Navigation – Plan du site
2012
617

Figures et Unité de l’idée de montagne chez Alexandre von Humboldt

Bernard Debarbieux
Traduction(s) :
The various figures of Mountains in Humboldt’s Science and Rhetoric1

Résumé

Bien que la montagne soit omniprésente dans ses écrits, Alexandre von Humboldt n’a consacré aucun de ses ouvrages en particulier à ce type de région ou de milieu. Cet essai propose d’expliciter le statut de la montagne en tant que catégorie de la connaissance dans la vision du monde qu’Humboldt a élaborée. Plus précisément, cet essai montre que derrière la diversité apparente des façons qu’il a de mobiliser la notion, il existe une cohérence d’ensemble dont il n’a jamais véritablement rendu compte lui-même.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Toutefois, quelques publications s’intéressent à la question, mais à une échelle régionale, comme p (...)

1Alexandre de Humboldt fut un auteur très prolifique, la chose est bien connue. La référence à la montagne est omniprésente dans ses écrits. Pourtant il n’a consacré aucun de ses textes à cette catégorie du vocabulaire savant et n’explicite donc jamais précisément comment il la conçoit. Tout au long des deux siècles qui ont suivi son voyage inaugural en Amérique, Humboldt a eu de très nombreux commentateurs et ses travaux ont fait l’objet d’innombrables analyses. Mais aucune d’entre elles n’a cherché à circonscrire de façon systématique la place de la montagne dans l’ensemble de l’œuvre de Humboldt1. C’est ce que ce texte s’efforce de faire ici : il propose une réflexion sur le statut de la montagne en tant que catégorie de la connaissance chez Humboldt ; plus précisément, il montre que derrière l’omniprésence de la montagne dans les écrits de Humboldt, derrière la diversité apparente des façons qu’il a de mobiliser la notion, il existe une cohérence d’ensemble, jamais véritablement explicitée par Humboldt lui-même, qui motive cette omniprésence et cette diversité.

« L’unité dans la diversité des phénomènes »

2En première analyse, les montagnes ne constituent jamais, dans l’œuvre de Humboldt, qu’une famille d’objets parmi d’autres. Il ne pouvait en être autrement pour un savant qui se faisait fort de s’intéresser à quantité de phénomènes différents : la forme des continents, la répartition des plantes, le système des astres, la structure de l’écorce terrestre et du magma profond, la température des océans, les ruines des civilisations amérindiennes, les langues, etc. Dans la célèbre lettre que Humboldt adresse à Schiller en 1794, l’année de ses 25 ans, dans laquelle il construit, dans un style presque halluciné, la liste des questions qui l’agitent, toutes ont rapport avec des phénomènes généraux, aucune à un type de milieu particulier :

« L’harmonie générale dans la forme ; le problème de savoir s’il y a une forme de plante originelle, qui se présente sous des milliers de gradations ; la répartition des formes sur la surface de la Terre ; les diverses impressions de joie et de mélancolie que le monde des plantes produit sur les hommes sensibles, le contraste entre la masse rocheuse, morte, immobile, et même entre les troncs des arbres qui semblent inorganiques, et le tapis végétal vivant qui revêt en quelque sorte, délicatement, le squelette d’une chair plus tendre ; l’histoire et la géographie des plantes, c’est à dire la description historique de l’extension générale des végétaux à la surface de la terre, une partie non étudiée de l’histoire générale du monde ; l’investigation de la plus ancienne végétation primitive dans ses monuments funèbres (pétrification, fossilisation, charbons minéraux, houilles) ; l’habitabilité progressive de la surface du globe, les migrations et les trajets des plantes (…) les confusions générales qui se sont produites dans la géographie des plantes à la suite des colonisations ; tels sont à mes yeux, les objets qui me paraissent dignes d’attention et presque entièrement non abordés. Je m’en préoccupe constamment, mais le bruit autour de moi à ce sujet m’empêche de m’y livrer d’une manière systématique. Je vois que je me suis exprimé presque comme un dément ; cependant, j’espère que vous éprouverez tout à fait mes propres sentiments » (cité par Minguet, 1969, p77).

  • 2 A ce sujet, Jean Marc Drouin a écrit de lui : « Humboldt occupe une position épistémologique très o (...)

3En outre, cette curiosité, qui a pu paraître désordonnée et excessive, alimente un projet de connaissance qui se veut intégrateur de tous ces éléments, « unitaire »comme il le répète lui-même, holiste comme nous dirions maintenant. Rappelons en effet que si la pensée de Humboldt, fortement influencée par les Encyclopédistes, vise à produire quantité de connaissances particulières, ce sont toujours les relations entre les observations de détail et entre les phénomènes de nature différente qui l’intéressent véritablement. En introduction au Cosmos qu’il conçoit comme la grande synthèse de ses travaux, il écrit : « dans l’ouvrage qui nous occupe, les faits partiels ne seront considérés que dans leur rapport avec le tout » (Humboldt, 2000 (1845), I, p. 67)2. Rappelons aussi que dans ce même ouvrage, Humboldt présente la nature comme un champ de forces qui tendent vers l’équilibre :

« Partout s’étend le redoutable empire des puissances de la nature qui ont apaisé l’antique discorde des éléments et les forcent à s’unir dans les régions orageuses du ciel, comme ils s’unissent pour former le tissu délicat de la substance animée » (Humboldt, 2000 (1845), I, p. 405) 

4Quarante ans plus tôt, il formulait déjà cette même idée :

« L’équilibre général qui règne au milieu de ces perturbations et de ce trouble apparent est le résultat d’une infinité de forces mécaniques et d’attractions chimiques qui se balancent les unes par les autres » (Humboldt, 1805, p. 45).

5Rappelons enfin que cet équilibre des forces coïncide avec le sentiment d’harmonie qui, toujours selon Humboldt, se dégage de la contemplation de la nature :

« La nature (…) est l’unité dans la diversité des phénomènes, l’harmonie entre les choses créées dissemblables par leur constitution propre, par les forces qui les animent ; c’est le Tout pénétré d’un souffle de vie » (Humboldt, 2000 (1845), I, p. 38).

6Par conséquent, rien dans les motivations profondes qu’il affiche, ni dans sa soif de savoir, ne justifiait qu’Humboldt s’intéressât à la montagne en particulier. Pourtant tout au long de sa vie et au fil de ses écrits qui courent de 1790 à 1859, les montagnes occupent une place à la fois fondamentale et très particulière dans son expérience, dans sa méthode et dans sa vision du monde. Il le reconnaît souvent lui-même, notamment dans l’introduction d’un livre de gravures consacré aux volcans andins :

« La configuration de grandes masses montagneuses, les contours si divers des hautes cimes, situées comme des bas fonds au milieu des agitations de l’Océan atmosphérique, sont au nombre des éléments qui constituent ce que l’on peut appeler la Physionomie de la Nature. L’aspect des montagnes ne contribue pas moins que les formes, la grandeur et le groupement des plantes, non moins que les différentes espèces d’animaux, que la nuance de la voûte céleste et l’intensité de la lumière réfléchie, à déterminer le caractère du paysage et l’impression générale que l’homme reçoit des différentes zones de la terre » (Humboldt, 1854, p. 6).

7On pourrait chercher l’explication d’une telle attention dans plusieurs directions. Tout d’abord dans ses expériences de jeunesse, notamment lors de sa formation de géologue qui l’entraîne dans plusieurs régions des Mittelgebirge allemandes et des Alpes, à une époque où les théories relatives à la formation des chaînes de montagne constituent la grande question de la géologie. On pourrait aussi chercher cette explication dans l’influence de l’esthétique paysagère du 18e siècle, mais aussi de sa longue et intense fréquentation des Romantiques allemands, Goethe notamment. Mais, sans dénier une part de pertinence à chacune de ces pistes, elles ne seront pas privilégiées ici. En effet, elles consistent à chercher des explications exogènes au corpus lui-même, relatives à des expériences personnelles et à un supposé « esprit du temps » ; elles prennent le risque d’oblitérer des motivations qui participent de la cohérence de son discours. C’est plutôt la contribution de l’invocation multiforme de la montagne à cette cohérence d’ensemble de la pensée qui constituera le fil directeur de ce texte.

8Dans ces conditions, l’argument de cet article est organisé en plusieurs temps. Seront distinguées différentes « figures » de la montagne, autrement dit différentes façons de mettre la montagne au service de son projet scientifique. La liste de ces figures apparaît toute seule avec le plan de ce texte. Puis, à la fin du texte, ayant pris acte de la diversité des statuts de la montagne dans ses diverses contributions, on tentera d’identifier ce qui les unit.

Lexique : une catégorie omniprésente mais indéterminée

  • 3 Au demeurant, cette idée est assez ancienne. On la trouve très développée chez Philippe Buache (175 (...)

9Une des tâches que se donne Humboldt tout au long de sa vie est de comprendre la forme des continents pris dans leur ensemble et la « configuration du sol »qui les caractérise. Pour cela, il a recours à une typologie des formes de relief qui est assez grossière : plaines, plateaux, collines, montagnes, vallées constituent son vocabulaire de base. Il s’efforce peu de définir chacun de ces termes consacrés par l’usage, mais il se fait fort d’en relativiser la pertinence. Ainsi il écrit dans Cosmos : « les parties unies des continents auxquelles nous donnons le nom de plaines ne sont en réalité que les croupes extrêmement larges de collines et de montagnes dont les pieds gisent au niveau du fond de la mer. En d’autres termes, chaque plaine est un plateau par rapport au sol sous-marin » (Humboldt, 2000 (1845), I, p. 276)3. Autrement dit, sous sa plume, chacun de ces termes ne désigne pas une catégorie d’objets en soi, mais l’apparence d’une forme sous un certain point de vue.

  • 4 Tout au long de son Asie Centrale (1843), il exprime une grande reconnaissance pour Stanislas Julie (...)
  • 5 Il discute le nom donné à un volcan de la région de Quito de la façon suivante : « les académiciens (...)

10Certes il est curieux des langues, peut être sous l’influence de son frère Guillaume, linguiste notoire, et des toponymes. Mais la réflexion qu’il conduit sur les unes et les autres est rarement motivée par un souci de classification et d’objectivation des formes elles-mêmes. Quand il traite des langues, c’est surtout pour en faire un outil de compréhension de la diffusion de l’espèce humaine et de la répartition des groupes humains à la surface de la Terre. Il est beaucoup plus rare qu’il y cherche un indice de la relation que les peuples tissent avec leur environnement, par exemple quand il s’intéresse aux façons de nommer les catégories de relief dans différentes langues (Humboldt, 1843, I, p. 58-9). Par contre, il réfléchit souvent à la toponymie : il commente l’étymologie du Chimborazo (Humboldt, 1850-1 (1849), 2, p. 41), mobilise des traducteurs quand il veut accéder au sens des appellations utilisées par des générations de cartes chinoises4, propose parfois d’adopter des toponymes plus proches des usages indigènes5, constate aussi les différences d’usage du mot « Oural »entre cartographes et géographes d’une part, et populations locales d’autre part (Humboldt, 1843, 1, p. 472). Enfin, ici et là, il préconise une terminologie plus adaptée au résultat de ses observations topographiques. Ainsi, pour l’Atlas et l’Altaï, il écrit :

« Des termes significatifs, appliqués particulièrement à la configuration ou au relief de la surface terrestre, et inventés en un temps où on ne pouvait arriver qu’à une connaissance très incertaine du sol et de ses rapports hypsométriques, ont fait naître en géographie, des erreurs multipliées et durables. L’ancienne dénomination ptoléméenne de Grand et de Petit Atlas est un exemple de ce genre (…) L’opinion d’après laquelle il y a un grand et un petit Atlas est aussi peu fondée que celle qui, ainsi que je l’ai fait voir, distingue un grand et un petit Altaï. Il n’y a qu’une seule montagne de l’Atlas » (Humboldt, 1850-1 (1849), II, p. 132).

  • 6 voir par exemple ce qu’en dit Oerlemans 2002.

11Par conséquent, s’il est très soucieux d’adopter une terminologie de détail précise et raisonnée, Humboldt semble peu intéressé à définir les familles de formes de relief et de réfléchir au système de catégories sur lequel une science descriptive repose nécessairement. En cela, il se distingue fortement de la plupart de ses contemporains et successeurs6. Le terme « montagne »est donc généralement utilisé de façon assez vague et grossière, suffisante pour circonscrire les principales éminences de relief sans les caractériser davantage.

Repères : les montagnes et la « configuration de la terre »

12Cela ne l’empêche pas de faire du mot « montagne », l’un de ses principaux descripteurs quand il traite de la configuration du sol d’un continent. L’objectif qu’il s’assigne alors est de localiser ces chaînes de montagnes, d’en comprendre la géométrie d’ensemble et de la rapporter à la forme d’ensemble de chacun des continents.

Le voyage au Cassiquiare ou la critique des théories hydrographiques dominantes

  • 7 Humboldt écrit tantôt Cassiquiare, tantôt Cassiquiaré.

13La première étape du grand voyage qu’il entreprend entre 1799 et 1804 avec Aimé Bonpland le conduit aux confins des bassins de l’Orénoque et de l’Amazone. Elle le porte à s’intéresser à la complexité des rapports entre chaînes de montagnes et bassins hydrographiques. Certes, si l’on se fie à la Relation historique de ce voyage, cette étape est l’occasion pour Humboldt de procéder à quantité d’observations diverses, sur la nature des roches apparentes, les espèces d’arbres, la densité de population dérisoire des peuplements indigènes, à des cas d’anthropophagie, à la température des eaux courantes, à la consommation de fèves de cacaoyers sauvages, à la densité variable de moustiques, ou encore à la reconnaissance des étoiles qui constellent le ciel nocturne quand les vapeurs de la forêt lui en laissent la liberté, pendant que Bonpland procède essentiellement à des relevés botaniques. Toutefois, l’objectif principal de cette première étape du voyage est de comprendre l’agencement des reliefs de cette partie du continent. Car cette région fait l’objet d’une querelle durable entre géographes, explorateurs et cartographes : il s’agit de savoir si les sources de l’Orénoque et du Rio Negro sont localisées dans les Andes, et si une grande chaîne de montagnes sépare les bassins de ces deux cours d’eau considérables. Pour Humboldt, l’affaire est tranchée : sur la foi de témoignages divers, d’explorateurs et de savants qui l’ont précédé, ainsi que d’administrateurs espagnols, ces sources ne sont pas situées dans les Andes et il n’existe aucune ligne de reliefs notable entre les deux bassins versants. Mieux, un bras de rivière, baptisé Cassiquiaré7, mettrait en communication les deux grands cours d’eau :

« depuis un demi-siècle, personne dans ces missions (espagnoles) ne doutait plus de la communication qui existe entre ces deux grands systèmes de rivières. Le but important de notre navigation se réduisait donc à fixer, par des observations astronomiques, le point de son entrée dans le Rio Negro, et celui de la bifurcation de l’Orénoque » (Humboldt, 1814-25, II, p. 490).

  • 8 C’est notamment le cas des cartes de de l’Isle, de Condamine et d’Anville. Humboldt mentionne la ca (...)

14Mais des cartographes et des géographes persistent à dire le contraire. L’idée d’une communication entre deux bassins hydrographiques différents parait absurde à ceux qui veulent absolument déduire le dessin des montagnes de celui des rivières. Humboldt connaît leurs arguments et les cartes qui en résultent8. Son itinéraire, et en particulier la remontée en 10 jours du cours du Cassiquiare, visent à prouver l’absence de montagnes là où des géographes les imaginent et là où des cartographes les dessinent. Ce faisant, il vise en particulier le célèbre géographe français, Philippe Buache, qui, cinquante ans plus tôt, avait systématisé cette relation supposée entre bassins fluviaux et chaînes de montagnes, un savant dont Humboldt lui-même écrit pourtant que « les travaux ont été si utiles aux progrès de la géographie » (Humboldt, 1814-25, II, p. 537). Il commente en particulier une des cartes dessinées par ce dernier et met en scène de façon ironique son propre voyage dans l’espace de la carte de son prédécesseur :

  • 9 Dans d’autres textes, il adopte un ton plus analytique, mais aussi moins ironique et plus sévère à (...)

« La carte générale de la Guyane (de Buache) publiée en 1798 (…) fait passer une chaîne de montagnes à travers la plaine (…) Cette chaîne est supposée (…) former un point de partage entre l’Orénoque et celles du Rio Negro et du Cassiquiaré (…) Dans une note ajoutée à cette carte, il est dit que ‘la communication supposée entre l’Orénoque et l’Amazone est une monstruosité en géographie que la carte de la Cruz a multiplié sans fondement et que pour rectifier les idées sur ce point, il convient de reconnoître la direction de la grande chaîne qui fait le partage des eaux’ (…) J’ai été assez heureux pour reconnoître cette chaîne de montagnes sur les lieux. J’ai passé, dans la nuit, avec ma pirogue, dans la partie de l’Orénoque où monsieur Buache supposait que le lit du fleuve était coupé par une cordillère » (Humboldt, 1814-25, II, p. 537-8)9.

Figure 1 : Carte Itinéraire du cours de l’Orénoque, de l’Atabapo, du Cassiquiare et du Rio Negro, montrant la bifurcation de l’Orénoque et sa connexion avec l’Amazone (détail)

Figure 1 : Carte Itinéraire du cours de l’Orénoque, de l’Atabapo, du Cassiquiare et du Rio Negro, montrant la bifurcation de l’Orénoque et sa connexion avec l’Amazone (détail)

Source : A. de Humboldt, Atlas géographique et physique du nouveau continent, 1814

  • 10 Faisant écho aux critiques qui lui sont faites suite à l’invalidation des thèses de Buache, notamme (...)

15Mais l’exploration de l’Amérique intérieure n’est pas seulement, ni même principalement, motivée par un goût certain pour l’irrévérence à l’égard de quelques autorités scientifiques de son temps10. Elle vise à administrer la preuve patente de certaines erreurs : pour ce faire, Humboldt mesure avec précision les coordonnées géométriques du lieu de la diffluence - « 3° 10’ de latitude boréale et 68° 37’ de longitude ouest du méridien de Paris » (Humboldt, 1814-25, II, p. 520) - rendant ainsi possible la vérification ultérieure de ses dires. Elle vise aussi à critiquer les points de vue européano-centrés qui ont pu présider à la reconnaissance des régions équatoriales :

« Accoutumés à ne considérer les rivières de l’Europe que dans cette partie de leur cours où elles sont renfermées entre deux lignes de faîtes, par conséquent encaissées dans des vallées, oubliant que les obstacles qui infléchissent les affluens ou les récipiens principaux sont plus rarement des chaînes de montagnes que de faibles relèvements de contrepentes, nous avons de la peine à concevoir l’existence simultanée de ces sinuosités, de ces bifurcations, de ces communications de rivières du Nouveau Monde » (Humboldt, 1814-25, II, p. 515).

16Elle vise surtout à promouvoir un autre mode de raisonnement sur le tracé des rivières, un raisonnement qui prenne en compte des facteurs multiples et qui ait recours à la comparaison systématique des observations dans tous les continents :

« C’est de la connaissance intime des influences qu’exercent les inégalités de terrain, la fonte des neiges, les pluies périodiques et les marées, sur la vitesse, sur les sinuosités, sur les étranglements, sur les bifurcations et sur la forme des embouchures du Danube, du Nil, du Gange, de l’Amazone, que résulte une théorie générale des fleuves, ou, pour mieux dire, un système de lois empiriques qui embrassent ce que l’on a trouvé de commun et d’analogue dans les phénomènes locaux et partiels » (Humboldt, 1823, p. 63, italiques de l’auteur).

17Cet épisode du Cassiquiare joue un rôle à la fois fondateur dans la pensée de Humboldt et pédagogique dans ses écrits. Il semble avoir profondément influencé sa propre façon de concevoir l’articulation entre la distribution des reliefs et l’agencement des cours d’eau. Il semble aussi lui servir de cas exemplaire pour exposer sa méthode, basée sur l’observation in situ et la mesure, et pour critiquer celle des ses collègues européens qui croient pouvoir comprendre la nature en en restant très éloignés, sur la foi de témoignages et de cartes à petite échelle.

18A la lumière de ce voyage fondateur, l’exercice de localisation des systèmes de montagnes à la surface du globe est largement dissocié de l’exercice de repérage hydrographique. Pour Humboldt, la localisation des chaînes de par le monde ne peut être un exercice purement théorique ; elle requiert exploration de terrain, observation détaillée, consignation et comparaisons, et induction dans le raisonnement.

Repérages et principes généraux de distribution des systèmes de montagnes

19Les 5 années passées en Amérique (1799-1804) sont l’occasion pour Humboldt de construire une première représentation synthétique de la distribution des chaînes de montagnes et des volcans à l’échelle du continent. La simple comparaison du récit de la découverte progressive des curiosités des confins de l’Orénoque et du Rio Negro, tel qu’il figure dans La Relation Historique du Voyage, et de la vaste synthèse sur la configuration du sol américain que contient L’Essai politique sur le royaume de la nouvelle Espagne montre comment Humboldt a pu, en 5 ans, dégager de ses observations de détail et de la consultation des cartes existantes une vision d’ensemble de l’agencement des formes de relief.

  • 11 Asie Centrale. Ce livre, qui approfondit une première publication en 1830 intitulée Fragments asiat (...)

20Sur ce sujet, le second de ses grands voyages, qui le conduit en Asie Centrale en 1829, et le compte rendu qu’il en publie (1843)11 sont plus révélateurs encore. Invité par le tsar à procéder à une reconnaissance topographique et minière de la Sibérie méridionale et des environs de la Mer Caspienne, il pense pouvoir disposer là d’une base de comparaison avec les reliefs d’Amérique pour affiner l’idée qu’il se fait de l’agencement des chaînes de montagnes à la surface du globe. La méthode qu’il adopte et le compte rendu des résultats obtenus en Asie Centrale donnent une bonne idée de cette première façon qu’il a de penser les montagnes comme un objet de science.

21Le point de départ de son ouvrage réside dans un objectif exposé de façon assez simple : « Pour obtenir une idée précise de la véritable constitution physique d’un continent, pour saisir le caractère de son relief, il faudrait connaître l’ensemble des rapports des plaines et de ces soulèvements qui se croisent ou se prolongent parallèlement les uns aux autres » (Humboldt, 1843, I, p. XIX-XX). Pour se construire cette idée, il procède comme dans les Andes, en parcourant les lieux, essentiellement l’Oural et l’Altaï dans ce cas précis, en consultant les auteurs anciens, en faisant la part entre les témoignages fiables et les visions qu’il qualifie de « dogmatiques et rêveuses « (Humboldt, 1843, I, p. XXII, puis à nouveau p. 155), et en se faisant aider de spécialistes de langues locales. Ce faisant, il procède ici comme dans la plupart de ses travaux, par un constant va et vient entre observation personnelle et référence aux sources existantes. A l’issue de ce voyage, il conclut à une structure très complexe des montagnes à l’est du Brahmapoutre, où il ne s’est d’ailleurs pas rendu, et à une structure plus simple à l’ouest : il y distingue 4 systèmes « parallèles à l’équateur »- Altai, Thian chan (ou Monts Celestes), Kouenloun (ou Hindou-kho) et Himalaya - et 4 chaînes « méridiennes »- Oural, Kousneck, Bolor et Monts Soliman.

  • 12 Il connaît bien les travaux existants sur ce sujet et reconnaît en particulier la valeur des intuit (...)

22Il observe ainsi, comme d’autres avant lui12, que les chaînes asiatiques s’apparentent à des prolongements des chaînes européennes, majoritairement orientées Sud-Ouest – Nord-Est. Par contre, les montagnes du Nouveau Monde adoptent une orientation dominante Nord - Sud. Il constate aussi que les principales chaînes de montagne en Amérique sont proches de l’océan Pacifique, et que les chaînes orientales, des « Alleghanys » états-uniennes au Brésil en passant par les Antilles et le Venezuela, ont des altitudes plus modestes mais comparables (Humboldt, 1834, I, p. 98).

23Ainsi localisés, généralement calés sur les parallèles et les méridiens, les systèmes de montagnes identifiés par Humboldt dessinent ensemble une composition assez géométrique dont rendent compte les images qu’il en donne : c’est le cas pour la carte des montagnes d’Asie Centrale qui figure à l’issue de l’ouvrage éponyme, mais aussi pour la carte des volcans de la région de Quito (fig. 2). Cette simplification dans le tracé et l’orientation des chaînes ne semble rien devoir à un quelconque pressentiment d’un principe d’ordre supérieur, à une croyance dans l’emprise de lois mathématiques sur la distribution des formes de relief à la surface de la Terre. Elle est plutôt la double conséquence d’une part du recours constant aux mesures trigonométriques qui font que les textes et les cartes de Humboldt donnent l’impression d’être en permanence balisés par ces repères géométriques et, d’autre part, d’une représentation très simplifiée des reliefs, rendue nécessaire par la méconnaissance des formes de détail.

Figure 2 : Esquisse hypsométrique des chaines de la cordillère des Andes (detail) 

Figure 2 : Esquisse hypsométrique des chaines de la cordillère des Andes (detail) 

Source : Atlas géographique et physique du nouveau continent, 1814, Paris, F. Schoell.

Pratiques et finalités de la mesure des altitudes

  • 13 Selon Minguet, dans l’introduction de Humboldt, 1961
  • 14 Il rend compte de cette pratique dans des publications propres, des chapitres entiers de certains d (...)
  • 15 Les principales expéditions qui permettent de mieux connaître la région de l’Himalaya commencent da (...)

24Lors de ses deux principaux voyages, Humboldt passe beaucoup de temps à mesurer l’altitude des principaux sommets. On lui connait l’estimation de plusieurs centaines de sommets13 et d’innombrables « table des hauteurs »permettant de juxtaposer les résultats des mesures faites en quantité de lieux du globe14. Quand il ne mesure pas lui-même, il exploite les travaux des autres et se procure l’aide de physiciens qui convertissent ses observations barométriques en tables d’altitude. Parmi les savants qu’il remercie dans l’introduction de la Géographie des Plantes, il cite M. Delambre qui « a bien voulu enrichir mon tableau de plusieurs mesures de hauteurs qui n’ont jamais été publiées » et M. Prony qui a calculé « un grand nombre de mes observations barométriques (…) d’après la formule de M. Laplace, en ayant égard à l’influence de la pesanteur. Ce savant respectable a même eu la bonté de faire calculer sous ses yeux plus de quatre cents de mes mesures de hauteur » (Humboldt, 1805, p. IX-X). Il est aussi particulièrement attentif aux mesures effectuées à partir des années 1810, qui identifient, au centre de l’Asie, des sommets plus élevés que ceux des Andes15.

25Toutefois, il nuance l’importance des mesures ponctuelles dans le travail de différenciation et de localisation des chaînes qu’il s’est donné :

« Je n’ai pas cessé de rappeler que la hauteur absolue des lignes de faîte et de leurs points culminants qui a donné tant de célébrité à l’Himalaya et à l’Hindou-Kho, aux Andes de Bolivia et de Quito, est un phénomène bien moins important aux yeux du géologue que ne le sont la direction et le croisement des chaînes, l’âge des formations des roches qui les composent, la hauteur moyenne des plaines et particulièrement les rapports de position entre ces plaines et les grandes intumescences de la croûte du globe » (Humboldt, 1843, I, p. XXXII-XXXIII).

26Il reprend le même thème un peu plus loin dans le même ouvrage :

« Les résultats hypsométriques, tout en étonnant le vulgaire, ont peu d’intérêt pour la physique du globe lorsqu’ils ne se rapportent qu’aux points culminants d’une cordillère ou à des cimes isolées » (Humboldt, 1834, I, p. 52).

  • 16 Ainsi, pour l’Amérique du sud il évalue à 114 400 lieues marines carrées la surface occupée par les (...)
  • 17 Il obtient des valeurs modestes dans l’ensemble, ce qui relativise l’importance des montagnes, mais (...)

27Il note aussi que toutes impressionnantes qu’elles soient quand on se trouve à leur pied, ces différentes chaînes gardent une ampleur très modeste si on les compare aux distances horizontales qui les séparent. C’est pourquoi il les décrit souvent comme des « rides »de l’écorce terrestre (par ex. dans Humboldt, 2000 (1854), I, p. 290). L’élévation moyenne des chaînes rapportée à la surface qu’elles occupent et à la surface des plaines qui les jouxtent lui permet d’estimer l’élévation moyenne de chacun des continents16, que curieusement il appelle leur « centre de gravité »17.

  • 18 Dans un article publié dans les Annales de Sciences Naturelles en 1825 (cité dans Humboldt, 1850-1 (...)

28L’attention de Humboldt se concentre donc moins sur l’altitude des sommets que sur l’orientation d’ensemble des chaînes, leur articulation, leur position à l’intérieur des continents, l’estimation du volume des montagnes et des altitudes moyennes de chaînes et des plateaux18. Cette priorité donnée à l’agencement des chaînes de montagnes à la surface des continents le conduit parfois à privilégier des modes de représentation très rudimentaires, notamment dans les cartes à petite échelle, comme ces alignements de monticules qui peuplaient les cartes anciennes :

« la méthode de représenter les montagnes en profil (…) la plus imparfaite et ancienne de toutes, donne lieu au mélange de deux sortes de projections très hétérogènes. Je ne dissimule pas que cet inconvénient est presque balancé par un avantage réel. L’ancienne méthode fournit des signes qui annoncent vaguement ‘que le terrain est montueux, qu’il existe des montagnes dans telle ou telle province’. Plus ce langage hiéroglyphique est vague, et moins il expose à l’erreur. La méthode des hachures au contraire force le dessinateur de dire plus qu’il ne sait, plus même qu’il n’est possible de savoir sur la constitution géologique d’une vaste étendue de terrain » (Humboldt, 1811, p. XLIX).

29La connaissance de la distribution des chaînes de montagnes à la surface du globe constitue donc pour Humboldt une première façon qu’il a de s’intéresser aux montagnes. Toutefois, au-delà de son intérêt descriptif, elle n’a pas pour Humboldt de valeur scientifique en soi. Elle lui permet surtout d’y voir d’une part des indices de la structure du globe, et d’autre part la source du fractionnement de la distribution des phénomènes climatiques, botaniques et humains à la surface de la Terre. Car, dit-il dans la Géographie des Plantes, « la position des lieux et leur hauteur influent sur tous les phénomènes des régions que j’ai parcourues » (Humboldt, 1805, p. X).

Traces : les montagnes et les forces internes du globe

30L’étude de la « direction des différents systèmes de montagnes »est essentiellement motivée par le souci de comprendre la structure du globe : « ce phénomène (les montagnes) offre un des traits caractéristiques de la constitution interne de notre planète » (Humboldt, 1843, livre 1, p. 51). De toutes les préoccupations scientifiques de Humboldt, celle-ci est certainement la plus ancienne ; elle l’anime depuis ses études en Allemagne et en particulier depuis le séjour qu’il fait à l’académie des Mines de Freiberg auprès d’Abraham Gottlob Werner et dans l’exercice de son métier de géologue au sein de l’administration prussienne.

  • 19 Par ex dans Cosmos (Humboldt, 2000 (1845), I, p. 56 + note, puis p. 239.

31Dans la première moitié du 19e siècle, les théories sur la formation des chaînes de montagnes sont encore très incertaines et contradictoires. Le débat entre thèses neptunistes et plutonistes, qui a fait rage au 18e siècle, n’est pas encore clos. Si Werner se présente comme un neptunien, et comme un des plus remarquables d’entre eux compte tenu de la valeur de ses analyses sur les roches sédimentaires, plusieurs de ses élèves insisteront davantage sur l’origine interne des forces et des matériaux qui président à la naissance des chaînes de montagnes. Humboldt est de ceux-là, largement influencé par Leopold de Buch dont il fait la connaissance à Freiberg. Dans les mêmes années, les thèses d’Elie de Beaumont sur la formation des chaînes de montagnes attirent aussi son attention. Humboldt rend constamment hommage à ces deux géologues19, partage leur curiosité et adopte leur langage.

  • 20 Plus tôt, il avait aussi parlé de « volcanité » : Humboldt, 1843, I, p. 210.
  • 21 Par exemple : « les chaînes de montagnes paraissent avoir été soulevées le long de longues failles  (...)
  • 22 Par exemple « Les cordillères (c’est à dire les Andes et les montagnes de l’ouest des Etats-Unis) o (...)

32Progressivement, Humboldt privilégie donc, dans ses explications relatives à la localisation des systèmes de montagnes, « l’action que l’intérieur d’une planète exerce sur sa croûte extérieure »et nomme cette action, le « vulcanisme » (Humboldt, 2000 (1854) I, p. 57)20. Pour lui, la plupart des systèmes de montagnes correspondent à de grandes fractures de l’écorce terrestre qui ont fait jouer des pans entiers des continents qu’elles traversent. Il parle alors généralement de « failles »21, parfois de « crevasses »22. Les forces qui sont à l’origine de cette action sont encore très incertaines : il suggère que les très grandes chaleurs des profondeurs de la terre peuvent occasionner des poussées de « vapeurs soumises à une pression énorme « (Humboldt, 2000 (1845), I, p210) et que celle-ci se manifestent par les tremblements de terre ; il suggère aussi que l’infiltration des eaux marines peut alimenter ces poussées de vapeurs, y compris celles qui sortent de certains volcans (Humboldt, 2000 (1845), p. 211). Mais ses travaux en Asie Centrale lui montrent que des volcans peuvent aussi exister très loin à l’intérieur des terres.

33Sa passion pour les volcans est très ancienne : son premier travail personnel, quand il était étudiant en Allemagne, portait sur les basaltes de la vallée du Rhin, roches que l’on s’accorde progressivement à considérer comme étant de nature volcanique. Elle est renouvelée par la familiarité qu’il acquiert avec les volcans andins, et prolongée en Asie Centrale. Contrairement à l’analyse de la localisation des chaînes de montagne qui requiert, selon lui, une représentation cartographique grossière de leur agencement, la compréhension de la nature particulière des volcans le conduit à des cartes détaillées de leur morphologie, à l’aide de hachures cette fois (fig. 3).

Figure 3 : Carte hypsométrique du volcan Pichincha

Figure 3 : Carte hypsométrique du volcan Pichincha

Source : Atlas Géographique et Physique du Nouveau Continent, 1814, Paris, F. Schoell

34S’il est conscient que beaucoup de chaînes de montagnes ne doivent rien aux processus volcaniques, il a l’intuition que la dynamique des roches en fusion situées sous l’écorce terrestre est un facteur essentiel à la compréhension d’ensemble des forces en action. Et cette intuition va de pair avec l’idée que les processus anciens se prolongent, mais souvent de façon imperceptible, sous ses yeux :

« Là où, dans l’ancien plissement de la croûte terrestre, le soulèvement des montagnes a donné issue à la masse intérieure en fusion, cette masse intérieure continue, par la crevasse, d’agir sur les montagnes soulevées comme des murs. Ce que nous appelons une chaîne n’est pas l’effet d’un soulèvement instantané et d’une apparition subite. Des roches d’âge très différent se sont entassées et ont surgi par des voies primitivement frayées. L’hétérogénéité des roches résulte de l’épanchement et du soulèvement d’une formation éruptive, ainsi que du métamorphisme lent et compliqué dans des fissures remplies de vapeurs et conductrices de la chaleur » (Humboldt, 1850-1 (1849), I, p. 74).

35Bien que son projet de Géographie des plantes semble éloigné de considérations proprement géologiques, ce court essai contient des passages relatifs à l’histoire géologique de la Terre et la formation des montagnes en raison de son souci constant de mettre en rapport, les uns avec les autres, les différents aspects de sa physique du globe. Il part des indices généraux que fournit l’agencement des roches : « La stratification et la différence des roches nous indiquent que la formation des montagnes et la cristallisation des grandes masses autour d’un noyau commun ne se sont point effectuées dans le même temps sur toute la surface du globe » (Humboldt, 1807, p. 23). Puis, plus particulièrement attentif à la nature et à la localisation des fossiles végétaux, il veut montrer que « la géographie des plantes descend dans l’intérieur du globe : elle y consulte les monuments antiques que la nature a laissés dans les pétrifications, dans les bois fossiles et les couches de charbons de terre, qui sont le tombeau de la première végétation de notre planète » (Humboldt, 1807, p. 22). C’est ce qui lui permet d’affirmer que « par le secours de la géographie des plantes, l’on peut remonter avec quelque certitude jusqu’au premier état physique du globe » (Humboldt, 1807, p. 20).

  • 23 Il cite ici le Voyage autour du monde d’Adolf Erman.
  • 24 Aussi bien d’ailleurs les forces de la nature que les forces qui animent l’humanité dans sa recherc (...)

36Les volcans et les chaînes de montagne constituent donc, pour Humboldt comme pour ses contemporains, les traces de lignes de force qui mettent l’écorce terrestre en contact avec le « feu souterrain ». L’orientation des grands systèmes montagneux, quand ils sont comparés les uns aux autres, constitue un indice de la structure de ces forces à la surface du globe : « la direction de la grande chaîne altaïque de l’Asie Centrale, prolongée comme un grand cercle sur le globe, passe par beaucoup de cimes des montagnes Rocheuses, entre 40 et 55° latitude (sic). Ainsi une chaîne de montagnes américaines et une chaîne asiatique ne paraissent être que des parties du soulèvement opéré par la voie la plus courte » (Humboldt, 1850-1 (1808), I, p. 74)23. Toutefois, si le concept de force est omniprésent dans son œuvre24, il est, comme ses contemporains, démuni pour en identifier la nature avec précision.

37Bien que géologue de formation, Humboldt n’aura pas contribué à des innovations notables dans la connaissance des modalités de formation des chaînes de montagnes, ni plus généralement des causes qui ont présidé à leur distribution à la surface de la terre. Il est possible qu’il arrive trop tôt dans ce domaine de spécialité dont les avancées se produiront plutôt vers le milieu du 19e siècle. Il est aussi possible qu’il s’y soit finalement trop peu consacré, soucieux d’innover dans la compréhension globale des phénomènes plutôt que dans des développements pointus et spécialisés. Toutefois, l’importance qu’il attache aux forces telluriques, aux mouvements de la matière et à la mise en communication du magma souterrain et de la topographie de surface singularisent sa vision et, de ce fait, participent, comme on le verra plus tard, d’une façon d’ensemble de traiter de la montagne tout au long de son œuvre.

Cloisons : une proto-écologie de la fragmentation du monde

38Comparée à ses apports à la géologie, la contribution du savant prussien à l’analyse des effets de la topographie sur la distribution des êtres et des phénomènes est assurément plus originale. Il présente souvent cette question comme l’objectif premier de ses travaux : « mon but principal a été de signaler ces traits impérissables par lesquels la nature s’est plu à diversifier le sol, les climats et les productions » (Humboldt, 1843, I, p. XI). Dans cette perspective, le rôle des chaînes de montagnes lui semble essentiel :

« En soulevant les chaînes de montagnes à travers les couches violemment redressées, les réactions intérieures ont façonné la surface du globe. Elles ont préparé le domaine où les forces de la vie organique devaient se remettre à l’œuvre, après le retour du calme, pour y développer la profusion de formes individuelles. Ces révolutions formidables ont fait disparaître, en grande partie, sur l’un et l’autre hémisphère, l’uniformité sauvage qui, sans elles, eut appauvri l’énergie physique et intellectuelle de l’espèce humaine » (Humboldt, 2000 (1845) I, p. 288).

39En d’autres termes, la structure des systèmes de montagnes à l’échelle des continents est source de diversité, autant en matière de climat, de répartition des plantes que de distribution des faits humains.

40Cette conception, plus encore que toute autre dans l’œuvre de Humboldt, présente l’intérêt de combiner les dimensions historique, ou plus précisément généalogique, et géographique de sa physique du monde. Selon lui, la diversité observée dans les formes de vies contemporaines est le terme, provisoire, de la longue chaîne de causes et de conséquences née de la diversification topographique et de la formation des continents. Dès lors, dans cet épanouissement progressif des formes de vie, la diversité dont il rend responsable les montagnes, parmi d’autres facteurs, présente des formes innombrables :

« L’agroupement des montagnes, puisqu’il divise la surface de la terre en bassins ou en vastes cirques, comme dans la Grèce et l’Asie mineure, individualise et diversifie le climat des plaines sous les rapports de la chaleur, de l’humidité et de la diaphanéité de l’air, sous ceux de la fréquence des vents et des orages. Ces circonstances influent sur la variété des productions et des cultures, sur les mœurs, la forme des institutions et les haines nationales. Le caractère d’individualité géographique atteint, pour ainsi dire, son maximum, là où les différences de configuration du sol dans le plan vertical et la sinuosité des contours (l’articulation de la surface plane) sont simultanément les plus grandes possible » (Humboldt, 1843, livre 3, p. 211-12).

41La comparaison des configurations topographiques des divers continents devient alors un moyen de différencier les formes et le degré de diversité induits : il peut revenir sur le contraste d’orientation des systèmes de montagnes de l’Asie et du « Nouveau Monde »et suggérer que les premiers, parce que majoritairement zonaux, « séparent les climats et les productions »quand les seconds, de direction méridienne, veulent que les « phénomènes météorologiques comme les phénomènes de la vie, sans exclure les races humaines, tendent plus à se confondre et à franchir de vastes espaces dans le direction des méridiens » (Humboldt, 1843, I, p. 96). Une fois encore, sa Géographie des Plantes illustre parfaitement bien cette façon de penser. La topographie générale de l’Amérique du Nord a facilité la migrations des végétaux du nord vers le sud : « Les végétaux du Canada et ceux des régions plus septentrionales ont reflué vers le Sud, et les montagnes volcaniques du Mexique sont couvertes de ces mêmes sapins qui paroîtroient ne devoir appartenir qu’aux sources du Gila et du Missouri » (Humboldt, 1807, p. 16). En Europe, au contraire, la Méditerranée et les chaînes de montagne qui se déploient d’ouest en est, comme les Pyrénées ont « empêché les plantes de l’Afrique de passer (…) dans l’Europe australe » (Humboldt, 1807, p. 17). De son côté, la chaine andine, essentiellement méridienne, a facilité le déploiement de formations végétales sur plusieurs degrés de latitude :

« Sur le dos de la longue chaîne des Andes, à trois mille mètres de hauteur, s’étendent le brathis juniperina, le jarava (genre de graminées voisin du papporophoruni), Yescallonia myrtilloides, plusieurs espèces de molina, et surtout le tourrettia, dont la moelle donne une nourriture que l’Indien indigent se dispute quelquefois avec les ours » (Humboldt, 1807, p. 19).

42Dès lors, dans la conception qu’Humboldt s’en construit progressivement, les systèmes de montagne se trouvent au centre d’un ensemble de causes et de conséquences dont il cherche à démêler les éléments. Dans un premier temps, il a cherché à identifier et à localiser les chaînes et les montagnes isolées. Puis, il y voit d’une part le produit de l’activité du sous-sol, d’autre part la cause de la fragmentation climatique, végétale et humaine de la surface des continents. Cet enchaînement des facteurs et des effets lui permet de penser les chaînes de montagnes comme la composante clef de compréhension de l’hétérogénéité de surface de la Terre.

Coupes : manifestations et effets des gradients altitudinaux

43En concevant les montagnes comme des ensembles topographiques d’échelle continentale, comme les produits d’une activité encore mal connue de l’intérieur du globe terrestre et comme facteur de différenciation des milieux continentaux, Humboldt privilégie une vision à petite échelle, macroscopique, de ce phénomène. C’est en cela qu’il constitue un représentant remarquable de ces façons de penser la montagne comme un facteur majeur d’ordonnancement de la surface de la terre. Mais il complète cette lecture du phénomène par une autre, à grande échelle ou de détail, qui a contribué à sa notoriété au moins autant que la précédente.

44Tout en étant conscient de la relative modestie de leur élévation, Humboldt est frappé par les effets du déploiement vertical des montagnes. Peu sensible aux effets induits par la force de gravité (éboulements, avalanches, et autres formes de communications entre niveaux topographiques), il s’intéresse surtout à la variété locale des conditions physiques rencontrées le long de versants. C’est notamment cette curiosité et son analyse des interactions entre phénomènes physiques qui lui font parler des montagnes, comme « des récifs ou hauts fonds de l’océan aérien » (Humboldt, 1843, III, p. 209). Cette métaphore originale, couplée avec l’idée, déjà mentionnée plus haut dans ce texte, qu’il existe des montagnes « dont les pieds gisent au niveau du fond de la mer « (Humboldt, 2000 (1845) I, p. 276) donne une idée de l’importance qu’Humboldt attache à leur développement vertical.

45De la diversité induite par ce développement vertical, il retient surtout la variation de la pression atmosphérique, le gradient thermique et leurs effets sur la distribution des plantes. Cette triple caractéristique des milieux montagnards fait partie depuis longtemps des clefs de lecture des naturalistes. Humboldt lui-même rend hommage à ses prédécesseurs qui, dès le 16e, avec Bembo et ses travaux sur les flancs de l’Etna, puis avec Tournefort, Candolle, Ramond de Carbonnières, Wildenow, ou encore Forster ont conduit des observations d’une grande finesse sur le parallèle qui existe entre altitude et distribution des espèces végétales sur les versants. Il lui arrive aussi, à la faveur de tableaux récapitulatifs notamment, de prendre en compte les mesures et les observations de ses prédécesseurs en les citant nommément.

46Mais par rapport à ces savants auxquels il rend hommage, Humboldt innove sur le sujet de trois façons. D’abord, fidèle à son souci de prise en compte d’une multitude de facteurs naturels, il ne se contente pas d’établir une corrélation entre altitude et distribution végétale ; il s’efforce constamment d’expliquer la répartition altitudinale des plantes par un complexe de facteurs : la température, l’humidité de l’air, la qualité de l’insolation, la nature des sols, etc. Ce faisant, plus et mieux que ces prédécesseurs, il ouvre la voie à une véritable écologie des milieux montagnards.

47Ensuite, constant dans la valeur qu’il attache aux observations in situ, il a multiplié les lieux d’analyse, convaincu notamment qu’il y avait un grand avantage à comparer les systèmes de montagnes entre eux. Dans la Géographie des Plantes, il circonscrit son objet à l’aide d’une série de questions parmi lesquelles on trouve celle-ci : « quelle analogie de formes unit les végétaux alpins des Andes à ceux des hautes cimes des Pyrénées ? » (Humboldt, 1807, p. 31). Dans l’introduction, soucieux d’élargir la portée des analyses de ses prédécesseurs, il propose de « comparer les phénomènes de la végétation équinoxiale avec ceux que présente notre sol européen » (Humboldt, 1807, p. IX). Il procède de façon tout aussi comparative pour un autre de ses sujets de prédilection : l’analyse de la limite inférieure des « neiges éternelles ». Un jeu de coupes altitudinales pour des versants situés sous différentes latitudes lui permettent une fois encore de mettre l’iconographie au service de la démonstration (fig. 4).

Figure 4 : Limite inférieure des neiges perpétuelles de la neige à différentes latitudes

Figure 4 : Limite inférieure des neiges perpétuelles de la neige à différentes latitudes

Source : Atlas géographique et physique du nouveau continent, 1814, Paris, F. Schoell

48Pour saisir ces relations de cause à effet entre les phénomènes et leurs similitudes sous diverses latitudes, il compare principalement l’apparence des versants à distance. Mais il procède aussi l’ascension de nombreux sommets. Son voyage en Amérique commence par une étape aux Canaries où il gravit, à la fin juin 1799, le Grand Pic de Tenerife (3718m) ; durant son séjour dans les Andes, il enchaîne les ascensions de plusieurs sommets remarquables, le Puracé (4910m), le Pichincha (4776m), l’Antisana (5753 m) et le Cotopaxi (5911m). Et surtout, le 23 juin 1802, il s’approche du sommet du Chimborazo (6310m) dépassant le record d’altitude connu pour un être humain (fig. 5). Toutefois, Humboldt fera peu de cas, dans ses écrits du moins, de ces diverses ascensions et du record acquis au Chimborazo. Il se dit peu sensible aux exploits de cette nature et se fait fort de toujours mettre en avant une évaluation des acquis scientifiques de ces expéditions, qu’il dit être faibles au demeurant. Ainsi, quand il rend compte de son ascension du Grand Pic de Tenerife, il écrit : « le but principal étant les progrès des connaissances physiques, toute autre considération doit être subordonnée à celle de l’instruction et de l’utilité » (Humboldt, 1814-25, I, p. 132). De même, bien qu’ayant été pressé de questions à ce sujet, il attendra plus de 35 ans avant de publier son compte-rendu de l’ascension du Chimborazo dont il a dit qu’il contenait aussi peu d’éléments de dramaturgie que d’observations scientifiques dignes d’intérêt :

  • 25 Voir aussi dans ses Lettres publiées en 1904 la note 53.

49« Le Chimborazo est devenu l’objet de questions continuelles qui m’ont été adressées depuis mon premier retour en Europe (…) Je vais extraire de la partie encore inédite de mes journaux le simple récit d’une excursion dans les montagnes (…) Le récit de mon ascension au Chimborazo (…) ne peut offrir que peu d’intérêt dramatique … » (Humboldt, 1838, p. 7-8)25.

Figure 5 : Voyage au sommet du Chimborazo tenté le 23 juin 1802 par Alexandre von Humboldt, Aimé Bonpland et Carlos Montufar

Figure 5 : Voyage au sommet du Chimborazo tenté le 23 juin 1802 par Alexandre von Humboldt, Aimé Bonpland et Carlos Montufar

Source : Atlas Géographique et Physique du Nouveau Continent, 1814, Paris, Schoell

  • 26 Cité par Acot et Bourguet, 2003, p. 86.

50Toutefois, bien qu’il souligne souvent le « médiocre intérêt scientifique »26 des cimes en raison des mauvaises conditions de séjour et d’observation, il profite de ces ascensions pour se montrer attentif aux formes de terrain rencontrées, à la distribution des plantes et à la présence d’animaux. Ainsi les nombreuses traces qu’il a laissées de son ascension du Chimborazo montrent qu’il a été frappé par la présence de plantes et d’animaux à très grande altitude. Il se dit étonné de voir

« des insectes ailés bourdonner autour de nous. Nous reconnûmes que c’étaient des diptères musciformes (…) L’élévation à laquelle nous les remarquâmes était à peu près de niveau avec les roches nues de trachytes qui, perçant les neiges éternelles offraient à nos yeux le leicidea geographica comme dernier vestige de la végétation. Ces petits animaux voltigeaient à deux mille huit cent cinquante toises, hauteur qui dépasse de deux mille quatre cent pied la cime du Mont Blanc » (Humboldt, 1850-1 (1808), II, p. 36).

51Il est aussi curieux des effets physiologiques de l’ascension sur sa propre personne et sur ses compagnons de voyage. Son compte-rendu tardif de l’ascension du Chimborazo le montre attentif aux manifestations de l’altitude et de la température sur ses camarades et sa propre personne :

« Nous commencions tous à souffrir, toujours davantage, de nausée. L’envie de vomir s’unissait au vertige et était bien plus gênant que la difficulté à respirer (...) Nos gencives et nos lèvres saignaient, et même la membrane conjonctive (...) de nous tous était injectée de sang (...) Toutes ces manifestations varient beaucoup selon l’âge, la constitution, la sensibilité de la peau et la fatigue accumulée dans les muscles, mais pour les individus, ils sont une sorte de mesure de la raréfaction de l’air et de l’altitude absolue qui a été atteinte (...) » (Humboldt, 1838, p. 23).

  • 27 Pour une analyse détaillée de cette question, voir Trumpler, 1992.

52Comme au temps de ses études où il testait sur lui-même les effets de l’électricité sur la peau et les muscles (Humboldt, 1799)27, Humboldt observe avec attention les effets sur lui et sur ses camarades de l’appauvrissement de l’air en altitude.

  • 28 Selon Minguet, 1969.
  • 29 Sur le rôle des instruments scientifiques et de mesure dans le travail de Humboldt, voir Provost, 2 (...)

53Une autre caractéristique de la méthode d’observation adoptée par Humboldt consiste dans l’ensemble très sophistiqué de protocoles de mesures auquel il s’astreint. On a déjà vu que la mesure de l’altitude lui avait servi à estimer les volumes moyens des chaînes de montagne. Mais elle lui permet aussi de lui rapporter d’autres mesures pour circonscrire les phénomènes qu’il cherche à mettre en rapport. Ses protocoles mobilisent un nombre considérable d’instruments. Dans ses jeunes années, Humboldt avait voulu être formé au maniement de ces instruments de mesure de la physique ; on sait par exemple qu’il a pris des cours de mesure barométrique à Iéna en 179428. Avant son départ pour l’Amérique, il avait acheté quantité d’appareils avec l’héritage légué par sa mère deux ans plus tôt : sextants, théodolites, baromètres, thermomètres, chronomètres, quadrants, boussoles, eudiomètres, électromètres et autres hygromètres29. Ils deviennent ses plus précieux compagnons de voyage dès 1799. Le long des montagnes qu’il gravit et à leur sommet, il mobilise cet attirail pour mesurer tout ce qu’il peut mesurer : pression de l’air (pour vérifier la loi de Laplace et le gradient thermique de Ramond), heure du lever de soleil (à la seconde près), analyse chimique de la qualité de l’air, intensité du bleu du ciel, température des cratères quand il gravit des volcans, et, bien entendu, mesure de l’altitude en recoupant les informations données par le baromètre et la mesure trigonométrique faite depuis l’océan, etc. Avec l’altitude pour référence, Humboldt peut ainsi établir quantité de corrélations, plus ou moins constantes, entre l’altitude et les autres phénomènes qui attirent son attention. Ceux qu’il tend à privilégier sont la distribution des plantes, dans le sillage des travaux de Tournefort, et la limite des « neiges éternelles ».

  • 30 Bien que très court, le texte de l’Essai sur la Géographie des Plantes contient plusieurs formulati (...)

54Enfin, et là réside sans doute l’innovation principale, Humboldt cherche à mettre en rapport les observations et mesures faites le long des versants des montagnes qu’il approche avec les connaissances qu’il a de la distribution des phénomènes entre l’équateur et les pôles. Il dit de la géographie des plantes qu’entre autres choses, elle « range (…) les végétaux selon les zones et les hauteurs différentes auxquelles ils se trouvent » (Humboldt, 1807, p. 14). Son idée est que la diminution des températures moyennes le long des versants peut être comparée à celle que l’on observe en remontant les latitudes. L’étagement de la végétation en montagne s’apparente alors à la répartition zonale des espèces et des formations végétales. Conçue de la sorte, une écologie des montagnes avant la lettre n’est pas une spécialité en soi, mais une expression particulière des lois physiques qu’Humboldt cherche à identifier dans la distribution des climats et des espèces à la surface de la Terre. Une fois encore l’observation des plantes à l’échelle d’un versant d’une montagne donnée ne vaut pour lui que si on la rapporte à la distribution des espèces à l’échelle de la planète, que si elle est subordonnée à la recherche d’une loi qui associe la présence des plantes et la température moyenne observée. Cette juxtaposition des dimensions zonales et altitudinales de la géographie des plantes revient constamment dans ses écrits, tel un leitmotiv30, conférant aux versants de montagne une importance comparable à celle des coupes méridiennes dans la mise en ordre des observations

Habitat : L’unité de l’espèce humaine à l’épreuve de la diversité induite par les montagnes

55Dans sa tentative d’explication générale de la distribution des phénomènes physiques à la surface de la terre, Humboldt se montre surtout attentif au relief, au sous-sol, au climat et à la répartition des plantes. Pourtant, il ne néglige ni les animaux, ni les humains, ne serait-ce qu’en raison du fait que les « races humaines (…) sont le dernier, le plus noble but d’une description physique du monde » (Humboldt, 2000 (1845), I, p. 165). Mais s’agissant d’espèces qui ont la faculté de se déplacer rapidement et de coloniser des milieux très différents, il lui faut adapter son analyse. Celle-ci questionne beaucoup la mobilité et l’ubiquité de certaines espèces ; il est notamment fasciné par la capacité des chocards européens et des condors andins à fréquenter les très hautes altitudes. S’agissant de l’espèce humaine, Humboldt est convaincu de son unicité et de son origine unique, de la progressive différenciation de ses composantes, et in fine dans la liberté des consciences et des actes individuels que cette vision rend possible (Humboldt, 2000 (1845), I, p. 337 et sq.). C’est dans son analyse de la différenciation des peuples, des races et des langues à la surface de la terre, qu’il mobilise à nouveau, mais sous une forme légèrement différente de la précédente, la figure de montagne. Il attribue à la topographie d’ensemble des continents la source principale des singularités anthropologiques : « tout accident du sol (…) imprime un cachet particulier à l’état social du peuple qui l’habite » (Humboldt, 2000 (1845), tome I, p. 288).

56Cette idée de fragmentation topographique des peuples, source aussi d’exacerbation des « haines nationales », prend parfois chez Humboldt la forme du déterminisme le plus élémentaire. Ainsi il rapporte la douceur et la gaîté des Grecs et la rudesse des hommes du Nord aux différences de leur environnement dans lequel la topographie joue son rôle :

« La poésie des Grecs et les chants rudes peuples primitifs du Nord doivent principalement leurs caractères à la physionomie des plantes, des animaux, des vallons qui environnaient le poète, et à l’air dont le souffle le caressait » (Humboldt, 1850-1 (1808), II, p. 16).

57Il lui arrive aussi de préférer un déterminisme climatique à un quelconque déterminisme topographique :

« l’histoire de l’homme et de la civilisation se rattache de la manière la plus intime à l’histoire naturelle ; car si le commencement (d’une) civilisation n’est pas exclusivement déterminé par des conditions physiques, au moins sa direction, ainsi que le caractère d’un peuple, l’humeur sombre ou enjouée de l’homme, dépendent-ils principalement des rapports climatériques » (Humboldt, 1850-1 (1808), II, p. 16).

58Il lui arrive enfin de se distancier de tout forme d’énoncé déterministe, notamment dans ses écrits politiques, comme dans l’Essai de 1811. Ses façons d’invoquer les montagnes pour expliquer les modes de vie et les formes sociales et culturelles sont donc très variables.

  • 31 La première partie de la citation figure dès la première édition du livre en français et se trouve (...)

59Par contre, on retrouve ici et là des schèmes de pensée comparatiste et généalogique dont on a vu qu’ils lui servaient de guide à propos des plantes et des neiges éternelles. On le voit notamment quand il s’efforce de combiner l’influence des grandes masses de relief et celle de l’étagement climatique sur les peuples d’Amérique : alors qu’on commence à pressentir que les peuples amérindiens sont venus d’Asie, il suggère qu’un peuplement spécifique soit venu du Japon et que, « aimant le froid, ils (aient) suivi vers le sud la chaîne élevée des Andes (…) ; des hommes du nord, dans leur migration vers l’équateur, pouvaient seuls se plaire dans un tel climat » (Humboldt, 1850-1 (1808))31. Cette thèse lui permet aussi de suggérer que la présence d’une « grande civilisation sur les hauts plateaux (andins) » s’explique par les climats tempérés, comparables à ceux du Japon, que l’on y rencontre. A l’image de ce qu’il observe pour les plantes, l’équivalence climatique entre latitude et altitude vaut aussi pour les hommes.

  • 32 Dans le récit de son voyage par exemple, il parle des « montagnards des Alpes » et « ceux des Andes (...)

60La variabilité des relations qu’il conçoit entre montagnes et peuples, tantôt causales, tantôt indéterminées, permet peut-être de comprendre qu’il emploie assez peu le terme de « montagnard » pour désigner ces peuples. Et quand il en fait usage, c’est en général l’expression d’un simple souci de localisation32, plus rarement pour parler des effets de leur accoutumance à des conditions climatiques particulières : ainsi il parle de la « crainte qu’ont sous les tropiques les peuples montagnards de s’exposer aux chaleurs des plaines » (Humboldt, 1810, p. 9) et voit dans cette mobilité contrainte un facteur d’isolement culturel et d’individualisation des langues. Mais contrairement à beaucoup d’auteurs de son temps, à qui il a pu être rapproché, il ne va pas bien au-delà, évitant notamment de suggérer qu’il existerait un type humain ou racial des habitants des montagnes. Dans son Essai Politique par exemple, il prend ses distances avec les énoncés simplistes formulés par quelques naturalistes éminents sur la couleur de peau des populations noires des montagnes d’Afrique. Contrairement à Buffon (voir Debarbieux, 2088a), Humboldt ne croit pas que cette couleur diffère radicalement de celle des habitants des plaines environnantes :

« Les Nègres des montagnes de la haute Guinée ne sont pas moins noirs que ceux qui avoisinent les côtes (…) Les Indiens qui dans la zone torride habitent les plateaux les plus élevés de la Cordillère des Andes, ceux qui, sous les 45° de latitude australe, vivent de pêche entre les flots de l’Archipel des Chonos, ont le teint aussi cuivré que ceux qui, sous un ciel brûlant, cultivent des bananes dans les vallées les plus étroites et les plus profondes de la région équinoxiale (…) Tous ces faits tendent à prouver que, malgré la variété des climats et des hauteurs qu’habitent les différentes races d’hommes, la nature ne dévie pas du type auquel elle s’est assujétie depuis des milliers d’années » (Humboldt, 1811, p. 84-5).

  • 33 notamment Minguet, 1969.
  • 34 A ce sujet, voir Debarbieux, 2008a.

61Humboldt se garde aussi de toute caractérisation morale des populations de montagnes qui dériveraient de caractéristiques naturelles. On a dit Humboldt très influencé par les visions très bienveillantes d’un Rousseau ou d’un Diderot à l’égard des peuples primitifs33 ; mais les pages qu’il consacre aux peuples indigènes adoptent une écriture qui reste étrangère à toute forme d’idéalisation. Quant à la vision du progrès qu’il porte, cette fois très différente de celle de Rousseau, elle l’amène à appeler de ses vœux une émancipation politique et une amélioration des conditions d’existence de tous. Le « montagnard », figure très solide des histoires naturelles du 18e siècle34, n’est donc jamais chez Humboldt qu’un type humain parmi d’autres, influencé par son environnement mais jamais figé dans ses traits, son mode d’être et son devenir par celui-ci.

Paysage : Lamontagne comme forme emblématique de l’unité des connaissances

62La dernière figure de la montagne que l’on peut identifier dans l’œuvre de Humboldt se rapporte à sa conception du paysage. Comme beaucoup d’auteurs l’ont montré (par exemple Godleweska, 1999 ; Briffaud, 2006 ; Farinelli, 1999 ; Mitchell, 1994), le paysage est le concept le plus intégrateur de ses propositions. Une fois encore, il illustre ce point avec une référence constante aux paysages de montagne et cela de plusieurs manières et dans plusieurs buts à la fois.

Le paysage et sa représentation comme expressions visibles d’un ordre naturel

63Les paysages en question correspondent rarement à des vues de l’intérieur des vallées, à une immersion dans des micro-milieux naturels ou encore à des compositions pittoresques ou sublimes correspondant à celles qui ont fleuri au 18e siècle. Son œuvre écrite et graphique privilégie des représentations paysagères qui mettent en scène de longs versants observés à distance, le déploiement altitudinal étant le plus à même de rendre perceptible la forme des versants, l’agencement des matériaux rocheux, les contrastes dans les formations végétales et, quand elle est apparente, la limite des neiges toujours dites éternelles. Les montagnes équatoriales ont alors sa préférence car

« c’est la partie de la surface de notre planète où dans la moindre étendue, la variété des impressions que la nature fait naître est la plus grande possible (…) Dans les montagnes colossales de Cundinemarca, de Quito et du Pérou, sillonnées par de profondes vallées, il est donné à l’homme de contempler à la fois toutes les familles de plantes et tous les astres du firmament (…) C’est là que le sein de la terre et les deux hémisphères du ciel étalent toute la richesse de leurs formes et la variété de leurs phénomènes ; c’est là que les climats comme les zones végétales dont ils déterminent la succession se trouvent superposés comme par étages, que les lois du décroissement de la chaleur, faciles à saisir par l’observateur intelligent, sont inscrites en caractères indélébiles sur les murs des roches à la pente rapide des Cordillères » (Humboldt, 2000 (1845) I, p. 46).

64La représentation paysagère de ces immenses versants consiste à restituer la distribution manifeste des phénomènes. Parfois, elle accentue les discontinuités les plus significatives à ses yeux ; ainsi la limite des « neiges éternelles » est souvent marquée bien au-delà de ce qu’un souci de représentation réaliste pourrait exiger. Souvent aussi, elle conduit à surimposer la mention de descripteurs qui informent la réalité paysagère de connaissances spécialisées. C’est avec le souci de coupler ces différentes modalités de représentation qu’il réalise ces nombreuses et désormais célèbres coupes de versants qui à la fois rendent compte du paysage objectivé et positionnent les espèces végétales trouvées aux différents étages à l’aide de leur dénomination savante (fig. 6). Il justifie son travail graphique ainsi : « Les hommes veulent voir, et je leur montre un microcosme sur une feuille » (cité par Drouin, 2003, p. 60). Une des vertus des versants de montagne résident donc pour Humboldt dans leur capacité à rendre directement perceptible par la vue la complexité des interactions entre les phénomènes naturels qu’il étudie et dont il veut rendre compte.

Figure 6 : Tableau physique des Iles Canaries – Géographie des Plantes du Pic de Teneriffe (detail)

Figure 6 : Tableau physique des Iles Canaries – Géographie des Plantes du Pic de Teneriffe (detail)

Source : Atlas Géographique et Physique du Nouveau Continent, 1814, Paris, Schoell

Le paysage entre connaissance savante et expérience sensible

  • 35 Dans une lettre écrite en 1806 à Caroline von Wolzogen, il rend hommage ainsi à son compagnon de je (...)

65Toutefois, au-delà de sa valeur scientifique et didactique, le paysage de montagne est aussi un objet qui permet au mieux de lier la connaissance scientifique avec l’expérience sensible, l’imagination et la représentation artistique. Ce programme de connaissance totale l’anime depuis ses plus jeunes années, notamment depuis sa fréquentation des Romantiques allemands, Goethe en particulier35. Il n’aura de cesse de prôner la complémentarité de la raison et de l’imagination :

« Ce serait méconnaître la dignité de la nature humaine et l’importance relative des facultés dont nous sommes doués que de condamner tantôt la raison austère qui se livre à l’investigation des causes et de leur enchaînement, tantôt cet essor de l’imagination qui prélude aux découvertes et les suscite par son pouvoir créateur » (Humboldt, 2000 (1845), I, p. 88).

66De même il soulignera les contributions conjointes des approches scientifiques et artistiques dans la connaissance de la nature :

  • 36 A contrario, il regrette « de ne pas trouver dans les ouvrages de Buffon, (…) un accord harmonieux (...)

« Par le progrès des esprits, la science et la poésie s’unissent et se pénètr(ent) de plus en plus. (Car) pour embrasser l’ensemble de la nature, il ne faut pas s’en tenir aux phénomènes du dehors. Il faut faire entrevoir du moins quelques unes de ces analogies mystérieuses et de ces harmonies morales qui rattachent l’homme au monde extérieur ; montrer comment la nature, en se reflétant dans l’homme, a été tantôt enveloppée d’un voile symbolique qui laissait entrevoir de gracieuses images, tantôt a fait éclore en lui le noble germe des arts » (Humboldt, 2000 (1845), I, p. 346).36

67Cette ambition, constamment répétée depuis le Voyage aux Régions équinoxiales jusqu’à Cosmos, devait trouver dans le paysage de montagnes un contexte privilégié de mise en œuvre et d’expression.

68Non qu’Humboldt ait jamais eu la prétention de contribuer à la représentation artistique de la nature. Certes, il n’est jamais avare d’appréciations esthétiques sur les montagnes qu’il côtoie ; à plusieurs reprises il célèbre la grandeur et la majesté des volcans de la région de Quito et il rend volontiers compte de l’émotion que leur contemplation lui procure :

  • 37 Il s’agit de l’Océan Pacifique. Il l’appelle aussi parfois le Grand Océan.

« au bord de la mer du Sud37, après les longues pluies de l’hiver, lorsque la transparence de l’air a augmenté subitement, on voit apparaître le Chimborazo, comme un nuage à l’horizon ; il se détache des cimes voisines, il s’élève au dessus de toute la chaîne des Andes, comme ce dôme majestueux, ouvrage du génie de Michel-Ange, au-dessus des monuments antiques qui environnent le Capitole » (Humboldt, 1869, p76).

69Il se plait même à suggérer que la présence d’un paysage élégant stimule sa propre production scientifique. Dans l’introduction de la Géographie des Plantes, il écrit : « C’est à la vue même des grands objets que je devois décrire, c’est au pied du Chimborazo, sur les côtes de la mer du Sud, que j’ai rédigé la plus grande partie de cet ouvrage » (Humboldt, 1805, p. VII). Mais tout en restant proche de ses émotions et des effets supposés, quoique jamais explicités, du paysage sur sa propre personne, il cherche constamment à ramener le lecteur à ce qui le préoccupe en priorité, c’est à dire la valeur scientifique de ses observations : ainsi du Cayambé, volcan situé sous l’équateur, il écrit :

« Parmi les montagnes couvertes de neiges éternelles qui entourent la ville de Quito, le Cayambé est la plus belle et la plus majestueuse… On peut considérer cette montagne colossale comme un des monuments éternels par lesquels la nature a marqué les grandes divisions du globe terrestre » (Humboldt, 1810, p. 242).

70Quant à ses propres dessins et gravures, ils sont principalement motivés par un souci scientifique et didactique. Dans un ouvrage consacré aux volcans des Andes, très illustré, il écrit : « les exigences scientifiques du géologue doivent naturellement différer de l’émotion artistique que peut faire naître la disposition pittoresque d’un paysage » (Humboldt, 1854, p. 6).

  • 38 Son invitation sera entendue par certains, notamment Frederik Church qui s’est dit très influencé p (...)

71Par contre, il se montre constamment curieux des effets de la contemplation des paysages de montagne, des œuvres artistiques qui les ont pris pour motif et de la valeur pédagogique de ces dernières quand il s’agit d’éveiller la curiosité de ses contemporains pour la connaissance et l’appréciation de la nature. C’est la raison de son encouragement constant adressé aux artistes européens et nord-américains pour qu’ils viennent sous les tropiques rendre compte de la profusion de la végétation et l’harmonie des paysages qu’on y rencontre38. Il le fait dans quelques pages restées célèbres de Cosmos. Il le faisait déjà dans sa Géographie des Plantes :

« Ce serait une entreprise digne d’un artiste distingué que celle d’étudier, non dans les serres et dans les livres de botanique, mais dans la nature même, la physionomie des groupes de plantes dont j’ai fait l’énumération » (Humboldt, 1807, p. 32).

72Pour Humboldt, le paysage de montagne quand il est éprouvé à distance constitue le bon objet à la bonne échelle pour faire se rejoindre la connaissance du scientifique, le regard de l’artiste, le « peintre-paysagiste » comme il dit parfois.

Une histoire naturelle de l’imagination

73Mais la sensibilité et l’imagination du commun des mortels est aussi source d’intérêt à ses yeux. Il lui consacre un chapitre dans Cosmos. Mais, il y pense déjà dans sa Géographie des Plantes quand il mentionne « l’influence qu’exerce l’aspect de la végétation sur le goût et l’imagination des peuples » (Humboldt, 1807, p. 30). Cette question le pousse, dans ce domaine aussi, à esquisser un véritable programme d’histoire naturelle de l’imagination des peuples telle qu’elle est excitée ou non par leur environnement naturel. Certes, dans ce domaine, Humboldt ne dispose ni d’instruments, ni de véritable méthode. Mais il s’essaye à plusieurs reprises à l’exercice.

74Ainsi dans son Essai sur la géographie des plantes, il compare les effets supposés des paysages andins sur le tempérament des habitants de la Cordillère et l’impossibilité pour la majorité des Européens d’éprouver des sensations comparables. Toutefois ce déficit observé chez ces derniers est compensé par l’importance que jouent les « arts d’imitation » dans leur culture :

« Les peuples d’Europe ne jouissent pas du même avantage (que les peuples andins). (…) mais la richesse et la perfection de leurs langues, l’imagination et la sensibilité des poètes et des peintres, sont pour eux des moyens de compensation. Ce sont les arts d’imitation qui retracent à nos yeux le tableau varié des régions équatoriales » (Humboldt, 1807, p. 34)

75Dès lors, l’analyse comparative de l’imagination des peuples à l’égard de leur environnement naturel, apparaît comme faisant pleinement partie du projet d’histoire naturelle globale dont il était porteur. Pour conduire cette analyse, les illustrations montagnardes, ici encore, lui sont particulièrement chères.

Conclusion 

76Ce passage en revue des différentes façons qu’Humboldt a eu de pratiquer, d’invoquer et de représenter les montagnes a permis de rappeler, s’il en était besoin, qu’elles occupent une place considérable dans son œuvre et dans son mode de pensée. Cette prédilection n’avait pas de raison d’être a priori dans une œuvre d’une très grande diversité de contenu et de portée universelle. Elle tient pour partie à l’idée qu’il se fait de leur capacité à nous apprendre des choses sur la plupart de ses sujets de prédilection, de la climatologie à la répartition des plantes, du volcanisme à la structure de l’atmosphère et à la répartition des groupes humains à la surface de la terre. Mais si elles ne valaient que pour cela, elles n’auraient jamais été que des laboratoires d’observation privilégiés. Or chez Humboldt, l’importance conférée aux montagnes est plus grande et significative. Elles constituent une modalité majeure de la construction et de l’expression de sa pensée sur le monde.

77Tout d’abord, les montagnes incarnent parfaitement bien l’importance qu’il attache à l’interférence entre les différentes couches du système terrestre : elles sont le lieu privilégié de communication du magma sous-terrain avec la surface de l’écorce terrestre ; les flux souterrains s’y rendent perceptibles ; elles baignent dans une atmosphère dans laquelle s’observent les convections thermiques les plus remarquables, dont les oiseaux les plus téméraires font un usage savant ; si elles ne sont pas nécessairement situées aux marges des bassins hydrographiques, elles constituent des lignes de sources remarquables. Bien que ce vocabulaire ne soit pas encore en usage à son époque, les montagnes de Humboldt se trouvent à l’interface des « sphères » rocheuses, liquides, vivantes et atmosphériques, et directement issues ou concernées par leurs interférences. Pour Humboldt, les montagnes constituent une expression privilégiée de cette interférence fondamentale des phénomènes physiques dont il s’efforce de construire la connaissance générale.

78Ensuite, les montagnes sont le type d’objet par lequel Humboldt semble penser avec le plus d’aisance l’articulation des niveaux d’échelles et celle des directions verticales et horizontales en fonction desquelles il conçoit la distribution et la dynamique des phénomènes naturels et humains sur terre : les chaînes de montagnes « rident » le sol des continents et les fragmentent, dessinant à petite échelle une mosaïque de milieux et de spécificités régionales ; de par leur déploiement en altitude, elles introduisent aussi une diversité à grande échelle dont Humboldt a le pressentiment qu’elle présente de fortes analogies avec la diversité climatique induite par la latitude. Les montagnes lui permettent donc de penser une analogie de phénomènes à plusieurs échelles et des lois générales indépendantes de leur expression à une échelle donnée.

79Enfin, le déploiement vertical des montagnes possède une vertu supplémentaire qui ne ressort pas directement de la production scientifique mais qu’il conçoit comme indispensable à la vulgarisation et aux approches sensibles qu’il promeut tout autant : le paysage de montagne, par son ampleur et la diversité de ses composants, est une remarquable leçon de choses qui nous renseigne sur l’ensemble des phénomènes terrestres ; mais il est aussi une expérience esthétique en soi qui nous les fait approcher par des instruments autres que la seule raison, en un mot qui nous approchent le mieux de la totalité des facultés que l’homme est capable de déployer envers la nature.

80Pour toutes ces raisons, Humboldt est sans doute celui des auteurs du 19e siècle qui pousse le plus loin l’idée que la connaissance de la montagne participe d’une connaissance totale de l’homme et du monde.

Haut de page

Bibliographie

Acot Pascal, Bourguet Marie-Noelle, 2003, « Au Chimborazo, la géographie des plantes » Revue du Musée des arts et métiers, 39-40, 84-91.

Beck Hanno, 1959, Alexander von Humboldt. Biographie in zwei Bänden, Wiesbaden, Fr. Steiner Verlag.

Briffaud Serge, 2006, « Le temps du paysage. A. de Humboldt et la géohistoire du sentiment de nature », in Blais H. et Laboulais I., Géographies plurielles. Les sciences géographiques au moment de l’émergence des sciences humaines, Paris, L’Harmattan, 275-299.

Buache Philippe, 1752, « Essai de géographie physique, où l’on propose des vues générales sur l’espèce de Charpente du Globe, composée des chaînes de montagnes qui traversent les mers comme les terres, avec quelques considérations particulières sur les différents bassins de la mer, et sur sa configuration intérieure », Compte-Rendus et Mémoires de l’Académie Royale des Sciences, 399-416.

Buttimer Anne, 2010, « Humboldt, Granö and Geo-poetics of the Altai », Fennia, 188, 1, 11–36.

Debarbieux Bernard, 2007, « Le paysage selon F.E. Church et la réception de Humboldt chez les artistes états-uniens « , Cahiers du paysage, 16, 188-205.

Debarbieux Bernard, 2008a, « Le montagnard : imaginaires de la territorialité et invention d’un type humain », Annales de Géographie, 660, 90-115.

Debarbieux Bernard, 2008b, « The Mountains between corporal experience and pure rationality: the contradictory theories of Philippe Buache and Alexander von Humboldt », in Cosgrove D. and della Dora V. (eds), High Places, London, IB Tauris, 87-104.

Dettelbach Michael, 1996, « Humboldtian science « , in Jardine N., Secord J., Sperry E. (eds), Cultures of natural history, 1996, Cambridge, Cambridge University Press, 287-304

Dettelbach Michael, 2002, « Global physics and aesthetic empire: Humboldt’s physical portraits of the tropics », in Miller D.P., Reill P.H. (eds), Visions of Empire. Voyages, botany and representations of nature, Cambridge, Cambridge University Press, 258-292.

Drouin Jean-Marc, 1993, L’Ecologie et son histoire, Paris, Gallimard, collection Champs.

Drouin Jean-Marc, 2003, « Humboldt et la popularisation des sciences », La Revue du musée des Arts et Métiers, 39-40, 54-63.

Farinelli Franco, 1999, « Text and Image in eighteenth and nineteenth century German Geography: The Witz of the landscape and the astuteness of the representation », in A. Buttimer, S. D. Brunn and U. Wardenga (eds.), Text and image: Social constructions of regional knowledges. Leipzig: Inst. für Länderkunde. 38-45.

Godleweska Anne, 1999, « From Enlightenment vision to modern science? Humboldt’s visual thinking », in Livingstone D., Withers Ch. (eds), Geography and Enlightenment, Chicago, 236-75.

Humboldt Alexandre de, 1799, Expériences sur le galvanisme et en général sur l’irritation des fibres musculaires et nerveuses, Paris.

Humboldt Alexandre de, 1805, Essai sur la géographie des plantes, Paris, Levrault, Schoell et cie.

Humboldt Alexandre de, 1807, Essai sur la géographie des plantes, Paris, F. Schoell.

Humboldt Alexandre de, 1810, Vues des cordillères, et monumens des peuples indigènes de l’Amérique, Paris, F. Schoell.

Humboldt Alexandre de, 1811, Essai politique sur le royaume de la nouvelle Espagne, Paris, F. Schoell.

Humboldt Alexandre de, 1813, « Des lignes isothermes et de la distribution de la chaleur sur le globe », Mémoires de physique et de chimie de la Société d’Arcueil, 3 volumes, Paris, J. Klostermann fils.

Humboldt Alexandre de, 1814, Atlas géographique et physique du nouveau continent, Paris, F. Schoell.

Humboldt Alexandre de, 1814-25. Voyage aux régions équinoxiales du nouveau continent, fait en 1799, 1800, 1801, 1802, 1803 et 1804, par Al De Humboldt et A. Bonpland... avec deux atlas. Première partie : Relation historique, 3 volumes, Paris, N. Maze.

Humboldt Alexandre de, 1816, « Premier Mémoire sur les Montagnes de l’Inde », in Annales de Chimie et de Physique, III.

Humboldt Alexandre de, 1820, « Second Mémoire sur les Montagnes de l’Inde », in Annales de Chimie et de Physique, XIV, pp. 5-55.

Humboldt Alexandre de, 1823, Essai géognostique sur le gisement des roches dans les deux hémisphères, Paris, Levrault.

Humboldt Alexandre de, 1838, Notice de deux tentatives d’ascension du Chimborazo, Paris, Pihan de la Forest.

Humboldt Alexandre de, 1843, Asie Centrale : Recherches sur les chaînes de montagnes et la climatologie comparée, Paris, Gide.

Humboldt Alexandre de, 1850-1, Tableaux de la nature, Firmin Didot, 2 tomes, 3e édition. Traduction par Fred. Hoefer de Ansichten der Natur (1849) Tübingen, Cotta.

Humboldt Alexandre de, 1854, Volcans des Cordillères de Quito et du Mexique, Paris, Gide et J. Baudry.

Humboldt Alexandre de, 1869, Sites des cordillères et monuments des peuples indigènes de l’Amérique, Paris, Guérin.

Humboldt Alexandre de, 1904, Lettres américaines d’Alexandre de Humboldt (1798-1807), Paris, Librairie Orientale et Américaine.

Humboldt Alexandre de, 1961, Voyage aux régions équinoxiales du Nouveau Continent fait en 1799 et 1800 fait par A. De Humboldt et A. Bonpland, Club des Libraires de France.

Humboldt Alexandre de, 2000, Cosmos. Essai d’une description physique du monde, Paris, Utz. Traduction de l’original en allemand, Kosmos (1845), par H. Faye et Ch. Galusky.

Minguet, Charles, 1969, A de Humboldt, historien et géographe de l’Amérique espagnole (1799-1804), Paris, Maspero.

Oerlemans Onno, 2002, Romanticism and the materiality of nature, Toronto, University of Toronto Press.

Provost S., 2003, « Les instruments de Humboldt et de Borda au volcan des Canaries », Revue du Musée des arts et métiers, 39-40, 112-114.

Trumpler Maria J., 1992, Questionning Nature: Experimental Investigation of Animal Electricity in Germany (1791-1810), PhD thesis, Yale.

de Terra Helmut, 1955, Humboldt: the life and times of A. Von Humboldt, New York, Knopf.

Zimmerer Karl S., 2006, « Humboldt’s nodes and modes of interdisciplinary environmental sciences in the Andean world », Geographical Review, 96, n° 3.

Haut de page

Notes

1 Toutefois, quelques publications s’intéressent à la question, mais à une échelle régionale, comme par exemple Anne Buttimer (2010) et Karl Zimmerer (2006).

2 A ce sujet, Jean Marc Drouin a écrit de lui : « Humboldt occupe une position épistémologique très originale : il veut s’appuyer sur la mesure, la quantification et la recherche des causes physiques pour comprendre un réel dont il tient à préserver en même temps l’unité et le chatoiement » (Drouin, 1993, p. 69).

3 Au demeurant, cette idée est assez ancienne. On la trouve très développée chez Philippe Buache (1752) au milieu du 18e siècle notamment.

4 Tout au long de son Asie Centrale (1843), il exprime une grande reconnaissance pour Stanislas Julien, sinologue notoire de son temps. Celui-ci l’a aidé dans l’analyse des toponymes mentionnés par des générations de cartes chinoises couvrant les chaînes du centre du continent.

5 Il discute le nom donné à un volcan de la région de Quito de la façon suivante : « les académiciens français ont nommé cette montagne colossale Cayambur, au lieu de Cayambe-Urcu, qui est son véritable nom, le mot urcu désignant, dans la langue qquichua, montagne, comme tepetl en mexicain et gua en muysca » (Humboldt, 1810, p. 242)

6 voir par exemple ce qu’en dit Oerlemans 2002.

7 Humboldt écrit tantôt Cassiquiare, tantôt Cassiquiaré.

8 C’est notamment le cas des cartes de de l’Isle, de Condamine et d’Anville. Humboldt mentionne la carte de de l’Isle ainsi : « comme pour ôter tout espoir de communication entre l’Orénoque et le Rio Negro, il figura entre les deux rivières une haute chaîne de montagnes » (Humboldt, 1814-25, II, p. 276)

9 Dans d’autres textes, il adopte un ton plus analytique, mais aussi moins ironique et plus sévère à l’égard de ces géographes de cabinet : « La connaissance des grandes vallées, ou de bassins, l’examen des points de passage sont du plus grand intérêt pour l’ingénieur hydrographe. C’est cependant par une fausse application des principes de l’hydrographie, que du fond de leur cabinet, les géographes ont voulu déterminer la direction des chaînes de montagnes dans des pays dont ils croyaient connaître avec précision le cours des rivières. Ils se sont imaginés que deux grands bassins d’eau ne peuvent être séparés que par de grandes élévations, ou qu’une rivière considérable ne peut changer de direction que parce qu’un groupe de montagnes s’oppose à son cours. Ils ont oublié que très souvent, soit à cause de la nature des roches, soit à cause de l’inclinaison des couches, les plateaux les plus élevés ne donnent naissance à aucune rivière, tandis que les sources des fleuves les plus considérables sont éloignées des hautes chaînes de montagnes. Aussi les essais que l’on a faits jusqu’ici de dresser des cartes physiques d’après des idées théoriques n’ont pas été fort heureux » (Humboldt, 1811, I, p. L).

10 Faisant écho aux critiques qui lui sont faites suite à l’invalidation des thèses de Buache, notamment celle de Pinkerton dans sa Géographie moderne, il écrit : « c’est le sort des voyageurs de déplaire lorsqu’ils observent des faits qui sont contraires aux opinions reçues. » (Humboldt, 1807, p. 10-11)

11 Asie Centrale. Ce livre, qui approfondit une première publication en 1830 intitulée Fragments asiatiques, met en forme les informations recueillies lors de ce voyage et celles qu’il a trouvées dans la littérature existante. La question spécifique de la distribution des chaînes de montagnes est traitée dans les livres 1 et 2.

12 Il connaît bien les travaux existants sur ce sujet et reconnaît en particulier la valeur des intuitions d’Elie de Beaumont, qui a proposé de dater les chaînes de montagnes en fonction de leur orientation dominante, et de Léopold de Buch qui a mis en œuvre cette méthode de datation pour l’Allemagne.

13 Selon Minguet, dans l’introduction de Humboldt, 1961

14 Il rend compte de cette pratique dans des publications propres, des chapitres entiers de certains de ses ouvrages majeurs comme Asie Centrale (Humboldt, 1843, notamment livre 3 p. 233-251), et même quelques pages extrêmement détaillées dans des ouvrages de synthèse dont le style d’ensemble est pourtant très différent : c’est le cas dès l’introduction de Cosmos (Humboldt, 2000 (1845)), puis à partir de p. 317.

15 Les principales expéditions qui permettent de mieux connaître la région de l’Himalaya commencent dans les années 1810 vers 1812. Les premières mesures hypsométriques qui attestent d’une altitude supérieure à celles des principaux sommets andins datent de 1819. Humboldt suit de très près ces expéditions et publie quelques textes de synthèse à ce sujet. Toutefois, quand il part en Sibérie en 1829, quantité d’incertitudes subsistent sur l’orientation des principaux massifs de la région, sur les altitudes des sommets et sur la limite inférieure des « neiges éternelles ».

16 Ainsi, pour l’Amérique du sud il évalue à 114 400 lieues marines carrées la surface occupée par les 5 « systèmes de montagnes » qu’il a identifiés (Andes, Venezuela, Sierra Nevada de Merida, Parime et Brésil) contre 456 900 pour les plaines. Il procède à des calculs semblables pour l’Europe, l’Amérique du nord et l’Asie. Toutefois, malgré la précision de ces calculs, Humboldt est bien conscient des difficultés que soulève cette méthode, du moins tant que les mesures hypsométriques resteront incomplètes. (Humboldt, 1843, I, p. 85 puis à nouveau p. 165 et sq.)

17 Il obtient des valeurs modestes dans l’ensemble, ce qui relativise l’importance des montagnes, mais suffisamment différenciées pour faire ressortir l’Asie (355 m) et l’Amérique du sud (351m) avec une altitude moyenne sensiblement plus importante que l’Amérique du nord (228m) et l’Europe (205m). Voir par exemple dans Humboldt, 1843, I, p. 85 et 2000 (1845), I, p. 289.

18 Dans un article publié dans les Annales de Sciences Naturelles en 1825 (cité dans Humboldt, 1850-1 (1849), 1, p. 305), il propose un indice morphologique des chaînes de montagnes qui compose avec les altitudes des cimes les plus élevées et celles des « points de passage » (pp 225-253).

19 Par ex dans Cosmos (Humboldt, 2000 (1845), I, p. 56 + note, puis p. 239.

20 Plus tôt, il avait aussi parlé de « volcanité » : Humboldt, 1843, I, p. 210.

21 Par exemple : « les chaînes de montagnes paraissent avoir été soulevées le long de longues failles » (Humboldt, 2000 (1845), I, p. 209).

22 Par exemple « Les cordillères (c’est à dire les Andes et les montagnes de l’ouest des Etats-Unis) ont été soulevées à travers une crevasse qui, dirigée comme une ligne méridienne d’un pôle à l’autre, parcourt la moitié de notre planète » (Humboldt, 1850-1 (1849), I, p. 74).

23 Il cite ici le Voyage autour du monde d’Adolf Erman.

24 Aussi bien d’ailleurs les forces de la nature que les forces qui animent l’humanité dans sa recherche de liberté sur la notion de force chez Humboldt. Voir à ce sujet (Dettelbach, 1996).

25 Voir aussi dans ses Lettres publiées en 1904 la note 53.

26 Cité par Acot et Bourguet, 2003, p. 86.

27 Pour une analyse détaillée de cette question, voir Trumpler, 1992.

28 Selon Minguet, 1969.

29 Sur le rôle des instruments scientifiques et de mesure dans le travail de Humboldt, voir Provost, 2003, 112-14.

30 Bien que très court, le texte de l’Essai sur la Géographie des Plantes contient plusieurs formulations qui, en couplant zonation et altitude, visent à désigner le caractère universel de ses observations et de ses conclusions : « pour toutes les zones et à toutes les hauteurs », « tous les climats et toutes les hauteurs », « toutes les zones et à toute élévation au-dessus du niveau de la mer ».

31 La première partie de la citation figure dès la première édition du livre en français et se trouve conservée dans l’édition de 1851, en page 27. La seconde partie est extraite d’un addendum à partir de l’édition de 1850-1, II, p. 191. Au demeurant, Humboldt étaye cette thèse à la fois par un raisonnement physiologique et par des indices culturels : il est frappé par le degré de civilisations des populations andines qu’il rapproche de celui des Japonais, voyant là le signe du caractère favorable du climat tempéré « le plus favorable au développement intellectuel » p. 194.

32 Dans le récit de son voyage par exemple, il parle des « montagnards des Alpes » et « ceux des Andes », sans que cela implique que les similitudes de condition observées dans la description soient rapportées à leur commune condition montagnarde (Humboldt, 1814-25, II, p. 508).

33 notamment Minguet, 1969.

34 A ce sujet, voir Debarbieux, 2008a.

35 Dans une lettre écrite en 1806 à Caroline von Wolzogen, il rend hommage ainsi à son compagnon de jeunesse : « Dans les forêts de l’Amazonie, comme aux pentes des Andes, j’ai senti que la surface terrestre est partout animée du même esprit, la vie même qui se trouve dans les roches, les plantes et les animaux, comme au cœur de l’humanité d’un pôle à l’autre. Partout je me rendis compte combien les rapports établis à Jena exerçaient les influences profondes sur moi, et combien, inspiré par des perspectives de Goethe sur la Nature, j’ai gagné de nouveaux organes de perception » (Humboldt, 1904, p. 211-2)

36 A contrario, il regrette « de ne pas trouver dans les ouvrages de Buffon, (…) un accord harmonieux entre les scènes de la nature et le sentiment qu’elles doivent faire naître. Cette analogie mystérieuse qui rattache les émotions de l’âme aux phénomènes du monde sensible fut presque entièrement perdue pour lui » (Humboldt, 2000 (1845), 399)

37 Il s’agit de l’Océan Pacifique. Il l’appelle aussi parfois le Grand Océan.

38 Son invitation sera entendue par certains, notamment Frederik Church qui s’est dit très influencé par la lecture de Cosmos dans la réalisation de tableaux des volcans andins après s’être rendu sur place. Voir à ce sujet Debarbieux, 2007.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Carte Itinéraire du cours de l’Orénoque, de l’Atabapo, du Cassiquiare et du Rio Negro, montrant la bifurcation de l’Orénoque et sa connexion avec l’Amazone (détail)
Crédits Source : A. de Humboldt, Atlas géographique et physique du nouveau continent, 1814
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/25486/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 2,7M
Titre Figure 2 : Esquisse hypsométrique des chaines de la cordillère des Andes (detail) 
Crédits Source : Atlas géographique et physique du nouveau continent, 1814, Paris, F. Schoell.
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/25486/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 732k
Titre Figure 3 : Carte hypsométrique du volcan Pichincha
Crédits Source : Atlas Géographique et Physique du Nouveau Continent, 1814, Paris, F. Schoell
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/25486/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 2,1M
Titre Figure 4 : Limite inférieure des neiges perpétuelles de la neige à différentes latitudes
Crédits Source : Atlas géographique et physique du nouveau continent, 1814, Paris, F. Schoell
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/25486/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Titre Figure 5 : Voyage au sommet du Chimborazo tenté le 23 juin 1802 par Alexandre von Humboldt, Aimé Bonpland et Carlos Montufar
Crédits Source : Atlas Géographique et Physique du Nouveau Continent, 1814, Paris, Schoell
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/25486/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre Figure 6 : Tableau physique des Iles Canaries – Géographie des Plantes du Pic de Teneriffe (detail)
Crédits Source : Atlas Géographique et Physique du Nouveau Continent, 1814, Paris, Schoell
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/25486/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 358k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bernard Debarbieux, « Figures et Unité de l’idée de montagne chez Alexandre von Humboldt », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Epistémologie, Histoire de la Géographie, Didactique, document 617, mis en ligne le 21 août 2012, consulté le 17 août 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/25486 ; DOI : 10.4000/cybergeo.25486

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page