Navigation – Plan du site
2012
593

Mesurer la notoriété touristique communale : contribution méthodologique à l’aide de l’analyse textuelle de guides touristiques

Using textual analysis of travel guidebooks to measure touristic attractiveness at the local level: a methodological approach
Guillaume Ollivier, Ghislain Geniaux, Claude Napoléone et Jean-Christophe Paoli

Résumés

Les données statistiques existantes peinent à appréhender le phénomène touristique dans toute sa complexité. Par exemple, la notoriété touristique, très rarement appréhendée statistiquement, est un facteur susceptible d’informer le phénomène touristique et ses effets sur d’autres mécanismes territoriaux.
Face à l’absence d’indicateurs statistiques décrivant la notoriété des lieux, nous proposons et mettons à l’épreuve une méthodologie permettant de mesurer la notoriété touristique, localisée à l’échelle communale et étendue sur une région. Cette méthode est basée sur le comptage des occurrences de noms de communes dans les guides touristiques par analyse textuelle. Nous justifierons cette proposition méthodologique par une revue de la littérature sur le rôle des guides touristiques dans la formation de l’image des lieux et la détermination des mobilités touristiques. Nous testerons cette méthodologie sur le territoire corse en montrant la nécessité de superviser la procédure de traitement des guides touristiques étant données les difficultés linguistiques et statistiques de l’opération. Nous mettrons en évidence une bonne convergence de la mesure de la notoriété entre les différents guides touristiques utilisés. Ceci nous permettra de proposer un indicateur de notoriété touristique spatialisé, que nous confronterons aux indicateurs touristiques les plus fréquemment utilisés, afin de mieux cerner l’apport de cette mesure dans la compréhension du phénomène touristique.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Le tourisme est un fait marquant dans de nombreux pays (OECD, 2010). A titre d’exemple, l’offre touristique1 de la région PACA (France) a généré en 2006 34 millions de nuitées pour une population de 4,8 millions d’habitants2. De telles fréquentations, dès lors qu’elles se développent dans un environnement rural et/ou peu peuplé, peuvent modifier en profondeur la physionomie territoriale et les équilibres sociaux locaux, en particulier entre zones très fréquentées (le littoral par exemple) et régions délaissées. Elles appellent, à ce titre, des réponses politiques ou réglementaires dans différents secteurs de l’action publique territorialisée qui nécessitent l’usage d’indicateurs spatialisés permettant de rendre compte du phénomène touristique dans toute sa complexité. Or, la quantification et l’analyse spatiale du phénomène touristique ne sont pas simples à mettre en œuvre. Il est possible de comptabiliser un certain nombre d’offres touristiques ou de produire des statistiques de fréquentations dès lors qu’il existe une organisation suffisante (paiement d’un droit d’accès, réservation d’un service, organismes collectant les données…). Il est en revanche plus compliqué de caractériser les notoriétés de certains lieux qui influencent l’intensité et la localisation des flux touristiques. Dans cette perspective, nous développons, dans le présent article, une proposition méthodologique permettant de quantifier et de localiser la notoriété des communes d’une région touristique, à partir d’une analyse textuelle semi-automatisée de guides touristiques.

  • 3 Une capacité d’accueil peut être en sous ou en sur-utilisation, un lieu peut assurer l’hébergement (...)
  • 4 Donnée très tôt (1937) par l’Office Mondial du Tourisme, la définition d’un touriste est « toute pe (...)
  • 5 Depuis 1991, au sein d’un Observatoire National du Tourisme.
  • 6 Notons que le bureau de la statistique de la Direction du Tourisme en France ne comptait que 6 empl (...)
  • 7 Par exemple, l’estimation de l’emploi touristique est une caractérisation des emplois de services e (...)

2En effet, un consensus existe pour considérer que le matériel statistique existant ne permet pas une compréhension correcte de l’objet touristique3 (Dewailly, 2006), alors même que ses définitions « officielles » sont floues4 (Urbain, 1998). Des controverses empêchent de parvenir à des définitions satisfaisantes du phénomène touristique et des objets associés (Lefort, 2007). En effet, de nombreuses pratiques sociales sont associées au tourisme, celles des opérateurs professionnels mais aussi des aux pratiques individuelles, et suivent des modalités très diverses, en particulier du point de vue des mobilités (tourisme, voyage, vacances, villégiature, excursion). Par voie de conséquence, malgré la position stratégique du tourisme dans l’économie française, la réalité de ce secteur est faiblement et difficilement renseignée (Céron et Dubois, 2000), en raison notamment du fait d’approximations complexes à lever, sauf à « baguer les touristes » pour ce qui concerne les mobilités touristiques fines (Castille, 1998). Une première réponse est la mise en place de dispositifs d’enquêtes destinés à suivre en permanence les flux aux frontières et les déplacements touristiques des nationaux5 (Dreyfus-Signoles, 2002) ; dispositifs très lourds dès lors que le résultat se veut spatio-temporellement précis ou à vaste échelle6. Une autre réponse est la construction d’indicateurs touristiques spatialisés relevant souvent de l’utilisation de données secondaires issues de divers opérateurs statistiques non spécialisés sur le tourisme (Dubois, 2005) – voir l’annexe 1 pour en estimer l’hétérogénéité. Outre le détournement par rapport à des objectifs initiaux7, la méthode a des limites en particulier concernant l’adéquation des échelles spatiales (parfois non exhaustives, trop englobantes ou trop restreintes) et temporelles (périodicité variables) des données. In fine, la description du phénomène touristique est faite principalement en fonction de données sur les capacités d’accueil, la fréquentation et marginalement sur les valeurs et pratiques sociales des touristes associées aux lieux (Moisy, 2001).

3Dans ce cadre, l’objectif de ce travail est de tester la validité d’une méthodologie, simple à répliquer, produisant un indicateur de notoriété touristique communale. Nous voulons montrer qu’un tel indicateur est à même de hiérarchiser les communes touristiques d’une manière différente de celle proposée par les indicateurs de fréquentation ou d’offre de services. Cet indicateur complète ainsi l’analyse du phénomène touristique et peut concourir à une analyse statistique plus fine de différents phénomènes territorialisés (par exemple : la fréquentation, le fonctionnement des marchés foncier et immobilier, la démographie…). Nous voulons également montrer que l’automatisation de la procédure de quantification de la notoriété touristique localisée permet de disposer d’un indicateur utilisable à une échelle vaste (une région, un Etat…). Pour cela nous testons une proposition méthodologique basée sur le décompte des noms de communes par l’analyse textuelle de guides touristiques. Le test est effectué sur la région Corse où le tourisme semble très concentré sur le littoral, alors même qu’une grande partie de l’attractivité de l’île est liée aux sites de l’intérieur. Nous concluons par un inventaire des perspectives possibles à partir de ce premier test méthodologique.

Justification méthodologique de la mesure de la notoriété touristique à partir d’un corpus de guides touristiques

  • 8 Miossec (1977) : « l’espace touristique c’est avant tout une image » ; Flament (1975) : « le succès (...)

4La notoriété d’un lieu résulte de l’agrégation d’un ensemble de valeurs attachées aux attributs matériels ou symboliques qui le constituent (monuments, évènements, paysages…). Par sa nature complexe, elle est donc difficile à capter, des approximations sont alors nécessaires. Par ailleurs, la notoriété des lieux est une construction sociale qui s’appuie sur une large gamme d’instances médiatiques assurant sa diffusion et sa réception : presse écrite et audio-visuelle généraliste, magazines spécialisés, littérature de voyage et romanesque, supports de communications de l’industrie touristique, guides touristiques, etc… Toutes ces sources d’information contribuent de façon complexe et indirecte à développer la notoriété des lieux appréhendée par les touristes. De nombreux auteurs, en particulier des géographes, insistent sur le rôle de l’image, de la représentation et des mythes attachés aux lieux touristiques8 (Cazes, 1992 ; Flament, 1975 ; Miossec, 1977). Dès lors que l’image de cet espace est médiatisée, elle assure le maintien de l’activité touristique et de l’attractivité d’un lieu (Tritz, 2001, 2003, 2006). L’image perçue par un touriste affecte donc la fréquentation du lieu qui n’est donc pas superposable à la géographie des lieux de résidence (Mao, 2003 ; Violier, 2007). Dans cette perspective, la notoriété est à la fois formée par les différentes dimensions accordées aux lieux touristiques (esthétique, culturelle, récréative, sensible…) (Tritz, 2006) et représente l’un des éléments d’appréciation de ces même lieux, connu de tous ou du moins du plus grand nombre.

5Cette complexité pourrait être abordée par l’enquête sociologique de terrain qui présente toutefois de grandes difficultés dès lors que l’ambition est de rendre compte de phénomènes localisés sur un espace régional. La section suivante développe la manière dont nous proposons d’approcher une mesure de la notoriété touristique communale par une analyse textuelle des guides touristiques. Nous motiverons notre choix d’utiliser cet objet littéraire comme corpus d’analyse plutôt que d’autres médias.

Pertinence des guides touristiques comme corpus d’analyse

6Une revue de la littérature sur les guides touristiques, en particulier issue des « Tourism Studies » mais aussi des approches géographiques et littéraires en France, permet de justifier que cet objet littéraire soit utilisé dans une telle perspective métrologique. Le guide touristique est appréhendé de deux façons dans la littérature : d’une part, c’est un reflet de la valeur des lieux telle qu’elle est présente dans une culture donnée, d’autre part il a un caractère fortement performatif et intervient dans la formation des comportements et représentations des touristes. Ces deux points de vue, contradictoires au premier abord, sont des arguments forts en faveur de l’utilisation des guides dans la construction d’indicateurs de notoriété. Nous verrons enfin l’importance économique et pratique du guide touristique dans l’expérience touristique.

Le guide, reflet d’une représentation commune de la valeur des lieux

7Le guide est un matériau fréquemment mobilisé dans l’analyse de l’histoire des mobilités, des identités nationales (Koshar, 1998) ou de la construction de la représentation des lieux (Bonin, 2001 ; Santos, 2004 ; Saunier, 1993 ; Toulier, 2000 ; Tritz, 2003 ; Young, 1999). Dans ces approches, le texte est un reflet de la valeur sociale d’un lieu (Richards, 2002), de sa notoriété ou des mythes qu’il génère (Barthes, 1957). L’analyse historique de la construction de ce genre littéraire met en évidence sa propension à véhiculer des clichés et représentations socialement partagées et diffusées (Chabaud et al., 2000 ; Dann, 2001 ; Guilcher, 2004). Le genre s’ancre dans la tradition du récit de voyage mais s’est mué en discours utilitaire, promotionnel et prescripteur, intégré dans l’industrie touristique (Gritti, 1967 ; Guilcher, 2000 ; Kerbrat-Oricchionni, 2005 ; Saunier, 1993). Une des caractéristiques des guides touristiques est leur mode de construction parcimonieuse voire minimaliste, qui consiste à reprendre principalement des informations déjà existantes sur la nature des lieux (littérature de voyage, guides concurrents, versions antérieures, histoire et géographie locale) et à ne conduire d’enquêtes que marginalement (Bonin, 2001). Ce phénomène de reprise se retrouve également dans les traductions. Ainsi, « la très grande majorité des guides disponibles en Italie et en Espagne sont en fait des traductions du Guide Michelin, du Guide Vert, ou d’autres guides » (Tritz, 2006). Même s’il ne s’agit pas de traductions fidèles, la comparaison des guides français et anglais de la Côte d’Azur, montre par exemple la très faible différence dans les modalités de médiatisation des lieux (Tritz, 2001).

  • 9 Par exemple, dans le cas de la Côte d’Azur, Tritz montre par la comparaison des guides de 1952 et 1 (...)

8Par son objectif et son mode de construction, le genre relève donc d’un discours en quête d’universalité et maximisant un consensus, historiquement stabilisé, sur la notoriété des lieux (Bonin, 2001). Même si les guides évoluent dans le temps en suivant les transformations du tourisme comme le montre l’étude diachronique de Tritz (2003)9 ou selon les politiques rédactionnelles des éditeurs (Bonneau et Violer, 2000), leur analyse révèle une hiérarchie relativement stable de la valeur des lieux à visiter, ce qui permet l’étude des notoriétés localisées par l’usage des principaux guides décrivant la région étudiée.

Le guide, performateur des perceptions et des comportements du touriste

9Différentes approches théoriques et empiriques, les unes critiques (Barthes, 1957 ; Dann, 1996), les autres en ethnométhodologie ou en marketing (Butler, 1990 ; Daye, 2007 ; Gartner, 1993 ; Hunt, 1975), mettent en évidence les effets du texte sur le touriste et sur son expérience de la visite. En prenant une perspective critique, on peut dire que le guide est un instrument d’aliénation, de contrôle social ou d’aveuglement des touristes limitant ses potentialités (Cassou, 1967 ; Dann, 1996 ; MacGregor, 2000 ; Zillinger, 2006). Mais si l’on se place dans une autre perspective, le touriste est doté de compétences d’interprétation et construit son expérience avec le guide (Brown, 2007 ; MacCannell, 2001 ; Mercille, 2005 ; Urbain, 1998 ; Urry, 1990). Ce n’est donc pas l’existence d’un effet performateur des guides sur les touristes mais la force de cet effet et l’autonomie du touriste qui sont en jeu dans ce débat théorique :

  • Premièrement, le guide influence la perception qu’a le touriste des lieux qu’il visite, le « tourist gaze » (MacGregor, 2000 ; Perkins et Thorns, 2001 ; Urry, 1990, 1995). Des études empiriques montrent ainsi une convergence entre les images livrées par les guides et les images individuelles postérieures à la visite (MacGregor, 2000 ; Mercille, 2005).

  • Deuxièmement, les guides, au travers de l’image des lieux qu’ils véhiculent, influencent les choix individuels de mobilité comme en témoigne la traduction anglo-saxonne du terme utilisée dans les Tourism Studies : attractiveness (Jenkins, 1999 ; MacGregor, 2000 ; Prod’homme, 2002 ; Violier, 2007 ; Zillinger, 2006). Les auteurs de ces études montrent ainsi que les touristes s’orientent vers les lieux idylliquement exposés dans les guides et donc susceptibles de constituer des « expériences potentiellement satisfaisantes » (Richards, 2002). L’expérience touristique génère un haut degré d’incertitude spatiale, temporelle et sociale (Brown, 2007 ; Ladwein, 2002 ; Violier, 2007), le touriste s’équipe donc du guide, véritable « prothèse visuelle » étoffant « symboliquement l’expérience visuelle » (Ladwein, 2002), pour positionner les lieux visités dans l’espace et le temps, en évitant ainsi le risque d’errance et d’insignifiance.

L’importance pratique et économique des guides

  • 10 Brochures, revues spécialisées, sites web, applications de téléphones portables, GPS, signalétique…

10La notoriété touristique des lieux est aujourd’hui diffusée par différents objets informationnels10. Pour l’heure, le guide touristique tient toujours une position prépondérante auprès des touristes (Daye, 2007 ; Månsson, 2009)en particulier du fait de l’ancienneté de ce genre littéraire (Guilcher, 2000 ; Toulier, 2000), de sa forte inscription dans la pratique du touriste (Zillinger, 2006) et de la dimension pratique de l’objet. Le guide, « outil de l’expérience » du touriste (Ladwein, 2002), par son format portable, la structuration et la normalisation de son contenu, est facilement intégrable dans l’activité concrète du touriste au prix d’un travail de contextualisation, de combinaison avec d’autres informations (cartes, conversations…) et d’interactions sociales (Brown, 2007).

11Quinlan (2005) passe en revue une série d’articles qui montrent le pourcentage important, quoique variable, de touristes utilisant un guide touristique : 65 % chez les Japonais visitant l’Alaska (Milner et al., 2000), 80 % des voyageurs indépendants en Nouvelle-Zélande (Hyde et Lawson, 2003)... En France, les guides occupent une position importante dans l’information du touriste, ainsi environ 68 % des 40 millions de Français qui partent en vacances au moins une fois par an achètent des guides de tourisme (Livre Hebdo, 2007). 8,6 millions de guides ont par exemple été vendus en 2005 en France (Petit, 2007).

12L’usage du guide a donc une place prépondérante dans l’expérience du touriste, et ce tout au long de la séquence de visite. Avant la visite, le touriste s’appuie sur une notoriété diffuse attachée aux territoires dans leur globalité. En analysant les informations préalables à la visite pour évaluer la destination suggérée, McGregor (2000) montre qu’elles sont issues de guides touristiques seuls (40 %) ou de communications personnelles combinées aux guides touristiques (50 % des touristes enquêtés). Une fois la destination générale choisie, au cours de la visite, le guide permet d’appréhender une notoriété localisée précisément, souvent à l’échelle communale ou infra-communale.

Formaliser statistiquement la notoriété des communes représentées dans les guides

Les méthodologies existantes

13Des méthodes d’analyse textuelle des guides pour produire des indicateurs numériques de notoriété ont déjà été utilisées dans la littérature géographique. Par exemple, à partir de la géolocalisation des sites étoilés du Guides verts des cartes de la densité au km² d’étoiles sont produites (Knafou, 1997 ; Mao, 2003). Tritz (2001, 2006) construit manuellement une base de données à partir des lieux cités dans les annexes des guides (Routard, Guide Vert et Guide Bleu) à l’échelle du bassin nord-méditerranéen. Ces méthodes représentent les résultats sous forme raster pour les traiter à partir de méthodes d’analyse d’image afin de modéliser la répartition spatiale des lieux touristiques. L’analyse de contenu peut également porter sur le décompte de l’iconographie des guides (Tritz, 2006)ou des photos géoréférencées sur le web (Girardin et al., 2008). Toutefois, ces méthodes ont nécessité la construction de bases de données alimentées par une analyse manuelle du contenu des guides.

14Notre objectif étant de tester une approche reproductible automatisant le plus possible la mesure, nous avons adopté une méthodologie semi-automatisée sur la base d’une analyse textuelle permettant le comptage des noms de communes dans les guides. Avant de décrire les résultats d’un premier test, nous justifierons ce choix de méthodes.

Représenter la notoriété touristique par le décompte des noms de communes dans les guides touristiques

15Pour analyser la notoriété touristique des communes, nous avons recouru à l’analyse textuelle informatisée afin de mettre sous forme de variables quantifiables des textes reflétant la notoriété de chaque commune à l’échelle d’une région. L’analyse textuelle est une appellation générique d’un vaste champ de méthodes très diversifiées dans ses approches et ses applications, que ce soit par exemple dans le domaine linguistique, l’analyse de discours, l’industrie du texte (moteurs de recherche), la sociologie qualitative ou la lexicométrie avec des approches statistiques appliquées à des volumes considérables de textes (voir pour plus de détails : Demazière et al., 2006 ; Jenny, 1996 ; Roberts, 1997). Le point commun de ces différentes approches est de considérer le texte et/ou la collection de texte (le corpus), analysé(s) selon des niveaux linguistiques variés, comme le moyen d’accéder à des significations en réponse à une problématisation spécifique. Nous adoptons ici une approche quantifiée basée sur le comptage d’occurrence des noms de communes (voir justification infra) et qualitative dans une perspective de validation de la méthode proposée.

  • 11 Sans détailler le protocole, il est important de noter que cette opération nécessite un important c (...)

16Les analyses textuelles s’appuient sur un corpus construit afin de représenter de manière pertinente le phénomène à étudier : dans notre cas, nous avons sélectionné des guides touristiques en langue française qui traitent spécifiquement de la Corse. Nous avons choisi d’analyser les principaux guides généralistes couvrant la majorité de la part de marché (Leboucher, 2007 ; Livre Hebdo, 2007 ; Petit, 2007) et les guides servant de références dans les traductions qui ont donc potentiellement le plus d’impact sur la population. Le marché des guides est couvert par une multitude de produits qui adoptent des politiques éditoriales contrastées pour viser des niches touristiques différentes. Par exemple, le Guide Bleu par son coût et son contenu culturel cible un public aisé alors que le Guide du Routard vise un public plus populaire et/ou jeune (Chabaud et al., 2000). En Corse, nous avons utilisé la référence historique, le Guide Vert (GV) (2007), qui représente 20 % de part de marché, le Guide du Routard (GR) (2007) qui prend 40 % de part de marché et enfin le Lonely Planet (LP) (Albert et al., 2009), guide d’un éditeur australien en cours d’implantation sur le marché français. Ces différents guides ont été numérisés par reconnaissance de caractères11 pour ne garder au final que leur contenu textuel.

17Plusieurs indicateurs peuvent être construits pour refléter quantitativement la notoriété d’un lieu : le volume de discours consacré à un lieu, la spatialisation des notations de certains guides, la présence-absence des lieux dans les index… Nous avons choisi d’évaluer la notoriété sur la base de l’occurrence des noms de communes dans les guides. Plusieurs raisons expliquent ce choix :

  • nous désirons appliquer la méthode la plus parcimonieuse possible en intervention humaine, ce que la majorité des autres indicateurs ne permettent pas du fait des comptages manuels nécessaires.

  • nous cherchons à obtenir un indicateur à l’échelle communale pour assurer sa confrontation avec un grand nombre de données statistiques disponibles au niveau français à cet échelon administratif.

  • La notoriété d’une commune est la résultante de sa richesse en formes d’attraction intéressant les touristes à des échelons spatiaux très différents (de la microrégion au petit monument rural). Les guides décrivent assez précisément ces lieux dans le détail mais le niveau communal est le niveau spatial qui structure très fortement l’écriture et la lecture des guides touristiques (entrées des index, titres de parties, principaux toponymes utilisés). Lorsque des toponymes infra ou supra-communaux (Cap Corse par exemple) sont utilisés, ils sont également référés à ce niveau communal puisqu’ils se situent dans une commune (monuments, espaces naturels…) ou que leur accessibilité dépend de certaines communes. Le mode d’énonciation des éléments-à-voir sur un territoire renforce l’intérêt d’utiliser les toponymes communaux dans la mesure où 1) les communes d’intérêt sont décrite une à une, 2) le nom de la commune est souvent le sujet grammatical explicite dans la description et 3) le texte rappelle le positionnement géographique des communes les unes par rapport aux autres en fonction de leur intérêt. Enfin, des éléments textuels supplémentaires (historique de la région, suggestions de parcours, d’activités, de destinations « week end »,…) agrémentent les guides et reviennent à insister sur certaines communes particulièrement notables. Au total, le nombre d’occurrences des toponymes communaux est corrélé au volume textuel attribué à chaque lieu, tout en étant plus facilement calculable que ne l’est le volume textuel attaché à chaque commune.

  • La notion d’occurrence, qui assure la quantification de l’indicateur, s’appuie par ailleurs sur le postulat largement répandu en statistique textuelle selon lequel la valeur sociale attribuée à une chose dépend de la répétition des termes la désignant (Reinert, 2003).

18La construction d’un indicateur de notoriété touristique à l’échelle communale consiste ensuite à mettre en équivalence ce corpus en langage naturel avec le langage statistique de référence par le biais d’une analyse textuelle semi-automatisée. Pour réaliser cette opération, nous avons choisi d’utiliser le logiciel Prospéro, développé initialement pour l’analyse des dossiers complexes en sociologie pragmatique (Chateauraynaud, 2003). Tout en assurant la quantification recherchée en premier lieu, le logiciel permet de produire une analyse qualitative fine, grâce à de multiples possibilités de codage, de création d’expressions et de construction des réseaux lexicaux de termes-cibles. Son principal intérêt, pour notre méthodologie, réside dans sa capacité à contourner une difficulté de la langue liée à la multiplicité des façons de désigner une même entité, dans notre cas les multiples graphies des noms de communes. Le logiciel permet ainsi de regrouper les termes désignant le même territoire sous une même entité. Par exemple, « Sainte Lucie de Tallano », « SAINTE LUCIE DE TALLANO » ou « Ste-Lucie-de-Tallano », etc., renvoient tous à la même entité qui est désignée dans le référentiel statistique de l’INSEE par l’identifiant « 2A308 ». Ce travail de mise en équivalence de l’hétérogénéité du langage naturel et des catégories statistiques normalisées a été automatisé à l’aide d’un script en Visual Basic. Nous avons appliqué des règles de variation des graphies (majuscule, traits d’union, termes raccourcis...), préalablement inventoriées. A partir de ce fichier établissant la correspondance entre l’identifiant statistique (360 communes) et les graphies des communes (2 118 au total), nous pouvons extraire un tableau de comptage des occurrences des noms de communes issu de l’analyse du corpus des guides. L’indicateur de notoriété communale brut est donc la somme des occurrences des différentes graphies des noms de communes dans les guides touristiques.

Test de la méthodologie développée dans le cas de la Corse

Présentation de la zone de test

19La Corse est une région insulaire française de 8 769 km2 comprenant 360 communes. Son relief est très marqué par un système montagneux central, traversant l’île, schématiquement, du nord-ouest au sud-est (figure 1). Le plus haut sommet est à 2 710 mètres d’altitude et à vingt kilomètres de la mer. La répartition de la population résidente suit un tropisme lié au littoral et dans une moindre mesure à l’axe routier entre Ajaccio et Corte. Le tropisme littoral se retrouve également dans la distribution spatiale des emplacements de camping et, dans une moindre mesure, dans la distribution des offres hôtelières qui dessinent par ailleurs deux pôles touristiques : les alentours de Calvi au nord-ouest et les alentours de Porto-Vecchio/Bonifacio au sud (figure 2). Il y a également une forte relation spatiale entre les activités économiques liées au tourisme, les emplois et les villes principales. Nous sommes en effet dans une région ne disposant pas de ville très peuplée ou très industrielle susceptible de repousser les touristes.

Figure 1 : réseau routier principal, relief et villes principales de Corse

Figure 1 : réseau routier principal, relief et villes principales de Corse

Figure 2 : Données communales générales et relatives aux capacités d’accueil et à l’emploi touristique

Figure 2 : Données communales générales et relatives aux capacités d’accueil et à l’emploi touristique

20L’enquête de marché annuelle (KPMG et Agence du Tourisme Corse, 2009) permet par ailleurs de compléter la description du territoire en cernant globalement son image touristique. La Corse jouit globalement d’une bonne identification et d’une image touristique favorable parmi les îles méditerranéennes. Elle est considérée comme une destination à la mode et sûre, plutôt haut de gamme avec des équipements de qualité et apparaît être un lieu favorable à des vacances reposantes à la fois par ses activités, ses paysages du littoral et de l’arrière-pays et grâce à l’image positive de l’accueil des Corses. La Corse est en effet globalement bien reconnue pour ses activités de nature (67 % des clients), de visite de sites (60 %), nautiques (42 %) puis évènementielles (39 %).

Des ambiguïtés linguistiques et statistiques ne permettent pas une automatisation complète de la construction des indicateurs

  • 12 Par exemple : Porto, station balnéaire de la commune de Ota, a été parfois individualisée comme « P (...)
  • 13 L’homonymie est une des principales sources d’ambigüité dans le travail sur les toponymes. Nous l’a (...)

21S’agissant de la mise en œuvre de la méthodologie de comptage, deux éléments ont complexifié l’automatisation de la construction de l’indicateur de notoriété touristique communale : les évolutions du système de découpage des communes elles-mêmes et les ambigüités linguistiques de leurs dénominations. Lors de la mise en œuvre de la méthodologie, nous avons ainsi été confrontés aux effets de l’évolution dans les dernières décennies des statistiques dans les dernières décennies12. Les guides eux-mêmes ne se réfèrent pas systématiquement au découpage administratif et statistique actuellement en vigueur, ce qui peut générer à la marge une distorsion dans le comptage des citations de noms de communes. Nous avons donc construit une table de correspondance entre les différents découpages communaux passés et présents utilisés dans les guides et la désignation statistique actuelle. Les fichiers d’équivalence auraient pu également intégrer l’ensemble des hameaux de toutes les communes mais cette opération, générant un autre bruit lié à l’homonymie des toponymes13, n’a pas été mise en œuvre.

  • 14 Le « Monte » dans le syntame nominal figé de « Monte d’Oro » n’est plus comptabilisée sous Monte. L (...)

22Par ailleurs, à la variation des graphies, évoquée précédemment, s’ajoutent les fautes d’orthographes, présentes dans les guides ou issues du travail de numérisation des textes, mais encore des variations dues à la corsication de la toponymie officielle (par exemple, le « o » final transformé parfois en « u »). Enfin, un problème important apparaît autour des toponymes à intégrer ou exclure du décompte communal. Nous avons déjà évoqué la question de l’insertion ou non des noms de hameaux. Nous avons également vu apparaître des ambigüités liées à l’existence de toponymes comprenant des noms de communes. Ainsi, les Monte d’Oro, Monte Estremo etc… sont comptés sous la commune Monte si l’on ne prend pas garde à « figer » ces syntagmes nominaux14. On ne peut pas traiter cette question avec un gel massif des expressions, mais avec un codage ciblé.

23L’ensemble de ces obstacles nécessite donc un travail conséquent de validation de la qualité du processus empêchant une automatisation totale des opérations.

Evaluation de l’indicateur produit

Comparaison des indices de notoriété pour chaque guide : convergence quantitative globale et différenciations marginales

24Globalement, et conformément à la littérature, la nature et le nombre d’occurrence de communes dans chaque guide touristique témoignent d’une très forte convergence des indicateurs produits à partir de chacun des guides utilisés, et ce, malgré des politiques éditoriales contrastées. Ainsi, les corrélations entre les différents guides tournent autour de 97 % (tableau 1) et ressortent visuellement par la comparaison de la cartographie du nombre d’occurrence, selon les guides (figure 3).

Tableau 1 : corrélations des occurrences de noms de communes entre les différents guides

Corrélations

Notoriété Routard

Notoriété Guide Vert

Notoriété Lonely Planet

Notoriété Routard

1.00

0.96

0.97

Notoriété Guide Vert

0.96

1.00

0.97

Notoriété Lonely Planet

0.97

0.97

1.00

Figure 3 : Cartes des occurrences de noms de communes dans les différents guides et en moyenne

Figure 3 : Cartes des occurrences de noms de communes dans les différents guides et en moyenne

25Un noyau de 160 communes est décrit par tous les guides analysés (44 % des communes corses soit 94 % du total des occurrences de noms de communes), mais chaque guide met en avant des communes qui lui sont spécifiques. Plus précisément, la mesure de la notoriété reflète marginalement quelques différences liées à des variations de politiques éditoriales des guides : le Guide Vert (GV) et le Guide du Routard (GR) couvrent plus largement le territoire corse que le Lonely Planet (LP). Le GV est par ailleurs le plus prolixe en occurrences et en descriptions de communes, alors que le GR fait un peu moins références aux communes. Par ailleurs, des communes spécifiques à un guide existent mais elles sont peu nombreuses et faiblement citées.

26Pour caractériser ces communes spécifiques, nous avons mobilisé quelques indicateurs démographiques et touristiques (Inventaire Communal INSEE-CERTU 2007) (tableau 2). Globalement, les communes spécifiques à un guide sont peu peuplées. Les communes exclusivement citées par le LP (n =15) sont plus touristiques (présence de résidences secondaires et campings et emploi touristique plus importante en moyenne) et plus balnéaires que celles citées par les autres guides, même si les communes de montagne restent majoritaires. On notera que les communes spécifiques au LP sont très petites avec des capacités d’accueil très orientées sur le camping. Les communes du guide vert et du routard ont des caractéristiques moyennes très proches en population avec des capacités d’accueil touristiques (structures et emploi) légèrement supérieures. Les communes spécifiques au GR (n =24) ont une capacité d’accueil hôtelier plus importante (surtout en gîtes ruraux). Ces communes sont plutôt attractives pour leur aspect montagnard et forestier, on pense ici aux communes centrales autour du Chemin de Grand Randonnée (le GR20, traversant l’ile du nord-ouest au sud-est, entre Calvi et Porto Vecchio). Le GV se distingue par sa description dense des communes qu’il cite spécifiquement. Ces dernières apparaissent plutôt plus attractives pour leur aspect campagnard et moins pour l’aspect forestier. Les indicateurs statistiques disponibles sur les raisons qui expliquent l’attractivité des communes se révèlent similaires pour les trois guides.

Tableau 2 : Occurrences des noms de communes et caractéristiques des communes

Tableau 2 : Occurrences des noms de communes et caractéristiques des communes
  • 15 Prospéro permet d’extraire les mots spécifiquement associés à chaque entité considérée, ici les nom (...)

27Pour rendre compte de la légère différence de traitement entre les guides, nous avons utilisé les possibilités d’analyse qualitative de Prospéro en analysant les termes exclusivement associés aux communes spécifiques et les termes spécifiques à chaque guide (voir annexe 2). L’analyse des réseaux lexicaux15 des communes spécifiques est représentative de l’orientation éditoriale des guides. Le GR est tourné vers l’arrière-pays, ses gîtes d’étapes, son aspect montagnard, son relief et les promenades que cela permet. Le GV est davantage orienté vers les activités pratiquées en particulier dans le milieu rural dans les communes qu’il met spécifiquement en avant. Il insiste sur les produits et le patrimoine rural et religieux. Il met en avant la dimension culturelle et historique des communes qu’il cite spécifiquement. Enfin, le LP met l’accent dans ses communes spécifiques sur les activités sportives et de loisir plutôt liées au littoral, mais aussi sur le patrimoine et les occupations urbaines. Ces orientations se retrouvent en partie dans les différences de traitement des communes avec les plus grands écarts de citation. Ainsi, le GR et le GV citent moins les grandes villes littorales comparativement au LP (23 % des citations pour GR et GV pour les 5 premières villes en population contre 27 % pour le LP). Pour les autres communes à fort écart de citations, les descriptions sont contrastées. Le LP a tendance à surreprésenter les villes et communes littorales en mettant en avant leur aspect balnéaire. Pour ce type de commune, le GV donne une orientation historique plus prononcée.

28Pour conclure, les guides, par leurs politiques éditoriales et les niches commerciales visées, orientent les modes de descriptions et les valeurs des lieux mis en avant. Ainsi, la qualité de la notoriété touristique diverge légèrement mais la hiérarchisation numérique de la notoriété touristique communale sur l’ensemble de la Corse est convergente entre les différents guides. La notoriété touristique mesurée à partir des occurrences de noms de communes dans les guides apparaît donc suffisamment robuste pour être utilisée en tant qu’indicateur statistique.

Spécificités et apports de l’indice de notoriété touristique communale vis-à-vis des indicateurs statistiques existants

29Un patron spatial convergent ressort de la cartographie des différents indicateurs (figure 3). Toutefois, la notoriété des communes peut être composée de l’effet propre de notoriété, auquel s’ajoutent d’autres éléments tenant aux équipements ou à la population et qui invitent donc à pondérer cet indicateur. A titre d’exemple, on note une forte représentation des communes les plus peuplées (tableau 3). Cette corrélation est visiblement stable dans le temps (cf. population en 1962 et population en 2006) et se distingue des autres indicateurs de capacité touristique et d’emploi touristique dont la corrélation à la population a nettement augmenté durant la période. Il est alors possible de s’interroger sur un éventuel effet cumulé entre une notoriété propre à la ville citée et un nombre de citations supplémentaires tenant aux équipements administratifs et de transport qui intéressent les touristes sans pour autant représenter leur destination (le port, l’aéroport…). On note également une corrélation avec la superficie de la commune : par effet mécanique, les communes les plus grandes ont plus de probabilités de disposer d’un lieu remarquable. Enfin, a contrario, on note une faible corrélation avec la proximité du littoral : dans la grande majorité des communes citées, l’argument balnéaire et la situation côtière de la commune ne motivent pas massivement la citation dans les guides analysés.

Tableau 3 : Corrélations entre notoriété touristique, indicateurs touristiques et quelques caractéristiques communales

Tableau 3 : Corrélations entre notoriété touristique, indicateurs touristiques et quelques caractéristiques communales
  • 16 Les autres variables (résidences secondaires, hôtels ou emplois) étant eux-mêmes corrélés à la popu (...)

30Il existe donc une corrélation entre la population (et dans une moindre mesure de la superficie communale) et les indicateurs de notoriété. D’où la nécessité d’une pondération de l’indicateur brut, par des éléments de population communale, pour minorer le poids des communes les plus peuplées, et de superficie, pour minorer le poids des communes qui ont plus de probabilités de disposer d’un site remarquable. En l’occurrence, il est assez aisé de construire un indicateur décorrélé de sa relation avec la population et la surface communale, en utilisant une régression multivariée. Elle vise à expliquer la moyenne de la somme des citations communales des trois guides en fonction de la population en 200616 et de la superficie communale, dont le détail des résultats est présenté en annexe 3 :

31L’indicateur décorrélé est construit à partir des résidus de la régression (1) de la façon suivante :

32L’indicateur ainsi construit représente l’écart à la notoriété attendue, sachant la population et la superficie de la commune : une valeur positive indique que la commune a une notoriété plus forte que celle attendue par sa population et sa superficie. La cartographie de l’indice décorrélé de la population et de la superficie communales montre dès lors des corrélations beaucoup plus faibles avec les autres indicateurs de capacité touristique (<0,2 avec les résidences secondaires et l’emploi touristique, environ 0,5 avec les hôtels et les campings), pour lesquels il apporte une information complémentaire (figure 4).

Figure 4 : Indice de notoriété communale décorrélé de la population et de la superficie.

Figure 4 : Indice de notoriété communale décorrélé de la population et de la superficie.

33Plus précisément, l’indice de notoriété décorrélé permet d’identifier en Corse des zones ayant des identités propres (la Castagniccia, région du centre est peu aménagée mais sujette à de nombreuses visites ; le sud étendu aux zones montagneuses de l’Alta Rocca avoisinantes, etc.). Il s’agit d’une géographie se démarquant de celle des capacités d’accueil ou des emplois touristiques, qui dessinent un tourisme plus balnéaire et localisé sur les pôles urbains. L’indice de notoriété ainsi construit apporte donc bien une information complémentaire aux autres indicateurs touristiques existants.

34Ces résultats confirment l’importance de la distinction entre espace matériel et espace médiatisé que l’on trouve dans la littérature (Cazes, 1992 ; Flament, 1975 ; Miossec, 1977 ; Tritz, 2001) et l’intérêt de considérer la notoriété des lieux. La confrontation des différents indices donne également des indications sur le modèle de mobilité touristique en Corse avec des pôles littoraux de résidence touristique à forte capacité d’accueil et à forte notoriété, des « zones d’exploration » dans l’intérieur de l’île à population et capacité d’accueil limitées mais à notoriété importante et enfin des zones de faible notoriété et à forte population et capacité d’accueil (littoral est). Il se dessine ainsi le profil d’un touriste « dormant sur la côte et se promenant à l’intérieur ».

Perspectives de développement

35Techniquement, notre méthodologie met en évidence la nécessité d’un contrôle humain de la chaîne de traitement s’appuyant sur une connaissance de l’espace géographique analysé. Les ambigüités peuvent ainsi être contournées en corrigeant manuellement les données. L’utilisation d’un logiciel tel que Prospéro, bien qu’utile pour lever le problème de la multigraphie, ne permet pas de traiter toutes les ambigüités associées à l’identité des noms de lieux que nous avons mises en évidence lors de notre test. D’autres méthodologies d’analyse textuelle pourraient permettre d’accroitre le degré d’automatisation. Les technologies de Traitement Automatique du Langage Naturel (TALN), du Web Sémantique et de l’Extraction des Connaissances sont ainsi davantage formalisées au plan linguistique et informatique et permettent de construire des raisonneurs qui désambigüisent les termes à partir de leur contexte. Sur le plan de la toponymie et de l’extraction de l’information spatiale, des travaux prometteurs ont déjà été identifiés (Lesbegueries, 2007 ; Schockaert et al., 2008).

36Le test que nous avons opéré sur la Corse montre que le patron géographique de l’indicateur de notoriété met en avant les sites de l’intérieur de l’île alors que les autres indicateurs tendent à être littoralisés. Dans leur ensemble, ils rendent donc bien compte de la nature du tourisme corse qui est à la fois balnéaire (pour le choix de résidence) et de l’intérieur (pour les visites de site et les activités de nature). Cette bipolarisation de la notoriété touristique localisée de la Corse, déjà relevée dans les études marketing sur l’image globale de la Corse (KPMG et Agence du Tourisme Corse, 2009), laisse une grande partie des communes intermédiaires « dans l’ombre » et ce d’autant plus que celles-ci ne sont pas situées sur des circuits routiers. Ceci tendrait à montrer que la notoriété touristique est très inégalement répartie sur le territoire, y compris dans une île si densément fréquentée. Des développements de l’analyse qualitative, que nous avons partiellement abordée dans cette contribution, sont envisagés pour prolonger le travail réalisé, notamment afin de mieux qualifier les sources de la notoriété touristique et de classer les communes en fonction des grands types de valeurs (balnéaire, culturel, gastronomique, récréatif…).

37La méthodologie testée représente, à notre sens, une voie d’analyse pour des zones recevant un tourisme important mais souffrant d’un déficit d’informations centralisées. Elle permet en effet, à partir de données facilement disponibles (les guides et les fonds cartographiques), d’élaborer des indicateurs robustes rendant compte de la notoriété touristique localisée complémentaire aux autres indicateurs statistiques habituellement utilisés pour décrire le phénomène touristique (la fréquentation, l’offre touristique hôtelière, les emplois dédiés au tourisme…) et pouvant être intégrés dans des modèles statistiques explicatifs d’autres mécanismes territoriaux. On mentionnera ainsi que les travaux récemment engagés sur l’incidence de la notoriété touristique sur les prix fonciers en région PACA à partir de la même méthodologie permettent de dégager des indices de notoriétés se distinguant plus nettement des autres indicateurs touristiques.

Haut de page

Bibliographie

Albert C., Cirendi O., Carillet J.B., 2009, “Corse”, Paris, Lonely Planer.

Assemblée Nationale, 2006, “Loi 2006/437 du 14 avril 2006 portant diverses dispositions relatives au tourisme”.

Barthes R., 1957, “Mythologies”, Paris, Seuil.

Bonin S., 2001, “Paysages et représentations dans les guides touristiques. La Loire dans la collection des Guides-Joanne, Guides Bleus (1856 à nos jours)”, L’espace géographique, vol. 30, No. 2, 111-126.

Bonneau M.C., Violer P., 2000, “Lecture et invention de l’espace dans les guides des villes de l’Ouest de la France de 1898 à 1998”, in Chabaud G., Cohen E., Coquery N. Penez J. (eds.), Les guides imprimés du XVIe au XXe siècle. Villes, paysages, voyages, Paris, Belin, 557-570.

Brown B., 2007, “Working the problems of Tourism”, Annals of Tourism Research, vol. 34, No. 2, 364-383.

Butler R., 1990, “The Influence of the Media in Shaping International Tourist Patterns”, Tourism Recreation Research, vol. 15, No. 2, 46-53.

Cassou J., 1967, “Du Voyage au tourisme”, Communications, No. 10, 25-34.

Castille D., 1998, “L’emploi salarié touristique du Nord-Pas-de-Calais”, Profils, No. 11.

Cazes G., 1992, “Fondements pour une géographie du tourisme et des loisirs.”, Bréal.

Céron J.P., Dubois G., 2000, “Les indicateurs du tourisme durable : un outil à manier avec discernement”, Cahiers Espaces, No. 67, 30-46.

Céron J.P., Dubois G., Armand L., Nadaud F., Tardieu F., 2008,« Utilisation des enquêtes sur la demande du tourisme national afin d’évaluer les émissions de gaz à effet de serre issues du transport de passagers longue distance », Forum International des Statistiques du Tourisme, Paris, 19-21 novembre 2008.

CERTU. « Outils et méthodes pour l’observation urbaine. Inventaire communal. » Ministère de l’Equipement, http://www.observation-urbaine.certu.equipement.gouv.fr/article.php3?id_article=244.

Chabaud G., Cohen E., Coquery N., Penez J., 2000, “Les guides imprimés du XVIe au XXe siècle. Villes, paysages, voyages”, Belin.

Chateauraynaud F., 2003, “Prospéro - Une technologie littéraire pour les sciences humaines”, CNRS Editions.

Dann G.S., 1996, “The Language of Tourism. A Sociolinguistic Perspective”, Wallingford : CAB International.

Dann G.S., 2001, “The Self-Admitted Use of Cliche, in the Language of Tourism”, Tourism Culture & Communication, vol. 3, No. 1, 1-14.

Daye M., 2007,« Developing a framework for the study of tourism and the media », Culture, Tourism and the Media, Nottingham.

Demazière D., Brossaud C., Trabal P., Van Meter K., 2006, “Analyses textuelles en sociologie : Logiciels, méthodes, usages”, PUR.

Dewailly J.M., 2006, “Tourisme et géographie, entre pérégrinité et chaos ?”, Paris, L’Harmattan.

Direction du tourisme. « Le champs du tourisme. » Ministère de l’Equipement, http://www.tourisme.equipement.gouv.fr/fr/z2/stat/definitions/definitions_tourisme.jsp.

Dreyfus-Signoles C., 2002, “L’espace touristique”, Bréal.

Dubois G., 2005, “Indicators for an environmental assessment of tourism at national level”, Current Issues in Tourism, vol. 8, No. 2-3, 140-154

Flament E., 1975, “Quelques remarques sur l’espace touristique”, Norois, No. 88, 609-621.

Gartner W.C., 1993, “Image Formation Process”, in Uysal M. Fesenmaier D.R. (eds.), Communication and Channel Systems in Tourism Marketing, London and New York, The Haworth Press, 191-215.

Girardin F., Calabrese F., Dal Fiorre F., Biderman A., Ratti C., Blat J., 2008,« Révéler la présence et les mouvements des touristes grâce au contenu généré par les utilisateurs », Forum International des Statistiques du Tourisme, Paris.

Gritti J., 1967, “Les contenus culturels du Guide Bleu : monuments et sites “à voir””, Communications, No. 10, 51-64.

Guide du Routard, 2007, “Corse”, Paris, Hachette.

Guide Vert, 2007, “Corse”, Paris, Michelin.

Guilcher G., 2000, “Naissance et développement du guide de voyage imprimé : du guide unique à la série, une stratégie de conquête des lecteurs ?”, in Chabaud G., Cohen E., Coquery N. Penez J. (eds.), Les guides imprimés du XVIe au XXe siècle. Villes, paysages, voyages, Belin.

Guilcher G., 2004,« Entre continuité et innovation, les guides touristiques en langue française de 1900 à 1960 », Le Guide de voyage, au fil du Rhin et ailleurs, Strasbourg.

Hunt J.D., 1975, “Image as a Factor in Tourism Development”, Journal of Travel Research, vol. 13, No. 3, 1-7.

Hyde K.F., Lawson R., 2003, “The nature of independent travel”, Journal of Travel Research, vol. 42, No. 1, 13.

INSEE, 2002, « Note technique de l’INSEE sur la méthode de calcul de l’estimation de l’emploi salarié ». 3 pages.

Jenkins O.H., 1999, “Understanding and measuring tourist destination images”, International Journal of Tourism Research, vol. 1, No. 1, 1-15.

Jenny J., 1996, “Analyses de contenu et de discours dans la recherche sociologique française : pratiques micro-informatiques actuelles et potentielles”, Current Sociology, vol. 44, No. 3, 279-290.

Kerbrat-Oricchionni C., 2005, “Suivez le guide ! Les modalités de l’invitation au voyage dans les guides touristiques : l’exemple de l’ « île d’Aphrodite »”, in Baider F., Burger M. Goutsos D. (eds.), La communication touristique. Approches discursives de l’identité et de l’altérité, L’Harmattan, 133-150.

Kérouanton M.-H., 1998, “Les communes touristiques bretonnes : la plupart en bord de mer, quelques sites à l’intérieur des terres”, Octant, No. 73, 9-12.

Knafou R., 1997, “Atlas de France. Tourisme et loisirs”, La documentation française.

Koshar R., 1998, “« What Ought to Be Seen » : Tourists’ Guidebooks and National Identities in Modern Germany and Europe”, Journal of Contemporary History, vol. 33, No. 3, 323-340.

KPMG, Agence du Tourisme Corse, 2009, « Suivi barométrique de l’image touristique de la destination Corse - année 2008 »,

Ladwein R., 2002, « Les modalités de l’appropriation de l’expérience de consommation : le cas du tourisme urbain », Lille : Centre Lillois d’Analyse et de Recherche sur l’Evolution des Entreprises. 16 pages.

Leboucher S., 2007, “Qui sont les champions... des guides de voyage”, Le Journal du Net : http://www.journaldunet.com/management/0707/match-guides-voyage/index.shtml, 03/07/2007.

Lefort I., 2007, “Jean-Michel Dewailly, Tourisme et géographie, entre pérégrinité et chaos ?”, Géocarrefour, vol. 82, No. 4.

Lepors A., 1999, « Rapport à la ministre de l’Emploi et de la Solidarité et à la secrétaire d’Etat au Tourisme de Propositions pour l’amélioration de la situation sociale et professionnelle des travailleurs saisonniers du tourisme ». 154 pages.

Lesbegueries J., 2007, « Plate-forme pour l’indexation spatiale multi-niveaux d’un corpus territorialisé », Thèse en Informatique, Université de Pau et des Pays de l’Adour, 192 pages.

Livre Hebdo. « Tourisme et voyage. » Livre Hebdo, 2007.

MacCannell D., 2001, “Tourist agency”, Tourist Studies, vol. 1, No. 1, 23-37.

MacGregor A., 2000, “Dynamic texts and tourist gaze : Death, bones and buffalo”, Annals of Tourism Research, vol. 27, No. 1, 27-50.

Månsson M., 2009, “The Role of Media Products on Consumer Behavior in Tourism”, in Kozak M. Decrop A. (eds.), Handbook of tourist behavior : theory & practice, Taylor & Francis, 226.

Mao P., 2003, « Les lieux de pratiques sportives de nature dans les espaces ruraux et montagnards, Contribution à l’analyse de l’espace géographique des sports », Université Joseph-Fourier - Grenoble I, 693 pages.

Mercille J., 2005, “Media effects on image : The Case of Tibet”, Annals of Tourism Research, vol. 32, No. 4, 1039-1055.

Milner L.M., Collins J.M., Tachibana R., Hiser R.F., 2000, “The Japanese Vacation Visitor to Alaska : A Preliminary Examination of Peak and Off Season Traveler Demographics, Information Source Utilization, Trip Planning, and Customer Satisfaction”, Journal of Travel and Tourism Marketing vol. 9, No. 1-2, 43-56.

Miossec J.M., 1977, “L’image touristique comme introduction à la géographie du tourisme”, Annales de géographie, No. 473, 55-70.

Moisy L., 2001, “L’espace de la ville ludique et touristique : approche à travers les pratiques spatiales des visiteurs (hébergements, itinéraires) ”, Géocarrefour, vol. 76, No. 2, 107-113.

Monereau M., 2008, “Management des organisations touristiques”, Bréal.

OECD, 2010, « OECD Tourism Trends & Policies 2010 » : OCDE. 344 pages.

Perkins H.C., Thorns D.C., 2001, “Gazing or Performing ? : Reflections on Urry’s Tourist Gaze in the Context of Contemporary Experience in the Antipodes”, International Sociology, vol. 16, No. 2, 185-204.

Petit D., 2007, “Le guide de voyages”, Caractère, le site des professionnels de l’imprimé : http://www.caractere.net/article/345945.html, No. 629, 03/04/2007 68-72.

Prod’homme S., 2002, “Voyager au Canada, la mise en route par les guides”, Alinéa, vol. 1, No. 13, 124-140.

Quinlan S., 2005, « ’Never short of a smile’ : A Content Analysis of Travel Guidebooks », Master of Arts in Recreation and Leisure Studies - Tourism Policy and Planning, University of Waterloo, 271 pages.

Reinert M., 2003, “Le rôle de la répétition dans la représentation du sens et son approche statistique par la méthode ALCESTE”, Semiotica, vol. 147, No. 1-4, 389-420.

Richards G., 2002, “Tourism attraction systems : Exploring Cultural Behavior”, Annals of Tourism Research, vol. 29, No. 4, 1048-1064.

Roberts C.W., 1997, “Text analysis for the social sciences. Methods for drawing statistical inferences from texts and transcripts”, Lawrence Erlbaum Assoc Inc.

Santos C.A., 2004, “Framing Portugal - Representational dynamics”, Annals of Tourism Research, vol. 31, No. 1, 122-138.

Saunier P.Y., 1993, “Le guide touristique, un outil pour une possible histoire de l’espace : autour des guides de Lyon 1800-1914”, Géographie et Cultures, No. 13, 35-54.

Schockaert S., de Cock M., Kerre E.E., 2008, “Location Approximation for Local Search Services using Natural Language Hints”, International Journal of Geographical Information Science, vol. 22, No. 3, 315-336.

Toulier B., 2000, “L’influence des guides touristiques dans la représentation et la construction de l’espace balnéaire (1850-1950)”, in Chabaud G., Cohen E., Coquery N. Penez J. (eds.), Les guides imprimés du XVIe au XXe siècle. Villes, paysages, voyages, 239-259.

Tritz C., 2001, « Tourisme et espace : l’arc méditerranéen. Une approche de la médiatisation », Thèse de Géographie, Université de Nice-Sophia Antipolis, 265 pages.

Tritz C., 2003, “La Côte d’Azur de 1952 à nos jours, la mutation d’un espace touristique et de son image”, Pays Vésubien, No. 4, 75-95.

Tritz C., 2006,« La valorisation touristique d’un territoire : entre acteurs et territoire : proposition de méthodes et applications », Colloque international « Développement territorial et tourisme durable, une approche par la valorisation touristique », Bogota.

Urbain J.D., 1998, “L’idiot du voyage, histoires de touristes”, Payot et Rivages.

Urry J., 1990, “The Tourist Gaze. Leisure and Travel in Contemporary Societies”, London, Sage.

Urry J., 1995, “The tourist gaze and the environment”, in Urry J. (eds.), Consuming places, Routledge

Violier P., 2007, “Tourisme et médias : regards d’un géographe”, Le Temps des Médias, vol. 1, No. 8, 159-170.

Young M., 1999, “The social construction of tourist places”, Australian Geographer, vol. 30, No. 3, 373-389.

Zillinger M., 2006, “The Importance of Guidebooks for the Choice of Tourist Sites : A Study of German Tourists in Sweden”, Scandinavian Journal of Hospitality and Tourism, vol. 6, 229-247.

Haut de page

Annexe

Annexe 1 : bilan des données classiques sur le tourisme

Domaine

Indicateur

Information utilisée

Mode de constitution de la donnée

Unité spatiale élémentaire

Périodicité

Commentaires et limites

Références

Offre d’hébergement

Nombre d’unités d’accueil

Inventaire communal 1998

Enquête auprès des municipalités

commune

Décennie

Faible périodicité, déclaratif

Enquête annuelle INSEE

déclarations administratives des établissements classés et enquêtes des fédérations professionnelles depuis 2003 sur le parc non classé

commune

Année

(Direction du tourisme, 2009)

Nombre de lits

Idem

idem

commune

Année

Taux de fonction touristique

Idem + RP17

Nb de lits/100 habitants

commune

Année + décennie

Densité touristique :

idem

Nombre de lits/ surface communale

commune

Idem

Indicateur de passage touristique

Idem

nombre de lits touristiques marchands / lits touristiques non marchands

commune

Année

(Kérouanton, 1998)

Densité de résidences secondaires

idem

Recensement exhaustif jusqu’en 1999 puis estimations

commune

Décennie puis annuel

Offre de services

Part de l’emploi saisonnier

INSEE-Sirene

Utilise les déclarations mensuelle UNEDIC18 : nombre d’emplois salariés en été / nombre d’emplois en mars

commune

annuel

Tourisme pas seul (+ emploi saisonnier). Estimations approximatives : des secteurs non couverts

(Kérouanton, 1998)8

Part de l’emploi touristique

idem

Idem + Méthode « Montpellier » : classement des familles d’activités selon l’intensité de leur lien au tourisme

commune

annuel

Méthodologie peu stabilisée, fourchette d’emploi large, inadaptée pour les grandes agglomérations, classement non universel des activités

(INSEE, 2002 ; Lepors, 1999)

Fréquentation touristique effective

Nuitées d’hôtel

Enquête de fréquentation

Enquêtes mensuelles sur l’ensemble de l’année pilotée par les Directions régionales INSEE et partenaires locaux

 ?

mensuel

Exploitation conjoncturelle

Nuitées de camping

idem

Idem sur la saison estivale uniquement

 ?

mensuel

idem

Analyse des flux

Enquête aux frontières

Avant 1996, enquête sur séjours et dépenses des visiteurs étrangers aux lieux de sorties du territoire français, après 2004 réévaluation par modélisation

variable

variable

Instabilité due aux modifications des règles frontalières

(Direction du tourisme, 2009)

Enquête SDT19

Sondage Sofres : déplacement et caractéristique des séjours des français d’un panel renouvelé au tiers/an (METASCOPE) depuis 1990 avec amendements en 1999 et 2004

commune ou département

Mensuel

Autres déplacements que touristiques, sous-représentation de certaines destinations ; difficulté d’identification des lieux et d’analyses diachroniques

(Céron et al., 2008)

Taxe de séjour

Ministère de l’Intérieur

Montant des taxes de séjour, assises sur les nuitées, perçues par les communes

commune

annuel

Choix communal, liée au touriste ou, depuis 1989, au logeur

Classements administratifs

« Commune touristique »

Idem

Sur demande des municipalités, critère statistique sur le Taux de fonction touristique et présence d’un Office du tourisme

commune

5 ans

Lié au versement de la Dotation supplémentaire, réformes fréquentes

Loi 2006/437 (2006) , arrêté et décret dérivés

« Station classée »

idem

Présence de curiosités naturelles, pittoresques, historiques ou artistiques ou d’avantages du point de géographique, hydrominéralogique, climatique ou altitudinale

commune

5 ans

Cf loi de 1907 sur les casinos

Qualification de l’attractivité touristique

« principales raisons d’attraction touristique »

Inventaire communal 1998

enquête déclarative auprès des municipalités : la municipalité classe les 3 premières raisons à partir d’une liste de 22 items

commune

décennie

Estimation des variables touristiques fragiles

(CERTU, 2007)

« Intensité touristique »

idem

Idem : appréciation de l’importance des touristes par rapport à la population permanente tous les mois

commune

décennie

idem

idem

Image et notoriété des lieux

Notoriété spontanée

Sondages de type marketing

Pourcentage des lieux cités spontanément (une région, un département, un site suivant la nature du commanditaire)

Variable

variable

Non exhaustivité spatiale

(Monereau, 2008)

Notoriété assistée

idem

Pourcentage des lieux cités parmi une liste

Variable

Variable

idem

idem

Annexe 2 : Spécificités lexicales des différents guides

Guides

Mots spécifiques au guide (occ> 10)

Syntagmes nominaux associés aux communes spécifiques à chaque guide

GR

resto, réduc, expo, remise

anglais arrière pays arte atelier autocar balade beauté berceau bergers bifurcation cahier canton cathédrale cimetière comte concerts couleur date débouché décor défilés dernier point environs exposition faiblesse familles fax france fromagerie gare gîte gîte d’étape gîtes de france hauteurs infos ironie journée dimanche localité maisonnettes monde entier moulins navette office de tourisme panoramas pantaléon parrain patron pays pèlerinage phare piscine plages pli prairies prix promontoire propriétaires recommandations reconstitution région roues routes rue salle schiste sites tronçon villa voyages western

GV

Chapelles, chevet, croix, Indépendance, arcature, faîtière

abandon académicien accès accrobranche adresses aéroport agave agriculture aigle alignement aloès amérique amiante amorce âne animaux anse antimoine antiquité aquaculture arbousiers arbre arcatures arche architecture arête argentifère art artisanat aspérule asphodèle aulne balbuzard ballon barbarie barrage bassins bataille bateau bibliographie bière bombe bonaparte bonelli bourg brocciu bruyères calvaire camera cannelloni canoë canyoning capitaine carrefour cédratier célébrités chaleurs chant chaos chapelles charcuterie charmes chasse châtaigneraie chêne chevet chroniques circuits collines compte comtes confiserie confrérie conservatoire coppa cormoran costume course couteaux coutellerie couvents crique croix cube cuisine cuivre culture cyclotourisme dame découverte dégustation dermatoses détour dialecte diorite dolmen douanier drosera eaux ébénisterie economie écrivains édifice églises élevage élève émigration enchanteurs engoulevent entrée ermitage espaces établissement étangs eucalyptus exploitation fer festivals figuier fil fléchage forêts fouilles franchissement frégate fromages génération genévrier gisements goéland d’audouin golf gouvernail granit grecs gypaète barbu hameaux handicaps hauteur hellébore histoires historien hôte idées identité îlot incendie indépendance information invasions itinéraire visite lacet lacs lama langoustes levant lézard liaisons liège lieux ligne locations loisirs loto maison manganèse marseille menhir menu météo miasmes mobilier moines mont montagne montpellier mosaïques motifs mouflon moulin murailles murs musique myrte nacres nain napoléon nature naufrage navigation notaire nuit objet oeil office oreille palais panorama parapente parcours parois parti pâtes paysages pêche pêcheur pentes père plaine plaisance plomb point de vue poisson polyphonies ponts porc port posidonie presqu’île produits relais réservation réserves résistance ressources ressources minières restauration rivière rochers roches roman rythme saga saisons sardaigne séjours sénèque sittelle corse source stations style techniques tempête temps terrasse terres terroir thalassothérapie thermalisme toiture torrent tortue trinité trou troupeaux végétation vente vergers vestes viandes vie vigne vignobles ville vins voie voies respiratoires voitures

LP

office du tourisme, étape, kilométrage, orientation

arches banc bâtisses café canadair canyon cartes cathédrales cheval citadelle clocher cloches contrebas corailleur cormorans coteau danger dessert distance dolmens douane douaniers eau eaux minérales écologie écriteau éponges équitation esplanade essence façade faille femme festivités feu flanc flnc fond football fougères frères front national funboard fusion gendarme géographie girafe glossaire goéland gorgones gr grottes guides gypaète handicapés heure homme homosexualité horaires hôtels huile hypothermie internet jardin journaux kitesurf laveries lexique libération livres location mairie marines matisse maupassant medias ménage mérimée mérous mérouville meublés meulière mollusques monde mule nacre panneau passé pension peuple pigeons pitons références refuges roche ruisseau satisfaction sittelle société spécialités spérone sphinx sucre surf tabernacle taxi téléphone télévision terminus théâtre tonneau tortues tramway tunnel vasques végétariens vélo vierges visas vocabulaire voûte

Annexe 3 : résultat de la regression (1)

Variable

Coefficient

Ecart-type

t

P ratio

constante

-0,13137

1,08930

-0,121

0,904

Population 2006

0,00426

0,00021

20,577

<2e-16 ***

Superficie

0,00279

0,00028

9,831

<2e-16 ***

Erreur moyenne : 16.02 avec 357 degrés de liberté
Multiple R2 : 0.6327, R2 ajusté : 0.6306
F-statistic : 307.5, p-ratio : < 2.2e-16

Codes signif. 0 ‘***’ 0.001 ‘**’ 0.01 ‘*’ 0.05 ‘.’ 0.1 ‘ ’ 1

Haut de page

Notes

1 Hôtels, campings, gites, villages de vacance, auberges, residence et meublés de tourisme.

2 http://www.insee.fr/fr/insee_regions/provence/themes/dossier/DES08/DES_15.pdf

3 Une capacité d’accueil peut être en sous ou en sur-utilisation, un lieu peut assurer l’hébergement effectif ou posséder de nombreux emplois touristiques sans être le lieu de destination des visites ou de forte valeur sociale.

4 Donnée très tôt (1937) par l’Office Mondial du Tourisme, la définition d’un touriste est « toute personne en dehors de sa résidence habituelle pour une durée d’au moins 24 heures (ou nuit) et de 4 mois au plus pour l’un des motifs suivants : agrément (vacances et séjours de fin de semaine) ; santé (thermalisme, thalassothérapie) ; missions ou réunions de toutes sortes (congrès, séminaires, pèlerinages, manifestations sportives…) ; voyages d’affaires, déplacements professionnels ; voyages scolaires »

5 Depuis 1991, au sein d’un Observatoire National du Tourisme.

6 Notons que le bureau de la statistique de la Direction du Tourisme en France ne comptait que 6 employés en 2003

7 Par exemple, l’estimation de l’emploi touristique est une caractérisation des emplois de services en fonction du type de service fourni : hôtellerie, cafés… Toutefois, un hôtel peut fonctionner avec des ouvriers migrants, un café avec une clientèle de proximité, etc.)

8 Miossec (1977) : « l’espace touristique c’est avant tout une image » ; Flament (1975) : « le succès et le développement d’une station dépendent très largement de l’idée que s’en fait la société. Une portion d’espace ne devient touristique que si elle coïncide avec ses goûts, ses mythes ».

9 Par exemple, dans le cas de la Côte d’Azur, Tritz montre par la comparaison des guides de 1952 et 1996, une évolution d’une focalisation stricte sur l’espace balnéaire vers une intégration des espaces intérieurs dans le discours touristique.

10 Brochures, revues spécialisées, sites web, applications de téléphones portables, GPS, signalétique…

11 Sans détailler le protocole, il est important de noter que cette opération nécessite un important contrôle de la qualité des textes produits. Les images et les cartes n’ont pas été prises en compte du fait de la lourdeur du travail de numérisation, seules leurs légendes ont été préservées.

12 Par exemple : Porto, station balnéaire de la commune de Ota, a été parfois individualisée comme « Porto »

13 L’homonymie est une des principales sources d’ambigüité dans le travail sur les toponymes. Nous l’avons peu rencontrée en Corse mais le cas se présente en région PACA (24 communes sur 964 sont de vrais doublons) et encore plus fortement à l’échelle française (418 vrais doublons et 2 536 quasi-doublons sur 36 783 communes).

14 Le « Monte » dans le syntame nominal figé de « Monte d’Oro » n’est plus comptabilisée sous Monte. La construction des expressions est semi-automatisée dans Prospéro ce qui constitue une de ses originalité vis-à-vis des autres outils du domaine

15 Prospéro permet d’extraire les mots spécifiquement associés à chaque entité considérée, ici les noms de communes spécifiquement citées par chacun des guides, au sein de l’ensemble des phrases où ils apparaissent

16 Les autres variables (résidences secondaires, hôtels ou emplois) étant eux-mêmes corrélés à la population (tableau 3), l’indicateur « population 2006 » a été retenu comme proxi de l’ensemble.

17 Recensement de la Population

18 Déclaration Annuelle des Données Sociales (DADS)

19 « Suivi de la Demande Touristique des Français »

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : réseau routier principal, relief et villes principales de Corse
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/25187/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 460k
Titre Figure 2 : Données communales générales et relatives aux capacités d’accueil et à l’emploi touristique
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/25187/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 516k
Titre Figure 3 : Cartes des occurrences de noms de communes dans les différents guides et en moyenne
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/25187/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 636k
Titre Tableau 2 : Occurrences des noms de communes et caractéristiques des communes
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/25187/img-4.png
Fichier image/png, 55k
Titre Tableau 3 : Corrélations entre notoriété touristique, indicateurs touristiques et quelques caractéristiques communales
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/25187/img-5.png
Fichier image/png, 41k
Titre (1)
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/25187/img-6.png
Fichier image/png, 12k
Titre (2)
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/25187/img-7.png
Fichier image/png, 13k
Titre Figure 4 : Indice de notoriété communale décorrélé de la population et de la superficie.
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/25187/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Guillaume Ollivier, Ghislain Geniaux, Claude Napoléone et Jean-Christophe Paoli, « Mesurer la notoriété touristique communale : contribution méthodologique à l’aide de l’analyse textuelle de guides touristiques », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Systèmes, Modélisation, Géostatistiques, document 593, mis en ligne le 01 mars 2012, consulté le 30 mars 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/25187 ; DOI : 10.4000/cybergeo.25187

Haut de page

Auteurs

Guillaume Ollivier

INRA UR0767, Ecodéveloppement, Site Agroparc, 84914 Avignon Cedex 9, Ingénieur d’Etude en Socio-Informatique, guillaume.ollivier@paca.inra.fr

Ghislain Geniaux

INRA UR0767, Ecodéveloppement, Site Agroparc, 84914 Avignon Cedex 9, Chargé de Recherche en Economie, ghislain.geniaux@paca.inra.fr

Claude Napoléone

INRA UR0767, Ecodéveloppement, Site Agroparc, 84914 Avignon Cedex 9, Ingénieur de Recherche en Economie, claude.napoleone@paca.inra.fr

Jean-Christophe Paoli

INRA UR0045, LRDE, quartier Grosseti, 20250 Corte, Ingénieur de Recherche en Economie, jean-christophe.paoli@corte.inra.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page