Navigation – Plan du site
2012

Le Goix R., avec Suss C. (cartographe), 2009, Atlas de New York, Paris, Autrement, collection Atlas/Mégalopoles, 88 p.

Henry Ciesielski et Arthur Hibert

Texte intégral

1L’Atlas de New York s’inscrit dans la collection « Atlas mégapoles » des Atlas Autrement. Spécialiste des gated communities et plus généralement des mutations morphologiques et sociales des espaces périurbains aux États-Unis et en France, Renaud Le Goix adopte ici une approche distanciée de New York qui mêle cartographie, graphique et photographie. Si une abondante littérature existe déjà au sujet de cette mégapole en mouvement perpétuel et au fonctionnement complexe, l’atlas met à disposition d’un large public un ensemble de documents permettant d’en appréhender les différentes échelles, tant spatiales que temporelles. Celles-ci constituent le plan type en cinq parties des ouvrages de la collection (« Origines historiques », « La ville mondiale », « Au cœur de la ville », « La mégapole et sa région »,  « Quel avenir ? »).

2Le premier chapitre est consacré aux étapes historiques du développement de New York. Renaud Le Goix revient sur les épisodes fondateurs de la ville, de sa création par les Hollandais au XVIIe siècle à la constitution rapide d’une ville marchande et industrielle qui devient dès 1825 la première ville des États-Unis et s’impose au XXe siècle comme le « centre du monde ». Tout au long de son développement, la mégapole traverse diverses phases de colonisation, de croissance, de crise, d’immigration et d’internationalisation, en lien direct avec l’histoire des États-Unis.

3Dans le second chapitre, l’auteur cherche à restituer la centralité, tant économique que politique et culturelle, de New York au niveau mondial. À la tête des villes globales qui contrôlent les « réseaux de l’économie mondialisée », la métropole jouit d’un « quasi-monopole ». Elle domine le pouvoir politique international (ONU), elle est au cœur de la finance mondiale et du commerce international et concentre les sièges des firmes multinationales (cf. cartes des flux immatériels globaux et des principaux liens aériens entre métropoles du monde, pp. 23-24). L’auteur insiste sur le rôle primordial de l’immigration dans son développement urbain. D’abord majoritairement européens jusqu’à la première moitié du XXe siècle, les migrants ont vu leurs origines se diversifier ensuite : Haïti, Asie du sud et de l’est, Afrique, Moyen-Orient. Avec 60 % d’habitants ayant au moins un ascendant immigrant, la ville apparaît donc aujourd’hui comme « une mosaïque du monde », comme l’illustre une carte sur les profils géographiques d’immigration très diversifiés à l’échelle des quartiers (p. 29). Dans cette métropole où cohabitent élites internationales et grande pauvreté, la lutte contre la délinquance a été au cœur de la politique menée ces vingt dernières années, en particulier par Rudolph Giuliani, avec une municipalité soucieuse de l’image de la ville. L’attractivité internationale de New York repose en effet sur « l’image d’une ville glamour, riche et sûre ». Ancrées dans une logique de mécénat remontant au XIXe siècle, les grandes firmes n’hésitent d’ailleurs pas à financer divers événements culturels « porteurs d’image ». New York exerce également une domination culturelle et artistique au niveau international. La présence de nombreux médias à diffusion internationale (presse quotidienne ou réseaux télévisés, cf. carte p. 36) en témoigne, de même que la place de la ville dans l’imaginaire collectif mondial, dont l’auteur rend compte en passant en revue les nombreux films dont elle constitue le décor.

4Dans le troisième chapitre, Renaud Le Goix nous emmène au cœur d’une mégapole qui s’articule en premier lieu sur le « pouvoir et le prestige » de Manhattan. Le Central Business District attire quotidiennement de nombreux navetteurs provenant essentiellement des boroughs voisins (Bronx, Queens, Brooklyn, Staten Island). A contrario, on observe également un nombre croissant de New-yorkais effectuant le trajet inverse vers le reste de l’aire urbaine. Cela traduit l’émergence en périphérie de pôles secondaires, qui s’explique par des prix immobiliers moins élevés. L’auteur détaille ensuite le mode de gouvernance particulier de New York : la municipalité comprend cinq comtés tandis que la mégapole s’étend sur trois États. Il insiste sur le modèle new-yorkais d’organisation des transports, mis en place dès le début du XXe siècle à l’échelle métropolitaine, et sur le rôle fondamental joué dans ce domaine par l’Autorité portuaire, indépendante de la municipalité. Il s’arrête également sur le recours à la gouvernance urbaine privée, en particulier dans le cadre des politiques de rénovation urbaine telles qu’elles se sont déployées pour faire face à la dégradation de la ville et aux difficultés fiscales à partir des années 1970. L’auteur analyse ensuite la fragmentation sociale au sein de la mégapole : l’écart entre riches et pauvres y est extrême et les différents groupes ethniques continuent d’être fortement ségrégés. Depuis les années 1970, la politique de la municipalité, qui vise à maintenir les centres décisionnels des grandes entreprises dans New York, s’est faite au détriment des politiques sociales et a exacerbé les clivages socio-économiques. Qu’elle soit le fait des politiques publiques comme à Harlem, ou des mécanismes du marché immobilier dans le Downtown, le front de gentrification progresse à Manhattan aussi bien qu’à Brooklyn, contribuant à accroître la mixité sociale des anciens quartiers populaires au détriment des populations les plus pauvres (cf. cartes pp. 48-49). Pour clôturer ce chapitre, Renaud Le Goix s’intéresse aux parcs et espaces publics urbains, en particulier à Central Park, emblématiques de l’urbanité de New York mais aussi lieux de tensions entre les « classes moyennes » et la ville « invisible » (cf. carte des SDF à New York, p. 56).

5Dans le chapitre suivant, l’auteur évoque la ville de New York et sa région, à travers la Megalopolis, s’inscrivant par là même dans le sillage des travaux de Jean Gottmann (1961). Cette région correspond à la façade atlantique nord-est des États-Unis dont elle constitue le « centre d’impulsion et d’innovation ». Il s’agit d’un laboratoire où l’on assiste historiquement à la formation d’une zone dense de population ayant pour essence la suburbanisation liée au développement des banlieues pavillonnaires. Le rôle de façade atlantique confère à cet espace un poids déterminant dans les échanges mondiaux. L’auteur effectue ensuite une mise en lumière de la diversité et de la complémentarité des centres qui composent cette mégalopole. Le thème des transports est une nouvelle fois abordé mais à l’échelon de la Megalopolis et du point de vue des réseaux, ces derniers ayant largement structuré l’espace en question. Il insiste sur l’empreinte qu’ont les transports sur les territoires, en fonction des différents modes. Le devenir des espaces littoraux est évoqué, tiraillés entre héritages industriels et portuaires, usages balnéaires, tradition et renouveau. Le chapitre se termine par un encart consacré au vote Obama en 2008 (p. 72). S’il semble peut-être inopportun d’introduire ces éléments à la fin d’une partie consacrée au littoral de la Mégalopolis, l’auteur y montre combien le vote est révélateur de contrastes entre des métropoles dynamiques et progressistes majoritairement démocrates et des espaces périphériques et ruraux majoritairement républicains.

6Dans un dernier chapitre, Renaud Le Goix s’interroge sur l’avenir de cette métropole symbole de la modernité. Le renouveau urbain de New York s’effectue désormais d’une façon plus durable, en rupture avec le modèle d’étalement urbain des décennies précédentes. L’auteur évoque ainsi une redensification des centres dont les effets sont déjà visibles. La municipalité aborde cette croissance de population par des requalifications de terres inoccupées, dans une optique de développement durable. Par la suite, l’auteur cherche à montrer les défis auxquels la ville de New York va être confrontée face à la concurrence des métropoles des pays émergents. Selon lui, « la force d’une métropole réside dans sa faculté à innover plus que dans sa capacité à s’adapter ». Comme évoqué précédemment dans l’ouvrage, New York se démarque par son innovation dans l’industrie culturelle (mode, spectacle, musique, etc.) et ce dynamisme se traduit dans les modes de vie urbains. La reconstruction du site de Ground Zero apparaît enfin comme l’un des défis majeurs pour le renouveau de New York.

7Composé de nombreuses cartes et graphiques à la fois diversifiés et de qualité, cet ouvrage explore New York à différentes échelles d’observation, sous l’angle de diverses thématiques. Le lecteur y trouvera à la fois des cartes attendues (localisation des sièges sociaux ou des équipements culturels à Manhattan, répartition de la population dans la Megalopolis), mais aussi des cartes plus originales comme par exemple la carte en perspective isométrique sur le prototype de centre commercial dans la zone du Rockefeller (p. 53). Il faut également noter qu’un grand nombre de cartes ont été créées spécialement pour l’ouvrage. Tel est le cas de la carte des origines des New-yorkais (p. 29), de la carte des prix immobiliers et des enclaves résidentielles (p. 31), de la carte des centralités principales et secondaires (p. 39) ou encore de la carte de la division sociale de l’espace new-yorkais (p. 45), établies grâce à un important travail de traitement statistique.

8En définitive, il s’agit d’un ouvrage dans l’ensemble bien structuré, donnant à voir de manière convaincante la spécificité de cette mégalopole qui concentre des fonctions éminentes. Certes, on peut regretter la focalisation sur Manhattan au détriment des autres boroughs, de même que l’absence de commentaires sur certaines cartes ou graphiques, qui peut susciter l’interrogation chez le lecteur. Malgré tout, cet atlas de New York peut être considéré comme un outil synthétique et efficace pour appréhender au mieux le caractère et la complexité de cette ville. Par sa composition, il s’adresse à un public large, tant de géographes que de néophytes intéressés par la ville.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Henry Ciesielski et Arthur Hibert, « Le Goix R., avec Suss C. (cartographe), 2009, Atlas de New York, Paris, Autrement, collection Atlas/Mégalopoles, 88 p. », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Revue de livres, mis en ligne le 03 février 2012, consulté le 29 mars 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/25120

Haut de page

Auteurs

Henry Ciesielski

Etudiant en master 2 Carthagéo
Université Paris Diderot-Paris 7
ciesielski.henry@gmail.com

Arthur Hibert

Etudiant en master 2 Cathagéo
Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
arthur.hibert@hotmail.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page