Navigation – Plan du site
2012

Haesbaert R., Nunes Pereira S., Ribeiro G. (dir.), 2012, Vidal, Vidais: textos de Geografia Humana, Regional e Política, Rio de Janeiro, Bertrand Brasil, 464 p.

Larissa Alves de Lira et Federico Ferretti

Texte intégral

1C’est l’édition brésilienne, agrémentée d’un riche appareil critique, de 25 textes choisis de Paul Vidal de la Blache (1845-1918), dont plusieurs sont traduits en portugais pour la première fois. Cet ouvrage nous semble d’abord très significatif pour connaître quelle est la vision brésilienne actuelle de la géographie française, d’autant plus que les géographes de ces deux pays ont entretenu historiquement un lien privilégié.

2Le titre, en juxtaposant les mots « Vidal » (au singulier) et « Vidals » (au pluriel) suggère ironiquement, et d’entrée de jeux, l’un des thèmes que les éditeurs ont choisi pour aborder le « père » de l’école française de la Géographie Humaine, notamment « le caractère dynamique et multiple » (p. 14) de son œuvre.

3Cet ouvrage participe de la redécouverte des classiques qui caractérise actuellement l’Amérique latine en général et le Brésil en particulier et qui s’éloigne de la démarche « iconoclaste » de la géographie quantitative et critique des années 1960 et 1970, sans se vouloir pour autant nostalgique ou trop révérencieuse par rapport à ces auteurs.

4Il est question, aujourd’hui, d’une récupération critique desdits classiques à travers un retour aux sources et un travail systématique sur les textes. Concernant Vidal de la Blache, les éditeurs affirment que, si à un certain moment de l’histoire disciplinaire, au Brésil, sa « caractérisation dominante indiquait un géographe empiriste, descriptif et surtout soucieux de l’échelle régionale, la recherche directe sur les textes publiés dans les Annales de Géographie comme dans d’autres revues, montre un Vidal bien différent » (p. 13).

5En mobilisant les outils intellectuels foucaldiens de l’archéologie du savoir, les auteurs refusent cependant la canonisation de cet auteur, pour se focaliser sur son utilisation des savoirs dans la construction de son discours scientifique, ce qui leur permet de définir le discours vidalien comme une « perspective scientifique d’avant-garde » (p. 15) par rapport aux milieux intellectuels français de son époque.

6Ouvert par une préface de Paul Claval suivie d’une introduction générale des trois éditeurs, le livre se compose de trois parties, « Géographie Humaine », « Géographie Régionale » et « Géographie Politique », chacune accompagnée par une introduction critique de l’un des éditeurs.

7La première partie, « Géographie humaine », est introduite par l’essai « Géographie humaine : fondements épistémologiques d’une science » de Guilherme Ribeiro. Les textes traduits dans cette section sont la « Préface » à l’Atlas Vidal-Lablache [1894] ; « Le principe de la Géographie générale » [1896] ; « Leçon d’ouverture du cours de géographie » [1899] ; « Les conditions géographiques des faits sociaux » [1902] ; « La Géographie humaine : ses rapports avec la géographie de la vie » [1903] ; « De l’interprétation géographique des paysages » [1908] ; « Les genres de vie dans la Géographie Humaine » [1911].

8Dans son essai, Ribeiro justifie d’abord le choix des textes de cette section en affirmant qu’il s’agit des écrits théoriques sur lesquels Vidal de la Blache fonde sa conception de la géographie humaine en tant que discipline, et où il « ouvre une discussion théorico-méthodologique » (p. 24) dont l’auteur se propose d’extraire les principaux points épistémologiques dans l’ordre temporel où ils font leur parution dans le discours vidalien.

9Le premier concept abordé par Ribeiro est l’appréhension vidalienne du principe de l’unité terrestre, qui n’est pas cependant l’affirmation d’une uniformité, car il relève en soi d’une articulation nécessaire entre le Tout et les Parties, d’après laquelle on ne peut pas étudier le premier indépendamment des secondes, ni comprendre les secondes sans le premier. En cela Ribeiro souligne la dette de Vidal de la Blache envers la géographie d’Alexandre de Humboldt et de Carl Ritter, question abordée plusieurs fois en France dans les dernières années (Robic, 2000 et 2009), en remarquant aussi la présence, parmi les auteurs cités dans la « Leçon d’ouverture du cours de géographie », d’Oscar Peschel et Élisée Reclus (p. 27).

10En analysant l’article « La Géographie humaine » publié dans la Revue de synthèse, Ribeiro problématise l’approche vidalienne de la définition des limites disciplinaires de la géographie. On connaît bien les débats qui se sont déroulés autour de cette revue, notamment entre géographes et sociologues durkheimiens (Mucchielli et Robic, 1995), mais on sait aussi qu’entre Henri Berr et les tenants des diverses disciplines impliquées existait une alliance de facto contre l’histoire événementielle, que certains auteurs considèrent aujourd’hui comme un ennemi « purement et simplement inventé » (Prochasson, 1997, p. 69).

11C’est à propos du rapport entre géographie humaine et histoire que Ribeiro exprime des jugements qui nous semblent assez représentatifs de l’actuelle approche brésilienne de l’histoire de la géographie, plus attentive aux enjeux de la collaboration interdisciplinaire qu’à ceux de la lutte entre disciplines. D’après Ribeiro, Vidal de la Blache considère, en vertu aussi de sa formation d’historien, que « la géographie est une science historique » (p. 32). L’essai souligne ensuite l’importance, dans la démarche vidalienne, de l’idée de paysage par rapport à la centralité du travail de terrain. Enfin, Ribeiro conclut en définissant le concept de genre de vie comme la dernière affirmation d’une géographie qui reste attentive aux méthodes des sciences naturelles et à l’évolutionnisme, sans pour autant déroger au principe de l’appréhension conjointe de l’humanité et de la nature. Une géographie consciente, ajoutons-nous, de la leçon de la philosophie de la nature du 19e siècle.

12La deuxième partie, intitulée « Géographie régionale », est introduite par l’essai «Vidal et la multiplicité des approches régionales » de Rogério Haesbaert. Les textes traduits dans cette section sont « Des divisions fondamentales du sol français » (parties I, II et IV) [1888]; « Routes et chemins de l’ancienne France » [1902] ; « Les pays de France » [1904] ; « Régions françaises » [1910] ; « La relativité des divisions régionales » [1911] ; « Évolution de la population en Alsace-Lorraine et dans les départements limitrophes » [1916] ; « La rénovation de la vie régionale » [1917].

  • 1 Au Brésil, il est très problématique d’associer le concept de région naturelle à celui de pays, en (...)

13Haesbaert essaie de questionner les interprétations traditionnelles de la géographie vidalienne au Brésil. La première est l’opposition entre possibilisme et déterminisme, définie par l’auteur comme un faux problème. La deuxième, plus importante du point de vue de cette section, est l’appréhension de la région vidalienne d’après un seul principe de découpage régional, celui de la région naturelle, et à une seule échelle, celle du pays1.

14D’après Haesbaert, ces lectures brésiliennes sont le résultat de la circulation d’ouvrages comme, d’un côté, La Terre et l’évolution humaine de Lucien Febvre, et de l’autre côté La géographie, ça sert d’abord à faire la guerre d’Yves Lacoste. Une grande partie des lecteurs brésiliens ne connaît Vidal de la Blache que par le biais de ces ouvrages, très utilisés dans les programmes universitaires, et non par les textes originaux. L’auteur affirme donc que ces lieux communs, sédimentés dans l’histoire de la géographie brésilienne, sont souvent le résultat de lectures indirectes.

15L’argument principal porté par Haesbaert est l’inexistence de « une région vidalienne » : encore une fois, le jeu du singulier et du pluriel présent dans le titre de l’ouvrage représente bien les diverses interprétations qui caractérisent les lectures brésiliennes de Vidal de la Blache. D’après l’auteur, il ne faut pas parler d’un modèle de « région », mais de plusieurs modèles de « régions », conçues et entrecroisées par un complexe jeu d’échelles. De ce point de vue, des contributions parues en France dans les dernières années, comme les articles de Marie-Vic Ozouf-Marignier (2000) et de Marie-Claire Robic (2000 et 2004), sont citées parmi les travaux de référence ; on peut donc considérer que le traditionnel échange interculturel entre le Brésil et la France se prolonge sur ce sujet.

16D’après Haesbaert, le concept de région a été retravaillé à plusieurs reprises, par Vidal de la Blache, tout au long de sa carrière, et la chronologie des textes choisis essaie de le démontrer. L’auteur, dans son effort de donner une périodisation à l’approche vidalienne de la question régionale, souligne que les définitions du concept de région croisent une grande partie des travaux du géographe.

17Haesbaert envisage dans l’œuvre de Vidal de la Blache une première période, représentée par le premier des textes traduits, où le géographe s’inspire particulièrement de la géologie pour le découpage régional, en valorisant les unités physiques plutôt que les cadres politico-administratifs. L’auteur envisage ensuite une deuxième période dite de transition, représentée par le Tableau de la Géographie de la France et par l’article « Les pays de France », où les critères principaux du découpage régional sont les activités humaines et la relation homme-milieu ; c’est dans la troisième période, représentée par les articles parus entre 1910 et 1917, que Vidal de la Blache aborderait le concept de « région économique », en empruntant chez le géographe anglais Halford Mackinder des concepts comme celui de « nodalité », dont l’exemple le plus évident est la région lyonnaise.

18Il nous semble qu’il faudrait aussi s’interroger sur le rôle que jouent, dans la vision vidalienne de la modernité, les réseaux de circulation et la division du travail par rapport à la question régionale. Mais la tentative de Haesbaert de saisir la complexité de l’approche régionale vidalienne à travers sa périodisation est sans doute très importante dans ce sens.

19Néanmoins, il serait sans doute souhaitable de pouvoir disposer d’une traduction complète du texte « Des divisions fondamentales du sol français », comprenant les morceaux que les auteurs considèrent comme étant de la géographie physique qui, malgré leur caractère « empirico-descriptif », pourraient contribuer à la compréhension de Vidal de la Blache chez le public lusophone. Cela permettrait de saisir dans sa totalité une conception où les régions transformées par la modernité sont abordées d’une manière qui n’exclut pas le rôle des régions naturelles et de leurs polarités traditionnelles.

20La troisième partie, intitulée « Géographie politique », est introduite par l’essai « États, nations et colonialisme : caractères de la géographie politique vidalienne » de Sergio Nunes Pereira. Les textes traduits dans cette section sont : des extraits de l’ouvrage États et nations de l’Europe autour de la France [1889] ; « La zone frontière de l’Algérie et du Maroc, d’après des nouveaux documents » [1897] ; « La Géographie Politique. À propos des écrits de M. Frédéric Ratzel » [1898] ; « Le contesté franco-brésilien » [1901] ; « La mission militaire française au Pérou » [1906] ; « La Colombie britannique » [1908] ; « La carte internationale du monde au millionième » [1908] ; « La conquête du Sahara » [1911] ; « Du principe de groupement dans l’Europe Occidentale » (Chapitre XVIII de La France de l’Est) [1917].

21Comme l’essai précédent, le texte de Nunes Pereira essaie de déconstruire quelques lieux communs de l’histoire disciplinaire, notamment celui affirmant qu’il n’y aurait pas de fond politique dans l’œuvre de Vidal de la Blache. Rien de plus faux, d’après l’auteur.

22Mais s’il est évident qu’il y a des préoccupations politiques qui traversent l’ensemble de l’œuvre vidalienne, pourrait-on affirmer avec la même force que ce géographe s’engage directement dans les affaires de l’État ? Le choix des textes ne semble pas confirmer cette hypothèse, car les écrits les plus « politiques » de Vidal de la Blache sont assez épars et publiés en grande partie sous forme de notes dans la section des correspondances des Annales de Géographie. Dans ce sens, Nunes Pereira conteste l’idée, soutenue par Y. Lacoste, d’un Vidal de la Blache présumé « géopoliticien » dans La France de l’Est, en affirmant qu’il est plus correct de dire que cet auteur intègre sa géographie politique et sa géographie humaine, au fur et à mesure que ses conceptions de la présence de l’humanité sur la Terre mûrissent, tandis que les deux catégories de l’humain et du politique se croisent souvent dans son parcours, avant le choix définitif de la formule « Géographie Humaine ».

23Nunes Pereira est très attentif à saisir ces nuances, en affirmant, par exemple, que la géographie vidalienne ne se renferme pas dans le cadre de l’État, alors qu’il y est souvent question de « groupements humains », « peuples » et « groupes ethniques ». L’auteur questionne la pertinence du mot « géopolitique » pour aborder la contribution vidalienne à la géographie politique, tout en reconnaissant que le développement de cette branche disciplinaire en Allemagne, et notamment la figure de Ratzel, influencent sans doute la pensée vidalienne, bien que ses conceptions générales restent en tout cas très différentes. Selon Nunes Pereira, Vidal de la Blache est sensible, après l’Anthropogeographie, au tournant de la Politische Geographie, en faisant écho, dans son œuvre, à plusieurs assertions du géographe allemand.

24Les conceptions géographiques vidaliennes sont alors présentées comme liées « aux tâches stratégiques et de contrôle du territoire développées par les États à niveau national, continental, ou colonial » (p. 338), et on affirme en même temps que la théorie de Vidal de la Blache serait « imbue d’une vision politique au service du colonialisme français » (p. 341). S’il nous faut préciser que la question coloniale n’est certainement pas centrale dans le discours scientifique vidalien, il faut aussi dire que la position de Nunes Pereira s’approche d’une nouvelle démarche, dans l’histoire de la géographie française, qui questionne l’appréhension de l’école vidalienne comme généralement « étrangère » au colonialisme d’un Marcel Dubois. Ces nouvelles études affirment notamment la complexité des positions, ainsi que la vaste influence que les affaires coloniales avaient sur toute la géographie de l’époque (Clerc, 2011 ; Deprest, 2009).

25Selon Nunes Pereira, enfin, la conception vidalienne de la nation s’appuie sur des critères sociaux et sur des principes comme la liberté, la justice et le libre choix des peuples, plutôt que sur les critères ethniques et linguistiques qui pouvaient justifier, par exemple, la permanence de l’Alsace-Lorraine sous la domination allemande. L’idée que la France aurait dû renforcer ses relations avec la Russie pour s’ouvrir un chemin en direction de « l’Eurasie » répond au même souhait de porter un défi « géographique » à la puissance allemande.

  • 2 Voir le site du Réseau Brésilien de Géographie Historique et Histoire de la Géographie, http://rede (...)

26Comme les éditeurs le soulignent, cet ouvrage sort pour le 120e anniversaire des Annales de Géographie, revue « vidalienne » par excellence qui a commencé ses publications en 1892. Il s’inscrit nettement, ajoutons-nous, dans le contexte de la situation brésilienne actuelle, qui voit un rebondissement significatif des études géographiques, et parmi eux de l’histoire de la géographie.2

  • 3 Rappelons qu’un auteur qui a contribué au renouvellement de la géographie brésilienne dès les début (...)

27Du point de vue de l’instruction, on peut dire finalement que ce brillant recueil de textes et de commentaires va enrichir l’enseignement de la géographie dans les universités brésiliennes. Les textes que les auteurs ont choisi pour la traduction en portugais, bien qu’ils ne soient pas complètement inconnus au Brésil3, vont porter un vent de nouveauté dans le débat brésilien actuel sur la formation de la géographie française, à laquelle les écoles géographiques brésiliennes reconnaissent encore aujourd’hui devoir beaucoup, comme ces entreprises éditoriales le démontrent.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Ab’Saber A. N., 2003, Domínios de Natureza no Brasil, São Paulo, Ateliê editorial.

Clerc P., 2011, “Tous colonialistes ? Les géographes français et l’idéologie coloniale”, Communication au colloque Quand l’injustice crée le droit, Archives départementales de Loire-Atlantique, http://www.loire-atlantique.fr/upload/docs/application/pdf/2012-06/clerc_tous_colonialistes.pdf

Deprest F., 2009, Géographes en Algérie (1880-1950), savoirs universitaires en situation coloniale, Paris, Belin.

Mucchielli L., Robic M.-C., 1995, “Entre sociologie et géographie : la morphologie sociale selon Durkheim”, in Borlandi M., Mucchielli L. (dir.), La sociologie et sa méthode : les règles de Durkheim un siècle après, Paris, L’Harmattan, 101-136.

Ozouf-Marignier M.-V., 2000, “Le Tableau et la division régionale : de la tradition à la modernité”, in Robic M.-C. (dir.), Le Tableau de la Géographie de la France de Paul Vidal de la Blache : dans le labyrinthe des formes, Paris, CTHS, 151-181.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Prochasson Ch., 1997, “Histoire et sociologie : Henri Berr et les durkheimiens”, in Biard A., Bourel D., Bria E. (dir.) Henri Berr et la culture du XXe siècle, Paris, Albin Michel, 61-79.
DOI : 10.1007/BF03181303

Robic M.-C., 2000, “Territorialiser la nation. Le Tableau entre géographie historique, géographie politique et géographie humaine”, in Robic M.-C. (dir.), Le Tableau de la Géographie de la France de Paul Vidal de la Blache : dans le labyrinthe des formes, Paris, CTHS, 183-225.

Robic M.-C., 2004, “Un système multi-scalaire, ses espaces de référence et ses mondes. L'Atlas Vidal-Lablache”, Cybergeo: European Journal of Geography, Dossiers, Journée à l’EHESS. Échelles et territoires, Paris, 29 avril 2002, http://cybergeo.revues.org/index3944.html

Robic M.-C., 2009, “De la relativité … Élisée Reclus, Paul Vidal de la Blache et l’espace-temps”, in Bord J.-P., Cattedra R., Creagh R., Miossec J.-M., Roques G. (dir.) Élisée Reclus – Paul Vidal de la Blache : Le Géographe, la cité et le monde, hier et aujourd’hui. Autour de 1905, Paris, L’Harmattan, 305-314.

Haut de page

Notes

1 Au Brésil, il est très problématique d’associer le concept de région naturelle à celui de pays, en vertu de la taille et de la complexité des domaines climatiques et morphologiques de chaque région (Ab’Saber, 2003).

2 Voir le site du Réseau Brésilien de Géographie Historique et Histoire de la Géographie, http://redebrasilis.net/

3 Rappelons qu’un auteur qui a contribué au renouvellement de la géographie brésilienne dès les débuts du 20e siècle, comme Delgado de Carvalho (1884-1980), connaissait sans doute la géographie vidalienne, à la fois par la lecture des textes et par les contacts directs qu’il avait en France. D’autres universitaires brésiliens, comme Aroldo de Azevedo (1910-1974), connaissaient sans doute à fond les sources françaises.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Larissa Alves de Lira et Federico Ferretti, « Haesbaert R., Nunes Pereira S., Ribeiro G. (dir.), 2012, Vidal, Vidais: textos de Geografia Humana, Regional e Política, Rio de Janeiro, Bertrand Brasil, 464 p.  », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Revue de livres, mis en ligne le 13 décembre 2012, consulté le 16 septembre 2014. URL : http://cybergeo.revues.org/25658

Haut de page

Auteurs

Larissa Alves de Lira

Doctorante en Géographie
Département de Géographie de l’Université de São Paulo – USP
lara.lira@gmail.com

Federico Ferretti

Chercheur en Géographie
Département de Géographie et Environnement de l’Université de Genève
federico.ferretti@unige.ch

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page