Navigation – Plan du site
2012
619

Croissance urbaine et dynamiques socio-spatiales des territoires ouvriers à Phnom Penh

Gabriel Fauveaud

Résumés

L’installation d’industries de la confection en périphérie de Phnom Penh construit des espaces originaux. La présence de cette activité accélère la croissance urbaine et introduit de nouveaux rapports socio-économiques entre la ville et ses périphéries. L’origine rurale et le profil social de la main d’œuvre ouvrière font que les espaces de vie ouvriers se situent à la fois aux périphéries de la ville et du monde rural. Les discours, pratiques et représentations des ouvrières attestent de la formation d’un groupe social à part entière, qui se construit principalement au sein des habitats et des rues secondaires. La conquête des espaces péricentraux par de nouveaux entrepreneurs urbains remet cependant en cause les territoires ouvriers. En privilégiant une approche multiscalaire, cet article propose une lecture des dynamiques socio-spatiales engendrées par l’industrialisation des espaces péricentraux de Phnom Penh.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Les recompositions territoriales engendrées par les processus d’industrialisation en Asie ont fait l’objet de nombreuses recherches depuis la fin des années 1980 (Ginsburg, Koppel, McGee, 1991 ; Franck, 1993, 2010 ; Sanjuan, 1997 ; Dick, Rimmer, 2009 ; Goldblum, 2010 ; Deler, Kermel-Torrès, 2010 ; Deler, 2010). Ces travaux s’intéressent particulièrement à la formation de sous-ensembles mégalopolitains, comme conséquence de nouvelles relations interurbaines nationales et internationales. La croissance de villes secondaires et de capitales nationales situées auparavant en périphérie des processus d’intégration régionale et internationale en Asie du Sud-Est est aujourd’hui avérée, comme en témoigne le développement urbain de Phnom Penh, largement porté par l’industrialisation de ses espaces péricentraux et périurbains.

2Au début des années 1990, le Cambodge est un pays en reconstruction après un peu moins de quatre années (1975-1979) passées sous le joug d’un régime génocidaire, qui anéantit près d’un quart de la population (Chandler, 2008). La réouverture de l’économie cambodgienne aux flux de capitaux étrangers à partir de la signature des accords de Paris le 23 octobre 1991 a pour conséquence, notamment, la délocalisation d’unités de production textile des pays de la région Asie vers le Cambodge. L’entrée du Cambodge dans l’Association des nations de l’Asie du Sud-est en 1999 puis dans l’Organisation mondiale du commerce en 2003 met en marche deux dynamiques majeures de la reconstruction : le rôle de la communauté internationale dans les transformations de l’économie cambodgienne et la volonté de placer la croissance économique au centre des stratégies de développement. Ces deux dynamiques suscitent de nouvelles relations d’acteurs, qui participent à la composition d’espaces industriels inédits à Phnom Penh.

  • 1 « (...) s’approprier un espace veut dire ici acquérir des connaissances théoriques et pratiques, de (...)

3L’implantation d’unités de production en périphérie entraine la migration de jeunes femmes, qui viennent travailler temporairement en ville, avant de repartir au bout de quelques années dans leur village d’origine. Le déploiement des espaces de vie ouvriers en retrait des principaux axes de circulation favorise une densification des espaces construits au sein des interstices auparavant non urbanisés. La concentration des usines et des habitats ouvriers dans ces espaces participent à la construction de territoires originaux, caractérisés par de nouvelles formes d’appropriation de l’espace1, qui apparaissent au regard des pratiques et des discours de la nouvelle population ouvrière comme de ceux des autres habitants. Ces processus sont cependant remis en cause par l’accélération de l’étalement urbain, favorisé justement par la présence de cette main d’œuvre, qui ouvre de nouvelles perspectives économiques pour les habitants de la ville-centre.

4Dans cet article, nous nous demanderons comment l’industrialisation des espaces péricentraux accompagne la progression de l’urbanisation à Phnom Penh. Nous interrogerons l’articulation entre l’organisation particulière de la filière confection, l’agencement des territoires ouvriers et la croissance actuelle de la capitale cambodgienne.

5Nous montrerons tout d’abord pourquoi le déploiement de l’activité de la confection à Phnom Penh présente une certaine originalité, au regard des relations entre les différents acteurs de la filière (1). Nous nous intéresserons dans un second temps à l’organisation des espaces de vie ouvriers, situés en périphérie de la ville comme du monde rural (2). Enfin, nous nous attacherons à montrer comment, au-delà de l’apparent enclavement des lieux de vie ouvriers, ces espaces s’articulent avec le reste de la ville, tantôt de manière voulue, tantôt de manière subie (3).

Collecte des données :

  • 2 Nos entretiens ont été réalisés avec un traducteur, notre niveau de compréhension de la langue khmè (...)

6Nous avons privilégié pour cette étude la méthode des entretiens semi-directifs2, recueillis entre 2007 et 2009. Les questionnaires abordent quatre principaux thèmes : portrait sociologique des ouvrières (âge, situation familiale, activité, origine géographique et revenus) ; la question du logement (statut d’occupation, montant du loyer pour les locataires, dimension et type du logement et localisation du précédent logement) ; les mobilités spatiales (types, fréquences, raisons, moyens et destination des déplacements) ; le rapport aux espaces du quotidien (lieu de travail, espace de vie et la ville dans son ensemble) et les réseaux sociaux tissés au sein des espaces urbains. Dix entretiens collectifs qualitatifs (de 3 à 5 ouvrières par séances) ont par ailleurs été menés en 2007, afin de mieux percevoir les enjeux liés aux dynamiques de groupe au sein des espaces de vie. De manière générale, nos entretiens ont une portée qualitative, et viennent compléter le nombre important d’études quantitatives menées par l’Organisation internationale du travail ou la Banque asiatique de développement par exemple.

  • 3 Le terme sangkat signifie littéralement quartier/district et correspond à une des divisions adminis (...)
  • 4 Le nombre d’ouvriers travaillant en 2011 dans les usines de Tuol Sangke s’élève à près de 16 000, à (...)

7Les enquêtes ont été menées au sein de trois espaces situés en périphérie de la ville-centre, dans les sangkat3 Tuol Sangke, Teuk Tla et Chak Angre Kraom (cf. carte 1). Ce choix s’explique d’une part par la localisation des industries et des ouvriers4, et d’autre part par les transformations rapides que subissent ces espaces, engendrées par une forte « pression » foncière.

8Ce travail a été complété par des enquêtes auprès des autorités locales impliquées dans la gestion du développement urbain. Dans le cadre d’une « enquête habitat » au sein d’un projet de coopération décentralisée, qui impliquait les Ateliers Parisiens d’Urbanisme, la Mairie de Paris et la Municipalité de Phnom Penh, nous avons mis en œuvre un travail d’observation participante de 6 mois au sein de la Municipalité de Phnom Penh entre avril et septembre 2008. Des enquêtes auprès de différentes administrations territoriales ont été effectuées entre février et septembre 2009 lors de recherches portant sur l’évolution du marché du logement, la gestion institutionnelle de la production urbaine et les rapports de gouvernance au sein des espaces locaux. Enfin, entre 2007 et 2010, différents acteurs impliqués dans l’organisation de l’activité de la confection ont été interrogés, tels que les syndicats patronaux et ouvriers, l’Organisation internationale du travail, le Groupe de recherche et d’échanges technologiques et l’Agence française de développement par exemple.

Le développement de la confection au Cambodge : une libéralisation sous contrainte

Dimensions régionales de la division internationale du travail

9Le textile, plus que toute autre activité industrielle, est l’archétype du « (...) modèle de la délocalisation industrielle des centres vers les périphéries » (Grasland, Van Hamme, 2010, 5). Si le Cambodge développe une industrie textile entre les années 1950 et 1970, le développement de la confection depuis les années 1990 correspond principalement à des facteurs exogènes et apparaît à un moment particulier de l’évolution mondiale de la filière textile.

10La confection, qui se situe à la fin de la filière de production textile, se caractérise presque exclusivement par l’activité de couture, qui exige une main d’œuvre importante. Le faible investissement en capital fixe ainsi que les besoins d’une main-d’œuvre importante et bon marché expliquent le développement de cette partie de la filière au cours des années 1960-1970 au sein des pays émergents d’Asie. La délocalisation des unités de production représente une économie de coût pour les groupes industriels américains et européens qui dominent alors largement le marché. Au cours des années 1970, les pays émergents d’Asie sont capables de proposer « toute une gamme de produits textiles à partir de positions industrielles conquises à partir de la confection, puis complétées en remontant progressivement la filière vers son amont » (Boussemart, Roncin, 2007, 354). Cette nouvelle concurrence internationale aboutit à la signature des Accords multi-fibres en 1973. Ils doivent permettre un contrôle quantitatif des importations textiles des nouveaux pays exportateurs de vêtements, et instaurent « (…) une discrimination entre les pays en autorisant la mise en œuvre de mesures de sauvegarde vis-à-vis des seuls pays dont les exportations “causent un préjudice” au pays importateur » (Royon, 1981, 60). La signature des Accords multi-fibres correspond plus largement à une reconnaissance tacite de l’importance croissante de certains pays émergents au sein du commerce mondial, qui à travers l’Accord général sur les tarifs douaniers et le commerce cherchent à faire pression sur les marchés américains et européens.

  • 5 Les réévaluations des Accords multi-fibres en 1978 puis en 1983 correspondent à la volonté des pays (...)

11Les premiers Accords multi-fibres de 1973 dérogent en effet aux règles générales de l’Accord général sur les tarifs douaniers et le commerce. L’intégration de pays non membres dans les négociations commerciales est officialisée par la création du comité des négociations commerciales de pays en voie de développement (Long, 1983, 53). L’industrie textile, et particulièrement le secteur de la confection, participe largement aux transformations du rapport entre les marchés des pays industriels et des pays en développement à partir des années 1970. En Asie, la Corée du Sud, Taiwan, et Hong-Kong deviennent des exemples de développement économique par remontée de la filière textile dont le point de départ fut la confection. La signature des Accords multi-fibres au début des années 1970 sera suivie, au cours des années 1980 puis 1990, d’une série d’accords restrictifs visant à protéger les marchés étasuniens et européens des importations textiles depuis les pays en développement5. Ces étapes témoignent de la domination économique des États-Unis et de l’Europe ainsi que de l’importance croissante des pays en développement au sein de la filière textile. L’exemple du Cambodge révèle cependant une nouvelle étape de cette division internationale du travail.

Des relations multi-acteurs

  • 6 « Déclaration sur le relèvement et la reconstruction du Cambodge », signés à Paris le 23 octobre 19 (...)
  • 7 Plus de 90 % des propriétaires d’usines au Cambodge sont issus de la région Asie (dont 38 % de Chin (...)

12Les accords de Paris, ratifiés en 1991 sous l’égide de l’Organisation des nations unies par les différentes factions politiques cambodgiennes, comportent notamment une « déclaration sur le relèvement et la reconstruction du Cambodge », qui insiste sur la nécessité d’une ouverture économique du Cambodge à son environnement économique régional et international6. L’implantation d’industries de la confection sur le territoire cambodgien au cours des années 1990 correspond à une division internationale du travail pour des entreprises venues principalement de la Chine, de Taiwan et de la Corée du Sud vers le Cambodge7. La délocalisation de la partie confection de la filière de production correspond à la recherche de nouveaux marchés d’exportations et, in fine, à une stratégie de détournement des quotas imposés aux pays asiatiques exportateurs. En d’autres termes, exporter depuis le Cambodge permet aux pays de la région de contourner les restrictions commerciales imposées principalement par les États-Unis et l’Europe.

  • 8 « Préférences commerciales pour les PMA : premières évaluations des avantages et des améliorations (...)
  • 9 Le Cambodge bénéficie, pour faciliter ses exportations textiles sur le marché européen, du programm (...)

13Face au poids croissant des économies émergentes au sein des échanges internationaux de textile, le contrôle des pays développés sur le commerce mondial de textile tend à s’étioler depuis les années 1980. Ces derniers accentuent alors leurs stratégies de contrôle des importations par la généralisation d’accords bilatéraux avec un certain nombre de pays en développement, ce que démontre bien la Déclaration ministérielle de Singapour adoptée en 19968. La généralisation de tels accords9 permet notamment un meilleur accès aux marchés des pays développés et favorise la délocalisation d’unités de production au sein de pays faiblement industrialisés, comme le Cambodge (Cattaneo, Marniesse, 2004).

14La réouverture de l’espace économique cambodgien se caractérise donc par son intégration régionale et internationale à la production et au commerce d’habillement. Le Cambodge dispose cependant de peu de marge de manœuvre, car il est à la fois tributaire du commanditaire régional et du marché international.

15En réponse au détournement des quotas textiles par les pays asiatiques, et dans le cadre d’une stratégie de développement économique, qui prend exemple sur les expériences régionales de remontée de filière (Jacomet, 1989), le Bureau international du travail, qui compte le Cambodge comme membre depuis 1969, met en place une coopération économique, politique et sociale avec les différents partenaires engagés dans la production de vêtements. À partir de 2001, le programme Better Factories instaure une relation tripartite entre le Bureau international du travail, la Garments Manufacturers Association of Cambodia (GMAC) – c’est-à-dire le syndicat patronal de la confection – et le gouvernement cambodgien (cf. figure 1).

16Ces négociations politico-économiques se lisent à plusieurs échelles et révèlent différents niveaux du processus de coopération. Au niveau international, les investisseurs étrangers, le Bureau international du travail (et à travers lui les marchés américains et européens) et l’État cambodgien s’accordent pour conditionner les exportations au respect de certaines normes sociales10 au sein des établissements. Au niveau national, les négociations se font entre différents groupements d’acteurs (patronat, syndicats ouvriers, gouvernement) à l’intérieur de cadres politiques et économiques définis par le Bureau international du travail. Certaines organisations non gouvernementales participent aux discussions11.

Figure 1 : Approche multiscalaire de la relation tripartite des acteurs de la confection au Cambodge

Figure 1 : Approche multiscalaire de la relation tripartite des acteurs de la confection au Cambodge

Réalisation : Gabriel Fauveaud, 2011

  • 12 La généralisation de la production éthique dans la filière textile fait suite à un certain nombre d (...)

17Ce système, unique en son genre (Polaski, 2006 ; Arnold, Han Shih, 2010), se veut « gagnant-gagnant ». Il révèle le poids des organisations internationales dans les décisions économiques cambodgiennes. Le GMAC et le gouvernement cambodgien soulignent souvent des lois sociales contraignantes, qui nuisent à la compétitivité des entreprises. La demande d’une production industrielle « socialement éthique » de la part des compagnies internationales12 et les barrières commerciales qui limitent l’accès aux marchés américain et européen donnent du poids aux exigences du Bureau international du travail. Le Cambodge dispose encore une fois de peu de marge de manœuvre. Son rôle se limite bien souvent à l’application des décisions négociées entre le patronat et le Bureau international du travail. Il doit répondre aux conditions des institutions internationales tout en satisfaisant les exigences des pays qui délocalisent afin de sauvegarder sa première industrie d’exportation.

Localisation périphérique et concentration des unités de production

  • 13 Les chiffres que nous présentons ici ainsi que les cartes ont été conçues en fonction de données ré (...)
  • 14 La localisation des industries de la confection par sangkat présentée ici se base sur la division a (...)
  • 15 Entretien du 4 mars 2007 avec le GMAC.
  • 16 Le fret aérien, beaucoup plus couteux, est moins utilisé par les compagnies textiles, qui préfèrent (...)

18En 2011 Phnom Penh rassemble 78 % des établissements de la confection du pays13. Les usines sont localisées principalement au sein des sangkat périurbains et péricentraux (cf. carte 1)14. La taille importante des industries de la confection (qui peut atteindre plusieurs dizaines de milliers de m²) exige des terrains disponibles à un faible coût. Les espaces périurbains et péricentraux sont préférés, d’une part car le prix des terrains est beaucoup plus attractif, d’autre part car l’espace disponible y est plus important15. Au sein des sangkat périphériques, les industries s’implantent le long des principaux axes routiers. La concentration des usines à l’ouest de la ville s’explique par la présence de l’aéroport et des routes nationales 3 et 4, qui relient la capitale au port de Sihanoukville (cf. carte 2), à partir duquel sont importés les vêtements à assembler, et exportés les produits finis16. La concentration des usines au nord et au sud de la ville s’explique par la présence des routes nationales 5 et 2.

Carte 1 : Répartition des industries de la confection au sein des sangkat situés en périphérie de la ville-centre à Phnom Penh

Carte 1 : Répartition des industries de la confection au sein des sangkat situés en périphérie de la ville-centre à Phnom Penh

Réalisation : Gabriel Fauveaud ; Source : GMAC, 2011

  • 17 Principalement des entreprises qui assurent une assistance technique fournissent des pièces détaché (...)

19Au-delà des avantages comparatifs de localisation, la concentration spatiale des industries au sein des espaces péricentraux correspond à une politique de développement industriel engagée par le gouvernement au cours de la deuxième moitié des années 1990. Elle se caractérise par trois types d’actions incitatives : exemptions de taxes sur certains espaces (parcs industriels), ventes de terrains publics (notamment militaires) à un prix peu élevé et viabilisation de terrains éloignés (eau, électricité, voirie). Les relations entre les espaces centraux et périphériques correspondent majoritairement à la diversification horizontale de la filière17 et à la séparation géographique des espaces de décision et des espaces de production. La ville-centre accueille les bureaux des compagnies étrangères qui supervisent les unités de production, les bureaux des organisations internationales et locales qui travaillent avec la confection et les logements des cadres locaux et étrangers. Au sein de la filière textile, la ville-centre accueille donc les activités secondaires, tertiaires et quaternaires à plus haute valeur ajoutée. La concentration d’établissements sur certains espaces a parfois amené quelques sociétés de service à s’installer ou se délocaliser à proximité des usines (principalement les entreprises de transport), mais cela reste marginal.

20Le nombre d’industries est passé de 171 établissements recensés en 2006 (GMAC, 2006) à 208 en 2011 (GMAC, 2011), soit près de 18 % d’augmentation. Selon le GMAC, la population ouvrière est relativement stable de 2006 à 2011, avec un peu plus de 200 000 ouvriers travaillant dans les usines de la capitale en 2011 (GMAC, 2006 ; GMAC, 2011), qui compte un peu plus de 1 300 000 habitants en 2008 (NIS, 2009, 192). Au cours des années 2000, nous assistons à une disparition progressive des unités de production au sein de la ville-centre, et à une redistribution des industries les plus éloignées des principaux axes routiers au bénéfice des sangkat ouest, qui voient leur nombre d’industries augmenter. Entre 2006 et 2011, le nombre d’unités de production augmente de 43 % à Dangkor, de 35 % à Chaom Chao et de 10 % à Kakab, tandis que le nombre d’usines installées dans la ville-centre passe de 17 à 7 (GMAC, 2006 ; GMAC, 2011). Ces dynamiques se caractérisent notamment par une concentration accrue des industries au sein des espaces péricentraux.

21Le bassin d’emploi des industries de la confection se situe principalement au sein des provinces limitrophes, par ailleurs les plus densément peuplées du pays. La concentration des industries et l’influence de Phnom Penh sur ses provinces environnantes illustre la situation de carrefour de la capitale au sein du corridor économique est-ouest, qui s’étend de Hô Chi Minh-Ville au Vietnam, à Bangkok en Thaïlande, tout en intégrant la ville portuaire de Sihanoukville (Hang, 2009).

Carte 2 : Bassin d’emploi de l’industrie de la confection à Phnom Penh : une dynamique de corridor

Carte 2 : Bassin d’emploi de l’industrie de la confection à Phnom Penh : une dynamique de corridor

Réalisation : Gabriel Fauveaud ; Source : GMAC, 2006 ; NIS, 2009

22L’activité de la confection engage des acteurs d’horizons géographiques variés. L’organisation centre-périphérie n’a de sens qu’au regard des interactions politiques et économiques à petite échelle (division internationale du travail d’une part, poids politique et économique du Cambodge d’autre part) et de la division sectorielle de l’espace à Phnom Penh (activités tertiaires et quaternaires au centre, primaires et secondaires en périphérie). L’implantation d’industries de la confection engendre un exode rural important de jeunes femmes au profit des espaces péricentraux et périurbains de la capitale. Les processus migratoires conditionnent la formation de nouveaux espaces de vie, qui s’articulent avec les espaces urbains existants, et engendrent de nouvelles formes d’urbanisation.

Des espaces de vie aux territoires ouvriers

Migrations temporaires et continuum socio-spatial

23Les processus migratoires tout comme les mobilités ont fait l’objet d’une attention particulière en géographie, car ils engendrent de nouvelles constructions socio-spatiales et induisent des rapports originaux à l’espace (Chaléard, Dubresson, 1999 ; Faret, 2003 ; Capron, Cortès, Guétat-Bernard, 2005). Les migrations féminines ont cependant été peu étudiées en tant que telles par les géographes. Depuis les années 1990, les femmes en Asie migrent cependant autant que les hommes (Agrawal, 2006).

24Plus de 90 % des travailleurs de la confection au Cambodge sont des femmes issues de zones rurales (ADB, 2004). La très grande majorité des ouvrières que nous avons interrogées habitent à proximité de l’usine (82 % habitent à moins de 15 minutes à pied de leur lieu de travail). L’âge moyen des femmes interrogées est de 21 ans. Pour 73 % d’entre elles, l’emploi dans l’industrie de la confection représente leur première activité en dehors du secteur primaire.

25Au Cambodge, la migration de jeunes femmes de la campagne vers la ville dans de telles proportions est un phénomène inédit. La principale motivation de la migration est d’ordre économique. Le salaire moyen (salaire minimum et heures supplémentaires) est estimé par le Bureau international du travail (2011) à 70 $ par mois. Nos entretiens montrent que la migration des jeunes femmes est généralement à l’initiative des adultes de la famille. Les jeunes migrantes sont peu associées au processus décisionnel qui, du point de vue des ouvrières, ne se réalise pas sous contrainte directe, mais s’inscrit dans les rapports de genre (femme) et de position au sein de la hiérarchie générationnelle (jeune adulte) qui caractérisent de manière générale la position sociale des jeunes femmes non mariées au Cambodge (Ledgerwood, 1996).

26Afin de s’assurer que la migration s’accomplisse dans les meilleures conditions possibles, les parents sollicitent l’ensemble de leur réseau social (famille élargie, amis et connaissances, voisins, personnes redevables). Ces connaissances représentent ici l’essentiel de ce que L. Faret (2003) nomme le « capital social du mouvement » : « Ce savoir-faire, qui permet de rencontrer le succès hors du lieu d’origine, repose sur un ensemble de connaissances et de capacités à assimiler les différents moments de l’expérience migratoire. (…) Partagés par la communauté locale qui entretient cette connaissance particulière, ces éléments fondent un capital social original pour les groupes migrants (…) » (Faret, 2003, 311).

  • 18 Entretien réalisé le 4 mai 2007 avec Tuomo Poutiainen, alors directeur du Bureau international du t (...)

27Selon le Bureau international du travail, les ouvrières restent en moyenne entre 9 et 12 ans dans le secteur de la confection18. Les retours occasionnels ou définitifs des précédents migrants vers le village d’origine ont pour conséquence une diffusion de l’information ayant trait aux conditions du travail dans la confection (niveaux de salaires, pénibilité du travail, informations sur les usines qui embauchent) et aux conditions de vie (accueil au sein des espaces d’arrivée, prix du logement et de la nourriture, dangers de la vie en ville). Ces flux informationnels perdurent à travers le caractère circulatoire des mobilités entre la ville et la campagne (Chaléard, Dubresson, 1999), et conditionnent à la fois la mobilité (le déplacement) et les migrations (l’installation des jeunes femmes au sein d’un nouvel environnement). Ils permettent, au-delà du caractère temporaire des migrations, de produire des réalités socio-spatiales durables et des espaces de vie qui s’inscrivent de manière pérenne dans l’espace.

28Au regard des pratiques et des discours des ouvrières, les espaces de vie ouvriers ne se situent pas tant à la périphérie de la ville que des espaces ruraux. L’ouvrière qui part travailler et habiter à Phnom Penh se rend « à la ville de Phnom Penh », expression systématiquement relevée dans nos entretiens. La pratique des espaces urbains centraux par les ouvrières est cependant rare, et ce pour plusieurs raisons. La part de salaire envoyée à la famille est très importante : 39 % des ouvrières déclarent envoyer entre 35 et 50 % de leur revenu à leur famille, et 32 % plus de 50 % (ADB, 2004, 37). Les dépenses en dehors du logement, de la nourriture et des déplacements de proximité sont donc très limitées. 35 % des ouvrières que nous avons interrogées ne se rendent pas plus d’une fois par an dans la ville-centre, lorsqu’elles se rendent en moyenne deux fois par an dans leur village d’origine. Un peu plus de 70 % des ouvrières nous déclarent téléphoner principalement à leurs familles et amis dans leurs villages d’origine, l’utilisation du téléphone pour contacter des personnes à Phnom Penh étant très rare. La perspective, souvent admise, que la ville est un espace d’émancipation pour de jeunes femmes voulant fuir un contexte social trop restrictif n’est pas vérifiée par nos enquêtes, bien au contraire. La volonté de retour au village d’origine est majoritaire à plus de 90 %. Les retours y sont réguliers au cours de l’année et le dialogue par téléphone ou par l’intermédiaire de connaissances ou de membres de la famille, qui retournent régulièrement au village, est continu. Les pratiques spatiales et les relations sociales sont donc tournées vers le village d’origine plus que vers les espaces urbains.

29Aux liens forts que les ouvrières entretiennent avec leur village d’origine se joint un discours dépréciatif sur Phnom Penh. L’insécurité, le bruit, la pollution, la saleté, la pénibilité et la dangerosité du travail font partie des inconvénients qui reviennent le plus souvent dans les discours. Très peu d’ouvrières disent avoir un a priori positif avant de partir pour la première fois à la capitale. L’espace urbain est à la fois imaginé au travers d’histoires qui circulent au sein des espaces ruraux, et représenté par l’intermédiaire de personnes ayant séjourné dans la ville pour le travail (les provinces proches de Phnom Penh fournissent une importante main d’œuvre saisonnière pendant la saison sèche) ou les loisirs. Le travail forcé, la prostitution, les accidents, les vols, les viols et les diverses intimidations que subissent ces jeunes femmes sont souvent dénoncés par les organisations internationales (Nishigaya, 2002 ; Banque mondiale, 2006). Cette réalité est relayée par le discours des ouvrières revenant temporairement ou définitivement dans leur village d’origine. Ces histoires, vécues ou non, participent à la construction d’un imaginaire urbain, qui ne sera pas forcément remis en cause à l’issue de la migration. Le village rural d’origine reste l’espace de référence socio-culturel, c’est-à-dire l’espace à travers lequel la ville sera pratiquée et intégrée au sein de stratégies économiques qui conditionnent les pratiques spatiales présentes et à venir. En périphérie des espaces de référence, l’espace urbain est rarement une finalité. En conséquence, les pratiques spatiales des ouvrières montrent une forte propension au repli au sein d’espaces situés en retrait des axes principaux.

Les axes secondaires, le logement et les espaces communs : des ressources pour le groupe migrant

30Si les industries de la confection s’établissent le long des principaux axes de circulation, les espaces de vie ouvriers s’organisent en retrait de la rue principale, et sont fortement structurés par les rues secondaires et les passages.

31Le schéma 1 est une représentation de l’organisation d’un espace de vie ouvrier situé au sud de la ville, le long de la route nationale 2, au sein du sangkat Chak Angrae Kraom (cf. carte 2). De manière générale, la porte de l’usine donne sur un axe routier important, le long duquel s’installent divers commerces temporaires destinés aux ouvrières, pouvant parfois aboutir à la constitution de véritables marchés informels, où l’emplacement se négocie à un prix élevé. La pratique de ces commerces se fera essentiellement aux moments de sorties et d’entrées d’usine, le matin, le midi et le soir.

32À la différence des commerces de l’axe principal, les activités au sein de la rue secondaire sont plus diversifiées (coiffeurs, épiceries et quincailleries par exemple) et sont destinées à la fois aux ouvrières et aux habitants du quartier. C’est autour des axes secondaires que se structurent les espaces de vie ouvriers et que s’élabore le nouvel environnement socio-spatial des ouvrières. La rue « (…) se trouve à la croisée entre le mouvement, aux différentes échelles de la ville, du quartier, de la résidence, et le stationnement, lié aux habitations et activités riveraines. Il est ainsi le lieu significatif de la fonctionnalité de la ville et le creuset d’une sociabilité proprement urbaine (…) » (Sanjuan, 2010).

Schéma 1 : Représentation schématique de l’organisation d’un espace de vie ouvrier en périphérie de Phnom Penh

Schéma 1 : Représentation schématique de l’organisation d’un espace de vie ouvrier en périphérie de Phnom Penh

Réalisation : Gabriel Fauveaud, 2011

33Si la rue principale, où s’exprime une « sociabilité proprement urbaine », assure un certain lien entre les espaces de vie ouvriers et la ville, les axes secondaires structurent principalement le quartier, au sein duquel se déploie une sociabilité propre aux espaces de vie ouvriers.

34Plusieurs ouvrières indiquent le caractère dangereux de la rue principale, où les rencontres avec des personnes indésirables sont monnaie courante. Afin de remédier à ce manque de sécurité, qu’il soit de l’ordre du ressenti ou du vécu, les ouvrières s’organisent en groupe pour effectuer leurs trajets entre l’usine et leurs espaces de vie, tout comme à l’intérieur de leurs quartiers. Nos enquêtes montrent que les relations sociales des ouvrières sont caractérisées par un entre-soi très fort : les groupes se forment en fonction des origines géographiques, des relations de parenté – comme conséquence directe du système migratoire – et des relations de travail.

35Les fortes solidarités entre les ouvrières sont visibles dans les pratiques des espaces publics que sont les axes secondaires. La photographie 1 prise au sein du sangkat Choam Chao (cf. carte 1) illustre le rôle des rues secondaires comme espaces privilégiés d’expression du groupe. Nous voyons ici des ouvrières d’une même usine, qui se retrouvent pour manger à l’extérieur d’un restaurant en fin de journée. L’intérieur du restaurant est exclusivement pratiqué par les habitants du quartier ne travaillant pas dans la confection.

Photographie 1 : La rue secondaire : expression et réalisation du groupe social des ouvrières de la confection à Phnom Penh

Photographie 1 : La rue secondaire : expression et réalisation du groupe social des ouvrières de la confection à Phnom Penh

Source : Gabriel Fauveaud, 2009

36La pratique des rues secondaires par des groupes d’ouvrières atteste de l’existence de solidarités fortes, tout aussi visibles dans les pratiques du logement. Ce dernier n’est plus seulement l’espace domestique privé, mais un lieu de construction et de consolidation du groupe, situé au croisement de la reproduction des rapports sociaux du village d’origine et de la constitution de nouveaux liens sociaux liés à l’activité de la confection.

37Les espaces communs au sein des habitats ouvriers sont les lieux centraux des pratiques collectives (activités ménagères, repas et loisirs principalement). Les ouvrières vivant à proximité s’y rassemblent et approfondissent des relations sociales nouées dans l’usine. D’après les ouvrières, les logements qui disposent d’espaces communs plus vastes accueillent, après le travail, des travailleuses du quartier qui se connaissent. Lorsque les chambres ouvrières se situent au sein d’un logement préexistant (cf. photographie 2), des liens forts peuvent se forger entre les ouvrières et les propriétaires de la maison, avec lesquels ils partagent un quotidien et parfois certaines pratiques collectives (repas principalement). Ces dynamiques s’inscrivent de manière générale dans la recomposition de nouvelles solidarités sociales, qui pallient l’absence du cadre filial et social du village d’origine. Les espaces communs permettent ici la consolidation des groupes ouvriers en autorisant le déploiement de pratiques communes et l’expression de nouvelles solidarités. Ils assurent le rôle d’espaces intermédiaires entre la rue et le logement, c’est-à-dire entre les sphères publiques et privées des habitats : ils représentent des espaces privilégiés d’expression de « l’habiter ouvrier ».

Photographie 2 : Logements ouvriers en périphérie de Phnom Penh construits sous une maison en bois sur pilotis ainsi que dans la cour

Photographie 2 : Logements ouvriers en périphérie de Phnom Penh construits sous une maison en bois sur pilotis ainsi que dans la cour

Source : Gabriel Fauveaud, 2009

38Cette organisation en groupe est aussi la conséquence d’une distinction entre les travailleuses de la confection et les autres habitants, comme l’ont révélé les discours entendus tout au long du travail d’enquête : la séparation entre ruraux (ouvrières) et urbains (habitants du quartier), entre hommes et femmes, entre locataires (ouvrières) et propriétaires (habitants du quartier). Les ouvrières sont souvent accusées de perturber l’ordre social de l’espace de vie, ou de ne pas participer aux tâches collectives dévolues aux autres habitants du quartier. Si la notion de ségrégation spatiale paraît ici peu appropriée, la distinction sociale entre ouvrières et habitants se concrétise néanmoins spatialement.

  • 19 Le mot « quartier » est ici la traduction du mot phum qui signifie littéralement « village ». Néanm (...)
  • 20 Entretien réalisé le 21 mai 2009 avec le propriétaire du restaurant visible sur la photographie 1.

39« La présence des ouvrières n’est pas tellement bonne pour notre quartier19. Elles attirent des hommes qui viennent de la ville et l’insécurité a augmenté depuis qu’elles sont arrivées. (…) Ces filles ne connaissent pas Phnom Penh. Elles sont jeunes et ce n’est pas un bon environnement pour elles. Beaucoup de gens ici ne leur parlent pas parce qu’elles devraient rester dans leur village. (…) Cela a permis à certains de gagner plus d’argent ici, mais elles [les ouvrières] ne participent pas à l’entretien des routes. Elles ne sont là que pour travailler à l’usine. »20

40Les rues secondaires et les espaces communs sont ici des ressources utilisées et mobilisées par les ouvrières dans l’élaboration de nouvelles solidarités de groupe. En s’appropriant ces espaces de vie, les ouvrières participent de la construction de nouveaux quartiers urbains, compris comme « (...) le territoire d’une communauté [qui] constituerait, dans cette perspective, une assise significative de pratiques collectives » (Morin et Rochefort 1998, 103-104). Le quartier se définirait non pas simplement comme un lieu d’interactions sociales, mais comme un espace de concrétisation de ces interactions par la composition d’un « nous » social construit par des actions collectives. En ce sens, les espaces de vie ouvriers sont bien des territoires, c’est-à-dire un « agencement de ressources matérielles et symboliques capable de structurer les conditions pratiques de l’existence d’un individu ou d’un collectif social et d’informer en retour cet individu et ce collectif sur sa propre identité » (Debarbieux, 2003, 910). C’est justement au moment de l’altération des ressources matérielles, que sont les logements, les espaces communs et les rues secondaires, que les territoires ouvriers sont remis en cause.

De nouveaux rapports socio-spatiaux

41La concentration d’industries et de travailleurs engendre de nouveaux enjeux fonciers et immobiliers, qui mettent en question les modalités de la croissance urbaine dans son ensemble. Les dynamiques de l’étalement urbain s’appuient notamment sur le dynamisme des espaces interstitiels, organisés en retrait du réseau principal et fortement structurés par le réseau secondaire. La présence de cette activité au sein des espaces périphériques engendre de nouveaux rapports entre la ville et ses franges urbaines. Les industries de la confection deviennent des moteurs de l’urbanisation, qui altère en retour l’organisation socio-spatiale des territoires de la confection.

Un appui pour une urbanisation peu planifiée

  • 21 12 euros environ.
  • 22 5 euros environ.

42Les photographies 2 et 3 représentent des habitats ouvriers situés en périphérie de la ville-centre (cf carte 1). Sur la photographie 3, le propriétaire choisit après l’implantation d’industries de la confection et le déploiement d’habitats ouvriers dans son voisinage d’arrêter la culture du riz sur son champ et d’y construire des petites chambres à louer pour les ouvrières. La construction de ces logements se fait progressivement, en fonction des loyers qu’il perçoit et donc de la capacité d’investissement dont il dispose. Les chambres sont louées en 2009 à 70 000 riels par mois21, alors qu’il en demandait 30 000 riels22 il y a 7 ans. En 2006, il achète un autre terrain dans un village à une trentaine de kilomètres de la ville, démonte sa maison sur son terrain de Tuol Sangke (cf. carte 1) et la reconstruit sur son nouveau terrain. Il ne pratique plus d’activité agricole et se contente de la rente que lui rapporte la location des chambres. Une partie de sa famille s’occupe de l’entretien des logements et des espaces communs (toilettes et cours principalement), ainsi que de la collecte des loyers.

Photographie 3 : Séries de chambres ouvrières attenantes aux usines en périphérie de Phnom Penh

Photographie 3 : Séries de chambres ouvrières attenantes aux usines en périphérie de Phnom Penh

Source : Gabriel Fauveaud, 2010

43La maison de la photographie 2 accueille 5 chambres ouvrières : deux se situent dans la cour et trois sont construites dans l’espace ouvert sous la maison. Les propriétaires possèdent la maison depuis 1979. La vente d’une partie de leur terrain en 2002 à des habitants de la ville-centre permet au chef de famille d’arrêter son activité de chauffeur, tandis que sa femme continue à tenir une échoppe devant la maison. Suite à des problèmes d’argent, le chef de famille décide en 2008 de faire construire des chambres pour les louer à des ouvrières.

  • 23 Entretien du 17 mai 2008 avec le chef du sangkat Tuol Sangke.

44Ces processus d’urbanisation ne font pas l’objet d’un encadrement institutionnel particulier ni de programmes d’aménagement urbain spécifiques. La construction de logements ouvriers aboutit à une densification du bâti au sein des îlots et pose parfois des problèmes de gestion des espaces urbains. Le dépôt des permis de construire pour les nouvelles constructions dépassant 50 m² est obligatoire depuis 1997. Les chambres ouvrières, qui selon nos observations ne dépassent généralement pas 10 m², échappent donc à l’examen des projets de construction par les services d’urbanisme de la ville. Lorsque les logements ouvriers sont intégrés au sein de logements individuels, les propriétaires dont l’habitation a fait l’objet d’un dépôt de permis de construire nous ont systématiquement indiqué que les plans des chambres ouvrières n’y figuraient pas. Alors que les déménagements et les emménagements des habitants doivent être systématiquement enregistrés aux bureaux de chaque sangkat, les mobilités ouvrières font exception. Selon les autorités locales, leur nombre ainsi que leur propension à la mobilité rendraient leur enregistrement compliqué23.

45La présence de la main-d’œuvre ouvrière ouvre de nouvelles perspectives économiques pour les habitants des espaces péricentraux. Le passage du statut d’agriculteur à celui de rentier par l’intermédiaire de l’activité de la confection est un phénomène que nous avons rencontré plusieurs fois au cours des entretiens. Ces réalités s’inscrivent plus largement au sein de la croissance de la ville et de l’urbanisation des espaces périphériques. L’activité de la confection est moins une cause qu’un accélérateur de l’urbanisation de ces espaces. Les enquêtes montrent que les décisions d’achats de terrains des citadins au sein des espaces périphériques sont notamment motivées par la présence de l’activité de la confection. La perspective d’ouvrir un commerce pour les ouvrières ou de pouvoir dédier une partie du terrain à la construction de logements ouvriers rend ces territoires attractifs pour les habitants de la ville-centre qui, au-delà de la spéculation immobilière, espèrent bien tirer parti de la rente foncière.

46En introduisant une nouvelle activité fortement consommatrice de main d’œuvre, la confection génère de nouvelles relations sociales et économiques et engendre de nouvelles articulations entre les espaces urbains.

De nouvelles relations spatiales avec les périphéries urbaines

47Les industries de la confection génèrent un développement des activités parallèles à la filière formelle. Certains directeurs et manageurs d’usines délèguent les activités de finition (coupe des fils, pliages ou empaquetage par exemple) à des familles habitant à proximité des usines ou au sein d’autres villages périphériques. Les marchandises sortent de l’usine temporairement et sont soit traitées ailleurs (rez-de-chaussée ou cours d’une maison par exemple), soit distribuées à des particuliers, qui ramènent la marchandise une fois le travail fini. Ces tâches, accomplies principalement par des personnes âgées, des femmes et des enfants au cours de la journée, sont interdites par le Bureau international du travail car elles échappent au contrôle des conditions sociales de la production industrielle. Le commerce informel de marchandises sorties illégalement de l’usine est lui aussi assez répandu. Les marchandises volées sont vendues à des commerçants exerçant leur activité dans différents marchés de la ville-centre. Les chutes de tissu sont elles aussi vendues comme combustibles à des briqueteries installées en périphérie de la ville. Ces pratiques ne sont pas interdites, tout en n’étant pas considérées par les acteurs de la filière comme faisant partie de la production formelle des industries. Les bénéfices profitent principalement aux cols blancs, qui organisent bien souvent ce commerce parallèle.

48La manne financière que représente la présence de plusieurs milliers de travailleurs sur des espaces relativement circonscrits autour de l’usine rend ces espaces attractifs. Les sorties et les entrées d’usine en début, milieu et fin de journée attirent un grand nombre de vendeurs ambulants de nourriture, jouets ou vêtements par exemple. Certaines ouvrières utilisent des transports pour rentrer chez elles, lorsque le logement n’est pas à proximité immédiat du lieu de travail. Ces contacts du quotidien, répétés dans le temps, aboutissent parfois à la création de relations d’amitié ou amoureuses, qui n’appartiennent plus à l’univers de la confection stricto sensu. Nous avons ainsi rencontré des ouvrières qui sont restées à Phnom Penh après leur emploi à la confection. Ces trajectoires de vie relativisent l’enclavement présumé des territoires de la confection tel que nous l’avons décrit précédemment.

49La pratique des espaces urbains par les ouvrières est aussi avérée. Les organisations internationales, à travers différents programmes d’accompagnement et de formation des ouvrières de la confection, permettent aux jeunes femmes d’accéder à certaines pratiques citadines. Une partie du programme Better Factories est dédiée à la résolution de conflits entre les travailleurs, d’une part, et entre les travailleurs et les employeurs, d’autre part. La liberté d’association au sein des usines est une des conditions imposées par le Bureau international du travail aux investisseurs qui prennent part au projet. Les grèves et manifestations, rapportées par les quotidiens locaux, ne sont pas rares. Les manifestations se déroulent la plupart du temps devant l’usine, dans la rue principale, mais aussi devant des bâtiments des autorités publiques comme le Ministère du Commerce ou la Municipalité de Phnom Penh par exemple. Ces manifestations montrent que certains espaces publics et centres urbains deviennent des lieux de revendication pour ces nouveaux habitants péricentraux. Ces différents exemples illustrent la multiplicité des relations socio-spatiales qui se nouent en dehors du monde ouvrier et des territoires ouvriers. Les transformations récentes de ces derniers témoignent justement de leur intégration progressive à la ville, qui se réalise souvent au détriment des ouvrières.

Une reconfiguration des territoires de la confection

50La croissance urbaine transforme fortement les territoires de la confection. L’attraction pour les espaces périphériques correspond de manière plus générale à la croissance de la spéculation foncière à partir de la fin des années 1990. Les usines qui se sont implantées au cours des années 1990-2000 dans les interstices « vides » d’urbanisation au sein des espaces péricentraux et périurbains se trouvent au cours des années 2000 de plus en plus intégrées à la ville dense. L’augmentation exponentielle du prix des biens immobiliers accroit les stratégies spéculatives et provoque un départ des propriétaires de la ville-centre vers les périphéries. Ces nouveaux rapports spatiaux ont un impact direct sur les territoires de la confection.

  • 24 Le compartiments chinois, ou shop house, désigne un bâtiment généralement construit sur 2 ou 3 étag (...)

51Les espaces les plus proches de la ville dense sont les premiers touchés. La construction de logements ouvriers au sein de compartiments chinois24 (cf. photographie 4) et de petits immeubles (cf. photographie 5) témoignent de ce processus.

Photographie 4 : Chambres ouvrières au deuxième étage d’un compartiment chinois à Phnom Penh

Photographie 4 : Chambres ouvrières au deuxième étage d’un compartiment chinois à Phnom Penh

Source : Gabriel Fauveaud 2010

52Le compartiment chinois visible sur la photographie 4 est situé à Tuol Sangke (cf. carte 1). Le rez-de-chaussée est occupé par le propriétaire et les étages sont divisés en chambres individuelles. Les matériaux utilisés tout comme les dimensions des logements sont analogues à ceux des logements ouvriers précaires construits de plein.

Photographie 5 : Chambres ouvrières au troisième étage d’un petit immeuble de Phnom Penh

Photographie 5 : Chambres ouvrières au troisième étage d’un petit immeuble de Phnom Penh

Source : Gabriel Fauveaud, 2010

53Certaines ouvrières travaillant dans la confection depuis plus de cinq années relatent la dégradation de leurs conditions de vie au rythme des transformations du cadre bâti. La densification des habitats a pour conséquence directe la disparition des espaces communs qui, comme nous l’avons vu, occupent une place centrale dans la structuration des territoires ouvriers. Au sein de ces nouveaux espaces urbanisés, les nouveaux propriétaires des logements s’approprient la rue comme extension de leur logement en rez-de-chaussée (Fauveaud, 2008) tandis que les espaces communs des logements ouvriers installés en hauteur sont réduits aux couloirs et aux balcons. La pratique de la rue secondaire est moindre, les activités installées dans le quartier étant de plus en plus tournées vers les nouveaux habitants. En conséquence, l’interaction sociale entre les groupes d’ouvrières est largement réduite. Le territoire se fragmente lorsque la rue et les espaces communs ne jouent plus leurs rôles de lien social entre les ouvrières d’une part, entre les ouvrière et la Cité d’autre part.

54Le rachat des espaces péricentraux par les habitants de la ville-centre, à comprendre comme une évolution contemporaine des stratégies immobilières, transforme le rapport entre les propriétaires et les ouvrières. Nos enquêtes avec ces nouveaux propriétaires montrent qu’ils sont moins enclins à favoriser la construction d’un cadre social de substitution pour les ouvrières, comme cela était le cas avec les propriétaires initiaux. Il n’existe plus d’espaces communs partagés à la fois par les ouvrières et les propriétaires, qui se plaignent par ailleurs des nombreux problèmes qu’ils rencontrent avec leurs nouveaux locataires. Ces faits démontrent de manière générale une recomposition des rapports sociaux, au moment où les ressources de l’habitat se trouvent altérées.

55Ces recompositions spatiales ont donc pour conséquence la disparition progressive ou brutale des espaces qui permettaient auparavant la réalisation du groupe social. L’urbanisation des territoires ouvriers participe peu à leur intégration à la ville, et favorise au contraire leur enclavement et une précarisation de leurs conditions de vie.

Conclusion

56Première industrie d’exportation du pays, la confection au Cambodge fait l’objet d’une nouvelle forme d’encadrement de la division internationale du travail. Les grandes institutions internationales, associées à des organisations non gouvernementales sur le terrain, cherchent à favoriser une production éthique comme garantie de l’exportation des biens textiles dans les marchés occidentaux. Cette dynamique s’inscrit plus largement dans la mise en place d’une « libéralisation éthique » de l’économie cambodgienne, qui interroge d’emblée la réussite d’un tel modèle de développement.

57L’arrivée d’une nouvelle population rurale au sein des espaces péricentraux de Phnom Penh génère une réorganisation des espaces de vie et fait émerger des relations sociales originales entre les habitants locaux et les ouvrières. L’approche par l’espace local permet de mettre en valeur le rôle des logements, des espaces communs et des axes de circulation – qui s’assimilent ici à des ressources – dans l’élaboration d’une territorialisation propre aux ouvrières, entre ségrégation et intégration socio-spatiales.

58La fragile organisation des espaces de vie ouvriers est remise en cause par la fragmentation grandissante des espaces péricentraux de Phnom Penh, générée par l’attrait d’une nouvelle rente foncière et par l’accaparement de ressources immobilières par des entrepreneurs de la ville-centre. Si l’amélioration des conditions de travail dans les usines est avérée selon le Bureau international du travail, l’encadrement du système migratoire fait pour l’instant défaut. La prise en charge de la mobilité et de l’intégration des ouvrières au sein de leur nouvel environnement urbain permettrait un meilleur partage des ressources générées par l’industrie de la confection. Malgré l’encadrement des conditions de travail à l’intérieur des usines, le développement et le maintien du secteur de la confection s’appuie sur la précarisation de la main d’œuvre ouvrière, et remet ainsi en cause la réussite d’un tel modèle de développement. La construction et la gestion de logements ouvriers par l’État – qui s’apparenterait à des logements sociaux – pourrait être une des réponses au problème. Cela représenterait une ébauche de politique du logement au Cambodge, qui, pour l’instant, fait encore largement défaut.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Agrawal A. (ed.), 2006, Migrant Women and Work, New-Delhi - Londres, Sage, 226 p.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Arnold, D., Han Shih, T., 2010, « A Fair Model of Globalisation? Labour and Global Production in Cambodia », Journal of Contemporary Asia, vol. 40, 401-424
DOI : 10.1080/00472331003798376

Banque asiatique de développement, 2004, Garment Employees in Cambodia A SocioEconomic Survey, Manila, 79 p.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Boussemart B., Roncin A., 2007, « La mondialisation contre la concurrence dans le textile et l’habillement », Revue de l’OFCE, no 103, 351-382.
DOI : 10.3917/reof.103.0351

Capron G., Cortes G., Guetat-Bernard H. (eds.), 2005, Liens et lieux de la mobilité : ces autres territoires, Paris, Mappemonde, 343 p.

Cattaneo O., Marniesse S., 2004, Le Cambodge : de l’ère des quotas textiles au libre-échange, Phnom Penh, AFD, 96 p.

Chaléard J.-L. et Dubresson A. (eds), 1999, Villes et campagnes dans les pays du Sud. Géographie des relations, Paris, Karthala, 260 p.

Chandler D. P., 2008, A history of Cambodia, 4ème édition, Boulder, Westview Press, 365 p.

Debarbieux B., 2003, « Territoire », in Levy J., Lussault M. (eds), 2003, Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés, Paris, Belin, 910-912.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Deler J.-P., 2010, « Mutations économiques et recompositions territoriales en Asie du Sud et du Sud-Est : introduction », Annales de géographie, vol. 1, n 671-672, 4-6.
DOI : 10.3917/ag.671.0004

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Deler J.-P., Kermel-Torrès D., 2010, « Industrialisation et expansion mégapolitaine : le corridor du littoral sud-est de Bangkok », Annales de géographie, vol. 1, n 671-672, 7-27.
DOI : 10.3917/ag.671.0007

Dick H.W., Rimmer P.J., 2009, The city in Southeast Asia: patterns, processes and policy, Honolulu, University of Hawaiʻi Press, 340 p.

Faret L., 2003, Les territoires de la mobilité, Paris, CNRS, 351 p.

Fauveaud G., 2008, Des types d’habitats aux modes d’habiter, Rapport enquête-habitat, Phnom Penh, Bureau des Affaires Urbaines, 127 p.

Franck M., 1993, Quand la rizière rencontre l’asphalte... : semis urbain et processus d’urbanisation à Java-Est, Indonésie, Paris, EHESS, 282 p.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Franck M., 2010, « Diffusion spatiale de l’urbanisation et de l’industrialisation et formation d’une région urbaine : le cas de Surabaya, en Indonésie », Annales de géographie, n 671-672, 69-92.
DOI : 10.3917/ag.671.0069

Ginsburg N., Koppel B.M., McGee T.G. (eds.), 1991, The Extended Metropolis: Settlment Transition in Asia, Honolulu, University of Hawaii Press, 339 p.

GMAC, 2006, GMAC 10th anniversary report, Phnom Penh, 51 p.

GMAC, 2011, Member List, http://www.gmac-cambodia.org

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Goldblum C., 2010, « Dynamique urbaine et métropolisation en Asie du Sud-Est : une perspective à partir de Bangkok et de Singapour », Annales de géographie, vol. 1, n 671-672, 174-180.
DOI : 10.3917/ag.671.0174

Grasland C., Van Hamme G., 2010, « La relocalisation des activités industrielles : une approche centre-périphérie des dynamiques mondiale et européenne », L’Espace géographique, vol. 39, 1-19.

Hang C. N., 2009, Cambodian Economy: Charting the Course of a Brighter Future. A Survey of Progress, Problems and Prospects. Éditions Preah Vihear, Phnom Penh, 562 p.

Bureau international du travail, 2011, Cambodia’s Garment Industry Rebounds from the Global Economic Downturn, avril 2011, http://www.betterfactories.org/

Jacomet D., 1989, Le textile-habillement : une industrie de pointe, Paris, Economica, 235 p.

Ledgerwood J., 1996, « Politics and Gender: Negotiating Conceptions of the Ideal Woman in Present-Day Cambodia », Asia-Pacific Viewpoint, vol. 37, n 2, 139-152.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Long O., 1983, « La place du droit et ses limites dans le système commercial multilatéral du GATT », Recueil des cours : collected courses of the Hague Academy of International Law, vol. 182, 9–182.
DOI : 10.1163/ej.9789024730698.011-142

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Morin R., Rochefort M., 1998, « Quartier et lien social : des pratiques individuelles à l’action collective », Lien social et Politiques, n° 103, 103-114.
DOI : 10.7202/005194ar

National Institute of Statistics of Cambodia (NIS), 2009, General Population Census of Cambodia 2008, Final Census Results, NIS, Phnom Penh, 291 p.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Nishigaya K., 2002, « Female Garment Factory Workers in Cambodia: Migration, Sex Work and HIV/AIDS’« , Women & Health, vol. 35, n 4, 27-42.
DOI : 10.1300/J013v35n04_03

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Polaski S., 2006, « Combining Global and Local Forces: The Case of Labor Rights in Cambodia », World Development, vol. 34, n° 5, 919–932.
DOI : 10.1016/j.worlddev.2005.04.019

Ripoll F., Veschambre V., 2005, « Introduction. L’appropriation spatiale comme problématique », Norois, n 195, 2-10

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Royon M., 1981, « Accords multifibres et nouvelles fonctions de protectionnisme. », Revue d’économie industrielle, n 15, 60-77.
DOI : 10.3406/rei.1981.1994

Sanjuan T., 1997, À l’ombre de Hong Kong : le delta de la rivière des perles, Paris, L’Harmattan, 313 p.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Sanjuan T., 2010, « La rue en Asie », EchoGéo, n 12, http://echogeo.revues.org/11914
DOI : 10.4000/echogeo.11914

Banque mondiale, 2006, Women and Work In the Garment Industry, rapport n 40042, 63 p.

Haut de page

Notes

1 « (...) s’approprier un espace veut dire ici acquérir des connaissances théoriques et pratiques, des savoirs et des savoir-faire qui permettent de s’y mouvoir sans s’y perdre, mais aussi d’en user de façon pertinente ou stratégique » (Ripoll, Veschambre, 2008, 5).

2 Nos entretiens ont été réalisés avec un traducteur, notre niveau de compréhension de la langue khmère ne nous permettant pas de les mettre en œuvre seul. Cependant, nous étions en mesure de prendre en charge une partie des entretiens, d’intervenir lors du déroulement des questionnaires et de corriger certaines erreurs de compréhension et de traduction.

3 Le terme sangkat signifie littéralement quartier/district et correspond à une des divisions administratives de Phnom Penh. La transcription latine des mots cambodgiens que nous citons dans le texte est celle utilisée par la Municipalité de Phnom Penh.

4 Le nombre d’ouvriers travaillant en 2011 dans les usines de Tuol Sangke s’élève à près de 16 000, à un peu plus de 16 000 pour Teuk Tla et près de 20 000 pour Chak Angre Krom (GMAC, 2011).

5 Les réévaluations des Accords multi-fibres en 1978 puis en 1983 correspondent à la volonté des pays industrialisés de protéger l’ensemble de leur filière de production face à la diversification accrue de la production textile des pays émergents. Les Accords multi-fibres sont remplacés en 1995 par l’Accord sur les textiles et les vêtements maintenu jusqu’en 2005, date de la suppression généralisée des quotas d’importation. Néanmoins, le marché textile est encore aujourd’hui concerné par des accords de coopérations commerciales bilatérales qui dérogent aux règles du libre-échange.

6 « Déclaration sur le relèvement et la reconstruction du Cambodge », signés à Paris le 23 octobre 1991, JORF n° 298 du 22 décembre 1991 (http://www.legifrance.gouv.fr).

7 Plus de 90 % des propriétaires d’usines au Cambodge sont issus de la région Asie (dont 38 % de Chine, 26 % de Taiwan, 8 % de Corée, 6 % de Malaisie et 6 % d’Indonésie, des Philippines, du Vietnam, de Singapour et du Japon confondus). Seulement 8 % sont Cambodgiens (GMAC, 2011).

8 « Préférences commerciales pour les PMA : premières évaluations des avantages et des améliorations possibles », UNCTAD/ITCD/TSB/2003/8 (http://documents.un.org).

9 Le Cambodge bénéficie, pour faciliter ses exportations textiles sur le marché européen, du programme de Système de préférence généralisé depuis 1994 et de Tout sauf les armes depuis 2001. Pour l’accès au marché américain, le Cambodge bénéficie de la clause de la Nation la plus favorisée depuis 1996. Le Japon a aussi intégré le Cambodge au sein de son Système de préférence généralisée, principalement pour l’importation de chaussures.

10 Dont la constitution de syndicats ouvriers, le droit de grève, un salaire minimum, le paiement des heures supplémentaires, par exemple. Chaque usine est évaluée sur plus de 500 critères.

11 C’est notamment le cas du Groupe de recherche et d’échanges technologiques, qui développe un projet d’assurance santé pour les ouvrières de la confection.

12 La généralisation de la production éthique dans la filière textile fait suite à un certain nombre de scandales (Levi Strauss en 1992, le procès de quinze compagnies textiles américaines en 1999 pour le non-respect du droit du travail aux États-Unis et le procès contre Nike pour les conditions de travail dans ses usines en Indonésie font partie des exemples les plus marquants).

13 Les chiffres que nous présentons ici ainsi que les cartes ont été conçues en fonction de données récoltées au sein du GMAC et du Bureau international du travail. Plusieurs remarques doivent être faites à ce propos. Certaines industries de la confection présentes à Phnom Penh ne font pas partie du GMAC ou ne participent pas au projet mis en place par le Bureau international du travail. De plus, les industries de la confection ne fournissent pas systématiquement de données quant à leur localisation et au nombre de leurs employés. Après recoupement, vérification de terrain et soumission à différents acteurs du secteur, nous estimons avoir recensé un peu plus de 90 % des usines et de leurs employés.

14 La localisation des industries de la confection par sangkat présentée ici se base sur la division administrative de la ville telle qu’elle se présentait en 2010. Au début de l’année 2011, les limites administratives de la ville sont étendues, incluant 20 nouvelles communes à la capitale. Les données fournis par le GMAC et récoltées en 2011 ne tiennent pas encore compte de ces transformations.

15 Entretien du 4 mars 2007 avec le GMAC.

16 Le fret aérien, beaucoup plus couteux, est moins utilisé par les compagnies textiles, qui préfèrent la voie maritime. Néanmoins, le transport par avion permet de gagner en flexibilité, lorsque les marchés européens et américains doivent être approvisionnés plus rapidement.

17 Principalement des entreprises qui assurent une assistance technique fournissent des pièces détachées, ou encore des entreprises de surveillance, de transport et de bâtiment.

18 Entretien réalisé le 4 mai 2007 avec Tuomo Poutiainen, alors directeur du Bureau international du travail au Cambodge.

19 Le mot « quartier » est ici la traduction du mot phum qui signifie littéralement « village ». Néanmoins, le phum est aussi la plus petite entité administrative de Phnom Penh. Employé dans ce contexte géographique, il peut avoir plusieurs signifiants (espace de vie, entité administrative, etc.).

20 Entretien réalisé le 21 mai 2009 avec le propriétaire du restaurant visible sur la photographie 1.

21 12 euros environ.

22 5 euros environ.

23 Entretien du 17 mai 2008 avec le chef du sangkat Tuol Sangke.

24 Le compartiments chinois, ou shop house, désigne un bâtiment généralement construit sur 2 ou 3 étages. Il est composé d’un espace de vie, et permet l’établissement d’une activité en rez-de-chaussée, au sein d’une pièce ouverte sur la rue. Ses dimensions témoignent d’une optimisation de l’occupation du sol (logement peu large, mais profond, facilement extensible en hauteur, que l’on peut accoler à d’autres compartiments). Les compartiments chinois sont devenus de véritables constructions « génériques » à Phnom Penh, que l’on édifie en séries.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Approche multiscalaire de la relation tripartite des acteurs de la confection au Cambodge
Crédits Réalisation : Gabriel Fauveaud, 2011
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/25490/img-1.png
Fichier image/png, 361k
Titre Carte 1 : Répartition des industries de la confection au sein des sangkat situés en périphérie de la ville-centre à Phnom Penh
Crédits Réalisation : Gabriel Fauveaud ; Source : GMAC, 2011
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/25490/img-2.png
Fichier image/png, 385k
Titre Carte 2 : Bassin d’emploi de l’industrie de la confection à Phnom Penh : une dynamique de corridor
Crédits Réalisation : Gabriel Fauveaud ; Source : GMAC, 2006 ; NIS, 2009
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/25490/img-3.png
Fichier image/png, 341k
Titre Schéma 1 : Représentation schématique de l’organisation d’un espace de vie ouvrier en périphérie de Phnom Penh
Crédits Réalisation : Gabriel Fauveaud, 2011
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/25490/img-4.png
Fichier image/png, 158k
Titre Photographie 1 : La rue secondaire : expression et réalisation du groupe social des ouvrières de la confection à Phnom Penh
Crédits Source : Gabriel Fauveaud, 2009
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/25490/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Titre Photographie 2 : Logements ouvriers en périphérie de Phnom Penh construits sous une maison en bois sur pilotis ainsi que dans la cour
Crédits Source : Gabriel Fauveaud, 2009
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/25490/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Titre Photographie 3 : Séries de chambres ouvrières attenantes aux usines en périphérie de Phnom Penh
Crédits Source : Gabriel Fauveaud, 2010
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/25490/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Titre Photographie 4 : Chambres ouvrières au deuxième étage d’un compartiment chinois à Phnom Penh
Crédits Source : Gabriel Fauveaud 2010
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/25490/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Photographie 5 : Chambres ouvrières au troisième étage d’un petit immeuble de Phnom Penh
Crédits Source : Gabriel Fauveaud, 2010
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/25490/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gabriel Fauveaud, « Croissance urbaine et dynamiques socio-spatiales des territoires ouvriers à Phnom Penh », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Espace, Société, Territoire, document 619, mis en ligne le 23 août 2012, consulté le 25 octobre 2014. URL : http://cybergeo.revues.org/25490 ; DOI : 10.4000/cybergeo.25490

Haut de page

Auteur

Gabriel Fauveaud

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
Institut d’Étude du Développement Économique et Social
Attaché temporaire à l’enseignement et à la recherche
gabriel.fauveaud@univ-paris1.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page