Navigation – Plan du site
2011
576

Au prisme des mots

La mondialisation et l’argument philologique
In the prism of the words. Globalization and the philological argument
Vincent Capdepuy

Résumés

On considère habituellement que le mot de « mondialisation » a été inventé en français au début des années 1960 et que son usage n’en est devenu fréquent qu’à partir des années 1980, même si par ailleurs on reconnaît que la mondialisation, en tant que processus géohistorique de mise en relation des différentes parties du Monde, est plus ancienne. Aujourd’hui, la numérisation croissante des publications permet d’affiner les recherches sur l’usage passé des mots et sur leur apparition. Il apparaît ainsi que le mot français de « mondialisation » remonte à la période de la Première Guerre mondiale et que depuis ce moment il a été régulièrement utilisé, mais sans trouver le succès qu’il a connu à partir des années 1980. De façon plus générale, l’étude historique du champ lexical de la mondialisation, en français et dans d’autres langues européennes, mise au regard du processus même de mondialisation depuis la fin du XVe siècle, permet de suivre les différentes étapes de l’élaboration d’un discours occidental sur la mise en place d’un Monde unifié à partir de l’époque moderne jusqu’à aujourd’hui.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1La mondialisation, comme processus pluriséculaire de mise en interrelation des différentes parties du globe, est par excellence un phénomène géohistorique (Ogborn 2000, 2008 ; Flynn & Giráldez 2004 ; Grataloup 2007 ; Lévy 2008). Toutefois, la simplicité de cette définition ne peut pas masquer le débat très vif qui existe aujourd’hui sur la nature de ce processus historique (Crossley 2008), dans sa dimension temporelle : ne doit-on parler de mondialisation qu’à partir des années 1980, comme le soutiennent les tenants de la New Global History, qui voient dans l’humanité mondialisée une réalité radicalement nouvelle (Mazlich 2006) ? Ou bien est-il légitime de chercher des antécédents à la situation contemporaine du monde (Fayolle 1999, Berger 2003), de retracer une préhistoire de la mondialisation (Darwin 2008) ? Comme dans sa dimension spatiale : faut-il considérer la mondialisation comme un processus d’européanisation du monde, un « triomphe de l’Occident » (McNeil 1963) ? Ou bien doit-on adopter un point de vue plus polycentrique, relativisant le rôle et la place de l’Europe (Chakrabarty 2009, Grataloup 2011) ?

2Dans ce débat, les mots relatifs à la mondialisation ont une certaine importance. L’apparition de « mondialisation » en français ou de « globalization » en anglais est souvent utilisée comme un marqueur temporel qui permettrait de prouver le caractère récent de la mondialisation. Pourtant, aucune étude récente n’a été faite sur la question depuis le travail de René-Éric Dagorn en 1999, à l’exception notable de la thèse de doctorat réalisée par Jean-Baptiste Arrault, Penser à l’échelle du Monde. Histoire conceptuelle de la mondialisation en géographie (fin du XIXe siècle/entre-deux-guerres), dont une part importante est consacrée à la réflexion sur les mots de la mondialisation, notamment celui de « mondial », mais guère à celui de « mondialisation », dans la mesure où il n’apparaît pas dans son corpus et de fait n’a pas été employé par les géographes durant l’entre-deux-guerres.

3Aujourd’hui, la vulgate fait remonter le terme de « mondialisation » au début des années 1960, tout en soulignant que son usage ne s’est vraiment développé qu’à partir des années 1980, peut-être sous l’influence de l’anglais, auquel on reconnaît une sorte de primauté avec l’invention du mot « globalization » (Allemand & Ruano-Borbalan 2008). De façon symptomatique, le 6 juin 2006, le New York Times titrait « Theodore Levitt, 81, Who Coined the Term ‘Globalization’, Is Dead ». Levitt avait effectivement publié en 1983, dans la Harvard Business Review, un article intitulé « The Globalization of Markets », et effectivement, celui-ci a peut-être marqué le début du moment où l’idée de mondialisation/globalization s’est répandue et s’est imposée dans un contexte caractérisé par la libéralisation des marchés financiers. Pourtant, comme le New York Times l’a reconnu lui-même dans un petit correctif de bas de page, le mot « globalization » n’a pas été inventé par Theodore Levitt et il est attesté au moins depuis 1944. Une mise au point semblait donc s’imposer.

4L’habitude est de chercher l’apparition d’un mot nouveau dans les dictionnaires. Pourtant on sait qu’il existe un décalage entre l’usage d’un mot et son entrée officielle dans un dictionnaire, ce qui n’est pas inintéressant en soi puisque cela révèle le temps qu’il aura fallu pour que ce mot soit communément usité et reconnu. Il faut donc aller au-delà. Une recherche rapide dans les bibliothèques numérisées permet ainsi de constater que le mot français de « mondialisation » est d’un usage plus ancien qu’on ne le pense couramment. En effet, le terme de « mondialisation », qui n’entre dans les dictionnaires français qu’au début des années 1970, semble avoir été employé pour la première fois pendant la Première Guerre mondiale (Otlet 1916). De toute évidence, l’invention de ce néologisme doit être corrélée au conflit en cours ; on peut ainsi penser que la guerre, loin d’être une pause dans le processus de mondialisation, dont on ne prendrait en compte que la dimension économique, est au contraire un moment de cristallisation de la mondialisation. Toutefois, l’apparition du terme doit aussi être inscrite dans une échelle temporelle plus longue et peut être perçue comme le point d’aboutissement d’un processus qui s’accélère au cours du XIXe siècle et qu’on a pu qualifier de « première mondialisation » (Berger 2003). De la même manière, l’invention du terme « globalization » au milieu de la Seconde Guerre mondiale apparaît comme la conséquence directe de l’implication des États-Unis dans ce conflit, tout en révélant d’autres transformations, antérieures, notamment celles liées au développement de l’aviation durant l’entre-deux-guerres. Voici, du moins, quelques hypothèses que je voudrais éprouver ici.

5Cependant, dans cette perspective philologique, il y a un postulat que je ne poserai qu’avec une extrême méfiance, c’est celui de la concomitance des mots et des faits. La question principale porte certes sur la date d’apparition des mots pour dire le processus de mondialisation : quand les termes de mondialisation et de globalization ont-ils été utilisés pour la première fois ? Il ne peut cependant s’agir d’un exercice purement nominaliste. Toute archéologie du savoir est un travail de recherche portant autant sur les mots que sur les réalités auxquelles ceux-ci réfèrent. Pour autant, l’apparition de l’adjectif « mondial » est-elle une « invention conceptuelle » susceptible de faire l’objet d’une étude sur le modèle de celle réalisée par Georges Canguilhem à propos du concept de réflexe (Canguilhem 1955) ? Ou bien est-elle une simple « dérivation » qui n’en demeurerait pas moins révélatrice d’« un air du temps et du lieu » ? En effet, la création des mots « mondial », « mondialité », « mondialisation » ne procèdent que par l’ajout de suffixes banals au lexème « monde ». Leur création peut donc se faire de façon spontanée, l’air de rien pour ainsi dire, ce que tendraient à prouver des occurrences erratiques de l’adjectif « mondial » au XVIIe, au XVIII et au début du XIXe siècle, avant que l’adjectif ne se diffuse véritablement jusqu’à être intégré dans le Nouveau Larousse illustré de 1903. Ces mots ne peuvent pas être considérés comme des concepts scientifiques et étudiés comme tels.

  • 1 Idée empruntée à Peter Sloterdijk : « La globalisation mathématique précède de plus de deux mille a (...)
  • 2 « La méthode propre à l’histoire des concepts rompt plutôt le cercle vicieux qui va du mot à la cho (...)

6La globalité du monde a été pensée bien avant que le monde n’ait été parcouru1 et la mondialisation a été envisagée bien avant que le monde ne puisse être véritablement considéré comme fini et que ses différentes parties ne soient intégrées dans un seul et même espace qu’on puisse appeler le Monde. À l’évidence, il n’y a pas de la corrélation stricte entre les moments où les mots de la mondialisation apparaissent et où l’usage s’en développe et l’histoire même de la mondialisation. Les mots ne sont que des traces. Ils peuvent tout aussi bien précéder le phénomène que le suivre, et les langues réagissent différemment. Elles ne présentent pas la même structure et les mêmes possibilités d’évolution. En cela, je souscris pleinement à la mise en garde méthodologique énoncée par Reinhart Koselleck2. Je tâcherai donc d’éclairer à la fois les facteurs qui ont pu contribuer à la constitution d’un Monde unifié, à la perception occidentale de ce phénomène et à sa mise en mots.

7Enfin, pour ce qui est du corpus étudié, il est clair que la numérisation croissante des œuvres a pu susciter crispations et craintes, mais elle offre aussi au chercheur un outil d’une rare efficacité, ce qui semble de plus en plus reconnu aujourd’hui. Certes, on pourrait s’inquiéter de ne pas connaître les choix constitutifs des textes mis en ligne, qu’ils soient raisonnés ou simplement liés au hasard, on pourrait également regretter les erreurs parfois commises dans l’indexation de telle ou telle œuvre, ou la qualité inégale du travail de numérisation. Mais la pratique montre en réalité qu’un usage critique, fondé sur le recoupement des sources et une lecture assidue, permettent de développer une recherche rhizomique pertinente, complémentaire des travaux classiques sur des corpus clos. C’est cette méthode, déjà mise en œuvre à plusieurs reprises (Capdepuy 2007a et b, 2008, 2009), que j’ai employée, au départ de façon presque incidente, à propos des notions de mondialisation et de globalization, et qui me permet d’en proposer une nouvelle datation, ainsi que d’apporter, par ce biais, quelques réflexions sur le processus même de mondialisation.

8Ceci m’a amené à distinguer trois moments :

  1. une « protohistoire » de la mondialisation, durant la période moderne, où on voit l’élargissement progressif de l’horizon européen au monde entier et une sorte de pressentiment de la mondialisation à venir ;

  2. une première mondialisation caractérisée par la mise en connexion des différentes parties du monde au cours d’un long dix-neuvième siècle, jusqu’à la première guerre mondiale, et marquée par une conscience de plus en plus nette de cette « mondialité » ;

  3. enfin, durant un court vingtième-siècle, un approfondissement de cette mondialisation, accompagné par un paradoxal effacement de celle-ci sur le plan du discours, avant que la mondialisation ne s’impose au tournant des années 1980 et des années 1990, que l’on considérera comme le début du XXIe siècle.

XVIe – XVIIIe siècle : le pressentiment d’une mondialisation à venir

9On ne saurait remonter trop loin dans l’histoire des origines de la mondialisation, mais une question s’impose : quand le monde européen s’est-il ouvert au reste du Monde ? Le risque est évidemment grand ici de céder à la tentation d’une lecture téléologique de l’histoire du monde dont on sait que le terme est la mondialisation contemporaine et il est prudent de toujours chercher à rétablir les possibles (Darwin 2008). Nonobstant, la notion de « pressentiment » est employée ici sciemment afin de marquer la rupture brutale du XVIe siècle : très vite en effet, le Monde a été regardé comme un espace fini qui s’ouvrait aux navires européens (Besse 2003).

L’élargissement de l’horizon : la découverte d’un autre monde

  • 3 Enea Silvio Piccolomini (Pape Pie II), 2002, Lettre à Mahomet, trad. du latin par Anne Duprat, Pari (...)

10Si on prend les écrits d’Æneas Sylvius Piccolomini, humaniste, géographe, pape de 1458 à sa mort en 1464 (Pie II), il est frappant de constater le décalage entre la connaissance théorique du monde, qui s’étend jusqu’à la Chine, aux Sères, et l’horizon de la territorialité, restreint à la Méditerranée ‑ dont la plus grande partie cependant, après la chute de Constantinople en 1453, semble désormais perdue aux Chrétiens ; et de plus en plus à la seule Europe, perçue comme le dernier bastion de la Chrétienté (Capdepuy 2011). L’Occident et l’Orient méditerranéens sont « le monde entier », totius orbis3.

  • 4 Guillaume de Rubrouk, Voyage dans l’empire mongol, 1253-1255, trad. du latin et commenté par C.-C. (...)
  • 5 Jordan Catala de Sévérac, Description des merveilles, in : C. Gadrat, Une image de l’Orient au XIVe(...)

11Certes, on fera remarquer qu’avant le XVe siècle, de nombreux voyages avaient déjà eu lieu hors de l’horizon géographique de l’Europe et avaient fait entrer les commerçants et les missionnaires européens dans un « autre monde », au-delà de l’Orient méditerranéen familier. L’expression est attestée sous des formes différentes chez Guillaume de Rubrouk (milieu du XIIIe siècle) : « Lorsque j’entrai parmi eux [les Tartares], il me sembla que j’entrais en un autre monde [aliud seculum] »4 ; et chez Jordan Catala de Sévérac (début du XIVe siècle) : « Et dans cette première Inde commence presque un autre monde [alter mundus] »5. Mais les invasions de Tamerlan à la fin du XIVe et au début du XVe avaient fermé les routes de l’Est.

12Une rupture majeure se produisit à la fin du XVe siècle. En effet, deux événements, qui succèdent à plusieurs décennies de tâtonnement le long des côtes atlantiques d’Afrique de l’Ouest, élargirent brutalement l’horizon de la territorialité européenne : en 1488, la découverte par Bartolomeu Dias du cap de Bonne-Espérance qui ouvrit la route des Indes aux Européens, et en 1492, la « découverte » par Christophe Colomb de l’Amérique, continent inconnu rencontré de façon impromptue sur la route des Indes. Dès 1493, le pape Alexandre VI décréta par la bulle Inter cætera que toutes les terres découvertes à l’ouest du méridien situé à 100 lieues des îles du Cap-Vert reviendraient à la couronne d’Espagne, tandis que les terres situées à l’est appartiendraient à la couronne du Portugal. Un an plus tard, en 1494, le traité de Tordesillas de 1494 établit un nouveau partage du monde qui déplaçait le méridien de partage à 370 lieues à l’ouest des îles du Cap-Vert. Le monde, hors Europe, était ainsi considéré par le pape comme terra nullius et donc ouvert à la colonisation par les Européens. Le traité de Saragosse de 1529 compléta cette division du globe par un nouveau méridien, tracé à 297,5 lieues à l’ouest de l’archipel des Moluques. Ces « lignes globales » (Schmitt 2001) marquent la première prise de possession juridique du monde par les États européens sous couvert de la Papauté.

  • 6 Georges Gusdorf, La révolution galiléenne, 1969, I, p. 85, cité par Numa Broc (1986).

13Certes, comme le soulignait Numa Broc (1986), la découverte de l’Amérique n’a pas été sur le moment l’événement qu’elle a été a posteriori. Christophe Colomb n’a pas découvert un nouveau monde, il est simplement parvenu aux Indes. Gusdorf affirmait que « Christophe Colomb découvrit le Nouveau Monde sans sortir lui-même de l’Ancien »6. L’événement a donc, en réalité, été quelque peu différé dans sa perception. Il y a eu une véritable méconnaissance des différents voyages de Colomb par ses contemporains. À quelques exceptions près, ses écrits ont été très peu diffusés ; et certains sont aujourd’hui perdus. Ceci explique d’une certaine manière la notoriété d’Amerigo Vespucci et le fait que Waldseemüller ait donné le nom d’Ameriga ou America au nouveau continent, sous l’influence de la lettre où Vespucci relate à Lorenzo di Pietro Medici, ambassadeur de Florence en France (1502), son troisième voyage le long des côtes du Brésil (1501-1502), immédiatement traduite en latin et imprimée à Paris (1503) puis à Venise (1504) sous le titre Mundus novus. On en compte une cinquantaine d’éditions pour la première moitié du XVIe siècle. Involontairement, Vespucci a donc donné deux noms à cet espace : celui d’Amérique et celui de Monde nouveau. Cependant, ce dernier ne s’est imposé que progressivement. En effet, on trouve également l’expression novus orbis dans le titre du recueil de voyages édité par Simon Grynaeus en 1532, intitulé « Le monde nouveau des régions et des îles inconnues des anciens », mais l’expression est à prendre au sens large : les navigations européennes et les découvertes qui en ont découlé ont révélé aux Européens une nouvelle image du monde (Besse 2003). Le monde du XVIe siècle est dans sa totalité un « monde nouveau ».

14Un des premiers à employer explicitement l’expression de « nouveau monde » pour désigner l’Amérique, c’est-à-dire à en faire un toponyme (même s’il n’emploie pas de majuscules), fut Guillaume Postel dans son traité Des merveilles du monde, et principalement des admirables choses des Indes et du nouveau monde, écrit en 1553. Il distingue clairement entre ce qu’il appelle « le monde nouveau renouvelé », qui correspond aux parties de l’Eufrasie mal- ou inconnues des Européens, et « le monde nouveau », c’est-à-dire l’Amérique, en laquelle il se plaît à reconnaître l’Atlantide de Platon :

  • 7 Postel G., 1553, Les merveilles du monde, et principalement des admirable choses des Indes et du no (...)

« Toute la méridionale partie tant de l’Asie comme de l’Afrique fut jadis connue par quelque bruit plutôt que par vérité. Et ainsi je l’appelle le monde nouveau renouvelé, comme les anciens jadis convinrent qu’ils l’appelèrent l’une et l’autre partie l’Inde, à cause de la couleur indienne, qui est olivâtre et cendrée, commune à tous ou à la plupart des habitants. Le monde nouveau est l’Occidental, de cinquante ou soixante ans retrouvé, duquel il se trouve bien quelques conjectures en Pline et en Platon, toutefois elle n’a pas preuve suffisante. »7

15Le texte d’Amerigo Vespucci, directement ou indirectement, a sans doute également influencé Michel de Montaigne, qui, en 1588, dans la seconde édition des Essais, ajouta tout un chapitre, « Sur les coches », en partie consacré à une réflexion sur les civilisations du continent américain. Moins d’un siècle après la découverte de celui-ci, Montaigne résumait, en une phrase, le choc, médiatisé et conceptualisé, de cette rencontre au-delà de l’horizon du monde connu jusqu’alors : « Notre monde vient d’en trouver un autre. »

16Même s’il est progressif, l’ébranlement est donc total, au point de modifier le sens même du mot « monde ». Jusqu’à la fin du XVe siècle, le monde apparaissait dans son unité, c’était l’orbis terrae. Avec la découverte de l’Amérique, le monde se divise : il y a l’Ancien Monde et le Nouveau. Comme l’écrit Guillaume Sanson dans son Introduction à la géographie, en 1693,

  • 8 Guillaume Sanson, Introduction à la géographie, Paris, 1693, p. 22.

« ce que les géographes appellent continent est appelé monde par le vulgaire, qui avant les nouvelles découvertes, croyant qu’il n’y avait point d’autre continent, que celui qu’il habitait, le nomma le monde ; auquel il donne le nom d’ancien après la découverte du continent de l’Amérique, qu’il appela le nouveau monde. »8

17Cette scission du monde se retrouve encore au début du XIXe siècle, par exemple dans le titre de la Revue des deux mondes, fondée en 1829, et dont la finalité affichée est bien de faire le lien entre l’Europe et l’Amérique (Figure 1).

Figure 1 : Hémisphère Occidental ou du Nouveau Monde, Hémisphère Oriental ou de lAncien Monde (Bourguignon d’Anville, 1761)

Figure 1 : Hémisphère Occidental ou du Nouveau Monde, Hémisphère Oriental ou de l’Ancien Monde (Bourguignon d’Anville, 1761)

© David Rumsey Map Collection

18Cependant, cette division du monde ne saurait être exagérée. La première circumnavigation du globe est réalisée dès 1519/1522, par Magellan et El Cano. Elle permet rapidement à certains auteurs, comme Loys Le Roy, d’envisager la mise en relation des différentes parties d’un monde entraperçu dans son unité et dans sa finitude :

« En l’océan, les Portugais et les Castillans par adresse, science et sûreté de naviguer, tiennent le premier lot en cet exercice, ayant surpassé les Tyriens, Égyptiens, Phéniciens, Rhodiens, Romains, Marseillais, Armoricains, et autres qui s’en mêlèrent oncques, en longueur de voyages, découvertes de terres auparavant inconnues, ayant environné toute la ronde par la navigation.
[…]

  • 9 Loys Le Roy, De la vicissitude ou variété des choses en l’univers, et concurrence des armes et des (...)

Tellement que nous pouvons véritablement affirmer le monde être aujourd’hui entièrement manifesté et tout le genre humain connu, pouvant maintenant tous mortels s’entrecommuniquer leurs commodités et subvenir à leur indigence mutuelle, comme habitants en une même cité et république mondaine. »9

19Cette « république mondaine », qu’on trouve à la même époque chez Jean Bodin (republica mundana), n’est pas une réalité contemporaine, mais un horizon d’avenir très tôt perçu. L’expression marque pleinement l’élargissement du monde au globe et révèle une modification de la conscience spatiale dont Jean-Marc Besse a souligné la place importante dans la définition de l’attitude des Européens à l’égard du Monde (Besse 2003). Mais cette préoccupation mondiale n’est pas restée le propre des habitants de l’Europe, très vite, on en retrouve la trace aussi bien à Mexico qu’à Istanbul (Gruzinski 2008).

L’unification progressive du Monde

  • 10 Serge Gruzinski, Les quatre parties du monde. Histoire d’une mondialisation, Paris, Éditions de La (...)

20Comme l’écrit Serge Gruzinski, « mobilisation rime avec mondialisation »10 ; dès le début du XVIe siècle, le Monde s’est transformé en un « espace-mouvement », pour reprendre un concept braudélien, mais un espace aux mouvements lents et encore ténus. Un siècle et demi plus tard, cette unification du Monde a progressé :

  • 11 Rollin C., Histoire ancienne des Égyptiens, des Carthaginois, des Assyriens, des Babyloniens, des M (...)

« On peut dire, sans crainte d’être soupçonné d’exagération, que le commerce est le plus solide fondement de la société civile, et le lien le plus nécessaire pour unir entr’eux tous les hommes de quelque pays et de quelque condition qu’ils soient. Par son moyen, le monde entier semble ne former qu’une seule ville et qu’une seule famille. Il y fait régner de toutes parts une abondance universelle. Les richesses d’une nation deviennent celles de tous les autres peuples. Nulle contrée n’est stérile, ou du moins ne se sent de sa stérilisé. Tous ses besoins lui sont apportés à point nommé du bout de l’univers, et chaque région est étonnée de se trouver chargée de fruits étrangers que son propre fonds ne pouvait lui fournir, et enrichie de mille commodités qui lui étaient inconnues, et qui cependant font toute la douceur de la vie. C’est par le commerce de la mer et des rivières, c’est-à-dire par la navigation, que Dieu a uni entr’eux tous les hommes d’une manière si merveilleuse, en leur enseignant à conduire et à gouverner les deux choses les plus violentes qui soient dans la nature, la mer et les vents, et à les faire servir à leurs usages et à leurs besoins. Il a joint ainsi les peuples les plus éloignés, et il a conservé entre les nations différentes une image de la liaison qu’il a mise entre les parties d’un même corps par les veines et les artères. »11

21Même si l’exploration du globe continue, le XVIIIe siècle est désormais au développement des échanges économiques, à commencer par les produits rares et chers. C’est cette ébauche de mondialisation qui est ainsi célébrée par Voltaire dans son célèbre poème « Le mondain », écrit en 1736, en réaction à des écrits sentencieux sur le luxe contemporain. Loin de toute nostalgie d’un passé perdu ou de toute promesse d’un paradis à venir, il y fait au contraire l’éloge du raffinement de cet « âge de fer », et notamment du commerce qui amène les richesses du monde entier :

  • 12 Voltaire, Œuvres complètes, Imprimerie de la société littéraire typographique, 1785, Tome XIV, p. 1 (...)

« Le superflu, chose très nécessaire
A réuni l’un et l’autre hémisphère. »12

22Thème qu’il reprend l’année suivante dans « La défense du Mondain, ou l’apologie du luxe » (1737) :

  • 13 Ibid., p. 138.

« Lors je lui dis : « Pour Dieu, monsieur le saint,
Quel est ce vin ? D’où vient-il, je vous prie ?
D’où l’avez-vous ? ‑ Il vient de Canarie ;
C’est un nectar, un breuvage d’élu :
Dieu nous le donne, et Dieu veut qu’il soit bu.
‑ Et ce café, dont après cinq services
Votre estomac goûte encor les délices ?
‑ Par le Seigneur il me fut destiné.
‑ Bon : mais avant que Dieu vous l’ait donné,
Ne faut-il pas que l’humaine industrie
L’aille ravir aux champs de l’Arabie ?
La porcelaine et la frêle beauté
De cet émail à la Chine empâté,
Par mille mains fut pour vous préparée,
Cuite, recuite, et peinte, et diaprée ;
Cet argent fin, ciselé, godronné,
En plat, en vase, en soucoupe tourné,
Fut arraché de la terre profonde,
Dans le Potose, au soin d’un nouveau monde.
Tout l’univers a travaillé pour vous […]. »13

23On retrouve ici l’idée de Christian Grataloup, exprimée en une boutade : le sucre aurait été « le moteur de la mondialisation ». Le sucre, mais aussi le thé, le café, le chocolat, le tabac, le riz, tous ces produits qui ont modifié les goûts des Européens au XVIIIe siècle et qui étaient importés d’autres parties du monde (Walvin 1997, Grataloup 2007).

24De fait, l’idée qu’il existe, au milieu du XVIIIe siècle, une mise en relation des différentes parties du monde est exprimée de façon très nette dès 1749 par Montesquieu dans L’Esprit des lois :

  • 14 Anonyme [Montesquieu], De l’esprit des loix, Genève, 1749, p. 231.

« L’effet de la découverte de l’Amérique fut de lier à l’Europe, l’Asie et l’Afrique ; elle lui fournit la matière de son commerce avec cette vaste partie de l’Asie qu’on appela les Indes Orientales. L’argent, ce métal si utile au commerce comme signe, fut encore la base du plus grand commerce de l’Univers comme marchandise. Enfin, la navigation d’Afrique devint nécessaire ; elle fournissait des hommes pour le travail des mines et des terres de l’Amérique. »14

25Aux yeux de Montesquieu, la consommation européenne de produits venus d’Orient, le transfert de valeur métallique de l’Amérique vers l’Europe et la traite négrière européenne seraient donc les relations fondamentales qui uniraient les « quatre parties du monde » ‑ pour reprendre une autre expression de l’époque moderne. Comme on le lit dans un Dictionnaire du commerce de 1768 :

  • 15 Préface du Nouveau dictionnaire abrégé du commerce, Paris, 1768.

« Le commerce est l’âme de cet univers, et le lien qui unit les deux hémisphères. C’est par lui que les Canadiens, les Chinois, les Turcs, les Français, les Anglais, les Italiens ne forment qu’un seul peuple. »15

26Ce que d’aucuns déplorent, comme le baron d’Holbach :

  • 16 Anonyme [D’Holbach], Éthocratie ou le Gouvernement fondé sur la morale, Amsterdam, 1776, p. 149.

« Si les Princes et les grands ne donnaient pas aux citoyens l’exemple contagieux de leurs fantaisies, on n’aurait pas besoin de tant de bagatelles coûteuses qu’on va chercher dans les deux hémisphères ; content des productions et des manufactures de son pays, on ne s’embarrasserait pas de faire venir à grands frais les curiosités inutiles et bizarres des climats éloignés. »16

27Quoi qu’il en soit, si les mécanismes de la mondialisation sont déjà en place, et cela dès le XVIe siècle, et si une conscience de ce processus se fait déjà sentir à cette époque là (Gruzinski 2008), pourquoi les termes « mondial », « mondialisation » sont-ils donc si tardifs ?

Du monde et de l’univers

  • 17 Nouveau dictionnaire espagnol, français et latin, par M. de Séjournant, Paris, chez Charles-Antoine (...)

28Il faut tout d’abord rappeler que si le mot « monde » désigne en premier lieu la totalité des êtres, son emploi est assez flou dans la mesure où il peut désigner une partie du monde ou ce dont on en perçoit. Le monde, c’est aussi la société que l’on fréquente, c’est-à-dire l’espace de sociabilité de l’individu et d’extériorité du sujet. Ainsi, à propos du poème de Voltaire, « Le mondain », on prendra garde de ne pas se méprendre sur l’adjectif « mondain », ici substantivé, qui qualifie celui qui fréquente le monde, au sens de « société » – ce qu’on retrouve en anglais avec l’adjectif « worldly ». Ces adjectifs ont été de toute évidence, en français, un frein à l’apparition de l’adjectif « mondial », et, en anglais, un obstacle qui explique sans doute le choix tardif d’un adjectif sur la racine de « globe ». La remarque pourrait être étendue à d’autres langues européennes. Au XVIIIe siècle, l’espagnol « mundano » a également pour sens « mondain, vain, glorieux », de même que « mundial »17. Cependant, on notera qu’en italien, « mondiale » signifie « mondain », mais également « terrestre » dans les expressions « machina mondiale » ou « globo mondiale », ce qui a facilité une évolution sémantique plus précoce au début du XIXe siècle.

29Un autre obstacle à l’usage de termes forgés sur le lexème « monde » est la prégnance de la notion d’« univers », qui permettait précisément de désigner le monde en sa totalité. C’est elle qu’on retrouve dans le titre de Géographie universelle ou de Geographia universalis, du XVIIe jusqu’au XXe siècle, de Pierre Duval jusqu’à Roger Brunet, en passant par Anton Büsching, Conrad Malte-Brun ou Élisée Reclus. L’adjectif « universel » est souvent employé là où aujourd’hui nous emploierions celui de « mondial ». On parle ainsi couramment de « commerce universel », comme par exemple sous la plume de Robert Challes, dans le récit de son voyage aux Indes orientales en 1690 :

  • 18 Robert Challes, Journal d’un voyage fait aux Indes orientales, Rouen, chez Jean-Baptiste Machuel, 1 (...)

« Les anciens Romains tendirent à la conquête de tout le monde par la force des armes. Ils réussirent par leur union et ne furent détruits que par leurs divisions, leurs partialités et leurs guerres civiles qui engendrèrent la monarchie. La République de Hollande tend à même fin : non à tout gouverner, mais à donner le mouvement à tout ; et suit un autre chemin, plus fin : c’est par le commerce universel. »18

  • 19 D’Archenholtz, Histoire de la guerre de sept ans, commencée en 1756, et terminée en 1763, trad. fr. (...)

30On trouve même l’expression de « guerre universelle » à propos de la guerre de sept ans (1756-1763)19, en raison des répercussions qu’elle avait eues bien au-delà des champs de bataille européens.

31Cependant, encore au début du XIXe siècle encore, si la notion d’univers évoque bien l’idée de totalité, elle ne renvoie pas nécessairement à celle de « monde entier », de même que la notion de monde ne correspond pas systématiquement à la Terre dans sa globalité. Non seulement le mot peut ne désigner qu’une partie du Monde, mais il a aussi une dimension phénoménologique : le monde est en quelque sorte ce que l’on perçoit de l’univers, la partie dans laquelle on vit. C’est la Weltanschauung, notion particulièrement mise en avant par Friedrich Hegel, et la Weltansicht, la « vision du monde », concept créé par Wilhelm von Humboldt en 1820 (Chabrolle-Cerretini 2007). On parle autant du « monde européen », du « monde romain », que du « monde des insectes », du « monde des chats ». Pour que les termes de « mondial » et de « mondialisation » apparaissent, il a donc fallu une transformation importante de la perception du globe terrestre, qu’une coïncidence se fasse entre monde et Monde. C’est ce qui se produit progressivement au cours du XIXe siècle.

Du début du XIXe siècle au début du XXe siècle : l’émergence de la mondialité

32L’une des occurrences les plus anciennes que je sois parvenu à trouver de l’adjectif « mondial » remonte à 1886 et renvoie à un texte encore plus ancien puisqu’il s’agit d’une traduction du Manifeste du parti communiste, parue dans un ouvrage de Mermeix, pseudonyme de Gabriel Terrail, intitulé La France socialiste :

« Poussée par le besoin d’un débouché toujours plus étendu, la bourgeoisie envahit le globe entier. Il faut que partout elle s’implante, que partout elle s’établisse et crée des moyens de communications.

  • 20 Mermeix [Gabriel Terrail], La France socialiste, Paris, 1886, p. 305.

Par l’exploitation du marché mondial, la bourgeoisie donne un caractère cosmopolite à la production et à la consommation de tous les pays. Au désespoir des réactionnaires, elle a enlevé à l’industrie sa base nationale. Les vieilles industries sont détruites par de nouvelles industries dont l’introduction devient une question vitale pour toutes les nations civilisées ; industries qui n’emploient plus des matières premières indigènes, mais des matières premières venues des régions les plus éloignées, et dont les produits se consomment non seulement dans le pays même, mais dans tous les coins du globe. À la place des anciens besoins satisfaits par les produits nationaux naissent de nouveaux besoins exigeant, pour leur satisfaction, les produits des contrées les plus lointaines et des climats les plus divers. À la place de l’ancien isolement local et national se développe un trafic universel, une dépendance mutuelle des nations. Ce qui se passe dans la production matérielle se reproduit dans la production intellectuelle. Les productions intellectuelles d’une nation deviennent la propriété commune de toutes. L’exclusivisme et les préjugés nationaux deviennent de plus en plus impossibles ; et des diverses littératures nationales et locales se forme une littérature universelle. »20

  • 21 Par exemple, in : Joseph Ferrari, 1867, La Chine et l’Europe. Leur histoire et leurs traditions com (...)

33L’expression « marché mondial » est une traduction littérale du mot composé allemand Weltmarkt employé par Karl Marx, ce qui permet d’attirer l’attention sur la particularité de la langue allemande et sur sa facilité à forger ce type de mots. De ce point de vue, il est très difficile de discerner à quel moment la mondialisation trouve une traduction linguistique en allemand. Le problème se pose également en anglais puisque le mot « world » peut être facilement apposé. Si on élargit le champ d’investigation, on se rend compte que c’est peut-être en italien que les choses se sont peu à peu modifiées avec une évolution de l’adjectif « mondiale » dont le sens passe de « mondain » à « mondial » au cours de la première moitié du XIXe siècle. Il est ainsi intéressant de voir que l’exposition de Londres de 1851 reçut des noms différents à travers l’Europe : on parle de « Great Exhibition » en Angleterre, d’« Exposition Universelle » en France et d’« Exposion universal » en Espagne, de « Londoner Industrieausstellung » en Allemagne, mais aussi de « Londoner Weltausstellung », et enfin d’« Esposizione mondiale » en Italie. Ceci illustre assez bien la problématique initiale et la difficulté à chercher dans les mots un reflet exact de l’évolution historique. L’événement est un moment d’apothéose de la mondialisation britannique, l’anglobalization (Young 2009), il est aussi un moment particulier dans la cristallisation de la conscience de la domination européenne sur le monde, ce qu’on pourrait appeler la mondialisation triomphante des « bourgeois conquérants » (Morazé 1957). Cependant, il se dit avec des mots différents. On observe la pérennité de l’adjectif « universel », en français et en espagnol, la malléabilité de l’allemand, avec les mots en Welt-, et l’émergence en italien, d’un adjectif construit sur « mondo ». Les toutes premières occurrences en français de l’adjectif « mondial » furent d’ailleurs dues à des traductions d’ouvrages italiens21, ou à des auteurs vivant en Italie comme Caroline de Sayn-Wittgenstein qui en 1869 s’enthousiasmait pour l’union des peuples provoquée par le développement du commerce et des échanges :

  • 22 Caroline de Sayn-Wittgenstein, 1869, Petits entretiens pratiques à l’usage des femmes du grand mond (...)

« Les civilisations orientales sont forcées, par une pression lente mais ferme, d’abdiquer leur constitution séparatiste. La muraille qui ceignait, moralement plus encore que matériellement, le mystérieux Empire du Milieu, tombe pierre par pierre. On fait disparaître les infranchissables barrières qui avaient séparé les peuples, les parquant chacun dans leur coin de terre, comme s’ils n’étaient point les enfants d’un même père ! Toutes les nations se sentent désormais entraînées par un souffle impérieux, irrésistible, à se connaître, à se fréquenter, à former une seule société composée de différentes races, semblables à de grandes familles qui représentent et discutent entr’elles les intérêts de tout le genre humain. Ce que le congrès de Vienne a eu de bon, l’idée progressive qu’il enfanta, revit dans des limites agrandies. En 1815 on avait sanctionné l’idée d’un “équilibre européen” ; l’ère actuelle tend à établir un “équilibre mondial”. »22

34Elle était en partie influencée par la notion de Weltliteratur utilisée par Goëthe à partir de 1827 et permettant de penser une modernité mondiale alternative au nationalisme contemporain (Kreuzner 2001). Lyrique, elle exprimait ici un projet internationaliste qui ne lui est pas propre et qui visait à encadrer la mondialisation en cours. L’élément majeur à ses yeux était l’ouverture de la Chine aux Européens, le traité de Tianjin signé en 1858 au terme de la seconde guerre de l’opium ayant effectivement permis aux Anglais, aux Français, aux Russes et aux Américains de s’implanter dans onze ports chinois. Le point de vue est intéressant et rappelle l’analyse de Giuseppe Ferrari pour qui la Chine est l’égale de l’Europe et ne tardera probablement pas à rattraper celle-ci au cours du siècle à venir (Ferrari 1867).

35Cependant, la mondialisation est d’abord un nouveau rapport au Monde, dans sa totalité, « le monde entier », pour reprendre une expression maintes fois utilisée par Élisée Reclus dans sa description de Londres :

  • 23 Élisée Reclus, 1860, Guide du voyageur à Londres et aux environs, Paris, Libraire de L. Hachette et (...)

« Si on divise le globe de la terre en deux hémisphères dont l’un comprenne la plus grande partie des terres fermes et l’autre la partie aqueuse de la surface terrestre, Londres, disent les géographes, est situé au centre de l’hémisphère continental. Grâce à cette admirable position, la capitale du Royaume-Uni est devenue également, par le commerce, le centre de l’hémisphère océanique, le point de croisement des marchandises entre toutes les côtes de l’ancien et du nouveau monde ; ses entrepôts reçoivent les richesses du monde entier, et ses marchands gouvernent les régions lointaines du fond de leurs comptoirs. »23

36Ce monde entier apparaît désormais fini et rétréci.

Un Monde fini

37Le premier facteur de la prise de conscience du processus de mondialisation qui s’opère au cours du XIXe siècle est sans doute le sentiment que l’homme a définitivement pris possession du globe dans sa totalité (Palsky 2005) : le globe géant réalisé par James Wyld est une des principales attractions de l’Exposition universelle de Londres de 1851 (plus de dix-huit mètres de diamètre) et Le Globe est le titre de la revue publiée par la société de géographie de Genève à partir de 1860 (il avait été auparavant celui de la revue saint-simonienne).

38Malgré les liens qui s’étaient mis progressivement en place entre les différentes parties du monde, sous l’égide des Européens, la période qui s’étend de la fin du XVe siècle jusqu’au début du XIXe siècle était marquée par un doute : les Européens savaient, depuis la découverte du Nouveau Monde, que leur connaissance de la Terre, de l’orbis terrae, était partielle et sujette à remise en question. C’est ce sentiment qu’on trouve par exemple sous la plume de Pierre Duval :

« La Terre considérée à part de l’Eau, est souvent divisée en quatre grandes parties, Amérique, Afrique, Asie, Europe.

  • 24 Pierre Duval, La connaissance et l’usage des globes et des cartes de géographie, Paris, 1654, p. 74

L’Amérique fait un continent ; l’Afrique, l’Asie et l’Europe en font un autre. Les Terres arctiques et les Terres antarctiques sont l’un et l’autre pôle ; elles ne sont pas encore à la vérité bien reconnues, mais néanmoins elles semblent faire deux autres parties de la Terre bien considérables. »24

39Il y avait une méconnaissance assumée du globe terrestre. C’est encore le sentiment de Buffon au milieu du XVIIIe siècle :

  • 25 Buffon, 1774, Œuvres complètes, vol. I, Théorie de la Terre, Paris, Imprimerie royale, p. 309. Il s (...)

« Ainsi on ne doit pas être surpris du peu de progrès qu’ils ont fait dans la Géographie, puisqu’aujourd’hui, malgré toutes les connaissances que l’on a acquises par le secours des sciences mathématiques et par les découvertes des navigateurs, il reste encore bien des choses à trouver et de vastes contrées à découvrir. »25

40Inversement, dès le début du XIXe siècle, même si on perçoit très bien les limites des connaissances géographiques, les grandes lignes de l’espace terrestre sont connues et on sait, comme l’écrit Conrad Malte-Brun en 1807, qu’il n’y aura plus de « Nouveau Monde » :

  • 26 Conrad Malte-Brun, « Discours préliminaire sur la nature et le but de cet ouvrage », Annales des vo (...)

41« Les préjugés des Anciens ont disparu ; les bornes qui resserraient le Monde, sont tombées de toutes parts ; il n’y a plus de Colonnes d’Hercule ; la fabuleuse Inde et l’obscure Thulé ne sont plus les extrémités de la terre. Plus hardi, plus actif, l’esprit humain embrasse, dans une seule et vaste idée, toutes les contrées du Monde, avec toutes leurs productions variées et avec les innombrables Nations qui les habitent. »26

42Louis de Freycinet, dans un rapport au roi datant de 1816, écrit :

  • 27 Cité par Gilles Palsky dans « Un monde fini, un monde couvert », dans I. Poutrin (dir.), Le XIXe si (...)

« On ne doit plus se flatter aujourd’hui que ce soit la rencontre inopinée d’une grande étendue de terre qui puisse attirer l’attention publique. Le globe est connu dans ses masses principales ; il ne reste qu’à revenir sur des détails pour éclaircir la science géographique plutôt que pour l’augmenter. Nos prédécesseurs ne nous ont laissé que des fragments d’archipels à explorer. »27

43L’idée d’une coupure antérieure au XIXe siècle a ensuite été développée par Louis Vivien de Saint-Martin. Il distinguait ainsi entre Grandes Découvertes et explorations scientifiques, et considère que la première de ces missions dont l’objectif n’était plus de découvrir de nouvelles terres, mais de décrire sous tous les angles les terres déjà connues, fut l’expédition danoise menée en Arabie dans les années 1762-1763 et dont les résultats furent publiés par Carsten Niebuhr (Vivien de Saint-Martin 1845). Il cite ensuite les explorations de James Cook et d’Alexandre de Humboldt, base de la géographie nouvelle du XIXe siècle, notamment celle de Carl Ritter. Cette activité scientifique est perçue comme une sorte d’apothéose de la civilisation européenne, de cette insatiable curiosité qui la caractériserait. Il y a concomitance entre progrès des connaissances géographiques et mainmise des puissances européennes sur le reste du globe :

« Cette activité infatigable que l’homme d’Europe porte dans toutes les voies ouvertes à la curiosité humaine, a eu en effet l’Univers entier pour théâtre. Tout ce que l’homme peut rechercher et découvrir, tout ce qui lui est donné de savoir et de connaître, l’Européen a voulu le rechercher et le savoir. Sa pensée audacieuse s’est élancée dans les incommensurables profondeurs du monde immatériel, son regard a sondé les espaces infinis où gravitent les astres, ses pas ont sillonné dans tous les sens l’habitation terrestre que Dieu lui a donnée pour domaine. Les mers qui couvrent de vastes parties du Globe ont été pour lui d’impuissantes barrières ; des constructions flottantes, œuvres de son génie, l’ont transporté vers les contrées et sous les climats qui semblaient lui devoir rester à jamais étrangers. Il n’a été arrêté ni par les glaces du pôle ni par les feux du tropique ; sa curiosité, qui semble s’accroître à chaque découverte, l’a conduit partout où habitent d’autres hommes. Il a recherché sous chaque climat les productions du sol pour en enrichir sa propre patrie. Il a mesuré et décrit tous les pays qu’il a visités. Il s’est élevé sur les plus hautes montagnes pour y observer les phénomènes de l’atmosphère qui nous enveloppe ; il est descendu dans les entrailles mêmes de la terre pour en connaître la formation et en recherche l’origine. La Nature tout entière, dans sa vaste étendue et dans son infinie diversité, est ainsi devenue pour l’Européen un immense champ d’études qu’a fécondé sa haute intelligence, et dont les limites se reculent incessamment devant lui.

  • 28 Louis Vivien de Saint-Martin, 1845, Histoire des découvertes géographiques des nations européennes (...)

Parmi toutes les nations et toutes les races qui partagent avec l’Européen l’habitation du Globe, lui seul donc a porté sa pensée et ses investigations au-delà des bornes étroites de sa contrée natale. Les peuples mêmes les plus anciennement civilisés de l’Asie, les Hindous et les Chinois, n’ont jamais étendu leurs connaissances bien loin au-delà des mers ou des montagnes qui les bornent : pour eux, tout l’univers est dans leur patrie. La patrie de l’Européen, c’est le monde. »28

44Pour Louis Vivien de Saint-Martin, l’Exposition universelle de Paris 1867 fut un triomphe de la géographie.

  • 29 Louis Vivien de Saint-Martin, 1868, « La géographie à l’Exposition », L’Année géographique, vol. 6, (...)

« La géographie à l’Exposition : c’est, pour ainsi dire, l’Exposition tout entière. Jamais on n’aura vu réunis dans un aussi magnifique ensemble tous les peuples et tous les pays du monde, nous apportant, dans sa variété infinie, le spectacle de leurs richesses et de leur génie créateur. Il y aurait à faire de ce point de vue une belle étude de géographie économique, féconde en rapprochements instructifs sur la condition actuelle et future des nations du globe […]. »29

45Au fil du XIXe siècle, l’idée se répand de plus en plus que les connaissances géographiques du monde ont atteint un certain degré de finitude. On peut ainsi comprendre le projet de Philippe Vandermaelen de cartographier l’ensemble des terres en une série de cartes à même échelle (1827-1829) : Atlas universel de géographie physique, politique, statistique et minéralogique, sur l’échelle de 1/1641836 ou d’une ligne par 1900 toises (Figures 2a et 2b).

Figure 2a : Extrait de l’Atlas universel à « l’échelle de 1/1641836 » (Vandermaelen 1827-1829)

Figure 2a : Extrait de l’Atlas universel à « l’échelle de 1/1641836 » (Vandermaelen 1827-1829)

Ici, la carte d’assemblage de l’Asie

© David Rumsey Map Collection

Figure 2b : Juxtaposition de quelques cartes issues de l’Atlas de Vandermaelen

Figure 2b : Juxtaposition de quelques cartes issues de l’Atlas de Vandermaelen

Ici une partie de la Chine, la Corée et le Japon

© David Rumsey Map Collection]

46Mais l’idée de finitude apparaît de façon plus nette en 1862 dans l’Atlas sphéroïdal et universel de géographie de F.A. Garnier (Figure 3), en 1874 dans une œuvre de Vivien de Saint-Martin, l’Atlas dressé pour l’Histoire de la géographie et des découvertes géographiques depuis les temps les plus reculés jusqu’a nos jours, et dans une carte de Victor Malte-Brun, publiée en 1875. C’est ce qu’on retrouve également, un demi-siècle plus tard, dans une carte d’Emmanuel de Martonne, parue en 1922 (Arrault 2008b).

Figure 3 : Tableau comparatif de l’état des connaissances géographiques (Garnier 1862)

Figure 3 : Tableau comparatif de l’état des connaissances géographiques (Garnier 1862)

© David Rumsey Map Collection]

  • 30 « Aristote dit que ce monde est petit et qu’il y a peu d’eau, et qu’on peut passer facilement d’Esp (...)

47« Le monde est petit ». La phrase, attribuée à Aristote, fut citée par Christophe Colomb pour justifier son entreprise30. La découverte de l’Amérique eut paradoxalement la conséquence inverse : révéler la grandeur du Monde. Le XIXe siècle clôt en quelque sorte cette époque et la phrase est régulièrement reprise par Élisée Reclus, qui reste cependant sensible à la part d’inconnu qui demeure.

48En 1869 :

  • 31 Élisée Reclus, 1869, La Terre. Description des phénomènes de la vie du globe, vol. II, L’Océan – L’ (...)

« “Le monde est petit !” disait Colomb ; mais c’est principalement grâce à l’air, qui supprime les distances, que la planète est rapetissée. »31

  • 32 Ibid., p. 674.

« Lorsque enfin l’homme connaîtra toute la surface du globe, dont il se dit maître, et que la parole de Colomb sera devenue vraie pour nous : El mundo es poco, la terre est petite ! La grande œuvre géographique sera, non pas de parcourir les pays lointains, mais d’étudier à fond les détails des régions qu’on habite, de connaître chaque fleuve, chaque montagne, de montrer le rôle de chaque partie de l’organisme terrestre. Dès à présent, c’est à cette œuvre que s’emploient spécialement la plupart des savants, géographes, géologues ou météorologistes, et d’importantes sociétés se fondent de toutes parts afin d’activer les recherches locales. »32

49En 1886 :

  • 33 Élisée Reclus, 1886, Nouvelle géographie universelle. La terre et les hommes, vol. 11, L’Afrique se (...)

« “Le monde est petit !” Tandis que le reste du globe s’est amoindri sous les roues des bateaux à vapeur et des locomotives et s’organisent des services de transport rapide, le Sahara est resté aussi difficile d’accès, aussi redoutable qu’il le fut jamais. »33

50En 1903 :

« Les circumnavigateurs se hâtent pour diminuer la longueur du voyage. Tout récemment, ils étaient fiers de l’achever en quatre-vingt jours ; maintenant ils méprisent celui qui demande, pour accomplir ce grand tour, soixante fois vingt-quatre heures. Aux origines de l’histoire, chaque peuplade était entourée d’un horizon qui lui paraissait le monde ; de tous les côtés elle était assiégée par l’inconnu. Maintenant il n’est pas un homme qui ne sente la boule terrestre se rapetisser sous les pieds.
[…]

  • 34 Élisée Reclus, 1903, « Chronique géographique », La Revue, vol. 47, p. 520.

Il ne se passe pas de jour que cet inventaire des formes de la superficie terrestre ne s’accroisse de nouveaux détails et ne se dessine avec plus de rigueur. Les géographes mettent leur ambition à dresser la carte parfaite du sphéroïde qu’ils habitent et sauf quelques blancs de faibles dimensions restés çà et là sur leurs dessins, dans le milieu des continents, ils n’ont plus devant eux que deux vides : les deux calottes polaires défendues par les banquises et les murs de glace. »34

  • 35 Paul Valéry, Regards sur le monde actuel, Paris, 1931, p. 35.

51On ne peut que penser à la phrase bien connue de Paul Valéry, « le temps du monde fini commence », tirée d’un ouvrage publié en 193135. Les années 1920 voient en effet la fin de l’appropriation de l’espace mondial par les États, exception faite de l’Antarctique – les dernières frontières à avoir été tracées dans un « blanc de la carte » étant sans doute celles l’Arabie Saoudite, État officiellement créé en 1932. Entre le début du XIXe siècle et le début du siècle suivant, le sentiment de finitude du monde semble avoir été récurrent, dans une sorte d’étonnement toujours renouvelé face à un mouvement asymptotique. On n’en finissait pas de finir de découvrir le monde.

Un Monde rétréci

52À côté de ce progrès des connaissances géographiques, d’autres facteurs interviennent, au fil des progrès techniques, qui modifient peu à peu la perception du globe terrestre et la manière de vivre les relations entre les différentes parties du monde (Behm 1867). C’est, à partir des années 1830, le développement des chemins de fer et de la marine à vapeur ; et, à partir des années 1860, le développement de la télégraphie électrique (Figure 4).

Figure 4 : Aperçu des lignes de télégraphie et de navigation à vapeur sur la Terre

Figure 4 : Aperçu des lignes de télégraphie et de navigation à vapeur sur la Terre

Carte de H. Berghaus in Behm 1867

Collection personnelle de l’auteur

53En 1844, Alfred de Vigny pleure le temps disparu des « voyages lents » et « les détours imprévus des pentes variées » :

  • 36 Alfred de Vigny, 1844, « La Maison du berger. Lettre à Éva », Revue des deux mondes, vol. 3, p. 112

« La distance et le temps sont vaincus. La science
Trace autour de la terre un chemin triste et droit,
Le Monde est rétréci par notre expérience
Et l’équateur n’est plus qu’un anneau étroit. »36

Les transports à vapeur : une connectivité et une mobilité accrues

54Dès les années 1820, les ouvrages et articles consacrés aux progrès de la marine à vapeur se multiplient, et sont souvent très enthousiastes, comme celui de Philippe Chemin-Dupontès dans La Revue des deux mondes en 1838 :

  • 37 Philippe Chemin-Dupontès, La Revue des deux mondes, 1838, pp. 694-695.

« S’il est vrai que chaque époque doit avoir son cachet, c’est à la puissance de la vapeur que la nôtre devra le sien. La Providence semble avoir décidé que les peuples désormais doivent se mêler, se frotter les uns aux autres, et c’est à la vapeur qu’elle veut que nous soyons redevables de ce bienfait. À la terre donc les chemins de fer ; à la mer, aux fleuves, les navires à vapeur ! […] Tandis que les chemins de fer auront pour résultat de resserrer l’espace sur les deux grands continents qui se partagent notre planète, et de mettre à quelques jours de distance des nations jusque-là inconnues pratiquement les unes aux autres, les navires à vapeur, messagers de la civilisation, seront les liens qui uniront les deux mondes. »37

55La navigation à vapeur permet notamment la mise en place d’un véritable service postal mondial :

  • 38 Eugène Flachat, Navigation à vapeur transocéanique, Paris, 1866, p. 25.

« Toutes les parties du globe sont reliées dans le réseau des services postaux, et ce réseau permet de faire, à jour fixe, le tour du monde en quatre mois. La mer, cet obstacle immense depuis des siècles, est devenu le lien […] »38

56Le roman de Jules Verne, Le tour du monde en quatre-vingt jours, d’abord paru en feuilletons dans Le Temps en 1872, soit trois ans après l’ouverture du canal de Suez, doit bien être perçu comme une ode aux nouveaux modes de transport (rail et paquebot) et au raccourcissement des distances. Le monde peut désormais se traverser presque dans l’indifférence (Sloterdijk 2011).

57Mais une des conséquences de cette mobilité et de cette connectivité accrues des hommes est aussi l’accélération de la propagation des maladies. Il est par exemple tout à fait remarquable de constater la place qu’a occupée l’épidémie de choléra dite, en France, « de 1832 », dans les premières études d’épidémiologie mondiale. Celle-ci a en fait débuté en Inde en 1817 avant de se répandre de par le monde, causant des milliers de morts et posant de nombreuses questions sur la nature de la maladie et son mode de propagation :

  • 39 Fabre A. & Chailan F., Histoire du cholera-morbus asiatique depuis son depart des bords du Gange en (...)

« Cette épidémie cruelle, sortant de la sphère étroite où elle était restée circonscrite, a traversé toutes les mers, franchi les chaînes des plus hautes montagnes, successivement envahi une immense étendue de terre, pendant des saisons opposées et sous toutes les latitudes. Cinquante millions d’hommes ont succombé à ses atteintes. »39

58L’idée en est plus précise dans les années 1860. Ainsi, à propos de la transmissibilité de la maladie, le docteur Joseph Mottard écrit :

  • 40 Motard A., Traité d’hygiène générale, Paris, 1869, tome II, pp. 666-667.

« Nous voulons prouver qu’elle s’est faite par les voies commerciales et par le moyen des hommes, qu’elle a suivi les lignes successives de leurs contacts ; qu’elle a obéi à l’appel des grandes centres de population, pour de là rayonner autour de ces centres ; qu’en se comportant ainsi, l’épidémie n’a fait que suivre le contact des hommes, là où il était le plus fréquent et le plus actif, sans jamais passer d’un lieu à un autre, quand la chaîne des communications humaines ne l’y conduisait pas. »40

  • 41 Tomasso Chetcuti, 1838, Notizie storiche e patologico-cliniche sul cholèra che divampo in Malta e G (...)

59La question du choléra tient son intérêt de la nouveauté de la maladie, de la rapidité de sa propagation et de son extension mondiale. Il devint alors courant de parler de pandémie, mot relativement nouveau ayant fait son apparition en français au cours de la deuxième moitié du XVIIIe siècle. On trouve en 1838 en italien l’expression de « malattia mondiale »41, signe que l’adjectif « mondiale » commence à être employé dans le sens de « mondial ».

60On en parle, et on la cartographie, comme l’a fait en 1849 le géographe allemand Heinrich Berghaus dans une planche représentant la répartition de diverses maladies à l’échelle mondiale (Figure 5).

Figure 5 : Propagation de l’épidémie de choléra (Berghaus 1849)

Figure 5 : Propagation de l’épidémie de choléra (Berghaus 1849)

© David Rumsey Map Collection

61Au-delà de ce simple exemple, par son atlas, Berghaus, qui a été le collaborateur d’Alexandre von Humboldt, a participé à la visualisation de nombreux phénomènes à l’échelle du monde.

Le réseau télégraphique : le bouclage du Monde

62Par ailleurs, la télégraphie électrique constitue un autre facteur important de la mondialisation du XIXe siècle avec la mise en place, au cours des années 1860, d’un véritable réseau international :

  • 42 Bulletin de la Société de géographie, 5ème série, Tome 6, 1863, p. 227.

« Les services les plus éminents de l’électricité se résument aussi en un mot : le télégraphe électrique. Sous le louable aiguillon de l’émulation internationale qui se traduit en profits directs, tous les pays civilisés se jalonnent de poteaux de bois unis par des fils métalliques, avec une ardeur qui promet à notre siècle l’établissement d’un réseau universel de communications intellectuelles presque instantanées : image exacte du réseau nerveux qui distribue la sensibilité et le mouvement aux animaux. Quand il sera plus avancé, l’unité du genre humain passera du domaine des croyances et des théories dans celui des faits, et l’unité géographique du globe se fortifiera de l’unité économique, conciliée avec une extrême variété des produits. »42

63Le premier câble transatlantique fut posé en 1858, mais il ne fonctionna que vingt jours. Une tension trop forte le rendit inutilisable et il fallut attendre 1866 pour qu’un nouveau câble soit installé. On note, en 1868, dans L’année géographique :

  • 43 « Géographie générale », L’Année géographique, 1868, p. 512.

« Voici un exemple frappant de la prodigieuse rapidité de la transmission des dépêches par le câble transatlantique. Les prix de clôture de la bourse de Londres, écrit-on de New York, ont été reçus hier une heure seulement après le moment où ils paraissaient à Londres. La différence de longitude étant de cinq heures entre Londres et New York, il en résulte ce fait curieux que la nouvelle connue à Londres à quatre heures est arrivée à New York à midi. »43

64Les mêmes mésaventures survinrent pour le câble entre l’Inde et la Grande-Bretagne, stratégique pour l’Empire britannique. En 1860, un premier câble fut tiré entre Suez et Karachi, par la mer Rouge, mais le câble s’abîma très vite et la réparation s’avéra trop coûteuse. En 1864, un nouveau câble sous-marin fut posé entre Al Faou et Karachi ; puis, en 1865, une ligne fut tirée entre Al Faou, Basra et Bagdad, ce qui permettait la connexion entre l’Inde et la Grande-Bretagne via l’Empire ottoman et l’Europe continentale. Dès lors, un message télégraphique pouvait être envoyé en Inde en vingt-quatre heures. Le premier câble transpacifique est plus tardif puisqu’il date de 1903.

65Le câblage du monde provoqua une contraction telle de l’espace-temps en termes de circulation de l’information qu’il donna l’illusion d’un temps instantané mondial. On commence, au milieu du XIXe siècle, à publier des diagrammes montrant l’heure en différents lieux du globe par rapport à un lieu de référence (Figure 6).

Figure 6 : L’heure dans les villes du monde au moment où il est 12h à Washington (1860)

Figure 6 : L’heure dans les villes du monde au moment où il est 12h à Washington (1860)

© David Rumsey Map Collection

66Cependant, dans les faits, la synchronisation des horloges fut un problème technique d’une grande complexité posé par l’extension des réseaux de chemin de fer, en Amérique et en Europe. Sa résolution déboucha sur la théorie de la relativité élaborée par Einstein (Galison 2006). C’est également au cours de la deuxième moitié du XIXe siècle, en 1876, que le système des fuseaux horaires fut inventé, par Sir Sandford Fleming, avec le méridien de Greenwich pour origine des temps, et le méridien 180° comme ligne de changement de date, le globe étant par ailleurs divisé en vingt-quatre fuseaux de même taille. La date peut être considérée comme un tournant dans une mondialisation acceptée et encadrée par les États (Bayly 2007), même s’il fallut attendre plusieurs années avant qu’un consensus international ne s’impose.

67Par ailleurs, on ne peut qu’être frappé par la force suggestive du réseau de câbles, qui rappelle celle d’Internet aujourd’hui. La puissance métaphorique du fil télégraphique provient du fait qu’il matérialise véritablement la dimension réticulaire de la mondialisation, ainsi que le bouclage du monde. Car c’est avec le déploiement du réseau télégraphique qu’apparaît cette autre image de la ceinture, comme dans cet article allemand de 1865 traduit dans la Revue moderne :

  • 44 « De la circulation télégraphique autour du globe », Revue moderne, 1865, p. 309.

« Si l’on en croit des signes qui ne peuvent être trompeurs, la génération actuelle verra s’achever le grand ouvrage qui doit embrasser le globe terrestre d’une ceinture de fils télégraphiques. »44

68Les publications se multiplient rapidement. On citera en particulier la communication faite en 1873 à la Société de géographie de Paris par William Hubner sur « le réseau télégraphique du globe » :

  • 45 William Hubner, « Le réseau télégraphique du globe », Bulletin de la Société de géographie, 1873, 6(...)

« Jusqu’en 1866, époque à laquelle le premier grand câble réussit à franchir l’Atlantique, les progrès furent lents ; mais depuis ce succès, qui étonna le monde, le réseau télégraphique du globe a pris des proportions inattendues. Chaque année, il a lancé des rameaux immenses dans toutes les contrées, sous toutes les latitudes. Aujourd’hui, les essais, les tâtonnements, les mécomptes et les ruines des premiers jours, encore si près de nous, sont oubliés. Les idées franchissent l’espace avec une vitesse que la lumière seule peut surpasser ; ni les montagnes, ni les océans, ne les arrêtent : elles volent par-dessus les plus hautes crêtes, elles glissent dans les profondeurs des mers pour devancer le soleil et faire le tour du monde en quelques minutes. Le réseau télégraphique constitue, de nos jours, le système nerveux de la vie du globe ; la pensée et la volonté impriment instantanément le mouvement dans les régions les plus lointaines, et jusque dans les îles des antipodes, dont le nom n’est connu que depuis peu d’années. »45

69On fera également attention aux expressions utilisées : « réseau universel » dans le premier texte, « réseau télégraphique du globe » dans le deuxième. Le réseau est peut-être la figure même de la mondialisation et il est sans doute tout à fait révélateur que la première occurrence de l’adjectif « mondial » sous la plume d’Élisée Reclus, en 1893, dans un des volumes de la Géographie universelle, soit précisément en rapport avec le réseau de câbles télégraphiques, en l’occurrence à propos de l’Équateur :

  • 46 Élisée Reclus, Nouvelle géographie universelle. La Terre et les hommes, Tome VIII, Afrique du Sud, (...)

« La longueur développée des lignes télégraphiques était de 2000 kilomètres en 1892. À Guayaquil, un câble maritime se rattache au réseau mondial. »46

70Enfin, au début du XXe siècle, la mise en place de la T.S.F, transmission sans fils, semble abolir le réseau et libère l’imagination du futuriste Marinetti :

  • 47 Filippo Tommaso Marinetti, 1987, «  L’imagination sans fils et les mots en liberté, manifeste », i (...)

« La vitesse a rapetissé la terre. Nouveau sens du monde. Je m’explique : les hommes ont successivement acquis le sentiment de la maison, le sentiment du quartier dans lequel ils vivent, le sentiment de la zone géographique, le sentiment du continent. Ils possèdent aujourd’hui le sens du monde : ils n’ont pas besoin de savoir ce que faisaient leurs ancêtres, mais ont besoin de savoir ce que font leurs contemporains. Besoin de communiquer avec tous les peuples de la terre et de se sentir à la fois centre, juge et moteur. D’où le développement énorme du sens humain et le désir angoissant de déterminer à chaque instant nos rapports avec l’humanité. »47

L’intégration du national dans le mondial

  • 48 Dans sa thèse, Jean-Baptiste Arrault évoque également ce décalage entre économistes et géographes, (...)

71Dès les années 1860, le constat est dressé du lien qui unit les peuples et les espaces entre eux, même si cela est plus souvent le fait des économistes que des géographes48. En 1863, Jules Duval, avocat de formation, économiste d’inspiration fouriériste, mais aussi secrétaire de la Société de géographie de Paris, dressait un tableau « des rapports entre la géographie et l’économie politique » dans lequel il défendait le rôle que pouvaient jouer les géographes dans le développement de la colonisation et des relations commerciales à travers le monde :

« Il n’est pas de géographe qui ne porte notre planète dans son esprit, qui ne manie et ne fasse tourner avec plaisir la sphère sous ses doigts, qui ne la contemple, résumée aussi fidèlement que possible, dans les mappemondes. Sans renoncer à quelques prédilections locales, il n’a garde de s’en tenir à l’étude exclusive d’un continent, d’un royaume, d’une mer, d’un peuple. Toutes les forces créatrices de la nature lui inspirent de la sympathie, parce qu’il les voit toutes, à l’exception d’une ou deux des plus terribles (volcans et tremblements de terre), se plier au génie de l’homme pour transformer leurs menaces en bienfaits. De l’œil et de la pensée, il suit les vents, les flots, les rayons de lumière et la chaleur, les courants magnétiques et électriques, d’un pôle à l’autre, de l’orient à l’occident, du niveau des mers au sommet des monts. L’unité, au sein de laquelle s’accordent tous les contrastes et se révèlent tous les liens, malgré les distances et les apparences, est donc le premier fondement de la géographie, et le sentiment de cette unité le premier signe d’une vocation géographique. Ce même sentiment est indispensable à l’économiste voulant étudier les phénomènes économiques qui ont aussi le globe pour réceptacle et l’humanité pour agent.

  • 49 Jules Duval, 1863, « Des rapports entre la géographie et l’économie politique », Bulletin de la Soc (...)

En vain des groupes humains sont épars sur toute la surface de la planète ; aucun ne vit isolé ; une intime solidarité les unit, fondée sur l’enchevêtrement des besoins et des ressources, sur le contrecoup des fléaux atmosphériques, des calamités morbides, des conflits guerriers, des crises industrielles et financières ; enfin sur la mobilité cosmopolite de l’homme pouvant fuir les lieux où il souffre et atteindre ceux qui lui promettent un sort heureux. On chercherait donc en vain une solution purement locale d’aucun problème économique tout en attribuant à certaines causes et à certains remèdes une influence prépondérante, on doit faire entrer dans les solutions, toujours comme milieux ambiants et souvent comme éléments directs, le globe et le genre humain, dans leur ensemble et dans leur intime union. »49

72Les crises, dont on ne garde souvent que les effets négatifs en termes d’échanges commerciaux, sont paradoxalement des révélateurs de l’unité commerciale et financière nouvelle du monde (Fayolle 1999). En 1878, l’économiste autrichien Franz von Neumann-Spallart publiait le premier tome de son étude sur la production, les transports et le commerce dans l’économie mondiale (Produktion, Verkehr und Handel in der Weltwirthschaft).

  • 50 Franz X. von Neumann-Spallart, 1878, Produktion, Verkehr und Handel in der Weltwirthschaft, Stuttga (...)

« Au-delà des frontières des États, il y a une force qui les dépasse et qui est incontrôlable : l’économie mondiale. »50

73Il y caractérisait les deux crises de 1857 et de 1873 comme des crises du commerce mondial (Welthandelkrise) tout en insistant sur le fait que la crise de 1873 ne devait être perçue que comme une pause dans la croissance à venir.

74Indéniablement, le monde, comme horizon, s’est étendu à la totalité du globe terrestre ; il est devenu Monde. Autre exemple, pris dans le roman de Zola, Germinal, publié en 1885. Lors d’un dîner chez l’industriel Hennebeau, l’un des invités se lamente :

  • 51 Émile Zola, Germinal, Paris, 1885, p. 231.

« Il y a eu une famine dans l’Inde, repris Deneulin à demi-voix comme s’il se fût parlé à lui-même. L’Amérique, en cessant ses commandes de fer et de fonte, a porté un rude coup à nos hauts fourneaux. Tout se tient, une secousse lointaine suffit à ébranler le monde… »51

75De l’article « Géographie » du Dictionnaire de pédagogie de Ferdinand Buisson, paru en 1887, on n’a souvent retenu que le lien qu’il établissait entre la nécessité de l’enseignement géographique et la guerre de 1870, au détriment sans doute de son argument le plus important, qui portait sur l’intégration de la France dans un Monde perçu comme un système :

« Deux causes, l’une particulière à la France, l’autre plus générale, ont attiré l’attention publique et les efforts des pédagogues sur la géographie. La première cause, souvent considérée comme la seule, c’est la guerre de 1870. […]

  • 52 Ferdinand Buisson, Dictionnaire de pédagogie et d’instruction primaire, Paris, Hachette, 1887, p. 1 (...)

À cette cause soudaine de conversion, il faut en ajouter une autre plus puissante encore, sous peine de mal comprendre et de mal réaliser la réforme de l’enseignement géographique. Depuis que l’homme habite la terre, il s’était établi entre la planète et lui des rapports de toute sorte qui faisaient partie de son existence physique et morale. Ces rapports se sont brusquement modifiés depuis le commencement du XIXe siècle. L’homme a acquis des moyens de locomotion qui ont fait de lui en quelque sorte un être tout nouveau. Les parties lointaines de la terre sont devenues proches. En même temps que le corps de l’homme acquérait, par cette augmentation de mobilité, des puissances nouvelles, sa pensée, elle aussi, devenait infiniment mobile ; par la télégraphie, elle pouvait voler instantanément sur toute la surface de la terre. De là, des relations étroites, continuelles, intimes, entre les différentes parties du globe et entre les hommes qui les habitent. Nous savons ce matin ce qu’on a fait hier au soir à New-York. […] La terre, dans toutes ses parties connues, est comme étreinte par l’homme, tandis qu’il y a cent ans l’homme pouvait vivre sans étendre sa vue ou ses pensées d’existence au-delà de son horizon visuel. Ces nouvelles conditions de vie nous obligent à apprendre la géographie, et surtout la géographie physique ; et cette obligation n’existe pas seulement pour nous Français et pour la géographie de notre patrie, mais pour tout homme et pour la géographie de la terre entière. »52

76Cependant, en français, l’adjectif « mondial » ne commence à être véritablement usité qu’à partir du début des années 1880. Il apparaît de façon ponctuelle et erratique, sans forcément paraître nouveau à ses usagers ; l’écrit n’est sans doute que l’écho décalé d’un usage oral. Par ailleurs, au départ du moins, il est surtout employé par des auteurs socialistes, comme ici Charles-Mathieu Limousin, militant fouriériste dont le père participa à la fondation de la première Association internationale du travail en 1864 :

« En 1884, il y a eu abondance partout, et alors les lamentations se sont élevées de tous les points du globe. La concurrence américaine et indienne est cause, ont dit les agriculteurs français, que notre bonne récolte amène un tel avilissement de la valeur marchande, que nous ne retirons même pas notre prix de revient du blé que nous avons produit. La bonne récolte de l’Europe, pays de consommation, nous oblige disent les Américains et les Indiens à vendre à tout prix nos grains. Misère ! Misère ! Misère ! dit-on de tous côtés. Misère au milieu de l’abondance ! Misère causée par l’abondance ! Quel étrange état social cela révèle.

[…]

  • 53 Charles-Mathieu Limousin, 1885, « Un argument en faveur du communisme », Revue du mouvement social (...)

S’il existait un gouvernement mondial, et s’il était composé de savants, on consacrerait, dans chaque pays, à chaque production la quantité de terres nécessaires à la consommation et à la réserve, sûr que l’on serait de la production moyenne sur l’ensemble du globe. Une semblable économie politique enlèverait au communisme, qui tourmente les peuples avec quelque raison, tous les arguments bons ou spécieux qu’il peut invoquer ; elle mettrait un terme au débat entre les protectionnistes et les libres échangistes. »53

77Peu à peu d’autres mots sont créés sur le lexème « monde », comme le nom « mondialité », qui exprime le caractère de cette inscription à l’échelle du monde entier. Il est utilisé en italique, signe marqueur de sa nouveauté, dans un numéro de la revue Questions diplomatiques et coloniales de 1897 :

  • 54 Pierre Deluns-Montaud, 1897, « La guerre et la paix », Questions diplomatiques et coloniales, Tome (...)

« Et c’est une preuve de plus de cette solidarité entre toutes les branches de la famille humaine liée par ce caractère de mondialité qu’affectera désormais de plus en plus la politique. »54

78Cette réflexion s’inscrit à propos de tensions entre la Grèce et la Turquie ottomane qui menacerait la paix européenne en raison du panislamisme qui s’est développé à la fin du XIXe siècle et qui est un des aspects de cette mondialisation :

  • 55 Ibid., p. 390.

« On sait quel lien, du Maroc à l’Inde anglaise, dans toute l’Asie occidentale et dans les deux tiers de l’Afrique, unit tant de peuples divers, cent quatre-vingts millions, au bas mot, de croyants animés d’une même foi, d’un même fanatisme, et dont les yeux se tournent plus volontiers vers Stamboul que le “commandeur des croyants” est victorieux. »55

79On notera également que l’auteur souligne le caractère très récent de cette mondialisation :

  • 56 Ibid., p. 391.

« Sans vouloir peupler de chimères l’esprit de nos concitoyens, il est permis de leur faire observer que, de plus en plus, l’espace et le temps se rétrécissent. Le globe, tout entier, est aujourd’hui plus ouvert aux investigations des explorateurs, aux entreprises des industriels et des commerçants que ne l’était l’Europe il y a soixante ans. Tout se rapproche et se précipite comme dans la loi du carré des masses et des distances. Tel peuple chez lequel, à grand-peine, un voyageur, conteur de merveilles, pouvait pénétrer vers la moitié du présent siècle, est aujourd’hui organisé à l’européenne, possède des armées permanentes, munies d’une artillerie supérieure, des vaisseaux cuirassés, des torpilleurs : tout un ensemble de formidables engins dont, en une récente guerre, il a paru faire un si judicieux emploi que nos guerriers eux-mêmes pourraient en tirer des leçons. »56

80Il faut évidemment comprendre ici une allusion au Japon. La mondialisation à l’œuvre au cours de la deuxième moitié du XIXe siècle apparaît ainsi comme le résultat d’une modernisation des moyens de transport et de communication, qui a provoqué une contraction de l’espace-temps, mais aussi comme un processus qui est de moins en moins européocentré, et de plus en plus polycentrique.

81Ceci est lié notamment l’émergence de l’Extrême-Orient :

  • 57 Docteur Martin, 1873, « L’Extrême-Orient », Bulletin de la Société de géographie, vol. 6, N° 5, p.  (...)

« Il est une expression qui frappe souvent nos oreilles : c’est celle d’extrême Orient ; de plus en plus usitée, grâce aux relations commerciales sans cesse croissantes du monde entier avec les contrées qui le composent, cette expression ne se prête guère à une définition précise et ne comporte pas une délimitation exacte telle que l’exigerait la rigueur ordinaire du langage géographique. »57

82La question de l’Extrême-Orient apparaît donc comme un facteur de cristallisation de cette conscience d’une humanité mondiale, comme l’atteste cette réflexion d’Élisée Reclus dans un article sur « la Chine et la diplomatie européenne », à propos d’une protestation de l’armée japonaise face au non-respect des droits de l’homme par l’armée russe :

  • 58 Élisée Reclus, « La Chine et la diplomatie européenne », L’Humanité nouvelle, vol. 7, N° 2, 1900, p (...)

« C’est bien du nouveau que nous voyons aujourd’hui, cette ligue de tout le monde civilisé, de l’Amérique au Japon, en vue d’un intérêt commun à tous les peuples de la Terre ! Pour la première fois depuis que se déroule l’histoire des hommes, se présente un ensemble de faits qui par sa nature est absolument mondial, et qui met en mouvement des hommes de toutes les parties de l’univers. On disait que la Révolution française n’avait pas eu d’anniversaire à la fin du siècle qui l’a suivi ! Mais le voilà, le jubilé ! La Révolution française avait proclamé les “Droits de l’Homme”, mais d’une manière purement théorique, puisqu’elle connaissait seulement les hommes d’un petit coin de terre, et maintenant la question se pose sur la planète entière : tout le genre humain se trouve ébranlé parce que les Droits de l’Homme n’ont pas été respectés sur les bords du Pei-Ho. »58

83De ce point de vue, l’analyse du sociologue Guillaume de Greef, en 1908, est révélatrice du sentiment qu’on entre au début du XXe siècle dans une époque nouvelle :

  • 59 Guillaume de Greef, La structure générale des sociétés. Tome II. Théorie des frontières et des clas (...)

« L’ère des nationalités est close ; nous sommes dans celle des internationalités et de la mondialité ; ce sont les liens réels créés entre les peuples par le développement de la circulation économique et qui se sont étendus à toute la série des faits plus complexes et plus spéciaux de la vie sociale, qui donneront nécessairement naissance à un nouveau droit international et à une nouvelle conception des frontières entre collectivités. Les frontières de séparation feront de plus en plus place à des formes contractuelles réglant et limitant réciproquement l’activité internationale des groupes et de leurs membres, comme nous le voyons dans les associations et entre associations d’ordre privé. »59

84La mondialisation est donc perçue comme un phénomène global, touchant tous les aspects de la société, et non comme un phénomène purement économique. Dès 1882, lors d’une séance de la Société d’anthropologie de Bruxelles, H. Denis avait présenté une étude tendant à montrer la corrélation entre l’abaissement et la régularisation du prix du blé, consécutivement au développement de la marine à vapeur, et la régularisation du nombre de mariages, et plus encore le lien entre celui-ci et le prix du charbon. On peut sans doute être sceptique sur une telle analyse, mais la conclusion du compte-rendu qui en est donné dans le Bulletin de la Société royale belge de géographie est intéressante :

  • 60 « Chronique géographique », Bulletin de la société royale belge de géographie, 1882, p. 615.

« Si on se place à un point de vue élevé dans l’étude de ces phénomènes, on voit que l’incorporation progressive d’une nation comme la nôtre à l’économie générale du monde, à l’organisme mondial, retentit jusqu’au cœur de l’ordre moral. »60

  • 61 Rappelons qu’en français, l’expression « guerre mondiale » existe avant même le début de la guerre (...)
  • 62 Halford Mackinder, Britain and the British Seas, Oxford, 1907, p. 12.

85Sur le plan purement linguistique, en anglais, les choses sont moins nettes. Il semble qu’on doive attendre le début de la première guerre mondiale pour qu’une évolution survienne sur le plan lexical. En effet, c’est en 1915 que le mot « world » commence à être utilisé en apposition : on écrit désormais « world commerce » et non plus « world’s commerce », « world network » et non plus « world’s network ». Il faut évidemment voir derrière cette modification l’usage massif et soudain de l’expression « world war »61. Il reste que la nuance est infime et il convient de ne pas accorder trop d’importance au premier conflit mondial dans l’émergence d’une conscience de la mondialisation. Celle-ci est de toute évidence antérieure. Ainsi, on pourrait noter une expression employée par Halford Mackinder en 1907 dans Britain and the British Seas : « the modern globe-wide world »62. Elle est très révélatrice de cette extension du monde au globe, tout en montrant que le terme de « world » n’est pas encore complètement associé au Monde dans sa totalité. Reste que l’expression est un hapax.

86La même année 1907, le cartographe écossais John G. Bartholomew publia un Atlas of the World’s Commerce dans lequel on trouve en particulier une double page représentant le degré de développement du commerce mondial (Figure 7). Elle correspondrait aujourd’hui à une représentation du degré d’intégration dans l’espace mondialisé, avec des « espaces intégrés dans le commerce international », des « espaces susceptibles d’être intégrés, mais actuellement non développés », « des espaces ouverts au commerce uniquement durant les mois d’été » et enfin « des espaces désertiques et incapables de toute mise en valeur commerciale ». Par ailleurs, l’auteur distingue « les mers ouvertes à la navigation toute l’année » et « les mers fermées en hiver », ce qui souligne bien, au passage, l’importance des échanges maritimes dans la mondialisation, ceux-ci étant indiqués par un fin réseau de lignes.

Figure 7 : Worlds Commerce (Bartholomew 1907)

Figure 7 : World’s Commerce (Bartholomew 1907)

Collection personnelle de l’auteur

87Le reste de l’atlas se compose de très nombreuses cartes, de graphiques, de statistiques et de textes qui en font un panorama très complet sur l’état de la mondialisation économique au début du XXe siècle. Une carte parmi d’autres mérite une certaine attention, celle qui représente les différentes langues usitées dans le commerce à travers le monde. D’une certaine manière, elle permet d’appréhender l’unité et la diversité du monde devenu Monde (Figure 8).

Figure 8 : Les langues du commerce (Bartholomew 1907)

Figure 8 : Les langues du commerce (Bartholomew 1907)

Collection personnelle de l’auteur

La mondialisation comme idéal

88À la toute fin du XIXe siècle, après l’adjectif « mondial » et le nom « mondialité », apparaît le verbe « mondialiser », qui a pour sens de « mettre en commun à l’échelle du monde » :

  • 63 Compte-rendu de H. Bouet du livre de Syndey et Beatrice Webb, Problem of modern Industry, 1898, par (...)

« La concurrence aura lieu entre départements, provinces ou nations, au lieu d’avoir lieu, comme aujourd’hui, entre individus ou petites sociétés, et les maux qu’elle causera seront d’autant plus terribles que les communautés seront plus puissantes. Il faudra donc mondialiser la propriété et son administration, c’est-à-dire faire de toute la terre une seule communauté. »63

89Au terme de ce processus géohistorique et linguistique, on aboutit, durant la Première Guerre mondiale, à l’apparition du terme « mondialisation », sous la plume de Paul Otlet. Paul Otlet et Henri La Fontaine, deux juristes belges, sont à l’origine de la création, en 1895, de l’Office International de Bibliographie, ce sont eux également qui ont mis en place le système de Classification Décimale Universelle (CDU) et le standard de 12,5 sur 7,5 cm imposé aux fiches bibliographiques, toujours en vigueur dans les bibliothèques du monde entier (Mattelart 1999, 2001). En 1910, ils fondent l’Union des Associations Internationales, qui existe toujours. Ils se sont aussi beaucoup investis en faveur de la paix. En 1907, Henri La Fontaine préside le Bureau international de la paix, qu’il a contribué à créer, et en 1913, il reçoit le prix Nobel de la paix. Quant à Paul Otlet, il publie dès octobre 1914 un Traité de paix générale et en 1917 un ouvrage sur la guerre où il développe le projet d’une organisation internationale permettant de préserver la paix (Hellemans 2006).

90Mais c’est en archiviste que Paul Otlet s’est confronté à la mondialisation, notamment celle des connaissances. À l’occasion du congrès des associations internationales, tenu à Bruxelles en 1910, Paul Otlet publie un rapport sur L’organisation internationale et les Associations internationales, où il développe son analyse sur « l’état actuel de l’organisation internationale » :

« L’internationalisme de notre époque n’est pas seulement un système idéal. C’est le résultat d’une convergence de faits et il repose sur un ensemble de réalités. »

91Selon lui, l’internationalisation résulte du « point de vue géographique », de la prise de possession totale de la planète par l’humanité ; du « point de vue des communication », des relations rapides et permanentes entre tous les centres habités, par le chemin de fer, les bateaux, le télégraphe, le téléphone, les services postaux, etc. ; du « point de vue économique », du commerce mondial ; du « point de vue intellectuel », des multiples échanges entre universités, académies, associations, notamment à l’occasion de congrès internationaux ; enfin, du « point politique et social », de la pacification de l’humanité et en particulier de l’Europe. Tout ceci, qui souligne bien en quoi cette mondialisation est perçue comme un phénomène total, amène Paul Otlet à l’idée qu’il faut accompagner et même favoriser ce processus d’unification de l’humanité :

« De nos jours la constitution de la société internationale et l’avènement de l’ère de la mondialité, apparaît comme l’aboutissement nécessaire de l’activité normale de l’Humanité. C’est un phénomène dont la collectivité prend une conscience grandissante et sur la portée de laquelle il importe qu’elle soit de plus en plus éclairée pour éviter, à l’avenir, les erreurs dont souffrent les organisations internationales.
[…]

  • 64 Pp. 131-133.

À côté des civilisations nationales, superposées à elles, doit exister une civilisation mondiale basée sur ce qu’il y a de commun dans les civilisations nationales, et réalisant l’esprit de polycivilisation. La civilisation mondiale peut et doit respecter les cultures ethniques, sources de force et foyers de vie intense, de même que les villes et les régions peuvent et doivent maintenir et développer leurs différences spécifiques malgré les tendances unificatrices des États. Mais il appartient à notre époque de créer la conscience de l’humanité comme nos devanciers ont créé successivement la conscience nationale, la conscience de la cité et la conscience nationale. »64

  • 65 Paul Otlet, Les problèmes internationaux et la guerre, les conditions et les facteurs de la vie int (...)
  • 66 Ibid., p. 151.

92Paul Otlet en arrive ainsi, en 1916, dans le contexte d’une réorganisation nécessaire de la vie internationale après la guerre, à préconiser « de prendre à l’égard des richesses naturelles des mesures de “mondialisation” »65 – qui constitue donc la première occurrence connue du mot en français. Mais il n’est pas clair qu’il ne s’agisse pas d’une simple internationalisation, car s’il distingue clairement les différents concepts : « mondial ce qui convient au même titre à toutes les nations, supernational ce qui leur est supérieur et international ce qui s’applique à deux ou trois nations »66, ce n’est pas tout à fait dans le sens qui est le nôtre aujourd’hui. En effet, pour Otlet, le mondial n’est sans doute que le degré ultime de l’international.

  • 67 Angelo Vivante, L’irrédentisme adriatique, Genève, 1917, p. 206.

93Par ailleurs, notons qu’il existe une autre occurrence du terme « mondialisation », dans un livre d’Angelo Vivante sur L’irrédentisme italien dont la traduction française est parue en 1917. L’auteur écrit que « la “mondialisation” des trafics a produit un conflit entre les deux ports de Venise et Trieste dont les sphères d’attraction se heurtent dans l’Allemagne orientale et centrale et dans la Suite »67. La mondialisation est bien perçue ici comme un processus, mais nous n’avons pas pu consulter l’édition italienne originale de 1912 et vérifier le mot italien.

Le court XXe siècle : l’affirmation silencieuse de la mondialisation ?

94Dans un discours prononcé à l’occasion de l’inauguration solennelle des cours universitaires le 15 novembre 1909, Jean Brunhes, alors recteur de l’université de Fribourg, développa une réflexion toute pascalienne sur « les limites de notre cage », mesurant la grandeur de la civilisation européenne à l’étendue de son horizon géographique, accrue en cette année 1909, « année polaire », par l’expédition Robert Peary, qui parvint au pôle Nord, et par celle de Ernest H. Shackleton en Antarctique. Mais derrière cette expansion de l’horizon, « le champ d’investigation », le problème soulevé par Jean Brunhes était celui du développement du « champ d’occupation » :

  • 68 Jean Brunhes, 1911, Au seuil de l’année 1910. Les limites de notre cage, Fribourg, p. 4.

« À mesure que les bornes de l’espace occupé sont reculées, les hommes veulent réduire cet espace en réduisant la durée qui est nécessaire pour le parcourir. »68

95De fait, l’histoire de la mondialisation comme mise en relation des différentes parties du monde pourrait être considérée comme une histoire de la distance : comment les hommes après s’être dispersés aux quatre coins du Monde ont-ils réussi à réduire la distance qui séparait des mondes distincts ? Aux yeux de Fernand Braudel, comme il l’affirmait à ses camarades de captivité en Allemagne durant la Seconde Guerre mondiale,

  • 69 Fernand Braudel, 1997, « L’histoire, mesure du monde », Les ambitions de l’Histoire, Paris, Édition (...)

« cette lutte contre la distance a été un des grands drames du passé des hommes, l’un des plus importants, sinon le plus important. »69

96Braudel ne parle de « mondialisation », mais l’idée est clairement là :

« Une des victoires de l’homme sur la distance et sur la nature, c’est bien le rétrécissement du monde et, par conséquence naturelle, son unité. On faisait en quinze jours hier le chemin de Caracas à Bogota, trois heures suffisent aujourd’hui avec l’avion. […]

  • 70 Ibid., p. 109.

L’humanité aura vécu pendant des millénaires cantonnée, parquée dans ses continents comme en autant d’espaces clos, dispersée en autant de planètes, a-t-on dit. Mais de planète en planète, d’aire de civilisation à aire de civilisation voisine, on a jeté des amarres (avec les siècles), établi des ponts, multiplié les liaisons utiles, échangé des biens, tout d’abord goutte à goutte : une balle de soie, des pièces d’argent à l’effigie de Néron… Peu à peu, les humanités se sont découvertes les unes les autres. Vieille histoire. Le monde ayant vécu si vite depuis lors, aujourd’hui elles se télescopent, elles échangent leurs habits et leurs civilisations. »70

97La mondialisation se banalise, et s’accélère grâce au développement de l’aviation.

La banalisation de la mondialisation

98Il est souvent avancé que la Première Guerre mondiale marquerait le terme de la « première mondialisation », une rupture dans le mouvement croissant d’échanges mondiaux. Si d’un point de vue purement marchand, les choses semblent prouvées, il est important de ne pas oublier que la mondialisation n’est pas un phénomène purement économique et que le processus d’unification de l’espace mondial est bien plus que cela. Jean-Baptiste Arrault l’a bien montré dans son étude de la pensée géographique :

  • 71 Jean-Baptiste Arrault, 2007, Penser à l’échelle du Monde. Histoire conceptuelle de la mondialisatio (...)

« Si les années d’avant 1914 ont été celles d’une initiation, d’une découverte, notamment au travers de nouveaux objets d’étude, la dimension mondiale des phénomènes géographiques, après la guerre, devient un référent habituel dans le discours géographique, voire tend à se banaliser. »71

99Deux textes de l’ethnologue Arnold van Gennep, collaborateur régulier du Mercure de France, illustrent bien à la fois la gestation du mot « mondialisation » et la continuité de la prise de conscience du processus même de mondialisation de part et d’autre de la Première Guerre mondiale. En 1907, dans le cadre d’une réflexion sur la place de l’ethnographie dans l’enseignement, il parle, en passant, d’« un ‘‘mondialisme’’ croissant ». En 1933, de façon beaucoup plus insistante, cette fois-ci dans le cadre d’une réflexion sur le comparatisme en ethnographie, il écrit : « car nous vivons en plein dans ce que je nommerai la Mondialisation de l’Humanité ». De son côté, Vidal de La Blache a proposé dans les Principes de géographie humaine, publiés en 1921, une véritable vision de ce qu’on appellerait aujourd’hui le système mondial, fondée à la fois sur le bouclage des réseaux mondiaux et sur la tripolarité Europe – États-Unis – Extrême-Orient (Arrault 2008).

100En fait, à lire les titres des ouvrages parus durant l’entre-deux-guerres, on constate que l’utilisation de l’adjectif « mondial » est pour ainsi dire banale. Il devient normal de réfléchir à l’échelle mondiale, comme par exemple A. Weiler, qui, en 1932, consacre un article au tourisme comme « facteur économique mondial ». C’est peut-être même, au contraire, la dimension utopiste qui disparaît et qui fait de l’œuvre de Paul Otlet un cas particulier. On n’a pas le sentiment de franchir un seuil nouveau, de rentrer dans une ère nouvelle. La mondialité est, semble-t-il, déjà actée.

101L’image qu’en donne John Bartholomew en 1922 s’est ainsi précisée depuis 1907. Le cartographe juxtapose trois cartes complémentaires (Figure 9a). La première, « Commercial development » (Figure 3b), reprend celle de 1907, avec un gradient d’intégration dans l’économie mondiale. La deuxième carte, « Occupations » (Figure 9c), représente les activités principales des différentes régions du monde : activités de « chasse-pêche-cueillette », agriculture traditionnelle, agriculture moderne, industrie, activités minières, zones de pêche. La troisième carte, « Means of traffic » (Figure 9d), illustre l’importance des moyens de transport pour expliquer le degré d’intégration dans l’espace mondial, avec une opposition, dans la légende, entre d’un côté les espaces intégrés par les réseaux de chemin de fer (l’Europe, l’Amérique du Nord, le Sud-Est de l’Australie, le littoral Pacifique du Japon, un fragment du Sud-Est brésilien), de l’autre ceux où prédomine le portage humain (l’Afrique subsaharienne, Afrique australe exclue). L’ensemble de la double page se présente ainsi comme une cartographie de la mondialisation économique : ses lieux privilégiés, ses activités, ses axes de transport, tout autant que ses limites : ses espaces non intégrés, marginalisés, sous-développés.

Figure 9a: World-Commerce (Bartholomew 1922)

Figure 9a: World-Commerce (Bartholomew 1922)

© David Rumsey Map Collection

Figure 9b : Le degré de développement commercial (Bartholomew 1922)

Figure 9b : Le degré de développement commercial (Bartholomew 1922)

© David Rumsey Map Collection

Figure 9c : Les activités principales (Bartholomew 1922)

Figure 9c : Les activités principales (Bartholomew 1922)

© David Rumsey Map Collection

Figure 9d : Les moyens de transport (Bartholomew 1922)

Figure 9d : Les moyens de transport (Bartholomew 1922)

© David Rumsey Map Collection

Le Monde vu des airs : la globalization

102Cependant, un nouveau facteur de mondialisation apparaît au lendemain de la Première Guerre mondiale : l’aviation. Certes, celui-ci s’inscrit dans la logique du processus antérieur de mondialisation, comme une modernisation des réseaux de transport mondiaux, mais d’un point de vue phénoménologique, dont on a déjà souligné l’importance, le transport aérien apporte deux choses : la vitesse dans le déplacement des personnes et une vision nouvelle de l’espace terrestre. Il est donc naturel que le développement du transport aérien attire l’attention des géographes et il est signalé comme nouveau par René Crozet dans un article des Annales de géographie dès 1925 :

  • 72 René Crozet, « L’aviation marchande », Annales de géographie, Volume 34, N° 187, p. 1.

« L’avion, engin d’expérience et de sport avant la guerre, instrument de combat pendant les hostilités, tend, depuis 1918, à devenir un moyen de transport. Le dernier venu et le plus rapide des engins créés par l’homme pour diminuer les distances ouvre à l’humanité le domaine illimité de l’atmosphère. Au-dessus de la route, du rail et du navire, l’avion commence à prendre rang parmi les moyens modernes de circulation. »72

103Crozet dénombre ainsi en 1919-1920, seulement pour la France et ses colonies, onze compagnies aériennes. Aussi, à partir de 1926, consacre-t-il au sujet une chronique annuelle dans les Annales afin de faire le point sur cette évolution, notamment sur l’extension du réseau aérien (Crozet 1926, 1927, etc.) – la dernière étant celle de l’année 1940 où l’auteur ne peut que constater l’impact négatif de la guerre sur les liaisons internationales.

104Paul Claudel, dont la carrière diplomatique l’a amené à occuper des postes en Europe, en Extrême-Orient et aux Amériques, s’enthousiasme pour ce nouveau mode de transport :

  • 73 Paul Claudel, 1984, Conversations dans le Loir-et-Cher, Paris, Gallimard. La première édition de ce (...)

« L’auto nous a donné la possession de la terre, l’avion donne la domination de la planète, il s’offre à nous quelque chose de rond qui n’est plus limité que par les lois de la circonférence, nous ne portons plus le poids, c’est le poids qui nous porte, nous ne subissons plus la circonstance, nous nous promenons sur une astronomie. »73

105En juin 1936, le journaliste américain John E. Lodge célèbre la traversée transatlantique entre Francfort et Lakehurst par le zeppelin Von Hindenburg en mai 1936, quelques mois après la mise en place de la traversée transpacifique entre San Francisco et Manille par l’hydravion China Clipper en novembre 1935 :

  • 74 John E. Lodge, 1936, « Now You Can Fly Around the World », Popular Science Monthly, vol. 128, N° 6, (...)

« Le Phileas Fogg de 1936 peut acheter ses tickets à l’avance et peut accomplir un tour du monde par les airs en tout confort. »74

106En 1939, Pierre Deffontaines consacre un article dans la Revue des deux mondes, à l’impact du développement de l’aviation sur le regard géographique porté sur la terre :

« L’avion transforme considérablement nos façons de voyager. Je n’insisterai pas tant ici sur la vitesse des déplacements qui a changé brusquement les dimensions de la planète, les mesures de l’espace n’étant en définitive que des mesures du temps : sur certains parcours, parcours maritimes notamment, les jours sont devenus des heures.

De nombreuses études ont célébré cette transformation, mais en réalité ce n’est peut-être pas la principale révolution de l’avion ; s’agit-il même d’une révolution ? Jusqu’à maintenant aucun des moyens de transport antérieurs, chemin de fer, auto, steamer, n’a été détrôné, ni même sérieusement touché. Rappelons que l’aviation commerciale ne transporte pas encore un dixième du nombre des voyageurs qui circulent de par le monde et pas un centième des marchandises qui sont véhiculés ; le trafic des plus considérables aéroports n’égale pas encore celui d’une petite gare rurale. […]

La transformation la plus étonnante provoquée par le voyage en avion n’est pas une révolution de vitesse, mais une révolution de vision. L’avion a réalisé un changement total dans le mode de vision de la terre, un changement plus grand que celui que les premiers navigateurs saisirent lorsqu’ils virent la terre pour la première fois de la mer.

  • 75 Pierre Deffontaines, 1939, « Nouvelles visions de la terre par l’avion », La revue des deux-mondes, (...)

L’avion a remplacé la vision linéaire et à ras de sol par une vision de surface ou même en volume ; il a apporté ainsi un nouveau point de vue sur la terre et il représente, au vrai, le plus merveilleux mode de connaissance du globe au point que la terre apparaît, vue d’avion, comme une nouvelle planète. »75

107On apportera cependant une nuance en soulignant que Pierre Deffontaines parle du regard sur la terre en général, plus que d’une nouvelle vision du Monde dans sa totalité.

108C’est la Seconde Guerre mondiale qui va donner toute sa place à l’aviation. De fait, l’entrée en guerre des États-Unis après deux décennies de relatif isolationnisme a provoqué une réelle rupture dans la vision étatsunienne du Monde et a fait apparaître le besoin de mieux connaître ce Monde, un espace dont les parties sont désormais interdépendantes et où les États-Unis ne peuvent plus se considérer comme une île. C’est ce qu’écrivait Wendell Willkie en 1943 :

  • 76 Willkie W.L., One World, New York, 1943, p. ix.

« Aujourd’hui, à cause des diverses censures, militaires et autres, l’Amérique est comme une cité assiégée qui vit entre de hauts murailles au travers desquelles ne passe qu’occasionnellement un courrier pour nous dire ce qui se passe à l’extérieur. J’ai été hors de ces murs. Et j’ai découvert que rien à l’extérieur n’est exactement comme il le semble à ceux qui sont à l’intérieur. »76

109En 1942, Wendell Willkie, l’ancien candidat républicain aux élections présidentielles de 1940, désormais rallié à Franklin D. Roosevelt, fut chargé en tant que représentant spécial du président américain de faire un tour du monde en avion pour rencontrer quelques-uns des principaux alliés des États-Unis. Il réalisa son périple en quarante neuf jours, du 26 août au 14 octobre 1942 ‑ ce qui correspond, comme il le souligne lui-même, à seulement 160 heures de vol, pour 31 000 miles parcourus :

  • 77 Ibid., p. 1.

« Si j’avais eu quelques doutes sur le fait que le monde était devenu petit et complètement interdépendant, ce voyage les aurait complètement dissipés. »77

110De retour aux États-Unis, Willkie publia un livre dans lequel il reprit un certain nombre de ses observations et de ses réflexions. L’ensemble se présente comme un chapelet de considérations régionales sur El Alamein, le Moyen-Orient, la Turquie, l’U.R.S.S., la Chine et in fine sur les États-Unis, leur place dans le monde, leur rôle dans la guerre et celui qu’ils devraient avoir dans l’après-guerre. Car l’essentiel de l’ouvrage est là, dans l’affirmation de l’engagement des États-Unis en faveur de la liberté politique et économique d’un monde désormais uni, Willkie reconnaissant l’importance de l’idéal wilsonien et incidemment l’erreur du choix isolationniste commise par les républicains à la fin de la Première Guerre mondiale. Une phrase en résume peut-être l’esprit général :

  • 78 Ibid., p. 2.

« Notre pensée à l’avenir doit être à l’échelle du monde [world-wide]. »78

111On soulignera au passage le rôle primordial de l’avion dans cette prise de conscience :

  • 79 Idib., p. 203.

« Quand je dis que la paix doit être planifiée sur une base mondiale, j’entends littéralement qu’elle doit embrasser la terre. Continents et océans ne forment pleinement que des parties d’un tout, vues, comme je les ai vues, des airs. »79

112La carte mise au revers de la couverture est là pour l’illustrer (Figure 10).

Figure 10 : Trajet de Wendell Willkie en 1942

Figure 10 : Trajet de Wendell Willkie en 1942

Carte présente au revers de la couverture, Willkie 1943

Collection personnelle de l’auteur

113Aux États-Unis, la cartographie a été un facteur déterminant durant la Seconde Guerre mondiale dans le changement de la manière de voir le monde. Par rapport à cette évolution, il faut rappeler l’influence majeure qu’a sans doute eue Richard Edes Harrison, dont les illustrations cartographiques bouleversaient les conventions (Schulten 1998). Harrison n’était ni géographe ni cartographe de formation, mais architecte. Le hasard l’a conduit à participer à l’illustration du magazine Fortune à partir de 1940. Optant pour une représentation non orthodoxe, il dessinait des cartes des différentes régions du conflit à partir de vues du globe « à partir de l’espace ». Certaines ont été rééditées dans un atlas avant même la fin du conflit (Harrison 1944).

114Mais c’est surtout la carte qu’il a réalisée en août 1941 qui a peut-être le plus frappé les esprits (Figure 11).

Figure 11: The World Divided (Harrison 1941)

Figure 11: The World Divided (Harrison 1941)

Collection personnelle de lauteur

  • 80 Cf. sur le site de la BNF.

115Le monde était vu selon une projection azimutale équidistante centrée sur le pôle Nord, ce qui permettait d’embrasser le globe, et donc la guerre, d’un seul coup d’œil. L’idée n’est pas en soi particulièrement nouvelle, puisque la première de la sorte est celle de Cassini, en 169680, mais son utilisation dans le contexte de la guerre mondiale à un impact particulier. Elle a été rééditée et actualisée en mars 1942, avec pour titre : « One World, one War » (Figure 12).

Figure 12: One World, One War (Harrison 1942)

Figure 12: One World, One War (Harrison 1942)

Collection personnelle de lauteur

116On peut mesurer son influence au fait qu’elle a directement inspiré la création du drapeau de l’ONU, qui n’est au départ que le graphisme du logo de la conférence de San Francisco de 1945 (Capdepuy 2011b).

117À partir de 1942, on constate ainsi aux États-Unis un véritable engouement pour les représentations cartographiques et pour les atlas. Paradoxalement, les nombreux atlas qui sont alors publiés ne sont pas reliés au conflit mondial, mais au développement de l’aviation qui apparaît ainsi comme le véritable facteur d’une nouvelle étape de la mondialisation. Les titres et les couvertures sont explicites: Toward New Frontiers of Our Global World (Engelhardt 1943, Figure 13), Our Global World. A Brief Geography for the Air Age (Hankins 1944, Figure 14), Atlas of Global Geography (Raisz 1944), Our Air-Age World, A Textbook in Global Geography (Packard et al. 1944). On citera également une petite publication hors-série de la revue Planes de novembre 1946 à l’occasion d’un salon de l’aviation à Cleveland. Le slogan insiste sur la révolution provoquée par l’aviation dans nos représentations géographiques, ce qui est bien illustré par l’obsolescence manifeste des planisphères, au profit des représentations globales, et par la réduction de l’espace-temps du globe (Figure 15).

Figure 13 : Global World (Engelhardt 1943)

Figure 13 : Global World (Engelhardt 1943)

Collection personnelle de l’auteur

Figure 14: Our Global World (Hankins 1944)

Figure 14: Our Global World (Hankins 1944)

Collection personnelle de lauteur

Figure 15 : « L’avion a changé la géographie »

Figure 15 : « L’avion a changé la géographie »

Planes, vol. 2, N° 5, 1946

Collection personnelle de l’auteur]

  • 81 Cf. notamment dans cet ouvrage l’article de Weigert en collaboration avec Richard Harrison.

118Notons par ailleurs que la rupture de l’isolationnisme, qui s’est traduite par un nouveau regard sur le Monde, presque littéralement, s’est accompagnée d’une redécouverte de la géopolitique allemande, notamment par l’intermédiaire de Hans Weigert (Weigert 1942, Weigert & Stefansson 194481).

  • 82 Il faudrait pour vérifier cette hypothèse consulter les archives étatsuniennes.

119Ainsi, la Seconde Guerre mondiale a été un moment charnière dans l’élaboration d’une nouvelle vision du monde. Il est tout à fait révélateur qu’une distinction se fasse à partir de 1942 entre le conflit en cours et celui de 1914-1918. Alors que la première guerre mondiale est qualifiée de « world war », la deuxième est qualifiée de « global war ». Un échelon supplémentaire dans l’extension de la guerre semble avoir été franchi, en particulier du point de vue américain puisque les États-Unis, à partir de 1942, sont engagés sur les deux fronts, de part et d’autre du globe. Le mot anglais « globalization » semble ainsi avoir été inventé vers 1943-1944, dans le cadre de la réflexion qui entoure la conférence de Moscou d’octobre-novembre 1943 où la décision a été prise de créer une organisation internationale des nations unies82.

120L’achèvement de cette nouvelle vision du Monde se produit avec les deux clichés de la Terre réalisés par les missions spatiales de la NASA, celui de 1968, qui n’offre qu’une vue partielle, et celui de 1972, The Whole Earth (ou photo 22 727). Pour Denis Cosgrove, c’est une cassure dans l’imaginaire géographique moderne car cette photo présente une vision de la Terre sous ses voiles nuageuses, dans ses couleurs naturelles, sans frontières, et selon un angle non conventionnel. Elle était l’image même du célèbre vers de Paul Éluard :

  • 83 Paul Éluard, 1929, L’amour la poésie, Paris, Gallimard, p. 18.

« La terre est bleue comme une orange »83.

La mondialisation : un projet de gouvernance du Monde

121C’est également au milieu des années 1930, dans un ouvrage intitulé Monde, essai d’universalisme, que Paul Otlet reprend les idées déjà développées avant guerre sur la nécessité de penser le Monde dans sa totalité et de résoudre les problèmes à l’échelle mondiale. Dans la préface, il écrit ainsi :

  • 84 Paul Otlet, Monde, essai d’universalisme, Bruxelles, 1935, p. 175.

« Il faut, en sujet général, traiter du Monde. Car plus qu’aucun autre, sans en avoir cependant l’exclusive, notre temps est placé devant une compréhension large de ce qui existe. Il y constate l’interdépendance à un extrême degré, ses répercussions, ses incidences. »84

122Dès 1916, Paul Otlet développe une idée aujourd’hui bien démontrée par Jean-François Bayart, à savoir que la mondialisation s’est accompagnée de la diffusion du modèle de l’État-nation (Bayart 2004) :

  • 85 Paul Otlet, Les problèmes internationaux et la guerre, les conditions et les facteurs de la vie int (...)

« La terre est facteur à la fois de “nationalisation et d’internationalisation”. La surface entière de la terre est partagée aujourd’hui entre les États souverains et constitue soit leur territoire métropolitain, soit leurs colonies, possessions ou protectorats. »85

123Mais Paul Otlet est principalement un visionnaire, un utopiste. Conscient du processus de mondialisation, il anticipe sur la nécessité d’une gouvernance mondiale dont on ne perçoit aujourd’hui que les balbutiements :

  • 86 Ibid., p. 75.

« Le problème fondamental de l’économie et de la politique mondiales consiste à faire vivre, heureuses et pacifiques, les populations sur le territoire du globe. La Terre est l’unité ultime qui doit entrer dans tous les plans sociaux. »86

124C’est dans cette optique qu’en 1920, Paul Otlet et Henri La Fontaine fondèrent le « Palais mondial », ou « Mundaneum », pour rassembler l’ensemble de leurs collections. Celles-ci sont d’abord abritées dans l’aile gauche de palais du Cinquantenaire à Bruxelles. On pouvait lire à l’entrée : « Par la Liberté, l’Egalité et la Fraternité mondiales – dans la Foi, l’Espérance et la Charité humaines – vers le Travail, le Progrès et la Paix de tous ». Ce musée d’un genre un peu particulier abrite alors une quantité impressionnante de documentation répartie dans plusieurs dizaines de salles et un répertoire de 18 millions de fiches bibliographiques. Mais dès 1922, il doit déménager temporairement ; puis il est fermé définitivement en 1934.

  • 87 Ligue des Droits de l’homme, Le Congrès national de 1932, compte-rendu sténographique (26-28 décemb (...)
  • 88 Parti républicain radical et radical-socialiste, 30e Congrès du parti républicain radical et radica (...)

125La mondialisation est une idée diffuse dans les années 1930. Lors du congrès de la Ligue des droits de l’homme de 1932, l’un des représentants évoque la nécessité « non pas de nationaliser, mais de mondialiser les industries les plus directement intéressées à la guerre ». Victor Basch lui répond qu’il sera tenu compte de son intervention, mais sans forcément reprendre le terme de « mondialisation »87. Le terme est également employé lors du congrès du parti républicain radical et radical-socialiste de 1930, toujours à propos des armements88.

126Après-guerre, un mouvement de « mondialisation » se développe en France qui consiste à déclarer certaines villes « mondiales ». En 1949, à l’instigation de Robert Sarrazac (nom de résistance de Robert Soulage), Cahors se proclame « ville du monde ». On parle alors de « la mondialisation de Cahors ». C’est l’aboutissement d’une réflexion sur la gouvernance mondiale qui s’est développée en Europe et aux États-Unis durant l’entre-deux-guerres et qui a été reprise dès 1945 (Haegler 1972, Barratta 2004). Au Royaume-Uni, un député travailliste, Henry Usborne, lance une véritable « Croisade pour un gouvernement mondial » (Crusade for World Government). En 1946, plusieurs dizaines d’organisations et de mouvements divers se retrouvent à Luxembourg et lancent le « mouvement mondial pour une confédération mondiale » (world movement for world federal government). Une nouvelle réunion a lieu à Montreux en 1947. Un geste médiatise alors un peu le mouvement : Garry Davis, ancien pilote américain, annonce le 25 mai 1948 qu’il a abandonné la nationalité américaine et qu’il se place désormais sous la protection de l’ONU ; il plante sa tente sur le parvis de Chaillot, siège provisoire de l’ONU. Le 19 novembre 1948, Garry Davis et Robert Sarrazac interrompent l’Assemblée Générale des Nations Unies pour exiger la démocratisation et la supranationalité de l’ONU. Le 1er janvier 1949, Garry Davis annonce l’ouverture d’un « Registre des Citoyens du Monde ». Et c’est donc dans ce contexte que Cahors proclame, la même année, sa « mondialisation ». D’autres villes, en France et dans le monde, suivront, comme Hiroshima par exemple.

127Si ce mouvement de « mondialisation » reste marginal, il est révélateur du sens général que l’on donne à l’époque au terme. Le terme exprime le plus souvent l’idée d’une gouvernance mondiale. Ainsi, en juin 1946, le « plan Baruch » proposait de créer une autorité internationale permettant d’encadrer le développement de l’énergie atomique : « Nous devons choisir entre la paix mondiale et la destruction mondiale » (We must elect World Peace ou World Destruction). En France, à partir des années 1960, on parle du « plan de mondialisation de l’énergie atomique » (Fontaine 1966).

128L’auteur qui a peut-être le plus utilisé la notion est l’économiste français François Perroux qui fait de la mondialisation, dans le sens où l’entendait Otlet, une de ses idées maîtresses. Le mot apparaît une première fois, entre guillemets, dans une publication de 1948, Le plan Marshall ou l’Europe nécessaire au monde :

  • 89 François Perroux, Le plan Marshal ou l’Europe nécessaire au monde, Paris, 1948, p. 209.

« […] la voie reste ouverte à des progrès ultérieurs du multilatéralisme et à une “mondialisation” des instruments monétaires et des marchés qui en règlent l’emploi. »89

129Ici, la mondialisation n’est donc pas conçue comme un processus, mais bien comme une action politique. François Perroux plaide en faveur d’une politique économique qui serait véritablement mondiale, et pas seulement internationale. La mondialisation est conçue comme un horizon à atteindre et le thème sous-jacent est celui-ci d’une « gouvernance mondiale », pour le formuler en termes actuels.

130François Perroux poursuit sa réflexion et la développe quelques années plus tard, en 1954, dans L’Europe sans rivage. Le mot de « mondialisation » n’est plus utilisé entre guillemets et il fait l’objet de plusieurs développements, en particulier celui-ci, dans lequel François Perroux distingue clairement l’internationalisation, qui n’est que la collaboration entre plusieurs États, et la mondialisation, qui est l’apparition d’un échelon supérieur, au niveau de l’espace mondial compris dans sa totalité.

« Une doctrine politique de cette sorte est complémentaire de la doctrine économique qui recommande la mondialisation de l’économie.

Mondialisation n’est pas internationalisation.

Internationalisation désigne la simple collaboration sous quelque forme que ce soit entre des économies nationales. L’économie s’internationalise si des nations signent des conventions relatives aux postes et aux télégraphes ou à l’exploitation des câbles sous-marins ; elle s’internationalise encore par les traités de commerce et les actes conventionnels à objet économique qui ne supposent pas l’adhésion à une règle du jeu juridique exprimée, ni la constitution d’un pouvoir supra-national chargé de la faire respecter.

L’idée de mondialisation est plus riche à deux égards.

L’économie mondiale est plus, en nature, que l’économie supranationale. L’économie mondiale résulte des centres mondiaux de production des matières premières, de l’énergie, des voies et des moyens de transports dans le monde. Il existe des besoins mondiaux de pays sous-développés, des ensembles discernables à l’échelle du monde, de concentration de capitaux techniques et financiers. Maintenir, au minimum, une libre communication entre ces centres, établir, au mieux, une coopération active, entre eux, dresser des plans de toutes les ressources de la planète pour satisfaire les besoins fondamentaux de tous ses habitants, tel est l’objectif que l’histoire nous impose.

La mondialisation n’est ni l’internationalisation des économies nationales, ni l’organisation supranationale de quelques économies nationales ; elle appelle la constitution de décisions économiques à l’échelle mondiale et dotées de moyens mondiaux ; elle tire la leçon de l’échec, au XIXe siècle, des procédures du marché et de l’entreprise confiées à des producteurs à horizon nécessairement étroit et à des États pratiquant une politique d’égoïsme national ou d’alliances belliqueuses ; elle n’ignore plus que le marché ne se constitue pas et ne se développe pas de lui-même ; elle cherche à formuler des définitions empiriques, concrètes, révisables, d’avantages économiques pour l’ensemble du monde ; elle sait toutes les “impuretés” de tels choix ; elle sait aussi que la poursuite en commun d’un but valable est, par elle-même, féconde et que la recherche empirique peut être un excellent allié des plus hautes valeurs. »

131Toutefois, on retrouve, là encore, l’idée que la mondialisation est d’abord envisagée comme une action qui doit accompagner un processus en cours, et non comme une dynamique systémique que la multiplicité des acteurs rendrait en quelque sorte autonome, même si c’est précisément cette autonomie qui pose problèmes et qui appelle pour certains une gestion mondiale, comme l’écrit le sociologue français Georges Friedmann en 1971 dans une critique de la consommation et des mass media :

  • 90 Georges Friedmann, 1971, « Les mythes et le dilemme », Communications, vol. 17, N° 17, p. 178.

« Il n’est pas question d’“enchaîner le nouveau Prométhée”, d’“arrêter le progrès technique”, ‒ slogans nés de la grande crise des années 1930 et disparus avec elle ‒ mais d’organiser sa régulation consciente qui exigera, tôt ou (trop) tard, la mondialisation des grandes décisions économiques. »90

132Cependant, la doctrine mondialiste attire les critiques, visant trop haut pour ainsi dire. Elle est notamment André Marchal, dans un article paru en 1960 :

« Il n’est certes pas faux de prétendre que l’Europe n’est pas une fin en soi, mais seulement une étape dans la voie de la mondialisation. Le but à atteindre est bien évidemment la création d’une vaste unité économique mondiale, disons d’une nation conçue à l’échelle du monde, impliquant l’existence d’un gouvernement mondial.

  • 91 André Marchal, 1960, « De quelques faux dogmes en matière d’organisation européenne », Revue économ (...)

Mais alors, la Communauté économique européenne constitue-t-elle un palier sur lequel il est prudent de s’arrêter pendant tout le temps nécessaire pour reprendre son souffle, pour s’organiser au mieux, pour permettre aux diverses structures de s’aménager sans trop heurter, aux esprits de s’adapter à la nouvelle situation, aux institutions de prendre place, etc. »91

133Ces critiques sont reprises dans L’Europe solidaire (Marchal 1964).

Le fait mondial

134Mais il serait abusif de conclure à un sens uniquement politique, volontariste, du terme de « mondialisation ». Celui-ci continue de désigner fondamentalement un processus d’intégration de l’espace mondial, notamment par l’économie. Ainsi, dans La coexistence pacifique, publié en 1958, François Perroux écrit, dans un paragraphe intitulé « la mondialisation du développement économique » :

  • 92 François Perroux, La coexistence pacifique, Paris, 1958, p. 21.

« Le développement économique du monde, de 1815 à 1914, pour nous qui regardons en amont, et pour ceux aussi qui participaient à l’événement, offre une originalité : ce développement s’est fait par l’expansion d’un seul ensemble politique et économique dominant : Londres, et de ses satellites européens et extra-européens. Londres a misé sur un seul système économique : le capitalisme. »92

135Au même moment, Edgar Morin termine son Autocritique par une longue réflexion sur l’avènement de « l’âge de fer planétaire » :

  • 93 Edgar Morin, 1959, Autocritique, Paris, Julliard, p. 234.

« Pour la première fois, l’humanité était embrassée par une civilisation mondiale : la civilisation technique. Pour la première fois les problèmes ne pouvaient se comprendre et se dénouer qu’à l’échelle de la mondialité. Jamais le réseau des interactions n’avait à ce point enserré la planète. Jamais les intérêts et les rêves humains n’avaient été saisis dans de tels rapports d’interdépendance. C’était effectivement la technique qui mondialisait la planète Terre. »93

136Le rapport à la mondialisation y est plus inquiet. La rupture d’Edgar Morin avec le parti communiste n’entraînait pas un rejet de l’idéal d’une humanité unie héritée de l’internationalisme du XIXe siècle. La mondialisation (même si le mot n’apparaît pas) demeure à inventer :

  • 94 Ibid., p. 260.

« Il faut concourir à l’unification planétaire qu’opère la technique, mais en sécrétant les antidotes à l’unification bureaucratique et technocratique, c’est-à-dire en proposant comme mythe directeur ce que les révolutionnaires du XIXe siècle entendaient par socialisme et communisme : non pas la communauté de caserne ou de religion, mais de nouveaux rapports entre les hommes. »94

  • 95 En 1961, Pierre Chaunu parle de « la mondialisation du sucre brésilien » à la fin du XVIe siècle, i (...)
  • 96 En 1972, Rolande Bonnain-Moerdijk caractérise la période 1500-1750 par « la mondialisation des écha (...)

137À côté de cela, on note une utilisation du mot de façon éparse par certains historiens, comme Pierre Chaunu95 ou Rolande Bonnain-Moerdijk96.

138La mondialisation est également évoquée comme un état de fait, en 1972, dans deux articles sur les multinationales parus dans le même numéro de la Revue économique :

  • 97 Louis Karpik, 1972, « Multinationales et grandes entreprises », Revue économique, vol. 23, N° 4, p. (...)

« La firme multinationale est une réalité empirique originale, elle n’est pas pour autant un objet scientifique. Le gigantisme, la mondialisation et la multinationalité marquent les entreprises contemporaines et semblent justifier un nouveau découpage de l’univers industriel […]. »97

  • 98 André Paul Weber, 1972, « Entreprise multinationale et pratiques restrictive », Revue économique, v (...)

« Plus récemment, cette forme d’investissement extérieur d’opportunité a été complétée par ce que l’on peut appeler l’investissement de nécessité : face à la mondialisation des marchés et au développement correspondant de la concurrence, les entreprises sont tenues de répondre aux attaques des concurrents. »98

139Le problème des délocalisations commence à être évoqué :

  • 99 Michel Hannoun et Philippe Templé, 1975, « Les facteurs de création et de localisation des nouvelle (...)

« Cette mondialisation de la logique de localisation est directement liée à la recherche constante des coûts de production moindres en particulier sur le plan des salaires. Au cours de la période 1961-1970, les régions françaises les moins développées offraient une main-d’œuvre meilleur marché, en raison notamment des faibles qualifications. Ceci constituait souvent un de leurs facteurs attractifs pour les grandes entreprises industrielles en quête d’implantations nouvelles. Cet avantage, du fait même de l’industrialisation de ces zones, s’estompe progressivement. Une forte tendance à la comparaison systématique avec l’étranger, notamment avec les pays en voie de développement, pourrait donc se développer notamment pour les industries employant une main-d’œuvre abondante et peu qualifiée. »99

140Au cours des années 1970, le « fait multinational » devient ainsi progressivement un thème de l’analyse économique (Hymer 1968, Adam 1972, Andreff 1976).

141En 1982, André Garcia consacre un chapitre de son ouvrage sur la Géographie des échanges internationaux à « la mondialisation des problèmes » :

« La perception d’un homme de l’Ancien Régime était liée à son village. En France la perception des solidarités s’est élargie au cadre national avec des facteurs comme la conscription, l’instruction publique obligatoire, le nationalisme jacobin, le vote du budget de l’État et la sécurité sociale. La perception mondialiste des interdépendances est beaucoup plus récente. Elle est liée à l’apparition de problèmes d’une ampleur suffisante pour agiter la planète, mais aussi de techniques de communication de masse qui permettent d’en prendre conscience.

C’est sans nul doute le problème de la sécurité et surtout le risque nucléaire qui contribue le plus à la perception d’une communauté mondiale de destinées.

  • 100 André Garcia, 1982, Géographie des échanges internationaux, Paris, Librairies techniques, p. 118.

La diminution des ressources naturelles, plus particulièrement des ressources pétrolières, fait apparaître la nécessité d’une gestion en commun entre pays producteurs et consommateurs. L’accroissement de la pollution mondiale et l’inégalité des niveaux de vie impliquent des solutions d’ensemble et probablement la refonte du système économique de l’après-guerre (recherche d’un Nouvel Ordre Économique Mondial). […] »100

La mondialisation : changement de discours

142Cependant, malgré toutes les remarques précédentes, le fait majeur du dernier quart du XXe siècle est bien l’irruption massive de la « mondialisation » dans les discours, et ce dans toutes les langues. En Europe, le mot a souvent été calqué sur l’anglais : « globalisation » en français, Globalisierung en allemand, globalizzazione en italien, globalización en espagnol, globalização en portugais, глобализация [globalizacija] en russe ; ailleurs, la créativité a été variable : küreselleşme en turc (sur le lexème küre, « sphère, globe »), ﻋﻮﻠﻤﺔ [‘oulama] en arabe (sur le lexème ﻋﺎﻠﻢ, [‘alam] « monde »), Παγκοσμιοποίηση en grec (la « pancosmopièse »), 全球化 [quánqiú huà] en chinois (sur le lexème 球 [qiú], « balle, sphère, globe »)…

143En France, un élément assez révélateur de la diffusion de la notion de « mondialisation » est son inscription explicite dans le programme de géographie de terminale en vigueur à la rentrée 1983 ‑ ce que beaucoup d’enseignants (et d’élèves de l’époque…) semblent avoir oublié. Pourtant, la véritable rupture semble s’être opérée au tournant des années 1980 et des années 1990 lorsque les mots de « globalization » et « mondialisation » apparaissent dans le titre même de certains ouvrages (Muroyama & Guyford Stever 1988, Albrow & King 1990, Amin 1992, Moreau 1993).

144Comment expliquer le franchissement de cette nouvelle étape ? L’idée la plus souvent invoquée est la libéralisation des marchés financiers au cours des années 1980, ceci dans une lecture assez étroite de la mondialisation où celle-ci n’est perçue que comme la diffusion du système capitaliste. On pourrait aussi évoquer l’effondrement du bloc soviétique en 1989-1991 et considérer que la fin de la bipolarisation du monde, en décloisonnant l’espace mondial, a ouvert la période actuelle d’une mondialisation pleinement perçue et vécue.

145L’autre facteur, quasiment concomitant, est l’ouverture au grand public du réseau Internet, qui date de 1994. Très vite, on s’est rendu compte qu’Internet allait marquer un nouveau palier dans le processus mondialisation, comme le développait Olivier Dollfus en 1999 :

  • 101 Olivier Dollfus, in Beaud M. et al., Mondialisation. Les mots et les choses, Paris, 1999, p. 208.

« La mondialisation contemporaine se définit à la fois par la mise en place des sociétés informationnelles, fondées sur le développement de réseaux sans cesse plus performants, au sein desquels la distance kilométrique ne joue plus ou joue moins, mais où interviennent alors des barrières culturelles, où la différence se fait entre ceux qui sont branchés et ceux qui ne sont pas, où l’exclusion accompagne l’intégration. »101

146Ces différents facteurs sont au cœur de l’analyse de Mazlich qui plaide pour une « New Global History » ayant pour sujet d’étude cette période de globalization qui s’ouvre avec les années 1980.

147Cependant, la nouveauté la plus importante est peut-être le discours lui-même, dans son inversion. En 1995, un article de Zaki Laïdi dans Le Monde est intitulé « La malaise de la mondialisation ». L’auteur pointe précisément du doigt la perception contemporaine du phénomène, notamment en France :

« Or ce qui caractérise la mondialisation, c’est précisément le fait que personne ne parvient à lui donner sens, à la lier à une représentation collective, à l’objectiver. La mondialisation apparaît comme une somme de contraintes ou d’opportunités, mais non comme un projet ou une espérance.

On constate presque partout que l’ouverture sur le monde ne favorise pas spontanément une conscience d’appartenance au monde.

  • 102 Zaki Laïdi, « Le malaise de la mondialisation », Le Monde, 31 août 1995.

On ne s’investit pas dans la mondialisation comme on s’investit dans une idéologie à prétention universaliste. On constate presque partout que l’ouverture sur le monde ne favorise pas spontanément une conscience d’appartenance au monde. On n’hésitera pas à dire que la mondialisation tend aujourd’hui à détruire l’idée d’universalité ou de responsabilité mondiale. »102

  • 103 Erik Izraelewicz, « La première révolte contre la mondialisation », Le Monde, 7 décembre 1995.

148On perçoit ainsi l’inversion majeure de la notion de « mondialisation » entre le début et la fin du XXe siècle. La mondialisation, qui était une variante du projet internationaliste, est désormais perçue comme une menace par une partie de la population, notamment en France où le mouvement social de novembre-décembre 1995, le plus important depuis 1968, est décrit comme « la première révolte contre la mondialisation »103. Or parmi les griefs de la protestation, se trouve le traite de Maastricht signé en 1992 et perçu comme le cheval de Troie du libéralisme associé à la mondialisation. Il s’agit donc là d’un renversement complet du discours. Alors qu’auparavant, selon la doctrine mondialiste, la construction européenne pouvait être perçue comme une étape dans la construction d’une sorte de fédération mondiale, l’Union européenne est désormais vue comme le bras armée de la mondialisation libérale.

  • 104 Walden F. Bello, « It’s the development model, stupid! », The Nation, 24 mars 1999.
  • 105 Pierre Teilhard de Chardin, 1962, La place de l’homme dans la nature. Le groupe zoologique humain, (...)

149C’est donc sans surprise qu’on assiste à une promotion de la « démondialisation ». Le terme, en français comme en anglais, apparaît au milieu des années 1990 dans le cadre de l’analyse historique de la mondialisation pour décrire la période qui suit la crise de 1929 (Williamson 1996, Fayolle 1999) ou simplement pour évoquer un éventuel futur, manière de rappeler que la mondialisation n’est pas la fin de l’histoire (Piel 1999). Mais à partir de 1999, il devient le mot d’ordre d’un nouveau modèle de développement, d’abord sous la plume de Walden F. Bello104, avant d’être peu à peu repris (Sapir 2010, Montebourg 2011). Ceci correspond également à une promotion du localisme, dont le slogan « Think global, act local » est apparu en 1980. Le repli sur le proche peut ainsi apparaître comme une réponse contemporaine à la crainte qu’exprimait déjà Teilhard de Chardin en 1949 : la « déshumanisation par planétarisation »105.

Conclusion

150Dans L’invention des continents (2009), Christian Grataloup appelle à dépasser un découpage imposé par l’Europe au Monde et devenu peut-être obsolète ; et il met cela en perspective avec « la fin des grands discours ». Dans L’invention du Monde (2008), Jacques Lévy considère que la mondialisation est en soi un discours sur le Monde. Les deux propositions ne sont pas contradictoires. La mondialisation en tant que discours n’a pas, ou n’a plus de portée eschatologique. On peut même, au contraire, considérer qu’il s’agit d’un discours de l’avènement. Ce qui apparaît au terme de cette étude, qui comme toute réflexion sur la géohistoire de la mondialisation ne peut être qu’une esquisse, c’est qu’indépendamment du processus de mondialisation en lui-même, il existe des moments privilégiés où se met en place un discours sur la mondialisation : à la fin du XIXe siècle en Europe, pendant la Seconde Guerre mondiale aux États-Unis, et dans les années 1990, oserons-nous dire, dans le Monde. L’invention de la « mondialité » un siècle plus tôt que ce qu’on croyait est révélatrice d’une conscience ancienne, mais intermittente et chaque fois plus aiguë, de la mondialisation, processus entamé depuis plusieurs siècles. Cependant, et paradoxalement, l’enthousiasme européen du XIXe siècle semble avoir cédé le pas à l’inquiétude, la mondialisation étant rarement perçue aujourd’hui comme un progrès de l’humanité en marche. Le temps n’est plus où l’Europe dominait le monde, la mondialisation a échappé aux Européens et les inquiètes, particulièrement en France. Pendant un siècle, la mondialisation est apparue comme le terme du progrès : l’organisation ultime de l’humanité prise dans sa totalité ; depuis le début des années 1990, la mondialisation est considérée par certains comme une menace. Le discours s’est inversé et s’est brouillé. L’archéologie du mot « mondialisation » apparaît donc nécessaire en une métahistoire qui serait le pendant de la métagéographie.

Haut de page

Bibliographie

Sources

Adam G., 1972, « Les firmes multinationales dans les années 70 », Revue économique, vol. 23, n° 4, 592-615.

Albrow M & King E. (dir.), 1990, Globalization, Knowledge and Society, Londres, SAGE Publications.

Amerigo Vespucci, 2005, Le Nouveau Monde. Les voyages d’Amerigo Vespucci (1497-1504), traduction, introduction et notes de J.-P. Duviols, Paris, Chandeigne.

Andreff W., 1976, Profits et structures du capitalisme mondial, Paris, Calmann-Lévy.

Bartholomew J.G., 1907, Atlas of the World’s Commerce, Londres, L.G.Newnes.

Bartholomew J.G., 1922, Times Survey Atlas of the World, Londres, The Times.

Behm E., 1867, Die modernen Verkehrsmittel Dampfschiffe, Eisenbahnen, Telegraphen, Justus Perthes, Gotha.

Berghaus H., 1845-1848, Physikalischer Atlas, Justus Perthes, Gotha, deux volumes (2ème éd. 1852).

Bonnain-Moerdijk R., 1972, « La colonisation, “force externe” », Tiers-Monde, vol. 13, n° 50, 409-434.

Braudel F., 1997, Les ambitions de l’Histoire, Paris, Éditions de Fallois.

Brunhes J., 1911, Au seuil de l’année 1910. Les limites de notre cage, Fribourg.

Buffon G.-L. Leclerc, compte de, 1774, Œuvres complètes, vol. I, Théorie de la Terre, Paris, Imprimerie royale.

Buisson F. (dir.), 1887, Dictionnaire de pédagogie et d’instruction primaire, Paris, Hachette.

Challes R., 1721, Journal d’un voyage fait aux Indes orientales, Rouen, chez Jean-Baptiste Machuel.

Chaunu P., 1961, « Brésil et Atlantique au XVIIe siècle », Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, vol. 16, n° 6, p. 1192.

Chemin-Dupontès P., 1838, « De la Navigation à vapeur en Angleterre, en France et aux États-Unis », La Revue des deux mondes, vol. 4, n° 15, 686-698.

Chetcuti T., 1838, Notizie storiche e patologico-cliniche sul cholèra che divampo in Malta e Gozo nell’esta’ del 1837, Malte, Luigi Tonna.

Claudel P., 1984, Conversations dans le Loir-et-Cher, Gallimard, Paris.

Colomb C., 1828, Relations des quatre voyages entrepris par Christophe Colomb pour la découverte du Nouveau-Monde de 1492 à 1504, suivies de diverses pièces et lettres inédites, éd. par don M. F. de Navarrette, trad. de l’espagnol, Paris, chez Treuttel et Würtz, vol. 3.

Crozet R., 1925, « L’aviation marchande », Annales de géographie, vol. 34, n° 187, 1-12.

Crozet R., 1926, « L’aviation marchande en 1924-1925 », Annales de géographie, vol. 35, n° 197, 391-404.

Crozet R., 1927, « Le développement du réseau aérien en 1926 », Annales de géographie, vol. 36, n° 201, 260-262.

Deffontaines P., 1939, « Nouvelles visions de la terre par l’avion », La Revue des deux-mondes, vol. 109, 430-439.

Delaisi F., 1925, Les contradictions du monde moderne, Paris, Payot.

Deluns-Montaud P., 1897, « La guerre et la paix », Questions diplomatiques et coloniales, Tome I, 385-396.

Demangeon A., 1932, « Le commerce mondial en 1930 », Annales d’histoire économique et sociale, vol. 4, n° 17, 469-470.

Duval P., 1654, La connaissance et l’usage des globes et des cartes de géographie, Paris.

Duval J., 1863, « Des rapports entre la géographie et l’économie politique », Bulletin de la Société de géographie, 5ème série, Tome 6, 169-250 et 307-325.

Éluard P., 1929, L’amour la poésie, Paris, Gallimard

Engelhardt N.L., 1943, Toward New Frontiers of Our Global World, New York, Noble and Noble.

Fabre A. & Chailan F., 1836, Histoire du cholera-morbus asiatique depuis son départ des bords du Gange en 1817 jusqu’à l’invasion de l’Italie en 1835, Marseille/Paris, chez Marius Olive/ chez Hiver.

Feder B.J., « Theodore Levitt, 81, Who Coined the Term ‘Globalization’, Is Dead », The New York Times, 26 juin 2006.

Ferrari J., 1867, La Chine et l’Europe. Leur histoire et leurs traditions comparées, trad. de l’italien, Paris, Didier et Cie

Flachat E., 1866, Navigation à vapeur transocéanienne, Paris, Libraire polytechnique de J. Baudry, deux volumes et un atlas.

Fontaine A., 1966, Histoire de la guerre froide, Paris, Fayard.

Friedmann G., 1971, « Les mythes et le dilemme », Communications, vol. 17, n° 17, 167-179.

Garcia A., 1982, Géographie des échanges internationaux, Paris, Librairies techniques.

Garnier F.A., 1862, Atlas sphéroïdal et universel de géographie, Paris, Veuve Jules Renouard.

van Gennep A., Rubrique « Ethnographie », Le Mercure de France, T 70, n° 252, 16 décembre 1907.

van Gennep A., Rubrique « Ethnographie », Le Mercure de France, T 245, n° 841, 1er juillet 1933.

Grynaeus S. (éd.), 1532, Novus orbis regionum ac insularum veteribus incognitarum, Bâle, Io. Hervagium.

Guillaume de Rubrouk, 2007, Voyage dans l’empire mongol, 1253-1255, trad. du latin et commenté par C.-C. et R. Kappler, Paris, Imprimerie nationale (1ère éd. 1993).

Hankins G.C., 1944, Our Global World. A Brief Geography for the Air Age, New York, The Gregg Publishing Company.

Hannoun M. & Templé P., 1975, « Les facteurs de création et de localisation des nouvelles unités de production », Économie et statistique, vol. 68, n° 68, 59-70.

Harrison R.E., 1944, Look to the World. The Fortune Atlas for World Strategy, New York, Alfred A. Knof.

Harrison R.E. & Weigert H.S., 1944, « World View and Strategy », in: H.W. Weigert & V. Stefanson (dir.) , Compass of the World. A Symposium on Political Geography, New York, The Macmillan Company, 74-88.

d’Holbach P.T., [anonyme], 1776, Éthocratie ou le Gouvernement fondé sur la morale, Amsterdam.

Hubner W., 1873, « Le réseau télégraphique du globe », Bulletin de la Société de géographie, 6ème série, Tome 5, 490-520.

Hymer S., 1968, « La grande “corporation” multinationale », Revue économique, vol. 19, n° 6, 949-973.

Jervis W.W., 1936, The World in Maps, Londres, Georg Philip & Son.

Karpik L., 1972, « Multinationales et grandes entreprises », Revue économique, vol. 23, n° 4, 563-591.

Le Roy L., 1579, De la vicissitude ou variété des choses en l’univers, et concurrence des armes et des lettres par les premiers & plus illustres nations du monde, depuis le temps où a commencé la civilité, & mémoire humaine jusques à présent, Paris, à l’Olivier de Pierre l’Huillier.

Limousin C.-M., 1885, « Un argument en faveur du communisme », Revue du mouvement social et économique, vol. 6, n° 1, 11-16.

Lodge J.E., 1936, « Now You Can Fly Around the World », Popular Science Monthly, vol. 128, n° 6, 34-36 + p. 119.

Marchal A., 1960, « De quelques faux dogmes en matière d’organisation européenne », Revue économique, vol. 11, n° 5, 673-704.

Marchal A., 1964, L’Europe solidaire, Paris, Cujas.

Marinetti F.T., 1987, Les mots en liberté futuristes, Lausanne, L’Âge d’Homme.

Dr. Martin, 1873, « L’Extrême-Orient », Bulletin de la Société de géographie, 6ème série, Tome 5, 38-53.

Mermeix [Gabriel Terrail], 1886, La France socialiste. Note d’histoire contemporaine, Paris, Fetscherin et Chuit.

Montebourg A., 2011, Votez la démondialiation !, Paris, Flammarion.

Montesquieu [anonyme], 1749, De l’esprit des loix, Genève, chez Barrillot et fils.

Morin E., 1959, Autocritique, Paris, Julliard.

Motard A., 1869, Traité d’hygiène générale, Paris, Baillière et fils, deux tomes.

Muroyama J.H. & Guyford Stever H. (dir.), 1988, Globalization of technology: international perspectives. Proceedings of the Sixth Convocation of the Council of Academies of Engineering and Technological Sciences, Washington, National Academy Press.

von Neumann-Spallart F.X., 1878, Produktion, Verkehr und Handel in der Weltwirthschaft, Stuttgart, Julius Maier.

Otlet P., 1916, Les problèmes internationaux et la guerre, les conditions et les facteurs de la vie internationale, Genève/Paris, Kundig/Rousseau.

Otlet P., 1935, Monde. Essai d’universalisme, Bruxelles, Mundaneum.

Packard L.O, Overton B., Wood B.D., 1944, Our Air-Age World. A Textbook in Global Geography, New York, The Macmillan Company.

Pardé M., 1932, « Quelques indices de la crise économique : le trafic du canal de Suez et le prix des produits agricoles », Annales de géographie, vol. 41, n° 232, p. 444.

Périllier L., Tur J.-J., 1977, Le mondialisme, Paris, PUF.

Perpillou A., 1939, « Le commerce maritime et les marines marchandes en 1938 », Annales de géographie, vol. 48, n° 274, 426-427.

Perroux F., 1948, Le plan Marshall, ou l’Europe nécessaire au monde, Paris, Librairie Médicis.

Perroux F., 1954, L’Europe sans rivages, Paris, PUF.

Perroux F., 1958, La coexistence pacifique, Paris, PUF.

Postel G., 1553, Les merveilles du monde, et principalement des admirable choses des Indes et du nouveau monde, sans nom d’éditeur.

Raisz E., 1944, Atlas of the Global Geography, New York, Global Press Corporation.

Reclus É., 1860, Guide du voyageur à Londres et aux environs, Paris, L. Hachette et Cie, coll. « Guides-Joanne ».

Reclus É., 1869, La Terre. Description des phénomènes de la vie du globe, vol. II, L’Océan – L’atmosphère – La vie, Paris, L. Hachette et Cie.

Reclus É., 1886, Nouvelle géographie universelle. La terre et les hommes, Tome XI, L’Afrique septentrionale (2ème partie), Paris, Hachette.

Reclus É., 1893, Nouvelle géographie universelle. La Terre et les hommes, Tome VIII, Afrique du Sud, Paris, Hachette.

Reclus É., 1900, « La Chine et la diplomatie européenne », L’Humanité nouvelle, vol. 7, n° 2.

Reclus É., 1903, « Chronique géographique », La Revue, vol. 47, 520-521.

Rollin C., 1736, Histoire ancienne des Égyptiens, des Carthaginois, des Assyriens, des Babyloniens, des Mèdes et des Perses, des Macédoniens, des Grecs, Paris, chez la Veuve Estienne, Tome X.

Sanson G., 1693, Introduction à la géographie, Paris, chez la Veuve Marbre Cramoysi.

Sapir J., 2010, La démondialisation, Paris, Seuil.

Teilhard de Chardin P., 1955, Le phénomène humain, Paris, Seuil.

Teilhard de Chardin P., 1962, La place de l’homme dans la nature. Le groupe zoologique humain, Paris, éd. 10/18, p. 141 (1ère éd. 1949).

Touchard J., 1958, Histoire des idées politiques, Paris, PUF.

Valéry P., 1931, Regards sur le monde actuel, Paris, Stock, Delamain et Boutelleau.

Vidal de La Blache P., 1921, Principes de géographie humaine, Paris, Utz.

de Vigny A., 1844, « La Maison du berger. Lettre à Éva », Revue des deux mondes, vol. 3, 109-118.

Vivante A., 1917, L’irrédentisme adriatique, trad. de l’italien par Tergestinus, Genève, Imprimerie commerciale.

Vivien de Saint-Martin L. 1845, Histoire des découvertes géographiques des nations européennes dans les diverses parties du monde, Paris, Arthus-Bertrand.

Vivien de Saint-Martin L., « La géographie à l’Exposition », L’Année géographique, vol. 6, 1868, 1-38.

Voltaire, 1785, Œuvres complètes, Imprimerie de la société littéraire typographique.

Weber A.P., 1972, « Entreprise multinationale et pratiques restrictive », Revue économique, vol. 23, n° 4, 669-694.

Weigert H.W., 1942, General and Geographers. The Twilight of Geopolitics, New York, Oxford University Press.

Weigert H.W. & Stefanson V. (éd.), 1944, Compass of the World. A Symposium on Political Geography, New York, The Macmillan Company.

Weiler A., 1932, « Le tourisme, facteur économique mondial », Annales de géographie, vol. 41, n° 232, 402-405.

Willkie W.L., 1943, One World, New York, Simon and Schuster.

Zola É., 1885, Germinal, Paris, G. Charpentier et Cie.

Études

Alavoine-Muller S., 2003, « Un globe terrestre pour l’Exposition universelle de 1900. L’utopie géographique d’Élisée Reclus », Espace géographique, vol. , n° 3, 156-170.

Allemand S. & Ruano-Borbalan J.-C., 2008, La mondialisation, Paris, Éd. Le Cavalier Bleu, coll. « Idées reçues ».

Amin S., 1992, L’empire du chaos. La nouvelle mondialisation capitaliste, Paris, L’Harmattan.

Arrault J.-B., 2007a, « Géographie et mondialisation. Les géographes français face à la crise des années 1930 », Annales de géographie, n° 657, 493-512.

Arrault J.-B., 2007b, Penser à l’échelle du Monde. Histoire conceptuelle de la mondialisation en géographie (fin du XIXe siècle/entre-deux-guerres), thèse de doctorat, Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Arrault J.-B., 2008a, « Une géographie inattendue : le système mondial vu par Paul Vidal de La Blache », Espace géographique, vol. 37, n° 1, 75-88.

Arrault J.-B., 2008b, « Une carte de l’élargissement de l’horizon géographique au début du XXe siècle », M@ppemonde, n° 92.

Barratta J.-P., 2004, The Politics of World Federation: From World Federalism to World Governance,

Bayart J.-F., 2004, Le gouvernement du monde. Une critique politique de la mondialisation, Paris, Fayard.

Bayly C.A., 2007, La naissance du monde moderne (1780-1914), trad. de l’anglais par M. Cordillot, Paris, Les Éditions de l’Atelier (éd. originale 2004).

Beaud M. et al., 1999, Mondialisation. Les mots et les choses, Paris, Karthala.

Berger S., 2003, Notre première mondialisation, Paris, Seuil.

Besse J.-M., 2003, Les grandeurs de la Terre. Aspects du savoir géographique à la Renaissance, Paris, ENS éditions.

Besse J.-M., 2009, « La géographie dans le mouvement des sciences au tournant du siècle », Élisée Reclus – Paul Vidal de La Blache, Paris, L’Harmattan, 272-279.

Broc N., 1986, La géographie de la Renaissance, Paris, CTHS.

Capdepuy V., 2007a, « La limite Nord/Sud », M@ppemonde, n° 88

Capdepuy V., 2007b, « Le “Croissant fertile”. Naissance, définition et usages d’une notion géohistorique », L’Information géographique, vol. 72, n° 2, 89-106.

Capdepuy V., 2008, « Proche ou Moyen-Orient ? Géohistoire de la notion de Middle East », Espace géographique, vol. 37, n° 3, 225-238.

Capdepuy V., 2009, « Greater Middle East », M@ppemonde, n° 93.

Capdepuy V., 2011a, « Grands espaces et territorialité : le regard d’un pape géographe sur l’Europe, Æneas Sylvius Piccolomini (Pie II) », Cahiers de Recherches Médiévales et Humanistes, vol. 21, 119-135.

Capdepuy V., 2011b, « Le Monde de l’ONU. Réflexions sur une carte-drapeau », M@ppemonde, n° 102.

Chabrolle-Cerretini A.-M., 2007, La vision du monde de Wilhelm von Humboldt, Paris, ENS éditions.

Chakrabarty D., 2009, Provincialiser l’Europe. La pensée postcoloniale et la différence historique, Paris, Éditions Amsterdam (éd. originale 2000).

Crossley P.K., 2008, What is Global History?, Cambridge, Polity Press.

Dagorn R.-E., 1999, « Une brève histoire du mot ‘‘mondialisation’’« , in : M. Beaud et al., Mondialisation. Les mots et les choses, Paris, Karthala, 187-204.

Darwin J., 2008, After Tamerlan. The Global History of Empire Since 1405, New York, Bloomsbury Press.

Fayolle J., 1999, « D’une mondialisation à l’autre », Revue de l’OFCE, n° 69, 161-206.

Flynn D.O. & Giráldez A., 2004, « Path dependence, time lags and the birth of globalisation: A critique of O’Rourke and Williamson », European Review of Economic History, n° 8, 81-108.

Gadrat C., 2005, Une image de l’Orient au XIVe siècle. Les Mirabilia descripta de Jordan Catala de Sévérac, Paris, École des chartes.

Galison P., 2006, L’empire du temps. Les horloges d’Einstein et les cartes de Poincaré, Paris, Gallimard.

Graham B. & Nash C. (éd.), Modern Historical Geographies, Harlow, Pearson.

Grataloup C., 2007, Géohistoire de la mondialisation. Le temps long du monde, Paris, Armand Colin.

Grataloup C., 2009, L’invention des continents. Comment l’Europe a découpé le Monde, Paris, Larousse.

Gruzinski S., 2004, Les quatre parties du monde. Histoire d’une mondialisation, Paris, Éditions de La Martinière.

Gruzinski S., 2008, Quelle heure est-il là-bas ? Amérique et islam à l’orée des Temps modernes, Paris, Seuil.

Haegler R.H., 1972, Histoire et idéologie du mondialisme, Zürich, Europa Verlag.

Hellemans J., 2006, « Paul Otlet (1868-1944), fondateur du mouvement bibliologique international », Intervention au 19e colloque international de bibliologie, Alexandrie, 12-15 mars 2006.

Jacquet P. & Sachwald F., 2000, « Mondialisation : la vraie rupture du XXe siècle », Politique étrangère, vol. 65, n° 3-4, 597-612.

Koselleck R., 2000 (1ère éd. 1990), « Histoire des concepts et histoire sociale », in : Le futur passé. Contribution à la sémantique des temps historiques, trad. de l’allemand par J. Hook et M.-C. Hook, Paris, éditions de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales, 99-118.

Kreutzer L., 2001, « Le concept de Weltliteratur chez Goethe et le discours d’une autre modernité », in : P. Sampa Diop & H.J. Lüsebrink (dir.), Littératures et sociétés africaines, 29-38.

Lévy J. (dir.), 2008, L’invention du monde. Une géohistoire de la mondialisation, Paris, Presses de Sciences Po.

Mackinder H.J., 1907, Britain and the British Seas, Oxford, Clarendon Press.

Malte-Brun C., 1807, « Discours préliminaire sur la nature et le but de cet ouvrage », Annales des voyages, de la géographie et de l’histoire, Tome 1.

Mattelart A., 1999, Histoire l’utopie planétaire. De la cité prophétique à la société globale, Paris, La découverte.

Mattelart A., 2001, Histoire de la société de l’information, Paris, La Découverte.

Mazlich B., 2006, The New Global History, New York, Routledge.

Morazé C., 1957, Les bourgeois conquérants, Paris, Armand Colin.

Moreau Defarges P., 1993, La mondialisation. Vers la fin des frontières ?, Paris, Dunod.

Ogborn M., 2000, « Historical geographies of globalisation, c. 1500-1800 », in: B. Graham & C. Nash (éd.), Modern Historical Geographies, Harlow, Pearson, 43-69.

Ogborn M., 2008, Global Lives. Britain and the World, 1550-1800, Cambridge, Cambridge University Press.

Palsky G., 1995, « Un monde fini, un monde couvert », in : I. Poutrin (dir.), Le XIXe siècle. Science, politique et tradition, Paris, Berger-Levrault, 130-145.

Piel J., 1999, « De quelques considérations lexicales et historiques à propos de la “mondialisation” », in : M. Beaud et al., 1999, Mondialisation. Les mots et les choses, Paris, Karthala, 141-166.

Schmitt C., 2001, Le nomos de la Terre dans le droit des gens du jus publicum europaeum, trad. de l’allemand par L. Deroche-gurchel, révisé, présenté et annoté par P. Haggenmacher, Paris, Presses Universitaires de France.

Schulten S., 1998, « Richard Edes Harrison and the Challenge to American Cartography », Imago Mundi, vol. 50, 174-188.

Sloterdijk P., 2010, Globes. Macrosphérologie. Sphères II, trad. de l’allemand, Paris, Arthème Fayard/Pluriel (éd. originale 1999).

Sloterdijk P., 2011, Le palais de cristal. À l’intérieur du capitalisme planétaire, trad. de l’allemand, Paris, Arthème Fayard/Pluriel (éd. originale 2005).

Walvin J., 1997, Fruits of Empire: Exotic Produce and British Taste, 1600-1800, Basingstoke, Macmillan.

Williamson J.G., 1996, « Globalization, Convergence, and History », The Journal of Economic History, vol. 56, n° 2, 277-306.

Young P., 2009, Globalization and the Great Exhibition. The Victorian New World Order, Palgrave MacMillan, New York.

Haut de page

Notes

1 Idée empruntée à Peter Sloterdijk : « La globalisation mathématique précède de plus de deux mille ans la globalisation terrestre. », tirée de Globes. Macrosphérologie. Sphères II, Paris, 2010, p. 42 (éd. originale 1999).

2 « La méthode propre à l’histoire des concepts rompt plutôt le cercle vicieux qui va du mot à la chose et vice-versa. Mais ce serait une erreur théoriquement indéfendable, que de vouloir comprendre l’histoire seulement à partir de ses propres concepts, par exemple comme identité du Zeitgeist (esprit du temps) tel qu’il s’est articulé dans la langue, et de l’ensemble événementiel de la période en question. Il existe bien au contraire entre le concept et la situation historique donnée une réelle tension, qui tantôt disparaît tantôt reparaît ou se présente comme proprement insoluble. On peut toujours constater un hiatus entre les réalités sociales et les usages verbaux qui s’y rattachent ou les réunissent. Changement de signification des mots et changement matériel, variations de situation et contrainte de nommer autrement se correspondent de façon variable. » (Reinhart Koselleck, 2000 (1ère éd. 1990), « Histoire des concepts et histoire sociale », in : Le futur passé. Contribution à la sémantique des temps historiques, trad. de l’allemand, Paris, éditions de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales, pp. 110-111 – article est paru en 1972)

3 Enea Silvio Piccolomini (Pape Pie II), 2002, Lettre à Mahomet, trad. du latin par Anne Duprat, Paris, Payot, coll. « Rivages poche / Petite bibliothèqe », p. 37.

4 Guillaume de Rubrouk, Voyage dans l’empire mongol, 1253-1255, trad. du latin et commenté par C.-C. et R. Kappler, Paris, 2007, p. 78.

5 Jordan Catala de Sévérac, Description des merveilles, in : C. Gadrat, Une image de l’Orient au XIVe siècle. Les Mirabilia descripta de Jordan Catala de Sévérac, Paris, 2005, p. 275 Cf. le commentaire de cette même phras, ibid., pp. 11-12.

6 Georges Gusdorf, La révolution galiléenne, 1969, I, p. 85, cité par Numa Broc (1986).

7 Postel G., 1553, Les merveilles du monde, et principalement des admirable choses des Indes et du nouveau monde, sans nom d’éditeur, fol. 8r.

8 Guillaume Sanson, Introduction à la géographie, Paris, 1693, p. 22.

9 Loys Le Roy, De la vicissitude ou variété des choses en l’univers, et concurrence des armes et des lettres par les premiers & plus illustres nations du monde, depuis le temps où a commencé la civilité, & mémoire humaine jusques à présent, Paris, 1579, p. 110r et p. 110v.

10 Serge Gruzinski, Les quatre parties du monde. Histoire d’une mondialisation, Paris, Éditions de La Martinière, 2004, p. 40.

11 Rollin C., Histoire ancienne des Égyptiens, des Carthaginois, des Assyriens, des Babyloniens, des Mèdes et des Perses, des Macédoniens, des Grecs, Paris, Tome X, 1736, p. 357.

12 Voltaire, Œuvres complètes, Imprimerie de la société littéraire typographique, 1785, Tome XIV, p. 127.

13 Ibid., p. 138.

14 Anonyme [Montesquieu], De l’esprit des loix, Genève, 1749, p. 231.

15 Préface du Nouveau dictionnaire abrégé du commerce, Paris, 1768.

16 Anonyme [D’Holbach], Éthocratie ou le Gouvernement fondé sur la morale, Amsterdam, 1776, p. 149.

17 Nouveau dictionnaire espagnol, français et latin, par M. de Séjournant, Paris, chez Charles-Antoine Jombert, 1775.

18 Robert Challes, Journal d’un voyage fait aux Indes orientales, Rouen, chez Jean-Baptiste Machuel, 1721, Tome II, p. 148.

19 D’Archenholtz, Histoire de la guerre de sept ans, commencée en 1756, et terminée en 1763, trad. fr., Metz/Paris, 1789, p. 2.

20 Mermeix [Gabriel Terrail], La France socialiste, Paris, 1886, p. 305.

21 Par exemple, in : Joseph Ferrari, 1867, La Chine et l’Europe. Leur histoire et leurs traditions comparées, trad. de l’italien, Paris, Didier et Cie, p. 334 et p. 391.

22 Caroline de Sayn-Wittgenstein, 1869, Petits entretiens pratiques à l’usage des femmes du grand monde pendant les retraites spirituelles, Rome. J. Aureli, p. 284.

23 Élisée Reclus, 1860, Guide du voyageur à Londres et aux environs, Paris, Libraire de L. Hachette et Cie, coll. « Guides-Joanne », p. 68.

24 Pierre Duval, La connaissance et l’usage des globes et des cartes de géographie, Paris, 1654, p. 74.

25 Buffon, 1774, Œuvres complètes, vol. I, Théorie de la Terre, Paris, Imprimerie royale, p. 309. Il s’agit d’une réédition de l’ouvrage paru initialement en 1749.

26 Conrad Malte-Brun, « Discours préliminaire sur la nature et le but de cet ouvrage », Annales des voyages, de la géographie et de l’histoire, 1807, Tome 1, N° 1, p. 6.

27 Cité par Gilles Palsky dans « Un monde fini, un monde couvert », dans I. Poutrin (dir.), Le XIXe siècle. Science, politique et tradition, Paris, Berger-Levrault, p. 132.

28 Louis Vivien de Saint-Martin, 1845, Histoire des découvertes géographiques des nations européennes dans les diverses parties du monde, Paris, Tome II, préface, pp. ix-x. À noter qu’il n’existe pas de tome 1, et que la préface du tome 2 définit donc l’objet de l’œuvre.

29 Louis Vivien de Saint-Martin, 1868, « La géographie à l’Exposition », L’Année géographique, vol. 6, p. 1.

30 « Aristote dit que ce monde est petit et qu’il y a peu d’eau, et qu’on peut passer facilement d’Espagne dans les Indes. » in : Christophe Colomb, 1828, Relations des quatre voyages entrepris par Christophe Colomb pour la découverte du Nouveau-Monde de 1492 à 1504, suivies de diverses pièces et lettres inédites, éd. par don M. F. de Navarrette, trad. de l’espagnol, Paris, chez Treuttel et Würtz, vol. 3, p. 41. On trouve une autre occurrence, plus elliptique, dans une lettre de 1503, ibid., p. 121.

31 Élisée Reclus, 1869, La Terre. Description des phénomènes de la vie du globe, vol. II, L’Océan – L’atmosphère – La vie, Paris, L. Hachette et Cie, p. 282.

32 Ibid., p. 674.

33 Élisée Reclus, 1886, Nouvelle géographie universelle. La terre et les hommes, vol. 11, L’Afrique septentrionale (2ème partie), Paris, Hachette, p. 788.

34 Élisée Reclus, 1903, « Chronique géographique », La Revue, vol. 47, p. 520.

35 Paul Valéry, Regards sur le monde actuel, Paris, 1931, p. 35.

36 Alfred de Vigny, 1844, « La Maison du berger. Lettre à Éva », Revue des deux mondes, vol. 3, p. 112.

37 Philippe Chemin-Dupontès, La Revue des deux mondes, 1838, pp. 694-695.

38 Eugène Flachat, Navigation à vapeur transocéanique, Paris, 1866, p. 25.

39 Fabre A. & Chailan F., Histoire du cholera-morbus asiatique depuis son depart des bords du Gange en 1817 jusqu’à l’invasion de l’Italie en 1835, Marseille/Paris, 1836, pp. 9-10.

40 Motard A., Traité d’hygiène générale, Paris, 1869, tome II, pp. 666-667.

41 Tomasso Chetcuti, 1838, Notizie storiche e patologico-cliniche sul cholèra che divampo in Malta e Gozo nell’esta’ del 1837, Malte, Luigi Tonna, p. 2, note de bas de page.

42 Bulletin de la Société de géographie, 5ème série, Tome 6, 1863, p. 227.

43 « Géographie générale », L’Année géographique, 1868, p. 512.

44 « De la circulation télégraphique autour du globe », Revue moderne, 1865, p. 309.

45 William Hubner, « Le réseau télégraphique du globe », Bulletin de la Société de géographie, 1873, 6ème série, Tome 5, Tome p. 494.

46 Élisée Reclus, Nouvelle géographie universelle. La Terre et les hommes, Tome VIII, Afrique du Sud, Paris, 1893, p. 480.

47 Filippo Tommaso Marinetti, 1987, «  L’imagination sans fils et les mots en liberté, manifeste », in : Les mots en liberté futuristes, Lausanne, L’Âge d’Homme, p. 39 (1ère éd. 1913).

48 Dans sa thèse, Jean-Baptiste Arrault évoque également ce décalage entre économistes et géographes, et montre bien en quoi « l’économie mondiale [est] un nouvel objet pour l’analyse géographique » (Chapitre 3, Arrault 2007b).

49 Jules Duval, 1863, « Des rapports entre la géographie et l’économie politique », Bulletin de la Société de géographie, 5ème série, Tome 6, pp. 308-309.

50 Franz X. von Neumann-Spallart, 1878, Produktion, Verkehr und Handel in der Weltwirthschaft, Stuttgart, Julius Maier, p. 2.

51 Émile Zola, Germinal, Paris, 1885, p. 231.

52 Ferdinand Buisson, Dictionnaire de pédagogie et d’instruction primaire, Paris, Hachette, 1887, p. 1151.

53 Charles-Mathieu Limousin, 1885, « Un argument en faveur du communisme », Revue du mouvement social et économique, vol. 6, N° 1, p. 13 et p. 16.

54 Pierre Deluns-Montaud, 1897, « La guerre et la paix », Questions diplomatiques et coloniales, Tome I, p. 390.

55 Ibid., p. 390.

56 Ibid., p. 391.

57 Docteur Martin, 1873, « L’Extrême-Orient », Bulletin de la Société de géographie, vol. 6, N° 5, p. 38.

58 Élisée Reclus, « La Chine et la diplomatie européenne », L’Humanité nouvelle, vol. 7, N° 2, 1900, p. 297.

59 Guillaume de Greef, La structure générale des sociétés. Tome II. Théorie des frontières et des classes, Bruxelles/Paris, 1908, p. 295.

60 « Chronique géographique », Bulletin de la société royale belge de géographie, 1882, p. 615.

61 Rappelons qu’en français, l’expression « guerre mondiale » existe avant même le début de la guerre et c’est donc sans surprise qu’elle a été utilisée dès 1914. Il en est de même du mot Weltkrieg en allemand.

62 Halford Mackinder, Britain and the British Seas, Oxford, 1907, p. 12.

63 Compte-rendu de H. Bouet du livre de Syndey et Beatrice Webb, Problem of modern Industry, 1898, paru dans le Journal des économistes, vol. XXXVI, 1898.

64 Pp. 131-133.

65 Paul Otlet, Les problèmes internationaux et la guerre, les conditions et les facteurs de la vie internationale, Genève, 1916, p. 337.

66 Ibid., p. 151.

67 Angelo Vivante, L’irrédentisme adriatique, Genève, 1917, p. 206.

68 Jean Brunhes, 1911, Au seuil de l’année 1910. Les limites de notre cage, Fribourg, p. 4.

69 Fernand Braudel, 1997, « L’histoire, mesure du monde », Les ambitions de l’Histoire, Paris, Éditions de Fallois, p. 105.

70 Ibid., p. 109.

71 Jean-Baptiste Arrault, 2007, Penser à l’échelle du Monde. Histoire conceptuelle de la mondialisation en géographie (fin du XIXe siècle/entre-deux-guerres), thèse de doctorat, Paris 1 Panthéon-Sorbonne, p. 64.

72 René Crozet, « L’aviation marchande », Annales de géographie, Volume 34, N° 187, p. 1.

73 Paul Claudel, 1984, Conversations dans le Loir-et-Cher, Paris, Gallimard. La première édition de cette quatrième conversation est parue dans Vigile, N° 1, février 1930 : « Conversations dans le Loir-et-Cher (Samedi) » ; le manuscrit est lui-même daté de 1928. Contrairement aux précédentes, cette conversation ne se déroule pas en Loir-et-Cher, mais sur le pont d’un bateau, entre Honolulu et San Francisco.

74 John E. Lodge, 1936, « Now You Can Fly Around the World », Popular Science Monthly, vol. 128, N° 6, p. 119.

75 Pierre Deffontaines, 1939, « Nouvelles visions de la terre par l’avion », La revue des deux-mondes, vol. 109, pp. 430-431.

76 Willkie W.L., One World, New York, 1943, p. ix.

77 Ibid., p. 1.

78 Ibid., p. 2.

79 Idib., p. 203.

80 Cf. sur le site de la BNF.

81 Cf. notamment dans cet ouvrage l’article de Weigert en collaboration avec Richard Harrison.

82 Il faudrait pour vérifier cette hypothèse consulter les archives étatsuniennes.

83 Paul Éluard, 1929, L’amour la poésie, Paris, Gallimard, p. 18.

84 Paul Otlet, Monde, essai d’universalisme, Bruxelles, 1935, p. 175.

85 Paul Otlet, Les problèmes internationaux et la guerre, les conditions et les facteurs de la vie internationale, Genève/Paris, 1916, p. 75.

86 Ibid., p. 75.

87 Ligue des Droits de l’homme, Le Congrès national de 1932, compte-rendu sténographique (26-28 décembre 1932), 1933, pp. 384-385.

88 Parti républicain radical et radical-socialiste, 30e Congrès du parti républicain radical et radical-socialiste tenu les 5, 6, 7, 8, 9 octobre 1933, Paris, 1933, p. 213.

89 François Perroux, Le plan Marshal ou l’Europe nécessaire au monde, Paris, 1948, p. 209.

90 Georges Friedmann, 1971, « Les mythes et le dilemme », Communications, vol. 17, N° 17, p. 178.

91 André Marchal, 1960, « De quelques faux dogmes en matière d’organisation européenne », Revue économique, vol. 11, N° 5, p. 696.

92 François Perroux, La coexistence pacifique, Paris, 1958, p. 21.

93 Edgar Morin, 1959, Autocritique, Paris, Julliard, p. 234.

94 Ibid., p. 260.

95 En 1961, Pierre Chaunu parle de « la mondialisation du sucre brésilien » à la fin du XVIe siècle, in : « Brésil et Atlantique au XVIIe siècle », Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, vol. 16, N° 6, p. 1192.

96 En 1972, Rolande Bonnain-Moerdijk caractérise la période 1500-1750 par « la mondialisation des échanges par la volonté des Européens et l’établissement des réseaux de diffusion de l’innovation », in : « La colonisation, “force externe” », Tiers-Monde, vol. 13, N° 50, p. 420.

97 Louis Karpik, 1972, « Multinationales et grandes entreprises », Revue économique, vol. 23, N° 4, p. 563.

98 André Paul Weber, 1972, « Entreprise multinationale et pratiques restrictive », Revue économique, vol. 23, N° 4, p. 670.

99 Michel Hannoun et Philippe Templé, 1975, « Les facteurs de création et de localisation des nouvelles unités de production », Économie et statistique, vol. 68, N° 68, p. 70.

100 André Garcia, 1982, Géographie des échanges internationaux, Paris, Librairies techniques, p. 118.

101 Olivier Dollfus, in Beaud M. et al., Mondialisation. Les mots et les choses, Paris, 1999, p. 208.

102 Zaki Laïdi, « Le malaise de la mondialisation », Le Monde, 31 août 1995.

103 Erik Izraelewicz, « La première révolte contre la mondialisation », Le Monde, 7 décembre 1995.

104 Walden F. Bello, « It’s the development model, stupid! », The Nation, 24 mars 1999.

105 Pierre Teilhard de Chardin, 1962, La place de l’homme dans la nature. Le groupe zoologique humain, Paris, éd. 10/18, p. 141 (1ère éd. 1949).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Hémisphère Occidental ou du Nouveau Monde, Hémisphère Oriental ou de lAncien Monde (Bourguignon d’Anville, 1761)
Crédits © David Rumsey Map Collection
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/24903/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 512k
Titre Figure 2a : Extrait de l’Atlas universel à « l’échelle de 1/1641836 » (Vandermaelen 1827-1829)
Légende Ici, la carte d’assemblage de l’Asie
Crédits © David Rumsey Map Collection
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/24903/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 744k
Titre Figure 2b : Juxtaposition de quelques cartes issues de l’Atlas de Vandermaelen
Légende Ici une partie de la Chine, la Corée et le Japon
Crédits © David Rumsey Map Collection]
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/24903/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 372k
Titre Figure 3 : Tableau comparatif de l’état des connaissances géographiques (Garnier 1862)
Crédits © David Rumsey Map Collection]
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/24903/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 616k
Titre Figure 4 : Aperçu des lignes de télégraphie et de navigation à vapeur sur la Terre
Légende Carte de H. Berghaus in Behm 1867
Crédits Collection personnelle de l’auteur
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/24903/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 708k
Titre Figure 5 : Propagation de l’épidémie de choléra (Berghaus 1849)
Crédits © David Rumsey Map Collection
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/24903/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 600k
Titre Figure 6 : L’heure dans les villes du monde au moment où il est 12h à Washington (1860)
Crédits © David Rumsey Map Collection
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/24903/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Figure 7 : Worlds Commerce (Bartholomew 1907)
Crédits Collection personnelle de l’auteur
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/24903/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 720k
Titre Figure 8 : Les langues du commerce (Bartholomew 1907)
Crédits Collection personnelle de l’auteur
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/24903/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 696k
Titre Figure 9a: World-Commerce (Bartholomew 1922)
Crédits © David Rumsey Map Collection
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/24903/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 928k
Titre Figure 9b : Le degré de développement commercial (Bartholomew 1922)
Crédits © David Rumsey Map Collection
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/24903/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 600k
Titre Figure 9c : Les activités principales (Bartholomew 1922)
Crédits © David Rumsey Map Collection
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/24903/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 736k
Titre Figure 9d : Les moyens de transport (Bartholomew 1922)
Crédits © David Rumsey Map Collection
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/24903/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Figure 10 : Trajet de Wendell Willkie en 1942
Légende Carte présente au revers de la couverture, Willkie 1943
Crédits Collection personnelle de l’auteur
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/24903/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 648k
Titre Figure 11: The World Divided (Harrison 1941)
Crédits Collection personnelle de l’auteur
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/24903/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 868k
Titre Figure 12: One World, One War (Harrison 1942)
Crédits Collection personnelle de l’auteur
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/24903/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 932k
Titre Figure 13 : Global World (Engelhardt 1943)
Crédits Collection personnelle de l’auteur
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/24903/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Figure 14: Our Global World (Hankins 1944)
Crédits Collection personnelle de l’auteur
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/24903/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 2,1M
Titre Figure 15 : « L’avion a changé la géographie »
Légende Planes, vol. 2, N° 5, 1946
Crédits Collection personnelle de l’auteur]
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/24903/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Vincent Capdepuy, « Au prisme des mots », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Epistémologie, Histoire de la Géographie, Didactique, document 576, mis en ligne le 20 décembre 2011, consulté le 25 mai 2016. URL : http://cybergeo.revues.org/24903 ; DOI : 10.4000/cybergeo.24903

Haut de page

Auteur

Vincent Capdepuy

Chercheur-associé à E.H.GO (UMR 8504) et au GREMMO (UMR 5195)
v_capdepuy@yahoo.com

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page