Navigation – Plan du site
2012

Zaccaï E., 2011, 25 ans de développement durable, et après ?, Paris, PUF, 240 p.

Léa Sébastien

Texte intégral

Le développement durable : tout ça pour ça

1En matière de développement durable, l’heure est aux bilans. Rio +20 en a été une illustration, assez peu convaincante reconnaissons-le. C’est également ce à quoi nous invite Edwin Zaccaï, Professeur à l’Université Libre de Bruxelles, dans son dernier ouvrage paru aux PUF et intitulé : « 25 ans de développement durable, et après ? ». L’auteur tire d’ailleurs la même conclusion que la conférence internationale sur le sujet : un bilan décevant, un développement durable qui perd en crédibilité. En effet, le développement durable visait une conciliation entre décisions économiques et environnementales, davantage d’équité Nord-Sud et un réformisme social. Le succès sur ces trois plans est bien relatif. La notion a certes mis en lumière l’incompatibilité du système de développement avec les équilibres écologiques et le besoin d’une nouvelle gouvernance mondiale, mais si l’on s’accorde sur le diagnostic, les spécialistes s’affrontent sur les traitements, entre décideurs, entreprises, associations et scientifiques. L’absence de consensus en la matière a pour conséquence de reporter toute prise de décision… à plus tard, c’est-à-dire que les générations futures en auront la responsabilité, celles-là mêmes qui étaient au cœur de la définition originelle du développement durable.

2L’ouvrage est découpé en cinq chapitres présentant d’abord les aspects politiques du développement durable, puis l’évolution des problématiques environnementales dans le temps avec la montée du défi climatique pour terminer avec les nouveaux acteurs et questions sociales du développement durable. Le fait qu’Edwin Zaccaï soit professeur transparaît tout au long de l’ouvrage, très pédagogique. En effet, chaque chapitre est précédé d’un résumé et dès l’introduction, l’auteur nous explique comment et pourquoi il a organisé ainsi son ouvrage et en souligne les limites. Qui plus est, la bibliographie choisie par l’auteur est riche et remonte aux sources de la notion de développement durable. Tout cela crée un ouvrage idéal pour les néophytes souhaitant pouvoir cerner rapidement et de manière complète le paysage pourtant complexe du développement durable. Quant aux experts, ils trouveront très utile ce court ouvrage de synthèse et seront accrochés par les controverses soulignées par l’auteur.

3D’emblée, le constat est sans appel : le développement durable est un échec notamment dû aux dimensions sociales des problèmes planétaires qui ont été sous-estimées. C’est un choc pour le lecteur optimiste qui voudra comprendre. Les premiers chapitres sont alors très utiles pour décortiquer cette situation car l’auteur revient aux prémices de la notion du début des années 1970 et à son appropriation par différents acteurs à différentes échelles. Il nous est proposé une analyse comparative entre la gestion environnementale de 1970 et celle de 2010 pour conclure que notre développement environnemental est non durable. On comprend alors l’évolution de la notion dans le temps, le déséquilibre entre les trois piliers du fameux triptyque et le besoin réel d’une nouvelle gouvernance environnementale susceptible de dépasser le simulacre de démocratie actuel dont les décideurs profitent pour se déresponsabiliser devant les incertitudes environnementales.

  • 1 Voir notamment Zaccai E. (ed.), 2007, Sustainable Consumption, Ecology and Fair Trade, London, Rout (...)
  • 2 Millennium Ecosystem Assessment (MEA), 2005, Policy responses, Washington D.C., Island Press.

4Passés les aspects politico-historiques, Edwin Zaccaï présente clairement ce qu’il appelle la « carbonisation du développement durable », laquelle non seulement ne s’oppose pas au capitalisme mais devrait paradoxalement contribuer à le faire perdurer. Si le développement durable s’est rapidement centré sur le climat, il glisse aujourd’hui vers l’adaptation au changement climatique, en occultant d’autres problématiques majeures telles que la biodiversité. On s’interroge alors sur l’opportunisme des acteurs dans l’usage de cette notion. Le développement durable ne serait-il qu’un costume pouvant habiller indifféremment tous les enjeux sociétaux sans pour autant aboutir à un quelconque résultat ? À la base, il s’agissait pourtant d’une autre façon de penser le monde. Le lecteur averti ne peut qu’être consterné par les dérives du développement durable. L’auteur suggère alors que la notion trouverait un nouveau souffle dans la transition vers la consommation durable, une thématique qu’Edwin Zaccaï connaît bien1. Placer ses espérances sur le consomm’acteur, oui, mais en attendant que nous adoptions tous un mode de consommation durable, le caractère d’urgence de la crise environnementale réclame des positionnements politiques forts en faveur d’une consommation, et surtout d’une production durable. Et sur ces deux thématiques, quelques avancées notoires existent mais elles demeurent ponctuelles, en des domaines précis et au niveau local mais dans l’ensemble, et les pratiques évoluent lentement. Malgré les efforts technologiques et de mesure (type indicateurs), les grandes questions socio-environnementales soulevées par le développement durable dès son origine se posent toujours. Pourtant, les connaissances augmentent formidablement, les articles de presse s’accumulent, les conférences internationales se multiplient, les ONG fleurissent. Comme le conclut le Rapport millénaire sur les services écosystémiques2, des améliorations rapides pourraient être obtenues à condition de changements significatifs au niveau politique et institutionnel… qui ne sont pas à l’ordre du jour.

5Pour tenter de comprendre pourquoi, l’analyse des liens entre pratiques, représentations et savoirs peut s’avérer judicieuse. C’est un chantier sur lequel planchent sociologues comme géographes. Les pratiques sont-elles motivées par un type de savoir spécifique ? Celui qui aime est-il celui qui fait ? Les pratiques et savoirs modifient-ils les représentations sociales de la nature ? Quels sont les phénomènes associés à l’institutionnalisation d’un enjeu sociétal ? Autant de questions abordées dans l’ouvrage qui cherchent à analyser ce qui pousse un individu ou un collectif à agir… ou non.

6L’auteur termine par les essentielles questions sociales, mal intégrées au développement durable comme vu précédemment. Ainsi les problèmes sociaux et environnementaux se succèdent-ils selon la pression de certains acteurs à les mettre en avant et peu importe le problème choisi, le développement durable est toujours prêt à s’y adosser. L’auteur persiste et signe en concluant que le développement durable a perdu sa bataille car il s’agit d’un concept trop mou ; il va plus loin en faisant le pari que la décroissance perdra également car là au contraire, la notion est trop dure. Ces deux concepts, chacun à un bout de la chaîne de la pensée pour un autre développement, ne parviennent pas à modifier les pratiques ni les représentations associées à la gestion du monde. Pas de changement déterminant quant à la conception des rapports homme-nature, de la croissance économique, du progrès technologique ou de la solidarité planétaire. L’urgence des enjeux appelle pourtant à de telles révolutions mentales.

7On referme l’ouvrage pensif, quelque peu désabusé, mais néanmoins satisfait d’avoir eu accès à cet état des lieux du développement durable, même maussade. En ressort une foule de questions et quelques frustrations, comme pour toute synthèse qui oblige à faire des choix. Ainsi, l’auteur n’aborde pas la notion de la dette écologique, un concept qui fait débat dans le rééquilibrage des dommages environnementaux entre le Nord et le Sud. D’autre part, il ne fait qu’effleurer tout ce qui a trait à la mesure du développement durable. Pourtant les indicateurs ne sont pas de simples outils statistiques ; ils cachent en réalité un panel de visions du monde des différents acteurs-clés. De même, la gestion du risque est peu développée, et avec elle les incertitudes associées aux problématiques environnementales qui engendrent une perte de confiance des sociétés envers les décideurs. Des expertises citoyennes voient le jour et bousculent le savoir en place, au Nord comme au Sud. On assiste alors à un affrontement de légitimités entre acteurs pour définir l’intérêt général. Voilà quelques idées pour répondre à la question : « et après ? ». Car l’ouvrage répond surtout à la première partie du titre : « 25 ans de développement durable ». Devant l’échec du concept phare des années 1990, un titre plus adéquat de l’ouvrage d’Edwin Zaccaï aurait pu être : « 25 ans de développement durable. Tout ça pour ça ».

Haut de page

Notes

1 Voir notamment Zaccai E. (ed.), 2007, Sustainable Consumption, Ecology and Fair Trade, London, Routledge, 256 p. et Zaccai E., Haynes I., 2008, La société de consommation face aux défis écologiques, Problèmes politiques et sociaux No.954, Paris, La documentation Française.

2 Millennium Ecosystem Assessment (MEA), 2005, Policy responses, Washington D.C., Island Press.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Léa Sébastien, « Zaccaï E., 2011, 25 ans de développement durable, et après ?, Paris, PUF, 240 p. », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Revue de livres, mis en ligne le 22 août 2012, consulté le 22 novembre 2014. URL : http://cybergeo.revues.org/25501

Haut de page

Auteur

Léa Sébastien

Maître de conférences, Université Toulouse II-Le Mirail
lsebasti@univ-tlse2.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page