Navigation – Plan du site
2011

Lortic B., Couret D. (collab.), 2011, Manuel de cartographie rapide : de l’échelle de la région à celle du mobilier urbain, Marseille, IRD, 97 p.

Joël Boulier

Texte intégral

1Comme son titre le laisse présager, ce Manuel de cartographie rapide est structuré sous forme d’un ouvrage pratique auquel se référer pour la réalisation de travaux cartographiques. Il est le fruit d’une longue expérience des auteurs dans le domaine de l’enseignement de la télédétection et des SIG en Ethiopie. Il s’agit de proposer ici une « méthode de cartographie rapide », conseils adressés principalement aux non initiés pour leur permettre d’appréhender le monde de l’information géographique et de dresser des cartes dans des délais courts, tout en construisant des bases d’informations pertinentes (notamment relatives aux levers de données urbaines). Il ne s’agit pas, avec cet ouvrage, que tout un chacun devienne à la fois topographe et cartographe, mais en quelque sorte un gestionnaire/exploitant de données locales. Le public visé est résolument celui des acteurs locaux qui seront guidés dans le monde de la géomatique à travers de nombreux exemples et grâce au logiciel SavGIS (logiciel SIG de l’IRD).

2La structure de l’ouvrage se prête assez bien au but fixé. Combinant recommandations techniques et cartographiques, les 28 fiches qui le composent sont organisées de manière à ce que les grandes notions conceptuelles soient abordées tout en préservant la dimension pratique. Après une présentation globale de la méthode, rappelant au passage des principes de fort bon sens, l’ouvrage présente six chapitres correspondant aux étapes de réalisation de travaux géomatiques, de la conception à la cartographie elle-même. Le découpage en chapitres comme étapes est assez évident et les titres des fiches qui les composent sont univoques : il est très aisé pour un lecteur non spécialiste de trouver l’information dont il a besoin sans devoir revenir à chacune des étapes décrites. Les illustrations sont riches et également très parlantes. Des séquences vidéo (DVD joint) renforcent l’illustration du propos.

3Le premier chapitre, très court, traite de la modélisation des données. B. Lortic se place ici à une étape ou des choix techniques ont déjà été effectués. On pourra regretter un peu qu’une voie un peu plus conceptuelle ne soit pas empruntée, mais le propos reste clair et, comme nous en avertissaient les auteurs dans l’introduction, ici sont privilégiés les « trucs » et les aspects pratiques.

4La deuxième étape de l’ouvrage nous accompagne vers la question de la précision de l’information à travers trois thèmes : l’échelle, la précision et les systèmes géodésiques. L’échelle est traitée comme facteur déterminant de la précision, sans trop s’avancer sur la question de la généralisation. La différenciation entre précision et exactitude y est fort judicieusement décrite. Sans entrer dans une foule de détails, la question des changements de projections est claire à son tour et les illustrations, autour des logiciels SavGIS et Circé (IGN), sont efficaces.

5Travailler sur les sources de données est une question de fond que l’ouvrage aborde ensuite à travers six fiches. Le scannage nous rappelle bien ici l’importance donnée à la rapidité de construction des bases de données et à la légèreté des moyens à mettre en œuvre. La démonstration ici est particulièrement efficace et le lecteur est parfaitement guidé pour passer d’un image à la base de données : où sont les informations à récupérer sur une carte ? Comment sont générées les images ? Après quatre fiches traitant des sources image, les auteurs s’attachent enfin à promouvoir des sources accessibles et gratuites de données (GoggleEarth et les données topographiques en ligne).

6Le chapitre relatif au géoréférencement des données est sans doute le plus riche de l’ouvrage et renforce l’aspect terrain de la démarche méthodologique proposée. Le point y est clairement fait et le lecteur ressort de ce chapitre avec des repères et des notions plutôt fortes, malgré la nécessaire faible longueur de chaque fiche. Du pointage terrain, via un GPS, à l’intégration des données harmonisées « sous SIG », la question de la cohérence géométrique est suffisamment explicitée pour que le néophyte assimile les notions principales et puisse s’attaquer sans état d’âme à l’acquisition de données image ou vectorielles hétérogènes, même si on peut regretter qu’une seule méthode de recalage soit présentée. La focale est judicieusement faite sur l’utilisation du GPS : la thématique urbaine servant de démonstration à la méthode en est particulièrement friande (échelle fine, légèreté, rapidité…) et c’est éloquent.

7En toute logique, après la phase de recalage des images, une série de fiches est consacrée à l’interprétation thématique : « fabriquer la carte, extraire les données ». Il apparaît bien que pour les auteurs, l’image reste une source incontournable d’information pour qui n’a guère de moyens techniques et financiers. Aussi, après quelques mises en garde et conseils quant à l’interprétation des images, les fiches nous accompagnent dans la saisie de l’information nécessaire au thématicien : information spatialement discrète comme information continue. Le texte est émaillé de conseils : l’enrichissement thématique devrait paraître évident à tout lecteur.

8Enfin, la dernière partie n’est pas très évidente : il s’y agit à la fois de légende et d’actualisation. Si l’actualisation, vue rapidement, reste assez claire, la question de la légende l’est beaucoup moins : en associant légende et dictionnaire des données, une certaine confusion s’installe. C’est en fait le titre qui entretient ce trouble, puisqu’il s’agit en fait du crucial problème des métadonnées.

9En conclusion, l’ouvrage présenté est très bien construit dans le registre que les auteurs se sont fixé : un ouvrage pratique, richement et efficacement illustré (schémas, photos, vidéos). Les « trucs et astuces » sont au rendez vous, particulièrement sur le DVD joint. Cependant, on pourra regretter que la dimension conceptuelle n’ait pas été plus approfondie, ce qui aurait sans doute facilité l’extrapolation thématique du propos. De même, la question du changement d’échelle, promise dans le titre, n’est pas complètement dessinée. Malgré ces deux réserves, l’ouvrage atteint très vraisemblablement le but fixé : permettre aux non initiés d’appréhender le monde de l’information géographique et aux autres de se remémorer quelques principes de base souvent trop vite évacués.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Joël Boulier, « Lortic B., Couret D. (collab.), 2011, Manuel de cartographie rapide : de l’échelle de la région à celle du mobilier urbain, Marseille, IRD, 97 p. », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Revue de livres, mis en ligne le 15 décembre 2011, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/24870

Haut de page

Auteur

Joël Boulier

Maître de conférences
Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, UMR Géographie-cités
joel.boulier@univ-paris1.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page