Navigation – Plan du site

Une géopolitique de la paix

Denise Pumain
Traduction(s) :
A geopolitics of peace

Texte intégral

1Ayant déjà célébré dans ces colonnes un prix Nobel d’économie, notre revue européenne ne saurait bouder son plaisir lorsque, le 15 octobre 2012, l’Académie norvégienne décerne à l’Union le prix Nobel de la paix. Jean Monnet disait que rien ne se fait sans les hommes, mais rien n’est durable sans les institutions. Que l’on soit pour ou contre l’Union européenne, que l’on approuve ou non les options qu’elle affiche, que l’on s’impatiente ou que l’on s’effraie de la lente progression de son pouvoir d’intégration, il faut, en géographe, saluer sa construction. Un territoire qui s’invente, non plus par la conquête, non pas par l’intimidation, mais dans le patient tissage de liens entre toutes ses composantes, par le jeu de multiples acteurs à tous les niveaux de son organisation, en acceptant que cette co-évolution auto-organisée fasse émerger une entité qui ne serait pas complètement prévisible mais toujours adaptable, voilà peut-être réunies des conditions de durabilité.

2Surtout, ce produit de l’intelligence collective, dont Victor Hugo avait rêvé, tend à prôner, sans y parvenir complètement certes, la résolution des conflits par la négociation, la protection des personnes contre les abus de l’exploitation et l’arbitraire des pouvoirs, la concertation et l’intégration des savoirs dans l’action, le respect de la géodiversité dans les langues, les cultures, les paysages…Ces tendances peut-être insuffisamment affirmées sont nécessaires pour mener à bien le projet du développement durable, difficile entre tous à guider tellement les objectifs de performance économique, de préservation de l’environnement pour les générations futures et de cohésion sociale sont contradictoires, en termes des valeurs individuelles et collectives inventées jusqu’ici pour les réaliser.

3Avec leur intime conviction de la nécessaire géodiversité du monde, avec leurs instruments désormais augmentés de capteurs multiples et de grilles de calcul pour explorer la dynamique et les évolutions des systèmes complexes, les géographes pourraient figurer parmi les acteurs privilégiés de cette construction territoriale, de son interprétation et de son évaluation. Et ils pourraient bien conclure provisoirement au sujet de l’Union européenne que, comme aurait pu dire Magritte, « ceci n’est pas un modèle… ». Mais tous les Européens dont les familles et les réseaux de connaissances ont été amputés par les guerres peuvent continuer à penser : « la paix, cela n’a pas de prix… »

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Denise Pumain, « Une géopolitique de la paix », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Editoriaux, mis en ligne le 12 octobre 2012, consulté le 22 novembre 2014. URL : http://cybergeo.revues.org/25570

Haut de page

Auteur

Denise Pumain

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page