Navigation – Plan du site
2012

Elsheshtawy Y., 2010, Dubai: Behind an Urban Spectacle, London, Routledge, 294 p.

Clémence Montagne

Texte intégral

1Le développement contemporain de Dubaï fait l’objet de nombreuses critiques, aussi bien dans le champ académique (Davis, 2006) que dans la presse (The Independant), sans que celles-ci s’appuient sur des investigations poussées voire sur une pratique réelle du terrain ou de la société dubaïote. Ainsi, de nombreux articles scientifiques condamnent soit les grands projets et l’« architecture de star » (Ponzini, 2011 ; Kanna, 2011), soit l’échec de la finance immobilière (Bloch, 2010) pour n’avoir par tenu face à la crise économique.

2Dans son premier ouvrage personnel intitulé Dubai : Behind an Urban Spectacle, Yasser Elsheshtawy, professeur assistant en architecture à l’Université d’Al Ain (Émirats Arabes Unis), reprend en partie ces critiques, notamment en ce qui concerne le traitement des immigrés sud-asiatiques, qui a fait l’objet de plusieurs rapports, notamment ceux de l’organisation non gouvernementale Human Right Watch (2004). Mais son apport réside surtout dans la réponse faite à ces critiques, en prenant bien souvent le contre-pied des idées reçues sur la ville de Dubaï. Ces dernières décrivent souvent « a strange paradise » qui surpasse « that other desert arcade of capitalist desire, Las Vegas, both in sheer scale of spectacle and the profligate consumption of water and power » (Davis, 2007, p. 49). Dubaï est devenue la nouvelle icône globale d’un urbanisme imaginaire (p. 50). C’est aussi, dans le langage de Rem Koolhaas, un modèle hybride de son concept de ville générique et du fantastique (Ouroussof, 2010, The New York Times, « City on the Gulf : Koolaas Lays Out a Grand Urban Experiment in Dubai ») qui ne devrait servir qu’une petite portion d’une élite riche.

3L’ouvrage est organisé en neuf chapitres, dont un essai photographique qui fait toute l’originalité de cet ouvrage, un rappel diachronique de la planification urbaine à Dubaï et les analyses longuement développées d’enquêtes ethnographiques.

  • 1 Traductions libres.

4Y. Elsheshtawy s’attaque d’abord à l’idée-reçue la plus reprise dans l’analyse des chercheurs du courant critique, décrivant la ville comme « un paradis artificiel » (Davis et Monk, 2004). Sa contre-argumentation se positionne sur une analyse critique de la mondialisation et de ses impacts sociaux et urbains. Pour dénoncer ces critiques superficielles, l’auteur invite à passer dans les coulisses pour comprendre les mécanismes et les rouages du spectacle de Dubaï (Chapitre 1). Il utilise pour cela l’appareil conceptuel élaboré par Guy Debord et argumente sur la théâtralisation de l’espace public urbain de Dubaï orchestré pour faire connaître l’image de Dubaï. Les projets architecturaux spectaculaires ont l’avantage de proposer une « autre image de la ville » mais ne peuvent en aucun cas en « changer la réalité » (p. 22)1.

5L’auteur se fonde pour cela sur une familiarité ancienne avec la ville de Dubaï et de ses multiples facettes, utilisant les outils méthodologiques de la géographie humaine et de minutieuses enquêtes ethnographiques. Il entraîne le lecteur dans une immersion au cœur des quartiers de Deira, Bur Dubai et Karama, pour dépeindre un paysage urbain et social radicalement différent de l’image médiatisée de la modernité voire de l’« hypermodernité » de Dubaï (Davis, 2006). Le projet de constituer une métropole qui donne lieu à un modèle urbain au Moyen-Orient, la « dubaization », n’est possible qu’à la condition de se référer aux objectifs donnés par Rashid et Muhammed Makhtoum dans leurs livres pour « passer derrière le spectacle et devenir un vrai modèle de vie urbain au vingt-et-unième siècle » (p. 14) (Chapitre 2).

6L’essai photographique représente un point indéniablement passionnant de l’ouvrage. Il est méthodologiquement ancré dans les objectifs et les outils dont s’est doté l’auteur qui fait le point sur le cadre et le point de vue des documents iconographiques proposés. Les photographies replacent dans leurs contextes réels les immeubles spectaculaires pour montrer comment notre « image de Dubaï est constituée par ses grands projets urbains et son développement spectaculaire » mais que « derrière cet apparence il y a des lieux qui sont plein de vie et de caractère » (p. 32). Cet essai photographique est le résultat d’un projet de recherche conduit par l’auteur dans le cadre de son enseignement à l’Université d’Al Ain, depuis 2004. Les quartiers populaires de Dubaï à Satwa et de Bur Dubaï (pp. 43-49 et pp. 38-39) sont photographiés pour mettre en valeur les contrastes frappants avec la netteté des quartiers nouvellement urbanisés le long de Sheikh Zayed Road. L’auteur choisit de documenter également une résidence qui doit être démolie mais que les habitants refusent d’abandonner, Rashid Colony (pp. 52-53). Elles donnent à voir le paysage urbain vécu par les citadins de Dubaï, piétons dans l’espace public (Chapitre 3).

  • 2 D’autres chercheurs ont contribué à rétablir l’histoire de la ville et de l’Etat dans les pays du G (...)

7La critique de Mike Davis porte sur un urbanisme traduisant selon lui une volonté politique autoritaire absolue. Elle devient la « rencontre d’Albert Speer et de Walt Disney sur les rivages de l’Arabie » (Davis, 2006, p. 68). À cela, Y. Elsheshtawy répond que Dubaï ne s’est pas fait à partir de rien : l’ouvrage participe de la réhabilitation de l’histoire urbaine de Dubaï ; il participe ce faisant aussi de la réfutation scientifique d’une ville créée ex-nihilo à partir de 1966 – date de la découverte du pétrole2. En effet, les raisons du succès ‘miraculeux’ du développement économique de Dubaï ne s’expliquent que par l’inscription dans un temps long des stratégies de développement d’un petit Émirat peu doté en matière de gisements hydrocarbures. L’auteur montre comment l’effort des politiques publiques sur la conservation du patrimoine urbain cherche à construire une identité illusoire. Il propose de s’intéresser aux carnets de voyage, inestimable source historique sur la ville (p. 70), pour relativiser l’absence d’histoire ou de repères historiques de la ville. En effet, le square Bastakya et le Souq Kabir, le temple hindou et le restaurant Ustadi (p. 72) sont décrits comme des repères pour les citadins de Dubaï, sans tenir compte de leur origine. L’attachement à décrire la vie urbaine par le biais des pratiques socio-spatiales permet d’aborder le caractère singulier de certains lieux et repères ; les publications sur Dubaï de M. Davis apparaissent alors très superficielles (Chapitre 4). Puis le lecteur est amené à apprendre davantage sur l’histoire de la planification urbaine et des choix de développement. Entre le premier master plan réalisé par J. Harris au milieu des années 1960 et celui de 1995 (Comprehensive Development Plan), une « croissance suburbaine planifiée » (p. 109) a transformé la morphologie urbaine de la ville. Le gouvernement de Dubaï commande la conception d’un plan structurel donnant une « vision » pour maîtriser la croissance urbaine jusqu’en 2015. L’état actuel de la tâche urbaine de Dubaï semble conforme à ce qui était prévu par la mise en œuvre de ce plan d’après l’auteur (pp. 112-113). Depuis 2007, un nouveau « cadre de développement urbain » a été conçu et approuvé en 2009 sans voir été présenté au public. Malgré tout, le résultat de cette succession de politiques urbaines est un tissu urbain « fragmenté » où la mobilité quotidienne dépend des véhicules motorisés individuels (p. 121). L’auteur regrette que le recours systématique des politiques urbaines aux grands projets spectaculaires et à l’architecture iconique se fasse au détriment de la constitution d’une ville inclusive et accessible à tous (p. 130) (Chapitre 5).

8Reprenant en partie les critiques faites par d’autres auteurs, Y. Elsheshtawy revient également sur la manière dont Dubaï s’est forgé une renommée internationale en utilisant la programmation de son développement architectural (Chapitre 6). Il développe une approche très personnelle en s’appuyant sur les travaux de G. Debord (1967, 1988) pour rendre compte de « la stratégie mondiale de Dubaï » utilisant les bâtiments remarquables pour « attirer les investisseurs, les touristes et les visiteurs » (p. 133). En effet, « Dubaï, bien plus que n’importe quelle autre ville a su faire du spectaculaire sa raison d’être » (p. 137). À travers l’étude de trois cas typiques d’architecture et d’urbanisme spectaculaire à Dubaï, le Burj Al Arab, les Palmes et le Burj Dubai, l’auteur montre comment « Dubaï pérennise une illusion » (p. 164). Mais il oriente ensuite le lecteur sur les tactiques développées dans la vie quotidienne par les citadins, qu’il oppose aux stratégies des promoteurs immobiliers soutenant une culture de la consommation (p. 183). L’auteur montre ainsi que les centres commerciaux, dont le caractère urbain fait débat dans la recherche contemporaine au Moyen-Orient (Le Renard, 2009), ne sont pas seulement des lieux de consommation mais aussi des « lieux de rencontre sociale et des espaces de construction collective identitaire » (p. 184). Le lecteur est invité à suivre l’auteur dans son enquête ethnographique des pratiques des habitants de Dubaï, notamment dans les centres commerciaux « construit[s] par les travailleurs pour les travailleurs », qui fleurissent à proximité des camps de travailleurs immigrés (p. 186). Lors d’enquêtes de type ethnographique dans les quartiers de Satwa, Bur Dubaï et Karama, l’auteur invite à remarquer les petites annonces, informelles (p. 192) mais également les restaurants et les marchés ethniques ouverts et accessibles à tous (p. 189) comme autant de marqueurs d’appropriation urbaine (pp. 195-197). De nombreuses villes du Moyen Orient sont fascinées par Dubaï et son spectacle urbain. La répliquation de ce modèle urbain est qualifiée de « dangereuse » (p. 201) car elle ne prend pas en compte le territoire, notamment au Caire, dans des programmes de centres commerciaux et de logements luxueux (Chapitre 7).

  • 3 Elsheshtawy, Y., 2008, « Transitory sites: mapping Dubai’s forgotten urban spaces », International (...)

9Y. Elsheshtawy introduit ce faisant le concept de transcience3 pour montrer en quoi l’étude en profondeur des quartiers de Dubaï est possible, intéressante et riche d’innovation (p. 13). La transcience est le caractère transitoire des espaces publics fabriqués par les migrants. Si la citoyenneté leur est refusée, l’auteur décrit comment les migrants qui représentent 80 % de la population urbaine s’approprient une identité citadine notamment dans les interstices de la ville que constituent certains espaces publics informels. Il s’appuie pour cela sur l’étude ethnographique menée dans les quartiers de Deira, Bur Dubai, Jafiliya et Satwa par l’observation, la documentation et l’interaction (p. 215), plus particulièrement conduite autour de Baniyas Square et des arrêts de bus majeur de Sabkha, de Ghubeiba et de Satwa (p. 218) (Chapitre 8).

10Tout l’intérêt de cette étude est de retranscrire la parole de ces populations qui se sentent abandonnées par la Municipalité, « Dubaï rejette ses habitants pour attirer des étrangers » (pp. 226-228) notamment dans l’étude du cas de Rashid Colony (pp. 230-231). Les questions liées à vie quotidienne des migrants sont abordées, comme la surpopulation dans les immeubles habités par des familles à revenus faibles (pp. 234-237) et la déshumanisation de leurs conditions de vie. L’auteur n’oublie pas de mentionner à plusieurs reprises les camps de travail, violemment dénoncés par Human Right Watch Report en 2006. L’auteur propose de nombreux outils pour aborder l’espace urbain des migrants et notamment à travers une typologie de l’espace transnational de Dubaï (pp. 241-242).

11L’auteur rappelle alors que si les idées néo-libérales semblent trouver un contexte politique et social extrêmement favorable à Dubaï, il ne faudrait pas oublier de se frotter à la réalité politique et institutionnelle de l’Émirat de Dubaï, notamment parce que « la notion de privatisation, par exemple dans le contexte des monarchies arabes du Golfe est sujette à des interprétations variables » (p. 20). C’est-à-dire qu’avant de voir dans Dubaï l’apothéose du néolibéralisme outrancier et l’archétype de ces mesures, il faudrait mieux saisir les rouages des pouvoirs publics et des acteurs privés. L’auteur replace Dubaï dans le contexte global ou plutôt s’attache à décrire comment la ville se voit à l’international. L’Emirat de Dubaï a réussi en effet à se forger une identité globale et cosmopolite pour attirer des migrants en se démarquant d’une identité arabo-musulmane prégnante dans la Péninsule arabique. Si la place ou le rang mondial de Dubaï est sujet à discussion, dans le Moyen-Orient son influence n’en est pas moins certaine face à Rabat, Istanbul (p. 257), Casablanca (p. 258), à Amman (p. 259) et au Caire (p. 262). En définitive, l’ascension de Dubaï comme centralité est visible et son urbanisme est devenu un modèle pour les villes du Moyen-Orient arabe, notamment pour sa capacité à faire cohabiter des populations de culture et de religion différentes, devenus les « nouveaux citoyens de la mondialisation » (p. 275) (Chapitre 9).

12En conclusion, cet ouvrage fondamental pour un public de chercheurs sur la ville et l’urbanisme non seulement dans les Pays du Golfe mais aussi pour servir l’étude du transfert de modèles. Il sert également de pendant à la littérature de géographie critique sur Dubaï. Grâce à un panorama largement documenté s’appuyant sur des graphiques, sur une vingtaine de cartes satellites, historiques et de synthèse, et surtout sur plus de 175 photographies de grand format, le pari de l’auteur de donner à voir au lecteur l’envers du décor dubaïote est largement réussi. Le défi de montrer les coulisses de la fabrique de l’urbanité informelle de Dubaï est réussi non seulement dans la minutieuse description du paysage urbain de Dubaï, mais aussi dans l’utilisation des sources des journaux privés tenus sur la toile, notamment l’insertion d’un verbatim issu de Secret Dubaï (http://secretdubai.blogspot.fr/​) (p. 240). Malgré l’ellipse autour des questions de gouvernance et de droit à la citoyenneté des citadins, il n’en reste pas moins que la ville et les citadins de Dubaï connaissent à travers cet ouvrage une réhabilitation et une nouvelle qualification de citadin d’ « espaces transitoires » ayant inventé au-delà d’un mode de fabrique urbaine un modèle du vivre ensemble, une « réponse unique aux conditions de la mondialisation » (p. 275), qui pourrait faire école dans les villes du Monde arabe pour avoir réussi à faire cohabiter de multiples nationalités, pacifiquement.

Haut de page

Bibliographie

Bloch M., 2010, « Dubai’s Long Goodbye », International Journal of Regional and Urban Research, 34 (4), 943-951

Davis M., 2006, « Fear and Money in Dubai », New Left Review, 41, 47-68.

Elsheshtawy, Y., 2008, « Transitory sites: mapping Dubai’s forgotten urban spaces », International Journal of Urban and Regional Research, 32 (4), 968-988.

Fuccaro N., 2009, Histories of City and State in the Persian Gulf: Manama since 1800, Cambridge, Cambridge University Press.

Kanna A., 2010, Dubai: The city as Corporation, Minneapolis, University of Minnesota Press.

Khalaf S., 1999, « Migrants’ strategies of coping and patterns of accommodation in the oil-rich Gulf societies: Evidence from the UAE », in S. Khalaf et S. Alkobaisi, British Journal of Middle Eastern Studies, 26, 271-299.

Le Renard A., 2009, Style de vie citadins, réinvention des féminités, Thèse de doctorat en sociologie politique, Institut d’Études Politiques de Paris.

Ponzini D., 2011, « Large scale development projects and star architecture in the absence of democratic politics: The case of Abu Dhabi, UAE», Cities, 28, 251-259.

Haut de page

Notes

1 Traductions libres.

2 D’autres chercheurs ont contribué à rétablir l’histoire de la ville et de l’Etat dans les pays du Golfe, notamment S. Khalaf (1999) et N. Fuccaro (2008).

3 Elsheshtawy, Y., 2008, « Transitory sites: mapping Dubai’s forgotten urban spaces », International Journal of Urban and Regional Research, 32 (4), 968-988.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Clémence Montagne, « Elsheshtawy Y., 2010, Dubai: Behind an Urban Spectacle, London, Routledge, 294 p. », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Revue de livres, mis en ligne le 05 juillet 2012, consulté le 26 mars 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/25379

Haut de page

Auteur

Clémence Montagne

Doctorante en aménagement et urbanisme, UMR 8185 Espaces, Nature et Culture / Université Paris-Sorbonne, clemence_montagne@yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page