Navigation – Plan du site
2012

Koukoutsaki-Monnier A. (dir.), 2011, Représentations du transfrontalier, Nancy, Presses Universitaires de Nancy, Série actes, 299 p.

Brice Lamenie

Texte intégral

1L’ouverture des frontières intérieures de l’Union européenne a engendré des recompositions spatiales de différentes natures. À certains endroits, l’existence de différentiels a stimulé le développement des échanges transfrontaliers. Dans un contexte de frontières ouvertes et apaisées, l’enjeu consiste désormais à dépasser ces relations fonctionnelles pour établir des liens durables. Or, une telle évolution suppose l’existence d’intérêts partagés non seulement par les pouvoirs publics dans le cadre de collaborations, mais également par l’ensemble des populations concernées par la présence d’une frontière.

2L’ouvrage Représentations du transfrontalier est issu du colloque international interdisciplinaire éponyme qui s’est tenu les 16 et 17 septembre 2010 à l’IUT de Mulhouse. Les 20 contributions rassemblées en trois parties par Angeliki Koukoutsaki-Monnier associent géographes, sociologues, politistes, historiens, linguistes et chercheurs en sciences de l’information. Imaginés comme un partage d’expériences transfrontalières, ces écrits font émerger diverses représentations autour du fait transfrontalier. « Entre transfrontalités conçues, vécues et perçues » (p. 16), les auteurs interrogent le rôle des lieux, des acteurs et des stratégies dans la constitution d’espaces transfrontaliers.

3La première partie, composée de huit articles, traite des mécanismes d’institutionnalisation de la coopération transfrontalière sur les territoires. Les trois premières contributions livrent un état des lieux des acteurs et des enjeux de ce type de coopération. À travers l’exemple des migrations pendulaires dans l’Est de la France, Philippe Hamman montre comment les espaces transfrontaliers produisent leurs propres configurations d’acteurs dans la mesure où les politiques publiques qui y sont menées dépassent les cadres nationaux du travail. Il s’interroge sur la production de représentations diverses et souvent contradictoires au sein de ce qu’il qualifie d’« espaces-frontières » (p. 20). Les articles suivants s’intéressent au processus d’institutionnalisation de deux types de relations transfrontalières. Estelle Evrard et Tobias Chilla évoquent d’abord l’impulsion donnée par les pouvoirs publics en faveur de la création d’une Région métropolitaine polycentrique transfrontalière (RMPT). Xavier Marchand-Tonel poursuit par une description des modalités de fonctionnement de la coopération franco-espagnole dans le contexte des programmes INTERREG. S’il semble s’établir un consensus autour de la nécessité de coopérer, les auteurs s’accordent sur les difficultés de mise en œuvre, sans toutefois nier l’émergence d’une dynamique collective.

4À partir d’une étude sur les relations franco-brésiliennes, Madeleine Boudoux d’Hautefeuille propose ensuite de prendre en compte les différences d’échelle dans l’étude du processus d’institutionnalisation des relations transfrontalières, et de montrer que l’emboîtement de plusieurs réalités peut avoir un effet varié sur l’espace.

5Les quatre dernières contributions de cette première partie présentent les « stratégies discursives » (p. 10) mises en place par les acteurs parties prenantes dans la construction d’espaces transfrontaliers. En prenant l’exemple de la Grande région (Wallonie, Luxembourg, Lorraine, Sarre, Rhénanie-Palatinat), les trois premiers articles mentionnent les enjeux et les limites de la construction de cet espace transfrontalier. Pour Jean-Luc Deshayes, l’apparition du phénomène transfrontalier à permis d’insérer un nouvel élément dans le discours sur les rapports sociaux, introduisant par la même occasion, des divergences entre les représentations véhiculées par les institutions et celles des chercheurs. Eric Auburtin révèle comment la carte sert de support à la concrétisation d’un nouvel espace de projet transfrontalier. En réduisant ou élargissant les distances, ce système de représentation peut modifier le statut de la frontière. Un autre rapport se crée alors avec la frontière, « plus flou et plus contradictoire dans sa matérialisation comme dans ses intentions » (p. 106). Thomas Perrin prend l’exemple de la culture comme outil enclin à faire passer la Grande région d’une réalité technocratique à une réalité culturelle afin de rapprocher le citoyen de la construction européenne. Il interroge l’instrumentalisation de l’action culturelle et ses limites, et concède la difficulté de construire des pratiques culturelles transfrontalières si, au préalable, la coopération ne s’ancre pas dans le quotidien des populations. Le dernier article se réfère aux contextes locaux basque et catalan. Pascal Ricaud étudie les principales caractéristiques du paysage des médias locaux frontaliers et transfrontaliers. Reprenant l’expression de Claude Raffestin, il montre comment le passage d’une frontière « coupure » à une frontière « couture » (p. 122), par le biais des eurorégions, participe à la consolidation des identités territoriales et à la promotion d’une vision « historico-culturelle du territoire » (p. 128) portée par les acteurs politiques, économiques et culturels cherchant à s’émanciper de l’État.

6La deuxième partie insiste davantage sur les pratiques, les identités et l’image sociale des populations transfrontalières. Les deux premières contributions sont consacrées à l’étude des modes de vie, des identités et des pratiques des travailleurs frontaliers à Genève et dans le canton genevois. Jean-Baptiste Delaugerre s’appuie sur les représentations négatives véhiculées à l’égard des médias et des partis populistes pour montrer que le travailleur transfrontalier demeure une aubaine pour le canton de Genève. Au moyen d’une typologie élaborée autour des liens entre appartenances institutionnelles et pratiques sociales, Claudio Bolzman met en lumière l’émergence d’une identité transfrontalière fondée sur une diversité d’appartenances, de représentations et de pratiques en rapport avec la frontière.

7Les deux articles suivants interrogent les pratiques en vigueur le long de la frontière franco-allemande. Bernhard Köppen décrit les pratiques de consommation et de loisirs des transfrontaliers. Dans le cas des relations franco-allemandes, le tourisme d’achat demeure un phénomène notable et peut même servir « d’indicateur de qualité » (p. 175) pour le renforcement des liens transfrontaliers, même si la frontière semble bénéficier d’une importance relative auprès des citoyens. En se référant à son expérience de professeur de mathématiques à la fois en France et en Allemagne, Marc Weisser s’interroge sur l’influence de ses représentations sur sa pratique professionnelle. Il souligne que les différences constatées sont une richesse et peuvent contribuer à rendre l’enseignement plus efficace.

8Un groupe de cinq autres articles se penche sur les images transmises par des agents sociaux ou médiatiques à l’égard du transfrontalier. Les deux premières contributions émanent d’enquêtes réalisées au Luxembourg. À partir d’entretiens conduits auprès de résidents luxembourgeois, Christian Wille relève la position ambivalente du travailleur transfrontalier dans la société luxembourgeoise. Alors que celle-ci s’avère positive sur le plan socioéconomique, elle ne l’est pas sur le plan socioculturel. L’enquête menée par Julia De Bres et Anna Franziskus se propose d’explorer les représentations négatives auxquelles se sentent exposés les travailleurs frontaliers dans leur vie professionnelle au Luxembourg et les stratégies qu’ils élaborent afin de les contourner. Cécile Brando et Gaëlle Crenn effectuent leur enquête côté français afin d’analyser les modalités de la réception d’une manifestation conçue initialement pour consolider un sentiment d’appartenance à la Grande région. À l’issue de leurs entretiens, les auteurs remarquent que l’invocation du passé sidérurgique produit une transformation des représentations à l’échelle de la localité mais n’entraîne pas la création d’une identité collective.

9Les deux dernières contributions ramènent le transfrontalier à sa dimension historique et symbolique. Bernard Idelson offre un regard sur une « situation transfrontalière » (p. 232) maritime à travers le cas de l’immigration illégale comorienne à destination de l’île de Mayotte. Le récit médiatique tel qu’il est présenté dans la presse tient lieu de construction mémorielle de l’immigration clandestine comorienne. Airton Pollini examine les représentations de la frontière contenues dans les récits de Platon et d’Aristote. Pour ces deux philosophes, la frontière incarne une séparation, « une source de conflit » (p. 259), et une « marque claire de la perte de la citoyenneté » (p. 259).

10La dernière partie de l’ouvrage soumet le transfrontalier au prisme de réflexions provenant des mondes éducatif, littéraire et artistique. Béatrice Amerein-Soltner, Angeliki Koukoutsaki-Monnier et Marie Louis élaborent une synthèse sur la mobilité transfrontalière dans un contexte éducatif. Elles présentent la richesse des échanges dans un cadre multiculturel et pointent leur manque de souplesse. Claude Nosal raconte la frontière sous « la forme d’une structure polyphonique » (p. 275). S’appuyant sur des récits extraits de la littérature, du cinéma et de l’art pictural, l’auteur démontre que la frontière n’est pas uniquement interétatique, physique ou géographique, elle est également l’expression d’une réalité symbolique et socioculturelle. Enfin, Anne Immelé fournit une explication du projet artistique Que…nuages présenté à Mulhouse. Pour l’auteur, l’image du nuage est polysémique. Le nuage indique autant le mouvement que le déroulement « immuable » (p. 286) du temps et en s’affranchissant des limites territoriales, « il symbolise le transfrontalier » (p. 288).

11L’originalité de ce recueil réside dans son caractère interdisciplinaire. Son organisation est relativement claire en ce qui concerne les deux premières parties. La troisième partie, en revanche, s’avère assez inégale en termes de contenu et difficilement rattachable aux parties précédentes. En outre, il semble important de relever le soin pris à la rédaction d’une introduction détaillée incluant une présentation, par chapitre, de l’ensemble des articles, ainsi qu’un paragraphe venant prolonger le débat autour de la diversité des représentations véhiculées par la présence d’une frontière. La richesse et la variété des études réunies dans ce livre démontrent un intérêt grandissant pour ces questions en sciences humaines et sociales. À côté des approches fonctionnelles et de celles relatives aux méthodes de gouvernance habituellement utilisées pour étudier les relations transfrontalières, l’ouverture proposée par cet ouvrage inscrit la frontière dans une réalité quotidienne incorporant des pratiques multiples. Les études de cas, ciblées principalement sur la Grande région et la frontière franco-suisse, permettent de relever des singularités propres aux espaces métropolitains transfrontaliers (ou en cours de métropolisation) engagés dans un processus d’institutionnalisation de leurs relations. Parallèlement, la présence d’analyses concernant des zones limitrophes non-européennes alimente la réflexion sur le contenu et les modes de transmission des représentations. Soulignons enfin l’importance et la qualité des cartes et des croquis reproduits dans ce recueil, ainsi que les tableaux statistiques et les extraits de grilles d’entretien qui facilitent la compréhension des différentes démarches.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Brice Lamenie, « Koukoutsaki-Monnier A. (dir.), 2011, Représentations du transfrontalier, Nancy, Presses Universitaires de Nancy, Série actes, 299 p. », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Revue de livres, mis en ligne le 22 novembre 2012, consulté le 02 septembre 2014. URL : http://cybergeo.revues.org/25586

Haut de page

Auteur

Brice Lamenie

Doctorant Université Paris 7, CNRS-UMR 8504 Géographie-Cités, lamenie_brice@yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page