Navigation – Plan du site
Mondialisation et pays du sud

Un développement urbain durable politisé ou une politique de développement urbain durable ?

Processus d’appropriation du développement urbain durable en Algérie : discours, politiques et pratiques locales des acteurs urbains
Soufiane Boukarta

Résumés

Depuis le sommet de Rio, le développement durable est devenu une partie du droit international La participation internationale dans le subventionnement des projets qui ont trait au développement durable a encore renforcé son importance. Dans les pays du tiers monde, et l’Algérie en fait partie, « l’appropriation » du développement durable semble s’installer peu à peu et selon un processus qui semble jusque là flou et ambigu. Nous nous sommes intéressés à ce sujet pour apporter un éclairage sur l’appropriabilité des acteurs à l’échelon local, là où la politique suivie fait sens. Au premier regard, il nous semble qu’il y a une appropriation asymétrique entre les politiques affichées et ce qui se passe localement. Les acteurs locaux semblent ne pas être prêts pour accueillir localement le développement durable. Cet article propose d’ouvrir un débat sur les décalages pouvant émerger entre la politique en tant que volonté affichée et la pratique en tant qu’action localement construite.

Haut de page

Texte intégral

De quelques considérations préliminaires en guise d'introduction

  • 1 La Commission mondiale sur l'environnement et le développement des Nations unies.

1Nous trouvons judicieux de commencer par rappeler une série d’évidences qui gravitent autour du concept de développement durable en ce qu’elles seront indispensables aux développements ultérieurs : (i) ce concept s’est diffusé très largement et a été rapidement adopté par une pluralité d’acteurs provenant de diverses disciplines. Il est le fruit d’une suite de deux fractures (Boutaud, 2005), l’une de nature sociale au 18ème et 19ème siècle, et l’autre de nature environnementale au 20ème siècle. Cela a naturellement conduit à chercher les causes de ces fractures à travers plusieurs recherches scientifiques qui ont stigmatisé un développement centré sur l’économie. Historiquement, le développement durable fut évoqué pour la première fois par Ghandi (Boutaud, 2005), mais son officialisation et ses débuts ont été marqués par le rapport dit Brundtland de la CMED1 en 1987 (Joumard, 2005), où deux notions centrales du développement durable ont été soulignées : le « besoin » et la « limite ». Ce rapport a connu une suite à travers les multiples conférences internationales et nous ne citerons que les plus importantes – à mon sens –, à savoir celle de Rio (La Déclaration de Rio sur l’environnement et le développement) en 1992, puis la Déclaration de Johannesburg en 2002. Ces manifestations ont été marquées par l’instauration du principe de pollueur-payeur et de l’agenda 21. Le développement durable a ainsi fait son entrée dans le droit international et il est devenu une nécessité patente et un « passage obligé » (Boutaud, 2005). Ainsi, le développement durable appelle à ce que les générations futures, ce « sujet non représenté » (Boutaud, 2005), soient intégrées dans la conception du développement des générations présentes, en vue de léguer aux générations futures un espace sain avec des ressources suffisantes pour assurer, à leur tour, leurs besoins. Cela dit, le développement durable porte en lui le germe d’un réel « potentiel réformateur » (Boutaud, 2005, p. 24). En effet, il propose un développement qui prend en considération les enjeux, classiques, d’un développement économique, social et environnemental. Le développement durable met à plat la question de la « substituabilité » entre les capitaux, naturel, économique ou social (Joumard, 2005). Désormais, la notion même de développement s’est réformée par la greffe d’une chaine d’indicateurs de nature environnementale et sociale.

2L’importance du développement durable ne fait désormais plus débat, non pas seulement à cause des risques environnementaux ou sociaux qu’encourt le monde aujourd’hui – quoique, c’est la cause réelle – mais aussi grâce aux avantages qu’incarne ce dernier aux yeux des pays – surtout les pays en voie de développement – qui veulent s’approprier le contenu du développement durable dans leur politique de développement pour avoir accès à des aides de nature financière ou technologique selon les accords de l’agenda 21. Les États intéressés sont alors censés traduire les principes du développement durable, qui sont l’identification des besoins, des limites et la solidarité intergénérationnelle, par la prévision, en amont des projets, et la spatialisation, à différentes échelles (ADEME, 2003) des dispositifs visant à compenser ou réduire les effets environnementaux et sociaux. C’est à ce processus « d’appropriation de développement durable » en urbanisme et en aménagement du territoire que nous sommes conviés à discuter : comment les acteurs s’en saisissent-ils et appliquent-ils le développement durable en urbanisme et en aménagement du territoire ?

3Conventionnellement, l’appropriation se définit comme action de prendre possession d’un objet physique ou mental. Au sens juridique, l’appropriation peut être légale ou illégale (Choay, 2005, p. 59). Dans le sens des ethnologues, l’appropriation désigne l’ensemble des « conduites de marquage » (Choay, 2005, p. 59). Par analogie, l’appropriation de développement durable par les acteurs responsables de l’urbain et de l’aménagement du territoire se traduit par la conception des approches et méthodes qui, elles, peuvent être conçues comme démarches d’accompagnement, adaptables à tout type de projet ou démarche adaptable à la demande locale (ADEME, 2003). Autrement dit, l’appropriation du développement durable peut s’interpréter concrètement comme un processus conduisant à des modifications dans la pratique de l’urbanisme. Cela témoigne de « la dimension diachronique » du développement durable, tout en reconnaissant le rôle patent des acteurs dans ce processus d’appropriation.

4A ce stade de développement, il nous est clairement impossible d’aborder directement ce sujet, qui, de fait, s’intéresse à tous les modes de production et de fonctionnement de la ville, à tous les acteurs à l’œuvre et à toutes les échelles. Il nous est alors indispensable d’effectuer une série de choix :

  • 2 Aussi, chaque acteur agit selon sa propre rationalité, car chacun d’eux a son propre registre de pr (...)
  • 3 Nous avons utilisé la territorialisation en ce que cette dernière puisse faire glisser le sens mult (...)

5Le fait de s’intéresser au développement durable nous renvoie sur deux pistes de réflexions : (i) Dans la première, on est tenté de s’intéresser à la lecture de développement urbain à la lumière des principes mêmes du développement durable et de jauger ainsi sa durabilité. Cette approche vise, de fait, à évaluer le développement urbain en instaurant ou en adoptant une méthode d’évaluation multicritères qui, elle, s’intéresse souvent à une seule échelle d’action (bâtiments, quartiers, etc.). (ii) Et selon la seconde approche, on peut s’intéresser au processus d’appropriation même du « développement urbain durable » par les différents acteurs compétents et responsables en matière d’urbanisme et d’aménagement du territoire. Cette dernière approche s’ouvre sur deux registres interdépendants : (a) Tout d’abord, une réflexion en termes d’échelle. Le développement durable en Algérie est – à notre sens – à ses débuts. Cela dit, le fait de s’intéresser à une échelle – globale ou locale (c'est-à-dire les politiques d’orientations ou la pratique locale) – sans l’autre risque d’omettre quelques vérités indispensables à notre quête qui s’intéresse à décortiquer le contexte d’émergence du développement urbain durable, sa diffusion et puis enfin sa traduction concrète. Dès lors, on s’intéresse à l’échelle globale – le monde de l’orientation politique – et à l’échelle locale, c’est-à-dire le terrain, là où cela fait sens. (b) Un choix en termes d’acteurs nous renvoie, quant à lui, sur trois pistes de recherches : (b1) aborder la question d’acteur en terme de régulation qui est définie comme le processus de fabrication de la règle. Jean-Daniel Reynaud (1988 et 1987), M. Crozier (1977) et son disciple F. Erhard (1997) ont développé un cadre théorique assez complet pour analyser ce processus de régulation. Ce champ de recherche s’intéresse à la légitimité des acteurs et de leurs actions, et incorpore donc les concepts de transaction sociale, d’action collective et de négociation (Boukarta, 2010) ; (b2) aborder la question des acteurs pour « spécifier » l’action des acteurs publics et privés sur le territoire. Cette approche met en exergue l’allure des régularisations des situations jugées illégitimes. On peut citer P. Signoles, Sidi Boumedine et F. Bouchanine qui se sont intéressés respectivement au cas tunisien, algérien et marocain ; (b3) aborder la question en termes d’acteurs et de système d’acteurs. Selon F. Erhard (1997), pour bien analyser le processus, il serait indispensable de rompre avec la notion du système, à connotation déterministe, et de s’ouvrir plutôt sur le sens heuristique et contingent du système urbain. Ce qui importe selon cette approche, ce n’est pas tant le résultat même de l’action que la compréhension des modus operandi des acteurs. Cette approche engage la réflexion sur le processus de décision, qui interpelle la notion de stratégie. A la différence de l’objectif, la stratégie change selon le contexte organisationnel et la rationalité2 des acteurs. Cette approche met en exergue le processus de territorialisation3 du concept du développement durable, c’est à dire la capacité des acteurs à enrichir leurs actions par le « comportement utilitariste » cher à Friedberg (1997, pp. 228-229). Et c’est bien cette approche qui attire notre attention.

  • 4 Nous savons que le ministère de l’environnement et de l’aménagement de territoire s’est doté d’un C (...)

6Si on essaie de justifier nos choix, nous aurions deux pistes à explorer pour rendre notre choix clair. Primo, et comme on l’a déjà signalé supra, le développement durable est à ses débuts en Algérie. Cela dit, les expériences dans ce domaine sont bien – à notre sens – limitées et elles sont souvent le fruit d’un portage politique. Il serait alors judicieux d’écarter l’acteur privé de notre quête, pour focaliser notre regard sur l’acteur public « actif » sur la question d’appropriation de développement durable4. Secundo, notre choix se trouve justifié par le contexte juridique algérien, à travers la salve de lois qu’a connue le pays à la fin des années 1980 et au début des années 1990, et notamment la loi de planification et la loi sur l’autonomie des entreprises (1988) (Sidi Boumedine, 1999) à partir desquelles l’État renonce à sa compétence de concevoir et de conduire des politiques directives de développement. Mais l’État reste quand même présent au niveau local par le biais des prescriptions et cahiers de charges. Nous arguons aussi que le développement durable n’est « pas fractal géographiquement » (Boutaud, 2005). Il serait alors vain de dissocier ces deux niveaux d’action. On s’intéressera, dès lors, à décortiquer l’appropriation de développement urbain durable par les acteurs publics actifs sur l’urbain. Nous ajouterons que notre choix portera, en termes de contexte géographique, sur la ville d’Alger, ce qui se justifie par sa position politique comme capitale de l’État et, bien évidement, par l’existence des rapports et recherches adoptant la même démarche.

Le développement urbain durable : euphémisme d'une discussion technocratique ?

  • 5 Bien que d’autres auteurs préfèrent développement à durabilité interne et externe.

7Le terme de « développement » a manifestement plusieurs sens et appréhensions, qui diffèrent selon la position des acteurs, leurs rationalités et leurs contextes organisationnels, avec une identification souvent économique (Joumard, 2005). Le développement durable réinterroge profondément la notion même du « développement », pour que les enjeux environnementaux et sociaux soient intégrés dans la conception des projets du développement. Dès lors, le développement durable connaît deux principales acceptions : (i) Un développement connotant une « durabilité faible »5 (Goger, 2004 : cité par Joumard, 2005), souvent prôné par les décideurs et experts en sciences économiques. Cette approche consiste en une intégration du capital naturel comme simple composante du capital total. Cela dit, le capital naturel est mesuré pour être compensé sous forme de réinvestissements économiques, pouvant être légué aux générations futures. En d’autres termes cette conception de développement prône l’efficacité économique comme paradigme de base. (ii) Un développement à « durabilité forte », affirme, avant tout, le caractère destructible du capital naturel. Ce qui signifie que le développement économique a comme tâche le respect des contraintes écologiques. Autrement dit, le développement à durabilité forte nous invite à concevoir un développement selon des « seuils de croissance » (Berowska-Azzag, 2005). En termes concrets, cette approche prévoit un développement qui respecte « les seuils de reproductibilité » de la biosphère (Joumard, 2005). Cette démarche confère au capital naturel un rôle structurant dans la conception du développement.

8De tout cela, le développement serait alors conçu comme une construction d’un problème et sa finalité dépend principalement de la conception du développement prônée par les acteurs à l’œuvre. Cela nous renvoie au processus de conception d’un projet de développement qui dépend essentiellement de deux points : (i) La premier point met en exergue la notion de la représentation même. En effet, le développement urbain durable semble être la représentation de la vision que ses concepteurs se font du développement durable. Cela nous pousse à poser l’hypothèse du contexte organisationnel. Autrement dit : le développement urbain durable est approprié asymétriquement par les acteurs publics (actifs sur l’échelle globale [politique] et l’échelle locale [pratique]) selon leurs positionnements dans le système décisionnaire et leurs référentiels d’action. Cette hypothèse se trouve confortée en analysant simplement d’un coté, les discours « savants » du ministre de l’environnement, et d’une autre coté, les discours des acteurs locaux où les préoccupations du quotidien priment sur toute autre préoccupation. (ii) Quoique le développement urbain soit qualifié de durabilité faible ou forte, sa conception passe obligatoirement par une « analyse technique ». Cela met en exergue un phénomène assez intéressent et nous pousse ainsi à formuler notre seconde hypothèse : le développement durable considéré comme approche technique et normative est délégué par les acteurs publics aux groupes techniques opérationnels pour rendre durable une décision politique.

9Pour vérifier les hypothèses posées supra, il nous sera indispensable d’effectuer un autre choix, et cette fois-ci, en termes d’objet. Nous porterons notre attention sur l’action des acteurs publics, qui, elle, n’a que trois sorties possibles : (i) les discours pourront nous permettre la validation de la première hypothèse portant sur la représentativité du développement urbain durable selon leur positionnement dans le système ; (ii) les politiques d’orientations nous permettront, quant à elle, de jauger la portée politique des orientations ; (iii) la pratiques locales nous permet, in fine, de rendre palpable la nature du développement urbain conçue et vérifier ainsi la seconde hypothèse qui précise l’adoption d’un développement urbain politisé qu’une politique de développement urbain durable.

Conclusion : le développement urbain durable entre acteurs, stratégie et utilité, une appropriation incertaine ?

10Le développement durable a pu trouver une place dans les agendas des nations, les plus développées ou celles du tiers monde, grâce aux négociations internationales portant sur les risques écologiques, et le caractère fini du capital naturel. Cependant, il nous semble que le potentiel d’appropriabilité des acteurs publics dans les pays du tiers monde dépend essentiellement de : (i) le référentiel d’action selon lequel l’acteur public agit. Contrairement au politique, qui peu gérer à la fois les questions nationales et internationales, l’acteur local ne gère que les questions localement et quotidiennement posées ; (ii) les besoins de la vie quotidienne des populations du tiers monde ne sont pas satisfaits. Le développement durable, qui peut aussi être défini comme l’instauration d’un certain mode de vie, ne peut être approprié par la totalité des acteurs que lorsqu’on arrive à satisfaire les besoins de la vie quotidienne. Autrement dit, la logique de « l’utilité » de « l’ici et maintenant » prend le dessus sur toute question relative à la prospective, notion chère au développement durable.

11L’Algérie est manifestement intéressée par les principes du développement durable, ce dont témoignent la signature du protocole de Kyoto et l’engagement de certains acteurs, peu ou prou éminents, sur la question de l’appropriation de développement durable. C’est alors à leurs représentations et à leur action portant sur la question du développement urbain durable que nous voulions porter notre attention. Pour ce faire, nous avons mis en exergue l’existence de deux échelles possibles pour l’action, l’une globale (celle du politique) et l’autre locale (celle de la pratique). Nous voulions vérifier l’hypothèse d’une appropriation asymétrique inhérente au contexte, et une autre, qui renvoie à l’utilisation du cadre normatif du développement urbain durable, donc technique, dans la politisation (légitimation) des politiques de développement. Pour vérifier les hypothèses, nous avons choisi, dès lors qu’il s’agissait de l’action des acteurs publics, d’analyser les discours, les politiques (d’orientation) et la pratique urbaine (des acteurs publics).

12Le processus d’appropriation du développement durable passe obligatoirement par la création et la diffusion de la valeur (ajoutée) que recèle ce concept. De ce fait, deux notions opérationnelles émergent à notre regard, « la stratégie » et « l’utilité ». Ces deux dernières sont au cœur du développement urbain (durable ou non). Ce qui nous pousse à considérer le développement urbain (durable inclus) comme porte d’entrée capable de nous fournir un cadre théorique qui sera utilisé pour nous à la fois comme un background expliquant les actions des acteurs et comme une référence (stable) pour jauger les décalages et écarts dans l’interprétation du développement urbain durable par les différents acteurs, chacun selon sa position dans le système urbain.

13L’objet final de la recherche est dans le repérage des dynamiques qu’opère l’induction du développement durable dans l’aménagement urbain sur « le mode de penser » et sur le « mode de faire » des acteurs publics, et évaluer, éventuellement, leur « capacité à assurer la durabilité » (Berezoowska-Azzag, 2005).

Haut de page

Bibliographie

ADEME, 2003, Approche Environnementale sur l’Urbanisme, guide méthodologique, Paris, ADEME, 12 p.

BOUTAUD A., 2005, Le développement durable : penser le changement ou changer le pansement ?, Thèse de doctorat en Sciences de la Terre et de l’Environnement, École nationale supérieure des Mines de St-Étienne et université de Jean Monnet, 415 p.

BEREZOWSKA-AZZAG E., 2005, La notion de seuils de croissance urbaine comme enjeu stratégique du projet urbain, EPAU d’Alger, 9 p.

BOUKARTA S, 2008, Identification énergétique des formes urbaines par analyse sectorielle de la synergie forme urbaine et éléments du climat, Mémoire de magister, UST’Oran.

BOUKARTA S, 2010, Projet urbain et retour du sujet ? La stabilité en question : La conception éclatée : Sidi Elhouari [ORAN-Algérie] face à son patrimoine, un projet urbain en gestation ? Mémoire de master, Institut d’urbanisme et d’aménagement de territoire, Aix-en-Provence, France.

CHOAY F., MERLIN P., 2005, Dictionnaire de l’urbanisme et de l'aménagement, Paris, Presses universitaires de France, 964 p.

ERHARD F., 1997, Le pouvoir et la règle, dynamique de l’action organisée, 2ème éd. (1ère éd. 1993), Paris, Seuil, collection Point, 419 p.

JOUMARD R., 2005, Développement durable et transports, Ministère de l’Aménagement du Territoire et de l’Environnement, Conservatoire National de Formation à l’Environnement Alger, 9 p.

SIGNOLES P., 1999, “Acteurs publics et acteurs privés dans le développement des villes du monde arabe”, in : SIGNOLES P., ELKADI G., SIDI BOUMEDINE R., L’urbain dans le mode arabe, politiques, instruments et acteurs, Paris, Éditions du CNRS, 19-53.

SIDI BOUMEDINE R., 1999, “Les instruments d’urbanisme de l’aménagement urbain en Algérie : Formes nouvelles, contenus ancien ?” in : SIGNOLES P., El KADI G., SIDI BOUMEDINE R. (dir.), L’urbain dans le mode arabe, politiques, instruments et acteurs, Paris, Éditions du CNRS, 119-132.

REYNAUD J.-D., 1997, Les règles du jeu, l’action collective et la régulation sociale, 2ème édition (1er 1989), Paris, Armand Colin, 348 p.

Haut de page

Notes

1 La Commission mondiale sur l'environnement et le développement des Nations unies.

2 Aussi, chaque acteur agit selon sa propre rationalité, car chacun d’eux a son propre registre de préférences qui, comme l’a déjà démontré H. Simon en 1957, ces préférences ne sont pas stables dans le temps. Ce qui veut dire que la rationalité des acteurs est « limitée ». Simon étaye cette conclusion en arguant que l’information d’un acteur est toujours incomplète, et d’autre part, qu’aucun acteur n’est capable d’optimiser ses solutions, vu que la complexité des processus mentaux dépasse, et de beaucoup, les capacités de traitements des informations et de raisonnement de l’être humain. Nous pouvons conclure que l’acteur n’optimise pas, il se contente d’une solution « satisfaisante » (Boukarta, 2010, p. 29). Et que l’action est qualifiée de rationnelle pourvu qu’elle ait tout juste un sens qui soit communicable hors de la communauté qui l’a crée et à laquelle il était destiné (Reynaud, 1997, p. 316).

3 Nous avons utilisé la territorialisation en ce que cette dernière puisse faire glisser le sens multi scalaire du territoire sur celui de l’appropriation.

4 Nous savons que le ministère de l’environnement et de l’aménagement de territoire s’est doté d’un Conseil national de l'aménagement du territoire et du développement durable (Joumard, 2005). Et nous pensons qu’il existe d’autres institutions actives sur cette question. Cela requiert de notre part un effort d’identification des acteurs.

5 Bien que d’autres auteurs préfèrent développement à durabilité interne et externe.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Soufiane Boukarta, « Un développement urbain durable politisé ou une politique de développement urbain durable ?  », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Débats, Mondialisation et pays du sud, mis en ligne le 20 décembre 2011, consulté le 31 octobre 2014. URL : http://cybergeo.revues.org/24879 ; DOI : 10.4000/cybergeo.24879

Haut de page

Auteur

Soufiane Boukarta

Maitre-assistant
Université Saad dahlab, Département d'architecture et d'urbanisme, Blida, Algérie
sofiansasse@google.com

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page