Navigation – Plan du site
2013

Manzo G., 2010, La spirale des inégalités. Choix scolaires en France et en Italie au XXe siècle, Paris, PUPS, 335 p.

Zoé Boularan

Texte intégral

1La spirale des inégalités analyse les inégalités sociales en matière d’éducation, sous l’angle à la fois épistémologique, théorique et méthodologique de la sociologie quantitative. Les réflexions portent plus précisément sur l’inégale accessibilité des diplômes scolaires aux différentes catégories socioprofessionnelles. L’auteur, Gianluca Manzo, adopte une dimension comparative et étudie la stratification éducative en France et en Italie, tout au long du XXe siècle. Chargé de recherche en sociologie au sein du Groupe d’Étude des Méthodes de l’Analyse Sociologique de la Sorbonne (GEMASS) associé au CNRS et à l’Université Paris IV, l’auteur est aussi chargé d’enseignement en méthodes quantitatives dans cette même université. Cet ouvrage présente la thèse de doctorat de l’auteur soutenue en 2006 et effectuée sous la direction de Mohamed Cherkaoui, spécialiste en sociologie de l’éducation.

2Si le thème des inégalités sociales en matière d’éducation est un objet de recherche particulièrement riche et sans cesse alimenté par des travaux de spécialistes provenant de divers horizons disciplinaires, G. Manzo présente, quant à lui, une approche originale. Son travail, qui s’inscrit dans la lignée des travaux de la sociologie quantitative, prend appui sur les récents progrès en matière de simulation informatique. Pour comprendre dans quelle mesure le choix d’un diplôme, donc d’un cursus scolaire, par un individu, contribue à la stratification sociale du système scolaire observée en France et en Italie, l’auteur a choisi de croiser deux approches, l’une empirique, et une autre, plus innovante, utilisant les Systèmes Multi Agents (SMA). Dans cette approche où interagissent plusieurs niveaux (du niveau individuel au niveau macrosociologique du système scolaire), un SMA permet de créer une société artificielle dans laquelle le comportement de chaque agent (ici les individus) est soumis à des règles (les différents mécanismes sociologiques) préétablies par l’auteur. Ces règles vont alors engendrer une certaine configuration de la stratification éducative. De quelle façon se réalise l’émergence d’un phénomène ? Qu’en est-il de la comparaison des inégalités scolaires et des systèmes éducatifs français et italien ? C’est dans ce contexte de renouvellement des supports techniques que l’auteur organise sa réflexion et s’attache à poser les bases épistémologiques, théoriques et méthodologiques qui sous-tendent son étude.

3L’auteur propose, en guise de thèse centrale, un cadre théorique explicatif qui repose sur un système multi niveaux (du niveau micro, le groupe social d’origine des élèves, aux contextes macro et méso-sociologiques, notamment la structure du système scolaire). En effet, pour l’auteur, les choix scolaires individuels se forment selon divers mécanismes qui s’appréhendent à ces divers niveaux : structure du système scolaire, système des acteurs en présence, réseau des interactions sociales ou encore les agrégats sociaux. L’objectif est de faire émerger une configuration artificielle de la stratification éducative qui coïncide avec celle qui est observée en France et en Italie, et cela à partir de la modélisation d’hypothèses théoriques sur le choix des diplômes scolaires par les individus. Si la configuration simulée par le SMA coïncide effectivement avec celle qui est observée en France et en Italie, il devient alors possible de mesurer l’impact des mécanismes sociologiques mobilisés.

4Pour démontrer le bien-fondé de cette thèse, l’auteur propose un programme de recherche qui vise à répondre à ces interrogations en combinant différentes approches fondatrices de l’analyse quantitative des phénomènes inégalitaires, à savoir la description empirique par l’analyse statistique (école de Duncan), la formalisation mathématique pour retranscrire les mécanismes (école de White) et la simulation numérique (école de Boudon). La structure de l’ouvrage, tripartite, suit de près cette démarche.

5La première partie se focalise sur des questions d’ordre épistémologique de la sociologie quantitative et de la modélisation informatique. Pour l’auteur, comprendre les inégalités scolaires implique nécessairement une analyse des processus qui sont engendrés et alimentés par des mécanismes sociologiques, c’est l’épistémologie générative. L’auteur s’inscrit ainsi dans la lignée des travaux du sociologue Raymond Boudon et de la sociologie computationnelle, qui traite de la modélisation des faits observés dans la société par des techniques de simulations informatiques. Pour l’auteur, l'utilisation de SMA peut permettre une étude poussée de ces mécanismes. En effet, l’intérêt des SMA est de produire des données théoriques indépendantes des données empiriques, ce que l’analyse statistique ne peut faire. Grâce à cette technique, l’auteur entend aussi faire progresser un débat récurrent qui oppose différents points de vue sur la « démocratisation » de l’éducation. En effet, les SMA permettent de tester une combinaison de mécanismes qui peut effectivement faire émerger des structures de données conformes aux données empiriques. Le défi, pour l’auteur, consiste donc à modéliser ces mécanismes.

6La deuxième partie propose une analyse du profil des inégalités scolaires en France et en Italie au cours du XXe siècle, à partir des enquêtes INSEE « Formation-Qualification-Emploi » et leur équivalent pour l’Italie. Deux axes sont privilégiés : un axe transversal (analyses sur la décennie 1990 pour la France et pour l’Italie) et un axe diachronique (analyses sur l’ensemble du XXe siècle à partir de série de cohortes des populations françaises et italiennes nées au début du siècle et au milieu des années 1970). L’auteur explore les données empiriques à la fois sous l’angle absolu et sous l’angle relatif (les résultats sont ramenés à l’ensemble de la population). Concernant l’axe transversal, des différences existent tout d’abord entre les deux pays, au niveau de la « morphologie sociale des diplômes » (c’est-à-dire le volume des différentes catégories de diplômes offertes par l’appareil scolaire). Une majorité de la population française (70 %) se répartit entre les « non diplômés » et les détenteurs d’un diplôme de type CAP/CEP. Pour l’Italie, la majorité de la population (60 %) possède un diplôme de type secondaire inférieur. Viennent ensuite les analyses concernant les « destinées éducatives » (le niveau de diplôme le plus fréquemment atteint par les différents groupes sociaux). Pour la France, la surreprésentation des situations éducatives inférieures par rapport aux situations éducatives intermédiaires et supérieures est alimentée par tous les groupes sociaux, mais elle est moindre à mesure que l’on monte dans l’échelle sociale. Le groupe social le plus élevé fait figure d’exception : il est le seul pour lequel l’accès aux diplômes de l’enseignement supérieur constitue la destination éducative finale la plus fréquente. En Italie, chaque groupe social possède son « diplôme modal » : les diplômes de type intermédiaire pour les « ouvriers », les diplômes de type inférieur pour les « agriculteurs » et les diplômes les plus élevés pour les groupes supérieurs et intermédiaires. L’analyse diachronique sur le XXe siècle permet certains éclairages concernant la question de la « démocratisation » de l’éducation. En France comme en Italie, l’auteur constate que le niveau éducatif a progressé pour tous les groupes sociaux et c’est en ce sens qu’il parle de « massification » de l’éducation. Mais les strates sociales supérieures françaises ont contribué bien plus que les autres strates à la diffusion de l’enseignement supérieur. Si les deux sociétés, françaises et italiennes, sont présentées comme deux types de sociétés européennes inégalitaires, l’auteur met cependant en évidence une certaine « démocratisation éducative quantitative » et « qualitative ». Cela se vérifie pour la France, tandis qu’en Italie, les inégalités scolaires se sont moins nettement réduites, la stabilité primant sur le changement. Une étude historique des deux systèmes scolaires vient compléter le tableau comparatif. L’auteur construit une architecture des deux systèmes en émettant l’hypothèse que cette architecture influence les choix scolaires individuels (ce sont les réformes éducatives qui influencent, par exemple, la durée des études ou encore l’existence de filières professionnelles ou non, etc.). Tous les résultats issus de l’analyse empirique permettent d'élaborer une série d’hypothèses qui serviront de base pour la construction du modèle.

7La dernière partie de l’ouvrage est consacrée exclusivement à la formalisation et à l’étude du « modèle générateur ». L’hypothèse centrale repose sur le principe du « choix éducatif rationnel ». Les individus chercheraient à obtenir un diplôme scolaire dont ils feraient leur propre évaluation coût/bénéfice. Le choix d’un diplôme scolaire peut aussi dépendre de l’influence du réseau social de l’individu en question. Pour l’auteur, ces choix scolaires sont contraints en amont par l’origine sociale d’une part et par la structure du système éducatif, en particulier dans la configuration de l’offre effective des diplômes, d’autre part. L’analyse statistique effectuée sur les données engendrées par le modèle montre une très grande similitude avec celle qui est issue de l’analyse des données observées. Les interactions sociales entre les acteurs jouent donc un rôle central dans la genèse des inégalités. Pour valider et vérifier ce résultat général, l’auteur propose alors une série d’« expériences » sur la structure du modèle. Il fait varier le degré d’interactions sociales entre les individus appartenant à un même groupe social (variations intragroupes) et entre individus issus de groupes sociaux différents (variations intergroupes). Les résultats obtenus de ces différentes variations confirment le rôle décisif de la configuration des interactions entre les acteurs telle qu’elle existe, c’est-à-dire fortement ségrégée, dans la genèse de la stratification éducative observée en France et en Italie. Le degré des interactions intra et intergroupes alimente donc les processus de choix scolaires. Il serait cependant intéressant de pouvoir évaluer le poids des contraintes (origine sociale de l’élève et configuration du système éducatif) dans le jeu des interactions qui sont testées.

8En croisant des questionnements à la fois théoriques, méthodologiques et épistémologiques, l’ouvrage propose un regard inédit sur la portée explicative de la sociologie quantitative qui vaut d’ailleurs plus globalement pour l’ensemble des sciences sociales. L’auteur met en avant le potentiel des SMA dans la progression vers l’explication des phénomènes inégalitaires. Ce faisant, s’il rappelle leur intérêt certain, il n’en écarte pas moins celui des analyses statistiques, en particulier dans l’élaboration des hypothèses constitutives du modèle. C’est bien l’imbrication des différentes perspectives de la sociologie quantitative (analytique, statistique, mathématiques et informatique) qui guide la démonstration de l’auteur. Cette démarche est intéressante à plusieurs niveaux.

  • 1 Voir notamment Amblard F. et Phan D., 2006, Modélisation et simulation multi-agents. Application po (...)

9Dans la démarche comparative, d’abord. La France et l’Italie apparaissent comme deux sociétés particulièrement inégalitaires par rapport à d’autres pays européens « industriellement avancés ». Dans les débats et les controverses sur la question de la « démocratisation » de l’école ensuite. En reprenant les écrits de l’historien Antoine Prost, l’auteur montre qu’il y a eu en France et en Italie une réelle « démocratisation quantitative », mais que les inégalités dans l’accès aux diplômes scolaires restent notables dans ces deux sociétés. La concordance établie entre les données simulées et les données observées apporte une première réponse quant à son programme de recherche et lui permet de tester son modèle. Bien sûr, il rappelle que si cette concordance demeure une nécessité pour valider son modèle, elle reste cependant insuffisante pour donner une portée générale aux résultats obtenus. Néanmoins, cette analyse constitue une piste de recherche non négligeable sur la portée de ces techniques de simulation, elle alimente le foisonnement des recherches actuelles sur les théories de la complexité, sur les apports et limites de l’intelligence artificielle1. L’auteur démontre que celles-ci sont propices à de nouvelles pistes de réflexions intéressantes pour la recherche en sociologie quantitative et pour toutes recherches en sciences sociales qui viseraient à comprendre comment un mécanisme explicatif particulier, ici sociologique, dont émanent des interactions opérant à un certain niveau d’organisation, produisent des structures observables à un autre niveau.

10L’un des principaux intérêts de cet ouvrage est de proposer, à partir du cas des inégalités sociales en matière d’éducation, une méthodologie innovante qui ouvre la réflexion sur les positionnements épistémologiques et théoriques sous-jacents. Si les SMA sont des outils complexes qui nécessitent de bonnes connaissances en informatique pour être mis en œuvre, cet ouvrage s’adresse cependant à un large public dès l’instant où le lecteur s’intéresse à la question des inégalités scolaires. Celui-ci pourra y trouver des éléments susceptibles de nourrir ses réflexions à la fois sur la thématique et sur l’approche méthodologique. Les tableaux et formules ont d’ailleurs été placés en annexe, à la fin de l’ouvrage, afin de permettre une lecture plus aisée pour les néophytes des SMA. L’ouvrage est accessible et le lecteur est guidé pas à pas dans une construction scientifique qui combine avec succès description empirique et explication sociologique.

Haut de page

Notes

1 Voir notamment Amblard F. et Phan D., 2006, Modélisation et simulation multi-agents. Application pour les sciences de l'homme et de la société, Paris, Lavoisier, 446 p. et Gilbert N., Troitzch K.G., 2011, Simulation for the Social Scientist, London, Open University Press, 295 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Zoé Boularan, « Manzo G., 2010, La spirale des inégalités. Choix scolaires en France et en Italie au XXe siècle, Paris, PUPS, 335 p. », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Revue de livres, mis en ligne le 15 février 2013, consulté le 24 mai 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/25731

Haut de page

Auteur

Zoé Boularan

Doctorante en géographie à l’Université Paris Diderot – Paris 7 - UMR Géographie-cités  zboularan@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page