Navigation – Plan du site
2012
599

Vers la disparition des brousses ? Analyse multi-scalaire de la dynamique des paysages à l’ouest du Burkina Faso depuis 1952

Is the end of the West African bush? Multi-scale analysis of landscape dynamics in Western of Burkina Faso since 1952
Sébastien Caillault, Aziz Ballouche et Daniel Delahaye

Résumés

Les campagnes cotonnières de l’ouest du Burkina Faso ont été bouleversées durant les cinquante dernières années. Une transition agraire et démographique a conduit à une forte diminution des espaces de brousse. Nous avons mené une phase de photo interprétation sur une « petite région » comprenant une dizaine de villages le long de la forêt classée du Tui. Nous proposons une description des tendances spatiales à l’aide de différents indicateurs (forme, structure, etc.), puis une synthèse sur les interactions entre l’espace protégé et les espaces villageois. Nous montrons que, même si depuis plus de cinquante ans l’espace de la forêt classée est protégé, les habitants n’ont pas toujours connu les mêmes règles d’accès à cette zone. Les droits de culture accordés dans les années 1950/60 n’existent plus et les déguerpissements des champs se sont accélérés au cours des années 1990. La transition agraire couplée à la forte volonté de protection a conduit à la différenciation récente de deux unités, l’une agricole et l’autre de conservation de la nature. A cette échelle d’observation, la saturation agricole apparaît forte. Une seconde approche basée sur les cycles cultures/jachères à une échelle plus fine distingue alors différents patrons spatiaux. Cette échelle montre que la forte augmentation des surfaces cultivées ne fait pas disparaitre les brousses de manière systématique, certaines exploitations semblent continuer la pratique de la culture temporaire. Au final, ce travail met en évidence l’importance de l’articulation entre les échelles spatiales et temporelles pour l’étude des dynamiques dans ces régions.

Haut de page

Texte intégral

Introduction 

  • 1 Pour définir les types de formations végétales, c’est le terme de « savane » qui est utilisé.

1Aborder la question des brousses dans les campagnes africaines paraît être une question classique. Pourtant au regard des sens que recouvrent les « brousses », cette notion n’apparait pas forcément comme un champ d’étude bien identifié. Au delà de son sens biogéographique, d’une « formation arbustive xérophile des régions tropicales » (George & Verger, 1970), ce mot définit aussi les zones reculées, s’opposant alors aux espaces habités dans les campagnes africaines (Lebigre et Dumas, 2010). Dans cet article, les brousses seront abordées sous le deuxième angle, à savoir, comme le couvert végétal au delà des espaces villageois1. les brousses correspondent aussi à l’espace parcouru par les feux de « brousses » chaque année. Dans ces régions soudaniennes, la brousse est nommée ban par les populations Bwaba. Cette acception du terme brousse coïncide avec un espace bien identifié par les habitants où se mêlent jachères et zones de savanes arborées.

2Les campagnes à l’ouest du Burkina Faso ont été bouleversées en moins de cinquante ans par d’importantes migrations ainsi que par la mutation des systèmes de production qui ont transformé les paysages de la région (Saul et al., 2003). Les paysages dominés par la « grande brousse », source d’insécurité (Remy, 1981 ; Larrue, 2002), sont aujourd’hui des paysages où les terres sont cultivées dès que l’épaisseur des sols le permet. Ce renversement matériel se traduit par l’évolution d’une conception pratique de la brousse et de la place de la jachère dans les systèmes d’exploitation. Auparavant, la brousse était vue comme un espace à défricher, l’accueil des migrants était alors perçu positivement puisqu’il participait à la maîtrise locale du terroir villageois. Actuellement, la situation est différente : la lecture dominante, en partie construite par l’Etat, est celle d’une pénurie des terres. La tradition d’accueil n’a pas disparu, mais les difficultés semblent se multiplier face à la pénurie des terres. Localement, les préoccupations se cristallisent désormais autour de l’accessibilité des terres pour les générations à venir, et les brousses sont donc très convoitées. Ce renversement de conception de la brousse, d’une vocation à être défrichée vers la volonté moderne d’être conservée, est aussi une représentation partagée par l’Etat Burkinabé. Après avoir soutenu et en partie organisé le front agricole, l’Etat s’intéresse désormais à la conservation des brousses relictuelles, que ce soit par le biais de programmes de développement localisés ou encore par la gestion d’espaces dédiés à la nature.

3A l’ouest du Burkina Faso, un certain nombre d’études ont permis de caractériser l’occupation du sol et la tendance régionale de raréfaction des brousses (Serpantié, 2003 ; Tallet, 2007 ; Augusseau, 2007). Ces études, souvent ponctuelles, analysent rarement une dynamique sur plusieurs décennies. L’étendue spatiale rend les résultats difficilement généralisables sur l’ensemble de la région et la comparaison de deux dates ne permet pas de saisir réellement le comportement des structures du paysage (Pélissier & Sautter, 1970). Ces limites ne sont pas que d’ordre technique, en privilégiant le terroir comme échelle d’observation, elles négligent souvent le rôle de facteurs intervenant à des échelles plus larges telles que les projets impulsés par les politiques publiques (Bassett et al., 2007). Pour tenter d’analyser les moteurs de la dynamique des brousses, et plus largement ceux des paysages, nous nous appuyons sur une méthode de caractérisation fine des paysages sur une petite région (env. 250km²) depuis 1952. La zone étudiée comprend une forêt classée gérée par les services de l’environnement de l’Etat. La boucle du Tui, située dans le pays Bwa, permet d’interroger les dynamiques locales de la brousse et leur imbrication avec les actions menées par l’Etat. Il s’agit ainsi de s’interroger sur les interactions entre différentes échelles, le local et le national, et sur les trajectoires paysagères qu’elles impriment au travers des brousses.

Figure 1 : Paysage en pays Bwa à l’heure des premières récoltes

Figure 1 : Paysage en pays Bwa à l’heure des premières récoltes

Nov.2008, début de la saison sèche

Méthodologie

4Les données sont produites par une phase de photo-interprétation de la région à différentes dates : 1952, 1967, 1981, 1993, 1999 et 2007 (Tab.1). Deux missions de terrain (novembre 2008 et mai 2009) sur cette zone ont été réalisées, elles ont permis de prendre en compte les spécificités de cet espace et de mener des enquêtes. Du fait de la qualité hétérogène des images et des saisons différentes de prises de vues, nous avons privilégié la digitalisation des champs et des jeunes jachères puisque ces objets sont aisément identifiables. Les photographies aériennes et images satellitaires aux résolutions spatiales proches sont analysées avec l’appui d’un modèle numérique de terrain (SRTM USGS 90m) et des données démographiques par village (INSD 1975, 1986, 1996, 2006).

Tableau 1 : Caractéristiques des images utilisées pour la photo-interprétation

Année

Mois de prise de vue

Sources

Résolution spatiale (pixel en m)

Visualisation

1952

Juin

IGN AOF

2

NB

1967

Décembre

USGS

2

NB

1981

Juin

IGB

2

NB

1993

Juin

IGB

2

NB

1999

Juin

IGB

2

NB

2007

Novembre

CNES*

2,5

Composition colorée

*CNES 2008, Distribution Spot Image S.A., France, all rights reserved

5Au final deux bases de données ont été créées sous SIG (Argis 9.3). Une première base comporte les différents blocs de cultures pour les six dates d’études (Tab. 2). Elle permet d’étudier la localisation des champs (position topographique, distance au village) et leur taille. Un bloc de cultures est composé de différentes parcelles qui sont impossibles à individualiser sur les photos. Des indices de structure et le mouvement des cultures par rapport aux villages ont été calculés à partir de différents indicateurs issus de l’écologie du paysage (Elkie et al., 1999 ; Foltete & Tolle, 2008). Les indicateurs ont été choisis pour leurs capacités à caractériser les dynamiques spatiales analysées. Nous avons décrit la fragmentation des paysages par l’agriculture. La concentration des cultures est étudiée avec un indice faisant la moyenne des distances aux plus proches voisins de chaque bloc de culture. Cet effet de concentration peut se répercuter sur les formes des blocs culturaux et les lisières si l’espace se sature. Nous avons aussi étudié la surface moyenne des blocs de culture et leur forme. En plus de ces indices de structure, l’éloignement moyen des champs par rapport aux villages a été calculé. En l’absence de limites entre villages (administratives et/ou coutumières) nous avons attribué à chaque village les blocs de cultures les plus proches. Ensuite, nous calculons la distance moyenne des champs par village.

Tableau 2 : les indices de structure utilisés dans cette étude

Indices

Description

Processus

Nombre de blocs

Nombre d’agrégats de cultures

Fragmentation

Taille moyenne des blocs

Surfaces moyenne des agrégats de cultures (ha)

Homogénéisation

Forme des blocs

Périmètre/surface. Cette mesure est pondérée par la taille de chaque agrégat.

Complexité des formes

Distance moyenne au bloc le plus proche

Chaque agrégat a une distance à son plus proche voisin, calcul de la moyenne des distances (m).

Isolement/agrégation

Distance moyenne au village le plus proche

Chaque agrégat a une distance au village le plus proche, calcul de la moyenne des distances (m).

Eloignement des champs /aux villages

6Alors que la première base caractérise l’occupation du sol, une deuxième base de données s’appuie sur un carroyage de mailles carrées (1ha), permettant d’aborder la question des cycles cultures/jachères sur l’ensemble de la « petite région ». Cette étendue d’étude permet de révéler certains éléments entre dynamiques locales (terroir) et dynamiques globales (front pionnier, Etat). A chaque date, les mailles sont occupées lorsqu’un bloc de cultures est présent avec plus de 0,5ha dans la maille. Cette taille correspond aux parcelles les plus petites. Cette approche s’avère nécessaire car, en l’absence de parcellaire fixe, les limites entre blocs de cultures ne correspondent pas aux différentes dates et rendent les analyses temporelles difficiles. Le carroyage permet de comprendre et de cartographier les rythmes de retour des cultures sur l’ensemble de la région étudiée. La conversion des espaces agricoles en zones habitées n’est pas prise en compte, il s’agit de processus différents et minoritaires à cette échelle (moins de 5 % des surfaces de la zone d’étude). Après les analyses des structures spatiales, ce sont les dynamiques internes aux structures qui sont étudiées. Pour comprendre les pratiques dans le contexte de raréfaction des terres de brousses, il est important de pouvoir définir la date de mises en cultures ou de remises en jachères puisqu’elles déterminent en partie la fertilité des terres.

Résultats 

Une évolution non linéaire, marquée par un territoire classé aux fonctions changeantes

7Les différents indicateurs spatiaux sont mis en parallèle des évolutions démographiques et des surfaces agricoles. Ils permettent de comprendre les tendances globales et comment l’extension agricole se répercute sur les formes actuelles des champs (Fig. 2 & 3). Une analyse simple des surfaces et de la démographie depuis 1950 pourrait faire penser à un mécanisme de fronts pionniers sur des nouveaux espaces, mais ce n’est pourtant pas le cas ici. En effet, il n’y a pas eu de création de villages et les champs ne se sont pas étendus selon un processus de diffusion. Si les migrations ont conduit à d’importants défrichements, les migrants se sont essentiellement installés dans des quartiers accolés aux anciens villages bwa, confirmant le rôle central des anciens bourgs ruraux de cet espace.

Figure 2 : Evolution de l’occupation du sol dans la boucle du Tui de 1952 à 2007 (Burkina Faso)

Figure 2 : Evolution de l’occupation du sol dans la boucle du Tui de 1952 à 2007 (Burkina Faso)

Figure 3 : Evolution de l’occupation du sol : répartition, composition et structures spatiales

Figure 3 : Evolution de l’occupation du sol : répartition, composition et structures spatiales

8La démographie et la surface agricole ont augmenté parallèlement (Fig.3), mais cette évolution s’est faite par un mitage des brousses. Au départ, nous observons des champs dans une matrice de savanes. Aujourd’hui, ce rapport est inversé puisque les brousses sont devenues minoritaires, des milieux interstitiels entre les champs (Fig.2). Cette extension des cultures et l’inversion du rapport des surfaces en brousses/surfaces cultivées se comprennent à la lecture des indices de structure. La densification des champs dans un espace limité tend à faire diminuer la distance entre les blocs de cultures. Ce rapprochement amène alors les agriculteurs à agréger leurs champs, comme le montre l’augmentation des surfaces moyennes des blocs de culture. Au départ, la fragmentation était sensible, mais désormais c’est une dynamique d’homogénéisation qui est en place. Cette homogénéisation par de grands blocs de cultures aux formes de plus en plus complexes laisse alors des brousses très fragmentées.

9Ces évolutions mettent en évidence les changements d’occupation du sol dans la forêt classée. Aujourd’hui, il semble y avoir deux espaces bien distincts, l’un à vocation agricole, l’autre à vocation de protection de la nature, mais cette dichotomie n’a pas toujours existé. Dans les années 1980, une partie des cultures étaient le long des vallées classées, sur les sols hydromorphes, loin des villages, espace dans lequel les cultures sont désormais absentes. A partir de 1993, l’espace cultivé dans l’aire protégée a diminué et s’est petit à petit reporté sur le domaine agricole villageois. Alors que la population a augmenté, l’espace cultivable a régressé à partir du milieu des années 1980. Au final, la caractérisation des formes témoigne des importantes mutations des systèmes agricoles au cours des cinquante dernières années, mais aussi de leurs relations variées (conflits, tolérance,…) vis-à-vis de l’espace étatique (forêt classée).

Des jachères qui persistent malgré un espace agricole amputé

Figure 4 : Dynamiques des jachères et des cultures observées en 2007

Figure 4 : Dynamiques des jachères et des cultures observées en 2007

10La figure 4 permet de visualiser les enjeux et les dynamiques actuelles par la cartographie de l’espace cultivé (cultures en teintes chaudes) ou délaissé (jachères en bleu). A premier abord, cette carte est marquée par l’évolution des deux entités à partir des années 1980, mises en évidence dans les paragraphes précédents. On observe une opposition entre l’espace protégé où seules des jachères existent et l’espace agricole villageois majoritairement cultivé. Quant aux cultures, elles forment un espace quasi continu. Cet espace cultivé n’est cependant pas uniforme, comme le montre la mosaïque des temps de cultures. Les champs les plus anciens sont majoritairement situés à proximité des villages (champs permanents sous parc arboré). A l’opposé, les champs les plus récents sont éloignés des centres villageois, sur les abords des cuirasses. Cependant, ce qui marque cet espace agricole ce sont les motifs et l’agencement des temps de cultures et des temps de jachères. Ces motifs spatiaux de cultures se composent de vieux espaces cultivés au centre et autour nous pouvons parfois remarquer des champs plus jeunes. Il s’agit en réalité d’un champ qui s’agrandit petit à petit au détriment des brousses (Patron A). Un autre patron (patron B) visible sur la carte, est composé par le mélange entre les cultures et les jachères. Dans ce cas, l’alternance entre mise en culture et jachère conduit au maintien de la brousse. La représentation générale du front pionnier cache une diversité de situations, de nouvelles brousses (jachères) sont produites malgré un contexte de compétition pour la terre. Les acteurs locaux ne sont pas face à une évolution régressive des formes de végétation, puisqu’ils les produisent et les maîtrisent.

Des interactions entre les politiques nationales et la gestion locale aux nouvelles dynamiques des brousses

  • 2 L’expression met ici en avant le rôle des initiatives paysannes dans l’évolution des systèmes de pr (...)

11La cartographie de l’évolution du domaine agricole montre clairement l’imbrication des dynamiques locales et des impulsions changeantes de l’Etat. Ainsi localement, les mécanismes de la révolution agricole2 (Bassett, 2002) sont visibles par l’augmentation des surfaces agricoles et par l’évolution des systèmes de production. Les surfaces cultivées ont augmenté proportionnellement à la croissance démographique, mais cela ne doit pas s’interpréter comme une simple extension de l’espace agricole. En effet, avec le même ratio population/aires cultivées, les champs couvrent, en plus de la vocation alimentaire initiale, une vocation commerciale. Ce qui démontre une augmentation des surfaces mais aussi des rendements entre les années 1960 et aujourd’hui. Quant au rôle de l’Etat, il est illustré par les déplacements des surfaces cultivées qui témoignent de différentes conceptions de la forêt classée depuis 50 ans. La bibliographie (scientifique, récits, etc) permet d’appréhender l’évolution des paysages du pays Bwa par des entrées disciplinaires variées et rarement connectées : anthropologie, agronomie, biologie... Nous proposons une synthèse (fig. 5) s’appuyant sur l’analyse spatiale pour mettre en évidence l’évolution des interactions entre la Foret Classée et les domaines villageois.

12Les premières sources photographiques correspondent aux années 1950, période coloniale où les forêts classées existent officiellement depuis quelques années. Un réseau de forêts classées est mis en place par l’administration coloniale en parallèle du chemin de fer qui va d’Abidjan à Ouagadougou. Leur fonction est au départ liée aux besoins en bois et en charbon pour le réseau ferroviaire (avant la diésélisation). Les forêts sont classées dans les vallées, le long des cours d’eau permanents, dans le cas présent il s’agit de la rivière du Tui. Ces vallées présentent des sols hyrdromorphes, des mares et une végétation arborée dense. Elles ont longtemps été peu peuplées pour des raisons sanitaires (onchocercoses). La protection des forêts face à la savanisation est un argument complémentaire du transport ferroviaire pour expliquer cette délimitation de l’Etat. Conformément aux concepts développés dès les années 1940 par A. Aubreville, qui reposaient sur une vision climatique de la végétation, la dégradation de la couverture forestière primaire était alors considérée comme une conséquence de l’assèchement du climat et de fléaux tels que les défrichements des paysans et les feux de brousse (Aubreville, 1950). Ces faits étaient perçus comme des nuisances affectant le potentiel d’exploitation des bois tropicaux coloniaux. Face à l’administration forestière, l’agriculture était à l’époque familiale, manuelle et pratiquée sur des champs collectifs dans des campagnes peu peuplées (moins de 15 hab/km²). La photo interprétation montre une auréole de culture autour des noyaux villageois et quelques champs dispersés dans la brousse. Il faut d’ailleurs noter l’absence de démarcation individualisant la forêt classée, elle est même cultivée sur quelques petites portions.

Figure 5 : Essai de synthèse : interactions entre un espace protégé et les domaines villageois dans la boucle du Tui

Figure 5 : Essai de synthèse : interactions entre un espace protégé et les domaines villageois dans la boucle du Tui

13Dans les années 1970, avant les principales phases de migrations, les campagnes sont plus densément peuplées. En plus de l’auréole de culture, de grands champs massifs ont fait leur apparition dans la brousse. Ils sont accompagnés de petits champs qui rappellent les premières marques de la nucléarisation des familles décrite par Savonnet (1986). En effet, à cette période, certains individus de la famille demandent alors à cultiver de petits champs pour pouvoir se constituer un capital nécessaire pour l’achat de biens personnels. Les grands champs familiaux se localisent parfois dans la forêt classée : le découpage étatique serait-il oublié ? Cette période correspond aux années qui suivent l’indépendance de la Haute Volta (1960). Il existait des droits de culture (accords entre les paysans et l’administration) dans le cadre des politiques de développement économique basé sur l’essor du coton (Schwartz, 1993)

  • 3 Définition (Petit Robert) : Abandon volontaire ou forcé d’une propriété, d’un héritage. Dans le cas (...)

14Dans les années 1980, les villages Bwa ont accueilli les « étrangers Mossi » (expression locale désignant les populations étrangères au terroir) : les zones cultivées ont été étendues, la brousse a régressé, surtout dans les marges des terroirs. A cette période, les responsables fonciers donnent la terre aux allochtones sans contrepartie (argent, échange de services, etc.), et, la défriche d’un champ montre son appropriation lors de sa phase de culture. Dans certaines parties des forêts classées, les familles se créent des quartiers d’hivernages pour dormir pendant la période des travaux champêtres. En 1984, la révolution Sankariste a créé le domaine foncier national (Réforme Agraire) et proclamé les « Trois Luttes » : contre la divagation des animaux, les feux de brousse et la coupe abusive de bois. Ce changement de fonctionnement est plus une attitude politique nationaliste (protection de l’espace national) qu’environnementale (protection de la nature). Dans ce contexte, quelques rares déguerpissements3de cultures se font dans les Forêts Classées (Kiéma, 2007). En effet, malgré un certain « oubli » des fonctions initiales de la forêt classée pendant les périodes précédentes, cet espace classé n’a pas été remis en cause de manière juridique.

15Depuis les années 1990, la région semble être saturée par les espaces cultivés du fait de la généralisation de la culture attelée mais aussi par des phases successives de déguerpissements qui ont eu lieu jusque dans les années 2000. Les agriculteurs ont du abandonner les champs qui se trouvaient dans les forêts classées, parce qu’ils ont finalement été détruits par les agents forestiers, et les agriculteurs sont alors allés cultiver les zones périphériques. Des surfaces cultivées ont donc été transférées de la zone aujourd’hui protégée aux espaces agricoles villageois. Ce transfert s’est fait en plusieurs phases entre 1980 et 2003. Les moments de déguerpissements semblent liés aux caractéristiques des terroirs concernés et à leur saturation. Plus la proportion en forêt classée était importante pour le terroir, plus la pression des agents forestiers a été difficile et tardive.

16Ces différents constats à partir des évolutions spatiales et de la bibliographie permettent de comprendre la récente création de deux unités distinctes. Les brousses ne disparaissent pas toujours, certaines sont ainsi « créées » sur de vastes zones protégées. Ce n’est pas un mouvement de disparition progressif des brousses qui caractérise cette région mais plutôt une ségrégation spatiale entre les brousses (zone de végétation dense) et espace cultivé (champs et quelques rares jachères) (fig.5). La forêt classée n’a pas toujours été sanctuarisée, la frontière entre l’espace agricole et l’espace protégé est récente. Si l’évolution des formes et de l’espace agricole permet de comprendre la « révolution agricole », elle montre aussi les implications de facteurs externes tels que la gestion des ressources naturelles par l’administration coloniale, puis par l’Etat Burkinabé. Cette, lecture croisant interventions étatiques (zonage de la forêt classée, déguerpissements) et modes de gestion locaux« » pourrait être révélatrice d’une prise en main de l’Etat Pourtant, à une échelle plus fine, l’analyse de la facette écologique des cycles cultures/ jachère éclaire différemment les processus en jeu.

17La cartographie des rythmes cultures/jachères (fig. 4) révèle la diversité des conditions existant au sein de l’espace actuellement cultivé. En effet, pour comprendre les enjeux spatiaux, il est important de comprendre les rythmes des cycles cultures/jachères (fig. 4). Dans ces régions, le temps de culture est un paramètre essentiel pour l’agriculture puisque les sols deviennent moins fertiles au fur et à mesure de leur exploitation, mais aussi plus difficiles à entretenir pour les agriculteurs car les adventices sont de plus en plus envahissantes. L’échelle du terroir permet d’analyser les relations essentielles entre le système foncier local et les pratiques agricoles dans ces campagnes (Caillault et al., 2010). Le patron A correspond aux phases d’agrandissement et d’extension des champs qui sont occupés de manière permanente. Les pratiques de ces exploitations ne semblent pas faire appel à la mobilité des cultures puisque, depuis 1981, ces champs ne semblent pas avoir été remis en jachère. Dans ce cas, les pratiques sont souvent guidées par l’amélioration de la terre, de la parcelle… Sur le terrain, ceci peut se voir avec l’utilisation d’intrants pour améliorer le rendement, que ce soit par le fumier, les engrais ou bien les herbicides. Les parcelles peuvent aussi présenter des traces de ces pratiques conservatoires. Par exemple, l’implantation de jeunes Faidherbia albida, de limites à Andropogon gayanus, ou de diguettes en pierres peuvent témoigner de ce type de pratiques associées aux cultures permanentes (Gray et Kevane, 2001). Quant au patron B, il ne montre pas de phase de vieillissement des champs puisque ce motif tient une grande partie de ses caractéristiques de la production de nouvelles jachères malgré le contexte régional de saturation. Cette mosaïque est alors liée à la pratique de la culture temporaire. Les champs se distinguent alors par une densité du parc arboré supérieure à la moyenne (permanents, champs de case, etc). L’ouverture de nouveaux champs est aujourd’hui liée à ce type de pratique, qui est elle-même associée à la gestion foncière locale reposant sur des droits d’usage familiaux.

Apports d’une analyse locale des paysages sur la « longue durée »

18Malgré les limites inhérentes aux intervalles de temps entre les clichés, cette étude a permis d’aborder la question de l’évolution des paysages. Cette étude a pour avantage d’étudier les campagnes de manière standardisée sur plus de 50 ans avec une résolution spatiale fine. Des premières sources photographiques des missions coloniales (clichés de 1952 de l’AOF) aux images satellitaires à très hautes résolutions (SPOT 5), en passant par les clichés des satellites espions américains déclassés (Corona, 1967), ce travail s’ajoute aux études locales sur la dynamique des paysages de la zone tropicale sur plus d’un demi siècle (Blanc-Pamard, 2002 ; Serpantié, 2003).

19L’importante séquence temporelle et la résolution spatiale ont plusieurs intérêts. Le recul temporel permet de questionner ces campagnes dans différents contextes (socio-économiques, politiques, scientifique) et de penser ces dynamiques locales dans le cadre d’un système ouvert, en les reliant aux politiques publiques depuis plus de 50 ans. La fine résolution spatiale permet de caractériser des formes pour ensuite en déduire des processus propres aux espaces étudiés (régression de la brousse, cycles cultures/jachères, etc). Enfin, l’étendue spatiale choisie, celle d’une « petite région », est intermédiaire entre l’analyse locale d’un terroir et les descriptions menées à l’échelle régionale. Le local et le global sont alors mieux connectés que dans des études ponctuelles qui ne permettent pas souvent les comparaisons avec d’autres lieux. La méthodologie choisie s’inscrit pleinement dans le champ de l’analyse spatiale, cette orientation n’est pas que l’attachement à une méthode, elle offre la possibilité d’analyser ces espaces sur le temps long en l’absence de données statistiques continues, comme c’est souvent le cas dans un pays du Sud.

20La question des échelles, au-delà de l’aspect méthodologique, permet d’interroger les angles morts entre le terroir et l’analyse régionale par exemple, alors qu’ils sont rarement discutés et pourtant si déterminants dans les conclusions (Rangan et Kull, 2009). La démarche proposée en reliant interrogations, terrain et choix méthodologiques nous a permis de dresser un schéma de synthèse articulant les différents mécanismes de la régression des brousses à différentes échelles d’observation (fig. 6).

21La raréfaction des brousses est générale, mais elle ne se fait pas de manière mécanique et linéaire. L’implication des espaces protégés sur les dynamiques locales de terroirs est encore peu questionnée, malgré des études sur des terrains voisins. A une échelle plus fine, la question des cycles cultures/jachères reste souvent accrochée aux systèmes d’exploitation, mais les observations ne sont pas souvent rapportées aux dynamiques intervenant à des échelles supérieures au terroir. Nous avons montré que les politiques publiques ont eu des répercussions localisées qui ont affecté de manière différentielle les domaines villageois (fig.2). Les pratiques et la gestion des cycles cultures/jachères sont aussi dépendantes du système foncier local (fig. 3). En articulant différentes échelles et en prenant en compte l’évolution des paysages il est possible d’entrevoir l’héritage des pratiques dans ces campagnes et le poids actuel des systèmes fonciers locaux sur l’avenir des brousses (Jacob, 2007). Aujourd’hui, les brousses observables sont exploitées à plusieurs titres : prélèvement de bois, chasse, réserve de pailles, pharmacopée, etc tant dans le domaine protégé, où ces usages sont tolérés, que dans le domaine agricole. Les différences tiennent au fait que les règles d’usages dans la forêt classée sont décrétées par l’Etat, alors que dans le domaine villageois, une brousse obtient traditionnellement un statut foncier par le travail et l’usage qui en est fait. Ainsi lorsqu’elle n’a plus aucun usage individuel, la jachère retourne traditionnellement dans les terres communes du village, celles qui sont gérées par l’autorité coutumière (Jouve, 2007 ; Jacob, 2007). Le domaine protégé est désormais qualifié par certains habitants d’espace « pour les bœufs du gouvernement ». Cette expression désigne en fait les éléphants présents dans cet espace. Le domaine national classé est donc vu comme un capital désormais réservé au gouvernement. Beaucoup d’agriculteurs avaient des parcelles au sein du domaine protégé dans les années 1990. Quant aux brousses des domaines villageois, elles sont liées aux usages habituels mais aussi soumises à de nouvelles utilisations. Certaines jachères sont désormais associées à des usages plus récents, qui participent à leur nouvelle conservation. Les bœufs de traits arrivés entre 1980 et 1985 sont aujourd’hui présents dans de nombreuses exploitations, et certaines exploitations ont des troupeaux assez importants. Les exploitations d’agro-élevage sont attachées à conserver les brousses pour le pâturage de leurs bêtes. Les jachères ne sont donc pas exclusivement liées à un système de production agricole, elles traduisent l’émergence de l’agropastoralisme.

Figure 6 : Schéma synthétique des facteurs expliquant la régression des brousses à différentes échelles

Figure 6 : Schéma synthétique des facteurs expliquant la régression des brousses à différentes échelles

Conclusion

22Les dynamiques spatiales de cette petite région du pays Bwa ont été analysées pour comprendre les niveaux de gestion impliquant la régression des brousses décrite dans la littérature. La caractérisation de l’évolution des brousses nuance les schémas explicatifs de la disparition progressive de ces espaces et atteste de l’intérêt d’analyser les paysages sur la longue durée. Le croisement des différentes échelles d’observation et la synthèse mettent en avant l’importance de l’articulation entre les systèmes fonciers (locaux et nationaux) et les pratiques affiliées aux spécificités des espaces (domaine villageois/espace protégé). Pour un contexte spatial régional dit saturé, il existe une multitude de réponses agricoles (Serpantié et al., 2007) et de manières de maîtriser le terroir. Contrairement à une approche régressive des cycles cultures/jachères qui tendraient à proposer une disparition progressive des jachères, nous montrons que la pratique de la jachère persiste dans un contexte a priori défavorable. Malgré la saturation spatiale engendrée par les mécanismes fonciers externes importants (migrations, déguerpissements), les cycles cultures/jachère ne semblent pas pour autant systématiquement affectés. Appréhender ces campagnes en pensant aux héritages permet ainsi de voir sous un autre angle le zonage de cette forêt classée (Bassett, 2002). Malgré sa création ancienne, elle est aujourd’hui un espace nouveau tant par la physionomie de sa végétation que par les modes d’accès à la nature (Caillault, 2011). Il n’y a plus le droit de cultiver, de faire pâturer les troupeaux alors qu’avant les années 1970 ces usages étaient tolérés dans la foret classée, en revanche, il y a des nouveaux types de jachères avec l’émergence de l’agropastoralisme.

23Derrière les conflits d’usages des brousses entre modernisation et conservation, entre les gestionnaires et les « populations locales », c’est le territoire qui est bien souvent la source même du conflit (Neumann, 1997 ; Cormier Salem, 2006). Il y a certes des visions différentes de la nature (Kaboré, 2010), mais le recul historique permet ici d’analyser ce territoire protégé non comme une entité existante mais bien comme entité perdue pour ceux qui l’ont travaillée auparavant. Décréter la protection de la nature pour la sauvegarde des savanes dépasse la simple interdiction/tolérance des pratiques. Cette action exogène participe à redéfinir les modes de gestions locaux en négligeant le rôle du travail dans la définition des droits à l’échelle des terroirs, mais également à produire de nouvelles savanes où le cycle culture/jachère n’aurait plus sa place.

Les auteurs remercient Anne Fournier et Chantal Kabore-Zoungrana pour l'aide qu'ils ont apportée à la réalisation de cette étude menée dans le cadre du programme Corus 6075 « Gestion des activités d'élevage et des feux de végétation et conservation de la biodiversité au Burkina Faso » ainsi que le programme ISIS du CNES pour l'acquisition des données SPOT 5

Haut de page

Bibliographie

Aubreville A., 1950, Flore forestière soudano-guinéenne, A.O.F, Louppe, D., Cirad CD. 

Augusseau X., 2007, Evolution des systèmes agro-pastoraux dans le sud-ouest du Burkina Faso, interactions et dynamiques territoriales, Thèse de doctorat, Université de Montpellier.

Bassett T. J., 2002, « Patrimoine et territoires de conservation dans le nord de la côte d’ivoire » in Cormier Salem D., Juhe-Beaulaton V ;, Boutrais J., & Roussel B., (eds) Patrimonialiser la nature tropicale, dynamiques locales, enjeux internationaux, IRD, Collection Colloques et Séminaires, Paris.

Bassett T. J., 2002, Le coton des paysans : Une révolution agricole. Côte d’Ivoire 1880-1999, IRD Editions, 291p.

Bassett T. J., Blanc-Pamard C., & Boutrais J, 2007, « Constructing locality: the terroir approach in West Africa », Africa, 77, 104-129. 

Caillault S, 2011, Le feu, la brousse et la savane. Modélisation spatiale de la dynamique des paysages soudaniens (Burkina Faso), Thèse de doctorat, Université de Caen Basse Normandie.

Caillault S., Ballouche A., Delahaye D., 2010, « Des cultures temporaires face à la forêt classée. Exemples des paysages à l’ouest du Burkina Faso », Revue Projet de paysage, 13p. http://www.projetsdepaysage.fr/fr/des_cultures_temporaires_face_a_la_foret_classee

Cormier-Salem M. C., 2006, « Vers de nouveaux territoires de la conservation. Exemple des littoraux ouest-africains », Annales de géographie, 597-617. 

Devineau J. L., Aurouet A., Douanio M., & Hladik A., 2008, « Changes in the availability and uses of wild yams according to climatic dryness and land-cover in Western Burkina Faso (West Africa): a joint ecological and ethno-botanical approach using GIS and remote-sensing », Biodiversity and Conservation, 17, 1937-1963. 

Devineau J. L., Fournier A., & Kaloga B., 1997, Les sols et la végétation de la région de Bondoukui (ouest burkinabé) : présentation générale et cartographie préliminaire par télédétection satellitaire (SPOT), Paris, ORSTOM (eds). 

Drabo I., Iloubo F., & Tallet B., 2003, Dynamique des populations, disponibilités en terres et adaptation des régimes fonciers : le Burkina Faso, une étude de cas, Institut National des Sciences des Sociétés (INSS), Institut National de la Statistique et de la Démographie (INSD), CICRED, FAO. 

Duponnois R., & Lacombe B., 2007, La brousse, le champ et la jachère au Burkina Faso, L'Harmattan.

Elkie P. C., Rempel R. S., & Carr A. P.,1999, « Patch analyst user’s manual: a tool for quantifying landscape structure », Ontario Ministry of Natural Resources, Thunder Bay, ON, Canada. NWST Technical Manual TM-002

Enée G., 2007, La dynamique des ONG au Burkina Faso : une efficacité en question. Thèse de doctorat, Université de Caen Basse Normandie.

Foltete J., & Tolle F., 2008, « Caractérisation du paysage dans les approches écologiques », In Brossard & Wieber, Hermes, Paysage et information géographique.

Gautier D., 1997, La prise en compte des dynamiques spatiales pour modéliser la mise en valeur des espaces ruraux. Cybergeo, http://cybergeo.revues.org.gate3.inist.fr/5431, 5p. 

Gray L.C., & Kevane M., 2001, « Evolving Tenure Rights and Agricultural Intensification in Southwestern Burkina Faso », World Development, 29(4), 573-587.

Gray L.C.,1999, « Is land being degraded? A multi-scale investigation of landscape change in southwestern Burkina Faso », Land Degradation & Development, 10(4), 329-343. 

George P, & Verger F, 1970, Dictionnaire de géographie, Presses Universitaires de France.

Hauchard E., Freiré-Diaz S., & Delahaye D., 2002, « Organisation fractale de l'occupation du sol : conséquences sur le ruissellement et le ravinement dans les terres de grande culture », Géomorphologie : relief, processus, environnement, 8, 181-196.

Hauchart V., 2007, « Le Burkina Faso, un producteur de coton face à la mondialisation et à la dépendance économique. Regard sur un Sud », Cybergeo, http://www.cybergeo.eu/index2665.html, 9p.

IBRD, 1977, Zones à Potentielles de Développement. Projet de Développement Agricole de l'Ouest Volta. Carte de la Banque Internationale pour la Reconstruction et le Développement.

Jacob J. P., 2007, Terres privées, terres communes : gouvernement de la nature et des hommes en pays winye (Burkina Faso), IRD.

Jacob J. P., 2007, « Le statut de la terre : un problème encore important au Burkina Faso », Natures Sciences Sociétés, Commentaire,15, 142-143. 

Jouve P., 2007, « Le jeu croisé des dynamiques agraires et foncières en Afrique subsaharienne ». Cahiers Agricultures, 16(5), 379-85. 

Kaboré A, 2010, Brousse des uns, aire protégée des autres. Logiques du rapport à la nature et politique d’aires protégées dans le Gourma burkinabè. Exemple de la Réserve partielle de faune de Pama. Thèse de doctorat, Université de Genève.

Kiema S., 2007, Elevage extensif et conservation de la diversité biologique dans les aires protégées de l’Ouest burkinabé. Arrêt sur leur histoire, épreuves de la gestion actuelle, état et dynamique de la végétation, Thèse de doctorat, Université d'Orléans. 

Larrue S., 2002, « Le Parc National du Niokolo-Koba : un exemple de rupture entre le milieu et la société mandingue (Sénégal Oriental) ? », Les Cahiers d’Outre-Mer.149-174. 

Lebigre J.M., et Dumas P., 2010, La Brousse calédonienne : Transformations et enjeux. Introduction, L’Harmattan.

Neumann R, 1997, « Primitive ideas: protected area buffer zones and the politics of land in Africa », Development and change 28 (3):559-582. 

Nignan S., 2006, « Usages des ressources floristiques des forêts et des jachères dans deux provinces du Burkina faso : Ziro et Mouhoun » in Duponnois R., et Lacombre B., (eds), la jachère en Afrique tropicale. L'apport des sciences sociales., L'Harmattan, 91-110.

Ouédraogo S., & Millogo M. S., 2007, « Système coutumier de tenure des terres et lutte contre la désertification en milieu rural au Burkina », Natures Sciences Sociétés, 15(2), 13p. 

Le Mire Pêcheux L., Fournier A., Dugast S., « Andropogon gayanus et artificialisation (savane soudanienne) », in Du bon usage des ressources renouvelables (dir. Gillon et al.,), Ed. IRD, coll. Latitudes 23, 2000, pp. 89-109.

Pélissier P., & Sautter G., 1970, « Bilan et perspectives d'une recherche sur les terroirs africains et malgaches (1962-1969) », Études rurales, 7-45. 

Pelissier J., & Tallet B., 2003, « Il y a-t-il un avenir pour l'élevage transhumant en zone cotonnière ? Réflexion à partir de l'expérience d'un projet de développement dans l'ouest du Burkina Faso » Savanes africaines : des espaces en mutation, des acteurs face à de nouveaux défis. Actes du colloque, Garoua, Cameroun. http://hal.archives-ouvertes.fr/hal-00139426/.

Pumain D., 2004, Analyse spatiale (Généralités). Encyclopédie en ligne Hypergeo, 2p. 

Rangan H. & Kull C.A, 2009, « What makes ecology « political »? Rethinking scale in political ecology. Progress in Human Geography, 28-33.

Remy G., 1981, « Les mossi à la rencontre de la Grande Brousse (région de Dédougou, Haute-Volta). Les phénomènes de » frontière" dans les pays tropicaux », Table ronde organisée en l'honneur de Pierre Monbeig, 117-131. 

Rossi G., 2000, L'ingérence écologique : environnement et développement rural du Nord au Sud : essai. CNRS editions. 

Sanou M., 2000, Enjeux fonciers en zone de colonisation agricole : stratégies de gestion de l'espace le long du fleuve Mouhoun (département de Padema) - Burkina Faso. Thèse doctorat, Université de Paris-Nanterre. 

Savonnet G., 1986, « Évolution des pratiques foncières dans le Bwamu méridional », in Crousse B., Le Bris E., Le Roy E., (éd.), Espaces disputés en Afrique noire. Pratiques foncières locales, Paris, Karthala, 265-280. 

Saul M., Ouadba J. M., Bognounou O., 2003, « The wild vegetation cover of western Burkina Faso: colonial policy and post-colonial development » in Bassett T.J., et Crummey C., (dir.), African savannas: global narratives and local knowledge of environmental change , 121-160.

Schwartz A., 1994, « L'adhésion des paysans à la culture du coton au Burkina Faso, des comportements contrastés », Revue française d'economie, 105-129. 

Serpantié G., Papy F., & Doré T., 2007, « Diversité des exploitations et utilisation de la jachère dans la zone cotonnière du Burkina Faso » in Gafsi et al.,(eds) Exploitations agricoles familiales en Afrique de l'ouest et du centre, Synthèses Quae, 173-183.

Serpantié G., 2003, Persistance de la culture temporaire dans les savanes cotonnières d'Afrique de l'Ouest : étude de cas au Burkina Faso. Thèse de doctorat, Institut national agronomique Paris-Grignon. 

Schwartz A. 1993, Brève histoire de la culture du coton au Burkina Faso. Ouagadougou (Burkina Faso) : Association Découverte du Burkina, 209-233. 

Tallet B., 2007, A l'arrière des fronts pionniers. Recompositions territoriales dans l'ouest du Burkina Faso et le Sud du Véracruz (Mexique), Mémoire HDR, Université Paris 1. 

Tallet B., 2003, « Comment gérer un espace fini ? Nouveaux enjeux fonciers en zone de colonisation agricole dans l'Ouest du Burkina Faso », Savanes africaines : des espaces en mutation, des acteurs face à de nouveaux défis. Actes du colloque, Garoua, Cameroun.

Tallet B., 2007, « La levée du blocage foncier en milieu rural burkinabé ? » Natures Sciences Sociétés, Commentaire, 15(2), 2p. 

Tersiguel P., 1995, Le pari du tracteur : la modernisation de l'agriculture cotonnière au Burkina Faso. Orstom editions. 

Haut de page

Notes

1 Pour définir les types de formations végétales, c’est le terme de « savane » qui est utilisé.

2 L’expression met ici en avant le rôle des initiatives paysannes dans l’évolution des systèmes de production, se démarquant alors des analyses se concentrant essentiellement sur l’efficience des politiques de développement pour comprendre et analyser l’évolution de ces campagnes sub-sahariennes.

3 Définition (Petit Robert) : Abandon volontaire ou forcé d’une propriété, d’un héritage. Dans le cas présent, il s’agit de départs forcés sous la menace de destruction des champs dans le périmètre classé par les services de l’Etat.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Paysage en pays Bwa à l’heure des premières récoltes
Légende Nov.2008, début de la saison sèche
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/25264/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 600k
Titre Figure 2 : Evolution de l’occupation du sol dans la boucle du Tui de 1952 à 2007 (Burkina Faso)
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/25264/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 2,4M
Titre Figure 3 : Evolution de l’occupation du sol : répartition, composition et structures spatiales
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/25264/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Titre Figure 4 : Dynamiques des jachères et des cultures observées en 2007
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/25264/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre Figure 5 : Essai de synthèse : interactions entre un espace protégé et les domaines villageois dans la boucle du Tui
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/25264/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 568k
Titre Figure 6 : Schéma synthétique des facteurs expliquant la régression des brousses à différentes échelles
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/25264/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 679k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sébastien Caillault, Aziz Ballouche et Daniel Delahaye, « Vers la disparition des brousses ? Analyse multi-scalaire de la dynamique des paysages à l’ouest du Burkina Faso depuis 1952 », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Environnement, Nature, Paysage, document 599, mis en ligne le 10 avril 2012, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/25264 ; DOI : 10.4000/cybergeo.25264

Haut de page

Auteurs

Sébastien Caillault

Université de Caen Basse Normandie, Esplanade de la Paix, 14032 Caen Cedex
UMR 6554 LETG, Laboratoire GEOPHEN
sebastien.caillault@unicaen.fr

Articles du même auteur

Aziz Ballouche

Université d'Angers, 2 Bd Lavoisier, F-49045 Angers Cedex1
UMR 6554 LETG, Laboratoire d'Études Environnementales des Systèmes Anthropisés

Daniel Delahaye

Université de Caen Basse Normandie, Esplanade de la Paix, 14032 Caen Cedex
UMR 6554 LETG, Laboratoire GEOPHEN

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page