Navigation – Plan du site
2013
632

Bilan spatialisé de la mise en valeur agricole au Sahara algérien

Mythes, réalisations et impacts dans le Touat-Gourara-Tidikelt
The agricultural development in the Algerian Sahara: Myths, outcomes and impacts in the Touat-Gourara-Tidikelt area
Tayeb Otmane et Yaël Kouzmine

Résumés

Les grandes exploitations agricoles créées dans le cadre de la loi de mise en valeur agricole de 1983 dans le Sahara algérien étaient vouées à une production céréalière sous pivot. L’objectif était de développer économiquement des régions sahariennes pour partie marginalisées, ainsi que de réduire la dépendance chronique en céréales du pays. L’État a considérablement investi pour équiper ces exploitations agricoles dans le cadre d’un vaste plan de développement rural. Mais trente ans après la parution de la loi, les réalisations demeurent limitées au regard des objectifs initiaux. Et la crise du modèle de la grande mise en valeur céréalière au Sahara a pour corollaire l’émergence de réelles dynamiques d’adaptation de la part des agriculteurs sahariens, tant du point de vue des cultures pratiquées que des techniques mobilisées.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Centre national de l’informatique et des statistiques des Douanes (CNIS), Algérie.

1Les politiques algériennes mises en œuvre après l’indépendance pour développer le secteur agricole, de l’autogestion à la révolution agraire (1962-1980), n’ont jamais atteint les résultats escomptés, favorisant l’émergence d’une dépendance alimentaire considérable du pays vis-à-vis des marchés extérieurs (Bessaoud, 2008a). Dans un contexte de forte croissance démographique, la consommation grandissante de céréales importées, notamment le blé, a progressivement déséquilibré la balance commerciale algérienne et rendu toujours plus pesante la facture des importations de produits alimentaires. Celle-ci a doublé en passant de 878,4 millions de dollars en 2003 à 1,83 milliard de dollars en 20101.

  • 2 « L’initiative émane non pas de pays en voie de développement, mais de bureaux d’études de pays ind (...)

2Pour faire face à cette situation préoccupante, les pouvoirs politiques successifs, imprégnés des propos tenus par les firmes actives dans le Sud2, se sont orientés vers le Sahara, riche en eau souterraine et en terres potentielles, pour développer une nouvelle agriculture fondée sur la grande mise en valeur agricole. Celle-ci a été considérée non seulement comme un moyen de développement de régions sahariennes encore en marge de l’essor économique, mais également comme une alternative pour assurer la production de ce que l’agriculture du Nord du pays ne parvenait pas à produire ; bien qu’à ses prémices, était déjà évoqué « un paradoxe évident à vouloir retirer du désert les denrées alimentaires qu’on a grand peine à obtenir dans les régions plus favorisées » (Dubost, 1986, p340).

3Dès lors émergea un mythe du développement agricole saharien, qui d’espace en marge et infertile devînt gisement de richesses, en particulier pour les vergers et les champs de blé (Dubost, 2002). L’idée de transformer le Sahara algérien en un eldorado agricole s’est appuyée sur les expériences diversement encourageantes menées en Arabie Saoudite ou en Libye (Côte, 1993 ; Fontaine, 1999). Et c’est précisément dans ce contexte mêlant mythologie du développement agricole et pression sociale accrue que l’État s’est lancé dans l’expérience de la mise en valeur saharienne pour tenter d’accroître rapidement, et massivement, sa production céréalière (Bisson, 2003). Des périmètres de mise en valeur agricole ex nihilo sortirent ainsi de terre au Sahara algérien, à Gassi-Touil, dans le Souf, à El-Meniaa, à Zelfana, mais également dans la région du Touat-Gourara-Tidikelt. 

4À l’image des autres régions sahariennes, ces dernières oasis furent progressivement impliquées dans le déploiement d’un système agricole technicisé et capitalistique, visant la compétitivité et la rationalisation. Ces régions d’oasis à foggaras sont traditionnellement caractérisées par une agriculture d’autosuffisance, quasi autarcique (Dubost, 1986), basée sur de modestes moyens de production et majoritairement centrée sur la production de dattes, malgré une diversification réelle au cours du XXe siècle. Le tournant opéré par le programme de mise en valeur agricole à partir des années 1980 a engagé la paysannerie locale dans une logique d’exploitation agricole marchande, mobilisant de grands capitaux et utilisant un matériel de haute technicité. Soutenue financièrement par l’État et mise en œuvre par des entrepreneurs privés, locaux et nationaux, cette action de développement et d’aménagement a profondément marqué, dans ces trois « pays de foggaras », l’évolution du rapport des sociétés rurales à leurs territoires, tout en composant une mosaïque de paysages agraires juxtaposant sur une courte distance les formes agricoles les plus modernes et les plus traditionnelles (Côte, 2002).

5Inauguré il y a près de trois décennies, conditionné par des objectifs préliminaires ambitieux et fondé sur des investissements conséquents de l’État, ce projet de développement n’a pourtant pas encore fait l’objet d’une évaluation longitudinale rigoureuse. L’ambition de cet article est donc de répondre à cette carence en proposant un diagnostic actualisé de la mise en valeur agricole dans la région du Sud-Ouest saharien algérien, tout en remettant en perspective ce processus par l’analyse de ses impacts et des adaptations qu’il a générées dans ces territoires ruraux spécifiques. L’originalité de la méthodologie adoptée est de croiser des données issues d’enquêtes de terrain, d’autres provenant d’organismes en charge de l’agriculture et, enfin, des données extraites d’images satellites.

Territoires et méthodologie

« Le pays des foggaras » : un espace contraignant

6Le Touat, le Gourara et le Tidikelt couvrent un cinquième du Sahara algérien et près d’un sixième du territoire national, soit 436 272 km². Cette zone du Sud-Ouest du Sahara algérien s’étale jusqu’aux confins de l’Erg Oriental à l’est, couvre en grande partie l’Erg Occidental au nord et s’ouvre sur un immense reg au sud, le Tanezrouft (carte 1).

7Localisés autour du plateau du Tademaït - le Gourara au nord-ouest, le Touat à l’ouest et le Tidikelt au sud - ces trois chapelets d’oasis jalonnent d’anciennes voies caravanières transsahariennes qui liaient Méditerranée et Afrique subsaharienne et jouaient le rôle de points de connexion dans le commerce transsaharien comme de zone de refuge pour des populations exogènes du nord ou d’immigration d’Afrique noire.

  • 3 Il s’agit du système aquifère du Sahara septentrional qui est composé de deux principaux aquifères  (...)
  • 4 Pour une description plus précise des systèmes d’oasis à foggaras, se reporter à T. Otmane (2010), (...)

8La zone, parmi les plus arides au monde, bénéficie des ressources hydrauliques d’un immense réservoir d’eau d’origine fossile, la nappe albienne3. L’agriculture n’y est possible que par irrigation et, de fait, les oasiens ont creusé aux bordures du plateau du Tademaït des galeries souterraines drainantes (foggaras4) pour conduire l’eau vers les palmeraies. Le sol squelettique - son évolution ayant été arrêtée par l’aridité et la déflation - nécessite un apport considérable en fumures (Dubost, 2002).

  • 5 Équivalent administratif du département français ; le territoire algérien est divisé en 48 wilayas.

9Compte tenu des conditions écologiques très difficiles, l’implantation humaine est spatialement très réduite ; elle apparaît préférentiellement le long des affleurements de la nappe d’eau du Continental intercalaire. Cependant, les trois terroirs connaissent une dynamique démographique importante, la population y a presque quadruplé au cours des quarante dernières années, passant de 119 527 habitants en 1966 à 429 174 habitants en 2008. Sur le plan administratif, le Touat, le Gourara et le Tidikelt occidental appartiennent à la wilaya5 d’Adrar, tandis que le Tidikelt oriental est rattaché à la wilaya de Tamanrasset.

Carte 1 : Localisation de la zone d’étude

Carte 1 : Localisation de la zone d’étude

(Source : Fontaine, 2005)

La mobilisation des données

10Cette analyse a nécessité l’articulation de trois sources de données :

  • Les données institutionnelles rassemblent celles de l’Office national des statistiques (ONS), des différents recensements (de 1966 à 2008), celles du Recensement général de l’agriculture (2001), ainsi que des données issues d’enquêtes auprès des administrations en charge du développement rural et agricole ;

  • Les données des enquêtes réalisées sur le terrain entre 2005 et 2008, sur la base d’entretiens semi-directifs conduits dans des exploitations agricoles réparties dans les trois territoires (68 exploitations) ;

  • Enfin, les images satellitaires (Landsat à différentes dates) et les outils de la télédétection ont permis de saisir les mutations de l’espace agricole : images UTM 1987 et 2001 (résolution spatiale de 28,5 x 28,5 mètres) et images UTM 2003 et 2005 (résolution spatiale de 30 x 30 mètres). Le traitement effectué sur ces images a donné lieu, d’une part, à la réalisation d’une cartographie détaillée des oasis et périmètres de mise en valeur et, d’autre part, à la création d’une base de données multi-temporelle. Celle-ci a été rapportée aux territoires communaux en vue de la comparer aux statistiques mobilisées par ailleurs (figure 1).

Figure 1 : Le processus du traitement des images satellitaires

Figure 1 : Le processus du traitement des images satellitaires

© Otmane Tayeb, Université d’Oran, 2010

L’emprise de la grande mise en valeur agricole : un remodelage partiel des structures foncières agricoles

  • 6 Loi n° 83-18 du 13 août 1983 relative à l’accession à la propriété foncière par la mise en valeur a (...)

11Le lancement de la mise en valeur agricole repose sur la loi de 1983 relative à l’Accession à la propriété foncière agricole (APFA)6. Concrètement, cette loi autorisa la réalisation de programmes de mise en valeur agricole sur les terres du domaine privé de l’État en zones sahariennes, steppiques et montagnardes.

12Trois éléments permettent de recontextualiser le développement de cette nouvelle forme de mise en valeur (Otmane, 2010 ; Kouzmine, 2012). Le premier réside dans le renchérissement du prix des céréales sur les cours mondiaux et la dépendance croissante de l’Algérie face aux marchés extérieurs. Second élément, cette loi, d’abord limitée au seul Sahara, avait pour objectif subsidiaire le développement de régions sahariennes, caractérisées par des économies fragiles et dépendantes du Nord algérien. Enfin, d’un point de vue politique, cette loi s’inscrivait dans la logique de libéralisation économique des années 1980, comme le précise O. Bessaoud (2008b, p9) : « en Algérie, les réformes libérales du début des années 1990 se sont traduites par un désengagement de l’État – sinon un redéploiement favorable au secteur privé – qui a eu pour effet [… d’introduire] de nouveaux principes de gestion du secteur agricole et rural. L’État algérien a opéré un retrait de la sphère agricole, qui a été accompagné d’une plus grande autonomie des producteurs vis-à-vis de ses structures administratives et de services ».

13Règlementairement, les critères d’évaluation, de localisation et de choix de périmètres de mise en valeur agricole sont définis par les services techniques de l’agriculture, de l’hydraulique, des domaines et du cadastre. La taille du projet est déterminée en fonction de la disponibilité en eau et en terres ainsi que par la viabilité économique escomptée de l’exploitation. La localisation du périmètre, s’opérant à l’initiative des collectivités locales, doit se porter sur des terres situées dans et autour de concentrations agricoles existantes ou potentielles. Une fois inventoriés, ces périmètres doivent être délimités et matérialisés par les services techniques, tout en faisant l’objet d’un plan parcellaire (carte 2). Les listes des périmètres et des bénéficiaires sont approuvées par la suite par un arrêté du wali (préfet). Après la mise en valeur, le bénéficiaire saisit la commune pour procéder au transfert de propriété. L’appréciation de la réalisation du programme de mise en valeur se fait par un comité composé de représentants de la commune, des services agricoles, de l’hydraulique et des domaines (Otmane, 2010). Cette action s’est concrétisée au Sahara sous deux formes : la petite mise en valeur agricole, de type paysanne, dans des exploitations de taille réduite (2 à 10 ha) et la grande mise en valeur agricole sur des exploitations de plus de 50 ha.

14Quelques années après le début de la mise en œuvre de l’APFA en 1983, les oasis du Touat-Gourara-Tidikelt comptaient 14 000 ha de palmiers et de cultures intercalaires (images Landsat, 1987). La production était autoconsommée, mais également pour partie commercialisée ; les dattes ont toujours constitué un produit phare d’échange, hier par le biais des caravanes qui sillonnaient cette partie du Sahara, elles sont aujourd’hui encore commercialisées dans le Nord de l’Algérie comme dans les pays du Sahel (dattes sèches). Le blé, qui a toujours été cultivé sur des petites superficies dans les palmeraies, était jusque-là exclusivement destiné à l’autoconsommation (Bisson, 2004). Cette culture complémentaire, mais essentielle, se justifie du point de vue agronomique, car le blé est l’une des cultures les mieux adaptées au climat saharien, et consomme trois fois moins d’eau que le palmier. La récolte du blé dans les oasis, qui s’effectue deux fois par an, en hiver et en été, ne pouvait suffire à la consommation locale que durant trois ou quatre mois ; le reste des besoins étant couvert par les marchés extérieurs à la région (Hautes-Plaines et Tell algériens).

15Tandis que la superficie agricole des palmeraies stagnait entre 1966 et 2008, la population fut multipliée par quatre, conduisant ainsi à une atomisation du foncier agricole et à l’indivision (la taille moyenne par exploitation était de 0,7 ha en 2001 et l’indivision concernait alors le quart des propriétés), et par conséquent à la remise en cause d’une économie agricole fragile.

16Le projet politique de la grande mise en valeur agricole s’est concentré sur la production céréalière, engageant la région dans la réalisation de programmes très ambitieux. Ceux-ci ont concerné 13 communes, sur lesquelles ont été créés 14 périmètres représentant 64 423 ha (tableau 1). Le Touat a bénéficié de trois quarts des programmes, il compte les zones les plus importantes de la grande mise en valeur agricole : Sbaa et Adrar au nord, Baamer au centre, et Stah Azzi et Aïn El Feth au sud. Six autres périmètres, de superficies plus modestes (3 478 ha) ont été aménagés dans le Tidikelt. Par ailleurs, le seul périmètre créé au Gourara (Zaouïet Sidi Abdellah), dans la commune d’Aoughrout, couvre une superficie qui représente trois fois celle mise en valeur dans le Tidikelt (12 143 ha).

17Dans l’ensemble des périmètres alloués se juxtaposent des exploitations agricoles de tailles très variables, allant de 50 à 5 000 hectares.

Tableau 1 : Programmes de la grande mise en valeur agricole au Touat-Gourara-Tidikelt en 2004

Tableau 1 : Programmes de la grande mise en valeur agricole au Touat-Gourara-Tidikelt en 2004
  • 7 À la fin des années 1980, conséquence de la crise économique et de la libéralisation, le nombre de (...)

18La grande mise en valeur agricole s’est développée selon deux types d’attribution foncière : collectif et individuel. L’attribution collective fut réservée à des coopératives (groupes d’entraide paysanne). Cette forme d’organisation a été adoptée pour satisfaire simultanément des centaines de demandeurs, ainsi que pour réduire l’investissement étatique d’équipement des exploitations. Elle s’est davantage destinée à la population locale ; dans la pratique, les communes, soumises à une forte pression sociale, ont affecté des exploitations à des centaines de paysans et de jeunes demandeurs d’emploi7. 220 groupes d’entraide paysanne étaient ainsi recensés fin 1992 (période des grandes attributions) et regroupaient alors 1 489 bénéficiaires. C’est dans le Touat que le plus grand nombre de groupes fut créé - 70 % du total de la zone - se répartissant 29 167 ha. Dans le Tidikelt, une trentaine de groupes d’entraide paysanne fut mise en place pour une superficie totale bien plus modeste de 3 726 ha. Les 57 coopératives destinées à l’emploi des jeunes ont bénéficié de 2 090 ha. Chacune d’entre elles regroupe 5 ou 6 personnes, la superficie de leurs exploitations variant de 50 à 1 500 ha, destinées à l’irrigation par rampe-pivot ainsi qu’à la culture du palmier et du maraîchage.

  • 8 Enquête de terrain (2008), Dahmane (2007) et Merabti (2008).

19Quant au type individuel, les attributions se sont réalisées sur de grandes superficies, comprises entre 100 et 5000 ha, en mobilisant des entrepreneurs agricoles originaires de la région ou exogènes. Chronologiquement, les premiers pionniers sont originaires de la région (Ouaïna, Adrar et Inzeghmir dans la wilaya d’Adrar) ; des élus communaux ou des personnes aisées financièrement proches de l’administration sont les premiers à avoir tenté l’expérience pour tirer profit d’un projet fortement financé par l’État. Par la suite, d’autres entrepreneurs sont venus du Nord, notamment du Centre et de l’Est du pays (Alger, Tizi‑Ouzou, Blida, Batna, Souk‑Ahras). Une des spécificités de ces nouveaux entrepreneurs agricoles réside dans le fait qu’ils sont généralement issus de secteurs d’activités non agricoles. L’enquête de terrain8 a ainsi dénombré que 76 attributaires de la grande mise en valeur n’étaient pas issus du secteur agricole : 29 étaient auparavant commerçants, 31 fonctionnaires dont 10 enseignants, et 16 exerçaient des fonctions libérales. La diversité des parcours professionnels de ces nouveaux agriculteurs est révélatrice du tropisme exercé alors par ce nouveau programme, permettant l’accès au foncier. Détenteurs de capitaux, ces entrepreneurs ont, par ailleurs, bénéficié du soutien de l’État (réalisation de forages et équipement hydroagricole) et de crédits accordés par la Banque de l’agriculture et du développement rural (BADR).

Carte 2 : Parcellaires des périmètres de la grande mise en valeur agricole

Carte 2 : Parcellaires des périmètres de la grande mise en valeur agricole

Carte 3 : La répartition des périmètres de grande mise en valeur agricole (2005)

Carte 3 : La répartition des périmètres de grande mise en valeur agricole (2005)

Les périmètres ont été implantés à proximité des palmeraies historiques, afin de profiter des ressources hydriques du système de nappe qui alimente les foggaras, le Continental intercalaire, ainsi que des réseaux de communications qui relient ces chapelets d’oasis. Dans le Touat, ces exploitations se sont localisées à l’est de la route nationale n° 6, à quelques kilomètres des palmeraies ; dans le Tidikelt à proximité des oasis d’In-Salah, d’In-Ghar et d’Aoulef ; tandis que le seul périmètre du Gourara (Aoughrout) a été créé de part et d’autre de l’axe qui relie Adrar à Timimoun, non loin des palmeraies.

  • 9 Afin de créer de la ressource, plus d’une vingtaine de forages ont été réalisés pour renforcer des (...)

20Les localisations de périmètres ont parfois soulevé de vives contestations de la part des agriculteurs oasiens exclus des projets, mais désireux de participer au processus d’attribution de terres. Ainsi, cette implantation a été contestée dans le Touat et le Gourara par les propriétaires de foggaras directement affectés par le rabaissement ou le tarissement de nappes phréatiques désormais mobilisées par la mise en valeur. Le premier conflit est survenu à Ouaïna, dans la commune de Timmi. Les propriétaires de foggaras ont ainsi refusé l’exploitation d’un forage appartenant à un attributaire originaire de la même commune. Cela a contraint les responsables administratifs à opérer des essais de contrôle sur le forage pour évaluer son influence sur le débit des foggaras. Les résultats ont été en faveur du propriétaire du forage (Mabrouk, 2008). Les contestataires ont néanmoins eu gain de cause en acculant les autorités locales à imposer des zones tampons pour le percement de forages d’irrigation à une distance suffisante des sources d’alimentation des foggaras. La commune, en collaboration avec les Directions des services agricoles et de l’hydraulique, a parfois réalisé des forages pour renforcer le débit de foggaras menacées par la mise en valeur9.

  • 10 La société oasienne est historiquement stratifiée en deux principaux groupes : le premier est compo (...)
  • 11 La cession des terres d’APFA se faisait contre le versement du dinar symbolique au Trésor public.
  • 12 Ainsi, un entrepreneur originaire d’Alger et sa femme vétérinaire avaient pour projet de créer un r (...)

21Cependant, si l’affaiblissement des foggaras - mettant à mal les cultures oasiennes traditionnelles - était le mobile officiel de contestation invoqué par certains, d’autres facteurs structurels révèlent l’essence même de la fronde. La mise en valeur agricole dans le cadre de l’APFA, en offrant de nouvelles opportunités économiques par l’accession au foncier, à l’eau et aux investissements publics, a libéré la main-d’œuvre du secteur oasien traditionnel des palmeraies, et mis sur un pied d’égalité toutes les catégories sociales10. Ainsi les harratine, qui constituaient historiquement la main-d’œuvre agricole, sont devenus propriétaires de la terre et de l’eau, attribuées par l’État11. La loi est donc venue contrecarrer l’ordre social et s’est trouvée confrontée à une forme de résistance d’une classe sociale aristocratique désormais dépourvue de main-d’œuvre et donc du savoir-faire agricole. Par ailleurs, l’immigration d’entrepreneurs originaires du Nord du pays a suscité bien des réticences, qui se sont parfois traduites par des dommages sur les nouveaux forages12.

Photo 1 : La mécanisation dans la grande mise en valeur agricole

Photo 1 : La mécanisation dans la grande mise en valeur agricole

Les moyens mobilisés, du rationalisme oasien à la démesure de l’APFA

22L’État a dépensé près de 350 millions de dinars (DA) entre 1985 et 1989, période des grandes attributions de terres APFA, pour équiper les nouveaux périmètres (CENEAP, 1990). 629 forages ont été réalisés dans les trois sous-ensembles depuis le lancement de cette action, dont 392 affectés à la grande mise en valeur (ANRH, 2004) ; leur profondeur varie entre 90 et 150 mètres, pour un débit moyen de 25 L/s par forage.

23Les exploitations ont bénéficié de plus d’une centaine de rampe-pivots ainsi que de centaines de batteries de serres, et de toute la gamme du matériel agricole afférent, financées par l’État et des crédits bancaires. La Banque de l’agriculture et du développement rural (BADR) a ainsi accordé aux agriculteurs plus de 7 milliards DA au cours de la période 1985-1889 (Mabrouk, 2008). L’investissement s’est ensuite focalisé sur l’électrification rurale et la réalisation des pistes agricoles au fur et à mesure de l’aménagement des périmètres. Hautement mécanisée, cette agriculture s’est orientée essentiellement vers la céréaliculture, en mobilisant des capitaux inversement proportionnels aux moyens humains (photo 1).

24Toutefois, l’équipement des périmètres de la grande mise en valeur demeure limité lorsqu’est établi le bilan programmation-réalisation. La crise économique, consécutive à la brutale chute des cours du pétrole qui a durement affecté le pays à partir de 1986 (Mekidèche, 2009), a notablement réduit l’engagement de l’État dans cette action de développement agricole.

25Au-delà des mutations techniques, la transition de la petite exploitation - voire de la micro-exploitation intensive - à la grande exploitation agricole a introduit une nouvelle forme dans le paysage rural saharien (carte 4).

Carte 4 : Le paysage rural du Touat en 2003

Carte 4 : Le paysage rural du Touat en 2003

Les cercles céréaliers ont redessiné le paysage agricole de la région. La surface irriguée par une seule rampe-pivot peut dépasser celle de plusieurs palmeraies traditionnelles. Mais au-delà des caractères paysagers, c’est bien la structure foncière des exploitations qui constitue la réelle mutation. Si les palmeraies traditionnelles peuvent concentrer un grand nombre d’exploitants sur des superficies réduites (ex : 78 exploitations sur 8,3 ha à Tamassekhet), les grandes attributions de la mise en valeur peuvent, à l’inverse, n’appartenir qu’à un seul exploitant (ex : une exploitation d’Inzeghmir dans le Touat de 1 500 ha).

Une évaluation du potentiel productif : des pratiques agricoles aléatoires

26Au cours des trois dernières décennies, l’occupation par les cultures céréalières des superficies attribuées a été fluctuante. Jusqu’au début des années 1990, les exploitations agricoles des trois sous-ensembles, équipées d’une centaine de rampes‑pivots, pouvaient irriguer au maximum 5 000 ha dans les meilleures conditions, ce qui ne représentait que 8 % environ de la superficie totale attribuée. Ainsi, la majorité des terres réservées à la grande mise en valeur agricole n’a été ni équipée ni exploitée. L’exemple du périmètre d’Aïn El Feth (Touat) est particulièrement évocateur : sur les 14 706 ha programmés, seulement 4 961 ha furent attribués et subdivisés en 38 exploitations agricoles, dont 29 collectives. Seules 9 exploitations ont bénéficié de rampes-pivots pour irriguer un total de 820 ha. Cela signifiait que si toutes les conditions de travail étaient réunies et que toutes les rampes-pivots étaient mobilisées, le taux d’occupation de ce périmètre par la céréaliculture ne pouvait dépasser 17 % de la superficie attribuée.

27Le traitement et l’interprétation des données des images satellitaires (Landsat 2003 et 2005) ont permis de mesurer l’ampleur du décalage entre programmation et réalisations. Les terres cultivées ne représentaient que 6 % en 2003 et 4,5 % en 2005 de la superficie totale attribuée ; les terres restantes étaient en jachère ou ne faisaient pas l’objet de mise en valeur.

  • 13 Nous avons procédé au traitement de l’image satellitaire Landsat de 2001, étant donné qu’elle corre (...)

28C’est dans le Touat que ce décalage apparaît comme le moins prégnant, puisque l’ensemble de ses périmètres représente 94 % du total des superficies mises en culture, soit 2 774 ha (tableau 2). La situation est totalement différente dans le Tidikelt, où à l’exception d’un pivot, qui a été exploité dans le périmètre de Mohamed Boudiaf à Aoulef, les autres périmètres ont été progressivement abandonnés, le matériel agricole a été vendu et ne subsistent plus que les carcasses métalliques de quelques pivots, reliques d’une activité abandonnée. Les données extraites à partir de l’image satellitaire Landsat de 200113 ont révélé une occupation de 329 ha dans la commune d’In-Salah et de 70 ha dans celle d’In-Ghar. L’eau - pourtant gratuite - des forages artésiens réalisés pour le périmètre de Taghbera, dans la commune d’In-Ghar, n’a pas suffi à enrayer l’abandon des exploitations.

  • 14 Le déplacement se fait également à cause du développement des mauvaises herbes dans la surface embl (...)

29Les sols sahariens, très pauvres en matière organique, de faible rétention hydrique, et fortement exposés au lessivage du fait de l’irrigation intense, nécessitent des apports considérables en fertilisants. Pour y remédier, et afin d’améliorer les rendements, les agriculteurs recourent au déplacement de la rampe-pivot tous les cinq ou dix ans14 (figure 2).

Figure 2 : Les traces de déplacement des rampes-pivots

Figure 2 : Les traces de déplacement des rampes-pivots

Les traces des anciens emplacements de pivots sont toujours visibles dans le Touat et le Gourara, en revanche, ils ont quasiment disparu dans le Tidikelt du fait de l’intensité de l’ensablement dans cette partie du Sahara qui, au-delà du seul fait de maquiller les traces de toute activité agricole, en explique l’abandon. Les sites sur lesquels est implantée la grande mise valeur agricole sont à découvert et exposés au vent. Il suffit, en l’absence de brise-vents autour des exploitations, d’une journée de vent de sable ou de fortes chaleurs pour mettre en péril tout un champ de culture. Quant au Gourara, le seul périmètre réservé à la grande mise en valeur agricole (Aoughrout) est faiblement occupé, la superficie de 124 ha cultivée en 2003 s’est réduite à 92 ha en 2005. Il ne demeure que quatre exploitations agricoles encore fonctionnelles.

© Source : Image Landsat, 2003 / traitement : T. Otmane - 2010

  • 15 D’après les agriculteurs enquêtés, le rendement en blé dur a atteint 60 et 70 qx/ha.
  • 16 Des agriculteurs interviewés en mars 2008 commercialisent une part de leurs productions de blé et d (...)

30En matière de production, la Coopérative des céréales et des légumes secs d’Adrar (CCLS) a récolté 66 810 quintaux durant la saison 2002/2003. Cette quantité est équivalente au rendement d’une cinquantaine de pivots. Ce qui ne correspond qu’aux deux tiers du nombre de pivots recensés à l’aide de l’image satellitaire du Touat et du Gourara à la même date (80 rampes-pivots). En effet, un rendement moyen15 de 45 qx/ha rapporté à la superficie identifiée à partir de cette image (2 970 ha au Touat et au Gourara) donne une quantité deux fois supérieure à celle récoltée par la Coopérative. Cela implique qu’une part non négligeable de la production ne transite pas par la coopérative, échappe à la statistique et se trouve commercialisée directement sur le marché local et national, voire international (Mali)16.

Tableau 2 : État de mise en culture des périmètres de la grande mise en valeur agricole au Touat-Gourara-Tidikelt entre 2003 et 2005

Tableau 2 : État de mise en culture des périmètres de la grande mise en valeur agricole au Touat-Gourara-Tidikelt entre 2003 et 2005
  • 17 Conduit d’irrigation.

31Le nombre de rampes-pivots exploité en 2005 représente la moitié de celui de 2003 dans l’ensemble de la région (tableau 3). Cela s’est très nettement ressenti au travers de la régression des récoltes transitant par la CCLS. La superficie irriguée par rampe-pivot dédiée aux céréales a également diminué de 2 999 à 1 817 ha, soit une réduction d’environ 40 %. À l’inverse, les superficies réservées aux cultures du palmier et du maraîchage ont connu une nette augmentation de 862 ha en 2003 à 1 129 ha en 2005. Cette superficie est irriguée par seguia17 ou par réseau de goutte-à-goutte. Une dizaine de coopératives situées dans les périmètres de Stah Azzi et Aïn El Feth maintiennent, voire développent, ce type de cultures relativement rémunératrices sur les marchés urbains locaux et nationaux (essentiellement Alger et Oran).

Tableau 3 : La superficie cultivée dans la grande mise en valeur au Touat-Gourara-Tidikelt (2003 et 2005)

Tableau 3 : La superficie cultivée dans la grande mise en valeur au Touat-Gourara-Tidikelt (2003 et 2005)

32L’analyse de la production de blé dur sous pivots sur une quinzaine d’années (1994‑2009) a révélé une forte variabilité de la production entre les campagnes agricoles (figure 3). La quantité produite maximale a été récoltée durant la campagne 1995‑1996 soit 86 730 qx, elle s’est stabilisée par la suite autour de 55 000‑60 000 qx entre 1997 et 2002, et a notablement régressé à partir de 2004 pour chuter à 21 000 qx en 2008. Outre les difficultés liées aux spécificités du milieu, l’indisponibilité des engrais sur le marché pour des raisons sécuritaires pendant les années 1990 a exacerbé la situation, sachant que leur apport est indispensable au maintien des potentialités des sols.

33En 2004, la production du blé tendre a quasiment disparu alors que la récolte avait été sensiblement égale en volume à celle du blé dur durant la campagne 2001/2002, la faiblesse du rendement à l’hectare en est la cause principale. Un rendement de 20 qx/ha en blé tendre n’est économiquement pas rentable, même s’il est deux fois et demie supérieur à celui obtenu dans le Nord du pays.

  • 18 Les prix d’achat ont été fixés en juin 2008 à 4 500 DA le quintal pour le blé dur, 3 500 DA pour le (...)

34La revalorisation du prix d’achat des céréales par l’État en 200818 a néanmoins induit une multiplication par trois de la superficie céréalière (1 847 ha) confirmant ainsi l’aspect fluctuant de cette activité, fortement corrélée à la variabilité des prix.

Figure 3 : La production céréalière dans la wilaya d’Adrar depuis 1990

Figure 3 : La production céréalière dans la wilaya d’Adrar depuis 1990

© Otmane T., 2012

Les limites de la grande mise en valeur saharienne

Des freins multiformes

35Le différentiel, mesuré plus haut, entre superficies programmées et réellement cultivées donne un aperçu des limites et des insuffisances de ce projet de développement. Les superficies attribuées sont conséquentes, mais leur mise en culture concrète n’a pas été proportionnelle aux pressions exercées sur les communes par les populations locales, en vue d’obtenir une parcelle de terre, d’acquérir une eau de forage et de bénéficier du soutien de l’État. Plusieurs exploitations attribuées au début de l’opération n’ont jamais été cultivées du fait de leur éloignemeUn exemple d’échec de l’agri-business saharien nt, du manque de moyens, de la non-réception du matériel agricole ou encore de l’absence d’électrification. L’échec des attributions vouées à l’emploi de jeunes a été patent. Nous avons recensé en 2008 plus d’une vingtaine d’exploitations agricoles abandonnées. Ne demeurent que des squelettes de pivots et des serres exposées à la dégradation. L’attribution collective sous forme de groupes d’entraide paysanne a également constitué une source de blocage et de conflits dans la gestion des exploitations et, parfois, en explique même l’abandon ; il suffit d’une facture d’électricité coûteuse ou d’un partage de tâches de travail insatisfaisant pour générer des tensions entre les membres, nous expliquait un chef d’exploitation à Zaouiet-Kounta (Touat). Les conflits ont abouti, dans le meilleur des cas, à l’éclatement des exploitations et à l’essor du travail individuel. Depuis 2000, quelques exploitations abandonnées dans le périmètre de Baamer (Fenoughil) destinées initialement à l’emploi des jeunes locaux ont été démantelées par les collectivités locales pour être réattribuées sous forme individuelle à des diplômés de l’université, sans activité.

36Au-delà des moyens matériels dans lesquels l’État a fortement investi, l’environnement social et politico-économique, ainsi que les contraintes pédoclimatiques sahariennes, ont joué en défaveur de l’ambition des aménageurs. Les sols, pratiquement inexistants, impliquent un apport indispensable en fertilisants pour développer des cultures et augmenter le rendement à l’hectare (Dubost, 2002). L’eau, certes abondante des nappes souterraines, mais extraite par l’énergie électrique, se trouve sur-tarifée, ce qui induit un coût supplémentaire pour l’exploitant. D’autant plus que les distances qui séparent les pôles de mise en valeur et les grands marchés de consommation du Nord (Oran et Alger sont à 1500 km) sont à l’origine de surcoûts de transport. Enfin, les équipements d’irrigation importés de l’étranger impliquent une dépendance structurelle à une technicité extérieure qui peut se traduire, en cas de panne, par une mise en péril de la récolte.

  • 19 Société Nationale de l’Électricité et du Gaz créée en 1969. Avec l’ensemble de ses filiales, elle e (...)

37Quel est le coût de la production agricole au Sahara ? La rentabilité s’est logiquement imposée comme un facteur décisif pour le devenir de la mise en valeur agricole. L’apport en engrais et l’énergie électrique consommée pour pomper l’eau et faire fonctionner la rampe-pivot ont rendu le coût de revient, en cas de faible production, égal ou supérieur au prix de vente du blé sur le marché ; d’autant que le prix du blé sur le marché mondial était bradé du fait de la monopolisation de la production des pays tels que les États-Unis, le Canada ou encore la France (Dubost, 2002). Cela a conduit à l’endettement des exploitants vis-à-vis de la SONELGAZ19 et de la CCLS, et, par conséquent, à l’abandon progressif des exploitations, faute de pouvoir dégager des revenus suffisants.

38À ce contexte peu favorable des prix est venue s’ajouter une situation économique peu encourageante. La crise économique qui émergea au cœur des années 1980, puis la libéralisation, ont fragilisé la politique agricole et, de fait, les structures chargées sur le terrain du développement rural : notamment les collectivités locales, les services déconcentrés et les banques. Ce projet de développement a donc vu le jour dans un contexte particulièrement peu favorable.

39Malgré des résultats en décalage avec les attentes, les grandes exploitations agricoles font, depuis plus d’une vingtaine d’années, partie du paysage oasien ; elles occupent des superficies importantes, produisent entre 7000 et 9000 tonnes de blé exportées par an vers les régions voisines, et participent de manière non négligeable à dynamiser le tissu rural régional.

40La revalorisation des prix des céréales par l’État, cumulée à une hausse sur les marchés mondiaux, pourrait entraîner dans les années à venir une augmentation des superficies cultivées en blé. Ainsi, plus récemment, la superficie emblavée de la campagne 2008-2009 a triplé par rapport à celle de la campagne précédente, passant de 600 à 1 847 ha.

Un exemple d’échec de l’agri-business saharien

  • 20 Ce qui représentait, en 2005, environ 72 millions d’euros. Direction du complexe (CAAS), 2005.

41Un projet révélateur des ambitions suscitées par le potentiel de la grande mise en valeur a pris place dans le Touat, à proximité de la ville d’Adrar, principal marché urbain de la région avec 63 000 habitants en 2008 (Yousfi, 2011). Ce projet de développement d’une agriculture capitaliste, le Complexe agroalimentaire du Sud (CAAS), a été initié par des promoteurs privés du Nord du pays, organisés en société par actions (SPA). Il était prévu la réalisation d’un complexe agroalimentaire ainsi que la mise en valeur de 30 000 ha destinés à des cultures industrielles (tomates, betterave, oléagineux), des céréales, des fourrages et de la semence de pomme de terre. La fourniture et la mise en place des équipements du complexe ont été assurées par une société espagnole. L’entreprise a amorcé ses activités par la mise en culture de 3 500 ha de cultures maraîchères et en exploitant cinq rampes-pivots pour la céréaliculture (photo 2). L’entreprise a également construit une usine de concentré et de sauce tomate d’une capacité de 1 200 tonnes/jour dans la zone d’activité au nord de la ville d’Adrar. Le coût global de l’investissement, compte tenu des surcoûts liés aux contraintes de l’environnement et aux conditions locales de réalisation, s’est élevé à 6 299 500 000 DA20. Partout la démesure régnait : deux bassins de stockage de 20 mètres de profondeur s’étalaient sur un hectare chacun, alimentés par 15 forages et raccordés à des stations fertilisantes pilotées par ordinateur depuis une tour de contrôle centralisée. L’ensemencement et la plantation étaient assurés par des machines au sein de la pépinière. Six serres, réservées au maraîchage, couvraient 6 ha et s’ouvraient mécaniquement pour l’aération.De plus, près de 38 000 kilomètres linéaires de réseau de goutte-à-goutte furent enterrés pour irriguer 700 hectares de cultures. Il s’agissait alors d’un dispositif de haute technicité doté d’un effectif réduit au strict minimum, hormis pendant la récolte, durant laquelle le complexe employait une main-d’œuvre saisonnière importante. Cet effectif était géré par un responsable de Souk-Ahras (Nord-Est algérien) et un comptable originaire de Saïda (Nord-Ouest).

42Les résultats des premières années d’exploitation furent encourageants. Le rendement du blé dur a atteint une moyenne de 55 qx/ha en 2004 et la production de tomates a permis de faire fonctionner l’usine de transformation implantée à Adrar. La betterave industrielle cultivée a donné des résultats satisfaisants. D’autres cultures de rente étaient également produites telles que les piments, le melon ou la pastèque.

43En dépit des résultats obtenus, des facteurs ont joué en défaveur de cette entreprise. Outre le contexte économique et social défavorable, la rentabilité économique d’une entreprise exige une gestion rigoureuse permettant, a minima, d’amortir l’investissement et d’assurer le fonctionnement. L’usine de conserve de tomates a cessé de fonctionner après quelques années d’exercice faute de matière première suffisante, malgré l’apport complémentaire issu des palmeraies. Le prix d’achat des céréales n’a pas permis d’amortir les charges et les autres productions, maraîchères et spéculatives, demeuraient tributaires de la demande des marchés lointains au Nord du pays. Les dettes contractées, auprès de la SONELGAZ et de la banque, augmentèrent progressivement, tandis que les salaires impayés générèrent des conflits aboutissant parfois à des procédures judiciaires. Le complexe a ainsi cessé de fonctionner en 2007. Comme l’illustre cet exemple, les moyens matériels seuls, même les plus performants, ne suffisent à garantir la réussite d’un projet d’investissement ; l’environnement social et économique pèse fortement, tout comme la rigueur de gestion qui s’avère décisive (Otmane, 2010).

Photo 2 : L’aménagement du Complexe agroalimentaire du Sud (Adrar, Algérie)

Photo 2 : L’aménagement du Complexe agroalimentaire du Sud (Adrar, Algérie)

Mise en valeur agricole en milieux désertiques dans le monde arabe

44En Algérie, le blé constitue le premier produit agricole d’importation en 2009, tant en valeur qu’en volume (tableau 4) et le pays représente, en 2012, le troisième importateur mondial de blé en valeur derrière l’Italie et l’Espagne, et le premier en volume (FAO, 2012).

  • 21 Voir entres autres références : Côte (1993, 2002), Bisson (1993, 1994, 2003, 2004), Dubost (2002) e (...)

45Cependant, à l’échelle du monde arabe, l’Algérie n’a pas été seule à porter de tels projets de grande céréaliculture en milieux désertiques. Ces programmes, qui ont fait l’objet de nombreuses investigations21, se sont inspirés pour partie du modèle saoudien de « grande céréaliculture irriguée par rampe d’aspersion mobile », et basé sur l’importation de matériels et compétences extérieures, souvent américaines (Côte 2002).

46En Tunisie, la mise au jour des importantes ressources hydrauliques sahariennes a permis, d’une part, la revivification des palmeraies (réfection de réseaux d’adduction, modernisation agronomique, etc.), et d’autre part, la création de périmètres ex nihilo dans le Nefzaoua, « basés sur des forages, aux mains d’exploitants privés, mais souvent aussi sous l’égide des vieilles collectivités, dépositaires du foncier » (Côte, 2002).

47En Libye, l’agriculture a largement souffert de la réorientation massive des actifs vers le secteur des hydrocarbures. Cette dynamique explique l’exode rural, en même temps que la dépendance alimentaire croissante du pays (Fontaine, 1999). Cependant, dès la fin des années 1960, et sur la base des ressources hydrauliques de la nappe albienne, furent développés de vastes projets agricoles, notamment destinés à produire des céréales, dans la région de Koufra (10 000 ha), puis à proximité de Sarir en Cyrénaïque et dans le Fezzan, à l’ouest de Morzouk (Lawless, 1976), où « chaque périmètre formé de parcelles d’une centaine d’hectares irrigués par un aspersoir pivotant [comprenait] plusieurs milliers d’hectares » (Fontaine, 1996).

48L’Égypte ambitionnait de développer des projets similaires dans deux régions désertiques. Dans le nord du Sinaï, autour du Canal de la paix, l’objectif était de mettre en culture « 170 000 ha irrigués par une dérivation du Nil » (Côte, 2002). Le périmètre serait irrigué par deux milliards de mètres cubes d’eau douce et un volume identique d’eaux de drainage (Frenken, 2005). Le second projet de Touchka, également nommé le nouveau delta, permettrait d’exploiter 200 000 ha, irrigués par le Lac Nasser (5 milliards de m3) et les nappes fossiles (Côte, 2002 ; Frenken, 2005).

49Cependant, cette agriculture mécanisée n’a jamais atteint l’ampleur qu’elle a pu revêtir en Arabie Saoudite (Côte, 2002) et les différentes analyses font apparaître des bilans fragiles, quand ces cultures n’ont pas été vouées à l’abandon. Des investissements élevés, des rendements insuffisants, l’éloignement des marchés de consommation et parfois la difficulté de mobiliser de la main d’œuvre ont constitué, comme en Algérie, autant de freins à la réussite de ces projets (Azzabi, 1993 ; Fontaine, 1999). Plus de trente ans après l’émergence de ces projets, le blé constitue encore un produit agricole d’importation qui grève encore structurellement les balances commerciales de ces États.

  • 22 Ces chiffres incluent l’ensemble des agricultures nationales, espaces désertiques compris.
  • 23 Bien que selon le Ministère de l’agriculture et de l’agroalimentaire canadien, « le gouvernement sa (...)

50En Algérie, la production de blé nationale a doublé depuis 198022, du fait de l’accroissement des rendements (+200 %), dans un contexte de réduction des superficies emblavées (‑220 000 ha). En Libye, la production s’est réduite d’un quart, tandis que les surfaces furent divisées par deux. Enfin, la production de blé en Arabie Saoudite a connu une très forte progression (multiplication par huit), rendue possible par l’augmentation des surfaces de blé irrigué (+130 000 ha) et une progression significative des rendements. L’Arabie Saoudite, forte de son objectif d’autosuffisance alimentaire et de la manne des hydrocarbures, subventionne massivement la production intérieure en offrant des prix d’achat trois à quatre fois supérieurs au prix du marché ; ce qui explique en partie l’essor considérable de cette culture23.

Tableau 4 : Production et importation de blé dans trois pays arabes

Tableau 4 : Production et importation de blé dans trois pays arabes

© Otmane T., Kouzmine Y., 2012

51Dans ces trois États, l’articulation d’une carence d’offre et d’une pression démographique substantielle (entre +186 % et +274 %) a impliqué un recours structurel aux importations qui, depuis 1980, ont très nettement évolué à la hausse (+190 % en Libye, +230 % pour l’Algérie et +655 % en Arabie Saoudite). Eu égard à la diversité des modèles politiques de développement agricole et des contextes sociodémographiques, l’approche comparative des dynamiques de production/importation ne peut être ici que d’une portée limitée. Cependant, elle met en exergue l’acuité de la dépendance de ces pays aux marchés extérieurs des céréales, dans un contexte d’inflation récurrente des prix. Elle démontre surtout que l’agriculture en milieux hyperarides ne peut constituer une alternative réellement pertinente à la carence de production intérieure, quel que soit le montant des investissements consentis et, généralement, ponctionnés sur la rente des hydrocarbures, pilier central des économies de ces trois États.

La diversification des cultures et des pratiques, une réponse à la crise d’un modèle ?

L’essor du maraîchage

52Pour faire face à la baisse de rentabilité des cultures céréalières sous pivot, comme à la variabilité des prix, les agriculteurs de la grande mise en valeur agricole se sont orientés vers le maraîchage irrigué par rampes-pivots et la plasticulture. L’enquête effectuée au sein d’une vingtaine d’exploitations en 2008 a permis de recenser 169 ha irrigués par rampes-pivots. Les agriculteurs combinent plusieurs cultures dans le même cercle irrigué. Une autre superficie est cultivée d’une manière plus intensive sous serres et irriguée par réseau de goutte-à-goutte, elle est réservée à des produits de contre-saison (tomate, haricot vert, concombre, aubergine, courgette) ou de spéculation (poivron, melon, piment, etc.). La région profite ainsi du décalage saisonnier par rapport aux zones agricoles du Nord du pays, ce qui lui offre l’opportunité de développer une complémentarité en matière de production agricole.

  • 24 « Dans une région comme le Souf, de vieille tradition paysanne, de modestes agriculteurs ont vite s (...)

53La réorientation des agriculteurs vers ces cultures est une tendance qui se généralise, du fait de l’existence de marchés dans les centres urbains sahariens (Adrar, Béchar, Ghardaïa) et plus lointains (Hautes-Plaines et Tell). Mais cette opportunité est encore mal exploitée, malgré l’insertion croissante des productions dans les réseaux marchands. La région des Ziban (environs de Biskra) qui s’est imposée comme un bassin de production maraîchère de premier ordre en Algérie a servi d’exemple aux agriculteurs du Touat et du Gourara. Les petits pivots fabriqués dans le Souf24 à partir des tubulures des rampes-pivots abandonnées se sont diffusés dans le Touat. Leur intérêt réside dans la réduction de la consommation d’énergie électrique et l’irrigation possible de superficies plus restreintes. Dans un contexte d’incertitudes sur le revenu, leur utilisation n’impliquant pas de lourds investissements est un avantage.

54Le recours à l’utilisation du réseau de goutte-à-goutte pour l’irrigation du maraîchage est une mutation non seulement technique, mais également sociale. L’irrigation d’appoint rationalise la consommation de l’eau et de l’énergie, elle évite le développement des mauvaises herbes qui, à l’inverse, poussent souvent dans les parcelles irriguées par seguia. De plus, elle réduit les effectifs employés et offre à l’agriculteur la possibilité de cultiver des superficies plus étendues.

Les cultures fourragères et l’élevage, des activités complémentaires

55Parallèlement, les producteurs démontrent un intérêt croissant pour les cultures fourragères, en lien avec l’essor de l’élevage à une plus grande échelle, jusqu’ici absent des modèles agricoles sahariens. Durant la campagne 2007-2008, une superficie de 306 ha irrigués était ainsi dédiée à ces cultures (orge, sorgho, avoine, soja et triticale) dans les périmètres de grande mise en valeur. De plus, la CCLS a fourni les semences en orge pour 210 ha lors de la campagne agricole 2008-2009. Illustration de ces nouvelles pratiques, deux propriétaires enquêtés en 2008 réservaient la majorité des rampes-pivots aux cultures fourragères pour alimenter leurs cheptels : la première exploitation, de 1 500 ha, située à Inzeghmir et la seconde, de 250 ha, localisée à Sbaa. Le cheptel de chacun de ces propriétaires atteignait alors 800 têtes ovines environ. Dans ce contexte, ces cultures sont rentables et trouvent facilement des débouchés. Les besoins en produits fourragers sont également exprimés par la population des oasis, où l’association de l’élevage de quelques têtes ovines à l’agriculture est devenue fréquente en raison de la demande croissante en viande.

Les impacts sociaux de la mise en valeur agricole

Des paysanneries partiellement redessinées

56Les différents groupes sociaux oasiens (harratine, chorfa et mrabtine) furent mis sur un pied d’égalité par la loi de 1983 et se portèrent tous candidats aux nouvelles attributions de terres et d’eau. Les harratine, qui possédaient le savoir-faire agricole, furent privilégiés. Depuis les années 1950, et l’essor des activités d’hydrocarbures, nombreux furent les harratine ayant migré dans les champs pétroliers, ou au Nord, avec l’objectif de construire un capital et de revenir investir à l’oasis dans une part d’eau de foggara (Bisson, 1957). L’APFA a ainsi permis aux petits exploitants agricoles de gravir une partie de l’échelle sociale - par l’accès à la propriété - qui leur restait jusqu’ici inaccessible. Et en conséquence, les autres groupes sociaux, bien qu’ayant parfois obtenu de grandes superficies, se sont confrontés, de facto, à une carence de main d’œuvre agricole et furent contraints de négocier des contrats de travail plus favorables avec les ouvriers agricoles. Compte tenu de leur position de domination sociale traditionnelle dans la société oasienne, les chorfa et les mrabtine se sont également investis dans les programmations de l’APFA, tout en étant dépossédés du pouvoir de décision, s’ils n’étaient pas élus ou administrateurs : la commune étant seule à attribuer les exploitations agricoles. J. Bisson (2003, p396) résumait ainsi de manière synthétique l’évolution de ce jeu d’acteurs : « les Chorfa fortement mis à mal par la fuite de leurs anciens métayers, ne sont pas mécontents de les récupérer aujourd’hui sur les périmètres des rampes-pivots où le travail mécanisé et l’emploi salarié sont un puissant attrait pour des populations (les harratine) qui, autrefois, auraient émigré. De surcroît, ces périmètres ont constitué pour les propriétaires des foggaras et des palmeraies une position de repli confortable (du fait de la générosité de l’État) qui a compensé l’affaiblissement économique de ces grandes familles du Touat et du Tidikelt ».

Et des impacts sur l’emploi agricole

  • 25 La khemassa vient du mot khammès, un métayer rétribué au cinquième de la récolte. Le propriétaire a (...)
  • 26 La kherrassa est une forme de location qui vient du mot kherrass. Ce dernier loue l’eau et la terre (...)

57À une période où les populations, en croissance, cherchaient du travail à l’extérieur des palmeraies, parfois pour fuir l’inégalité sociale liée aux modes de faire valoir (khemassa25ou kherrassa26), l’APFA a contribué à l’absorption d’une partie de cette demande. La petite mise en valeur agricole de type paysan a offert une dizaine de milliers d’emplois au lancement des programmes. Mais ce nombre s’est réduit d’un tiers après l’abandon par des bénéficiaires non motivés ou ayant connu des difficultés de mises en exploitation. La grande mise en valeur agricole a également offert près de 1 500 emplois directs, mais l’abandon est plus important dans cette seconde forme. À ces emplois directs, s’ajoutent les emplois permanents et saisonniers, offerts par les exploitations les plus dynamiques (Otmane, 2010).

58Une mutation considérable de l’emploi s’est opérée en passant d’une dominance du mode de faire-valoir indirect à une dominance du faire-valoir direct. Les propriétaires de l’eau de foggaras qui se sont trouvés privés de leur main d’œuvre harratine furent obligés d’apprendre le travail de la terre (Bendjelid et al., 1999) ou d’accepter d’établir des contrats de travail plus avantageux pour les exploitants. Par ailleurs, face à l’indisponibilité de la main d’œuvre, de nombreuses familles oasiennes attachées à leurs terres furent contraintes de prendre en charge leurs jardins dans la palmeraie, en effectuant un partage des tâches entre les membres de la famille ou en externalisant la charge sur de la main-d’œuvre journalière.

59Dans la petite mise en valeur agricole, le travail de la terre demeure manuel et exige au moins deux personnes, eu égard à la taille des exploitations (2 ha et plus) plus vastes que celles du secteur traditionnel dans les palmeraies. Les exploitations enquêtées emploient en moyenne deux personnes de manière permanente et font appel à une main d’œuvre saisonnière, au début et à la fin de la campagne agricole. À l’inverse, l’emploi saisonnier est dominant dans les exploitations de la grande mise en valeur agricole, où la période de récolte mobilise la main-d’œuvre de la région ; le travail étant davantage mécanisé en début de campagne.

60L’emploi féminin a amplement participé au maintien de l’agriculture dans les espaces oasiens de la région, et ce, en répondant au manque chronique de main-d’œuvre pour effectuer des tâches telles que l’irrigation, le désherbage, l’entretien et la récolte. La rareté de la main-d’œuvre dans les palmeraies est ancienne (Capot-Rey, 1953) et a été accentuée après la mise en œuvre des programmes d’APFA. La présence des femmes est devenue courante dans les exploitations familiales, mais le travail des journalières rémunérées dans d’autres exploitations est rare en Algérie, à l’exception de la Kabylie. Les agriculteurs font appel à la main-d’œuvre féminine au début de la saison agricole et au moment de la récolte dans les deux secteurs, traditionnel et de mise en valeur agricole. Le travail féminin est plus conséquent et fastidieux dans les grandes exploitations agricoles, les femmes étant généralement en charge des travaux minutieux qu’exigent les plantes cultivées sous les tunnels plastiques (préparations des plants en pépinière, replantation, mise en place du réseau de goutte à goutte, etc.).

61La grande mise en valeur agricole a également attiré des Algériens du Nord. De nombreux entrepreneurs issus de secteurs d’activité non agricoles (commerçants, fonctions libérales, retraités, etc.) ont investi au Touat et au Gourara pour réaliser des bénéfices, portés par le soutien de l’État et inspirés par la mythologie de l’« eldorado saharien ». Ces entrepreneurs ont bénéficié à titre individuel ou collectif, sous forme de société à responsabilité limitée (SARL), d’exploitations quasiment équipées allant de 100 à 3 500 ha. Le faisceau de contraintes, déjà évoqué, pesant sur ce type d’exploitation a rendu ardue la tâche de ces nouveaux entrepreneurs agricoles, dans un contexte de méfiance, voire de défiance ouverte, de la part des populations locales. Cependant, si les échecs furent nombreux, existent aussi des cas de réussite. Une dizaine de ces entrepreneurs interviewés lors des enquêtes de terrain, originaires du Nord algérien (Alger, Tizi-Ouzou, Batna ou Souk-Ahras), maintiennent leurs exploitations agricoles dans des conditions de rentabilité suffisante depuis près d’une vingtaine d’années. Ils ont parfois su faire jouer les réseaux commerçants de leurs régions d’origine afin d’écouler des cultures spéculatives ou des produits issus de l’élevage.

Conclusion

62Au vu des réserves d’eau importantes de la nappe du Continental intercalaire, des résultats obtenus par l’irrigation des céréales sous rampe-pivot dans d’autres pays, et sous la pression sociale d’une demande alimentaire forte (notamment en céréales), le pouvoir algérien a mis en œuvre un vaste programme de mise en valeur agricole dans le Sahara, y effectuant de lourds investissements. Le « pays des foggaras » a ainsi constitué un des laboratoires à ciel ouvert du développement agricole saharien. Les communes de la région ont attribué 64 423 ha aux paysans des oasis ainsi qu’à des entrepreneurs venus du Nord du pays. Les attributions, et les créations de nouveaux périmètres ont été plus conséquentes dans le Touat que dans le Gourara et le Tidikelt. Mais, après trois décennies, les résultats n’apparaissent pas à la hauteur de l’investissement réalisé ; les effets conjugués des contraintes sociales, économiques et écologiques ont entravé le bon fonctionnement des exploitations. En effet, la grande mise en valeur se maintient tant bien que mal dans le Touat, elle est réduite dans le Gourara et a complètement disparu dans le Tidikelt. Toutefois, les exploitations de la grande mise en valeur sont à présent ancrées dans l’espace oasien et ses paysages. Ils sont à compter au registre des facteurs récents d’évolution économique et sociale de ces territoires.

63Concrètement, la superficie réellement cultivée de la mise en valeur avoisine les 4 000 ha, qui produisent quelques milliers de tonnes de blé dur par an. Face aux difficultés rencontrées par les formes d’organisation collective, les attributions individuelles ont permis le maintien de cette activité et la production agricole est toujours assurée. Pour surmonter les contraintes diverses pesant sur l’agriculture saharienne, des adaptations ont été générées par les agriculteurs en cherchant des activités agricoles complémentaires à la production céréalière, comme les cultures de rente, les cultures fourragères et l’élevage. La recherche de rentabilité constitue le moteur premier de la motivation des agriculteurs à réorienter leurs productions. La revalorisation du prix d’achat des céréales par l’État en 2008 a ainsi entraîné une multiplication par trois de la superficie emblavée entre 2007 et 2008, ce qui ouvre de réelles perspectives de relance de ces cultures dans l’avenir, qui pourront ainsi répondre, de manière certes marginale, à l’objectif premier de ce programme de développement agricole : enrayer le déficit structurel algérien en céréales.

Haut de page

Bibliographie

Abdelkrim M., 2008, État de la mise en valeur agricole dans la daïra de Fenoughil, wilaya d’Adrar, Mémoire d’ingénieur, Université d’Oran, Algérie (en langue arabe).

Agence Nationale des ressources hydrauliques (ANRH), 2004, Bilan des ressources en eau des wilayas d’Adrar et de Tamanrasset, (Rapport numérique).

Azzabi T., 1993, « Food self-sufficiency and agricultural research in Libya », Cahiers Options Méditerranéennes, vol. 1, No. 5, 77-79.

Bahi M.R, 2003, L’exploitation agricole traditionnelle dans l’oasis de Tamassekhet, wilaya d’Adrar, état et perspectives, Mémoire d’ingénieur, Université d’Oran, Algérie, (en langue arabe).

Bendjelid A., Hadeid M., Bellal S.A., Gacem F., Belmahi M.N., Hani S., 1999, « Mutations sociales et adaptation d’une paysannerie ksourienne du Touat : Ouled Hadj Mamoun (wilaya d’Adrar, Algérie) », Insaniyat, No. 7, 39-53.

Bessaoud O., 2008a, « L’agriculture et la paysannerie en Algérie, les grands handicaps » in Benghabrit-Remaoun N. et Haddab M. (dir.), L’Algérie 50 ans après. État des savoirs en sciences sociales en Algérie, CRASC Oran, 359-384.

Bessaoud O., 2008b, « Les organisations rurales au Maghreb », Économie rurale, 303-304-305, 8-21.

Bisson J., 1957, Le Gourara, étude de géographie humaine, Mémoire n° 3, Université d’Alger, Institut de Recherches Sahariennes.

Bisson J., 1994, Développement et mutations au Sahara maghrébin, Tours, CRDP Orléans.

Bisson J., 1996, « Paysanneries du Sahara maghrébin : dynamiques locales et politiques de développement » in Fontaine J. (dir.), Sociétés sahariennes, entre mythes et développement, Cahiers d’URBAMA - Cahiers de l’Université Ouverte, Tours - Besançon, 63-80.

Bisson J., 2003, Mythes et réalités d’un désert convoité, le Sahara, Paris, L’Harmattan.

Bisson J., 2004, « Le dilemme agricole saharien, aménagement moderne et milieu oasien, le cas de la Saoura, du Souf et du Touat » in Bendjelid A., Brûlé J.-C., Fontaine J. (dir.), Aménageurs et aménagés en Algérie, Paris, L’Harmattan, 91-103.

Capot-Rey R., 1953, Le Sahara français, Paris, PUF.

Casajus D., 2011, « Sahara en mouvement », L’année du Maghreb, VII, 5-23.

Centre National des études et d’analyses pour la planification (CENEAP), 1990, Plan de développement et d’aménagement de la wilaya d’Adrar - Rapport diagnostic, Alger.

Côte M., 1993, « Espoirs et menace sur le Sahara : les formes récentes de mise en valeur agricole », Cahiers d’URBAMA, No. 08, 11-27.

Côte M., 2002, « Des oasis aux zones de mise en valeur - l’étonnant renouveau de l’agriculture saharienne », Revue Méditerranée, tome 99, No. 3.4, 5-14.

Dahmane A., 2008, La grande mise en valeur agricole dans la commune de Zaouiet-Kounta, wilaya d’Adrar, Mémoire d’ingénieur en géographie, Université d’Oran, Algérie, (en langue arabe).

Dubost D., 2002, Écologie, aménagement et développement agricole des oasis algériennes, Biskra, éditions du CRSTRA.

Dubost D., 1986, « Nouvelles perspectives agricoles du Sahara algérien », Revue de l’Occident musulman et de la Méditerranée, No. 41-42, 339-356.

Food and agriculture organization (FAO), 2012, Annuaire statistique en ligne de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture, (http://faostat.fao.org).

Fontaine J., 1996, « La Libye : un désert côtier riche en hydrocarbures… et en eau ? », Annales de Géographie, t. 105, No. 589, 279-295.

Fontaine J., 1999, « La Libye : une littoralisation presque obligée », Méditerranée, Tome 91, 1‑2, 57-62.

Fontaine J., 2005, « Infrastructures et oasis-relais migratoires au Sahara algérien », Annales de Géographie, No. 644, 437-448.

Frenken K., 2005, L’irrigation en Afrique en chiffres - Enquête AQUASTAT – 2005, Rome, FAO.

Kouzmine Y., 2012, Le Sahara algérien. Intégration nationale et développement régional, Paris, L’Harmattan.

Kouzmine Y., Fontaine J., Otmane T., Yousfi B., 2009, « Étapes de la construction d’un désert : l’espace saharien algérien entre convoitises économiques, projets politiques et aménagement du territoire », Annales de géographie, No. 670, 659-685.

Lawless R.I., 1976, « Les développements récents de l’agriculture en Libye, Méditerranée, tome 24, 1, 59-69.

Mabrouk M., 2008a, Le changement des structures agraires dans la société touatienne, Alger, Houma, (en langue arabe).

Mabrouk M., 2008b, Les systèmes productifs traditionnels dans les ksour touatis, Alger, Houma, (en langue arabe).

Marouf N., 2010, L’eau, la terre les hommes. Passé et présent des oasis occidentales (Algérie), Paris, L’Harmattan.

Mekidèche M., 2009, « Le secteur des hydrocarbures en Algérie : piège structurel ou opportunité encore ouverte pour une croissance durable ? », Confluences Méditerranée, No. 71, 2009/4, 153‑166.

Merabti A., 2008, L’exploitation agricole dans la commune d’Inzeghmir, wilaya d’Adrar, étude comparative entre les deux secteurs, traditionnel et mise en valeur agricole, Mémoire d’ingénieur, Université d’Oran, Algérie, (en langue arabe).

Ould Baba Sy M., 2005, Recharge et paléorecharge du système aquifère du Sahara septentrional, Thèse de doctorat, Université de Tunis.

Otmane T., 2010, Mise en valeur agricole et dynamiques rurales dans le Touat, le Gourara et le Tidikelt (Sahara algérien), Thèse de doctorat, Université d’Oran (Algérie) et Université de Franche-Comté (France).

Otmane T., Kouzmine Y., 2011, « Timimoun, évolution et enjeux actuels d’une oasis saharienne algérienne », Insaniyat, No. 51-52, 165-184.

Yousfi B.-E., 2011, « La ville d’Adrar dans un nouveau contexte urbain : vers une réorganisation de l’espace régional des territoires sahariens du Sud-ouest de l’Algérie », Insaniyat, No. 51-52, 27-48 (en langue arabe).

Haut de page

Notes

1 Centre national de l’informatique et des statistiques des Douanes (CNIS), Algérie.

2 « L’initiative émane non pas de pays en voie de développement, mais de bureaux d’études de pays industrialisés et plus particulièrement de ceux de compagnies pétrolières ; ils ont précisé les conditions qui permettraient d’obtenir, dans les régions arides, des denrées alimentaires – les céréales notamment – en très grandes quantités, en avançant un argument que les régions choisies pour ces projets ont des conditions climatiques analogues à celles de l’Arizona central, où d’importantes superficies désertiques ont été mises en irrigation » (Bisson, 2003, p244).

3 Il s’agit du système aquifère du Sahara septentrional qui est composé de deux principaux aquifères : le Continental intercalaire et le Complexe terminal, couvrant la partie septentrionale du Sahara algérien, le sud de la Tunisie et se prolongeant dans le nord de la Libye. Ce système s’étend sur 1 100 000 km² et emmagasine 31 000 x 109 m3 d’eau (Ould Baba Sy, 2005).

4 Pour une description plus précise des systèmes d’oasis à foggaras, se reporter à T. Otmane (2010), J. Bisson (2003) ou D. Dubost (2002).

5 Équivalent administratif du département français ; le territoire algérien est divisé en 48 wilayas.

6 Loi n° 83-18 du 13 août 1983 relative à l’accession à la propriété foncière par la mise en valeur agricole.

7 À la fin des années 1980, conséquence de la crise économique et de la libéralisation, le nombre de chômeurs a augmenté d’une manière considérable. Le pouvoir avait alors engagé des programmes d’insertion de jeunes dans la vie économique, appelés « emploi de jeunes » ; ces programmes ont concerné tous les secteurs d’activité.

8 Enquête de terrain (2008), Dahmane (2007) et Merabti (2008).

9 Afin de créer de la ressource, plus d’une vingtaine de forages ont été réalisés pour renforcer des foggaras.

10 La société oasienne est historiquement stratifiée en deux principaux groupes : le premier est composé des chorfa et mrabtine, classe aristocrate, propriétaire de l’eau des foggaras et de la terre ; le second est constitué par les harratine, métayers, ayant le savoir-faire agricole (Marouf, 2010).

11 La cession des terres d’APFA se faisait contre le versement du dinar symbolique au Trésor public.

12 Ainsi, un entrepreneur originaire d’Alger et sa femme vétérinaire avaient pour projet de créer un ranch en plein désert. Installés dans le périmètre d’Aoughrout au Gourara, leurs forages furent endommagés par la population locale, mécontente du tarissement des foggaras, mais également hostile à l’arrivée de ces nouveaux entrepreneurs exogènes. Les conditions écologiques sahariennes furent plus fortes que la motivation des concernés et le projet fut rapidement voué à l’échec.

13 Nous avons procédé au traitement de l’image satellitaire Landsat de 2001, étant donné qu’elle correspond à la dernière année d’utilisation des rampes-pivots dans le Tidikelt oriental.

14 Le déplacement se fait également à cause du développement des mauvaises herbes dans la surface emblavée.

15 D’après les agriculteurs enquêtés, le rendement en blé dur a atteint 60 et 70 qx/ha.

16 Des agriculteurs interviewés en mars 2008 commercialisent une part de leurs productions de blé et de fourrages vers le Mali de façon directe ou par des mandataires du commerce transsaharien.

17 Conduit d’irrigation.

18 Les prix d’achat ont été fixés en juin 2008 à 4 500 DA le quintal pour le blé dur, 3 500 DA pour le blé tendre et 2 500 DA pour l’orge.

19 Société Nationale de l’Électricité et du Gaz créée en 1969. Avec l’ensemble de ses filiales, elle exerce des activités de production, de transport et de distribution de l’énergie électrique et de gaz.

20 Ce qui représentait, en 2005, environ 72 millions d’euros. Direction du complexe (CAAS), 2005.

21 Voir entres autres références : Côte (1993, 2002), Bisson (1993, 1994, 2003, 2004), Dubost (2002) et Fontaine (1996, 1999).

22 Ces chiffres incluent l’ensemble des agricultures nationales, espaces désertiques compris.

23 Bien que selon le Ministère de l’agriculture et de l’agroalimentaire canadien, « le gouvernement saoudien a réduit sa production locale de blé de 12 % en 2009 et continuera de la réduire chaque année, en prévision d’une cessation complète de la production d’ici 2016 » (http://www.ats-sea.agr.gc.ca/afr/4631-fra.htm)

24 « Dans une région comme le Souf, de vieille tradition paysanne, de modestes agriculteurs ont vite saisi l’intérêt qu’il y avait à récupérer les tubulures à sprinklers des rampes-pivots abandonnées ; des ferronniers les ont raccourcis et ont coudé chacune des extrémités : c’est en somme, la version agricole du tourniquet de jardin […] ce bricolage peu coûteux, assure, entre autres, de belles récoltes » (M. Côte, cité dans Bisson, 2003, p247).

25 La khemassa vient du mot khammès, un métayer rétribué au cinquième de la récolte. Le propriétaire assure dans ce contrat l’eau, le fumier, les semences, les outils et le choix des cultures. Le khammès fournit la force de travail, assure l’irrigation du jardin et participe à l’ensemencement et la récolte ainsi qu’au curage de la foggara en recevant un salaire comme tous les ouvriers d’entretien.

26 La kherrassa est une forme de location qui vient du mot kherrass. Ce dernier loue l’eau et la terre et apporte les outils et les semences. Le kherrass a la liberté dans le choix des cultures, la production maraîchère lui revient ainsi qu’une part des dattes.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte 1 : Localisation de la zone d’étude
Crédits (Source : Fontaine, 2005)
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/25732/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 768k
Titre Figure 1 : Le processus du traitement des images satellitaires
Crédits © Otmane Tayeb, Université d’Oran, 2010
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/25732/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 428k
Titre Tableau 1 : Programmes de la grande mise en valeur agricole au Touat-Gourara-Tidikelt en 2004
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/25732/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 360k
Titre Carte 2 : Parcellaires des périmètres de la grande mise en valeur agricole
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/25732/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Titre Carte 3 : La répartition des périmètres de grande mise en valeur agricole (2005)
Légende Les périmètres ont été implantés à proximité des palmeraies historiques, afin de profiter des ressources hydriques du système de nappe qui alimente les foggaras, le Continental intercalaire, ainsi que des réseaux de communications qui relient ces chapelets d’oasis. Dans le Touat, ces exploitations se sont localisées à l’est de la route nationale n° 6, à quelques kilomètres des palmeraies ; dans le Tidikelt à proximité des oasis d’In-Salah, d’In-Ghar et d’Aoulef ; tandis que le seul périmètre du Gourara (Aoughrout) a été créé de part et d’autre de l’axe qui relie Adrar à Timimoun, non loin des palmeraies.
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/25732/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Titre Photo 1 : La mécanisation dans la grande mise en valeur agricole
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/25732/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Titre Carte 4 : Le paysage rural du Touat en 2003
Légende Les cercles céréaliers ont redessiné le paysage agricole de la région. La surface irriguée par une seule rampe-pivot peut dépasser celle de plusieurs palmeraies traditionnelles. Mais au-delà des caractères paysagers, c’est bien la structure foncière des exploitations qui constitue la réelle mutation. Si les palmeraies traditionnelles peuvent concentrer un grand nombre d’exploitants sur des superficies réduites (ex : 78 exploitations sur 8,3 ha à Tamassekhet), les grandes attributions de la mise en valeur peuvent, à l’inverse, n’appartenir qu’à un seul exploitant (ex : une exploitation d’Inzeghmir dans le Touat de 1 500 ha).
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/25732/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 460k
Titre Figure 2 : Les traces de déplacement des rampes-pivots
Légende Les traces des anciens emplacements de pivots sont toujours visibles dans le Touat et le Gourara, en revanche, ils ont quasiment disparu dans le Tidikelt du fait de l’intensité de l’ensablement dans cette partie du Sahara qui, au-delà du seul fait de maquiller les traces de toute activité agricole, en explique l’abandon. Les sites sur lesquels est implantée la grande mise valeur agricole sont à découvert et exposés au vent. Il suffit, en l’absence de brise-vents autour des exploitations, d’une journée de vent de sable ou de fortes chaleurs pour mettre en péril tout un champ de culture. Quant au Gourara, le seul périmètre réservé à la grande mise en valeur agricole (Aoughrout) est faiblement occupé, la superficie de 124 ha cultivée en 2003 s’est réduite à 92 ha en 2005. Il ne demeure que quatre exploitations agricoles encore fonctionnelles.
Crédits © Source : Image Landsat, 2003 / traitement : T. Otmane - 2010
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/25732/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 416k
Titre Tableau 2 : État de mise en culture des périmètres de la grande mise en valeur agricole au Touat-Gourara-Tidikelt entre 2003 et 2005
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/25732/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 448k
Titre Tableau 3 : La superficie cultivée dans la grande mise en valeur au Touat-Gourara-Tidikelt (2003 et 2005)
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/25732/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Titre Figure 3 : La production céréalière dans la wilaya d’Adrar depuis 1990
Crédits © Otmane T., 2012
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/25732/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 432k
Titre Photo 2 : L’aménagement du Complexe agroalimentaire du Sud (Adrar, Algérie)
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/25732/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Tableau 4 : Production et importation de blé dans trois pays arabes
Crédits © Otmane T., Kouzmine Y., 2012
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/25732/img-13.png
Fichier image/png, 35k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Tayeb Otmane et Yaël Kouzmine, « Bilan spatialisé de la mise en valeur agricole au Sahara algérien », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Espace, Société, Territoire, document 632, mis en ligne le 19 février 2013, consulté le 26 mars 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/25732 ; DOI : 10.4000/cybergeo.25732

Haut de page

Auteurs

Tayeb Otmane

Laboratoire EGEAT
Université d’Oran (Algérie)
Maître de conférences « A »
Chercheur associé au CRASC, Algérie
otmanet1@yahoo.fr

Yaël Kouzmine

UMR 1248 AGIR (INRA-INPT/ENSAT)
Centre INRA Toulouse Midi-Pyrénées
Ingénieur de recherche
yael.kouzmine@toulouse.inra.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page