Navigation – Plan du site
Le libre accès dans la recherche

Les chercheurs exclus de l’open data ? Appel à signatures lancé à la communauté de la recherche

Are researchers excluded from open data policies? Petition campaign directed to French tax services
Guilhem Boulay, Clotilde Buhot et Jean-Louis Fournier

Texte intégral

  • 1 Association loi 1901, fondée en 1981, qui édite notamment la revue Études foncières.

1L’association des études foncières (adef1) vient de lancer à la communauté des chercheurs un appel à signatures pour la mise à disposition des laboratoires de recherche d’une base de données déjà accessible pour les collectivités territoriales et certains établissements publics. Tous les membres de notre communauté (enseignants-chercheurs et chercheurs titulaires, doctorant(e)s, ingénieurs d’étude et de recherche) sont invités à signer cet appel sur le site : http://www.adef.org/​reseaudoctorants

2La page est sécurisée, et la signature n’est valide qu’après ouverture du mail de confirmation. Plus de 200 d’entre nous ont d’ores et déjà signé. Les noms des premiers signataires (géographes, juristes, économistes, sociologues ou architectes) sont d’ailleurs visibles sur la page.

3La base DVF (Demande de Valeurs Foncières) est en effet une base de qualité (exhaustive, désagrégée et géoréférencée) sur les transactions foncières et immobilières que détient la DGFiP (Direction Générale des Finances Publiques), et dont elle cède déjà l’usage aux collectivités territoriales et à certains établissements publics, depuis juillet 2011.

4Il est néanmoins fondamental que les membres de la communauté scientifique dépassent cette simple dimension thématique et saisissent les implications d’un tel acte. L’Etat et les politiques ont pris des engagements quant à l’ouverture et à la réutilisabilité des données, comme l’exige d’ailleurs l’Europe. Mais pour l’instant, les collectivités territoriales montrent bien plus de volonté que l’Etat pour mener à bien cette évolution de fond vers l’open data.

  • 2 Fédération Nationale des Agences d’Urbanisme.

5De plus, il existe une forte demande sociale pour l’implication des chercheurs dans la réflexion sur les dynamiques et l’avenir de nos territoires. La FNAU2, par exemple, déplorait récemment dans son ″appel à idées″ pour les 33e rencontres nationales des agences d’urbanisme l’immobilité des grilles analytiques employées et les risques d’obsolescence que cette situation faisait courir à l’action publique.

  • 3 Ce résultat est le fruit d’un travail de longue haleine, la transparence des données foncières étan (...)

6L’adef, dans la lignée de sa double identité d’association de professionnels et de chercheurs a donc décidé de contribuer à cette seconde étape, après avoir très largement oeuvré à la mise à disposition de DVF pour les acteurs de l’aménagement3. Ce faisant, elle contribue à accroître la transparence d’un secteur traditionnellement opaque, contribuant ainsi au grand débat sur l’ouverture à tous de la donnée publique.

La « révolution DVF »

7Depuis le 4 juillet 2011, les collectivités territoriales et certains établissements publics4 ont accès pour la première fois à une donnée gratuite, exhaustive et réutilisable sur les transactions foncières et immobilières. L’article L.135 B du Livre des procédures fiscales prévoit les modalités de cette cession : ″ L’administration fiscale transmet gratuitement (…) les éléments d’information qu’elle détient au sujet des valeurs foncières déclarées à l’occasion des mutations intervenues dans les cinq dernières années et qui sont nécessaires à l’exercice de leurs compétences en matière de politique foncière et d’aménagement. Cette administration ne peut, dans ce cas, se prévaloir de la règle du secret5 ″. L’instruction 13 K-10-07 du BOI6 en précise la mise en œuvre.

  • 7 Mise À Jour des Informations Cadastrales.

8Concrètement, ces acteurs publics peuvent obtenir l’intégralité des transactions immobilières et foncières survenues sur leur territoire durant les cinq dernières années. Les données DVF sont issues des Conservations des Hypothèques et sont donc exhaustives puisque toute vente sur le territoire français doit répondre au principe de publicité foncière, le notaire transmettant à la DGFiP les informations principales sur la transaction. Pour chaque transaction présente dans la base, la DGFiP transmet donc plusieurs variables, tirées à la fois de l’acte notarié et de la base MAJIC7 :

  • Nature des biens.

  • Adresse.

  • Superficie (éventuellement nombre de pièces)

  • Référence cadastrale.

  • Date de transaction.

  • Prix de transaction.

  • 8 PIGP : Portail Internet de la Gestion Publique.

9Références de publication au fichier immobilier (date, volume, numéro)
Le contenu de la base est actualisé deux fois l’an (en avril et en octobre). La délivrance de ces informations se fait via un portail sécurisé8 et permet d’obtenir des données brutes, désagrégées, au format .csv, d’où une grande facilité de retraitement informatique. Bien entendu, elle est néanmoins conditionnée à plusieurs contrôles ; en amont de la part de la DGFiP, en cours de traitement auprès de la CNIL (Commission nationale de l’informatique et des libertés). Toutefois, cette dernière vient de rendre deux délibérations datées du 29 mars 2012 (n° 2012-087 et n° 2012-088) qui, tout en rappelant l’obligation de respecter la ″ protection des données personnelles ″, dispensent désormais de déclaration les traitements dès lors qu’ils sont réalisés dans le cadre d’une mission de service public.

Un marché public … mais opaque

  • 9 Voir à ce propos, le dossier consacré à l’observation foncière dans le n° 156 d’études foncières.

10Cette étape vers une plus grande transparence des marchés fonciers et immobiliers est encore partielle mais essentielle. Ces derniers sont en effet une zone d’ombre de l’observation, pour les acteurs publics comme pour les chercheurs9. Malgré le grand nombre de sources disponibles sur les marchés (Gomez et al., 2005 ; Peyrou, 2006), les limites sont nombreuses : l’accessibilité, le coût, la couverture ou le degré de renseignements des données varient fortement d’une source à l’autre.

  • 10 Le statut de Conservateur des hypothèques disparaîtra en 2013 (ordonnance 2010-638 du 10 juin 2010) (...)

11Il en découle de très lourds problèmes d’interopérabilité avec le reste de la statistique publique. Si l’opacité des marchés fonciers-immobiliers est presque proverbiale, il reste que la situation est paradoxale à bien des titres : on la justifie par le secret du montant de la transaction, mais le principe de la publicité foncière fait que toute transaction est en libre consultation. Il est en effet tout à fait possible d’accéder librement à une vente auprès du Service des Hypothèques10, moyennant une petite redevance et un court délai d’obtention des documents.

12Comme le dit joliment Joseph Comby, ″ le système est donc parfait pour satisfaire les curiosités, mais il ne permet nullement d’étudier le marché11 ″, à moins d’″ éplucher ″ tous les extraits d’actes de mutation à la main et au format papier. Plusieurs géographes s’y sont frotté(e)s, et souvent piqué(e)s (Madoré, 1992 ; Helle, 1995 ; Duvillard, 2001 ; Buhot, 2006) : il est évident qu’une telle recollection des données n’autorise que des travaux sur de petites séries de données et n’est nullement satisfaisante à terme. Dans ces conditions, la meilleure solution est encore d’utiliser des bases de données privées, souvent fort onéreuses et qui nécessitent parfois de lourdes opérations de ″ nettoyage ″ (Schmitt, 2009 ; Boulay, 2011).

13Le législateur lui-même est conscient de ces limites depuis les années 1960 au moins et s’est d’ailleurs emparé de la question à plusieurs reprises depuis les années 1980. La ″ loi Aménagement ″ de juillet 198512 crée l’article L.135 B du LPF, en précisant que les personnes amenées à réutiliser les informations de l’administration fiscale sont elles aussi tenues au secret professionnel (article 378 du Code Pénal). Deux ans plus tard, une circulaire interministérielle paraissait, qui précisait les modalités de cette cession (circulaire 87-60 du 7 juillet 198713). Son annexe 2 liste les ″ informations communicables par les directions des services fiscaux ″, et le lecteur attentif sera étonné d’y trouver un plus grand nombre de variables, et pas des moindres, que celles contenues dans la base DVF depuis 2011... C’est notamment le cas de la profession, de la commune de résidence et de l’année de naissance des parties de la vente. La dernière grande étape de l’histoire législative de la lutte contre l’opacité des marchés fonciers et immobiliers date de 2006 quand un amendement du sénateur T. Repentin est intégré à la loi ″ Engagement National pour le Logement ″, dont il devient l’article 2114. Il permet de modifier l’article L.135 B du LPF en rendant gratuite la cession des données par les services des impôts. Ce dernier article fut donc fondateur pour l’application DVF telle que les collectivités et les établissements publics ont la chance de la connaître aujourd’hui.

De l’opacité à la transparence : structurer l’open data ?

14Il faut saluer à sa juste mesure cette avancée dans la mise à disposition des données. Elle témoigne d’une bonne volonté à la fois du pouvoir législatif, du pouvoir exécutif et des services de l’Etat. Elle est aussi exemplaire d’une évolution structurelle dont nous appelons les services de l’Etat à se saisir. Plus conjoncturellement, plusieurs éléments facilitent et accompagnent ce mouvement, et il nous semble fondamental que les chercheurs collaborent étroitement avec les administrations pour amplifier ce mouvement et contribuer à définir les lignes d’un open data qui reste encore flou et inachevé.

15Malgré les caractéristiques encore lacunaires et mal définies de ″ l’open data à la française ″, force est de constater que plusieurs signaux encourageants ont été émis ces derniers temps. Serpent de mer depuis le célèbre Discours de Hourtin de 1997 où le Premier Ministre Lionel Jospin appelait à ″ un accès plus aisé à l’information publique ″, l’open data français a commencé à prendre forme ces deux dernières années. L’année 2011 fut déterminante, avec la création en février 2011 de la mission Etalab, chargée sous l’autorité du Premier Ministre de ″ l’ouverture des données publiques et du développement de la plateforme française open data15 ″. Cette plateforme voit le jour en décembre 201116 suite à la circulaire du 26 mai 2011 relative à la création du portail unique des informations publiques de l’Etat ″ data.gouv.fr″ par la mission « Etalab » et l’application des dispositions régissant le droit de réutilisation des informations publiques17.

16Comme le confirme le responsable d’Etalab, Séverin Naudet, ″ une très forte volonté politique de l’exécutif ″ est une condition impérative de la réussite de tels projets : ″ Dans tous les pays concernés, l’opendata n’a été possible que lorsque les politiques aux commandes l’ont décidé et très directement piloté18 ″. Or le contexte des élections présidentielles a poussé dans ce sens : François Bayrou, François Hollande, Eva Joly et Nicolas Sarkozy se sont tous prononcés en faveur de l’ouverture des données publiques (Pasquesoone, 2012). Le futur Président élu avait même promis qu’il ″ faudra[it] aller plus loin dans l’ouverture des données publiques, à tous les niveaux de la sphère publique ″. Dès la prise de fonction du nouveau Président de la République, les ministres ont été priés de signer une ″ Charte de déontologie des membres du Gouvernement19 ″. Le deuxième titre de ce texte daté du 17 mai 2012 stipule notamment que ″ le gouvernement a un devoir de transparence. Il respecte scrupuleusement les dispositions garantissant l’accès des citoyens aux documents administratifs. Il mène une action déterminée pour la mise à disposition gratuite et commode sur internet d’un grand nombre de données publiques ″.

17Cette orientation est de toute façon largement contrainte par le droit européen que la France devra à terme transposer dans le droit national. La directive 2003/98/CE du Parlement européen et du Conseil du 17 novembre 2003 concernant la réutilisation des informations du secteur public20 vise directement les informations détenues par les Etats, en délimitant assez strictement les régimes d’exception à l’open data. De plus, et à l’échelle française, le Conseil National du Numérique (CNNum) a rendu un très récent avis relatif à l’ouverture des données publiques en juin 2012 qui pourra guider la politique française en la matière21. Rappelant l’impératif démocratique que représente l’open data, cet avis salue les initiatives ″ très encourageantes ″ de l’Etat et des collectivités qui ″ marquent un tournant dans la politique des données publiques ″. Il préconise en outre de ″ faciliter l’extension et la pérennisation de cette dynamique naissante, et [de] porter l’ambition à un niveau stratégique ″, ce qui « requiert une vision politique, une adaptation du cadre législatif et une évolution des pratiques de l’administration ″. Ce faisant, cet avis porte de nombreuses revendications très à même d’intéresser le monde de la recherche.

Conclusion : recherche et réutilisation des données

  • 22 Dont on peut avoir un aperçu concis et précis sur le site de la CADA (Commission d’Accès aux Docume (...)

18Le CNNum préconise des évolutions juridiques lourdes, et notamment une plus large inscription dans la loi de l’ouverture des données publiques. Le débat est ici un débat de droit, abordable par les seuls spécialistes de la question, mais notons qu’il est possible de diffuser des documents administratifs sans déroger aux grands principes du droit français qui garantissent le secret statistique et le respect de la vie privée. Les bases de données auxquelles nous demandons à avoir accès sont de toute façon déjà communiquées en l’état aux collectivités et ce sans bien contrevenir à tous les dispositifs de contrôle qui encadrent la diffusion d’informations privées22. Un collègue géographe, maître de conférences, nous disait récemment être étonné que ses étudiants puissent manipuler ces informations dans le cadre de leur stage au sein d’un Etablissement Public Foncier, sans que lui-même ne puisse les obtenir !

19La question est donc aussi celle de la réaffirmation de la recherche comme activité d’utilité publique. La diffusion gratuite des données est censée être étendue à l’ensemble des collectivités et services centraux : pourquoi le Ministère de la Recherche et de l’Enseignement Supérieur serait-il exclu de ce système ?

20Signez !
http://www.adef.org/​reseaudoctorants/​liberer-dvf-pour-la-recherche-appel-a-signature-a-destination-des-chercheurs/​

Haut de page

Bibliographie

Boulay G., 2011, Le prix de la ville. Le marché immobilier à usage résidentiel dans l’aire urbaine de Marseille-Aix-en-Provence (1990-2010), Aix-en-Provence, Université de Provence.

Buhot C., 2006, Marché du logement et division sociale de l’espace dans les Îles du Ponant, Brest, Université de Bretagne Occidentale.

Duvillard S., 2001, De l’appropriation foncière à la « ville-territoire ». Les processus de territorialisation par la propriété foncière dans deux petites villes des Montagnes Méditerranéennes (Nyons – Sud Drôme et Aubenas – Sud Ardèche), Grenoble, Université Joseph Fourier.

Gomez E., Driant J.-C., Herbert B., 2005, Connaissance des marchés locaux de l’habitat. Les principales sources d’information existantes et leurs limites d’utilisation, Paris, ANAH.

Helle C., 1995, L’extension spatiale du bâti en Vaucluse : analyse spatiale, Avignon, Université d’Avignon et des pays de Vaucluse.

Pasquesoone V., 2012, ″En France, l’open data en marche″, Le Monde, 1er juin 2012.

Madoré F., 1992, L’évolution contemporaine de la question du logement, Nantes, Université de Nantes.

Peyrou A., 2006, ″L’accès aux données du marché foncier″, Etudes foncières, n° 122, 11-16.

Schmitt G., 2009, Valeurs et usages de l’espace : approches méthodologiques des dynamiques foncières dans la Région Nord-Pas-de-Calais, Villeneuve d’Ascq, Université Lille 1.

Haut de page

Notes

1 Association loi 1901, fondée en 1981, qui édite notamment la revue Études foncières.

2 Fédération Nationale des Agences d’Urbanisme.

3 Ce résultat est le fruit d’un travail de longue haleine, la transparence des données foncières étant un thème sur lequel l’Association est impliquée depuis son origine. Plus récemment, l’adef a organisé une réunion au Sénat en mars 2008, où étaient présents des représentants politiques (notamment le sénateur T. Repentin, actuellement Ministre Délégué à la Formation professionnelle et à l’Apprentissage), des représentants de la DGI, des collectivités territoriales, des EPF et du Ministère de l’Écologie.

L’application DVF, alors appelée PATRIM COLLOC, a ensuite été expérimentée entre novembre 2010 et mars 2011 grâce au concours de plusieurs collectivités et établissements. L’association poursuit aujourd’hui son travail de veille et de partage d’expérience, en s’appuyant notamment sur un groupe de travail dédié à ses membres. Une journée de restitution des résultats du groupe a déjà eu lieu en décembre 2011 (le compte-rendu est disponible sur : http://www.adef.org/site/dvf/reseau-national-de-l-observation/la-journee-du-14-decembre-2011/audio-la-journee-du-14-decembre-2011/), une seconde journée est prévue en décembre 2012.

4 EPCI à fiscalité propre ; Etablissements Publics Administratifs ; Etablissements Publics Fonciers et d’aménagement ; Etablissements Publics Fonciers Locaux ; Etablissements Publics Locaux de Rénovation Urbaine

5 http://www.legifrance.gouv.fr/affichCode.do;jsessionid=F4290D7420C52E3AA6156E397FF27758.tpdjo09v_3?‑idSectionTA=LEGISCTA000006180058&cidTexte=LEGITEXT000006069583&dateTexte=20080121

6 http://www11.minefi.gouv.fr/boi/boi2007/13rcpub/textes/13k1007/13k1007.pdf

7 Mise À Jour des Informations Cadastrales.

8 PIGP : Portail Internet de la Gestion Publique.

9 Voir à ce propos, le dossier consacré à l’observation foncière dans le n° 156 d’études foncières.

10 Le statut de Conservateur des hypothèques disparaîtra en 2013 (ordonnance 2010-638 du 10 juin 2010). Le salaire de ce dernier est jusqu’à cette date fonction du montant de la transaction enregistrée et, pour une part certes plus faible, des informations qu’il délivre (il perçoit une part de l’argent versé).

11 http://www.comby-foncier.com/accesdonnees.pdf

12 Loi 85.729 du 18 juillet 1985

13 http://circulaire.legifrance.gouv.fr/pdf/2009/03/cir_27101.pdf

14 Loi ″ ENL ″ 2006-872 du 13 juillet 2006, dite aussi ″ Loi Borloo ″.

15 http://www.etalab.gouv.fr/

16 http://www.data.gouv.fr/

17 http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000024072788

18 http://blogs.lesechos.fr/echosopendata/severin-naudet-l-opendata-est-un-a10777.html

19 http://www.elysee.fr/president/root/bank_objects/17.05Chartededeontologie.pdf

20 http://eur-lex.europa.eu/LexUriServ/LexUriServ.do?uri=CELEX:32003L0098:fr:HTML

21 http://www.cnnumerique.fr/avis12/

22 Dont on peut avoir un aperçu concis et précis sur le site de la CADA (Commission d’Accès aux Documents Administratifs) : http://www.cada.fr/

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Guilhem Boulay, Clotilde Buhot et Jean-Louis Fournier, « Les chercheurs exclus de l’open data ? Appel à signatures lancé à la communauté de la recherche », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Débats, Le libre accès dans la recherche, mis en ligne le 26 septembre 2012, consulté le 30 août 2014. URL : http://cybergeo.revues.org/25520 ; DOI : 10.4000/cybergeo.25520

Haut de page

Auteurs

Guilhem Boulay

ENS-Lyon
UMR TELEMMe
boulay@mercator.ens.fr

Clotilde Buhot

Adef
Chargée de la recherche
Clotilde.Buhot@adef.org

Jean-Louis Fournier

Communauté Urbaine de Bordeaux
Chef de mission stratégie foncière
jlfournier@cu-bordeaux.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page