Navigation – Plan du site
Les lieux de la guerre d'Algérie

Populations rurales algériennes : encadrement socio-administratif et émigration

(Autour des camps de regroupement de la guerre d’Algérie)
Claude Bataillon

Dédicace

En souvenir d’André Prenant

Texte intégral

1Le traumatisme subi par les populations rurales algériennes pendant les sept ans de guerre (1954- 1962), aboutissant à l’indépendance de ce pays, est beaucoup moins étudié que d’autres aspects de cette guerre, comme la torture pour la recherche du renseignement militaire contre la guérilla . C’est que les migrations forcées de cette période étaient loin d’avoir été organisées dans leur totalité par les autorités françaises, tandis que le sort de ces migrants après 1962 n’a été qu’une préoccupation mineure pour les nouvelles autorités algériennes.

2En partant de l’événement central de ces migrations, la création de camps de regroupement, il faut remonter plus haut dans le système colonial de l’Algérie pour comprendre le très faible encadrement administratif de cette Algérie rurale « indigène » en 1954. De même la stagnation de cette population rurale depuis un demi-siècle correspond à des politiques économiques qui se sont souciées d’organiser et de moderniser des villes qui absorbaient la quasi totalité d’une croissance démographique très rapide pendant quarante ans, sans grands soins envers ces campagnes. Les regroupements sont le moment le plus traumatique de politiques qui laissent les populations rurales à l’écart de l’essentiel des actions de développement, aussi bien dans le système colonial avant la guerre d’Algérie que dans l’Algérie indépendante depuis cette guerre. Si bien qu’un aperçu de l’encadrement administratif de ces populations sur le long terme doit compléter le panorama de leur évolution démographique.

3Un article publié (jeudi 28 juin 2012) dans le périodique en ligne Mediapart nous sert d’introduction. L’auteure, Anne Guérin Castell, avec quelques approximations dans les données démographiques, décrit fort clairement ce que furent les regroupements. Nous le citons très largement ci-dessous.

  • 1 Dans un entretien de 2002 publié en même temps que son rapport de 1959 (Rapport sur les camps de re (...)

« Bien que les premiers camps de regroupement aient été organisés dès 1955 dans les Aurès, ce n’est que le 12 mars 1959 que leur existence fut révélée par un article du Monde grâce à une fuite préméditée du rapport rédigé le mois précédent par Michel Rocard1, alors jeune inspecteur des finances tout juste sorti de l’ENA.

  • 2 Sections administratives spécialisées

Ce rapport concluait une enquête de plusieurs semaines menée en marge de ses obligations et sans ordre officiel de mission, pour laquelle il avait bénéficié de l’assistance de Jacques Bugnicourt, qui était à l’époque sous-lieutenant de SAS2. Dès son arrivée au port d’Alger en septembre 1958, Michel Rocard avait été alerté par son camarade sur ces déplacements de population effectués par l’armée « sans aucune espèce de précaution », si bien que les personnes déplacées perdaient leurs moyens d’existence. […] ».

4Paul Delouvrier, délégué général du gouvernement en Algérie, avait eu beau prescrire dans une circulaire datée du 31 mars [1959] qu’ « aucun regroupement ne pourra être opéré sans son accord », les responsables de l’armée, encouragés par le décret du 17 mars 1956 et l’arrêté du 7 janvier 1957 autorisant le ministre résidant (à l’époque Robert Lacoste) à « instituer des zones où le séjour des personnes est réglementé » et confiant le maintien de l’ordre à l’autorité militaire, continuèrent d’agir à leur guise, si bien que le nombre de camps de regroupement ne cessa d’augmenter jusqu’à l’aube des négociations pour un cessez-le-feu.

  • 3 Pour Sylvie Thénault [Violence ordinaire dans l’Algérie coloniale, Odile Jacob, 2012] : « Le regrou (...)
  • 4 Cf. Les camps de regroupement de la guerre d’Algérie, préface de Germaine Tillion, Paris, L’Harmatt (...)
  • 5 Ses recherches en Algérie l’ont mis en présence de documents datant de l’époque de Jacques Soustell (...)

5Combien de personnes furent-elles ainsi déportées et enfermées dans leur propre pays ? Les estimations varient selon ce qui est retenu de la typologie des divers centres existant en Algérie, tous n’étant pas des camps de regroupement stricto sensu. Dans son rapport, Michel Rocard entre dans le détail des différentes appellations alors en vigueur et tente de distinguer la réalité qu’elles désignent, dans une gradation qui, fonction de la brutalité du traitement subi par la population, va des villages regroupés, c’est-à-dire « des villages nouveaux construits selon les normes de “l’amélioration de l’habitat rural” et occupés par des fellahs qui vivaient auparavant dans des mechtas isolées » jusqu’aux camps de regroupement proprement dits, en passant par les « recasements » et les « resserrements »3. Il évalue le nombre de personnes concernées à un million. Selon Charles-Robert Ageron, il y avait 936 centres au 1er janvier 1959. Pour Michel Cornaton4, dont la thèse, postérieure à l’indépendance, porte précisément sur cette question5, 1 750 000 personnes ont été enfermées dans des camps de regroupement. Ce qui, en estimant qu’à chaque « regroupé » correspondent un « resserré » et un « recasé », fait un total de 3 250 000 personnes.

6À l’origine, le constat que certaines zones rurales étaient des zones d’insécurité… pour l’armée… entraîna en divers lieux l’expulsion d’une population abandonnée sans logement ni ressources dans un territoire qui lui était étranger. Dès sa nomination dans les Aurès, le général Parlange fit en sorte que ces personnes soient prises en charge par l’armée, d’où la création des premiers camps de regroupement. Mais les zones d’insécurité augmentèrent en nombre et en superficie, devenant bientôt des zones interdites, et beaucoup d’officiers virent dans les camps de regroupement le meilleur moyen d’appliquer leur conception de la guerre révolutionnaire en privant les combattants de l’ALN de l’aide (abri, soins, nourriture) que pouvait leur apporter la population rurale. À partir de 1957, le nombre de camps fut multiplié sans même que soit mise en avant la nécessité de créer une zone interdite.

7Si quelques camps photographiés à des fins de propagande donnent l’impression de villages modèles – il faudrait plutôt les appeler « villages de regroupés » –, de nombreux camps de regroupement furent entourés de barbelés, équipés de miradors ou installés près d’un camp militaire qui en possédait, tandis que leurs habitants, souvent privés par cette action de leurs troupeaux de chèvres ou de leurs volailles, durent construire eux-mêmes leurs maisons avec des matériaux de récupération. Les sorties autorisées et dûment surveillées dépendaient du bon vouloir des responsables du camp.

  • 6 Cf. Pierre Bourdieu et Abdelmalek Sayad, 1964, Le déracinement, La crise de l’agriculture tradition (...)

8Michel Rocard est attentif à l’humiliation que constitue pour un chef de famille le fait d’être mis dans l’incapacité de nourrir les siens : « Atteints dans leurs revenus, les fellahs le sont aussi dans leur dignité ; ils sont placés vis-à-vis du commandement et du chef de SAS dans un état de dépendance totale ». L’assistance alimentaire, de toute manière largement insuffisante, à laquelle ces personnes étaient réduites n’avait rien d’officiel. Elle dépendait « de la bonne volonté d’un fonctionnaire ou d’un officier » et pouvait « cesser du jour au lendemain, tout comme l’assistance vestimentaire, sociale ou médicale. […]. Comment ne pas penser que ce déracinement6 a été lourd de conséquences dans l’Algérie indépendante ? »

***

9Comprendre l’ampleur du drame des « regroupements » suppose une perspective de long terme, celle d’une Algérie rurale « indigène » qui en fait a été « pacifiée » au XIXe siècle, puis très légèrement administrée, au moindre coût, ce qui au fond est la pratique coloniale « normale », avec cette spécificité algérienne selon laquelle était planté le décors d’une administration française par sa nomenclature. En fait au dessous des trois préfectures et de leurs sous-préfectures, il existait en 1902 quelque 300 communes « de plein exercice », c’est-à-dire les villes, bourgs et centres de colonisation, de population française, parfois exclusivement, sinon très majoritairement. Au même moment l’essentiel des « indigènes » vivait dans 79 communes « mixtes » (parce qu’on y trouvait aussi des français) qui représentaient 1/3 du territoire de l’Algérie « utile » avec 2,7 millions d’habitants sur le total de 4,7. L’Algérie saharienne, de faible peuplement, était sous commandement militaire. Celle-ci, dans les années 1930 et 1940, a été progressivement transformée en communes mixtes à son tour. Ces communes mixtes avaient une administration très légère : comme français un administrateur avec quelques adjoints, et une poignée d’employés « indigènes » (écritures, administration de la justice, police) ; leur nombre était monté à 89 en 1950. En leur sein, des douars ou des « tribus », avec un administrateur indigène nommé (titres variés : cheikh, caïd, bachagha…) chargé des tâches minimales de maintenir l’ordre, de lever l’impôt, de rendre une justice « coutumière », avec l’assistance d’une assemblée « traditionnelle » (jemaa dont le mode de désignation a varié). Une amorce d’administration moderne est mise en route lentement dans les années 1930 en transformant des douars en centre municipaux, avec un conseil municipal élu, mais un maire nommé : il y en a 255 en 1950.

10C’est sur ce tissu administratif extrêmement lâche que la guerre impose dès 1956 une transformation très rapide : multiplication dès 1957 des communes nouvelles qui théoriquement ont toutes le même statut, mais surtout création de quelque 700 SAS (qui sont comme des communes mixtes sous administration militaire, avec des tâches de renseignement imbriquées dans des opérations de développement : infrastructures, scolarisation, santé, assistance, pour ce quoi on recrute très rapidement un personnel improvisé) ; les quelques 900 centres de regroupement accueillent les victimes du drame principal de la guerre : les familles déplacées par la création progressive des immenses zones interdites, auxquelles s’ajoute une proportion inconnue de déplacés « volontaires » qui fuient l’insécurité produite par les ratissages de l’armée française, les exigences des maquisards (impôt, ravitaillement, hébergement), les luttes entre ceux-ci (FLN contre MNA). Ces centres de regroupement sont peu ou prou administrés, souvent par les SAS ; ils forment de nouveaux « villages », allant d’une minorité d’agglomérations de maisons « en dur », pourvus d’électricité et/ ou d’eau, à une grande majorité de bidonvilles qui en quelques années se « durcissent » et obtiennent quelques services (amorce de scolarisation, infirmerie, secours alimentaires). Par définition ces centres sont desservis au moins par une piste carrossable. C’est en fait une immense urbanisation au rabais pour une moitié de la population rurale algérienne.

11L’étude du géographe Xavier De Planhol nous éclaire sur l’idéologie de ces regroupements. L’auteur (1926- ), alors professeur à la Faculté des lettres de Nancy, a probablement été rappelé comme officier de réserve, sur sa demande, ce qui lui a permis de collecter auprès de l’armée une information, complétée sur le terrain, sur les « Nouveaux villages algérois, Atlas blidéen, Chenoua, Mitidja occidentale » (1961). Pour lui ces nouveaux villages sont une nouvelle conquête, prolongeant les villages de colonisation du XIXe siècle. Suite à « l’insécurité générale crée en Algérie par l’extension de la rébellion à la quasi totalité du territoire vers la fin de 1955 » s’est produit une « migration de foules considérables, exode spontané de gens venant se placer sous la protection des postes militaires ou déplacements organisés « à froid » par les autorités […], transformation radicale du système d’habitat […] dans des zones où la dispersion [de la population…], le caractère accidenté du relief rendaient impossible le maintien de la sécurité ». C’est une façon de décrire la création des zones interdites et leur vidage de toute population, consécutive au principal avantage militaire dont dispose l’armée française : elle a la maîtrise totale de l’espace aérien et peut détruire en zone interdite toute population ou tout habitat. Il distingue trois catégories de mouvements : l’exode pur et simple et le refuge dans des villages ou villes existants, recasement dans des gourbis ; les déplacements de masse depuis des zones d’habitat dispersé par regroupement en général près d’un poste militaire français ; les « nouveaux villages » créés « à froid » sur des sites favorables, objet de son étude où il distingue les regroupements proprement dits (loin des terres agricoles des intéressés) et les resserrements (où les intéressés gardent accès à celles-ci).

12Ce géographe spécialiste de l’Anatolie turque, qui toute sa vie s’intéresse au « long terme », s’interroge sur l’avenir des opérations en cours : l’administration s’est souciée d’ « homologuer ce qui est destiné à durer », les 1000 villages objets d’une propagande officielle, où l’on investit parce que ce sont les centres pilotes du développement économique. « Si l’insécurité dure », l’abandon des terres de montagne sera définitif, elles reviendront au domaine public et seront reboisées. Les nouveaux villages ont « bloqué net l’accumulation vers les bidonvilles [suburbains] ». Ces nouveaux villages sont « le balancement inverse de la colonisation qui a refoulé des nomades vers des milieux ingrats, générant une dégradation du milieu montagnard et des migrations de travail » ; ils permettent de revenir à « une économie méditerranéenne et à une mise en valeur rationnelle de la montagne ». Il s’agit d’un choc en deux ou trois ans pour un processus qui « normalement » aurait demandé un demi-siècle. Il suppose un immense effort d’équipement pour un « progrès de la vie sociale et une modernisation des habitudes de vie » ; l’auteur note que cette vision optimiste ne s’applique pas au sud déshérité où regroupements et resserrements ont généré de redoutables problèmes. C’est pour ce sud déshérité que Pierre Bataillon, administrateur de commune mixte au Sahara algérien, se souvient que son collègue de El Abiod Sidi Cheikh lui disait que la politique de regroupement était une catastrophe sans doute irréversible, mais aussi une erreur politique grave : les camps sont des lieux privilégiés de misère et de propagande et de levée de fonds pour les agents du FLN (communication orale personnelle, 2012).

13Une autre étude nous éclaire sur les regroupements. C’est un rapport inédit de Gilles Grandjouan (1932-2010), ingénieur agronome, qui effectue comme officier son service militaire, affecté à la préfecture (nouvellement créée) d’Orléansville (Chlef). Il cite entre autres (1961) un rapport de Jacques Bugnicourt, celui-là même qui a suscité le rapport de Michel Rocart (Les nouveaux ruraux en Algérie, Direction de l’agriculture et des forêts, 1960). Grandjouan résume : la cause des regroupements est militaire, on essaie d’en faire des « nouveaux villages » de développement économique. Pour le département, en deux ans on est passé de 100 000 à 285 000 regroupés, soit 78 % d’une population dispersée de 383 000 ; le regroupement atteint 100 % pour 1/3 des communes. Sur 331 centres créés, 193 sont « provisoires » et non viables (les terres cultivées des gens sont à plus de 3 km), 135 peuvent être définitifs. Appauvrissement et clochardisation (le mot est de Germaine Tillion) sont l’ambiance dominante. L’auteur préconise de ramener sur leurs terres les habitants des regroupements « non viables », « avec de petits resserrements d’autodéfense »… mais l’application de ces réformes se heurte à des « obstacles politiques ».

14Le scenario habituel d’un regroupement : transfert en camion de quelques centaines d’hommes adultes pour deux ou trois semaines « d’action psychologique et recherche des suspects ». Les collecteurs de fonds sont généralement dénoncés. De retour chez lui, ce groupe « compromis et désinfecté » demande à être regroupé. Si 50 % des enfants sont scolarisés dans le département, c’est seulement 20 % chez les regroupés, avec comme instituteurs 40 % de militaires et les autres fournis par l’académie. 46 médecins et 111 infirmiers militaires sont affectés aux 331 regroupements. Pour quelque 65 000 foyers, quelque 3000 maisons « modernes » construites en 3 ans. Les opérations de réforme agraire sont lentes (même si beaucoup de colons vendent très volontiers leurs terres), car on veut cadastrer et aménager avant de distribuer les parcelles à des ayant-droit (« nécessairement pauvres, jeunes, valides, obéissants, mariés avec enfant et sans salaire ») : un système coûteux qui ignore l’exploitation collective possible ; les attributaires paient (tout le monde le sait) l’impôt révolutionnaire au FLN : 20 nouveaux francs [mensuels], contre seulement 12 pour les tractoristes et 6 pour les salariés manœuvres.

15Cette étude rédigée en termes pudiques par un militaire, pour usage administratif, laisse transparaître comme avenir une arrivée prochaine d’un nouveau pouvoir qu’on ne nomme pas, puisque tout le monde joue double jeu, mais sans imaginer que l’encadrement français viendrait à disparaître en quelques mois dans moins de deux ans.

16Sans que le fait soit admis officiellement par les nouvelles autorités algériennes, il est clair que seule une très faible minorité de ces ruraux déplacés sont après 1962 revenus sur leurs terres (où les maisons, mais surtout les arbres fruitiers et les troupeaux avaient disparu). Ceci est confirmé par l’analyse comparative des recensements de 1954 et 1966 réalisée par André Prenant (1924-2010), enseignant de géographie à l’Université d’Alger de 1962 à 1966, un des « pieds-rouges » qui avec l’indépendance retrouve le pays de ses premiers terrains de recherche). L’auteur signale (1967) que le comptage effectué en 1960 enregistrait des déplacements massifs dont on ne pouvait prévoir s’il s’agissait d’un phénomène durable ou non. « Les paysans déplacés sont-ils restés paysans ? […] Il y a une diversification des fonctions dans la population restée rurale, nettement en rapport avec les regroupements et les séparations souvent forcées entre les habitants et leur terre ».

17Entre les deux recensements, la population rurale a stagné, en particulier dans les zones pauvres et ravagées par la guerre, où il n’y a pas « d’appel au repeuplement », alors que les zones urbaines ou semi-urbaines passent de 2,4 à 3,7 millions d’habitant [malgré le départ d’un million de pieds-noirs, qui à peu près tous résidaient en ville]. Dans les zones rurales, s’accroissent les agglomérations de plus de 5000 habitants, qui ont accueilli les migrations forcées ou spontanées ; on passe d’un habitat dispersé à un habitat rural très groupé, avec une mutation structurelle de communautés dont la terre est la seule ressource à des localités dominées par la vie de relation, où le « non urbain » est difficile à qualifier. Dans les hautes plaines steppiques on trouve des « concentrations de migrants ruraux désoccupés plus qu’une urbanisation. »

18En 1962, le gouvernement algérien hérite de 1485 communes (ont-elles toutes été crées par les français ou quelques unes se sont-elles autoproclamées dans le vide de pouvoir à l’été de l’indépendance ?). Il en réduit le nombre : en 1963 une réforme n’en garde que 676, sans doute pour éviter le maintien de communes à la fois gérées par des opposants (réels ou potentiels) et sous équipées. Les communes algériennes, au moins jusqu’aux années 1970, utilisent des documents en français aussi bien en interne que plus encore pour leur dialogue avec la hiérarchie supérieure (Jean Leca, rapport de visite en 1972).

19Si Michel Cornaton a pu de 1963 à 1965 étudier les regroupements nullement disparus, ce fut « à la sauvette » : les autorités considérant que le problème manquait au moins d’intérêt puisque les populations, « mécaniquement », étaient censées avoir regagné leurs terres. Il faut examiner ce que fut la politique algérienne des « mille villages » des années 1970 (investissement massif en principe pour reloger dans des bâtiments de type urbain, pourvus de services, des ruraux vivant dans un habitat dispersé « traditionnel »). On en trouve trace dans Gérard Bataille (1979) ; l’auteur est coopérant au lycée de Bordj Menaïl, en contact avec des élèves de l’école normale de Tizi Ouzou, souvent adultes et anciens maquisards. Il cite un séminaire de 1973 sur les 1000 villages où le président Boumediene affirme que « 8000 camps de regroupement ont été détruits par l’armée française à son départ pour éviter leur utilisation par la Révolution ». Outre le gonflement manifeste du nombre de « camps », Boumediene laisse imaginer d’innombrables infrastructures modernes volontairement détruites, alors que les nouveaux villages « en dur » des français étaient quelques centaines au plus. Il est significatif que ce slogan des 1000 villages ait été repris des années 1959 : un même problème de relogement d’urgence, dont Bataille donne une description difficile à analyser, qui laisse supposer que parmi les logements réellement réalisés, une part fut peu utilisée et rapidement vétuste.

20Un sondage par internet (en 2012), sur les 48 wilaya ( = « départements ») qui composent l’Algérie, donne quelque 1700 communes algérienne : au fil des années, pour une population en forte croissance pendant quatre décennies (beaucoup moins depuis 2000), de nombreuses localités sont nées ou ont atteint une taille permettant de les doter du statut communal. D’après ce qu’on entend en langue berbère de l’Aurès (films : La maison jaune par exemple, Amor Akkar, 2008), tout comme en arabe dialectal algérien (darija), le maire de la commune s’appelle elmar, soit le mot français.

21Une synthèse nous manque pour comprendre ce que sont devenues au bout d’un demi-siècle les « campagnes » algériennes : on sait cependant que la pénétration (en comparaison du Maroc ou de la Tunisie non littorale) de tous les services modernes (routes, électrification, scolarisation, équipements sportifs ou culturels) a été très forte ; il y a eu certainement le développement d’un habitat destiné aux retraités retrouvant leur lieu d’origine (ayant travaillé dans les villes algériennes ou hors Algérie) ou accueillant en vacances les actuels émigrés ; l’incertitude sur le statut juridique des terres a dû se perpétuer ; le développement des activités agricoles ou d’élevage a dû être ponctuel et sporadique ; on soupçonne le maintien de zones que l’administration publique ne contrôle pas, comme celui de particularismes locaux combattus ou tolérés selon les temps et les lieux, ensemble de réalités localement exacerbées par la décennie de violence des années 1990.

Haut de page

Bibliographie

BATAILLE G., 1979, Les villages agricoles de la réforme agraire : première politique nationale de l’habitat rural en Algérie, mis en œuvre en Grande Kabylie 1972- 1975 thèse de 3e cycle inédite, 350 p.

CORNATON M., 2008, Les camps de regroupement de la guerre d’Algérie, préface de Germaine Tillion, Paris, L’Harmattan (première édition, Les Éditions ouvrières, 1967).

GRANDJOUAN G. 1961, Le développement rural dans le département du Chelif en 1959 et 1960, 112 p. (rapport inédit).

PLANHOL X. de, 1961, Nouveaux villages algérois, Atlas blidéen, Chenoua, Mitidja occidentale, Paris, PUF, 120 p. (Publications de la Faculté des lettres d’Alger XXXIX).

PRENANT A., 1967, « Premières données sur le recensement de la population de l’Algérie », Bulletin de l’association de géographes français, No.357-358.

ROCARD M. 2003, Rapport sur les camps de regroupements et autres textes sur la guerre d’Algérie, édition critique sous la direction de Vincent Duclert et Pierre Encrevé, Paris, Mille et une nuits, 2002).

Haut de page

Notes

1 Dans un entretien de 2002 publié en même temps que son rapport de 1959 (Rapport sur les camps de regroupements et autres textes sur la guerre d’Algérie, édition critique sous la direction de Vincent Duclert et Pierre Encrevé, Paris, Mille et une nuits, 2002), Michel Rocard revient sur les conditions dans lesquelles il a pu mener son enquête et les circonstances de cette fuite dont il fut à l’époque, à tort, soupçonné d’être l’auteur. Les citations non explicitement référencées de l’article, y compris dans les notes, proviennent de cet ouvrage, le titre de l’article étant directement emprunté à cet entretien (p. 183).

2 Sections administratives spécialisées

3 Pour Sylvie Thénault [Violence ordinaire dans l’Algérie coloniale, Odile Jacob, 2012] : « Le regroupement est un phénomène complexe à appréhender : né d’initiatives militaires locales, il s’est transformé au fil des années, et a échappé à toute enquête officielle, longue et approfondie.

Le choix sémantique consistant à parler de “centre” ou de “village”, en outre, traduit une gêne certaine à utiliser le mot “camp”, qui favoriserait un amalgame abusif avec les camps de concentration nazis. »

4 Cf. Les camps de regroupement de la guerre d’Algérie, préface de Germaine Tillion, Paris, L’Harmattan, 2008 (première édition, Les Éditions ouvrières, 1967).

5 Ses recherches en Algérie l’ont mis en présence de documents datant de l’époque de Jacques Soustelle et des années 1961 et 1962. Elles lui valurent d’être expulsé du jour au lendemain de l’Algérie indépendante (durant l’été 1965).

6 Cf. Pierre Bourdieu et Abdelmalek Sayad, 1964, Le déracinement, La crise de l’agriculture traditionnelle en Algérie, Paris, Les Éditions de Minuit.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claude Bataillon, « Populations rurales algériennes : encadrement socio-administratif et émigration », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Débats, Les lieux de la guerre d'Algérie, mis en ligne le 13 novembre 2012, consulté le 24 octobre 2014. URL : http://cybergeo.revues.org/25580 ; DOI : 10.4000/cybergeo.25580

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page