Navigation – Plan du site
2012
582

Variations des représentations et perceptions d’espaces publics sonores ordinaires selon les formes urbaines

Variations of the representations and perceptions of ordinary sonic public spaces depending on urban forms
Solène Marry et Laëtitia Arantes

Résumés

Cet article examine l’impact des formes urbaines sur les percepts sonores dans trois espaces publics grenoblois : la place des Tilleuls dans le centre ancien, la place Mistral-Eaux-Claires dans le quartier des Eaux-Claires, et la place Centrale sur le domaine universitaire. Les notions d’ambiance et d’espace public, toutes deux à l’interface de plusieurs disciplines, ont ceci en commun qu’elles renvoient à un phénomène d’expérimentation et donc de perception du lieu. Parmi les déterminants de ce lieu, la forme urbaine constitue aujourd’hui un élément d’appréciation très présent dans la pensée collective. Basée sur des données tant quantitatives que qualitatives, cette étude se propose d’évaluer les interactions entre représentations urbaines et perceptions sonores.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Notre recherche interroge, sur la base d’enquêtes réalisées in situ sur trois places grenobloises, les perceptions et les représentations d’espaces publics sonores ordinaires à travers les formes urbaines. Les résultats d’enquête présentés sont issus du doctorat de Solène Marry, réalisé dans le cadre d’une thèse Cifre entre le laboratoire Pacte Territoire et le Centre Scientifique et Technique du Bâtiment (CSTB). À ce titre, elle s’intègre dans un programme de recherche plus large développé au CSTB relatif à la qualité des ambiances et des usages.

2La notion d’espace perçu a beaucoup été utilisée en géographie de la perception. Il se distingue à la fois de l’espace connu (ou cognitif : représentation de l’espace en fonction d’un apprentissage, d’une connaissance personnelle, d’une pratique des lieux), de l’espace représenté, de l’espace vécu et de l’espace réel. Nous avons fait le choix de nous appuyer sur la théorie de l’image de G. Durand selon laquelle la représentation est image et la perception n’existe pas sans image. Dans ce domaine, les recherches permettent d’évaluer la manière dont la perception de l’environnement chez l’individu influence et explique pour une part ses comportements. Issue de la psychologie du comportement, cette approche permet de mesurer les degrés de satisfaction ou d’attirance d’un individu pour une entité spatiale. La perception en tant qu’action dans l’espace, est infléchie par les représentations (idéelles) et pas seulement par les perceptions sensorielles (Figure 1)

3Plus précisément, cet article s’intéresse à la perception des ambiances sonores au sein de l’espace public. Concept et notion polysémique, l’espace public est appréhendé ici non seulement à travers la spatialité de ses formes urbaines mais aussi à travers les pratiques et usages qui l’animent. Particulièrement porteur de « sens » – au sens de la sensorialité – l’espace public se caractérise par une ambiance, ou plutôt des ambiances (sonore, olfactive…). Évoluant avec les pratiques de l’espace public, ces ambiances, socialisantes (ou a-socialisantes), sont le propre de l’urbanité : elles sont créatrices d’identité dans l’espace public et permettent de caractériser certains espaces et de se les approprier. Les ambiances urbaines sont perçues par l’ensemble des sens ; aussi est-il nécessaire de s’intéresser aux relations entre les sens. En particulier, tout espace public est intrinsèquement qualifié par un espace sonore, les ambiances sonores étant révélatrices de pratiques individuelles et collectives. C’est pourquoi l’ambiance sonore doit être envisagée dans son rapport sensible, synesthésique et cénesthésique au lieu, c’est-à-dire non seulement en fonction de l’association de l’ensemble des impressions sensorielles, mais aussi de l’interaction entre deux ou plusieurs sens. Ceci conforte l’hypothèse de notre recherche, qui postule la multiplicité des paramètres influant sur la perception sonore.

Figure 1 : Schéma de la perception lors de la relation à l’espace public

Figure 1 : Schéma de la perception lors de la relation à l’espace public

4Dans la lignée des travaux du CRESSON (Centre de recherche sur l’espace sonore et l’environnement urbain), un des rares laboratoires de recherche à s’être emparé de la question des ambiances sonores ordinaires, le présent article s’intéresse à l’évaluation de l’environnement sonore d’un espace public, plus précisément de trois places publiques de Grenoble insérées dans des tissus urbains aux formes et aux morphologies très variées : la place des Tilleuls en centre ancien dense et continu, la place Mistral-Eaux-Claires dans le quartier dense mais peu continu des Eaux Claires, et la place Centrale située sur le campus universitaire peu dense et discontinu. Ces trois analyses cherchent à mettre en relation l’évaluation d’un espace d’un point de vue sonore et du point de vue des autres sens. Il s’agit, à travers l’enquête menée, d’établir une possible relation entre perception sonore et représentation des formes urbaines. Cet article détaille le contexte de la recherche, puis la méthodologie d’enquête et les premiers résultats.

Perception sonore in situ : quel rapport à l’espace public et aux formes urbaines ?

  • 1 La notion de précurrence a été conceptualisée par le physiologiste C. Sherrington au début du XXème(...)

5La perception sonore est caractérisée par la précurrence1, c’est-à-dire la perception à distance (puisque le sens auditif introduit cette notion d’éloignement). Mais la sensorialité, attachée à la perception sonore, ne doit pas occulter l’impact de la symbolisation et de la représentation sur l’organisation perceptive. En ce sens, la perception peut être caractérisée comme « un savoir à la fois connaissant et sensible » (Buytendijk, 1958).

6Les caractéristiques acoustiques (niveau sonore, nombre d’évènements…) sont un des facteurs déterminants dans la perception sonore. Certains indicateurs acoustiques tentent de représenter le ressenti du bruit, comme par exemple le niveau de bruit Lden qui pondère de façon négative (dans la définition du Lden,la notion de prise en compte de la gêne est exprimée) les périodes du soir et de la nuit où le bruit serait perçu de manière plus gênante. La perception acoustique dépend en partie mais pas uniquement du niveau sonore. Par contre il n’y a aujourd’hui pas de consensus sur quel indicateur considérer pour représenter la perception. La tentation première de focaliser la perception sonore sur des caractéristiques acoustiques est légitime, mais la mesure physique d’un son ne suffit pas à expliquer les perceptions qui en découlent. Quels agents en présence, qu’ils soient externes ou internes au sujet percevant, agissent donc, parallèlement aux données acoustiques, sur les mécanismes de perception sonore ?

Ambiance : une expérimentation sensible de l’espace

7Qu’est-ce qu’une ambiance ? Employé pour la première fois en 1885 par le marquis Villiers de l’Ile d’Adam (Augoyard, 2006), le terme d’ambiance vient du latin ambire, qui signifie aller autour, entourer. Cette notion d’environnement est dès l’origine associée à un environnement physique mais aussi culturel. Pour les géographes comme R. Brunet ou R. Ferras, cette forme, dite « molle », de l’environnement, est synonyme d’atmosphère ou encore de climat, connotations que l’on retrouve dans les trois traductions anglophones du terme ambiance : atmosphere (climat, atmosphère), surroundings (environnement, alentours, cadre) et moods (humeur, climat musical).

8L’ambiance caractérise un lieu à travers des lumières, des sons, des matières, des circulations, des volumes, des présences… Bien que d’un point de vue scientifique, le terme d’ambiance soit empreint de neutralité et ne connote aucun présupposé positif ou négatif, dans son acception courante, la question des ambiances est une manière d’aborder l’environnement urbain par les situations quotidiennes, l’In Situ, impliquant éléments physiques, pratiques, perceptions et représentations. J-F Augoyard insiste sur l’interaction entre, d’une part, signaux physiques et morphologie spatiale et, d’autre part, sensations et représentations, au carrefour desquels se structure l’ambiance.

Prise en compte de la forme urbaine dans la perception d’un espace

Forme urbaine : espaces, géométries, volumétries

  • 2 La diversité s’entend dans le sens de mixité fonctionnelle : elle rend compte de la répartition spa (...)
  • 3 Pour R. Cervero et K. Kockerman, le design correspond à l’aménagement et l’organisation de l’espace (...)

9Parmi les approches spatiales du lieu, nous nous intéressons ici à la forme urbaine. En urbanisme et en architecture, la forme urbaine peut être saisie de différentes définitions. Au-delà de celles issues de l’approche typomorphologique sur les tissus (Moudon, 1997) et les tracés (Lavedan, 1936), A. Lévy propose une vision plurielle de la forme urbaine. Il lui reconnaît notamment cinq registres - « forme du paysage urbain », « forme sociale », « forme bioclimatique », « forme des tissus urbains », et « forme des tracés urbains » - qui témoignent de la complexité et de la diversité de la notion (Lévy, 2005). Dans la même logique, R. Cervero et K. Kockelman définissent la forme urbaine à partir du triptyque densité, diversité2 et design3 - « density, diversity and design » (Cervero & Kockelman, 1997). Par ailleurs, avec l’avènement de la ville durable, ressurgit une notion connexe à la forme urbaine : celle de compacité. Ni tout à fait forme urbaine, ni simple densité, la compacité renvoie à trois aspects de la morphologie urbaine, comme le rappelle E. Charmes (Charmes, 2010) : la densité, la mixité fonctionnelle et la concentration des activités.

10Densité, centralité, mixité, diversité… tels sont les paramètres formels, situationnels ou organisationnels qui contribuent à la description de la forme urbaine. Nous souhaiterions toutefois adjoindre à la forme urbaine une dernière composante qu’est la typologie d’habitat. L’observatoire de la Ville s’est en effet basé sur les « formes d’habitat » (TNS-Sofres, 2007) afin de prendre en compte les représentations associées à la densité. D’autres études (Moulinie, Naudin-Adam, 2005) (Ruzicka-Rossier, 2007) prennent également en compte la typologie d’habitat pour appréhender les formes urbaines. Entre maison individuelle isolée et tour de grand ensemble, il existe d’autres types de bâti. Nous en distinguerons ici sept (proposés à l’origine par l’institut TNS-Sofres pour son étude sur les Français et leur habitat – TNS-Sofres, 2007) dont les principales caractéristiques sont résumées dans le Tableau 1.

Tableau 1 : Caractéristiques architecturales, paysagères et formelles des sept typologies d’habitat

Typologie

Architecture, paysage

Implantation

Densité

Commentaires

Maison individuelle isolée

Architecture « unique »
Seule sur sa parcelle
Jardin privatif

Milieux périurbains

Faible densité Consommation d’espace

Pas ou peu de lien avec le tissu urbain
Mitage urbain

Maison dans un ensemble pavillonnaire

Architecture identique, monotone
Isolée sur parcelle
Jardin privatif

Milieux périurbains

Faible densité Consommation d’espace

Voiries en raquette
Quartiers refermés sur eux-mêmes

Petit habitat individuel

Maisons individuelles accolées, « en bande »

Centre-ville

Densité moyenne
Petites parcelles

Voies urbaines traditionnelles
Bonne intégration urbaine

Petit/moyen habitat collectif

Immeubles de hauteur moyenne (3 à 5 niveaux)
Alignés sur espaces verts collectifs
Respect du gabarit urbain

Centre-ville

Densité moyenne

Mixité fonctionnelle

Habitat Haussmannien

Immeubles collectifs hauts (6 niv.)
Côté rue : façades alignées et uniformes
Cours intérieures

Centre-ville

Densité de bâti la plus élevée
Tissu resserré

Immeubles en pierre de taille

Grands immeubles

Immeubles hauts (9 à 10 niv.)
Alignement sur rue

Centre-ville

Densité élevée
(≃ Haussmannien)

Architectures variées

Grands ensembles

Barres et tours implantées au milieu de vastes parcelles ouvertes et paysagères

Milieux périurbains

Densité parmi les plus faibles

Plusieurs centaines à milliers de logements par immeuble

La densité : dualité d’approche

11Parmi les spécificités de la forme urbaine, la densité est présentée comme l’élément d’appréciation le plus représentatif. Or, encore aujourd’hui, malgré plusieurs tentatives de définition, la notion est très controversée. La psychologie environnementale distingue deux manières de définir la densité : une première, objective, permise par des mesures techniques, et une seconde, plus subjective, relative aux perceptions et représentations que les individus se font d’un espace.

12Étymologiquement, le terme de densité est issu du latin densus, qui signifie épais. R. Brunet, dans son dictionnaire critique, définit la densité comme « le rapport d’un nombre d’objets à une surface définie : habitants par kilomètre carré, […]. » (Brunet, 2001). En urbanisme, la notion de densité est souvent synonyme de « compacité », de « concentration », d’« épaisseur » ou encore de « force ». Chaque spécialiste a sa définition de la densité, selon des échelles (interne, micro, macro), des surfaces (nette, brute) et des critères (contenant, contenu). De fait, divers indicateurs permettent une appréhension globale du concept de densité : concentration de population, intensité de l’activité, densité du bâti, proportion d’espaces verts, etc. C’est cette variété des approches qui en fait toute la richesse et qui rend cette notion propice à la réflexion.

13Cependant, la manière dont est vécue la densité ne peut se résumer à la réalité objective d’un nombre de personnes ou de logements par unité de surface. Elle dépend également de facteurs propres à l’individu, à la situation et à l’architecture du lieu. C’est la dimension subjective de la densité, dimension qui rompt souvent avec la réalité : c’est ainsi que dans la pensée collective les tours sont perçues comme denses alors qu’elles comptent en fait parmi les typologies de bâti les moins denses. Dans le registre figuré, si la « densité » d’une œuvre ou d’un sentiment, renvoie à l’idée d’intensité, de richesse expressive, à une valeur positive, dans le langage courant et la pensée collective, cette valeur positive s’efface devant les notions de « surpopulation », « surpeuplement », « concentration »…

Impact de la réputation du quartier sur la perception sonore

14Deux processus interviennent dans la perception de l’espace : une sélection de l’information et une déformation. La réputation d’un quartier a des incidences sur la perception que l’on a de ce quartier lorsque l’on s’y rend soi-même. On pourrait dire que l’on perçoit comme l’on croit. Tout comme les représentations sont issues de référents culturels, la perception d’un environnement est liée aux normes et valeurs sociales qui lui sont attachées. L’espace peut être défini comme le langage d’un répertoire culturel, propre à un groupe donné, qu’il est indispensable de connaître pour en comprendre les perceptions. Cette prise en compte est nécessaire dans la conception de notre habiter architectural, urbain et paysager. Une hypothèse de départ concerne l’influence des a priori, des préjugés concernant un quartier sur les perceptions lors de sa découverte in situ. Ces présupposés sont en effet inconsciemment, voire consciemment, déterminants dans l’analyse du lieu par les personnes interrogées. Dans de précédentes enquêtes in situ, certaines personnes interrogées ont clairement explicité ce sentiment de non-objectivité : [Concernant le quartier du Village Olympique] « L’oppression est en partie liée aux préjugés que j’ai par rapport à la réputation du quartier » (Personne 4) (Marry, 2008). Dans leur état de l’art des recherches sur l’environnement sonore, A. Moch et A. Leobon ont d’ailleurs montré que les enquêtes sur le terrain font apparaître que la gêne sonore exprimée est fonction de certains facteurs dont le degré d’appréciation du quartier (Moch, Leobon, 1993). Ainsi, les formes conçues amènent-elles d’autres manières de voir le lieu et de le pratiquer.

Protocole méthodologique mis en place

15La présente étude propose des observations in situ de trois places publiques par trois groupes d’individus. S. Duchesne et F. Haegel insistent sur l’importance de la qualité du recrutement, qui constitue un élément primordial pour la fiabilité de l’enquête (Duchesne, Haegel, 2004). Dans notre protocole méthodologique, il a été choisi de constituer trois groupes de dix enquêtés (la plupart des spécialistes s’accordant à dire que les groupes doivent comporter entre cinq et dix personnes), le premier étant constitué de personnes résidant en habitat individuel, le second en habitat collectif ancien et le dernier en habitat collectif récent. Le type d’habitat est ainsi une variable contrôlée et éprouvée dans le protocole.

Une méthodologie adaptée à la complexité de l’étude

16Le protocole méthodologique mis en place s’appuie sur des méthodes connues (entretiens collectifs, entretiens approfondis…) tout en créant une méthodologie adaptée à la complexité de l’objet d’étude. Ainsi, des entretiens collectifs in situ sont élaborés sur la base de questionnaires individuels, de la prise de photographies et d’entretiens non directifs de groupe. Chaque groupe explore les trois terrains sur une demi-journée à deux reprises (à deux saisons différentes). En parallèle de ces premières enquêtes in situ, des mesures acoustiques « physiques » sont effectuées aux mêmes saisons que les entretiens collectifs et le même jour de la semaine, afin d’appréhender des temporalités urbaines similaires. B. Szeremeta, P. Henrique et T. Zannin soulignent, dans leur étude de 2009, la complémentarité de mesures acoustiques physiques avec des paramètres évaluatifs comme des entretiens (Szeremeta, Henrique, Zannin, 2009). D’autres études pointent l’importance de coupler une analyse qualitative et des mesures acoustiques (Zannin, Calixto, Diniz, Ferreira, 2003). Le niveau de bruit seconde par seconde se note LAeq,1s pour niveau équivalent en dB(A) sur une seconde ; il s’agit du niveau de bruit moyen sur une seconde pondéré par le filtre A qui est le filtre reflétant la sensibilité de l’oreille humaine. Ces mesures correspondent donc à une réalité physique qu’il est intéressant de comparer avec des considérations plus subjectives de perception et ce afin de mieux comprendre les mécanismes de perception de l’espace sonore (les résultats obtenus ne sont pas présentés dans cet article). Enfin, un entretien individuel in vitro et approfondi a lieu avec chacun des participants. S. Duchesne et F. Haegel insistent sur le peu d’études utilisant les deux méthodes (entretiens collectifs et individuels) auprès des mêmes personnes, ce qui permet pourtant de comparer les propos tenus en groupe et ceux livrés en face à face. Lors de l’entretien semi-directif réalisé avec chacun des participants, nous leur avons fait réaliser des cartes mentales sonores, méthode issue de celle des cartes mentales et adaptée au domaine du sonore notamment par P. Amphoux (Amphoux, 2003) dans la lignée des sound maps urbaines de R. M. Schafer (Schafer, 1977) et M. Southworth (Southworth, 1969). L’analyse de contenu des cartes mentales sonores a été effectuée avec l’aide du logiciel NVivo, outil d’aide à l’analyse de données textuelles mais aussi iconographiques. À partir de l’analyse qualitative sous forme de codage thématique manuel nous avons pu effectuer, sous NVivo, des requêtes d’encodage matriciel afin d’obtenir l’occurrence des codes pour chaque type de cartes mentales sonores.

Les terrains d’investigation

17Les paramètres ayant présidé au choix des trois places sont multiples et tiennent à leur morphologie spatiale (taille, forme, …), leur degré de centralité urbaine (localisation géographique, attractivité, historicité urbaine, animation, réputation du quartier, …), leur environnement urbain (morphologie du quartier, conception urbaine, densité du tissu, typologie d’habitat, …), et enfin aux caractéristiques du lieu (végétation, eau, …).

Figure 2 : Localisation des trois terrains d’étude dans l’agglomération grenobloise

Figure 2 : Localisation des trois terrains d’étude dans l’agglomération grenobloise

Source : image Google Earth

18Ces trois terrains (situés sur la Figure 2 dans l’agglomération grenobloise), représentatifs de trois formes urbaines dissemblables, sont décrits ci-dessous et présentés à travers une carte des pleins et des vides urbains ainsi qu’une visualisation spatiale et sonore. Ce type de visualisation permet d’appréhender en partie, non seulement la morphologie urbaine, mais aussi l’ambiance sonore telle que l’ont expérimentée les enquêtés (les enregistrements sonores ont été réalisés aux mêmes temporalités saisonnales, hebdomadaires et journalières que les entretiens collectifs in situ). A. Lévy affirme en ce sens qu’ « il est nécessaire d’élargir le corpus d’étude souvent limité à la représentation cartographique, au plan de ville […], à d’autres modes de représentation (3D, coupe, photo, vidéo, NTIC…) pour enrichir les matériaux d’étude et pouvoir saisir d’autres dimensions de forme et de sens sur les divers registres. » (Lévy, 2005). Par cette schématisation de formes urbaines, les visualisations rendent compte volontairement des seuls paramètres que l’étude cherche à mettre en relation : ambiances sonores et volumétries (formes, ouverture des espaces).

La place des Tilleuls située en centre ancien dense et continu (Animation 1)

  • 4 Le « gris » des façades donne à la ville un chromatisme particulier.

19Le centre ancien de Grenoble se caractérise par un habitat continu, compact et homogène tant dans sa forme que dans ses couleurs4, par un réseau de voiries étroit, sinueux, piéton dans certaines zones. Les immeubles y sont de taille moyenne (R+3 à R+5). Au niveau de la carte présentée (Figure 3), on note que les pleins (en noir) l’emportent sur les vides (en blanc), ce qui témoigne d’une forte emprise au sol du bâti. La densité y est estimée à 200/250 logements/hectare (Belli-Riz, 2007). Parmi les places remarquables du quartier, la place des Tilleuls est une petite place carrée (15 x 15 m), quelque peu refermée sur elle-même. Elle est marquée par la présence d’une forte végétation, qui contribue à préserver son intimité.

Figure 3 : Carte des pleins et des vides, quartier de la place des Tilleuls

Figure 3 : Carte des pleins et des vides, quartier de la place des Tilleuls

Image réalisée avec le logiciel Archicad

20

Animation 1 : Visualisation en trois dimensions de l’environnement urbain de la place des Tilleuls
Your browser does not support iframesYour browser does not support iframes

Se référer à l’« Animation 3D Tilleuls »

Crédits : Animation réalisée avec le logiciel Sketchup

La place Mistral-Eaux-Claires située dans les quartiers denses mais peu continus Eaux Claires et Mistral (Animation 2) 

21Situés au Sud des « grands boulevards »5, les quartiers Mistral et Eaux-Claires ont été construits dans la période de l’entre-deux-guerres. Le quartier des Eaux-Claires, situé à l’est de la place, se compose principalement de petites rues bordées de maisons individuelles isolées et en bande. Le quartier Mistral, quant à lui, est marqué par un fort enclavement lié à des limites très marquées. Lieu d’élection des premières « cités » de logements sociaux, le quartier Mistral n’a connu de transformations qu’avec le départ récent de la plupart des industries. Actuellement, les quartiers Mistral et Eaux-Claires font l’objet d’une requalification. Sont prévues des démolitions-reconstructions d’immeubles vétustes, la création ou la réhabilitation d’équipements publics, la création d’espaces d’activités économiques, ou encore l’embellissement de l’ensemble des espaces publics. Parmi eux, la place Mistral-Eaux-Claires se veut un « pôle de centralité »6 : elle a pour ambition de recréer un lien urbain et paysager entre les îlots de barres à l’ouest et les quartiers davantage pavillonnaires à l’est. Située en bordure de parcelle, elle est de taille moyenne (15 x 70 m). La place est essentiellement marquée par des textures très minérales et elle est agrémentée d’éléments végétaux ponctuels. La carte des pleins et des vides (Figure 4) illustre bien la dualité de la zone de la place Mistral-Eaux-Claires qui en fait un lieu de potentielle transition entre deux quartiers.

Figure 4 : Carte des pleins et des vides, quartier de la place Mistral-Eaux-Claires

Figure 4 : Carte des pleins et des vides, quartier de la place Mistral-Eaux-Claires

Image réalisée avec le logiciel Archicad

22

Animation 2 : Visualisation en trois dimensions de l’environnement urbain de la place Mistral-Eaux-Claires
Your browser does not support iframes

Se référer à l’« Animation 3D Mistral-Eaux-Claires »

Crédits : Animation réalisée avec le logiciel Sketchup

La place Centrale située sur le campus universitaire peu dense et discontinu (Animation 3)

23Le domaine universitaire grenoblois se situe sur les communes de Gières et Saint Martin d’Hères, en bordure de Grenoble. Il est créé en 1959, dans une boucle de l’Isère, sur l’un des espaces encore libres à l’époque. Comme l’illustre la Figure 5, il se caractérise par de vastes parcelles au milieu desquelles sont implantés résidences étudiantes, écoles, facultés, et autres équipements universitaires. La place Centrale se situe face à la Bibliothèque Universitaire, en bordure de parcelle. Bien plus grande que les deux autres (150 x 150 m), elle fait cohabiter espaces végétalisés (notamment par la présence de talus) et espaces minéraux, ce qui lui donne une esthétique et un paysage particuliers.

Figure 5 : Carte des pleins et des vides, quartier de la place Centrale

Figure 5 : Carte des pleins et des vides, quartier de la place Centrale

Image réalisée avec le logiciel Archicad

24

Animation 3 : Visualisation en trois dimensions de l’environnement urbain de la place Centrale
Your browser does not support iframes

Se référer à l’« Animation 3D Centrale »

Crédits : Animation réalisée avec le logiciel Sketchup

Analyse de quelques résultats

Perception de l’ambiance sonore d’un espace public selon la morphologie spatiale

25L’impact des formes urbaines sur la propagation des sons et les effets sonores est avéré, mais peu de recherches se sont penchées sur l’incidence de ces formes urbaines sur la perception sonore. Nous postulons l’impact de la volumétrie des espaces publics sur le jugement de l’ambiance sonore. Nous allons donc analyser ici la relation entre évaluation sonore et évaluation spatiale au sein des espaces publics étudiés. Les animations 4, 5 et 6 permettent de visualiser les volumétries et l’ouverture des places publiques étudiées ; ces visualisations sont couplées à des extraits d’enregistrements sonores afin de traduire l’ambiance sonore des lieux (enregistrements effectués aux mêmes périodes de l’année que les investigations par les enquêtés).

26

Animation 4 : Visualisation tridimensionnelle et extrait de l’ambiance sonore, place des Tilleuls
Your browser does not support iframes

Se référer à l’« Animation 3D sonore Tilleuls »

Crédits : Animation réalisée avec le logiciel Sketchup

27

Animation 5 : Visualisation tridimensionnelle et extrait de l’ambiance sonore, place Mistral-Eaux-Claires
Your browser does not support iframes

Se référer à l’« Animation 3D sonore Mistral »

Crédits : Animation réalisée avec le logiciel Sketchup

28

Animation 6 : Visualisation tridimensionnelle et extrait de l’ambiance sonore, place Centrale
Your browser does not support iframes

Se référer à l’« Animation 3D sonore Centrale »

Crédits : Animation réalisée avec le logiciel Sketchup

29Lorsque l’on croise les variables du jugement de l’ambiance sonore et de l’espace visuel (Figure 6) on s’aperçoit que la relation est très significative. Lorsque l’espace visuel est jugé ouvert (volumétrie de l’espace public), parallèlement, l’ambiance sonore est généralement perçue de manière positive.

Figure 6 : Corrélation entre jugement de l’ambiance sonore et morphologie spatiale

Figure 6 : Corrélation entre jugement de l’ambiance sonore et morphologie spatiale

Légende : p = <0,1 % ; chi2 = 22,32 ; ddl = 4 (TS). La relation est très significative

30Lors des entretiens collectifs réalisés in situ, le lien entre perception sonore et bâti, voire forme urbaine, est analysé par les personnes participant au débat. À titre d’exemple, lors de l’entretien collectif du groupe A, réalisé en Décembre place des Tilleuls, la propagation sonore est attribuée à l’organisation entre les pleins et les vides urbains à proximité de la place :

« Et le bruit c’est vrai que ça fait un bruit de fond, c’est agréable parce que à la fois c’est très vivant et à la fois c’est pas agressif, comme sur la place Mistral-Eaux-Claires où le bruit est direct alors que là il est un peu tamisé par les accès et les immeubles. Il est pas désagréable. » [Enquêté 9AMV].

31Les verbatim tirés des questionnaires et des entretiens collectifs sont révélateurs de ce point de vue. À ce titre, l’enquêté 29CRV, à la question sur l’impression générale de la place, fait référence au calme et à l’ouverture de l’espace :

« Une impression agréable et calme, le regard porte loin, il y a de l’espace, on respire, on peut marcher d’un pas vif sur une longue distance sans rencontrer d’obstacle. » [Enquêté 29CRV].

32De même, l’enquêté 21CRM répond à la question sur son ressenti de la place Centrale en ces termes :

« Malgré les proportions et les imposants bâtiments tout autour de la place on se sent bien, au calme. » [Enquêté 21CRM].

33Lorsque l’espace visuel est jugé ouvert (volumétrie de l’espace public), l’ambiance sonore est généralement perçue de manière positive. Pour exemple, le verbatim qui suit est relatif à la place Centrale, jugée ouverte et dont l’ambiance sonore est appréciée :

« La place est un lieu ouvert, mais en quelque sorte protégé et la vie s’organise en arrière-plan de tous les côtés (des gens qui passent, la circulation des bus…). » [Enquêté 29CRV].

Forme urbaine et représentation de l’ambiance sonore : une relation explicite

34Comment concilier densité et calme ? L’engouement des Français pour la maison individuelle est révélateur de la recherche d’une certaine intimité et du rejet de la proximité. L’Agence française de sécurité sanitaire environnementale explique le plébiscite des Français pour la maison individuelle par la volonté d’une mise à distance des voisins. Ainsi les notions de protection et de calme sont particulièrement attachées aux représentations de l’habiter. Toutefois, ces représentations idéelles de l’habiter sont à confronter aux représentations de l’environnement sonore idéal qui influe sur les perceptions sonores quotidiennes. À ce titre, lors de l’entretien individuel, il a été demandé aux personnes interrogées de représenter d’une part l’ambiance sonore idéale d’une place publique puis, d’autre part, la pire ambiance sonore d’une place publique. 145 cartes mentales sonores ont ainsi été produites. La Figure 7 présente les occurrences des codes NVivo relatifs aux cartes mentales de l’ambiance sonore idéale d’une place publique et la Figure 8 celles issues du codage des cartes mentales de la pire ambiance sonore. L’objectif était de pouvoir analyser, à travers le graphisme, les représentations spatiales et les formes urbaines associées à certaines ambiances sonores.

35Ainsi, l’analyse de contenu des cartes mentales sonores révèle que l’ambiance sonore idéale d’une place publique est associée en premier lieu à la naturalité (sons naturels, végétation, eau) et à la présence de sons humains, mais aussi à une forme urbaine spécifique. En effet, le Graphique 6 montre bien que 13 enquêtés (sur 29 répondants) associent une ambiance sonore idéale à la volumétrie d’une place fermée et que 5 l’associent à une place semi-ouverte. Une volumétrie spatiale orientée vers la fermeture de la place semble donc nécessaire, et ce dans le but de mettre à distance la circulation motorisée (pour 6 enquêtés). D’autre part, cette volonté de fermeture de l’espace est associée dans 9 cartes mentales à la distance de la source sonore, permettant une mise à distance non seulement visuelle mais aussi sonore. Forme urbaine et ambiance sonore semblent donc intrinsèquement liées dans l’imaginaire sonore des enquêtés. Par exemple, l’enquêté 15BAV explique que selon lui, ce qui influe le plus sur l’ambiance sonore d’une place ce sont :

« Sa taille déjà, sa situation géographique, si elle est située à proximité d’une voie routière, si elle est ouverte ou fermée, la place.

Celle-ci [place Centrale] elle est très ouverte, donc le bruit passe facilement, mais elle est tellement vaste aussi que les voies de transport sont tellement loin qu’on ne les entend pas trop.

Celle-ci [place Mistral] elle est plus fermée, mais elle a un côté ouvert sur la route directement, donc, ça fait que le bruit est là.

Et la place des Tilleuls, elle est très fermée et c’est pour ça que moi je la trouve très agréable, elle est presque totalement fermée, et même si elle est en centre-ville, on perçoit du bruit, mais c’est très relatif. » [Enquêté 15BAV].

36Ces descriptions illustrent très clairement le lien établi entre ouverture ou fermeture de l’espace sur l’extérieur et représentation de l’ambiance sonore.

Figure 7 : Occurrences des codes NVivo relatifs aux cartes mentales de l’ambiance sonore idéale

Figure 7 : Occurrences des codes NVivo relatifs aux cartes mentales de l’ambiance sonore idéale

Figure 8 : Occurrences des codes NVivo relatifs aux cartes mentales de la pire ambiance sonore

Figure 8 : Occurrences des codes NVivo relatifs aux cartes mentales de la pire ambiance sonore

37Le lien entre forme urbaine et ambiance sonore est plus explicite sur les cartes mentales de la pire ambiance sonore ; en effet, 11 cartes mentales représentent l’impact négatif de la spatialité sur l’ambiance sonore (Figure 9). Formes urbaines, bâti et volumétrie sont clairement associés à un pouvoir de dégradation de l’ambiance sonore, bien plus qu’à des outils d’amélioration ou de protection d’ambiances sonores privilégiées. Pour 17 participants, une place ouverte est liée à une ambiance sonore négative et pour 7 autres il s’agit d’une place semi-ouverte ; seulement un enquêté a représenté une place fermée. L’ouverture de l’espace apparaît comme étant associée à la proximité de la source sonore (non désirée) puisque 20 enquêtés établissent un lien entre ambiance sonore détestable et proximité de la source sonore (en l’occurrence la circulation automobile est la plus représentée). Dans l’imaginaire sonore des personnes enquêtées, le lien entre forme urbaine et sons est plus clairement associé à un impact sonore négatif que positif. Les enquêtés n’envisagent pas que la morphologie urbaine puisse avoir un impact positif sur l’environnement sonore urbain mais plutôt qu’elle en est un élément potentiellement dégradateur.

Figure 9 : Carte mentale de la pire ambiance sonore d’une place de l’enquêté 15BAV

Figure 9 : Carte mentale de la pire ambiance sonore d’une place de l’enquêté 15BAV

Figure 10 : Carte mentale de la pire ambiance sonore d’une place de l’enquêté 14BAM

Figure 10 : Carte mentale de la pire ambiance sonore d’une place de l’enquêté 14BAM

38La carte mentale de l’enquêté 14BAM (Figure 10) est explicite et celui-ci indique en toutes lettres « le son est renvoyé par le bâtiment » ; le bâti est donc représenté en tant qu’élément amplifiant les sons non souhaités dans l’espace public. Quant à la carte mentale de l’enquêté 15BAV (Figure 9), l’ouverture de la place sur les sources sonores y est clairement représentée, le son semble cloisonné par la présence de « bâtiments très hauts » environnants. L’organisation spatiale, la hauteur des bâtiments et la morphologie de la place semblent responsables d’une ambiance sonore non voulue au sein d’un espace public urbain.

Représentations de l’environnement sonore associé à diverses typologies urbaines

39De manière complémentaire à l’enquête réalisée sur la perception d’espaces publics, il nous a semblé intéressant d’appréhender les représentations sonores associées à diverses typologies urbaines. En effet, ces représentations influencent nécessairement la perception in situ et donc l’évaluation spatiale et sonore d’espaces publics. « […] bien loin d’être faculté de « former » des images, l’imagination est puissance dynamique qui « déforme » les copies pragmatiques fournies par la perception, et ce dynamisme réformateur des sensations devient le fondement de la vie psychique toute entière […] » nous dit G. Durand dans Les structures anthropologiques de l’imaginaire (Durand, 1973, p. 20) ; c’est pourquoi nous avons cherché à les identifier plus spécifiquement.

40À l’issue de l’entretien individuel, il est montré à l’enquêté les dessins de sept typologies urbaines qu’on lui demande de classer de 1 à 7, 1 correspondant à l’environnement sonore le plus agréable et 7 au plus désagréable. Ainsi, nous voulions appréhender les représentations sonores qui sont associées à des typologies urbaines spécifiques ; l’objectif étant de pouvoir comparer ces imaginaires sonores urbains avec les perceptions sonores et les évaluations spatiales et sonores des enquêtes in situ menées préalablement. L’imaginaire sonore associé à une typologie urbaine a-t-il un impact sur la perception et l’évaluation d’un espace public ? De plus, le type d’habitat, en tant que choix résidentiel (excepté lorsqu’il est contraint) conditionne-t-il les représentations sonores associées aux typologies urbaines ?

41La typologie de la maison individuelle est nettement associée par les enquêtés à un environnement sonore agréable bien que l’écart des notes attribuées soit important, ce qui montre une absence de consensus. Il nous semble également nécessaire de souligner le fait que l’environnement sonore d’une maison individuelle dans un ensemble pavillonnaire (lotissement en bande) est évalué de manière beaucoup plus négative qu’un petit habitat individuel en ville mais aussi qu’un petit/moyen habitat collectif en ville (Figure 11). Ce résultat met en exergue le fait que le caractère individuel ou collectif de l’habitat n’est pas déterminant dans l’évaluation et le jugement de l’environnement sonore associé à la typologie urbaine.

Figure 11 : Environnement sonore associé à diverses typologies urbaines pour l’ensemble des enquêtés

Figure 11 : Environnement sonore associé à diverses typologies urbaines pour l’ensemble des enquêtés

Légende : Ce graphique permet d’associer, pour chaque typologie urbaine, la valeur minimale et la valeur maximale des classements des enquêtés (par exemple 1 à 6 pour la maison individuelle isolée), ainsi que la moyenne (2,41 pour la maison individuelle isolée) au centre de la barre grisée, longue de deux fois l’écart-type (soit 1,8 à droite et à gauche de la moyenne).

42L’évaluation de l’environnement sonore pour chacune des sept typologies urbaines présentées aux enquêtés (Figure 12) montre que la maison individuelle (isolée ou dans un ensemble pavillonnaire) est davantage associée à un environnement sonore agréable par les enquêtés du groupe A, résidant en maison individuelle eux-mêmes, que par ceux des autres groupes. Le petit habitat individuel en ville n’obtient pas de note supérieure à 4, et ce, pour l’ensemble des groupes. Nous pouvons donc dire ici que, quel que soit le type d’habitat, cette typologie urbaine individuelle n’est jamais reliée dans l’imaginaire à un environnement sonore désagréable bien que sa localisation en milieu urbain soit précisée. Notons ici le fait que le caractère individuel ou collectif semble influer plus nettement que le caractère urbain ou périurbain (voir rural) sur l’évaluation de l’environnement sonore associé. L’environnement sonore associé à la typologie du petit ou moyen habitat collectif en ville est paradoxalement jugé de façon plus positive que la maison individuelle dans un ensemble pavillonnaire et ce, même pour les enquêtés résidant en maison individuelle (noté de 1 à 4 pour l’ensemble du Groupe A). Le type d’habitat étant un choix pour l’ensemble des enquêtés, nous pouvons tenter un parallèle entre le choix du type d’habitat et les représentations sonores associées aux typologies urbaines. L’habitat haussmannien est le plus associé à un environnement sonore désagréable par le groupe C, correspondant aux enquêtés résidant en habitat collectif récent (cette typologie urbaine, associée dans l’imaginaire aux quartiers anciens centraux ne semble pas correspondre à l’environnement sonore souhaité par les enquêtés ayant choisi de résider dans un type d’habitat récent). Toute proportion gardée, les grands immeubles semblent plus associés à un environnement sonore désagréable que les grands ensembles d’habitat collectif pour les personnes interrogées résidant en maison individuelle ou en habitat collectif récent et inversement pour les personnes résidant en habitat collectif ancien. Les typologies urbaines sont donc associées, dans l’imaginaire des urbains, à différents environnements sonores, non pas uniquement d’un point de vue du niveau sonore mais bien en fonction des types de sons en présence et des ambiances urbaines et sonores associées. Cette étude nous a permis de mettre en évidence des distinctions dans l’imaginaire sonore associé aux typologies urbaines selon le type d’habitat.

Figure 12 : Évaluation de l’environnement sonore associé à sept typologies urbaines

Figure 12 : Évaluation de l’environnement sonore associé à sept typologies urbaines

Légende : Axe vertical : nombre de répondants / Axe horizontal : note attribuée de 1 (environnement sonore le plus agréable) à 7 (environnement sonore le plus désagréable) / Groupe A : enquêtés résidant en maisons individuelle / Groupe B : enquêtés résidant en habitat collectif ancien / Groupe C : enquêtés résidant en habitat collectif récent

Conclusion

43L’objet de cet article, à la lisière entre vision urbanistique et ambiance sonore, percepts in situ et représentations (spatiales et sonores), est de chercher à questionner le lien entre formes urbaines, représentations et perceptions sonores. Postulant l’interrelation entre typo-morphologie urbaine et évaluation sonore, nous avons élaboré un protocole mêlant enquêtes de terrain (questionnaires, prise de photographies, entretiens de groupes, mesures acoustiques) et entretiens individuels approfondis (réseaux associatifs, cartes mentales sonores, évaluation sonore de typologies urbaines). Les représentations de l’environnement sonore associées aux typologies urbaines nous apparaissent, à l’issue de ce protocole méthodologique, comme un levier de compréhension des percepts de l’ambiance sonore d’espaces publics in situ. Il semblerait donc que l’imaginaire sonore urbain associe typologies urbaines et ambiances sonores spécifiques.

44En particulier, l’analyse des enquêtes in situ nous a permis de souligner la significativité de la relation établie entre jugement de l’ambiance sonore et morphologie de l’espace : plus l’espace est ouvert, plus l’ambiance sonore est jugée de manière positive. Au contraire, les représentations issues des cartes mentales associent l’ouverture de l’espace à une ambiance sonore négative, la fermeture de l’espace étant associée à la mise à distance de la source sonore. Ce double constat met en exergue la distinction entre les représentations de l’environnement sonore urbain et les percepts sonores associés à la morphologie urbaine. Par ailleurs, nous avons vu que le type d’habitat influait sur les représentations sonores. La typologie de la maison individuelle est nettement associée par les enquêtés à un environnement sonore agréable. Cependant, nous avons pu mettre en exergue le fait que le caractère individuel ou collectif de l’habitat n’est pas déterminant dans l’évaluation et le jugement de l’environnement sonore associé à la typologie urbaine.

45Cet article ne présente pas toutes les variables construites et illustratives (âge, genre, mode de déplacement utilisé, parcours résidentiel, etc…) ni le lien entre mesures acoustiques et perception sonore, étudiés plus largement dans cette recherche, mais se concentre sur les résultats liés à l’impact de la forme urbaine. D’autre part, le protocole méthodologique élaboré comporte des limites (nombre et variété des terrains d’étude, multiplicité des paramètres influant sur les percepts et origines multifactorielles des représentations de l’espace notamment) et devra donc être consolidé. Mais, par l’utilisation de méthodes complémentaires, ce protocole a permis une comparaison entre perception in situ et représentations des mêmes enquêtés.

46L’un des intérêts de cette recherche pourrait relever de prescriptions spatiales pour la conception opérationnelle d’espaces publics. Ainsi, d’après ces premiers résultats, les aménageurs devraient tenter de relever le défi de la conception d’espaces publics répondant simultanément à une demande d’ouverture de l’espace et de mise à distance visuelle et sonore des sources sonores.

Haut de page

Bibliographie

Amphoux P., 2003, « Ambiances urbaines et espaces publics », in G. Capron et N. Haschar-Noé (eds.), L’espace public en question : usages, ambiances et participation citoyenne, Université Toulouse Le Mirail, 50-56.

Amphoux P., Thibaud J., Chelkoff G., 2004, Ambiances en débats, Bernin, A la croisée.

Audy F., Vincent B., 2006, Guide méthodologique pour le développement d’un observatoire métrologique permanent du bruit des transports terrestres en milieu urbain, ADEME, Grand Lyon.

Augoyard, J-F., Torgue H., 2006, Sonic Experience: a guide to everyday sounds, Grenoble, Cresson.

Belli-Riz P., 2007, Histoire et analyse des formes urbaines, support de cours Licence 3, Grenoble, ENSAG.

Belojevic G., Jakovljevic B., 1997, « Subjective reactions to traffic noise with regard to some personality traits », Environment International, vol. 23, No.2, 221-226.

Buytendijk F-J-J., 1958, L’homme et l’animal, essai de psychologie comparée, Paris, Gallimard.

Cervero R., Kockelman K., 1997, « Travel demand and the 3Ds: density, diversity and design », Transportation Research part D, vol. 2, No.3, 199-219.

Champelovier P., Cremezi-Charlet C., Lambert J., 2003, Évaluation de la gêne due à l’exposition combinée aux bruits routiers et ferroviaires, Rapport de recherche INRETS, No.242.

Charmes E., 2010, « La densification en débat », Études Foncières, No.145, 20-23.

Duchesne S., Haegel F., 2004, L’enquête et ses méthodes. L’entretien collectif, Paris, Nathan Université.

Durand G., 1973, Les structures anthropologiques de l’imaginaire, Paris, Bordas.

Faburel G., 2001, Le bruit des avions : évaluation du coût social. Entre aéroport et territoires, Paris, Presses de l’École Nationale des Ponts et Chaussées.

Fyhri A., Klaeboe R., 2006, « Direct, indirect influences of income on road traffic noise annoyance », Journal of environmental psychology, No.26, 27-37.

Guski R., 1999, « Personal and social variables as co-determinants of noise annoyance », Acta Acustica, vol. 1, No.3, 45-56.

Lavedan P., 1936, Géographie des villes, Paris, Gallimard.

Lévy A., 2005, « Formes urbaines et significations », Espaces et Sociétés, vol. 3, No.122, 25-48.

Lévy J., Lussault M., 2003, Dictionnaire de la Géographie et de l’espace des sociétés, Paris, Belin.

Marry S., 2008, Représentations et perceptions de la densité urbaine, Mémoire de fin d’études, Grenoble, IUG. 

Moch A., Léobon A., 1993, État des lieux des recherches sur l’environnement sonore urbain, Paris, CNRS PIR. Villes.

Moulinié C., Naudin-Adam M., 2005, Appréhender la densité, Formes urbaines et densités, Note rapide sur l’occupation du sol, No.384, Paris, IAURIF.

Moudon Vernez A., 1997, « Urban morphology as an emerging interdisciplinary field », Urban Morphology, No.1, 3-10.

Perianez M., 1998, « Analyse des attitudes psychosociologiques liées aux situations sonores des riverains des aéroports d’Orly et de Roissy Charles-de-Gaulle », Rapport, DGAC.

Pumain D., Paquot T., Kleinschmager R., 2006, Dictionnaire de la ville et de l’urbain, Paris, Economica-Anthropos.

Raimbault M., 2002, Simulation des ambiances sonores urbaines : intégration des aspects qualitatifs, Thèse de doctorat, Université de Nantes.

Ruzicka-Rossier M., 2007, Densité et mixité, École polytechnique de Lausanne, Laboratoire Chôros.

Schafer R-M., 1977, The tuning of the world, New-York, McClelland and Stewart.

Sandreock, S., Griefahn B., Kaczmarek T., Hafke H., Preis A., et Gjestland T., 2008, « Experimental studies on annoyance caused by noises from trams and buses », Journal of Sound and Vibration, No. 313, 908-919.

Southworth M., 1969, « The sonic environment of the cities », Environment and behavior, No.1, 49-70.

Szeremeta B., Henrique P., Zannin T., 2009, « Analysis and evaluation of soundscapes in public parks through interviews and measurement of noise », Science of the total environment, No.407, 6143-6149.

Thibaud J., 2002, « L’horizon des ambiances urbaines », Communications, No.73, 185-201.

TNS-Sofres, 2007, Les Français et leur habitat, Perception de la densité et des formes d’habitat, Observatoire de la Ville, Rubrique Publications - Les Études TNS-Sofres.

Vallet M., 1996, Caractéristiques et indicateurs de la gêne due au bruit des avions, Synthèse INRETS, Paris.

Yang W., Kang J., 2005, « Acoustic comfort evaluation in urban open public spaces », Applied Acoustics, vol. 66, No.2, 211-229.

Yu L., Kang J., 2008, « Effects of social, demographical and behavioral factors on the sound level evaluation in urban open spaces », Journal of the Acoustical Society of America, vol. 123, No.2, 772-783.

Yu L., Kang J., 2010, « Factors influencing the sound preference in urban open spaces », Applied Acoustics, vol. 71, No.7, 622-633.

Zannin PHT., Calixto A., Ferreira JAC., 2003, « A survey of urban noise annoyance in a large Brazilian city: the importance of a subjective analysis in conjunction with an objective », Environmental Impact Assessment Review, No.23, 245-255.

Haut de page

Notes

1 La notion de précurrence a été conceptualisée par le physiologiste C. Sherrington au début du XXème siècle, notamment à travers son ouvrage The integrative action of the nervous system de 1906.

2 La diversité s’entend dans le sens de mixité fonctionnelle : elle rend compte de la répartition spatiale des activités (habitat, industries, services, équipements, alimentation, loisirs, etc.).

3 Pour R. Cervero et K. Kockerman, le design correspond à l’aménagement et l’organisation de l’espace , par exemple à la configuration des rues et des îlots, ainsi qu’aux réseaux de transport.

4 Le « gris » des façades donne à la ville un chromatisme particulier.

5 Les Grands Boulevards sont une artère routière ceinturant le Sud de Grenoble d’est en ouest. Ils remplacent les enceintes de la ville historique et relient les différentes voies nord-sud qui desservent Grenoble et les communes avoisinantes.

6 http://www.anru.fr/Grenoble-Quartier-Mistral-Eaux.html, consulté en juillet 2010.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Schéma de la perception lors de la relation à l’espace public
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/25044/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Figure 2 : Localisation des trois terrains d’étude dans l’agglomération grenobloise
Crédits Source : image Google Earth
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/25044/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre Figure 3 : Carte des pleins et des vides, quartier de la place des Tilleuls
Crédits Image réalisée avec le logiciel Archicad
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/25044/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 404k
Titre Figure 4 : Carte des pleins et des vides, quartier de la place Mistral-Eaux-Claires
Crédits Image réalisée avec le logiciel Archicad
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/25044/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 380k
Titre Figure 5 : Carte des pleins et des vides, quartier de la place Centrale
Crédits Image réalisée avec le logiciel Archicad
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/25044/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 492k
Titre Figure 6 : Corrélation entre jugement de l’ambiance sonore et morphologie spatiale
Légende Légende : p = <0,1 % ; chi2 = 22,32 ; ddl = 4 (TS). La relation est très significative
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/25044/img-6.png
Fichier image/png, 31k
Titre Figure 7 : Occurrences des codes NVivo relatifs aux cartes mentales de l’ambiance sonore idéale
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/25044/img-7.png
Fichier image/png, 40k
Titre Figure 8 : Occurrences des codes NVivo relatifs aux cartes mentales de la pire ambiance sonore
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/25044/img-8.png
Fichier image/png, 41k
Titre Figure 9 : Carte mentale de la pire ambiance sonore d’une place de l’enquêté 15BAV
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/25044/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre Figure 10 : Carte mentale de la pire ambiance sonore d’une place de l’enquêté 14BAM
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/25044/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Figure 11 : Environnement sonore associé à diverses typologies urbaines pour l’ensemble des enquêtés
Légende Légende : Ce graphique permet d’associer, pour chaque typologie urbaine, la valeur minimale et la valeur maximale des classements des enquêtés (par exemple 1 à 6 pour la maison individuelle isolée), ainsi que la moyenne (2,41 pour la maison individuelle isolée) au centre de la barre grisée, longue de deux fois l’écart-type (soit 1,8 à droite et à gauche de la moyenne).
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/25044/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Titre Figure 12 : Évaluation de l’environnement sonore associé à sept typologies urbaines
Légende Légende : Axe vertical : nombre de répondants / Axe horizontal : note attribuée de 1 (environnement sonore le plus agréable) à 7 (environnement sonore le plus désagréable) / Groupe A : enquêtés résidant en maisons individuelle / Groupe B : enquêtés résidant en habitat collectif ancien / Groupe C : enquêtés résidant en habitat collectif récent
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/25044/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 298k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Solène Marry et Laëtitia Arantes, « Variations des représentations et perceptions d’espaces publics sonores ordinaires selon les formes urbaines », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Aménagement, Urbanisme, document 582, mis en ligne le 27 janvier 2012, consulté le 22 mai 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/25044 ; DOI : 10.4000/cybergeo.25044

Haut de page

Auteurs

Solène Marry

Docteur en Urbanisme / Ingénieur de Recherche
Institut d’Urbanisme de Grenoble, Laboratoire Pacte Territoire UMR CNRS 5194
CREIDD (Centre de Recherches et d’Etudes Interdisciplinaires sur le Développement Durable), Université de Technologie de Troyes
Solene.marry@utt.fr

Articles du même auteur

Laëtitia Arantes

Ingénieur ENTPE / Architecte d’Etat, doctorante
Centre Scientifique et Technique du Bâtiment, Saint-Martin-d’Hères
Laboratoire Cultures Constructives - Unité de Recherche AE&CC (Architecture, Environnement et Cultures Constructives), ENSAG (Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Grenoble)
laetitia.arantes@cstb.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page