Navigation – Plan du site
2012
626

La transformation des paysages agraires mexicains. Cultures de la canne à sucre et de la mûre dans la vallée de Los Reyes, Michoacán

La transformación de los paisajes agrarios mexicanos. Cultivo de la caña de azúcar y de la zarzamora en el Valle de Los Reyes, Michoacán
Transformation of Mexican Agrarian Landscapes. Cane sugar and blackberries cultivation in Los Reyes Valley, Michoacán
Virginie Thiébaut

Résumés

Le secteur agraire mexicain a été fortement affecté ces dernières décennies par la libéralisation des marchés et la diminution de l’interventionnisme de l’État. Dans le cas de la culture de la canne et de l’industrie sucrière qui ont particulièrement souffert de ces changements, des stratégies différentes ont été mises en place, variables d’un bassin sucrier à l’autre. Dans ce travail, nous étudierons le cas particulier de la vallée de Los Reyes dans le Michoacán, dans laquelle la culture de la canne à sucre est une constante depuis l’époque coloniale. Dans les années 1990, la culture d’exportation de la mûre a progressivement gagné du terrain au détriment de la canne, provoquant de multiples changements tant économiques et sociaux qu’au niveau des paysages. Nous étudierons l’impact de la nouvelle culture de la mûre dans la vallée et la résistance de la canne face à cette nouvelle production, rentable mais sans doute éphémère.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Les terres ejidales sont les lots de terre qu’ont reçu les bénéficiaires (ejidataires) de la Réform (...)

1Dans les années 1980, avant même l’adhésion du Mexique au GATT (Accord Général sur les Tarifs Douaniers et le Commerce, 1986), des réformes ont commencé à modifier l’économie et le secteur agraire. La réduction des barrières douanières et des mesures de protection du marché intérieur, la diminution de l’interventionnisme de l’État dans le marché des biens agricoles et la disparition des subventions traditionnelles ont affecté profondément certaines branches du secteur (Ávila, 2008, p. 11). Ce phénomène s’est encore renforcé quelques années plus tard, avec l’ouverture des frontières commerciales causée par la mise en vigueur de l’Accord de Libre Échange Nord-Américain (ALENA) (1994) et la réforme de l’article 27 de la Constitution mexicaine, qui a permis aux terres ejidales de s’intégrer au marché foncier (1992)1. Alors que le but était de moderniser le secteur agraire, le contraste s’est encore accentué entre deux types d’agriculture : l’une vivrière, l’autre industrielle et d’exportation (Veeman, 2002, p. 312). La productivité du secteur s’est affaiblie et sa participation au PIB du pays s’est réduite (Ávila, 2008, p. 12-15). Des productions importantes comme celles du maïs et de la viande bovine sont entrées en crise, en raison de leur manque de compétitivité face aux importations massives des États-Unis, favorisées par les subventions dont bénéficient les producteurs à l’intérieur de ce pays (Ávila, 2008, p. 18). Parallèlement, la mise en vigueur de l’ALENA et l’ouverture des marchés ont signifié une augmentation de la production et de l’exportation vers les États-Unis des cultures maraîchères et des fruits tropicaux, pour lesquels le Mexique a bénéficié du dégrèvement des barrières douanières (à partir de 2003) et de certains avantages comparatifs (climat, bas coût de la main d’œuvre).

2En ce qui concerne la culture et l’industrie sucrière, le nouveau contexte économique a provoqué une crise sévère et des changements contrastés dans l’organisation territoriale et sociale et dans les paysages ruraux qui la reflètent. Les producteurs de certains bassins sucriers ont implanté des cultures d’exportation, conscients du dynamisme et des avantages qu’elles offrent, rejoignant ainsi le cercle restreint des agriculteurs exportateurs, avec ceux de l’État de Sinaloa dans le Nord du pays et du Bajío dans l’Ouest. C’est le cas dans la vallée de Los Reyes, dans l’État du Michoacán, dans la partie occidentale du pays, où la culture de la mûre est apparue comme une alternative à la crise sucrière.

3Après avoir présenté la situation de la culture de la canne et de l’industrie sucrière lors de ces dernières décennies au Mexique, nous étudierons le cas particulier de cette vallée du Michoacán, l’évolution de ses paysages et l’adaptation des habitants aux nouvelles conditions du marché. Pour la réalisation de cette recherche, un travail de terrain approfondi a été effectué lors de plusieurs séjours consécutifs dans la vallée, entre 2006 et 2010. Nous avons réalisé une observation très fine des paysages et de nombreux entretiens avec des producteurs, des travailleurs, des représentants d’associations, des représentants politiques locaux, entre autres informateurs. Ce travail a été complété par une recherche bibliographique approfondie et par la consultation de nombreuses sources statistiques.

La crise sucrière au Mexique et les stratégies adoptées

4La canne à sucre a été depuis la fin de la révolution mexicaine une « culture d’État » : des mesures et décrets l’ont protégée et soutenue, considérant que la croissance industrielle reposait sur l’agriculture nationale et que le sucre était un produit de base de l’alimentation mais aussi une denrée d’exportation qui pouvait apporter des devises au pays (Cordero, 2000, p. 63). Ce secteur, jusque-là peu compétitif sur le marché international et incapable de répondre aux demandes internes de consommation, a été favorisé par différentes mesures depuis les années 1940. La régulation des prix de la canne et du sucre, les subventions accordées à l’agro-industrie, le décret de 1943 qui obligeait les agriculteurs à planter de la canne dans un périmètre délimité autour de l’usine pour l’approvisionner, ont permis d’augmenter la production sucrière (Cordero, 2000, p. 65). Plus tard, l’application d’un prix de garantie (1975), la nationalisation des moulins à sucre (entre 1970 et 1989), la création d’organismes permettant d’obtenir des crédits à taux faibles pour la culture, le matériel agricole et de transport, et les prestations accordées aux cultivateurs (pension de retraite, sécurité sociale) ont également eu pour but d’aider le secteur sucrier (Paré, 1987, p. 39-45 ; Cordero, 1999, p. 296). Malgré les graves problèmes qui subsistaient - stagnation et coût élevé de la production, forte dépendance des producteurs aux raffineries sucrières (ingenios), faibles progrès technologiques entraînant l’endettement des industries, système de paiement au poids qui n’encourageait pas la production de cannes de bonne qualité (García, 2008, p. 363) - la culture s’est développée sur de plus amples superficies et la production a augmenté (voir graphiques 1 et 2).

5Au moment du démantèlement des dispositifs publics de protection et d’encadrement du secteur agricole dans les années 1980 et 1990, les problèmes structurels ont été mis en évidence et la culture et l’industrie sucrières ont été affectées par de nouvelles mesures : les crédits accordés ont été réduits, le prix de garantie de la canne a disparu, l’institution semi-publique (Azúcar, S.A) qui régulait la commercialisation du sucre a disparu et la plupart des ingenios ont été de nouveaux privatisés.

Graphique 1 : Évolution des superficies de canne au Mexique entre 1961 et 2008

Graphique 1 : Évolution des superficies de canne au Mexique entre 1961 et 2008

Source : d’après les données de FAOSTAT pour la canne à sucre.

Graphique 2 : Évolution de la production de canne au Mexique entre 1961 et 2008.

Graphique 2 : Évolution de la production de canne au Mexique entre 1961 et 2008.

Source : d’après les données de FAOSTAT pour la canne à sucre.

6Paradoxalement, le rendement en sucre a augmenté dans les ingenios depuis les années 1990, en raison d’un nouveau système de paiement établi selon la qualité de la canne, de l’introduction de meilleures variétés, de l’augmentation de la superficie cultivée et par conséquent de la quantité de graminées traitée (García, 2008, p. 364-365) (voir graphique 2). Le cycle de récolte 2007-2008 a même constitué un record historique, avec 5,5 millions de tonnes de sucre produites (El Financiero, 12/03/2009). Cependant l’augmentation de la production n’a pas amélioré la situation du secteur. Alors que selon les termes de l’ALENA, le Mexique allait pouvoir exporter 150 000 tonnes de sucre vers les États-Unis, ce pays a finalement diminué la quantité possible d’exportation, ce qui a obligé la vente sur le marché mondial à des prix bas, en raison des coûts de production élevés qui entraînent une faible compétitivité du produit (García, 2008, p. 375-383). Le regain de production de sucre a donc provoqué une baisse des prix, tant pour les exportations que sur le marché intérieur, ce à quoi sont venus s’ajouter les effets des importations : de sucre de contrebande venu d’Amérique Centrale d’une part, et surtout de sirop de maïs à haute teneur en fructose venu des États-Unis. En effet, suite à la diminution progressive du tarif douanier sur les importations d’édulcorants au Mexique jusqu’à sa disparition totale en 2008, comme conséquence de l’ALENA, les quantités importées depuis les États-Unis ont augmenté. Le fructose est arrivé en grande quantité sur le marché mexicain, essentiellement pour approvisionner les fabriques de soda (Rubio, 2004, p. 35), ce qui a provoqué la saturation du marché interne. Malgré l’application d’un impôt spécial sur les sodas fabriqués avec un autre édulcorant que la canne à sucre (appliqué de 2002 à 2006) et la croissance de la demande intérieure et extérieure, la baisse du prix du sucre n’a pu être compensée, raison pour laquelle les revenus des industriels et des producteurs de canne ont diminué. En l’an 2000, 600 000 tonnes de sucre de canne avaient été remplacées par du sirop de glucose-fructose et 20 % des ingenios étaient au bord de la faillite (Rubio, 2004, p. 30-35).

7Ces dernières années, alors que la production stagnait (cycle 2008-2009 et 2009-2010), les exportations ont augmenté, favorisées par un taux de change plus compétitif avec les États-Unis en raison de la crise économique. Les réserves internes de sucre ont baissé et le prix a fortement augmenté pour le consommateur sur le marché national ; c’est pourquoi le gouvernement mexicain a établi des quotas d’importation de sucre avec des tarifs douaniers préférentiels, qui viennent s’ajouter aux importations de fructose, sans résoudre pour autant les problèmes de hausse des prix et d’approvisionnement (El Financiero, 07/08/09, 24/08/09). Les lois du marché restent donc défavorables au secteur sucrier mexicain, puisqu’elles encouragent les exportations généralement pratiquées à des prix peu compétitifs, alors que les importations se font toujours à prix forts.

8Quelle que soit la situation - offres excédentaires ou situations déficitaires qui se succèdent- les producteurs de canne sont confrontés à des problèmes récurrents, tels que la hausse du coût des intrants, l’absence de technification dans les cultures, la difficulté d’être payés par des ingenios en grande difficulté financière. Dans les bassins de production sucrière (719 425 hectares en 2009, SIAP) établis dans quinze États mexicains, les producteurs de canne réagissent différemment face aux difficultés. En certains cas, l’activité sucrière s’est maintenue sans grand changement, grâce aux investissements privés rendant les industries plus compétitives ou grâce à d’importants contrats signés avec des entreprises de soda, y compris américaines. Par exemple, l’ingenio Adolfo López Mateos, situé dans la ville de Tuxtepec, dans l’État de Oaxaca, a signé un contrat de vente avec l’entreprise multinationale Coca-Cola qui lui permet d’approvisionner en sucre quelques unes de ces usines, parmi la centaine disséminée dans tout le pays. Dans d’autres régions, les cultures vivrières ont regagné du terrain : par exemple, les terres couvertes de cannes qui approvisionnaient le moulin à sucre de San Pedro, à Lerdo de Tejada, dans l’État de Veracruz, se sont réduites ces dernières années au bénéfice du maïs et des pâtures. En raison des bas prix pratiqués et des problèmes de paiement qu’ont les producteurs avec l’industrie, nombreux sont ceux qui conservent quelques hectares de canne pour les avantages sociaux que celle-ci implique, mais cultivent aussi du maïs et pratiquent l’élevage bovin, activités qui assurent leur subsistance et parfois un revenu supplémentaire.

9Dans le cas de la vallée de Los Reyes dans l’État du Michoacán, la superficie de canne a également diminué mais au bénéfice de la culture des mûriers, qui représente une véritable innovation.

La culture traditionnelle de la canne à Los Reyes 

  • 2 Le trapiche est un petit moulin à sucre qui fonctionnait généralement à l’énergie animale et dans l (...)
  • 3 Le processus de Désamortissement a consisté en l’expropriation puis la mise en vente des biens eccl (...)

10À Los Reyes (carte 1), la canne à sucre est présente depuis l’époque coloniale. Cette vallée, qui s’étend approximativement sur dix-huit kilomètres de long et onze de large, à 1 200 mètres d’altitude, est entourée de montagnes élevées (le Pico de Tancítaro à l’Est culmine à 3 845 mètres). Elle bénéficie de conditions favorables pour l’agriculture : un climat chaud et humide, des sols profonds et fertiles, de nombreux cours d’eau qui prennent leur source dans les massifs environnants et permettent d’irriguer les terres pendant la saison sèche (octobre à mai). La canne était cultivée à la fin du XVIème siècle : la construction d’un petit moulin à sucre (trapiche)2 est mentionnée aux abords de la vallée en 1590 (González, 1980, p. 155). Aux XVIIème et XVIIIème siècles, la canne était cultivée dans les terres des Espagnols et l’on fabriquait du sirop et du sucre dans plusieurs moulins disséminés qui se multiplièrent avec le temps : on en comptait quatre en 1631 et quatorze en 1738 (González, 1980, p. 171 ; Esquivel, 1985, p. 100, 122). L’expansion de la graminée a continué au cours du XIXème, favorisée par le processus de Désamortissement3 : les grandes propriétés des Espagnols et des Métis ont gagné du terrain par rapport aux terres des communautés indiennes, raison pour laquelle les cultures commerciales comme celle de la canne se sont encore développées au détriment des cultures vivrières, habituellement pratiquées par les Indiens (Estrada, 1998, p. 17-18).

11La canne, présente de façon continue dans la vallée depuis le XVIème siècle, n’était cependant pas la seule production : le riz couvrait aussi d’importantes superficies, aux côtés du maïs et des haricots noirs, cultures de subsistance les plus fréquentes. L’élevage constituait aussi une activité importante et les pâtures étaient étendues, surtout sur les versants. Un inventaire de 1889 de l’hacienda San Sebastián permet de savoir qu’on y cultivait du maïs, du blé et des pois chiches, en plus de la canne à sucre, et qu’il y avait mille têtes de bovins, cent quatre-vingts chevaux, cent-cinquante mules et soixante porcs (Estrada, 1998, p. 71). Grâce à cette diversité, il existait une complémentarité entre les différentes activités et productions, qui permettait l’autosuffisance au sein des grandes haciendas et en général dans la vallée.

Carte 1 : Localisation de la vallée de Los Reyes.

Carte 1 : Localisation de la vallée de Los Reyes.
  • 4 L’avocat est une culture importante dans la région depuis les années 1960 ; l’arbre fruitier de la (...)

12Au XXème siècle, la culture de la canne, soutenue par l’État, a encore gagné du terrain, même si la répartition des terres des grandes haciendas effectuée lors de la Réforme agraire dans les années 1920 et 1930 a plutôt signifié son recul, dans un premier temps. En effet, au départ, les nouveaux ejidataires n’avaient pas les moyens financiers de continuer à pratiquer cette culture qui impliquait des coûts de production élevés : ils ont donc privilégié le riz et les cultures vivrières (Velázquez, 1986, p. 180). C’est seulement à partir des années 1940 et 1950 que les champs de canne ont commencé à couvrir des superficies plus étendues, quand deux des moulins à sucre, Santa Clara et San Sebastián, se sont modernisés grâce à des investissements privés et ont exigé davantage de matière première. De nombreux petits moulins (trapiches) ont été abandonnés pour laisser le monopole de l’élaboration du sucre à ces ingenios. Une aire d’approvisionnement obligatoire a été décrétée en 1943 et une institution financière publique (Financiera Industrial Azucarera) a été créée pour favoriser l’industrie et la culture sucrière, grâce à l’attribution de crédits (Cordero, 1999, p. 298-299). Comme conséquence de ces mesures, les superficies de cannes ont progressivement augmenté au détriment d’autres productions : le riz a disparu et les cultures vivrières tout comme les pâtures ont été reléguées aux versants. Dans cette vallée où les ejidos représentent 80 % de la propriété foncière face à 20 % de propriétés privées, les ejidataires sont tous devenus producteurs de cannes, même s’ils pratiquaient par ailleurs d’autres cultures, commerciales ou de subsistance, en particulier dans les terres plus élevées4.

13La canne a atteint des superficies inégalées après les années 1970, quand les deux usines sont devenues propriétés de l’État. Grâce aux facilités de crédits, au faible taux d’intérêts et à l’obtention du prix de garantie qui a permis d’augmenter les ventes, de nombreux producteurs se sont laissés convaincre par la culture. La meilleure qualité des fertilisants et pesticides employés et l’adoption de nouvelles variétés de cannes adaptées aux conditions climatiques et pédologiques de la région ont aussi permis d’augmenter les rendements. En 1971, l’ingenio de San Sebastián contrôlait à lui seul 5 000 hectares (Velázquez, 1980, p. 185), ainsi que l’aire d’approvisionnement d’une ancienne hacienda sucrière, El Pilón, située à quarante kilomètres au sud (150 à 200 hectares). Le moulin de Santa Clara, plus modeste, recevait en complément les cannes d’une aire de 2 000 hectares située à trente kilomètres (La Laguna, Cotija) au nord : on peut donc estimer qu’il contrôlait moins de 3 000 hectares dans la vallée. En tout, les champs de canne couvraient donc entre 7 et 8 000 hectares, soit pratiquement tout le fond de cette vallée.

Crise sucrière et stratégies pour développer une nouvelle culture

14À la fin des années 1990, les conséquences de l’ouverture des marchés se sont faites sentir à Los Reyes. Pour répondre à la crise et en raison du coût trop élevé de sa politique sucrière, l’État a décidé de privatiser de nouveau cinquante-deux ingenios. En 1990, le groupe espagnol Porres se portait acquéreur de Santa Clara et San Sebastián, ainsi que d’une usine située dans l’État de Chiapas. Les conditions changèrent immédiatement pour les producteurs : plus grandes difficultés pour obtenir des crédits, augmentation des taux d’intérêts, plus forte exigence quant à la qualité de la canne, disparition de certains acquis sociaux, par exemple le don de sacs de sucre pour la consommation familiale ou le paiement des cannes coupées mais non exploitées par l’usine (Cordero, 2000, p. 138-140). Malgré les protestations et grèves durant plusieurs années consécutives, le paiement des productions (liquidaciones) ne s’effectuait que partiellement et tardivement. En 2002, le groupe Porres décidait de fermer définitivement les portes de l’ingenio San Sebastián - là où les ouvriers et les associations de producteurs étaient les plus revendicatifs - pour ne conserver que Santa Clara et y concentrer tout le processus de production. Pour les ejidataires du sud de la vallée, le fait de devoir transporter la canne jusqu’à l’usine située à quinze kilomètres représentait évidemment des frais de transport supplémentaires.

  • 5 La SAGARPA est le Ministère de l’Agriculture, de l’Élevage, du Développement Rural, de la Pêche et (...)

15Or, parallèlement à cette crise dans le secteur de la canne, une nouvelle culture a fait son apparition en 1993. Déjà dans les années 1960, des familles entreprenantes de petits propriétaires avaient cherché des alternatives à la graminée. La culture de la fraise s’était développée entre 1960 et 70, mais elle était restée cantonnée à 350 hectares au maximum et ne s’était pas répandue chez les ejidataires en raison des investissements trop élevés (Velázquez, 1980, p. 183-184). Trente ans plus tard, la culture de la mûre a connu un essor beaucoup plus important. Au début, la variété brazos s’étendait sur de faibles superficies (quatre-vingts hectares en 1995) (Muñoz, 1995, p. 43), en raison de sa fragilité et des difficultés d’écoulement des productions sur le marché ; les fruits se vendaient à des prix dérisoires à des usines de confiture de Jacona et Zamora. C’est à partir de 1996, avec l’implantation de deux entreprises étrangères de commercialisation et d’exportation, Jaguar Bran (de capital américain) et Hortifrut (de capital chilien), que la situation a commencé à changer. Grâce à la possibilité d’exporter les productions vers les États-Unis, des prix plus élevés ont pu être pratiqués. Dans le même temps, la variété de mûre tuppi, de meilleure qualité et consistance, s’est imposée dans la vallée. Étant plus résistante, elle est davantage adaptée aux conditions de transport pour l’exportation. D’autre part, une nouvelle technique de production forcée (grâce à la défoliation et à la taille des arbustes) mise au point par des ingénieurs agronomes, a permis d’avancer la période de récolte de plusieurs mois (de février à octobre). Les fruits sont donc arrivés sur le marché américain en basse saison, à un moment où aucun autre pays producteur (Chili, États-Unis, Canada) n’obtient de récolte. Grâce à cette petite niche de marché, la production de mûres et les exportations n’ont cessé d’augmenter depuis le milieu des années 1990 jusqu’à la fin des années 2000, à des prix intéressants pour les producteurs. La production de mûres est passée de 326 tonnes en 1992 à 40 809 tonnes en 2006 dans l’État de Michoacán (Sánchez, 2008, p. 31) et le volume d’exportation de 2 974 tonnes en 2001 à 9 314 tonnes en 2005 (SAGARPA5, cité par le journal La Jornada Michoacán, 24/05/06). Cette expansion se reflète aussi au niveau des exportations à l’échelle nationale (voir graphique 3). Quant aux devises des exportations, elles ont atteint 38 millions de dollars en 2004 et 81 millions de dollars en 2005 pour le seul État du Michoacán (op.cit.). Attirées par les bonnes conditions du marché et la plus grande disponibilité des fruits, de nouvelles entreprises d’exportation se sont installées ; elles étaient quinze en 2009. De capital chilien, mexicain et américain, elles exportent maintenant non seulement vers les États-Unis, mais aussi vers le Japon et divers pays d’Europe (Italie, Royaume Uni, Espagne, entre autres).

16Parallèlement à la mûre, des essais ont été réalisés pour produire des framboises et des bleuets, mais sans que ces cultures prospèrent ; les premières en raison de la concurrence qui existe avec les productions de régions voisines (principalement dans l’État de Jalisco), les deuxièmes car il s’agit d’une plante fragile qui demande plus d’investissements et qui n’est donc pratiquée que par quelques familles de producteurs.

Graphique 3 : Exportations de mûres et framboises du Mexique vers les États-Unis (1994-2009).

Graphique 3 : Exportations de mûres et framboises du Mexique vers les États-Unis (1994-2009).

Ce graphique concerne les framboises et mûres fraîches exportées depuis tout le pays. La part des exportations de l’État du Michoacán par rapport à l’ensemble est passée de 55,7 % en 2001 à 63,3 % en 2005. La production de mûres dans l’État du Michoacán représentait 96 % de la production nationale entre 2004 et 2006 et la production de framboises 30 % (Sánchez, 2008, p. 63).

Source : d’après les données de Comtrade.

17Pour faire face à la crise sucrière, de nombreux ejidataires se sont laissés tenter par la culture de la mûre qui présentait des conditions avantageuses, soit en louant une partie de leurs terres à d’autres producteurs, soit en la pratiquant eux-mêmes. S’ils n’en sont pas les initiateurs, les ejidataires - qui, rappelons-le, dominent 80 % des terres de la vallée - se sont cependant très rapidement retrouvés impliqués dans le processus de changement.

  • 6 Le SIAP est le Servicio de Información Agroalimentaria y Pesquera.

18Comme conséquence de ces transformations, le rapport entre les deux cultures s’est progressivement modifié au cours des années. Il est cependant difficilement quantifiable, car les statistiques diffèrent et sont parfois contradictoires. À partir de différentes sources (entreprises, associations de producteurs, SIAP6, SAGARPA), on a estimé que les cannes couvrent actuellement 6 000 hectares dans la vallée et les arbustes 5 000, la mûre étant de loin la production principale, puisque les framboises couvrent entre deux cents et trois cents hectares et les bleuets pas plus de quarante. Les deux cultures auraient donc aujourd’hui atteint un certain équilibre, après l’essor continu des fruits pendant les quinze dernières années. Une troisième culture, apparue aux alentours de 2005, risque d’apporter rapidement de nouveaux changements dans les paysages, au vu de son expansion continue et soutenue. Il s’agit de la variété d’avocat Méndez, appropriée aux conditions climatiques de la vallée, alors que l’avocatier Hass, qui domine aux alentours et dans toute la région de production du Michoacán, n’est pas viable en-deçà de 1 200 mètres d’altitude.

La transformation des paysages

19De nos jours, l’observation à diverses échelles de la vallée montre plusieurs contrastes, inexistants il y a trente ans lorsque la canne dominait : aux parcelles de couleur vert clair de la graminée succèdent les rangées de muriers, d’un vert plus foncé. Dans le centre de la vallée, on note la présence de parcelles de mûres abritées par des toits de plastique, grâce auxquels les fruits sont protégés des pluies en début et en fin de saison de récolte et arrivent à maturité plus rapidement. Comme il s’agit d’un investissement important, seuls les plus gros producteurs peuvent se le permettre. Les masses blanches des plastiques forment un contraste supplémentaire avec les cultures laissées à l’air libre (photographie 1).

Photographie 1 : Vue d’ensemble de la vallée.

Photographie 1 : Vue d’ensemble de la vallée.
  • 7 Le maïs « de temporal » est semé lors d’un seul cycle annuel, au moment de la saison des pluies, et (...)

20La mûre couvre aussi certains bas versants escarpés des massifs qui entourent la vallée, où ne s’étendent plus aujourd’hui que des champs de maïs saisonnier et du matorral, occasionnellement utilisé comme pâture7. Si la canne reste cantonnée aux superficies planes ou peu inclinées, c’est parce que la récolte est en partie mécanisée et les camions de transport ont difficilement accès aux parcelles trop abruptes. Les fruits sont en revanche récoltés manuellement et transportés dans de petites camionnettes, plus adaptées aux conditions de ces terrains.

21Un autre élément apparu avec la culture des mûres et observable dans les paysages est constitué par la présence de nombreuses petites constructions disséminées dans les parcelles. Construites en dur, en tôle ou en plastique, plus ou moins rudimentaires, ce sont des latrines mobiles et des aires conçues pour cuisiner et pour emballer et mettre en caisse les productions, ce qui se fait directement dans la parcelle après la récolte. Il existe également de nombreux puits associés au système d’irrigation du goutte-à-goutte.

  • 8 Les fruits « de proceso » sont séparés des autres lors de la cueillette et de l’emballage, dans les (...)

22Dans les agglomérations, des changements sont également survenus. Au nord de Los Reyes, le long de la route qui mène à Zamora, se sont établies huit des quinze entreprises exportatrices implantées dans la vallée, plusieurs commerces de fertilisants et matériel agricole ainsi que des pépiniéristes. Sur le même axe, le quartier de La Higuerita a connu un essor démographique important : de 648 habitants en 1990 à 1 118 en 2005 (INEGI). C’est là que se sont implantés des producteurs de mûres, originaires des fermes isolées (ranchos) de la Sierra del Tigre, située à l’Ouest de la vallée. Un autre phénomène plus difficilement quantifiable mais toujours mentionné par les habitants est la multiplication des magasins et des services à Los Reyes et dans les villages alentour et l’augmentation de la demande de logements. À San Sebastián, par exemple, où l’on pourrait s’attendre à une faible activité en raison de la fermeture de l’ingenio, les commerces se sont multipliés : épiceries, magasins de pesticides, petits centres d’achat des fruits « de proceso »8. Ce petit village est en effet devenu la principale « porte » d’entrée à la partie méridionale de la vallée, où les muriers dominent. C’est le point d’arrivée et de départ des journaliers provenant d’autres villages, là où les propriétaires et les contremaîtres viennent embaucher la main-d’œuvre tous les matins, là encore où passent plusieurs fois par jour autant les producteurs que les agronomes des entreprises. Dans une petite épicerie située face à l’ingenio, la commerçante reconnaît faire de meilleures ventes, plus régulières tout au long de l’année, qu’avant la fermeture de l’usine.

23Les activités et les mouvements de personnes et de marchandises se sont aussi multipliés avec la nouvelle culture. Alors que l’on observe rarement des travailleurs dans les champs de canne - puisque la graminée nécessite peu de travaux au cours de l’année - ils sont très nombreux dans ceux de mûriers : pour récolter, d’octobre à mai et, dans une moindre mesure le reste de l’année, pour effectuer différents travaux (installer des tuteurs, creuser des tranchées, etc.). Les mouvements entre les agglomérations de la vallée et les champs sont nombreux et les parcelles autrefois désertes sont aujourd’hui devenues le cadre d’une animation permanente.

Photographie 2 : Parcelle de muriers et aire d’emballage.

Photographie 2 : Parcelle de muriers et aire d’emballage.

24Il existe également de nombreux mouvements de marchandises vers l’extérieur de la vallée. Les fruits sélectionnés pour l’exportation partent dans des semi-remorques réfrigérés vers les États-Unis et les principaux aéroports du pays, d’où ils s’envolent ensuite pour l’Europe et le Japon. D’autres camions viennent récupérer les fruits impropres à l’exportation, pour les emmener jusqu’aux usines dans lesquelles ils seront exploités.

25La circulation - déjà intense en raison de la culture de l’avocat présente dans toute la région et de son transport - a considérablement augmenté sur les petites routes rurales. Pour améliorer les conditions de transport de ce fruit d’exportation, plus délicat encore que l’avocat, des travaux de modernisation des voies de communication ont été effectués, à la demande des communes, grâce aux financements conjoints de l’État fédéral et de l’État de Michoacán. La route Los Reyes-Zamora en particulier a été élargie et rénovée lors de travaux qui ont duré trois ans, de 2004 à 2007, pour relier cette région aux grands axes de circulation et aux principales zones commerciales du pays (Mexico-Guadalajara-États du Nord du pays), projet qui a exigé un investissement initial de 162 400 000 pesos mexicains (environ dix millions d’euros) (Secretaria de Comunicaciones y Obras Públicas, Estado de Michoacán, Informe Anual de Actividades, Ejercicio 2005).

L’adaptation aux normes de production

26En plus des changements directement visibles dans les paysages, l’implantation des mûriers a impliqué des innovations dans les pratiques culturales de la vallée. Les arbustes demandent des travaux tout au long de l’année (taille, défoliation, traitements avec pesticides, amendements, etc.) et des soins particuliers, pour que les productions respectent les normes sanitaires et phytosanitaires d’exportation.

27Plusieurs lois et décrets ont été pris dans les années 1990 aux États-Unis pour établir des normes de qualité et de sécurité alimentaire (Loi Sanitaire Animale, 1993 ; Loi Sanitaire Végétale, 1994). Depuis 1997, les producteurs doivent en plus respecter les Bonnes Pratiques Agricoles (Good Agricultural Practices) et les entrepreneurs les Bonnes Pratiques Industrielles (Good Manufacturing Practices) pour pouvoir vendre leurs fruits et légumes frais sur le marché américain. Cela signifie appliquer des mesures strictes en ce qui concerne la qualité des terrains cultivés et des eaux d’irrigation, la sélection des plants, les conditions d’hygiène, pour éviter la pollution et la transmission de germes et de maladies (FAO, Good Agricultural Practices). Les mesures se sont encore renforcées avec la Loi de Sécurité Alimentaire de 2003 (Food Safety Act) et la Loi de Modernisation de Sécurité Alimentaire (Food Safety Modernization Act) de 2010. Quant aux pays européens, ils font aussi appliquer les Bonnes Pratiques Agricoles, notamment avec EUREPGAP, un programme privé de certification volontaire, pour que lesdites normes soient respectées (FAO, Good Agricultural Practices).

28Dans la vallée, les agriculteurs ont dû s’adapter aux nouvelles conditions, d’autant plus que le type de culture - fruit sans enveloppe - exige des précautions spécifiques. L’irrigation pose un problème particulier : le réseau de canaux à ciel ouvert du système traditionnel mène, depuis les sources jusqu’aux parcelles, une eau trop polluée pour les mûriers. En conséquence, de nombreux puits profonds ont été creusés ces dernières années pour obtenir de l’eau pure des nappes phréatiques. Les agriculteurs modestes, qui ne peuvent se permettre cet investissement, purifient l’eau des canaux avec du chlore au moment de son arrivée dans la parcelle.

29La mise en œuvre des produits chimiques dans les parcelles est également strictement contrôlée. Certains d’entre eux sont interdits et les produits autorisés doivent être bien dosés et utilisés suffisamment longtemps avant la récolte. D’autres conditions se rapportent à la sélection des fruits - qui doivent répondre à des critères de taille, de texture, de propreté et de qualité - et aux aires d’emballage, qui doivent être isolées et fermées. Quant aux travailleurs, les normes d’exportation leur imposent des mesures d’hygiène sévères à suivre à l’intérieur des parcelles : se laver les mains avant de commencer la cueillette, ne pas introduire d’aliments, ni jeter de déchets, entre autres choses. Ces règles de conduite sont clairement indiquées sur de larges panneaux installés à l’entrée de chaque parcelle, et sont à mettre en relation avec l’existence des latrines mobiles et des aires spécifiques pour cuisiner et emballer les baies.

30Difficilement acceptées dans un premier temps, ces normes ont été peu à peu adoptées sous la pression des propriétaires, eux-mêmes obligés de faire installer les infrastructures nécessaires. Les entreprises exportatrices qui accordent des crédits aux producteurs au début de chaque cycle de culture fournissent aux novices des documents explicatifs sur les normes à suivre, et convoquent ensuite les producteurs à des discussions sur le sujet, pour les tenir informés des changements. En effet, ces dernières années, de nouvelles mesures ont été ajoutées aux anciennes, et signifient plus de contraintes encore pour les producteurs sans leur apporter plus de profits : par exemple l’imposition d’une latrine au minimum pour quarante personnes ou l’interdiction de certains engrais (fumure de volaille). Les Bonnes Pratiques Industrielles incluent d’autres mesures pour les entreprises exportatrices, relatives aux conditions d’hygiène et de transport, notamment le respect de la chaîne du froid.

31Pour vérifier le respect de toutes ces règles, de nombreux contrôles sont effectués. Les producteurs et les contremaîtres vérifient quotidiennement que leurs travailleurs se plient aux normes établies. Par ailleurs, les ingénieurs agronomes des entreprises réalisent des contrôles à l’improviste directement dans les parcelles : pour prélever des échantillons d’eau et emmener quelques fruits en laboratoire. À leur arrivée dans l’entreprise, des mûres de chaque exploitation sont aussi analysées, avant leur départ pour les pays d’exportation, dans lesquels des contrôles supplémentaires seront de nouveau effectués.

32Jusqu’à maintenant, la certification des productions (USA GAP pour les États-Unis, EUREPGAP pour l’Europe) n’est pas obligatoire et elle représente une tâche administrative supplémentaire, que les agriculteurs tentent d’éviter. Elle apporterait cependant plus de sécurité aux entreprises, raison pour laquelle celles-ci les incitent à l’obtenir. Pour faire face à une soudaine baisse des prix lors du cycle 2008-2009, elles se sont entendues pour accepter seulement un nombre restreint de caisses : pendant quelques mois, les fruits provenant de parcelles certifiées ont été privilégiés par rapport aux autres.

  • 9 En 1997, des fraises importées depuis la Basse Californie ont été accusées d’avoir causé des cas d’ (...)
  • 10 Les barquettes de plastique, marquées au nom de l’entreprise exportatrice, contiennent de vingt-deu (...)

33Même sans certification systématique, les nombreux contrôles internes et externes suffisent à faire respecter les normes. Les producteurs savent qu’une seule erreur - un produit non autorisé retrouvé dans les fruits lors d’une analyse ou la diffusion d’un germe qui provoquerait une maladie - suffirait à fermer le marché vers les États-Unis9. La traçabilité des produits protège également toute la chaîne du producteur au consommateur : grâce à un code barre inscrit sur chaque petite barquette de plastique exportée, on peut retrouver la parcelle dans laquelle a été cueilli le fruit10.

Les changements économiques et sociaux dans la vallée

  • 11 Pour un hectare avec toit de plastique, puits profond et système d’irrigation de goutte à goutte, l (...)

34L’expansion des mûriers a eu aussi des conséquences économiques et sociales. Les premières familles de producteurs ont rapidement étendu leur superficie d’exploitation, alors que la culture s’est popularisée : les ejidataires les plus entreprenants et les petits propriétaires ont commencé à cultiver eux aussi les mûriers. L’investissement est important : il faut compter 110 000 pesos (environ 6 000 euros) pour un cycle de culture dans un hectare, depuis la plantation jusqu’à la cueillette, tous frais confondus (main-d’œuvre, plants, tuteurs, etc.) (Sánchez, 2008, p. 76) et 200,000 pesos s’il s’agit d’une première culture11. Mais les entreprises exportatrices prêtent au début de chaque cycle de 20 à 25 000 pesos par hectare, avec de faibles taux d’intérêt (1 % par mois) et la possibilité de remboursement progressif avec l’argent obtenu de la production. D’autre part, les cultivateurs rentrent rapidement dans leurs frais, ce qui leur permet de réinvestir l’année suivante : les ventes obtenues d’un hectare de mûriers en production forcée, sans toit de plastique s’élèvent à 270 000 pesos ; le bénéfice est donc de 160 000 pesos par an (un peu moins de 10 000 euros) (Sánchez, 2008, p. : 76). Les ejidataires, surtout les plus jeunes, se lancent donc dans la culture, mais sans abandonner totalement la canne à sucre. Alors que les parcelles ejidales de la vallée s’étendent généralement sur six à huit hectares, ils en plantent environ la moitié en mûriers et continuent à cultiver les autres en graminées. C’est le cas par exemple de Jesús Sánchez Álvarez, quarante-huit ans, habitant du village de San José Apupátaro, au sud de la vallée, premier ejidataire du village à avoir adopté les mûriers en 1998. Des six hectares qu’il possède, il en a planté progressivement trois en arbustes, le reste étant toujours couvert de cannes. Il exclut pour l’instant d’étendre davantage la culture pour des raisons économiques (trop d’investissements nécessaires) et de travail, et pour ne pas perdre les avantages sociaux liés à la canne (pension retraite, assurance santé).

35Les ejidataires et petits propriétaires qui ne veulent pas planter de mûriers parce qu’ils jugent que c’est trop risqué ou trop compliqué, ont toujours la possibilité de louer ou vendre leur terre à un prix avantageux. En 2010, un hectare en location annuelle valait 25 000 pesos mexicains (1 400 euros) en moyenne et 300 000 pesos (18 000 euros) à l’achat. Paradoxalement, un hectare planté de canne rapportant à l’exploitant de 15 à 20 000 pesos (de 900 à 1 200 euros) de bénéfices dans le meilleur des cas, raison pour laquelle il est plus rentable pour lui de louer que de continuer à travailler la terre.

36De fait, 60 à 70 % des parcelles plantées de mûriers sont des terres louées. Les locataires peuvent être des producteurs de la vallée ou des entreprises exportatrices - certaines exploitent jusqu’à cent ou cent cinquante hectares - qui cherchent à agrandir leur aire de production. Une catégorie à part est constituée par des petits exploitants originaires de la Sierra del Tigre, pratiquant auparavant l’élevage extensif de bovins (rancheros). Depuis le début du XXème siècle, cette région connaît une émigration continue vers les États-Unis et, plus récemment, vers les grandes villes du pays, dans lesquelles les rancheros se sont reconvertis en glaciers (paleteros) (Barragán : 1990b, 1997a ; González : 2006). En 1997, alors que la culture commençait à peine, l’un d’eux s’est installé dans la vallée et a commencé à planter des mûriers, obtenant rapidement des bénéfices. Peu à peu, comme il arrive fréquemment dans cette société rurale qui fonctionne en réseau, des membres de sa famille et des connaissances, informés de son succès, ont suivi son exemple. Actuellement, on peut estimer que les rancheros qui exploitent des parcelles de mûriers dans la vallée sont entre trente et quarante. La première étape consiste souvent à travailler comme journalier dans la parcelle d’un membre de la famille ou d’un ami, puis une fois les connaissances sur les caractéristiques culturales acquises, à louer deux hectares à un ejidataire pour les planter d’arbustes. L’argent investi provient soit de la vente d’un bien (exploitation agricole, bétail), soit des économies effectuées dans le commerce des glaces, soit il a été gagné aux États-Unis où le nouvel exploitant a émigré pendant quelques années. Dans ce dernier cas, il s’agit souvent de jeunes gens qui, connaissant déjà la culture, partent pour un temps déterminé. Ils trouvent du travail grâce aux réseaux familiaux qu’ils ont sur place et reviennent au bout de deux ou trois ans avec l’argent nécessaire à la location et à l’investissement. C’est le cas d’Adalberto Chávez, trente ans, qui a passé deux ans dans l’État du Montana à travailler dans une raffinerie pétrolière. Grâce à l’argent gagné, il a pu louer une parcelle de sept hectares à son retour (175 000 pesos, 10 500 euros) et payer les infrastructures nécessaires.

37Selon l’ancienneté qu’ils ont dans l’activité, leur capacité d’adaptation et leurs initiatives, les bénéfices de ces producteurs varient. Comme ils travaillent directement dans leur parcelle, sans intermédiaire, et n’embauchent de la main-d’œuvre qu’au moment de la cueillette, ils gagnent généralement suffisamment d’argent pour pouvoir investir dans des hectares supplémentaires au bout de quelques années.

38L’installation dans la vallée des rancheros représente une nouveauté, car ils avaient jusque-là avec elle des contacts réguliers mais passagers : ils s’y rendaient pour effectuer des démarches administratives, consulter un médecin ou faire des achats. La culture de la mûre est pour eux le moyen de s’installer dans un endroit peu éloigné de leur montagne d’origine et de continuer à être en contact avec la terre, ce que ne leur permettait ni leur activité de glacier, ni l’émigration internationale.

La culture du mûrier, une source de travail

39Planter une parcelle de mûriers requiert, comme on l’a signalé, de nombreux travaux tout au long de l’année et donc d’embaucher des journaliers, contrairement à la culture de la canne qui demandait peu de tâches, souvent réalisées par les ejidataires seuls. Pendant la cueillette - qui se déroule d’octobre à mai avec une période creuse en décembre, janvier et février - les producteurs préfèrent embaucher de la main-d’œuvre féminine, considérée plus apte car il s’agit d’un travail délicat. Entre 60 et 70 % des journaliers sont des femmes, selon les estimations de la Mairie et des agriculteurs. La demande de main-d’œuvre a augmenté proportionnellement à l’expansion de la culture. Dans les premières années, ont été embauchés des habitants de Los Reyes et des villages de la vallée (Los Limones, Los Palillos, Apupátaro), ainsi que des indiens purépecha vivant dans des localités proches de Los Reyes, mais déjà situées dans la montagne. Avec les années et l’expansion de la superficie, la demande de main-d’œuvre a augmenté et les travailleurs sont venus de villages de la sierra purépecha de plus en plus éloignés (carte 2).

Carte 2 : Provenance des travailleurs de la mûre

Carte 2 : Provenance des travailleurs de la mûre

40Le recrutement est organisé par un intermédiaire en contact avec plusieurs producteurs, en fonction de la demande. Celui-ci se charge également du transport quotidien entre les villages et les parcelles, effectué dans des autobus ou des camionnettes. Actuellement, les journaliers qui vivent dans les villages les plus éloignés se lèvent à quatre heures du matin et font plus de deux heures de trajet, avant de commencer à travailler dans la parcelle entre sept et huit heures. Ils terminent leur journée de travail normale entre treize et quatorze heures, mais peuvent effectuer des heures supplémentaires pendant la haute saison, auquel cas ils ne seront de retour dans leur village que vers dix-neuf heures.

41Un journalier gagne de cent vingt à cent trente pesos par jour en 2010 (environ sept euros) pour six à sept heures de travail, six jours par semaine. Chaque heure supplémentaire lui est payée vingt-cinq pesos. C’est le producteur qui se charge des frais de transport jusqu’à la parcelle et de son petit-déjeuner. Un travailleur est donc payé environ 3 000 pesos par mois (180 euros), rétribution qui peut être augmentée de 20 à 30 % avec les heures supplémentaires. On peut considérer qu’elle n’est pas mauvaise, dans un pays où le salaire minimum est de cinquante-cinq pesos (3,3 euros) par jour (2010). Il faut cependant considérer qu’elle est irrégulière et discontinue, puisqu’il n’existe pas toujours la possibilité de faire des heures supplémentaires et que la grande majorité des journaliers ne travaille que pour la cueillette, c’est-à-dire au maximum sept mois par an.

42Dans les villages purépechas, cette nouvelle opportunité de travail a représenté un changement important. Alors que les hommes s’emploient dans les vergers d’avocats, il s’agit de la seule possibilité de travail pour les femmes, excepté dans les villages du nord de la sierra, plus proches du Bajío, grande région maraîchère voisine, dans laquelle elles récoltent les pommes de terre, les fraises ou les tomates.

43On rencontre des situations personnelles très diverses lorsque l’on interroge les femmes qui travaillent dans les parcelles. Les jeunes filles, parfois mineures, sont nombreuses : elles ont abandonné le collège ou le lycée, et remettent une partie de leur salaire à leurs parents. Travaillent aussi des veuves, des mères célibataires et des femmes dont les époux ont émigré, toutes avec famille à charge, ou encore des femmes mariées qui participent ainsi à l’économie familiale. Les hommes sont généralement employés aux tâches les plus dures, mais ils peuvent aussi se consacrer à la cueillette. Ce sont souvent eux qui bénéficient d’un emploi sans discontinuité tout au long de l’année et qui ont des contrats d’embauche, ce qui leur donne droit à certaines prestations sociales.

44Les bénéfices sont incontestables dans les localités de la vallée, mais plus mitigés dans les villages indiens. Là où les habitants ont commencé à travailler dès la fin des années 1990, l’amélioration des conditions de vie est manifeste, en tous cas quand plusieurs personnes d’un même foyer ont un emploi dans la culture (couple, ou mère et fille). Les familles ont pu investir dans l’achat d’appareils électroménagers, dans des travaux pour agrandir leurs maisons ou encore dans un petit commerce. Quand l’activité est plus récente ou qu’une seule personne s’y consacre, les améliorations se situent plutôt au niveau de la vie quotidienne : les dépenses de base, pour la nourriture et les vêtements, ont augmenté. Dans aucun cas, cette activité n’a permis de changement radical de niveau de vie ou un investissement direct comme la location de parcelles, par exemple.

45Parallèlement, des effets négatifs se font ressentir : les jeunes arrêtent massivement leurs études pour se consacrer à la cueillette et gagner de l’argent, de manière à acquérir une certaine indépendance. La Mairie évoque également la recrudescence de consommation d’alcool et de drogue et la multiplication des grossesses prématurées. D’autre part, les conditions de transport et de travail laissent à désirer. Les déplacements s’effectuent sans aucune mesure de sécurité, dans des véhicules bondés et en mauvais état, sur des routes étroites et sinueuses, ce qui a coûté la vie à cinq journaliers, lors d’un accident de la route le 22 mai 2009 (Cambio de Michoacán, 22/05/09). Et les travailleurs ne bénéficient quasiment jamais de la sécurité sociale ou d’une assurance. Seuls les plus gros producteurs offrent ces garanties, grâce à leur propre service de transport et à la signature de contrats de travail.

L’évolution récente et les perspectives d’avenir pour la canne et la mûre 

46Après des siècles de prédominance économique de la canne, la crise sucrière a donc eu des conséquences importantes dans la vallée de Los Reyes, avec l’implantation d’une culture d’exportation et une dynamique culturale, économique et sociale différente.

  • 12 Si la demande et les prix chutent toujours en décembre et janvier en raison d’une baisse de la cons (...)

47Depuis la fin de l’année 2008, la culture de la mûre connaît cependant des fluctuations de prix importantes, qui remettent en cause sinon son existence du moins son expansion. Les prix ont fortement chuté de novembre 2008 à février 200912. Les profits ont donc été faibles ; nombreux sont les producteurs qui ont eu des difficultés à rembourser leurs prêts annuels aux entreprises et ont dû en reporter une partie sur l’année suivante. En 2010, ce sont les conditions climatiques qui ont posé problème : des pluies fortes et prolongées en pleine saison sèche ont empêché la cueillette pendant plusieurs jours en janvier et février. Grâce aux toits de plastique qui protègent leurs arbustes, les gros producteurs ont été favorisés puisqu’ils ont pu récolter malgré tout et vendre leur production à prix fort.

48En conséquence de ces problèmes, le mouvement de substitution de la canne par les mûriers s’est considérablement ralenti ces deux dernières années. Les demandes de location sont moins nombreuses et les ejidataires hésitent d’autant plus à se lancer dans l’activité que les bénéfices sont incertains.

49En revanche, les superficies couvertes par les avocats Méndez augmentent, au point que cette culture est en passe de devenir une « troisième voie » dans la vallée. Il s’agit d’une production plus résistante, aux prix moins fluctuants et qui demande de moindres investissements de départ : 60 000 pesos (3 575 euros) par hectare, en considérant les plants, le système d’irrigation et les produits agrochimiques.

50Jusqu’à maintenant, même si les superficies de canne ont diminué, à aucun moment elle n’a été menacée de disparition. L’ingenio Santa Clara tente de « reconquérir » les producteurs, en améliorant sa politique de paiement (liquidaciones payées plus tôt), en facilitant des prêts annuels, en livrant les fertilisants au moment adéquat et en promouvant de nouvelles variétés de cannes au meilleur rendement. Il a d’autre part compensé la perte de terrains dans la vallée en louant des terres depuis 2007 dans une commune des Terres Chaudes située à soixante kilomètres de là (Tepalcatepec). Leur superficie s’élève aujourd’hui à 1 600 hectares, sur lesquels travaillent des métayers et des journaliers payés par l’usine, grâce auxquels elle peut continuer à fonctionner à plein régime. Alors que 360 959 tonnes de cannes avaient été exploitées durant le cycle 2001-2002, lors de la dernière saison de l’ingenio San Sebastián, 600 766 tonnes l’ont été lors du cycle 2006-2007 et 467 411 tonnes en 2008-2009 (SIAP). Si les rendements dépendent de facteurs externes comme les conditions climatiques, l’augmentation globale lors de la décennie reflète les efforts de l’usine et des syndicats d’agriculteurs pour maintenir la productivité.

51Les cultivateurs qui continuent à planter leur parcelle de canne, en totalité ou en partie, considèrent qu’elle apporte des revenus réguliers et sûrs, même s’ils sont moins importants que ceux de la mûre, en échange d’un faible investissement en travail. Pour cette raison, même ceux qui ont adopté les arbustes continuent à avoir une part de leur terre occupée par la graminée. On note donc que si les agriculteurs continuent à la cultiver, c’est pour des raisons pratiques (avantages sociaux et de travail) et non pas en raison de leur attachement à une culture traditionnelle. On constate d’autre part qu’il n’existe pas de véritable antagonisme entre les producteurs de canne et ceux de mûres (hormis des problèmes ponctuels liés à l’utilisation de l’eau ou à l’entretien des chemins), vu qu’il s’agit souvent des mêmes personnes.

52Même les producteurs de mûres les plus convaincus et les ingénieurs de la Mairie qui soutiennent la culture affirment qu’il est important de conserver la canne dans la vallée pour maintenir un équilibre écologique et économique. En effet, la monoculture favorise les maladies et les prédateurs et épuise plus rapidement les sols. La mise en culture de toute la vallée risquerait par ailleurs de provoquer une surproduction de fruits et un désastre économique, en cas de fermeture des frontières ou de diminution de la demande. Il est intéressant de signaler que la menace de surproduction existe tout de même, vu que les parcelles de mûriers se multiplient dans l’Est de l’État de Michoacán (région de Tacámbaro) et dans les États voisins de Colima et Jalisco (Ciudad Guzmán).

53Les cultures d’exportation sont de toute façon considérées comme éphémères, leçon tirée d’expériences vécues dans des régions proches. Les melons des Terres Chaudes et les cultures maraîchères de la région d’Autlán (État de Jalisco), par exemple, n’ont duré que deux décennies (Stanford, 1994 ; Macías, 2000). Les entreprises exportatrices installées sur place sont parties pour chercher d’autres terres, quand les sols ont été épuisés, les eaux contaminées ou quand les pesticides sont devenus inefficaces face aux maladies. Dans le cas de Los Reyes, si des capitaux étrangers sont en jeu, cinq des quinze industries exportatrices appartiennent, au moins en partie, à des familles de la région, qui n’auront pas cette facilité de délocaliser si les choses tournent mal. Les entrepreneurs, les ingénieurs de la Mairie, les producteurs, tous conscients de la fragilité de la culture, prennent des mesures pour qu’elle soit durable. Les contrôles sur l’eau d’irrigation sont de plus en plus stricts, des campagnes de sensibilisation sont organisées pour diminuer la quantité des résidus. La Mairie a prévu la construction d’une décharge contrôlée pour traiter les déchets solides et de collecteurs d’eau usée qui devraient entrer en fonction en 2011. Il existe déjà par ailleurs un contrôle strict des produits chimiques, en raison du type de production. Les personnes interrogées pensent que, malgré ces mesures, la culture ne pourra pas durer plus de quinze à vingt ans. Dans ce contexte, la canne continue donc à être considérée comme une valeur sûre. D’autre part, les producteurs sont conscients du potentiel que possède la vallée pour l’agriculture en général et des possibilités qui peuvent à un moment se présenter pour une autre culture, en fonction des lois du marché.

54Pour mieux évaluer l’évolution de cette petite vallée face à la mise en vigueur de l’ALENA et à la crise sucrière, il serait intéressant de la comparer avec d’autres bassins sucriers. Au début de ce travail, un examen rapide a permis de discerner des stratégies différentes, qu’il faudrait étudier dans le détail. Quant à la vallée de Los Reyes, les changements rapides qui surviennent continuellement font qu’elle reste un terrain d’étude privilégié pour l’évolution des paysages.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Ávila D. J. A., Puyana A., Romero J. (ed.), 2008, Presente y futuro del sector agrícola mexicano en el contexto del TLCAN, El Colegio de México, Universidad Autónoma de Chapingo.

Barragán López E., 1990b, Más allá de los caminos. Los rancheros del Potrero de Herrera, Zamora, El Colegio de Michoacán.

Barragán López E., 1997a, Con un pie en el estribo. Formación y deslizamientos de las sociedades rancheras en la construcción del México moderno, Zamora, El Colegio de Michoacán.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Chollett, D. L., 2009, “From Sugar to Blackberries. Restructuring Agro-export Production in Michoacán, Mexico”, Latin American Perspectives, May 2009, vol. 36, no. 3, 79-92.
DOI : 10.1177/0094582X09334158

Cordero Díaz B., 2000, Entre la valentía y la honestidad : la política cañera en una arena de poder cambiante, Tesis de Maestría en Antropología Social, Zamora, Colegio de Michoacán, no publicada.

Cordero Díaz B., 1999, “El Valle de Los Reyes : vida y trabajo en torno a la caña de azúcar”, in Barragán E. (coord.), Frutos del campo michoacano, Zamora, El Colegio de Michoacán, 291-309.

Esquivel Vega E., 1985, Peribán y su antigua jurisdicción : Los Reyes, Tinguïndin, Charapan, San Francisco de Peribán, Metamorfosis de un pueblo, Guadalajara.

Estrada Virgen E. D., 1998, Reparto de tierras comunales y consolidación de la burguesía rural en Tancítaro, Los Reyes y Peribán (1867-1910), Morelia, Tesis de Licenciatura en Historia, Universidad Michoacana de San Nicolás de Hidalgo, Escuela de Historia.

García Chávez L. R., 2008, “La agroindustria azucarera de México : los efectos del Tratado de Libre Comercio de América del Norte”, in Ávila D. J. A., Puyana A., Romero J. (ed.), Presente y futuro del sector agrícola mexicano en el contexto del TLCAN, El Colegio de México, Universidad Autónoma de Chapingo, 359-385.

García Chávez L. R., Spreen T. H., 2001, “La agroindustria azucarera de México : reformas estructurales y sus implicaciones para el mercado de edulcorantes”, in Gómez Cruz M. Á., Schwentesius Rindermann, R. (coord.), Estrategias para el cambio en el campo mexicano, Universidad de Chapingo, Plaza y Valdés, 127-157.

González de la Vara M., 2006, La Michoacana, historia de los paleteros de Tocumbo, Zamora, El Colegio de Michoacán.

González Méndez V., Ortiz Ybarra H., 1980, Los Reyes, Tingüindin, Tancítaro, Tocumbo y Peribán, Centro occidental de Michoacán, Monografías municipales, Gobierno del Estado de Michoacán.

INEGI (Instituto Nacional de Estadística, Geografía e Informática), Archivo histórico de localidades.

Macías Macías A., 2000, “Desarrollo socioeconómico de una región hortofrutícola en el sur de Jalisco”, in Carta Económica Regional, 01/03/2000.

Muñoz Rodríguez M., Juárez M. R., 1995, El mercado mundial de la frambuesa y la zarzamora. México, Chapingo.

Paré L. (coord.), 1987, El Estado, los Cañeros y la Industria azucarera : 1940-1980, México, Instituto de Investigaciones Sociales, UNAM.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Powell, K., 2007, “San Sebastian: The Social and Political effects of Sugar Mill Closure in México”, New Solutions. A Journal of Environmental and Occupational Health Policy, Volume 17, Number 1-2, 41-52.
DOI : 10.2190/E11N-6W02-K851-P124

Puyana A., Romero J., 2004, Diez años con el TLCAN : las experiencias del sector agropecuario mexicano, México, FLACSO, El Colegio de México.

Rubio B. (coord.), 2004, El sector agropecuario mexicano frente al nuevo milenio, México, UNAM, Plaza y Valdés.

Sánchez Rodríguez G., 2008, La red de valor de la zarzamora, El cluster de Los Reyes, Michoacán un ejemplo de reconversión competitiva, Morelia, Fundación Produce Michoacán 2008.

Stanford L., 1994, “Transitions to Free Trade: Local Impacts of Changes in Mexican Agrarian Policy, Human Organization, Volume 53, Summer 1994, Number 2, 99-109.

Thiébaut V., 2009, “De la caña a la zarzamora : el Valle de Los Reyes en proceso de transformación”, in Téllez Valencia C.A. y García Sánchez M.A. (coord.), Estudios Michoacanos XIII, Zamora, El Colegio de Michoacán, Colección Estudios, 13-38.

Veeman M. M., Veeman T.S., Hoskins R., 2002, “NAFTA and agriculture: challenges for Trade and Policy”, in Chambers E. J., Smith P. H., NAFTA in the new millennium, La Jolla, Ca, University of California, San Diego, Mexican Studies, 305-329.

Velázquez Hernández E., 1986, “Los Reyes : historia económica de una región cañera”, in Herrejón Peredo, C., Estudios Michoacanos II, Zamora, El Colegio de Michoacán, Gobierno del Estado de Michoacán, 169-190.

Journaux

Casillas Mendoza S., 2009, “Accidente carretero deja cinco jornaleros muertos y 35 heridos en Los Reyes”, in Cambio de Michoacán, Sección Sucesos, 22/05/09.

Chávez Maya H. H., 2009, “Suben 50 % los precios de azúcar en lo que va del año”, in El Financiero, Sección Economía, 24/08/2009.

Chávez Maya H. H., 2009, “Molienda normal en Grupo Azucarero Santos”, in El Financiero, 12/03/09.

De los Santos, M. Á., 2005, “La inocuidad en alimentos”, in El Aguacatero, Boletín informativo de la APROAM, marzo-abril, n° 40.

Redacción, 2006, “Incrementa la reconversión de cultivos la producción de zarzamora en 180 %”, in La Jornada Michoacán, Sección Finanzas, 24/05/06.

Saldaña I., 2009, “Abren cupos de importación de azúcar por 393 000 toneladas”, in El Financiero, Sección Economía, 07/08/2009.

Internet

FAO Good Agricultural Practices: http://www.fao.org/prods/GAP/home/principles_fr.htm

FAOSTAT : http://faostat.fao.org/site/567/default.aspx#ancor

Servicio de Información Agroalimentaria y Pesquera (SIAP) (1980-2008) Anuario Agrícola y Pecuario : http://www.campomexicano.gob.mx/azcf/entrada/menu.php ;

http://www.siap.gob.mx/index.php?option=com_content&view=article&id=181&Itemid=

426

United Nations Commodity Trade Statistics Database: http://comtrade.un.org/db/

U.S. Food and Drug Administration: http://www.fda.gov

Secretaria de Comunicaciones y Obras Públicas, Estado de Michoacán, Informe Anual de Actividades, Ejercicio 2005 : http://publicador.michoacan.gob.mx/10/SCOP05.pdf

Haut de page

Notes

1 Les terres ejidales sont les lots de terre qu’ont reçu les bénéficiaires (ejidataires) de la Réforme Agraire, pour les exploiter directement, après que les grandes propriétés privées aient été expropriées et divisées en ejidos. La Réforme Agraire est inscrite dans l’article 27 de la Constitution Mexicaine de 1917, qui fut modifiée en 1992.

2 Le trapiche est un petit moulin à sucre qui fonctionnait généralement à l’énergie animale et dans lequel on fabriquait du sucre brun très peu raffiné (piloncillo). L’ingenio, qui fonctionnait à l’énergie hydraulique - et maintenant avec des combustibles - est de plus grande taille. Il permet de traiter des quantités supérieures et son processus de raffinement du sucre est plus élaboré.

3 Le processus de Désamortissement a consisté en l’expropriation puis la mise en vente des biens ecclésiastiques ou appartenant aux communautés indiennes. Il a été décrété par la Loi Lerdo (1856).

4 L’avocat est une culture importante dans la région depuis les années 1960 ; l’arbre fruitier de la variété Hass donne de bons résultats à partir de 1 200 mètres d’altitude.

5 La SAGARPA est le Ministère de l’Agriculture, de l’Élevage, du Développement Rural, de la Pêche et de l’Alimentation au Mexique.

6 Le SIAP est le Servicio de Información Agroalimentaria y Pesquera.

7 Le maïs « de temporal » est semé lors d’un seul cycle annuel, au moment de la saison des pluies, et ne bénéficie pas de système d’irrigation.

8 Les fruits « de proceso » sont séparés des autres lors de la cueillette et de l’emballage, dans les parcelles. Ils sont considérés comme inappropriés pour l’exportation, pour différentes raisons : trop mûrs, trop petits, mouillés, abîmés, etc. Ils sont ensuite vendus en gros à des usines de la région de Zamora et Jacona, à cinquante kilomètres de Los Reyes, où ils seront transformés en confiture et en jus de fruits, ou serviront pour la fabrication de peinture et de médicaments.

9 En 1997, des fraises importées depuis la Basse Californie ont été accusées d’avoir causé des cas d’hépatite dans le Michigan et en 2002, des melons cantaloups venus du Michoacán ont été suspectés d’avoir provoqué une épidémie de salmonellose, ce qui a entraîné la fermeture immédiate des frontières (De los Santos, 2005).

10 Les barquettes de plastique, marquées au nom de l’entreprise exportatrice, contiennent de vingt-deux à vingt-quatre fruits. Elles sont ensuite empilées par douze dans des cartons et envoyées telles quelles jusqu’aux supermarchés américains.

11 Pour un hectare avec toit de plastique, puits profond et système d’irrigation de goutte à goutte, l’investissement est de 300,000 pesos.

12 Si la demande et les prix chutent toujours en décembre et janvier en raison d’une baisse de la consommation aux États-Unis au moment des fêtes de fin d’année, en 2009, une surproduction des mûres a provoqué la baisse des prix.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Graphique 1 : Évolution des superficies de canne au Mexique entre 1961 et 2008
Crédits Source : d’après les données de FAOSTAT pour la canne à sucre.
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/25615/img-1.png
Fichier image/png, 26k
Titre Graphique 2 : Évolution de la production de canne au Mexique entre 1961 et 2008.
Crédits Source : d’après les données de FAOSTAT pour la canne à sucre.
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/25615/img-2.png
Fichier image/png, 25k
Titre Carte 1 : Localisation de la vallée de Los Reyes.
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/25615/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 8,4M
Titre Graphique 3 : Exportations de mûres et framboises du Mexique vers les États-Unis (1994-2009).
Légende Ce graphique concerne les framboises et mûres fraîches exportées depuis tout le pays. La part des exportations de l’État du Michoacán par rapport à l’ensemble est passée de 55,7 % en 2001 à 63,3 % en 2005. La production de mûres dans l’État du Michoacán représentait 96 % de la production nationale entre 2004 et 2006 et la production de framboises 30 % (Sánchez, 2008, p. 63).
Crédits Source : d’après les données de Comtrade.
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/25615/img-4.png
Fichier image/png, 29k
Titre Photographie 1 : Vue d’ensemble de la vallée.
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/25615/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Photographie 2 : Parcelle de muriers et aire d’emballage.
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/25615/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Carte 2 : Provenance des travailleurs de la mûre
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/25615/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 2,9M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Virginie Thiébaut, « La transformation des paysages agraires mexicains. Cultures de la canne à sucre et de la mûre dans la vallée de Los Reyes, Michoacán », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Environnement, Nature, Paysage, document 626, mis en ligne le 05 décembre 2012, consulté le 30 octobre 2014. URL : http://cybergeo.revues.org/25615 ; DOI : 10.4000/cybergeo.25615

Haut de page

Auteur

Virginie Thiébaut

Centro de Estudios de Geografía Humana, El Colegio de Michoacán, A.C., enseignant-chercheur, virginia@colmich.edu.mx

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page