Navigation – Plan du site
2012
610

Les hommes qui voulaient être rois II. Sociologie des États privés

Frédéric Lasserre

Résumés

Avec l’avènement de l’Internet, le nombre de projets d’États privés, aussi appelés micronations, a connu une forte expansion. Plusieurs observateurs avaient cru discerner les germes d’une refondation de la notion d’État, de souveraineté et de citoyenneté dans ce mouvement. En réalité, les États privés, dont l’origine est assez ancienne, proposent des structures gouvernementales et des représentations de l’État fort classiques. Cependant, la réalité de la constellation de ces créations le plus souvent individuelles demeure très diverse.

Haut de page

Texte intégral

1Principauté de Freedonia, République pirate de Salé, Royaume de Talossa, Principauté de Hutt River, Hospodariat de Melténie, Dinarchie d’Antica, États-Unis de Kavalos… Autant de noms d’États inconnus, exotiques, évoquant intrigues politiques, pays lointains, royaumes incertains. Si l’existence de ces projets privés est en réalité ancienne, une constellation d’États imaginaires, revendiquant leur indépendance, parfois de façon très sérieuse, a fleuri depuis l’avènement d’Internet, qui a facilité l’expansion de ces projets (Lasserre, 2000 ; Lattas, 2004 ; Español, 2007). Plusieurs observateurs avaient cru discerner les germes d’une refondation de la notion d’État, de souveraineté et de citoyenneté dans ce mouvement. En réalité, les États privés, dont l’origine est assez ancienne, proposent des structures gouvernementales et des représentations de l’État fort classiques. Les États privés, ou micronations, constituent un ensemble très hétéroclite, rassemblant de doux rêveurs de grandeur, des gens d’affaires ambitieux, des idéalistes en quête du gouvernement parfait, et des princes qui battent monnaie et apposent des visas à l’entrée de leur domaine. Quelle typologie de ces projets peut-on établir ? Quelle représentation de l’État et du territoire structurent de tels projets ? Les créateurs de tels projets proposent-ils des lectures novatrices du territoire et du lien entre État et territoires ? Cet article fait suite à une première étude, publiée en 2000 (Lasserre, 2000).

Définitions de l’objet d’étude, les micronations

2Il existe peu d’articles scientifiques sur les État imaginaires ou fondés par des particuliers. En revanche, on trouve une abondante littérature produite par des essayistes ou des amateurs de tels projets. A partir de ces textes, on peut tenter de dégager une définition des micronations. En voici quelques-unes :

« Les micronations sont des entités qui peuvent affirmer constituer des nations ou des États indépendants, ou s’efforcer de simuler la politique du ‘vrai monde’, mais qui ne sont pas reconnues par les gouvernements, les États-nations ou les grandes organisations internationales. Ces nations n’existent souvent que sur papier, dans l’internet, ou dans l’esprit de leurs créateurs. »
Onepedia,
www.fra1.net/wiki/index.php?title=Main_Page c. le 26 août 2011 (traduction libre).

« Une micronation est un État, un pays, une personne, ou peu importe, qui a fait sécession de la société régulière. Ce sont des nations non reconnues, existant parmi d’autres nations. »
Aerican Empire, www.aericanempire.com/faq.html#4, c. le 27 août 2011 (traduction libre).

« Une micronation est une entité créée et perpétuée comme s’il s’agissait d’une nation et/ou d’un État, et qui présente généralement certains ou tous les attributs de l’État, et de fait certains des attributs de l’État. Bien qu’une micronation puisse naître comme simple plaisanterie, elle a le potentiel […] de devenir une véritable nation, et potentiellement de parvenir au statut d’État. »
Rasmussen P. R., 2001, What is micronationalism? An Introduction. www.scholiast.org/nations/whatismicronationalism.html, c. le 26 juin 2010, traduction libre.

3Fabrice O’Driscoll distingue les micronations des micro-États non reconnus :

« Le micro-État non reconnu est, a contrario, le micro-État qui, tout en possédant l’ensemble des caractéristiques du micro-État reconnu, n’a pas (encore) obtenu le même statut officialisant sa position. […] La micro-nation sera une très petite nation, c’est-à-dire une collectivité humaine organisée, soumise le plus souvent à un gouvernement et à des lois communes mais hors d’un espace donné. La micro-nation n’évolue pas sur un territoire délimité et certaines d’entre elles récusent d’ailleurs toute revendication territoriale. »
O’Driscoll F., 1996, Micropatrologie, Micro-États et Micro-Nations, Institut Français de Micropatrologie, www.reocities.com/CapitolHill/5829/DEFINITIONS.html.

4D’autres définitions soulignent la grande diversité du phénomène et de ce que le concept englobe :

« Une micronation peut être plusieurs choses :
- Une simulation de pays qui n’existe que comme fiction,
- Un petit groupe de personnes qui recherchent la souveraineté par rapport à un pouvoir gouvernemental,
- Un regroupement de bonnes âmes qui s’efforcent de créer un nouveau pays,
- Une petite juridiction souveraine qui a pu échapper à l’attention des principales puissances.
 »
The Microfreedom Index, www.angelfire.com/nv/micronations/, c. le 26 octobre 2011, traduction libre.

5Ainsi trouve-t-on sur la banque de données du site Internet Microfreedom Index, côtoyant des créations imaginaires, des États réels mais non reconnus (Abkhazie, Ossétie du Sud) ; des mouvements sécessionnistes (Anjouan, Tchétchénie, Pays Basque, Flandre…) et des micro-États reconnus (Andorre, Monaco…).

6D’autres définitions se centrent davantage sur les projets de particuliers, parfois de simples projets de simulation, mais en ignorent délibérément certains :

« Certaines [micronations] sont des expériences théoriques de gestion de l’État – des exemples sur la façon dont les nations devraient ou pourraient être organisées. D’autres sont menées simplement pour le plaisir – énormes, chronophages, complexes blagues, habituellement créées sur les fonds de leur créateur. Certaines de ces nations les plus pérennes ont procédé d’un mouvement de colère, de frustration ou de désespoir. […] Ce livre ne se penche pas sur les défis rencontrés par des petites nations reconnues, comme le Liechtenstein, Tuvalu ou même Saint Marin. […] Pas plus que nous n’abordons des nations formulant des revendications contestées – mais indiscutablement réelles – en faveur de la reconnaissance de leur État. »
Dunford, 2006, p. 4-5.

7Certaines micronations ont de véritables prétentions à l’indépendance (Principauté de Hutt River, enclavée en Australie ; Principauté de Sealanddans l’embouchure de la Tamise, par exemple), alors que d’autres sont plus fantaisistes (la République du Saugeais en France notamment) et que certaines sont purement virtuelles, puisqu’elles n’ont d’existence que sur Internet.

« Pays imaginaires, dira-t-on. Mais non : tous ces États existent ou bien ont existé, avec un gouvernement, une administration plus ou moins présentable, un drapeau, des publications officielles, parfois des troupes et un budget. États libres, États indépendants, États souverains, c’est souvent au prix d’un pléonasme qu’est soulignée la nature paradoxale de ces formes politiques, indéniablement constituées, mais en peine de faire reconnaître leurs droits. Par facilité, on les définit le plus souvent par des expressions négatives ou péjoratives – États mort-nés, républiques fantômes, monarchie d’opérette ou de pacotille. ‘États sauvages’ serait une jolie formule si elle ne prêtait à confusion avec les royautés primitives : or plusieurs de nos satrapies se sont instituées dans les régions les plus développées du monde.
Nous parlerons de cryptarchies, de puissances cachées, pour désigner ces empires invisibles, ces terres et ces citées dont nulle carte ne rend compte
. »
Fuligni, 1997, p. 12-13.

8De plus, les micronations, souvent promues par une personne ou un petit groupe (on parle d’un maximum d’une dizaine de personne au départ), demeurent le fruit de leur seule initiative : elles résultent rarement de différends impliquant des populations conséquentes. De fait, elles ne doivent pas être confondues avec :

  • les États de petite taille – appelés micro-États – pleinement reconnus, comme Nauru, Saint-Marin, Andorre, Monaco, le Liechtenstein ou le Vatican. Cependant, certaines micronations comme la Principauté de Hutt River ou Seborga ne sont pas très différentes, puisqu’elles ont un territoire, une histoire, et affirment détenir la preuve, historique ou juridique, de leur statut d’État souverain.

  • un État réclamant son indépendance ou sa souveraineté ou ayant réclamé sa souveraineté, mais non (encore ?) reconnu par l’ONU. On peut relever notamment, dans cette catégorie, le Kosovo, la Transnistrie ou le Somaliland (voir tableau 1).

  • Les images d’État qui ne traduisent pas d’effort de simulation politique, comme les émissions de timbres d’état fictifs ou de passeports, humoristiques ou carrément frauduleux (voir Annexe 1).

Tableau 1. États réels ayant proclamé leur souveraineté mais non admis aux Nations Unies, et nombre d’États qui les ont reconnus au 12 février 2012

État

Palestine

Kosovo

Sahara Occidental

Abkhazie

Ossétie du Sud

Nombre de reconnaissances

129

88

58

6

5

État

Chypre du Nord

Nagorno-Karabakh

Transnistrie

Somaliland

Îles Féroé

(sécession le 18 septembre 1946)

Nombre de reconnaissances

1

0

0

0

0

État

Rhodésie

1965-1979

Taiwan/

République de Chine

(indépendance de facto, mais sans sécession formelle de la République populaire)

Nombre de reconnaissances

0

23

Ossétie du sud, reconnue par : Russie, Nauru, Tuvalu, Nicaragua, Venezuela
Abkhazie, reconnue par : Russie, Vanuatu, Nauru, Tuvalu, Nicaragua, Venezuela
Îles Féroé : indépendance déclarée suite au référendum du 14 septembre 1946 ; déclaration rejetée par le Danemark le 20 septembre. Autonomie étendue accordée par Copenhague le 30 mars 1948.
Rhodésie : zéro reconnaissance pendant son indépendance unilatéralement déclarée, 1965-1979.

Sources : « International recognition of Kosovo »; « International recognition of the State of Palestine »; « List of states with limited recognition » ; « Legal status of Western Sahara » ; « Faroese independence referendum, 1946 »; « Rhodesia », Wikipédia, c. le 13 mars 2012 ; Nina Caspersen et Gareth Stansfield (dir.), 2010, Unrecognized States in the International System, Londres : Routledge; B. Graham et B. Horne, « Unrecognized States: A Theory of Self-Determination and Foreign Influence », communication présentée à l’American Political Science Association Annual Meeting, 1-4 septembre 2011, Seattle.

9Ces définitions soulignent la diversité des acceptions du concept de micronation, certes fondé sur la création de nouvelles structures étatiques, mais qui englobent ou non les prétendants, les micro-États, les États non reconnus, les projets d’État qui revendiquent un territoire (micro-État non reconnu)… Afin de préciser l’objet de cet article, on retiendra qu’une micronation est une entité créée par un petit nombre de personnes, qui prétend au statut d’un État indépendant et s’efforce d’en présenter les caractéristiques.

Tableau 2. Synthèse des principales caractéristiques des États, États non reconnus et micro-nations

Aspire à la sécession

Territoire défini

Reconnus

Très petite population, < 100 h

Petit territoire

Expérience de simulation

État réel

Oui

Oui

Micro-État

Oui

Oui

Parfois

État réel en quête de reconnaissance

Oui

Oui

Plus ou moins

Mouvement sécessioniste

Oui

Oui

Non

Parfois

Micronation/État privé

Parfois

Souvent

Non

Oui

Souvent

Parfois

Le terme de micronation, un héritage malheureux

10La littérature sur le thème de ces États rêvés a fréquemment recours au terme de micronations. Traduction de l’anglais, où le terme de nation réfère à la fois, dans son acception courante, à l’État ou à la nation, il est mal choisi car il vient renforcer la confusion, erronée en français, entre les deux concepts. Ainsi, la définition de « nation », sur wikipédia en français, reflète cette confusion entre État et nation en affirmant que :

« Le sens moderne de nation est assez proche de celui de peuple, mais ajoute souvent l’idée d’État (souhaité, autonome ou indépendant).
Ce terme n’est pas défini juridiquement, toutefois l’usage en politique internationale en fait un équivalent d’État souverain.
 »
Wikipédia, entrée « nation », http://fr.wikipedia.org/​wiki/​Nation, c. le 5 oct. 2011.

  • 1 Traductions libres.

11Cette définition s’oppose à l’acception courante en sciences humaines, qui souligne la dimension sociologique et politique de la nation. Pour Gellner (1999, p. 19), « des hommes sont de la même nation si et seulement s’ils se reconnaissent comme appartenant à une même nation ». Hobsbawm (1990, p. 15) estime que « tout groupe suffisamment important en nombre dont les membres se considèrent comme faisant partie d’une même nation sera considéré comme tel ». Pour Benedict Anderson (1991, p. 5), la « nation est une communauté politique imaginée »1. De telles définitions font bien entendu écho à celle proposée par Renan (1882, III) : « Deux choses qui, à vrai dire, n’en font qu’une, constituent cette âme, ce principe spirituel. L’une est dans le passé, l’autre dans le présent. L’une est la possession en commun d’un riche legs de souvenirs ; l’autre est le consentement actuel, le désir de vivre ensemble, la volonté de continuer à faire valoir l’héritage qu’on a reçu indivis ». Rien d’institutionnel donc dans la définition de la nation, qui renvoie avant tout à la représentation d’eux-mêmes que se font les peuples. Or, les micronations ne cherchent que rarement à créer des groupes unis par une nouvelle culture commune (Lasserre, 2000), mais tentent plutôt de mimer des appareils d’État. Le lien qui unit les membres est la citoyenneté, ou l’acquisition de titres nobiliaires. Certes, plusieurs créations s’amusent à créer des langues de toutes pièces, comme la république de Talossa, souvent en mélangeant des lexiques de langues occidentales, mais cette incursion dans la sphère culturelle semble plus ornementale que le fondement de la légitimité du projet. Au reste, les pages web des sites sont très rarement disponibles dans la langue ainsi forgée.

  • 2 Patricia Wohlgemuth Blair (The Mini State Dilemma, Occasional Paper 6, Carnegie Endowment for Inter (...)
  • 3 En 1920, la Société des Nations a rejeté les candidatures du Liechtenstein et de Monaco, à nouveau (...)

12On devrait parler de micro-État, et certains auteurs emploient le terme pour parler de ces créations imaginaires (Minassian, 2008, p. 332 ; Swimberge, 2005). Mais il est déjà employé dans la littérature et concerne les États de petite dimension ou, de façon plus constante dans la littérature, de moins d’un million d’habitant2 : micro-États insulaires du Pacifique ou des Antilles, Liechtenstein, Andorre, Monaco, Saint Marin, Islande... Ces États souverains sont parfois anciens (Andorre 1278, Saint-Marin 1295, Monaco 1297 par exemple), tandis que l’Ordre Souverain Militaire de Malte, État sans territoire depuis 1798, dispose d’une monnaie, d’une souveraineté limitée et d’un statut d’observateur aux Nations Unies, tout comme le Vatican, lui pleinement reconnu comme État indépendant : taille et souveraineté sont donc deux choses bien distinctes. Cependant, de nombreux juristes ont souligné la perplexité de la communauté des États face à la reconnaissance pleine et entière d’un nombre croissant de petits États (Harris, 1970 ; Chappez, 1971 ; Bartmann, 20043).

13L’essayiste Bruno Fuligni (1997) parle de cryptarchie, ou État caché, mais dans son étude, il inclut les prétendants à des couronnes du passé, les révisionnistes, les États non reconnus : la catégorie ainsi conçue englobe les prétendants à un État réel, passé ou présent ; les États de facto mais non reconnus ; les États imaginés et non réels…

14Le terme d’État virtuel serait-il plus approprié ? Il convient bien à nombre d’entre eux, si virtuel est pris dans son sens de « possible, potentiel », mais bon nombre de leurs créateurs récuseraient une telle définition, qui signifie aussi « non réel », arguant du caractère très réel de leur création étatique et des relations qu’ils développent avec les États réels, on le verra par la suite. État virtuel s’appliquerait bien aux créations étatiques existant purement sur l’Internet, mais cette acception conduirait à ignorer les créations qui revendiquent des territoires réels.

15Reflétant leur nature d’initiative très locale, n’impliquant lors de leur création le plus souvent qu’une personne, au mieux un petit groupe, et généralement de l’absence de dimension culturelle dans leurs revendications ou leur légitimité affirmée, je propose le terme d’État privé pour décrire ces constructions politiques imaginées, où certains fondateurs se prennent au sérieux, et d’autres se contentent de simuler une histoire politique différente.

Méthodologie

16Étudier les États privés présente une difficulté méthodologique : comment en brosser un portrait synthétique crédible, compte tenu de leur foisonnement, de leur caractère souvent éphémère, mais aussi du fait qu’il n’existe pas de source unique permettant de les recenser, encore moins de les comparer ? En effet, la pléthore de sites internet présentant ces États privés conduit vite le chercheur à renoncer à l’exhaustivité et à se replier vers l’étude d’un échantillon, mais, partant, à se demander comment constituer un échantillon minimalement représentatif :

  • Comment, face au grand nombre d’États privés, procéder au choix de ceux à inclure dans l’échantillon ? Fumey (2002) estimait leur nombre, actifs ou éteints, à 600 environ en 2000 ; il en a existé sans doute bien davantage.

  • L’internet permet d’identifier les États privés qui s’affichent sur la toile, mais comment rendre compte de ceux qui ne le peuvent ou ne veulent se donner cette peine ?

  • Comment identifier les projets précédant l’avènement d’internet, dont plusieurs ont bien entendu disparu ?

17La consultation de la littérature existante (quelques rares articles scientifiques, quelques mémoires de licence ou de maîtrise, plusieurs essais pour le grand public) et de nombreuses listes montées par des amateurs ont permis de repérer et de documenter plusieurs dizaines d’États privés, récents ou anciens. Les sources consultées sont en anglais pour la plupart, quelques-unes en espagnol, catalan, portugais, français, allemand, suédois. La liste de ces sources est présentée en Annexe 2. Une liste de 286 États privés, pour lesquels des données répondant à de nombreux critères ont pu être colligées, a ainsi été montée. La liste des critères retenus est présentée en Annexe 3. Le nombre total d’États privés identifiés est bien supérieur (environ 500), mais je n’ai pas conservé, pour constituer la base de données, les noms des projets pour lesquels je ne disposais que de très peu d’informations. J’ai estimé que cette base de données, pour imparfaite qu’elle soit, pouvait constituer un reflet relativement fidèle de la réalité des États privés :

  • Il est apparu que bon nombre de noms d’États privés revenaient régulièrement dans les nombreuses listes que j’ai croisées : à défaut d’être exhaustive, la base de données en contient ainsi vraisemblablement un sous-ensemble important.

  • Plusieurs listes, établies avant l’avènement d’Internet, permettent de documenter de nombreux États privés antérieurs à 1990.

  • De nombreux États privés s’efforcent de se faire connaître (dans le cadre de leurs démarches pour augmenter leur population notamment : on reviendra sur le moteur de ce choix) et optent donc en général pour la publicité de leur existence en anglais, ce qu’ont confirmé des recherches sur internet menées dans d’autres langues ou les sources autres qu’en anglais. « Plus ils parlent de nous, plus ils écrivent à notre sujet, plus notre réalité devient concrète aux yeux du monde », affirmait David Korem, fondateur du Dominion de Melchizedek (cité par Wedgwood, 1999).

18Ceci dit, il est vrai que :

  • Il existera toujours un risque de biais géographique dans la recherche documentaire des États privés, faute d’accès à des listes potentielles ou à des moteurs de recherche dans d’autres langues, en particulier non européennes. Ce risque est faible, au vu du désir de publicité d’une part, d’éléments culturels sur lesquels on reviendra, d’autre part; mais il est réel.

  • Quelques sites d’États privés n’existent que dans la langue des fondateurs, en Chine, en Russie, en Pologne par exemple.

  • De même, malgré les efforts réels de nombreux amateurs, il est probable que les projets d’États privés récents seront mieux documentés et surreprésentés par rapport aux projets plus anciens.

19A partir de cette base de données de 286 entrées, une analyse statistique a été menée, afin de dégager des éléments d’analyse de cette société des États privés. En particulier, un traitement de la base par traitement matriciel de Bertin a été effectué afin de dresser une typologie des États privés.

Des projets parfois anciens

20Les États privés ne sont pas une invention récente. Des aventuriers, dès l’époque coloniale, se sont efforcés, par opportunisme, de profiter de la force des armes ou en se fondant sur la représentation que les territoires non-européens étaient à prendre pour forger leur propre royaume : Républiques pirates de Salé (1619-1627) ou de Rantabé (1690-1691) (Fuligni, 1997 ; Lamborn Wilson, 1998), Royaumes de Libertalia (1722-1724), de Poyais (1825-1826), de Sarawak (1841-1946), empire du Sahara (1903-1905), royaume des Sédangs (1885-1890), Royaume océanien de Nouvelle-France (1877-1884), de nombreux exemples attestent que l’idée de se faire roi ou chef dans un nouveau royaume ne sont pas nouvelles. On relève cependant l’explosion contemporaine de ce phénomène. Sur l’échantillon étudié, 29 projets dataient d’avant 1950 ; 202 d’après 1990, 132 d’après 2000 et 53 d’après 2008 : malgré la distorsion des données qu’induit la surreprésentation de projets récents (la plupart des projets plus anciens abandonnés apparaitront moins dans les pages Internet ou les publications papier), il semble bien que le phénomène des États privés, pour ancien qu’il soit, se soit affirmé dans la seconde moitié du XXe siècle, depuis les années 1990 en particulier.

21Autre caractéristique des États privés : leur caractère souvent éphémère. La moyenne de l’échantillon se situe à 12,38 ans, mais l’âge médian à 6 ans : quelques États privés qui ont duré plusieurs décennies tirent cette moyenne vers le haut, alors que la plupart d’entre eux ne durent pas plus de 8 ans. Pour les projets d’avant 1950, la durée moyenne est de 30,04 ans ; mais pour ceux postérieurs à 1990, elle n’est que de 6,03 ans, et tombe à 4,34 ans pour les projets post-2000. A la source de cette faible longévité, la difficulté, dès lors que le projet émane d’une personne ou d’un petit groupe, d’assurer la motivation des animateurs et de trouver un successeur lorsque le fondateur ne souhaite plus poursuivre l’expérience. Le nombre moyen de successions est ainsi de 0,34. Sur 286 États privés étudiés, seuls 35 ont vu le flambeau passer au moins une fois du fondateur à un successeur : 15 ont vu une succession, cinq en ont vu deux, cinq en ont vu trois et dix en ont vu quatre ou davantage. C’est donc dire à quel point les États privés sont des projets individuels, l’affaire d’une personne, quand bien même elle serait entourée d’amis ou d’appuis dans sa démarche.

Des régimes politiques classiques : longue vie aux rois !

22Les États privés affichent une préférence marquée pour le régime monarchique. Dans la base de donnée colligée, on relève 3 régimes anarchiques ; 4 États libertaires ; 11 républiques socialistes ou démocraties populaires ; 83 républiques et 167 monarchies. D’autres régimes, très minoritaires, existent : oligarchies (2), république impériale (sic), démocraties municipales (2), « propérocratie » (sic), états ecclésiastiques (2), « état global », « république islamique démocratique »…

23Fabrice O’Driscoll voit, dans cette prédominance de l’option monarchique, une « réflexion sur le politique » : « la fonction arbitrale du monarque, garant des libertés et régulateur des conflits internes, est reconnue comme un élément fondamental de la stabilité du micro-État ou de la micro-nation » (2000, p. 14). C’est possible, mais il faut préciser que l’auteur n’était pas neutre, puisqu’il était ambassadeur de la Principauté de Hutt River en France.

  • 4 Correspondance courriel avec Steven Blaikie, 26, 27 et 28 août 2011. M. Blaikie feint d’ignorer que (...)

24Plus vraisemblablement, comme le reconnaît O’Driscoll lui-même, faut-il voir dans cette préférence pour la monarchie, le goût du pouvoir, des titres et de l’apparat, surtout si le projet est porté par un fondateur agissant seul ou presque : « On peut être plus facilement un monarque sans sujet qu’un président sans administré » (p. 13). « La passion des titulatures n’est d’ailleurs que la manifestation la plus visible d’une pathologie plus générale. Drapeau, blason, hymne, devise, monnaie, timbres, sceaux, protocole byzantin et ordre de chevalerie : le cryptarque a le génie des symboles identitaires et des marques régaliennes. […] Moins son pouvoir aura de substance, plus le cryptarque se parera splendidement » (Fuligni, 1997, p. 14). Et on souhaite faire savoir qu’on est roi, sinon la fonction perd un peu de son lustre, d’où l’intérêt d’afficher son titre par l’intermédiaire de sites internet lus par le plus grand nombre. Être roi, ne serait-ce que d’un État fantôme, flatte l’ego. Ainsi, dans ma correspondance avec « Sir » Steve Baikie, aide de camp du « Prince » Léonard Carney, monarque de la principauté de Hutt River, Sir Steve a tenu à me souligner4 l’existence de messages gouvernementaux adressés au Prince, reprenant son titre et le nom de la principauté (« Note the recognition of place and Titles »), dont des messages du premier ministre australien, Kevin Rudd, et du Gouverneur australien, Ken Michael, déclinant l’invitation aux célébrations en 2010 du 40e anniversaire de la sécession de Hutt River.

L’éternel désir de territoire

« Être roi est idiot ; ce qui compte c’est de faire un royaume. »
André Malraux - La voix royale, 1930

25Les technologies de l’information, l’Internet, les réseaux sociaux auraient pu constituer le support d’une conception déterritorialisée de l’État, alors qu’à la fin du XXe siècle, nombre d’analystes spéculaient sur la fin des territoires (Lasserre, 2000 ; 2000b). En 2000, j’avais indiqué que nombre d’États privés, malgré l’air du temps porteur d’idées de « citoyenneté non-territoriale », semblaient maintenir une préférence pour une conception très territorialisée de l’État, et ce même dans le cas des projets virtuels (Lasserre, 2000). En 2011, le constat est toujours d’actualité : 216 États privés revendiquent des territoires réels ; 37 revendiquent des territoires fictifs, et certains projets associent territoires réels et imaginaires dans leurs revendications. Seuls 47 projets ne s’ancrent dans aucun territoire, réel ou fictif : le territoire, pour une majorité d’animateurs d’États privés, demeure indissociable de l’État, alors pourtant qu’un précédent, souvent cité dans la littérature sur les micro-États, aurait pu les inspirer : l’Ordre Souverain Militaire de Malte existe toujours, émet des passeports reconnus, et a une personnalité d’État, on l’a vu.

26Outre le besoin de s’enraciner dans un territoire, fût-il fictif, l’objectif des promoteurs de plusieurs États privés d’obtenir la reconnaissance de leur indépendance constitue également un moteur puissant en faveur de la revendication d’un territoire, aussi réduit ou farfelu soit-il. En effet, une doctrine juridique internationale, la Convention de Montevideo, présente l’existence d’un territoire comme un des quatre critères de base pour définir un État sur la scène internationale.

Les États privés revendiquent une forme d’indépendance

27S’ils ont une monnaie, un service postal, un drapeau, un gouvernement, pour certains des passeports, des universités (Hutt River ou Elleore), pourquoi, demande-t-on dans les réseaux de passionnés, les États privés ne pourraient-ils faire partie de la communauté internationale ?

28La plupart des États privés s’appuient, dans leur plaidoyer pour justifier de leur qualité affirmée d’État réel, sur la Convention de Montevideo sur les Droits et Devoirs des États (1933), un traité international signé lors de la septième Conférence internationale des États américains. Un État, pour exister, doit, selon le texte du traité, disposer d’une population permanente, d’un territoire défini, d’un gouvernement et d’une capacité à entrer en relations avec d’autres États.

  • 5 www.theloss.org/, c. le 5 septembre 2011.
  • 6 http://lom.4t.com/, c. le 5 septembre 2011.
  • 7 Le personnage principal, Daniel Dravot, le mentionne même: « We have slept over the notion half a y (...)

29De fait, de nombreux États privés tentent d’établir des relations « diplomatiques », afin de satisfaire les critères de la Convention de Montevideo, sans doute aussi parce que les animateurs se doutent bien que satisfaire les critères de la convention ne suffira pas. Ces relations avec d’autres États sont développées notamment par le biais de relations avec d’autres États privés, de manière bilatérale ou au sein d’associations mimant le fonctionnement des Nations Unies, notamment les League of Secessionist States5, League of Micronations6 – c’est le cas pour 126 d’entre eux – avec l’espoir que ces réseaux permettront de développer leur cause, tout en leur offrant un forum pour faire valoir leurs expériences politiques et/ou leur qualité de roi ou de président. D’autres optent pour la reconnaissance par des États réels, en développant une correspondance qu’ils veulent d’État à État (17 cas) ; en émettant et en s’efforçant d’utiliser leurs propres passeports pour les déplacements internationaux (42 cas) et en affirmant, sans toujours en donner la preuve, que certaines États y ont apposé leur visa, accordant prétendument ainsi leur reconnaissance à l’État privé (6 cas) ; en recourant à des actions de défi qui incitent l’État à réagir, comme l’entrave à la circulation, le refus de s’acquitter des impôts locaux ou nationaux, l’attribution de licences d’exploitation de radios (26 cas). Certains de ces gestes provoquent une vive réaction de l’État (6 cas : poursuites judiciaires ; emprisonnement des promoteurs ; destruction de la plate-forme des Roses par la marine italienne en 1969). Dans trois cas, les États privés ont bénéficié d’une reconnaissance réelle : le Dominion de Melchizedek a été temporairement reconnu par la République centrafricaine en 1993 (Leiby et Lileks, 1995 ; Wedgwood, 1999), sans doute le résultat d’un examen rapide de cet État privé très axé sur la finance et dont le fondateur a connu d’importants démêlés avec la justice. La principauté de Sealand se fonde sur le jugement de 1968 d’un tribunal administratif britannique qui refusait de donner suite à une poursuite pour concession de licence illégale, sur la base du fait que la plate-forme de Rough Towers, sur laquelle se trouve la principauté, se trouvait en dehors des eaux territoriales britannique ; et l’archétype des États privés, le Royaume de Sarawak, fondé par James Brooks en 1841 et qui a existé jusqu’en 1946, a été reconnu par plusieurs pays et a notamment inspiré Kipling dans sa nouvelle L’homme qui voulait être roi7.

30Nombre d’États privés estiment qu’ils satisfont les critères de la Convention de Montevideo : ils ont développé des relations avec d’autres États privés et ont alimenté une abondante correspondance avec les gouvernements des États réels ; ils ont une population permanente ; un territoire défini et un gouvernement. Comme la Convention précise que la qualité d’État est indépendante de la reconnaissance internationale (fondement de la théorie déclarative de la souveraineté, Krasner, 1999 ; Cox, 2003 ; Ryan, 2006), les animateurs les plus résolus estiment que le droit international légitime leurs prétentions à l’indépendance.

  • 8 Par exemple, la Commission Badinter de 1991 a fondé son approche de la question de la reconnaissanc (...)

31Malheureusement pour les États privés, les États réels préfèrent jouer sur la coexistence de deux théories8, en particulier en mettant l’accent sur la théorie constitutive de la souveraineté, précisée dans l’Acte final du Congrès de Vienne de 1815 : les États n’ont pas d’existence juridique avant leur reconnaissance par les autres États et cette reconnaissance se fonde sur leurs intérêts ou sur la légitimité perçue de l’État candidat (Bartmann, 2004). De fait, pour les États réels, il n’est pas question de fonder les relations internationales sur la seule Convention de Montevideo, qui conduirait alors soit à la multiplication des petits fiefs indépendants, soit à la nécessité, pour les États réels souhaitant prévenir le pullulement des micro-États, de réprimer tout projet d’État privé…

Le principal attrait de ces États privés : l’illusion de pouvoir décider

32L’intérêt que les promoteurs de chaque projet d’État privé se traduit notamment dans les objectifs, clairement affirmés (45 États privés affichent explicitement la poursuite d’un objectif) ou identifiables à travers la lecture des manifestes ou des sites. Il a été possible de ventiler les objectifs poursuivis par les fondateurs des États privés de l’échantillon étudié :

Tableau 3. Objectifs poursuivis par les animateurs des États privés de l’échantillon étudié.

Objectif

Opportunisme économique ou colonial

Objectif financier, voire frauduleux

Projet politique (utopie, idéalisme)

Protestation

Simulation ou jeu de rôle

Projet satirique ou moqueur

Nombre d’occurrences

25

16

36

46

252

133

(Plusieurs réponses possibles)

33Il apparaît ainsi que les objectifs matériels (enrichissement personnel) constituent des moteurs important pour 41 États privés : par le biais de la vente de souvenirs ou d’instruments gouvernementaux (timbres, monnaies, billets de banque, drapeaux, médailles, casquettes, etc…) à laquelle de nombreux autres États privés ont recours de toute façon pour financer leurs activités ; de la vente de passeports, dont les prix varient, selon la qualité et le désir de rentabilité, de 30 à 450 euros (notamment pour Antarcticland, Hutt River). On tire aussi des revenus de la vente de titres de noblesse inventés. À ce titre, un des avantages de la monarchie sur la république comme statut politique des États privés est précisément que la république ne semble guère pouvoir distribuer de titres séduisants, alors que les titres de noblesse, associés à la monarchie, permettent un financement facile En faisant vibrer la vanité des ducs et duchesses en herbe. C’est là une des raisons qui auraient poussé la République d’Arya à se convertir en royaume… Cet attrait des titres de noblesse par rapport à des titres que pourrait émettre une république est révélateur d’un ressort important des États privés : le souci de se distinguer, de sortir de l’anonymat.

34On vend aussi des diplômes d’universités fantaisistes, comme dans la principauté de Castellania. Des États privés ont également tenté de faire fructifier des capitaux en créant des banques, plus ou moins légales voire frauduleuses, ainsi le Dominion de Melchizedek ou le Royaume d’EnenKio. New Utopia voulait créer un paradis fiscal pour attirer les investisseurs (Deschamps-Marquis, 1999). Quant au Royaume de Poyais (1825-1826), le fondateur a délibérément ruiné de nombreux investisseurs et colons anglais crédules. Le désir d’instrumentaliser la création d’un État fictif en levier d’enrichissement personnel semble assez courant (Pendle, 2006).

35La Principauté de Hutt River a réussi un grand coup médiatique en accueillant en 2005 Jean-Pierre Raveneau, l’inventeur français du Viralgic, un médicament contre le sida très controversé, dont le gouvernement français refusait l’autorisation de mise en marché. La société qui le fabrique, Pharma Concept, est désormais relocalisée à Nain (Hutt River) où le gouvernement de la Principauté lui a délivré une licence de commercialisation pour lui permettre de trouver des débouchés en Afrique (Rodier, 2007). Le gouvernement de Hutt River s’efforce d’attirer des entreprises dans son petit territoire (75 km²) pour bénéficier des impôts sur les sociétés qu’elles peuvent lui verser.

36Fonder un nouvel État qui pourrait devenir le germe d’un changement positif pour l’humanité ne motive que 36 États privés. Démocraties populaires, républiques démocratiques, monarchies, États libertaires, activistes fascisants, toutes sortes d’utopies coexistent parmi ces idéalistes.

37Les projets de protestation (46 cas) consistent en une déclaration d’indépendance pour formaliser un discours critique envers les élites politiques et de contestation de l’autorité de l’État réel (Lattas, 2004), ou pour protester contre une politique ou une décision gouvernementale ou de justice : rejet des impôts (Minerva), restriction des quotas de production de blé (Hutt River), interdiction d’exploiter une radio (Sealand), réglementation excessive qui limite les libertés fondamentales (Acworth, Atlantiqa, Free State Project, Range View, Sealand), excès du libéralisme (Bergonia), perte de l’appartement du fondateur (Snake Hill), la montée de pouvoirs occultes qui réduisent les libertés des citoyens (confrontés à « une croissance perçue des influences politiques indésirables », Atlantium). La loi de l’État devient insupportable, le citoyen, invoquant son droit de résistance, peut faire sécession pour s’abstraire de ce carcan jugé illégitime.

38Ces projets politiques relèvent de deux principales orientations : de gauche, avec le désir d’inclusion, la valorisation de la diversité sociale, le souci de répondre à la mondialisation par la création d’une citoyenneté participative et non-territoriale ; ou conservateurs, voire d’extrême-droite, avec un discours très nationaliste (ce qui peut paraître paradoxal), le sentiment d’être exclus, de ne plus disposer des droits civiques d’autrefois et le désir de lutter contre la mondialisation par la refondation d’une véritable nation, fondée sur une citoyenneté qualifiée. Ainsi, la principauté de Ponderosa, fondée en 1994 en Australie, se proposait de créer un État où « les chrétiens, les blancs anglo-saxons et les capitalistes ne seraient pas victimes de discrimination » (Fickling, 2002, cité par Lattas, 2004). Le Royaume Uni d’Arya (États-Unis), dans une littérature aux arrière-tons néo-nazis, valorisait la « grandeur aryenne » de sinistre mémoire pourtant, parallèlement à des projets d’appui aux contras antisandinistes (Strauss, 1979).

39Satire ou critique des élites politiques (Lattas, 2004 ; Sellars, 2006), simple blague pour ne pas se prendre au sérieux, plusieurs motivations peuvent rendre compte du ton parfois ironique, voire ouvertement moqueur de certains projets (133 cas).

40S’il est souvent difficile de distinguer le jeu de rôle (jouer au roi ou au président) de la simulation (tenter de recréer les mécanismes gouvernementaux par intérêt intellectuel, pour mener des expériences politiques, ou encore pour organiser une communauté d’intérêt, Español, 2007), c’est ce point qui semble constituer le principal moteur de création des États privés, avec 252 cas. Il ne s’agit pas nécessairement d’une activité ludique : plusieurs États privés affirment le sérieux de leur entreprise. La simulation permet tout à la fois de flatter les egos des promoteurs comme des nouveaux participants qui viendront grossir les rangs des citoyens s’ils se voient confier des responsabilités, et ainsi sortir de l’anonymat de leurs vies au quotidien dans leur État réel. Les animateurs des États privés deviennent rois, empereurs, princes, ministres, présidents, vizirs, et les nouveaux citoyens peuvent devenir ducs, ambassadeurs, consuls, ministres, participer aux processus de décision, et ainsi, outre un titre ronflant, avoir le sentiment, ne serait-ce que quelques instants par jour, d’avoir une prise directe sur la conduite des affaires d’une cité, aussi fictive soit-elle… Faudrait-il y voir un lien avec le sentiment, répandu dans les sociétés occidentales depuis 1980 environ, de désenchantement du public envers les politiques des gouvernements ? (Angus Reid, 2011 ; Bolis, 2011 ; Dupin, 2004). Kochta (2005) abonde dans ce sens : pour lui, si les États privés qui ont fleuri dans les années 1960 et 1970 étaient portés par une idéologie libertaire, les projets des années 1990 peuvent être en partie motivés par le rejet des impacts de la mondialisation, qui se traduirait par la distance croissante entre les politiques décidées au niveau national et les besoins des collectivités locales. Lattas (2004) souligne que, pour la plupart des animateurs des États privés, conservateurs ou de gauche, la souveraineté ne repose ni dans l’État, ni même dans la communauté ou le peuple, mais chez l’individu.

41Ainsi peut-on lire ces arguments pour attirer de nouveaux participants :

« Pourquoi devrais-je devenir citoyen ? […] Une possibilité de participer directement au gouvernement. Voter à des élections nationales dans lesquelles vous pouvez avoir un impact. »
République de Trumania, www.freewebs.com/ptrumania/index.htm, c. le 1er novembre 2011, trad. libre.

« Ici, nous sommes des citoyens, pas des sujets. »
United Transnational Republic, www.utnr.net/?p=361m c. le 25 août 2011, trad. libre.

« Êtes-vous frustré par la perte de liberté et de responsabilité aux États-Unis, alors que la hausse des impôts et taxes gouvernementales se poursuit sans arrêt ? Voulez-vous vivre dans des communautés fortes où vos droits sont respectés, et où les gens font preuve de responsabilité envers eux-mêmes et dans leurs relations avec autrui ? »
Si vous avez répondu « oui » à ces questions, alors le Free State Project a une solution pour vous.

Free State Project, http://freestateproject.org/​, c. le 29 août 2011, trad. libre.

« Rejoignez la vie sociétale et venez y participez activement. »
République fédérale de Norduryyk, www.norduryyk.com/, c. le 1er septembre 2011

« Tout comme la découverte des Amériques a permis l’avènement de la démocratie, le cyberspace libère une extraordinaire nouvelle idéologie fondée sur la souveraineté individuelle. Le cyberspace est la nouvelle frontière, le nouveau monde… »
Cybernation of Freedom, www.cybernationoffreedom.com/liberation.html, c. le 3 octobre 2011, trad. libre.

[La Commune Libre de] « Christiania est une société alternative, une façon de vivre. […] Les méthodes ont permis aux participants de se prendre en main et de gérer leur situation. »
www.utopiskehorisonter.dk/engelsk/notes.htm, c. le 2 novembre 2011, trad. libre.

« Zandrovia a besoin de vous ! Quand vous rejoindrez ce royaume, vous pouvez contribuer à faire la différence de nombreuses manières :
- En devenant Ambassadeur Régional
- En affichant vos compétences dans un magazine
- En produisant votre propre spectacle de vidéos
- Avec de nouvelles rencontres
- En contribuant à formuler des politiques environnementales
- En montant de nouvelles campagnes pour sauver la planète
- En rejoignant nos forces de sécurité
- En devenant Chevalier
- En obtenant un Titre de Noblesse.
 »
République de Zandrovia, http://zandrovianrepublic.co.cc, c. le 9 novembre 2011, trad. libre.

42En effet, les promoteurs s’efforcent souvent d’attirer des adhérents à leurs projets, en faisant valoir la liberté, les responsabilités, les titres, etc. Pour ce faire, on offre la citoyenneté (112 cas), selon un processus le plus souvent fort simple. Quelques États privés ont intégré de nombreux nouveaux participants mais ont cessé de le faire ; d’autres encore se montrent fort sélectifs, soumettant l’octroi de la citoyenneté à un examen des motifs de la demande du candidat.

43Nombre d’États privés affichent le nombre de leurs citoyens, un grand nombre étant souvent gage de leur crédibilité, de leur sérieux, outre qu’une population de quelques milliers d’adhérents satisfait mieux le critère de population de la Convention de Montevideo qu’un petit groupe de dix convaincus. Et pour attirer ces nouveaux citoyens, il faut faire de la publicité, donc produire des sites Internet, par exemple, qui puissent être consultés par le plus grand nombre. Mais ces chiffres demeurent totalement invérifiables. En janvier 2001, la République de Lomar revendiquait 51 000 citoyens, répartis dans 80 pays, et prévoyait d’atteindre le chiffre de 80 000 en décembre 2001, juste avant qu’elle ne soit atteinte par le scandale des faux passeports vendus au Nigéria. En 2006, le Royaume de Lovely affichait 54 000 citoyens. En réalité, la population moyenne des États privés, selon O’Driscoll (2000), gravite autour d’une trentaine de personnes. Et dans la plupart des cas, il semble logique que leur population demeure limitée : si le principal attrait de devenir citoyen d’un nouvel État est de perdre son anonymat, d’avoir le sentiment d’avoir voix au chapitre, alors pourquoi s’engager auprès d’une instance déjà nombreuse et fort peuplée ?

Un archipel varié d’États privés

  • 9 La méthode suivie figure en annexe 3.

44En menant une analyse de la base de données avec un traitement matriciel (matrice de Bertin, voir Annexe 3), il est possible de dégager une typologie des États privés9. On peut répartir les États privés en huit catégories principales (de gauche à droite sur la figure 1) :

  • Les déterritorialisés : des États privés qui ne revendiquent aucun territoire, réel ou fictif. Ces États privés, à part le drapeau, affichent une très faible production symbolique (monnaie, timbres, passeport, constitution). Ils incarnent l’idée d’une citoyenneté, d’une réalité politique totalement détachée du territoire et ancrée dans les réseaux.

  • Les rêveurs d’outre-monde : États privés qui revendiquent des territoires fictifs, cartographiés ou non, mais à tout le moins expressément mentionnés. Là encore, la production de symboles matériels demeure peu présente.

  • Les minimalistes : constituant le plus gros contingent d’États privés, ce type est caractérisé par la revendication de territoires réels, souvent proches des fondateurs. La production symbolique et les objectifs demeurent faibles. Ils semblent le mieux incarner l’idée de l’État privé dans ma cour : un prétendant au roi de son carré de jardin. Ils sont parfois satiriques mais il s’agit d’une minorité. Pour Kochta, ce sont ces projets qui incarnent le mieux la mouvance de résistance tranquille à la mondialisation (Kochta, 2005).

  • Les symbolistes : ancrés dans un territoire réel, ils produisent timbres, monnaie, parfois des passeports fort bien réalisés dont ils affirment à l’occasion qu’ils leur ont permis de traverser des frontières réelles (Annexe 5). Ils attachent donc une grande importance au décorum mais pourtant sont le plus souvent ironiques.

  • Les mécontents : très ancrés dans un territoire avec lequel ils ont un lien réel, les animateurs de ces États privés ont agi par colère, par réaction. Leur motif est donc fondé sur le rejet de l’État où ils se trouvent, ce qui peut parfois s’accompagner de dérision mais pas toujours.

  • Les idéalistes, ancrés ou non dans un territoire réel ou fictif, affichent clairement un projet pour leur État, voire proposent de créer un État idéal.

  • Les résolus affirment clairement un projet, mais n’affichent ni idéalisme politique, ni de récrimination, ni d’objectif financier. Ils conçoivent leur État comme un moyen d’atteindre un but spécifique, sans portée nécessairement politique : recréer la Rome antique ; créer un État résolument satirique et singeant les États réels ; créer un modèle réduit d’État pour lui-même, les buts affichés sont variés…

  • Les affairistes caractérisent des États privés, souvent ancrés dans un territoire réel, dont les finalités tournent rapidement à l’enrichissement personnel souvent frauduleux (Sealand, EnenKio, Melchizedek, Camside, New Utopia…), à la promotion économique ou touristique (Anse St-Jean), voire à la conquête de fiefs personnels (Sarawak, Sahara, Redonda, Araucanie…). Pour ces chefs d’État, celui-ci est un moyen autant qu’un but en soi. Il n’est pas indifférent que les affairistes, les idéalistes et les mécontents rassemblent les États privés qui ont suscité des réactions des États réels : de par leur volonté de braver l’ordre établi, leurs revendications ou leur opérations douteuses, voire illégales, ce sont eux qui sont à même d’irriter les gouvernements réels.

Figure 1 : Matrice de Bertin résultante de l’analyse factorielle des correspondances

Figure 1 : Matrice de Bertin résultante de l’analyse factorielle des correspondances

Un phénomène mondial ? Pas vraiment

45Trouve-t-on des États privés à travers tous les continents ? Si leur création, leur gestion et, surtout, leur publicité est rendue plus aisée grâce à l’Internet, on peut se demander si cet instrument de communication a favorisé l’émergence d’initiatives à travers le monde.

46J’aurais pu cartographier les territoires réels revendiqués par les fondateurs, à l’instar de Fuligni (1997), imité par Fumey (2002), mais cette image ne nous apprend pas grand-chose sur eux. En effet, si les animateurs ont parfois un lien de proximité avec ces espaces revendiqués, voire s’ils les occupent au moins pour partie (145 cas), les revendications sont parfois sans lien direct avec leurs espaces de vie (138 cas) : ainsi, nombre d’États privés revendiquent des territoires très vastes où les fondateurs n’ont pas mis les pieds ; ou des îles perdues du Pacifique ou de l’Atlantique, une partie du Groenland, l’ensemble d’un continent ou d’un grand État, une constellation de sites répartis dans le monde, ou, cas le plus fréquent, une portion de l’Antarctique, en particulier la Terre Marie Byrd, la portion du continent obérée de nulle revendication territoriale d’un État réel. Avatar moderne des pratiques des États privés du XVIIIe ou du XIXe siècle, fondés par des aventuriers mus par l’opportunisme colonial, ce type de revendication souligne la difficulté, pour les apprentis chef d’États, à se tailler un fief réel sur une planète où l’ensemble des terres émergées (ou presque donc) est passé sous la souveraineté d’États réels. Une telle carte des territoires revendiqués marierait donc les revendications de proximité, souvent modestes, et les ambitieux rêves territoriaux des nostalgiques des grands Empires.

47J’ai pu recenser le site de la « capitale » réelle de 321 États privés depuis le XVIIe siècle : le lieu où les animateurs principaux se trouvent, information qui n’est pas toujours accessible car certains États privés revendiquent des capitales tout aussi fictives que leur souveraineté sur leurs territoires (Fig. 2). Leur présence notable hors des États-Unis vient contredire le constat posé par O’Driscoll (2000), qui estimait à l’époque que le phénomène des États privés était avant tout étatsunien. Si on trouve des États privés sur tous les continents, force est de constater :

  • l’absence presque totale de l’Afrique. Les quelques points qui s’y trouvent sont les républiques ou monarchies pirates du XVIIe siècle ;

  • le faible nombre d’États privés en Asie. Certes, là encore la question de la méthode doit être prise en compte pour en relativiser le constat : les États privés d’Asie négligeraient-ils l’anglais ? Malgré tout, on note que les cercles des animateurs d’États privés ne parlent pratiquement jamais de confrères en Asie ;

  • la présence de nombreux États privés au Brésil ;

  • leur forte présence en Australie ;

  • le nombre important d’États privés en Europe, surtout en Europe occidentale mais pas seulement ; et en Amérique du Nord, États-Unis et Canada.

Figure 2 : Localisation des sièges des États privés

Figure 2 : Localisation des sièges des États privés

Sites des sièges lorsque l’information est disponible, à partir de la banque de données de l’auteur

48Comment interpréter cette géographie ? L’accès à l’Internet, nettement plus aisé dans les pays dits développés, n’explique pas tout, d’abord parce que cet outil à tendance à pénétrer largement l’Asie et l’Amérique latine ; ensuite parce que, on l’a vu, si l’Internet constitue un tremplin facilitant la création des États privés, il n’en est pas une condition.

  • 10 Avec les indépendances acquises sur le Portugal et l’Espagne au début du XIXe siècle, puis l’éclate (...)

49Les États privés fleurissent dans les régions de culture occidentale ou latino-américaine. Ce sont des régions où l’histoire politique est marquée au coin des sécessions (violentes ou pacifiques) et des révolutions, d’une part ; et où la place de l’individu comme fondement de l’organisation sociale est prépondérante, très forte à tout le moins. Les anciennes colonies britanniques, Canada, Australie Nouvelle-Zélande et États-Unis, ont une histoire marquée par l’émergence du sentiment national et de l’idée de sécession plus ou moins radicale. Aux États-Unis, la guerre d’Indépendance (1776-1783), l’indépendance de la République du Texas (1836-1845) face au Mexique, la guerre de Sécession (1861-1865), la permanence de mouvements politiques radicaux qui prônent la sécession, contribuent à rendre l’idée banale. En Australie, le référendum largement positif de 1933 sur la sécession de l’Australie Occidentale, puis l’épisode du Westralian Secession Movement en 1974, vont dans le même sens. Au Canada, il en est de même avec les deux référendums sur la souveraineté du Québec en 1980 et 1995, ou l’épisode du parti Western Canada Concept prônant l’indépendance de l’Alberta de 1980 à 1985. Comme le souligne O’Driscoll, ce passé de rupture politique en Australie, au Canada et aux États-Unis – on pourrait ajouter en Amérique latine également10 – contribue, dans la culture politique de ces pays, à banaliser l’idée de sécession. En revanche, l’histoire européenne, marquée par les révolutions, n’en est pas moins un terreau favorable à cette idée de rupture politique qui peut être incarné par les États privés. Dans d’autres régions du monde, on peut formuler l’hypothèse que la pesanteur des liens liant l’individu à la société, un moindre individualisme et l’histoire des relations entre l’État et la population n’ont pas favorisé l’idée qu’un petit groupe pouvait légitimement rompre les liens avec le pouvoir, même symboliquement. Et puis, bien sûr, il n’est pas certain que ce genre de projet, même ludique, soit apprécié des autorités politiques de bon nombre d’États réels en Afrique ou en Asie…

Vers la reconnaissance des États privés ?

50Avec l’admission des micro-États européens et des Antilles comme du Pacifique, tout débat quant à une possible condition liée à la taille de la population ou à la viabilité de l’État avant sa reconnaissance internationale a disparu : désormais, c’est l’universalité du principe de la reconnaissance dès que la souveraineté est acquise. Celle-ci demeure subjective, comme le souligne Krasner (1999), mais la perspective de voir tout État, aussi petit soit-il, entrer aux Nations Unies dès que sa souveraineté serait reconnue a stimulé nombre d’animateurs d’États privés. Pour autant, ceux-ci sont-ils promis à la même destinée que le Liechtenstein, Saint-Marin ou Monaco, longtemps en butte aux objections des États de la Société des Nations (Duursma, 1996), mais désormais membres des Nations Unies ? D’autant plus que le critère qui permet de distinguer l’imposteur du futur roi n’est-il pas finalement la réussite, et non quelque règle juridique, lance-t-on aussi dans les cercles des amateurs d’États privés. Comme le souligne Fuligni (1997), « réussite ou échec, tel est en définitive le seul critère qui permette de distinguer un héros fondateur d’un cryptarque, un Bolivar d’un Antoine de Tounens », fondateur du royaume d’Araucanie et de Patagonie en 1860 ; ou un Rainier 1er Grimaldi, co-seigneur de Monaco en 1297, d’un Jan Jansz et de son éphémère République pirate de Salé.

  • 11 Lettre de l’Australian Taxation Office adressée à M. Leonard Casley, 25 juin 2008, www.principality (...)
  • 12 Correspondance courriel de l’auteur avec Judy Lattas, Université Macquarie, 28 août 2011.

51L’État réel demeure la plupart du temps très tolérant envers les États privés. Ainsi, en Australie si la principauté de Hutt River ne paie pas ses impôts fédéraux, brandissant une lettre en ce sens du ministère fédéral du Revenu11, c’est sans doute parce que la principauté paie l’équivalent de ces impôts sous forme de « donations » aux agences fiscales et parce que les commerçants locaux apprécient beaucoup l’existence de la Principauté, un attrait touristique apparemment important12. En 1968, une cour britannique avait jugé que la principauté de Sealand se trouvait en dehors des eaux territoriales (de l’époque, 3 miles nautiques) et donc en dehors de la compétence de la justice. Mais cette tolérance a ses limites. En 1967, la marine italienne a détruit la plate-forme de la république de l’Île des Roses. En 1972 et en 1982, des troupes du gouvernement de Tonga ont débarqué sur le récif Minerva pour y détruire les installations de la république éponyme et en expulser les militants. Bon nombre d’escrocs ou de rebelles antifiscalité ont été poursuivis et ont purgé des peines de prison.

  • 13 Duchy of Sealand (1978) 80 ILR 683 (Administrative Court of Cologne), Case No. 9 K 2565/77, www.uni (...)

52Quant à la possibilité de voir la communauté internationale reconnaître la réalité des États privés, le précédent de Melchizedek, un temps reconnu par la République centrafricaine, risque peu de se reproduire. La Principauté de Sealand tire argument du détachement en 1978 d’un diplomate allemand pour obtenir la libération d’un ressortissant, retenu prisonnier sur la plate-forme, pour affirmer que le geste de la République fédérale d’Allemagne constituait une reconnaissance diplomatique. C’est peu probable, même si le geste est effectivement particulier. La Cour administrative de Cologne, statuant sur la citoyenneté de Sealand octroyée à un ressortissant allemand, a justement affirmé en 1978 que le Duché de Sealand ne constituait pas un État. Les critères de Montevideo n’étaient pas respectés, selon la cour : pas de territoire (une plateforme artificielle), pas de population permanente, pas de gouvernement selon elle. Surtout, le jugement précise que « l’État, en tant qu’ensemble de nombreux individus… a le devoir de promouvoir la vie communautaire. Ce devoir ne se résume pas en la promotion d’une association lâche destinée à l’avancement de loisirs et d’intérêts communs. Il doit plutôt être orienté vers le maintien d’une vie communautaire permanente, dans le sens du partage d’une destinée commune… »13 (cité par Cox, 2003). Quant aux citoyens de Sealand, selon la cour, ils ne forment pas une communauté pour vivre ensemble et partager les aspects du quotidien, mais, au contraire, continuent de se concentrer sur leurs vies extérieures à la principauté : bref, il n’y a pas d’unité politique pour cette population que n’unit qu’un intérêt financier ou un passe-temps à temps partiel (Cox, 2003).

Conclusion

53Dix ans après une première enquête, force est de constater que le paysage des États privés ne montre pas de signe d’une révolution dans la représentation de l’État. Certains fondateurs de ces projets, animés d’un réel objectif politique, affichent certes le souci d’affirmer une souveraineté non pas fondée sur le peuple ou sur l’État, mais sur l’individu, et cette représentation transparaît également dans les représentations des animateurs des autres types d’États privés. Mais c’est bien là le seul élément novateur dans des structures au final très classiques dans leur forme de gouvernement, les symboles de son exercice comme dans la prégnance du besoin de territoire, que celui-ci soit réel ou fictif. Certes, le désir de reconnaissance, appuyé sur la Convention de Montevideo, pousse nombre d’animateurs sur cette voie, mais elle n’explique pas entièrement ce souci d’ancrer l’État privé dans un territoire. En réalité, ce que l’analyse des projets d’États privés fait ressortir, ce n’est pas tant leur originalité, souvent faible malgré l’avènement de supports comme Internet, mais bien plutôt le besoin de nombre d’Occidentaux de s’investir, au moins à temps partiel, dans des instances politiques dans lesquelles ils pourront être, l’espace de quelques moments, roi, vizir, ministre, député, et d’avoir le sentiment d’avoir une prise sur le cours des événements.

54La pérennité d’un grand nombre de projets d’États privés pourrait-elle se trouver menacée, surtout pour les projets essentiellement fondés sur l’Internet : les réseaux sociaux comme Facebook ne permettent-ils pas aussi de se créer une petite communauté ? Et l’avènement de jeux de simulation en ligne massivement multijoueurs offre des plates-formes déjà toutes prêtes pour simuler son propre gouvernement14, avec eux aussi leurs normes, leur géographie, leur simulation de la conduite d’un État, tout en constituant également une forme d’évasion (Sabourdy, 2010).

55Cependant, l’ancienneté du goût des aventuriers, même en robe de chambre, pour les titres et le faste, ou des idéalistes pour l’utopie qui pousse à rêver d’un monde meilleur, ou encore de tout un chacun pour une destinée moins anonyme, laisse entendre une poursuite du mouvement de création des États privés. Comme le soulignait déjà De Villiers du Terrage en 1906, « la folie des grandeurs, la moins guérissable, fait tous les jours, par ce temps de névrose, des victimes de plus en plus nombreuses […]. L’égalité obligatoire incite à l’autocratie, car il semble vraiment bien doux, en république, de se parer d’un titre susceptible de rendre jaloux les timides qui n’ont pas osé s’en affubler. »

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Anderson B., 1991, Imagined Communities: Reflections on the Origin and Spread of Nationalism. Londres et New York, Verso.

Angus Reid, 2011, « La plupart des Canadiens voient les élections avec méfiance, scepticisme et cynisme », 25 avril, www.angus-reid.com/wp-content/uploads/2011/04/2011.04.25_Segment_FR.pdf, c. le 11 novembre 2011.

Bartmann B., 2004, « Political realities and legal anomalies. Revisiting the politics of international recognition », in Bahcheli T., Bartmann B. et Srebrnik H. (dir.), De Facto States. The Quest for Sovereignty. Londres, Routledge.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Cox N., 2003, « Tax and Regulatory Avoidance through Non-traditional Alternatives to Tax Havens », New Zealand Business Law Quarterly, 9(1), 10-32.
DOI : 10.2139/ssrn.420660

De Villiers du Terrage M., 1906, Conquistadores et Roitelets : Rois sans Couronne. Paris, Perrin, rééd. 2010, Whitefish (MO), Kessinger Publishing.

Deschamps-Marquis M-H., 1999, « La nouvelle réalité des pays virtuels », Journal du Barreau du Québec, 31(12), 1er juillet.

Dunford G. et al, 2006, Micronations: The Lonely Planet Guide to Home-Made Nations. Melbourne, Lonely Planet.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Dupin E., 2004, « Un printemps électoral sous le signe du cynisme », Le Débat, 2004/4, 131.
DOI : 10.3917/deba.131.0066

Duursma J., 1996, Fragmentation and the International Relations of micro-States. Self-determination and Statehood.Cambridge: Cambridge University Press.

Español H. M., 2007, « Micronacionsimicronacionalisme a la xarxad’Internet: un reflex del món en clau virtual », Treballs de la SocietatCatalana de Geografia, 64, 169-191.

Fickling D., 2002, « The princes of Ponderosa », The Guardian Weekly, 28 novembre, 22.

Fuligni B., 1997, L’État c’est moi. Histoire des monarchies privées, principautés de fantaisie et autres républiques pirates. Paris, Éditions de Paris.

Fumey G., 2002, « Géographie des cryptarchies », Mappemonde, 66 (2002.2), 29-32.

Gellner E., 1999, Nations et nationalisme, Paris, Bibliothèque historique Payot.

Harris W., 1970, « Microstates in the United Nations: a broader purpose », 9 Columbia Journal of Transnationall Law 23, 23-53.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Hobsbawm E., 1990, Nations and Nationalism since 1780: Programme, Myth, Reality.Cambridge, Cambridge University Press.
DOI : 10.1017/CCOL0521439612

Hoffmann S-B., 2010, La reconnaissance des micro-nations ou l’utopie confrontée au droit. Raleigh (NC), Lulu.com.

Kochta O., 2005, « A Summit of Micronations », in Kochta O. (dir.), Summit of Micronations/Protocols, Helsinki, Artists Association MUU.

Krasner S., 1999, Sovereignty. Organized Hypocrisy. Princeton, Princeton University Press.

Lamborn Wilson P., 1998, Utopies pirates. Paris, Dagorno.

Lasserre F., 2000, « Les hommes qui voulaient être rois. Principautés et nations sur Internet », Cybergéo, Revue européenne de géographie, 129, http://cybergeo.revues.org/4397.

Lasserre F., 2000b, « Internet : la fin de la géographie ? », Cybergéo, Revue européenne de géographie, 141, http://cybergeo.revues.org/4467.

Lattas J., 2004, « DIY [Do It Yourself] Sovereignty and the Popular Right in Australia », Actes du colloque Mobile Boundaries, Rigid Worlds, Sydney, Centre for Research on Social Inclusion, Université Macquarie.

Leiby R. et J. Lileks, 1995, « The ruse that roared; It’s war! Island nation targets France in Ruthenian missile crisis », Washington Post, 5 novembre.

Minassian G., 2008, « ‘Micro-Etat’, ‘Mini-Etat’ : essai de classification », Annuaire Français des Relations Internationales, vol. VIII, 329-338.

O’Driscoll F., 2000, Ils ne siègent pas à l’ONU. Revue de quelques micro-États, micro-Nations et autres entités éphémères. Toulon, Les Presses du Midi.

Pérouse de Montclos M.-A., 2001, « Le charme discret des petites îles », Politique internationale, 91.

Pendle G., 2006, « New Foundlands », in R. Jaster (dir.), Reclaim and Recover. Radical Interventions TransformingUrban Ecologies. Santa Clarita, California Institute of the Arts.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Renan E., 1882, Qu’est-ce qu’une nation ? Conférence donnée à la Sorbonne, publiée en 1887 dans Discours et conférences (Paris).
DOI : 10.1522/030155027

Rodier A., 2007, « Les bonnes affaires des États fantômes », Le Figaro, 15 octobre.

Ryan J., 2006, « Introduction », in Dunford G. et al, Micronations: The Lonely Planet Guide to Home-Made Nations. Melbourne, Lonely Planet.

Sabourdy M., 2010, « Votre pays ne vous convient pas ? Créez-en un ! », Thot Cursus, http://cursus.edu/dossiers-articles/articles/5625/votre-pays-vous-convient-pas-creez/, c. le 17 octobre 2011.

Sellars S., 2006, « Cyber NerdsUnite », in Dunford G. et al, Micronations: The Lonely Planet Guide to Home-Made Nations. Melbourne, Lonely Planet.

Strauss E., 1979, rééd. 1999, How to Start your own Country. Boulder, Paladin Press.

Swimberge F., 2005, « Groland et les micro-états ». Tracks, ARTE.

Wedgwood R., 1999, « Cyber-Nations », Kentucky Law Journal, 88, 957-965.

Wohlgemuth Blair P., 1967, The Mini State Dilemma, Occasional Paper 6, New York, Carnegie Endowment for International Peace.

Haut de page

Annexe

  

Annexe 1

Passeports de camouflage

Certains fraudeurs ont cherché à profiter du désir d’émigration de nombreux ressortissants de pays en développement en vendant des passeports d’États fictifs ou disparus. Plusieurs exemples ont été recensés depuis quelques années ; de telles fraudes ont même frappé d’authentiques États privés, comme la République de Lomar, contrainte de cesser d’émettre ses passeports en 2002, puis de cesser d’accorder toute forme de citoyenneté en 2004, après la découverte d’une escroquerie au Nigéria – les fraudeurs vendaient des copies en assurant les acheteurs de l’authenticité de ces documents pour entrer en Europe ou aux États-Unis.

C’est pour se prémunir de ces tentatives de fraude que les États privés demandent parfois des copies notariées des documents d’identité des personnes désirant acquérir un passeport.

Exemples de passeports de couverture, tous frauduleux :

  • British Guiana (devenue indépendante en 1966 sous le nom de Guyana)

  • British Honduras (indépendant depuis 1981 sous le nom de Belize)

  • British West Indies : terme générique qui désignait l’ensemble des colonies britanniques des Antilles. N’a jamais été une entité politique.

  • Dutch Guiana (indépendante depuis 1975 sous le nom de Surinam)

  • New Granada : fait référence à plusieurs noms pour désigner l’actuelle Colombie. Vice-Royaume de Nouvelle-Grenade, 1717-1810 et 1816-1819 ; Provinces-Unies de Nouvelle Grenade, 1810-1816 ; République de Nouvelle Grenade, 1830-1858 ; Confédération Grenadine, 1858-1863.

  • Nouvelles Hébrides (devenues le Vanuatu en 1980)

  • Netherlands East Indies (devenues indépendantes en 1946 sous le nom d’Indonésie)

  • Rhodésie (devenu Zimbabwe en 1980)

  • Vietnam du Sud (disparu en 1976)

  • Guinée espagnole (indépendante en 1968 sous le nom de Guinée équatoriale)

  • Zanzibar (intégré au sein de la Tanzanie depuis 1964)

  • British Hong Kong : les véritables passeports de Hongkong portaient la mention United Kingdom of Great Britain and Northern Ireland - Passport, et étaient émis selon la loi sur les British National (Overseas) Passports.

Figure3 : Exemple de passeport de camouflage : British Honduras

Figure3 : Exemple de passeport de camouflage : British Honduras

Source : http://www.espionage-store.com/​passport.html, c. le 1er novembre 2011.

Figure 4 : Exemple de passeport de camouflage : British West Indies

Figure 4 : Exemple de passeport de camouflage : British West Indies

Source : www.worldpassports.org/others/pages/BritishWestIndies.htm, c. le 2 novembre 2011.

Figure 5 : Exemple de passeport de camouflage : New Granada

Figure 5 : Exemple de passeport de camouflage : New Granada

Source : www.worldpassports.org/others/pages/BritishWestIndies.htm, c. le 2 novembre 2011.

Il existe des sites internet qui vendent ouvertement ce genre de documents : www.identificationconsulting.com/portal/ ou www.camouflagepassports.net/. Ces ventes semblent diminuer, du fait des coûts importants que suppose la production de faux passeports biométriques15. Le prix de ces passeports de camouflage, aux environs de 500 €, est nettement plus abordable que celui de passeports d’États réels, à partir de 2 200 € pour un passeport de Singapour sur www.identificationconsulting.com/portal/, jusqu’à 7 000 € pour un passeport britannique. Évidemment, la validité de ces passeports est plus que douteuse16

Ces documents ne doivent pas être confondus avec des passeports de fantaisie, vendus comme souvenirs, guides ou comme plaisanterie. Par exemple : Alaska, California Republic, Nevada, Wisconsin, Newfoundland, Iroquois

Figure 6 : Exemple de passeport de fantaisie, passeport de l’Alaska

Figure 6 : Exemple de passeport de fantaisie, passeport de l’Alaska

Source : www.onceinabluemoose.com/moweb/index.php?main_page=index&cPath=308, c. le 2 novembre 2011.

Il ne faut pas les confondre non plus avec les passeports Nansen, qui étaient un certificat reconnu par 52 États en 1942, permettant à des milliers de réfugiés apatrides de voyager alors que le système international des passeports qui émerge à la faveur de la Première Guerre mondiale assujettit les déplacements aux formalités douanières.

Ce type de passeport a été créé le 5 juillet1922 à l’initiative de Fridtjof Nansen, premier Haut-commissaire pour les réfugiés de la Société des Nations, via l’Office international Nansen pour les réfugiés. L’Office a reçu le prix Nobel de la Paix en 1938 pour la création de ces documents de voyage.

Si les passeports Nansen ne sont plus émis de nos jours, d’autres documents ont pris le relais, notamment les laissez-passer de l’ONU ou les passeports de la World Service Authority (WSA) sise à New York.

Figure7 : Passeport mondial émis par la World Service Authority

Figure7 : Passeport mondial émis par la World Service Authority

Source : Frédéric Lasserre

Annexe 2

Sources de la base de données sur les États privés

Andel I. U., 2010, Micronations. Konstituierte Staaten in konstruierten Welten. Zur historischen Entwicklung von Mikronationen und ihren gegenwärtigen Ausprägungen. Mémoire de maîtrise en Socio-anthropologie, Université de Vienne, 135 p.

Bannesled’s MicroIndex, nd, http://bannesled.tripod.com/​micro/​microindex.html, c. le 29 août 2011.

Bézias J.-R., 2006, « La France et l’intégration internationale de la Principauté de Monaco (1918-1939) », Guerres mondiales et conflits contemporains, 221, 93-103.

Bolis, A., 2001, « 11 Septembre : pourquoi tant de rumeurs ? », Le Monde, 9 septembre.

De Villiers du Terrage M., 1906, Conquistadores et Roitelets: Rois sans Couronne. Paris, Perrin, rééd. chez Whitefish (MO), Kessinger Publishing.

Dunford, G. et al, 2006. Micronations: The Lonely Planet Guide to Home-Made Nations, Lonely Planet, Melbourne.

Español H. M., 2007, « Micronacions i micronacionalisme a la xarxad’Internet: un reflex del món en clau virtual », Treballs de la Societat Catalana de Geografia, 64, 169-191.

Ferguson B. L., 2009, What is a nation: the micronationalist challenge to traditional concepts of the nation-state.Mémoire de maîtrise d’Histoire, Université du Wisconsin, 191 p.

Fuligni B., 1997, L’État c’est moi. Histoire des monarchies privées, principautés de fantaisie et autres républiques pirates. Paris, Éditions de Paris.

Hoffmann S-B., 2010, La reconnaissance des micro-nations ou l’utopie confrontée au droit. Raleigh, NC : Lulu.com.

Institut Français de Micropatrologie, nd, http://reocities.com/​CapitolHill/​5829/​, c. le 14 août 2011.

Lomwiki,nd, www.listofmicronations.com/lomwiki/index.php/Lomwiki, c. le 15 septembre 2011.

Micronation Central, nd, « List of Physical and Virtual Micronations », www.listofmicronations.com, c. le 15 août 2011.

MicroWiki, nd, http://micronations.wikia.com/​wiki/​Main_Page et http://micronations.wikia.com/​wiki/​List_of_Micronations, c. le 24 septembre 2011.

Nova Wikimicropídia Wiki, nd, http://pt-br.novawikimicropidia.wikia.com/​wiki/​Nova_Wikimicrop%C3%ADdia_Wiki, c. le 15 août 2011.

Organizacin de Micronaciones Americanas, http://foma.foroactivo.com/​, c. le 24 août 2011.

Richter H., 2006, En studieavfenomenetmikronationer. Mémoire de licence de Sciences politiques, Université d’Örebro, Suède, 55 p.

Strauss E., 1999, How to Start your own Country, Boulder, Paladin Press.

The Microfreedom Index, www.angelfire.com/nv/micronations/, c. le 26 août 2011

Wikipédia, 2011, Micronations : a brief history, Wikibook, 216 p.

Annexe 3

Aspects méthodologiques

Variables d’analyse de la base de données sur les États privés

24 variables ont été retenues pour décrire les États privés identifiés. Certaines sont numériques, d’autres qualitatives et sont alors encodées pour les convertir en valeurs numériques. Il est certain que toutes ces variables sont dans des unités différentes : le but de l’analyse matricielle est de comparer des valeurs relatives, des profils variable par variable, et de comparer des caractéristiques globales.

Actif/Éteint : le projet d’État privé est-il toujours en cours, suspendu ou éteint ? (Actif = 2 ; Inactif = 1 ; Éteint = 0).

Site internet propre : les animateurs du projet se sont-ils donnés la peine de créer un site internet distinct, doté d’un nom de domaine propre (ex : www.gdgreifenberg.org), ou, lorsque site Internet il y a, se sont-ils contenté de domaines hébergeant des sites (ex : www.freewebs.com/ashbourtoncac/index.htm), plus faciles à créer ? On pourra ainsi tester l’hypothèse de Sellars (2006) selon laquelle « généralement, si une nation ne peut se permettre son propre nom de domaine, alors il n’est pas pertinent d’y consacrer beaucoup de recherche ». (Oui = 1)

Émet monnaie, émet timbres : les animateurs ont-ils aussi créé des timbres et de la monnaie (pièces ou billets de banque) ? (Oui = 1)

Offre la citoyenneté au public : les animateurs proposent-ils facilement d’accorder la citoyenneté de leur État privé à des tiers ? (Oui = 2 ; Oui avec conditions = 1 ; Non = 0).

Émet des passeports « sérieux » : les animateurs proposent-ils des passeports dont la facture imite délibérément (et parfois de façon très crédible) de vrais passeports ? (Oui = 1).

Annonce utilisation réelle de ses passeports/reconnaissance par visas : les animateurs annoncent-ils que leurs passeports ont été utilisés lors de passages de frontières ? Affirment-ils que le tampon obtenu à la frontière vaut reconnaissance diplomatique ? (Preuves = 2 ; Oui = 1).

A créé une Constitution ou appareil administratif élaboré : les animateurs ont-ils élaboré un corpus constitutionnel et législatif élaboré, de plus de quelques pages sommaires ? (Non = 0 ; Oui = 1 ; Corpus législatif élaboré = 2).

Relations diplomatiques : les animateurs s’engagent-ils dans d’actives relations avec d’autres États privés ?

Entretient des relations (difficiles ?) avec l’État réel : les animateurs ont-ils développé des relations avec un ou des États réels ? Leurs prises de position politique ou fiscale ont-ils suscité une réaction ? (Correspondance : 1 ; Situation qui oblige l’État réel à prendre des mesures : 2 ; Vive réaction de l’État réel : 3 ; Reconnaissance fortuite : 4 ; reconnaissance : 5).

Nature du régime : l’État privé est-il une république, une monarchie, une théocratie ou autre chose encore ? Variable inconvertible en donnée numérique.

Date de fondation, date de fin : dates connues du début du projet, et de sa fin le cas échéant.

Nombre de successions : combien de fois des animateurs se sont-ils succédés à la barre du projet ?

Localisation du « gouvernement » : où se trouvent les animateurs du projet ? Cet endroit peut être bien différent des territoires revendiqués, s’il y en a. Variable inconvertible en donnée numérique.

Territoires réels revendiqués : l’État privé revendique-t-il des territoires réels ? (Oui = 1).

Occupe réellement/a un lien fort avec les territoires réels revendiqués : ces territoires réels revendiqués sont-ils occupés (vécus), autrement dit, les animateurs ont-ils développé une certaine territorialité dans leurs pratiques, ou bien les territoires revendiqués sont-ils dénués de liens directs avec les animateurs ? (Oui = 2 ; Oui et territoires fictifs = 1 ; Non = 0)

Avance des arguments juridiques ou historiques pour légitimer la revendication ou son existence : les animateurs ont-ils élaboré des argumentaires pour justifier leurs revendications ou la propre existence de leur État privé ? (Oui = 1)

Territoires fictifs revendiqués : l’État privé revendique-t-il des territoires imaginaires ? (Oui = 1).

Affirme clairement un projet : les animateurs affirment-ils clairement leur finalité à travers la création de leur État privé ? (Oui = 1)

Opportunisme colonial ou économique : les animateurs ont-ils mis à profit, pour créer leur État privé, des occasions de prise de possession de territoires réels ou des possibilités d’enrichissement ? (Oui = 1)

Projet politique (idéalisme) : les animateurs sont-ils motivés par un objectif politique ou idéaliste ? (Oui = 1)

Projet de protestation : la création de l’État privé est-elle une traduction du mécontentement des animateurs ? (Oui = 1)

Jeu de simulation ou de rôle : la finalité de la création de l’État privé est-elle de simuler la vie politique ou de développer un jeu de rôle, parfois pris très au sérieux ? (Oui = 1)

Manifestement satirique ou moqueur : les animateurs se prennent-ils au sérieux ? L’État privé est-il une parodie ou une blague ? (Oui = 1)

Objectif financier ou frauduleux : à travers l’État privé, les animateurs ont-ils cherché délibérément à s’enrichir ? (Oui = 1)

Diagonalisation de la matrice de Bertin

J’ai eu recours au logiciel AMADO (Analyse graphique d’une MAtrice de DOnnées), en intégrant les 22 variables numériques de la base de données, standardisées par transposition des valeurs en écart à la moyenne et division par l’écart-type pour les exprimer dans une même unité. La standardisation combine pour chaque ligne trois opérations :

  • le centrage (chaque valeur est exprimée en écart à la moyenne),

  • la réduction (division par l’écart-type),

  • une translation ramène la plus petite des valeurs obtenue par les deux premières opérations à zéro. On évite ainsi la représentation des valeurs négatives.

L’approche par analyse factorielle des correspondances a été privilégiée. Les variables suivantes ont été éliminées afin d’alléger le traitement matriciel, lorsqu’il est apparu qu’elles étaient peu discriminantes :

Âge ; Actif/Éteint ; Site internet propre; Existence de « relations diplomatiques » ; Jeu de simulation; Offre la citoyenneté ; Nombre de successions.

En ce qui concerne le nom de domaine propre, on observe que les États privés qui ont un nom spécifique affichent une durée de vie moyenne de 13,7 ans, contre 10,8 ans pour les États privés qui ont un site internet hébergé sur un domaine hôte. Si l’hypothèse de Sellars est ainsi en partie vérifiée, on ne peut dégager de corrélation intéressante quant au comportement des États privés sur la base de cette variable.

La matrice finale (fig. 1) permet ainsi d’identifier 8 classes relativement homogènes.

Annexe 4

Exemples célèbres d’États privés

La Principauté de Sealand

La principauté de Sealand est un État privé installé sur une ancienne plate-forme militaire britannique appelée Fort Roughs, créée au large du Royaume-Uni par la Royal Navy lors de la Seconde Guerre mondiale, dans les eaux internationales, à l’époque internationales, de la mer du Nord. La plate-forme est occupée depuis 1967 par les membres de la famille du Prince Roy (Roy Bates) et ses sujets.

Elle est considérée par ses partisans comme un État indépendant mais n’est reconnue par aucune des membres des Nations Unies. Sa population n’excède que rarement cinq habitants et sa surface habitable est de 550 m2 environ.

Les fondateurs de Sealand se sont efforcés d’obtenir la reconnaissance de jure de leur indépendance, sans succès. Tirant parti de leur situation juridique obscure, ils ont pu tirer de substantiels revenus de l’hébergement de radios privées et de serveurs internet.

Le 23 juin 2006, un feu a ravagé la plate-forme de Sealand dans son ensemble. Selon la presse, en janvier 2007, les autorités de Sealand ont annoncé qu’elles quittaient le « pays » et qu’elles comptaient créer un « gouvernement en exil ».

La Principauté de Hutt River

Dans un contexte de conflit entre Leonard George Casley, son propriétaire, et les autorités de l’Australie-Occidentale, lié à des questions de quotas agricoles, l’exploitation familiale s’est déclarée indépendante le 21 avril 1970 sous le nom de « province de Hutt River », puis a décidé l’année suivante de devenir une principauté avec quelques propriétés voisines, sous la houlette de Leonard Casley devenu le « Prince Leonard Ier ».

Plus de quarante ans plus tard, Hutt River poursuit son existence comme État privé imitant les États souverains par nombre de symboles visibles (monnaie, passeports, timbres, représentations diplomatiques, correspondance officielle, commémorations) et s’efforçant d’obtenir une reconnaissance internationale, quoique sans aucun succès jusqu’à présent. Recevant plusieurs dizaines de milliers de visiteurs par an, la Principauté constitue un réel attrait touristique local qui lui fournit des revenus appréciables, ainsi qu’aux localités australiennes voisines, ce qui contribue sans doute à expliquer la tolérance des autorités. En effet, s’accommodant de cette situation peu habituelle, l’Australie traite avec égards le « prince Leonard Ier ».

République du Saugeais

La République du Saugeais rassemble 11 communes du canton de Montbenoit, entre Pontarlier et Morteau, en France à proximité de la frontière suisse.

Née peu après la seconde guerre mondiale, d’une plaisanterie entre M. Pourchet (futur Président de la République du Saugeais) et le Préfet du Doubs, ce sont aujourd’hui une association, une Présidente (3ea assurer ces fonctions) et 12 représentants qui sont les garants du patrimoine historique de ce projet qui ne se prend guère au sérieux.

Après plus d’un demi-siècle d’existence, la République a désormais un hymne, son drapeau, sa monnaie, son célèbre et indispensable laisser-passer, et même un timbre édité en 1987. Les animateurs jouent donc la carte de l’imitation d’un État réel, mais ne revendiquent pas d’indépendance effective.

Principauté de Seborga

La principauté de Seborga, en italien principato di Seborga, est un État privé qui revendique le territoire de la commune italienne de Seborga, dans la région de Ligurie.

La proclamation de Seborga en tant que principauté remonte à 1963 lorsque le fleuriste du village, Giorgio Carbone, se déclare « Prince Giorgio Ier de Seborga ». Un plébiscite auprès de la population du village approuve alors sa proclamation par 304 voix contre 4. Carbone fonde cette sécession sur la protection de la maison de Savoie, protection supprimée en 1945 et présentée comme une « annexion forcée » à l’Italie.

Après la mort du prince Giorgio Ier en 2009, des élections permis de désigner comme nouveau souverain Marcello Menegatto, un promoteur immobilier, qui est intronisé le 25 avril 2010 sous le nom de règne de Marcello Ier. Le nouveau prince souhaite continuer la lutte pour la reconnaissance de l’indépendance de la principauté et développer son économie. Cependant, celui-ci se défend de créer un paradis fiscal.

L’Italie a intenté trois procès, tous perdus, à la principauté de Seborga. La principauté a saisi la Cour de justice de l’Union européenne pour faire valoir son indépendance.

Royaume de Sarawak

Le royaume de Sarawak fut fondé par l’aventurier britannique James Brooke en 1842 au nord de Bornéo. Devenu un protectorat britannique en juin 1888, il parvint à maintenir son existence pendant plus d’un siècle, jusqu’en 1946, lorsque le petit-fils de Brooke, Charles Vyner Brooke, céda ses droits sur le Sarawakau Royaume-Uni. Forgé par les initiatives purement personnelles de Brooke, le royaume était reconnu par plusieurs États.

Annexe 5

Passeports émis par des États privés

Plusieurs états privés émettent des passeports dont la facture imite fort bien de véritables passeports. Plusieurs sites affirment que ces documents leur ont effectivement permis de voyager.

Figure 8 : Passeport d’Antarcticland

Figure 8 : Passeport d’Antarcticland

Le passeport d’Antarcticland est aussi vendu au prix de 500 € sur le site www.opmsecurity.com/security-tools/camouflage-passport.html, sans que l’on sache si cela se fait avec l’accord ou non des animateurs de cet État privé.

Figure 9 : Passeport émis par NSK State (Neue Slowenische Kunst)

Figure 9 : Passeport émis par NSK State (Neue Slowenische Kunst)

Source : www.listofmicronations.com/lomwiki/images/Passport_NSK_01.png, c. le 10 novembre 2011

Figure 10 : Passeport de NSK avec visa de l’UMMOA

Figure 10 : Passeport de NSK avec visa de l’UMMOA

Source : http://ummoa.net/​evidence.html, c. le 10 novembre 2011

Figure 11 : Passeport de la République de Mania

Figure 11 : Passeport de la République de Mania

Source : www.mannyneira.com/mania/, c. le 27 juillet 2011

Figure 12 : Passeport du Lizbékistan, avec visas d’entrée du Canada et des États-Unis

Figure 12 : Passeport du Lizbékistan, avec visas d’entrée du Canada et des États-Unis

  

Haut de page

Notes

1 Traductions libres.

2 Patricia Wohlgemuth Blair (The Mini State Dilemma, Occasional Paper 6, Carnegie Endowment for International Peace, New York, 1967, p. 7) et Harris (« Microstates in the United Nations: a broader purpose », 9 Colum. J. Transnat’l Law 23, 1970, p. 23) proposent, comme critère du micro-État, une population inférieure à 300 000 habitants. Le rapport de la Commission présidentielle des États-Unis présidée par Henry Cabot Lodge recommande le seuil d’une population inférieure à un million d’habitants : Report in connectionwith the observance of the United Nations 25th Anniversary, President’s Commission for the Observance of the 25th anniversary of the U.N. (Lodge Commission), Washington, DC, avril 1971 (Chappez, 1971, p. 543), un seuil abaissé d’un million à 200 000 habitants pour les micro-États insulaires « au début des années 1980 » (Pérouse de Montclos, 2001, p. 385).

3 En 1920, la Société des Nations a rejeté les candidatures du Liechtenstein et de Monaco, à nouveau en 1922 pour ce dernier (Bézias, 2006). Par ailleurs, au sein des Nations Unies, un débat s’est fait jour à partir de 1965 sur le statut à accorder aux micro-États : plusieurs États souhaitaient les admettre comme membre sans droit de vote. Mais les contradictions inhérente à ce statut bancale ont eu raison de ces réserves (Bartmann, 2004). Le Liechtenstein a été admis à l’ONU en 1990, Saint-Marin en 1992, Monaco et Andorre en 1993.

4 Correspondance courriel avec Steven Blaikie, 26, 27 et 28 août 2011. M. Blaikie feint d’ignorer que les règles de courtoisie dans la correspondance, qui plus est souvent automatisée de nos jours, sont de reprendre les titres autoproclamés des correspondants. De plus, cet échange épistolaire consistait en des courriels expédiés par les secrétaires, et non en des lettres officielles signées de la main du premier ministre ou du gouverneur. Quant au premier ministre d’Australie Occidentale, son message ne mentionne même pas M. Leonard Carney ou la principauté. Voir www.principality-hutt-river.com/PHR_40th_Anniversary_Tributes_to_the_Principality.htm, c. le 12 novembre 2011.

5 www.theloss.org/, c. le 5 septembre 2011.

6 http://lom.4t.com/, c. le 5 septembre 2011.

7 Le personnage principal, Daniel Dravot, le mentionne même: « We have slept over the notion half a year, and require to see Books and Atlases, and we have decided that there is only one place now in the world that two strong men can Sar-a-whack. They call it Kafiristan. » R. Kipling, The man who would be king, 1881.

8 Par exemple, la Commission Badinter de 1991 a fondé son approche de la question de la reconnaissance des indépendances de la Croatie, de la Slovénie et de la Macédoine sur les principes de la Convention de Montevideo, en y ajoutant certes d’autres éléments de droit positif : libertés civiles, droits des minorités, état de droit, démocratie.

9 La méthode suivie figure en annexe 3.

10 Avec les indépendances acquises sur le Portugal et l’Espagne au début du XIXe siècle, puis l’éclatement de la République fédérale d’Amérique centrale (1838-1840) ; la sécession malheureuse des États brésiliens du Rio Grande do Sul au cours de la guerre des Farrapos (1835-1845) ; la désagrégation de la Grande Colombie en 1830, avec la sécession de l’Équateur et du Venezuela, puis de Panama en 1903.

11 Lettre de l’Australian Taxation Office adressée à M. Leonard Casley, 25 juin 2008, www.principality-hutt-river.org/Principality %20Downloads/Copy %20of %20HRHPL_ATO.pdf, c. le 23 août 2011.

12 Correspondance courriel de l’auteur avec Judy Lattas, Université Macquarie, 28 août 2011.

13 Duchy of Sealand (1978) 80 ILR 683 (Administrative Court of Cologne), Case No. 9 K 2565/77, www.uniset.ca/naty/80ILR683.htm, c. le 23 novembre 2011. Traduction libre.

14 Par exemple, Cyber-Nations, A Nation Simulation Game, www.cybernations.net.

15 www.camouflagepassports.net/camouflagepassport.html, c. le 10 novembre 2011.

16 Tarifs : www.identificationconsulting.com/portal/index.php ?option =com_content&view =article&id =20&Itemid =7&lang =en, c. le 15 novembre 2011.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Matrice de Bertin résultante de l’analyse factorielle des correspondances
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/25385/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre Figure 2 : Localisation des sièges des États privés
Légende Sites des sièges lorsque l’information est disponible, à partir de la banque de données de l’auteur
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/25385/img-2.png
Fichier image/png, 590k
Titre Figure3 : Exemple de passeport de camouflage : British Honduras
Crédits Source : http://www.espionage-store.com/​passport.html, c. le 1er novembre 2011.
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/25385/img-3.png
Fichier image/png, 459k
Titre Figure 4 : Exemple de passeport de camouflage : British West Indies
Crédits Source : www.worldpassports.org/others/pages/BritishWestIndies.htm, c. le 2 novembre 2011.
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/25385/img-4.png
Fichier image/png, 644k
Titre Figure 5 : Exemple de passeport de camouflage : New Granada
Crédits Source : www.worldpassports.org/others/pages/BritishWestIndies.htm, c. le 2 novembre 2011.
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/25385/img-5.png
Fichier image/png, 476k
Titre Figure 6 : Exemple de passeport de fantaisie, passeport de l’Alaska
Crédits Source : www.onceinabluemoose.com/moweb/index.php?main_page=index&cPath=308, c. le 2 novembre 2011.
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/25385/img-6.png
Fichier image/png, 155k
Titre Figure7 : Passeport mondial émis par la World Service Authority
Crédits Source : Frédéric Lasserre
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/25385/img-7.png
Fichier image/png, 324k
Titre Figure 8 : Passeport d’Antarcticland
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/25385/img-8.png
Fichier image/png, 537k
Crédits Source : www.antarcticland.org/performs/4.html, c. le 1er novembre 2011
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/25385/img-9.png
Fichier image/png, 432k
Titre Figure 9 : Passeport émis par NSK State (Neue Slowenische Kunst)
Crédits Source : www.listofmicronations.com/lomwiki/images/Passport_NSK_01.png, c. le 10 novembre 2011
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/25385/img-10.png
Fichier image/png, 529k
Titre Figure 10 : Passeport de NSK avec visa de l’UMMOA
Crédits Source : http://ummoa.net/​evidence.html, c. le 10 novembre 2011
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/25385/img-11.png
Fichier image/png, 914k
Titre Figure 11 : Passeport de la République de Mania
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/25385/img-12.png
Fichier image/png, 440k
Crédits Source : www.mannyneira.com/mania/, c. le 27 juillet 2011
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/25385/img-13.png
Fichier image/png, 604k
Titre Figure 12 : Passeport du Lizbékistan, avec visas d’entrée du Canada et des États-Unis
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/25385/img-14.png
Fichier image/png, 350k
Crédits Source : www.lizbekistan.com/index2.htm, c. le 28 juillet 2011
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/25385/img-15.png
Fichier image/png, 923k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédéric Lasserre, « Les hommes qui voulaient être rois II. Sociologie des États privés », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Espace, Société, Territoire, document 610, mis en ligne le 12 juillet 2012, consulté le 31 octobre 2014. URL : http://cybergeo.revues.org/25385 ; DOI : 10.4000/cybergeo.25385

Haut de page

Auteur

Frédéric Lasserre

Département de géographie
Université Laval
Frederic.lasserre@ggr.ulaval.ca

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page