Navigation – Plan du site
2012
584

Sciences du relief ou géomorphologie ?

Essai de définition d’un domaine interdisciplinaire entre géosciences et sciences sociales
Landform studies or geomorphology? An attempt to define an interdisciplinary domain between the geosciences and the social sciences
Christian Giusti

Résumés

En France, de la première édition du Traité d’Emmanuel de Martonne à nos jours, les rapports de la géomorphologie et de la géographie académiques sont passés de la coexistence à la domination puis à la marginalisation. Or, les changements de la géographie d’une part, les conditions d’existence, les contenus et les pratiques de la géomorphologie actuelle d’autre part, font que les nombreuses et diverses spécialités de ce champ scientifique questionnent la définition de la géographie, mais aussi celle de la géologie. En effet, bien que l’étude des causes, des effets et des conséquences de l’érosion puisse être revendiquée, à des degrés variables, par le géodynamicien, l’ingénieur, l’agronome, l’urbaniste, l’aménageur, le sociologue, une analyse rétrospective montre que ce sont les géographes qui ont longtemps poussé le plus loin la réflexion en ces matières. Mais la situation s’est sensiblement modifiée au cours des années 1990, avec la reprise d’une partie du questionnement géomorphologique par un nombre croissant de spécialistes issus des géosciences et le développement de la géographie des risques. C’est pourquoi traiter de « la » géomorphologie sans nulle autre précision revient à réifier un champ scientifique en expansion, caractérisé par sa diversité et sa dimension interdisciplinaire. En fait, prises dans toute leur complexité, les sciences du relief sont une composante dynamique de la géologie sur le versant des géosciences autant que de la géographie sur le versant des sciences sociales.

Haut de page

Texte intégral

Cet article doit beaucoup aux discussions que j’ai pu avoir avec M. Calvet, M. Delmas, Y. Gunnell, H. Régnauld et J.-P. Peulvast, qui ont suivi l’élaboration de ce travail et nous ont fait bénéficier de leurs observations à différentes étapes. Mes remerciements s’adressent aussi aux trois lecteurs qui ont évalué les versions antérieures de cet essai, et dont les remarques ont permis d’apporter d’importantes précisions et clarifications, ainsi qu’au Comité de rédaction de Cybergéo qui a accepté sans réserves de soutenir puis de publier ce long article.

« Moyennant quoi votre salaire
Sera force reliefs de toutes les façons :
Os de poulets, os de pigeons,
Sans parler de mainte caresse »
La Fontaine, « Le Loup et le Chien », Fables, Livre I

  • 1 À l’exception du livre de N. Broc (2010), Histoire de la géographie physique en France.

1En France, la place scientifique et institutionnelle des sciences du relief dans le champ de la géographie a toujours fait débat, ne serait-ce que parce qu’il n’est peut-être pas possible de définir la géographie, tour à tour vécue comme un art, une science, voire une philosophie (Claval, 1998, 2007). Analysant « le temps des craquements », période qu’il situe entre la Seconde Guerre mondiale et Mai 1968, A. Meynier (1969) constate que dès 1949 M. Le Lannou invitait à « abandonner la morphologie et la géographie appliquée pour en revenir à la formule d’A. Demangeon, l’homme-habitant ». Tout à l’opposé, dans la notice qu’il consacre à H. Baulig l’année de sa disparition, E. Juillard (1962) est encore fondé à soutenir que « la synthèse géographique régionale ne peut être pleinement explicative si elle ne comporte pas une partie géomorphologique approfondie ». La géographie était alors organisée en trois grands domaines, avec des études de géographie régionale, humaine, ou physique, y compris de géomorphologie. Les volumes de relief, les formes structurales ou cycliques, les modelés de surface et la dynamique des agents et processus de l’érosion constituaient au début des années 1960 l’essentiel d’un domaine qui tenait une place assez marginale en géologie, plus importante en géographie, une sous-discipline ou spécialité de la géographie physique (Reynaud, 1971. Giusti, 2006. Calvet et Giusti, 2010). Alors que 2009 a vu passer dans une presque totale et significative indifférence le centenaire du Traité de géographie physique (de Martonne, 1909)1, un ouvrage qui connut pourtant 10 éditions jusqu’en 1958 (Broc et Giusti, 2007), il nous a semblé légitime de faire le point sur la place des courants et des thématiques de recherche actuelles dans les sciences du relief au sein de la géographie française contemporaine.

2Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, il était impossible, en France, de faire carrière en géographie sans avoir d’abord apporté la preuve d’une solide formation en géomorphologie : en témoigne le rappel du parcours scientifique de maîtres comme Jacqueline Beaujeu-Garnier (1951, ainsi que Fischer, 1985, et CREPIF, 1987), Philippe Pinchemel (1954, ainsi que Pumain et al., 2003. Pinchemel et al., 2005. Robic et Tissier, 2009. Robic et al., 2011) ou Roger Brunet (in Allemand, 2007), qui indique avoir au début des années 1960 « renoncé à faire une thèse de géomorphologie, bien que ce fût alors le passage obligé pour faire carrière en faculté ».

  • 2 J. Demangeot (in Daudel, 2008) juge quant à lui De Martonne « coupable d’avoir porté atteinte à l’u (...)
  • 3 « Le péché, quand on écrit l’histoire, c’est d’isoler les événements de leur contexte et de les met (...)

3La situation se transforme du tout au tout au cours des années 1970-1980, période pendant laquelle nombre de géographes développent un discours critique tendant à marginaliser la géomorphologie. Des travaux comme ceux de G. Bertrand (1978) ou de V. Berdoulay (1981) argumentent l’idée d’une « intrusion de la géomorphologie » dans « le domaine de la géographie ». Le passage à la stigmatisation se lit sous la plume de J. Scheibling (1994), qui date de la parution du Traité (de Martonne, 1909) le début de « la perversion géomorphologique de la géographie2. » C. Bataillon (2003) dénonce la « dérive onirique » du projet scientifique d’une carte géomorphologique détaillée de la France, quand E. Jaurand (2003) allègue la dimension « fétichiste » puis « chimérique » du commentaire de cartes. Mais, comme l’a rappelé l’éminent biologiste et historien des sciences S. J. Gould (1987): « The sin in historical composition … is to abstract events from their context and set them up in implied comparison with the present day, and then to pretend that by this the facts are being allowed to speak for themselves3 ». Comme l’ont indiqué de façon symétrique et convergente différents chercheurs de géographie « physique » (Bertrand et Bertrand, 1992) ou « humaine » (Bavoux, 2002), le problème n’est pas tant « celui de la légitimité de la géomorphologie que celui de sa finalité géographique » : en un mot, de sa « géographicité ».

4Notre propos sera donc ici de montrer ce que sont actuellement les sciences du relief et de considérer leur place dans la géographie contemporaine. Depuis une vingtaine d’années (Orain, 2003), les géographes français se réclament volontiers des sciences sociales et d’une épistémologie constructiviste. Mais, comme le précisera la première partie de cet essai, les sciences qui étudient les reliefs, bien qu’ayant aussi à voir avec les réalités sociales à travers les problématiques de l’environnement, du patrimoine, du risque et du tourisme, relèvent davantage des géosciences et donc plutôt des concepts du réalisme critique (Hacking, 1999. Gould, 2003. Inkpen, 2005). La deuxième partie de l’article tentera de montrer que ce qu’il reste coutumier d’appeler « la » géomorphologie recouvre en fait un ensemble de pratiques fort diverses, allant de la recherche fondamentale à une très large gamme d’applications ; dans ce but seront examinés : (i) les critères d’évaluation des chercheurs, (ii) les mots-clés et des sections du CNRS et du CNU, (iii) les colloques Binghamton, (iv) le programme des sessions de meetings internationaux, (v) le sommaire de trois manuels récents de géomorphologie. D’où la discussion des termes d’un « nouveau contrat » des sciences géographiques et des sciences du relief dans la troisième partie, étant précisé que les géomorphologues de culture géographique ne sauraient être cantonnés aux applications sociétales de la recherche : le regard des géographes, spécialistes de l’analyse spatiale multiscalaire et diachronique couplée aux études systémiques, est tout aussi essentiel en recherche fondamentale, dans le concert des géosciences, associé à d’autres approches.

Sciences du relief et géographicité : la position du réalisme critique

  • 4 La section 23 du CNU s’intitule « Géographie physique, humaine, économique et régionale ».

5Peu usité en français, le terme de « géographicité » possède deux acceptions : soit il désigne « ce qui, dans un objet, relève spécifiquement de la géographie, ou encore ce qui concerne l’activité propre du géographe », soit il renvoie « à la relation ontologique et phénoménologique existant entre l’homme et l’espace » (Retaillé, 2003) ou bien « à la relation existentielle établie entre l’homme et son habitat » (Robic, 2004). Dans le système « géomorphologie / géographie physique / géographie », les sciences du relief ne posent vraiment « problème » (Bertrand et Bertrand, 1992. Bavoux, 2002) que dans la perspective qui fut celle de la géographie physique séparative pré-systémique, et, depuis les années 1960, aux praticiens d’une géographie sociale peu ou pas du tout concernés par l’acuité des questions d’environnement. En regard des problématiques actuelles, le clivage géographie « physique » / « humaine », porteur d’une pratique à fronts renversés, n’est guère plus que le reflet d’une forme passée de la géographie (Orain, 2003, 2007), héritage commode au plan administratif4, survivance datée au plan conceptuel. Si la base du projet scientifique est bien que « what is being studied is being continually redefined, renegotiated and refined » (Inkpen, 2005), alors la question sera de comprendre en quoi les sciences du relief sont aujourd’hui au cœur de plusieurs des thématiques de la géographie contemporaine, et de voir comment elles contribuent aux sciences du territoire. Or, pour répondre à cette question, il est nécessaire de montrer que les objets de la géomorphologie, voire de tous les systèmes biotiques ou abiotiques qui interfèrent au voisinage de la toposphère (atmosphère, biosphère, écosphère, hydrosphère, lithosphère, pédosphère), ne sont pas de même nature que les réalités de l’anthroposphère et de la noosphère, étudiées par d’autres composantes de la géographie. L’espace de la géographie dite « physique » est un espace différencié : un terrain tantôt lisse, tantôt rugueux, jamais homogène.

  • 5 Dans The social construction of reality. Traduction de P. Taminiaux, revue par D. Martucelli (2006)
  • 6 Dans The social construction of what? L’ouvrage a été traduit en 2001 par B. Jurdant.
  • 7 « Une différence fondamentale entre les sciences naturelles traditionnelles et les sciences sociale (...)
  • 8 « Les cibles des sciences naturelles sont stationnaires. À cause des effets de boucle, les cibles d (...)
  • 9 Voir plus loin la troisième partie de cet essai, 3.2.

6Dans l’optique constructiviste de P.L. Berger et T. Luckmann (19665), tout objet étudié peut être la source d’une pluralité de discours : si le réel demeure, le discours change en fonction du paradigme scientifique dominant, du contexte socio-économique dans lequel travaille le chercheur, des préconceptions de celui-ci, et ce, indépendamment de l’objet étudié. La science est une construction sociale, et un discours donné sur un objet n’a pas plus de poids qu’un autre discours sur le même objet. Le philosophe des sciences I. Hacking (19996) a cependant proposé d’établir une distinction entre deux sortes de « genres » : ceux qui ne réagissent pas au fait d’être classés ou catégorisés, indifferent kinds ou « genres indifférents » ; et ceux qui, à l’opposé, sont concernés par et réagissent à l’acte d’être classé : les « genres interactifs ». Pour I. Hacking (1999), il est clair qu’une différence existe entre les sciences sociales et naturelles : « A cardinal difference between the traditional natural and social sciences is that the classifications employed in the natural sciences are indifferent kinds, while those employed in the social sciences are mostly interactive7 ». Et Hacking d’attirer l’attention sur la dimension temporelle du sujet : « The targets of the natural sciences are stationary. Because of looping effects, the targets of the social sciences are on the move8 ». Les objets de la géomorphologie (et même de toute la « géographie physique ») sont le plus souvent des genres indifférents : la dégradation d’un sol pédologique par surexploitation peut aboutir au ravinement et à la stérilisation du territoire, mais la portion de topographie impactée sera indifférente au fait d’être classée comme « sol » ou comme « ravine ». En revanche, au plan socio-géographique, la communauté rurale (paysanne ou autre) ne pourra pas être indifférente à la dégradation irréversible de son environnement. En fait, comme l’a montré H. Régnauld (2003b) à travers le processus de différenciation des « rythmes temporels du changement9 », toute la difficulté réside dans la faible et partielle concordance des temps entre la géographie et la géomorphologie : les genres étudiés par les sciences du relief relèvent de durées dont la gamme va des séquences morphogénétiques longues de millions d’années et gravées dans le temps profond de l’histoire de la Terre, jusqu’aux séquences courtes de portée séculaire qui relèvent de l’histoire de l’Humanité, et aux événements aléatoires quasi-instantanés inscrits dans le temps social.

  • 10 Comme le rappelle le titre de la thèse d’H. Baulig (1928) : « Le Plateau Central de la France… ».

7En tant que « genres », les objets de la géomorphologie (volumes, formes, modelés, dynamiques, processus, relais) sont donc éminemment complexes, tant au plan spatial (leur espace est hétérogène) qu’au plan temporel (les temporalités qui s’y rattachent sont plurielles). La question est plus difficile encore, car il faudrait aussi tenir compte des combinaisons et des variations de rythme, de fréquence et d’intensité des forces impliquées par les mécanismes internes et les processus externes de la morphogenèse (voir par exemple Schumm, 1991). Quoiqu’il en soit, ces objets reflètent le dialogue qui s’établit, à un moment donné, dans un contexte socio-économique et en fonction d’un paradigme scientifique précis, entre le(s) chercheur(s) et ce que l’on nommera, faute de mieux, la réalité factuelle. Dans l’optique constructiviste, l’activité scientifique est moins dans la découverte d’une réalité ontologique pré-existante que dans la mise au point d’un discours logique et cohérent : l’observateur ne découvre pas la réalité, il la construit. Par exemple, c’est un usage multi-séculaire qui, en France, a imposé le nom propre de « Massif Central », bien qu’en tant qu’unité morpho-structurale l’objet soit plutôt du genre « plateau excentré10 ». Si l’on analyse les signifiants de cette locution nominale, « massif » est de connotation géologique, « plateau » géomorphologique, et « central » renverrait, au choix : au lieu géométrique du socle centralien par rapport aux bassins sédimentaires bordiers (le « noyau arverne ») ; au centre d’une dispersion hydrographique rayonnante des rivières (le « château d’eau » naturel) ; à une situation socio-économique particulière (le « pôle répulsif », réservoir de population, source de flux migratoires centrifuges) ; à l’inconscient collectif centripète du « réduit stratégique suprême » (Poujol, 1994).

  • 11 Sur la notion de « socle », voir M. Calvet (2007).
  • 12 Voir Baulig, 1928, 225-279 ; sur la classification de Cvijić entre karst complet (holo-), karst inc (...)
  • 13 « L’affirmation vraie, perspicace, fondamentale, selon laquelle la science, en tant qu’activité hum (...)

8La position du « réalisme critique » est sensiblement différente : elle propose que les modèles scientifiques soient autant d’approximations successives d’une réalité objective qui existe indépendamment de l’observateur. Le chercheur qui adopte cette approche assume la pluralité et la subjectivité des discours, mais il pense aussi qu’il existe une réalité externe à découvrir, à comprendre, à expliquer, et que la science, bien qu’étant une construction sociale, donne cependant accès à une connaissance plus précise de la réalité factuelle. Dans cette perspective, « objectif » ne signifie pas que les objets ou les genres sont « réels », mais qu’ils ont été obtenus par un processus cohérent de dialogue entre le chercheur et ce qu’il étudie (Inkpen, 2005). Pour reprendre l’exemple du Massif Central, les notions de « noyau arverne » ou de « noyaux précambriens » ont aujourd’hui laissé place en géologie structurale à des modèles impliquant des nappes superposées (Ledru et al., 1989. Faure et al., 2009). Au plan géomorphologique, les Grands Causses ou le Limousin sont des objets d’échelle régionale, le premier du genre « relief calcaire » ou « relief karstique », le deuxième du genre « relief de socle11 » ou « massif ancien ». Mais il y a longtemps que le débat ne porte plus sur l’appartenance des Grands Causses à l’holokarst, au mérokarst ou à un type de transition12, le relief du Limousin restant une source de modèles et un sujet de discussions (Giusti, vol. 1, 2002 ; 2008a). En tant que système de formes du relief d’échelle moyenne, les Grands Causses et le Limousin appartiennent au 21e siècle aux mêmes genres (socle, karst) qu’au 19e, mais l’interprétation qui en est donnée a changé, tout simplement parce que l’époque, le contexte, le(s) paradigme(s) ont eux-mêmes changé. Qui plus est, tout ou partie des objets régionaux ici pris comme exemples peuvent être analysés en fonction d’autres questionnements, à d’autres échelles spatio-temporelles : celle des transformations sylvo-pastorales historiques des versants de vallées (Bertrand et al., 1978. Valadas, 1984. Muxart et al., 1990. Allée, 2003), celle des grands volumes et des mégaformes à l’échelle du temps profond (Le Griel, 1988. Giusti, vol. 2, 2002 ; 2008a). « The true, insightful, and fundamental statement that science, as a quintessentially human activity, must reflect a surrounding social context does not imply either that no accessible external reality exists, or that science, as a socially constructed institution, cannot achieve progressively more adequate understanding of nature’s facts and mechanisms13 » (Gould, 2003, 103).

  • 14 Sur la complexité de l’histoire naturelle, la conception stéréotypée de la science et la fausse hié (...)

9L’enjeu est donc moins, selon nous, la « géographicité » de la géomorphologie que la disparition de tout discours géographique sur certains genres de la toposphère et les phénomènes qui leurs sont associés : le fonctionnement des chaînes de montagne, la dynamique des grands aplanissements continentaux, l’érosion accélérée des sols dans le monde, les implications géomorphologiques du changement climatique global aux échelles locales (lits fluviaux, versants) et régionales (désertification, déplacement des limites morphoclimatiques), l’instabilité des littoraux, la réduction de la géo- et de la biodiversité... Ou, sur un mode plus politique, de se demander s’il n’est pas quelque peu dangereux de valider un discours technocratique aux termes duquel seuls les scientifiques « durs » et les ingénieurs des grands corps auraient toute légitimité pour réfléchir aux thématiques « physiques » et être producteurs de données primaires14. Non que le programme soit ici de se substituer urbi et orbi aux spécialistes : la posture de l’hyper-géographe omniscient, omnipotent et omnipraticien n’est pas pertinente. En revanche, dans des sociétés de plus en plus sophistiquées et inter-actives, trois des fonctions du géomorphologue de culture géographique – rompu à l’analyse spatiale multi-scalaire diachronique de certaines variétés de complexité comme la dynamique des systèmes de formes et celle des environnements, passés ou actuels – pourraient être celles de critique des analyses réductionnistes, de guetteur dans le cadre d’une veille scientifique et épistémologique interdisciplinaire, de médiateur au sein d’équipes pluridisciplinaires travaillant sur l’éducation au développement durable.

Les sciences du relief, un domaine interdisciplinaire

  • 15 L’EGU [ http://www.egu.eu/ ] tient sa session annuelle au cours du premier semestre de l’année en c (...)

10Le géographe hydrologue S. Tooth a observé que les sciences du relief, présentes dans plusieurs programmes internationaux comme l’évaluation des écosystèmes pour le millénaire (MEA, 2005), les travaux du groupe d’experts intergouvernemental sur le changement climatique (IPCC, 2007) ou ceux de l’année internationale pour la planète Terre (IYPE, 2008), souffrent d’un déficit de visibilité (Tooth, 2009), un peu comme si la géomorphologie était victime de son succès. L’analyse de la place des sciences du relief dans : (2.1, 2.2) le paysage académique et institutionnel hexagonal ; (2.3) les colloques « Binghamton » ; (2.4) les grands rassemblements internationaux du type American Geophysical Union (AGU) et European Geosciences Union (EGU)15 ; (2.5) des manuels anglophones de référence – apporte des éléments de discussion au paradoxe de la géomorphologie invisible.

Chausse-pied ou hybridation ? Les dilemmes de l’évaluation

  • 16 Voir à ce sujet le percutant essai de L. Ségalat (2009).

11Dans les pays de tradition culturelle anglo-saxonne, les établissements d’enseignement supérieur et de recherche sont des sortes de conglomérats à bords flous au sein desquels les rapprochements interdisciplinaires se font et se défont plus facilement et plus librement que dans d’autres pays, dans un contexte d’offre large et diversifiée (les programmes) qui favorise une réelle mobilité des chercheurs et un relatif respect de leurs thématiques personnelles. En France, où, en matière de recherche fondamentale publique, l’offre pilotée « de haut en bas » (top down) est plus étroite que la demande des chercheurs, exprimée de « bas en haut » (bottom up) ou non (autofinancement), les rigidités culturelles héritées d’une tradition qui remonte à l’Université impériale et à la centralisation jacobine (Dhombres et Dhombres, 1989. de Ricqlès, 2007) font que, lors de certaines des évaluations rythmant sa carrière, le chercheur doit cocher une case (tabl. 1), le choix qu’il opère alors étant non pas conditionné mais surdéterminé par sa formation initiale (Humanités vs Sciences). Comme celle-ci soit ne correspond pas, soit ne correspond plus du tout à sa thématique de recherche, le chercheur devra donc recourir tantôt à la méthode du chausse-pied (entrer de force dans une case qui ne lui convient pas exactement), tantôt à la méthode de l’hybridation, active (choisie) ou passive (subie) : infléchir tout ou partie de son champ de questionnement afin de pouvoir rester dans la course aux programmes porteurs16.

12Dans le cas des géomorphologues, le chercheur sera tenu de choisir parmi des objets à bords francs (tabl. 1), alors que la géomorphologie est tout à la fois une « science de la Terre » (les formes du relief), une « science humaine » (l’histoire et l’épistémologie des sciences, la géomorphologie culturelle, le patrimoine, le géotourisme), « une science de la société » (les risques naturels), une « science pour l’ingénieur » (les avalanches, les glissements de terrain, les inondations), une « science agronomique » (l’érosion des sols dans le monde) « et écologique » (la diversité des environnements terrestres). Sur l’ensemble des choix proposés, le géomorphologue idéal est potentiellement concerné par la moitié des cases (5 sur 10). L’examen des sections et des mots-clés du Centre national de la recherche scientifique (CNRS) va permettre d’affiner l’analyse.

Tableau 1 – Extrait d’une fiche individuelle d’activité des enseignants-chercheurs, chercheurs, ingénieurs de recherche, cadres scientifiques, et autres personnels ayant une activité de recherche
Table 1 – Part of a personal form of activity for professors, assistant-professors, lecturers, researchers, research engineers, scientists and other personnel engaged in research activity

Domaine scientifique principal :
1 Mathématiques et leurs interactions
2 Physique
3 Sciences de la terre et de l’univers, espace
4 Chimie
5 Biologie, médecine, santé
6 Sciences humaines et humanités
7 Sciences de la société
8 Sciences pour l’ingénieur
9 Sciences et technologies de l’information et de la communication
10 Sciences agronomiques et écologiques

Rattachement scientifique :
Section du CNU :

ou

Département(s) scientifique(s) et/ou commissions spécialisées d’un organisme :

Tableau 2A – Les sections du CNRS : de la logique disciplinaire (1980) à la logique thématique (1991)
Table 2A – The CNRS sections: from a disciplinary approach (1980) to a thematic approach (1991)

1980

1991

14 – Géophysique et géologie interne

11 – Planète Terre : structure, histoire et évolution

15 – Géologie sédimentaire et Paléontologie

12 – Planète Terre : enveloppes superficielles

13 – Physique et Chimie de la Terre

30 – Anthropologie, Préhistoire, Ethnologie

31 – Hommes et milieux : évolutions, interactions

32 – Géographie

39 – Espaces, territoires et sociétés

Tableau 2B – Correspondance des sections du Comité National du CNRS pour les mandats 2000-2004 et 2004-2008
Table 2B – Comparison and equivalence between the sections of the CNRS National Committee for the terms 2000-2004 and 2004-2008

2000-2004

2004-2008

11 – Planète Terre : structure, histoire et évolution

18 – Terre et planètes telluriques : structure, histoire, modèles

12 – Planète Terre : enveloppes superficielles

19 – Système Terre : enveloppes superficielles

30 – Diversité biologique – Populations – Écosystèmes et évolution

20 – Surface continentale et interfaces

31 – Hommes et milieux : évolutions, interactions (géographes seuls)

31 – Hommes et milieux : évolutions, interactions

39 – Espaces, territoires et sociétés

39 – Espaces, territoires et sociétés

Noter l’apparition d’une nouvelle section 20 « Surface continentale et interfaces », ainsi que, en section 31, la disparition de la mention « géographes seuls ». Les sections du mandat 2004-2008 ont été reconduites pour le mandat 2008-2012.
Note the emergence of a new section 20 “Continental Surfaces and Interfaces”, and the disappearance in section 31 of the mention: “geographers only”. The sections of the term 2004-2008 were renewed for the term 2008-2012.

De l’omission à l’affirmation : les surprises des mots-clés

13La transformation des sections du CNRS (tabl. 2) devenues thématiques après avoir été disciplinaires, a accentué la tendance à la fragmentation des science du relief en sous-disciplines et spécialités, d’où la perte de visibilité. Mais une conséquence positive de cette politique est d’avoir permis un relatif décloisonnement et même, parfois, de féconds rapprochements entre chercheurs issus de départements scientifiques pilotes différents : Planète et Univers (PU), Environnement et développement durable (EDD), et Sciences humaines et sociales (SHS) (tabl. 3 et 4).

Tableau 3A – Les mots-clés des sections 18, 19 et 20 du CNRS (mandat 2008-2012)
Table 3A – The keywords for the sections 18, 19 and 20 of the CNRS (term 2008-2012)

Indice

Section 18 – Terre et planètes telluriques : structure, histoire, modèles (PU)

2

• Composition, structure et dynamique du noyau, du manteau et de la croûte

3

• Processus d’interaction dans les systèmes géologiques couplés, bilans des transferts entre enveloppes

3

• Formation et évolution des bassins sédimentaires et des chaînes de montagne

2

• Paléobiosphère et paléoenvironnements, vie primitive

2

• Planétologie : origine, composition, structure et dynamique de l’intérieur des planètes telluriques, de leur surface et des astromatériaux ; cosmochimie

3

• Mesure du temps en sciences de la Terre

1

• Mécanique des milieux géophysiques

4

• Modélisation, expérimentation et instrumentation en sciences de la terre

4

• Aléas et risques induits par la tectonique et le volcanisme

1

• Ressources minérales, énergétiques et réservoirs souterrains

Indice

Section 19 – Système Terre : enveloppes superficielles (PU)

3

• Système climatique : couplages entre océan, atmosphère, continent, cryosphère et biosphère

4

• Changement global, anthropisation, impacts

2

• Cycles biogéochimiques et dynamique des écosystèmes marins

2

• Physique, dynamique , chimie et biologie des domaines océanique et côtier

2

• Physique, dynamique et chimie de l’atmosphère et de la cryosphère

4

• Paléo-environnements : archives océaniques, glaciaires, continentales

1

• Planétologie : physique, dynamique et chimie des atmosphères planétaires

2

• Modélisation des fluides géophysiques

Indice

Section 20 – Surface continentale et interfaces (EDD)

3

• Fonctionnement et évolution des écosystèmes continentaux, lagunaires et côtiers

3

• Eaux, sols, biosphère continentale : structure, fonctionnement, gestion, protection

4

• Flux de matière et d’énergie à toutes les échelles

2

• Rôle de la biodiversité dans le fonctionnement des écosystèmes

2

• Écologie fonctionnelle et dynamique des communautés

2

• Dynamiques biogéochimiques : cycles des éléments, chimie et écodynamique des polluants et des traceurs

5

• Altération et érosion des couches superficielles : mécanismes physiques et biogéochimiques

5

• Interactions climat-biosphère. Impacts des changements globaux sur les écosystèmes et hydrosystèmes

3

• Ingénierie écologique, protection et aménagement de l’environnement, traitement et gestion des déchets

5

• Aléas et risques environnementaux

5

• Imagerie de surface et de sub-surface

Blanc : pertinence marginale à faible ; jaune : pertinence moyenne ; orange : pertinence forte ; rose : pertinence élevée. Les sections 18 et 19 dépendent du département scientifique pilote Planète et Univers (PU), la section 20 du département scientifique pilote Environnement et développement durable (EDD).
White: relevance marginal to low; yellow: intermediate relevance; orange: high relevance; pink: very high relevance. Sections 18 and 19 depend on the scientific pilot department Planet and Universe (PU), section 20 of the scientific pilot department Environment and Sustainable Development (EDD).

14Comme le révèle d’autre part l’analyse des mots-clés du CNRS pour les mandats 2004-2008 et 2008-2012, les composantes de la géomorphologie sont revendiquées à des degrés divers par les départements PU, EDD et SHS. Dans le cas des sections 18, 19 et 20, en attribuant empiriquement à chaque mot-clé un indice de 1 (distance maximale, pertinence faible) à 5 (distance minimale, pertinence forte), 4 mots-clés sur 29 auront un indice 5 (13,8 %), 5 un indice 4 (17,2 %) et 7 un indice 3 (24 %), ce qui revient à dire que les géomorphologues sont concernés par 1/3 à 1/2 des thèmes des géosciences (31 % pour les indices 5 et 4, 55 % si l’on rajoute l’indice 3) (tabl. 3A).

15Bien que les mots-clés y soient beaucoup moins détaillés, un calcul similaire peut être effectué pour tenter d’apprécier l’impact des sciences du relief dans les sections 31 et 39 du département SHS. On arrive ainsi au score de 2 sur 13 (Paléoenvironnements quaternaires, Dynamique des milieux naturels et des paysages) pour l’indice 5 (soit 15,4 %), de 0 pour l’indice 4, de 3 sur 13 (Biogéographie-bioclimatologie, Les sociétés et leurs espaces, Aménagement et environnement) pour l’indice 3 (23 %). Ce qui revient à admettre que les géomorphologues ne sont concernés que par moins de la moitié des thématiques des sciences humaines et sociales, au mieux un petit 20 % si l’on tient compte du fait que les approches « risques », « patrimoine » et « impact de l’homme sur les formes du relief » ont à voir avec des thématiques de la section 39 (tabl. 3B).

Tableau 3B – Les mots-clés des sections 31et 39 du CNRS (mandat 2008-2012). Ces deux sections dépendent du département scientifique pilote Sciences humaines et sociales (SHS). Couleurs : idem 3A
Table 3B – The keywords for the section 31et 39 of the CNRS (term 2008-2012). These two sections depend on the scientific pilot department Social and Human Sciences (SHS). Colours: idem 3A

Indice

Section 31 – Hommes et milieux : évolution, interactions (SHS)

2

• Paléoanthropologie

1

• Anthropologie biologique

2

• Préhistoire et protohistoire

5

• Paléoenvironnements quaternaires

3

• Biogéographie, bioclimatologie

2

• Écologie humaine

5

• Dynamique des milieux naturels et des paysages

Indice

Section 39 – Espaces, territoires et sociétés (SHS)

3

• Les sociétés et leurs espaces

1

• Distribution spatiale des activités et du peuplement

1

• Socio-démographie des populations

1

• La ville : sociologie et histoire urbaine, architecture et urbanisme

3

• Aménagement et environnement

2

• Structures et dynamiques des territoires

16Ce survol des labels relatifs à la géomorphologie montre qu’il est un peu byzantin de chercher à classer les sciences du relief dans une case ou dans une autre. Est-il pour autant anodin que la mention « géomorphologie » n’apparaisse dans aucun mot-clé des cinq sections des trois départements pilotes étudiés : ni en PU, ni en EDD, ni en SHS ? Deux explications sont ici possibles à titre d’hypothèse, d’ailleurs de façon non exclusive : (1) le champ scientifique « géomorphologie » pouvant être revendiqué par plusieurs disciplines, le mot aurait été omis volontairement afin de lisser les conflits de compétence ; (2) en lieu et place d’une entité un peu abstraite, « la » géomorphologie, il existe des spécialités reconnues par des mots-clés, qui reflèteraient le dynamisme des sciences du relief et leur développement sur un mode buissonnant.

Tableau 4 – Mots-clés des sections 23, 35 et 36 du Conseil national des universités (CNU)
Table 4 – Key-words for the section 23, 35 and 36 of the Conseil national des universités (CNU)

Section 23 : Géographie physique, humaine, économique et régionale

Agriculture, Analyse spatiale, Banlieue, Biogéographie, Cartographie, Centre-ville, Climatologie, Commerce, Comportements, Croissance urbaine, Désertification, Développement, Didactique de la géographie, Environnement, Epistémologie de la géographie, Espace, Géographie appliquée, Géographie culturelle, Géographie historique, Géographie industrielle, Géographie politique, Géographie quantitative, Géographie rurale, Géographie sociale, Géographie théorique, Géographie urbaine, Géomorphologie, Géopolitique, Hydrologie, Littoral, Localisation, Logement, Migration, Milieux, Mobilité, Montagne, Nature, Paysage, Périurbain, Politiques urbaines, Pollution, Population, Représentations, Réseaux, Risques, Ségrégation, SIG, Systèmes spatiaux, Télédétection, Territoire, Territorialité, Tourisme, Transport, Urbanisation, Ville

Section 35 : Structure et évolution de la terre et des autres planètes

Roches et minéraux, Noyau, Manteau, Terre globale, Rides / croûte océanique / points chauds / subduction, Marges passives / actives, Croûte continentale / collision, Genèse et différenciation des magmas, Volcanisme, Sismogenèse, Géomorphologie, Altération et sols, Ressources exploitables, Eaux de surface, Environnement, Paléo-environnements, Terre et planètes primitives, Planétologie, Développements méthodologiques.

Section 36 : Terre solide : géodynamique des enveloppes supérieure, paléobiosphère

Géologie, Sédimentologie, Tectonique, Géochimie de surface, Paléoenvironnement, Paléoclimatologie, Stratigraphie, Géodynamique, Géomorphologie, Paléontologie, Micropaléontologie, Environnements, Hydrogéologie, Géomécanique, Géosciences marines, Néotectonique, Formations superficielles, Risques naturels.

  • 17 Une enquête plus complète devrait prendre en compte des établissements comme l’Institut français de (...)
  • 18 Une autre dimension de la question serait ici de savoir dans quelle mesure la création de l’Agence (...)

17En revanche, l’étiquette « géomorphologie » figure en toutes lettres dans la liste des mots-clés de trois sections du Conseil national des universités : la 23e (Géographie physique, humaine, économique et régionale), la 35e (Structure et évolution de la Terre et des autres planètes) et la 36e (Terre solide : géodynamique des enveloppes supérieures, paléobiosphère) (tabl. 4). Sans exclure la possibilité que l’Université soit plus « conservatrice » que certains grands organismes de recherche17, le fait tendrait cependant à corroborer l’hypothèse (1) ci-dessus, et surtout à confirmer la nature interdisciplinaire des sciences géomorphologiques18.

Tableau 5 – Liste des 42 colloques « Binghamton » (1970-2011)
Table 5 – List of the 42 “Binghamton” Symposia (1970-2011)

Lieu

Année

Intitulé

Thème

Organisateur(s)

1. Binghamton, NY

1970

Environmental Geomorphology

Géomorphologie et environnement

D.R. Coates

2. Binghamton, NY

1971

Quantitative Geomorphology

Géomorphologie quantitative

M. Morisawa

3. Binghamton, NY

1972

Coastal Geomorphology

Géomorphologie littorale

D.R.Coates

4. Binghamton, NY

1973

Fluvial Geomorphology

Géomorphologie fluviale

M. Morisawa

5. Binghamton, NY

1974

Glacial Geomorphology

Géomorphologie glaciaire

D.R. Coates

6. Binghamton, NY

1975

Theories of Landform Development

Théories du développement des formes du relief

W.N. Melhorn
R.C. Flemal

7. Binghamton, NY

1976

Geomorphology and Engineering

Géomorphologie et ingénierie

D.R. Coates

8. Binghamton, NY

1977

Geomorphology in Arid Regions

Géomorphologie des régions arides

D.O. Doehring

9. Binghamton, NY

1978

Thresholds in Geomorphology

Les effets de seuils en géomorphologie

D.R. Coates
J.D. Vitek

10. Binghamton, NY

1979

Adjustments of the Fluvial System

Ajustements des systèmes fluviaux

D.D. Rhodes

E.J. Williams

11. Kent, OH

1980

Applied Geomorphology

Géomorphologie appliquée

R.G. Craig

J.L. Craft

12. Urbana-Champaign, IL

1981

Space and Time in Geomorphology

Le temps et l’espace en géomorphologie

C.E. Thorn

13. Troy, NY

1982

Groundwater as a Geomorphic Agent

Le rôle géomorphologique des eaux souterraines

R.G. LaFleur

14. Buffalo, NY

1983

Models in Geomorphology

Les modèles en géomorphologie

M.J. Woldenberg

15. Binghamton, NY

1984

Tectonic Geomorphology

La géomorphologie tectonique

M. Morisawa

J.T. Hack

16. Buffalo, NY

1985

Hillslope Processes

Les processus des versants

A.D. Abrahams

17. Guelph, Ontario, Canada

1986

Aeolian Geomorphology

Géomorphologie éolienne

W.G. Nickling

18. Oxford, Ohio

1987

Catastrophic Flooding

Les inondations catastrophiques

L. Mayer

D. Nash

19. St.Catherines, Ontario, Canada

1988

History of Geomorphology

Histoire de la Géomorphologie

K.J. Tinkler

20. Carlisle, PA

1989

Appalachian Geomorphology

Géomorphologie des Appalaches

T.W. Gardner

W.D. Sevon

21. Binghamton, NY

1990

Soils and Landscape Evolution

Les sols et l’évolution des paysages

P.L.K. Knuepfer

L.D. McFadden

22. Buffalo, NY

1991

Periglacial Geomorphology

Géomorphologie périglaciaire

J.C. Dixon

A.D. Abrahams

23. Oxford, OH

1992

Geomorphic Systems

Les systèmes géomorphologiques

J.D. Phillips

W.H. Renwick

24. Hamilton, Ontario, Canada

1993

Geomorphology: The Research Frontier and Beyond

Les frontières de la recherche en géomorphologie, et de l’autre côté du miroir

J.D.Vitek

J.R. Giardino

25. Binghamton, NY

1994

Geomorphology and Natural Hazards

La géomorphologie et les risques naturels

M. Morisawa

26. Charlottesville, VA

1995

Biogeomorphology, Terrestrial and Freshwater Systems

La biogéomorphologie des systèmes terrestres d’eau douce

C.R. Hupp

A.D. Howard

27. Urbana-Champaign, IL

1996

The Scientific Nature of Geomorphology

La nature scientifique de la géomorphologie

B.L. Rhoads

C.E. Thorn

28. Bologna, Italy

1997

Changing the Face of the Earth: Engineering Geomorphology

Changer la face de la Terre : géomorphologie et ingénierie

J.R. Giardino

R.A. Marston

M. Morisawa

29. Woods Hole, MA

1998

Coastal Geomorphology

Géomorphologie littorale

D. J. Sherman

P.A. Gares

30. Binghamton, NY

1999

Geomorphology in the Public Eye

La géomorphologie sous le regard de l’opinion publique

P. Knuepfer

J.F. Petersen

31. Binghamton, NY

2000

Modeling and Geomorphology

Modélisation et géomorphologie

J.F. Shroder

M.P. Bishop

32. Chapel Hill, NC

2001

Mountain Geomorphology - Integrating Earth Systems

Géomorphologie des montagnes et intégration des systèmes terrestres

D.R. Butler

S.J. Walsh

G.P. Malanson

33. Bloomsburg, PA

2002

Dams and Geomorphology

Les barrages et la géomorphologie

P.J. Beyer

34. Binghamton, NY

2003

Ice Sheet Geomorphology

Géomorphologie des inlandsis

P.L.K. Knuepfer

J. Fleisher

D.R. Butler

35. Lexington, KY

2004

Weathering and Landscape Evolution

La météorisation et l’évolution des paysages

A.V. Turkington

J.D. Phillips

S.W. Campbell

36. Buffalo, NY

2005

Geomorphology and Ecosystems

La géomorphologie et les écosystèmes

C.S. Renshler

M. Doyle

M. Thoms

37. Columbia, SC

2006

The Human Role in Changing Fluvial Systems

Le rôle des facteurs humains dans les modifications des systèmes fluviaux

W.A. Marcus

L.A. James

38. Durham, NC

2007

Complexity in Geomorphology

La complexité en géomorphologie

M.A. Fontstad

A.B. Murray

39. Austin, TX

2008

Fluvial Deposits and Environmental History

Les dépôts fluviaux et l’histoire de l’environnement

F. Hudson

K.W. Butzer

T.P. Beach

40. Blacksburg, VA

2009

Geomorphology and Vegetation: Interactions, Dependencies, and Feedback Loops

La géomorphologie et la végétation : interactions, causalités, et boucles de rétroaction

C. Hession

J. Curran

L. Resler

T. Wynn

41. Columbia, SC

2010

Geospatial Technologies and Geomorphological Mapping

Les technologies spatiales terrestres et la cartographie géomorphologique

L. Allan James

M.P. Bishop

S. Walsh

42. Mobile, AB

2011

Zoogeomorphology and Ecosystem Engineering

La zoogéomorphologie et l’ingénierie des écosystèmes

D.R. Butler

C.F. Sawyer

Ramifications, croisements et bifurcations en géomorphologie

18La mise en place du nouveau cadre scientifique des sciences du relief s’est effectuée entre 1950 et 1970, avec le déploiement de la théorie générale des systèmes et sa transposition en géomorphologie, la reprise à nouveaux frais de la théorie de Wegener et l’essor de la tectonique des plaques, la multiplication des méthodes de datation physico-chimiques et la calibration de l’échelle des temps géologiques, l’établissement de la courbe eustatique globale et des courbes locales, le réexamen de la théorie de Milankovitch et les développements qui en sont résultés, le gradualisme minoré par un peu plus de catastrophisme, les progrès de la géodésie spatiale, de l’océanographie, de la glaciologie… (Thorn, 1988. Rhoads & Thorn, 1998. Kennedy, 2006. Giusti, 2007). En France, les effets de cette « révolution scientifique » (Kuhn, 1962) se sont inégalement faits ressentir en géomorphologie et géographie physique (Gunnell, 2009. Broc, 2010).

  • 19 Sur Arthur Newell Strahler (1918-2002), voir Kennedy (2006, 8). Sur Marie Morisawa (1919-1994), voi (...)

19Le 42eBinghamton Symposium s’est déroulé en octobre 2011 à Mobile dans les locaux de l’université d’Alabama-Sud sur le thème de la zoogéomorphologie et de l’ingénierie des écosystèmes. Le premier de la série, Environmental Geomorphology, s’était tenu à New York en 1970, à l’initiative de D. Coates et de quelques élèves d’A.N. Strahler, soutenus par M. Morisawa19. Ce groupe, consterné par la spécialisation croissante et le compartimentage des sciences, souhaitait souligner que nombre des problèmes de la science contemporaine, parmi les plus fascinants, sont fondamentalement de nature interdisciplinaire. La revue Geomorphology (lancée en 1987) est un produit dérivé de cette entreprise qui, depuis 1980, fait tourner les colloques dans une ville universitaire américaine, parfois canadienne, exceptionnellement européenne (Bologne en 1997).

20La liste des colloques Binghamton20 donne une excellente image des questionnements et des transformations survenues dans les sciences du relief depuis bientôt près d’un demi-siècle (tabl. 5). La géomorphologie environnementale a suscité 7 colloques (1, 26, 32, 36, 39, 40, 42), avec une nette accélération au cours des dix dernières années. Les questions liées aux dynamiques externes et/ou internes, à l’origine de 14 rencontres (3, 4, 5, 8, 10, 13, 15, 16, 17, 21, 22, 29, 34, 35), retiennent moins l’attention. Un autre groupe de 14 colloques (2, 6, 9, 12, 14, 19, 20, 23, 24, 27, 30, 31, 38, 41) a porté sur les théories, les modèles, les techniques, l’épistémologie, l’histoire de la géomorphologie. Enfin, les risques naturels (18, 25) et l’ingénierie géomorphologique (7, 11, 28, 33, 37) sont à l’origine de 7 colloques. Au total, la répartition se fait en trois tiers sensiblement égaux (géodynamique ; théories et concepts ; ingénierie et environnement).

21L’une des motivations du projet des fondateurs des colloques Binghamton était de voir en la personne du géomorphologue non pas un spécialiste mais un généraliste, apte à intégrer les approches des sciences de la Terre et des sciences de l’environnement. Ce à quoi nous ajouterions, au vu de la liste des thèmes abordés : « Et aussi des sciences sociales ». Dans les sciences de l’environnement, la plupart des problèmes, complexes, transcendent le clivage entre Sciences et Humanités car les sociétés agissent sur leur environnement qui est en même temps le cadre de vie de groupes humains organisés. La troisième partie reviendra sur la polyvalence des géomorphologues, mais le thème de l’interdisciplinarité doit auparavant être mieux précisé.

Global geomorphology : la galaxie des meetings internationaux

Les sciences géologiques : l’exemple de l’EGU

  • 21 Il existe un vif débat autour de « géologie », « sciences géologiques », « géosciences », débat don (...)
  • 22 En août : 33e Oslo, Norvège (2008) ; 34e Brisbane, Australie (2012) ; 35e Le Cap, Afrique du Sud (2 (...)
  • 23 Source : http://meetings.copernicus.org/egu2011/ (avec 1 103 scientifiques engagés, la France s’est (...)

22Dans le domaine des sciences géologiques, ou géosciences21, les événements les plus notables sont les grands Congrès organisés tous les quatre ans par l’International Union of Geological Sciences (IUGS)22, le Fall meeting de l’American Geophysical Union (États-Unis), et, au printemps, l’assemblée générale de l’European Geosciences Union à Vienne (Autriche). En avril 2011, 707 sessions scientifiques ont ainsi permis à 10 725 spécialistes (au nombre desquels 28 % d’étudiants) venus de 96 pays d’effectuer 12 772 communications, dont 4 333 présentations orales et 8 439 posters23. Les chiffres sont respectivement de 1 156 (9,05 %), 389 (8,97 %) et 767 (9,08 %) pour le programme GM (Geomorphology) et ses dix sessions (GM1 à GM10). En valeur relative, plus des 3/4 des communications (78 %) relèvent de 5 sessions, qui dessinent les tendances lourdes d’une géomorphologie structurale et dynamique, recourant massivement aux données numériques et à la modélisation (GM2, Concepts, techniques and methods…: 20 %), centrée sur l’étude des systèmes terrestres (sols, versants, formes : GM5, Landscape dynamics : 16 % ; GM6, Hillslope and soil erosion : 14 %) ou littoraux (GM8, Coastal and marine geomorphology : 11 %), et aussi sur celle des flux (liquides et/ou solides : GM7, Channel processes and sediment transport : 17 %). Pour plus de détails, le lecteur est invité à se reporter à l’analyse approfondie des statistiques de la session 2011 de l’EGU donnée en Annexe 1 (tabl. 6A-6B-6C). Il importe de souligner qu’au printemps 2011, trois sessions ont été organisées en liaison avec d’autres unions scientifiques : par exemple la GM8.3, Coastal zone geomorphologic interactions: natural versus human-induced driving factors, soutenue par l’International Geographical Union (IGU) grâce à l’implication de E. Anthony.

Les sciences géographiques : l’exemple de l’IGU (UGI)

23L’Union géographique internationale (UGI) n’est pas une structure comparable à l’EGU, et il n’existe pas (à notre connaissance) de statistiques détaillées au même niveau dans le domaine des événements jalonnant le mouvement des sciences géographiques. En revanche, la mise en perspective historique est ici possible car l’UGI est une structure fondée en 1922, ayant fait l’objet d’une étude très documentée (Robic et al., 1996)24. Une brève analyse des 14 commissions de l’UGI (sur 37)25 avec lesquelles les sciences du relief entretiennent un rapport plus ou moins direct est donnée en Annexe 2. Mais il semble plus instructif en terme d’état de l’art d’esquisser une comparaison entre les programmes du 31e congrès (Tunis, 2008) et du 32e (Cologne, 2012).

24Après Séoul en 2000 (« Vivre avec la diversité ») et Glasgow en 2004 (« Une Terre, plusieurs mondes »), le 31e congrès international de géographie s’est tenu à Tunis en 2008 : « Construire ensemble nos territoires ». Les communications se sont réparties entre 61 sessions techniques à l’intérieur de 9 programmes thématiques. En ce qui concerne les géomorphologues, ils étaient potentiellement concernés par 14 des 61 sessions, soit 22,3 % de l’ensemble. Mais cette valeur n’est qu’une estimation, sans doute par excès, simplement destinée à donner un ordre de grandeur (1/5e). Dans le détail, il s’agit de 6 des 9 sessions du programme « Géographie physique » (géographie des terres arides, géomorphologie littorale, géographie des régions froides, systèmes montagneux, risques naturels, reliefs et modelés karstiques) ; de 3 des 9 sessions du programme « Interventions humaines et milieux fragilisés » (mobilisation et usages de l’eau, risques et agressions dans les zones littorales, processus de désertification et ripostes humaines) ; de 5 des 14 sessions du programme « Concepts, outils, techniques de la géographie » (cartographie, nouvelles technologies, modélisation, techniques et outils de représentation de l’espace géographique, paysages).

25À ce congrès de facture classique répond celui de Cologne (« Down to Earth 2012 »), plus novateur, qui sera structuré autour de quatre axes majeurs illustrant la volonté de mettre au premier plan de l’actualité géographique les questions environnementales : Changement planétaire et mondialisation, Société et environnement, Risques et conflits, Urbanisation et évolution démographique26. Sans doute des géomorphologues auraient plus d’un mot à dire sur plusieurs des sujets qui seront abordés (dont nous avons marqué plus haut l’urgence et l’acuité) : les points chauds de l’environnement et leurs crises, les risques, la rareté des ressources, la complexité, les nouveaux concepts, les diverses représentations de la nature, l’écologisation des sociétés, le changement climatique, la planification environnementale… Toutefois, les sciences du relief ne sont plus convoquées ici en tant que spécialité(s) autonome(s) mais plutôt comme l’une des voies de la démarche géographique, dans une perspective holiste et innovante : très clairement, ce sont les applications sociales de la recherche géomorphologique qui, en géographie, deviennent une question fondamentale (bien que reste posée la question de savoir qui, dans cette perspective, sera producteur de données primaires).

Les sciences géomorphologiques : l’exemple de l’IAG (AIG)

  • 27 L’IAG/AIG est affiliée à l’International Council for Science (ICSU) par le double canal de l’Intern (...)
  • 28 Association internationale des géomorphologues (AIG) : http://www.geomorph.org/main.html

26Avec l’International Association of Geomorphologists (IAG/AIG), les spécialistes des sciences du relief disposent d’une association fondée à Francfort en 1989, à l’initiative du British Geomorphological Research Group en 1985 à Manchester lors de la première conférence internationale de géomorphologie. Cette association est en partie née du sentiment que les géomorphologues ont des objets, des problématiques, des thèmes d’étude et des besoins parfois insuffisamment pris en compte par les spécialistes des sciences géologiques ou des sciences géographiques27. Elle tient son congrès tous les quatre ans (Zaragoza en 2005, Melbourne en 2009, Paris en 2013) ainsi que des conférences régionales inter-congrès (Addis Abeba en 2011), et compte un nombre variable de working groups. Les documents publiés sur le site permettent d’esquisser les contours de cette « géomorphologie des géomorphologues »28.

  • 29 Voir la session GM4.1 Geomorphic response to environmental change, tenue à Vienne le 4 mai 2010 : h (...)
  • 30 Trois groupes ayant cessé de fonctionner portaient sur les terroirs viticoles (A. Marre), les événe (...)

27En ce qui concerne les groupes de travail (working groups), 14 sont en activité, certains plutôt généralistes et englobants, d’autres hautement spécialisés et qui occupent une niche propre : la cartographie géomorphologique appliquée (AppGeMa) ; interactions des processus éoliens, fluviaux et lacustres dans les régions arides (Arid Regions) ; les paysages des couches rouges (Danxia) ; la géoarchéologie ; les géo(morpho)sites ; la géomorphologie et l’impact du changement environnemental global29 ; l’impact des activités humaines sur les paysages ; le risque en géomorphologie ; les grands fleuves ; la géomorphologie planétaire ; la réponse des milieux récifaux et des formes associées au changement environnemental (REEForm) ; les budgets sédimentaires des milieux froids (SEDIBUD) ; les bassins versants de petite dimension ; le groupe régional dinaro-balkano-carpathique (CARBALDIN). En 2011 a été créé un 15e groupe : les événements extrêmes en géomorphologie30. Au total, l’idée se confirme que les sciences du relief sont bien l’illustration d’un champ scientifique interdisciplinaire, à l’interface des sciences géologiques (pôle naturaliste) et des sciences géographiques (pôle sociétal).

  • 31 Voir A. Gascon (2009), Regards croisés sur l’Éthiopie.

28Le programme de la dernière conférence régionale de l’IAG, tenue en février 2011 à Addis Abeba (Éthiopie), livre à travers la liste des 11 sessions thématiques un éclairage complémentaire, qui confirme le précédent. Si la conférence portait sur le rôle des géomorphologues dans l’adaptation des sociétés à l’évolution des milieux tropicaux, le détail des thèmes abordés montre qu’il est illusoire de chercher à réduire les sciences du relief à un champ ou à un autre. Deux thèmes relevaient nettement de l’approche géoscientifique (morphotectonique, tectonique active et géomorphologie volcanique ; stratigraphie du Quaternaire et paléoclimats), logique sur ce segment nord du grand système des rifts est-africains, catégorie à laquelle on peut adjoindre la cartographie géomorphologique et la géomorphologie planétaire. Huit autres thèmes relevaient de l’approche géographique, à l’interface nature/sociétés : quatre sur les thématiques environnementales, si aiguës tant dans le contexte national31 qu’à l’échelle de l’Afrique tropicale (impact des changements environnementaux sur l’homme ; dégradation des terres cultivables et résilience ; géomorphologie des terres arides et désertification ; environnements géomorphologiques et géomorphologie de l’environnement) ; deux aux risques naturels (évaluation des glissements de terrain et zonage ; géomorphologie fluviale et risque d’inondation) ; un à la géoarchéologie et au patrimoine ; un à la géodiversité et au géotourisme.

29Comme le montre l’exemple de la conférence d’Addis Abeba, les objets étudiés par les géomorphologues se distinguent par leurs référentiels chronologiques : pour donner un ordre de grandeur schématique, 2 millions d’années pour les phases récentes du fonctionnement du rift, 20 000 ans pour les dernières grandes variations climatiques naturelles, 200 ans pour la crise environnementale actuelle. Mais ces référentiels se télescopent, recoupant pour partie le temps social : l’activité tellurique multimillénaire du rift est scandée par des séismes et des manifestations volcaniques qui, parce qu’ils continuent d’avoir un impact sur la vie des populations et des sociétés, deviennent des repères inscrits dans une séquence géohistorique.

Trois manuels récents de géomorphologie

  • 32 Voir cependant l’imposante Encyclopedia of Geomorphology, coordonnée par A.S. Goudie (2003) sous le (...)

30La même polyvalence se retrouve dans la tonalité des manuels de géomorphologie. Mais la diversification des sciences du relief depuis les années 1950 fait qu’il existe de plus en plus d’ouvrages spécialisés de géomorphologie thématique (par exemple, Laity, 2008 ; Dunai, 2010 ; Barry, Gan, 2011) ou régionale (Gupta, 2011), de moins en moins de manuels généraux (tabl. 7), aucun ne prétendant couvrir la totalité du champ32. Parmi les ouvrages récents, trois illustrent les grandes tendances : Geomorphology. The mechanics and chemistry of landscapes (Anderson et Anderson, 2010), The Earth’s land surface (Gregory, 2010), et Fundamentals of geomorphology (Huggett, 2011).

Tableau 7 – Trois manuels récents de géomorphologie : Geomorphology
Table 7 – Three recent handbooks in geomorphology: Geomorphology

TROIS MANUELS RÉCENTS DE GÉOMORPHOLOGIE

Approche géoscientifique
Anderson & Anderson, 2010

Approche géographique
Gregory, 2010

Approche synthétique
Huggett, 2011

  

Part One: Visualizing the Land Surface

Part One: Introducing Landforms and Landscapes

1. Introduction to the study of surface processes

1. Recognizing the land surface

1. What is geomorphology?

2. Whole Earth morphology

2. Study of the land surface

2. Introducing process and form

3. Large-scale topography

  

3. Introducing history

4. Tectonic geomorphology

4. The geomorphic system

5. Atmospheric processes and geomorphology

Part Two: Dynamics of the Land Surface

Part Two: Structure

6. Dating methods, and establishing timing in the landscape

3. Controls affecting the land surface

5. Plate tectonics and associated structural landforms

7. Weathering

4. Processes and dynamics of the land surface

6. Volcanoes, impact craters, folds, and faults

8. Glaciers and glacial geology

Part Three: Landform evolution

Part Three: Process and Forms

9. Periglacial processes and forms

5. The changing surface – evolution of landscapes

7. Weathering and associated landforms

10. Hillslopes

Part four: Environments of the land surface

8. Hillslopes

11. Water in the landscape

6. World land surface landscapes

9. Fluvial landscapes

12. Rivers

7. Polar regions: Arctic, Antarctic and high latitudes

10. Glacial and glaciofluvial landscapes

13. Bedrock channels

8. Temperate and mediterranean environments

11. Periglacial landscapes

14. Sediment transport mechanics

9. Arid environments

12. Aeolian landscapes

15. Eolian forms and deposits

10. Humid and seasonally humid tropics

13. Coastal landscapes

16. Coastal geomorphology

11. Urban landscapes

14. Karst landscapes

17. The geomorphology of big floods

Part five: Management of the Land Surface – Future prospects

15. Landscape evolution: long-term geomorphology

18. Whole landscapes

12. Future land surfaces – management of change

  

Appendix A: Physics
Appendix B: Mathematics

  

  

The physics and chemistry of landscapes (Anderson & Anderson, 2010) ; The Earth’s land surface (Gregory, 2010) ; Fundamentals of Geomorphology (Huggett, 2011)
The physics and chemistry of landscapes (Anderson & Anderson, 2010) ; The Earth’s land surface (Gregory, 2010) ; Fundamentals of Geomorphology (Huggett, 2011)

Figure 1 – Part des explications historiques requises pour expliquer des phénomènes d’âge et de magnitude croissants
Figure 1 – The component of historical explanations required to explain events of increasing magnitude and age

Figure 1 – Part des explications historiques requises pour expliquer des phénomènes d’âge et de magnitude croissantsFigure 1 – The component of historical explanations required to explain events of increasing magnitude and age

In Schumm, 1991, fig. 3.10, p. 53)

Une physique du relief : The Magnificent Andersons

  • 33 Sur l’œuvre et le statut scientifique de Grove K. Gilbert, outre W.M. Davis (1927) et H. Baulig (19 (...)

31L’ouvrage monumental que viennent de publier R.S. et S.P. Anderson se réclame de la lignée des travaux initiés par G.K. Gilbert dans le dernier quart du 19e siècle, auxquels les auteurs rendent un hommage explicite à travers l’illustration de couverture : une photo des Henry Mountains et des paysages de badlands de l’Ouest américain aride33. Promis à un bel avenir dans la communauté des géosciences (Peulvast, 2011), ce livre illustre l’idée qu’en géomorphologie, l’une des voies d’accès à la compréhension du relief des terres émergées est de plus en plus la démarche nomothétique basée sur le recours systématique aux sciences physico-chimiques (Giusti, 2008b). D’où la part faite par le couple Anderson à la quantification et à la modélisation, avec en appendice un rappel synthétique des notions nécessaires à la compréhension des mécanismes et des lois impliquées dans la morphogenèse, aux échelles globales, régionales et locales. Le lecteur se demande parfois si l’étude des formes ne passe pas un peu au second plan par rapport à celle des interactions entre mécanismes internes et processus externes. Néanmoins, la dimension historique n’est jamais absente : elle s’exprime à travers les exemples disséminés de pages en pages, et les cas étudiés au niveau d’un chapitre (cf. le 17e, qui traite des inondations géantes, diluviales). Autant qu’un manuel, ce maître et admirable ouvrage peut donc aussi être compris comme le nouveau manifeste de la dynamique géomorphologie quantitative américaine (Kennedy, 2006), qui travaille de préférence sur les pas de temps « courts » à l’échelle géologique, explorant plutôt le champ d’investigation situé sur la gauche du diagramme de Schumm (fig. 1).

Une géographie du relief : Gregory’s Bridge over (not so) Troubled Water

  • 34 « Paradoxalement, alors que les sciences de l’environnement évoluent vers une vision de plus en plu (...)
  • 35 Voir, entre autres, Chorley et al. (1964), Davies (1969), Ellenberger (1988), Giusti (2002, chapitr (...)
  • 36 « Les formes du relief sont l’étoffe même d’un paysage, et il est certainement intéressant de savoi (...)
  • 37 Cet ouvrage constitue le prolongement des réflexions développées dans : The Changing Nature of Phys (...)

32L’ouvrage de K.J. Gregory est celui d’un géographe expérimenté qui, au début de son parcours, a connu la fin de la période davisienne de la science des reliefs, lorsque la géomorphologie était : « pre satellite, pre processes, pre techniques, pre computers, pre geomorphological journal » (Gregory, 2010, ix). Faut-il voir là l’origine d’un usage décomplexé des immenses ressources de l’internet, y compris des nombreux renvois à Wikipédia ? L’auteur connaît aussi très bien la géomorphologie contemporaine, ce qui lui donne autorité pour poser une question de fond : « It is a paradox that now, when the emphasis in the environmental sciences has been towards a more holistic view, the trend in education has been to focus selectively upon particular areas. Thus the fissiparist reductionist approach contrasts starkly with the holistic imperative. Is this a time for reflection, in the light of the progress of the last 100 years, on how we make the journey, and whether we are going in the right direction? »34. K.J. Gregory rappelle que la géomorphologie a commencé avec l’étude des formes (la géographie du relief), puis qu’elle s’est développée avec l’étude des processus (la physique du relief), pour devenir de plus en plus spécialisée. Nous serions tenté, d’une part d’aller plus loin en soutenant que l’étude des formes pourrait n’avoir été qu’une parenthèse dans le cours de sciences qui, de l’antiquité à nos jours, se sont souvent davantage focalisées sur les mécanismes35 ; d’autre part de rejoindre Gregory (ibid.) sur ce que « landforms are the stuff of scenery and (that) it is surely of interest to know how they have been studied and have produced reactions in landscape interpretations »36. L’originalité du livre de K.J. Gregory (2010) est de rappeler au long des trois premières parties (tabl. 7) que s’intéresser aux rugosités de la surface des terres émergées implique d’explorer aussi les objets du secteur situé sur la droite du diagramme de Schumm (fig. 4). Quant à la dimension géographique de l’essai, elle s’affiche dans les parties 4-5 (tabl. 7), fondées sur une logique zonale affirmée (chapitres 6-10), sur l’étude de la géomorphologie des paysages urbains (ch. 11) et sur les questions pendantes d’aménagement du territoire, pour aujourd’hui comme pour demain (ch. 12)37.

Une géomorphologie holiste : les Fundamentals de Huggett

  • 38 La première édition du Précis de Derruau (1956) comptait 393 pages de texte et 50 pages de planches (...)
  • 39 Ou, pour reprendre l’amicale injonction de J.-J. Dufaure au début de nos recherches (in litt.) : «  (...)

33Dans sa troisième édition, le manuel de R.J. Huggett (2011) est le plus synthétique des trois ouvrages analysés (tabl. 7), dans la lignée des classiques de M. Derruau (1972) et de R. Coque (1977)38. Mais, tout en assumant la tradition des approches structurales, climatiques, ou historiques, l’auteur tire parti plus que d’autres des acquis de la double révolution systémique et quantitative qui a irrigué les sciences du relief (et au-delà) dans la deuxième moitié du XXe siècle (Tinkler, 1985. Kennedy, 2006. Calvet et Giusti, 2010). Après une première partie consacrée à définir la géomorphologie, le binôme mécaniste formes-processus et l’approche historique, puis leur intégration dans la démarche systémique, Huggett offre au lecteur un double exposé de géomorphologie structurale dans la deuxième partie, de géomorphologie dynamique intégrée dans la troisième partie (tabl. 7), des agents aux formes. L’ouvrage est en effet tout autant une étude des volumes et des formes qu’une étude des processus et des modelés. Dans cette perspective, les paysages deviennent l’espace des lieux où les uns et les autres s’observent, s’analysent et s’expliquent. Autrement dit, là où les Anderson déplacent le curseur vers la gauche, et Gregory vers la droite du diagramme de Schumm (fig. 1), Huggett (2011, Fig. 1.5) occupe plutôt le « milieu du terrain », le fertile entre-deux des explications mécanistes et historiques39.

34Au terme de ce large bien que non exhaustif tour d’horizon, il semble cependant assez clair que les sciences du relief (ou, si l’on y tient, « la » géomorphologie) constituent un domaine interdisciplinaire, au carrefour des sciences géographiques et des sciences géologiques. Dès lors, quels liens les géomorphologues de sensibilité géographique peuvent-ils entretenir aujourd’hui avec ces deux grandes familles d’esprit que sont les géosciences et les sciences humaines ? L’organisation de la recherche et les pesanteurs héritées du passé poussent chacun à « faire des choix » au sens martial de « choisir son camp », dans un contexte de concurrence extrême (voir 2.1 ci-dessus). Mais le choix ne devrait-il pas plutôt être de veiller à réduire le fossé entre la science et les humanités ?

Le « nouveau contrat géographique » des sciences du relief

  • 40 L’exemple de la « Faille des Cévennes » montre ce qu’il en coûte de ne pas croiser approche sur ima (...)

35De nombreux travaux ont abordé la question des relations de « la » géomorphologie et de la géographie en France. Les sciences du relief n’ont plus que peu de choses à voir avec les « commentaires de cartes » de la géographie d’antan et ce qui, au bout d’un long usage, a fini par ne plus être perçu comme une pratique scientifique mais comme un rituel initiatique (Jaurand, 2001, 2002, 2003). Toutefois, le risque était ici de mettre le signe « égal » entre un exercice nettement normatif, et tout un champ scientifique. Assimiler la géomorphologie au commentaire de cartes paraît rétrospectivement très réducteur, mais il faut rappeler que les critiques ont porté sur la forme (le côté sélectif de l’exercice, son « poids » dans les concours), bien plus que sur le fond (les contenus géomorphologiques véhiculés par l’exercice). Or, l’approche structurale et historique (denudation chronology) privilégiée par le commentaire de cartes était chaque année un peu plus en décalage par rapport à l’actualité des sciences du relief. Si la réalisation des coupes géologiques n’a plus à être le mètre-étalon de la géographie, la maîtrise de la lecture approfondie des cartes topographiques (analogiques ou numériques) ainsi que l’analyse croisée de cartes thématiques à différentes échelles, devraient rester en terme d’acquisition de compétences des exercices fondamentaux de formation initiale. Combien d’étudiants en géographie admettent aujourd’hui éprouver les plus grandes difficultés à se situer sans erreur dans un espace concret, avec la capacité d’effectuer de façon pertinente une analyse multi-échelles ? L’enjeu est encore plus crucial dans le cas de futurs géomorphologues, pour lesquels la maîtrise des cartes est l’un des accès à l’étude descriptive ou dynamique des reliefs (volumes, formes, modelés ; processus ; anthropisation, aménagement, urbanisation), en complément des photographies, des images des satellites, des cartes thématiques de surface (végétation) ou de subsurface (sols), des MNT, des SIG, des bases de données, des logiciels 3D, des GPS… (avant de passer de l’apprentissage sur documents à l’indispensable pratique des observations naturalistes sur le terrain40).

36La multiplication des modèles conceptuels et l’essor de l’épistémologie permettent de mettre en perspective le travail des géomorphologues en regard des évolutions de leur discipline depuis la fin du 19e siècle. Après avoir rappelé les termes de l’ancien contrat géographique de « la » géomorphologie (3.1), il conviendra de discuter les termes du « nouveau contrat géographique » des sciences du relief tel que le proposent J. Lévy, M. Lussault et leurs collaborateurs (3.2), ce qui implique de montrer la polyvalence des géomorphologues et de leur statut, donc de bien caractériser les deux grandes voies d’accès à l’intelligence des reliefs (3.3).

Objets et problématiques de la géomorphologie en France au XXe siècle

37D’aucuns ont pu éprouver la nostalgie d’un « âge d’or » de la géomorphologie, tout bruissant du souvenir légendaire des grands anciens à jamais disparus, de Lapparent, de Martonne, Baulig, Blache… Mais le mythe n’est qu’une vision de l’histoire, et une géomorphologie autocentrée, à petit effectif et modèle quasi-exclusif (« the Davisian dogma », Summerfield, 2000) comme le fut la géomorphologie en France (le singulier était alors justifié) avant 1950, a depuis laissé la place à une géomorphologie à effectifs accrus et modèles (et cursus) concurrents : en bref, à « des » géomorphologies.

  • 41 « All the varied forms of the lands are dependent upon – or, as the mathematician would say, are fu (...)
  • 42 Les tentatives d’écriture d’une synthèse néo-davisienne critique après 1950 se sont cependant heurt (...)
  • 43 « Quelle définition donner de la géomorphologie ? » : une enquête par questionnaire dans la seule c (...)

38Après avoir travaillé dans le cadre du paradigme ternaire dominant du cycle d’érosion (« structure, process and time ») et de la denudation chronology41, la majorité des géomorphologues français s’est ensuite tournée vers un paradigme binaire, structural et climatique (Cholley, 1950. Birot, 1955. Tricart, 1965), sans que, toutefois, les liens avec l’approche davisienne ne soient entièrement coupés (Birot, 1968). L’acyclisme de Klein et ses travaux sur la notion de rythme (1960, 1975), ses recherches ultérieures sur le « géomorphotype limousin » (Klein, 1993, 1997, 1999) sont une illustration de la valeur heuristique du modèle matriciel davisien42, un lien entre géomorphologie d’hier et d’aujourd’hui pour l’étude des macro- ou mégaformes (Summerfield, 1991. Peulvast et Vanney, 2001-2002). Les essais successifs de définition de « la » géomorphologie43 reflètent l’histoire des concepts et l’évolution des idées, partant, le rapport au terrain que construit chaque génération, ou chaque chercheur en particulier.

  • 44 La tournure a souvent étonné. Il est permis d’y voir le complément géomorphologique de l’expression (...)

39En France, à l’exception de brillantes personnalités comme l’ingénieur géologue Albert de Lapparent, les officiers topographes Gaston De la Noë, le commandant Barré ou le général Berthaut, et des autodidactes passionnés comme Emmanuel de Margerie ou Édouard-Alfred Martel, ce sont surtout des géographes qui se sont intéressés à l’étude scientifique du « relief du sol »44, celle du sous-sol (les « topographies souterraines ») étant le domaine des spéléologues et des géologues, en particulier celui des ingénieurs du corps des Mines (Giusti, 2006).

  • 45 Le Vocabulaire franco-anglo-allemand de géomorphologie, très rédigé, est d’un genre intermédiaire e (...)

40Les manuels de géographie physique ou de géomorphologie sont l’une des sources permettant de préciser les questions de définition, ou de voir quelle idée se font les chercheurs de leur discipline. Pour E. de Martonne (1940), « la description des formes du terrain » est « inséparable de leur explication, et cette explication suppose l’étude de leur passé ». P. Birot (1955) note sur un mode penckien que « lorsqu’on considère les choses à une certaine échelle, l’histoire du relief du monde est celle du couple antagoniste tectonique-érosion, et les changements climatiques n’introduisent que des variantes dans ce thème fondamental ». Pour sa part, H. Baulig (1956)45 livre une définition basée sur le « trio of controls » davisien, « structure, process and time » : « les formes du terrain, du relief, ou simplement le relief, le terrain, la topographie, sont l’objet de la géomorphologie », qui « se propose de décrire rationnellement les formes (géomorphographie) et de les expliquer par leur genèse (géomorphogénie, géomorphogenèse), […] par l’action de certains agents, processus morphologiques, ou morphogéniques, s’exerçant sur une certaine structure ». À l’opposé, partisans de l’approche binaire définie par A. Cholley (1950), J. Tricart et A. Cailleux (1965) estiment que « le diptyque géomorphologie structurale-géomorphologie climatique ne donne qu’une image incomplète de la géomorphologie […]. Il importe de le compléter par un troisième grand ensemble de phénomènes géomorphologiques, celui des processus azonaux : ceux du façonnement littoral, ceux des actions éoliennes, ceux qui modèlent le lit des eaux courantes », rejoignant P. Birot pour estimer que c’est « l’interférence entre forces internes et forces externes qui commande le modelé de la surface du Globe » (Tricart, 1968). Pour R. Coque (1993), enfin, « la géomorphologie est la science qui a pour objet la description et l’explication du relief terrestre, continental et sous-marin », l’étude des reliefs océaniques et planétaires devenant des spécialités à part entière (Peulvast et Vanney, 2001-2002. Vanney, 2002).

  • 46 B. Bomer, R. Coque, M. Derruau, P. Fénelon, A. Godard, J. Tricart, F. Verger, G. Viers.

41Les dictionnaires de géographie livrent un éclairage complémentaire, étant en quelque sorte la vitrine de la discipline et de ses composantes. Pour les huit géographes46 ayant participé au Vocabulaire de la géomorphologie (CILF, 1979), la géomorphologie est « la science des formes et de l’évolution du relief terrestre ». Elle est dite « structurale » lorsque le chercheur décortique « les formes du relief en rapport avec la structure géologique » ; « dynamique » ou « bioclimatique » selon que les formes du relief sont abordées dans leur rapport « avec les processus de façonnement », ou bien « avec les agents bioclimatiques et les systèmes morphogéniques qu’ils influencent » ; et enfin « historique » lorsque le discours « s’efforce de reconstituer les étapes successives de l’évolution du relief ». Dans le Dictionnaire de la géographie (George et Verger, 1993), la géomorphologie est définie comme étant une « étude scientifique des formes de la surface terrestre et de leur évolution », les auteurs reprenant la distinction binaire entre « une géomorphologie structurale qui étudie le relief » et « une géomorphologie climatique qui s’intéresse au modelé », étant précisé que « le mot géomorphologie désigne également l’état des formes des terrains par opposition à leur dynamique ou morphogenèse ». Approche similaire dans Les mots de la géographie (Brunet, Ferras et Théry, 1993), l’entrée « géomorphologie » indiquant que le mot désigne à la fois la « science des formes du relief terrestre » et « ces formes elles-mêmes ».

  • 47 George a dans les années 1930-1940 livré de substantielles et pertinentes contributions relatives a (...)
  • 48 Voir le témoignage de Brunet (in : Allemand, 2007, p. 53-69), ainsi que Bataillon (2009, passim).
  • 49 Ce qui est une idée sinon fausse, du moins très discutable, comme le montrent notamment les exemple (...)
  • 50 Pour quiconque en douterait, voir cet extrait du début de la troisième partie du Traité : « L’étude (...)
  • 51 Voir depuis les travaux du géographe P. Martin (2004, 2008) sur le karst des Grands Causses.

42Mais, à la différence des auteurs précédents, qui s’exprimaient en tant que géographes et géomorphologues47, nous rencontrons pour la première fois un point de vue comme extérieur à la géomorphologie, émanant de géographes qui, souverainement, se sont tôt revendiqués dans leur parcours comme non-géomorphologues, en absolue rupture avec l’étude scientifique des reliefs comme horizon géographique de référence48. La suite de l’article « Géomorphologie » du Dictionnaire critique pointe trois aspects qui font partie intégrante de l’équation scientifique et académique de la géomorphologie française et de son histoire : 1) « La géomorphologie a tenu en France dans les années 1930-1960 une place éminente et même dominante en géographie, alors que dans d’autres pays elle est associée à la géologie49. Elle a même pu être confondue avec la géographie physique, voire avec la géographie tout court50 » ; 2) « Il en est résulté (…) notamment l’insuffisant intérêt des géographes français pour les phénomènes naturels liés à l’air, à l’eau et au monde vivant » ; 3) pour conclure, les auteurs estiment que « la géomorphologie » pourra retrouver « quelque lustre si elle parvient, par exemple, à tirer parti des théories du chaos, dans la mesure même où quantité de formes du relief semblent être chaotiques, voire fractales, et comporter un invariant d’échelle. Des tentatives, … venues de la physique bien plus que de l’intérieur de la géomorphologie, ont commencé à s’appliquer à l’interprétation des méandres (résultat de fluctuations chaotiques), aux éboulis, aux systèmes de failles, à la surface des boucliers, aux réseaux hydrographiques, … aux sols polygonaux, aux dunes » (Brunet et al., 1993)51.

  • 52 Les trois premiers ordres de grandeur sont les objets d’échelle globale, continentale ou régionale, (...)
  • 53 Avec Tricart, Viers, Bertrand, rappelons que le 3e ordre est le domaine (l’Europe hercynienne), le (...)

43Y. Lacoste (2003) entérine quant à lui le clivage de la géomorphologie entre géographie et géologie : « La géomorphologie (du grec , Terre, morphê, forme, logos, discours) est en principe la science qui a pour objet la description et l’explication des formes du relief terrestre (1er, 2e et 3e ordres de grandeur52) ». Passant sous silence les formes de 4e grandeur, Y. Lacoste ajoute que « les développements de la géologie ont fait que les recherches sur l’origine, l’évolution et la structure des grandes formes de relief53 terrestres (y compris les reliefs sous-marins) sont du ressort des géologues. Aussi les géographes s’intéressent spécialement aux formes du relief, à leur datation et ils se sont spécialisés dans l’analyse précise de celles qui relèvent des 6e et 5e ordres de grandeur, du modelé de celles-ci, des processus d’érosion et notamment de ceux qui détruisent le capital écologique que sont les sols ».

  • 54 À titre indicatif, voir les contributions individuelles ou collectives de Beaudet, Bertrand, Birot, (...)

44Si les critiques de R. Brunet, R. Ferras et H. Théry (1993) sont globalement pertinentes, reprenant tout ou partie d’un argumentaire développé ailleurs par G. Bertrand (1968, 1978, 1982, 1992) et largement débattu54, la vision dichotomique d’Y. Lacoste déçoit par son schématisme : bien que concurrentes au plan des structures et des moyens, les approches géologiques et géographiques sont scientifiquement complémentaires. Ces deux ouvrages n’en sont pas moins le reflet d’un net changement de paradigme dans la géographie française (Claval, 1998. Orain, 2007. Robic et al., 2011), d’une prise de distance vis à vis d’un ordre établi des mots et des choses, d’une rupture du contrat premier de la géographie universitaire et de la géomorphologie (Giusti, 2004).

Sciences du relief et géographie en France dans les décennies 2000-2010

  • 55 Pour chacun des cinq articles analysés, un tiret sépare le résumé de nos commentaires.

45Le Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés (Lévy et Lussault, 2003), reflète les orientations récentes de la géographie en France avec des textes rédigés dans une perspective épistémologique par des géographes aux sensibilités diverses, y compris des spécialistes de géographie physique et de géomorphologie. Des articles plus nombreux et surtout plus étoffés que les notices des dictionnaires analysés plus haut traitent (1) des rapports de la géomorphologie avec la géographie (Régnauld, 2003a), avec invitation à se reporter aux articles : (2) « Géographie » (Lévy, 2003), (3) « Géographie physique » (Régnauld, 2003b), (4) « Relief » (Régnauld, 2003c), (5) « Géographie et sciences de la Terre » (Arnould et Lévy, 2003)55.

461. – Après avoir donné à l’aide d’exemples simples un aperçu des objets et des pratiques de la géomorphologie (et rappelé au passage le substrat idéologique de certains clivages d’écoles), H. Régnauld note avec pertinence : 1) le poids des déterminants externes ayant modifié les conditions d’exercice de la géomorphologie depuis les années 1970 : tectonique des plaques, changement climatique, dynamiques non linéaires ; 2) l’inégale prise de conscience du grand décalage entre ce que la géomorphologie est devenue au début du XXIe siècle par rapport à ce qu’elle « a pu continuer à être dans certains enseignements ». D’où l’existence d’un double débat : 1) l’un sur la place de la géomorphologie « dans (ou hors) de la géographie » ; 2) l’autre sur l’identité de la géomorphologie (une science de la Terre ? une science de la Préhistoire ? une science des sociétés confrontées aux risques ?). — Nous sommes d’accord avec Régnauld pour penser que « l’interrogation fondamentale devrait porter d’abord sur la géographie et non sur l’appartenance de telle ou telle discipline à la géographie », partant, que l’on peut se demander si « seules les problématiques sociales suffisent à expliquer la totalité des objets que les géographes se donnent à étudier » (Régnauld, 2003a). En ce qui concerne les sciences du relief, l’objet de la deuxième partie du présent essai est précisément de montrer l’écart qui subsiste entre une image vieillotte et réifiée de « la » géomorphologie, colportée par certains manuels ré-édités ad nauseam, et la réalité de l’actualité géomorphologique.

  • 56 La notion de catastrophe soi-disant « naturelle » montre à quel point les groupes humains refusent (...)

472. – L’article « Géographie » (Lévy, 2003) soulève la question de fond de savoir s’il est possible scientifiquement de développer « une nouvelle réflexion sur la nature, conçue comme rapport social au monde bio-physique » en excluant de la géographie l’étude des conditions naturelles et écologiques ? – Répondre à la question posée par J. Lévy implique de se mettre d’accord sur le concept même de « nature ». Comme l’a montré J. Demangeot (1984), la notion de « milieu naturel » avait peut-être un sens en 1750 avec une Terre « pleine » de 700 millions de paysans, sédentaires pour la plupart, à faible empreinte écologique. La question est devenue depuis 1950 celle des milieux anthropisés, plus exactement des « environnements » qui supportent une charge de 7 000 millions d’habitants, en majorité des citadins voyageurs, consommateurs et pollueurs (mais pas seulement !). Si le géomorphologue avait été un peu mieux entendu, par exemple dans le tracé des routes de montagne et dans l’aménagement des stations de ski, ou dans la gestion des stocks sédimentaires, la construction des aéroports et la protection des littoraux, certaines catastrophes naturelles56 auraient pu être évitées (Dufaure, 1982. Paskoff, 2004). Deuxièmement, le géographe dont l’objet d’étude relève du monde bio-physique ne peut pas limiter sa recherche à commenter les données acquises par d’autres : il doit aussi être producteur de données primaires, pour son propre compte et en fonction de problématiques qu’il lui appartient de définir. Toute discipline a ses fondamentaux et ses applications : le géomorphologue peut aider les habitants d’un territoire ou d’une région, Normandie ou autre, à mieux vivre leur « espace géographique » (Hauchard, 2001. Delahaye, 2002. Douvinet et al., 2008).

483. – Sur les incompréhensions surgissant de façon récurrente entre géographes « physiciens » et « humains », Régnauld (2003b) donne d’importants éléments de réflexion dans un passage clé de l’article « géographie physique », que l’on nous permettra de citer car il éclaire de façon essentielle les termes du débat. Ainsi, sur les rivages de la Méditerranée,

« La soudaine et imprévisible tempête devient objet que la géographie humaine considère avec intérêt tandis que la morphologie tertiaire des pentes alpines n’accède pas à la dignité d’objet géographique. La géographie physique s’intéresse en effet à des objets dont aucun (ou peu) n’évolue à la vitesse de la société. Pris dans le flux social de changement ses objets d’étude sont soit immobiles, soit événementiels, et rarement synchrones. On est alors tenté de négliger les premiers et de réduire les seconds à la notion de risque. Le cœur de la différence entre géographie humaine et géographie physique est, curieusement, dans la façon dont elles se partagent les rythmes temporels du changement ».

49Or, bien que les rythmes de la géomorphologie aillent du temps profond de l’abyssale durée géologique au temps quasi-instantané de l’événement, « il y a de plus en plus d’objets d’étude qui sont à la fois anthropiques et physiques », d’où l’existence de larges recouvrements de champs disciplinaires entre les objets de la géographie « physique » et ceux de la géographie « humaine » : tout est question du thème choisi, ou du territoire considéré, mais aussi de la sensibilité propre du chercheur et de ses centres d’intérêt. – Nous avons déjà, dès la première partie, souligné à quel point est fondamentale cette faible et partielle concordance des temps entre les problématiques de la géographie et celles des sciences du relief.

504. – L’article « Relief » (Régnauld, 2003c) montre que, outre la description et l’inventaire des modelés, des formes, des volumes, le géomorphologue doit aussi répondre au « pourquoi ? » (les facteurs d’évolution) et au « comment ? » (les théories génétiques) : modèle du cycle davisien, approche penckienne du rapport d’intensité entre facteurs externes et mécanismes internes de la morphogenèse, effets de seuil… Les nouveaux paradigmes issus de la tectonique des plaques et de la géomorphologie planétaire donnent au mot « relief » un sens nouveau, différent de celui impliqué aux échelles locales et régionales par les notions de bassin versant ou de système de pentes : à l’échelle globale, en effet, « le relief devient la différence entre une sphère idéalement parfaite et la surface effectivement observée de la Terre » (voir aussi Régnauld, 1998). – Bien que partageant cette façon de voir, nous voudrions attirer l’attention sur l’ambiguïté attachée à l’assimilation de « relief » et de « topographie », les deux mots étant fréquemment tenus pour synonymes en français. La langue anglaise, bien que plus concrète, n’évite pas complètement l’écueil avec deux (groupes de) mots désignant en partie les mêmes objets. D’une part, terrain, land relief, « the vertical and horizontal dimension of land surface », qui renvoient au sens premier des techniques de sculpture (haut-relief, bas-relief…)57, donc à la notion de « relief relatif » au sens topographique, ou d’énergie du relief (différence d’altitude entre les points hauts et les points bas d’une contrée), et par conséquent aux applications morphométriques58. D’autre part, land surface objects, landforms, qui renvoient à l’explication, à la formation et à l’évolution des « formes du relief » ou, sans jeu de mots, des « formes du terrain »59, donc aux questionnements géomorphologiques (voir aussi 3.3 infra).

515. – Enfin, l’article « Géographie et sciences de la Terre » (Arnould et Lévy, 2003) résume avec lucidité le double processus de critique et de marginalisation ayant affecté en France dans les années 1970-1990 la communauté des géomorphologues. – À ceci près que la remise en cause évoquée par P. Arnould et J. Lévy (nous nous écartons là de leur analyse) a impliqué non pas « la » géomorphologie, mais le poids pris dans la géographie par une forme canonique de son enseignement. Les géomorphologues actuels, dont les pratiques n’ont plus à grand chose voir (Giusti, 2007) avec celles de « la » géomorphologie (et de la géographie physique) enseignée jadis et naguère aux générations nées entre 1930 et 1970, sont parfois marginalisés dans leur établissement et/ou leur laboratoire, du fait d’une vision dépassée des sciences du relief et de leur articulation avec les autres branches de la connaissance.

  • 60 Un exemple plutôt réussi de consilience est donné par Unifying Geography. Common Heritage, Shared F (...)

52Le « Lévy & Lussault » est un ouvrage dense, polyphonique, stimulant, qui méritait une lecture approfondie. Il indique qu’entre géographie et sciences de la Terre, « le temps d’une approche plus sereine et équilibrée semble pourtant venu » (Arnould et Lévy, 2003), la question étant toutefois moins de savoir par qui « le stock de connaissances, de méthodes et d’acquis de la géographie physique peut être valorisé » (ibid.), que de dire par qui et comment il sera entretenu et renouvelé. À cet égard, R. Inkpen (2005) montre que si les géographes humains et physiciens peuvent s’entendre sur certaines questions en adoptant une démarche intégrée60, il leur est plus difficile de converger sur d’autres questions, avec le risque sérieux de retourner se barricader dans le camp retranché de leurs certitudes respectives.

Les géomorphologues entre physique du relief et géographie du relief

La grande tradition de la géodynamique renouvelée en géologie

  • 61 Cet ouvrage par ailleurs remarquable est abusif dans son intitulé, car les rubriques ne traitent qu (...)

53Aussi surprenant que cela puisse paraître, dans la plupart des ouvrages de géologie, la géomorphologie est définie de façon stéréotypée : « étude descriptive et explicative des formes du relief » (Foucault et Raoult, 1980, 2005). Le mot ne figure ni dans des manuels de référence en sciences de la Terre, qui abordent pourtant la « dégradation des continents » (Dercourt et al., 1976, 2006) ou les mécanismes de la géodynamique externe (Campy et Macaire, 2003), ni dans le Dictionnaire de la tectonique des plaques et de la géodynamique (Vila, 2000)61. En fait, la plupart de ces ouvrages ne traitent pas fondamentalement des formes du relief, car ils centrent leurs développements sur une autre partie de la géomorphologie : le fonctionnement des mécanismes internes (Vila, 2000) et des processus externes ; le sous-titre de Géologie de la surface (Campy et Macaire, 2003) est d’ailleurs parfaitement limpide à cet égard : « Érosion, transfert et stockage dans les environnements continentaux ».

  • 62 La postérité de cette tradition court à travers tout le vingtième siècle, jusqu’aux Éléments de Géo (...)
  • 63 Sur la vie et l’œuvre d’Albert de Lapparent, voir l’excellente mise au point de C. Montenat (2008).

54Sauf à soutenir que géodynamique interne et géodynamique externe sont synonymes de géomorphologie, ou que celle-ci n’est qu’un corpus de techniques géologiques et non une discipline autonome, cette attitude ne fait que perpétuer une approche dont les canons ont été définis par Albert de Lapparent et Émile Haug à la fin du 19e et au début du 20e siècle dans leurs traités de géologie respectifs (Giusti, 2006)62. Encore que de Lapparent63 ait mieux que Haug fait la différence entre ce qui ressort de la « physique du relief », à savoir l’interaction des forces de la géodynamique externe et interne (de Lapparent, 1883-1906), et ce qui relève de la « géographie du relief » : la production et le devenir des formes dans le paysage (de Lapparent, 1896-1907).

55Une mention particulière doit être faite de Reliefs et tectonique récente (Delcaillau, 2004)64, qui reprend le thème des rapports entre néotectonique et morphogenèse, au cœur des recherches de Pierre Birot et de ses élèves dans la seconde moitié du 20e siècle (Dufaure, 2007). Auteur d’une thèse de géographie sur le relief des Siwalik de l’Himalaya du Népal oriental sous la direction de G. Bertrand (Delcaillau, 1992), devenu professeur de géologie à l’Université de Caen, B. Delcaillau (2004, 1) souligne que la géomorphologie résulte de l’action combinée « des forçages (climat et tectonique) et des processus externes (processus d’érosion et de dépôt) » ; et l’auteur de préciser que « dans les régions sismologiquement et tectoniquement actives, les processus externes contribuent à la dégradation des formes structurales primitives et à une sédimentation détritique s’exerçant dans les bassins sédimentaires » (Delcaillau, ibid.). Ce Nouveau précis de géomorphologie est en fait « un aggiornamento de données de base de géomorphologie au contact des acquis récents en tectonique active, un essai de géomorphologie tectonique » (Dufaure, 2005)65.

  • 66 Il s’agit principalement de RELIEFS de la Terre, MARGES, DyETI (relations érosion/tectonique), PNP (...)
  • 67 Citons notamment : Géodynamique et paléogéographie de l’aire méditerranéenne au Mio-Pliocène : l’in (...)

56La tectonique des plaques, l’étude des variations eustatiques (globales ou régionales), la prise en compte des forçages climatiques, de nombreuses nouvelles techniques ont conduit à un profond renouvellement de la géodynamique. À la suite d’articles à très fort impact comme Late Cenozoic uplift of mountain ranges and global climate change: chicken or egg? (Molnar, England, 1990), l’intérêt des géophysiciens et des géologues français pour les reliefs s’est davantage affiché : programmes de l’Institut National des Sciences de l’Univers66, colloques de la Société Géologique de France67, Réunions des Sciences de la Terre (RST) et Forums GEOREG (géosciences dans les régions françaises).

Changement de paradigme et percées conceptuelles en géographie

  • 68 Sur Walther, fils d’Albrecht Penck, voir Chorley et al., 1973, ainsi que Beckinsale et al., 1991.

57Après W. Penck68, P. Birot (1955) a attiré l’attention sur l’importance des formations corrélatives et sur la notion d’héritage. Plus récemment, a été développée la théorie de la landscape sensitivity (Brunsden et al., 1979), qui est la propension d’un système de formes et de modelés à subir ou non des changements reconnaissables en réponse aux transformations des systèmes morphogéniques au cours du temps. Les notions d’équilibre et de déséquilibre, de linéarité ou non-linéarité sont aujourd’hui au cœur des discussions sur les rythmes d’évolution (par exemple, Phillips, 2002, 2004, 2005, 2006. Bracken et Wainwright, 2006). Les dynamiques actuelles s’exercent et impriment leur marque de façon plus ou moins continue, rapide et efficace sur la topographie par altération, ablation, accumulation, dissolution chimique ou incision mécanique. Ce support est une sorte d’interface constituée d’un assemblage de transient landforms ou « formes transitoires » récentes (Brunsden et al., 1979), mais aussi d’héritages plus anciens (Birot, 1955). Déchiffrer dans une topographie l’ensemble des informations qu’elle recèle requiert donc une somme d’opérations complexes, déterminées par les préconceptions et le (ou les) questionnement(s) de l’observateur. Une topographie est au plan géomorphologique plus qu’un puzzle, autrement dit plus qu’un ensemble de pièces dont l’assemblage, à condition qu’aucune pièce ne manque à l’appel, donnera une image connue d’avance, un objet plat, intéressant mais sans grande profondeur.

  • 69 À cet égard, la thèse du géologue Cailleux (1948), soutenue en 1942, constitue une exception notabl (...)

58En terme d’évolution des systèmes de formes et des dynamiques associées, l’histoire ne commence qu’avec les lacunes, les silences, les manques, les pièces exotiques, un peu comme si le contenu de plusieurs boîtes de puzzle avait été mélangé, un malin génie ayant auparavant retiré de chaque boîte de façon aléatoire un nombre inconnu de pièces. Ainsi que le notait Pierre Birot (1955) en un temps où les géographes étaient en France presque les seuls à s’intéresser de façon approfondie à l’étude scientifique des reliefs69, toute topographie est un palimpseste, un parchemin écrit, gratté, ré-écrit, re-gratté, écrit à nouveau, et ainsi de suite, en un perpétuel processus égalisateur (polissage, resurfacing) ou glyptique (sculpture, gravure, chiselling, etching). Comme palimpseste – mais l’image du patchwork, assemblage de pièces disparates, offre une alternative intéressante – toute topographie doit donc être décryptée, et ce, dans sa complexité, laquelle n’est pas seulement spatiale (le patchwork) mais aussi temporelle (le palimpseste), certaines quantités d’information ayant été à jamais perdues.

59Le réel géomorphologique est multiple, discontinu, feuilleté, fragmentaire, alors que le réel topographique est unique, continu, aréal, complet. Une carte géomorphologique n’est ni une carte topographique, ni une carte géologique, ni une carte pédologique, bien que superposant des informations empruntées aux différents registres. Quelle que soit la topographie étudiée et la sophistication des techniques morphométriques utilisées (Hengl et Reuter, 2009. Fleming et al., 2010), les formes du terrain livreront toujours plusieurs histoires morphologiques, impliquant des combinaisons originales et parfois insoupçonnées de mécanismes internes et de processus externes, des histoires articulées en fonction de temporalités et de spatialités multiples, selon des rythmes d’évolution plus ou moins continus associés à des systèmes de forces et de résistance eux-mêmes variables en intensité. En sorte que, au contraire de ce qui a été longtemps soutenu, l’évolution du relief ne tend pas nécessairement à l’établissement d’un état d’équilibre généralisé (Renwick, 1992. Thorn et Welford, 1994. Phillips, 2011).

60Dans toute leur complexité, les sciences du relief actuelles étudient donc un nombre d’objets et de problématiques qui, de la géographie du relief à la physique du relief, présentent en effet des degrés fort variables de géographicité. Si l’évolution du relief de l’écorce terrestre, océans et continents (le modelé en grand ou modelé global de la surface des plaques lithosphériques, les mégaformes et mésoformes qui en dérivent) est déterminée par l’incessant ajustement des rythmes tectoniques, bioclimatiques et eustatiques à l’échelle des durées (D) du temps profond (D ≥ 106 ans), les modelés de détail des interfluves (modelés de surface) n’en sont pas moins conditionnés à l’échelle du temps long (D ≤ 106 ans) : par le volume et l’énergie des reliefs supports, par la nature et le dynamisme des systèmes morphoclimatiques d’une séquence donnée, par l’enchaînement de différentes séquences morphogénétiques. Comme le montrent les travaux de géoarchéologie ou d’archéogéographie, les choses se compliquent encore à l’échelle du Quaternaire, de la préhistoire et de l’histoire des sociétés, avec l’essor ou le recul des groupes humains organisés, et les grandes variations de leur empreinte sur tous les environnements terrestres. Le géomorphologue idéal est donc directement ou indirectement concerné par : les sciences de l’Homme et des Sociétés (anthropologie, archéologie, économie, histoire, sociologie…), les sciences de la Terre et de l’Univers (géodésie, géophysique, géologie…), les composantes de la géographie physique autres que la géomorphologie (climatologie, hydrologie, biogéographie…).

Les lois et les cas : approche nomothétique ou approche idiographique ?

61Plutôt que de discuter ad libitum de ce qui, dans les sciences du relief, peut ou non prétendre au rang peu enviable de degré « zéro » de la géographie, il semble plus constructif de rappeler qu’il existe un alphabet et une grammaire des reliefs que le géographe, spécialiste des systèmes complexes (les structures spatiales et leurs objets multiscalaires), est mieux que d’autres apte à observer, à comprendre et à expliquer.

  • 70 Celles de Dufrénoy et Élie de Beaumont sur les vallées-fractures, de Ramsay sur les plateformes d’a (...)

62Prenons par exemple les bons vieux reliefs de cuestas, si décriés. Objet des premières théories géomorphologiques70 et de deux thèses novatrices à l’échelle du Bassin de Paris (Tricart, 1949. Klein, 1975), ces systèmes de formes ont été scientifiquement tués par toute une série de pratiques scolaires, aux conséquences excellemment résumées dans un jugement fameux : « Ce mésusage du fait naturel dans l’analyse géographique, tour à tour surdéterminant et transparent, entretient ce syndrome de la cuesta qui marque la faillite d’une certaine conception non maîtrisée de la géographie physique » (Bertrand et Bertrand, 2002). Or, les reliefs de cuestas sont une utile introduction non seulement à l’étude des formes structurales et des modelés de couverture associés (sols pédologiques, formations superficielles), mais aussi – à travers le développement des réseaux hydrographiques et des formes concomitantes – à l’analyse de situation en géomorphologie. Il n’est pas inutile de rappeler que cette analyse est une pratique éminemment géographique, qui consiste à répondre à la question : pourquoi tel objet occupe-t-il tel emplacement ? (par exemple, pourquoi telle rivière s’écoule-t-elle dans une percée ou dans une cluse étroite et non dans l’ample dépression voisine ?). Il s’agit bien, ici, de dégager autant que faire se peut la loi des transformations et du devenir d’un système de formes, donc d’une approche nomothétique (encore que qualitative).

  • 71 Carbone 14 par AMS (spectrométrie de masse par accélérateur), optically stimulated luminescence (OS (...)

63Mais le champ d’application de l’analyse spatiale ne se limite pas, dans les sciences du relief, aux formes structurales. Cette méthode concerne également un nombre élevé d’objets géomorphologiques variés : moraines, roches polies, placages de limons et de lœss, cordons littoraux, falaises, talus, escarpements, cicatrices d’arrachement, gorges, ruptures de pente, seuils rocheux, cascades, mégaformes… Depuis un quart de siècle cette analyse de situation a été en géomorphologie fécondée et renouvelée par l’essor des datations absolues71 qui, couplées aux analyses morphométriques, permettent de renouveler les calculs de vitesse de l’érosion : recul des formes, creusement des vallées, ablation des dépôts, météorisation des roches, aération du relief. Sous cet angle, même les cuestas peuvent accéder à la dimension quantitative de l’approche nomothétique comme le montrent par exemple les travaux de Jones (1999) sur le sud-est anglais, là même où Lyell et Darwin (déjà) dissertaient de la durée de la dénudation du Weald (Gould, 1987), et Davis définissait la théorie de la plaine côtière d’émersion zonée (belted coastal plain).

64En ce qui concerne l’approche idiographique, un éminent collègue de Wroclaw en a livré une définition possible (Migoń, 2010), l’une des meilleures et des plus pertinentes qu’il nous ait été donné de lire :

Geomorphology, a part of Earth Sciences, is the scientific study of landforms, their assemblages, and processes that molded them in the past and that change them today. Geomorphologists study shapes of landforms and regularities of their spatial distribution, decipher their origin and evolution, and try to establish their ages. Geomorphology is also a science of considerable practical importance since many geomorphic processes occur so suddenly and unexpectedly and with such a force that they pose significant hazards to human populations.”

But geomorphology has also been named “the Science of Scenery.” And the natural scenery, which is essentially a combination of landforms of different sizes, shapes, origins, and ages, can be captivating. You do not need to be a geomorphologist to marvel at the Grand Canyon of Colorado, the fjords of Norway, or the lofty peaks of the Himalayas, to name just a few great landscapes on Earth. However, where an untrained eye sees mainly the beauty of a physical landscape, geomorphologists go a step further, trying to answer how and why such a natural beauty has come into being. Many of the great landscapes are unique by global standards and a question inevitably arises what is the reason for this uniqueness. What are the fundamental controls on the evolution of landscape? Tectonics, rocks, changing climates, or humans? In short, each geomorphological landscape tells a story and unravels pages from the history of the Earth. Yet, deciphering a complete story is not always easy and many striking landscapes still remain somewhat mysterious.

65Cette définition n’élude pas la dimension nomothétique mais insiste sur l’étude des cas, avec leurs caractères spécifiques et leurs particularités historiques. En un temps où la géographie du relief tend à s’effacer derrière la physique du relief, il importe de marquer comme le fait P. Migoń que les sciences du relief sont tout autant l’étude des cas particuliers que la définition des lois générales, et non moins essentiel de garder toujours présent à l’esprit la complémentarité des deux approches.

La géomorphologie, au-delà de la géologie et de la géographie

  • 72 « L’activité de la surface terrestre se partage en périodes très courtes de grande efficacité, sépa (...)

66Le discours géomorphologique sur le relief n’est pas une « métaphysique du paysage » (Châtelet, 1978) mais un système complexe de concepts et de propositions réfutables. Il est une entreprise de décodage du continuum topographique comme expression des variations au cours du temps du rapport des forces endogènes et exogènes du modelé de la surface du globe dans toute sa complexité scalaire : en résumé, l’histoire du relief (les héritages), la géographie du relief (les échelles), la physique et la chimie du relief (les forces, les seuils, les rythmes). Au delà des barrières idéologiques, des œillères conceptuelles et des frontières académiques, la possibilité existe de penser l’unité de la géomorphologie, dans des équipes où les deux grandes traditions des sciences du relief seraient associées : la voie géodynamique de la balance des mécanismes internes et des processus externes de la morphogenèse, la voie géographique de l’histoire des formes et de leur devenir dans le temps et dans l’espace, sous l’action de systèmes de forces opérant le plus souvent selon des dynamiques non-linéaires72.

67Il est difficile de s’exprimer au nom d’une communauté à laquelle on n’appartient pas. Compter des géologues au nombre de ses amis ne saurait remplacer une expérience professionnelle vécue de l’intérieur même d’une discipline, avec ses règles, ses codes, sa culture, son histoire. Exprimer des idées sur les rapports des sciences de la Terre et des sciences du relief n’autorise pas à conclure autrement qu’en géographe (il serait même imprudent de le faire). Il semble que géologues et géographes auraient malgré tout quelque intérêt à ne plus camper seuls au sommet de leur propre montagne, pour – dépassant la posture du Janus bifrons – évoluer collectivement dans la verte et fertile vallée des études géomorphologiques intégrées.

68Dans un essai d’histoire des sciences, le bourbakiste Dieudonné (1987) divise le champ scientifique des mathématiques en vingt-et-une catégories ou « branches », si l’on suit la métaphore de l’arbre de la connaissance. En géomorphologie, certains domaines des sciences du relief, très vivants il y a un siècle, sont parfois tombés en désuétude par épuisement du paradigme qui les portait, avant de renaître du fait d’un regard changé porté sur de vieux objets, d’un questionnement inédit, de techniques nouvelles, d’une révolution conceptuelle, d’un changement de paradigme.

69En tant que système complet de variations conceptuelles (Gould, 1997), les sciences du relief ne s’organisent pas en fonction d’un modèle de type arborescence, mais plutôt de type buissonnant à connexions multiples. Ce système admet une limite minimale, l’absence de savoirs sur les reliefs autres que les savoirs vernaculaires (ou spontanés), et une limite maximale qui sera définie par le niveau supérieur de compétence tour à tour atteint par différentes spécialités géomorphologiques. Lorsqu’une voie d’étude se heurte à un mur supérieur de compétence, apparemment infranchissable, la situation d’épuisement du paradigme est atteinte. C’est alors que passe (ou repasse) au premier plan de l’activité scientifique un autre courant de recherche. Par exemple, la nouvelle géomorphologie structurale (Peulvast et Vanney, 2001-2002. Delcaillau, 2004) est un cas d’élargissement et d’approfondissement d’une tradition deux fois séculaire. Dans d’autres cas, l’innovation peut intervenir par l’hybridation des champs disciplinaires : la géoarchéologie (Bravard et Magny, 2002. Fouache, 2003, 2006) et l’archéogéographie (Burnouf et Leveau, 2004. Chouquer, 2008) se sont peu à peu développées à la croisée des sciences du relief, du Quaternaire et des paléo-environnements, de la Préhistoire, de l’archéologie, et de l’étude des paysages.

70Les sciences du relief ne méritent ni l’excès d’honneur qui firent d’elles à une époque le faire-valoir de toute la géographie, ni l’indignité d’en être devenues plus tard le repoussoir, en fonction de quoi se déterminerait et se (dé)construirait tout le reste. La géographicité d’un travail ne se définit pas seulement par son objet et son contenu mais aussi par une certaine méthodologie et par l’origine académique du chercheur. Si la géographicité des recherches de géographes qui arpentent les voies de l’ethnologie, de l’anthropologie, ou de la sociologie n’est pas discutée, n’est-ce pas seulement parce que le rapport de force institutionnel et scientifique joue depuis trente ans en faveur de « l’homme-habitant » ? Mais où en serait la géographie si le programme préconisé par Le Lannou avait été appliqué à la lettre, la géographie appliquée abandonnée, et avec elle l’aménagement des territoires ?

71Comme le remarque C. Ollier (1991), parce que les sciences du relief sont apparues et se sont développées dans des parties du monde – Europe, Amérique du nord – très marquées par les avancées et les reculs des grands glaciers quaternaires, l’idée prévaut que la plupart des reliefs visibles dans le paysage seraient récents : glaciaires ou post-glaciaires. Mais de nombreux éléments du relief sont en réalité beaucoup plus anciens et relèvent parfois d’événements et de séquences se perdant dans la nuit des temps : des millions d’années avant l’apparition des sociétés. La plupart des géomorphologues formés en géographie n’ont aucun feeling pour le temps profond de la géologie, ses techniques, ses méthodes. L’évolution des formes sur la très longue durée n’est plus leur affaire. Leur curiosité se tourne très largement vers les relations existant entre les paysages et les environnements actuels. À l’opposé, les sciences du relief ne font jamais l’objet de cours exhaustifs dans les cursus de géosciences, et trop de géologues restent encore de la vieille école des « roches-dures » (solid), sans grand intérêt pour ce qu’ils considèrent comme d’anecdotiques superfluités (drift).

72Pour l’heure, les géomorphologues qui exercent en géographie réservent l’essentiel de leurs études et de leurs recherches aux paléo-environnements ou aux environnements actuels, aux systèmes dynamiques (biologiques, chimiques, physiques, mixtes…), aux risques et aux questions patrimoniales : des sujets de société riches d’applications en aménagement territorial et non dénués d’implications didactiques ou fondamentales. Les géologues n’ont pas encore tiré toutes les conséquences du fait que les reliefs de la Terre sont pour la plupart issus d’une histoire souvent plus longue que le dernier coup de ciseau du sculpteur lors de l’ultime seconde de l’échelle des temps stratigraphiques. Mais les géographes gagneraient à tenter de faire pour le temps et les forces ce qu’ils ont assez largement réussi à accomplir pour l’espace : en maîtriser les dimensions et les rapports, afin d’espérer parvenir à une pleine et entière compréhension de toutes les formes du relief.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Bibliographie

Allée P., 2003, Dynamiques hydrosédimentaires actuelles et holocènes dans les systèmes fluviaux de moyenne montagne : Limousin, Hautes Cévennes, Maures, HDR, Université de Limoges.

Allemand S., 2007, Comment je suis devenu géographe, Paris, Le Cavalier Bleu.

Anderson R.S., Anderson S.P., 2010, Geomorphology. The Mechanics and Chemistry of landscapes, Cambridge, CUP.

Arnould P., Lévy J., 2003, « Sciences de la Terre (Géographie et) » in : J. Lévy et M. Lussault, 2003, 826-827.

Aubouin J., Brousse R., Lehmann J.-P., 1967-1968, Précis de géologie. 1. Pétrologie. 2. Paléontologie, stratigraphie. 3. Tectonique, morphologie, globe terrestre, Paris, Dunod.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Barry R., Gan T.Y., 2011, The Global Cryosphere, Cambridge, CUP.
DOI : 10.1017/CBO9780511977947

Baulig H., 1928, Le Plateau Central de la France et sa bordure méditerranéenne. Étude morphologique, Paris, Armand Colin.

Baulig H., 1956, Vocabulaire franco-anglo-allemand de géomorphologie, Strasbourg, Publications Faculté Lettres, tome IV.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Baulig H., 1958, « La leçon de Grove Karl Gilbert », Annales de Géographie, vol. 67, No.362, 289-307. Permalien : http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/geo_0003-4010_1958_num_67_362_16949
DOI : 10.3406/geo.1958.16949

Bataillon C., 2003, « De Martonne à Rennes : un futur patron de la géographie française » in : « Lectures », L’Espace géographique, vol. 32, No.1, 77-80. http://www.cairn.info.gate3.inist.fr/revue-espace-geographique-2003-1-page-77.htm

Bataillon C., 2009, Géographes. Génération 1930, Rennes, PUR.

Bavoux J.-J., 2002, La géographie. Objet, méthodes, débats, Paris, Armand Colin.

Beaujeu-Garnier J., 1951, Le Morvan et sa bordure. Étude morphologique, Paris, PUF.

Beckinsale R.P., Chorley, R.J., 1991, The History of the Study of Landforms or the Development of Geomorphology. 3. Historical and Regional geomorphology, 1890-1950, London, Routledge.

Bellair P., Pomerol Ch., 1965, Éléments de géologie, Paris, Armand Colin.

Berdoulay V., 1981, La formation de l’école française de géographie (1870-1914), Paris, CTHS, Bibliothèque nationale.

Berger P.L., Luckman T., 1966, The Social Construction of Reality, New York, Doubleday (traduction française de P. Taminiaux, revue par D. Martucelli : La construction sociale de la réalité, Paris, Armand Colin, 2006).

Bertrand G., 1968, « Paysage et géographie physique globale. Esquisse méthodologique », Revue géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest, vol. 39, No.3, 249-272.

Bertrand G., 1978, « La géographie physique contre nature », Hérodote, No.12, 77-96.

Bertrand G., 1982, « Construire la géographie physique », Hérodote, No.26, 90-116.

Bertrand C., Bertrand G., Raynaud J., 1978, « Le Sidobre (Tarn) : esquisse d’une monographie », Revue géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest, vol. 49, No.2, 167-180.

Bertrand C., Bertrand G., 1992, « La géographie et les sciences de la nature » in : A. Bailly et al., Encyclopédie de géographie, Paris, Economica (voir p. 91-109).

Bertrand C., Bertrand G., 2002, Une géographie traversière. L’environnement à travers territoires et temporalités, Paris, Éditions Arguments.

Birot P., 1955, Les méthodes de la morphologie, Paris, PUF.

Birot P., 1968, The cycle of erosion in different climates, London, Batsford.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Bracken L.J., Wainwright J., 2006, « Geomorphological equilibrium: myth and metaphor? », Transactions Institute British Geographers, NS, vol. 31, 167-178.
DOI : 10.1111/j.1475-5661.2006.00204.x

Bravard J.-P., Magny M., 2002, Les fleuves ont une histoire. Paléo-environnement des rivières et des lacs français depuis 15 000 ans, Paris, Éditions Errance.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Broc N., 2001, « École de Grenoble contre école de Paris : les Alpes enjeu scientifique », Revue de Géographie alpine, vol. 89, No.4, 95-105. Permalien : http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/rga_0035-1121_2001_num_89_4_3059
DOI : 10.3406/rga.2001.3059

Broc N., 2010, Une histoire de la géographie physique en France, Perpignan, PUP.

Broc N., Giusti C., 2007, « Autour du Traité de Géographie physique d’Emmanuel de Martonne : du vocabulaire géographique aux théories en géomorphologie », Géomorphologie : relief, processus, environnement, No.2, 125-144. Permalien : http://geomorphologie.revues.org/index921.html

Brunet R., Ferras R., Théry H., 1993, Les Mots de la géographie. Dictionnaire critique, Montpellier-Paris, Reclus, La Documentation Française (3e éd.).

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Brunsden D., Thornes J.B., 1979, « Landscape sensitivity and change », Transactions Institute British Geographers, NS, vol. 4, 463-484.
DOI : 10.2307/622210

Büdel J., 1982, Climatic geomorphology, Princeton, Princeton University Press.

Bull W. B., 2007, Tectonic Geomorphology of Mountains. A new approach of paleosismology, Malden, Blackwell.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Bull W.B., 2009, Tectonically Active Landscapes, Chichester, Wiley-Blackwell.
DOI : 10.1002/9781444312003

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Burbank D.W., Anderson R.S., 2001, Tectonic Geomorphology, Malden, Blackwell Science.
DOI : 10.1002/9781444345063

Burnouf J., Leveau P., 2004, Fleuves et marais, une histoire au croisement de la nature et de la culture. Sociétés préindustrielles et milieux fluviaux, lacustres et palustres : pratiques sociales et hydrosystèmes, Paris, CTHS.

Cailleux A., 1948, Les actions éoliennes périglaciaires en Europe, Paris, Mém. Société Géologique de France, NS, vol. 21, No.46.

Calvet M., 2007, « Des socles aux chaînes alpines : aux frontières d’un concept » in : Du continent au bassin versant. Théories et pratiques en géographie physique. Hommage au Professeur Alain Godard, Clermont-Ferrand, PUBP, 83-100.

Calvet M., Giusti C., 2010, « Postface. La Géographie physique française cent ans après le Traité : et demain ? » in : N. Broc, Une histoire de la géographie physique en France, Perpignan, PUP.

Campy M., Macaire J.-J., 1989, Géologie des formations superficielles, Paris, Masson.

Campy M., Macaire J.-J., 2003, Géologie de la surface. Érosion, transfert et stockage dans les environnements continentaux, Paris, Dunod.

Châtelet F., 1978, « La main de Dieu. Une métaphysique du paysage », Hérodote, No.12, 6-10.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Cholley A., 1950, « Morphologie structurale et morphologie climatique », Annales de Géographie, vol. 59, No.317, 321-335.
DOI : 10.3406/geo.1950.13107

Permalien : http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/geo_0003-4010_1950_num_59_317_13107

Chorley R. J., Dunn A. J., Beckinsale R. P., 1964, The History of the Study of Landforms or the Development of Geomorphology. 1. Geomorphology before Davis, London, Methuen.

Chorley R.J., Beckinsale R.P., Dunn A.J., 1973, The History of the Study of Landforms or the Development of Geomorphology. 2. The life and work of William Morris Davis, London, Methuen.

Chouquer G., 2008, Traité d’archéogéographie. La crise des récits géohistoriques, Paris, Éditions Errance.

Claval P., 1998, Histoire de la géographie française de 1870 à nos jours, Paris, Nathan.

Claval P., 2007, Épistémologie de la Géographie, Paris, Armand Colin (2e éd.).

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Clifford N., Richards K., 2005, « Earth System Science: an oxymoron? », Earth Surface Processes and Landforms, vol. 30, No.3, 379-383.
DOI : 10.1002/esp.1215

CILF, 1979, Vocabulaire de la Géomorphologie, Paris, Éditions du Conseil International de la Langue Française.

Coque R., 1993, Géomorphologie, Paris, Armand Colin (1e éd., 1977).

CREPIF, 1987, Régions, villes et aménagement. Mélanges jubilaires offerts à Jacqueline Beaujeu-Garnier, Paris, Centre de recherches et d’études sur Paris et l’Ile-de-France et Société de Géographie.

Daudel C., 2008, Jean Demangeot, géographe de terrain, Paris, L’Harmattan.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Davis W.M., 1899, « The Geographical Cycle », Geographical Journal, vol. 14, 481-504. http://www.jstor.org.gate3.inist.fr/stable/1774538
DOI : 10.2307/1774538

Davis W.M., 1927, « Biographical Memoir of Grove Karl Gilbert, 1843-1918 », National Academy of Sciences Biographical Memoirs, vol. 21, No.5, Washington D.C.

Davies G.L., 1969, The Earth in Decay. A History of British Geomorphology, 1578 to 1878, New York, Elsevier.

Delahaye D., 2002, Apport de l’analyse spatiale en Géomorphologie. Modélisation et approche multiscalaire des risques, HDR, Université de Rouen.

Delcaillau B., 1992, Les Siwalik de l’Himalaya du Népal oriental. Fonctionnement et évolution d’un piémont, Mémoires et Documents de Géographie, N.C., Paris, Éditions du CNRS.

Delcaillau B., 2004, Reliefs et tectonique récente. Nouveau précis de géomorphologie, Paris, Vuibert.

Dercourt J., Paquet J., 1976, Géologie. Objets et méthodes, Paris, Dunod (2e éd.).

Dercourt J., Paquet J., Thomas P., Langlois C., 2006, Géologie. Objets, méthodes et modèles, Paris, Dunod (12e éd.).

De la Noë G., Margerie E. de, 1888, Les formes du terrain, Paris, Imprimerie Nationale.

Demangeot J., 1984, Les milieux « naturels » du Globe, Paris, Masson (10e éd., 2008, Paris, Armand Colin).

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Derruau M., 1972, Précis de géomorphologie, Paris, Masson (5e éd.).
DOI : 10.1097/00010694-195703000-00018

Derruau M., 1996, Composantes et concepts de la géographie physique, Paris, Armand Colin.

Dieudonné J., 1987, Pour l’honneur de l’esprit humain. Les mathématiques aujourd’hui, Paris, Hachette.

Dhombres N., Dhombres J., 1989, Naissance d’un nouveau pouvoir : science et savants en France (1793-1824), Paris, Éditions Payot.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Douvinet J., Delahaye D., Langlois P., 2008, « Modélisation de la dynamique potentielle d’un bassin versant et mesure de son efficacité structurelle », Cybergeo: European Journal of Geography, No.412, 15 février 2008. Permalien : http://cybergeo.revues.org/16103
DOI : 10.4000/cybergeo.16103

Dufaure J.-J., 1982, « Catastrophes et risques sur des deltas de côtes néotectoniques », Hérodote, No.26, 136-156.

Dufaure J.-J., 2005, « Relief et tectonique récente. B. Delcaillau », Géomorphologie : relief, processus, environnement, No.1, 75-76. Permalien : http://geomorphologie.revues.org/index264.html

Dufaure J.-J., 2007, « L’analyse des formes structurales revisitée. Relations entre érosion différentielle, aplanissements et tectonique continentale », Géomorphologie : relief, processus, environnement, No.2, 159-176. Permalien : http://geomorphologie.revues.org/index1182.html

Dunai T.J., 2010, Cosmogenic Nuclides. Principles, Concepts and Applications in the Earth Surface Sciences, Cambridge, CUP.

Ellenberger F., 1988, Histoire de la géologie (tome 1). Des Anciens à la première moitié du XVIIe siècle, Paris, Lavoisier.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Faure M., Lardeaux J.-M., Ledru P., 2009, « A review of the pre-Permian geology of the Variscan French Massif Central », C.R. Geosciences, vol. 341, 202-213.
DOI : 10.1016/j.crte.2008.12.001

Fischer A. (Ed.), 1985, Mélanges offerts à Jacqueline Beaujeu-Garnier, Paris, Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Fleming C., Marsh S.H., Giles J.R.A., 2010, Elevation models for Geoscience, Geological Society, London, Sp. Publ., vol. 345.

Ford D., Williams P., 2007, Karst Hydrology and Geomorphology, Chichester, Wiley.

Fouache E., 2003, The Mediterranean World: Environment and History, Paris, Elsevier.

Fouache E., 2006, 10 000 ans d’évolution des paysages en Adriatique et en Méditerranée orientale (Géomorphologie, Paléoenvironnements, Histoire), Lyon, Travaux de la Maison de l’Orient et de la Méditerranée, No.45.

Foucault A., J.-F. Raoult, 1980, Dictionnaire de Géologie, Paris, Dunod (6e éd., 2005).

Gascon A. (dir.), 2009, « Regards croisés sur l’Éthiopie », BAGF-Géographies, 147-209.

George P., Verger F., 1993, Dictionnaire de la Géographie, Paris, PUF (5e éd.).

Giusti C., 2002, Le Sud du Massif Central (France). Implications morphogénétiques de l’activation d’une marge passive. Approche épistémologique et naturaliste, Thèse de doctorat, Université de Perpignan (2 vol. ).

Giusti C., 2004, « Géologues et géographes français face à la théorie davisienne (1896-1909), ou retour sur “l’intrusion” de la géomorphologie dans la géographie », Géomorphologie : relief, processus, environnement, No.3, 241-254. Permalien : http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/morfo_1266-5304_2004_num_10_3_1221

Giusti C., 2005, « Pour une archéologie du discours géomorphologique » in : L’érosion entre Société, Climat et Paléoenvironnement, P. Allée et L. Lespez (eds), Table-Ronde en l’honneur du Professeur René Neboit-Guilhot. Clermont-Ferrand, PUBP, 109-114.

Giusti C., 2006, « La Science et le Paysage ou la dernière “Leçon” d’Albert de Lapparent », Travaux du Comité français d’histoire de la géologie, 3, vol. 20, 13-48.

Giusti C., 2007, « Le “terrain” pour les géomorphologues français aujourd’hui », BAGF-Géographies, 456-464.

Giusti C., 2008a, « Un double cas d’asymétrie : le Sud du Massif Central (France) », BAGF-Géographies, 254-270. Permalien : http://hal.archives-ouvertes.fr/hal-00567262/fr/

Giusti C., 2008b, « Libres regards d’un géomorphologue sur le paysage », Géosciences, vol. 7-8, 34-41. Permalien : http://www.brgm.fr/dcenewsFile?ID=603

Glangeaud L., 1955, « Classification scalaire des sciences de la matière et leurs méthodes », Revue générale des Sciences, vol. 62, No.5-6, 1-30.

Glangeaud L., 1962, « Les transferts d’échelle en géologie et géophysique. Application à la Méditerranée occidentale et aux chaînes péri-pacifiques », Bulletin de la Société géologique de France, vol. 7, 912-961.

Goudie A.S. (Ed.), 2003, Encyclopedia of Geomorphology, London, Routledge (2 vol. ).

Gould S.J., 1987, Time’s Arrow, Time’s Cycle. Myth and metaphor in the discovery of geological time, Cambridge, Harvard University Press (traduction française de B. Ribault : Aux racines du Temps, Paris, Grasset, 1990).

Gould S.J., 1991, La vie est belle. Les surprises de l’évolution, Paris, Seuil.

Gould S.J., 1997, L’éventail du vivant. Le mythe du progrès, Paris Seuil.

Gould S.J., 2003, The Hedgehog, the Fox and the Magister’s Pox. Mending the gap between Science and the Humanities. New York, Harmony Books (traduction française de N. Witkowski : Le Renard et le Hérisson. Comment combler le fossé entre la science et les humanités, Paris, Seuil, 2005).

Gregory K.J., 2000, The Changing Nature of Physical Geography, London, Arnold.

Gregory K.J., 2010, The Earth’s Land Surface. Landforms and Processes in Geomorphology, London, Sage Publications.

Gregory K.J., Goudie A.S., 2011, Geomorphology, London, Sage Publications.

Gunnell Y., 2009, Écologie et société, Paris, Armand Colin.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Gupta A., 2011, Tropical Geomorphology, Cambridge, CUP.
DOI : 10.1017/CBO9780511978067

Hack J.T., 1960, « Interpretation of erosional topography in humid temperate regions », American Journal of Science, Bradley Volume, 258-A, 80-97. Permalien: http://earth.geology.yale.edu/~ajs/1960/ajs_258A_11.pdf/80.pdf

Hacking I., 1999, The Social Construction of “What”?, Cambridge, Harvard University Press (traduction française de B. Jurdant : Entre science et réalité : la construction sociale de « quoi » ?, Paris, Éditions La Découverte, 2001).

Hauchard E., 2001, De la dynamique non linéaire à la dynamique du relief en géomorphologie. Application aux bassins-versants de la marge nord-occidentale du Bassin de Paris, Thèse de doctorat, Université de Rouen.

Hengl T., Reuter H.I., 2009, Geomorphometry. Concepts, Software, Applications, Amsterdam, Elsevier.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Huggett R.J., 2011, Fundamentals of geomorphology, London, Routledge (1st ed., 2003).
DOI : 10.4324/9780203470633

Huggett R.J., Cheesman J., 2002, Topography and the Environment, Harlow, Prentice Hall

Hunt C.B., 1988, Geology of the Henry Mountains, Utah, as recorded in the notebooks of G.K. Gilbert, 1875-76, Boulder, Geological Society of America, Memoir 167.

Inkpen R., 2005, Science, Philosophy and Physical Geography, London, Routledge.

IPCC, 2007, Climate Change 2007, Fourth Assessment Report, Geneva, International Panel on Climate Change.

IYPE, 2008, Planet Earth Book, Earth Sciences for Society, International Year of Planet Earth 2007-2009, Paris, UNESCO.

Jaurand E., 2001, « Emmanuel de Martonne et le commentaire de cartes : codification et institutionnalisation d’un exercice canonique » in : G. Baudelle, M.-V. Ozouf-Marignier et M.-C. Robic, Géographes en pratiques (1870-1945), Rennes, PUR, 231-244.

Jaurand E., 2002, « Géomorphologie et géographie dans l’enseignement supérieur. L’évolution récente de l’épreuve du commentaire de cartes au concours d’entrée à l’ENS Lettres et Sciences Humaines », BAGF-Géographies, 63-64.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Jaurand E., 2003, « Du fétiche à l’épouvantail ? Le commentaire de cartes et la géographie universitaire française (1945-2001) », L’Information géographique, No.4, 352-369. Permalien : http://www.armand-colin.com/download_pdf.php?idd=0&cr=5&idr=6&idart=2550
DOI : 10.3406/ingeo.2003.2913

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Jones D.K.C., 1999a, « Evolving models of the Tertiary evolutionary geomorphology of southern England, with special reference to the Chalklands » in: Uplift, Erosion & Stability: Perspectives on Long-term Landscape Evolution, Geological Society, London, Sp. Publ., vol. 162, 1-23; 1999b, « On the uplift and denudation of the Weald », ibid., 25-43.
DOI : 10.1144/GSL.SP.1999.162.01.02

Juillard E., 1962, « Henri Baulig (1877-1962). Le savant. Le professeur. L’homme », Bulletin de la Faculté des Lettres, Strasbourg, vol. 41, No.2, 165-173.

Kennedy B.A., 2006, Inventing the Earth. Ideas on Landscape development since 1740, Malden, Oxford, Blackwell Publishing.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Klein C., 1960, « La notion de rythme en morphologie », Norois, vol. 7, No.28, 373-387. Permalien : http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/noroi_0029-182x_1960_num1_1327
DOI : 10.3406/noroi.1960.1327

Klein C., 1975, Massif armoricain et Bassin Parisien. Contribution à l’étude géologique et géomorphologique d’un massif ancien et de ses enveloppes sédimentaires. Normandie, Maine, Anjou, Touraine, Poitou septentrional et contrées adjacentes, Gap, Ophrys.

Klein C., 1993, Du dynamisme des processus à la dynamique des formes en géomorphologie, Gap, Ophrys.

Klein C., 1997, Du polycyclisme à l’acyclisme en géomorphologie, Gap, Ophrys.

Klein C., 1999, Henri Baulig (1877-1962). Sa contribution à l’enrichissement de la géomorphologie générale, Gap, Ophrys.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Kuhn T.S., 1962, The Structure of Scientific Revolutions, Chicago, Chicago University Press.
DOI : 10.7208/chicago/9780226458144.001.0001

Lacassin R., Meyer B., Benedetti L., Armijo R., Tapponnier P., 1998, « Signature morphologique de l’activité de la faille des Cévennes (Languedoc, France) », C. R. Acad. Sciences, Paris, vol. 326, IIa, 807-815. Commentaires de : 1) Sébrier M., Bellier O., Peulvast J.-P., Vergély P., C. R. Acad. Sciences, Paris, 1998, vol. 327, IIa, 855-856 ; 2) Ambert P., Philip H., Ritz J.-F., ibid., 857-859 ; 3) Mattauer M., ibid., 859. Réponse de Lacassin R. et al., ibid., 861-866.

Laity J., 2008, Deserts and Desert Environments, Chichester, Wiley-Blackwell.

Lacoste Y., 2003, De la géopolitique aux paysages. Dictionnaire de la géographie, Paris, Armand Colin.

Lapparent A. de, 1883, Traité de Géologie. 1, Phénomènes actuels. 2, Géologie proprement dite, Paris, F. Savy (5e éd., 1906).

Lapparent A. de, 1885, « Le rôle du Temps dans la Nature », Revue des Questions scientifiques, Maison Vromant, Bruxelles.

Lapparent A. de, 1896, Leçons de Géographie physique, Paris, Masson (3e éd., 1907).

Ledru P., Lardeaux J.-M., Santallier D., Autran A., Quenardel J.-M., Lerouge G., Floc’h J.-P., Maillet N., Marchand J., Ploquin A., 1989. « Où sont les nappes du Massif Central Français ? », Bulletin de la Société géologique de France, vol. 8, No.3, 605-618.

Le Griel A., 1988, L’évolution géomorphologique du Massif Central français. Essai sur la genèse d’un relief, Thèse d’État, Université Lyon II.

Lévy J., 2003, « Géographie » in : J. Lévy et M. Lussault, 2003, 399-401.

Lévy J., Lussault M., 2003, Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés, Paris, Belin.

Martin P., 2004, Modélisation fractale et structurelle des formes en géographie. Réflexion développée à partir d’exemples karstiques, HDR, Université d’Avignon et Pays du Vaucluse.

Martin P., 2008, « Approche fractale du karst des Grands Causses », Collection EDYTEM, Cahiers de Géographie, vol. 7, 63-78. Permalien : http://www.geo.univ-avignon.fr/Personnel/MartinP/MartinP2008-Coll%20EDYTEM%207%20Karsts.pdf

Martonne E. de, 1909, Traité de géographie physique, Paris, Armand Colin (1e éd., 1 vol. ).

Martonne E. de, 1940, Traité de géographie physique, Paris, Armand Colin (6e éd., 3 vol. ).

Matthews J.A., Herbert D.T., 2004, Unifying Geography. Common Heritage, Shared Future, London, Routledge.

MEA, 2005, Ecosystems and Human Well-Being, Millenium Ecosystem Assessment: Synthesis, Washington D.C., Island Press

Melhorn W.N., Flemal R.C., 1975, Theories of landform development, New York, State University of New York Binghampton.

Meynier A., 1969, Histoire de la pensée géographique en France (1872-1969), Paris, PUF.

Migoń P. (Ed.), 2010, Geomorphological landscapes of the world, Dordrecht, Springer.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Molnar P., England P., 1990, « Late Cenozoic uplift of mountain ranges and global climate change: chicken or egg? », Nature, 346, 29-34. DOI: 10.1038/346029a0
DOI : 10.1038/346029a0

Montenat C., 2008, Une famille de géologues : les Lapparent. Un siècle d’histoire et d’aventures de la géologie, Paris, Vuibert.

Muxart T., Cosandey C., Billard A., 1990, L’érosion sur les hautes terres du Lingas : un processus naturel, une production sociale, Mémoires et Documents de Géographie, N.C., Paris, Éditions du CNRS.

Ollier C., 1991, Ancient Landforms, London, Belhaven Press.

Orain O., 2003, Le plain-pied du monde. Postures épistémologiques et pratiques d’écriture dans la géographie française au XXe siècle, Thèse de doctorat, Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Permalien : http://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00082408/fr/

Orain O., 2007, « La géographie comme science. Quand faire école cède le pas au pluralisme » in : Couvrir le monde. Un grand XXe siècle de géographie française, M.-C. Robic (dir.), version « longue » du chapitre III, Paris, Ministère des affaires étrangères, Association pour la diffusion de la pensée française (ADPF). Permalien : http://hal.archives-ouvertes.fr/docs/00/18/90/53/PDF/Orain_adpf_2005.pdf

Paskoff R., 2004, Côtes en danger, Paris, L’Harmattan.

Peulvast J.-P., 2011, « Geomorphology. R.S. et S.P. Anderson », Géochronique, 117, 70.

Peulvast J.-P., Baroux E., Bellier O., Sébrier M., 1999, « Le problème de l’activité des failles de Nîmes, de Salon-Cavaillon et de la Moyenne Durance (Sud-Est de la France) : apports de la géomorphologie structurale », Géomorphologie : relief, processus, environnement, 327-358. Permalien : http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/morfo_1266-5304_1999_num_5_4_998

Peulvast J.-P., Vanney J.-R., 2001-2002, Géomorphologie structurale. Terre, corps planétaires solides, Paris, Gordon & Breach / Orléans, Éditions du BRGM, 2 vol. 

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Phillips J.D., 2002, « Erosion, isostatic response, and the missing peneplains », Geomorphology, No.45, 225-241. http://www.sciencedirect.com.gate3.inist.fr/science/article/pii/S0169555X01001568
DOI : 10.1016/S0169-555X(01)00156-8

Phillips J.D., 2004, « Divergence, Sensitivity, and Nonequilibrium in Ecosystems », Geographical Analysis, vol. 36, No.4, 369-383. Permalien: http://onlinelibrary.wiley.com/doi/10.1111/j.1538-4632.2004.tb01142.x/pdf

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Phillips J.D., 2005, « Weathering Instability and Landscape Evolution », Geomorphology, vol. 67, 255-272. http://www.sciencedirect.com.gate3.inist.fr/science/article/pii/S0169555X04002831
DOI : 10.1016/j.geomorph.2004.06.012

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Phillips J.D., 2006, « Deterministic chaos and historical geomorphology: A review and look forward », Geomorphology, No.76, 109-121. http://www.sciencedirect.com.gate3.inist.fr/science/article/pii/S0169555X05003387
DOI : 10.1016/j.geomorph.2005.10.004

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Phillips J.D., 2011, « Emergence and pseudo-equilibrium in geomorphology », Geomorphology, No.132, 319-326. http://www.sciencedirect.com.gate3.inist.fr/science/article/pii/S0169555X11002686
DOI : 10.1016/j.geomorph.2011.05.017

Pinchemel G., Pinchemel P., 2005, Géographes. Une intelligence de la Terre, Paris, Éditions Arguments.

Pinchemel P., 1954, Les plaines de craie du nord-ouest du Bassin parisien et du sud-est du Bassin de Londres et leurs bordures, Paris, Armand Colin.

Pumain D., Robic M.-C., Tissier J.-L., 2003, Philippe Pinchemel, en face de la Terre, Paris, UMR Géographies-cités, 1 cédérom.

Pomerol Ch., Renard M., 1989, Éléments de géologie, Paris, Armand Colin, 9e éd.

Pomerol Ch., Lagabrielle Y., Renard M., 2005, Éléments de géologie. Paris, Dunod, 13e éd.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Poujol O., 1994, « L’invention du Massif Central », Revue de géographie alpine, vol. 82, No.3, 49-62. Permalien : http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/rga_0035-1121_1994_num_82_3_3761
DOI : 10.3406/rga.1994.3761

Régnauld H., 1998, L’espace, une vue de l’esprit ? Rennes, PUR.

Régnauld H., 2003a, « Géomorphologie (Géographie et) » in : J. Lévy et M. Lussault, 2003, 406-407.

Régnauld H., 2003b, « Géographie physique » in : J. Lévy et M. Lussault, 2003, 715-716.

Régnauld H., 2003c, « Relief » in : J. Lévy et M. Lussault, 2003, 783-785.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Renwick, W.H., 1992, « Equilibrium, Disequilibrium, and Nonequilibrium landforms in the landscape », Geomorphology, vol. 5, 265–276.
DOI : 10.1016/0169-555X(92)90008-C

Retaillé D., 2003, « Géographicité » in : J. Lévy et M. Lussault, 2003, 398-399.

Reynaud A., 1971, Épistémologie de la géomorphologie, Paris, Masson.

Reynaud A., 1975, La géographie entre le mythe et la science, Reims, TIGR, No.18-19.

Ricqlès A. de, 2007, « Quelques réflexions sur la recherche scientifique fondamentale en France », Lettre du Collège de France, vol. 19, 26-28.

Rhoads B.L., Thorn C.E., 1998, The Scientific Nature of Geomorphology, New York, John Wiley & Sons. Permalien : https://netfiles.uiuc.edu/brhoads/www/book/book.pdf

Robic M.-C., 2004, « Géographicité », http://www.hypergeo.eu/spip.php?article19#

Robic M.-C., Briend A.-M., Rössler M. (dir.), 1996, Géographes face au monde, Paris, L’Harmattan.

Robic M.-C., Tissier J.-L., 2009, « Philippe Pinchemel, une intelligence géographique contemporaine », Historiens-Géographes, No.408, 31-40.

Robic M.-C., Tissier J.-L., Pinchemel P., 2011, Deux siècles de géographie française, une anthologie, Paris, Éditions du CTHS.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Sack D., 2004, « Experiences and viewpoints of selected women geomorphologists from the Mid-20th Century », Physical Geography, vol. 25, No.5, 438-452. Permalien: http://www.ohio.edu/people/sack/Sack2004Women.pdf
DOI : 10.2747/0272-3646.25.5.438

Scheibling J., 1994, Qu’est-ce que la Géographie ?, Paris, Hachette (2e éd., 2011).

Schumm S.A., 1991, To interpret the Earth: ten ways to be wrong, Cambridge, CUP.

Ségalat L., 2009, La science à bout de souffle ? Paris, Seuil.

Summerfield M.A., 1991, Global Geomorphology, Harlow, Prentice Hall

Summerfield M.A., 2000, Geomorphology and Global Tectonics, Chichester, John Wiley and Sons.

Tinkler K.J., 1985, A Short History of Geomorphology, Totowa, Barnes and Noble.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Thorn C.E., 1988, An Introduction to Theoretical Geomorphology, Boston, Unwin Hyman.
DOI : 10.1007/978-94-010-9441-2

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Thorn C.E., Welford M.R., 1994, « The Equilibrium Concept in Geomorphology », Annals of the Association of American Geographers, vol. 84, No.4, 666-696. http://www.jstor.org.gate3.inist.fr/stable/2564149
DOI : 10.1111/j.1467-8306.1994.tb01882.x

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Tooth S., 2009, « Invisible geomorphology? », Earth Surface Processes and Landforms, vol. 34, No.5, 752-754.
DOI : 10.1002/esp.1724

Tricart J., 1949, La partie orientale du Bassin de Paris. Étude morphologique, Paris, SEDES.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Tricart J., 1965, Principes et méthodes de la géomorphologie, Paris, Masson.
DOI : 10.1097/00010694-196510000-00015

Tricart J., 1968, Précis de Géomorphologie. Géomorphologie structurale, Paris, SEDES.

Tricart J., Cailleux A., 1965, Introduction à la géomorphologie climatique, Paris, SEDES.

Vanney J.-R., 2002, Géographie de l’océan Global, Paris, Gordon & Breach.

Valadas B., 1984, Les hautes terres du Massif Central français. Contribution à l’étude des morphodynamiques récentes sur versants cristallins et volcaniques, Caen, Editec.

Vila J.-M., 2000, Dictionnaire de la tectonique des plaques et de la géodynamique, Paris, Gordon & Breach.

Walker H.J., Grabau W.E., 1993, The Evolution of Geomorphology. A Nation-by-nation Summary of Development, New York, Wiley.

Haut de page

Annexe

  

Annexe 1 – Les sciences du relief d’après la session 2011 de l’EGU

Le premier tableau (tabl. 6A) donne la liste des 23 programmes scientifiques de l’Union européenne des géosciences, le deuxième (tabl. 6B) est une analyse détaillée des 10 sessions du programme Géomorphologie (GM), dont les résultats sont résumés dans le troisième tableau (tabl. 6C).

Tableau 6A – Liste des 23 programmes scientifiques de l’EGU (2011)
Table 6A – List of the 23 disciplinary sessions at the EGU (2011).

EGU 2011 Disciplinary sessions

Programmes scientifiques de l’EGU 2011

AS

Atmospheric Sciences

Sciences de l’Atmosphère

BG

Biogeosciences

Biogéosciences

CL

Climate: Past, Present, Future

Les climats : hier, aujourd’hui, demain

CR

Cryospheric Sciences

Sciences de la cryosphère

EMRP

Earth Magnetism & Rock Physics

Magnétisme terrestre et physique des solides

ERE

Energy, Resources and the Environment

Énergie, ressources naturelles et l’environnement

ESSI

Earth & Space Science Informatics

Informatique en sciences de la Terre et de l’espace

G

Geodesy

Géodésie

GD

Geodynamics

Géodynamique

GI

Geosciences Instrumentation & Data Systems

Instruments et bases de données en géosciences

GM

Geomorphology

Géomorphologie

GMPV

Geochemistry, Mineralogy, Petrology & Volcanology

Géochimie, minéralogie, pétrologie et volcanologie

HS

Hydrological Sciences

Sciences hydrologiques

IG

Isotopes in geosciences: Instrumentation and Application

Les isotopes en géosciences…

NH

Natural Hazards

Risques naturels

NP

Nonlinear Processes in Geophysics

Processus non linéaires en géophysique

OS

Ocean Sciences

Sciences de l’Océan

PS

Planetary & Solar System Sciences

Sciences du système solaire et des planètes

SM

Seismology

Séismologie

SSP

Stratigraphy, Sedimentology & Palaeontology

Stratigraphie, sédimentologie, paléontologie

SSS

Soil System Sciences

Sciences des systèmes pédologiques

ST

Solar-Terrestrial Sciences

Sciences des interactions Soleil-Terre

TS

Tectonics & Structural Geology

Tectonique et géologie structurale

Dans l’ensemble, les 23 programmes (tabl. 6A) ont permis la tenue de 707 sessions au cours desquelles 10 725 spécialistes (28 % d’étudiants) venus de 96 pays ont effectué 12 772 communications : 4 333 présentations orales, 8 439 posters. Les chiffres sont respectivement de 1 156 (9,05 %), 389 (8,97 %) et 767 (9,08 %) pour le programme GM (Geomorphology), mais ces 9 % doivent être nuancés.

D’une part, dans le programme GM, le survol du titre de toutes les communications montre que certaines d’entre elles relèvent plutôt de spécialités comme la géologie structurale ou la sédimentologie, que de la géomorphologie au sens strict du terme (voir 3.3 supra). À l’opposé, de la géomorphologie est plus ou moins présente dans d’autres programmes bien que non décomptée : ainsi les réponses du permafrost au changement climatique sont étudiées en CR10.1073, donc une session du programme Cryospheric Sciences (CR) ; de même pour les flash floods étudiées en HS4.1/NH1.1174, commune aux programmes Hydrological Sciences (HS) et Natural Hazards (NH). Mais, en ce qui concerne les sessions communes à plusieurs programmes (dites Interdivision Sessions), il arrive aussi que soient classées et comptées en Geomorphology (GM) des communications de sessions d’autres programmes : apparaissent en GM6 (Hillslope and soil erosion) des sessions labellisées (HS), (NH) ou (SSS), sans que nul ne songe à contester la nature éminemment géomorphologique des glissements de terrain, des éboulements, et autres badlands (ravines d’érosion).

Ceci étant précisé, la liste des programmes scientifique de l’EGU (tabl. 6A), le détail du programme géomorphologie (tabl. 6B) et les statistiques des sous-programmes (tabl. 6C) livrent un éclairage original sur les sciences du relief vues du côté des géosciences.

Le programme GM est en connexion directe avec 18 des 22 autres programmes (tabl. 6A), l’ensemble des sessions scientifiques GM1 à GM1075 affichant une réelle diversité thématique ainsi qu’un nombre élevé de connexions avec d’autres sous-disciplines ou spécialités, dont : (i) en bleu, 24 sessions mono-disciplinaires, labellisées GM ou autre ; (ii) en vert, 13 sessions bi-disciplinaires ; (iii) en jaune, 5 sessions tri-disciplinaires ; (iv) en orangé, 3 sessions quadri-disciplinaires76 ; (v) en rose, 3 sessions communes à cinq voire six programmes distincts, y compris Europe in geosciences (EG) (tabl. 6B).

Au plan quantitatif, en valeur absolue 9 sessions atteignent ou dépassent le nombre de 30 communications (orales ou poster) : géomorphologie tectonique (94) ; événements extrêmes en hydrologie (55) ; paysages numériques (52) ; programme TOPOEUROPE (49) ; modélisation et expérimentation (45) ; côtes, rivières, deltas (38) ; cartographie numérique des sols (37) ; hydrologie et glissements de terrain (37) ; transferts et stocks sédimentaires (30). En valeur relative (tabl. 6C) plus des 3/4 des communications (78 %) relèvent de 5 sessions, dessinant les contours d’une géomorphologie structurale et dynamique qui recourt massivement à la modélisation (GM2, 20 %), centrée sur l’étude des systèmes terrestres (sols, versants, formes : GM5, 16 % ; GM6, 14 %) ou littoraux (GM8, 11 %), et sur celle des flux (liquides et/ou solides : GM7, 17 %).

Enfin, trois sessions ont été organisées en coopération avec d’autres sociétés savantes ou unions scientifiques :

  • GM1.1, Geophysical monitoring of surface processes, un symposium commun à l’European Geosciences Union (EGU) et à l’American Geophysical Union (AGU) ;

  • GM1.2/SSP3.7, Teleconnections : Far-field links in sedimentary source-to-sink systems, sponsorisée par la Geological Society of London (GSL) et la Geological Society of America (GSA) ;

  • GM8.3, Coastal zone geomorphologic interactions : natural versus human-induced driving factors, soutenue par l’International Geographical Union (IGU).

Tableau 6B – Les sessions scientifiques du programme Geomorphology de l’EGU (2011). – EG : les géosciences en Europe (programme large de l’EGU)
Table 6B – The scientific program of the disciplinary session Geomorphology at the EGU (2011). – EG: Europe in Geosciences (Union wide)

  

LE PROGRAMME GEOMORPHOLOGY (GM) DE L’EGU 2011 [1 156 / 389 + 767]

GM1 – Geomorphology – General [15 / 9 + 6 / 1%]

GM1.1 – Geophysical monitoring of surface processes (3)

GM1.2 / SSP3.7 – Teleconnections: Far-field links in sedimentary source-to-sink systems (12 / 6 + 6)

GM2 – Concepts, techniques and methods in Geomorphology [230 / 82 + 148 / 20%]

GM2.2 / NH10.3 / PS10.2 – Digital Landscapes: From Laser Scanning and High-resolution Measurement Technologies to Quantitative Interrogation of Geomorphic Processes (52 / 17 + 35)

GM2.5 – Simplicity and complexity in evolution of coupled geomorphologic systems: concepts, models and applications (25 / 8 + 17)

NP2.3/AS4.20/CL4.6/GM2.7/HS12.9 – Modelling and Understanding Geophysical Systems as Complex Networks (15 / 4 + 11)

GI-14 – GMES Sentinel Satellites: New Possibilities for Science (12 / 7 + 5)

CL4.12 – Advances in Quaternary Geochronology (18 / 5 + 13)

SSS5.6Digital soil mapping: novel approaches (including geophysical measurements, micromorphology) to the prediction of key soil properties for modelling physical processes (37 / 12 + 25)

SSS2.2/EMRP15/GM10.2/PS7.0Modelling the Experiment, Experimenting the Models (45 / 18 + 27)

ESSI8 – Uncertainty in Environmental Data and Models (26 / 11 + 15)

GM3 – Man and landscape [68 / 27 + 41 / 6%]

GM3.1Advances in geoarchaeology: Using geomorphological techniques and digital applications for the analysis of past man-environment systems (16 / 6 + 10)

HS9.2/GM3.4/SSS2.10Erosion and sediment delivery in agricultural landscapes: monitoring, modelling and management (23 / 10 + 13)

SSS2.3/GM3.7/HS12.11Practical application of geomorphology, hydrology and erosion research in agricultural and forest areas. Discovering and implementing frameworks for translating research into sustainable management (16 / 6 + 10)

NH7.2/AS4.14/BG2.17Fire in the Earth System: Impacts and Feedbacks (13 / 5 + 8)

GM4 – Life and landscape [74 / 21 + 53 / 6%]

GM4.1Critical Zone Processes across Environmental Gradients (22 / 6 + 16)

GM4.2/GMPV52/HS12.2/SSS2.15Erosion and Terrestrial Carbon Cycling (19 / 4 + 15)

GM4.3Process geomorphology and ecosystems – disturbance regimes and interactions (17 / 5 + 12)

NH10.4/BG2.18/GM4.4/SSS1.12Mitigating against natural hazards: Biological contribution to sustainable soil bioengineering in a changing world (16 / 6 + 10)

GM5 – Landscape dynamics [187 / 59 + 128 / 16%]

GM5.1/TS4.9Tectonic Geomorphology and Landscape Evolution (94 / 30 + 64)

SM1.4/EG12/G6.5/GD2.10/GM5.8/TS4.8 TOPOEUROPE, The Evolving Topography of Europe (49 / 17 + 32)

TS6.8/GD5.8/GM5.9Pamir: a natural laboratory to understand intra-continental subduction (26 / 6 + 20)

GMPV11New methods and concepts in volcanic geomorphology (18 / 6 + 12)

GM6 – Hillslope and soil erosion [163 / 52 + 111 / 14%]

GM6.1The geomorphic significance of mass wasting processes (19 / 6 + 13)

NH3.10/GM6.2Rock mechanics and structural controls on hillslope processes (16 / 6 + 10)

NH3.2/GM6.3Mechanisms and processes of landslides in seismically- or volcanically-active environments (18 / 6 + 12)

GM6.6The changing geomorphic effectiveness of hydrologic events (18 / 6 + 17)

NH3.3Rockfalls, rockslides and rock avalanches (29 / 12 + 17)

HS2.14/NH3.13Landslide hydrology: from hillslope hydrology to landslide understanding (37 / 10 + 27)

SSS1.7Badlands and badlands processes in relation to regolith, soil, biodiversity and human pressure (21 / 6 + 15)

GM7 – Channel processes and sediment transport [194 / 61 + 133 / 17%]

GM7.1/HS12.3Interactions of hydraulics, sediment transport and channel morphology (24 / 5 + 19)

GM7.4River and slope responses to climate change in steep landscapes (16 / 6 + 10)

HS9.4/GM7.5Transfer and storage of sediment and associated substances in river basins: budgets, pathways, transit times, and ecological feedbacks (30 / 10 + 20)

GM7.6/HS12.5Sedimentary source-to-sink fluxes and sediment budgets (16 / 6 + 10)

TS4.2/GD2.7/GM7.7/HS12.15/SSP3.2From Source to Sink: Quantification of mass transfer from mountain ranges to active sedimentary basins (19 / 6 + 13)

HS9.3Sediment transport monitoring and modelling in rivers (17 / 6 + 11)

HS2.20Floodplain processes and inundation modelling (17 / 6 + 11)

HS2.11/NH1.14Hydrological extremes: from droughts to floods (55 / 16 + 39)

GM8 – Coastal and marine geomorphology [135 / 48 + 87 / 11%]

HS10.1/GM8.1Coasts, Estuaries and Deltas (38 / 12 + 26)

GM8.2Beach and Dune: Aeolian Processes and Landforms (15 / 6 + 9)

GM8.3Coastal zone geomorphologic interactions: natural versus human-induced driving factors (24 / 6 + 18)

GM8.4/OS3.6/SSP1.6/TS4.7Seafloor Expression of Tectonic and Geomorphic Processes (15 / 6 + 9)

HS10.2/OS2.3Lakes and inland seas (27 / 12 + 15)

NH5.4Coastal flooding and erosion risk: present and future (16 / 6 + 10)

GM9 – Cold and/or Dry Regions [34 / 12 + 22 / 3%]

GM9.1Cold regions geomorphology (17 / 6 + 11)

GM9.2Glacial landforms and palaeoclimatic interpretation (17 / 6 + 11)

GM10 – Planetary geomorphology [56 / 18 + 38 / 5%]

GM10.1Planetary Geomorphology (18 / 5 + 13)

SSS2.2/EMRP15/GM10.2/PS7.0Modelling the Experiment, Experimenting the Models (voir GM2)

PS2.7Terrestrial and Extraterrestrial Impact Cratering (23 / 7 + 16)

PS10.0/GMPV28 – Volcanism and Tectonics in the Solar System (15 / 6 + 9)

Les chiffres entre crochets indiquent le nombre total de communication, le nombre de présentations orales, de posters, et, le cas échéant, un pourcentage
Figures in brackets indicate the total number of communication, the number of oral presentations, posters, and, where applicable, a percentage.

Tableau 6C – Statistiques du programme scientifique Géomorphologie à l’EGU (2011)
Table 6C – Statistics of the Geomorphology disciplinary session at the EGU (2011)

  

  

Oral

Poster

Total

 %

O/P

EGU 2011

4 333

8 439

12 772

0,513

GM : Geomorphology

389

767

1 156

0,507

GM1 : Geomorphology – General

9

6

15

1

1,50

GM2 : Concepts, techniques and methods…

82

148

230

20

0,55

GM3 : Man and landscape

27

41

68

6

0,65

GM4 : Life and landscape

21

53

74

6

0,39

GM5 : Landscape dynamics

59

128

187

16

0,46

GM6 : Hillslope and soil erosion

52

111

163

14

0,46

GM7 : Channel processes and sediment transport

61

133

194

17

0,45

GM8 : Coastal and marine geomorphology

48

87

135

11

0,55

GM9 : Cold and/or Dry Regions

12

22

34

3

0,54

GM10 : Planetary geomorphology

18

38

56

5

0,47

Annexe 2 – Les sciences du relief d’après la liste des commissions de

l’Union géographique internationale (UGI) / International Geographic Union (IGU) en 2011

L’UGI compte actuellement 37 commissions77, les sciences du relief entretenant avec 14 d’entre elles un rapport plus ou moins direct.

Outre la commission 1. des systèmes côtiers (voir GM8.3 ci-dessus, Annexe 1 et 2.4.1), des thématiques géomorphologiques sont présentes dans la commission :

  1. des milieux arides (méga-dunes, paysages des déserts et formes d’échelle régionale, désertification, géoarchéologie) ;

  2. de biogéographie et de biodiversité (développement intégré des bassins hydrographiques, gestion des zones humides) ;

  3. des milieux froids (glaciers rocheux, permafrost, coins de glace, processus périglaciaires) ;

  4. des paléoenvironnements, en liaison avec l’INQUA78 ;

  5. des défis géomorphologiques pour le 21e siècle (géographie et géomorphologie, en contact avec l’IAG79) ;

  6. des aléas naturels et des risques associés (nombreux thèmes de géographie physique et de géomorphologie dynamique appliquées : crues, inondations, érosion des berges, avalanches, vidange de poches d’eau glaciaire, glissements de terrain, tsunamis, effets de site des séismes, phénomènes éruptifs, lahars…) ;

  7. des îles (vulnérabilité des milieux insulaires) ;

  8. du karst (de la biospéléologie à l’hydrologie et à la glaciologie souterraine) ;

  9. de la dégradation des terres cultivables et de la désertification (facteurs climatiques et anthropiques de l’érosion des sols) ;

  10. des changements de l’utilisation des terres face à la mondialisation (transformations des paysages ruraux) ;

  11. des réponses au Global Change des milieux montagnards ;

  12. de la gestion durable de l’eau (notamment les eaux souterraines), en liaison avec l’année internationale de la planète Terre (IYPE, 2008) ;

  13. des géoparcs, de la géoconservation et du développement local.

Les travaux réalisés au sein de ces 14 commissions de géographie relèvent tant de la recherche fondamentale que de la recherche appliquée.

Haut de page

Notes

1 À l’exception du livre de N. Broc (2010), Histoire de la géographie physique en France.

2 J. Demangeot (in Daudel, 2008) juge quant à lui De Martonne « coupable d’avoir porté atteinte à l’unité de la géographie en distinguant la géographie physique de la géographie humaine ». Voir cependant la deuxième partie de l’essai d’A. Reynaud (1975) : « le mythe de l’unité de la géographie ».

3 « Le péché, quand on écrit l’histoire, c’est d’isoler les événements de leur contexte et de les mettre implicitement en comparaison avec l’actualité, puis de prétendre qu’ainsi les faits ne peuvent que parler d’eux-mêmes » : cette pratique est celle de la whiggish history (Gould, 1987 ; voir aussi Giusti, 2005).

4 La section 23 du CNU s’intitule « Géographie physique, humaine, économique et régionale ».

5 Dans The social construction of reality. Traduction de P. Taminiaux, revue par D. Martucelli (2006).

6 Dans The social construction of what? L’ouvrage a été traduit en 2001 par B. Jurdant.

7 « Une différence fondamentale entre les sciences naturelles traditionnelles et les sciences sociales réside en ce que les classifications dont on se sert dans les sciences naturelles sont des genres indifférents, tandis que celles utilisées dans les sciences sociales relèvent pour la plupart des genres interactifs » (Hacking, 1999, 108).

8 « Les cibles des sciences naturelles sont stationnaires. À cause des effets de boucle, les cibles des sciences sociales sont en mouvement » (Hacking, ibid.).

9 Voir plus loin la troisième partie de cet essai, 3.2.

10 Comme le rappelle le titre de la thèse d’H. Baulig (1928) : « Le Plateau Central de la France… ».

11 Sur la notion de « socle », voir M. Calvet (2007).

12 Voir Baulig, 1928, 225-279 ; sur la classification de Cvijić entre karst complet (holo-), karst incomplet (méro-) et karst de transition, voir Ford et Williams, 2007, 6.

13 « L’affirmation vraie, perspicace, fondamentale, selon laquelle la science, en tant qu’activité humaine essentielle, est une expression de son contexte social, n’implique ni qu’il n’existe aucune réalité externe, ni que la science, en tant que construction sociale, ne puisse mener à une compréhension plus fine des phénomènes naturels » (Gould, 2005, 112).

14 Sur la complexité de l’histoire naturelle, la conception stéréotypée de la science et la fausse hiérarchie des statuts affectés aux différentes disciplines scientifiques, voir S.J. Gould : « L’histoire naturelle a droit à un haut statut » (1991, 312-313).

15 L’EGU [ http://www.egu.eu/ ] tient sa session annuelle au cours du premier semestre de l’année en cours, l’AGU [ http://www.agu.org/ ] au cours du deuxième semestre (Fall Meeting).

16 Voir à ce sujet le percutant essai de L. Ségalat (2009).

17 Une enquête plus complète devrait prendre en compte des établissements comme l’Institut français de recherche pour l’exploitation de la mer (IFREMER), l’Institut de recherche pour le développement (IRD), et l’Institut national de la recherche agronomique (INRA).

18 Une autre dimension de la question serait ici de savoir dans quelle mesure la création de l’Agence nationale de la recherche (ANR), du programme « Investissements d’avenir » (projets de type « Labex », « Idex », « Equipex »), de l’Agence d’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur (AERES), renforcent ou non la fragmentation, mais le recul manque pour une appréciation sereine et motivée.

19 Sur Arthur Newell Strahler (1918-2002), voir Kennedy (2006, 8). Sur Marie Morisawa (1919-1994), voir Sack (2004).

20 http://people.cas.sc.edu/ajames/bing41/Bing_History.html

21 Il existe un vif débat autour de « géologie », « sciences géologiques », « géosciences », débat dont les termes n’ont pas été simplifiés par le récent essor du concept intégrateur d’Earth System Science : voir à titre d’exemple N. Clifford et K . Richards (2005).

22 En août : 33e Oslo, Norvège (2008) ; 34e Brisbane, Australie (2012) ; 35e Le Cap, Afrique du Sud (2016).

23 Source : http://meetings.copernicus.org/egu2011/ (avec 1 103 scientifiques engagés, la France s’est hissée au second rang des participants, des géographes prenant en charge l’organisation de sessions : Simplicity and complexity in evolution of coupled geomorphologic systems…, GM2.5, J. Douvinet ; Advances in geoarchaeology :… GM3.1, M. Ghilardi ; River and slope responses to climate change in steep landscapes, GM7.4, E. Cossart, P. Valla, M. Fort, R. Delunel).

24 Voir le Livre II, « Congrès et commissions. Dynamiques scientifiques et organisation du champ », et le Livre III, « Face au monde. Une organisation en action ».

25 Voir les rapports annuels des commissions pour 2010 : http://www.igu-online.org/site/?page_id=967

26 http://www.igc2012.org/

27 L’IAG/AIG est affiliée à l’International Council for Science (ICSU) par le double canal de l’International Geographical Union (IGU) et de l’International Union for Geological Sciences (IUGS).

28 Association internationale des géomorphologues (AIG) : http://www.geomorph.org/main.html

29 Voir la session GM4.1 Geomorphic response to environmental change, tenue à Vienne le 4 mai 2010 : http://meetingorganizer.copernicus.org/EGU2010/session/3057

30 Trois groupes ayant cessé de fonctionner portaient sur les terroirs viticoles (A. Marre), les événements et risques volcaniques (J.-C. Thouret), et la géomorphologie des lits rocheux (P. Carling).

31 Voir A. Gascon (2009), Regards croisés sur l’Éthiopie.

32 Voir cependant l’imposante Encyclopedia of Geomorphology, coordonnée par A.S. Goudie (2003) sous les auspices de l’IAG : http://www.geomorph.org/sp/arch/item41.html – et plus récemment, la parution de The SAGE Handbook of Geomorphology (Gregory & Goudie, 2011).

33 Sur l’œuvre et le statut scientifique de Grove K. Gilbert, outre W.M. Davis (1927) et H. Baulig (1958), voir W.N. Melhorn et R.C. Flemal (1975) ainsi que C.B. Hunt (1988).

34 « Paradoxalement, alors que les sciences de l’environnement évoluent vers une vision de plus en plus globale, la tendance en matière d’éducation a été de se focaliser de manière sélective sur des domaines particuliers. L’approche réductionniste fissipare contraste ainsi fortement avec l’impératif holistique. Le temps est-il venu, à la lumière des progrès accomplis au cours du siècle écoulé, de nous interroger sur la façon dont nous faisons le voyage, et de nous demander si nous allons dans la bonne direction ? ».

35 Voir, entre autres, Chorley et al. (1964), Davies (1969), Ellenberger (1988), Giusti (2002, chapitre 2).

36 « Les formes du relief sont l’étoffe même d’un paysage, et il est certainement intéressant de savoir comment elles ont été étudiées, et aussi quelles réactions elles ont suscité en terme d’interprétation du paysage ».

37 Cet ouvrage constitue le prolongement des réflexions développées dans : The Changing Nature of Physical Geography (Gregory, 2000). Le manuel de J. Demangeot, Les milieux « naturels » du globe, passé de 250 à 364 pages entre la 1ère (1984) et la 10e édition (2008), est l’ouvrage qui en France se rapproche le plus des écrits de K.J. Gregory.

38 La première édition du Précis de Derruau (1956) comptait 393 pages de texte et 50 pages de planches, la 4e édition (1965) passe à 415 et 61 pages, la 7e édition (1988) 533 pages en tout. Le Géomorphologie de Coque est passé de 430 pages, 53 figures et 14 planches photographiques à 503 pages, 75 figures et 36 planches photographiques entre la 1ère (1977) et la 5e édition (1993). Les Fundamentals de Huggett sont passés de 386 à 516 pages de la 1ère (2003) à la 3e édition (2011).

39 Ou, pour reprendre l’amicale injonction de J.-J. Dufaure au début de nos recherches (in litt.) : « Tenir solidement les deux bouts de la chaîne ».

40 L’exemple de la « Faille des Cévennes » montre ce qu’il en coûte de ne pas croiser approche sur image (Lacassin et al., 1998) et études de terrain (Ambert et al., 1998. Mattauer, 1998. Sébrier et al., 1998, ainsi que Peulvast et al., 1999). Plus d’informations sur « Planet Terre » (ENS Lyon) : http://planet-terre.ens-lyon.fr/planetterre/XML/db/planetterre/metadata/LOM-excursion-cevennes.xml

41 « All the varied forms of the lands are dependent upon – or, as the mathematician would say, are function of – three variable quantities, which may be called structure, process, and time » (Davis, 1899). On rappellera cependant la désormais fameuse opposition entre « école de Grenoble » anti-davisienne (Blache, Blanchard, Bénévent, Veyret) et « école de Paris » davisienne (de Martonne, Cholley, Perret, Chabot, Chardonnet) sur le relief glaciaire de montagne et la lecture du relief des Alpes (Broc, 2001).

42 Les tentatives d’écriture d’une synthèse néo-davisienne critique après 1950 se sont cependant heurtées à une assez large incompréhension, lors même que le concept d’évolution acyclique développé par Klein (1960) est comparable à la notion de steady state définie par Hack (1960).

43 « Quelle définition donner de la géomorphologie ? » : une enquête par questionnaire dans la seule communauté des géomorphologues français d’obédience géographique, pour la plupart membres du Groupe français de géomorphologie (Giusti, 2007), a montré par la diversité des réponses obtenues que la question n’est pas aussi anodine qu’il y paraît de prime abord : au-delà de la définition standard (« description et explication des formes du relief » : voir Reffay, p. 43, in Derruau, 1996), les réponses sont largement fonction de la génération à laquelle appartient le chercheur et varient selon l’école dont il se réclame ou bien à laquelle on peut le rattacher d’après ses publications majeures.

44 La tournure a souvent étonné. Il est permis d’y voir le complément géomorphologique de l’expression topographique « formes du terrain » employée par De la Noë et de Margerie (1888), et l’ancêtre de la « terrestrial relief sphere » de Büdel (1982) ou de la toposphère de Huggett et Cheesman (2002).

45 Le Vocabulaire franco-anglo-allemand de géomorphologie, très rédigé, est d’un genre intermédiaire entre le dictionnaire et le manuel, dont il se rapproche en tant qu’ouvrage exprimant la pensée d’un unique auteur.

46 B. Bomer, R. Coque, M. Derruau, P. Fénelon, A. Godard, J. Tricart, F. Verger, G. Viers.

47 George a dans les années 1930-1940 livré de substantielles et pertinentes contributions relatives aux problèmes des surfaces d’aplanissement du Bas-Languedoc (Giusti, 2002).

48 Voir le témoignage de Brunet (in : Allemand, 2007, p. 53-69), ainsi que Bataillon (2009, passim).

49 Ce qui est une idée sinon fausse, du moins très discutable, comme le montrent notamment les exemples de la géomorphologie britannique, américaine ou allemande (Walker et Grabau, 1993).

50 Pour quiconque en douterait, voir cet extrait du début de la troisième partie du Traité : « L’étude du relief du sol est la partie la plus importante de la géographie physique. On pourrait même la considérer comme la base de toute géographie. En dehors des facteurs cosmiques, qui déterminent les traits les plus généraux du climat avec leurs conséquences, ce sont les inégalités de la surface terrestre qui sont la source de tous les contrastes, du climat aussi bien que de la végétation, de la répartition des hommes et de l’activité économique » (de Martonne, 1940, p. 499). Rappelons que, à la différence des Leçons de géographie physique, en fait une pure géomorphologie (de Lapparent, 1896), le « manuel d’Emmanuel » (de Martonne, 1909) traitait de climatologie, d’hydrologie, de géomorphologie, et de biogéographie, dans la grande tradition géographique allemande du 19e siècle.

51 Voir depuis les travaux du géographe P. Martin (2004, 2008) sur le karst des Grands Causses.

52 Les trois premiers ordres de grandeur sont les objets d’échelle globale, continentale ou régionale, de quelques centaines à la dizaine de milliers de kilomètres, les objets de cinquième et de sixième ordre ayant quelques kilomètres à quelques centaines de mètres de longueur ou de diamètre(Tricart, 1965. Bertrand, 1968). Voir aussi Glangeaud (1955 ; 1962).

53 Avec Tricart, Viers, Bertrand, rappelons que le 3e ordre est le domaine (l’Europe hercynienne), le 4e ordre la région (le Massif Central), le 5e ordre l’unité structurale (par ex., le causse de Guilhaumard). Voir plus récemment Delcaillau (2004, tableau 1).

54 À titre indicatif, voir les contributions individuelles ou collectives de Beaudet, Bertrand, Birot, Blanc-Pamard, Coque, Durand-Dastès, Dufaure, Dollfus, Drain, Dresch, Godard, Joly, Lacoste, Rougerie et Tricart dans trois numéros de la revue « Hérodote » : La géographie et sa physique (1978, No.12), Terres à hauts risques (1982, No.24) et Écologies/Géographie (1982, No. 26).

55 Pour chacun des cinq articles analysés, un tiret sépare le résumé de nos commentaires.

56 La notion de catastrophe soi-disant « naturelle » montre à quel point les groupes humains refusent d’assumer leur part de responsabilité, car c’est toujours l’aléa qui est pointé du doigt et non le processus de mise en danger : à notre sens, la question est moins de savoir pourquoi les rivières débordent que de comprendre pourquoi les populations construisent en zone inondable. Mais sans doute est-il plus rapide et moins douloureux de faire le procès de « Dame Nature » que de remettre en cause tout un système socio-économique, des habitudes acquises depuis des lustres, jusqu’à la notion même de « progrès ».

57 http://en.wikipedia.org/wiki/Relief

58 http://en.wikipedia.org/wiki/Relief_%28disambiguation%29

59 http://en.wikipedia.org/wiki/Terrain

60 Un exemple plutôt réussi de consilience est donné par Unifying Geography. Common Heritage, Shared Future, un livre dont les chapitres ont été écrits par un géographe physicien et un géographe humain (Matthews et Herbert, 2004)

61 Cet ouvrage par ailleurs remarquable est abusif dans son intitulé, car les rubriques ne traitent que de la géodynamique interne. Parmi les lacunes notables, on signalera : les réponses érosives aux forçages tectoniques, à court et à long terme ; les méthodes de quantification des soulèvements et/ou de l’érosion ; le développement topographique des orogènes et les états stationnaires… (Peulvast, in litt.).

62 La postérité de cette tradition court à travers tout le vingtième siècle, jusqu’aux Éléments de Géologie (Bellair et Pomerol, 1965) et au Précis de Géologie (Aubouin et al., 1968), ouvrages essentiels dont les ultimes rééditions datent des années 1980. Nous ne tenons pas compte, dans cette remarque, de la nouvelle version – entièrement refondue – des Éléments de Géologie de Ch. Pomerol et M. Renard, puis Y. Lagabrielle (1989, 2005), car la géodynamique externe est désormais traitée à part : voir M. Campy et J.-J. Macaire, Géologie des formations superficielles (1989), puis Géologie de la surface (2003).

63 Sur la vie et l’œuvre d’Albert de Lapparent, voir l’excellente mise au point de C. Montenat (2008).

64 L’ouvrage a été analysé par J.-J. Dufaure (2005) : http://geomorphologie.revues.org/index264.html

65 En langue anglaise, voir Burbank et Anderson (2001), ainsi que Bull (2007, 2009).

66 Il s’agit principalement de RELIEFS de la Terre, MARGES, DyETI (relations érosion/tectonique), PNP (géomorphologie planétaire).

67 Citons notamment : Géodynamique et paléogéographie de l’aire méditerranéenne au Mio-Pliocène : l’interférence eustatique/tectonique. Hommage à Georges Clauzon (mai 2008). Paléoenvironnements et paléoclimats européens du Pléistocène inférieur et moyen (décembre 2009, avec l’AFEQ). Périglaciaire, chronostratigraphie, préhistoire. Hommage à Jean-Pierre Lautridou (décembre 2011, avec l’AFEQ).

68 Sur Walther, fils d’Albrecht Penck, voir Chorley et al., 1973, ainsi que Beckinsale et al., 1991.

69 À cet égard, la thèse du géologue Cailleux (1948), soutenue en 1942, constitue une exception notable.

70 Celles de Dufrénoy et Élie de Beaumont sur les vallées-fractures, de Ramsay sur les plateformes d’abrasion marine, et de Davis sur les plaines de dénudation subaérienne (Chorley et al., 1964 ; 1973).

71 Carbone 14 par AMS (spectrométrie de masse par accélérateur), optically stimulated luminescence (OSL, luminescence stimulée optiquement), traces de fission sur apatites, nucléides cosmogéniques.

72 « L’activité de la surface terrestre se partage en périodes très courtes de grande efficacité, séparées par des intervalles de repos » (de Lapparent, 1885, 15).

73 CR10.10, Climate change impacts on glaciers, permafrost and related hazards (voir par exemple le poster EGU2011-4203) ; la même remarque vaut pour la session CR1.60, State of the cryosphere: observations and modelling (exemple : le poster EGU2011-8679).

74 HS4.1/NH1.11: Flash floods: observations, modelling, forecasting and risk management (voir par exemple le poster EGU2011-5).

75 La session technique GM11 Reviewing paper manuscripts and research proposals in Geomorphology n’a pas été prise en compte.

76 La session mixte SSS2.2/EMRP15/GM10.2/PS7.0 Modelling the Experiment, Experimenting the Models apparaît en GM2 et GM10 ; pour la figure 5C, les publications ont été comptées en GM2.

77 Voir les rapports annuels des commissions pour 2010 : http://www.igu-online.org/site/?page_id=967

78 INQUA, International Union for Quaternary Research : http://www.inqua.org/

79 IAG, International Association of Geomorphologists : http://www.geomorph.org/main.html

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 – Part des explications historiques requises pour expliquer des phénomènes d’âge et de magnitude croissantsFigure 1 – The component of historical explanations required to explain events of increasing magnitude and age
Crédits In Schumm, 1991, fig. 3.10, p. 53)
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/24935/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 480k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christian Giusti, « Sciences du relief ou géomorphologie ? », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Epistémologie, Histoire de la Géographie, Didactique, document 584, mis en ligne le 29 janvier 2012, consulté le 02 septembre 2014. URL : http://cybergeo.revues.org/24935 ; DOI : 10.4000/cybergeo.24935

Haut de page

Auteur

Christian Giusti

Maître de conférences
Laboratoire de Géographie physique « Pierre-Birot » – UMR 8591 CNRS Meudon
Christian.Giusti@paris-sorbonne.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page