Navigation – Plan du site
Le Géosystème

Débat entre Denise Pumain et Henri Reymond à propos de l'article « T-Sphère » et médiance espace/étendue. L’antagoniste contradictoire et le concept de géoanthroposystème

Denise Pumain et Henry Reymond

Texte intégral

Réaction Denise Pumain

1Je suis séduite par l’ambition intellectuelle de l’article, qui tente de produire une représentation fondée en logique de l’évolution humaine. Je trouve extrêmement intéressantes des propositions innovantes comme celle qui consiste à relier la « tragédie des commons » avec celle de l’énergie. Cependant, je crains que sa forme ne rebute certains lecteurs. En admettant qu’il s’agisse d’une incitation à débattre, je poserais volontiers à l’auteur les questions suivantes :

Logique cognitive et constructions sociales

2S’agissant de systèmes complexes, peut-on s’attendre à ce que des opérateurs logiques, issus de la cognition humaine, tel celui proposé par Lupasco, soient à même de rendre compte d’évolutions qui se construisent à d’autres niveaux dans les échelles socio-géographiques ? Cela ne serait-il pas en contradiction avec la notion de complexité, d’émergence de nouvelles propriétés caractérisant précisément cette catégorisation de niveaux ? Un exemple parmi d’autres, page 14 à propos du passage de la géométrie euclidienne des architectures à la fractalité des distributions spatiales, ou encore pages 30-31 lorsque les villes sont vues seulement comme des juxtapositions de résidences individuelles qui « se développent en une individuation socio-spatiale anthroposystémique prolongeant le bien-être biophysique prénatal ».

Emergence de fonctionnalités et niveaux d’organisation

3D’autres interprétations que la résolution des « antagonismes » par la logique de Lupasco ont été proposées, par exemple la « simplexité » d’Alain Berthoz qui indique comment le « repliement » de sous-systèmes à une certaine échelle ouvre sur une fonctionnalité différente à une autre échelle. Dans quelle mesure ce qu’on appelle les « institutions » au sens large dans le monde social ne réalisent-elles pas cette opération de « simplexité », intercalant ainsi entre l’individu et le monde un réseau de fonctionnalités qui prennent des sens différents à chaque niveau ? Ne met-on pas mieux en évidence ces opérateurs à partir d’observations empiriques guidées par cette approche théorique que par une projection de logique formelle ?

Dynamiques sociales par innovation et échanges d’information

4L’analyse proposée recherche les fondements de la dynamique des géoanthroposystèmes dans leurs origines historiques (encore que la coupure animal-humain n’exclue pas l’existence d’espères animales « sociales ») mais ne devrait-elle pas pour être plus complète envisager autre chose que les échanges d’énergie et de rejets avec les écosystèmes, et faire place à une dynamique spécifiquement sociale de l’innovation socio-géographique ? Autrement dit, dans la construction du géoanthroposystème qui envisage, pour faire vite, l’homme et son environnement, ne manque-t-il pas le social et le spatial ?

Réponse de Henri Reymond à Denise Pumain

5Comme le souhaite le lecteur 4, il s’agit tout à fait d’une incitation à débattre. Autour des questions qu’il pose, les réponses sont organisées en trois rubriques :

  • Logique du tiers inclus et dynamiques sociales (questions 1 et 3) ;

  • Logique de S. Lupasco et simplexité de A. Berthoz (question 2) ;

  • Signification sociale et spatiale du géoanthroposystème (question 3).

Logique du tiers inclus et dynamiques sociales

6L’idée est de privilégier la logique de S. Lupasco – sans exclure les trois autres types de logiques (aristotélicienne naturelle, ensembles flous, aristotélicienne moderne) – cela parce que c’est une logique expérimentale. La théorie de la « simplexité » de A. Berthoz me permettra, peut-être, de mieux préciser ma position. A. Berthoz écrit que « la simplexité est une complexité déchiffrable ». Il précise : « il faut jeter les bases d’une théorie de la simplexité qui d’une certaine façon contienne la complexité ». C’est-à-dire que pour mieux comprendre et mieux disposer de la complexité du monde, il faut agir « avec elle-contre elle », en antagonisme. Notre investigation pour être fertile ne peut pas être et n’a pas pu être une simplification qui ne la conserve pas.

7Ainsi, les villes ne sont pas vues « seulement comme » mais « aussi comme », et pas du tout « comme une juxtaposition » (le mot ne figure pas dans l’article) de maisons individuelles. Ma formulation manque de netteté. Je précise donc que le fait souligné est, dans tout l’article, le développement d’une « clôture opérationnelle » sociospatiale anthropo-systémique – ce qui veut dire que la ville est appréhendée comme un système vivant (exactement un quasi-organisme parcouru par un réseau de transport interne-externe), donc qui exclut une simple juxtaposition. A ce sujet, A. Berthoz met en avant « ce phénomène absolument remarquable qui s’est produit chez les vivants (donc, nous les « anthropo-néotènes » édificateurs de villes) : « la création de frontières délimitant des espaces clos comme la cellule ou le corps lui-même ». Ces espaces se forment, écrit-il, « sans dénaturer la complexité du réel ». On retrouve le schéma de la figure 1 de l’article sur l’imbrication urbaine organisme-environnement : notions d’homéostasie, donc de clôture opérationnelle, d’antagonisme contradictoire, c’est-à-dire d’entité urbaine en train d’émerger à d’autres niveaux dans les échelles géographiques en construisant de nouvelles propriétés. Il s’agit, comme le souligne l’auteur 4, d’un repliement- déploiement (je développerai cela plus tard) vers une « meilleure » simplexité. Ce que G. Simondon présente, lui, comme un processus de transduction.

8L’approche de A. Berthoz est donc bien une approche par résolution d’antagonismes contradictoires. Elle renforce par ses généralisations empiriques vérifiables et réfutables la grille de la logique dynamique de S. Lupasco, et les deux permettent ensemble une meilleure investigation des complexités sociospatiales.

Logique de S. Lupasco et simplexité de A. Berthoz

9Comme la logique aristotélicienne symbolique mais d’une manière différente, cette logique ternaire est un support et un guide de pensée ; ses opérateurs logiques – dont je n’ai pour l’instant utilisé que le socle de base – sont des opérateurs de générations de systèmes (cf. Les 3 matières). C’est dire que cette logique, qui ne supprime pas la précédente, est, pour nous, fondamentale quant aux phénomènes d’émergence qui réclament un cadre de réflexion dynamique.

  • 1 Je remercie le lecteur 4 de m’avoir signalé cet ouvrage que je ne connaissais pas et que vais conti (...)

10On retrouve la même méthode de pensée que celles des chercheurs présentés en coordination dans la figure 2 de l’article : A. Berthoz rejoint en l’approfondissant la pertinence de la logique ternaire de S. Lupasco. Le « contenant » qui joint la simplexité à la complexité chez A. Berthoz a comme équivalent en logique lupascienne « l’homogène » qui existe dans deux « hétérogènes » et leur permet de communiquer et d’évoluer ; cela selon un chemin ouvert par le T, la Sphère, la Néoténie, la Transduction, l’Espace/Etendue, la Médiance, le Géoanthroposystème. La simplexité, pour ce que j’en sais actuellement1, prend place dans les modèles de la figure 2, après le « T » et la « Sphère ». Elle permet au concept de « T-Sphère » qui contient la logique expérimentale de S. Lupasco de jouer le rôle d’un fil d’Ariane « raisonné » pour traduire l’Empirie sans la fausser.

Le géoanthroposystème : signification logique, sociale et spatiale

11Géoanthroposystème ne signifie pas l’Homme et son environnement. Anthropos représente les sociétés de néotènes qui constituent partiellement leur environnement. Comme l’a bien relevé le lecteur 2, que je paraphrase, « ces sociétés, parce que néoténiques, naviguent entre deux composantes : homogène biologique et hétérogène psychosociale ». De ce fait, dans « géoanthroposystème », « géoanthropo » se lit non pas « gé et anthropo » (logique binaire) mais d’un seul tenant comme un ensemble amarré par la biosphère dont ils participent à des degrés divers l’un et l’autre. L’ajout du terme « système » représente les liaisons sociotechniques (donc spatiotemporelles) qui modifient au cours de l’évolution les niveaux d’efficacité de cet amarrage (logique ternaire). Un article est en gestation pour bien clarifier ce point extrêmement fondamental, article qui répondra aux vœux du lecteur 1 qui souhaitait une troisième partie explicitant mieux la signification du concept de géoanthroposystème.

12Ceci dit, il est vrai que je ne développe pas beaucoup les logiques sociales, en particulier le rôle des institutions. Au sens large de technostructures, elles sont, comme le souligne lecteur 4, une recherche en simplexité et il serait fructueux de les étudier comme telles. Sens large signifie ici : instances décisionnelles reconnues, acceptées ou subies, et comprend ainsi à côté de l’état et même orienté par lui les pouvoirs d’investissements énergétiques c’est-à-dire financiers.

13Si ces logiques sociales sont obligatoirement dans « mon » sujet, elles ne sont pas « mon » sujet, mais ne sont pas pour autant ignorées. Je me permets d’abord de renvoyer à l’article précédent celui-ci (il s’agit en fait de la poursuite du même raisonnement) pour bien montrer que le social, même s’il n’est pas développé comme tel, n’est évacué en rien. Dans cet article, la réflexion première s’appuie sur le comportement de la société M’zabite (p. 19-21), insiste sur l’importance de la mémoire coordinatrice du groupe social (p. 31 §2 : rétroactions), insiste de nouveau sur le rôle des sociétés de néotènes dans l’efficacité de la mise en bascule (p. 32 §4 : l’effecteur), etc.

14Pour l’article présent, je renvoie d’abord à la figure 3 : la théorisation du concept de T-Sphère en géographie. La sociologie, placée à la base du schéma, représentant et cette science et le concept en action des logiques sociales qui organisent plus ou moins la coordination entre site, situation, réseau. C’est ce corps en action, selon les institutions existantes, qui serait amené à régler plus ou moins bien par exemple les questions de proximalité, s’il en prend conscience, si aussi les institutions d’investissements répondent. Dans notre monde actuel, les banques, les compagnies d’assurances, les fonds de pension, le FMI… pèsent énormément sur les logiques spatiales du développement des villes.

15En conclusion, et à condition de ne pas le prendre à la lettre, le schéma suivant, très sommaire, peut servir de cadre pour lier les différents éléments de la réflexion.

16On pourrait en adaptant la méthodologie graphique du double modèle de Janelle (Reymond, 1973) y ajouter la simplexité et la complexité. Ce qui sera tenté quand j’aurai bien compris A. Berthoz, dans un prochain travail.

17Ces réponses, surtout dans leur forme affirmative, n’ont rien de définitif ni de tranché ; elles se présentent comme un apport au débat ouvert que je désire poursuivre.

Haut de page

Notes

1 Je remercie le lecteur 4 de m’avoir signalé cet ouvrage que je ne connaissais pas et que vais continuer à lire avec la plus grande attention. Un premier parcours de l’ouvrage confirme pour l’instant l’interprétation que j’en propose.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/25076/img-1.png
Fichier image/png, 56k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Denise Pumain et Henry Reymond, « Débat entre Denise Pumain et Henri Reymond à propos de l'article « T-Sphère » et médiance espace/étendue. L’antagoniste contradictoire et le concept de géoanthroposystème », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Débats, Le Géosystème, mis en ligne le 10 février 2011, consulté le 23 mars 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/25076

Haut de page

Auteurs

Denise Pumain

Articles du même auteur

Henry Reymond

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page