Navigation – Plan du site
2012
614

Identifier les facteurs clés d’un système d’indicateurs de développement durable : l’expérience du projet DURAMAZ sur l’Amazonie brésilienne

Identifying the key factors of a system of indicators of sustainable development: the experience of the DURAMAZ project in the Brazilian Amazon
Guillaume Marchand et François-Michel Le Tourneau

Résumés

Créé au sein d’un programme de recherche pluridisciplinaire, le système d’indicateurs IDURAMAZ s’intéresse aux impacts territoriaux des différents projets de développement durable mis en place dans les zones rurales amazoniennes ces vingt dernières années. Initialement construit pour être subdivisé en 4 indices synthétiques, 14 indicateurs et 44 sous-indicateurs relatifs aux questions socioéconomiques, environnementales, institutionnelles et générationnelles, nous souhaitions réduire le nombre de ses composantes et son architecture afin d’obtenir un tableau de bord d’indicateurs limités aux plus pertinents. En réalisant ce travail de sélection d’indicateurs clés, nous visions deux objectifs principaux. Premièrement, rendre notre démarche plus intelligible aux différents publics ciblés en gardant les indicateurs les plus explicites et en limitant le recours aux indicateurs et indices trop composites (faisant intervenir plusieurs variables dans leur construction). Deuxièmement, faciliter la recherche sur les déterminants de la durabilité, autrement dit les critères de prime importance dans la réussite ou l’échec des projets réalisés en son nom. En filigrane des réflexions sur le projet DURAMAZ et son système d’indicateurs, cet article possède une portée plus générale sur la manière de procéder à la sélection d’un noyau dur d’indicateurs pour aborder les questions de durabilité.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Depuis 1988, date de la création du programme Nossa Natureza (Notre Nature), l’Amazonie a été un laboratoire à ciel ouvert du développement durable. En effet, cette époque a vu naître les premières réflexions à propos des zonages territoriaux basés sur une appréhension conjointe des phénomènes sociaux, économiques et écologiques (baptisés ZSEE). Après la conférence de Rio de Janeiro (1992), le laboratoire s’est étendu avec l’arrivée du Programme Pilote pour la protection des Forêts Tropicales du G-7 abrégé PPG-7 (Mello, 2002). À travers une série importante de projets démonstratifs, implantés tant dans les zones pionnières que forestières, le PPG-7 a défendu l’idée que la durabilité amazonienne pouvait se construire à partir de ces expériences locales (MMA, 2004 ; PPG-7, 2005). Il partait du principe que celles-ci pouvaient contribuer individuellement à la durabilité de la région amazonienne mais aussi qu’elles seraient susceptibles d’avoir un effet d’entraînement sur les localités voisines ou de servir de modèles à d’autres programmes, si possible plus généraux. Ce modèle du PPG-7 a créé de nombreux émules, si bien que le nombre de projets locaux de développement durable a connu une croissance exponentielle à partir de la fin des années 1990, provenant de tous les pans de la société (ONG, entreprises, pouvoirs publics…).

  • 1 Fond créé en 2008 et destiné à recevoir des donations non remboursables pour l’exécution de projets (...)

2Proposer un bilan de ces projets locaux était nécessaire au moment où le PPG-7 connaissait ses dernières heures et qu’une nouvelle vague d’expériences s’apprêtait à être mise en œuvre via le Fonds Amazonie1. On devait ainsi analyser les avancées obtenues sur le plan territorial et voir dans quelle mesure les objectifs affichés par ces différents projets avaient été atteints. On devait aussi identifier d’éventuels effets récurrents dans la mise en place et dans les impacts territoriaux de ces projets. Répondre à ces questions était l’objectif du projet DURAMAZ.

3Afin de comparer les sites choisis pour les études de terrain, au nombre de 13, il a été décidé d’élaborer un système d’indicateurs ad hoc, dénommé IDURAMAZ. Celui-ci devait permettre de mesurer la durabilité à l’échelle locale en déclinant ce questionnement selon quatre dimensions principales. Pour autant, comme dans de nombreux systèmes de ce type, la complexité relative de son architecture et la trop grande richesse de détails ont imposé un second travail de simplification des variables choisies. Mais comment évaluer la pertinence de chaque information ? Comment éliminer les éventuelles redondances ? Comment identifier les « indicateurs clés » du système, autrement-dit un noyau dur de variables solides sur le plan méthodologique, qui résument le maximum d’information et qui facilitent leur traitement ainsi que leur communication à un public varié ?

4Cet article a pour objectif de montrer comment ces questions ont été traitées dans le cadre de notre recherche. Pour ce faire, nous présentons dans un premier temps le système d’indicateurs mis au point avant de nous concentrer sur les outils utilisés et sur les étapes suivies pour sa reformulation sous une forme simplifiée. Ce faisant, nous abordons de nombreuses questions de large portée, concernant tant l’Amazonie brésilienne que le développement durable d’une manière générale. L’un des principaux résultats de ce travail est en effet que la réflexion méthodologique ne peut en aucun cas se couper de la matière sur laquelle elle travaille. Bien au contraire, elle doit impérativement la considérer pour associer à la pertinence statistique la pertinence sociale et géographique des indicateurs finalement sélectionnés. 

Les principes de fonctionnement du système IDURAMAZ

5Le programme DURAMAZ a amené plus d’une trentaine de chercheurs et d’étudiants de différentes disciplines ainsi que de différentes nationalités à réfléchir quant aux déterminants de la durabilité dans les zones rurales d’Amazonie brésilienne. La problématique de ce programme, sa méthodologie ainsi que ses réflexions sur la durabilité ont déjà fait l’objet de nombreuses publications ainsi que des communications à des colloques et des séminaires scientifiques. Par conséquent, la description réalisée ici est volontairement synthétique. Pour de plus amples informations, nous renvoyons à la collection DURAMAZ dans HAL/SHS3, au livre publié chez Belin (Le Tourneau, Droulers, 2011) et à la thèse de doctorat de G. Marchand (2010) consultable intégralement en ligne.

Les objectifs principaux du programme DURAMAZ

6La proposition initiale de DURAMAZ était d’observer de manière détaillée diverses expériences de développement durable qui avaient été implantées sur le territoire amazonien depuis la fin des années 1980. Treize terrains ont ainsi été sélectionnés, considérant qu’ils offraient un panel assez exhaustif des différents projets et programmes censés concourir au développement durable de l’Amazonie. La planche 1 résume la variété des expériences rencontrées dans les 13 sites et donne une idée des problématiques posées par la durabilité amazonienne. Par exemple, dans le domaine des activités agricoles et extractivistes, de nombreux efforts se concentrent sur le développement des filières différenciées (certification, démarches coopérativistes…) afin que les productions locales soient vendues au meilleur prix. De nombreux projets locaux insistent également sur la réduction des impacts sur l’environnement, notamment en luttant contre la déforestation abusive ou en incitant au respect des normes environnementales en vigueur par différents types de mesures : contraintes environnementales à l’obtention de bénéfices sociaux, paiement des services environnementaux, inclusion des populations dans les décisions ayant trait à l’environnement, éducation environnementale... Il faut y adjoindre également une multitude d’interventions de la part des pouvoirs publics mais aussi du secteur privé autour des questions du désenclavement, de la santé, de l’éducation ou encore de l’accès à l’énergie électrique et à l’eau potable. Enfin, d’une manière générale, et cela est vrai aussi dans notre échantillon, les programmes de développement durable insistent beaucoup sur l’organisation sociale des communautés tant au niveau des relations internes que des liens qu’elles peuvent entretenir avec l’extérieur. Ils partent du principe que sans ces deux composantes, les expériences mises en œuvre localement ne pourront perdurer, s’enrichir et se diffuser (MMA, 2004).

7L’objectif de DURAMAZ était de comprendre comment ces expériences et projets fonctionnaient, quelles étaient les avancées obtenues par leurs biais et quelles étaient les causes éventuelles de leurs succès ou de leurs échecs. Le travail à l’échelle locale se justifiait quant à lui de deux manières : d’une part, parce que la plupart des programmes de développement durable, quelle que soit leur portée, ont vocation à avoir des impacts locaux ; d’autre part, parce que comme le rappelle J. Theys, « s’il y a quelque part une articulation à trouver entre les trois dimensions constitutives du « développement durable » – le social, l’écologique et l’économique –, c’est probablement au niveau local qu’elle pourra le plus facilement être construite, dans la mesure où c’est aussi à cette échelle que leur contradiction apparaît avec le plus de force et d’évidence » (Theys, 2002, p. 4). Ainsi, l’échelon local semble le plus indiqué pour observer si lesdits programmes parviennent à synthétiser ces trois objectifs d’apparence contradictoire.

8Afin de mener à bien cette réflexion, divers outils et méthodes de recherche ont été mobilisés, parmi lesquels figure la démarche indiciaire, ce qui a donné lieu à la création du système d’indicateurs IDURAMAZ. Celui-ci devait répondre à trois objectifs principaux. Premièrement comparer de manière systématique des sites d’études appartenant à des contextes différents afin de mettre en exergue et expliquer d’éventuelles différences dans les résultats obtenus par les projets de développement durable qui y étaient appliqués, ce qui est en soit une démarche classique en matière de géographie. Deuxièmement, réfléchir aux déterminants (facteurs clés) de la durabilité, ce qui revient à se demander : quels en sont les rouages principaux, les actions à privilégier pour faire en sorte que les programmes évoqués précédemment aient plus d’impact ? Cela consiste à observer d’éventuelles synergies ou antagonismes entre les phénomènes mesurés, notamment au travers d’analyses statistiques (Lobato Ribeiro, 2002 ; Moreira Braga, Gonçalves de Freitas, 2002 ; Schonthaler, Adrian-Werburg, 2006). En retour, la mise en valeur de ces « coévolutions » entre les phénomènes étudiés par IDURAMAZ peut faciliter l’aide à la décision. Montrer dans quels domaines concentrer les efforts afin de maximiser les retombées territoriales et assurer la consolidation des expériences. Ceci entretient un rapport direct avec le troisième objectif du système d’indicateurs : la communication des résultats et leur assimilation/utilisation par les populations locales et les acteurs intervenant auprès d’elles.

Planche n° 1. Présentation des différents terrains et des initiatives de développement durable passées ou en cours

Planche n° 1. Présentation des différents terrains et des initiatives de développement durable passées ou en cours

Marchand, Le Tourneau, 2012

Les principes de construction du système IDURAMAZ

9Pour créer le système IDURAMAZ, une importante révision bibliographique sur les indicateurs a été réalisée. Plus d’une trentaine de travaux à l’échelle locale, nationale ou internationale ont été passés en revue afin de voir quels étaient les thèmes les plus fréquemment abordés dans l’évaluation de la durabilité, les méthodes de scoring utilisées pour l’agrégation des variables ou encore la façon d’agencer le système par rapport aux différentes acceptions données à la durabilité (« forte », « faible », « rétrécie », « large », voir pour cela Boutaud, 2005 ; Jégou, 2007). Certaines expériences ont été davantage mises à profit que d’autres au vu de notre objet de recherche, notamment la méthode IDEA (Vilain et al., 2003) ou encore les travaux construits autour de l’Indice de Qualité de Vie (Fernandes et al., 1997 ; Almeida et al., 2008).

10Au vu des problématiques soulevées dans la littérature scientifique et celles rencontrées dans les sites étudiés, le système IDURAMAZ a été décomposé en 4 indices modulaires, 14 indicateurs et 44 sous-indicateurs (présentés dans la partie I.3). Les différentes composantes d’IDURAMAZ ont été notées de 0 à 10 points selon une méthode de scoring transparente (pour les détails, voir Marchand, 2010). Le passage des sous-indicateurs aux indices synthétiques a été réalisé par simple moyenne arithmétique, l’usage de la pondération n’a pas été envisagé en raison des nombreuses polémiques que cette démarche soulève (Prescott-Allen, 2003). Toutefois, à l’instar de bon nombre de démarches indiciaires (indicateurs des Objectifs du Millénaire pour le développement, Environmental Sustainability Index), les populations et acteurs locaux sont libres de pondérer nos résultats en fonction de leurs priorités.

  • 4 Pesquisa Nacional por Amostra de Domicílios. Enquête annuelle sur un certain nombre de critères soc (...)

11Même si les indicateurs ont été choisis pour correspondre au mieux aux réalités locales rencontrées dans l’échantillon, nous avons fait en sorte d’éviter des postures trop « localistes » ou « essentialistes ». Les scores ont été établis sans distinctions entre les différents groupes de population étudiés, autrement-dit, nous n’avons pas mis en place une échelle de score différente en fonction des spécificités locales ou contextuelles (traiter les amérindiens à part en raison de leurs caractéristiques culturelles). Ce choix va à l’encontre de bon nombre de discours sur la durabilité amazonienne, mais les thèmes retenus sont suffisamment universels pour ne pas avoir à opérer ce genre de distinction. Par exemple, la question de la santé répond sensiblement aux même logiques chez les latifundiaires et les amérindiens. De la même manière, les critères de notation n’ont pas été construits seulement en fonction de ce qui serait bon ou non selon une stricte perspective amazonienne. De nombreux auteurs, comme P. Nijkamp et al. (1991) ou J. Theys (2002) soulignent en effet l’importance d’analyser la durabilité des territoires en fonction de leurs relations avec leurs voisins ou les entités territoriales qui les englobent. Comme la région amazonienne continue d’enregistrer des retards importants dans le domaine socioéconomique vis-à-vis du reste du Brésil (voir chiffres annuels de la PNAD4) et que les programmes de développement durable fondent souvent leurs objectifs dans ce domaine sur des moyennes nationales, alors bon nombre de nos échelles de scores ont été établies sur des chiffres nationaux. La méthodologie utilisée a toujours été pensée pour être la plus simple possible, notamment afin que les populations et acteurs locaux puissent s’approprier aisément nos résultats et se figurer les différentes étapes entre les entrevues de terrain et le calcul des indices synthétiques.

Présentation des différentes composantes du système IDURAMAZ

12Le premier indice modulaire correspond aux conditions d’existence : une thématique qui fait partie des préoccupations majeures des populations rurales amazoniennes au vu des résultats de la thèse d’A. Lobato Ribeiro (2002) ainsi que des plans d’action reliés au développement durable. Par conséquent, le premier module d’IDURAMAZ est l’un des plus fournis avec 7 indicateurs et 22 sous-indicateurs. Les thèmes analysés sont classiques eu égard aux autres systèmes d’indicateurs existants. Toutefois, IDURAMAZ présente certaines originalités notables par rapport à ces derniers, que ce soit dans la façon de construire les indicateurs (par exemple, s’intéresser aux retards scolaires pour rendre compte du fonctionnement de l’appareil éducatif) ou dans les thèmes traités (la question de l’accessibilité des espaces étant rarement considérée).

Tableau n° 1. Les différents indicateurs participant au module « conditions de vie »

  • 5 Nous rappelons que les principes ayant guidé la construction des indicateurs et leurs méthodes de c (...)

Indicateur

Sous-indicateur

1. Situation financière des ménages5

1.a Revenu des ménages per capita

1.b Part des revenus de transfert dans le revenu total des ménages

1.c Distribution intra-communautaire des revenus (Gini)

1.d Accès au crédit

2. Insertion dans l’économie

2.a Complexification des débouchés

2.b Diversification des activités productives

2.c Vulnérabilité de l’économie des ménages

2.d Recours à la main d’œuvre extérieure

2.e Monétarisation de la production

3. Niveau d’équipement

3.a Équipements ménagers

3.b Accès à l’eau et à l’électricité

3.c Moyens de locomotion personnels

4. Degré d’enclavement

4.a Facilité d’accès à la communauté

4.b Moyens de locomotion personnels

4.c Dépenses engagées pour se rendre à la ville la plus proche

5. Pratiques hygiène et santé

5.a Traitement de l’eau pour la consommation du ménage

5.b État de la santé publique (maladies les plus fréquentes)

5.c Accès aux structures de soins basiques

6. Égalité entre les genres

6.a Activités des épouses au sein des ménages

6.b Retards scolaires par rapport à un cursus normal selon le sexe des élèves

7. Éducation et accès à la scolarisation

7.a Accès aux structures scolaires

7.b Retards scolaires par rapport à un cursus normal

13Le module « protection de l’environnement » (tableau n° 2) regroupe les classiques indicateurs d’état, de pression ou de réponse. Ces derniers étant généralement appliqués aux dynamiques forestières : la situation du déboisement au sein des communautés (n° 8.a et n° 8.b), leur géophagie/géosophie vis-à-vis de leur voisinage (n° 8.c), les dynamiques de récupération de la végétation (n° 9.a)… De manière plus originale, il s’intéresse à la perception des populations (n° 10), une dimension souvent laissée pour compte dans les démarches indiciaires. Le rapport au milieu est mesuré à travers différents phénomènes : l’observation des changements environnementaux (Stork de Oliveira, Luttgën, 2005), l’usage des ressources forestières (May et al., 2000) et la capacité d’associer au terme « développement durable » des enjeux environnementaux (Weis et al., 2006). Une autre originalité est d’avoir tenté d’appréhender les dynamiques de biodiversité via l’indice BIODAM (Laques et al., 2009). Cette méthode fait partie des indicateurs « indirects » de biodiversité qui limitent le recours aux relevés faunistiques et floristiques pour se concentrer sur l’évolution des habitats (Chevassus-au-Louis, 2009).

Tableau n° 2. Les différents indicateurs participant au module « protection de l’environnement »

Indicateur

Sous-indicateur

8. Dynamiques de l’environnement

8.a État du déboisement dans la zone d’étude

8.b Respect des zones sensibles (pseudos APP)

8.c Déboisement dans la zone tampon de la communauté

8.d Dynamiques paysagères et de la biodiversité (méthode BIODAM)

9. Pressions sur l’environnement

9.a Proportion des déboisements en régénération forestière (recrûs ou plantations)

9.b Traitement des déchets domestiques

9.c Espace forestier sous pression nécessaire à l’obtention d’un salaire minimum par ménage

10. Perceptions et pratiques environnementales

10.a Attention portée à l’environnement

10.b Association des enjeux environnementaux aux objectifs du développement durable

10.c Usages tirés de la forêt

14Le troisième module s’intéresse aux aspects générationnels et temporels promus par le développement durable (tableau n° 3), souvent mis de côté dans les démarches indiciaires pour les difficultés conceptuelles voire philosophiques qu’ils sous-tendent (Gosseries, 2008). L’idée selon laquelle ce module a été construit est simple : l’indicateur n° 11 s’intéresse à la façon dont les populations interrogées s’estiment satisfaites de leur situation et le n° 12 traite du comportement des nouvelles générations, notamment pour rendre compte des risques d’étiolement des initiatives mises en œuvre (absence de jeunes pour prendre la succession, désintéressement pour les activités pratiquées) ; l’idée étant que si les populations locales ne perçoivent aucun bénéfice pour elles-mêmes ou leurs enfants et que ces derniers ne cherchent pas à reprendre le flambeau, les expériences de développement durable ont de grandes chances de disparaître.

Tableau n° 3. Les différents indicateurs participant au module « besoins du présent et perspectives futures »

Indicateur

Sous-indicateur

11. Perception des changements liés au développement durable et niveau de satisfaction des populations

11.a Évolution du bien-être dans la communauté ces 5 dernières années

11.b Satisfaction vis-à-vis des conditions sur place : la confiance accordée à la communauté pour le futur des enfants

12. Changements générationnels et futur des expériences de développement durable

12.a Exode des jeunes hors de la communauté

12.b Sortie du secteur primaire des aînés garçons

12.c Degré de vieillissement de la population

12.d Niveau d’instruction des différentes générations (enfants/parents) 

15Le dernier module s’intéresse au doublet « organisation interne/partenariat avec l’extérieur ». De nombreuses publications relatives au développement durable ou aux politiques de conservation partent du principe que ce doublet contribue fortement à la durabilité territoriale dans le sens où des communautés bien organisées, volontaires et bien connectées à un réseau de partenaires efficace et diversifié auront plus de facilités à résoudre un certain nombre de problèmes (Moreira Braga, Gonçalves Freitas, 2002 ; Hockings, 2003). Le 13ème indicateur inclut une entrée sur la responsabilisation des communautés vis-à-vis des enjeux de développement durable. Intégrer ce genre de facteur paraissait indispensable car selon les « idées forces » véhiculées par les théoriciens du développement durable, une partie des problèmes rencontrés aujourd’hui à l’échelle planétaire peuvent être réduits grâce à des efforts individuels et quotidiens (consommer moins, trier ces déchets, appliquer des principes de solidarité). Ainsi, des sociétés humaines qui admettent avoir une part de responsabilité dans la réalisation du développement durable auront sans doute plus de chance de s’investir dans des projets de développement durable et d’accepter leurs contraintes.

Tableau n° 4 Les différents indicateurs participant au module « organisation sociale »

Indicateur

Sous-indicateur

13. Soutiens institutionnels de la communauté

13.a Diversification des acteurs gravitant autour de la communauté

13.b Complexité des échelles d’intervention des acteurs

13.c Degré d’interaction entre les acteurs

14. Gouvernance locale et relations intra-communautaires

14. Responsabilité de la population locale dans le développement durable

14.b Complexité des relations sociales

14.c Opinion sur l’organisation communautaire

16Les résultats obtenus aux différentes composantes d’IDURAMAZ sont présentés en annexe sous forme numérique, bien que pour nos communications nous ayons privilégié les représentations en toile d’araignées pour leur caractère plus évocateur, surtout lorsqu’on s’adresse à un public dont le niveau de formation est faible. Les graphiques rendent également les comparaisons entre terrains plus aisées, notamment pour dégager des profils de manière empirique (voir Marchand, 2010). C’est en fonction de ces résultats et du comportement des indicateurs pris individuellement, puis les uns par rapport aux autres, que nous avons pu identifier des facteurs plus importants que d’autres pour décrire la situation de notre échantillon. Les principes de sélection de ces indicateurs clés sont explicités dans la partie suivante.

Définir les indicateurs clés d’IDURAMAZ : gagner en pertinence et faciliter les recherches sur les déterminants de la durabilité

17Depuis le début des années 2000, les créateurs de systèmes d’indicateurs de développement durable se sont efforcés de réduire le nombre des variables qu’ils mobilisaient, conscients que l’exhaustivité risquait de nuire à la compréhension de leur démarche et compliquer la prise de décision (Villalba et al., 2005). C’est ainsi que le système d’indicateurs de la Stratégie Nationale pour le Développement Durable en France (SNDD) est passé de 45 entrées (Ayong le Kama et al., 2004) à 12 indicateurs « phares » fonctionnant en tableau de bord, c’est-à-dire présentés conjointement et sans être agrégés les uns aux autres dans des indices composites (SNDD, 2008). De cette manière, les résultats sont plus facilement intelligibles car ils ne nécessitent pas de passer par la désagrégation des indicateurs composites afin de savoir pourquoi tel ou tel score a été obtenu. Avec 44 sous-indicateurs, IDURAMAZ ne constituait pas un système particulièrement indigeste mais nous souhaitions procéder de cette manière pour gagner en pertinence et faciliter le travail sur les déterminants de la durabilité (analyse des synergies/antagonismes entre variables). Qui plus est, cette réflexion sur le noyau dur permettait de proposer une liste de critères de prime importance lorsqu’il s’agit d’évoquer la durabilité en Amazonie rurale. La liste a été établie avec le concours de preneurs de décisions, de populations locales et d’autres équipes de recherche.

Étudier le comportement des différents indicateurs

18Il n’existe pas de règles précises ni de méthode absolue quant à la manière d’identifier des indicateurs clés. L’OCDE, par exemple, autorise largement l’empirisme. Certaines entrées sont sélectionnées selon leur capacité à être diffusées auprès d’un large public (OCDE, 2004). Les 15 indicateurs prioritaires de l’Organisation du Traité de Coopération Amazonienne (OTCA) pour une utilisation durable des forêts ont été définis par une série de consultations publiques dans les pays y adhérant (le système comptait 77 entrées à l’origine ; MMA, 2006). À l’inverse, le projet DIAMONT a établi la liste de ses indicateurs clés par des modèles mathématiques (Schonthaler, Adrian-Werburg, 2006). Seuls ceux qui synthétisaient le maximum d’information dans les thèmes retenus ont été conservés. La méthode développée par IDURAMAZ mobilise tant l’empirisme que l’utilisation d’outils statistiques. L’objectif était d’obtenir, à la manière de la SNDD, un tableau de bord de moins d’une quinzaine de sous-indicateurs présentant les impacts des projets de développement durable de manière synthétique et facilitant les réflexions sur les déterminants de la durabilité.

  • 6 En raison de la faiblesse de l’échantillon, il était difficile de pouvoir mettre en place des analy (...)

19Afin de distinguer d’éventuelles relations entre les indicateurs, autrement-dit identifier les thèmes discriminants et les éventuelles redondances entre eux, l’une des premières étapes a été de mener des analyses statistiques (ACP, simple analyse des corrélations6) que nous avons couplées ensuite à d’autres critères. Dans l’ACP sur les 14 indicateurs (planche n° 2), certaines thématiques se détachaient au fil des différentes composantes et établissaient, à première vue, une hiérarchie entre celles qui s’avéraient discriminantes et celles qui l’étaient moins : les facteurs environnementaux et économiques sur la première composante (35,59 % de l’information initiale) ; la santé et l’éducation sur la deuxième (18,37 %) ; l’opinion sur le développement durable et la perception environnementale dans la troisième (15,20 %) ; les appuis institutionnels sur la quatrième (9,83 %). Sur les différents axes, les regroupements et/ou oppositions entre indicateurs laissaient entrevoir des relations entre eux. Par exemple, sur la première composante, deux paquets de variables pouvaient être identifiés. Du côté positif : le niveau d’équipement, la situation financière, l’enclavement, l’insertion économique. Du côté négatif : les dynamiques environnementales, les pressions sur les écosystèmes, la perception des problématiques environnementales ainsi que les dynamiques générationnelles. Cette opposition flagrante entre les variables socio-économiques et environnementales montrait que les objectifs fondamentaux du développement durable n’étaient pas accomplis et que, par conséquent, il était indispensable de conserver des indicateurs appartenant à ces deux domaines dans le système pour mettre en exergue ce problème. Les distances relatives entre variables au sein de ces deux paquets, quant à elles, montraient des proximités entre les thèmes retenus, ce que confirmait la matrice de corrélations (tableau n° 5). De fait, certains indicateurs pouvaient devenir dispensables ou devaient être modifiés afin de limiter les problèmes de redondance de l’information. Par exemple, du côté des informations à caractère socio-économique, les entrées de l’indicateur n° 1 (situation financière des ménages) et n° 2 (insertion dans les circuits économiques) étant assez fortement corrélées (+ 0,71), il n’était pas nécessaire de conserver le second thème parmi le noyau dur puisque ses sous-indicateurs évoluaient dans le même sens que ceux du premier. À l’inverse, la corrélation était forte avec le niveau d’équipement et l’enclavement mais ces thématiques ont été conservées pour d’autres raisons. La question du niveau d’équipement a été maintenue parce qu’une fois les entrées relatives aux biens matériels supprimées (n° 3.a et 3.c), la redondance était plus limitée dans les nouvelles analyses statistiques menées. De plus, le sous-indicateur retenu pour illustrer la thématique du niveau d’équipement, l’accès à l’eau et à l’électricité (n° 3.b), était aux yeux des communautés un facteur de prime importance en ce qui concerne les conditions d’existence, l’énergie électrique permettant l’emmagasinement réfrigéré des productions locales ou l’acquisition d’un certain niveau de confort. L’enclavement, pour sa part, a été retenu à cause des nombreuses relations entretenues avec les autres indicateurs (effets positifs sur les conditions d’existence, négatifs sur l’environnement) mais aussi parce que l’accessibilité des zones rurales amazoniennes est au cœur de nombreux débats concernant leur développement durable.

Planche n° 2. Résultats obtenus lors de l’ACP sur les 14 indicateurs

Planche n° 2. Résultats obtenus lors de l’ACP sur les 14 indicateurs

Marchand, 2012, ACP réalisée avec Philcarto

Tableau n° 5. Résultats des corrélations entre les 14 indicateurs d’IDURAMAZ (coefficient de corrélation de Pearson, x1000)

V01

V02

V03

V04

V05

V06

V07

V08

V09

V10

V11

V12

V13

V14

V01 sit_fin

1000

753

724

658

120

272

424

-570

-421

-83

149

-313

-26

-311

V02 inser_eco

1000

578

476

408

126

236

-376

-607

28

267

-276

277

-361

V03 niv_equi

1000

614

352

252

653

-705

-612

-545

-186

-477

-49

-456

V04 enclav

1000

410

-317

61

-603

-579

-469

-201

-379

23

33

V05 sante

1000

-192

-257

-564

-575

-261

50

-193

409

360

V06 genre

1000

368

-184

64

58

586

-36

-87

-404

V07 scolar

1000

-203

28

-366

-393

-375

-100

-682

V08 dyn_env

1000

525

517

104

500

-73

-224

V09 press_env

1000

289

-106

455

-166

212

V10 perc_env

1000

439

376

267

66

V11 perc_DD

1000

225

79

-57

V12 generat

1000

-561

136

V13 instit

1000

125

V14 gv_org_com

1000

20Les exemples donnés précédemment illustrent la manière dont nous avons procédé pour la sélection des sous-indicateurs à faire figurer dans le noyau dur. D’une manière générale, les critères retenus ont été les suivants :

  • la qualité de l’information véhiculée par le sous-indicateur, ce qui fait référence à la façon dont la donnée a été récupérée sur le terrain et à la manière dont l’indicateur a été construit (calibrage de l’échelle de score…) ;

  • la pertinence statistique (faible redondance) et analytique (caractère discriminant de l’indicateur)

  • les enjeux en matière de durabilité identifiés par les populations locales (réunion de restitution réalisée à Brasília en octobre 2009)

  • les critiques et recommandations émises par le reste de la communauté scientifique à l’issue de réunions, communications dans des colloques et lors de la publication d’articles.

21Les sous-indicateurs clés sélectionnés sont présentés dans le tableau n° 6.

Tableau n° 6. Les 13 sous-indicateurs clés du système IDURAMAZ

Module synthétique

Sous-indicateurs retenus

Code du sous-indicateur dans les analyses statistiques

I. Conditions de vie

(1.a +1.b) Revenus des ménages per capita, une fois les revenus de transferts déduits

rev_per

(3.b) Accès à l’eau et à l’électricité

acc_eau_ele

(4.c) Dépenses engagées pour se rendre à la ville la plus proche

dep_vill

(5.c) Opinions des populations quant aux structures de soins basiques

op_sant

(7.b) Retard scolaire par rapport à un cursus normal

ret_scol

II. Protection de l’environnement

(8.a+8.b) État du déboisement dans la communauté et dans les zones sensibles (pseudos APP)

etat_defor

(9.a) Proportion des déboisements en régénération forestière (recrûs ou plantations)

rebois

(10.b) Association des enjeux environnementaux aux objectifs du développement durable

ass_dd_env

III. Besoins du présent et perspectives futures

(11.b) Satisfaction vis-à-vis des conditions sur place : la confiance accordée à la communauté pour le futur des enfants

sat_fut

(12.a) Exode des jeunes hors de la communauté

exod_jeun

IV. Organisation sociale

(13.a et 13.b) Diversité des acteurs gravitant autour de la communauté (type et échelle d’intervention)

div_act

(14.a) Responsabilité de la population locale dans le développement durable

resp_dd

(14.b) Complexité des relations sociales

comp_rel_soc

L’utilisation des indicateurs clés

22Après avoir présenté les critères de sélection des indicateurs clés, intéressons-nous aux avantages d’une telle épuration : faciliter la communication tout en garantissant une perte minimale d’information vis-à-vis d’un système d’indicateurs dans sa version longue, faciliter le travail sur les déterminants de la durabilité.

23Au niveau de la communication, comme il s’agit de critères essentiels tant du point de vue statistique que celui des acteurs locaux et des scientifiques, la restitution des résultats est plus percutante et peut faciliter la prise de décision. L’avantage à fonctionner en tableau de bord et sans indicateurs composites (ou avec un faible niveau d’agrégation entre variables différentes) est qu’il n’est pas nécessaire de fournir un grand effort pour comprendre comment une note a été obtenue dans tel ou tel domaine. Comme dit précédemment, malgré l’éviction d’un bon nombre de critères, l’information véhiculée reste dans les grandes lignes sensiblement la même, comme en témoigne la comparaison des profils obtenus dans l’ACP sur les 14 indicateurs et celle réalisée sur le noyau dur de 13 sous-indicateurs (planches n° 2 et 3). En effet, le clivage entre zones forestières (aires protégées où règne l’extractivisme) et territoires pionniers plus ou moins consolidés (lotissements agricoles, fermes de Sorriso Vivo, RESEX Ciriaco) continue d’être flagrant lorsque les questions environnementales (déforestation) et les conditions de vies sont opposées. Seule exception, le PDS Esperança, lotissement agricole de type « durable » qui se rapproche des zones forestières en raison de la jeunesse de son installation (conditions d’existence précaires) et d’un fort contrôle des règles environnementales en vigueur (consommation forestière réduite). Quelques différences sont toutefois notables. Des thèmes se font plus rapidement discriminants que dans l’ACP réalisée avec la version longue en émergeant sur les deux premiers axes, par exemple : l’organisation interne (représentée ici par la complexité des relations sociales), les soutiens institutionnels (diversité des acteurs présents), la santé (opinion des communautaires sur la santé) ou la perception environnementale (association des enjeux environnementaux au développement durable). Cela est dû au fait d’avoir évincé les sous-indicateurs qui étaient moins significatifs et avaient tendance à rapprocher « artificiellement » les différents terrains étudiés.

Planche n° 3. Résultats obtenus lors de l’ACP sur les 13 sous-indicateurs du noyau dur

Planche n° 3. Résultats obtenus lors de l’ACP sur les 13 sous-indicateurs du noyau dur

Marchand, 2012, ACP réalisée avec Philcarto

24En ce qui concerne l’analyse sur les déterminants quant à la réussite ou les échecs des expériences de développement durable, le fait d’avoir un noyau réduit de variables facilite la prise en compte des éventuelles synergies et antagonismes, aspect pratique notamment pour l’aide à la décision. Nous ne commenterons ici que quelques aspects des résultats obtenus présentés dans le tableau n° 7. Comme annoncé précédemment, il ressort de ce dernier que l’enclavement est un facteur essentiel dans le domaine de la durabilité. En jouant positivement sur les conditions d’existence (+0,53 de corrélation avec les revenus ; +0,62 pour l’aspect sanitaire) et négativement sur les questions environnementales (-0,59 sur les dynamiques de déforestation ; -0,46 pour les reboisements), l’accessibilité des territoires amazoniens continue d’être problématique. Cela fait plus de 30 ans que la question est posée en ces termes paradoxaux (Mello, Théry, 2003) et les programmes de développement durable étudiés ne semblent pas avoir réussi à changer la donne. Autre aspect sur lequel l’accessibilité semble grandement influer : les dynamiques migratoires des jeunes générations. Les espaces plus ouverts sur l’extérieur ne parviennent pas à éviter l’exode rural ce qui peut, à terme, conduire à la dévitalisation des territoires (-0,64). Les problèmes liés aux stratégies migratoires, comme la déforestation dans les nouveaux fronts pionniers ou la consolidation par le vide des anciens (dé-densification humaine, élevage bovin extensif comme seule activité économique) animent la sphère scientifique également depuis une trentaine d’années. Les politiques actuelles en matière de durabilité ne parviennent pas à inverser cette tendance générale. Cela s’explique par le fait que les stratégies migratoires répondent à des logiques qui dépassent les seules conditions d’existence sur place (corrélations négatives avec le revenu et dans une moindre mesure les conditions sanitaires). Les communautés peuvent s’estimer satisfaites des conditions d’existence sur place et pour autant connaître un fort exode pour d’autres motifs : généralement, le manque de structure scolaire/universitaire ou l’absence d’emplois qualifiés pour les enfants formés.

Tableau n° 7. Résultats des corrélations entre les 13 sous-indicateurs du noyau dur (coefficient de corrélation de Pearson, x1000)

V01

V02

V03

V04

V05

V06

V07

V08

V09

V10

V11

V12

V13

V01 rev_per

1000

543

538

286

196

-647

-870

126

168

-528

121

244

-23

V02 acc_eau_ele

1000

204

170

200

-708

-603

-312

-155

227

-98

508

-227

V03 dep_vill

1000

624

-16

-598

-468

115

-360

-645

533

571

344

V04 op_sante

1000

-285

-193

-414

35

-147

-466

486

169

42

V05 ret_scol

1000

-131

-194

-353

-402

42

-408

-24

-308

V06 etat_defor

1000

518

318

203

295

-207

-731

-19

V07 press_anth

1000

-115

-108

474

-18

-168

182

V08 ass_dd_env

1000

392

-188

162

-453

572

V09 sat_fut

1000

-92

-156

-506

5

V10 exod_jeun

1000

-426

-44

-84

V11 div_act

1000

93

659

V12 resp_dd

1000

-103

V13 compl_org_com

1000

25Sur le plan économique, il est opportun de souligner que malgré quelques avancées obtenues, les « géosophes », pour reprendre l’expression de M. Droulers (2004), continuent d’être plus pauvres que les « géophages » (-0,65 de corrélation entre les revenus per capita et l’état du déboisement). Cela est lié au fait que les activités extractivistes et paysannes sont moins rémunératrices mais aussi que les circuits commerciaux empruntés ne sont pas toujours les plus rationnels, voire répondent à des logiques mal prises en compte par les projets de développement durable. À titre d’exemple, les filières différenciées pratiquent souvent le paiement différé alors que le manque de liquidités au niveau local est important. Par conséquent, les producteurs se tournent vers les filières classiques car même si elles sont moins lucratives, elles payent immédiatement.

26Sur le plan des impacts écologiques, les croisements entre le sous-indicateur choisi pour illustrer la conscience environnementale (n° 10.b) et les soutiens extérieurs puis entre ces mêmes soutiens extérieurs et la capacité à se responsabiliser pour le développement durable (n° 14.a) établissent une quasi-indépendance (respectivement 0,16 et 0,11). Ces résultats tendent à confirmer une hypothèse initiale du programme DURAMAZ : malgré la diversité des acteurs présents, certains messages relatifs à la durabilité ou à la protection des écosystèmes peinent à être diffusés auprès des populations interrogées. Plusieurs facteurs semblent concourir à ce constat d’échec comme le niveau très faible d’éducation, ce qui ne facilite pas la compréhension des discours de certaines ONG et acteurs de terrains. Citons également la résistance plus ou moins volontaire des communautés à ces principes. Ce facteur ne doit pas être négligé car les griefs des populations paysannes amazoniennes contre les « écologistes » sont assez prononcés. En effet, comme dans les campagnes françaises, l’écologiste ou toute personne montrant un intérêt pour l’environnement est perçu comme celui qui est là pour interdire ou imposer une autre volonté (Benhammou, 2007). Dans l’ensemble, les résultats obtenus à travers IDURAMAZ soulignent un certain nombre de failles dans la communication mise en place par les entités qui travaillent avec les communautés rurales. Enfin, l’indépendance (-0,11) entre la conscience environnementale (n° 10.b) et les dynamiques de reboisement (n° 9.a) tend à démontrer qu’au sein de l’échantillon, joindre l’acte à la parole est encore difficile, que le fait d’être conscient de son rôle dans les pressions environnementales ne suffit pas à tenter de les réduire. Dans ce domaine, les mesures restrictives (reboisements obligatoires, clauses écologiques à l’achat des productions ou à l’octroi de crédits ruraux, contrôle des organismes de certification…) sont plus efficaces que le simple volontarisme. En témoignent les résultats des terrains comme l’APA do Igarapé Gelado ou les lotissements du Rondônia, où les contraintes sont nombreuses pour la réduction des pressions écologiques, comparés aux fermes de Sorriso vivo, où les efforts environnementaux reposent sur le bon-vouloir des propriétaires terriens. Si l’éducation environnementale est nécessaire, notamment pour faciliter la compréhension d’un discours complexe et l’adhésion à des mesures potentiellement restrictives, elle n’est pas une condition suffisante pour le changement de comportements plus ou moins prédateurs.

27En ce qui concerne les appuis institutionnels et la structuration interne (appartenance à des réseaux sociaux variés), les corrélations avec les sous-indicateurs des autres modules tendraient à minimiser leurs apports dans la durabilité territoriale. Or, s’il est vrai que les intervenants extérieurs éprouvent des difficultés à véhiculer certaines idées, à inciter les jeunes à rester sur place ou encore à contribuer véritablement à la hausse des revenus, tout n’est pas non plus de leur responsabilité. En effet, l’accès à la santé, à l’éducation, à l’eau ou à l’électricité ne dépend pas seulement de l’organisation communautaire et des partenariats établis, d’autres logiques entrent en ligne de compte : politiques, démographiques mais surtout économiques… Pour ces critères, la faiblesse des corrélations est donc somme toute logique. En revanche, la présence d’acteurs et de projets locaux a une incidence largement positive sur les territoires étudiés au niveau de l’organisation interne. En effet, la corrélation positive entre la diversité des acteurs gravitant autour des communautés et la manière dont celles-ci sont structurées (0,66) démontre une synergie entre les deux phénomènes. Cela s’explique par le fait qu’en Amazonie, l’une des étapes préalables et indispensables à la réalisation d’un projet local ou à l’obtention de certains bénéfices sociaux (microcrédits, PSE) est la constitution d’une association. Une fois l’association constituée et dotée de partenaires extérieurs, elle peut chercher à résoudre d’autres problèmes locaux et développer de nouveaux projets. Elle pourra alors mettre en place, selon les besoins, d’autres structures comme des coopératives ou des groupes de travail genrés (association de femmes), les partenaires extérieurs pouvant les aider dans leurs démarches (rédaction de statuts, recours administratifs). Il en résulte une meilleure organisation interne et la possibilité de voir de nouvelles actions collectives voir le jour afin de faire évoluer la situation de la communauté.

Conclusion

28Nous avons présenté dans cet article la mise en place d’un système d’indicateurs locaux de durabilité, et ses principaux résultats, à savoir la mise en valeur :

  • d’une accessibilité aux effets ambivalents sur les conditions d’existence et les dynamiques environnementales ;

  • de l’effet positif des mesures contraignantes sur le plan environnemental (clauses écologiques à l’octroi de certains bénéfices) ou encore la synergie entre l’organisation interne et externe ;

  • des lacunes enregistrées en matière d’éducation environnementale (compréhension moyenne ou médiocre des problématiques écologiques) ou encore le manque d’attractivité des filières différenciées.

29Nous avons également montré comment le système pouvait être réduit de 44 sous-indicateurs à un noyau dur de 13 sous-indicateurs clés. L’objectif d’une telle réduction était de renforcer la souplesse du système ainsi que son potentiel de communication et d’aide à la décision au niveau local, tout en conservant le plus possible d’information.

30L’ensemble proposé permet de donner aux acteurs locaux des éléments tangibles afin d’orienter les futures actions sur les territoires étudiés. Lors des différentes réunions de restitution, nous avons vu que les communautés pouvaient s’approprier aisément le système IDURAMAZ surtout dans sa version raccourcie. Dans le village de São João do Tupé, lors d’une présentation en janvier 2011, les habitants présents ont rapidement compris que les indicateurs pouvaient constituer des arguments de poids lors de leurs revendications concernant les conditions de vie locales. En voyant les scores obtenus dans les autres terrains, les populations locales ont pu juger de leur situation et forger un plan d’action pour obtenir ce qui leur faisait défaut. Enfin, il semble opportun de souligner que le noyau dur présenté ici n’est pas figé. Les discussions actuelles et celles à venir au sein du projet DURAMAZ 2 (à partir de janvier 2012) pourront le faire évoluer notamment par l’intégration de nouveaux thèmes comme le maintien de savoirs attachés à la biodiversité (dimension culturelle), la durabilité de la chasse/pêche ou encore les changements climatiques.

31La mise en place d’un système d’indicateurs dans le cadre du projet DURAMAZ nous a permis de dégager quelques réflexions plus larges sur ce genre de dispositif. En premier lieu, on peut souligner le défi représenté par le dialogue interdisciplinaire, qui a servi de « fondations » à la construction du système d’indicateurs. Bien que fertile, il n’est pas sans difficulté. On remarquera ensuite que l’un des grands avantages du système est de permettre la comparaison, sur un ensemble de points précis, de situations qui sont objectivement très différentes, montrant que les découpages traditionnellement opérés entre populations forestières et celles des fronts pionniers peuvent être tour à tour tenaces ou caduques en fonction des thèmes traités. Au sein de ce dispositif, la géographie a joué un rôle clé en proposant certains des outils utilisés (SIG et analyses paysagères, par exemple) ou en assurant le lien entre les thématiques traitées. Elle a aussi pu faire profiter les autres disciplines de sa capacité à circuler entre les échelles d’analyse, ce qui s’est ressenti dans la façon de construire certains indicateurs (scores replaçant les localités étudiées dans des perspectives plus larges).

32Au vu des nombreuses critiques émises par la géographie française à l’égard des indicateurs du développement durable (Arnould, Clément, 2004 ; Veyret, Arnould, 2008), le travail réalisé ici montre que notre discipline n’est pas nécessairement incompatible avec ce type d’analyse, bien au contraire. Il importe cependant de bien encadrer l’analyse, de manière à ne pas faire dire aux indicateurs ou aux comparaisons plus que ce qu’ils ne signifient. On peut aussi noter que les réflexions menées sur IDURAMAZ peuvent servir dans d’autres contextes. Le noyau dur présenté ici nous paraît en effet suffisamment universel (au niveau des thématiques traités) et suffisamment simple (au niveau des méthodes de construction des indicateurs à partir de données collectées in situ) pour être appliqué dans d’autres zones forestières où la synthèse entre les questions sociales et environnementales demeure problématique.

Haut de page

Bibliographie

Almeida Cl.M., Maracajá P.B, Ferreira da Silva J., Cunha de Vasconcelos Martins J., Silva Thé Ponte F., 2008, « A sustentabilidade da atividade apícola em duas comunidades no munícipio de Caráubas-Rio Grande do Norte », Revista Verde, vol. 3, No 1, 83-107

Arnould P., Clément V., 2004, « Forêts et développement durable. De l’impératif de la durabilité à la question controversée des indicateurs », Historiens et géographes, No 387, 163-173.

Ayong Le Kama A., Lagarenne Ch., Le Lourd Ph., 2004, Indicateurs nationaux du développement durable : lesquels retenir ? Rapport du groupe interministériel sur les indicateurs présenté à la Cour des Comptes et de l’Économie de l’Environnement (septembre 2003-mars 2004), disponible à l’adresse Internet : http://www.ecologie.gouv.fr/IMG/pdf/rapport_etat_dd.pdf

Benhammou F., 2007, Crier au loup pour avoir la peau de l’ours. Une géopolitique locale de l’environnement à travers la gestion et la conservation des grands prédateurs en France, Thèse de doctorat en sciences de l’environnement, Ecole Nationale du Génie Rural, des Eaux et Forêt de Paris, 665 p.

Boutaud A., 2005, Le développement durable penser le changement ou changer le pansement ? Thèse de doctorat en science et génie de l’environnement, École Nationale Supérieure des Mines de St-Étienne/ Université Jean-Monnet, 415 p.

Chevassus-au-Louis B., 2009, Approche économique de la biodiversité et des services liés aux écosystèmes, Rapport au Centre d’Analyse Stratégie, disponible à l’adresse Internet : http://www.strategie.gouv.fr/IMG/pdf/04Rapport_biodiversite_28avril2009_.pdf

Droulers M., 2004. L’Amazonie. Vers un développement durable. Paris, Armand Colin, 219p.

Fernandes A.-V., Silva L.-M., Khan A.S., 1997, « Reserva Extractivista do Rio Cajari. Sustentabilidade e Qualidade de vida », Revista de Economia e Sociologia Rural, vol 35, No 3, 119-140

Jégou A., 2007, « Les géographes français face au développement durable », L’information géographique, No 71, 19-28

Gosseries A., 2008, « Les théories de la justice intergénérationnelle. Synopsis à l’usage des durabilistes pressés », Raison Publique, No 8, 7-28

Hockings M Stolton S., Leverington F., Dudley N., Coureau J., 2003, Evaluating Effectiveness A framework for assessing management effectiveness of protected areas (2nd Edition), Gland, IUCN, 105 p.

Laques A.E., Léna P., De Robert P. (sous la Dir. de J.-L. Guillaumet), 2009, Un outil pour la gestion durable des territoires : la spatialisation de la biodiversité, Paris, IRD éditions Coll. Latitude 23

Le Tourneau F.-M., Droulers M. (Dir), 2011, L’Amazonie brésilienne et le développement durable. Leçons du projet Duramaz, Paris, Belin, 478 p.

Lobato Ribeiro A., 2002, Modelo de indicadores para mensuração do desenvolvimento sustentável na Amazônia, Thèse de doctorat en sciences du développement socio-environnemental, Belém, Université Fédérale du Pará, 375 p.

Marchand G., 2010, Un système d’indicateurs pour évaluer les impacts des politiques de développement durable dans les zones rurales d’Amazonie brésilienne : l’expérience IDURAMAZ, Thèse de doctorat em géographie, Université Paris III/IHEAL, 456 p., http://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00536985_v1/

May P., Veiga Neto F., Chévez Pozo O., 2000, Valoração econômica da biodiversidade. Estudos de caso no Brasil, Brasília, Ministério do Meio Ambiente, 200 p.

Mello, N.A., 2002, Políticas publicas territoriais na Amazônia brasileira, conflitos entre conservação e desenvolvimento, Thèse de doctorat en géographie, Université São Paulo-Paris X Nanterre, 359 p.

Mello N.A., Théry H., 2003, « L’État brésilien et l’environnement en Amazonie, évolution contradictions et conflits », L’espace Géographique, 2003-1, 3-20

MMA, 2004, « PPG-7. Subprograma Projetos Demonstrativos. Estudos da Amazônia : avaliação de 20 projetos ». Experiências PDA, No 5, 80 p. 

MMA, 2006, Consulta Nacional Sobre Critérios e Indicadores de Sustentabilidade da Floresta Amazônica no Âmbito do Processo de Tarapoto. Rapport final, Brasília-DF, 112p.

Moreira Braga T., Gonçalves de Freitas A.P., 2002, « Índice de Sustentabilidade Local : uma avaliação da sustentabilidade dos municípios do entorno do Parque Estadula do Rio Doce (Minas Gerais) », Encontro da Associação Brasileira de Estudos Populacionais (ABEP), 13ème édition, 4-8 novembre 2002, Ouro Preto (Minas Gerais), 16 p.

Nijkamp P., Van den Bergh J., Soeteman F., 1991, « Regional sustainable and natural resource use », Proceedings of the World Bank annual conference on economic developement, 153-188.

OCDE, 2004, OECD key environmental indicators, Paris, OECD Environment Directorate, 38 p.

Prescott-Allen R., 2003 (édition anglophone en 1997), Le bien-être des nations, indice par pays de la qualité de vie et de l’environnement, Paris, Éditions Eska, 368 p.

Schonthaler K., Adrian-Werburg S., 2006, Identification and selection of indicators. Munich, Rapport du WP 7 du projet DIAMONT (Data Infrastructure for the Alps/ Mountain Orientated Network Technology), 188 p., http://www.uibk.ac.at/diamont/downloads/workpackages/WP7_finalreport_070514.pdf

SNDD, 2008, Agir dans la dynamique européenne. 12 indicateurs « phares » de développement durable, Paris, Ministère de l’écologie et du développement durable, 28 p.

Stork de Oliveira D., Luttgën M, 2005, « Conflitos territoriais e percepção ambiental no município de Timóteo, Vale do Aço Mineiro », Simpósio Nacional sobre Geografia, Percepção e Cognição do Meio Ambiente, 15 p.

Theys J., 2002, « L’approche territoriale du développement durable, condition d’une prise en compte de sa dimension sociale », Développement Durable et Territoires, dossier No 1 : « Approches territoriales du développement durable », mis en ligne le 23 septembre 2002, disponible à l’adresse Internet : http://developpementdurable.revues.org/document1475.html.

Veyret Y., Arnould P. (dir), 2008, Atlas des développements durables, Paris, Autrement, 88 p.

Vilain L. (dir.), 2003, La méthode IDEA. Indicateurs de durabilité des exploitations agricoles. Guide d’utilisation, Dijon, Educagri editions, 151 p.

Villalba B., Goxe A., Lipovac J.-C., 2005, « Évaluer le développement durable : enjeux, méthodes, démarches d’acteurs. », Développement durable et territoire, Points de vue, mis en ligne le 15 décembre 2005, disponible à l’adresse Internet : http://developpementdurable.revues.org/document1676.html

Weiss K., Moser G., Germann C.,2006, « Perception de l’environnement, conceptions du métier et pratiques culturales des agriculteurs face au développement durable », Revue Européenne de psychologie appliquée, No 56, 73-81.

Haut de page

Notes

1 Fond créé en 2008 et destiné à recevoir des donations non remboursables pour l’exécution de projets de développement durable en Amazonie. Administré par la BNDES, il reprend à peu près les mêmes thématiques que le PPG-7 (consolidation des aires protégées, des ZSEE, la mise en place de projets locaux) en accentuant davantage sur la partie déforestation/émissions de GES. La Norvège, par exemple, s’est engagée à verser un milliard de dollars sur 7 ans. Le budget de fonctionnement prévu l’année 2009-2010 s’élèvait à 167 millions d’euros. Chiffres obtenus à l’adresse Internet : http://www.brasil.gov.br/noticias/arquivos/2010/04/05/fundo-amazonia-investira-r-400-mi-em-projetos-comunitarios

2 « Les déterminants géographiques, démographiques et socio-économiques de la durabilité en Amazonie brésilienne » (Projet financé par l’Agence Nationale de la Recherche, 2006-2010)

3 http://halshs.archives-ouvertes.fr/view_by_stamp.php?halsid=r3i5pkc9aunbqc4l1qie8rtdb5&label=DURAMAZ&langue=fr&action_todo=browse_byLast&orderby=ordre_date&submit=1&begin_at=0

4 Pesquisa Nacional por Amostra de Domicílios. Enquête annuelle sur un certain nombre de critères socioéconomiques.

5 Nous rappelons que les principes ayant guidé la construction des indicateurs et leurs méthodes de calcul sont intégralement disponibles à l’adresse Internet http://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00536985_v1/

6 En raison de la faiblesse de l’échantillon, il était difficile de pouvoir mettre en place des analyses de régressions multiples, les indicateurs ont donc été comparés deux à deux (il aurait fallu au moins 30 terrains pour des analyses à 3 variables).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Planche n° 1. Présentation des différents terrains et des initiatives de développement durable passées ou en cours
Crédits Marchand, Le Tourneau, 2012
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/25448/img-1.png
Fichier image/png, 1,1M
Titre Planche n° 2. Résultats obtenus lors de l’ACP sur les 14 indicateurs
Crédits Marchand, 2012, ACP réalisée avec Philcarto
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/25448/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Titre Planche n° 3. Résultats obtenus lors de l’ACP sur les 13 sous-indicateurs du noyau dur
Crédits Marchand, 2012, ACP réalisée avec Philcarto
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/25448/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/25448/img-4.png
Fichier image/png, 25k
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/25448/img-5.png
Fichier image/png, 65k
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/25448/img-6.png
Fichier image/png, 90k
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/25448/img-7.png
Fichier image/png, 59k
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/25448/img-8.png
Fichier image/png, 41k
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/25448/img-9.png
Fichier image/png, 38k
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/25448/img-10.png
Fichier image/png, 76k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Guillaume Marchand et François-Michel Le Tourneau, « Identifier les facteurs clés d’un système d’indicateurs de développement durable : l’expérience du projet DURAMAZ sur l’Amazonie brésilienne », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Politique, Culture, Représentations, document 614, mis en ligne le 21 juillet 2012, consulté le 25 juin 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/25448 ; DOI : 10.4000/cybergeo.25448

Haut de page

Auteurs

Guillaume Marchand

Professeur visitant étranger au Centre des Sciences de l’environnement de l’Université Fédérale de l’Amazonas (boursier CAPES_PVE)
gaelmarch@yahoo.fr

Articles du même auteur

François-Michel Le Tourneau

Directeur de recherche au Centre de Recherche et de Documentation sur les Amériques (CREDA/CNRS)
fmltosny@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page