Navigation – Plan du site
2013
631

La géographie de la croissance d’emploi en France à l’aune de processus Nord-Américains : vers une théorisation du contexte

Richard Shearmur, Laurent Terral et Mario Polèse

Résumés

Même si, au niveau national, l’augmentation du PIB est un objectif de développement important, pour les communautés locales c’est souvent la capacité à générer et/ou à maintenir l’emploi qui en assure la pérennité. Un courant important de la littérature se penche sur les particularités locales et sur le lien entre territoire et développement local – notamment la création d’emploi. Un autre courant cherche à comprendre les dynamiques générales qui régissent la répartition géographique de la création d’emploi. Cet article se place dans ce deuxième courant. Partant d’une approche développée dans un contexte canadien, deux questions sont posées :
1) dans quelle mesure une approche conçue pour comprendre la géographie de la croissance d’emploi au Canada est elle pertinente pour la France ?
2) quels sont les facteurs qui régissent la géographie du développement en France entre 1982 et 2006 ?
Nous montrons que, bien que l’approche d’outre atlantique permette de saisir les dimensions géographiques du développement en France, les logiques géographiques françaises sont différentes. Ce paradoxe apparent met en exergue l’importance de développer des approches théoriques méso, qui se situeraient entre les approches par le territoire et les approches universalistes de l’économie géographique, et qui permettraient d’appréhender les effets de contexte.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Il existe plusieurs manières d’appréhender le lien entre la géographie et le développement local, et ces approches ont des conséquences pratiques (en termes de politiques publiques) et théoriques (comment concevoir la géographie du développement ?). Certains avancent qu’il existe des facteurs généralisables – comme, par exemple, la présence de personnes « créatives » (Florida, 2004), de diversité (Jacobs, 1969), de concentrations sectorielles (Porter, 2003), d’accessibilité (Apparicio et al., 2007), de structure industrielle (Combes, 2000) – qui entraînent le développement. Si tel est le cas, il s’agit pour les collectivités locales de s’approprier ou de promouvoir autant que possible ces facteurs. D’autres avancent, au contraire, que ce sont les dynamiques locales – la gouvernance, les acteurs locaux, les réseaux locaux et leurs liens avec les réseaux externes (Cooke et al., 2004 ; Angeaon, 2008 ; Itcainia et al., 2007 ; Pecqueur, 2009) – qui font les fondements du développement. Si tel est le cas, chaque communauté et/ou territoire doit travailler à construire ses propres capacités internes de développement.

  • 1 Selon la décennie, et pour 380 unités spatiales, tant rurales qu’urbaines, couvrant l’ensemble du t (...)

2Dans deux articles récents, Shearmur et Polèse (2007) et Apparicio et al. (2007), en s’inspirant de la première approche, ont présenté un modèle de développement régional qui parvient à décrire de manière convenable1 la croissance locale d’emploi sur le moyen terme au Canada. Sur une période de 30 ans (1971 à 2001, par décennie), ce modèle, qui postule que la croissance se déclinerait selon des dimensions régionales, selon la proximité aux métropoles, selon la proximité aux marchés, selon la structure industrielle, et selon certaines caractéristiques endogènes (la taille, les coûts, la formation de la main d’œuvre), parvient à capter entre 35 et 44 % de la variance totale de la croissance d’emploi (Apparicio et al., 2007).

3Dans cet article nous tenterons de voir – à l’instar de Bretagnolle et Pumain (2010) qui ont récemment effectué un exercice similaire concernant la modélisation sur le long terme de systèmes de villes en Europe et aux USA – dans quelle mesure ce modèle parvient à décrire la géographie de la croissance d’emploi de territoires fonctionnels français. La question strictement empirique – dans quelle mesure la croissance de l’emploi en France varie-t-elle selon les dimensions susmentionnées ? – ouvre en définitive un débat plus large. Est-ce qu’un raisonnement emprunté à l’approche économique (et qui implique donc l’existence de certaines « lois » généralisables) mais vérifié sur des données tirées d’un contexte particulier (le Canada) peut nous apprendre quelque chose sur une réalité autre ? En particulier, la politique d’aménagement du territoire – soutenue en France (Hulbert, 2011) alors qu’elle tend à disparaître au Canada (Rowlands, 1994) – modifie-t-elle de manière importante les facteurs qui régissent la géographie de la croissance ?

4Dans la section suivante nous passerons rapidement en revue les deux principales approches du développement local – en les contrastant succinctement sans prétendre à l’exhaustivité. La troisième section décrira de manière plus détaillée les éléments du modèle. La quatrième section expliquera comment le modèle – tout en respectant la structure générale du modèle canadien – a été modifié pour tenir compte des réalités françaises. La description des données et de l’approche méthodologique précèdera la présentation des résultats empiriques. En conclusion, nous ouvrirons la discussion sur les apports (et les limites) de ce genre d’étude aux connaissances qu’on a déjà des facteurs de développement local généralisables.

L’étude du développement local et régional

  • 2 Évidemment, une telle dichotomisation pourra paraître simpliste, mais comme nous allons le voir ell (...)

5Il existe une multitude de manières différentes d’appréhender la géographie et le développement : il est possible de s’intéresser aux entreprises, aux gouvernements, à la migration et ainsi de suite. Mais quand on prend comme point de départ l’espace géographique et les régions, et qu’on cherche à comprendre pourquoi le développement a lieu à un endroit plutôt qu’à un autre, deux grandes approches s’offrent à nous2.

6La première se construit à partir du territoire. Celle-ci consiste à étudier en détail les dynamiques propres à une communauté donnée – communauté qui construirait d’ailleurs, par ses actions, ses imaginaires partagés et son rapport au paysage, le territoire (Anderson, 2006 ; Pecqueur, 2009). En étudiant les dynamiques culturelles, les traditions économiques, le jeu des acteurs, et les divers réseaux dont ils font partie, et en comparant ainsi plusieurs territoires, il est possible de comprendre les différences de développement d’une localité à une autre (Angeon, 2008 ; Chiasson et al., 2008 ; Itcaina, 2007 ; Masicotte, 2008). Les reproches adressés à cette approche sont bien connus, et renvoient aux tensions entre positivisme et subjectivisme (Santiago, 2006) : trop centrée sur un territoire particulier, elle ne permet pas de généraliser parce qu’elle procède au cas par cas (Markusen, 1999). Or, même si ce reproche est valable pour certaines études, l’approche par le territoire offre d’autres perspectives intéressantes. En effet, le territoire est souvent situé par rapport au contexte national, voire mondial, et ce sont justement ses dynamiques internes, et notamment la manière dont les acteurs locaux interagissent avec les réseaux et acteurs à d’autres échelles, qui permettraient d’en expliquer le développement (Fontan et al., 2005 ; Proulx, 2008). En effet, le concept même de territoire en tant qu’entité relativement autonome est de plus en plus remis en question, notamment par les chercheurs qui se penchent sur les questions de proximité (Carrincazeaux et Coris, 2011 ; Torre et Rallet, 2005 ; Boschma, 2005). Ces derniers mettent en évidence que les interactions sociales censées être au cœur du concept de territoire sont souvent a-spatiales ou temporaires. Cependant, les institutions, les ressources et l’ancrage territorial de certains acteurs clés font en sorte que, nonobstant les contours de plus en plus flous du territoire – et l’importance grandissante de l’accessibilité d’un territoire aux ressources qui lui sont externes (Shearmur, 2012) – la spécificité des lieux demeure, selon Pecqueur (2009), un élément déterminant de la géographie du développement.

7La seconde approche a des affinités avec les études de localisation produites dans les années 1960/1970 (Dicken et Lloyd, 1990 ; Pumain, 1982) et avec la nouvelle économie géographique (Fujita et Krugman, 2004 ; Martin et Sunley, 1996). Par cette approche, on cherche à identifier et comprendre de manière assez abstraite les facteurs qui régissent la répartition spatiale des activités économiques et donc, par extension, le développement de certaines régions. Cette approche, que nous appellerons l’économie géographique, même si elle part d’abstractions comme le coût des distances à franchir et les économies d’agglomération, se penche aussi, par le biais du développement endogène (Martin et Sunley, 1998), sur les facteurs locaux qui pourraient, de façon générique, promouvoir le développement de localités. Visant à identifier des facteurs généralisables, cette approche fait l’objet de critiques parce qu’elle fait abstraction des particularités locales et qu’elle tend à mettre de côté tous les éléments non-mesurables qui produisent, justement, la différence entre les territoires (Rowe, 2012).

8Sur le plan empirique l’approche par le territoire s’est développée principalement par le biais d’études de cas et de monographies locales et régionales. Elle a par ailleurs beaucoup influencé la recherche récente sur les milieux innovateurs (Maillat et al., 1993), les clusters (Porter, 2003) et autres systèmes d’innovation régionaux (Cooke et al., 2004). L’économie géographique a, pour sa part, privilégié les approches quantitatives cherchant à identifier la pertinence des différents facteurs de développement identifiés par la théorie (ex. Partridge, 2005 ; Shearmur et Polèse, 2007 ; Cheshire, 2009).

9Ces deux approches, même si elles se penchent sur les mêmes questions et parviennent (parfois) à mettre en évidence des dynamiques semblables, partent de positions ontologiques différentes. L’approche par le territoire repose sur l’idée que le développement est tributaire du contexte et des acteurs locaux : la définition même du développement diffère selon la communauté et le territoire, et il serait donc illusoire – dans le contexte de ce type d’approche – de faire de grandes généralisations (Rowe, 2012). Les critiques à son égard comme celles véhiculées par Markusen (1999) reflèteraient alors autant la position ontologique du chercheur que les problèmes inhérents à l’approche critiquée.

  • 3 Évidemment, le postulat de l’absence de lois universelles a lui-même un caractère universaliste.

10Cela dit, l’approche par le territoire permet tout de même certains types de généralisation : si on reconnaît l’importance de l’emploi, par exemple, comme objectif de développement, alors l’approche par le territoire prend pour acquis que la manière dont celui-ci sera maintenu et généré localement reposera, dans chaque localité, sur des dynamiques sociales, culturelles, économiques et communautaires différentes. Ceci est déjà une prémisse d’ordre général. On identifie souvent des « best practices » – des bonnes pratiques qui, dans certaines circonstances, pourront inspirer d’autres localités – ainsi que des éléments contextuels qui se ressemblent entre régions (Blair et Carroll, 2008). Sur le plan théorique, et malgré ces généralisations, cette approche reste idiographique : elle observe des cas singuliers, et même si certaines leçons plus générales peuvent en être tirées, elle part du principe qu’il n’y a pas de lois générales régissant les processus de développement locaux3.

11L’économie géographique, quant à elle, tend à considérer les régions comme des éléments interchangeables qui possèdent des attributs. Ces attributs peuvent interagir de façon dynamique – permettant ainsi des processus cumulatifs – mais l’on suppose qu’il suffit de placer un attribut (ou certaines combinaisons d’attributs) dans une région pour que cette dernière se développe comme d’autres régions qui possèdent cet attribut. Évidemment, il est souvent impossible de déplacer les attributs d’une région vers une autre : mais cette impossibilité matérielle – reconnue bien évidemment par les chercheurs – n’empêche pas un raisonnement marginal : si, par exemple, on met en évidence que le facteur X est associé à la croissance d’emploi Y dans un ensemble de régions, on suppose souvent que pour une région donnée, le fait de passer de x à x+ɛ fera passer la croissance de y à y+λ. Sur le plan théorique, cette approche est nomothétique : soit on s’inspire de lois économiques générales et on procède de manière déductive (ce que font les économistes), soit on s’attend à identifier des lois générales à partir d’études quantitatives inductives (mais inspirées de la théorie économique – approche plus commune en géographie) : que la recherche soit déductive ou inductive, l’existence de règles générales est supposée.

  • 4 Ces clivages ne sont pas hermétiques : l’économie institutionnelle, par exemple, se penche sur le c (...)

12Ces deux approches, qui se complètent plus qu’elles ne s’opposent dans la pratique, et qui correspondent aussi à des clivages disciplinaires – les sciences économiques étant par nature à la recherche de lois universelles4 tandis que la géographie comme discipline (la géographie quantitative faisant un peu exception) existe parce que les processus diffèrent dans l’espace – se rejoignent dans une certaine mesure comme nous l’avons évoqué ci-dessus. En effet, tandis que l’approche par le territoire tente tout de même de tirer des leçons et des « best practices » (Blair et Carroll, 2008), certaines études quantitatives reconnaissent qu’il n’existe sans doute pas de lois universelles et que les facteurs de développement, même s’ils font preuve de régularités, sont changeants dans le temps et dans l’espace (Massey, 1995 ; Fotheringham et al., 2000 ; Shearmur et al., 2007).

13En somme, il existe un espace de réflexion à contours flous entre le nomothétique et l’idiographique, un espace dans lequel on ne rejette pas l’idée de généraliser mais dans lequel on reconnait que ces « généralisations » sont conditionnelles et dépendantes de l’échelle et du contexte. Cet espace a récemment été mis en exergue par Rowe (2012), qui décrit la tension entre la généralisation impossible et le particularisme stérile, puis propose, en s’appuyant sur des concepts de Deleuze, une approche du développement qui vise à comprendre les différences (et non les similarités) pour en tirer des leçons et identifier des solutions locales innovantes.

  • 5 Denise Pumain s’est penchée sur l’utilité et les limites du transfert de théories des sciences phys (...)

14Les chercheurs qui adoptent l’approche par le territoire travaillent implicitement dans cet espace – sinon il ne serait pas possible de transférer des connaissances d’un territoire à un autre. En revanche, l’idée que les théories et modèles en économie – et notamment en économie géographique – n’ont pas la même valeur universelle que ceux en sciences physiques n’est pas implicite aux recherches dans la tradition des sciences économiques (McCloskey, 1998 ; Mirowski, 1989 ; Pumain, 1998)5. L’idée que certaines théories et manières de modéliser le développement territorial ne seraient pas applicables dans tous les contextes, une évidence pour les chercheurs qui privilégient le territoire, est difficile à intégrer dans une tradition quantitative proche des sciences économiques. Pourtant, en reconnaissant qu’il y a des interactions entre variables, qu’il existe des effets fixes locaux, ou que des modèles sont conditionnés par des facteurs externes – choses courantes en économétrie – on s’approche aussi de cet espace où il n’y a plus un seul processus universel mais plusieurs.

15Cette idée est à l’origine de la recherche et de la réflexion que nous menons dans la suite de ce travail. En transposant un modèle empirique développé dans un contexte particulier – le Canada – vers un autre – la France –, parvient-on à des niveaux d’explication semblables des variations locales de l’emploi ? Cette question structure notre développement. Naturellement, le modèle nécessite une adaptation au contexte géographique français et européen ainsi qu’aux données disponibles, mais dans ses grandes dimensions il demeure identique. Tout l’intérêt de cet exercice – outre celui des résultats empiriques portant sur les facteurs de croissance de l’emploi en France – est bien de savoir si les résultats confirment plutôt la similitude des processus spatiaux entre le Canada et la France – autrement dit les mêmes facteurs produisent-ils des effets similaires dans la structuration du paysage économique ? –, ou bien si, au contraire, les différences sont telles qu’elles invalident ce type de transposition.

Un modèle de développement régional

  • 6 Il y existe seulement 8 agglomérations indépendantes de plus de 500 000 habitants (celles autour de (...)

16Le Canada est un grand pays peu peuplé et dont la géographie économique est fortement tributaire de son passé colonial, de l’exploitation des ressources, et de sa proximité au grand marché que sont les États-Unis (Howlett et Brownsey, 2008 ; Pomfret, 1981). Les villes et agglomérations y sont éloignées les unes des autres – hormis à Toronto où l’on commence à observer une réelle interpénétration entre aires urbaines (Bourne et al., 2011) – et la majeure partie de son territoire est une vaste périphérie – à des centaines, voire des milliers de kilomètres de zones urbaines6. Les politiques de développement régional y ont été peu soutenues, surtout depuis les années 1980, insistant sur la promotion de dynamiques locales au détriment d’efforts visant à aménager le territoire (Rowlands, 1994). C’est dans ce contexte particulier qu’un certain nombre de chercheurs canadiens ont développé des approches quantitatives du développement régional, qui intègrent de manière explicite ces dimensions géographiques et qui partent de l’hypothèse que la localisation des acteurs économique reflètera – lorsque les décisions sont agrégées pour en faire une analyse statistique – une logique de maximisation de leur utilité ou de minimisation des coûts (Coffey et Polèse, 1988 ; Slack et al., 2003 ; Ali et al., 2011 ; Shearmur et Polèse, 2007). Très souvent, la localisation des régions par rapport à une métropole joue un rôle important dans leur raisonnement au même titre que leur accessibilité à d’autres régions (notamment aux régions dynamiques des USA) ou bien leur capacité à générer des économies d’agglomération internes (leur taille), renvoyant ainsi aux notions d’accessibilité qui découlent des recherches sur la proximité (Shearmur, 2012).

17Cette intégration explicite de la géographie dans les modèles économétriques n’est pas la façon la plus courante de tenir compte des effets spatiaux : le plus souvent, la recherche sur le développement régional – dans la mesure où elle repose sur des approches quantitatives – privilégie des thèmes qui relèvent du développement endogène (la recherche de facteurs locaux expliquant la croissance, ex. Rodriguez-Pose et Crenscenzi, 2008) ou de la convergence (ex : D’Allerba et Le Gallo, 2008 ; Duranton et Monastiriotis, 2002), deux approches pour lesquelles la géographie est une source de biais possibles et que l’utilisation de méthodes économétriques cherche à corriger. On s’intéresse souvent à l’influence que les régions environnantes pourraient avoir sur chaque région observée (les techniques de régression spatiales sont utilisées), mais il est relativement rare qu’on entreprenne une classification détaillée préalable des régions selon leurs caractéristiques et leur localisation géographique.

  • 7 Ils rappellent que le peuplement (occidental) de l’ouest Canadien n’a débuté que vers la fin du 19è (...)

18Shearmur et Polèse (2007), en s’appuyant sur les recherches canadiennes qui font ressortir de manière explicite les régularités géographiques du développement local dans leur pays, avancent que pour comprendre le développement régional il est important de tenir compte de ce qu’ils appellent « les effets géo-structurels ». Il y a certes des phénomènes endogènes – le développement des régions est en partie tributaire de facteurs locaux (comme la présence de capital humain, la structure industrielle, la présence de dynamiques d’agglomération) – mais ceux-ci se déploient dans un contexte géo-structurel plus large, qui peut lui même être déterminant. Au Canada, l’ouverture d’un grand marché nord-américain (ALENA), les changements dans la logique d’exploitation des ressources, la métropolisation (propulsée par la montée en puissance de la mondialisation et de l’économie basée sur le savoir) et l’histoire même du peuplement Est-Ouest du pays7 constituent des facteurs explicatifs puissants à une échelle intermédiaire : ce ne sont pas nécessairement des changements d’ordre global, mais des évolutions à l’échelle intermédiaire du pays ou de certaines régions qui ont un effet additionnel, en plus des facteurs locaux. Selon les périodes ils peuvent étouffer ou compléter les dynamiques endogènes.

19Bien évidemment, une approche par l’économétrie spatiale observerait l’existence de dépendances spatiales (en matière de développement) entre les régions canadiennes. Mais il ne suffit pas, pour comprendre les dynamiques géographiques du développement, de constater qu’il existe des dépendances spatiales : dans leurs explications, Shearmur et Polèse (2007) montrent que – du moins au Canada – ces structures spatialisées relèvent de logiques particulières qui opèrent à une échelle dépassant celle des régions. Ce n’est pas la simple interdépendance entre régions rapprochées qui expliquerait les structures spatiales, mais le fait que certains ensembles de régions – pas nécessairement liées par des relations de proximité – subissent ensemble l’effet de changements structurels à une autre échelle. Autrement dit, des « régions synthétiques » – des ensembles de territoires à caractéristiques géographiques semblables, comme par exemple les villes moyennes, les régions rurales éloignées – peuvent avoir des caractéristiques de croissance communes sans pour autant être proches les unes des autres.

20Comme nous l’avons évoqué, la nécessité d’intégrer de manière explicite certaines caractéristiques d’ordre géographique reflète sans doute les réalités canadiennes. Les distances y sont grandes, certaines régions sont très isolées et d’autres dépendantes de ressources (et du coût et de la méthode d’exploitation qui ne relèvent que très rarement de dynamiques locales) : ce n’est donc pas un hasard si les recherches économétriques au Canada ont fait ressortir l’importance de facteurs géo-structurels pour le développement local. D’ailleurs, certains chercheurs scandinaves (Aintikainen et Vartiainen, 2002), Australiens (Beer et Clower, 2009 ; Stimson, 2001) et américains (McGranahan et al., 2011) qui s’intéressent aux régions rurales et périphériques ont aussi porté leur attention sur ces facteurs. Ces facteurs géo-structurels, qui se révèlent par des régularités spatiales à grande échelle, sont également relevés dans des rapports de nature plus descriptive en Europe (ex : UE, 1999 ; Atkinson et Marlier, 2010 ; Eurostat, 2010) sans qu’ils soient théorisés ou repris par les chercheurs académiques. L’étude proposée dans cet article vise à évaluer si l’intégration d’une perspective géo-structurelle à une analyse économétrique de la croissance d’emploi en France permet de mieux comprendre ses dynamiques à l’échelle locale.

21Dans ce type de modélisation les politiques gouvernementales sont rarement prises en compte de manière explicite. Cependant, leur effet est souvent confondu avec des effets régionaux (en Amérique du Nord chaque province ou état a sa propre politique industrielle et sa propre fiscalité), avec les effets d’accessibilité (les infrastructures sont issues de décisions politiques), et parfois même avec les effets qui semblent endogènes comme la présence de capital humain (les systèmes scolaires ayant tendance à être gérés à l’échelle provincial ou régional). En somme, les effets « géo-structurels » reflètent souvent les contours de politiques qui se déploient à des échelles intermédiaires, qui ne sont pas locales (elles vont au-delà de la municipalité ou du territoire fonctionnel) mais qui ne sont pas homogènes dans l’espace. L’hypothèse de la maximisation de l’utilité reste valable, mais il est souvent difficile de clairement isoler la contribution des politiques publiques aux autres effets observés.

Un modèle géo-structurel pour la France

22Le modèle de Shearmur et Polèse (2007) comprend une série de variables qui résument certains facteurs de développement endogène, et d’autres qui tentent de cerner la géographie des effets géo-structurels à plus grande échelle (et qui cernent aussi certaines variations spatiales des politiques publiques). Les dimensions qualitatives du développement local (jeux d’acteurs, institutions, etc.) ne font pas partie du modèle, qui n’a pas la prétention de remplacer l’approche territoriale mais plutôt de la compléter.

23Les facteurs endogènes inclus dans le modèle canadien sont le pourcentage de diplômés universitaires (proxy pour le capital humain), une mesure de taille (proxy pour les économies d’urbanisation), un indice de spécialisation industrielle, le salaire moyen nominal (proxy pour les coûts locaux), ainsi qu’une classification des régions selon leur structure économique. Dans la mesure où les données le permettent, ces mêmes facteurs devraient être inclus dans le modèle français. En effet, ils reflètent les connaissances acquises par le biais des études sur la croissance endogène, le rôle des économies d’agglomération et de spécialisation, et le rôle plus classique des coûts d’exploitation locaux et de la structure industrielle. Comme par ailleurs les travaux de Davezies (2009) ont mis en évidence le développement d’économies résidentielles, en partie attribuables à l’accroissement des mobilités, à la séparation grandissante entre lieu de résidence et lieu de travail, et à l’augmentation du nombre de retraités, nous mobiliserons un indicateur de ce type d’économie dans le modèle français.

24Les géo-structures sont propres à chaque pays. Au Canada, par exemple, on constate une divergence importante entre la croissance des régions périphériques (où l’augmentation de la productivité dans les secteurs de ressource entraine le déclin de l’emploi) et celle des régions proches des métropoles. On constate aussi une tendance à la croissance dans les régions plus accessibles aux marchés nord-américains, ainsi qu’une tendance (qui s’amenuise), à la croissance plus rapide de régions dans l’ouest du Canada (une tendance historique – la population a suivi les opportunités économiques générées par l’ouverture de l’ouest). Aux États-Unis, on a souvent évoqué l’attrait de la « Sun Belt » – des zones ensoleillées du Sud – comme un facteur explicatif de la croissance (Glaeser et Tobio, 2007), et bien que la causalité sous-jacente à cette tendance ne soit pas toujours très claire et facilement théorisable (Storper et Scott, 2009), il n’en demeure pas moins qu’on évoque souvent le rôle du climat et des « aménités » locales pour expliquer la croissance locale (Florida, 2004 ; McGranahan et al., 2011).

25Cette différence entre les effets géo-structurels observés au Canada et aux États-Unis est révélatrice : la Canada ne possède pas de grandes différences climatiques – le froid est présent à peu près partout dans le pays en période hivernale, et le choix se porte entre la grisaille de Vancouver et les grands froids ensoleillés du reste du pays : le rôle des « aménités » naturelles est donc minime, et ne fait pas partie du modèle de Shearmur et Polèse (2007). Par contre, aux États-Unis, il domine tellement le débat que l’existence possible d’autres effets structurels (comme l’évidement de la partie centrale du pays, Garreau, 1981) est rarement évoqué.

  • 8 Dans ce schéma explicatifs la Sun Belt attire les gens – en particulier mais pas exclusivement les (...)

26Le débat autour des « aménités » naturelles révèle aussi le lien entre les processus géo-structurels et les agents économiques. En effet, le débat autour de la croissance dans la Sun Belt américaine ne tourne pas autour de l’existence de cette grande tendance : il tourne plutôt autour de ses causes. Tandis que certains y voient l’effet combiné du climat, de l’invention des climatiseurs et des choix résidentiels des retraités8 (McGranahan, 1999), d’autres y voient l’effet de la montée du post-fordisme et de la recherche, par les entreprises, d’espaces de production peu syndiqués et bon marchés (Storper et Scott, 2009).

27Il s’agit donc, pour un modèle français qui intégrerait des effets structurels, d’envisager des processus ou des changements de comportement qui auraient un impact différentiel sur le développement de localités à l’échelle de pays. En nous inspirant du modèle canadien et des recherches dans les autres pays mentionnés ci-dessus, nous avons considéré trois grands types de géo-structures autour desquels pourraient s’organiser la croissance des localités en France.

28Le premier intègre le processus de métropolisation : si ce processus a lieu, alors la croissance d’emploi serait plus importante autour des principales métropoles françaises. Cela ne veut pas dire que ces métropoles elles-mêmes sont nécessairement en forte croissance : par contre, la métropolisation aurait pour effet de promouvoir la croissance dans les territoires qui leur sont proches (Shearmur et Polèse, 2007).

29Le deuxième cherche à capter l’effet de l’accessibilité aux marchés, tant français qu’européens (Pumain, 2010 ; Shearmur 2012) : chaque région étant une économie ouverte, cette dimension suppose que les localités les mieux situées par rapport aux marchés français et étrangers ont probablement une plus grande facilité à opérer des échanges commerciaux, mais aussi à abriter des économies résidentielles (dans la mesure où celles-ci reposent sur la séparation entre lieu de résidence et lieu de travail). Cet accès au marché sera évalué en fonction des réseaux routiers, du réseau ferroviaire et des principaux points d’entrée aux marchés italien, allemand, britannique et espagnol (Apparicio et al., 2007). Les données de réseau ainsi que les données socio-économiques en notre possession ne couvrent que la France (et pas le reste de l’Europe) : nous avons donc identifié les principaux postes frontaliers et l’accessibilité de chaque localité aux marchés externes est estimée à partir de leur distance à ces postes.

30La dernière dimension que nous intégrons au modèle français cherche à évaluer le poids éventuel de certaines « aménités » naturelles : à l’image de ce qui se passe avec la Sun Belt américaine, il est possible que les localisations fortement attractives – que ce soit pour des questions climatiques (le Sud) ou de situation, en bordure d’un littoral par exemple – croissent plus rapidement que les autres parties de la France. Ici aussi la donnée est approximative : nous négligeons d’autres types d’aménité – dont, par exemple, la montagne et les aménités culturelles – mais l’analyse de la distribution spatiale des résidus nous donnera des informations partielles sur l’effet des facteurs géo-structurels omis.

31Ces trois effets géo-structurels reflètent des processus qui ont évidemment déjà été étudiés en France, soit à l’échelle d’une seule région (ex. : Abrantes et al., 2010 – le Languedoc-Roussillon), soit en se focalisant sur un seul effet (ex : Edouard, 2008 – les petites villes), ou bien encore en explorant en détail un thème particulier (ex : Lacour et Puissant, 1999 – la métropolisation). L’originalité de l’approche proposée dans cet article est – tout en simplifiant ces phénomènes complexes et spatialement très hétérogènes – de proposer un modèle de croissance locale sur le moyen terme qui tienne compte à la fois de certains facteurs endogènes, mais aussi de certaines grandes tendances qui se déploient à l’échelle du pays (voire de l’Europe). Le modèle se veut exploratoire et ne prétend aucunement tenir compte de tous les effets possibles. Cependant, si un tel modèle – certes approximatif mais construit afin de refléter une série de processus déjà théorisés – parvient à une description adéquate de la croissance d’emploi en France alors son perfectionnement (ainsi que la construction de mesures et de bases de données plus précises) est envisageable.

32Le modèle français, à l’instar du modèle canadien, n’intègre pas de manière explicite les politiques publiques. Or, au Canada, devant la faiblesse des politiques d’aménagement depuis les années 1980, cette omission se conçoit bien : des effets fixes provinciaux tiennent compte des principales différences en matière de fiscalité et de formation. En France, en revanche, les politiques de décentralisation – accompagnées d’un développement important des infrastructures autoroutières et ferroviaires – ont été actives durant les années 1980 et 1990 (Hulbert, 2011). Auparavant, la promotion de métropoles d’équilibre avait également cherché à redistribuer une partie de l’appareil productif. Sans changer l’approche à la modélisation, il est important d’avoir ces politiques à l’esprit lorsqu’on interprète les résultats ensuite : en particulier, la causalité sous-jacente aux effets géo-structurels et d’accessibilité en France sera peut-être plus étroitement associée aux politiques publiques qu’au Canada.

Données et méthodologie

Les données et les unités spatiales étudiées

33Cette étude exploite les données des recensements généraux de la population de 1982, 1999, et 2006 de l’INSEE. Les caractéristiques de la population sont mesurées au lieu de résidence et les données sur l’emploi et la structure industrielle au lieu de travail.

  • 9 Il est à noter que sept zones frontalières – des zones dont la principale destination des actifs es (...)

34Notre unité spatiale d’analyse est constituée de territoires fonctionnels. Pour l’urbain, nous sommes partis de la définition que donne l’INSEE des aires urbaines (AU) en 1999 (352 aires urbaines, comprenant 13 953 communes) auxquelles nous avons rattaché les communes multipolarisées : ces communes ont été rattachées à l’aire vers laquelle elles envoient le plus grand pourcentage de leurs actifs, peu importe le seuil, et pourvu qu’elles lui soient contigües (3095 communes)9. Sinon, elles intégraient l’espace qui les entourait (217 communes). Pour l’espace à dominante rurale, autrement dit hors aire urbaine et communes multipolarisées, les communes ont été agrégées à l’échelle des arrondissements des départements (excluant bien entendu la partie d’entre eux déjà classée comme AU). Pour respecter la règle de contigüité spatiale, les territoires ruraux coupés par une aire urbaine ont été scindés en deux, ou parfois trois entités, aboutissant ainsi à la création de 322 unités spatiales. Dans les faits, ces unités rurales ne forment pas forcément des marchés de l’emploi uniques : on sait simplement qu’elles ne sont pas fortement connectées (par des liens de navettage au moins) à des aires urbaines. Ainsi, notre analyse repose sur 674 unités spatiales, représentant des territoires fonctionnels qui, à peu de choses près, peuvent être considérés comme de véritables bassins d’emploi.

35L’intérêt de ce découpage – qui prend pour point de départ les aires urbaines de l’INSEE – est de classer aussi les municipalités qui ne sont pas comprises dans ces aires urbaines. Il couvre donc l’ensemble du territoire, y compris les municipalités isolées et rurales, en les agrégeant selon les flux de navettes quotidiennes afin de créer des entités qui s’apparentent à des bassins d’emploi. Pour ce type d’entité spatiale – des territoires fonctionnels (Andersson et Karlsson, 2006) – il est permis de poser l’hypothèse qu’il pourrait y avoir un lien entre les caractéristiques de la population locale et les activités économiques qui s’y déploient.

Les variables d’accessibilité

36L’accessibilité de chaque territoire fonctionnel aux marchés français a été calculée au moyen d’un potentiel d’accessibilité le long des réseaux routiers et ferroviaires. Étant donné l’importance du TGV et son utilisation accrue, il nous semble important de tenir compte de ces liens à grande vitesse qui pourraient créer des distorsions d’accessibilité importantes par rapport à la simple accessibilité routière. Nous avons ensuite calculé des vitesses de déplacement adapté aux caractéristiques des réseaux – seuls ceux de 2006 ont été modélisés – et tenant compte, dans le cas du réseau ferré, des arrêts en gare (pour lesquels des pénalités sont appliquées). In fine nous obtenons deux matrices de temps de déplacement entre toutes les unités spatiales françaises (les unités qui n’ont pas leur propre gare sont reliées au réseau ferroviaire par le réseau routier). Le potentiel d’accessibilité est alors calculé comme suit :

37où : Pix est le potentiel d’accessibilité de la localité i pour le mode de transport x, Ej la population du territoire j, et dij est le temps de transport entre i et j (un temps minimum de 10 minutes est fixé). Pour chaque mode de transport, deux valeurs de e sont utilisées – 1, qui correspond à un potentiel d’accessibilité à grande échelle, et 2, potentiel d’accessibilité plus localisé. Étant donné la forte corrélation entre ces quatre potentiels, on a, au moyen d’une analyse factorielle en composantes principales, dégagé seulement deux facteurs, un facteur d’accessibilité routière, et un facteur d’accessibilité ferroviaire. L’identification de deux facteurs correspondant aux deux modes de transport (et non aux deux poids donnés à la distance) confirme l’intérêt d’inclure le réseau ferroviaire et montre que l’accessibilité des localités françaises a été modifiée par le TGV.

  • 10 Les détails des deux analyses factorielles sont disponibles sur demande. Les composantes retenues e (...)

38L’accessibilité aux marchés non domestiques est estimée par les temps d’accès par réseau routier aux frontières stratégiques, soit : Hendaye, Bâle, Lille, Calais, Menton, Le Perthus, Tunnel du Fréjus, Strasbourg, et Luxembourg. De la même manière que précédemment, la forte corrélation entre ces mesures a nécessité une analyse en composantes principales10, faisant ressortir trois facteurs, soit la proximité aux frontières du Nord (Strasbourg, Luxembourg, et dans une moindre mesure Lille, Calais et Bâle), la proximité aux frontières Sud-Est (Tunnel du Fréjus, Menton et, dans une moindre mesure, Le Perthus), et, finalement, la proximité à la frontière Sud-Ouest (Hendaye). Cette manière de mesurer l’accessibilité aux marchés extérieures est discutable car très approximative et ne tenant pas compte des réseaux externes à la France : or, nous ne possédons pas l’information sur les réseaux européens et globaux.

Les variables mesurant les « aménités » physiques

39La variable climatique a été mesurée simplement par la latitude sud, Y. Afin de tenir compte d’un éventuel effet Est-Ouest (et donc de rendre complète l’analyse), la variable longitude a aussi été intégrée, mais elle ne se rattache à aucune hypothèse particulière.

40La proximité au littoral a été mesurée de manière continue le long du réseau routier. Elle est intégrée au modèle par la voie de trois variables dichotomiques soit : territoire fonctionnel contigüe au littoral ; territoire fonctionnel dont le centroïde est situé entre 1 et 40 km du littoral sans y être contigüe ; territoire fonctionnel dont le centroïde est situé entre 40 et 100 km du littoral.

41Nous ne tenons pas compte ici d’autres aménités naturelles possibles (telles la montagne, les lacs, etc.), ni des aménités « construites » (telle l’offre culturelle) qui sont en partie incorporées dans la classification des structures industrielles. Si ces aménités jouent un rôle important, l’analyse spatiale des résidus devrait nous permettre d’identifier visuellement certains éléments dont la géographie nous est assez bien connue tel, éventuellement, un effet positif de la montagne.

Typologie des territoires fonctionnels : régions synthétiques

42Chaque territoire fonctionnel a été classé selon ses caractéristiques géographiques et sa taille (voir Shearmur et Polèse, 2007). Les 15 aires urbaines de plus de 500 000 personnes (en population) ont d’abord été identifiées. Tous les territoires dont le centroïde est à moins de 70 minutes par le réseau routier d’une de ces métropoles sont classés « centraux », les autres « périphériques ». Par ailleurs, les territoires sont classés en deux catégories, urbain et rural, et les espaces urbains sont classés par taille (entre 100 000 et 500 000 personnes, entre 50 000 et 100 000 personnes, entre 25 000 et 50 000 personnes, moins de 25 000 personnes). Étant donné que la croissance diffère peu selon ces classes de taille, seules les petites villes centrales sont distinguées par leur taille dans les résultats qui sont présentés.

Caractéristiques locales de chaque territoire

43Les caractéristiques locales correspondent à une série de facteurs qui pourraient être associés à la croissance d’emploi, soit :

  • le pourcentage de diplômés universitaires (une mesure du capital humain local) ;
    le pourcentage de personnes ne détenant qu’une qualification technique (une mesure des connaissances techniques locales) ;

  • le taux d’activité (population avec un emploi/population totale) ;

  • la croissance de la population de retraités moins la croissance de la population totale. Ce différentiel est introduit pour mesurer l’attractivité du territoire pour les retraités. Étant donné que ceci est une mesure de la croissance de la population retraitée (par définition sans emploi) à leur lieu de résidence, et que notre variable dépendante est la croissance de l’emploi au lieu de travail, il n’y a pas d’endogénéité ;

  • le ratio entre emplois locaux et population active locale. En théorie, cet indice devrait se rapprocher de 1 pour nos unités spatiales, qui sont des territoires fonctionnels. Mais étant donné que même les territoires les mieux définis sont poreux, et que nos unités spatiales rurales ne sont pas de véritables bassins d’emploi, cette mesure n’est pas superflue et correspond à l’attractivité de la région pour les actifs venant de l’extérieur ;

  • la taille (log du nombre total d’emplois) : ceci est un indicateur des économies d’agglomération éventuelles une fois prise en compte la typologie des territoires décrite ci-dessus.

Structure industrielle

44Cette dimension est considérée indépendamment des caractéristiques locales car elle n’est pas associée à la population locale, mais uniquement aux activités économiques. Deux mesures sont utilisées.

  • 11 Pour 19 classes, 18 variables dichotomiques sont incluses, la variable omise étant la classe de réf (...)

451. D’une part, une classification des territoires fonctionnels selon leur structure industrielle est introduite sous la forme de 18 variables dichotomiques (voir annexe A3). Cette classification est issue d’une analyse de regroupement ascendant hiérarchique effectuée sur les quotients de localisation associés aux 36 secteurs NES 36 (Nomenclatures économiques de synthèse). Chaque territoire s’inscrit donc dans l’une des 19 classes11 décrites en annexe, et cette classification renvoie à la nature des activités économiques que l’on y trouve.

462. D’autre part, un indice de spécialisation économique locale relative calculé comme suit :

47Spi est l’indice du territoire i, Ei est l’emploi total dans le territoire i, Eis est l’emploi du secteur s dans le territoire i, et QLis est le quotient de localisation du secteur s dans le territoire i. Cet indice, celui utilisé par Shearmur et Polèse (2005), varie de -∞ (économie locale avec une structure économique identique à celle de la France dans son ensemble) à une limite de +∞ (économie locale dont tous les emplois sont dans un seul secteur).

Analyse

  • 12 De nouvelles infrastructures ont peut-être été construites en réponse à la demande générée par la c (...)

48En dehors de la croissance différentielle de la population de retraités, toutes les variables indépendantes aléatoires sont introduites pour le début de la période étudiée. La typologie des territoires est considérée comme fixe (la taille relative évolue très peu), mais la classification par structure économique est aléatoire (un territoire peut avoir une structure différente en 1999 et en 1982). Les mesures d’accessibilités sont elles aussi fixes, et mesurent l’accessibilité en fin de période (en 2006). Ceci est une contrainte imposée par la difficulté d’obtenir des données détaillées historiques sur l’évolution des réseaux ferroviaires et routiers : elle introduit de l’endogénéité au modèle car il est envisageable que la croissance soit la cause12 (et non l’effet) de l’accessibilité en fin de période. Cette limite sera prise en compte lors de notre interprétation des résultats.

49La première partie de l’analyse consiste à estimer si les effets géo-structurels – qui sont en fait des hypothèses sur la configuration géographique de la croissance des localités françaises – structurent effectivement cette géographie, entre 1982 et 1999, puis entre 1999 et 2006. Le modèle de régression est le suivant :

50cip est la croissance d’emploi (annualisée) dans le territoire i sur la période p, UR est une série de variables dichotomiques représentant les régions synthétiques, Ac est une série de variables mesurant l’accessibilité aux marchés et aux frontières, et Am est une série de variables mesurant certaines aménités physiques (voir Tableau 1 pour la liste des variables).

51Six modèles sont présentés, de A à F (Tableaux 2 et 3). Les modèles A, B et C introduisent une à une chacun des effets UR, Ac et Am. Les modèles D et E comprennent respectivement (UR, Ac) et (UR, Am). Le modèle F comprend les trois effets (UR, Ac, Am) en omettant toutefois la variable faisant partie de Ac ou de Am qui cause des problèmes de multicollinérarité.

52La deuxième partie de l’analyse regroupe l’ensemble de ces effets – ils sont introduits comme un vecteur d’effets géographiques (G) – et mesure l’effet des facteurs locaux en début de période (vecteur FLxx) et l’effet de la structure industrielle en début de période (vecteur SIxx – qui comprend le classement des 19 profils industriels ainsi que la variable de spécialisation Spi)

53Trois modèles sont présentés A, B et C (Tableaux 4 et 5), qui comprennent tous l’effet géographique G. Le modèle A comprend en plus les caractéristiques locales FLxx, B comprend l’effet de structure industriel SIxx et C comprend à la fois G, FLxx et SIxx.

Tableau 1 : Variables incluses dans les modèles