Navigation – Plan du site
2013

Brake K., Herfert G. (dir.), 2012, Reurbanisierung. Materialität und Diskurs in Deutschland. Wiesbaden, Springer, 422 p. [La ré-urbanisation en Allemagne, entre réalités et discours.]

Hélène Roth

Entrées d’index

Mots-clés :

Allemagne, urbanisation
Haut de page

Texte intégral

1Après le spectre de la "Zwischenstadt" et la menace du "rétrécissement urbain", la question de la réurbanisation constitue actuellement un des principaux objets de débat dans le monde de la recherche urbaine en Allemagne.

  • 1 L'ouvrage réunit des contributions de géographes, d'urbanistes, de sociologues et d'économistes.

2Dans cet ouvrage remarquablement coordonné par Klaus Brake et Günter Herfert, la réurbanisation est entendue comme un processus durable de revalorisation des villes à travers de nouveaux usages de leurs centres. Cette définition, certes très large, proposée dans l'introduction et systématiquement reprise dans les différents chapitres, sert la cohérence de l'ouvrage : loin d'être une somme hétéroclite de vingt-et-une contributions, l'ouvrage interroge les assises théoriques et empiriques d'un phénomène qui relève tantôt de l'évidence, tantôt de l'incantation. Il mobilise pour cela la complémentarité des approches et des méthodes de la recherche urbaine allemande, dont plusieurs spécialistes reconnus ont participé à la rédaction de l'ouvrage1. Il est organisé en quatre parties, aux titres volontairement lapidaires, inégales en terme de cohésion interne.

3La première partie est consacrée à l'analyse critique de la notion de réurbanisation et aux discours qui la sous-tendent. Après une phase où dominaient les idées de périurbanisation, d'exode urbain, de dilution des villes, la thèse de la réurbanisation a surgi dans le milieu de la décennie 2000. Günter Herfert fut l'initiateur du débat, lorsqu'il mit en évidence, au début des années 2000, la fin des dynamiques de périurbanisation et les premiers signes d'un regain démographique de certaines villes-centres dans les nouveaux Länder (Herfert, 2002).

4À travers une analyse de la littérature scientifique germanophone et anglophone, Klaus Brake et Rafael Urbanczyk s'appliquent à étudier la multidimensionalité de processus qui alimentent la thèse de la réurbanisation et à cerner les cadres contextuels dans lesquels ils s'inscrivent.

5Les deux auteurs dressent une généalogie du terme pour en souligner la polysémie – de la réurbanisation entendue comme annexion territoriale de communes périurbaines par une ville, par l'Américain Jerome G. Manis (1959) à qui revient la paternité du terme, à l'idée actuellement dominante de nouvelles migrations de populations vers les villes centres, en passant par le sens incantatoire que lui donnait l'urbaniste Wilhelm Wortmann (1963), celui de la nécessité de retrouver une urbanité perdue dans les développements de la ville moderne. Brake et Urbanczyk explorent ensuite les chevauchements entre l'actuel débat sur la réurbanisation et celui sur l'économie de la connaissance, la réurbanisation pouvant être comprise comme concentration d'activités économiques – en particulier du tertiaire supérieur et des activités dites créatives – dans les villes centres. Ils interrogent surtout la notion de réurbanisation dans sa dimension sociologique, montrant qu'elle ne recouvre pas nécessairement celle de gentrification ; les très nombreux travaux empiriques sur la question montrent en effet que les catégories sociales motrices de la réurbanisation des villes allemandes sont très diverses en fonction des cas étudiés et ne se réduisent pas aux classes aisées. C'est en s'appuyant sur les multiples dimensions et la complexité des processus de réurbanisation que les auteurs rejettent l'approche cyclique du développement urbain, théorisée par Van den Berg, pour son déterminisme mais plus encore son son manque d'efficacité analytique.

6Markus Hesse complète cette première exploration par une analyse des discours sur la réurbanisation. Sa thèse centrale est que l'observation d'une renaissance de certains centres urbains et l'appréciation positive des tendances actuelles urbaines ne reposent pas seulement (et pas en premier lieu) sur des processus avérés, mais qu'ils sont davantage l'expression de discours sur l'urbain. L'auteur étaye sa thèse en analysant trois types de discours : les discours sur la renaissance des centre-villes dans des revues d'urbanisme, ceux sur la renaissance de l'habitat en centre-ville et sur le retour en ville dans des publications de géographie urbaine et d'aménagement, et enfin le discours sur la renaissance des villes dans la presse allemande. Ces discours reflètent des visions très sélectives de la ville et de la réurbanisation, qui reposent sur la chaîne causale Rénovation des centres  renaissance de l'habitat / résidence en centre-ville  réurbanisation. C'est cette chaîne causale que Hesse met en question, tant la grande diversité des trajectoires urbaines observée ne permet guère de valider une théorie de la réurbanisation.

7Pour le lecteur francophone, cette première partie, comme le reste de l'ouvrage, étonne par l'absence de référence à la notion de métropolisation. Les trois dimensions, démographique, sociologique et économique de la réurbanisation, abordées dans cette partie, détaillées et discutées dans les chapitres suivants, ne sont en effet pas sans rappeler les processus de métropolisation. On devine, à la lecture des deuxième et troisième parties, que réurbanisation et métropolisation se distinguent notamment par des questions d'échelle et de taille (la réurbanisation concernerait aussi des villes moyennes dans des régions à dominante rurale, hors des espaces métropolitains allemands) ; mais il est regrettable que cet ouvrage n'ait pas laissé place à une clarification explicite à ce sujet.

8La deuxième partie de l'ouvrage interroge la réurbanisation à travers ses "moteurs". Günter Herfert et Frank Osterhage se livrent à une solide analyse quantitative des dynamiques naturelles et migratoires des communes et régions urbaines allemandes. Ils présentent des cartes montrant la diffusion du déclin démographique dans une grande partie du territoire allemand, ne laissant qu'à quelques régions urbaines la faveur de variations positives de population. Comment appréhender la réurbanisation dans le contexte de changement démographique qui caractérise la population allemande ? Elle est ici envisagée de façon absolue et relative, comme une dynamique démographique plus favorable (c'est-à-dire une croissance plus forte ou un déclin moins accentué) dans le centre que dans les couronnes périurbaines.

9Le chapitre révèle que le modèle dominant d'évolution des régions urbaines en Allemagne dans les années 2000 est bien celui de la réurbanisation et qu'il succède à celui de la périurbanisation, caractéristique de la décennie 1990. Mais les auteurs mettent en garde contre la tentation d'une conception cyclique que ce résultat invite à formuler au premier abord. En effet, l'observation fine des dynamiques montre qu'au sein d'une même région urbaine, la ré-urbanisation peut être concomittante avec la poursuite de la périurbanisation (comme par exemple à Munich, Stuttgart, Cologne-Bonn ou Hambourg), ou qu'elle peut s'inscrire dans une dynamique générale de décroissance. On atteint là assez vite les limites du raisonnement en termes relatifs : il mène à considérer des villes en fort déclin démographique (Cottbus, Dessau-Resslau,...) comme des lieux de la réurbanisation, simplement parce que les couronnes périurbaines perdent (encore) plus d'habitants que les villes centres...

10Les analyses statistiques permettent néanmoins de battre en brèche quelques lieux communs ou prophéties répandus dans les milieux opérationnels et médiatiques : le retour des plus de 50 ans et des familles (exilés dans les couronnes périurbaines) n'a pas lieu ; la réurbanisation résulte en premier lieu de l'arrivée de jeunes mais aussi d'une plus grande inertie des jeunes adultes et des familles.

11Dans un chapitre constituant une synthèse de leurs travaux de la décennie, Kabisch, Steinführer et Haase explorent des facteurs sociologiques du regain d'attractivité résidentielle de certains quartiers centraux et péricentraux. Elles insistent particulièrement sur l'évolution de la structure des ménages, ainsi que sur les spécificités des marchés locaux de l'immobilier pour comprendre les dynamiques de réurbanisation – parfois très différenciées à grande échelle.

12Martin Gornig et Marco Mundelius mobilisent quant à eux une série d'indicateurs économiques pour démontrer – ou confirmer – le rôle de l'économie de la connaissance, en particulier des services aux entreprises et de l'économie culturelle, dans les dynamiques de concentration des activités et des hommes dans les grandes agglomérations allemandes.

13Pour clore cette seconde partie, Klaus R. Kunzmann signe un chapitre dont la facture est plus proche d'un essai que d'une contribution scientifique. Il y applique la figure du pentagone à ce qu'il considère comme les axes de développement urbain, d'une part (la consommation, le tourisme urbain, la culture, la connaissance et l'économie créative), puis aux cinq dimensions synergétiques sur lesquelles reposeraient l'urbanité aujourd'hui : les modes de travailler, l'expérience vécue (Erlebnis), les régimes temporels (les rythmes et l'accélération du temps), la solitude et le collectif. De ces deux pentagones, Kunzmann tire une série de défis pour les aménageurs.

14La troisième partie, prétend saisir les "Effets" de la réurbanisation. Elle consiste en cinq chapitres, certes de qualité, mais dont la cohérence d'ensemble sous ce titre n'est pas limpide. Deux d'entre eux s'attachent à analyser le rôle de facteur et de régulateur que jouent les investisseurs privés d'une part, et d'autre part des instruments et programmes d'action publique. Uwe Altrock présente notamment les axes d'intervention qui contribuent à une revalorisation foncière, résidentielle et paysagère des centre-villes – des politiques de requalification et de rénovation urbaines aux instruments de revitalisation du petit commerce et aux politiques de transport. Le nécessaire recours aux partenariats publics-privés, qui assure le succès de ce modèle dans le cas des (grandes) villes croissantes, constitue une des pierres d'achoppement de la réurbanisation des villes décroissantes, aux marchés fonciers et immobiliers très détendus.

15Les deux autres chapitres auraient peut-être mieux trouvé leur place dans la seconde partie consacrée aux moteurs de la réurbanisation, dans la mesure où ils complètent, voire nuancent les résultats d'analyses précédentes. Toutefois, quoique bien rapidement, ils abordent tous deux les conséquences qu'ont les dynamiques démographiques et économiques favorables aux (grandes) villes sur la recomposition des rapports de force au niveau des régions urbaines (Jessen, Siedentop et Zakrzewski) et sur l'opportunité qu'elles représentent pour accélérer la constitution de régions métropolitaines (Kujath).

16Enfin, l'article d'Andrej Holm, l'un des plus critiques de l'ouvrage, détecte quelques zones d'ombre du débat sur la réurbanisation, dominé par des démarches empiriques. Il regrette le manque de recherches critiques radicales sur les fondements du regain démographique et économique des villes et appelle à raccorder ce débat à celui de la gentrification, partant à replacer la question des rapports sociaux au centre de l'analyse de la prétendue réurbanisation allemande. On pourra effectivement regretter que les questions de fragmentation socio-spatiale et de conflits urbains, pourtant soulevées par une recherche urbaine allemande critique friande de Foucault et Lefebvre, ne soient qu'effleurés au fil des chapitres de cet ouvrage.

17La dernière partie est constituée d'une série d'études de cas qui toutes interrogent les rôles du marché et des pouvoirs publics dans les processus de réurbanisation. À Munich et Hambourg, l'action publique, aux réalisations parfois très spectaculaires, n'a fait qu'accompagner des tendances amorcées par les forces du marché, tandis qu'à Dortmund et Leipzig, les autorités locales ont joué un rôle moteur et déterminant dans leur réurbanisation, mais au détriment de leurs périphéries respectives. Berlin participe de cette réurbanisation à l'allemande, mais c'est moins l'économie de marché qui l'a poussée, que ce que Brake nomme les spécificités berlinoises : l'héritage de la partition allemande (le fort potentiel de reconquête urbaine en plein centre), la fonction retrouvée de capitale fédérale, la puissance de l'étalement urbain, la multicentralité de l'agglomération, enfin la culture berlinoise de l'expérimentation. Cette partie se termine par un chapitre sur les processus de revalorisation des centres de Barcelone, Londres et Chicago, offrant une perspective internationale aux études de cas allemands, qui fait dans l'ensemble défaut dans le reste de l'ouvrage.

18Plusieurs contributions confortent le lecteur dans une certaine perplexité quant à la pertinence d'une notion qui englobe des processus très différents – tant dans leurs ressorts que dans leurs manifestations – et qui se déploient dans des contextes régionaux très contrastés. Or l'ouvrage fait l'économie d'une mise en perspective régionale, voire nationale des dynamiques urbaines allemandes : quels sont les enjeux de cette réurbanisation à l'échelle régionale ? Quelles sont les conséquences – potentielles ou avérées - de la réurbanisation sur les espaces périphériques, et plus généralement sur l'aménagement du territoire en Allemagne ? Cette question n'est pas fortuite dans le contexte démographique déprimé de l'Allemagne, où les dynamiques migratoires sont les seules réserves de croissance démographique.

19En somme, la lecture de cet ouvrage dense, riche de cartes et documents de grande qualité, permet d'éclairer les dynamiques urbaines contemporaines en Allemagne et surtout de saisir la complexité et la vivacité du débat allemand sur la réurbanisation, que cet ouvrage ne clôt pas.

Haut de page

Notes

1 L'ouvrage réunit des contributions de géographes, d'urbanistes, de sociologues et d'économistes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hélène Roth, « Brake K., Herfert G. (dir.), 2012, Reurbanisierung. Materialität und Diskurs in Deutschland. Wiesbaden, Springer, 422 p. [La ré-urbanisation en Allemagne, entre réalités et discours.] », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Revue de livres, mis en ligne le 23 janvier 2013, consulté le 25 juin 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/25682

Haut de page

Auteur

Hélène Roth

Université Blaise Pascal, CERAMAC EA 997, Clermont-Ferrand, FranceHelene.Roth@univ-bpclermont.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page