Navigation – Plan du site
2012

Halbert L., 2010 L’avantage métropolitain, Paris, PUF, 144 p.

Gabriel Dupuy

Texte intégral

1Publié en format de poche, le livre de Ludovic Halbert est à la fois rafraichissant et profond. Fort de plusieurs années de recherches sur les métropoles, l’auteur peut prendre du recul sur un sujet toujours actuel, bien que le champ soit labouré depuis longtemps.

2L. Halbert n’ignore rien de la littérature internationale qui s’est intéressée aux raisons du développement métropolitain en le mettant souvent en relation avec la mondialisation. Certains auteurs l’ont particulièrement inspiré, notamment Olivier Crevoisier et Laurent Davezies.

3Les positions de Ludovic Halbert s’opposent à une certaine doxa. Il conteste la qualification de la métropole comme ville d’exception, ne croit guère à la nouvelle géographie économique, ne se satisfait pas de l’économie d’archipel, n’est pas convaincu par la classe créative ni par l’analyse en termes de clusters.

4Le développement des métropoles est-il l’autre face de la mondialisation ? L. Halbert refuse la simplification du modèle de S. Sassen. Il développe sa propre théorie qu’il qualifie d’économie territoriale. Cette théorie met en avant la multiplicité et la diversité des agents métropolitains. L’abondance d’opportunités et de choix procurée par les métropoles est renforcée par la multiplicité des échelles auxquelles s’opère l’effet métropolitain. Du proche hinterland à l’échelle mondiale en passant par les régions et les nations, les agents métropolitains nouent des liens utiles. Cette diversité des agents (effet de longue traîne), cette pluralité des échelles (hyperscalaire) et un certain cosmopolitisme constituent, ensemble, l’avantage métropolitain.

5Outre la qualité des recherches menées par l’auteur et son équipe, l’originalité de cette approche tient à mon avis à un changement du regard porté sur les métropoles. À la différence d’autres auteurs, le point de vue adopté ici n’est pas situé au cœur des métropoles ni dans les halls des aéroports qui les desservent. L. Halbert adopte une vision en surplomb, celle de l’avion à très haute altitude qui voit la métropole comme un amas dans un espace sans limite.

6En ce sens, l’approche de L. Halbert est proprement géographique. On souhaite vivement que cette approche soit reconnue comme telle par des géographes trop souvent et trop vite fascinés par des approches économiques ou sociologiques de la métropolisation.

7Par ailleurs, la vision de L. Halbert est tout sauf catastrophique. Le tableau alarmiste du Splintering Urbanism de Graham et Marvin n’est pas le sien. Les métropoles, en tous cas celles des pays du Nord, bénéficient d’un passé historique très riche sur le plan culturel, social. Le niveau d’éducation y est particulièrement élevé (en moyenne). Pourquoi présager une fragmentation inéluctable et la ruine métropolitaine ? Comment imaginer que des millions de personnes travaillent à leur perte sans qu’elles ne développent des régulations correctrices, régulations collectives bien sûr ?

8Il est très souhaitable que les idées de l’auteur soient connues hors de France, que le débat s’instaure avec d’autres chercheurs dans le monde. Le sujet le mérite par son importance et sa dimension internationale. Pour cela, L. Halbert devra quand même relever un défi : trouver les expressions qui font image. Pour l’instant, les concepts qui sont au cœur du livre – longue traîne, hyperscalaire, garde-barrière, billard, arène, bien que pertinents – ne « parlent » guère. Pour une bonne part, S. Sassen ou R. Florida doivent être cités en référence un peu partout grâce aux expressions imagées de ville globale et de classe créative. Il faut souhaiter que L. Halbert réfléchisse rapidement à des termes aussi facilement « exportables ».

9En attendant, il faut absolument lire ce livre très roboratif.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gabriel Dupuy, « Halbert L., 2010 L’avantage métropolitain, Paris, PUF, 144 p. », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Revue de livres, mis en ligne le 11 avril 2012, consulté le 24 mars 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/25282

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page