Navigation – Plan du site
2013

Michaud Y., 2012, Ibiza mon amour – Enquête sur l’industrialisation du plaisir, Paris, NiL éditions, 352 p.

Cyril Jayet

Texte intégral

1Dans son dernier livre, le philosophe Yves Michaud nous invite à partir sur l’île espagnole d’Ibiza. Le but de cet essai est multiple. Il s’agit d’abord d’étudier sur quelles bases le mythe Ibiza s’est construit : comment une île pauvre et isolée est devenue en une quarantaine d’années un lieu mondialement connu, une véritable marque vouée à la fête, à la musique techno, une destination de rêve qui attire près de deux millions de touristes par an.C’est aussi une étude sur les mouvements hippies, une histoire des musiques disco, house et techno et aussi de l’usage des drogues. Mais surtout, le propos transcende le simple exemple d’Ibiza pour nous montrer comment le capitalisme moderne transforme notre légitime recherche du plaisir en véritable industrie, ce que l’auteur appelle « l’industrialisation de l’hédonisme ».

2Yves Michaud est un philosophe qui a notamment travaillé sur l’art et l’esthétisme, en particulier dans son livre L’art à l’état gazeux, paru en 2003, où il défend la thèse que l’art s’est transformé en expériences sensibles, en ambiance. Expériences sensibles qui peuvent d’ailleurs se retrouver au cœur des boîtes de nuit d’Ibiza quand la soirée est réussie. Il est également le fondateur de l’Université de tous les savoirs où des conférences de qualité sont proposées à tous.

3Ibiza mon amour propose plusieurs thèmes ou approches : historique, sociologique, économique, philosophique. L’auteur alterne sans cesse entre le cas particulier d’Ibiza et des réflexions plus générales sur la musique, la drogue, l’esthétisme ou encore le plaisir.

4Dans un premier temps, Yves Michaud parcourt les différentes boîtes de nuit d’Ibiza, il se fait enquêteur de terrain. Il y décrit les différents publics, les styles de musique proposés, les quartiers dans lesquels sont implantés ces véritables paquebots de la nuit. Déjà, on peut y voir que l’offre couvre toute la gamme des demandes, du touriste venu « s’éclater » une semaine en formule all inclusive au clubber professionnel.

5L’île est ensuite placée dans son contexte géographique et historique. On lit comment le mythe Ibiza s’est transformé au cours des années. Dans les années 1930, c’est une utopie des origines qui est recherchée par les quelques intellectuels (dont Walter Benjamin) qui visitent une île pauvre, mise à l’écart et où les habitants survivent plus qu’ils ne vivent. Puis dans les années 1960 et 1970, des communautés hippies s’y installent, profitant du coût peu élevé de la vie et des avantages du climat méditerranéen. Elles prônent la libération des mœurs et l’autoconsommation. À partir de la fin des années 1980, le mythe se transforme en marque, en produit industriel.

6Dans la suite de son essai, Yves Michaud explique comment le tourisme a fait sortir une île totalement délaissée par les pouvoir publics de la misère la plus criante. Selon l’auteur, le catholicisme n’ayant pas pénétré en profondeur la société, elle a toujours été accueillante et tolérante. Le tourisme a été une véritable manne qui a sorti l’île de la pauvreté. Cependant, le prix à payer est sans douté élevé quand on songe aux trafics générés : trafic de drogue bien sûr, mais aussi corruption et clientélisme.

7Si Ibiza se distingue des autres lieux touristiques du bassin méditerranéen, c’est par la musique qu’elle le doit. En effet, l’île doit être inscrite dans l’histoire de la musique de la deuxième moitié du XXe siècle pour être comprise, période durant laquelle la musique est peu à peu devenue une production industrielle. L’auteur explique que notre perception a évolué : une moindre importance est accordée au visuel, nous sommes plutôt baignés dans des ambiances captées par nos autres sens. Les DJs participent à ce mouvement puisqu’ils nous plongent dans une expérience sonore sensorielle, aidés en cela par l’usage éventuel de produits psychotropes. Mais ce mouvement musical a une histoire que conte admirablement Yves Michaud. Il décrit fort bien les différents mouvements musicaux que sont le disco, la house et la techno. À la différence du mouvement hippy, leurs adeptes ne sont pas des contestataires politiques, ils revendiquent simplement le fait de ne pas faire partie du système. Mais peu à peu, la transgression entre dans la récupération commerciale. « Ibiza durant les trente dernières années, c’est la rencontre de l’histoire musicale et de l’économie du divertissement nocturne, de la musique électro-house-techno et du profit, de la fête sous les étoiles et de la production industrielle » (p. 99). C’est le règne de l’hédonisme commercial. Les dates marquantes du développement des clubs correspondent à l’histoire du pays : transition post-franquiste et libération des mœurs, intégration européenne et développement touristique.

8Cette rente touristique engendre bien sûr beaucoup d’argent, souvent non déclaré. Certaines personnes particulièrement bien placées en profitent plus que d’autres. C’est le cas, parmi d’autres personnalités, d’Abel Matutes, homme politique à la tête d’un empire voué au tourisme, dont l’auteur dresse un portraitcroustillant et expose quelques-unes de ses aventures immobilières. Comme cet hôtel construit dans les années 1970 dans l’axe des pistes de l’aéroport, mais qu’il a fallu détruire de toute urgence afin d’assurer la sécurité des avions.Toute la population profite du tourisme, il est donc générateur de consensus et dépolitise la population. Les seuls enjeux politiques de la ville sont concrets, ils concernent la terre (constructible ou pas) et la circulation.

9Dans les deux derniers chapitres, très bien travaillés, l’auteur offre une réflexion philosophique sur le plaisir et l’hédonisme et l’applique au cas d’Ibiza qui devient, l’été venu, une véritable « usine à plaisirs » offrant toutes les expériences : la rupture par rapport à la vie quotidienne, le relâchement des contraintes et l’intensité des expériences sensuelles. Si le phénomène peut se retrouver dans beaucoup d’autres lieux touristiques, Ibiza se distingue en multipliant les effets de ces expériences grâce à un véritable « engineering économique, social et culturel » exclusivement tourné vers la livraison en continu de plaisir. Pour éviter à l’ennui de s’installer, on innove sans cesse, on essaie de discerner les tendances porteuses. Ibiza est une caricature de la quête contemporaine de l’absence de souci à travers divertissements et plaisirs, d’un monde à la Houellebecq.

10En définitive, cette industrie touristique offre donc deux faces : fête, liberté, plaisirs d’un côté et argent, exploitation, vulgarité de l’autre. Il est certainement positif que la fête et les plaisirs ne soient plus réservés exclusivement aux groupes sociaux les plus privilégiés. Toutefois, en abordant la face sombre de cette industrialisation, l’auteur s’expose à des critiques, sans doute justifiées. En effet, il refuse de la dénoncer sous prétexte que l’on ne sait rien des mœurs d’antan, que l’on juge le présent à l’aune d’un passé sublimé. Mais ce livre n’en demeure pas moins, plus globalement, un bon révélateur du fait que notre société produit sans cesse des normes que des agents économiques proposent ensuite de dépasser, la transgression devenant un produit comme un autre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cyril Jayet, « Michaud Y., 2012, Ibiza mon amour – Enquête sur l’industrialisation du plaisir, Paris, NiL éditions, 352 p. », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Revue de livres, mis en ligne le 11 mars 2013, consulté le 30 mars 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/25810

Haut de page

Auteur

Cyril Jayet

Master 2 Carthagéo - cyril_jayet@yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page