Les interventions des collectivités territoriales ne cessent de s’accroître et l’UPPA a signé des conventions cadres avec les principales collectivités territoriales pour financer des thèses, des projets de recherche ou des contrats post-doctoraux9. Si leur participation reste minoritaire face à l’engagement de l’Etat, leur volonté de jouer un réel rôle d’interface entre potentiel technologique et scientifique, formation supérieure et développement territorial les conduit à envisager d’être plus que des forces d’appoint et à solliciter une reconnaissance comme véritables partenaires. Les universitaires sont ainsi incités à nouer des liens dans le local avec des collectivités alors que les mesures ministérielles actuelles visent à promouvoir l’insertion dans des réseaux nationaux et internationaux. À cela s’ajoute la difficulté pour les universités des villes moyennes d’articuler cette logique d’excellence de la recherche avec les logiques de formation, qui ont permis à une certaine époque l’éclosion de sites universitaires autonomes. Si l’implantation des sites universitaires au sein des villes moyennes, comme l’UPPA, se devait de répondre à un besoin de formation locale et de démocratisation de l’accès à l’enseignement supérieur, aujourd’hui le transfert de compétences et les liens avec les partenaires privés, notamment pour les PME, sont devenus des éléments incontournables des débats locaux. C’est cela même qui singularise la recherche dans les villes moyennes relativement aux enjeux présents dans les grandes agglomérations. Il s’agit bien pour ces villes intermédiaires d’utiliser le potentiel universitaire pour servir le tissu économique et tenter de créer ce qui peut ressembler à des « pôles de compétences » locaux, destinés aux entreprises et aux collectivités, favorisés par la proximité à la manière des « clusters » développés dans les grands pôles. Ainsi, c’est bien la proximité et la faible taille qui donnent du crédit à la politique universitaire en ville moyenne. A ce niveau de la hiérarchie, dans les conditions d’urgence imposées par la tendance polarisatrice, la gouvernance du système local est une nécessité absolue, qui doit conduire à faire émerger un projet concerté, nécessitant d’articuler trois exigences : coordination, complémentarité des pôles et concertation avec l’environnement économique, institutionnel et associatif.

29Le paradoxe du cas palois, après 40 ans d’autonomie, réside dans l’équilibre fragile lié à sa vocation première d’offre de formations en premier cycle pour les Pays de l’Adour. Celle-ci montre aujourd’hui ses lacunes, l’université ne captant qu’une partie des jeunes poursuivant des études dans le supérieur. En revanche, et de façon paradoxale, elle a bâti de solides relations d’échanges avec l’économie locale en développant des masters et des laboratoires reconnus, en lien, notamment, avec les pôles d’excellences locaux que sont la chimie ou le génie pétrolier. Ces connexions lui confèrent un ancrage fort et une reconnaissance scientifique. Le pôle de recherche palois a dû se spécialiser en relation avec les besoins locaux d’innovation à l’instar d’autres pôles de recherche de villes moyennes qui se doivent de s’inscrire dans des niches d’excellence. La forte spécialisation est une des caractéristiques de la recherche universitaire en ville moyenne. Il est fondamental, pour une université de ville moyenne, de se donner les moyens d’identifier les dynamiques locales qui font la différence en termes d’attractivité et de performance et de trouver dans ce jeu sa propre spécificité. L’histoire montre que les universités petites et moyennes qui ont réussi, ont su développer une spécialisation forte dans une stratégie de « niches » (les universités de Brest sur la mer, du Littoral sur l’environnement), alors que celles qui ont misé sur la même palette de formation que la métropole universitaire distante de 50 km n’ont atteint la « taille critique » dans presque aucun secteur (Cytermann, 2010).

30Cette particularité de l’université en ville moyenne en fait également sa vulnérabilité car, comme toute structure spécialisée, elle se trouve confrontée à la dépendance vis à vis de l’activité sur laquelle le transfert s’appuie principalement. C’est le risque auquel a été exposé l’UPPA notamment au moment de l’arrêt de l’exploitation du site de Lacq. Cependant, le maintien des activités de recherche du groupe Total, à Pau, a préservé la recherche appuyée au domaine du génie pétrolier en particulier. On peut d’ailleurs retourner l’hypothèse en se demandant si la présence d’une université spécialisée dans son domaine n’a pas conduit le groupe à maintenir son unité de recherche-développement à Pau. Mais ce risque est reconsidéré aujourd’hui et les efforts destinés à diversifier, d’une part les domaines de recherche, d’autre part les relations avec les entreprises sont nombreux. Notre engagement aux côtés de la cellule de recherche et valorisation de l’UPPA va dans ce sens. Car d’autres secteurs économiques, notamment l’aéronautique, fortement présents dans les Pays de l’Adour, ne trouvent pas aujourd’hui de points d’ancrages efficaces pour fonctionner avec les laboratoires universitaires, alors même qu’ils sont demandeurs. Cette quête s’ancre dans un profil de compétences qui reste à identifier et à rendre lisible dans le tissu local.

La place des universités de ville moyenne dans le contexte universitaire français

31Les sites universitaires qui, comme l’UPPA, sont autonomes (université mère) sont au nombre de 42 en province (hors région parisienne) comptant 108 sites secondaires (Duport, 2008). Le cas des antennes universitaires ne peut être comparé aux sites de plein exercice pour lesquels le maintien est davantage compromis dans le cadre de la réforme. En effet certaines antennes universitaires qui sont vouées à l’enseignement de premier cycle ne peuvent retenir, sur le site, les enseignants comme capital de recherche, ceux-ci étant souvent rattachés à des pôles de recherche de l’université-mère (Losego, 2004). Seul un tiers de ces universités de plein exercice est implanté dans une ville moyenne dont l’agglomération compte moins de 200 000 habitants (fig. 2) soit dans une zone urbaine comparable à l’UPPA. Dans le contexte territorial des universités françaises de ville moyenne, l’UPPA se singularise. Géographiquement elle est éloignée des deux grands centres régionaux du sud ouest (200 km) et a une position particulière par rapport à ces deux concurrents en comparaison d’autres sites universitaires de plein exercice de ville moyenne comme Nîmes qui se trouve à 50 km de Montpellier, de Chambéry à 60 km de Grenoble, de Metz à 60 km de Nancy et de Valenciennes à 50 km de Lille. Par ailleurs l’UPPA n’est pas en concurrence avec d’autres universités de ville moyenne à vocation d’offres de proximité comme c’est le cas des universités de la région nord entre Dunkerque, Arras et Valenciennes, de même entre Amiens, Rouen, Le Havre et Caen. Cette fragilité des sites, entrainée par la concurrence de la proximité géographique, a poussé certaines universités, parfois associées à des grandes écoles, à se regrouper pour se constituer en PRES. On peut citer Nantes, Angers et Le Mans au sein de l’UNAM ; La Rochelle, Poitiers et Limoges formant le PRES Limousin Poitou-Charentes ; Brest, Rennes et Lorient devenant l’université européenne de Bretagne ; Orléans et Tours constituant l’université du Centre – Val de Loire ; Metz et Nancy faisant naître l’université de Lorraine (fig. 2). Pourtant, ces regroupements sont loin des logiques adoptées dans certains états nord-américains avec des universités multi campus ayant des fonctions différentes (université du Wisconsin, état de Californie ; Cytermann, 2010). L’université du Wisconsin a été créée par la fusion en 1971 de l’université du Wisconsin et des structures d’enseignement supérieur de l’État du Wisconsin. Cette structure est la 8ème plus importante des Etats-Unis avec ses 26 campus (Duport, 2008) dont 2 sont des centres de recherche et proposent le doctorat, 11 campus proposent des diplômes intermédiaires de niveau master et 13 collèges n’offrent que les 2 premières années d’études universitaires. L’organisation repose sur une complémentarité des sites qui évite une mise en concurrence.

32L’UPPA par son isolement géographique et son caractère déjà réticulaire, n’a pas la possibilité de se rapprocher d’un autre site de ville moyenne, de mettre en place un fonctionnement en réseau efficace où les compétences seraient partagées comme certaines villes moyennes ou parfois plus grandes avaient tenté de le faire dans le cadre de la politique des réseaux de villes (Tesson, 2000). Certaines universités ne sont pas positionnées dans la réforme actuelle et restent comme l’UPPA des universités de plein exercice fonctionnant de manière autonome tant en termes d’enseignement que de recherche comme c’est le cas par exemple à Perpignan. Par ailleurs, il est admis qu’un seuil de 10 000 étudiants est nécessaire pour constituer une masse critique permettant a priori une véritable interaction entre la recherche, les activités scientifiques et le monde industriel constituant un réel complexe scientifique (Duport, 2008). L’UPPA compte 10 760 étudiants (ODE, 2010). Elle est comparable aux autres universités de plein exercice associées à des villes moyennes et qui n’appartiennent pas à un PRES comme l’université de Dunkerque (Littoral) avec 10 270 étudiants, Chambéry avec 12 000 étudiants et l’université d’Arras (Artois) avec 11 000 étudiants. Le cas de l’UPPA reste néanmoins singulier, dans la mesure où il s’agit d’une ancienne structure qui bénéficie d’une assise historique d’échanges avec son territoire. La présence de Total, de grands groupes aéronautiques et agroalimentaires, même si les liens avec ces derniers sont relativement faibles, donne à l’université une base locale qui la distingue des autres villes moyennes de par un niveau de services légèrement plus élaborés, renvoyant à la catégorie de la « métropole incomplète ». De plus, la proximité de la frontière espagnole et les relations qu’elle autorise sont également un atout mis en avant par l’université dans sa relation avec le local. « Pau, porte des Pyrénées », le nouveau slogan de l’agglomération paloise, prend tout son sens dans cette perspective. Néanmoins, les liens avec l’Espagne sont encore embryonnaires et surtout peu formalisés. Enfin, il ne faut pas négliger la manière dont les collectivités territoriales, dans leurs dynamiques d’innovation, mobilisent le tissu de chercheurs locaux. C’est souvent dans ces universités que se situent les centres de recherche les plus pointus sur les questions du développement local, de la participation citoyenne ou du développement durable. Le cas du SET (UMR 5603, CNRS/UPPA) est à ce titre emblématique. Sans cesse mis en danger par les diverses politiques de regroupement prônées par le CNRS et le ministère, ce laboratoire est jusque là systématiquement renouvelé en tant qu’UMR, notamment du fait d’une de ses spécificités qui porte justement sur le lien tissé avec le local. Ses compétences sont largement transférées vers les collectivités dans une relation de proximité qui se fonde sur la recherche et non pas uniquement sur de la prestation de services.

Pour conclure : au-delà de la ville moyenne, ce que l’université apporte à un système territorial périphérique

33S’il peut sembler relever de l’évidence qu’une université a un impact sur le milieu local, le travail réalisé à partir du cas de l’UPPA a cherché à qualifier et quantifier la dimension scientifique des transferts. L’idée était de comprendre comment se concrétisent ces échanges afin de les repérer d’une part, et d’autre part de participer à leur optimisation, du fait du partenariat mis en place avec la « direction recherche et valorisation » de l’université,. En effet, l’objectif de ce travail était bien de développer une connaissance fine des transferts, mais aussi, dans une dimension proactive, de susciter d’autres liens.

34Certes, l’UPPA et les villes de Pau, Bayonne et Tarbes bénéficient d’un environnement particulier avec l’empreinte forte de grands groupes industriels, dans l’aéronautique et l’activité pétrolière notamment. Leur présence, avec leur tissu de PME qui fonctionne en sous-traitance, déplace un peu le débat en questionnant l’appartenance de ces villes à la catégorie « ville moyenne ». Ainsi, l’UPPA n’est pas confrontée à certaines des difficultés que rencontrent d’autres universités moyennes, pour lesquelles les conditions économiques du territoire de proximité ne sont pas aussi propices. La dynamique partenariale qu’entretient l’université de Pau avec certains grands groupes se rapproche de la situation des universités alpines, qui bénéficient d’un environnement économique dynamique, notamment par rapport aux activités de montagne, qui influencent fortement l’activité universitaire, lui donnant des pistes et des orientations de travail. La situation géographique joue ici un rôle majeur (Plassmant et Subotsch, 1995). Pour résoudre ce problème de dépendance, il est sans doute possible de fonder l’argumentaire sur l’existence, même embryonnaire, d’un réseau de villes du piémont, dont les relations, du fait du système universitaire et du système économique, permettent de dépasser le niveau de la ville moyenne pour embrasser les atouts d’une métropolisation partagée. Cela dit, il manque une instance de gouvernance susceptible de rendre efficace ce réseau. En effet, partagées entre deux régions, alors même que les instances académiques détiennent la compétence en matière de recherche, ces villes n’ont pas les moyens (la volonté ?) d’emboîter le pas du fonctionnement réticulaire universitaire ou économique, pour asseoir localement une métropole multipolaire. Même aux plus belles heures des « réseaux de villes », Bayonne n’a jamais été associée à Pau alors que cette dernière développait un réseau avec Tarbes et Lourdes (Guérit et Tesson, 1996).

35Face au courant des changements institutionnels dans lequel les universités se trouvent emportées, les centres universitaires, qui ne sont pas des PRES, se trouvent fragilisés du fait d’une taille trop faible et d’une concurrence forte des grands centres notamment sur la scène internationale. Une des réponses à ce contexte semble résider dans la démonstration de l’ancrage local de telles universités via l’offre d’un véritable système local de compétences comme c’est le cas de l’UPPA. L’encouragement à tisser des liens avec des partenaires extérieurs contenu dans la loi du 16 avril 2006, notamment pour financer la recherche scientifique, offre finalement une légitimité aux universités des villes moyennes qui ont construit des liens avec le tissu socio-économique local et par là même se placent comme moteur du développement local. En effet, l’emprise géographique de la diffusion des savoirs culturels et économiques est une dimension essentielle pour comprendre la plus-value de l’université, un élément fondamental de l’ancrage territorial d’une université dans la ville moyenne. Les transferts entre universités et entreprises sont trop souvent limités à ceux concernant les sciences « dures » et l’industrie. D’autres liens se créent de manière plus diffuse, par d’autres voies, et concernent les sciences humaines et sociales qui s’affichent comme parties prenantes de la valorisation de la recherche et du site universitaire. Par ailleurs, la parfaite intégration de l’université dans son tissu socio-économique local est un gage de qualité pour la formation et les diplômes puisque la majorité des étudiants de master 2 effectuent leur stage à proximité du site universitaire. Les promotions de master sont un indicateur de valorisation de l’université. Dans un domaine plus obscur, la présence d’une université est également un moteur pour le dynamisme du tissu associatif et culturel local du fait de la participation active de la communauté scientifique à la diffusion de ses savoirs auprès du grand public. Cette dimension, notamment dans les villes moyennes, est fondamentale pour comprendre l’ancrage territorial de l’université.

Haut de page

Bibliographie

Azagra-Caro JM., 2007, « What type of faculty member interacts with what type of firm? Some reasons for the delocalisation of university-industry interaction », Technovation, No.27, 704-715.

Barnèche-Miqueu L., 1995, Logiques industrielles et territoire : l’exemple des industries aéronautiques dans les Pays de l’Adour, Pau, thèse de géographie, Université de Pau et des Pays l’Adour.

Bès M-P., Grossetti M., 2001, « Encastrements et découplages dans les relations science-industrie », Revue Française de Sociologie, vol. 42, No.2, 327-355.

Bonneville M., 1991, « Les apports recherche-entreprise dans l’agglomération lyonnaise », Sociétés contemporaines, No.6, 165-170.

Boumaza N., 1995, « L’université, la montagne et la géographie », Revue de Géographie Alpine, vol. 83, No.4, 9-14.

Brimble P., Doner R.F., 2007, « University-Industry linkages and economic development: the case of Thailand », World Development, No.35, 1021-1036.

Brocard M., Herin R., Joly J., 1996, Formation et recherche, in Atlas de France dirigé par Brunet R. & Auriac F., Reclus, La Documentation Française, vol. 4.

Charles J., 1982, « Une petite université, voie d’accès plus large à l’enseignement supérieur ? » Aménagement et pratiques urbaines, 91-105.

Chevalier J., 1999, Réseau urbain et réseaux de villes dans l’Ouest de la France, Paris, Economica.

Cortés-Aldana F.A., Garcìa-Melòn M., Fernández-de-Lucio I., Aragonés-Beltrán P., Poveda-Bautista R., 2009, « University objectives and socioeconomic results: a multicriteria measuring of alignment », European journal of operational research, No.199, 811-822.

Corbel P., 2005, « Collaborer pour innover. Un partenariat privé-public souvent de proximité », Le 4 pages des statistiques industrielles, No.212.

Cytermann J-R, 2007, La mise en place des pôles de recherche et d’enseignement supérieur (PRES), Paris, Rapport de l’inspection générale de l’administration de l’Éducation nationale et de la Recherche. (http://media.education.gouv.fr/file/92/8/6928.pdf).

Cytermann J-R, 2010, « Vers une nouvelle géographie de l’enseignement supérieur et de la recherche »

http://www.villesmoyennestemoins.fr/espace-commun/intervention-cytermann.pdf

DATAR, 1998, Développement universitaire et développement territorial : l’impact du Plan Université 2000 (1990-1995), Paris : La Documentation française, 209 p.

David J., Durand M-G., 1995, « Recherche et université dans l’espace alpin français », Revue de Géographie Alpine, vol. 83, No.4, 53-63.

Delfaud P., 1996, Économie de la région Aquitaine, Luçon, Edition du Sud-Ouest.

DGESIP/DGRI, 2010, Atlas régional, effectifs d’étudiants en 2008-2009, Paris, Ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche.

http://www.enseignementsup-recherche.gouv.fr/cid52321/atlas-regional-effectifs-d-etudiants-en-2008-2009.html

DIACT, 2007, Les villes moyennes françaises, Paris, La documentation française.

Di Meo G., Guerit F., 1992, La ville moyenne dans sa région, Bordeaux, Edition de la maison des sciences de l’homme d’Aquitaine.

Duport J.-P., 2008, Aménagement du territoire, enseignement supérieur et recherche : entre proximité et excellence, Paris, Rapport du conseil économique et social.

http://lesrapports.ladocumentationfrancaise.fr/BRP/084000153/0000.pdf

Faure L., 2009, « Les effets de la proximité sur la poursuite d’études supérieures : le cas de l’université de Perpignan », Education et Sociétés, No. 24, 93-108.

Frémont A., Hérin R., Joly J., 1992, Atlas de la France universitaire, Paris, La Documentation française.

Grossetti M., 2001, « Genèse de deux systèmes urbains d’innovation en France : Grenoble et Toulouse », Réalités industrielles, Paris, Annales des Mines, ESKA, 68-72.

Grossetti M., 1995, Science, industrie et territoire, Toulouse, Presses Universitaires du Mirail.

Grossetti M., Zuliani J-M., Guillaume R., 2006, « La spécialisation cognitive. Les systèmes locaux de compétence en Midi-Pyrénées », Annales de la Recherche Urbaine, No.101, 23-31.

Guérit F., 1996, Ville, entreprise et structuration de l’espace, Pau, Thèse de géographie, Université de Pau et des Pays de l’Adour.

Guérit F., Tesson F., 1996, « Discours politique ou renouveau territorial, le réseau de villes Pau-Tarbes-Lourdes », in Di Méo G. (dir.), Les territoires du quotidien, Paris, L’Harmattan, 163-184.

Lamy E., 2008, « Les limites de la proximité spatiale pour l’essaimage académique », Géographie Économie Société, No.10, 9-27.

Laperche B., 2002, « Le carré organique de la valorisation de la recherche. Le cas d’une jeune université dans un contexte de crise », Politiques et gestion de l’enseignement supérieur, vol. 14, No.3, 171-198.

Losego Ph., 2004, « Le travail invisible à l’université : le cas des antennes universitaires » Sociologie du travail, No46, 187-204.

Martin F., Trudeau M., 1998, « The economic impact of University research », Research file, No.2, 1-8.

Musselin Ch., 2009, « Les réformes des universités en Europe : des orientations comparables, mais des déclinaisons nationales », Revue du Mauss, vol. 1, No.33, 69-91.

Pitte J.-R., 1996, « La carte universitaire et les villes », in Données urbaines, Paris, Anthropos, 257-263.

Plassman,G., Subotsch N., 1995, « Les Alpes, objet scientifique et cadre territorial pour les universités alpines », Revue de Géographie Alpine, vol. 83, No.4, 25-38.

Saint-Julien T., 1990-1991, « L’université et l’aménagement du territoire », L’espace géographique, No.3, 206-210.

Siegel D.S., Waldman D., Link A., 2003, « Assessing the impact of organizational pratices on the relative productivity of university technology transfer offices: an exploratory study », Research policy, No.32, 27-48.

Stoskopf N., 2005, Université de Haute-Alsace. La longue histoire d’une jeune université, Strasbourg, La Nuée Bleue.

Tesson F., 2000, Réseau de villes, in Body-Gendrot S., Lussault M., Paquot Th. (Dir.), La ville et l’urbain, l’état des savoirs, Paris, La Découverte, 255-264.

Uhaldeborde J-M, 2002, « Les enjeux et les conditions de l’insertion territoriale de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour : les dialectiques de l’université », In Hudon R., Augustin J-P. (Dir.), Villes, régions et universités, Canada, Les Presses de l’Université de Laval.

Wu W., 2007, « Cultivating research universities and industrial linkages in China: the case of Shanghai », World Development, No.35, 1075-1093.

Haut de page

Notes

1 LRU : Liberté et Responsabilité des universités ; loi sur la réforme de l’autonomie des universités, 1er juillet 2010

2 SNPA : Société nationale des pétroles d’Aquitaine. L’équipe de direction s’installe à Pau en 1957 (Uhaldeborde, 2002), elle deviendra Elf-Aquitaine (1967) puis Total (1991-1992).

3 ODE : Observatoire Des Étudiants de l’UPPA, données disponibles sur le site Internet de l’université (http://ode.univ-pau.fr/live, 2010).

4 Le nombre de laboratoires pour les PRES de Bordeaux et Toulouse correspond à un ordre de grandeur établi à partir des informations disponibles sur les sites Internet des universités.

5 Ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche, 2007.

6 Loi de programme de la recherche

7 Loi de modernisation de la fonction publique du 2 février 2007 et loi sur la mobilité et les parcours professionnels dans la fonction publique du 3 août 2009.

8 MIGP : Modélisation et Imagerie en Géosciences de Pau

9 Comme nous l’avons expliqué en introduction, la recherche qui conduit à cet article a été financée par la communauté d’agglomération Pau-Pyrénées dans le cadre de cette convention au titre d’un contrat post-doctoral.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Situation universitaire de l’UPPA dans le sud-ouest
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/24810/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 784k
Titre Figure 2 : Création et situation des sites universitaires français
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/24810/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 752k
Titre Figure 3 : Localisation des stages de master 2 conduit entre 2004 et 2008 dans les Pyrénées-Atlantiques
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/24810/img-3.png
Fichier image/png, 220k
Titre Figure 4 : Typologie des transferts entre les laboratoires de l’UPPA et les partenaires locaux (Pyrénées-Atlantiques)
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/24810/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 667k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Myrtille Moreau et Frédéric Tesson, « Modalités et enjeux de l’insertion territoriale d’une université en ville moyenne. Approche à partir de la recherche scientifique à l’université de Pau et des Pays de l’Adour », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Espace, Société, Territoire, document 570, mis en ligne le 29 novembre 2011, consulté le 22 mai 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/24810 ; DOI : 10.4000/cybergeo.24810

Haut de page

Auteurs

Myrtille Moreau

Membre associé au laboratoire SET UMR 5603, IRSAM, Domaine universitaire, 64000 Pau, post-doctorante, myrtille.moreau@free.fr

Articles du même auteur

Frédéric Tesson

Laboratoire SET UMR 5603, IRSAM, Domaine universitaire, 64000 Pau,Maître de conférences, frederic.tesson@univ-pau.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page