Navigation – Plan du site
Elections en France

Les élections présidentielles de 2012 : du quinquennat à la fabrication d’une France pentapolaire

The presidential elections of 2012: Of five-year term in the manufacturing of pentapolaire France
Céline Colange, Jérome Fourquet et Michel Bussi

Résumés

Cet article présente une analyse géographique des résultats du premier tour de l’élection présidentielle en France. Malgré une apparente stabilité des cartes électorales, nous montrerons au travers une analyse à l’échelle des cantons, la restructuration des votes. En effet, pour la première fois depuis près de 20 ans, les géographie des votes s’organise autour de cinq principales forces politiques. Parallèlement, on observe l’effondrement des petits courants qui avaient percé sur l’échiquier politique en 2002 et 2007.

Haut de page

Texte intégral

1Il est courant d’annoncer à chaque élection présidentielle un séisme politique remettant en cause les fondations politiques passées. En 2012 encore, la percée électorale de Marine Le Pen, ainsi qu’à un degré moindre celle de Jean-Luc Mélenchon, a pu être hâtivement présentée comme « historique », ou tout du moins, remettant largement en cause les logiques électorales passées.

  • 1 Présidentielle de 2012 (1er tour), présidentielle de 2007 (1er tour), présidentielle de 2002 (1er t (...)

2Pourtant, une lecture plus approfondie du scrutin, notamment à partir des cartes électorales par canton et d’une analyse des cinq scrutins les plus récents qui présentent une offre politique nationale comparable1, montre à l’inverse que le scrutin de 2012 s’inscrit dans la continuité des élections précédentes. Plus encore, pour la première fois depuis 1995, la France semble clairement divisée entre cinq forces, de niveau certes inégal, mais qui se répartissent assez clairement sur un gradient politique, de l’extrême droite à la gauche de la gauche.

3Ce « retour » à une France pentapolaire s’explique également par l’échec des partis qui ont pu percer ces dix dernières années, notamment à l’occasion des élections européennes : écologie politique, partis de la ruralité (CPNT), souverainisme de gauche ou de droite.

4Le vote de 2012 serait donc avant tout caractérisé par un retour à une division « connue » de la France électorale. Pour tester cette hypothèse, nous avons choisi de calculer les « champs de force » des cinq principales forces politiques à l’échelle des cantons pour la métropole.

  • 2 Bon F. et Cheylan J.-P., 1988, La France qui vote, éditions Hachette, collection Pluriel Inédit, Pa (...)

5La notion de champ de force (ou champ géographique) est une technique statistique permettant d’observer les forces et les faiblesses d’un courant politique dans le temps. Le champ de force correspond aux tendances régulières de vote pour un parti dans un territoire donné (communes, cantons, départements). Ce calcul a été utilisé pour la première par F. Bon et J.-P. Cheylan dans « La France qui vote » en 19882. Il repose sur une analyse en composantes principales (ACP) construite pour chaque variable. Le nombre de caractères correspond au nombre de scrutins étudiés. Le premier axe de l’ACP représente la force de la variable dans chaque territoire. C’est un axe qui n’a de sens que si la variance qu’il explique est importante, c’est-à-dire s’il y a une forte stabilité spatiale des votes entre chaque élection.

Champs de force 1995-2012 des cinq principales forces politiques

6La ressemblance entre les cartes des champs de force calculés sur 5 scrutins et celles des résultats électoraux de 2012 est frappante (carte 1 à 5). Pour s’en convaincre encore, il est possible de calculer les coefficients de corrélation entre les résultats de 2012 et les élections antérieures. Les corrélations entre les 5 principaux candidats de 2012 et leur résultat en 2007 (ou celui du candidat de leur courant), sont particulièrement élevées : 0,95 pour le Front national, 0,92 pour le PS, 0,92 pour l’UMP, 0,89 pour le Modem, 0,74 pour le Front de gauche/PC.

Carte 1 : Champ de Force du Parti Communiste entre 1995 et 2012

Carte 1 : Champ de Force du Parti Communiste entre 1995 et 2012

Carte 2 : Champ de force du Parti Socialiste entre 1995 et 2012

Carte 2 : Champ de force du Parti Socialiste entre 1995 et 2012

Carte 3 : Champ de force de la droite traditionnelle entre 1995 et 2012

Carte 3 : Champ de force de la droite traditionnelle entre 1995 et 2012

Carte 4 : Champ de force de la droite gaulliste entre 1995 et 2012

Carte 4 : Champ de force de la droite gaulliste entre 1995 et 2012

Carte 5 : Champ de force du Front National entre 1995 et 2012

Carte 5 : Champ de force du Front National entre 1995 et 2012

7On remarquera ici que l’évolution des résultats des candidats affecte relativement peu la géographie des votes : les corrélations demeurent élevées même lorsqu’entre 2012 et 2007, les scores diminuent (Bayrou, Sarkozy) ou progressent (Mélenchon, Le Pen, Hollande). Enfin, si l’origine des candidats, ou leur lieu d’élection, tend logiquement à modifier la carte électorale (autour de la Corrèze pour François Hollande, du Nord pour Marine Le Pen), cet « effet d’amitié locale » ne remet cependant pas en cause la structure globale de la carte électorale.

 %Le Pen

 %LFN09

 %LeP07t1

 %LePen02-1

LePen99

Le Pen95-1

0,8245254

0,951603

0,790947534

0,66438

0,6663801

 %Mélenchon

 %LCOP09

 %Buff07t1

Hue2002-1

Hue99

Hue95-1

0,7912395

0,744796

0,743864692

0,75054

0,7660886

 %Hollande

 %LSOC09

 %Roya07t1

Jospin2002-1

Hollande99

Jospin95-1

0,7121083

0,924364

0,832794121

0,76472

0,7290403

 %Sarkozy

 %LMAJ09

 %Sark07t1

Chirac2002-1

Sarkozy99

Chirac95-1

0,8385294

0,928265

0,568178494

0,59705

0,3228777

 %Bayrou

 %LCMD09

 %Bayr07t1

Bayrou2002-1

Bayrou99

Balladur95-1

0,7182258

0,892296

0,782295098

0,81729

0,5547587

8Il ne s’agit pas ici de mettre en évidence que les permanences. Les cartes électorales peuvent apparaître en cela trompeuses : elles renforcent visuellement les stabilités et minimisent notamment les phénomènes urbains. C’est pourquoi à partir à la fois des champs de force 1995-2012, mais également des résultats de 2012 et de cartes d’évolution plus ciblées, nous analyserons en détail les 5 principales forces politiques françaises.

Une France pentapolaire ?

Une érosion plus ou moins profonde de l’électorat Sarkozy

9A la lecture de la sixième carte, on constate que le mouvement de baisse enregistré au niveau national par Nicolas Sarkozy (-4 points par rapport au premier tour de 2007) se vérifie sur quasiment l’ensemble du territoire mais de manière non uniforme. Des reculs particulièrement importants (entre – 5 et -13 points par rapport à 2007) ont eu lieu sur les cinq grandes zones suivantes : le littoral méditerranéen et la Corse, Rhône-Alpes, le Massif Central, l’Est intérieur et le Bassin parisien élargi à la Picardie, Champagne-Ardenne et à la Beauce. Le recul a été en revanche plus limité (baisse de 3 points maximum) sur toute la façade ouest du pays, à Paris et dans l’ouest de l’agglomération parisienne ainsi que dans le nord de l’Alsace. Enfin, dans ce contexte généralisé de baisse, certains territoires (en rouge sur la carte) se distinguent par une progression du candidat de l’UMP par rapport à 2007. C’est le cas en Vendée et dans le Choletais, où Philippe de Villiers avait obtenu ses meilleurs résultats lors de la dernière élection présidentielle, mais aussi dans des territoires restreints et isolés qui sont des fiefs d’élus du Nouveau Centre, qui avaient fait campagne pour François Bayrou en 2007 et qui ont rallié depuis Nicolas Sarkozy. On pourra citer l’exemple du Vendômois, où est élu Maurice Leroy, mais aussi des terres d’élection d’Hervé Morin dans l’Eure ou de François Sauvadet en Côte d’Or. Dans la même logique, on constate que Nicolas Sarkozy progresse dans certains cantons béarnais, où François Bayrou avait obtenu de très bons résultats en 2007.

10Cette cartographie de l’évolution du score du candidat UMP est en effet la résultante de divers mouvements électoraux dont les effets se sont combinés ou contrebalancés selon les territoires. Les deux principaux flux qui se sont produits sont les suivants : le basculement de 11 % des électeurs sarkozystes de 2007 vers Marine Le Pen (source : sondage Jour du Vote réalisé par Ifop-Fiducial pour Europe1, Paris-Match et Public Sénat) et inversement celui de 15 % des électeurs de François Bayrou de 2007 vers le Président sortant. A cela s’ajoute, on l’a vu, la captation par Nicolas Sarkozy d’une partie de l’électorat villiériste.

11La majeure partie des territoires de plus forts reculs du candidat UMP correspond à des zones où Marine Le Pen a fortement progressé (souvent en voyant revenir vers son parti des électeurs qui avaient voté Sarkozy en 2007) et où cette érosion n’a pas pu être compensée par l’apport d’électeurs centristes de 2007, Bayrou n’y ayant pas obtenu de scores élevés à l’époque. C’est le cas du littoral méditerranéen et de la Corse, du sud-est de Rhône-Alpes (Isère, Drôme), de l’Est Intérieur, de la Picardie et des marges du bassin parisien. A l’inverse, bon nombre de zones de force historiques de la démocratie chrétienne, où le vote Bayrou a connu une sévère hémorragie entre 2007 et 2012, se caractérisent par des pertes limitées pour Nicolas Sarkozy. Dans le Grand Ouest, les Pyrénées-Atlantiques, l’Aveyron mais aussi dans toute une partie des Yvelines et de l’ouest de l’agglomération parisienne, l’érosion plutôt modérée des positions du candidat UMP (car la poussée frontiste y a été plus faible qu’ailleurs) a été en partie compensée par l’appoint d’ex-électeurs Bayrou, nombreux en 2007. Dans d’autres régions comme une partie de la Haute-Savoie ou le nord de l’Alsace, ces derniers ont contribué à limiter les pertes occasionnées par la puissante progression de Marine Le Pen.

Carte 6 : Evolution du score de Nicolas Sarkozy entre 2007 et 2012

Carte 6 : Evolution du score de Nicolas Sarkozy entre 2007 et 2012

12Si le vote frontiste n’a pas flambé dans la « grande Chiraquie » (Corrèze, nord du Lot et de la Dordogne, sud de la Creuse et est du Cantal), le recul important des scores de Nicolas Sarkozy s’explique localement cette fois par la forte progression qu’a enregistrée François Hollande dans son fief par rapport au niveau atteint par Ségolène Royal en 2007. Le candidat socialiste, comme Jacques Chirac en son temps, est en effet parvenu dans ces territoires à capter un électorat allant au-delà son camp politique traditionnel.

Les différents foyers de la dynamique Hollande

13Cette Corrèze élargie apparaît de ce fait très clairement sur la septième carte comme le principal foyer de progression du candidat socialiste par rapport à Ségolène Royal : 43 % soit une hausse de 13 points en Corrèze par exemple. Les gains sont également significatifs dans les départements limitrophes : Cantal (31 %, + 7 points), Haute-Vienne, Creuse et Puy de Dôme. L’influence de Michel Sapin, soutien actif de la campagne de François Hollande, explique sans doute que cette zone de progression se soit prolongée plus au nord jusqu’à l’Indre et à une partie du Cher.

14D’autres territoires ont également été marqués par une poussée significative du vote PS. Moins compacts et plus dispersés, ces espaces correspondent à des lieux où le vote en faveur de François Bayrou était important en 2007, une partie significative de ses électeurs ayant basculé (ou rebasculé, car le leader du Modem avait séduit de nombreux électeurs de centre-gauche en 2007) vers le parti socialiste. Ce phénomène concerne surtout des zones situées sur la façade ouest du pays : les Pyrénées-Atlantiques, le Finistère, l’Anjou, les bocages vendéen et normand avec plus au nord, à l’extrémité du Cotentin, peut être un « effet Cazeneuve », porte-parole du candidat et maire de Cherbourg où François Hollande atteint 34,6 % soit une hausse de 6 points par rapport à 2007. La progression est également non négligeable en Ile-de-France, en Haute-Normandie mais également en Picardie, Nord-Pas-de-Calais et Champagne-Ardenne (avec 35 %, + 6 points à Charleville-Mézières). Si le travail de reconquête de la France industrielle et populaire a donné des résultats dans ces régions, les gains ont été beaucoup plus limités qu’il s’agisse de la Lorraine, de l’Alsace, de la Franche-Comté et de la moitié septentrionale de la région Rhône-Alpes (à l’exception de la métropole lyonnaise). Plus au sud, la situation est plus mauvaise puisque des reculs ont été enregistrés dans toute une série de cantons isérois, drômois, des Alpes du Sud voire même varois. Dans ces territoires (où Arnaud Montebourg avait obtenu de bons scores lors de la primaire socialiste), la baisse du vote socialiste entre 2007 et 2012 s’est accompagnée d’une percée du vote Front de Gauche. On retrouve le même phénomène de l’autre côté de la vallée du Rhône en Ardèche, dans les Cévennes et plus à l’ouest encore dans les Corbières, l’Ariège, la Haute-Garonne, le Tarn-et-Garonne et une partie des Landes. Dans ces régions rurales et/ou de montagnes, très sensibles notamment à la question du maintien des services publics et à forte tradition socialiste et radicale, l’écho significatif rencontré par le discours de Jean-Luc Mélenchon est venu concurrencer celui de François Hollande.

15Notons pour terminer ce tour de France, que ce dernier est également en recul dans les Deux-Sèvres, non pas cette fois en raison d’une forte audience du Front de Gauche, mais du fait que dans le fief de Ségolène Royal, une part des voix non socialistes qui s’étaient portées sur elle en 2007 ne se sont pas retrouvées cette fois sur le candidat Hollande.

Carte 7 : Evolution du score du candidat socialiste entre 2007 et 2012

Carte 7 : Evolution du score du candidat socialiste entre 2007 et 2012

Le vote Mélenchon : un électorat émergent ?

16L’un des principaux enseignements du premier tour de l’élection présidentielle est la géographie du vote Mélenchon qui semble la seule à être inédite. En obtenant un résultat à deux chiffres (11,3 % des suffrages exprimés), le leader du Front de Gauche a réussi sa première candidature à l’élection présidentielle. Il multiplie par 5 le score obtenu par Marie-Georges Buffet en 2007 (1.93 %) après 30 ans de déclin du parti communiste. La carte par canton du vote Mélenchon est le reflet de celle du champ de force du parti communiste dans les années 1980 – 2000, avant l’effondrement du parti (carte 8). Le candidat du Front de Gauche réalise ses meilleurs scores au sud de la Loire, en particulier dans le Limousin, le Berry, le Bourbonnais, la Marche, en Aquitaine, dans les Pyrénées, le Languedoc, le Dauphiné ainsi que dans l’arrière-pays méditerranéen. Au nord de la Loire, il réalise un score supérieur à sa moyenne nationale dans les anciens bassins miniers et sidérurgiques au sud de Lille et en Moselle. Il obtient également plus de 11 % des suffrages exprimés dans la vallée de la Seine, le nord et l’est de la région parisienne (en Seine-Saint-Denis et dans l’ouest du département du Val-de-Marne), mais aussi en Bretagne occidentale.

17La comparaison sur une même carte des votes pour Jean-Luc Mélenchon en 2012 et Robert Hue en 1995 est intéressante. En effet, la carte est presque l’inverse de celle du vote pour le PCF (carte 9). Le candidat du Front de Gauche perd des suffrages dans les fiefs historiques du communisme. En revanche, il progresse dans les cantons de l’ouest intérieur, en Alsace, en Moselle, sur le littoral atlantique, ainsi que dans le sud-est, dans une bande d’environ 150 km, de Pau à Besançon. Dans l’ouest, les progrès de Jean-Luc Mélenchon peuvent s’apparenter à une nouvelle forme de protestation autre que le FN. De même, on peut supposer que Jean-Luc Mélenchon a bénéficié d’un transfert de voix à la gauche de la gauche qui pourrait s’expliquer par la faible notoriété et l’inexpérience politique des candidats de Lutte Ouvrière et du NPA.

Le vote Le Pen conserve ses zones de force

18La géographie du vote pour le Front National n’a pas évolué au regard des cartes des précédents scrutins de 2002 et 2007 (carte 10). Elle demeure très structurée d’est en ouest. L’héritière du fondateur du FN a réussi sa tentative de dédiabolisation du parti. Dans un trapèze Dunkerque – Paris – Belfort – Strasbourg, presque aucun canton n’accorde moins de 18 % des suffrages exprimés à la candidate frontiste, tout comme sur les littoraux languedocien et méditerranéen. A l’inverse, à l’ouest d’une ligne imaginaire allant de Cherbourg à Perpignan, la candidate FN dépasse rarement 15 % des voix. Le FN reste principalement implanté dans des territoires ruraux et périurbains, ainsi que dans de multiples villes moyennes frappées par la désindustrialisation, les multiples plans sociaux et le chômage.

19La carte de l’évolution pour le FN entre le second tour de l’élection présidentielle de 2002 (apogée du parti) et 2012 est riche en enseignement (carte 11). Si Marine Le Pen recule légèrement dans les terres historiques du frontisme (la Provence et son arrière-pays, la première et la seconde couronnes franciliennes, on constate qu’elle progresse dans le nord et nord-est (principalement en Moselle), mais aussi sur les marges occidentales du massif Central (du Limousin au Poitou) et dans l’ouest intérieur. Toutefois, dans l’ouest, les progrès de la candidate frontiste observés sur la carte sont à nuancer. Il ne s’agit pas d’un « rattrapage » du vote frontiste car ses scores restent en dessous de sa moyenne nationale. En fait, Marine Le Pen a surtout repris les voix du FN capté dans ces territoires par Nicolas Sarkozy en 2007.

Carte 8 : Score de Jean-Luc Mélenchon

Carte 8 : Score de Jean-Luc Mélenchon

Carte 9 : Ecart entre le vote Mélenchon en 2012 et le vote Hue en 1995

Carte 9 : Ecart entre le vote Mélenchon en 2012 et le vote Hue en 1995

Carte 10 : Score de Marine Le Pen

Carte 10 : Score de Marine Le Pen

Carte 11 : Evolution du vote pour le FN entre le second tour en 2002 et 2012

Carte 11 : Evolution du vote pour le FN entre le second tour en 2002 et 2012

Le vote Bayrou : une géographie stable

20La carte du vote Bayrou reflète les zones de force de la droite « traditionnelle » (carte 12). Paradoxalement, la géographie des votes pour le MODEM reste stable alors que son électorat est le plus mouvant. La première zone de force s’apparente aux terres de la droite catholique (le grand Ouest, le Béarn, la Savoie, l’Alsace ou encore les Causses) étudiées jadis par Siegfried. Tout comme en 2007, le candidat du MODEM obtient également de bons résultats dans les villes et les périphéries urbaines aisées. Cependant, on constate qu’il ne parvient toujours pas à percer dans les espaces de fort vote nationaliste, le nord-est et le littoral méditerranéen. Ces deux électorats que tout oppose seront pourtant les arbitres du second tour.

21La carte de l’évolution du vote Bayrou montre quant à elle un recul net dans ses principaux fiefs ainsi que dans l’ancienne « chiraquie », conquise en 2007, probablement en raison de la concurrence de François Hollande, élu de la Corrèze (carte 13).

Le recul du vote écologiste

22Afin de compléter ce tour d’horizon sur les cinq principales forces politiques, en contrepoint, il est possible d’observer la géographie des votes pour Eva Joly (carte 14). Le vote pour la candidate d’Europe-Ecologie les Verts se concentre sur les bastions traditionnels de l’Ecologie (en Bretagne, dans les Alpes, dans les zones de faibles densités). Il convient également de noter la percée d’Eva Joly dans plusieurs cantons de la Drôme, de l’Ardèche ou de l’Ariège. Elle est en tête des petits candidats dans ses fiefs ainsi qu’en région parisienne et en Alsace. Cependant, l’effet urbain observé lors des élections européennes de 2009 et régionales de 2010 s’est estompé. Il est vrai que les scrutins à enjeux nationaux n’ont jamais été propices à ce courant qui réalise ses meilleurs résultats lors des élections intermédiaires.

Carte 12 : Score de François Bayrou

Carte 12 : Score de François Bayrou

Carte 13 : Evolution du vote pour François Bayrou entre 2007 et 2012

Carte 13 : Evolution du vote pour François Bayrou entre 2007 et 2012

Carte 14 : Score d’Eva Joly

Carte 14 : Score d’Eva Joly

En conclusion : une France des « Trois Présidents » ?

23Au-delà des cinq forces politiques présentées ci-dessus, comme en 2007, le vote à l’issue du premier tour s’est concentré sur trois principaux candidats (carte 15). Les trois candidats présidentiables cumulent plus de 70 % des suffrages exprimés dans près de 80 % des cantons. François Hollande domine dans les villes et leur proche banlieue, dans son fief corrézien étendu à l’ensemble de la région limousine, le nord de l’Auvergne à l’est et le Poitou à l’ouest, traduisant un effet d’amitié local net, ainsi que dans le sud-ouest (le Périgord, la Guyenne, la Gascogne, le Béarn, l’Albigeois) et en Bretagne. A l’inverse, Nicolas Sarkozy est en tête dans les cantons ruraux et périurbains de la France septentrionale et orientale. Son implantation semble davantage relever d’une logique sociologique que d’une logique géographique. Enfin, Marine Le Pen arrive en première position dans seulement 266 cantons, notamment, en Lorraine, en Champagne, sur la côte méditerranéenne, en Picardie et dans le Médoc (effet de l’absence de candidats du CPNT ?) mais aussi dans le Nord-Pas-de-Calais. Quant à Jean-Luc Mélenchon, il arrive en tête dans seulement 4 cantons isolés au sud de la Lozère et dans la périphérie de Marseille.

Carte 15 : La France des « Trois Présidents »

Carte 15 : La France des « Trois Présidents »
Haut de page

Notes

1 Présidentielle de 2012 (1er tour), présidentielle de 2007 (1er tour), présidentielle de 2002 (1er tour), présidentielle de 1995 (1er tour), européennes de 2009 et 1999.

2 Bon F. et Cheylan J.-P., 1988, La France qui vote, éditions Hachette, collection Pluriel Inédit, Paris, 456 p.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte 1 : Champ de Force du Parti Communiste entre 1995 et 2012
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/25363/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 2,8M
Titre Carte 2 : Champ de force du Parti Socialiste entre 1995 et 2012
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/25363/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 2,8M
Titre Carte 3 : Champ de force de la droite traditionnelle entre 1995 et 2012
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/25363/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 2,8M
Titre Carte 4 : Champ de force de la droite gaulliste entre 1995 et 2012
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/25363/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 2,7M
Titre Carte 5 : Champ de force du Front National entre 1995 et 2012
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/25363/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 2,6M
Titre Carte 6 : Evolution du score de Nicolas Sarkozy entre 2007 et 2012
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/25363/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Titre Carte 7 : Evolution du score du candidat socialiste entre 2007 et 2012
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/25363/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Titre Carte 8 : Score de Jean-Luc Mélenchon
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/25363/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Titre Carte 9 : Ecart entre le vote Mélenchon en 2012 et le vote Hue en 1995
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/25363/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Titre Carte 10 : Score de Marine Le Pen
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/25363/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Titre Carte 11 : Evolution du vote pour le FN entre le second tour en 2002 et 2012
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/25363/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 324k
Titre Carte 12 : Score de François Bayrou
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/25363/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Titre Carte 13 : Evolution du vote pour François Bayrou entre 2007 et 2012
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/25363/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Titre Carte 14 : Score d’Eva Joly
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/25363/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Titre Carte 15 : La France des « Trois Présidents »
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/25363/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 306k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Céline Colange, Jérome Fourquet et Michel Bussi, « Les élections présidentielles de 2012 : du quinquennat à la fabrication d’une France pentapolaire », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Débats, Elections en France, mis en ligne le 23 mai 2012, consulté le 23 mars 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/25363

Haut de page

Auteurs

Céline Colange

UMR IDEES, Ingénieur de recherches,
celine.colange@univ-rouen.fr

Articles du même auteur

Jérome Fourquet

IFOP, Directeur du Département Opinion et Stratégie d’Entreprises,
jerome.fourquet@ifop.com

Articles du même auteur

Michel Bussi

UMR IDEES, Professeur de Géographie,
michel.bussi@univ-rouen.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page