Navigation – Plan du site
2012
586

Cartographie de l’aléa de submersion marine et PPR : éléments de réflexion à partir de l’analyse de la commune de Guissény (Finistère, France)

Coastal flooding hazard mapping and PPR flood prone zones: food for thought from the analysis of the commune of Guissény (Finistère, France)
Jean-Marie Cariolet, Serge Suanez, Catherine Meur-Férec et Annaïg Postec

Résumés

Cette étude propose d’analyser le zonage réglementaire du Plan de Prévention du Risque (PPR) de submersion marine sur la commune de Guissény (Finistère) qui est une zone de fort aléa et dans laquelle on observe une augmentation des enjeux liés à ce type de risque. Le zonage PPR sur cette commune présente quelques insuffisances et peut être affiné en utilisant un référentiel topographique plus précis et en prenant en considération l’effet de l’agitation marine (setup) dans le calcul du niveau d’eau centennal. En outre, l’analyse de la cinématique du trait de côte et l’élévation du niveau marin prévu pour 2100 sont autant de paramètres dynamiques à prendre en compte. L’analyse de l’évolution du bâti en lien avec le zonage du PPR et le PLU montre que le zonage réglementaire du PPR n’évite pas l’augmentation des enjeux dans les zones à risque sur cette commune.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Le passage de la tempête Xynthia durant la nuit du 27 au 28 février 2010 a engendré en Vendée et en Charente-Maritime d’exceptionnelles submersions marines, provoquant plus de 50 morts et des dégâts considérables : un arrêté de reconnaissance de l’état de catastrophe naturelle a été publié pour 62 communes. Deux ans auparavant, le 10 mars 2008, le passage de la tempête Johanna pendant une marée de vives eaux provoquait l’inondation de dizaines de zones basses bâties en Bretagne et en Manche (Cariolet et al., 2010). Ces deux évènements relancent actuellement le débat sur les risques côtiers en France, et notamment celui sur la submersion marine. Si la fréquence et l’ampleur des dégâts humains et matériels générés par ces épisodes tempétueux tendent à augmenter depuis ces dernières années, c’est avant tout parce que l’urbanisation et la concentration des activités anthropiques – et donc des enjeux –sont accrues dans les zones littorales exposées (Deboudt, 2010 ; Meur-Férec et al., 2008).

2Depuis quelques années en France, plusieurs dispositifs ont été créés afin de prévenir et de gérer les risques côtiers au travers notamment des plans de préventions des risques naturels littoraux (PPRN littoraux). Institués en 1995 par la loi Barnier, ils constituent un outil essentiel de la politique définie par l’Etat en matière de prévention et de gestion des risques et notamment des risques côtiers (Deboudt, 2010). Néanmoins, la méthode d’élaboration des cartes d’aléa des PPRN littoraux (Garry et al., 1997) présente quelques limites concernant le calcul des niveaux d’eaux extrêmes et la précision du référentiel topographique utilisé pour la cartographie de l’aléa et du risque (Suanez et al., 2007 ; Cariolet et Suanez, 2009). Ces limites ont souvent abouti à sous-estimer l’aléa sur les sites soumis au risque de submersion. Une des insuffisances des PPR littoraux est également liée au fait que dans la pratique, une distinction entre les PPR submersion et les PPR érosion est faite alors que les deux sont très souvent liés. En effet, le recul des cordons littoraux qui protègent les zones basses intervient dans l’évaluation du risque de submersion. Enfin, jusqu’à présent, les PPR littoraux ne prenaient pas en compte l’élévation future du niveau marin qui est, pour de nombreux auteurs comme pour de nombreux services de l’Etat, un élément dynamique à prendre en considération (Nicholls and Hoozemans, 1996 ; Richmond et al., 2001 ; Vinchon et al., 2009 ; CETMEF, 2010).

3La présente étude se propose de traiter ce problème en analysant le zonage réglementaire du PPR submersion qui a été établi et prescrit en 2007 pour la commune de Guissény (Finistère). De par son contexte géographique, cette dernière apparaît comme une étude de cas tout à fait appropriée car les enjeux en matière d’urbanisation se situent dans un secteur où l’aléa est relativement fort (Suanez et al., 2007 ; Cariolet et Suanez, 2009). Dans un premier temps, l’analyse géographique du site permettra de dégager les éléments structurants qui interviennent dans la définition de la problématique du risque face à l’aléa submersion. Un second point traitera des méthodes mises en œuvre dans le cadre du PPR pour la quantification de l’aléa qui a servi à établir le zonage réglementaire. Un travail similaire, reposant sur une approche méthodologique plus pertinente, sera proposé et comparé à celui réalisé dans le cadre du PPR. Dans une dernière partie, l’articulation entre le zonage PPR et le Plan Local d’Urbanisme sera discutée.

Contexte géographique

Une configuration géomorphologique propice à l’aléa submersion

4Le site d’étude se situe sur la commune de Guissény sur la côte nord du Finistère (figure 1) ; il correspond plus spécifiquement au secteur du Curnic incluant la plage du Vougot. Ce secteur est constitué de quatre unités paysagères distinctes. La première correspond à la large plateforme à écueils qui s’étend en mer en contrebas du plateau du Léon. Le contact entre cette plateforme littorale et la partie continentale du plateau du Léon se fait par un escarpement de 30 à 50 m de commandement, battu par la mer à l’ouest dans le secteur de Plouguerneau. Au niveau de la plage du Vougot cet abrupt prend l’allure d’une falaise morte déconnectée des eaux marines par un cordon littoral édifié durant la transgression holocène (Guilcher and Hallégouët, 1991). Cette falaise morte, appelée falaise du Zorn correspond à la seconde unité paysagère (figure 2).

Figure 1 : Localisation du site d’étude. La délimitation du référentiel topographique utilisé pour cette étude est représenté par le rectangle rouge

Figure 1 : Localisation du site d’étude. La délimitation du référentiel topographique utilisé pour cette étude est représenté par le rectangle rouge

5La troisième unité est constituée par le cordon littoral de la plage du Vougot. Il est formé d’une dune qui s’étire sur environ 2 km depuis la falaise du Zorn, suivant une orientation sud-ouest nord-est. Ce cordon dunaire culmine à près de 13 m d’altitude NGF et présente une largeur comprise entre 250 m et 400 m (figure 2). Jusqu’au 19ème siècle, ce cordon dunaire barrait une zone humide connectée à la mer au niveau de Porz Olier. En 1834, une digue à clapets fut construite afin d’isoler ce secteur de la mer et les terres marécageuses furent drainées afin de les rendre cultivables (Bodéré et al., 1983). Cette zone de polder, en partie occupée par l’étang du Curnic, forme la quatrième et dernière unité paysagère. Elle est proche et/ou en dessous du niveau de pleine mer de vives eaux.

6Le cordon dunaire joue donc le rôle de rempart naturel efficace contre la submersion marine et ce d’autant plus que cet espace a été urbanisé au cours du temps (camping municipal, quartier du Curnic, fermes agricoles, etc.). Toutefois, les phénomènes d’érosion de la partie orientale de la dune qui se sont accentués depuis ces dernières décennies ont relancé le débat sur la prise en compte du risque potentiel de submersion et les moyens mis en œuvre en matière de prévention (Sparfel et Suanez, 2007 ; Cariolet et Suanez, 2009).

Figure 2 : Carton géomorphologique de l’ensemble de la zone d’étude

Figure 2 : Carton géomorphologique de l’ensemble de la zone d’étude

1 : falaise morte ; 2 : falaise vive ; 3 : falaise dunaire ; 4 : îlots et écueils ; 5 : queues de comète ; 6 : plateforme d’abrasion ; 7 : champ de blocs et galets ; 8 : estran sableux ; 9 : marais maritime ; 10 : marais maritime drainé (polder) ; 11 : dune externe ; 12 : dune interne ; 13 : ligne de faille ; 14 : vallons en V ; 15 : enrochement ; 16 : digue

Accroissement des enjeux en zone de fort aléa

7Sur cette côte basse, partiellement poldérisée et isolée de la mer par une digue et un cordon dunaire dont le recul chronique de sa partie orientale s’accroît (Sparfel et Suanez, 2007 ; Suanez et al., 2010), les constructions se sont progressivement multipliées dans la seconde moitié du vingtième siècle. Dans ce secteur, le bâti représente le seul enjeu. L’analyse diachronique des photographies aériennes de l’IGN permet de retracer la progression du bâti dans ce secteur depuis 1952 (figure 3). Au début des années 1950 il y a très peu d’habitations, quelques constructions éparses existent sur la plaine littorale au bas de la falaise du Zorn et en arrière du cordon dunaire du Vougot (la Sécherie), mais il n’y a pas de véritable quartier d’habitation. Entre 1952 et 1982, plusieurs parcelles sont construites, souvent proches de bâtiments anciens et formant de petits hameaux. Il s’agit essentiellement d’habitations individuelles créant un mitage diffus. Entre 1982 et 1993, la progression des constructions se poursuit à un rythme régulier et ce, malgré la promulgation de la Loi Littoral en 1986. Les résidences se concentrent géographiquement sur deux secteurs : le quartier du Curnic et la Sécherie en arrière du cordon dunaire, où sont construites une vingtaine de maisons durant cette période. On n’observe plus de nouvelles constructions sur la falaise morte ou dans les hameaux dispersés sur la plaine littorale. De 1993 à 2009, le bâti continue à se densifier dans ces deux quartiers tout en s’étendant dans la zone la plus basse du polder. Le rythme de la construction ne faiblit pas et s’accroît même légèrement après 2000, parallèlement à une légère reprise démographique. En effet, entre les recensements de 1999 et de 2006, la commune est passée de 1783 à 1796 habitants soit une augmentation de 0,2 % et un léger rajeunissement alors que sa population ne cessait de décroître depuis 1968. Entre 2007 et 2009, un nouveau lotissement (le hameau des dunes) est construit dans un secteur reculé et très bas du polder alors que le PPR submersion marine vient d’être validé. En 2010 quelques parcelles constructibles (et inondables) sont encore disponibles (les permis avaient été accordés avant 2007). Ainsi, cette analyse montre qu’en quelques décennies, la croissance des enjeux sur des secteurs soumis à l’aléa de submersion a considérablement accru la vulnérabilité de ce secteur côtier.

Figure 3 : l’urbanisation progressive du secteur du Curnic à Guissény depuis 1952

Figure 3 : l’urbanisation progressive du secteur du Curnic à Guissény depuis 1952

(D’après L. Baillet, 2009).

Méthodes d’estimation de l’aléa submersion

Les principes généraux

8Depuis plusieurs décennies, de nombreuses études se sont intéressées à la cartographie du risque submersion marine (Gares, 1990 ; Bellomo et al., 1999 ; Dean and Malakar, 1999 ; Benavente et al., 2006 ; Kumar et al., 2008), et ce, avec d’autant plus d’acuité que cet aléa représente aujourd’hui un des éléments majeur du risque côtier (Kana et al., 1984 ; Solomon and Forbes, 1999 ; Richmond et al., 2001 ; Bush et al., 2001 ; De Pippo, 2008 ; Vichon et al., 2009). Le plus souvent, ces recherches se sont inscrites dans le cadre de politiques de prévention des risques dont l’objectif principal était de réduire les impacts socio-économiques de ces évènements extrêmes pour les sociétés humaines (Schneider and Chen, 1980 ; Titus et al., 1991 ; Yohe et al., 1996 ; West et al., 2001 ; Kumar et al., 2008). Elles ont également permis de définir et d’orienter les stratégies de défense du littoral en matière de choix et de mise en place de structures d’ingénierie (Den Elzen and Rotmans, 1992 ; Fankhauser, 1995 ; Chao and Hobbs, 1997).

9Dans la plupart des cas, la méthode généralement suivie s’articule autour de trois points (Benavente et al., 2006 ; Fletcher et al., 1995 ; Bellomo et al., 1999 ; Suanez et al., 2007 ; Kumar, 2008). Elle consiste dans un premier temps à estimer l’aléa submersion en quantifiant les niveaux d’eau extrêmes à la côte pour une période de retour donnée (généralement de 100 ans). Cette estimation tient compte des différents paramètres agissant sur la déformation du plan d’eau à la côte, notamment la surcote (élévation due à une baisse de la pression atmosphérique et à l’afflux d’eau à la côte généré par le vent) et l’élévation de l’eau à la côte due à l’agitation marine. Dans un second temps, cette hauteur d’eau est superposée à la topographie du lieu étudié afin de délimiter la zone potentiellement submersible. L’estimation du risque est enfin réalisée en tenant compte des éléments anthropiques directement menacés (Solomon and Forbes, 1999 ; Meur-Férec et al., 2008 ; De Pippo et al., 2008 ; Vinchon et al., 2009). En France, cette démarche constitue le socle méthodologique pour la cartographie du risque de submersion réalisée dans le cadre des Plans de Prévention des Risques Naturels (Garry et al., 1997).

10Les plans de préventions des risques naturels (PPRN) ont été institués par la loi n° 95-101 du 2 février 1995, dite « loi Barnier ». L’élaboration des PPRN littoraux s’appuie sur un ensemble de procédures qui ont été préconisées en 1997 dans le cadre d’un guide méthodologique (Garry et al., 1997). Ces PPRN sont pilotés par les services de l’Etat (DDE, Centre d’Études Techniques de l’Equipement, Services maritimes), la réalisation étant souvent confiée à des bureaux d’études. Après plus de dix ans d’existence des PPRN littoraux, on remarque un retard dans leur mise en place au niveau national et une grande hétérogénéité dans leur réalisation. Les évènements dramatiques de Xynthia vont très probablement accélérer la réalisation de PPRN littoraux. En 2010, 75 PPRN littoraux ont été approuvés (auxquels ont peut en ajouter 113 prescrits, c’est-à-dire en cours d’élaboration). En principe, les PPRN littoraux peuvent traiter à la fois des risques de submersion, des risques d’érosion et des risques d’avancées dunaires. Dans la pratique, les risques d’avancée dunaire importants sont cantonnés à la côte Aquitaine et les PPRN littoraux sont le plus souvent spécialisés et déclinés en deux versions : PPR submersion marine (PPR-SM) et PPR érosion. Les PPR-SM sont les plus nombreux, avec 46 documents approuvés et 71 prescrits, alors que seulement 29 PPRN érosion côtière sont approuvés, et 42 prescrits (Ministère de l’écologie, 2010). Dans le Finistère nord seuls trois PPR-SM, englobant 14 communes, ont été prescrits.

La méthode propre au PPR submersion marine

  • 1 Cette cartographie a été réalisée dans le cadre d’une étude réalisée en 1994 par le SHOM à la deman (...)

11La méthode utilisée pour les PPR-SM consiste dans un premier temps à quantifier l’aléa en définissant un niveau d’eau extrême à la côte d’occurrence centennale. Pour ce faire, la démarche s’appuie sur la cartographie des niveaux d’eau extrêmes réalisée par le Service Hydrographique Océanographique de la Marine (SHOM) pour l’ensemble du territoire français (Simon, 1996)1. Ces hauteurs d’eau sont déduites d’une analyse probabiliste des niveaux de pleines mers prédits et des surcotes observées pour des périodes de retour similaires. Il s’agit dans ce cas d’estimer les probabilités d’apparition d’événements rares sans être nécessairement exceptionnels, ainsi que des hauteurs prédites des grandes marées de vives eaux séparément des surcotes, et de les combiner ultérieurement. Dans un second temps, ces niveaux d’eau extrêmes à la côte sont superposés à la topographie acquise à partir de la base de données topographiques de l’Institut Géographique National (BD TOPO® - IGN) qui est constituée de la numérisation des courbes de niveau d’une équidistance de 5 m de la carte topographique au 1 : 25 000, ou de la base de données altimétriques de l’Institut Géographique National (BD ALTI® - IGN) qui correspond à un modèle numérique de terrain dont la plus petite maille est de 25 m de côté pour une précision altimétrique de 5m en plaine.

12Cette méthode montre plusieurs limites. La première source d’imprécision tient au fait que la quantification des niveaux d’eau extrêmes à la côte, reposant uniquement sur la surcote, ne tient pas compte de tous les paramètres agissant sur la déformation du plan d’eau. Cette approche sous-estime l’aléa : en effet, comme l’ont montré plusieurs auteurs (Garès, 1990 ; Fletcher et al., 1995 ; Bellomo et al., 1999 ; Benavente et al., 2006), les effets liés à l’agitation (wave setup - élévation liée à une accumulation d’eau entre la zone de déferlement et la plage - et/ou wave runup - différence entre le niveau maximum atteint par le jet de rive et le niveau moyen de la mer observé sans agitation, Komar, 1998) jouent un rôle important dans les phénomènes de débordement et/ou de franchissement des cordons littoraux et/ou des ouvrages de défense côtière. Il est alors important de prendre en compte ces effets du wave setup et/ou wave runup dont l’estimation en termes de hauteur doit être ajoutée à la hauteur calculée par le SHOM. La quantification de ces paramètres passe par l’utilisation d’équations (Benavente et al., 2006 ; Fletcher et al., 1995) ; elle peut également reposer sur des observations de terrain permettant de mesurer notamment l’amplitude du wave runup à partir des laisses de tempête (Fletcher et al., 1995 ; Bush et al., 2001 ; Cariolet, 2011a). Une seconde limite dans la réalisation de ces PPR tient au manque de précision de la donnée topographique utilisée (IGN, 1 :25 000) dont l’échelle de restitution et/ou la résolution au sol n’est que très rarement appropriée. En effet, ces documents ne sont pas capables de restituer une topographie fine et notamment les faibles dénivelés que l’on observe au niveau des côtes basses, et qui interviennent de façon prépondérante dans les processus de débordement, de franchissement, et d’écoulement des eaux (Dobosiewicz, 2001 ; Sanders, 2007 ; Kumar et al., 2008). Il convient alors de recourir à des mesures de terrain beaucoup plus fines de manière à améliorer la cartographie des zones submersibles (Suanez et al., 2007). Une troisième limite des PPR-SM actuels tient au caractère statique de la méthode mise en œuvre. En effet, de nombreux auteurs ont montré la nécessité de tenir compte des paramètres dynamiques intervenant dans l’aggravation du risque de submersion marine, tels que des critères géomorphologiques comme la cinématique du trait de côte (Dean and Malakar, 1999 ; Bush et al., 2001 ; Stauble, 2003) mais aussi des paramètres sur l’élévation probable du niveau marin dans un contexte de réchauffement climatique (Nicholls and Hoozemans, 1996 ; Richmond et al., 2001 ; Vinchon et al., 2009). La prise en compte de tous ces paramètres est nécessaire à la mise en place d’une politique de gestion intégrée cohérente du risque de submersion (Nicholls and Hoozemans, 1996 ; Solomon and Forbes, 1999 ; Meur-Férec et al., 2008 ; De Pippo et al., 2008 ; Vinchon et al., 2009 ; Verger, 2010).

Analyse du zonage PPR sur la commune de Guisseny

  • 2 La carte pour la commune de Guissény est téléchargeable sur le site http://www.finistere.equipement (...)

13Le PPR-SM pour la côte nord du Finistère (de la commune de Plouguerneau à celle de Plouescat) a été prescrit en 2002 et approuvé le 23 février 2007. Le travail de cartographie a été réalisé par un bureau d’études à la demande des services de l’Etat (DDEA du Finistère). Les cartes sont actuellement disponibles sur le site internet de la DDEA à l’adresse suivante : http://www.finistere.equipement.gouv.fr2. Sur la commune de Guisseny (figure 4), la délimitation des zones hautement (rouge), moyennement (bleu) exposées et des zones « tampons » (vertes) résulte d’un travail réalisé en concertation entre les services de l’Etat et la commune. Ce document joue un rôle important dans l’aménagement de la zone littorale communale car il détermine entre autres les orientations futures en matière d’urbanisation, qu’il s’agisse des constructions nouvelles et/ou de l’extension du bâti existant. En effet, s’il est plus restrictif, le PPR s’impose au Plan Local d’Urbanisme (PLU) en définissant les zones constructibles et non constructibles.

Figure 4 : Cartographie des zones exposées au risque de submersion marine établie dans le cadre du PPR-SM pour la commune de Guissény

Figure 4 : Cartographie des zones exposées au risque de submersion marine établie dans le cadre du PPR-SM pour la commune de Guissény

(Source : www.finistere.equipement.gouv.fr)

14Pour les zones fortement exposées (en rouge), la construction et/ou l’extension du bâti sont interdites. Seules, les installations non pérennes, « dites légères », peuvent être tolérées sous couvert d’une autorisation préfectorale. Les zones moyennement exposées (en bleu) sont soumises à des prescriptions particulières. La construction de nouvelles habitations et l’extension du bâti existant sont autorisées à condition que la surface habitable se situe au-dessus d’un niveau refuge. Ce dernier est fixé à 30 cm minimum au dessus de la cote de référence qui est évaluée à Guisseny à 5 m NGF. Ainsi, le niveau de plancher minimum pour les pièces et locaux à sommeil est estimé à 5,30 m NGF, ce qui permet l’attente des secours en cas d’inondation. Il est également spécifié dans le PPR que ces espaces refuge doivent être susceptibles d’accueillir toutes les personnes pouvant être présentes dans l’habitation et disposer d’accès intérieur et extérieur aisés pour faciliter les secours, ainsi que d’un éclairage naturel. Un troisième type de zonage (zones vertes) a été introduit dans ce PPR. Ce zonage est souvent utilisé dans les PPR inondations fluviales et correspond aux espaces naturels ou de loisirs qui ont vocation à ne pas être urbanisés (cas du cordon dunaire de Guisseny).

15La cartographie du PPR submersion sur le secteur de Guisseny a été réalisée à partir d’un niveau de référence de 5,00 m établissant le niveau d’eau extrême à la côte (figure 4). Selon la méthodologie classique préconisée pour ces documents, ce niveau a été retenu à partir des cartes des niveaux d’eau extrêmes réalisées par le SHOM en 1994 pour une période de retour de 100 ans (Simon, 1996).

16Pour la commune de Guissény la cartographie du PPR submersion marine (figure 4) montre que les secteurs les plus fortement exposés (zone rouge) sont situés derrière la digue du 19ème siècle qui protège la zone du polder des entrées maritimes de nord-est (figure 4). Cette zone s’étend sur une superficie de 120 ha et présente des enjeux socioéconomiques mineurs à l’exception de huit habitations individuelles. Dans son ensemble, cet espace correspond à un vaste espace de nature constitué par l’étang du Curnic, des prairies à pâturer, des haies boisées, etc., dont la protection et/ou la gestion s’inscrivent dans le cadre des opérations Natura 2000. On peut noter toutefois que cette « zone rouge » ne respecte pas la limite fixée par le niveau de référence établi à 5 m NGF. À l’exception des secteurs situés en périphérie de l’étang du Curnic, une large partie du périmètre se trouvant sous la cote 5 m NGF est cartographiée en « zone bleue » (figure 4). La zone moyennement exposée (zone bleue) s’étend quant à elle sur 77 ha et intègre des zones urbanisées de faible densité et des secteurs non bâtis de prairies et de champs cultivés. On y dénombre environ 125 habitations, surtout de type pavillonnaire, dont 73 sont situées en dessous de la cote des 5 m NGF, et devraient en principe être cartographiées en « zone rouge ». La zone verte correspond essentiellement à la dune du Vougot et couvre une surface de 25 ha. A ce titre, seules des opérations d’entretien, de réparation et de travaux préventifs destinés à conforter le cordon littoral (estran et dune) sont autorisées.

Vers une méthode de définition de l’aléa plus précise

17La méthodologie que nous avons suivie dans le cadre de cette étude s’inspire de celle des PPR-SM (Garry et al., 1997). Elle consiste à superposer l’aléa (niveau d’eau extrême à la côte) à la topographie du lieu étudié. Néanmoins, l’acquisition et/ou la quantification de ces deux paramètres a été améliorée. La méthode d’analyse utilisée ayant été décrite en détail dans des précédents travaux (Suanez et al., 2007 ; Cariolet et Suanez, 2009), nous n’en rappellerons ici que les grandes lignes. Il faut préciser que le travail de cartographie n’a pas porté sur l’ensemble de la commune étudiée, mais sur un espace se limitant aux zones urbanisées situées en arrière de la dune, le quartier du Curnic derrière la plage du Vougot à Guisseny.

Acquisition d’un référentiel topographique précis

  • 3 Le secteur arpenté correspond à la zone ou le cordon dunaire est mince et en recul.

18Un levé topographique détaillé de l’avant-plage, du cordon dunaire et de la zone basse située en arrière a été réalisé3. Ces mesures ont été effectuées à l’aide d’un DGPS avec une précision centimétrique. Ces levés ont été raccordés au référentiel géodésique français en X et Y (Lambert II étendu), et au Nivellement Général Français (IGN69) pour les altitudes, à partir d’une borne IGN située sur la presqu’île de Kerlouan (pointe de Neiz Vran) à 2 km au nord ouest du site d’étude (borne IGN : KERLOUAN I - N° Site : 2909101). Les modèles numériques de terrain (MNT) ont été calculés avec une résolution de 0,5 x 0,5 m afin de restituer le plus finement possible les dénivelés topographiques d’ordre décimétrique (figure 5). Cette approche méthodologique a permis d’obtenir une information beaucoup plus fine que celles fournies par la BD TOPO® ou la BD ALTI® de l’IGN.

Figure 5 : Topographie de la zone d’étude acquise à partir de levés de terrain au DGPS ayant permis de construire un MNT à une résolution de 0,5 x 0,5 m

Figure 5 : Topographie de la zone d’étude acquise à partir de levés de terrain au DGPS ayant permis de construire un MNT à une résolution de 0,5 x 0,5 m

Ce secteur est représenté par un rectangle rouge sur la figure 1.

Calcul et cartographie de l’aléa submersion

19À la différence de la démarche suivie dans le cadre des PPR-SM, le calcul du niveau d’eau extrême de référence définissant l’aléa submersion a été réalisé en additionnant les deux paramètres agissant sur la déformation du plan d’eau à la côte : la surcote et les effets liés à l’agitation (wave setup). Les effets du runup n’ont pas été pris en compte dans le calcul car nous avons considéré que les rares projections d’eau générées par le jet de rive ne pouvaient pas entraîner une inondation importante à l’arrière de la dune qui est assez large à cet endroit. De plus, si les vagues venaient à franchir le cordon dunaire par une brèche, les effets du runup s’en trouveraient largement diminués car le polder est situé en zone d’abri. Nous n’avons donc considéré que les effets du setup qui par définition agissent de façon constante et sur un pas de temps suffisamment long pour générer une inondation par débordement.

20Comme pour les PPR-SM, l’estimation de la surcote dans la déformation du plan d’eau pour une période de retour centennale a été obtenue à partir des cartes de niveau d’eau extrême du SHOM, à la différence toutefois que cette information a été réactualisée depuis 1996. En effet, en 2007 une nouvelle cartographie a été produite en intégrant les données marégraphiques enregistrées sur la période 1994-2007. L’ajout de 13 années de données marégraphiques a permis d’affiner le calcul du niveau de référence, qui passe alors de 5 m à 5,15 m pour la zone d’étude. Les effets de la houle (wave setup) sur la déformation du plan d’eau ont quant à eux été estimés à partir de l’équation de P. Komar (1998) :

ηmax = 0,45 Hoξo = 0,18g1/2tanβHo1/2T

21où :

ηmax : représente la valeur du setup maximum.

Ho : hauteur de la houle au large.

tanβ : pente de la plage.

g : accélération de la pesanteur (9,81 m/s²)

T : période (de la houle)

ξo : nombre d’Iribarren

  • 4 Ces données ont été produites à partir du modèle d’états de mer côtiers du logiciel TOMAWAC dans le (...)

22Le calcul du setup a été réalisé à partir d’un jeu de données acquis par modélisation de la houle sur la période 1979-2002. Ces données nous ont été fournies par le laboratoire national d’hydraulique et environnement (LNHE-EDF)4 ; les valeurs du wave setup ont été calculées pour une période de retour de 100 ans à partir des maxima annuels en utilisant la loi de Gumbel (Suanez et al., 2007).

23La somme des effets de la surcote et du wave setup pour une période de retour de 100 ans donne un niveau de référence pour les niveaux d’eau extrêmes à la côte atteignant 5,95 m sur le site du Vougot (tableau 1). La cartographie de l’aléa submersion a été effectuée en superposant ce niveau d’eau de référence à la topographie du site (figure 6).

Tableau 1 : Calcul des différents paramètres, pour une période de retour centennale (T = 100 ans), ayant servi à estimer les niveaux d’eau extrêmes à la côte pour le site du Vougot

marée
(surcote)

Hmo

Tpic

tanβ

ξo

wave setup

Niveau d’eau extrême
(marée observée + wave setup)

5,15 m

15 m

22,8 s

0,016

0,118

0,80 m

5,95 m NGF (IGN69)

Hmo : hauteur de la houle, Tpic : période associé, ξo nombre d’Iribarren ayant servi à calculer la wave setup à partir de la formule de P. Komar (1998)

Figure 6 : Cartographie des zones potentiellement submersibles pour niveau d’eau extrême de référence égal à 5,95 m NGF

Figure 6 : Cartographie des zones potentiellement submersibles pour niveau d’eau extrême de référence égal à 5,95 m NGF

Ce secteur est localisé sur la figure 1 (rectangle rouge)

24Elle a montré qu’une large partie de la zone urbanisée située en arrière des dunes se trouvait sous cette cote d’inondation, soulignant ainsi le risque non négligeable de submersion en cas de disparition même partielle du cordon dunaire. Un travail de comparaison a ensuite été réalisé avec la cartographie de l’aléa et du risque de submersion réalisée dans le cadre du Plan de Prévention des Risques – Submersion Marine (PPR-SM) de la côte nord du Finistère.

Analyse prospective tenant compte des paramètres dynamiques

25Comme nous l’avons rappelé, l’un des problèmes des PPR littoraux est la dissociation faite entre la submersion et l’érosion car sur les côtes basses, les deux phénomènes sont intrinsèquement liés. Il faut donc tenir compte de l’évolution du trait de côte qui est un des paramètres dynamiques essentiels dans la cartographie des risques littoraux. De même, l’élévation pluriséculaire du niveau marin est un élément important à prendre en compte de manière à sortir du caractère statique donné par l’approche PPR qui est actuellement préconisée (Garry et al., 1997).

26En suivant ces principes, la présente analyse s’est attachée à prendre en compte ces deux paramètres dynamiques que sont la cinématique du trait de côte et l’élévation du niveau marin afin de réaliser des scénarios prospectifs. Cette démarche apparaît nécessaire dans la perspective d’une politique de gestion à plus ou moins long terme qui tienne compte des effets du changement global (réchauffement climatique, etc.). Pour cette étude, l’horizon 2100 a été choisi comme référence. Cette échéance a été retenue de manière à se caler sur l’échelle de temps des PPR en matière de quantification de l’aléa (Garry et al., 1997).

Cinématique du trait de côte

27Les données sur la cinématique du trait de côte à l’échelle des 50 dernières années acquises par photogrammétrie et par levés de terrain au DGPS ont été utilisées (Suanez et al., 2010). Ce travail a été réalisé uniquement pour la plage du Vougot, le trait de côte au niveau du secteur Est ayant été fixé par la construction de la digue de Porz Olier. Les vitesses de recul ont été calculées par ajustement linéaire (régression simple) qui reste la méthode la plus efficace lorsque la dispersion du nuage de points est faible (Zuzek et al., 2003). Les résultats ont montré des vitesses de recul maximum proches de 0,75 m/an pour le site du Vougot.

28La position future du trait de côte à l’horizon 2100 (figure 7) a ensuite été estimée par extrapolation de la tendance. Cette échéance a été retenue de manière à se caler sur l’échelle de temps des PPR en matière de quantification de l’aléa. L’érosion récente dans la partie ouest du cordon laisse néanmoins penser que le trait de côte se régularisera au fil des années. Sur la figure 7, le trait de côte de 2100 qui intègre la régularisation supposée a été indiqué.

Figure 7 : Analyse diachronique de la cinématique du trait de côte depuis les années 1950 et estimation de la position du rivage en 2100 par extrapolation de la tendance

Figure 7 : Analyse diachronique de la cinématique du trait de côte depuis les années 1950 et estimation de la position du rivage en 2100 par extrapolation de la tendance

29En divisant la largeur du cordon dunaire « émergé » pour un niveau de submersion égal à 5,95 m (figure 6) par les vitesses de recul du front de dune calculées ci-dessus (figure 7), il est possible d’estimer la « durée de vie du cordon dunaire » qui définit la période à partir de laquelle la disparition même partielle de la dune entraînerait une submersion de la zone basse située en arrière. Nous formulons ce paramètre par l’expression suivante :
DVdune = Ldune/ Edune

30où DVdune est la durée de vie de la dune (en années), Ldune est la largeur du cordon dunaire en mètres, Edune est la vitesse d’érosion en mètres.

31Les résultats obtenus le long de 6 profils représentatifs ont montré que pour les secteurs où l’érosion est la plus importante (P12), la durée de vie de la dune reste supérieure à 290 années (tableau 2).

Tableau 2 : Estimation de la « durée de vie du cordon dunaire » du Vougot le long de 6 profils représentatifs

profils de mesure

P02

P04

P07

P09

P12

P14

vitesse de recul

0,02 m/an

0,1 m/an

0,36 m/an

0,53 m/an

0,73 m/an

0,34 m/an

A : largeur (m)

B : durée de vie (année)

A

B

A

B

A

B

A

B

A

B

A

B

338

>1000*

349

>1000*

347

963

264

498

216

295

226

664

(* durée de vie supérieure à 1000 ans due à de faibles vitesses de recul de la dune)

Forçage lié à l’élévation future du niveau marin

32Comme pour la plupart des études prospectives traitant des effets de l’élévation future du niveau marin sur le risque de submersion et/ou sur l’érosion du trait de côte (Durand et Heurtefeux, 2006 ; Purvis et al., 2008 ; Brunel et Sabatier, 2009), notre analyse a été fondée sur le concept de « submersion passive ». Il est important de souligner ici que cette approche présente une limite. En effet, elle occulte les phénomènes rétroactifs liés à l’érosion du système plage et dune, et/ou à l’élévation du niveau marin sur le fonctionnement hydrosédimentaire à la côte.

  • 5 Lors de la rédaction de l’article, le rapport de l’ONERC (qui recommande l’utilisation du chiffre d (...)

33Le scénario moyen prévoyant une élévation de +0,355 m du niveau marin pour 2100 a été retenu (IPCC, 2007)5. La cote de référence pour un niveau d’eau extrême d’occurrence centennale a été augmentée d’autant, soit 5,95 m + 0,355 m = 6,305 m.

34L’augmentation des vitesses de recul du rivage générée par l’élévation du niveau marin a été quantifiée à partir de l’équation de P. Durand et H. Heutefeux, (2006) :
R = r + [(E21E20) / P]

35R correspond au recul du trait de côte en m, r la tendance du recul du trait de côte en m/an mesurée par photogrammétrie diachronique, E21 la valeur d’élévation du niveau marin prévu pour 2100 en m, E20 la valeur moyenne annuelle d’élévation du niveau marin durant le 20ème siècle multipliée par la durée de la prévision, et P la pente de la plage en % (Suanez et al., 2007).

36Le scénario prospectif pour la fin du 21ème siècle a indiqué que pour le site du Vougot, le secteur présentant le risque le plus élevé se situe au droit du camping municipal (P12) où la largeur du cordon dunaire serait alors réduite à environ 70 m (figure 8). Dans le même temps, les vitesses d’érosion étant passées de 0,75 à 0,88 m/an, la submersion marine après rupture du cordon dunaire pourrait survenir en 80 ans (tableau 3).

Figure 8 : Cartographie des zones potentiellement submersibles pour l’an 2100 en tenant compte des paramètres dynamiques (érosion du trait de côte et élévation du niveau marin)

Figure 8 : Cartographie des zones potentiellement submersibles pour l’an 2100 en tenant compte des paramètres dynamiques (érosion du trait de côte et élévation du niveau marin)

Ce secteur est localisé sur la figure 1 (rectangle rouge)

Tableau 3 : Estimation de la « durée de vie du cordon dunaire » du Vougot le long de 6 profils pour la fin de l’année 2100

profils de mesure

P02

P04

P07

P09

P12

P14

vitesse de recul

0,17 m/an

0,25 m/an

0,51 m/an

0,68 m/an

0,88 m/an

0,49 m/an

A : largeur (m)

B : durée de vie (année)

A

B

A

B

A

B

A

B

A

B

A

B

322

>1000

318

>1000

290

568

186

273

71

80

183

373

De la cartographie du risque à la maîtrise de l’urbanisation

Comparaison entre le zonage PPR et le zonage établi pour cette étude

37La figure 9 illustre la comparaison entre la cartographie de l’aléa submersion réalisée à partir de l’approche PPR-SM et celle obtenue avec la méthode proposée dans notre étude prospective (5,95 m et 6,30 m). Le zonage réglementaire étant largement dépendant de la cote de référence du niveau d’eau extrême, nous pouvons constater que l’approche suivie par les PPR-SM sous-estime les surfaces où l’aléa reste fort (les zones rouges).

38Ceci étant, comme nous l’avons rappelé précédemment, si l’on s’en tient à la côte 5 m NGF retenue dans l’établissement du zonage PPR-SM, on observe qu’une majeure partie de la zone urbanisée du Curnic située en « zone bleue » aurait dû être cartographiée en « zone rouge » (figure 9). Cette incohérence montre que dans ce cas, l’aléa n’a pas été strictement pris en compte dans la cartographie du PPR-SM. Cela pose la question de la pertinence de la phase dite « de concertation » entre les communes et les services de l’Etat pour la réalisation du document final. Elle pose également la question de la révision du plan local d’urbanisme dès lors que des zones dites constructibles se situent dans un secteur de fort aléa.

Figure 9 : Comparaison de la cartographie de l’aléa et du risque de submersion réalisée pour le secteur du Vougot à partir de l’approche PPR-SM et de celle présentée dans cette étude (courbes de niveau)

Figure 9 : Comparaison de la cartographie de l’aléa et du risque de submersion réalisée pour le secteur du Vougot à partir de l’approche PPR-SM et de celle présentée dans cette étude (courbes de niveau)

Les habitations construites avant et après 2007 (date d’approbation du PPR) sont également représentées

Prise en compte du PPR dans le PLU

  • 6 PLU pprouvé le 23 mars 2006 et rendu exécutoire le 29 juillet 2006

39Si l’on superpose les zonages du PLU de 20066 et la cartographie réglementaire du PPR de 2007, on constate que dans la partie de la zone bleue située en dessous de la cote 5 m NGF, 7 ha sont définis comme zone urbanisable ; 8 maisons y ont d’ailleurs été construites depuis 2007 alors que le PPR, plus restrictif dans cette zone, prévalait alors sur le PLU. Toujours dans la zone bleue, mais au-dessus de la courbe des 5 m NGF, 5 ha sont aussi classés en zone constructible. Dans cette zone, 21 maisons ont été construites récemment constituant la grande majorité du nouveau lotissement appelé le « hameau des dunes » (figure 10).

40Ensuite, lorsque l’on superpose la carte du zonage du PLU à celle obtenue par la nouvelle cartographie de l’aléa submersion proposée dans le cadre de cette étude, on passe alors de 7 ha urbanisables situés en-dessous de la cote 5 m NGF, à 14 ha sous la nouvelle cote de référence à 5,95 m ; et ce ne sont plus 15 maisons mais 22 qui ont été construites depuis 2007 dans ce secteur (figure 10). Sur cette même zone, sont également présentes 100 maisons antérieures à 2007, ce qui représente un total de 122 constructions situées sous la cote 5,95 m NGF. Si l’on considère la cote de 6,30 m qui intègre l’élévation du niveau marin, au moins 6 habitations (toutes construites avant 2007) sont à rajouter, soit un total de 128 habitations.

Figure 10 : Superposition du PLU et des zones potentiellement submersibles

Figure 10 : Superposition du PLU et des zones potentiellement submersibles

(Zonage PPR et ceux réalisés dans le cadre de cette étude)

La révision du PLU, un moyen d’aller au-delà du PPR ?

41Pour les constructions autorisées en zone bleue en-dessous de la cote des 5 m, la prévention des risques n’a pas primé sur la pression de l’urbanisation. Ces constructions créent aujourd’hui une forte vulnérabilité. Mais cette vulnérabilité peut croître encore en fonction de la planification de l’urbanisation future et c’est bien l’enjeu du Plan Local d’Urbanisme (PLU).

42Actuellement, même si les élus prennent conscience des conséquences liées au fait de laisser construire des bâtiments en zone inondable, le document référent reste le PLU qui intègre les prescriptions du PPR. Si les élus décident de refuser un permis de construire hors de la zone rouge, ils prennent le risque que le refus soit attaqué par le propriétaire et que celui-ci fasse appel au Tribunal Administratif. C’est alors au juge de trancher. Jusqu’à présent, le propriétaire avait très souvent gain de cause. On peut espérer que les évènements de Vendée de février 2010 amènent les juges à suivre le principe de précaution et à refuser ces permis de construire. De tels jugements pourraient être plus incitatifs pour des élus.

43L’autre solution qui se présente aux élus est une révision du PLU, qui pourrait par ailleurs être demandée par les services de l’Etat. La commune de Guissény étudie actuellement la possibilité d’entamer cette révision en 2011, afin notamment de le mettre en conformité avec le SCoT du Pays de Brest (schéma de Cohérence Territoriale) qui sera validé à la fin de l’année 2010. Cette révision peut être l’occasion d’intégrer des données plus prudentes en matière de risques de submersion, et donc plus contraignantes sur la délivrance des permis de construire. Il s’agirait, pour la commune de Guissény, d’aller au-delà des préconisations du PPR et de classer en zone inconstructible toutes les parcelles situées par exemple sous le niveau 5,95 m NGF (ou 6,30 m si l’on se place dans une projection à 100 ans). Cette option semble cependant illusoire face à la pression foncière toujours croissante en zone littorale dans cette région.

Conclusion

44Cette étude de cas montre que la cartographie des zones à risque en milieu littoral apparaît extrêmement complexe car elle doit à la fois tenir compte des forçages physiques et anthropiques (la polémique qui a suivi la cartographie des « zones noires » en baie de l’Aiguillon illustre la complexité de ces imbrications). Elle suppose dans un premier temps que l’on prenne en compte tous les éléments « physiques » intervenant dans la définition et dans la spatialisation de l’aléa. Dans cet article, nous avons choisi d’étudier uniquement le cas de la commune de Guissény. Cependant, les études de L. Baillet (2009) et de J.-M. Cariolet (2011b) ont montré que la méthode mise en œuvre dans le cadre du PPR submersion marine pour la côte nord du Finistère est restée insuffisante. La cartographie des secteurs potentiellement inondables sous-estime la réalité de terrain, et bien plus encore, elle montre que la limite des zones à risque, définie à partir du niveau de référence 5 m, n’a pas toujours été respectée lorsque cette dernière se situait dans les (ou proche des) secteurs urbanisés. Cet élément soulève la question du pouvoir décisionnel des élus face à cette problématique. A court terme et de façon très concrète, la difficulté qui se pose est de transformer des terrains vendus récemment comme constructibles en terrain non constructibles, sans considérer le préjudice fait aux propriétaires qui ont acheté pour bâtir en conformité avec le PLU (ou POS). Ainsi, de quels moyens dispose une commune pour régler ce genre de problème, surtout lorsque la décision a été prise lors d’une mandature précédente ? Comment lui demander d’aller au-delà de ce que préconisent les services de l’Etat ? D’autre part, l’aléa submersion, aussi fort soit-il, reste comme son nom l’indique « aléatoire » ; quand la mer franchira-t-elle le cordon dunaire ou la digue ? Quelle hauteur d’eau réelle sera atteinte ? A quel rythme et selon quelle intensité les habitations seront-elles inondées ? Avec quelle gravité pour les personnes et les biens ? À toutes ces questions, personne ne peut répondre de façon catégorique et la gestion des risques demande d’« agir dans un monde incertain » (Callon et al., 2001). En les minimisant, on autorise la croissance démographique de la commune, son rajeunissement, le dynamisme du secteur de la construction et de l’économie locale en général. En les maximisant, on gèle toute perspective de développement dans les secteurs de forts aléas sans aucune contrepartie immédiate ; on s’expose à la critique et à l’incompréhension des habitants.

  • 7 IFOP pour Sud Ouest Dimanche – Les français et la gestion du risque d’inondation, avril 2010.

45Pour le moment, la législation autorise l’indemnisation des propriétaires en cas de dommages (et même très largement comme on l’a vu dans le cas de la tempête Xynthia). On peut d’ailleurs s’interroger sur le caractère « naturel » de ce genre de catastrophe dont les coûts sont supportés par les finances publiques, via la caisse Catnat (Deboudt, 2010). On peut également se demander si ces dispositions ne poussent pas les élus à moins de prudence, si ce n’est bien sûr lorsque la vie humaine est en jeu (mais là encore, la catastrophe du mois de mars 2010 a montré que ce risque avait été largement sous-estimé). Paradoxalement, il semble aujourd’hui que des problématiques différentes de celles qui sont liées aux risques naturels incitent les collectivités à limiter l’urbanisation dans les secteurs côtiers fortement exposés. Ainsi, certains critères environnementaux comme la lutte contre la pollution (marées vertes), la préservation des paysages (loi Littoral), ou la protection des écosystèmes (Natura 2000) contribuent à la maîtrise de l’urbanisation côtière dans les zones de forts aléas. De même, le drame causé par la tempête Xynthia servira peut-être à sensibiliser les populations sur le risque littoral dont la prévention, en termes de connaissance, reste en deçà de ce que la compréhension des dynamiques côtières pourrait apporter. Un récent sondage commandé à l’IFOP par le journal Sud-Ouest Dimanche7 permet cependant d’être un peu optimiste sur la prise de conscience des citoyens. Ainsi, sur 956 personnes interrogées en France au mois d’avril 2010, 61 % étaient favorables à la création de « zones noires à risque mortel dans lesquelles les habitants doivent être expropriés et indemnisés ». Ce pourcentage atteint même 65 % pour les personnes résidant dans une commune littorale. Les scores étant meilleurs pour les plus jeunes (69 % pour les 18-24 ans, contre 56 % pour les 65 ans et plus), on peut espérer que les générations futures feront montre de plus de prudence…

46Ce travail a bénéficié de financements de la commune de Guissény dans le cadre de Natura 2000. Nous tenons à remercier Guy Wöppelmann, responsable du projet SONEL, pour la mise à disposition des données marégraphiques observées, et Mme F. Lafon, MM. m. Benoît et J.-C. Fournier du LNHE-EDF et m. G. Goasguen du CETMEF pour la mise à disposition des données de houles. Merci à Laurence David pour sa contribution dans la réalisation de certaines cartes.

Haut de page

Bibliographie

Baillet L., 2009, “Etat d’avancement des Plans de Prévention des Risques Littoraux en Bretagne", Rapport de stage de master 2, GEOMER-LETG UMR 6554 CNRS, I.U.E.M., 88 p.

Benavente J., Del Río, L., Gracia, F. J., & Martínez-del-Pozo, J. A., 2006, “Coastal flooding hazard related to storms and coastal evolution in Valdelagrana spit (Cadiz Bay Natural Park, SW Spain)” Continental Shelf Research, vol. 26, 1061-1076.

Bellomo D., Pajak m. J., & Sparks J.,1999, “Coastal flood hazards and the National Flood Insurance Program”, Journal of Coastal Research, SI 28, 21-26.

Bodéré J.-C., Hallégouët B., Piriou N.,1983, Schéma de protection contre la mer du littoral finistérien, Communes de Guissény et de Plouguerneau, Zone du Curnic. Rapport d’étude (non publié), faculté des Lettres et des Sciences Sociales, université de Bretagne Occidentale, 81 p.

Brunel C., Sabatier, F., 2009, “Potential sea-level rise influences in controlling shoreline position for French Mediterranean Coast”, Geomorphology, vol. 107, No. 1-2, 79-89.

Bush D.M., Richmond B.M., Neal W.J.,2001, “Coastal-zone hazard maps and recommendations : eastern Puerto Rico”, Environmental Geosciences, vol. 8, No. 1, 38–60.

Callon m., Lascoumes P., Barthe Y., 2001, Agir dans un monde incertain, Essai sur la démocratie technique, Paris, Seuil, collection « La couleur des idées », 368 p.

Cariolet J.-M. et Suanez S., 2009, “Approche méthodologique pour une cartographie du risque de submersion des côtes basses”, La Houille Blanche, n° 2, 52-58.

Cariolet J.-M., Costa S., Caspar R., Ardhuin F., Magne R., Goasguen G., 2010, "Aspects météo-marins de la tempête du 10 mars 2008 en Atlantique et en Manche" , Norois, à paraître.

Cariolet J.-M., 2011a, “Quantification du runup sur une plage macrotidale à partir des conditions morphologiques et hydrodynamiques", Géomorphologie : relief, processus, environnement, No. 1, 95-108.

Cariolet J.-M., 2011b, “Inondation des côtes basses et risques associés en Bretagne", thèse de doctorat nouveau régime, Université de Bretagne Occidentale (UBO), 348 p.

CETMEF - CETE Méditerranée - CETE Ouest, 2010, “Vulnérabilité du territoire national aux risques littoraux", Rapport Cetmef/Delce, 163 p.

Chao P.T., Hobbs B.F., 1997, “Decision analysis of shoreline protection under climatic change uncertainty”, Water Resource Research, No. 33, 817-829.

Dean R. G., & Malakar S.B., 1999, “Projected flood hazard zones in Florida”, Journal of Coastal Research, SI 28, 85-94.

Deboudt P., 2010. Vers la mise en oeuvre d’une action collective pour gérer les risques naturels littoraux en France métropolitaine, Cybergeo : European Journal of Geography [http://cybergeo.revues.org/index22964.html].

Den Elzen m., Rotmans J., 1992, “The socioeconomic impact of sea-level rise on the Netherlands – A study of possible scenarios”, Climatic Change, vol. 20, No. 3, 169-195.

De Pippo T., Donadio C., Pennetta m., Petrosino C., Terlizzi F., Valente A., 2008, “Coastal hazard assessment and mapping in Northern Campania, Italy”, Geomorphology, vol. 97, No 3-4, 451-466.

Dobosiewicz J., 2001, “Applications of digital elevation models and geographic information systems to coastal flood studies along shoreline of Raritan Bay, New Jersey”, Environmental Geosciences, vol. 8, No. 1, 11-20.

Durand, P., Heurtefeux, H., 2006, “Impact de l’élévation du niveau marin sur l’évolution future d’un cordon littoral lagunaire : une méthode d’évaluation. Exemple des étangs de Vic et de Pierre Blanche (littoral méditerranéen, France)", Zeitschrift für Geomorphologie N.F., vol. 50, No. 2, 221-244.

Fankhauser S., 1995, “Protection versus retreat : the economic costs of sea-level rise”, Environmental Planning, No. 27, 299-319.

Fletcher C.H., Richmond B.M., Barnes G.M., Schroeder T.A., 1995, “Marine flooding on the coast of Kaua’I during Hurricane Iniki : hindcasting inundation components and delineating washover”, Journal of Coastal Research, vol. 11, No. 1, 188-204.

Garès, P. A., 1990, "Predicting flooding probability for beach/dune systems", Environmental Management, vol. 14, No. 1, 115-123.

Garry, G., Graszk, E., Toulemont, m., Levoy, F.,1997, Plans de prévention des risques littoraux (PPR). Guide méthodologique. Ministère de l’Aménagement du Territoire et de l’Environnement et Ministère de l’Equipement, des Transports et du Logement, La documentation Française, 54 p.

Guilcher A., Hallégouët B.,1991, “Coastal dunes in Brittany and their management”, Journal of Coastal Research, vol. 7, No. 2, 517-533.

Intergovernmental Panel on Climate Change (IPCC), 2007), Climate change 2007 : The physical science basis. Summary for policymakers. February 2007, Suisse, 18 p. http://www.ipcc.ch/SPM2feb07.pdf.

Kana T.W., Michel J., Hayes m.O., Jensen J.R.,1984, “The physical impact of sea-level rise in the area of Charleston, South Carolina”, in Barth m.C., Titus J.G. (eds.), Greenhouse effect and sea level rise : a challenge for this generation, Van Nostrand, New York, 105-150.

Komar, P. D., 1998, Beach processes and sedimentation. Printice Hall, New Jersey, Second edition, 544 p.

Kumar V.S., Babu V.R., Babu m.T., Dhinakaran G., Rajamanickam G.V., 2008, “Assessment of storm surge disaster potential for the Andaman Island”, Journal of Coastal Research, vol. 24, No. 2B, 171-177.

Nicholls R.J., Hoozemans m.J., 1996, “The Mediterranean vulnerability to coastal implication of climate change”, Ocean and Coastal Management, vol. 31, No. 2-3, 105-132.

Meur-Férec C., Deboudt P., Morel V., 2008, “Coastal risks in France : an integrated method for evaluating vulnerability”, Journal of Coastal Research, vol. 24, No. 2B, 178-189.

Purvis m.J., Bates P.D., Hayes C.M., 2008, “A probabilistic methodology to estimate future coastal flood risk due to sea level rise”, Coastal Engineering, vol. 55, 1062-1073.

Richmond B.M., Fletcher C.H., Grossman E.E., Gibbs A.E., 2001, “Island at risk : coastal hazard assessment and mapping in the Hawaiian Islands”, Environmental Geosciences, vol. 8, No. 1, 21-37.

Sanders B.F., 2007, “Evaluation of on-line DEMs for flood inundation modelling”, Advances in Water Resources, vol. 30, 1831–1843.

Schneider S., Chen R.,1980, “Carbon dioxide warming and coastline flooding : physical factors and climatic impact”, Annual Review of Energy and the Environment, No. 5, 107-140.

Simon, B., 1996, “Détermination des hauteurs d’eau extrêmes pour la délimitation du domaine public maritime", Annales Hydrographiques, vol. 20, No. 167, 17-43.

Solomon S.M., Forbes D.L., 1999, “Coastal hazards and associated management issues on South Pacific Islands”, Ocean and Coastal Management, vol. 42, No. 6-7, 523-554.

Sparfel L., Suanez S., 2007, "Le Vougot à l’épreuve des flots", Penn ar Bed, No. 199/200, 39-49.

Stauble D.K., 2003, “The use of shoreline change mapping in coastal engineering project assessment”, Journal of Coastal Research, SI 38, 178-206.

Suanez S., Fichaut B., Sparfel L., 2007, Méthode d’ évaluation du risque de submersion des côtes basses appliquée à la plage du Vougot, Guissény (Bretagne)", Géomorphologie : Relief, Processus et Environnement, No. 1, 15-32.

Suanez S., Cariolet J.-M., Fichaut B., 2010, “Monitoring of recent morphological changes of the dune of Vougot beach (Brittany, France) using differential GPS”, Shore & Beach, vol. 78, No 1, 37-47.

Titus J.G., Park R.A., Leatherman S.P., Weggel J.R., Greene m.S., Mausel P.W., Brown S., Gaunt C., Trehan m., Yohe G., 1991, Greenhouse effect and sea level rise : the cost of holding back the sea, Coastal Management, No. 19, 171-204.

Verger F., 2010, A propos des inondations récentes de la région de l’Aiguillon-sur-Mer, en Vendée, EchoGéo, 1-6, http://echogeo.revues.org

Vinchon C., Aubie S., Balouin Y., Closset L., Garcin m., Idier D., Mallet C., 2009, "Anticipate response of climate change risks at regional scale in Aquitaine and Languedoc Roussillon (France)", Ocean and Coastal Management, vol. 52, No. 1, 47-56.

West J.J., Small m.J., Dowlatabadi H., 2001, “Storms, investor decisions, and the economic impacts of sea level rise”, Climatic Change, No. 48, 317-342.

Yohe G., Neumann J., Marshall P., Ameden H., 1996, “The economic cost of greenhouse induced sea level rise for developed property in the United States”, Climatic Change, vol. 32, No. 4, 387-410.

Zuzeck P.J., Nairn R.B., Thieme S.J., 2003, “Spatial and temporal considerations for calculating shoreline change rates in the Great Lakes Basin”, Journal of Coastal Research, SI 38, 125-146.

Haut de page

Notes

1 Cette cartographie a été réalisée dans le cadre d’une étude réalisée en 1994 par le SHOM à la demande de l’Etat pour la délimitation du Domaine Public Maritime. Les données ont été revues en 2007 par le SHOM.

2 La carte pour la commune de Guissény est téléchargeable sur le site http://www.finistere.equipement.gouv.fr à la rubrique/article.php3?id_article=510

3 Le secteur arpenté correspond à la zone ou le cordon dunaire est mince et en recul.

4 Ces données ont été produites à partir du modèle d’états de mer côtiers du logiciel TOMAWAC dans le cadre du projet de construction d’un Atlas Numérique d’Etats de Mer Océaniques et Côtiers (ANEMOC) le long des côtes Atlantique, Manche et Mer du Nord et issu de la collaboration entre Météo France, le Centre d’Etudes Techniques Maritimes et d’Etudes Fluviales et LNHE-EDF. Le point de mesure commun aux deux sites, se situe au large de Plouguerneau à la coordonnée 4,835°W et 48,714°N.

5 Lors de la rédaction de l’article, le rapport de l’ONERC (qui recommande l’utilisation du chiffre de 1 m) n’était pas publié. Ce chiffre de 1 m correspond à l’hypothèse extrême définie par le GIEC/IPCC. Pour cette étude, nous avons choisi l’hypothèse moyenne (0,355 m) du GIEC/IPCC.

6 PLU pprouvé le 23 mars 2006 et rendu exécutoire le 29 juillet 2006

7 IFOP pour Sud Ouest Dimanche – Les français et la gestion du risque d’inondation, avril 2010.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Localisation du site d’étude. La délimitation du référentiel topographique utilisé pour cette étude est représenté par le rectangle rouge
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/25077/img-1.png
Fichier image/png, 291k
Titre Figure 2 : Carton géomorphologique de l’ensemble de la zone d’étude
Légende 1 : falaise morte ; 2 : falaise vive ; 3 : falaise dunaire ; 4 : îlots et écueils ; 5 : queues de comète ; 6 : plateforme d’abrasion ; 7 : champ de blocs et galets ; 8 : estran sableux ; 9 : marais maritime ; 10 : marais maritime drainé (polder) ; 11 : dune externe ; 12 : dune interne ; 13 : ligne de faille ; 14 : vallons en V ; 15 : enrochement ; 16 : digue
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/25077/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 804k
Titre Figure 3 : l’urbanisation progressive du secteur du Curnic à Guissény depuis 1952
Crédits (D’après L. Baillet, 2009).
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/25077/img-3.png
Fichier image/png, 272k
Titre Figure 4 : Cartographie des zones exposées au risque de submersion marine établie dans le cadre du PPR-SM pour la commune de Guissény
Crédits (Source : www.finistere.equipement.gouv.fr)
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/25077/img-4.png
Fichier image/png, 288k
Titre Figure 5 : Topographie de la zone d’étude acquise à partir de levés de terrain au DGPS ayant permis de construire un MNT à une résolution de 0,5 x 0,5 m
Légende Ce secteur est représenté par un rectangle rouge sur la figure 1.
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/25077/img-5.png
Fichier image/png, 402k
Titre Figure 6 : Cartographie des zones potentiellement submersibles pour niveau d’eau extrême de référence égal à 5,95 m NGF
Légende Ce secteur est localisé sur la figure 1 (rectangle rouge)
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/25077/img-6.png
Fichier image/png, 470k
Titre Figure 7 : Analyse diachronique de la cinématique du trait de côte depuis les années 1950 et estimation de la position du rivage en 2100 par extrapolation de la tendance
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/25077/img-7.png
Fichier image/png, 195k
Titre Figure 8 : Cartographie des zones potentiellement submersibles pour l’an 2100 en tenant compte des paramètres dynamiques (érosion du trait de côte et élévation du niveau marin)
Légende Ce secteur est localisé sur la figure 1 (rectangle rouge)
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/25077/img-8.png
Fichier image/png, 421k
Titre Figure 9 : Comparaison de la cartographie de l’aléa et du risque de submersion réalisée pour le secteur du Vougot à partir de l’approche PPR-SM et de celle présentée dans cette étude (courbes de niveau)
Légende Les habitations construites avant et après 2007 (date d’approbation du PPR) sont également représentées
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/25077/img-9.png
Fichier image/png, 217k
Titre Figure 10 : Superposition du PLU et des zones potentiellement submersibles
Légende (Zonage PPR et ceux réalisés dans le cadre de cette étude)
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/25077/img-10.png
Fichier image/png, 252k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Marie Cariolet, Serge Suanez, Catherine Meur-Férec et Annaïg Postec, « Cartographie de l’aléa de submersion marine et PPR : éléments de réflexion à partir de l’analyse de la commune de Guissény (Finistère, France) », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Espace, Société, Territoire, document 586, mis en ligne le 02 février 2012, consulté le 22 novembre 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/25077 ; DOI : 10.4000/cybergeo.25077

Haut de page

Auteurs

Jean-Marie Cariolet

Géomer – UMR 6554 CNRS LETG
(Université de Bretagne Occidentale)
Institut Universitaire Européen de la Mer
Technopôle Brest – Iroise - Place Nicolas Copernic, 29285 Plouzané, France
jean-marie.cariolet@univ-brest.fr

Serge Suanez

Géomer – UMR 6554 CNRS LETG
(Université de Bretagne Occidentale)
Institut Universitaire Européen de la Mer
Technopôle Brest – Iroise - Place Nicolas Copernic, 29285 Plouzané, France
serge.suanez@univ-brest.fr

Catherine Meur-Férec

Géomer – UMR 6554 CNRS LETG
(Université de Bretagne Occidentale)
Institut Universitaire Européen de la Mer
Technopôle Brest – Iroise - Place Nicolas Copernic, 29285 Plouzané, France
Catherine.Meurferec@univ-brest.fr

Articles du même auteur

Annaïg Postec

Syndicat de Bassin de l’Elorn
Ecopôle Guern ar Piquet
29460 Daoulas
natura2000.syndicatelorn@wanadoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page