Navigation – Plan du site
2013
630

Dire l’Europe à travers le monde

Les mots des étudiants dans l’enquête EuroBroadMap
Arnaud Brennetot, Karine Emsellem, France Guérin-Pace et Bénédicte Garnier

Résumés

Penser l’Europe, son territoire et ses limites consiste souvent à rechercher une identité européenne, un projet ou des comportements communs dans l’espace. Mais le sentiment d’appartenance à un lieu va au-delà de ces aspects, vers des perspectives plus subjectives. Le projet européen de recherche EuroBroadMap et son enquête sur les « Visions de l’Europe » conduite auprès de 10 000 étudiants à travers le Monde permet de renouveler la compréhension des manières de percevoir l’Europe. A partir d’un ensemble de mots spontanément associés à l’Europe par les étudiants, les méthodes de la statistique textuelle permettent de révéler la richesse du corpus et de mettre en évidence différentes images de l’Europe. Si les champs académiques des étudiants structurent fortement le contenu des représentations, leur lieu de résidence à travers le monde offre un intérêt géographique sans doute plus important encore. Parce qu’il met en évidence des associations de pays complexes et nuancées, mais aussi parce qu’il montre que l’appartenance à l’Union européenne ou à ses marges influe sur les perceptions individuelles.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Les stéréotypes à propos de l’Europe sont multiples, qu’ils soient ancrés dans les représentations anciennes, comme celui d’un « vieux continent », ou dans celles plus récentes d’une « Europe de la crise ». À ces images collectives produites et véhiculées par les médias, les travaux académiques ont longtemps opposé une approche centrée sur l’analyse des faits inscrits dans l’espace, négligeant les perceptions des populations. La manière de considérer et de dire l’Europe est pourtant très variée selon les lieux dont on parle, les caractéristiques sociales et démographiques des personnes et leur trajectoire individuelle. Elle comporte aussi des traits communs, fondamentaux puisqu’ils conditionnent les représentations collectives. L’objet de cet article est d’étudier les visions subjectives de l’Europe à partir d’un corpus de mots associés à cet ensemble géographique par plus de 10 000 étudiants interrogés dans 18 pays du monde. Pour exploiter ce corpus de près de 50 000 mots, nous avons eu recours aux méthodes de la statistique textuelle qui permettent de structurer les représentations en fonction des associations et des oppositions lexicales. Ces traitements mettent en évidence des représentations dominantes qui prévalent chez les étudiants interrogés, tout en mettant en lumière l’existence de différences liées au domaine d’études ou au pays de résidence des étudiants interrogés.

Appréhender une nouvelle fois l’identité européenne ? Enjeux et positionnements

2La question de l’existence d’une identité européenne ou d’une conscience identitaire européenne se pose à chaque fois que le projet européen est soumis au débat public, ou que le territoire européen vit un événement majeur, donnant l’occasion aux différents partenaires d’exposer leur point de vue sur ce que l’Europe signifie pour eux. Sondages, positionnements et discours se multiplient alors pour contribuer à définir des représentations de l’Europe et des valeurs qui lui sont liées.

Des identités, au pluriel

3D’un point de vue scientifique, deux perspectives peuvent être adoptées pour saisir l’identité européenne. La première, dans une approche de géographie régionale traditionnelle, se focalise sur le territoire européen et ses délimitations. Les concepts de « continent » et de « civilisation » ont longtemps servi de cadre à la réflexion collective, offrant aux différents interlocuteurs les arguments les plus contradictoires, tantôt naturalistes, tantôt historiques ou politiques, pour justifier ou pour remettre en cause la légitimité de telle ou telle frontière. Certains travaux ont sans doute appuyé l’entrée dans l’Union européenne d’États aux portes de cette institution (Schöpflin et Wood, 1989 ; Ragaru, 2003) ou parfois tenu des propos à visée expansionniste (Grmek et alii, 1993 ; Michels, 1997). Pourtant, nombreux sont les géographes à avoir souligné les travers d’un tel spatialisme et pointé du doigt le recours à une « géographie-prétexte » (Clerc, 2002) ou les dangers possibles d’une instrumentalisation géopolitique des discours sur l’identité territoriale (Carmichael, 2002 ; Lacoste, 2005 ; Guermond et Guérin-Pace, 2006). La question des limites territoriales est bien entendu fondamentale, à condition de ne pas prendre les vérités d’hier pour des évidences acquises et indépassables (Grataloup, 2009). Dans cet esprit, plusieurs travaux s’efforcent d’apporter des éclairages nouveaux, s’interrogeant sur l’implication des élargissements européens successifs (Boulineau, 2010 ; Rey et alii, 2005), sur les marges de ces entités territoriales (Drevet, 1986 ; Foucher, 1998), ou sur l’organisation de l’espace européen (Barrot et alii., 2002 ; Beckouche et Richard, 2008 ; Elissalde et Thébault, 2009 ; Didelon et alii, 2011). L’approche est même parfois décentrée, évaluant par exemple la ressemblance de la Turquie à l’Union européenne (Pérouse, 2004), ou s’interrogeant sur la position de l’Europe dans le Monde (Didelon et alii, 2009). Tous ces travaux ont en commun de questionner les mécanismes à l’œuvre dans la construction des identités et des séparations territoriales, à travers des phénomènes mesurables ou à défaut cartographiables, allant même parfois jusqu’à proposer l’idée d’une « européanité » (Lévy, 1997) prenant la forme de différents gradients spatiaux. Or le concept d’identité évoque aussi d’autres dimensions, notamment cognitives et affectives, que ces approches ne transcrivent pas (Guermond, 2006 ; Guérin-Pace, 2006).

4Une seconde approche privilégie une analyse de l’« Europe » plus herméneutique, centrée sur l’interrogation des fondements du projet européen, en se focalisant sur des valeurs éthiques, politiques ou esthétiques, et des idées auxquelles l’Europe serait intimement associée. C’est ainsi que plusieurs auteurs ont entrepris de « penser l’Europe » (Morin, 1987), cherchant par divers cheminements intellectuels à essayer de révéler ses traits distinctifs, souvent dans une perspective historico-géographique (Todd, 1990 ; Lévy, 1997 ; Mendras, 1997 ; Retaillé, 1998 ; Vandermotten et Dézert, 2008). D’autres ont mis l’accent sur les processus de coopération institutionnelle (Baudelle et Guy, 2004 ; Beck et Grande, 2007 ; Habermas, 2006), ou sur des problématiques d’aménagement (Frémont, 2000 ; Alvergne et Tautelle, 2002 ; Allain et alii. 2003 ; Baudelle et Jean, 2009).

  • 1 Nous ne mentionnons pas ici les innombrables plaidoyers exprimés par les responsables politiques en (...)

5Cette démarche peut conduire certains observateurs1 à tenter de réduire l’Europe à un principe essentiel, qui serait susceptible de la fonder de façons univoque, universelle et irrévocable, quasi mythiquement (Beck, 2006 ; Delsol et Mattei, 2010 ; Manent, 2006 ; Zizek, 2007). Cette conception de l’identité européenne appelle deux remarques. D’une part, l’Europe n’est pas stable, ni en tant qu’idée, ni en tant qu’objet : les discours et les images véhiculés à son propos n’ont cessé de se transformer au cours de l’histoire (Ahnström, 1993, Du Réau, 2008 ; Grégoire, 2007). D’autre part, les visions intellectuelles et politiques contemporaines associées à l’Europe sont contradictoires, la présentant alternativement comme une civilisation originale (conception culturaliste), comme le berceau de la démocratie (conception universaliste), comme un grand marché (conception néolibérale), comme une assemblée de régions (conception fédéraliste) ou, plus classiquement, comme une juxtaposition de Nations (conception souverainiste). Or, selon ces différentes perspectives, le rôle de l’espace dans la construction identitaire collective est totalement différent (Cederman, 2001). Par exemple, dans une approche culturaliste, ce sont les territoires et leurs particularités culturelles qui fondent les identités collectives ; dans une perspective plus fonctionnaliste, il s’agit de construire une identité sur la base d’intérêts partagés, qu’ils soient économiques ou politiques (Cerrutti et Lucarelli, 2008). Ainsi, selon la façon dont elle est envisagée, l’Europe prend des formes spatiales variées, plus ou moins étendues, plus ou moins homogènes.

Des identités aux représentations spatiales

6Plus que des tensions idéologiques ou géopolitiques entre acteurs, cette diversité de conceptions de l’identité européenne révèle surtout l’existence d’interrogations et de doutes profonds sur ce que représente l’Europe aujourd’hui. Les échecs de plusieurs référendums au cours des années récentes, l’abstention élevée lors des élections au Parlement européen, des sondages d’opinion régulièrement négatifs et de multiples manifestations de mécontentement témoignent d’une défiance persistante à l’encontre des institutions européennes. La crise de légitimité qui en découle dépasse le cadre des politiques sectorielles (économiques, culturelles ou sociales), au point de remettre en cause le « consensus permissif » des citoyens à propos de l’Europe (Bélot, 2010, Foret, 2008 ; Crespy et Petithomme, 2010). Au-delà des jugements positifs ou négatifs exprimés à l’égard des institutions européennes, cette situation interroge, de manière plus fondamentale, la façon dont les différentes populations considèrent et se représentent l’Europe aujourd’hui.

7Depuis plusieurs années, dans le champ de la sociologie politique, un ensemble de recherches tente empiriquement de répondre à la question de l’identification des citoyens à l’Europe. De nombreux travaux portent sur le développement du sentiment d’appartenance à l’Union européenne, à travers une certaine allégeance au système politique européen (Inglehart, 1970, 1971 ; Withol de Wenden, 1997 ; Bélot, 2010). Plus rares sont les études qui approfondissent l’approche subjective, en se consacrant à l’étude des processus de formation de communautés à l’échelle européenne (Georgakakis, 2008). A partir de sondages d’opinions, certains abordent l’idée de sentiment d’appartenance commune dans une perspective affective et sentimentale (Bélot et Bouillaud, 2008 ; Cautrès, 2008). D’autres mettent l’accent sur les pratiques et sur les valeurs (opinions, attitudes, etc.) à l’égard de l’Europe, laissant entendre que pourrait émerger un système de valeurs européennes (Kastoryano, 1998 ; Bréchon et Cautrès, 1998 ; Reynié, 2010). Souhaitant aborder les catégories de perception ordinaires de l’Europe (Gaxie et Hubé, 2007), plusieurs recherches ont tenté de comprendre, à travers le regard des médias (presse, sites Internet, blogs, documents officiels), les relations complexes entre identification à l’Europe et processus sociaux de fabrication de la compétence politique (Cerrutti et Lucarelli, 2008 ; Lucarelli et Lorenzo, 2010). D’autres encore ont travaillé sur des groupes spécifiques, tels les jeunes (Roudet, 2005), en se focalisant sur l’attractivité et la compétitivité du système d’enseignement supérieur en Europe (attractivité différentielle, comparaison des différents systèmes éducatifs, etc.), auprès de groupes d’étudiants européens ou non (A.C.A, 2004 ; Kelo et Rogers, 2010) ; ou plus spécifiquement sur les jeunes Français des milieux populaires issus de l’immigration, montrant l’ambivalence de leurs opinions à l’égard de l’Europe (Weill, 2010).

  • 2 Le travail du sociologue politique, Bernard Roudet (Roudet, 2005) est représentatif de cette approc (...)

8Pour le géographe qui cherche à appréhender les représentations territoriales de l’Europe, ce champ de recherche présente plusieurs limites. D’une part, la réflexion spatiale est rarement mobilisée2, se réduisant à quelques mentions de localisation ou omettant la diversité spatiale des valeurs et des cultures (Duschesne et Frognier, 2002 ; Duchesne et alii., 2010). D’autre part, la question de la délimitation du territoire d’étude n’est pas posée, et l’Union européenne constitue souvent le seul cadre de référence. Enfin, peu de travaux s’attachent à saisir les ressorts de cette identification à l’Union européenne. Or cette question est complexe. En effet, derrière l’attachement subjectif à l’Europe, y a-t-il une reconnaissance de la part des individus des normes et des valeurs portées par le système politique européen ou simplement l’expression d’une appartenance à l’Union européenne (Ahnström, 1993 ; Green, 2007) ? Si certains ont tenté de décomposer les différentes dimensions de l’identification à l’Europe (sociologique, politique, civique, culturelle, etc. : Duschesne et Frognier, 2002 ; Herrmann et alii., 2004 ; Bruter, 2005), c’est de manière théorique. A notre connaissance, une seule recherche de sociologie politique s’intéresse, de manière convaincante pour le géographe, à l’identification des jeunes aux territoires dont ils sont ressortissants ou citoyens, et aux systèmes signifiants pour ces revendications territoriales (Bélot, 2005). Elle montre que chez les jeunes le sentiment d’appartenance concerne avant tout l’échelle locale et que la référence à l’Europe apparait anecdotique (3 % des 18-29 ans). Cela renvoie aux travaux de Inglehart (1977), pour qui ce territoire serait trop étendu pour être perçu dans sa matérialité et pour faire sens dans la vie de tous les jours, mais aussi parce que l’universalité des valeurs européennes paraît souvent éloignée pour ces jeunes.

9Ainsi, de nombreuses questions persistent encore sur les représentations territoriales de l’Europe et sur les aspirations et les attentes qu’elle suscite. Quelle place l’Europe occupe-t-elle dans l’imaginaire collectif ? Existe-t-il une identité européenne partagée, qui pourrait être fondée sur l’adoption d’un projet commun pour le présent ou pour l’avenir ? L’idée européenne provoque-t-elle des aspirations ou des sentiments communs ou, au contraire, s’évanouit-elle dans la multitude des préoccupations individuelles ou nationales ? Plus encore, dans quelle mesure, l’Europe est-elle susceptible de représenter une catégorie pertinente pour aider les acteurs à comprendre la réalité et à développer des stratégies à son endroit ? Quel que soit l’angle choisi, si l’on admet que les représentations spatiales construisent aussi des pratiques et des décisions territoriales (Di Méo et Buléon, 2005), on doit alors considérer que la prise en compte des images subjectives que les habitants se font de l’Europe, et à travers elles, des significations qu’ils lui attribuent, est cruciale car elles conditionnent la capacité des futurs projets européens à fédérer des courants d’opinion et à incarner des volontés communes.

10Ces questions ne concernent pas exclusivement les citoyens de l’Union européenne. L’Europe, nous l’avons dit, est un objet territorial à géométrie variable, dont l’influence historique ne se réduit pas aux limites juridiques actuelles des institutions qui se revendiquent d’elle. À ce titre, elle mérite d’être appréhendée dans une perspective globale, à différentes échelles, au sein de différents cercles d’influences. Interroger l’idée européenne, ce n’est assurément pas réduire la question à un simple problème d’identité égocentrée. La division du monde en continents, les relations compliquées entre Orient et Occident, la mondialisation dans toutes ses dimensions, voire la possibilité de construire les sociétés humaines sur des bases universelles ne peuvent être comprises sans une réflexion sur le rôle, passé, actuel et futur de l’Europe. Toutes ces questions nécessitent surtout de renouveler les approches, en adoptant une focale qui ne soit pas centrée sur une idée arrêtée de l’Europe (Grataloup, 2011). C’est dans cette perspective que se situe le projet de recherche international EuroBroadMap, débordant la logique étroite des groupements étatiques qui se réclament de l’Europe de manière officielle, et revendiquant une démarche non-eurocentrée, plus globale, à l’instar des préconisations qui se multiplient depuis plusieurs années en faveur d’un véritable cosmopolitisme épistémologique (Manning, 2003 ; Wallerstein, 2005 ; Beck, 2006 ; Lévy, 2008).

11Les efforts pour tenter de comprendre la place de l’Europe dans un Monde qui ne lui appartient plus ont en fait ponctué tout le XXe siècle (Demangeon, 1920 ; Braudel, 1982 ; Moreau-Defarges, 2006 ; Maffei, 2010), souvent dans une perspective matérialiste, attentive aux grands équilibres géoéconomiques et géopolitiques du Monde. Plus récemment, cette perspective de géographie globale a été complétée par une seconde approche, plus soucieuse de prendre en compte l’importance des représentations subjectives. Certaines études se sont ainsi attachées à interroger les limites de l’Europe à partir de cartes mentales sur la base d’un échantillon d’experts européens (Didelon, 2010) ou à mesurer la connaissance et l’attractivité subjectives des États du Monde, définissant « le petit monde des géographes » (Bennasr et Grasland, 2011). A partir de connaissances factuelles accumulées, d’autres ont analysé quel pouvait être le regard des habitants d’un État particulier (la Turquie) sur l’Europe, montrant ainsi que, pour les Turcs, l’Europe apparaît, non sans ambiguïté, comme une source de prospérité et de cohésion culturelle mais aussi comme une puissance hostile et souveraine (Yerasimos, 2005), apparentée à un « club chrétien » (Yilmaz, 2003).

12Dans le prolongement de ces études, le programme EuroBroadMap propose d’apporter des éclairages supplémentaires.

Des représentations sous influence

L’enquête EuroBroadMap

  • 3 EuroBroadMap, Visions of the Europe in the World. 7ème PCRD. 2009-2011. www.eurobroadmap.eu
  • 4 Les partenaires du projet sont localisés en Belgique, Brésil, Cameroun, France, Inde, Malte, Portug (...)

13Pour rendre compte de la variété des représentations que l’Europe suscite aujourd’hui, nous nous sommes appuyés sur les résultats d’une enquête conduite dans le cadre du projet EuroBroadMap « Visions of Europe in the World »3. Ce programme fédère dix équipes de recherche issues de différents pays et de différentes disciplines4. Il vise à proposer une analyse approfondie des perceptions actuelles de l’Europe, en adoptant la perspective non-eurocentrique évoquée précédemment. En particulier, il cherche à spécifier les images spontanées de l’Europe (contenu et spatialisation) que peuvent avoir des étudiants de différents pays du monde, et à identifier les facteurs susceptibles d’affecter la nature de ces représentations (origine géographique, genre, position dans la société, etc.). Plus largement, ce sont les identités de nature individuelle et collective associées à l’Europe qui sont questionnées dans ce projet. Une partie du programme a consisté à réaliser une enquête auprès d’un échantillon d’étudiants répartis dans 18 pays, membres ou non de l’Union européenne, et de différents niveaux de développement économique (Document 1). Le choix des pays enquêtés reflète différentes situations territoriales, économiques, politiques, historiques, qui traduisent une grande variété de relations vécues à l’égard de l’Europe. Ainsi, certains pays font partie du cœur historique de l’Union européenne (France, Belgique), ou ont été intégrés au cours des élargissements successifs (Portugal, Suède, Hongrie, Malte, Roumanie) ; d’autres se situent aux marges de l’Union européenne, qu’ils soient candidats (Turquie) ou non (Moldavie, Russie). Ailleurs, dans le reste du monde, certains pays partagent avec l’Europe un héritage historique, lié aux différentes phases de colonisation (Tunisie, Egypte, Sénégal, Cameroun, Inde, Brésil), ou sont plus éloignés de l’Europe (Chine, Azerbaïdjan).

Document 1 : Les étudiants interrogés dans l’enquête EuroBroadMap

Document 1 : Les étudiants interrogés dans l’enquête EuroBroadMap
  • 5 75 % des étudiants sont âgés de moins de 24 ans. 5 % des étudiants ont plus de 30 ans. Cette distri (...)

14Le choix d’un échantillon d’étudiants se justifie pour plusieurs raisons. D’une part, le niveau de diplôme constitue un critère discriminant pour parler de l’Europe (Bélot, 2002) et on limite les biais liés à l’âge5 ou au niveau d’éducation. D’autre part, les représentations spatiales sont avant tout construites par la culture, l’éducation et les enseignements reçus (Saarinen, 1988), même si l’histoire partagée (colonisation, guerres, par exemple) et les pratiques contemporaines (tourisme, institutions, art, etc.) sont susceptibles d’apporter des nuances. Enfin, plusieurs travaux ont mis en évidence le fait que les jeunes constituent un baromètre sensible de l’état de l’opinion et de la société (Percheron, 1993), leurs valeurs et leurs comportements reflétant plus largement les évolutions sociales en cours. En outre, si jusque dans les années 1980 une conscience européenne était plus vive chez les jeunes que chez leurs ainés, il semble que celle-ci se soit ensuite étiolée d’année en année : « le fait d’être jeune n’a pas (ou du moins n’a plus) d’effet spécifique sur les attitudes européennes » (Bréchon, 1995). Finalement, les étudiants sont simplement questionnés en tant qu’individus mais aussi comme acteurs ou futurs acteurs de l’Europe et du Monde. Les étudiants interrogés ont été choisis au sein d’un niveau d’étude similaire (équivalent Bac + 3 dans les différents pays) et dans des domaines académiques différents. Ainsi, à l’automne 2009, près de 10 000 étudiants de 18 pays différents (Document 2), ont répondu au questionnaire « Comment voyez-vous le monde ? ». L’enquête a été menée sur le lieu d’enseignement des étudiants, de manière auto-administrée dans la langue d’enseignement du pays enquêté, et selon des consignes communes.

Document 2 : Les disciplines des étudiants interrogés

  • 6 L’échantillon comporte 9 343 étudiants. Pour les 208 étudiants sénégalais, nous ne disposons pas de (...)

Domaine d’études

Nombre d’étudiants interrogés

Art

1405

Commerce, management

1561

Informatique, sciences de l’ingénieur

1515

Santé

1429

Sciences Politiques

1417

Sciences Humaines et Sociales

1808

Non renseigné6

208

Total

9135

(Source : EuroBroadMap, 2009)

  • 7 Ces éléments ont fait l’objet de travaux (Didelon et alii, 2011).

15L’enquête EuroBroadMap diffère des enquêtes d’opinion réalisées à intervalle de temps régulier comme l’Eurobaromètre (depuis 1974). Le questionnaire de l’enquête EuroBroadMap est organisé en quatre parties. La première a pour objectif de recueillir quelques caractéristiques sociodémographiques des étudiants telles que leur pays de naissance et celui de leurs parents, les langues parlées dans l’enfance et langues pratiquées, le niveau d’éducation des parents, le sentiment d’appartenance religieuse, etc. La deuxième partie intitulée « Votre vision du monde » a pour finalité d’appréhender l’attractivité relative des villes et des pays du monde à partir du recueil des lieux (pays puis villes) où « l’on souhaiterait vivre dans un futur proche » mais aussi « ne pas vivre ». La troisième partie nommée « Votre division du Monde » vise à recueillir auprès des étudiants leur propre régionalisation du monde, à partir d’un support cartographique, et saisir ainsi la place relative qu’ils accordent à l’Europe. Cette dernière partie porte plus précisément sur les perceptions spatiales de l’Europe et comporte une carte sur laquelle les étudiants devaient tracer leurs propres contours de l’Europe7. En complément et en conclusion du questionnaire, une question ouverte était posée : « Quels sont les mots que vous associez le plus à l’« Europe » ? Choisissez 5 mots au maximum ». Aucune autre précision n’était fournie, afin de favoriser la spontanéité et la liberté des réponses, recueillies sous forme de listes de mots sans autre justification.

16Par le choix du recours à un questionnement ouvert destiné à cerner les représentations de l’Europe, l’enquête EuroBroadMap laisse à chaque étudiant interrogé la possibilité d’associer de manière spontanée un ensemble de mots à l’Europe. Selon son vécu et son parcours, chaque étudiant a pu citer des mots traduisant sa propre façon d’imaginer l’Europe. Cette méthode inductive offre l’avantage de pouvoir laisser s’exprimer des visions atypiques ou inattendues, restituant la variété des expériences subjectives vis-à-vis de l’objet étudié.

Le corpus de mots associés

17Le corpus constitué à partir des réponses collectées auprès des 9 343 étudiants interrogés représente un ensemble de 40 800 énoncés correspondant à 5 111 mots différents. A ces mots, peuvent être reliés un ensemble de variables sociodémographiques qui viennent éclairer ces représentations individuelles (le document 3 présente un extrait de la base de données). Ce corpus de mots associés à l’Europe a été analysé à partir des méthodes de la statistique textuelle. Celles-ci présentent un double intérêt. D’une part, elles autorisent à traiter des textes (réponses à une question ouverte ou entretiens) sous leur forme brute, tels qu’ils ont été recueillis, sans interprétation ou codification par l’intervention d’un médiateur (Lebart et Salem, 1994). D’autre part, elles permettent d’objectiver des informations qualitatives, ici des représentations subjectives individuelles, afin de restituer la structuration collective de ces données (Guérin-Pace, 1997 ; Garnier et Guérin-Pace, 2010).

Document 3 : Extrait du corpus de mots associés à l’Europe

id

Sexe

Domaine académique

Mot 1

Mot 2

Mot 3

Mot 4

Mot 5

25

M

Sciences Politiques

occident

secularism

democracy

development

modernity

26

M

Sciences Politiques

occident

christian

development

racism

islamophobic

30

F

Sciences humaines et sociales

racist

composite

industrialization

 

31

M

Ingénieur

unity

development

work

transparency

relation

32

F

Art

Spain

Germany

France

United Kingdom

Poland

35

F

Sciences humaines et sociales

education

football

civilization

developed

 

36

F

Art

tourism

industry

fashion

modern

civilization

37

F

Informatique, sciences de l’ingénieur

beautiful cities

developed economy

clean

respect for rules

 

38

M

Informatique, sciences de l’ingénieur

education

industry

tourism

fashion

history

42

M

Commerce, Management

development

education level

high salaries

life standard

 

43

F

Sciences Politiques

culture

need aid

 

44

F

Sciences humaines et sociales

union

 

45

M

Santé

education

medicine

technology

salaries

 

48

M

Santé

uncivilized

misbehave

development

Source : EuroBroadMap, 2009

Note méthodologique : Constitution du corpus de mots associés

  • 8 Tous les traitements ont été effectués à l’aide du logiciel Spad.

18Les enquêtes ont été menées par les partenaires de chacun des pays dans les villes choisies. Les réponses aux questions ont ensuite été traduites en anglais par chaque partenaire puis saisies, selon des consignes précises. Malgré ces précautions, les opérations de traduction ont parfois été délicates en raison des nuances sémantiques de chacune des langues, qui ont impliqué un choix du traducteur, parfois pour certains mots. Cependant, il ne faut pas oublier que toute étape de traduction entraîne une déformation et des simplifications sont forcément apparues. Une relecture attentive du corpus a permis une première correction et homogénéisation du vocabulaire (orthographe américaine, sigles, etc.). Par la suite, quelques regroupements de mots ont été effectués afin d’éviter une trop grande dispersion du vocabulaire et d’accroitre la fréquence des formes lexicales8.

19Par exemple, nous avons choisi de regrouper les termes architect, architecture et architectural sous un même intitulé architecture. De même, il nous a semblé utile de rassembler les mots cinema, film, movie et movies, dont le sens a été jugé identique et les nuances inutiles au regard de l’objectif de l’étude. Mais nous avons fait le choix de laisser distincts les mots relatifs au développement (en particulier developed et development etc.) pour caractériser l’espace européen.

20Dans les analyses, l’ordre dans lequel les mots ont été cités n’a pas été pris en compte : s’agissant d’un questionnaire auto-administré, il est en effet difficile de savoir si les étudiants ont attribué un ordre d’importance aux mots cités.

Les représentions dominantes de l’Europe

21Une lecture des mots les plus fréquemment associés à l’Europe par l’ensemble des étudiants interrogés offre un premier aperçu du contenu des représentations (Guérin-Pace et Collomb, 1998).

22L’Europe apparaît ici avant tout comme un objet dont les caractéristiques ne sont pas perçues de façon homogène ou consensuelle (Document 4). Ces mots s’inscrivent dans des registres de représentations très différenciés. S’y ajoute une apparente neutralité dans le choix des mots associés, le premier mot à connotation péjorative « colonialism » n’apparaissant qu’en 26ème position. Si elles sont dispersées, les représentations estudiantines de l’Europe sont aussi assez peu susceptibles d’éveiller des sentiments tranchés, d’enthousiasme ou d’hostilité. Par ailleurs, l’Europe ne semble pas susciter de sentiment d’appartenance individuel ou collectif très fort : les termes marqueurs d’une possession (home, us, my, mainland, etc.) sont très rarement cités (moins d’un étudiant sur deux cents).

  • 9 Une étude complémentaire réalisée dans le cadre du projet EuroBroadMap consacrée à la représentatio (...)
  • 10 Hitler (23 occurrences) et Napoléon (20) sont, quant à eux, les uniques personnages historiques à ê (...)

23Si l’on s’en tient aux termes les plus fréquemment cités parmi les 5 111 mots distincts, l’Europe apparaît comme un ensemble cohérent, le plus souvent lié à l’Union européenne. Les mots union (1160 occurrences) et european (677 fois) sont associés à l’Europe, respectivement 1160 fois pour le premier et 677 pour le second (Document 4) et cités simultanément à 620 reprises. Ces propos sont exprimés loin devant d’autres représentations plus géographiques (continent, countries, world indiqués moins de 400 fois). Le rapprochement de l’Europe avec d’autres institutions internationales est nettement moins fréquente : l’OTAN (44 occurrences), le FMI (15), l’UEFA (20), l’Eurovision (14) ou encore la FIFA (8). Cette forte relation entre l’Europe et l’Union européenne transparaît également dans les villes mentionnées en lien avec l’Europe : Bruxelles arrive ainsi en tête avec 63 citations, devant Paris (59), Londres (21), Rome (17), Berlin (13), Madrid (9), Amsterdam (6) et Barcelone (6)9. Strasbourg, de taille moins importante mais siège du Parlement européen, figure aussi dans les réponses (14 occurrences). L’Union européenne se manifeste à travers l’évocation d’institutions comme le « Parlement européen » (11 occurrences), la « Commission européenne » (8), la « Cour européenne » (8), ou des accords particuliers (Schengen, 46). Les noms de leaders politiques sont indiqués de manière très marginale et aucun des pères fondateurs n’a été cité. Herman Von Rompuy (5 occurrences), président du Conseil européen depuis 2009, et Jose Manuel Barroso (4), sont les seuls responsables actuels à apparaître à plusieurs reprises dans les réponses, avec l’ancien président français Nicolas Sarkozy (6)10. Le mot euro qui possède une double dimension symbolique, celles de monnaie unique et de compétition sportive, est associé à l’Europe par près d’un étudiant sur quinze. Pour l’ensemble des étudiants interrogés à travers le monde, l’Europe se présente donc plus fréquemment comme une institution de nature politique (l’Union européenne). En ce sens, elle s’apparente plus à un projet collectif, doté de qualités et de spécificités, ancré dans la gouvernance et/ou le quotidien.

Document 4 : Les mots les plus fréquemment associés à l’Europe

Mots

Freq.

Mots

Freq.

Mots

Freq.

Mots

Fréq.

Mots

Fréq.

union

1160

romantic

215

travel

116

france

77

arrogant

55

culture

1063

capitalism

200

quality

114

level

77

common

55

developed

994

good

191

welfare

112

equality

75

language

55

development

901

tourism

188

west

109

cooperation

72

strong

55

european

677

imperialism

183

standard

107

great

71

architecture

54

euro

611

unity

182

science

104

globalization

70

western

54

rich

594

art

182

xenophobia

104

integration

69

environment

53

beauty

548

advanced

177

free

103

religion

69

italy

53

economy

507

prosperity

177

stability

101

for

67

food

52

history

491

money

175

open

100

is

67

north

52

civilization

476

life

173

occident

98

liberalism

67

with

51

freedom

455

europe

169

domination

94

different

66

immigration

51

democracy

453

exploitation

169

center

93

egoism

66

evolution

49

industrialized

451

football

168

united

92

population

64

opportunity

49

power

434

politics

165

living

91

climate

64

home

49

continent

387

cold

151

white

89

ancient

63

order

49

countries

379

war

147

multicultural

89

big

63

well

48

old

375

progress

146

tower

88

brussels

63

most

48

world

370

tradition

145

classical

87

trade

62

mainland

47

high

349

country

140

social

86

germany

61

many

47

modern

335

human

140

future

86

leisure

59

schengen

46

education

327

rights

136

place

86

paris

59

borders

46

technology

327

clean

132

comfort

85

interest

58

currency

46

wealth

297

community

125

elegant

82

respect

58

friendly

46

diversity

287

richness

124

pollution

82

solidarity

58

conflict

45

colonialism

261

christian

122

knowledge

81

innovation

56

independent

45

fashion

220

small

122

eiffel

79

luxury

56

nato

44

peace

220

people

119

work

79

variety

56

flourishing

44

Source : EuroBroadMap, 2009

24L’Europe, quels que soient ses contours et la manière dont elle est nommée, est décrite à travers deux thématiques principales (Document 4) : le développement et la culture. La notion de développement (developed, development) est celle qui revient le plus souvent (près de 2 000 occurrences cumulées pour les deux termes), en lien avec diverses dimensions connexes telles que la richesse (rich, wealth, prosperity, flourishing), le fonctionnement économique (economy, euro, capitalism, money), le savoir (education, technology, industrialized) et la qualité de vie (welfare, clean, stability, open, comfort). L’Europe est en outre décrite par des mots renvoyant aux notions de supériorité (high, modern, advanced, progress) et de puissance (power).

  • 11 L’association entre l’Europe et le football est fréquente chez les jeunes européens. Au sujet des j (...)

25Un deuxième registre de perception concerne l’histoire (history, old, ancient), la culture (culture, civilization, tradition), l’attachement à des valeurs politiques qui peuvent être contradictoires (freedom, democracy, diversity, racism, colonialism) ainsi qu’à certaines qualités esthétiques, plus ou moins stéréotypées (beauty, romanticism, fashion, elegant). Cette dimension culturelle porte donc sur des aspects très divers, aussi bien les beaux-arts et la religion que les loisirs, les pratiques alimentaires ou les modes de consommation. Les produits de luxe (Chanel, BMW, etc.) sont souvent évoqués, de même que certaines pratiques sportives (sport est cité à 37 reprises, football, 168, et UEFA, 20)11. L’alimentation est aussi mise en avant (food 52, wine 36, beer 18, chocolates 18, cheese 16, gastronomy 15, pizza 11). La dimension culturelle renvoie aussi à des phénomènes plus classiques, comme l’art, la philosophie ou la religion ou encore la science. On observe ainsi que la Grèce fait partie des États nommés plus de 15 fois, plusieurs réponses faisant référence à la Grèce Antique. Par ailleurs, l’association entre l’Europe et la Chrétienté est souvent proposée (Christian 122, Christendom 23, catholiques 23) davantage que les références à d’autres confessions ou croyances (islam 13, muslim 13, jew 3, atheism 8). Les arts (182) sont également évoqués, à travers les monuments historiques (cathedral 24, castles 21, monuments 20, museums 15) surtout parisiens (Eiffel Tower 74, Louvre 14), plus rarement par des termes renvoyant à des courants ou des genres artistiques (classical 87, architecture 54, music 41, literature 19, renaissance 17). Cette dimension artistique est liée aux thématiques touristiques qui semblent déterminer fortement les représentations (tourism 188, travel 116, holidays 13, visit 13). De façon un peu moins fréquente, l’Europe apparaît aussi comme un lieu associé aux savoirs académiques (science 104, connaissance 81, intelligence 24, intellectual 23, research 16, schools et university 13, philosophy 11).

  • 12 Pour un aperçu des valeurs politiques affichées par l’Union européenne, on consultera les documents (...)

26Sur le plan politique, certains mots parmi les plus cités renvoient à des priorités que l’Union européenne retient habituellement dans ses fondements politiques (rich 594, wealth 297, freedom 455, democracy 453, peace 220, prosperity 177, war 147)12. Au contraire, d’autres valeurs attendues sont plus rarement évoquées (community 125, stability 101, social 86, exchanges 74, cooperation 72, integration 69, trade 62, security 41, solidarity 58, competition 26, circulation 23, citizenship 19, cohesion 5). A l’inverse, certains mots sont en rupture totale avec les ambitions politiques affichées par l’Union européenne, en particulier le racisme (373 occurrences), la xéphonobie (104), le colonialisme (261) et l’impérialisme (183) ou encore l’exploitation (169). On observe un décalage partiel entre les valeurs que les instances de l’Union européenne mobilisent pour tenter d’incarner un projet politique et l’image ambivalente que l’Europe inspire aux étudiants interrogés, notamment à ceux vivant à l’extérieur du territoire de l’Union européenne, parfois plus sensibles aux contradictions du rôle que l’Europe a joué dans la géohistoire du monde. Cela n’empêche pas certains étudiants de considérer l’Europe comme un territoire d’avenir (future 86, opportunity 49, opportunities 34, attractive 23, perspective 10), voire porteur d’espoir (eldorado 34, dream 31, hope 31, paradise 29), le plus souvent en lien avec la mobilité (immigration 51, visa 17, migration 13).

Représentations de l’Europe et cadres académiques

  • 13 Une analyse plus détaillée des représentations entre les hommes et les femmes montre en effet des v (...)

27Au-delà de cette représentation d’ensemble de l’Europe, des contrastes importants existent entre étudiants, résultant en grande partie de leur appartenance géographique (cf. partie V) mais aussi de la combinaison de leur subjectivité personnelle et de circonstances sociales qui ont façonné leur rapport à l’Europe. Le premier facteur-clé de structuration des perceptions qui a été exploré concerne la variété des genres. De nombreuses gender studies ont montré que la construction sociale des genres induit des façons différentes d’envisager les espaces de la vie (voir par exemples Di Méo, 2010 ; Oppenchaim, 2009 ; Houillon, 2004 ; Cattan, 2004). Les premiers résultats ont montré qu’il existait des contenus d’images de l’Europe différents, selon qu’ils étaient énoncés par des femmes ou des hommes, mais que ceux-ci étaient avant tout liés à l’appartenance géographique des étudiants13.

28Par ailleurs, les étudiants interrogés ont été choisis volontairement dans des champs académiques très variés, en faisant l’hypothèse que le domaine d’apprentissage des étudiants allait se refléter dans le contenu de leur représentation de l’Europe. En effet, l’appréhension sensible et cognitive du monde n’est pas seulement spontanée et naturelle, mais elle résulte aussi d’acquis par l’intermédiaire de l’éducation (et donc ici des spécialités disciplinaires) et de la culture.

  • 14 Dans la plupart des pays enquêtés, il s’agit d’étudiants en géographie.
  • 15 On appelle mot spécifique, un mot dont la fréquence dans un groupe de population donné est signific (...)

29Selon leur domaine d’études (Art, Commerce-Management, Ingénierie, Médecine-Santé, Sciences Politiques ou Sciences Sociales14), les étudiants tendent en effet à exprimer des représentations contrastées de l’Europe. Si la répartition des mots du corpus selon le champ disciplinaire (Document 5) montre que la richesse lexicale, mesurée par la part de mots distincts dans chaque discipline, varie peu (de 14 à 16 %), les étudiants en Sciences Sociales fournissent un vocabulaire un peu plus varié (16 % de mots distincts). Bien qu’avec un vocabulaire plus restreint (14 % de mots distincts), les étudiants en Art ont des mots pour qualifier l’Europe qui sont les plus différents des autres disciplines (23 mots spécifiques15). A l’inverse, les étudiants en Sciences Sociales, qui ont un vocabulaire plus étendu (16 % de mots distincts), emploient des mots plus communs, dans un registre plus restreint (12 mots spécifiques).

Document 5 : Qualifier l’Europe selon le domaine d’études

Domaine d’études

Nombre de réponses

Nombre de mots distincts

Part de mots distincts

(en %)

Nombre de mots spécifiques*

Art

1244

703

14

21

Commerce, Management

1427

772

15

13

Informatique, sciences de l’ingénieur

1365

748

15

18

Santé

1307

743

15

13

Sciences Politiques

1288

759

15

18

Sciences Sociales

1633

809

16

12

Ensemble

8264

938

* Le seuil de significativité a été fixé à 5 %.

Source : EuroBroadMap, 2009

30Sans grande surprise, le vocabulaire utilisé par les étudiants en Art (Document 6) se situe davantage dans le champ sémantique de la création esthétique (art, music, architecture, culture, mais aussi picture, leisure, fashion, voire Eurovision). Cette représentation est marquée par le poids des sensibilités (pretty, fine, love) et des héritages historiques (antiquity, classical, evolution). Assez curieusement, cette vision d’une Europe figurée à travers le prisme de l’esthétique apparaît vague et désincarnée, puisque l’on note l’absence de toute référence à des artistes ou des courants précis, des musées, ou encore à des lieux emblématiques d’une tradition européenne. L’autre champ sémantique que les étudiants en Art privilégient concerne les problématiques politiques et de développement. Excepté le terme « terrorism » (indiqué à 20 reprises dont la moitié par des étudiants en Art), les mots cités sont le plus souvent connotés positivement (possibilities, mobility, human rights, new, first). Enfin, quelques mots traduisent une attention particulière à l’égard des enjeux économiques (euro, expansive, capitalism), exprimés dans un sens assez général mais sous un regard plutôt critique.

Document 6 : Dire l’Europe pour les étudiants en Art

Mots spécifiques

Fréquence interne

Fréquence globale

Effectif interne

Effectif global

Valeur-test

art

1,55

0,51

78

182

9,420

pretty

0,24

0,04

12

15

5,518

music

0,42

0,11

21

41

5,506

fashion

1,19

0,61

60

220

5,082

fine

0,18

0,04

9

15

3,907

terrorism

0,20

0,05

10

19

3,776

eurovision

0,16

0,04

8

14

3,537

euro

2,32

1,70

117

611

3,480

possibilities

0,16

0,04

8

15

3,367

culture

3,71

2,96

187

1063

3,263

picture

0,14

0,04

7

13

3,143

mobility

0,20

0,07

10

24

3,133

equity

0,10

0,02

5

7

3,126

rights

0,65

0,38

33

136

3,097

human

0,65

0,39

33

140

2,940

new

0,26

0,11

13

39

2,907

included

0,10

0,02

5

8

2,864

architecture

0,32

0,15

16

54

2,832

antiquity

0,20

0,08

10

28

2,706

classical

0,44

0,24

22

87

2,676

hi-tech

0,08

0,02

4

6

2,607

Source : EuroBroadMap, 2009

31L’analyse des mots sous-représentés montre en outre que les étudiants en Art ont tendance à ignorer les termes renvoyant à des concepts abstraits (multicultural, developed, science, liberalism et globalization), les mots désignant une entité géographique (continent, union, country) ou une critique (xenophobia, imperialism, selfish). Certaines thématiques habituellement associées aux politiques européennes en matières économique (income, liberalism, developed, development) ou de gestion des flux (immigration, integration, circulation) sont moins mises en avant par les étudiants en Art.

32Les étudiants en Commerce et Management (Document 7) privilégient des mots se rapportant au processus de construction européenne (integration, EU, surroundings, commision, collaboration, united, Brussels, unity, euro) même s’ils mettent aussi en avant les héritages historiques et culturels (ancient, tradition, kingdom). Ils associent l’Europe à des qualités telles que la prospérité (food, rich, luxury), la grâce (graceful) ou l’intelligence (intelligence), mais aussi à des travers comme l’« injustice » ou la « barbarie ». On remarquera qu’ils évitent cependant les mots pouvant impliquer un jugement politique négatif (racism, colonialism, individualism, pollution, dictatorship, imperialism).

Document 7 : Dire l’Europe pour les étudiants en Commerce et Management

Mots spécifiques

Fréquence interne

Fréquence globale

Effectif interne

Effectif global

Valeur-test

integration

0,43

0,19

26

69

4,031

food

0,35

0,14

21

52

3,896

EU

0,12

0,03

7

9

3,718

surroundings

0,13

0,04

8

13

3,374

region

0,18

0,07

11

24

3,126

commission

0,12

0,03

7

12

2,995

collaboration

0,12

0,03

7

12

2,995

rich

2,11

1,65

128

594

2,952

united

0,45

0,26

27

92

2,877

ancient

0,33

0,18

20

63

2,783

graceful

0,18

0,08

11

27

2,767

luxury

0,30

0,16

18

56

2,679

Injustice

0,12

0,04

7

14

2,623

Source : EuroBroadMap, 2009

33La vision partagée par les étudiants en Ingénierie (Document 8) laisse transparaître une certaine fascination pour l’Europe, visible à travers une série de termes associés à des appréciations positives (flourishing, gentle, contemporary, abundant, stylish, level, wonderful, modern, green, good) mais aussi par l’évocation de hauts-lieux emblématiques de la « vieille Europe » (Paris, England, Eiffel Tower, France, Triumphal Arch, Notre Dame cathedral). La sur-représentation de l’expression « Coco Chanel » montre en outre le poids du marketing dans la façon dont cette catégorie d’étudiants envisage l’Europe. Les mots renvoyant à des qualités esthétiques plus générales et plus abstraites (elegant, classical, architecture, fashion, art, environmental) sont sous-représentés. Mis à part une référence à « l’OTAN » et à « l’euro », il en est de même pour les champs sémantiques liés à l’économie ou à la géopolitique.

Document 8 : Dire l’Europe pour les étudiants ingénieurs

Mots spécifiques

Fréquence interne

Fréquence globale

Effectif interne

Effectif global

Valeur-test

Notre-Dame (cathedral)

0,30

0,05

17

19

6,854

flourishing

0,35

0,12

20

44

4,459

Chanel

0,17

0,04

10

14

4,382

gentle

0,12

0,02

7

8

4,126

Paris

0,40

0,16

23

59

4,125

contemporary

0,24

0,08

14

29

3,889

Triumphal Arch

0,12

0,03

7

9

3,803

abundant

0,10

0,02

6

7

3,715

NATO

0,30

0,12

17

44

3,478

England

0,23

0,08

13

30

3,382

stylish

0,12

0,03

7

11

3,298

Eiffel Tower

0,42

0,22

24

79

3,081

Euro

2,19

1,70

126

611

2,989

level

0,38

0,21

22

77

2,668

wonderful

0,14

0,05

8

18

2,642

modern

1,25

0,93

72

335

2,587

Source : EuroBroadMap, 2009

34Les étudiants suivant un cursus en Sciences Politiques (Document 9) développent une représentation de l’Europe très différente des autres, fortement influencée par les problématiques qu’ils abordent dans le cadre de leur formation. Comparé à l’ensemble du corpus, le vocabulaire qu’ils emploient indique une forte propension à intellectualiser l’Europe en l’associant à des termes portant sur des questions de gouvernance (democracy, state, cooperation, supranationality, integration, immigration, peace), de géopolitique (war, compromise, block, us, nations, christian) et de doctrine politique (liberalism, imperalism, multicultural, identity). A l’inverse, ces étudiants délaissent les mots appartenant au registre de la vie quotidienne (euro, money, people, wealth, work, food, natural). La dimension touristique tend aussi à être ignorée (tourism, travel, Paris, Switzerland, Eiffel Tower, leisure). Ils citent moins des mots pouvant se rattacher aux domaines de la culture (art, classical, cathedral, variety, graceful), des sciences (technology, knowledge, innovation, science) et de la séduction (luxury, fashion, style).

Document 9 : Dire l’Europe pour les étudiants en Sciences Politiques

Mots spécifiques

Fréquence interne

Fréquence globale

Effectif interne

Effectif global

Valeur-test

war

0,78

0,41

46

147

4,405

liberalism

0,44

0,19

26

67

4,293

imperialism

0,90

0,51

53

183

4,200

democracy

1,85

1,26

109

453

4,190

amounts

0,10

0,02

6

6

4,118

compromise

0,12

0,03

7

9

3,768

state

0,19

0,06

11

20

3,753

cooperation

0,41

0,20

24

72

3,421

supranationality

0,10

0,02

6

8

3,356

integration

0,39

0,19

23

69

3,344

immigration

0,31

0,14

18

51

3,158

christian

0,58

0,34

34

122

3,114

multicultural

0,44

0,25

26

89

2,931

identity

0,17

0,06

10

23

2,884

bock

0,10

0,03

6

10

2,848

evolution

0,27

0,14

16

49

2,672

relax

0,10

0,03

6

11

2,638

nations

0,19

0,08

11

29

2,627

Source : EuroBroadMap, 2009

35Les étudiants en Sciences Humaines et Sociales (Document 10) ont quant à eux une représentation peu différenciée mais une vision globalement négative et critique de l’Europe, utilisant des mots péjoratifs tels que colonialism, fascism, looting, pollution, imperialism, même si quelques termes font référence à des idées positives (well-being, well, developed, high). Sont également cités des mots plus neutres apportant des précisions d’ordres géographique (country, European, mediterranean, countries), économique (industrialized, mechanized) ou social (populated, urbanization, colourful). En revanche, il est à noter que les étudiants en Sciences Humaines et Sociales sont réticents à utiliser des termes positifs (good, pretty), soulignant des performances économiques (wealth, luxury, flourishing, comfort) ou certaines valeurs politiques (rights, freedom, integration). Ils ont, en outre, moins tendance à citer des termes renvoyant à l’historicité de l’Europe (ancient, cathedral, conservative, history, tradition, renaissance) et à son rapport à la modernité (modern, evolution, possibilities).

Document 10 : Dire l’Europe pour les étudiants en Sciences Humaines et Sociales

Mots spécifiques

Fréquence interne

Fréquence globale

Effectif interne

Effectif global

Valeur-test

colonialism

1,30

0,73

99

261

6,131

industrialized

1,84

1,25

140

451

4,877

country

0,62

0,39

47

140

3,319

european

2,35

1,88

179

677

3,253

fascism

0,13

0,05

10

17

3,157

well-being

0,13

0,05

10

18

2,977

populated

0,18

0,09

14

32

2,704

looting

0,08

0,03

6

9

2,638

pollution

0,37

0,23

28

82

2,611

mediterranean

0,17

0,08

13

30

2,560

Source : EuroBroadMap, 2009

36Le vocabulaire spécifique des étudiants en Santé (Document 11) est plus hétéroclite : moins de mots apparaissent associés de manière spécifique par ces étudiants, et ceci dans des registres de référence plus variés. On relève toutefois une légère préférence pour les termes évoquant des relations (commercial, exchanges, travel, opening) et une qualité de vie agréable (sights, variety, climate, development, nice, weather). Quelques termes revêtent une connotation négative (faddish, neo-colonialism) tandis que d’autres font référence à l’idée de normes (rules, discipline). Les mots sous-représentés appartiennent aussi à des champs sémantiques très variés, tels que la gouvernance politique et économique (euro, integration, union, European, parliament, Brussels, market), la géopolitique (mainland, colonialism, economy, individualism, war, imperalism, land, egoism) et la culture (cathedral, unity, diversity, civilization, christian, contemporary).

Document 11 : Dire l’Europe pour les étudiants dans le domaine de la Santé

Mots spécifiques

Fréquence interne

Fréquence globale

Effectif interne

Effectif global

Valeur-test

commercial

0,25

0,05

14

18

5,648

exchanges

0,27

0,09

15

34

3,796

sights

0,12

0,03

7

10

3,578

science

0,55

0,29

31

104

3,556

faddish

0,11

0,02

6

8

3,430

council

0,11

0,02

6

8

3,430

variety

0,34

0,16

19

56

3,263

climate

0,36

0,18

20

64

3,013

travel

0,55

0,32

31

116

2,978

development

3,07

2,51

172

901

2,815

Source : EuroBroadMap, 2009

37L’analyse du vocabulaire spécifique selon le domaine d’étude autorise à formuler deux conclusions. D’une part, elle montre que les contenus (connaissances et imaginaires) académiques déterminent la manière dont les étudiants perçoivent l’Europe. Les étudiants recourent au lexique et aux concepts qu’ils utilisent au quotidien dans la pratique de leur discipline. Cette tendance est moins présente pour les domaines académiques pour lesquels l’Europe n’est pas un objet d’étude. Les étudiants en Médecine et en Ingénierie ont un vocabulaire moins spécifique que celui des autres disciplines. Par ailleurs, nous avons pu mettre en évidence le fait que les domaines d’études influencent aussi les jugements implicites, positifs ou négatifs, portés sur l’Europe. Les étudiants en Art, en Ingénierie et en Médecine, ont une vision plus positive de l’Europe, par l’emploi de mots concrets qui mettent l’accent sur la qualité de vie, les opportunités liées au tourisme, aux loisirs, à la culture, etc. A l’opposé, les représentations des étudiants en Sciences Humaines et Sociales et en Sciences Politiques sont plus abstraites, plus éloignées des préoccupations de la vie quotidienne mais aussi plus problématisées. Ils théorisent l’Europe en l’associant à des concepts généraux relevant du politique ou de l’économie, tels que democracy, development, liberalism, imperialism, ethnocentrism, etc. L’Europe apparait alors ambivalente, liée aux drames du passé (war, colonialism, fascim) mais aussi à des enjeux plus positifs et plus contemporains (integration, cooperation, peace). Le vocabulaire privilégié par les étudiants en Commerce est, quant à lui, plus pragmatique, centré sur certains processus liés à la construction européenne. Enfin, pour les étudiants en Sciences Sociales et en Sciences Politiques, l’Europe ne saurait être réduite à un lieu agréable (lovely, peaceful, flourishing). Elle s’apparente plutôt à un cadre politique empreint d’une ambigüité liée à l’héritage des relations des Européens avec le reste du monde : l’Europe est assimilée à un pouvoir politique confronté à des problèmes sociaux, économiques et institutionnels.

38En conséquence, le domaine d’étude est une composante qui joue fortement dans la mise en place des représentations des étudiants. Cependant, l’influence du champ académique n’est pas suffisamment forte pour contrebalancer un autre effet : celui de la localisation géographique des étudiants.

Visions de l’Europe et distance à l’Europe

39Au-delà du domaine d’étude, nous avons voulu saisir de quelles manières la situation géographique influençait les représentations des étudiants. Rappelons que si la répartition géographique des étudiants enquêtés ne couvre pas la totalité de l’espace mondial, la diversité des localisations des étudiants interrogés restitue en grande partie la variété des positions vis-à-vis de l’Europe et la complexité des perceptions qui peuvent en résulter. Deux indicateurs relatifs au corpus lexical ont été calculés pour chacun des pays (Document 12) : la part de mots distincts et le nombre de mots spécifiques. D’un côté, plus la part de mots distincts dans un pays est faible, plus les représentations sont consensuelles. Ainsi, il apparaît que les étudiants interrogés dans des pays situés à l’extérieur de l’Union européenne (Cameroun, Chine, Russie, Brésil, Inde) ont une vision plus partagée de l’Europe que ceux des pays qui en sont membres, certains pays faisant exception à cette règle (France et Tunisie). D’un autre côté, l’étendue du vocabulaire spécifique des étudiants d’un pays est un indicateur du degré de spécificité des représentations de l’Europe dans un pays donné, au regard des autres pays. Ici encore, ce sont les pays situés à la périphérie de l’Union européenne qui présentent les visions les plus singulières de l’Europe.

Document 12 : Qualifier l’Europe selon les pays

Nombre de réponses

Nombre de mots distincts

Part de mots distincts (en %)

Nombre de mots spécifiques*

Azerbaïdjan

114

161

36

Belgique

475

314

18

41

Brésil

1005

477

13

52

Chine

1198

490

11

92

Cameroun

1167

476

10

75

Egypte

98

213

43

France

627

384

16

51

Hongrie

244

232

25

29

Inde

908

598

14

82

Moldavie

242

253

27

25

Malte

211

265

32

16

Portugal

481

336

18

32

Roumanie

439

300

23

22

Russie

827

403

12

91

Sénégal

208

224

27

25

Suède

110

177

46

Tunisie

255

200

22

24

Turquie

734

488

16

76

Ensemble

9 343

3833

/

/

* Le seuil de significativité a été fixé à 5 %.
Les pays qui figurent en italique ont soit une taille d’échantillon insuffisante, soit une non-représentativité des secteurs académiques. Les cellules vides correspondent à des résultats non significatifs dus à un nombre insuffisant de réponses.

Source : EuroBroadMap, 2009.

  • 16 Nous avons fixé un seuil minimal de fréquence d’apparition à 5 occurrences.
  • 17 Pour trois pays (Azerbaïdjan, Egypte et Suède), les effectifs d’étudiants interrogés sont insuffisa (...)

40Il s’agit maintenant de structurer le vocabulaire des mots cités par les étudiants en association avec l’Europe et de faire émerger des groupes de pays qui mobilisent un vocabulaire en partie commun ou, à l’inverse, très différent des autres. En quelque sorte, nous cherchons à mettre en évidence un « effet régional » sémantique à partir des mots cités pour dire l’Europe. A cette fin, nous avons effectué une analyse factorielle des correspondances (AFC) sur le tableau lexical croisant le vocabulaire16 (938 mots de fréquence supérieure à 5) et le pays de résidence des étudiants interrogés (18 pays dont 3 traités en « supplémentaire »17). Les indicateurs qui figurent en sortie des analyses sont ceux utilisés de manière classique en analyse des données : contributions des pays (et des mots) à la formation des axes factoriels, qualités de représentation des pays (et des mots) sur les axes et coordonnées des pays (et des mots) sur les axes. Ils permettent de mettre en évidence les associations ou/et les oppositions entre pays et mots du vocabulaire qui structurent le corpus et de les hiérarchiser. Les représentations graphiques issues de l’analyse factorielle permettent de visualiser les co-occurrences lexicales et de les qualifier par un registre ou un champ sémantique en association avec la position des pays sur les axes factoriels (Garnier, Guérin-Pace, 2010). Ainsi la proximité de mots sur un plan factoriel indique une association significative de ces mots dans les réponses des étudiants des pays situés à proximité. L’étude du vocabulaire spécifique de chacun des pays (cf. annexe) fournit enfin une aide à l’interprétation des proximités et des oppositions dans l’emploi du vocabulaire.

41L’information fournie par les quatre premiers axes factoriels restitue plus de la moitié (54 %) de la variance (et donc de l’information totale) du tableau de données, à savoir la diversité des perceptions des étudiants de l’Europe. L’examen des contributions des différents pays à la formation des axes factoriels (Document 13) permet de distinguer trois groupes de pays : un premier pour lequel la contribution est très élevée pour au moins un axe (Chine sur l’axe 1, Cameroun sur l’axe 2, Russie sur l’axe 3), un deuxième pour lequel les contributions sont moins élevées, sur plusieurs axes (France et Belgique sur l’axe 1 et 3, Inde sur les axes 3 et 4) ou sur un seul axe (Sénégal sur l’axe 2 et Turquie sur l’axe 4). Certains pays ne se distinguent pas par une représentation différenciée au regard des autres pays : il s’agit du Portugal, de Malte et de la Roumanie et de certains pays situés à proximité de l’Union européenne (Moldavie et Tunisie). Pour ces derniers, nous pourrons observer le contenu de leur vocabulaire spécifique.

Document 13 : Contribution des pays à la différenciation des représentations de l’Europe

Pays

Poids relatif

Distance à l’origine

Contribution Axe 1

Contribution Axe 2

Contribution Axe 3

Contribution Axe 4

Belgique

4.80

2.63622

9.53

1.49

8.56

4.33

Brésil

10.47

1.15429

2.46

0.00

0.32

5.23

Chine

12.53

2.16882

54.79

20.08

6.29

4.02

Cameroun

13.79

1.53174

4.25

54.07

0.09

16.39

France

6.66

1.84113

10.63

0.90

11.33

1.87

Hongrie

2.64

3.65860

2.94

1.02

2.85

0.25

Inde

11.75

1.27150

2.69

0.13

7.76

26.94

Moldavie

2.68

2.48054

0.51

0.06

0.25

0.32

Malte

2.37

2.22142

0.18

0.34

0.17

0.38

Portugal

5.41

1.40660

5.38

0.56

3.03

0.01

Roumanie

3.61

2.11584

2.43

0.85

2.13

0.47

Russie

9.63

2.14240

4.20

9.12

57.08

15.19

Sénégal

2.33

3.53771

0.00

7.30

0.08

0.37

Tunisie

2.59

2.78290

0.00

1.13

0.06

1.12

Turquie

8.74

1.66864

0.00

2.94

0.00

23.12

Lecture : Les mots cités par les étudiants turcs ne contribuent pas à la formation des axes 1 et 3 ; ils expliquent près de 3 % de l’information contenue dans l’axe 2 et près d’un quart de celle de l’axe 4 (23.12 %).
Le poids relatif correspond à l’ensemble des mots cités par pays par rapport au nombre total de mots : plus il y a de réponses/répondants, plus il est grand.

Source : EuroBroadMap, 2009.

Le jeu du niveau national dans les perceptions de l’Europe

42Si l’on s’en tient aux champs lexicaux figurant sur le premier plan factoriel (Document 14), seule la moitié des pays contribuent à sa formation. Des pays européens tels que la France et la Belgique sont présents, ainsi que les deux pays africains qui ont fait l’objet de l’enquête, à savoir le Cameroun et le Sénégal, et surtout d’un pays plus lointain, la Chine. L’opposition la plus importante dans la manière de qualifier l’Europe (axe 1) s’observe entre le vocabulaire utilisé par les étudiants qui résident hors de l’UE d’une part, en particulier les Chinois, et, d’autre part, les étudiants de France et de Belgique et, dans une moindre mesure, ceux du Portugal, de la Hongrie de la Roumanie (Document 14).

Une représentation très abstraite de l’Europe de la part des étudiants chinois opposée à une vision économique partagée par les pays de l’Union européenne

43Dans le groupe des pays éloignés de l’Europe, c’est la Chine qui se détache le plus, avec un registre de vocabulaire très spécifique qui reflète une vision abstraite d’une Europe idéalisée, quasi mythique (Annexe 4). Si l’aspect du développement est souligné en premier lieu comme dans bon nombre de pays, on relève tout un ensemble d’adjectifs à connotation très positive : romantic, elegant, harmonious, graceful, pretty, qui se rapportent à une Europe qualifiée de small mais aussi par certains de mysterious. Dans une moindre mesure, les qualités économiques (rich, flourishing, prosperous) et celles liées au cadre de vie (welfare, leisure, climate, scenery, comfort, etc.) sont privilégiées. Le registre lexical reste tout de même assez imprécis, avec l’emploi de termes très abstraits (classical, harmonious, quiet, fresh, etc.). Cette impression de flou est renforcée par l’absence de citations de lieux précis (villes, pays) et la présence très marginale de termes évoquant la politique, la démocratie ou la liberté. Finalement, l’image que les étudiants chinois offrent de l’Europe est relativement idéalisée et abstraite.

44A cette vision abstraite s’oppose une approche plus économique de l’Europe, exprimée avant tout par les étudiants des pays membres de l’Union européenne (France, Belgique et Portugal) (Annexes 5, 1, et 10). Ces derniers perçoivent l’Europe à travers l’« Union européenne », envisagée comme une entité économique dotée d’une monnaie unique, « l’Euro », tout en soulignant sa « diversité ». Les étudiants français (Annexe 5) considèrent davantage l’Europe comme un « continent », un « espace » support « d’échanges » de nature avant tout commerciale (trade), représentation nuancée par l’évocation de notions telles que « frontières », « difficultés » ou « inégalité ». Les étudiants interrogés en Belgique (Annexe 1) partagent avec les étudiants français l’idée d’appropriation territoriale (mainland). Leur vision, davantage centrée sur Bruxelles (Brussels) et le parlement européen (parliament), se limite le plus souvent à la partie « ouest » du continent européen. L’Europe est ainsi envisagée comme un ensemble géopolitique caractérisé par un certain nombre de fonctionnements institutionnels (euro, European commision, community) et de valeurs politiques (freedom, peace, democracy et solidarity).

45Les étudiants portugais s’associent à cette représentation politique et économique de l’Europe, en insistant plus sur l’idée de « développement » (Annexe 10). Au-delà, on relève une dimension plus culturelle en lien avec une « histoire » et une « civilisation » communes. L’Europe apparait aussi comme un ensemble régional construit, comme une « communauté » de pays très différents, marquée par un « multiculturalisme » transcendé par la « coopération ».

46Finalement, la représentation de l’Europe proposée par les étudiants de l’Union européenne s’appuie sur un vocabulaire restreint qui reflète en grande partie le programme politique de l’Union. Cette vision est aussi partagée en partie par les étudiants des pays qui ont rejoint l’Union européenne comme la Hongrie et Malte, et plus récemment la Roumanie. La majorité des mots cités par les étudiants de Hongrie (Annexe 6) sont en effet assez semblables à ceux recueillis en France, en Belgique ou au Portugal (union, variety, continent, culture). Cependant, plusieurs mots font référence à la religion (christendom). Il est difficile d’interpréter plus en profondeur ces associations spontanées dans la mesure où elles peuvent exprimer aussi bien la particularité historique et religieuse de la Hongrie qu’une réduction identitaire envisageant l’Europe (« home ») comme l’enveloppe culturelle de leur propre État-nation : les étudiants hongrois ont en effet tendance à citer leur propre pays, indiquant par là le poids que représente pour eux le référentiel national. Les étudiants roumains ont, quant à eux, un vocabulaire assez disparate et peu spécifique (Annexe 11). On note toutefois que leur lexique renvoie à un certain nombre de caractéristiques culturelles : la « civilisation » européenne, la « culture », l’« histoire » ou les « traditions » communes. Contrairement aux étudiants hongrois, aucun terme d’appartenance à l’Europe ou de spécificités territoriales roumaines n’a été proposé par les étudiants roumains, comme si leur représentation véhiculait une idée de l’Europe détachée du contexte national.

Document 14 : Une géographie des représentations de l’Europe dans le monde

Document 14 : Une géographie des représentations de l’Europe dans le monde

(premier plan factoriel de l’AFC)

Source : EuroBroadMap, 2009

Une perception ambivalente de l’Europe de la part des Camerounais et des Sénégalais

47Face à la vision plutôt positive des étudiants vivant en Chine ou dans des pays de l’Union européenne, les étudiants africains et en particulier ceux vivant au Cameroun (Annexes 3 et 13) expriment une vision plus négative et plus critique. Leurs réponses traduisent des sentiments d’« exploitation » et, dans une moindre mesure, de « domination », en lien avec l’héritage colonial (colonialism et slavery) et l’exclusion (racism, thieves, etc). L’opposition géopolitique Nord-Sud est aussi très présente à travers les termes North, Occident, white et des mots soulignant des écarts de développement ou de niveau de vie (capitalism, industrialized, technology, rich). L’Europe est aussi perçue, de façon contradictoire, comme un territoire idéalisé porteur d’espoir (eldorado, paradise, hope). Pour ces étudiants, l’Europe n’est pas symbolisée par des valeurs politiques positives, hormis par la référence à la « démocratie ». S’exprime ici l’ambigüité des liens entre le Cameroun et l’Europe, les héritages compliqués de la colonisation se mêlent aux tentations migratoires pour produire une image contrastée incorporant des sentiments divers, l’indignation et la réprobation autant que l’espoir et la fascination.

48Avec un vocabulaire plus étendu mais moins spécifique, les Sénégalais expriment une vision très négative de l’Europe (Annexe 13), en soulignant davantage le « racisme », la « xénophobie » ou encore « l’individualisme » dont feraient preuve les Européens. Pour les étudiants Sénégalais, l’Europe évoque avant tout une mise à l’écart et des discriminations, même si des valeurs telles que la « démocratie » ou des éléments de bien-être comme la « santé » sont exprimés.

Associations des pays et ambivalence des lieux : vers des perceptions plus complexes de l’Europe

49La lecture du plan factoriel suivant (Document 15) permet d’observer une autre géographie des représentations de l’Europe. Sur ce deuxième plan factoriel, la Russie joue un rôle très important dans la structuration du corpus, ainsi que l’Inde et dans une moindre mesure le Cameroun, la France, la Belgique, la Chine et le Brésil. Ainsi, l’axe 3 isole les représentations des étudiants vivant en Russie, associées dans une moindre mesure à celles des Indiens, en opposition à la Belgique et la France. Il est intéressant de constater que la Chine est cette fois-ci proche des pays européens.

Une vision stéréotypée des Russes et des Indiens

50Pour les étudiants russes (Annexe 12), les représentations sont consensuelles (fréquence moyenne d’apparition des mots élevée) et le vocabulaire est très différent de celui des autres pays (cf. Annexes). Si l’Europe est associée à l’Union européenne, dotée d’une monnaie unique, elle apparaît surtout comme un ensemble de clichés, un peu comme pour les Chinois. En témoigne le nombre de villes et de pays qui sont cités mais également de lieux touristiques emblématiques (Eiffel tower, Notre Dame, Big Ben, Arc de Triomphe, Paris, resorts, rest, architecture), de produits de luxe (fashion, Ferrari, Chanel, Mercedes). Au-delà de cette image assez consumériste de l’Europe, la culture, l’éducation et la civilisation sont également mises en avant. Quelques mots apparaissent dans le registre de la compétition, véhiculée autant à travers le jeu (football, eurovision) que par de grandes figures de l’histoire (Napoleon). On note quelques termes plus communs, relevant du fonctionnement économique de l’Europe (euro, Union, standard of living). La représentation des étudiants russes est donc assez dispersée, ouverte sur des champs très divers. Enfin, il est intéressant de noter que ces étudiants expriment une certaine distance vis-à-vis de cette entité qu’ils dénomment « Union européenne » mais qui reste pour bon nombre d’entre eux une entité étrangère (« foreign country »), plus ou moins associée à « l’OTAN » sans pour autant que les qualités d’une grande puissance géopolitique n’apparaissent.

Document 15 : Une géographie des représentations de l’Europe dans le monde

Document 15 : Une géographie des représentations de l’Europe dans le monde

(second plan factoriel de l’AFC)

Source : EuroBroadMap, 2009

  • 18 Une étude en cours des manuels scolaires et universitaires révèle que la période nazie est très pré (...)

51Un deuxième champ lexical s’organise autour de l’Inde, à laquelle se joint dans une moindre mesure la Turquie. Les Indiens ont une vision de l’Europe (Annexe 7) souvent envisagée comme un « lieu » ou un « pays ». Cette représentation se rapproche parfois de celle idéalisée des Chinois (beauty, sophisticated, stylish), en lien avec un « art de vivre » et la présence de la « nature ». La « Suisse », plusieurs fois citée, apparaît comme évocatrice de l’Europe ainsi que la « Compagnie anglaise des Indes », témoignant de liens historiques de l’Inde avec l’Empire britannique. Parmi le florilège des mots spécifiques associés, on relève aussi l’association à des personnages historiques (« Hitler »)18. De manière plus globale, quelques mots peuvent être regroupés autour des représentations touristiques au sens large (monuments, visit) ou sous des aspects financiers (food, expensive). Finalement, la perception indienne de l’Europe apparaît avant tout liée au passé.

Une image plus mitigée des Turcs, des Brésiliens et des Tunisiens

52L’Inde est aussi très présente sur le quatrième axe aux côtés des étudiants turcs. Ces derniers ont une approche particulière (Annexe 15) associant en premier l’Europe à un certain « impérialisme » qui émanerait d’une union de « chrétiens », parfois apparentée à un « club ». Dans cette représentation assez historique des étudiants turcs, on retrouve des termes détracteurs (arrogant, discrimination, benefit, money), comme si l’Europe était guidée par un intérêt propre (self-interest, self-seeker). Cette vision négative d’une Europe dont certains Turcs se sentent exclus est contrebalancée par une perception positive de plusieurs étudiants qui soulignent l’aspect « moderne » et « contemporain » de l’Europe, porteuse de « civilisation », incluant le respect des Droits de l’homme. La présence à plusieurs reprises du mot « Turkey » parmi les mots les plus cités montre que les étudiants turcs établissent une connexion entre leur identité nationale et l’appartenance à l’Europe. Tout ceci exprime ainsi l’idée d’une Europe à laquelle ils aspirent, mais dont ils se sentent en même temps rejetés.

53Cette représentation de l’Europe, à la fois positive et critique, est aussi celle qui émane des étudiants brésiliens (Annexe 2) et tunisiens (Annexe 14), avec un vocabulaire parfois nuancé selon le pays (xenophobia pour les brésiliens, racistes pour les tunisiens). Les étudiants brésiliens perçoivent l’Europe comme un espace au niveau de vie élevé (development, richness, quality, wealth, first world) bénéficiant d’une culture (culture, museums, knowledge) ancrée dans le passé (antiquity, old, war, tradition). L’Europe semble s’apparenter ici à une « civilisation » teintée de connotations ambivalentes, tantôt perçue comme un lieu d’exclusion (xenophobia, prejudice, seniority voire cold), tantôt comme un espace attractif (richness, exploration, life).

54En revanche, pour les étudiants tunisiens (Annexe 14), l’Europe apparaît sous les traits du progrès économique (progress, technology, wealth) et du libéralisme (human rights, freedom), ce qui n’empêche pas, comme pour d’autres pays ayant eu à subir la colonisation, l’expression d’un ressenti négatif à l’égard de l’Europe tels que le « racisme » ou la crainte du « terrorisme ».

L’Europe positive vue des marges : Moldavie et Malte

55Enfin, les étudiants vivant en Moldavie (Annexe 9) et à Malte (Annexe 8) ont une représentation de l’Europe qui se différencie moins des autres pays, malgré quelques mots sur-représentés. Pour ces deux pays, si le vocabulaire est assez étendu (part élevée de mots distincts), peu de mots apparaissent comme spécifiques. On relève toutefois une légère tendance à mettre en avant la dimension culturelle de l’Europe. L’ancrage méditerranéen est souligné par les étudiants maltais (culture, food, art) alors que les étudiants moldaves mettent davantage en avant des valeurs politiques (integrity, freedom, prosperity, democracy, justice, etc.). Cette vision très positive de l’Europe témoigne sans doute du souhait d’un approfondissement des liens avec l’UE à plus ou moins long terme.

Conclusion générale

56La vision de l’Europe à travers le monde, appréhendée par le regard de la population estudiantine nous apporte des enseignements très riches. En premier lieu, elle montre que les contenus (connaissances et imaginaires) académiques déterminent la manière dont les étudiants perçoivent l’Europe. Ainsi, l’Europe a tendance à être imaginée à travers le prisme de la culture par les étudiants en Art, à travers les doctrines politiques pour les étudiants en Sciences Politiques, à travers les processus d’intégration économique pour les étudiants en Commerce et Management, etc. Cette tendance est moins présente pour les étudiants en Médecine et en Ingénierie pour lesquels l’Europe n’est pas un objet d’étude. Les étudiants en Art, en Ingénierie et en Médecine, portent un regard plutôt positif sur l’Europe et mettent l’accent sur la qualité de vie au quotidien alors que les étudiants en Sciences Humaines et Sociales et en Sciences Politiques développent une vision plus ambivalente, associant des registres liés au passé, le plus souvent négatifs, à d’autres plus positifs et plus contemporains en termes de valeurs et de développement.

57La situation géographique des étudiants, leur appartenance nationale et leur position par rapport à l’Union Européenne est aussi un facteur de la construction de l’imaginaire européen.

58Face à des représentations idylliques, celles des étudiants chinois par exemple, s’opposent les représentations parfois très négatives exprimées par les étudiants vivants dans les pays africains et dans une moindre mesure par ceux des pays situés aux marges de l’Europe, en particulier de la Turquie. De manière plus mitigée, le Brésil oscille entre une certaine attirance et un regard critique sur l’Europe. Pour les pays qui font partie de l’Union européenne de manière ancienne ou récente, la perception de l’Europe est avant tout institutionnelle et économique. Hormis peut-être pour les étudiants vivant en Hongrie, il est intéressant de constater que très peu de termes se réfèrent à un sentiment d’appartenance susceptible de constituer une référence identitaire mobilisable.

59Cette variété de perceptions de l’Europe, saisies ici à l’échelle nationale, résulte autant des expériences individuelles que des modalités sociales de construction des imaginaires collectifs. Se conjuguent ainsi dans chacun des pays un ensemble de médiateurs sociaux, les enseignants et les éditeurs de matériel pédagogique (Brennetot, Rosemberg, 2011), les médias d’actualité, les publicitaires, les auteurs d’œuvres de fiction, qui, tous, contribuent à leur façon à configurer l’image que l’on peut se faire d’une entité géographique comme l’Europe. Il serait ainsi très intéressant de croiser le contenu des représentations subjectives analysées ici et celui des discours collectifs exprimés à propos de l’Europe. Sans céder à l’hypothèse d’une influence mécanique des discours collectifs (médias, École) sur les opinions individuelles, on peut supposer qu’ils conditionnent en partie les réponses fournies par les étudiants. En France, par exemple, le fait que l’Europe soit plus souvent qu’ailleurs associée à un ensemble de réalités politiques (Parlement, euro, etc.) tient sans doute à la place que l’Union européenne occupe dans l’actualité médiatique ou dans l’enseignement secondaire. En revanche, là où elle n’apparaît pas comme un enjeu politique majeur pour les populations (Chine, Inde), l’Europe peut davantage être perçue à travers des stéréotypes véhiculés en grande partie par le biais des supports publicitaires. Plus largement, il est aussi évident que les discours médiatiques, les actualités diverses voire les propos politiques ont transformé, transforment et transformeront les perceptions des étudiants à propos de cette partie du Monde.

60Il est nécessaire de rappeler qu’il s’agit de la vision d’une population dont les parcours individuels sont loin d’être achevés. Ce sont les expériences individuelles accumulées qui viendront progressivement nourrir leurs représentations de l’Europe, élaborées depuis son centre, ses marges ou ses contrées plus lointaines.

Haut de page

Bibliographie

A.C.A. (Academic Cooperation Association), 2004, Perceptions of European Higher Education in Third Countries, http://ec.europa.eu/education/programmes/mundus/doc/acasummary.pdf

Ahnström L., 1993 “ Europe : culture area, geo-ideological construct or illusion ? ”, Norsk Geografisk Tidsskrift, vol. 47, No. 2, 57-67

Allain R., Baudelle G., Guy C., 2003, Le polycentrisme, un projet européen, Rennes, Presses Universitaires de Rennes.

Alvergne C., Tautelle F., 2002, Du local à l’Europe : Les Nouvelles Politiques d’aménagement du territoire, Paris, PUF.

Barrot J., Elissalde B., Roques G., 2002, Europe, Europes, Espaces en recomposition, Paris, Vuibert.

Baudelle G., Jean Y. (dir.), 2009, L’Europe. Aménager les territoires, Paris, Armand Colin.

Baudelle G., Guy C. (dir.), 2004, Le projet européen. Histoire, enjeux, prospective, Rennes, Presses Universitaires de Rennes.

Beck U., 2006, Qu’est-ce que le cosmopolitisme ?, Paris, Aubier.

Beck U., Grande E., 2007, Pour un empire européen, Paris, Flammarion.

Beckouche P., Richard Y., 2008, Atlas d’une nouvelle Europe, Paris, Autrement.

Bélot C., 2002, « Les logiques sociologiques de soutien aux processus d’intégration européenne : éléments d’interprétation », Revue internationale de politique comparée, Volume 9, No 1, 11-29.

Bélot C., 2005, « Du local au mondial : les espaces d’appartenance des jeunes européens », in Galland O., Roudet B. (eds.), Les jeunes européens et leurs valeurs, Paris, La découverte.

Bélot C., 2010, « Le Tournant identitaire des études consacrées aux attitudes à l’égard de l’Europe. Genèse, apports, limites », Politique Européenne, vol. 30, No. 1, 17-43

Bélot C., Bouillaud C., 2008, « Vers une communauté européenne de citoyens ? Pour une approche par les sentiments », Politique Européenne, vol. 26, No. 3, 5-29.

Bennasr A., Grasland C., 2011, « Le »petit monde« des géographes », EchoGéo, No 18, mis en ligne le 05 décembre 2011, http://echogeo.revues.org/12682

Braudel F., 1982, L’Europe, Paris, Arts et métiers graphiques.

Boulineau E. (dir.), 2010, « Quelle Europe, vingt ans après la chute du Mur ? », Géocarrefour, vol. 84, No 3, Lyon.

Bréchon P., Cautrès B. (dir), 1998, Les enquêtes Eurobaromètres. Analyse comparée des données socio-politiques, Paris, L’Harmattan.

Bréchon P., 1995, « Les jeunes et l’Europe. Enquête comparative internationale », Littérature et nation, hors-série, 80 p.

Brennetot A., Rosemberg M., 2011, Europe representations in textbooks, Working paper of the Eurobroadmap project, FP7. (http://halshs.archives-ouvertes.fr/docs/00/64/87/67/PDF/EWP_politics_ideology_textbook_analysis.pdf)

Bruter M., 2005, Citizens of Europe ? The Emergence of a Mass European Identity, Londres, Palgrave MacMillan.

Carmichael C., 2002, Ethnic Cleansing in the Balkans. Nationalism and the Destruction of Tradition, Londres & New York, Routledge.

Cattan N., 2004, « Genre et mobilité des étudiants en Europe », Espace, Populations, Sociétés, No. 1, 15-27.

Cautrès B., 2008, « Plus on se connaît, plus on s’aime ? », Politique européenne, vol. 3, No. 26, 165-190

Cederman L.-E., 2001, Constructing Europe’s Identity. The External Dimension, Boulder, Lynne Rienner Publishers.

Cerrutti F., Lucarelli S., 2008, The Search for a European Identity. Values, Policies and Legitimacy of the European Union, Londres & New York, Routledge.

Clerc P., 2002, « Turquie : la géographie-prétexte », Le Monde, 18 novembre.

Commission européenne, 1974-2011, Rapports Eurobaromètre Standards, http://ec.europa.eu/public_opinion/archives/eb_arch_fr.htm

Crespy A., Petithomme M., 2010, L’Europe sous tensions : Appropriation et contestation de l’intégration européenne, Paris, L’Harmattan.

Demangeon A., 1920, Le déclin de l’Europe, Paris, Payot.

Delsol C., Mattei J.-F., 2010, L’Identité de l’Europe, Paris, PUF.

Di Méo G., 2010, « Subjectivité, socialité, spatialité : le corps, cet impensé de la géographie », Annales de Géographie, vol. 675, No 5, 466-491.

Di Meo G., Buléon P.l, 2005, L’espace social. Lecture géographique des sociétés, Paris, Armand Colin.

Didelon C., 2010, « Une vision de l’Europe. Le tracé de l’Europe des chercheurs impliqués dans ESPON », Annales de Géographie, vol. 673, No. 3, 211-228.

Didelon C., Grasland C., Richard Y. (dir.), 2009, Atlas de l’Europe dans le Monde, Paris, La documentation française.

Didelon C., Richard Y., Van Hamme G., 2011, Le territoire européen, Paris, PUF.

Didelon C., de Ruffray S., Lambert N., Boquet M., 2011, « A World of Interstices: A Fuzzy Logic Approach to the Analysis of Interpretative Maps », The Cartographic Journal, vol. 48, No. 2, 100-107.

Drevet J.-F., 1986, La Méditerranée, nouvelle frontière pour l’Europe des Douze ?, Paris, Karthala.

Du Reau E., 2008, L’Idée d’Europe au XXe siècle : Des mythes aux réalités, Paris, Complexe.

Duchesne S., Frognier A.-P., 2002, « Sur les dynamiques sociologiques et politiques de l’identification à l’Europe », Revue française de science politique, vol. 52, No 4, 355-373.

Duschesne S., 2010, « Europe between integration and globalisation. Social differences and national frames in the analysis of focus groups conducted in France, Francophone Belgium and the United Kingdom », Politique Européenne, vol. 30, No. 1, 67-106

Elissalde B., Thébault V., 2009, Géopolitique de l’Europe, Paris, Nathan.

Foret F., 2008, Légitimer l’Europe : Pouvoir et symbolique à l’ère de la gouvernance, Paris, Presses de Sciences Po.

Foucher M., 1998, Fragments d’Europe. Atlas de l’Europe médiane et orientale, Paris, Fayard.

Frémont A., 2000, Europe entre Maastricht et Sarajevo, Paris, Belin.

Garnier B., Guérin-Pace F., 2010, Appliquer les méthodes de la statistique textuelle, Paris, Ceped.

Gaxie D., Hubé N., 2007, « Projet Concorde. Les conceptions ordinaires de l’Europe. Une approche de la sociologie compréhensive », Politique européenne, vol. 23, No. 3, 179-182.

Georgakakis Didier, 2008, « La sociologie historique et politique de l’Union européenne : un point de vue d’ensemble et quelques contre points », Politique Européenne, vol. 25, No 2, 53-85.

Grataloup C., 2009, L’Invention des continents, Paris, Larousse.

Grataloup C., 2011, Faut-il penser autrement l’histoire du monde ?, Paris, Armand Colin.

Green D. M., 2007, The Europeans : Political Identity in an Emerging Polity, Boulder, Lynne Rienner Publishers.

Gregoire C., 2007, Un dessein européen : L’idée de construction européenne du Moyen Age à l’Acte unique, Paris, L’Harmattan.

Grmek M., Gjidara M., Simac N., 1993, Le nettoyage ethnique. Documents historiques sur une idéologie serbe, Paris, Fayard.

Guérin-Pace F., 1997, « La statistique textuelle : un outil exploratoire en sciences sociales », Population, vol. 52, No 4, 865-887.

Guérin-Pace F, 2006, « Sentiment d’appartenance et territoires identitaires », L’espace géographique, vol. 35, No 4, 298-308.

Guérin-Pace F., Collomb P., 1998, « Les contours du mot »environnement« : enseignements de la statistique textuelle », L’Espace géographique, vol. 27, No. 1, pp. 41-52.

Guermond Y., 2006, « L’identité territoriale : les ambiguïtés d’un concept géographique », L’Espace géographique, vol. 35, n° 4, p. 291-297.

Guermond Y., Guérin-Pace F., 2006, « Identité et rapport au territoire », L’Espace géographique, vol. 35, n° 4, p. 289-290.

Habermas J., 2006, Sur l’Europe, Paris, Bayard.

Herrmann R., Risse T., Brewer M. (dir.), 2004, Transnational Identities, Becoming European in the EU, New York, Rowman & Littlefield.

Houillon V., 2004, « Les différences hommes-femmes dans les déplacements domicile-travail : le cas du Nord-Pas-de-Calais », Espace, Populations, Sociétés, No 1, 143-149.

Inglehart R., 1970, « Cognitive Mobilization and European Identity », Comparative Politics, vol. 3, No. 1, 45-70.

Inglehart R., 1971, « Changing Value Priorities and European integration », Journal of Common Market Studies, vol. 10, No. 1, 1-36.

Inglehart R., 1977, The silent revolution : changing values and political style among western public, Princeton, Princeton university press.

Kastoryano R., 1998, Quelle identité pour l’Europe ? Le multiculturalisme à l’épreuve, Paris, Presses de Sciences Po.

Kelo M., 2010, International Student Support in European Higher Education. Needs, Solutions, and Challenges, Boon, Lemmens.

Lacoste Y. (dir.), 2005, « L’Europe et ses limites », Hérodote, n° 118, Paris, La Découverte.

Lebart L., Salem A., 1994, Statistique textuelle, Paris, Dunod.

Lévy J. (dir.), 2008, L’invention du Monde. Une géographie de la mondialisation, Paris, Presses de Sciences Po.

Lévy J., 1997, Europe, une géographie, Paris, Hachette.

Lucarelli S., Lorenzo F. (dir.), 2010, External Perceptions of the European Union as a Global Actor, coll. Europe in the World, Londres, Routledge.

Maffei B., 2010, L’Europe survivra-t-elle à la mondialisation ?, Paris, Économica.

Maigret É., 2003, Sociologie de la communication et des médias, Paris, Armand Colin.

Manent P., 2006, La raison des nations : Réflexions sur la démocratie en Europe, Paris, Gallimard.

Manning P., 2003, Navigating World History : Historians Create a Global Past, Palgrave, Macmillan.

Mendras H., 1997, L’Europe des Européens, Paris, Gallimard.

Michels P., 1997, « Le discours sur le nettoyage ethnique : comment diaboliser une nation », Revue d’Etudes Comparatives Est-Ouest, vol. 28, No. 1, 147-162.

Moreau-Defarges P., 2006, Où va l’Europe ?, Paris, Editions d’Organisation.

Morin E., 1987, Penser l’Europe, Paris, Gallimard.

Oppenchaim N., 2009, « Mobilités quotidiennes et ségrégation : le cas des adolescents de Zones Urbaines Sensibles franciliennes », Espace, populations, sociétés, No. 2, 215-226.

Percheron A., 1993, La socialisation politique, Paris, Armand Colin.

Pérouse J.-F., 2004, « La Turquie est-elle intégrable ? Quelques réflexions sur des frontières de part et d’autre imaginées », Outre-Terre, vol. 2, No. 7, 355-374.

R.H. Herrmann, T. Risse et M.B. Brewer (dir.), 2004, Transnational Identities, Becoming European in the EU, New York, Rowman & Littlefield.

Ragaru N., 2003, « La Bulgarie et la Roumanie aux portes de l’Union européenne : un si long espoir », Pouvoirs, vol. 106, No. 3, 99-113.

Retaillé D., 1998, Le Monde du géographe, Paris, Presses de Sciences Po.

Rey V., Coudroy de Lille L., Boulineau E., 2005, L’élargissement de l’Union Européenne. Réformes territoriales en Europe centrale et orientale, Paris, L’Harmattan.

Reynié D., 2010, L’opinion européenne en 2010, Paris, Presses de Sciences-Po et Fondation Robert Schuman.

Roudet B., 2005, « Introduction. Les sociétés européennes au miroir des jeunes », in Galland O. et Roudet B. (eds) Les jeunes Européens et leurs valeurs, Paris, La Découverte.

Saarinen T., 1988, « Centring of mental maps of the Word », National Geographic Research, Discussion paper, series 87-7, No. 4, 112-127.

Schöpflin G., Wood N. (dir.), 1989, In Search of Central Europe, Cambridge, Polity Press.

Todd E., 1990, L’Invention de l’Europe, Paris, Le Seuil.

Vandermotten C., Dézert B., 2008, L’identité de l’Europe : Histoire et Géographie d’une quête d’unité, Paris, Armand Colin.

Wallerstein I., 2005, World Systems Analysis. An Introduction, Durham, Duke University Press.

Weill P.-E., 2010, « Plutôt l’UEFA que l’UE ! ». (Dés-)enchantement de l’identification à l’Europe des jeunes des milieux populaires issus de l’immigration « , Politique Européenne, vol. 30, No. 1, 107-130

Withol de Wenden C., 1997, La citoyenneté européenne, Paris, Presses de Sciences Po.

Yerasimos S., 2005, »L’Europe vue de la Turquie « , Hérodote, vol. 118, 68-81.

Yilmaz H., 2003, » Comment les Turcs perçoivent l’Europe et l’Union européenne ", La pensée de midi, vol. 2, No. 10, 66-79.

Zizek S., 2007, Que veut l’Europe ? Réflexions sur une nécessaire réappropriation, Paris, Flammarion.

Haut de page

Annexe

 

Annexe 1 : Vocabulaire spécifique des étudiants belges

Mots ou segments caractéristiques

Pourcentage interne

Pourcentage global

Fréquence interne

Fréquence globale

Valeur-Test

Probabilité

mutual

0.53

0.05

9

19

99.990

0.000

mainland

2.64

0.13

45

47

16.006

0.000

euro

6.52

1.66

111

611

12.401

0.000

brussels

2.17

0.17

37

63

11.945

0.000

union

9.05

3.15

154

1160

11.792

0.000

exchange

1.18

0.11

20

40

8.212

0.000

economy

3.76

1.38

64

507

7.152

0.000

european

4.23

1.84

72

677

6.444

0.000

commission

0.53

0.03

9

12

6.267

0.000

parliament

0.76

0.10

13

37

5.714

0.000

community

1.35

0.34

23

125

5.553

0.000

help

0.53

0.06

9

21

5.167

0.000

west

1.18

0.30

20

109

5.155

0.000

diversity

2.06

0.78

35

287

5.074

0.000

van rompuy

0.29

0.01

5

5

5.059

0.000

collaboration

0.41

0.03

7

12

4.998

0.000

borders

0.71

0.13

12

46

4.788

0.000

unity

1.47

0.49

25

182

4.718

0.000

solidarity

0.71

0.16

12

58

4.234

0.000

multicultural

0.88

0.24

15

89

4.196

0.000

power

2.41

1.18

41

434

4.185

0.000

group

0.41

0.07

7

24

3.783

0.000

politics

1.18

0.45

20

165

3.766

0.000

movement

0.35

0.05

6

18

3.691

0.000

treaty

0.29

0.04

5

13

3.542

0.000

peace

1.35

0.60

23

220

3.488

0.000

erasmus

0.24

0.02

4

8

3.455

0.000

strasbourg

0.29

0.04

5

14

3.434

0.000

international

0.29

0.04

5

15

3.333

0.000

compromise

0.24

0.02

4

9

3.304

0.000

common

0.53

0.15

9

55

3.126

0.001

westernization

0.24

0.03

4

11

3.046

0.001

future

0.65

0.23

11

86

2.872

0.002

free

0.71

0.28

12

103

2.759

0.003

split

0.18

0.02

3

7

2.747

0.003

open-minded

0.18

0.02

3

7

2.747

0.003

liberalism

0.53

0.18

9

67

2.685

0.004

association

0.24

0.04

4

15

2.641

0.004

leagues

0.29

0.07

5

24

2.628

0.004

supranationality

0.18

0.02

3

8

2.601

0.005

opening

0.24

0.04

4

16

2.555

0.005

Lecture : La fréquence du mot euro dans l’ensemble des mots employés pour décrire l’Europe est de 3.15 % (1 160 occurrences). Elle est de 9.05 % pour les étudiants belges avec une valeur test associée élevée (11.92). Le mot euro apparaît ainsi spécifique de la population des étudiants belges.

Annexe 2 : Vocabulaire spécifique des étudiants brésiliens

Mots ou segments caractéristiques

Pourcentage interne

Pourcentage global

Fréquence interne

Fréquence globale

Valeur-Test

Probabilité

wealth

3.02

0.81

112

297

12.657

0.000

development

5.52

2.45

205

901

11.192

0.000

first

0.92

0.11

34

42

10.676

0.000

history

3.58

1.33

133

491

10.667

0.000

cold

1.70

0.41

63

151

10.089

0.000

old

2.85

1.02

106

375

9.863

0.000

culture

5.44

2.89

202

1063

8.837

0.000

quality

1.29

0.31

48

114

8.832

0.000

xenophobia

1.19

0.28

44

104

8.473

0.000

antiquity

0.57

0.08

21

28

7.990

0.000

tradition

1.32

0.39

49

145

7.674

0.000

richness

1.13

0.34

42

124

7.103

0.000

world

2.21

1.01

82

370

6.772

0.000

war

1.19

0.40

44

147

6.600

0.000

prejudice

0.40

0.07

15

24

6.080

0.000

seniority

0.43

0.08

16

28

5.986

0.000

tourism

1.29

0.51

48

188

5.980

0.000

exploration

0.27

0.03

10

12

5.702

0.000

life

1.19

0.47

44

173

5.697

0.000

knowledge

0.70

0.22

26

81

5.321

0.000

museums

0.27

0.04

10

15

5.067

0.000

organisation

0.46

0.12

17

43

4.953

0.000

origins

0.30

0.05

11

20

4.806

0.000

glamour

0.19

0.02

7

8

4.805

0.000

travel

0.81

0.32

30

116

4.749

0.000

money

1.05

0.48

39

175

4.646

0.000

art

1.08

0.49

40

182

4.631

0.000

opportunity

0.46

0.13

17

49

4.519

0.000

decay

0.22

0.03

8

12

4.485

0.000

domain

0.13

0.01

5

5

4.255

0.000

nazism

0.24

0.05

9

17

4.218

0.000

education

1.56

0.89

58

327

4.159

0.000

conflict

0.40

0.12

15

45

4.103

0.000

luxury

0.43

0.15

16

56

3.742

0.000

concentration

0.16

0.03

6

10

3.608

0.000

conservative

0.30

0.09

11

33

3.473

0.000

arrogant

0.40

0.15

15

55

3.466

0.000

intolerance

0.16

0.03

6

11

3.422

0.000

eurocentrism

0.13

0.02

5

8

3.320

0.000

party

0.11

0.01

4

5

3.304

0.000

birth

0.16

0.03

6

12

3.254

0.001

monarchy

0.16

0.03

6

12

3.254

0.001

wine

0.30

0.10

11

36

3.239

0.001

women

0.16

0.04

6

13

3.101

0.001

block

0.13

0.03

5

10

2.928

0.002

euro

2.24

1.66

83

611

2.715

0.003

vacation

0.16

0.04

6

16

2.702

0.003

policy

0.24

0.09

9

32

2.696

0.004

welfare

0.57

0.30

21

112

2.663

0.004

ethnocentrism

0.11

0.02

4

8

2.563

0.005

cinema

0.11

0.02

4

8

2.563

0.005

technology

1.29

0.89

48

327

2.548

0.005

Annexe 3 : Vocabulaire spécifique des étudiants camerounais

Mots ou segments caractéristiques

Pourcentage interne

Pourcentage global

Fréquence interne

Fréquence globale

Valeur-Test

Probabilité

industrialized

5.60

1.23

274

451

23.689

0.000

exploitation

2.62

0.46

128

169

18.467

0.000

colonialism

3.05

0.71

149

261

16.674

0.000

racism

3.72

1.01

182

373

16.578

0.000

pollution

1.41

0.22

69

82

14.428

0.000

countries

2.90

1.03

142

379

11.844

0.000

north

0.88

0.14

43

52

11.204

0.000

occident

1.25

0.27

61

98

11.198

0.000

domination

1.17

0.26

57

94

10.637

0.000

eldorado

0.65

0.09

32

34

10.520

0.000

neo-colonialism

0.51

0.07

25

27

9.140

0.000

egoism

0.80

0.18

39

66

8.613

0.000

capitalism

1.49

0.54

73

200

8.235

0.000

continent

2.29

1.05

112

387

8.057

0.000

high

2.13

0.95

104

349

8.026

0.000

slavery

0.43

0.07

21

25

7.813

0.000

rich

2.99

1.61

146

594

7.417

0.000

paradise

0.43

0.08

21

29

7.116

0.000

african

0.31

0.04

15

16

7.037

0.000

master

0.31

0.05

15

17

6.751

0.000

wicked

0.25

0.03

12

12

6.543

0.000

africa

0.31

0.05

15

19

6.289

0.000

white

0.72

0.24

35

89

6.031

0.000

thieves

0.35

0.07

17

26

5.973

0.000

urbanization

0.39

0.09

19

32

5.950

0.000

democracy

2.19

1.23

107

453

5.936

0.000

hope

0.37

0.08

18

31

5.699

0.000

developed

3.99

2.70

195

994

5.597

0.000

technology

1.62

0.89

79

327

5.264

0.000

exploited

0.16

0.02

8

8

5.205

0.000

base

0.16

0.02

8

9

4.806

0.000

looting

0.16

0.02

8

9

4.806

0.000

mondial

0.16

0.02

8

9

4.806

0.000

country

0.82

0.38

40

140

4.671

0.000

land

0.31

0.09

15

32

4.452

0.000

imperialism

0.96

0.50

47

183

4.412

0.000

goodwill

0.14

0.02

7

8

4.410

0.000

swindler

0.14

0.02

7

8

4.410

0.000

frozen

0.12

0.02

6

6

4.396

0.000

hard

0.18

0.04

9

14

4.194

0.000

populated

0.29

0.09

14

32

4.068

0.000

schools

0.16

0.03

8

12

4.020

0.000

hypocrisy

0.29

0.09

14

33

3.969

0.000

whites

0.18

0.04

9

16

3.843

0.000

dictatorship

0.22

0.06

11

23

3.825

0.000

well-being

0.18

0.05

9

18

3.539

0.000

immigration

0.35

0.14

17

51

3.538

0.000

ingratitude

0.10

0.02

5

6

3.513

0.000

skyscrapers

0.10

0.02

5

6

3.513

0.000

struggle

0.10

0.02

5

6

3.513

0.000

advanced

0.84

0.48

41

177

3.496

0.000

employment

0.20

0.06

10

22

3.493

0.000

rate

0.14

0.03

7

12

3.420

0.000

research

0.16

0.04

8

16

3.314

0.000

success

0.27

0.10

13

36

3.312

0.000

low

0.20

0.07

10

24

3.257

0.001

mechanised

0.10

0.02

5

7

3.199

0.001

governance

0.12

0.03

6

10

3.189

0.001

richness

0.61

0.34

30

124

3.188

0.001

suffer

0.08

0.01

4

5

2.990

0.001

gays

0.08

0.01

4

5

2.990

0.001

neo

0.08

0.01

4

5

2.990

0.001

prostitution

0.08

0.01

4

5

2.990

0.001

inhuman

0.08

0.01

4

5

2.990

0.001

dream

0.22

0.08

11

31

2.971

0.001

discrimination

0.25

0.10

12

36

2.928

0.002

great

0.39

0.19

19

71

2.899

0.002

xenophobia

0.51

0.28

25

104

2.864

0.002

opportunist

0.12

0.03

6

12

2.810

0.002

work

0.41

0.21

20

79

2.753

0.003

world

1.39

1.01

68

370

2.708

0.003

opportunities

0.22

0.09

11

34

2.704

0.003

satisfaction

0.08

0.02

4

6

2.675

0.004

literacy

0.08

0.02

4

6

2.675

0.004

race

0.16

0.06

8

21

2.658

0.004

Annexe 4 : Vocabulaire spécifique des étudiants chinois

Mots ou segments caractéristiques

Pourcentage interne

Pourcentage global

Fréquence interne

Fréquence globale

Valeur-Test

Probabilité

romantic

4.59

0.58

204

215

27.971

0.000

developed

7.97

2.70

354

994

19.506

0.000

rich

5.49

1.61

244

594

17.996

0.000

elegant

1.53

0.22

68

82

14.628

0.000

classical

1.51

0.24

67

87

13.883

0.000

advanced

2.18

0.48

97

177

13.664

0.000

flourishing

0.97

0.12

43

44

12.960

0.000

open

1.44

0.27

64

100

12.157

0.000

environment

1.01

0.14

45

53

12.023

0.000

beauty

3.81

1.49

169

548

11.698

0.000

small

1.51

0.33

67

122

11.334

0.000

mysterious

0.74

0.09

33

34

11.238

0.000

leisure

0.97

0.16

43

59

10.716

0.000

graceful

0.61

0.07

27

27

10.382

0.000

civilization

2.90

1.29

129

476

8.894

0.000

climate

0.79

0.17

35

64

8.109

0.000

quiet

0.45

0.07

20

25

7.627

0.000

pretty

0.34

0.04

15

15

7.586

0.000

scenery

0.56

0.11

25

41

7.289

0.000

noble

0.29

0.04

13

13

7.016

0.000

many

0.59

0.13

26

47

7.006

0.000

environmental

0.38

0.06

17

23

6.683

0.000

welfare

0.92

0.30

41

112

6.603

0.000

ancient

0.65

0.17

29

63

6.568

0.000

good

1.28

0.52

57

191

6.488

0.000

comfort

0.77

0.23

34

85

6.435

0.000

fine

0.29

0.04

13

15

6.370

0.000

surroundings

0.27

0.04

12

13

6.348

0.000

long

0.34

0.05

15

20

6.308

0.000

clean

0.97

0.36

43

132

6.110

0.000

excellent

0.36

0.07

16

24

6.091

0.000

population

0.61

0.17

27

64

5.945

0.000

harmony

0.34

0.07

15

26

5.394

0.000

gentle

0.18

0.02

8

8

5.346

0.000

faddish

0.18

0.02

8

8

5.346

0.000

mild

0.18

0.02

8

8

5.346

0.000

gentleman

0.20

0.03

9

10

5.333

0.000

passion

0.23

0.04

10

13

5.148

0.000

abundant

0.16

0.02

7

7

4.949

0.000

moist

0.16

0.02

7

7

4.949

0.000

high-quality

0.16

0.02

7

7

4.949

0.000

orderly

0.16

0.02

7

7

4.949

0.000

fashion

1.17

0.60

52

220

4.695

0.000

prosperity

0.99

0.48

44

177

4.607

0.000

heavy

0.16

0.02

7

8

4.551

0.000

preciseness

0.14

0.02

6

6

4.520

0.000

fresh

0.14

0.02

6

6

4.520

0.000

amorous

0.14

0.02

6

6

4.520

0.000

amounts

0.14

0.02

6

6

4.520

0.000

revival

0.14

0.02

6

6

4.520

0.000

atmosphere

0.18

0.03

8

11

4.405

0.000

protectionism

0.34

0.10

15

36

4.325

0.000

cozy

0.14

0.02

6

7

4.115

0.000

air

0.11

0.01

5

5

4.050

0.000

standing

0.11

0.01

5

5

4.050

0.000

rhythm

0.11

0.01

5

5

4.050

0.000

mess

0.11

0.01

5

5

4.050

0.000

exquisite

0.11

0.01

5

5

4.050

0.000

polynary

0.11

0.01

5

5

4.050

0.000

easy

0.29

0.08

13

31

4.026

0.000

feelings

0.16

0.03

7

10

3.997

0.000

convenient

0.16

0.03

7

10

3.997

0.000

ocean

0.18

0.04

8

13

3.991

0.000

strong

0.41

0.15

18

55

3.896

0.000

moderate

0.23

0.06

10

21

3.827

0.000

sea

0.27

0.08

12

29

3.817

0.000

temperate

0.18

0.04

8

14

3.813

0.000

sunshine

0.11

0.02

5

6

3.636

0.000

charming

0.16

0.04

7

13

3.407

0.000

number

0.11

0.02

5

7

3.329

0.000

strange

0.11

0.02

5

7

3.329

0.000

art

0.86

0.49

38

182

3.289

0.001

density

0.16

0.04

7

14

3.244

0.001

crowded

0.14

0.03

6

11

3.145

0.001

large

0.25

0.09

11

32

3.123

0.001

gap

0.09

0.01

4

5

3.103

0.001

simple

0.09

0.01

4

5

3.103

0.001

disintegrated

0.09

0.01

4

5

3.103

0.001

answer

0.09

0.01

4

5

3.103

0.001

island

0.09

0.01

4

5

3.103

0.001

livable

0.11

0.02

5

8

3.077

0.001

china

0.11

0.02

5

8

3.077

0.001

busy

0.11

0.02

5

8

3.077

0.001

religion

0.41

0.19

18

69

3.058

0.001

complexity

0.20

0.07

9

26

2.813

0.002

warm

0.14

0.04

6

13

2.809

0.002

flat

0.09

0.02

4

6

2.794

0.003

polarization

0.09

0.02

4

6

2.794

0.003

expression

0.11

0.03

5

10

2.668

0.004

invaders

0.11

0.03

5

10

2.668

0.004

poor

0.16

0.05

7

19

2.576

0.005

sentiment

0.09

0.02

4

7

2.544

0.005

Annexe 5 : Vocabulaire spécifique des étudiants français

Mots ou segments caractéristiques

Pourcentage interne

Pourcentage global

Fréquence interne

Fréquence globale

Valeur-Test

Probabilité

exchanges

1.31

0.09

31

34

12.118

0.000

union

7.42

3.15

175

1160

10.573

0.000

trade

1.27

0.17

30

62

9.030

0.000

space

0.81

0.08

19

28

8.249

0.000

euro

3.90

1.66

92

611

7.550

0.000

common

0.97

0.15

23

55

7.369

0.000

power

2.97

1.18

70

434

7.026

0.000

free

1.27

0.28

30

103

7.013

0.000

continent

2.67

1.05

63

387

6.714

0.000

Schengen

0.81

0.13

19

46

6.636

0.000

currency

0.81

0.13

19

46

6.636

0.000

inequality

0.76

0.11

18

42

6.564

0.000

diversity

2.16

0.78

51

287

6.522

0.000

community

1.31

0.34

31

125

6.470

0.000

borders

0.76

0.13

18

46

6.287

0.000

identity

0.55

0.06

13

23

6.264

0.000

sharing

0.47

0.04

11

16

6.226

0.000

politics

1.44

0.45

34

165

5.965

0.000

economy

2.97

1.38

70

507

5.952

0.000

difficulties

0.34

0.03

8

11

5.370

0.000

opening

0.38

0.04

9

16

5.140

0.000

circulation

0.42

0.06

10

23

4.857

0.000

mobility