Navigation – Plan du site
2012
603

Le chêne ou le roseau : quelles stratégies de gestion du risque d’inondation en France ?

Oak or reed: how to manage flood risk in France?
Sylvain Rode

Résumés

La tempête Xynthia, qui a balayé la France les 27 et 28 février 2010, a entraîné des ruptures ou des submersions de digues à l’origine de l’inondation d’espaces littoraux conquis sur la mer au fil du temps et aujourd’hui agricoles ou urbanisés. Cet événement catastrophique pose la question des modes de gestion du risque d’inondation maritime mais aussi fluviale en France, de leur efficacité et de leurs limites. La protection, incarnée par la construction de digues, est une solution mise en œuvre anciennement sur les littoraux comme le long des cours d’eau mais qui ne va pas sans poser problème et interroge quant à son efficacité. Aussi de nouvelles réponses préventives, visant à « faire la part de l’eau », commencent-elles à être mises en œuvre. Enfin, le contrôle de l’urbanisation en zone inondable doit être mis en œuvre mais il se heurte à de nombreuses résistances locales.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1La tempête Xynthia a touché plusieurs pays européens entre le 26 février et le 1er mars 2010, et notamment la France les 27 et 28 février. Les régions littorales de l’Ouest du pays ont ainsi été frappées par des vents très violents (120 à 160 km/h, avec des pointes à 200 km/h). La conjonction de ces vents forts, de grandes marées et de basses pressions atmosphériques a entraîné des ruptures ou des submersions de digues à l’origine de l’inondation d’espaces littoraux conquis sur la mer au fil du temps et situés à très faible altitude. Si certains des polders submergés étaient des espaces agricoles, nombre d’entre eux étaient urbanisés, d’où un bilan particulièrement lourd : 53 morts (pour beaucoup surpris dans leur sommeil par la montée des eaux) et environ 1,5 milliard de dégâts selon les assureurs. Les départements de Vendée et de Charente-Maritime ont été les plus lourdement touchés. Cette catastrophe a immédiatement suscité en France une double polémique. La première est relative aux digues, à leur état et à l’efficacité de leur protection. La seconde concerne le contrôle de l’urbanisation dans les zones inondables, jugé trop laxiste.

2Le risque d’inondation concerne fortement le territoire français. Près de la moitié des 36 600 communes y sont totalement ou partiellement exposées, les zones inondables couvrent 27 000 km² (soit 4,9 % du territoire), concentrent 6,1 millions d’habitants (soit près de 10 % de la population) et 400 000 entreprises ! Cette catastrophe jette donc une lumière crue sur les pratiques d’aménagement des territoires exposés à un risque d’inondation maritime et/ou fluviale. Elle (re)pose la question des modes de gestion de ce risque : quels sont les choix techniques et politiques faits pour se prémunir contre le risque d’inondation, avec quelle efficacité et/ou quelles limites ? De nouvelles réponses doivent-elles aujourd’hui être privilégiées ? La gestion du risque d’inondation ne doit-elle pas être reconsidérée à l’aune du concept de résilience, incitant à passer d’une stratégie de résistance à une stratégie de résilience (Dauphiné, Provitolo, 2007) ? En nous appuyant sur des sources officielles récentes, sur la littérature grise, sur des travaux de recherche universitaires et sur des recherches de terrain, nous proposons ainsi, à l’échelle nationale, un bilan chiffré et illustré des modes de gestion du risque d’inondation en France. Nous nous efforçons d’en souligner les points forts et les limites.

3La protection, incarnée par la construction de digues, est une solution mise en œuvre anciennement mais qui ne va pas sans poser problème et interroge quant à son efficacité. Face aux limites de cette stratégie, de nouvelles réponses ressortissant à une stratégie de résilience (Dauphiné, Provitolo, 2007) semblent s’affirmer progressivement pour faire face à la menace des inondations fluviales et maritimes. Il s’agit tout d’abord, en renouant parfois avec des pratiques anciennes, de « faire la part de l’eau » en restaurant des zones d’expansion des crues. Il s’agit enfin de relever le défi d’un meilleur contrôle de l’usage des sols en zone inondable tout comme celui de la définition de nouveaux modes d’aménagement des espaces inondables.

La protection par les digues, ou les limites d’un paradigme prométhéen

4La métaphore du chêne illustre parfaitement, selon nous, la stratégie de résistance longtemps privilégiée vis-à-vis du risque d’inondation. Dans une conception quasi-militaire, les ingénieurs s’employaient à défendre les zones inondables par la construction de digues qui, espéraient-ils, permettraient de « détruire à jamais les inondations » (Duveau, 1867) et ainsi mettre à l’abri les hommes et leurs activités. Si la croyance en l’insubmersibilité des digues littorales et fluviales a été déçue, l’héritage de cette vision défensive marque pourtant encore fortement la gestion du risque d’inondation.

Les digues : un dispositif de protection plus ou moins ancien…

  • 1 Selon la base de données nationale BARDIGUES administrée par le Cemagref pour le compte du MEEDDM ( (...)

5Si la tempête Xynthia a (re)mis sur le devant de la scène la question des digues de protection contre la mer, il est nécessaire d’élargir la réflexion à l’ensemble des digues, qu’elles soient maritimes ou fluviales. Un certain nombre d’enjeux sont en effet communs à ces différents ouvrages de protection. Selon les dernières données officielles disponibles, la France compte 8600 kilomètres de digues fluviales ou maritimes qui protègent entre 15 000 et 18 000 km² et 1,6 à 2 millions d’habitants1. Les digues fluviales représentent 95 % du linéaire total de digues recensées (8200 km sur 8600 d’après la base de données BARDIGUES). Les grands fleuves français sont en effet endigués sur une partie de leur cours : Loire, Garonne, Rhône, Seine, Rhin, sans parler des cours d’eau plus modestes, souvent enserrés eux aussi par un corset de digues. Certains espaces littoraux bas sont également marqués par la présence de digues qui les séparent de la mer ou de l’embouchure d’un fleuve : Flandre maritime, Bas-Champs de Cayeux et baie de Somme, estuaire de la Seine et de la Loire, baie du Mont-Saint-Michel, marais breton et poitevin, marais de Rochefort, Gironde, Bassin d’Arcachon, Camargue sur le littoral méditerranéen (fig. 1).

Figure 1 : Les principaux espaces littoraux et fluviaux endigués sur le territoire français

Figure 1 : Les principaux espaces littoraux et fluviaux endigués sur le territoire français

6Les digues maritimes ne représentent donc qu’un linéaire modeste par rapport aux digues fluviales : 400 km seulement sur les 8600 aujourd’hui recensés dans la base de données BARDIGUES. Mais le recensement des digues maritimes n’est pas encore achevé, et on estime que leur linéaire total serait compris entre 1000 et 1500 km.

7Ces digues sont plus ou moins anciennes. Pour la Loire, le plus long fleuve français, les recherches historiques distinguent deux grandes phases d’endiguement : l’époque des « turcies » discontinues et submersibles du Xe jusqu’au XVe siècle, puis celle des « levées » de plus en plus continues et surélevées dans l’espoir (toujours déçu…) de les rendre insubmersibles, du XVIe au XIXe siècle (Burnouf, Maillard, 2003). La construction de ces digues fluviales poursuit plusieurs objectifs : protéger des crues les riches terres agricoles des vallées ainsi que les villes qui se sont progressivement développées en bordure des cours d’eau (photo 1), et faciliter la navigation fluviale.

Photo 1 : La levée de la Loire à Amboise : une imposante digue de protection urbaine

Photo 1 : La levée de la Loire à Amboise : une imposante digue de protection urbaine

Cliché : Sylvain Rode, 2005

8Le Rhône, lui aussi, est largement endigué. Les digues communales et syndicales de la partie aval du Rhône représentent un linéaire total de 380 km, dont 87 km de digues maritimes. Elles ont été progressivement érigées entre le XIIe siècle et 1840-1860. Il faut y ajouter les digues construites par la Compagnie Nationale du Rhône (CNR) à partir des années 1950 au moment où elle a aménagé cette partie du fleuve (ce qui représente, à l’aval de Viviers, un linéaire de 148,2 km ; Balland et alii, 2004).

9Pour ce qui est des digues maritimes, le géographe Roland Paskoff (1994) distingue trois grandes phases d’aménagement des polders en France. La première, du XIe au XIIIe siècle sous l’impulsion des ordres monastiques ainsi que des seigneurs ; la deuxième aux XVIIe et XVIIIe siècles, période où l’influence des ingénieurs Hollandais et de leurs techniques de poldérisation est déterminante ; la troisième aux XIXe (sous le Second Empire) et XXe siècles (au lendemain de la Deuxième Guerre Mondiale). L’objectif principal de ces endiguements successifs des marais maritimes est la conquête de nouvelles terres agricoles (et, dans une moindre mesure, la production de sel). Le littoral du département de Vendée, anciennement poldérisé, compte ainsi 37 % de son trait de côte qui est artificialisé (103 km sur un total de 276 km ; Bersani et alii, 2010).

10La construction plus ou moins ancienne de ces digues maritimes ou fluviales, leur surélévation progressive, l’hétérogénéité des matériaux utilisés pour leur réalisation ainsi que leur plus ou moins bon entretien font que ces ouvrages apparaissent très hétérogènes en termes de résistance. Sur le Rhône par exemple, si les digues de la CNR, construites récemment et dans les règles de l’art, et régulièrement surveillées et entretenues, semblent assurer une protection efficace (mais pas absolue), « les digues du delta, notamment celles du Petit Rhône, restent fragiles et ne peuvent contenir les écoulements de crues fortes et de longue durée » (Balland et alii, 2004). Certaines de ces digues sont en effet à l’abandon. Cela n’est pas sans poser question quant à l’efficacité de la protection qu’offrent les digues sur le territoire français.

… qui a ses limites (ou le syndrome du chêne)

11Dès la tempête Xynthia passée, les digues de protection littorales se sont retrouvées au cœur d’une polémique : étaient-elles bien entretenues, suffisamment hautes et résistantes ? C’est, d’une manière générale, la question de l’efficacité d’un tel dispositif de protection, le long des côtes comme des cours d’eau, qui se trouve posée. Tel le chêne de la fable de La Fontaine, symbole de force et de protection qui finit néanmoins par rompre sous les assauts du vent, les digues constituent des aménagements techniques dont la protection est loin d’être absolue (White, 1945).

12La première limite tient à l’entretien des digues. Très vite après la tempête, le Président de la République a annoncé la mise en place d’un plan de renforcement des digues. La base de données BARDIGUES estime en effet que, sur les 8600 kilomètres de digues que compte la France, 1000 seraient à risque. Une loi napoléonienne de 18072 stipule que la construction et l’entretien des digues de protection est de la responsabilité des propriétaires riverains (le décret du 11 décembre 2007 sur la sécurité des ouvrages hydrauliques ainsi que celui du 29 février 2008 ont précisé et renforcé les obligations des propriétaires des barrages et des digues selon leur classe). Or, la propriété des digues sur le territoire français est particulièrement émiettée : la base nationale de données BARDIGUES recense un millier de propriétaires connus (soit un peu plus de 8 km de digues par propriétaire en moyenne !), sans compter les nombreux propriétaires inconnus… L’État ne gère que 1000 km de digues fluviales, surtout le long de la Loire. Dans ce cas de figure, les responsabilités sont clairement identifiées et l’entretien peut être effectué sans problème majeur. Des travaux de renforcement des digues ligériennes ont ainsi été mis en œuvre depuis les années 1970 et sont aujourd’hui en cours entre Saumur et Angers. Pourtant, le fait que l’État soit propriétaire des digues n’est pas nécessairement un gage de bon entretien : dans l’agglomération de Nevers, si les digues en rive droite, propriété de la commune de Nevers, ont été renforcées en 2004, celles situées en rive gauche, qui appartiennent à l’État, n’ont pas encore fait l’objet de travaux alors même que leur état laisse à désirer. Mais l’entretien et le renforcement des digues s’avèrent bien plus compliqués lorsque les propriétaires des digues sont inconnus et/ou n’ont pas les moyens techniques et financiers d’assumer leurs obligations, ce qui est le cas pour le tiers du linéaire de digues en France selon la base nationale BARDIGUES. L’objectif est donc d’identifier la totalité des propriétaires de digues puis de les regrouper en structures viables et solvables, comme cela a été fait aux Pays-Bas, où l’on est passé de 3500 syndicats gestionnaires des quelques 30 000 km de digues que comptait le pays en 1850 à 27 aujourd’hui (les « Waterschappen », qui sont des institutions très anciennes aux Pays-Bas, les premières ayant été fondées au XIIIe siècle3).

13La seconde limite du système de protection par les digues tient à l’ « illusoire sentiment de sécurité » (Dion, 1934) que leur présence induit. Le géographe américain G.F. White (1945) soulignait lui aussi la confiance excessive placée en les aménagements structurels (digues, barrages). Ces ouvrages créent parmi les responsables politiques et la population l’illusion que le risque n’existe plus, que l’on est à l’abri de l’eau. Les digues, en protégeant des crues faibles ou moyennes, réduisent la fréquence des inondations. Mais cet effet protecteur, positif, a aussi son revers : le risque d’inondation se fait inexorablement plus improbable, plus lointain dans les mentalités collectives. La contrainte psychologique qu’a longtemps représenté le risque d’inondation disparaît peu à peu, ne jouant plus son rôle de frein à l’occupation des espaces inondables (Vinet, 2005). L’urbanisation des zones littorales basses ou des lits majeurs des cours d’eau – soumis à une forte pression foncière – s’en trouve ainsi accélérée et légitimée, alors même que les digues peuvent rompre ou faire l’objet de surverse en cas d’événement exceptionnel : « la digue est [...] un piège qui se traduit tôt ou tard par une faillite de l’ouvrage. [...] tout destin d’une digue est de faillir par rupture ou submersion » (Vinet et alii, 2011). Il en résulte des courants de débordements violents extrêmement dangereux. « Lors de la submersion marine Xynthia, les vitesses d’eau ont été élevées d’après les témoignages puisque de nombreux décès ont eu lieu dans des secteurs affectés par des ruptures ou surverses de digue » (Vinet et alii, 2011). Les espaces endigués, pourtant encore sous la menace d’une inondation bien que pour des périodes de retour plus rares, accueillent populations et activités, augmentant ainsi l’exposition en cas d’événement catastrophique. « La digue est donc un facteur de risque patent lorsque les espaces « protégés » sont urbanisés de façon irraisonnée » (Vinet et alii, 2011). De fait, l’urbanisation dans les zones inondables a été particulièrement marquée au fil des dernières décennies. Sur la partie moyenne de la Loire (entre Nevers et Angers), la population vivant en zone inondable est passée de 120 000 en 1950 à plus de 300 000 aujourd’hui (Dégardin, 2002). L’attractivité résidentielle, économique et touristique du littoral s’est fortement accélérée au cours des dernières décennies. Ainsi, la population des communes littorales s’est accrue de 530 000 habitants depuis 1986, ces communes concentrant aujourd’hui près de 10 % de la population sur 4 % du territoire (IFEN, 2007). À La Faute-sur-Mer, une des communes les plus touchées par la tempête Xynthia, plus de 3000 maisons auraient été construites durant les années 1980 derrière une digue en terre. D’une manière générale, de 1999 à 2006, ce sont près de 100 000 nouveaux logements qui ont été construits en zone inondable dans 424 communes françaises de plus de 10 000 habitants (Commissariat général au développement durable, 2009).

14La construction de nouvelles digues se fait aujourd’hui de plus en plus rare. Néanmoins, dans certaines circonstances, cette solution protectrice peut être retenue ponctuellement comme c’est le cas à Cuxac-d’Aude, où il est prévu de construire onze nouveaux kilomètres de digues suite aux inondations de novembre 1999 afin de protéger certaines zones habitées. Mais l’essentiel des efforts porte désormais sur les actions de prévention et les efforts d’adaptation.

« Faire la part de l’eau », une « révolution culturelle » dans le rapport à l’eau ?

15Chêne ou roseau ? La construction de digues littorales ou fluviales a longtemps été perçue comme le symbole de la maîtrise du milieu naturel par l’homme, ainsi que comme un moyen de protection efficace. La stratégie du chêne était privilégiée. Cette vision n’est-elle pas en train de changer ? En effet, dans le cadre d’une stratégie de résilience, de nouvelles pratiques de lutte contre les risques se développent (Dauphiné, Provitolo, 2007). On semble désormais s’efforcer de « faire la part de l’eau » en s’orientant vers l’aménagement de zones d’expansion des crues le long des cours d’eau et vers la restitution de polders à la mer. Si le chêne, malgré sa puissance, finit par rompre, le roseau de la fable parvient à rester debout grâce à sa capacité d’adaptation. N’est-ce pas justement cette capacité à s’adapter à l’occurrence d’un aléa plutôt que de courir après le mirage de la maîtrise absolue de la nature par l’homme que requiert la situation actuelle d’incertitude liée au changement climatique ainsi que la nouvelle donne environnementale ? La stratégie du roseau serait-elle en train de s’imposer ? La fortune récente du concept de résilience dans le domaine de la gestion des risques naturels en général et d’inondation en particulier (Dauphiné, Provitolo, 2007) pourrait en constituer un indice. La métaphore du roseau utilisée dans cet article renvoie en effet directement à la signification première du concept de résilience, qui désigne en sciences physiques la capacité d’un matériau à retrouver sa forme initiale après une déformation (Mathieu, 1991).

« Faire la part de l’eau » le long des fleuves, ou la réactivation de solutions anciennement mises en œuvre

  • 4 Napoléon III, Lettre de l’Empereur à son Ministre des Travaux Publics, Plombières, 19 juillet 1856, (...)

16Il est aujourd’hui de plus en plus question, le long des fleuves, de faire en sorte de permettre une introduction contrôlée des eaux dans le lit majeur par des déversoirs lors des fortes crues. Il s’agit ainsi de déterminer à l’avance d’inonder des zones peu occupées pour protéger les espaces à forts enjeux démographiques et économiques situés en aval. « L’acceptation de l’inondabilité des lits majeurs [...] s’appuie sur une approche globale des cours d’eau dont il faut respecter les variabilités spatio-temporelles et ainsi reconstituer les espaces de liberté » (Carré, 2006). Cette possibilité n’est pourtant pas une réelle nouveauté. Elle ne fait que renouer avec une solution déjà mise en œuvre à la fin du XIXe siècle. C’est Napoléon III lui-même qui, suite aux inondations de 1846 et 1856 sur la Loire, évoquait la nécessité de « faire la part de l’eau4 », c’est-à-dire de redonner de l’espace au fleuve, excessivement corseté de digues. Pour cela, Comoy, Ingénieur en chef des Ponts-et-Chaussées, fut nommé à la tête du service d’études sur la Loire et chargé de la direction des études visant à établir un plan de défense contre les crues de la Loire. Mettant en évidence les effets pervers de l’endiguement abusif qui avait cours jusqu’alors, il proposa deux solutions : soit limiter le débit très en amont en construisant de nombreux barrages de retenue, soit prévenir la formation des brèches dans les levées en construisant des déversoirs. La première solution fut d’abord celle qui sembla devoir être retenue, mais elle s’avérait très coûteuse (cent millions de Francs pour construire quatre-vingt-cinq barrages de retenue destinés à retenir 520 millions de m3 d’eau). En septembre 1866, une troisième inondation catastrophique se produisit (après celles de 1846 et 1856). Elle fit prendre conscience de l’urgence qu’il y avait à mettre en œuvre des mesures de protection, et le contexte économique dégradé que connaissait le bassin de la Loire à ce moment poussa à se tourner vers la solution la moins coûteuse, celle des déversoirs (trente-deux millions de Francs). Le plan d’aménagement de Comoy fut présenté en 1867 : pour éviter l’ouverture de brèches dans les digues, il s’agissait de « faire la part de l’eau » grâce à la réalisation de déversoirs de sécurité dotés d’un fusible. Le déversoir de Montlivault (photo 2), réalisé de 1887 à 1890, montre que les déversoirs prévus par Comoy constituent de véritables espaces aménagés afin d’organiser l’introduction de l’eau dans le val et d’en minimiser les conséquences. On espérait ainsi empêcher l’intrusion inopinée et imprévisible de l’eau dans les vals qui se produit de manière très violente en cas d’ouverture d’une brèche dans la levée.

Photo 2 : Le déversoir de Montlivault, un espace aménagé pour laisser rentrer l’eau de la Loire en crue dans le Val de Blois

Photo 2 : Le déversoir de Montlivault, un espace aménagé pour laisser rentrer l’eau de la Loire en crue dans le Val de Blois

Cliché : Sylvain Rode, 2006

17De grande ampleur, ce programme n’a pourtant été que partiellement réalisé (fig. 2). Sur les vingt déversoirs prévus, ouvrant aux crues 45 537 hectares, huit seulement ont été réalisés entre 1870 et 1891 (Guétin, Dampierre, Ouzouer, Jargeau, Avaray, Montlivault, Vieux Cher, La Chapelle-aux-Naux), réduisant la superficie des zones de stockage à 31 268 hectares (Dion, 1961).

Figure 2 : Des déversoirs pour « faire la part de l’eau » : l’incomplète réalisation du plan d’aménagement de Comoy (1867) sur la Loire moyenne

Figure 2 : Des déversoirs pour « faire la part de l’eau » : l’incomplète réalisation du plan d’aménagement de Comoy (1867) sur la Loire moyenne
  • 5 Enquête sur les projets de travaux contre les inondations de la Loire. Délibération de la Chambre d (...)

18S’y ajoutent trois déversoirs qui existaient antérieurement aux trois crues de 1846, 1856 et 1866 (les « déchargeoirs » de Gien, Ardoux et Blois) ainsi que les déversoirs au terrain naturel (c’est-à-dire où le seuil de déversement n’est pas aménagé mais directement constitué par le terrain naturel) de Passy, Léré et Gohier. L’opposition des populations à ce principe des déversoirs s’est avérée importante à l’époque : « cette prétendue mesure de salut excite dans les vallées de la Loire beaucoup plus d’appréhensions que de sympathie5 ». Les déversoirs sont en effet perçus comme créateurs d’inondation et non comme un bon moyen de s’en prémunir. Abel Duveau, conducteur des Ponts-et-Chaussées à Angers à la fin du Second Empire, partage cet avis et s’oppose lui aussi aux déversoirs qui « reviendraient à inonder tous les quatre ou cinq ans le pays pour éviter les inondations. Singulière erreur ! C’est la destruction et non la création des inondations qui est le but » (Duveau, 1867). On le voit, le principe même des déversoirs a suscité bien des résistances, car les techniciens – pétris d’une culture d’insubmersibilité des levées – comme les riverains ont beaucoup de mal à admettre qu’on puisse faire rentrer l’eau dans le val, alors que depuis des siècles on faisait tout pour qu’elle n’y entre pas. Ces principes ont été, à la même époque, appliqués à d’autres cours d’eau. Des déversoirs ont par exemple été construits en rive gauche de l’Aude.

19Le recours à cette solution des déversoirs de sécurité est aujourd’hui à nouveau encouragé. L’État préconise ainsi la réalisation d’un déversoir en cas de construction d’une nouvelle digue ou en cas de réfection d’une digue ancienne. La remise en vigueur de ce principe découle directement de la prise de conscience des limites de la protection qu’offrent les digues, et du risque majeur que représente l’éventualité de leur rupture. La création de nouveaux déversoirs doit ainsi contribuer à sécuriser les digues en évitant la formation de brèches. Dans le cadre du Programme d’Actions de Prévention des Inondations du Lez, la communauté d’agglomération de Montpellier a récemment créé un nouveau déversoir (mis en service en septembre 2008) sur le territoire de Lattes afin d’améliorer le niveau de protection des 8000 habitants de cette commune (fig. 3). L’aménagement d’un déversoir et d’un bras de décharge (chenal de la Lironde) en amont des espaces urbanisés de Lattes, doit permettre de diminuer le débit dans la traversée de la ville en évacuant une partie du débit de la crue du Lez vers l’étang du Méjean (fig. 3).

Figure 3 : L’aménagement d’un nouveau déversoir dans l’agglomération de Montpellier

Figure 3 : L’aménagement d’un nouveau déversoir dans l’agglomération de Montpellier

20Dans l’agglomération de Nevers, des études sont actuellement en cours pour créer de nouveaux déversoirs. Le programme opérationnel Rhône (2007-2013) s’intéresse lui aussi aux zones d’expansion des crues. Des déversoirs construits par la Compagnie Nationale du Rhône existent sur ce fleuve. Sur la partie aval, on en trouve notamment deux en rive droite de la retenue de Donzère, deux en rive gauche de la retenue d’Avignon (déversoirs de Caderousse) et trois pour la plaine de Vallabrègues. Pourtant, là aussi, la création de nouveaux déversoirs est envisagée. Comme le note le rapport sur la sécurité des digues du delta du Rhône, « il est impératif de prévoir des dispositifs de déversement qui font aujourd’hui défaut afin de prédéfinir les zones de surverse (en particulier en rive droite du Rhône entre Beaucaire et Fourques, ainsi que sur le petit Rhône et sans doute le grand Rhône), et d’organiser la gestion des eaux déversées » (Balland et alii, 2004). Les réflexions actuelles pour créer de nouveaux déversoirs s’inscrivent donc dans la continuité de solutions anciennement mises en œuvre. Mais, comme au XIXe siècle, la mise en œuvre de ces solutions ne va pas sans susciter des mécontentements de la part des communes et des riverains concernés par ces champs d’expansion des crues, qui se perçoivent comme sacrifiés sur l’autel de la protection des villes (Rode, 2001). C’est le cas par exemple des communes riveraines du Rhône de Bourbon, Mézoargues, Tarascon et Vallabrègues qui, dans une lettre adressée au Préfet coordonateur du bassin Rhône-Méditerranée6, demandent en 2006 la suppression d’un déversoir, ou à défaut son rehaussement.

21Par ailleurs, un enjeu important, auquel on ne prête attention que depuis peu, est de remettre en état de fonctionnement des déversoirs existant depuis longtemps. Dans le Val de Loire, soit du fait de l’enfoncement du lit de la Loire, soit de l’urbanisation incontrôlée qui a pu se développer dans l’espace même du déversoir, certains de ces ouvrages ne pourraient plus aujourd’hui jouer leur rôle protecteur. C’est pourquoi deux quartiers de l’agglomération de Blois, situés dans le bras de décharge du déversoir de la Bouillie, sont en cours de délocalisation (Rode, 2009). Il s’agit de rétablir ce champ d’expansion des crues en désurbanisant totalement (grâce à une Zone d’Aménagement Différé) les soixante-dix-huit hectares de ce déversoir (fig. 4). Le projet suppose d’acquérir 385 propriétés, de raser 135 maisons et quatorze commerces en activité. Acquisitions et destructions sont aujourd’hui bien avancées, en dépit des résistances initiales à ce projet.

Figure 4 : La délocalisation des constructions situées dans le déversoir de la Bouillie à Blois

Figure 4 : La délocalisation des constructions situées dans le déversoir de la Bouillie à Blois

22Des démarches similaires ont eu lieu dans l’Aude suite aux inondations de 1999. Dans le cadre du Programme d’Action de Prévention des Inondations de l’Aude (PAPI), 27 maisons trop proches du cours d’eau ont été détruites et trois autres devraient l’être prochainement. Mais cette démarche demeure pourtant difficile à mettre en œuvre à plus large échelle.

23Les Pays-Bas, eux, semblent s’engager plus fermement dans cette voie. La circulaire « Ruimte voor de rivier » (De l’espace pour le fleuve) adoptée en 2006 illustre parfaitement cette nouvelle manière d’envisager la protection. Il s’agit, sur les différentes branches du delta du Rhin, de redonner de l’espace aux cours d’eau à l’horizon 2015 en ayant recours à un large éventail d’actions : suppression des obstacles aux écoulements dans le lit endigué, élargissement du lit mineur, recul des digues, création de bras de décharge et dépoldérisation. Ainsi, les différents bras du Rhin devraient être en mesure de faire transiter un débit de 16 000 m3/s sans rupture de digue. L’objectif de la démarche « Ruimte voor de rivier » est double : permettre une meilleure prévention du risque d’inondation tout en améliorant la qualité de l’environnement. Les Pays-Bas ont ainsi amorcé un virage significatif dans leur politique de lutte contre les inondations en passant – pour faire simple – de la résistance à la résilience. Prenant acte des limites de la stratégie du chêne, ils s’efforcent désormais de privilégier la stratégie du roseau. Cette nouvelle stratégie s’applique aux inondations fluviales (Vis et alii, 2001) comme aux submersions marines (Klein et alii, 1998).

24Si les Pays-Bas commencent à s’interroger sur la pertinence de la poldérisation et sur ses conséquences en matière de sécurité et de qualité de l’environnement, engageant ainsi une véritable « révolution culturelle » en termes de rapport à l’eau, qu’en est-il en France ?

Défendre les polders à tout prix ou en rendre certains à la mer ?

  • 7 La contestation a notamment porté sur la fiabilité des expertises scientifiques à l’origine de la d (...)

25Suite à la tempête Xynthia, le gouvernement avait initialement décidé que 1510 maisons du littoral atlantique (915 en Vendée, 595 en Charente-Maritime) devaient être rasées car situées dans des zones d’extrême danger (aussi appelées zones noires). L’objectif était d’empêcher que les habitants se réinstallent dans ces zones, qui seraient ainsi retournées à l’état naturel. L’État entend financer le rachat et la destruction de ces maisons. Mais, suite à la levée de boucliers qu’a suscité la perspective de destruction des maisons situées en zone noire7, l’État les a rebaptisées « zones de solidarité » et a décidé de privilégier les démarches amiables. Mais il se réserve néanmoins le droit d’exproprier certains biens. Il a en effet missionné une expertise « pour appliquer la politique de mise en sécurité définie au niveau national et identifier, parmi les constructions classées en zone de solidarité au printemps 2010, celles qui devraient, à défaut d’accord amiable de leur propriétaire faire l’objet d’une enquête publique en vue de leur expropriation à partir de 2011 » (Pitié et alii, 2011). La contestation de cette opération manifeste la difficulté à mettre en œuvre des actions visant à rendre des polders à la mer. Les riverains s’y opposent souvent farouchement, « tant est ancrée dans la mentalité collective depuis un millénaire la conception quasi-militaire de la lutte contre la mer » (Verger, 2005). Plusieurs actions de « dépoldérisation » ont pourtant été entreprises dans les pays d’Europe occidentale (Goeldner-Gianella, 2007). En effet, la stratégie de défense lourde des polders par des endiguements s’avère très coûteuse. Les Bas-Champs de Cayeux, au sud de la Baie de Somme, constituent un bon exemple de la lourdeur des coûts liés à l’endiguement. Suite à la tempête de 1990 qui a provoqué l’inondation de 35 km² de terres cultivables, les travaux prévus afin de maintenir et consolider la digue qui défend cet espace contre la mer ont coûté plus de 40 millions d’euros, sans compter les 350 000 euros annuels nécessaires à son entretien (Bawedin, Hoeblich, 2006) ! Dans le même temps l’intérêt économique – notamment agricole – des polders diminue, ne justifiant plus nécessairement ces lourdes dépenses (Bawedin, Hoeblich, 2006). La stratégie de défense à tout prix des polders perd ainsi de sa pertinence, d’autant plus que le contexte d’élévation probable du niveau de la mer à l’avenir confère une acuité toute particulière à la question des choix de gestion de ces espaces bas très vulnérables aux submersions, qui devraient être plus fréquemment affectés par des inondations côtières (GIEC, 2007). Certains auteurs, à travers la notion de « coastal resilience » (Klein et alii, 1998), mettent en avant la nécessité de développer les capacités d’adaptation des sociétés et des espaces littoraux à l’élévation du niveau de la mer, ce qui impliquerait des révisions de fond des stratégies de gestion des inondations. Pour ce qui est de la France, le récent rapport de l’Observatoire National sur les Effets du Réchauffement Climatique (ONERC) souligne que, dans l’hypothèse d’une élévation du niveau marin d’un mètre, « les côtes basses subiront une érosion ou des submersions définitives et de nouvelles zones seront l’objet de submersions temporaires » (ONERC, 2009). La tempête Xynthia a donc remis sur le devant de la scène la question du devenir des terres gagnées par l’homme sur la mer. Une circulaire du ministère de l’Écologie et du Développement Durable de 2006 souligne « la nécessité d’opérer dans certains cas un recul stratégique ou de soustraire certaines parties du bord de mer à l’urbanisation et aux aménagements dont les impacts sont irréversibles » (cité par Deboudt, 2010). Les bénéfices de ce retour de polders à la mer seraient multiples. Environnementaux tout d’abord, avec la reconstitution des prés salés submergés lors des hautes marées, lieux de haute productivité biologique qui ont sévèrement reculé au fil du processus de poldérisation. Sécuritaires ensuite : en créant une zone tampon où la force de la mer s’atténue, ce qui permet d’assurer une meilleure protection des digues et des polders conquis antérieurement et situés en arrière. Fernand Verger (2005) parle de « dépoldérisations préventives », soulignant ainsi que ce type d’action s’insère pleinement dans une politique de prévention des risques naturels. Si la capacité des écosystèmes à participer activement à la protection contre les inondations a longtemps été négligée par les politiques publiques (Kousky, Zeckhauser, 2006), on prend aujourd’hui conscience du rôle que peuvent jouer les zones humides en la matière. Enfin, de nouvelles formes de valorisation économique de ces espaces rendus à la mer peuvent être escomptées (Bawedin, Hoeblich, 2006).

Contrôler l’usage des sols dans un contexte de forte pression foncière, une gageure ?

26Chêne et roseau ? Si la protection vis-à-vis des inondations grâce à des digues est aujourd’hui considérée avec plus de circonspection, elle reste néanmoins utilisée. Mais on lui adjoint, pour plus d’efficacité, des mesures de prévention, en s’efforçant d’agir non plus sur l’aléa mais sur la vulnérabilité, en tentant de réguler voire de repenser l’usage des sols en zone inondable. La stratégie de gestion du risque d’inondation se veut donc aujourd’hui plus globale. Les dispositifs réglementaires visant à contrôler l’usage des sols en zone inondable ou à y adapter les constructions à l’inondabilité s’inscrivent eux aussi dans la stratégie de résilience dans la mesure où il s’agit d’adapter les formes d’occupation de l’espace à l’existence du risque (Burby et alii, 2000). « Mettre en place une stratégie de résilience, c’est accepter la catastrophe, l’inondation, mais tout faire pour en réduire les impacts » (Dauphiné, Provitolo, 2007).

Une volonté étatique de contrôler l’urbanisation dans les zones inondables…

  • 8 Dans le cas du PPR de l’estuaire du Lay, ici présenté, la zone bleue est en fait divisée en deux so (...)

27Face au constat des limites des mesures de protection et de l’augmentation continue de la vulnérabilité, le gouvernement français s’est efforcé de mettre en place à partir des années 1980 un dispositif réglementaire privilégiant la prévention, en s’efforçant notamment de réduire la vulnérabilité. Les Plans d’Exposition aux Risques naturels prévisibles (PER) ont été instaurés en 1982, mais ils ne sont pas parvenus à freiner l’urbanisation dans les espaces à risques, notamment faute d’une volonté politique suffisante. Aussi la loi du 2 février 1995 relative au renforcement de la protection de l’environnement instaure-t-elle un nouvel outil, le Plan de Prévention des Risques naturels prévisibles (PPR). Il s’agit cette fois de se donner véritablement les moyens et la volonté politique de réglementer l’usage des sols dans les zones exposées aux risques naturels. Élaboré par les services de l’État, le PPR doit être intégré par les communes à leurs documents d’urbanisme et s’impose à toute personne publique ou privée. Les PPR distinguent – en théorie, nous y reviendrons – deux types de zones (fig. 5) : les zones rouges, les plus exposées, où les nouvelles constructions sont totalement interdites, et les zones bleues, où il est possible de construire en respectant certaines prescriptions8 (Garry, Graszk, 1999).

Figure 5 : Le zonage du PPR de l’estuaire du Lay

Figure 5 : Le zonage du PPR de l’estuaire du Lay
  • 9 Site du Ministère de l’Écologie, de l’Énergie, du Développement Durable et de la Mer : http://www.d (...)

28Fin 2009, 7600 communes françaises étaient dotées d’un PPR (dont 46 concernant la submersion marine, sachant que 864 communes littorales sont exposées à ce phénomène). Lorsqu’ils existent, les PPR contribuent à modérer la croissance urbaine en zone inondable, et donc à freiner l’accroissement de la vulnérabilité. Comme le souligne le Rapport sur l’environnement, « les communes dotées d’un plan de prévention antérieur à 2005 montrent une moindre extension de l’urbanisation en zone inondable entre 2000 et 2006 » (Commissariat général au développement durable, 2010). De fait, les PPR ont permis de limiter en partie l’implantation de nouvelles habitations ou activités en zone inondable, comme le révèle l’étude des PPR de la Loire moyenne (Rode, 2009). Si la couverture du territoire national par les plans de prévention est encore lacunaire, elle se poursuit néanmoins puisque 12 000 PPR sont prescrits9, c’est-à-dire en cours d’élaboration. Les deux communes françaises les plus durement touchées par la tempête Xynthia, la Faute-sur-Mer et l’Aiguillon-sur-Mer, ne disposaient pas d’un PPR approuvé : les permis de construire y étaient ainsi délivrés sans contrainte particulière, d’autant que les documents locaux d’urbanisme étaient des POS anciens ne prenant pas en compte les risques (Bersani et alii, 2010). Rien ne s’opposait donc à l’urbanisation galopante de ces espaces littoraux bas exposés au risque de submersion marine. Suite à la tempête Xynthia, l’État a demandé aux préfets d’accélérer le déploiement des PPR, notamment littoraux, « dans les zones où il existe un risque sérieux, en priorité là où la vie humaine est menacée » (circulaire du ministre de l’Intérieur aux préfets du 25 juin 2010). L’objectif est de doubler le nombre de PPR littoraux à l’horizon 2014 (tableau 1).

Tableau 1 : Des PPR littoraux à multiplier par deux d’ici 2014

Région

Nombre de communes disposant d’un PPR littoral approuvé

Nombre de nouvelles communes à doter d’un PPR littoral

Nord-Pas-de-Calais

6

11

Picardie

0

21

Haute-Normandie

1

7

Basse-Normandie

6

21

Bretagne

25

45

Pays de la Loire

0

29

Poitou-Charentes

21

62

Aquitaine

32

23

Languedoc-Roussillon

27

20

Provence-Alpes-Côte d’Azur

6

3

Corse

0

0

Total

124

242

Source : base de données GASPAR, Ministère de l’Écologie, du Développement Durable, des Transports et du Logement, recensement au 16 février 2011

… qui se heurte à de fortes résistances locales

29Pourtant, ces mesures nationales de prévention des risques naturels se heurtent à de nombreuses difficultés d’application sur le terrain, comme l’a souligné le récent rapport de la mission interministérielle de retour d’expérience, d’évaluation et de propositions d’action constituée après la tempête Xynthia (Bersani et alii, 2010). Les différentes mesures préventives suscitent souvent une forte hostilité à l’échelle locale, tant de la part des pouvoirs publics locaux que des riverains. Aussi la couverture du territoire français par les PPR ne se fait-elle que lentement. De fait, la volonté de l’État de mieux prévenir les risques, notamment à travers un meilleur contrôle de l’usage des sols, est souvent perçue localement comme une contrainte inacceptable (Pigeon, 2007 ; Rode, 2009). La politique de prévention des inondations entre en contradiction avec la volonté des collectivités locales de privilégier leur développement économique et démographique. « Dans la plupart des villes satellites, la culture des élus reste celle de la croissance de la population. C’est une source de revenus, une source de pouvoir et d’influence » (Gaudillière, 2005). Souhaitant valoriser au maximum les espaces littoraux et proches des cours d’eau, très attractifs du fait de leurs aménités et donc soumis à une forte pression foncière, les communes voient d’un mauvais œil la réglementation restrictive qu’instaurent les PPR (Carré, 2006 ; Beucher, Rode, 2009). C’est la conception même de ce que doit être l’avenir de leur commune qui est ainsi ébranlée par les PPR. L’application de ces documents, remettant en cause de nombreux projets d’aménagement et contraignant l’ensemble des politiques urbaines, se traduit donc par d’importants conflits lors desquels s’expriment davantage des intérêts particuliers qu’un projet urbain collectif. Des associations de communes et de riverains sont créées afin de s’opposer à la politique préventive voulue par l’État et obtenir des assouplissements de la réglementation (Beucher, Rode, 2009).

30Nombre d’élus locaux se sont ainsi efforcés d’user de leur entregent politique pour bénéficier de zonages plus cléments et pouvoir mener à bien des projets d’aménagement et de développement érigés en priorité de leur mandat. C’est ce qu’illustre l’exemple d’une commune de l’agglomération de Tours (fig. 6).

Figure 6 : Un PPR négocié et assoupli

Figure 6 : Un PPR négocié et assoupli

31La zone cerclée de jaune, classée dans le PPR en zone déjà urbanisée encore constructible, n’était en réalité quasiment pas bâtie à l’époque de la réalisation de ce document. Cet espace aurait donc dû, logiquement, être classé en zone inondable à préserver de toute urbanisation nouvelle, et ainsi devenir inconstructible. Mais tel n’a pas été le cas, la commune nourrissant des projets d’urbanisation pour cet espace classé en zone d’urbanisation future dans son POS. Aujourd’hui, cet espace inondable qui n’aurait pas dû pouvoir être construit accueille une grande zone commerciale, qui s’est depuis largement développée et a été réalisée sans aucune adaptation du bâti au risque d’inondation (fig. 6 : dans la zone cerclée de jaune, on distingue les emprises importantes du centre commercial). Ce maire, grâce à son influence politique, est ainsi parvenu à obtenir des assouplissements non négligeables du zonage du PPR afin de ne pas entraver l’implantation de grandes entreprises sur son territoire. Dans l’esprit des décideurs locaux qui sollicitent de tels assouplissements du zonage réglementaire initial du PPR, le développement économique d’un territoire, bien qu’inondable, passe avant le contrôle de l’usage des sols voulu par l’État.

32Dans d’autres cas, les négociations et assouplissements du zonage réglementaire des PPR se traduisent par la création de nouvelles zones, représentées par d’autres couleurs que le bleu et le rouge (les « zones violettes » évoquées par J. Douvinet et alii, 2011) et associées à des prescriptions réglementaires spécifiques, généralement plus permissives afin de pouvoir y réaliser des opérations d’aménagement qui auraient été impossibles dans la version initiale du PPR. Le PPR du Val-de-Marne, approuvé en 2000, allait ainsi jusqu’à distinguer dix zones différentes, produisant un zonage extrêmement complexe et difficilement lisible (Beucher, 2008) !

33Le zonage réglementaire, longuement contesté, discuté, négocié, modifié peut devenir artificiel et ne pas permettre une prise en compte efficace du risque dans l’aménagement des territoires des communes. A contrario, ces assouplissements peuvent être interprétés comme nécessaires pour faire accepter les PPR : « Plutôt qu’une (in)application maximaliste de la règle absolue et théorique, les pouvoirs publics privilégient des réponses circonstanciées, adaptées de manière réaliste aux enjeux locaux » (Cartier, 2004). Encore faut-il que ces retouches demeurent ponctuelles et qu’elles soient effectuées selon des critères lisibles et justifiés, et que les négociations ne soient pas prétextes à différer sans fin l’application des PPR. « Mettant fin opportunément à de trop longues négociations sur le zonage du PPR [de l’estuaire du Lay], le préfet de la Vendée a décidé par arrêté le 8 juin 2007 l’application anticipée de certaines dispositions du PPR » (Bersani et alii, 2010). Les communes faisant montre de fortes réticences à accepter le zonage des PPR et à l’intégrer dans leurs documents d’urbanisme, l’État se trouve parfois contraint d’imposer ce document, par le biais d’une procédure d’application anticipée. Même alors, les communes peuvent multiplier les mesures dilatoires afin d’entraver l’approbation du PPR, laquelle doit s’effectuer dans un délai de trois ans après l’application anticipée. Comme le souligne le rapport de la mission interministérielle de retour d’expérience, d’évaluation et de propositions d’action, « il est patent que le maire de la Faute-sur-Mer a contesté la gravité du risque et a tenté de repousser, la dernière fois le 19 novembre 2009, la poursuite de la procédure administrative d’approbation du PPR en demandant le report de l’enquête publique » (Bersani et alii, 2010).

  • 10 Directive 2007/60/CE.

34Ces conflits entre les services de l’État et les collectivités locales témoignent de la difficulté pour les acteurs locaux d’accepter le passage d’une gestion de l’aléa grâce à des solutions techniques (construction de digues de protection et/ou de barrages) à une gestion privilégiant désormais la réduction de la vulnérabilité. L’action sur l’aléa apparaît comme étant plus visible, plus concrète, plus scientifique et est donc perçue par les acteurs locaux comme plus efficace. En revanche, définir une politique de réduction de la vulnérabilité des biens et des personnes est plus complexe, tant les facteurs à prendre en compte sont nombreux. Les facteurs de vulnérabilité peuvent être économiques, sociaux, institutionnels, politiques voire territoriaux (Blaikie, et al. 1994 ; D’Ercole, 1994 ; Hewitt, 1997, Pigeon, 2005 ; Vinet, Léone, 2006). Il s’agit donc désormais de repenser l’aménagement et le développement des territoires inondables de manière à prendre pleinement en compte les risques (Beucher, Rode, 2009). Les SCoT en particulier devraient intégrer cette dimension, ce qui n’est pas encore le cas (Bersani et alii, 2010). Aussi la loi du 12 juillet 2010 portant engagement national pour l’environnement, dite Grenelle 2, prévoit-elle la mise en place – conformément aux dispositions prévues par la directive européenne inondation de 200710 – de plans de gestion des risques d’inondation, afin que les risques soient davantage pris en compte dans les documents de planification (PLU et SCoT).

Conclusion

35C’est donc bien le passage d’une stratégie de résistance à une stratégie de résilience (au sens où l’entendent Dauphiné et Provitolo, 2007) qui est en jeu. Après avoir été longtemps dominantes, les pratiques de défense côtière et fluviale grâce aux digues « ne sont plus l’orientation prioritaire pour gérer les risques naturels » (Deboudt, 2010). Néanmoins, l’entretien des digues demeure un enjeu majeur en termes de sécurité des biens et des personnes situés en zone inondable, notamment pour les secteurs à forts enjeux. D’où les propositions faites par le récent rapport Bersani et alii (2010) suite à la tempête Xynthia pour clarifier les responsabilités en la matière et parvenir à une gestion plus efficace de ces ouvrages de protection.

36La prévention est privilégiée, mais son efficacité demeure néanmoins tributaire de nombreuses résistances locales. C’est le cas pour la mise en œuvre des PPR, encore trop souvent perçus localement comme inutilement contraignants et bloquants, et donc très pénalisants pour les dynamiques démographiques et économiques des territoires locaux. Dans le contexte d’intense pression foncière qui caractérise nombre d’espaces fluviaux et littoraux, les maires sont soumis à de fortes pressions des promoteurs comme de leurs administrés, ce qui ne facilite pas la limitation des constructions en zone inondable. Il conviendrait pourtant de réfléchir à d’autres formes de mise en valeur des espaces inondables (Dégardin, 2002 ; Beucher, Rode, 2009), s’appuyant sur d’autres ressources que le seul foncier. Certaines communes y sont parvenues, en définissant de manière volontariste des projets de développement local fondés sur la construction de nouvelles ressources territoriales (Pin et alii, 2011). Les contraintes fortes et durables introduites par les PPR sur la constructibilité dans les zones à risque ont ainsi, dans certains cas, incité les acteurs de l’urbanisme à faire preuve d’inventivité en matière d’aménagement. Il convient donc de veiller, notamment à l’occasion de la révision de certains PPRi anciens, à ce que le niveau de contrainte ne soit pas abaissé, ce qui ne manquerait pas de se traduire par un retour – dommageable en termes d’exposition au risque – au « consumérisme foncier » (Daligaux, 2009).

37Enfin, l’acceptation par la société des nouvelles solutions préventives visant à « faire la part de l’eau » est encore loin d’être acquise, rendant nécessaires les démarches de concertation avec les populations concernées (Marcadet, Goeldner-Gianella, 2005). Rendre des espaces endigués à la mer ou aux cours d’eau représente en effet un tournant radical en termes d’aménagement. L’abandon de la logique prométhéenne de conquête et de maîtrise de la nature par l’homme s’avère difficile tant elle est profondément ancrée dans les mentalités. N’est-ce pas un nouveau rapport à l’eau et à la nature qui se dessine, une manière de faire avec plutôt que contre l’eau ?

Haut de page

Bibliographie

Bibliographie

Balland P., Martin X., Monadier P., Thibault M., Portier B., Laurain C., Nassiet Y., Robert-de-Saint-Vincent E., 2004, La sécurité des digues du delta du Rhône. Politique de constructibilité derrière les digues, Paris, Ministère de l’écologie et du développement durable, 104 p.

Bawedin V., Hoeblich J.-M., 2006, « Les Bas-Champs de Cayeux (Somme, France) : vers une gestion intégrée ? », VertigO – La revue en sciences de l’environnement, vol. 7, No 3, [en ligne], mis en ligne le 21 décembre 2006. URL : http://vertigo.revues.org/1910. Consulté le 17 juin 2010.

Bersani C., Dumas P., Rouzeau M., Gérard F., Gondran O., Helias A., Martin X., Puech P., Fleury B., Greff M., Bougere R., Trepos Y., 2010, Tempête Xynthia. Retour d’expérience, évaluation et propositions d’action, Paris, Conseil général de l’environnement et du développement durable, Inspection générale des finances, Inspection générale de l’administration, 191 p., http://lesrapports.ladocumentationfrancaise.fr/BRP/104000293/0000.pdf

Beucher S., 2008, Risque d’inondation et dynamiques territoriales des espaces de renouvellement urbain : les cas de Seine-Amont et de l’est londonien, thèse de doctorat en géographie, Université Paris X – Nanterre, 543 p., http://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00336726/fr/

Beucher S., Rode S., 2009, « L’aménagement des territoires face au risque d’inondation : regards croisés sur la Loire moyenne et le Val-de-Marne », M@ppemonde, No 94, 19 p., http://mappemonde.mgm.fr/num22/articles/art09202.html

Blaikie, P., Cannon, T., Davis, I., Wisner B., 1994,  At Risk : Natural Hazards, People’s Vulnerability, and Disasters, London, Routledge, 284 p.

R.J. Burby, R.E. Deyle, D.R. Godschalk and R.B. Olshansky, 2000, « Creating Hazard Resilient Communities through Land-Use Planning », Natural Hazards Revue, 1-99, 8 p.

Burnouf J., Maillard B., 2003, « Les Sociétés et la confluence du Cher avec la Loire à la fin du Moyen Age et à l’époque moderne », in Petit J.-G., Sanguin A.-L. (dir.), Les fleuves de France Atlantique. Identités, espaces, représentations, mémoires, Paris, L’Harmattan, 41-56.

Carré C., 2006, « Les évolutions en France dans la théorie et les pratiques d’une gestion territoriale du risque : l’application au cas des inondations », Annales de géographie, No 648, 133-153

Cartier S., 2004, « Implications du public face aux risques naturels : délégation aux pouvoirs publics ou construction locale des politiques participatives ? », in Larjartre A. et Gaboriau V. (dir.), Les collectivités territoriales face aux risques physiques, L’Harmattan, collection logiques juridiques, 141-155

Commissariat général au développement durable, 2010, L’environnement en France. Édition 2010, Ministère de l’Écologie, de l’Énergie, du Développement durable et de la Mer, 152 p., http://www.statistiques.developpement-durable.gouv.fr

Commissariat général au développement durable, 2009, « Croissance du nombre de logements en zone inondable », Le Point sur, No 6, www.ifen.fr

Daligaux J., 2009, « Réviser pour mieux reculer, la prise en compte de la loi Littoral dans les premiers PLU provençaux », actes du colloque international Le littoral. Dire, subir, agir, université de Lille 1-IFRESI, 11 p., en ligne [http://www.meshs.fr/documents/pdf/publications/actes/colloque_littoral/Daligaux.pdf]

Dauphiné A., Provitolo D., 2007, « La résilience : un concept pour la gestion des risques », Annales de géographie, vol. 2, No 654, 115-125

Deboudt P., 2010, « Vers la mise en œuvre d’une action collective pour gérer les risques naturels littoraux en France métropolitaine », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Espace, Société, Territoire, document 491, mis en ligne le 03 mars 2010. URL : http://cybergeo.revues.org/index22964.html

Dégardin F., 2002, « Urbanisation et inondations : de l’opposition à la réconciliation », Bulletin de l’Association des Géographes Français, No 1, 91-103

D’Ercole R., 1994, « Les vulnérabilités des sociétés et des espaces urbanisés : concepts, typologies, modes d’analyse », Revue de Géographie alpine, No 4, tome LXXXII, 87-96.

Dion R., 1934, Le Val de Loire, étude de géographie régionale, Tours, Arrault et Cie, 752 p.

Douvinet J., Defossez S., Anselle A., Denolle A.-S., 2011, « Les maires face aux plans de prévention du risque inondation (PPRI) », L’espace géographique, No 1, Tome 40, 31-46

Duveau A., 1867, Destruction des inondations, Saumur, 42 p, archives historiques de la ville de Tours, cote 301

Garry G., Graszk E., 1999, Plans de prévention des risques naturels : risques d’inondation, Paris, La Documentation française, collection « Guides », 123 p.

Gaudillière J.-P., 2005, « Pour une ville durable » Entretien avec Cyria Emelianoff, Mouvements, vol. 4, No 41, 57-63

GIEC, 2007, Bilan 2007 des changements climatiques. Contribution des groupes de travail I, II et III au quatrième Rapport d’évaluation du Groupe d'experts intergouvernemental sur l’évolution du climat, GIEC, Genève, Suisse, 103 p.

Goeldner-Gianella L., 2007, « La mer revient dans les polders : une géographie contrastée de la dépoldérisation en Europe », M@ppemonde, No 24. URL :

http://mappemonde.mgm.fr/num24/fig09/fig09401.html

Goeldner-Gianella L., Marcadet C., 2005, « Dépoldériser dans le bassin d’Arcachon ? Réactions sociales et propositions de gestion », Norois [En ligne], 197, mis en ligne le 15 décembre 2008, URL : http://norois.revues.org/index288.html

Hewitt, K., 1997, Regions of Risk : A Geographical Introduction to Disasters, Harlow, UK: Addison Wesley, Longman, 389 p.

IFEN, 2007, « Le littoral, entre nature et artificialisation croissante », Le 4 pages, No 120, 4 p.

Klein R.J., Smit M., Goosen H., Hulsbergen C.H., 1998, « Resilience and Vulnerability : Coastal Dynamics or Dutch Dykes ? », The Geographical Journal, vol. 164, No 3, 259-268

Kousky C., Zeckhauser R., 2006, « JARing Action That Fuel the Floods », in Daniels R.J., Kettl D.F., Kunreuther H.(eds), On Risk and Disaster. Lessons from Hurricane Katrina, Philadelphia, University of Pennsylvania Press, 59-73

Mathieu J.-P., 1991, Dictionnaire de physique, Paris, Masson, 567 p.

ONERC, 2009, Changement climatique. Coûts des impacts et pistes d’adaptation, Rapport au Premier ministre et au Parlement, Paris, La Documentation française, 194 p.

Paskoff R., 1994, Les littoraux. Impact des aménagements sur leur évolution, Paris, Masson, 256 p.

Pigeon P., 2005, Géographie critique des risques, Economica, 217 p.

Pigeon P., 2007, « Les Plans de prévention des risques (PPR) : essai d’interprétation géographique », Géocarrefour, vol. 82, No 1-2, 27-34

Pin B., Servain S., Rode S., Yengué J.-L., Voisin L., Andrieu D., 2011, « Le patrimoine naturel, support d’un projet de développement du paysage culturel. Le cas de la Loire tourangelle », Colloque Patrimonialiser la nature : valeurs et processus, Université de Pau et des Pays de l’Adour, Pau, 7 au 9 septembre 2011

Pitié C., Bellec P., Maillot H., Nadeau J., Puech P., 2011, Rapport d’expertise des zones de solidarité Xynthia en Charente-Maritime, Conseil général de l’environnement et du développement durable, Mission 007336-02 – Rapport principal, 66 p.

Rode S., 2009, Au risque du fleuve. La territorialisation de la politique de prévention du risque d’inondation en Loire moyenne, thèse de doctorat en géographie, Université Paris Ouest Nanterre La Défense, 481 p., http://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00444166/fr/

Rode S., 2001, Des inondations et des hommes. Représentation et gestion territoriale du risque d’inondation dans trois communes du Val de Loire, Grafigéo No 14, Paris, PRODIG, 142 p.

Verger F., 2005, « Faut-il dépoldériser ? », 9e entretiens Sciences et Éthique ou le devoir de parole « Le littoral et les avancées scientifiques », Session 1 : Un littoral : des approches diversifiées, 7 octobre 2005

Vinet F., 2005, « Du risque oublié à la contrainte environnementale : le cas des basses plaines du Languedoc-Roussillon », Cahiers Nantais, No 64, 11-21

Vinet, F., Léone, F., 2006, La vulnérabilité des sociétés et des territoires face aux menaces naturelles, Analyses géographiques, Collection « Géorisques » No 1, 140 p.

Vinet F., Boissier L., Defossez S., 2011, « La mortalité comme expression de la vulnérabilité humaine face aux catastrophes naturelles : deux inondations récentes en France (Xynthia, var, 2010) », VertigO - la revue électronique en sciences de l'environnement [En ligne], Volume 11 Numéro 2 | septembre 2011, mis en ligne le 07 octobre 2011, Consulté le 07 décembre 2011. URL : http://vertigo.revues.org/11074 ; DOI : 10.4000/vertigo.11074

Vis M., Klijn F., Van Buuren M. (éd.), 2001, Living with floods. Resilience strategies for flood risk management and multiple land use in the lower Rhine River basin, Delft, NCR publication

White G.F., 1945, Human Adjustment to floods. A geographical approach to the flood problem in the United States, Chicago, University of Chicago, Department of Geography, Research Paper No 29, 225 p.

Haut de page

Notes

1 Selon la base de données nationale BARDIGUES administrée par le Cemagref pour le compte du MEEDDM (Ministère de l’Écologie, de l’Energie, du Développement Durable et de la Mer). Merci à Patrice Mériaux du Cemagref (unité de recherche « Ouvrages hydrauliques et hydrologie ») de nous avoir communiqué les données chiffrées de BARDIGUES utilisées dans cet article.

2 Loi relative au dessèchement des marais, aux travaux de navigation, aux routes, aux ponts, aux rues, places et quais dans les villes, aux digues et aux travaux de salubrité dans les communes.

3 Site de l’union des Waterschappen : http://www.uvw.nl/engels/index.html

4 Napoléon III, Lettre de l’Empereur à son Ministre des Travaux Publics, Plombières, 19 juillet 1856, Archives départementales du Loiret, 2S 99

5 Enquête sur les projets de travaux contre les inondations de la Loire. Délibération de la Chambre de commerce d’Orléans, 1868, 16 p., archives historiques de la ville de Tours, cote 301

6 http://www.sudinondation.com/article.php?sid=72

7 La contestation a notamment porté sur la fiabilité des expertises scientifiques à l’origine de la délimitation des « zones noires ». Ces expertises, menées très rapidement, ont ainsi suscité de nombreuses remises en cause de la part des maires et des habitants concernés.

8 Dans le cas du PPR de l’estuaire du Lay, ici présenté, la zone bleue est en fait divisée en deux sous-ensembles. Une zone bleu foncé, où la construction de maisons d’habitation est autorisée, avec toutefois la contrainte d’une emprise au sol limitée, mais où sont interdits les terrains de camping et bâtiments sensibles ; une zone bleu clair où terrains de camping et bâtiments sensibles sont autorisés sous réserve d’être surélevés de 0,2 mètre par rapport à la cote de référence.

9 Site du Ministère de l’Écologie, de l’Énergie, du Développement Durable et de la Mer : http://www.developpement-durable.gouv.fr/Chiffres-clefs,13912.html

10 Directive 2007/60/CE.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Les principaux espaces littoraux et fluviaux endigués sur le territoire français
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/25299/img-1.png
Fichier image/png, 342k
Titre Photo 1 : La levée de la Loire à Amboise : une imposante digue de protection urbaine
Crédits Cliché : Sylvain Rode, 2005
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/25299/img-2.png
Fichier image/png, 676k
Titre Photo 2 : Le déversoir de Montlivault, un espace aménagé pour laisser rentrer l’eau de la Loire en crue dans le Val de Blois
Crédits Cliché : Sylvain Rode, 2006
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/25299/img-3.png
Fichier image/png, 905k
Titre Figure 2 : Des déversoirs pour « faire la part de l’eau » : l’incomplète réalisation du plan d’aménagement de Comoy (1867) sur la Loire moyenne
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/25299/img-4.png
Fichier image/png, 176k
Titre Figure 3 : L’aménagement d’un nouveau déversoir dans l’agglomération de Montpellier
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/25299/img-5.png
Fichier image/png, 193k
Titre Figure 4 : La délocalisation des constructions situées dans le déversoir de la Bouillie à Blois
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/25299/img-6.png
Fichier image/png, 430k
Titre Figure 5 : Le zonage du PPR de l’estuaire du Lay
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/25299/img-7.png
Fichier image/png, 259k
Titre Figure 6 : Un PPR négocié et assoupli
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/25299/img-8.png
Fichier image/png, 1,0M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sylvain Rode, « Le chêne ou le roseau : quelles stratégies de gestion du risque d’inondation en France ? », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Aménagement, Urbanisme, document 603, mis en ligne le 25 avril 2012, consulté le 23 août 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/25299 ; DOI : 10.4000/cybergeo.25299

Haut de page

Auteur

Sylvain Rode

Maître de conférences en aménagement et urbanisme, Université de Perpignan Via Domitia, UMR 5281 ART-Dev, sylvain.rode@univ-perp.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page