Skip to navigation – Site map
2012
595

Politique de sécurité et villages-frontière entre États-Unis et Québec

Frédéric Lasserre, Patrick Forest and Enkeleda Arapi

Abstracts

The Canada-US border crosses several villages in its Quebec segment. A few buildings are even built astride the border. The local residents are now used to the peculiarities of the situation, even encouraging it while fostering a solid social and institutional cooperation. This odd situation creates many administrative problems for the residents, all the more so since September 11, 2001. The theoretical debate about artificial boundaries resurfaced among this sudden strengthening of border controls and the reaction among the locals. It would be more accurate to stress border management practices as the core factor for this complex situation.

Top of page

Author's notes

Cet article est une version remaniée, mise à jour et développée d’un article publié en 2006 (Lasserre, 2006), dans l’optique d’une recherche diachronique portant sur l’évolution de la gestion de la frontière Québec - États-Unis

Full text

1La légitimité d’une frontière dépend-elle de son tracé, ou d’une qualité bien différente ? Une frontière tracée au milieu de villages, coupant parfois des bâtiments et des maisons privées en deux, causant bien des tracas administratifs aux résidents, est-elle artificielle, confinant à l’absurde ? A contrario, une frontière ancienne, tracée avant que ne viennent s’établir les populations locales, peut-elle souffrir d’un soudain déficit de légitimité ? Si tel est le cas, est-ce le reflet de la nature de son tracé, ou de la façon de la gérer ? Entre le Québec et les États-Unis, la frontière internationale coupe de nombreux villages. Cette frontière n’est plus, depuis au moins 150 ans, l’objet de dissensions entre les deux États, encore moins de rejet de la part des populations locales (Lasserre, 2006).

Figure 1 : Les villages-frontière entre le Québec et les États-Unis

Figure 1 : Les villages-frontière entre le Québec et les États-Unis
  • 1 Commission de Toponymie du Québec, « Stanstead (Ville) », www.toponymie.gouv.qc.ca, consulté le 16  (...)
  • 2 Malgré un usage plus répandu de l’expression « villages frontaliers », laquelle sied principalement (...)

2Au sud du Québec, à la frontière canadienne avec les États américains de New York, du Vermont, du New Hampshire et du Maine, se trouvent plusieurs villages traversés par la frontière internationale. Ceux-ci sont Saint-Régis, dans la réserve amérindienne d’Akwesasne, elle-même à cheval sur la frontière ; Beebe Plain et Rock Island (lesquels font partie de la municipalité de Stanstead) ; Beecher Falls ; Saint-Pamphile et Pohénégamook (Fig. 1). En plusieurs endroits, la frontière traverse le tissu même de l’espace bâti, coupant des bâtiments publics ou des maisons privées. Le nombre relativement important de maisons construites sur la frontière, dans ces villages mais aussi à la campagne, s’explique par deux facteurs. Le premier tient à l’histoire de la démarcation de la frontière, souvent imprécise : le tracé exact était souvent inconnu des populations locales jusqu’à une date assez avancée. Le second tient au désir de se prévaloir contre les poursuites des autorités d’un pays ou de l’autre, surtout à l’époque de la Prohibition et des trafics multiples qui se pratiquaient entre Canada et États-Unis : il suffisait de se réfugier dans la bonne partie de son domicile pour échapper à la police ou aux douanes. À Blier (aujourd’hui dans la municipalité de Pohénégamook), l’un des premiers colons vint s’établir en 1868 du côté américain de la frontière afin d’échapper à la justice canadienne (Théberge, 1974, p. 31). À partir de la fin du XIXe siècle, de nombreux émigrés canadien-français aux États-Unis, parfois lourdement endettés, construisaient ainsi des maisons frontalières (« line-houses ») grâce auxquelles ils pouvaient échapper au fisc américain et à la police fédérale (Commission de Toponymie, nd).1 Si la construction de ces maisons à cheval sur la frontière est aujourd’hui interdite, les deux États se sont accommodés de leur existence et d’une très grande liberté de mouvement des résidents dans ces villages-frontière2.

3Tout a changé à partir d’octobre 2001, lorsque les pratiques de la police des frontières américaines (U.S. Customs and Border Protection) se sont drastiquement raidies et que des actes très contestés ont été commis, soulevant la question de la légitimité de la réglementation appliquée et suscitant des commentaires sur l’absurdité du tracé de la frontière. Les réflexions de (rares) géographes (notamment Sautter, 1982, pp. 41-42) et de quelques politologues sur les frontières coloniales (notamment celles issues de l’écroulement de l’URSS, voir Roy, 1992, p. 171 ; 1997, pp. 117-118, 2001, p. 5 ; Djalili, 2003, pp. 34-35) ont relancé récemment un débat ancien, celui de la notion de frontière artificielle. Alors que peu d’études, jusqu’à tout récemment, ont été consacrées à la frontière canado-américaine (Konrad et Nicol, 2008, p. 46), dans le contexte du raidissement américain suite aux événements du 11 septembre 2001, plusieurs journalistes ont invoqué ce concept pour décrire les segments de frontière traversant les villages. Au-delà du débat théorique autour de ce concept de frontière artificielle, on peut se demander dans quelle mesure la légitimité de la frontière tiendrait davantage à sa gestion, aux pratiques politiques qui l’encadrent, à son acceptation dans le quotidien des populations locales, qu’à un improbable tracé idéal. La rupture du 11 septembre, en effet, n’est pas venue modifier le tracé sur le terrain, ni sa nature. De fait, n’est-ce pas plutôt la modification des pratiques et des usages induite par la politique sécuritaire des États-Unis qui est venue ici perturber la gestion au quotidien d’une frontière dont le tracé, pour particulier qu’il ait été, ne venait pas troubler la quiétude ?

Frontières « artificielles » ? De la légitimité perçue du tracé

Qu’est-ce qu’une frontière « artificielle » ?

4Le concept de « frontière artificielle » naît, sous la plume de géographes de la première moitié du XXe siècle, dans l’opposition entre des tracés que l’on qualifie de frontières « naturelles », et les autres tracés qui ne reposent pas sur des formes du relief. Curzon (1907, p. 23), Fawcett (1918, p. 62-63), Bruhnes et Vallaux (1921, p. 348), Jones (1945, p. 7-8), Fischer (1949, p. 197), entre autres, ont ainsi précisé l’opposition entre les tracés « naturels », qui reprennent des formes visibles du relief, comme une ligne de crête, une rivière, un marais, et les tracés « artificiels », « qui ne sont pas marqués par la nature, et doivent donc être démarqués sur le sol par des bornes » (Boggs, 1940, p. 22-25). Pour Brigham (1919), il est très clair que les frontières naturelles sont bonnes, et les frontières artificielles, intrinsèquement mauvaises.

5Cette opposition entre frontières naturelles et artificielles a été critiquée depuis longtemps déjà par de nombreux géographes, mais aussi par des juristes. Dès 1933, Hartshorne, reprenant les travaux de géographes allemands comme Sieger (1917), Maull (1925) et Sölch (1924), souligne à quel point le concept de « frontière naturelle » est flou, politisé et peu utile à l’étude des frontières (Hartshorne, 1933, p. 196). Bruhnes et Vallaux (1921, p. 354) évoquent « la notion surannée des frontières naturelles ». Ancel (1938, p. 70) est sans appel : « la ‘frontière naturelle’ n’est qu’une vue de pseudo-savants » ; Arbaret-Schulz et al (2004), tout comme Rankin et Schofield (2004), vont dans ce sens en soulignant le caractère très convenu de ce qui constitue une frontière dite naturelle. Boggs (1940, p. 23) relève quant à lui que le qualificatif de « naturel » est trompeur, et ce pour deux raisons : tout d’abord, pourquoi croire que des frontières dites naturelles, si tant est que le concept soit crédible, seraient-elles plus adaptées pour les sociétés humaines ? D’autre part, cette dimension naturelle des tracés repose sur une représentation erronée, selon laquelle le support naturel va de soi, est incontestable et ne suppose aucun choix. Certes, on peut faire courir son tracé sur une ligne de crête, mais pourquoi cette ligne de crête plutôt qu’une autre ? De plus, il n’existe pas nécessairement de solution de continuité entre les crêtes de différents massifs, qui permettrait de définir une frontière continue sur ce seul critère. Certes, une rivière peut paraître comme une limite naturelle. Mais, à grande échelle, où passera la limite exacte ? Sur la rive, le long du thalweg, ou sur la ligne médiane ? La même réflexion peut être formulée à l’endroit d’un marécage : on se trouve ici devant la question de l’échelle de l’appréhension des phénomènes.

6Dès 1928 (p.174), Paul de Lapradelle mettait ainsi en garde contre les illusions du tracé de frontières sur des cartes à petite échelle, en relevant l’imprécision dans laquelle le traité des Pyrénées (1659) avait laissé la France et l’Espagne quant au tracé exact de la frontière, les négociateurs du traité ne s’étant guère souciés de la délimitation exacte à l’échelle locale. Quant à la ligne de partage des eaux, dont le succès est confirmé par la généralisation de la gestion des eaux de surface selon l’approche française des bassins versants, elle constitue un concept séduisant, mais dont les applications sont parfois complexes, peu « naturelles » à mettre en œuvre (Vieillard, 2001, p. 141-146).

La « frontière artificielle » : un jugement moral et politique

7Le concept de frontière artificielle n’est plus tellement usité dans cette opposition binaire à la catégorie des frontières naturelles. Pour autant, sa fortune a persisté, mais sa signification a glissé. Autrefois utilisé pour identifier une opération de bornage plus conséquente pour visualiser la frontière sur le terrain, ou pour qualifier une frontière astronomique, son emploi atteste aujourd’hui une connotation politique : le terme implique un jugement sur la pertinence du tracé, et quitte donc le champ de la simple description des types de tracés frontaliers. La « frontière artificielle » implique un mauvais tracé, un tracé le plus souvent imposé de l’extérieur à des populations vaincues, un tracé répréhensible parce qu’il ne tiendrait pas compte des héritages historiques et culturels (Gonon et Lasserre, 2003, p. 436).

8C’est, timidement, vers 1982, puis plus franchement après 1991 que s’est développé le retour de ce concept dans la littérature scientifique, déjà abordé dans l’entre-deux guerres comme miroir de la frontière « naturelle » (Minghi, 1963, p. 408). Au premier rang des frontières ainsi marquées au coin d’une faute originelle, figurent les tracés issus de la colonisation. Ainsi, certains auteurs, considérant « ’les frontières absurdes tracées par les colonisateurs’, y voient volontiers la source première des difficultés et des ingérences dont souffre l’Afrique. » (Sautter, 1982, p. 41-42). Le concept fait donc référence au refus supposé des négociateurs de prendre en compte la réalité historique, culturelle, sociale de l’espace ainsi partagé par la frontière : « à première vue donc, aucun compte n’a été tenu des frontières humaines » (Sautter, 1982). Il en serait de même pour la frontière entre Nigéria et Bénin, où Français et Britanniques ont eu recours à des « lignes artificielles » et mal démarquées (McEwen, 1991, p. 68) ; ou encore dans le sous-continent indien, où l’héritage des « frontières artificielles » tracées par le colonisateur constitue un lourd fardeau (Kreutzmann, 1995, p. 219). La frontière entre Indonésie et Papouasie Nouvelle Guinée, basée sur des critères retenus par les Hollandais en 1828, et ne reprenant donc aucunement la territorialité des populations locales, serait aussi un bon exemple de « frontière artificielle » (Giebels, 2002, p. 182). Pourtant, ce recours au concept de frontière artificielle n’est pas nécessaire, en témoigne l’analyse de Jean Cabot de 1978, dans laquelle la critique sans concession des méthodes coloniales du tracé des frontières en Afrique ne leur vaut pas cet épithète (Cabot, 1978).

  • 3 Souligné par Djalili.

9La frontière entre Pologne et Lituanie, établie en 1921 au traité de Riga, a coupé des espaces autrefois sous domination russe. La gestion de cette frontière imposait une barrière dans un espace autrefois ouvert aux populations locales : on pourrait donc parler de frontière artificielle (Padych, 2001, p. 15-16). L’abondance des tracés rectilignes ou des tracés astronomiques dans les frontières issues de la colonisation, est souvent prise à témoin pour justifier ce caractère « artificiel » des frontières dont le tracé ne tiendrait aucunement compte des réalités sociales locales (Foucher, 1988, p. 97). Dès 1992, puis encore en 1997, Olivier Roy parle des frontières « aberrantes » des républiques ex-soviétiques d’Asie centrale, anciennes frontières intérieures de l’Union soviétique entre républiques fédérées, et de l’« artificialité » des tracés (Roy, 1992, p. 171 ; 1997, p. 117-118 ; 2001, p. 5). Mais il n’est pas le seul dans cette charge contre les tracés hérités de l’époque soviétique. Djalili souligne le nombre important des enclaves et l’importance numérique des minorités dans les diverses républiques. « Il est souvent difficile d’identifier une rationalité économique, géographique ou ethnique aux frontières des républiques d’Asie centrale. Le cas de la vallée du Ferghana constitue certainement la meilleure illustration de ce problème. Cet espace, unifié sur les plans géographique et historique, a ainsi été brisé et partagé entre trois républiques » : les frontières y seraient donc artificielles (Djalili et Kellner, 2003, p. 34-35).3 Tous les ingrédients d’une prétendue « frontière artificielle » sont ici réunis : déni des héritages du passé, des réalités humaines locales ; décisions à la rationalité inconnue, donc douteuse ; intentions négatives d’un pouvoir éloigné, voire colonisateur.

  • 4 Cette recherche ne prétend à aucune exhaustivité, car plusieurs publications peuvent ne pas être in (...)

10Poussant le raisonnement plus loin, un article d’Alberto Alesina, William Easterly et Janina Matuszeski postule que les frontières artificielles, « qui ne coïncident pas avec une division des nationalités désirée par les populations sur le terrain » et sont donc non naturelles (sic), caractérisent des États artificiels, lesquels ne peuvent performer économiquement (Alesina et al, 2006, p. 2-4). Aujourd’hui, ce concept de « frontières artificielles » connaît une banalisation de son usage dans la presse. À titre d’exemple, sur des périodes relativement récentes, de janvier 1998 à décembre 2003, le moteur de recherche Google relève 61 occurrences de l’expression dans la presse4, puis 220 de janvier 2004 à décembre 2008, puis 271 de janvier 2009 à décembre 2010.

11Pourtant, une étude un peu plus approfondie souligne le caractère peu scientifique du concept de frontière artificielle, même appliqué à l’Asie centrale. Certes, selon un critère ethnique, les frontières tracées par les Soviétiques peuvent sembler fort complexes. Mais, d’une part, ce serait négliger le caractère déjà très compliqué de la géographie des populations de la région ; de plus, d’autres critères ont peut-être prévalu lors de leur tracé ? O. Roy reconnaît en fait implicitement qu’il n’en sait rien, puisque « l’histoire précise du tracé des frontières reste à faire » (Roy, 1997, p. 117). Balland, suite à son étude nettement plus précise et détaillée, souligne, et c’est sans doute la raison pour laquelle il se refuse à employer le qualificatif d’artificiel, que la complexité très grande des frontières d’Asie centrale reflète la prise en compte de multiples critères à l’échelle locale, au-delà des critères ethniques : « d’autres facteurs ont été pris en compte, d’autres calculs ont prévalu » dans le partage d’une région dont la géographie ethnique était fort complexe : « une frontière politique a pourtant été tracée, mais elle aurait pu l’être à peu près n’importe où, aucun tracé ne s’imposant plus qu’un autre à partir des critères ethniques » (Balland, 1997, p. 115-117).

12Le concept même de « frontière artificielle », dans son sens plus récent de « frontière dénuée de sens », se trouve dénoncé par de nombreux géographes qui se sont penchés sur la question des frontières. Il constitue beaucoup plus une question philosophique, qui renvoie à l’insoluble question de la « bonne » frontière, qu’à une catégorie pertinente pour l’étude des tracés. Déjà en 1938, Jacques Ancel condamnait l’idée de « bonne frontière » opposée à celle de « mauvaise frontière », en soulignant le caractère contingent de leurs qualités : « cela dépend des circonstances. […] La notion de frontières naturelles est une des notions favorites et fausses le plus solidement ancrées chez les historiens » (Ancel, 1936, p. 210). Depuis Hartshorne (1933), on l’a vu, jusqu’à Ancel (1938), Broek (1941), Daveau (1959), Dorion (1963, 1974), Claval (1974, 1978), Lacoste (1982), Prescott (1987), Foucher (1988), Reitel et al (2002), Fourny (2006), Fall (2010), de très nombreux géographes qui se sont penchés sur les frontières ont explicitement rejeté ce concept de frontière artificielle ou son image, le concept de frontière naturelle. Pour Foucher, le terme renvoie à un jugement militant (Foucher, 1988, p. 97) ; pour Dorion, le principe même en est dangereux et ne permet aucunement une utile réflexion sur les frontières (Dorion, 1974b, p. 144). Plus fondamentalement, nombreux sont ceux qui soulignent que, par définition, toute frontière est artificielle, puisqu’elle est une construction de l’esprit, une ligne, forcément imaginaire et résultant de processus socio-politiques, que l’on doit tracer dans l’espace (le juriste Lapradelle, 1928, p. 175 ; les géographes Nicholson, 1979, p. 210 ; Prescott, 1987, p. 109 ; Leimgruber, 1991 ; Brunet, 1992, p. 42 ; Théry, 1992, p. 209 ; Rykiel, 1995, p. 40-41 ; Gonon et Lasserre, 2003, p. 457 ; Agnew, 2008, p. 182). Il existe des exceptions, puisque l’article « Frontière » du site de géographie Hypergéo évoque, sans critique, le concept de frontières naturelle et artificielle ! (Hypergéo, 2004).

13Ce n’est peut-être pas un hasard si la plupart des auteurs qui ont recours au concept de « frontière artificielle » ne sont pas géographes. Depuis Hartshorne, ces derniers ont progressivement affiné les modèles de classification des frontières, abandonnant des critères descriptifs comme les support orographiques, et mettant plutôt l’accent sur les processus du tracé de la frontière et sur sa relation avec les réalités historiques et socio-économiques locales. Ce faisant, en soulignant la complexité des processus de définition de la frontière, ils ont montré en quoi le concept de frontière artificielle est bien plus un jugement politique qu’une description pertinente et scientifique.

La genèse des frontières canado-américaines : le décalage entre définition et démarcation

La colonisation suit souvent la définition des frontières

14Les villages francophones de Saint-Pamphile et de Pohénégamook (ce dernier issu de la fusion, le 23 octobre 1973, des municipalités de Saint-Éleuthère, St-Pierre-d’Estcourt et Sully), ont été développés dans le cadre de la politique de colonisation active des terres périphériques du Québec : il s’agissait, dans cette stratégie spatiale, animée d’abord par l’Église catholique, puis par le gouvernement du Québec (ministère de la Colonisation), de peupler les territoires vides et, grâce à une forte natalité, de permettre aux Canadiens français de devenir majoritaires dans la vallée du Saint-Laurent et dans les Cantons de l’Est, où s’étaient implantés de très nombreux Loyalistes anglophones fuyant la Révolution américaine (Levine, 1990, p. 8-17 ; Lasserre, 1998, p. 195-1999). Dans cette optique, certains villages furent fondés, ou bénéficièrent de l’appui de sociétés de colonisation, afin de faire revenir au Québec les francophones ayant émigré aux États-Unis : ainsi en était-il de Sully, le village voisin de Blier/Estcourt, fondé en 1908 (Théberge, 1974, p. 70). Certains émigrés choisirent aussi de s’établir à Blier/Estcourt, en restant du côté américain de la frontière.

15La démarcation de la frontière du Vermont était si incertaine que les colons ne pouvaient être certains de sa position exacte (Hubbard, 1874, p. 31). La démarcation de Vallentine et Collins de 1774 n’avait été effectuée qu’à l’aide d’une boussole et des entailles sur des arbres. Certaines étaient encore visibles en 1842, mais bien sûr, plusieurs arbres avaient disparu, et cette méthode d’abornement ne permettait pas une visualisation pratique de la frontière (Nicholson, 1979, p. 164).

16Il en était de même pour la frontière à partir de la rivière Connecticut, qui devait suivre le cours de celle-ci, puis la ligne de partage des eaux entre Saint-Laurent et Atlantique, selon les dispositions du traité de Versailles (1783). Lorsque des colons commencèrent à investir la région de Beecher Falls et de la rivière Indian, en 1785, la frontière n’était pas démarquée, elle n’était même pas encore délimitée de façon précise, car Américains et Britanniques ne s’entendaient pas sur la signification des clauses des traités, en particulier sur l’emplacement des sources de la rivière Connecticut, censée devenir la frontière (Doan, 1997, p. 1).

  • 5 La Guerre d'Indépendance Américaine (1775-1783) instaure une opposition durable entre les puissance (...)
  • 6 Désigné comme arbitre, le roi des Pays-Bas recommanda en 1831 de démarquer à nouveau la frontière l (...)

17La frontière méridionale du Québec a été délimitée et démarquée par Vallentine et Collins en 1774, entre la Province du Québec et la Province de New York de l’époque, toutes deux sous juridiction britannique : cette frontière est donc à l’origine la limite entre deux colonies britanniques, avant de devenir une frontière internationale en 1783 au traité de Paris5. Il est clair que la définition des frontières pour les dyades Québec – New York, Québec – Vermont, Québec – New Hampshire, ébauchées en 1763 lors de la Proclamation royale et qui partitionnent le territoire de la Nouvelle-France cédée à Londres, puis précisées au traité de Versailles en 1783, sont bien antérieures à la fondation de la plupart des villages, sauf Saint-Régis (1752). Du point de vue de la définition première donc, on a affaire à une frontière antécédente. Vallentine et Collins pensaient suivre le 45e parallèle, la base astronomique de la frontière méridionale de la Province du Québec stipulée par la Proclamation Royale de 1763, puis l’Acte de Québec de 1774 (Immarigeon, 1970, p. 27 ; Soucy, 1970, p. 56 ; Doan, 1997, p. 21). Dès le traité de Gand en 1814, qui mit fin à la guerre anglo-américaine de 1812-1814 et prévoyait l’arpentage de la frontière, les autorités britanniques et américaines se rendirent compte de l’erreur des arpenteurs de 1772-1774 (Fig. 2), le tracé démarqué se retrouvant souvent plus au nord que la frontière définie par les traités. Les cartographes s’aperçurent ainsi en 1818 que le Fort Montgomery, construit par les Américains sur la pointe Rouse’s, dans le lac Champlain (État de New York), à partir de 1816, se trouvait en réalité au Canada, selon les dispositions du traité de Versailles, puisqu’il se situait au nord du 45e parallèle. Les Britanniques proposèrent de démarquer à nouveau la frontière, de façon plus précise cette fois, en suivant les dispositions du traité de 1783, ce que les États-Unis refusèrent en 1827, puisque le bilan net de cette rectification de la frontière comportait une perte territoriale pour les États-Unis, et obligeait ceux-ci à céder l’emplacement stratégique du fort Montgomery.6 Obligés de renoncer à armer le fort, les Américains le surnommèrent Fort Blunder (Fort « Gaffe ») et ne purent reprendre les travaux qu’en 1846, après que le traité de Webster-Ashburton de 1842 reconnaisse l’intangibilité du tracé de Vallentine et Collins, et donc le transfert de la zone en litige aux États-Unis (Dagenais, 1948, p. 5 ; Stacey, 1950, p. 8-9). La frontière a ainsi été redéfinie en 1842 pour entériner une démarcation inexacte – un des rares cas où la démarcation a précédé la définition finale de la frontière…

Figure 2 : Comparaison de la frontière issue du 45e parallèle et de la ligne du 45e parallèle

Figure 2 : Comparaison de la frontière issue du 45e parallèle et de la ligne du 45e parallèle

Figure 3 : La frontière Québec-États-Unis : une frontière de compromis

Figure 3 : La frontière Québec-États-Unis : une frontière de compromis

18 C’est le segment de frontière au nord du Maine qui suscita les plus grandes divergences entre Américains et Britanniques, au point que le Congrès américain débloqua des crédits militaires spéciaux en 1838 et que les colonies britanniques de la Nouvelle-Écosse et du Nouveau-Brunswick commencèrent à dresser des plans de campagne contre l’armée américaine. Il s’agissait d’interpréter la définition de la frontière dans le traité de Versailles, manifestement rédigé par des négociateurs qui connaissaient fort peu le territoire. Les États-Unis revendiquaient un tracé très au nord, sur la ligne de partage réelle des eaux, tandis que les Britanniques soutenaient un tracé plus méridional (Fig. 3). Le traité Webster-Ashburton (1842) a réglé le litige au sujet de l’interprétation du traité de Versailles. Il prévoyait également la démarcation de la frontière du Maine avec le Québec, démarcation entreprise en 1843, et achevée en 1847.

19C’est seulement à partir de 1908 (traité de Washington) que la frontière a été démarquée de façon systématique et abornée (Davis, 1922, p. 600 ; Gouvernement du Québec, 1971, p. 27) : l’entretien du tracé de 1843-1847 était irrégulier, et tant la végétation que le froid dégradaient vistas (coupes forestières visant à matérialiser le tracé frontalier) et bornes occasionnelles (CFI, 2002). En 1906, lorsque le petit pont de Pohénégamook est construit sur la rivière Saint-François, les autorités du village ne savent pas qu’elles viennent d’ériger un pont transfrontalier (Mairie de Pohénégamook, 2003, p. 6). Il en était de même pour nombre de maisons à cheval sur la frontière : c’est lorsque les arpenteurs eurent posé les bornes, à partir de 1908, qu’ils s’aperçurent que plusieurs étaient construites sur le tracé (Portsmouth Herald, 2003). Les gouvernements canadien et américain se sont donc entendus pour une nouvelle démarcation systématique de la frontière en 1908, sans remise en cause du tracé cette fois-ci. En 1925, un nouveau traité établissait la Commission frontalière internationale chargée de l’entretien de la démarcation le long des 8 891 km de frontière commune.

Une relation complexe des populations à la frontière

  • 7 La délimitation d’une frontière est l’opération qui consiste à relever, sur le terrain, la position (...)

20Ce processus complexe de définition, de délimitation7 puis de démarcation, suite d’essais et d’erreurs, implique une relation des populations à la frontière assez particulière. Plusieurs comportements, allant de la perception des frontières à la coopération transfrontalières, peuvent être relevés :

  • Le recours à la tradition locale pour établir le tracé de la frontière : ne sachant trop par où passait exactement la limite internationale, les communautés, avant 1908, ont souvent défini la position de la frontière selon des critères plus ou moins exacts, mais qui servaient de référence locale, y compris le calcul de la position du 45e parallèle, fondement juridique du traité de 1783, mais qui ne constitue plus la frontière légale depuis l’erreur de Vallentine et Collins en 1774, erreur entérinée en 1842 par le traité de Webster-Ashburton. La démarcation exacte du tracé a ainsi pu occasionner des surprises importantes, comme à Pohénégamook.

  • La colère, lorsque le traité de 1842 a entériné les erreurs de démarcation de 1774 : plusieurs colons, dont des familles de Loyalistes fuyant la Révolution américaine, avaient construit leur maison dans ce qu’ils pensaient être le territoire britannique, soit au nord du 45e parallèle. Ils ressentirent la concession de Londres comme une trahison (Farfan, 2003).

  • L’opportunisme, surtout au début du XXe siècle, lorsque de nombreuses line-houses furent construites pour bénéficier de la protection de la frontière contre les autorités policières ou douanières du pays voisin.

  • La rationalisation, ou la mise à profit du potentiel économique induit par le différentiel de peuplement, lui-même résultant du tracé frontalier. L’exploitation des forêts du Maine, le tourisme axé sur les grands espaces vierges et/ou la chasse et la pêche, sont des exemples d’activités ainsi organisées à Saint-Pamphile et à Pohénégamook pour exploiter ce potentiel économique.

  • La solidarité entre communautés (I), illustrée par exemple par la stricte neutralité de Rock Island et de Derby Line pendant la guerre américano-britannique de 1812-1814, ou encore par la gestion commune de nombreux services communautaires, la bibliothèque Haskell de Rock Island, délibérément bâtie à cheval sur la frontière, en étant une icône. L’école était assurée par le côté québécois à Saint-Pamphile et Pohénégamook ; l’eau potable, les égouts, le service des incendies, certains services culturels sont gérés en commun à Derby Line/Stanstead, tandis qu’à Akwesasne il y a communauté de gestion de tous les services (voir tableau 1).

  • La solidarité entre communautés (II), illustrée lors de la crise du verglas qui a affectée le Québec en 1998. En vertu d’une entente d’assistance en cas d’urgence, la communauté voisine de St. Régis, NY a fourni de l’eau à Akwesasne, Qc.

21Cette solidarité transfrontalière locale, pour les villages de Derby Line/Rock Island, ou cet opportunisme dans les cas de St-Pamphile et de Pohénégamook, où l’on a mis à profit la situation frontalière pour développer des activités économiques et se protéger des contrôles douaniers et fiscaux, a été qualifié par Henri Dorion de « processus de défonctionnalisation » de la frontière (Dorion, 1974, p. 243) : les pratiques des communautés locales revenaient à vider la frontière de sa substance. Cette approche décrit bien les processus en cours, mais correspond aussi à une représentation très classique de la frontière, dans laquelle la fonction première est avant tout de séparer…

22Depuis la fin de la guerre de 1812-1814, cette frontière entre États-Unis et Québec a connu peu de tension ou de situations politiques délicates. De fait, malgré leur particularité, ces villages transfrontaliers n’ont pas suscité beaucoup d’intérêt du grand public ni même des géographes, sauf pour un débat qui semblait quelque peu byzantin : comment qualifier cette frontière étonnante mais paisible ?

Une enquête de terrain : des villages traversés par la frontière

Une activité économique centrée sur l’interface frontalière

23Les régions frontières du nord de la Nouvelle-Angleterre sont très peu densément peuplées, qu’il s’agisse du nord du Vermont, du New Hampshire, ou du Maine : la frontière marque une véritable césure dans l’œkoumène, car la population du côté québécois est bien supérieure : dans les régions frontalières de l’Estrie, de Chaudière-Appalaches ou du Bas Saint-Laurent, au Québec, les densités oscillent autour de 8 à 12 hab/km², contre 0,4 à 4 pour le nord-est du Vermont, le nord du New Hampshire ou les régions du nord du Maine (Slowe, 1991, p. 193 ; US Census Bureau, 2000 ; Ministère de la Santé et des Services Sociaux, 2011). L’agriculture constituait l’activité sur laquelle reposait la vie économique lors de la fondation, par les Français de Saint-Régis, par les colons Loyalistes ou Américains de Beebe Plain, Rock Island et Beecher Falls, les colons canadiens-français dans les cas de Saint-Pamphile et de Blier. À Rock Island, l’industrie s’est rapidement développée, dès le début du XIXe siècle, un peu plus tardivement à Beecher Falls, mais dans les deux cas, ce sont les rivières qui ont permis de construire des infrastructures de production d’énergie mécanique, puis hydroélectrique (Hubbard, 1874, p. 32 ; Mairie de Rock Island, 1992, p. 5-9). Cette industrialisation de la frontière a contribué à créer une classe d’hommes d’affaires aisés. Ceux-ci ont présidé à la fondation d’une compagnie privée, l’International Water Company, en 1906 afin d’assurer l’approvisionnement en eau potable des communautés canadiennes et américaines. Celles-ci prendront conjointement contrôle de la compagnie au milieu du siècle. Cet exemple d’initiative transfrontalière est typique de ce sentiment de vivre ensemble, tel que confirmé par certaines personnes rencontrées : «  Ce village et cette ville font partie d’un tout […] S’il n’y avait pas de frontière, nous ne serions pas ici. Il n’y aurait pas de village. » (propos traduits, comm. personnelle, Derby Line, 2006).

24À Saint-Pamphile comme à Pohénégamook, l’industrie du bois est rapidement devenue l’activité économique principale (Pères Rédemptoristes, 1944, p. 72 ; Théberge, 1974, p. 172-175). Les forêts avoisinantes, au Québec tout d’abord, puis surtout au Maine, fournissaient ainsi du bois d’œuvre pour les scieries implantées dans les villages frontaliers. Encore aujourd’hui, un trafic important de camions chargés de billots parcourt les routes forestières du Maine pour fournir la matière première aux usines de bois d’œuvre de Pohénégamook et de Saint-Pamphile. Des centaines d’emplois dépendent ainsi, dans ces villages, de l’exploitation de domaines forestiers de l’autre côté de la frontière : jusqu’à 40 % de la population active est ainsi à l’emploi du secteur forestier et de la transformation du bois (Slowe, 1991, p. 194 ; Mairie de Saint-Pamphile, 1995, p. 49-52). À l’origine adossés à une frontière qui limitait leur expansion agricole, ils se sont tournés vers un espace encore vide d’hommes pour tirer profit de ce différentiel de densité de population, lui-même conséquence de la dynamique territoriale propre des États-Unis. De frontière-seuil, la frontière s’est muée en tremplin économique, puisqu’elle a assuré l’existence d’une importante réserve de matière première pour les entreprises de sciage québécoises.

25La frontière constitue également un seuil de convergence et ces communautés-frontières constituent autant de ports d’entrée offrant à la fois les infrastructures douanières, hôtelières et de transport nécessaire à la circulation des individus et des biens de commerce. Par exemple, Stanstead était située sur la route de la diligence reliant Québec à Boston. Aujourd’hui, la ville compte deux collèges, l’un francophone et l’autre anglophone, qui attirent une clientèle régionale, canadienne et américaine.

La frontière dans ma cour

26C’est au sud du Québec, à la frontière canadienne avec les États américains de New York, du Vermont, du New Hampshire et du Maine, que se trouvent plusieurs villages traversés par la frontière internationale. Ceux-ci sont Saint-Régis, dans la réserve amérindienne d’Akwesasne, elle-même à cheval sur la frontière ; Beebe Plain et Rock Island (lesquels font partie de la municipalité de Stanstead) ; Beecher Falls ; Saint-Pamphile et Pohénégamook (Fig. 1). En plusieurs endroits, la frontière traverse le tissu même de l’espace bâti, coupant bâtiments publics ou maisons privées. Certaines communautés sont si imbriquées qu’il s’avère impossible, à vol d’oiseau, de dissocier la trame urbaine de la communauté canadienne de l’américaine.

27Ces villages-frontière présentent des visages variés : ils peuvent être constitués de deux municipalités indépendantes, situées de part et d’autre de la frontière (cas de Beebe Plain et Rock Island face à Derby Line), ou, au contraire, n’avoir comme vis-à-vis que quelques bâtiments et maisons, un lieu-dit relevant administrativement d’une municipalité plus éloignée (Comins Mills face à Beecher Falls), voire un groupe de bâtiments situé en plein territoire ne relevant pas d’une municipalité (Saint-Pamphile et le hameau transfrontalier américain ; Escourt Station face à Pohénégamook). Les services municipaux, postal, téléphonique ou scolaire peuvent y être offerts séparément des deux côtés, ou, au contraire, être assurés par un côté de la frontière à la communauté sise de l’autre côté, afin d’obtenir des économies d’échelle. Tel est le cas de l’eau potable, laquelle requiert d’importantes mobilisations de capitaux pour les infrastructures, investissements que ne peuvent pas toujours se payer les petites communautés. Dans chaque cas étudié, on relève au moins deux services ainsi mis en commun, ce qui démontre bien l’imbrication de ces communautés transfrontalières.

28Quatre enquêtes de terrain ont présidé à la recherche pour cet article : juillet 2003, mai 2004, juin 2006 et juillet 2011. Durant ces séjours, des entrevues auprès d’acteurs locaux et de résidents ont été réalisées. Il s’agissait :

  • de documenter la perception des résidents envers les pratiques frontalières (« comment vivez-vous les contrôles douaniers ? y a-t-il eu des changements ces derniers mois ? le passage de la frontière a-t-il d’autres incidences sur le quotidien ?... »)

  • de documenter la façon dont les édiles locales concevaient les relations transfrontalières avant le 11 septembre 2001, et comment les pratiques des autorités fédérales américaines viennent modifier celles-ci.

29Une revue de la presse québécoise et de Nouvelle-Angleterre a également été menée afin de prendre la mesure de la perception de ces changements que les médias ont pu relayer.

Tableau 1 : Les villages-frontière du Québec

Tableau 1 : Les villages-frontière du Québec

a Les résidents du côté américain de St-Pamphile doivent aller chercher le courrier distribué par les postes américaines à Fort Kent, à 125 km ; les postes canadiennes laissent le courrier à la poste restante de St-Pamphile, QC.
b Jusqu’en 2001, ce service était assuré par la municipalité de St-Pamphile. Des protestations ailleurs au Québec contre ce qui a été présenté comme “l’importation de déchets américains” ont contraint la mairie à suspendre ce service.
c Aujourd’hui, il n’y a plus d’enfant en âge scolaire : le service est donc virtuel.
Codes : QC : Québec ; VT : Vermont ; ME : Maine ; NY : New York.

Sources : entrevues menées par les auteurs entrevues menées auprès de représentants des municipalités suivantes : Stanstead, Canaan, Saint-Pamphile et Pohénégamook, 5-6 juillet 2011.

Un quotidien et des situations administrativement complexes

30Le cas de Saint-Régis (fig. 4 et 5) est quelque peu particulier, puisqu’il s’agit aujourd’hui d’une réserve amérindienne mohawk, à cheval sur la frontière entre le Québec, l’Ontario et l’état de New York. Si la frontière est démarquée, même au sein du village de Saint-Régis, elle demeure purement administrative, car les douanes des États-Unis comme du Canada, en vertu du statut d’autonomie des réserves, ne peuvent s’y implanter. Les Mohawks et les Iroquois qui vivent dans la réserve d’Akwesasne peuvent ainsi librement passer la frontière entre le Canada et les États-Unis. Depuis plusieurs années, certains groupes mafieux autochtones se sont spécialisés dans les trafics en tous genres entre les deux pays, au point que la réserve est connue sous le nom de Smugglers Alley, l’Allée des Trafiquants… (Ottawa Sun, 2009).

Figure 4 : Borne frontière, Dundee, 2004

Figure 4 : Borne frontière, Dundee, 2004

Figure 5 : Borne frontière, Akwesasne, 2004

Figure 5 : Borne frontière, Akwesasne, 2004

Figure 6 : Région de la municipalité de Stanstead

Figure 6 : Région de la municipalité de Stanstead

31À Rock Island (fig. 6), la frontière traverse des maisons privées ainsi que la bibliothèque municipale, commune aux deux municipalités (Haskell Free Library, 2010). Une bande noire matérialise le tracé de la frontière à l’intérieur. Voici quelques années, un incendie s’est déclaré dans le bâtiment, assuré à l’époque dans son ensemble par deux sociétés, l’une canadienne et l’autre américaine. Comme personne n’a pu déterminer dans quel pays le feu s’était déclaré, aucune compagnie n’acceptait de payer la facture. C’est pourquoi cette querelle de juridiction a conduit les autorités locales à tracer, de manière très visible, la frontière sur les parquets de la bibliothèque (Le Devoir, 2004). Les réglementations douanières rendent compliquée la vie des résidents locaux : si vous achetez un meuble du côté américain, vous devrez payer les droits de douane pour le conduire côté canadien… même si vous habitez une maison sise sur la frontière : pour éviter ces droits de douane, vous devrez déposer le meuble du côté de la frontière où vous l’avez acheté. Les résidents des maisons frontalières payent leurs impôts au Canada et aux États-Unis, puisqu’ils sont résidents des deux États.

32De plus, la ville de Stanstead, dont Rock Island et Beebe Plain sont des quartiers, partage de nombreux services avec le village contigu de Derby Line. Entre autres, ceux-ci sont les uniques coactionnaires de l’International Water Company, une entreprise privée dédiée à la distribution d’eau potable et gérée comme un service public transfrontalier. Grâce à une série de tuyaux souterrains traversant la frontière, l’eau est acheminée de part et d’autres, d’abord en étant puisée au Québec, ensuite pour être filtrée au Vermont et finalement, être traitée au Québec. L’eau est ici un symbole de coopération transfrontalière et témoigne de l’étroite interdépendance entre les communautés frontalières.

Figure 7: Borne frontalière, Rock Island (Stanstead), 2003

Figure 7: Borne frontalière, Rock Island (Stanstead), 2003

Figure 8 : Panneau de bronze indiquant la localisation de la frontière internationale sur le mur d’un immeuble, Rock Island (Stanstead), 2003

Figure 8 : Panneau de bronze indiquant la localisation de la frontière internationale sur le mur d’un immeuble, Rock Island (Stanstead), 2003

Figure 9 : Panneaux invitant/intimant le visiteur à se présenter au poste frontalier pour inspection, Rock Island (Stanstead), 2003 (a), 2011 (b). Noter le changement dans le ton du message.

Figure 9 : Panneaux invitant/intimant le visiteur à se présenter au poste frontalier pour inspection, Rock Island (Stanstead), 2003 (a), 2011 (b). Noter le changement dans le ton du message.

Figure 10: Borne frontalière, Rock Island (Stanstead), 2003

Figure 10: Borne frontalière, Rock Island (Stanstead), 2003

Figure 11 : La bibliothèque Haskell de Rock Island (Stanstead), 2011

Figure 11 : La bibliothèque Haskell de Rock Island (Stanstead), 2011

33L’une des rues principales du village de Beebe Plain est axée sur la frontière. De part et d’autre de cette rue, baptisée avec à propos Canusa (pour Canada-USA), les maisons sont soit au Vermont, soit au Québec. De même, à Rock Island, les résidents et visiteurs pouvaient traverser librement la frontière dans le village jusqu’en 2009 : une enseigne les informait cependant qu’ils devaient cependant aller se déclarer au début de leur séjour au bureau de douane.

Figure 12 : Beebe Plain, rue Canusa. À droite, le Québec ; à gauche, le Vermont, 2003

Figure 12 : Beebe Plain, rue Canusa. À droite, le Québec ; à gauche, le Vermont, 2003

34À Saint-Pamphile (fig. 13), comme à Pohénégamook, la partie américaine du village est peuplée en bonne partie de francophones, souvent parents des habitants du Québec, mais de citoyenneté américaine (O’Neill, 1984, p. 42). Dans ces deux cas, les hameaux américains n’ont aucun statut juridique : ce ne sont que des lieux-dits, adossés à la grande forêt du nord du Maine, en territoire non organisé connu sous le nom de Unorganized Northern Aroostook Territory. Du côté américain, seules des routes forestières permettent de rallier les hameaux. Depuis Estcourt, le hameau jumeau de Pohénégamook, le plus proche village américain, Dickey, est à 52 km ; depuis Saint-Pamphile, il faut parcourir plus de 80 km pour rejoindre Dickey.

Figure 13 : Carte de Saint-Pamphile

Figure 13 : Carte de Saint-Pamphile

Figure 14 : Tracé de la frontière (en rouge), Saint-Pamphile, 2003

Figure 14 : Tracé de la frontière (en rouge), Saint-Pamphile, 2003

Figure 15 : Carte du village de Pohénégamook

Figure 15 : Carte du village de Pohénégamook

35À Pohénégamook aussi (Fig. 15), la frontière coupe certaines maisons en deux. Estcourt est tellement tourné vers le village québécois que le seul commerce, appelé le Magasin Général Américain, est géré en français et n’accepte que les dollars canadiens, bien qu’il doive produire une déclaration de revenus au trésor américain. La frontière coupe, selon un angle très aigu, la rue de la Frontière (Fig. 16). Depuis le Canada, seulement 40 mètres séparent la frontière du poste d’essence d’Estcourt Station, situé donc en territoire américain, mais ce dernier se trouve 500 m avant le bureau de douane américain. En théorie, les Québécois qui venaient régulièrement y faire le plein pour bénéficier de l’essence moins chère, auraient dû se déclarer auprès des douaniers américains, avant de rebrousser chemin et d’aller se servir. Dans la pratique, la tolérance des douaniers était grande, et de nombreux services étaient partagés (eau, électricité, déchets, recyclage, épicerie) jusqu’au 11 septembre 2001, on y reviendra.

Figure 16 : Agrandissement du secteur de Blier/Estcourt (Pohénégamook)

Figure 16 : Agrandissement du secteur de Blier/Estcourt (Pohénégamook)

Figure 17 : Maison traversée par la frontière, Blier/Estcourt (Pohénégamook), 2003

Figure 17 : Maison traversée par la frontière, Blier/Estcourt (Pohénégamook), 2003

Figure 18 : Le pont international, construit par erreur en 1906, vu depuis le côté américain, à Estcourt Station, 2003

Figure 18 : Le pont international, construit par erreur en 1906, vu depuis le côté américain, à Estcourt Station, 2003

Figure 19 : Le Ouellet Gaz Bar, la station-service en territoire américain, fermée depuis avril 2003, rouverte en 2007, 2003

Figure 19 : Le Ouellet Gaz Bar, la station-service en territoire américain, fermée depuis avril 2003, rouverte en 2007, 2003

Figure 20 : Ferme internationale, Estcourt Station, 2003

Figure 20 : Ferme internationale, Estcourt Station, 2003

Figure 21 : Maison transfrontalière, Estcourt Station, 2003

Figure 21 : Maison transfrontalière, Estcourt Station, 2003

Figure 22 : Le magasin général américain et la frontière, 2003

Figure 22 : Le magasin général américain et la frontière, 2003

Figure 23 : Dernière borne avant la rivière Saint-François et à l’arrière-plan, la voie ferrée construite par le Grand Tronc, 2003

Figure 23 : Dernière borne avant la rivière Saint-François et à l’arrière-plan, la voie ferrée construite par le Grand Tronc, 2003

Ruptures : le choc du 11 septembre 2001

36Suite aux attentats terroristes du 11 septembre 2001, la police des frontières américaine a considérablement resserré ses pratiques de contrôle aux points de passage, qu’il s’agisse des passages occasionnels ou des frontaliers. Contrôles plus sévères, fouilles, demande systématique des documents officiels ; les pratiques des agents de l’immigration américaine ont causé tout un choc aux populations frontalières habituées à une grande tolérance de la part des autorités frontalières, surtout pour les résidents des villages qui nous intéressent ici : « Si vous n’habitez pas ici, vous ne pouvez pas comprendre. […] Ce village et cette ville ne sont qu’un. » (propos traduits, communication personnelle (cp), Derby Line, 2006) À partir de septembre 2001, on leur demande de produire systématiquement tous les documents nécessaires, de déclarer les buts de leur visite, et, surtout, de se présenter à la douane chaque fois qu’ils traversent la frontière, même s’il ne s’agit que de traverser la rue pour aller chez le voisin ; certains sont refoulés à l’occasion, alors qu’ils avaient pu traverser la frontière quotidiennement pendant des années, voire des décennies. Certains se rappellent avec nostalgie l’époque des années 1970 lorsqu’ils étaient habitués à faire des allers-retours sans tracasseries. La gestion des normes nationales canadiennes et américaines, que doivent gérer les communautés frontalières, se révèle également difficile : « je te dirais [que c’est] bien compliqué, très compliqué » confie un particulier (cp, Stanstead, 2006), ce que confirme un douanier canadien (cp, Stanstead, 2011). Une résidente d’Estcourt Station, au Maine, fulminait en 2003 parce que les autorités américaines lui avaient demandé de se présenter à la douane chaque fois qu’elle allait dans son jardin, situé aux États-Unis, depuis sa maison située au Canada (enquête de 2003). « Le plus drôle », raconte Francyne Tougas, résidente du côté québécois de la rue Canusa à Beebe Plain, « c’est que les douaniers n’interviendront pas si je traverse à pied chez mon voisin américain d’en face, et vice-versa. Mais si je prends ma voiture pour effectuer le même parcours, je devrais me rendre au bout de la rue et subir un contrôle douanier » (Le Devoir, 2004).

37À Pohénégamook, les conducteurs de chasse-neige québécois hésitaient, en 2003, à poursuivre la tradition de déneiger la rue d’Escourt Station, du côté américain, de crainte de se faire intercepter par la patrouille américaine. Les amis de Phil Dumont du côté canadien ne viennent plus jouer aux cartes chez lui le soir, puisque la douane est fermée, de crainte eux aussi d’être arrêtés (Sea Coast Online, 2003). Josselyn Gagné, résident d’Escourt Station, citoyen américain francophone, rapporte qu’un douanier américain a menacé sa conjointe, lorsqu’il l’a vue traverser la frontière devant chez elle sans se précipiter à la douane : « Un avertissement ; la prochaine fois, je vous envoie en prison » (The Telegraph, 2003 – traduction libre).

  • 8 Par ailleurs, si les officiers d’immigration résident sur place, en revanche, la police volante des (...)

38Cette phase de contrôles sévères s’est étendue sur plusieurs mois ; par la suite, ils se sont relâchés quelque peu, mais pour se resserrer encore selon des cycles dont la logique échappe encore aux frontaliers, d’après les entrevues que nous avons pu mener. Il arrive ainsi que le passage de la frontière ne soit l’objet que d’un contrôle de routine pendant quelques semaines – il faut se souvenir que tout le monde connaît tout le monde dans ces villages8 – pour redevenir très strict pendant 10 jours, avant de connaître une nouvelle détente. Plusieurs personnes interrogées ont ainsi exprimé une certaine surprise en apprenant la relative tolérance dont les douaniers américains faisaient preuve à l’endroit de notre enquête de 2003 – avec appareil photo qui plus est - sur la frontière ; tolérance nettement plus méfiante en 2004 à St-Régis/Akwesasne, où les questions ont été nombreuses au poste frontière et la voiture des auteurs, fouillée. En 2011, les douaniers américains étaient courtois mais procéduriers ; on insistait fortement sur le risque que l’on encourait à traverser la frontière, même pendant une simple promenade, sans, à chaque fois, se rapporter au poste de contrôle (Guillaume Labbé, directeur général de Stanstead, 5 juillet 2011 ; enquête de terrain, 2011). Les frontaliers réagissent plutôt avec philosophie aux tracasseries dont ils sont l’objet, avec parfois une irritation contenue à l’idée d’être tenus pour suspects potentiels de façon récurrente.

  • 9 Ainsi, M. Jalbert a dû subir des coûts en perte de revenus et en frais de justice plus de 12 000 $, (...)

39Ces contrôles parfois tatillons avaient pris une tournure dramatique le 11 octobre 2001, lorsque Michel Jalbert, résident de Pohénégamook et travailleur forestier de son métier, est allé, comme il le fait régulièrement depuis 20 ans, prendre de l’essence à la station service Ouellet Gaz Bar, située en territoire américain à 40 mètres du Canada, mais 800 mètres avant le poste frontière américain. Une lettre d’un ancien directeur des autorités douanières du Maine, datée du 18 juin 1990, semblait pourtant autoriser les résidents de Pohénégamook à faire le plein à Estcourt sans avoir à se déclarer au poste frontière, à tout le moins le tolérer (Portsmouth Herald, 2003 ; Sea Coast Online, 2003 ; McCarthy, 2003), et c’était une pratique fort ancienne. Ce 11 octobre, à 15 h, les douanes américaines étaient, de plus, déjà fermées. Des dizaines d’autres automobilistes étaient passés devant un véhicule de patrouille de la police des frontières américaines, sans que celle-ci ne réagisse, mais Michel Jalbert est arrêté. Malchance pour lui, il revenait d’une partie de chasse et avait son fusil dans son coffre ; l’agent a aussi découvert que le travailleur forestier avait dû verser une amende pour entrée par effraction, commise à 19 ans, soit 13 ans plus tôt. Arrêté pour entrée illégale et armée aux États-Unis, il est conduit en prison à Dover (Maine), à 5 heures de route de Pohénégamook, où il est demeuré pendant 35 jours. En mars 2003, il a dû plaider coupable d’entrée illégale aux États-Unis, avant de se voir infliger une peine d’interdiction d’entrée sur le territoire américain de 5 ans et de pouvoir sortir moyennant le paiement d’une caution de 5 000 $. La sévérité des mesures prises par la justice et la police des douanes américaines a choqué l’opinion canadienne, mais aussi une partie de l’opinion américaine9, et provoqué des remous politiques importants, relayés par la presse au Canada, mais aussi en Nouvelle-Angleterre et en Grande-Bretagne.

40L’angoisse sécuritaire qui s’est développée aux États-Unis pousse les autorités fédérales et certains politiciens à défendre l’idée d’un contrôle nettement plus sévère des points de passage. Le sénateur du Vermont, Patrick Leahy, a demandé la fermeture du poste frontière de Morses Line (Free Republic, 2010), tandis que les services du Homeland Security Department veulent étendre l’emprise du poste de douane de 4,9 acres (19 830 m²) en rachetant des terres agricoles pour un prix dérisoire sous peine de confiscation. Pourtant, ce poste-frontière connait un trafic moyen de moins de trois véhicules par jour et est entouré de champs faciles à parcourir… (Boston Globe, 2010).

41À Stanstead/Derby Line, le Homeland Security Department souhaitait, en sus des multiples caméras installées partout dans le village, construire des barrières automatiques dans les rues transfrontalières. Ce projet a suscité une levée de boucliers de la part des résidents locaux de part et d’autre de la frontière (New York Times, 2007 ; CBC News, 2007 ; La Tribune, 2009). Les autorités invoquent la possibilité que l’immigration illégale, voire l’infiltration de terroristes, ne se développe en empruntant les rues transfrontalières, ce dont doutent les résidents locaux : les rues sont déjà surveillées en permanence par des caméras, et les champs et les bois alentour permettent de passer tranquillement… (New York Times, 2007 ; La Presse, 2009). Finalement, la barrière – illusoire ? – n’a pas été construite, mais de grands panneaux avertissent les non-résidents que traverser la frontière par les nombreux points de passage sans se rapporter immédiatement aux douanes est passible d’une amende de 5 000 $ : impossible donc pour les touristes d’aller et venir à travers la frontière, pourtant omniprésente (enquête de 2011)…

42Cette crispation sécuritaire est reconnue par certains employés des services frontaliers américains. Ainsi s’exprimait Keith Beadle, ancien inspecteur de l’immigration américaine à Richford et Derby Line, en 2008 :

« J’ai travaillé à l’Immigration de 1972 à 2006. [...] Après un moment, on développait un sixième sens. Vous arriviez à savoir qui ne disait pas la vérité. Je connaissais les résidents locaux. […] À ce moment-là, on était encouragés à être courtois. C’était la politique : être courtois et accueillant. Nous ne pouvions ignorer la loi, mais nous pouvions tenir compte des circonstances. […] Mais cet usage discrétionnaire nous est retiré maintenant…. On nous appelait le Service de l’Immigration et le Service des Douanes. Maintenant, c’est Douanes et Protection de la Frontière. Tout tourne autour de la stricte application de la loi désormais. » (Farfan 2009, p. 31 ; italiques dans le texte original ; traduction libre).

43Selon l’agent à la retraite de la Patrouille de la frontière des États-Unis, Brian McNeil, le gouvernement américain veut désormais que la frontière sépare. « Ils vont détruire ce que nous avons ici. On ne voit pas de frontière. Mais ils veulent que nous considérions la frontière comme un séparateur. Sur la frontière mexicaine, on nous tirait dessus chaque mois ; mais jamais ici. Pour le gouvernement, cependant, une frontière est une frontière. » (Farfan, 2009, p. 81 ; trad. libre). Si Paul Cellucci, l’ancien ambassadeur des États-Unis au Canada, estimait que la sûreté était plus importante que le commerce, « le sénateur Patrick Leahy (Vermont), croyait que l’accent mis sur la sécurité aux dépens de tout le reste sapera l’amitié qui existe entre les communautés des deux côtés de la frontière » (Farfan, 2009, p. 31 ; trad. libre).

Une frontière illégitime ?

44« C’est l’histoire d’un petit village à la géographie absurde », lançait le quotidien La Presse le 9 novembre 2002. La réaction de la justice américaine à l’endroit de M. Jalbert a provoqué une levée de boucliers de la part de l’opinion canadienne, qui s’est traduite par un questionnement sur le caractère artificiel, absurde de la frontière internationale sur certains de ces segments. Outre La Presse, la télévision de Radio-Canada a parlé de « frontière arbitraire » (Zone Libre, 2003) et les lignes ouvertes des émissions de radio ont relayé l’expression de tels jugements. Les réactions locales ont été vives également :

« Pour Denis Beaulieu, un résidant de Pohénégamook, les relations de bon voisinage d’antan avec les Américains ne seront plus jamais les mêmes. ‘On dit que les gens oublient et pardonnent, mais cette fois, on n’oubliera jamais.’ Pour M. Paradis, les autorités américaines ont dépassé les bornes dans cette affaire en traitant le paisible point frontalier d’Estcourt comme s’il s’agissait d’un poste-frontière entre les États-Unis et le Mexique. » (Le Devoir, 2003).

Le paradoxe d’un processus de fermeture entre pays alliés

45La frontière Canada - États-Unis n’a longtemps intéressé les politologues et les géographes canadiens que dans la perspective de la défense du pays contre les invasions américaines de 1775, 1812, puis des attaques des Féniens, rebelles irlandais basés aux États-Unis, en 1866, 1870 et 1871. La frontière a ainsi revêtu une grande importance politique pour la formation du Canada, une importance qu’elle ne revêt pas du tout dans l’historiographie américaine (Gibbins, 1997, 2005, p. 152). Aujourd’hui, la situation semble s’être inversée : c’est pour Washington que la frontière prend désormais un poids majeur dans son objectif de sécuriser son territoire.

46De fait, la frontière fait l’objet de tendances contradictoires : le mouvement vers la perméabilité accrue de la frontière aux échanges, commerciaux en particulier, qui avait prévalu jusqu’à récemment et avait conduit aux accords de libre-échange Canada-ÉU en 1988, puis Canada-ÉU-Mexique en 1994, semble paradoxalement se maintenir face à une volonté américaine affichée de resserrer considérablement les contrôles à tous les points de passage de la frontière, volonté qui s’est traduite par la création, en novembre 2002, du département de la Sécurité intérieure (United States Department of Homeland Security), et d’outils comme la Secure Border Initiative, qui proposait une coûteuse solution technologique (3,7 milliards $) pour la surveillance de la frontière, un projet annulé en janvier 2011. C’est que Washington verrait bien comme alternative à ce resserrement des contrôles frontaliers, la mise sur pied d’un périmètre de sécurité unifié, qui impliquerait un passeport commun, une union douanière et une autorité unique du contrôle des frontières. Un peu sur le modèle de l’espace Schengen et de l’Union européenne, sauf qu’en Amérique du Nord, les Canadiens craignent que cette union asymétrique ne soit totalement contrôlée par Washington… (Gibbins, 1997, 2005, p. 154 ; Toronto Star, 2005 ; Konrad et Nicol, 2008, p. 48 et 164-165). Cette inquiétude du public canadien s’est aussi nourrie de l’ambigüité et de l’opacité des objectifs du Partenariat pour la Sécurité et la Prospérité (Security and Prosperity Partnership), une initiative trilatérale lancée en mars 2005 et destinée à accroître l’intégration du Canada, des États-Unis et du Mexique, mais dont les travaux n’ont guère été publiés et dont la finalité est demeurée l’objet de spéculations, même après la fin des rencontres en août 2009. Le 4 février 2011, le président Barack Obama et le premier ministre Stephen Harper ont annoncé une nouvelle initiative de sécurité et de prospérité, fondée sur une approche du périmètre de sécurité, Sécurité du périmètre et Compétitivité économique (Gouv. du Canada, 2011). L’objectif affiché est toujours de favoriser l’intégration économique, tout en accroissant la sécurité aux frontières, grâce à l’intégration des systèmes de gestion de l’information. Il reste à voir si la gestion de la frontière par les États-Unis permettra de surmonter la contradiction apparente entre les objectifs en matière de lutte contre le terrorisme et les trafics, et ceux d’une plus grande facilité des échanges et des mouvements de personnes et de biens à travers cette frontière (Konrad et Nicol, 2008, p. 166).

La frontière Québec - États-Unis : une frontière « artificielle » ?

47C’est dans ce contexte politique d’une ouverture des frontières pour faciliter le commerce, contrariée par le reflux sécuritaire post-11 septembre, que se sont formulés les griefs des résidants frontaliers, confrontés à une rigueur soudaine de la police américaine des frontières.

48D’une part, il peut sembler paradoxal que ce soit au sujet du segment antécédent de la frontière, celui donc qui a été tracé avant l’implantation des villages québécois, et non pas du segment surimposé, où un tel discours aurait été plus compréhensible, que ce discours se soit développé. Le segment méridional avait en effet, on l’a vu, été l’objet de multiples erreurs, d’une démarcation divergente de la définition du tracé, puis de la transformation, sans consultation des populations locales, du tracé erroné en frontière officielle au traité de Webster-Ashburton. Cette concession britannique avait soulevé la colère de nombre de villageois, mais cet épisode est aujourd’hui oublié. Les désagréments de la vie transfrontalière ne sont pas perçus, à Rock Island, Beebe Plain ou Beecher Falls, comme disqualifiant la frontière, largement acceptée aujourd’hui : « On vit avec à tous les jours. […] Personnellement, il s’agit d’une frontière imaginaire. » (propos traduits, cp, Derby Line, 2006). En revanche, le segment arrêté en 1842, puis finalement démarqué en 1847, traversait des espaces vides, et n’a jamais été remis en cause ou suscité de colère de la part des populations locales, malgré d’occasionnelles erreurs de cadastre comme à Pohénégamook avant la nouvelle démarcation de 1908. Pourtant, si c’est sur ce segment, a priori moins contentieux, que s’est concentrée la colère de l’opinion, c’est parce que c’est à Pohénégamook que Michel Jalbert a été arrêté.

49D’autre part, ce discours est récent : on ne trouve que très peu de trace de description du tracé comme étant artificiel avant 2001, et encore ce concept n’était-il pas employé dans un sens très péjoratif. C’est suite aux événements du 11 septembre 2001 et de la réaction des autorités américaines, soudainement très soucieuses de la sécurité de leurs frontières, que le discours a évolué vers une remise en cause de la légitimité du tracé frontalier, remise en cause rhétorique – il ne s’agissait pas d’une revendication territoriale - qui s’est exprimée par le biais du concept de frontière artificielle, censé disqualifier ce tracé. Mais, comme le souligne fort justement un journal de Nouvelle-Angleterre, « emprisonner un résident parce qu’il a fait ce qu’il avait toujours fait – sur une route qui ne mène nulle part ailleurs qu’à la station service – est un symptôme d’un système qui se détraque » (Portsmouth Herald, 2003). Ce n’est donc pas la frontière qui est artificielle ou absurde, mais bien la façon dont elle est gérée par les autorités. Tant que le caractère particulièrement complexe du tracé ne constituait pas une gêne insurmontable aux résidents locaux, du fait de la tolérance de la police des frontières, personne ne songeait plus à le critiquer : il était un héritage plutôt sympathique. À partir de l’instant où l’immigration américaine s’est mise à contrôler les résidents locaux d’une façon qui était perçue comme excessive, la frontière est devenue une nuisance nettement moins supportable ; l’irritation s’est muée en colère déclarée lorsqu’un citoyen a été arrêté dans un geste compris comme un abus de pouvoir.

Conclusion

50Au cœur des rivalités américano-britanniques de 1775 à 1842, la frontière entre le Québec et les États-Unis présente la particularité de traverser plusieurs villages, voire plusieurs maisons sur son tracé. Ce phénomène est le produit tout à la fois d’une complexe horogenèse (processus de création des frontières), surtout sur le segment méridional de la frontière, mais aussi parfois d’une attitude délibérée des résidents locaux qui mettaient ainsi à profit la frontière pour échapper à la justice ou au fisc d’un des deux États. Cette frontière, pour emprunter à Frémont (1990), est un « espace vécu » et sujet à une expérience quotidienne de la part des communautés frontalières, mais aussi sujet d’interprétation et d’altération.

51Cette frontière, dans la classification généalogique de Hartshorne, présente un segment surimposé, qui correspond à la partie méridionale ; et un segment antécédent, au nord-est, qui correspond au tracé défini au traité de Webster-Ashburton de 1842. Paradoxalement, c’est ce dernier segment qui est aujourd’hui l’objet de critiques quant à sa légitimité : cette frontière serait « absurde » et « artificielle ». En réalité, ces récriminations, fort récentes, s’expliquent bien plus par le raidissement de la police des frontières américaine depuis les attentats du 11 septembre 2001, que par la discontinuité politique et administrative de l’espace habité, discontinuité qui n’a, depuis fort longtemps, plus été l’objet de critiques ou de contestation.

52Cette étude de cas permet de tirer des enseignements tant théoriques que pratiques. Sur le plan théorique, elle souligne, une fois de plus, le caractère davantage militant et politique que scientifique du concept de frontière artificielle. Les analyses y ont recours pour dénoncer, plutôt que pour expliquer. Sur le plan pratique, l’étude souligne que c’est le contexte politique et la manière des États de gérer l’interface frontalière, bref leur pratique frontalière, qui peut être à l’origine de tensions, d’insatisfactions, bien davantage qu’une introuvable qualité artificielle de la frontière.

Top of page

Bibliography

DOI are automaticaly added to references by Bilbo, OpenEdition's Bibliographic Annotation Tool.
Users of institutions which have subscribed to one of OpenEdition freemium programs can download references for which Bilbo found a DOI in standard formats using the buttons available on the right.
Format
APA
MLA
Chicago
The Bibliographic Export Service is accessible via institutions subscribing to one OpenEdition freemium programs.
If you wish your institution to become a subscriber to one OpenEdition freemium programs and thus benefit from our services, please write to: access@openedition.org.
Format
APA
MLA
Chicago
The Bibliographic Export Service is accessible via institutions subscribing to one OpenEdition freemium programs.
If you wish your institution to become a subscriber to one OpenEdition freemium programs and thus benefit from our services, please write to: access@openedition.org.

Agnew J., 2008, « Borders on the mind: re-framing border thinking », Ethics & Global Politics, vol. 1, n° 4, 175-191.
DOI : 10.3402/egp.v1i4.1892

Alesina A.; Easterly W. et Matsuszeski J., 2006, « Artificial States », NBER Working Paper Series, n° 12328, National Bureau of Economic Research, Cambridge MA.

Ancel J., 1936, « La géographie des frontières : la méthode », dans Les frontières : étude de géographie politique. Recueil des Cours 55(1). Martinus Nijhoff Publishers, Martinus Nijhoff Online, DOI :10.1163/ej.9789028609228.203-297.2, 203-297.

Ancel J., 1938, Géographie des frontières, Paris, Gallimard.

Arbaret-Schulz C. ; Beyer, A., Piermay J.-L.,, Reitel B., Selimanovski C., Sohn C. et Zander, P. (Groupe Frontière), 2004. « La frontière, un objet spatial en mutation », EspacesTemps.net, Textuel, 29 octobre, http://espacestemps.net/document842.html.

Balland D., 1997, « Diviser l’indivisible : les frontières introuvables des États centrasiatiques », Hérodote nº84, 77-123.

Boggs S. W., 1940, International Boundaries – A Study of Boundary Functions and Problems. New York, AMS Press, réédition 1966.

Boston Globe, 2010, « Vermont farmer draws a line at US bid to bolster border », 17 mai.

Format
APA
MLA
Chicago
The Bibliographic Export Service is accessible via institutions subscribing to one OpenEdition freemium programs.
If you wish your institution to become a subscriber to one OpenEdition freemium programs and thus benefit from our services, please write to: access@openedition.org.

Brigham A. P., 1919, « Principles in the Determination of Boundaries », Geographical Review, vol. 7, avril, 201-219.
DOI : 10.2307/207370

Broek J.O.M., 1941, « The Problem of ’Natural Frontiers’  », dans Committee on International Relations (dir.), Frontiers of the Future, Berkeley, University of California, 3-20.

Bruhnes J. et Vallaux C., 1921, La Géographie de l’Histoire. Géographie de la paix et de la guerre sur terre et sur mer. Paris, Félix Alcan.

Brunet R., 1992, Entrée « Artificiel », dans Brunet et al, Les Mots de la géographie. Dictionnaire critique. Paris/Montpellier, Reclus-La Documentation française.

Cabot J., 1978,. « Les frontières coloniales de l’Afrique », Hérodote n° 11, 114-131.

CBC News, 2007, « Quebec, Vermont residents bristle at border barrier », Montréal, 3 mai.

CFI, Commission de la frontière internationale, 2002, « La frontière internationale », www.internationalboundarycommission.org/boundary-f.html, c. le 25 mai 2011.

Format
APA
MLA
Chicago
The Bibliographic Export Service is accessible via institutions subscribing to one OpenEdition freemium programs.
If you wish your institution to become a subscriber to one OpenEdition freemium programs and thus benefit from our services, please write to: access@openedition.org.

Claval P., 1974, « L’étude des frontières et la géographie politique », Cahiers de géographie du Québec, vol. 18, n° 43, 7-22.
DOI : 10.7202/021173ar

Claval P., 1978, Espace et pouvoir. Paris, PUF.

Curzon of Kedleston, Lord, 1907, Romanes Lecture on the subject of Frontiers. Oxford, Clarendon Press, réimp. Westport, Greenwood Press Pub., 1976.

Dagenais P., 1948, « Petits conflits d’une grande frontière », Revue canadienne de géographie, vol. 2, n° 1, 3-8.

Daveau S., 1959, Les régions frontalières de la montagne jurassienne : étude de géographie humaine. Institut des Études Rhodaniennes de l’Université de Lyon. Thèse d’État, 572 p.

Format
APA
MLA
Chicago
The Bibliographic Export Service is accessible via institutions subscribing to one OpenEdition freemium programs.
If you wish your institution to become a subscriber to one OpenEdition freemium programs and thus benefit from our services, please write to: access@openedition.org.

Davis J., 1922, « The Unguarded Boundary », Geographical Review, vol. 12, n° 4, 585-601.
DOI : 10.2307/208592

Djalili, M.-R. et Kellner T., 2003, Géopolitique de la nouvelle Asie centrale. De la fin de l’URSS à l’après-11 septembre. Paris, PUF.

Doan D., 1997, Indian Stream Republic. Settling a New England Frontier, 1785-1842, University Press of New England, Hanover.

Dorion H., 1963, La frontière Québec-Terreneuve. Contribution à l’étude systématique des frontières. Québec, Presses de l’Université Laval, 316 p.

Dorion H., 1974, Recension de Claude Soucy (1970) Le segment du 45° parallèle de la frontière Québec-États-Unis. Étude géographique. Bordeaux, Université de Bordeaux, Institut de géographie, thèse de maîtrise, dans Cahiers de géographie du Québec, vol. 18, n° 43, 227-230.

Format
APA
MLA
Chicago
The Bibliographic Export Service is accessible via institutions subscribing to one OpenEdition freemium programs.
If you wish your institution to become a subscriber to one OpenEdition freemium programs and thus benefit from our services, please write to: access@openedition.org.

Dorion H., 1974b, « La notion d’intégrité territoriale et les problèmes des régions frontière du Québec », Cahiers de géographie du Québec, vol. 18, n° 43, 137-157.
DOI : 10.7202/021179ar

Format
APA
MLA
Chicago
The Bibliographic Export Service is accessible via institutions subscribing to one OpenEdition freemium programs.
If you wish your institution to become a subscriber to one OpenEdition freemium programs and thus benefit from our services, please write to: access@openedition.org.

Fall J.J., 2010, « Artificial States? On the enduring geographical myth of natural borders », Political Geography, n° 29, p. 140-147.
DOI : 10.1016/j.polgeo.2010.02.007

Farfan M., 2003, « Frontière Canada-États-Unis », Cybermagazine Patrimoine des Cantons, Stanstead, http://townshipsheritage.com/fr/article/frontiere-canada-etats-unis, c. le 25 mai 2011.

Farfan M., 2009, The Vermont-Quebec Border. Life on the Line. Charleston: Arcadia Publishing.

Fawcett C. B., 1918, Frontiers. A study in political geography. Clarendon Press, Oxford.

Fischer E., 1949, « On boundaries ». World Politics, vol. 1, n° 2, 196-222.

Foucher M., 1988, Fronts et frontières, Fayard, Paris.

Fourny M.-C., 2006, « De la frontière naturelle à la nature comme lien transfrontalier. Du rôle et de la place de l’environnement et du milieu dans les coopérations transfrontalières, dans Bouquet C. et Vélasco H. (dir.), Tropisme des frontières. Approche pluridisciplinaire, tome 1, Paris, L’Harmattan, 97-117.

Frémont A., 1990, «  Vingt ans « d’espaces vécus » », dans Bailly A. et Scariati R., L’humanisme en géographie, Paris, Anthropos, 13-22.

Free Republic, 2010, « Vt senator wants US-Canada border crossing closed », Fresno, CA, 23 mai.

Gibbins R., 1997, 2005, « Meaning and significance of the Canadian-American Border », dans Ganster P. et Lorey D., Borders and Border Politics in a Globalizing World. Lanham, SR Books.

Giebels L. J., 2002, « The final act of the New Guinea matter – The 1969 ‘Act of free choice’ », Tijdschrift voor Geschiedenis, vol. 115, n° 2.

Format
APA
MLA
Chicago
The Bibliographic Export Service is accessible via institutions subscribing to one OpenEdition freemium programs.
If you wish your institution to become a subscriber to one OpenEdition freemium programs and thus benefit from our services, please write to: access@openedition.org.

Gonon E. et Lasserre, F., 2003, « Une critique de la notion de frontières artificielles à travers le cas de l’Asie centrale », Cahiers de Géographie du Québec, vol. 47, n° 132, 433-461.
DOI : 10.7202/008090ar

Gouvernement du Canada, 2011, « Par-delà la frontière : une vision commune de la sécurité et de la compétitivité économique à l’intérieur du périmètre », Plan d’Action frontalier, Ottawa, 4 février.

Gouvernement du Québec, 1971, Rapport de la Commission d’Étude sur l’Intégrité du Territoire du Québec, vol. 6, Les frontières méridionales, Québec.

Hartshorne R., 1933, « Geographic and Political Boundaries in Upper Silesia », Annals of the Association of American Geographers, vol. 23, n° 4, 195-228.

Hartshorne R., 1936, « Suggestions on the Terminology of Political Boundaries », Annals of the Association of American Geographers, vol. 26, n° 1, 56-57.

Haskell Free Library, 2010, « The Haskell Free Library and Opera House: A Century of History on the Canada-U.S. Border », Townships Heritage Web Magazine, http://townshipsheritage.com/exhibit/haskell-free-library-and-opera-house-century-history, c. le 25 mai 2011.

Hubbard B. F., 1874, The History of Stanstead County, Lowell, Montréal.

Hypergéo, 2004, « Frontière », Encyclopédie électronique, Paris.

Immarigeon H., 1970, « Les frontières du Québec », dans Brossard J. et al (dir.), Le territoire québécois, Presses de l’Université de Montréal, Montréal, 3-47.

Format
APA
MLA
Chicago
The Bibliographic Export Service is accessible via institutions subscribing to one OpenEdition freemium programs.
If you wish your institution to become a subscriber to one OpenEdition freemium programs and thus benefit from our services, please write to: access@openedition.org.

Jones, S., 1945, Boundary Making. A handbook for Statesmen, Treaty Editors and Boundary Commissioners. Washington, DC, Carnegie Endowment for International Peace, réédition de 1971.
DOI : 10.2307/1335236

Konrad, V., Nicol H. N., 2008, Beyond Walls: Re-inventing the Canada-United States Borderlands, Ashgate, Border Regions Series, 368 p.

Format
APA
MLA
Chicago
The Bibliographic Export Service is accessible via institutions subscribing to one OpenEdition freemium programs.
If you wish your institution to become a subscriber to one OpenEdition freemium programs and thus benefit from our services, please write to: access@openedition.org.

Kreutzmann H., 1991, « Globalization, Spatial Integration, and Sustainable Development in Northern Pakistan », Mountain Research and Development, vol. 15, n° 3.
DOI : 10.2307/3673929

La Presse, 2009, « Une filière coréenne entre Stanstead et Derby Line ? », Montréal, 28 juillet.

La Tribune, 2009, « Frontières : les barrières prennent place à Stanstead », Sherbrooke, 25 septembre.

Lacoste Y., 1982, « Typologie géopolitique », dans Collectif, Frontières. Problèmes de frontières dans le Tiers-monde. Paris, Pluriel-débat/L’Harmattan/Université Paris VII, pp. 9-16.

Lapradelle P. G., 1928, La frontière. Étude de droit international. Paris, Éditions Internationales.

Lasserre F., 1993, « Frontières, territoire, nation(s) : la boîte de Pandore canadienne », Revue Belge de Géographie, vol. 117, n° 4, 133-146.

Lasserre F., 1998, Le Canada d’un mythe à l’autre. Territoire et images du territoire, HMH, Montréal, et Presses Universitaires de Lyon.

Lasserre F., 2006, « Frontières absurdes ? Le cas des villages-frontière entre Québec et États-Unis », dans Velasco-Graciet H.et Bouquet C. (dir.), Tropisme des frontières. Approche pluridisciplinaire, tome 1, Paris, L’Harmattan, 259-272.

Le Devoir, 2003, « Jalbert plaidera coupable d’être entré illégalement aux États-Unis », Montréal, 10 mars.

Le Devoir, 2004, « À califourchon entre deux nations », Montréal, 22 mai.

Leimgruber W., 1991, « Boundaries, values and identity: the Swiss-Italian transborder region », dans Rumley D. et Minghi J. V. (dir.): The geography of border landscapes, Londres, Routledge, 43-62.

Levine M., 1990, The Reconquest of Montreal. Language Policy and Social Change in a Bilingual City, Temple University Press, Philadelphie.

Mairie de Pohénégamook, 2003, Pohénégamook, Guide des Attraits et des Services, brochure municipale, Pohénégamook.

Mairie de Rock Island, 1992, Cent ans – Rock Island, 1892 – 1992, brochure municipal, Rock Island.

Mairie de Saint-Pamphile, 1995, Album souvenir. 125e anniversaire, Ville de Saint-Pamphile de l’Islet, brochure municipale, Saint-Pamphile.

Maull O., 1925, Politische Geographie. Berlin, Borntraeger.

Format
APA
MLA
Chicago
The Bibliographic Export Service is accessible via institutions subscribing to one OpenEdition freemium programs.
If you wish your institution to become a subscriber to one OpenEdition freemium programs and thus benefit from our services, please write to: access@openedition.org.

McEwen A.C., 1991, « The establishment of the Nigeria/Benin boundary, 1889-1989 », Geographical Journal, vol. 157, n° 1.
DOI : 10.2307/635145

Format
APA
MLA
Chicago
The Bibliographic Export Service is accessible via institutions subscribing to one OpenEdition freemium programs.
If you wish your institution to become a subscriber to one OpenEdition freemium programs and thus benefit from our services, please write to: access@openedition.org.

Minghi J. V., 1963, « Boundary Studies in Political Geography », Annals of the Association of American Geographers, vol. 53, n° 3, 407-428.
DOI : 10.1111/j.1467-8306.1963.tb00457.x

Ministère de la Santé et des Services Sociaux, 2011, Atlas de la Santé et des Services sociaux du Québec, en ligne, www.msss.gouv.qc.ca/statistiques/atlas/atlas/, c. le 15 juillet 2011.

New York Times, 2007, « Quebec and Vermont Towns Bond over a Sleepy Border », New York, 18 juillet.

Nicholson N. L., 1979, The boundaries of the Canadian Confederation. Ottawa, Carleton Library 115.

O’Neill T., 1984, Lakes, Peaks and Prairies. Discovering the United States-Canadian Border. Washington, DC, National Geographic Society.

Ottawa Sun, 2009, « U.S. deploying plane to watch Cornwall border », Ottawa, 19 juin.

Format
APA
MLA
Chicago
The Bibliographic Export Service is accessible via institutions subscribing to one OpenEdition freemium programs.
If you wish your institution to become a subscriber to one OpenEdition freemium programs and thus benefit from our services, please write to: access@openedition.org.

Padych C., 2001, « La frontière entre la Lituanie et la Pologne pendant l’entre-deux-guerres », Guerres mondiales et Conflits contemporains, n° 201, 7-22.
DOI : 10.3917/gmcc.201.0007

Pères Rédemptoristes, 1944, Album Historique et Paroissial de Marie-Médiatrice d’Estcourt, Rivière du Loup.

Porthsmouth Herald, 2003, « Trouble at the Border », Portsmouth, New Hampshire, 16 février.

Format
APA
MLA
Chicago
The Bibliographic Export Service is accessible via institutions subscribing to one OpenEdition freemium programs.
If you wish your institution to become a subscriber to one OpenEdition freemium programs and thus benefit from our services, please write to: access@openedition.org.

Prescott J.R.V., 1987, Political Frontiers and Boundaries. Londres, Unwin Hyman.
DOI : 10.1163/ej.9789004167858.i-504

Rankin K.J. et Schofield, R., 2004, « The troubled historiography of classical boundary terminology », Working Papers in British-Irish Studies, n° 41, University College, Dublin.

Reitel B., Zander P.,Piermay J.-L.,, Renard, J. P. (dir.), 2002, Villes et frontières. Paris, Économica-Anthropos, coll. ‘Villes’.

Roy O., 1992, « Frontières et ethnies en Asie centrale », Hérodote nº64, 169-182.

Roy O., 1997, La nouvelle Asie centrale ou la fabrication des nations. Paris, Seuil.

Roy O., 2001, L’Asie centrale contemporaine. Paris, coll. ‘Que Sais-je ?’, PUF.

McCarthy L., 2003, « The Immigration Case of Michel Jalbert Teaches Larger Lessons », Rudman & Winchell, Avocats, Maine Bar Journal, n° 1, en ligne, http://web.archive.org/web/20070311043931/http://www.rudman-winchell.com/mbj-2003winter-01.htm, c. le 26 mai 2011.

Rykiel Z., 1995, « European boundaries in spatial research », European Spatial Research and Policy, vol. 2, n° 1, p. 35-45.

Sautter G., 1982, « Quelques réflexions sur les frontières africaines », dans Collectif, Frontières. Problèmes de frontières dans le Tiers-monde. Paris, Pluriel-débat/L’Harmattan/Université Paris VII.

Sea Coast online, 2003, « Trouble at the border ». Portsmouth, NH, 16 février.

Sieger R., 1917, « Zur politisch-geographischen Terminologie ». Zeitschrift der Gesellschaft für Erdkunde, Berlin, n° 52, 497-529.

Format
APA
MLA
Chicago
The Bibliographic Export Service is accessible via institutions subscribing to one OpenEdition freemium programs.
If you wish your institution to become a subscriber to one OpenEdition freemium programs and thus benefit from our services, please write to: access@openedition.org.

Slowe P., 1991, « The geography of borderlands : the case of the Quebec-US borderlands », The Geographical Journal, vol. 157, n° 2, 191-198.
DOI : 10.2307/635276

Sölch J., 1924, Die Auffassung der « natürlichen Grenzen » in der wissenschaftlichen Geographie. Innsbruck, Universitätsverlag Wagner.

Soucy C., 1970, Le segment du 45ème parallèle : la frontière Québec-États-Unis. Mémoire de maîtrise, Institut d’Études Politiques de Bordeaux.

Format
APA
MLA
Chicago
The Bibliographic Export Service is accessible via institutions subscribing to one OpenEdition freemium programs.
If you wish your institution to become a subscriber to one OpenEdition freemium programs and thus benefit from our services, please write to: access@openedition.org.

Stacey C. P., 1950, « The Myth of the Unguarded Frontier, 1815-1871 », American Historical Review, vol. 56, n° 1, 1-18.
DOI : 10.2307/1840618

The Telegraph, 2003, « Village Customs border on the ridiculous », Londres, 15 février.

Théberge G., 1974, Saint-Éleuthère de Pohénégamook, 1874-1974, Pohénégamook, Comité du centenaire.

Théry H., 1992, Entrée « Frontière », dans Brunet R. (dir.), Les Mots de la géographie. Dictionnaire critique. Paris/Montpellier, Reclus-La Documentation française.

Toronto Star, 2005, « Border talks called ‘disturbing’  ». Toronto, 14 février.

US Census Bureau, 2000, « USA Population Density ». Washington, DC.

Vieillard S., 2001, « Gestion de l’eau et bassin versant. De l’évidente simplicité d’un découpage naturel à sa complexe mise en pratique », Hérodote nº102, 139-156.

Zone Libre, 2003, Émission d’actualité politique, Société Radio-Canada, Montréal, 4 avril.

Top of page

Notes

1 Commission de Toponymie du Québec, « Stanstead (Ville) », www.toponymie.gouv.qc.ca, consulté le 16 juillet 2003, puis le 11 juillet 2011.

2 Malgré un usage plus répandu de l’expression « villages frontaliers », laquelle sied principalement aux villages situés de part et d’autre de la frontière, l’expression « villages-frontière » a ici été retenue afin de souligner le passage de la frontière dans les villages.

3 Souligné par Djalili.

4 Cette recherche ne prétend à aucune exhaustivité, car plusieurs publications peuvent ne pas être indexées sur internet, a fortiori des articles antérieurs à 2000. Il ne faudrait donc pas chercher à interpréter l’augmentation apparente de ces chiffres, simplement y voir une certaine banalisation de l’expression.

5 La Guerre d'Indépendance Américaine (1775-1783) instaure une opposition durable entre les puissances américaine et britannique, conflit stratégique certes, mais surtout idéologique. A l'idéal républicain et universaliste s'oppose le conservatisme monarchique. Le déséquilibre des forces, cependant, est entériné : au traité de Paris de 1783 avec la jeune République, la Grande-Bretagne reconnaît implicitement son incapacité future à défendre ses immenses possessions cédées par les Français en 1763 : elle abandonne tout le territoire au sud des Grands Lacs jusqu'à la vallée de l'Ohio, une région où les troupes américaines n'ont pas pénétré au cours de la guerre. Elle replie ses possessions derrière la barrière physique du St-Laurent et des Grands Lacs, sauf au sud du futur Québec où la frontière est-ouest de 1763 est maintenue. La paix du traité de Gand de 1814 qui met fin à la guerre de 1812-1814, et la restitution par les Britanniques des vastes territoires conquis dans le Maine, témoignent de la reconnaissance implicite par les Britanniques de la puissance américaine et de leur quête d'un modus vivendi pacifique avec les États-Unis (Lasserre, 1993).

6 Désigné comme arbitre, le roi des Pays-Bas recommanda en 1831 de démarquer à nouveau la frontière le long du 45e parallèle et de la rivière Connecticut, ce que Washington refusa à nouveau. Soucy, 1970, p. 74-76.

7 La délimitation d’une frontière est l’opération qui consiste à relever, sur le terrain, la position exacte de la frontière (par les coordonnées des points la définissant), à partir des données issues de la définition. Elle n’est en général que consignée par écrit, et se rapproche plus de l’arpentage ; le terme anglais est survey. La démarcation, au contraire, consiste à transformer l’environnement physique pour que le tracé apparaisse aux yeux de tous : pose de bornes, peinture sur le sol, coupe de vistas en forêt, creusement de tranchées…

8 Par ailleurs, si les officiers d’immigration résident sur place, en revanche, la police volante des frontières est souvent constituée d’agents dont la rotation est rapide et qui développent rarement de liens avec les locaux.

9 Ainsi, M. Jalbert a dû subir des coûts en perte de revenus et en frais de justice plus de 12 000 $, dont une partie a été payée par des partisans, la plupart américains (Le Devoir, 2003).

Top of page

List of illustrations

Title Figure 1 : Les villages-frontière entre le Québec et les États-Unis
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/25209/img-1.png
File image/png, 439k
Title Figure 2 : Comparaison de la frontière issue du 45e parallèle et de la ligne du 45e parallèle
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/25209/img-2.png
File image/png, 393k
Title Figure 3 : La frontière Québec-États-Unis : une frontière de compromis
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/25209/img-3.png
File image/png, 440k
Title Tableau 1 : Les villages-frontière du Québec
Caption a Les résidents du côté américain de St-Pamphile doivent aller chercher le courrier distribué par les postes américaines à Fort Kent, à 125 km ; les postes canadiennes laissent le courrier à la poste restante de St-Pamphile, QC.b Jusqu’en 2001, ce service était assuré par la municipalité de St-Pamphile. Des protestations ailleurs au Québec contre ce qui a été présenté comme “l’importation de déchets américains” ont contraint la mairie à suspendre ce service.c Aujourd’hui, il n’y a plus d’enfant en âge scolaire : le service est donc virtuel.Codes : QC : Québec ; VT : Vermont ; ME : Maine ; NY : New York.
Credits Sources : entrevues menées par les auteurs entrevues menées auprès de représentants des municipalités suivantes : Stanstead, Canaan, Saint-Pamphile et Pohénégamook, 5-6 juillet 2011.
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/25209/img-4.png
File image/png, 64k
Title Figure 4 : Borne frontière, Dundee, 2004
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/25209/img-5.jpg
File image/jpeg, 568k
Title Figure 5 : Borne frontière, Akwesasne, 2004
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/25209/img-6.jpg
File image/jpeg, 588k
Title Figure 6 : Région de la municipalité de Stanstead
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/25209/img-7.png
File image/png, 425k
Title Figure 7: Borne frontalière, Rock Island (Stanstead), 2003
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/25209/img-8.jpg
File image/jpeg, 1.2M
Title Figure 8 : Panneau de bronze indiquant la localisation de la frontière internationale sur le mur d’un immeuble, Rock Island (Stanstead), 2003
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/25209/img-9.jpg
File image/jpeg, 60k
Title Figure 9 : Panneaux invitant/intimant le visiteur à se présenter au poste frontalier pour inspection, Rock Island (Stanstead), 2003 (a), 2011 (b). Noter le changement dans le ton du message.
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/25209/img-10.jpg
File image/jpeg, 928k
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/25209/img-11.jpg
File image/jpeg, 792k
Title Figure 10: Borne frontalière, Rock Island (Stanstead), 2003
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/25209/img-12.jpg
File image/jpeg, 128k
Title Figure 11 : La bibliothèque Haskell de Rock Island (Stanstead), 2011
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/25209/img-13.jpg
File image/jpeg, 1.2M
Title Figure 12 : Beebe Plain, rue Canusa. À droite, le Québec ; à gauche, le Vermont, 2003
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/25209/img-14.jpg
File image/jpeg, 660k
Title Figure 13 : Carte de Saint-Pamphile
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/25209/img-15.png
File image/png, 413k
Title Figure 14 : Tracé de la frontière (en rouge), Saint-Pamphile, 2003
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/25209/img-16.jpg
File image/jpeg, 460k
Title Figure 15 : Carte du village de Pohénégamook
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/25209/img-17.png
File image/png, 344k
Title Figure 16 : Agrandissement du secteur de Blier/Estcourt (Pohénégamook)
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/25209/img-18.png
File image/png, 211k
Title Figure 17 : Maison traversée par la frontière, Blier/Estcourt (Pohénégamook), 2003
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/25209/img-19.jpg
File image/jpeg, 1012k
Title Figure 18 : Le pont international, construit par erreur en 1906, vu depuis le côté américain, à Estcourt Station, 2003
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/25209/img-20.jpg
File image/jpeg, 1.3M
Title Figure 19 : Le Ouellet Gaz Bar, la station-service en territoire américain, fermée depuis avril 2003, rouverte en 2007, 2003
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/25209/img-21.jpg
File image/jpeg, 1.1M
Title Figure 20 : Ferme internationale, Estcourt Station, 2003
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/25209/img-22.jpg
File image/jpeg, 96k
Title Figure 21 : Maison transfrontalière, Estcourt Station, 2003
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/25209/img-23.jpg
File image/jpeg, 1.1M
Title Figure 22 : Le magasin général américain et la frontière, 2003
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/25209/img-24.jpg
File image/jpeg, 1020k
Title Figure 23 : Dernière borne avant la rivière Saint-François et à l’arrière-plan, la voie ferrée construite par le Grand Tronc, 2003
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/25209/img-25.jpg
File image/jpeg, 739k
Top of page

References

Electronic reference

Frédéric Lasserre, Patrick Forest and Enkeleda Arapi, « Politique de sécurité et villages-frontière entre États-Unis et Québec », Cybergeo : European Journal of Geography [Online], Political, Cultural and Cognitive Geography, document 595, Online since 03 March 2012, connection on 24 November 2014. URL : http://cybergeo.revues.org/25209 ; DOI : 10.4000/cybergeo.25209

Top of page

About the authors

Frédéric Lasserre

Département de géographie
Université Laval, Québec
Frederic.lasserre@ggr.ulaval.ca

By this author

Patrick Forest

Chercheur post-doctoral
Département de géographie
Université McGill, Montréal
Patrick.forest@mcgill.ca

Enkeleda Arapi

Doctorante
Département de psychopédagogie
Université Laval, Québec
Enkeleda.arapi.1@ulaval.ca

Top of page

Copyright

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Top of page