Navigation – Plan du site
2013

Bourillon F. (dir.), 2012, Changer les noms de rues de Paris. La Commission Merruau - 1862, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, Mémoire commune & Paris, Comité d’Histoire de la Ville de Paris, 345 p.

Une entreprise toponymique et politique majeure : le changement et l’attribution des noms de rues du Grand Paris haussmannien
Frédéric Giraut

Texte intégral

1L’ouvrage concerne une entreprise toponymique et politique majeure : le changement et l’attribution des noms de rues du Grand Paris haussmannien. Il s’agit de l’édition commentée du Rapport de la Commission Merruau de 1862 sur « la nomenclature des rues et le numérotage des maisons de Paris ». Le rapport proprement dit, d’une quarantaine de pages, est accompagné de la reproduction de grands tableaux exhaustifs compilant par arrondissements l’ensemble des « voies dont le nom est changé » ou « dont le parcours est prolongé ». Une lettre du baron Haussmann à l’Empereur concernant l’application des principales propositions est également publiée en annexe.

2La Commission avait pour mission de produire une nouvelle nomenclature des voies et des adresses pour le Paris étendu et rénové après l’annexion des communes périphériques. Elle livra ainsi un rapport proposant d’une part une désignation et une hiérarchisation des voies et places selon une nomenclature nouvelle et harmonisée, et une proposition de néo-odonymie parisienne pour remplacer des appellations vernaculaires, obscures, multiples ou redondantes dans le cadre de la nouvelle cité étendue et unifiée.

3La lecture du rapport est parfois savoureuse. On voit ainsi comment le désordre médiéval et prémoderne de l’ordonnancement urbain est présenté avec condescendance par la Commission comme un bricolage qui appelle une modernisation rationnelle : « On comprend que l’ordre était loin de régner dans une nomenclature ainsi faite {Le rapport vient d’énumérer les pratiques de nomination des édifices selon leurs différentes caractéristiques propres ou d’occupation}. La même voie recevait et gardait souvent plusieurs noms à la fois, ou en changeait au hasard ; les parties différentes d’une même rue étaient diversement nommées. (…) Une telle confusion devait rendre assez difficile l’indication d’une demeure peu connue. Pour diriger un voyageur dans le vieux Paris, on se servait nécessairement de tous les points de repère qui se trouvaient dans le voisinage ; on comptait de mémoire le nombre des portes à partir du point désigné. Muni de ces renseignements, un étranger courait encore le risque de s’égarer dans les détours de la ville, si la complaisance des gens du quartier ne venait à son aide. Une certaine lumière se fit pourtant dans cet obscur dédale, par la multiplication des enseignes que les marchands et les artisans ne tardèrent pas à se donner avec une extrême émulation, et qui servirent bientôt d’indicateurs et de guides par toute la ville » (p. 97).

  • 1 Voir notamment Berg, Vuolteenaho, 2009 ; Giraut, Houssay-Holzschuch, 2008 ; Guillorel, 2008 ; Rose- (...)

4On voit également comment l’idée de consultation populaire est présente dans le processus de validation des propositions de la Commission : par vote du Conseil Municipal d’une part, et « dans certains cas » par « enquête auprès des populations concernées ». Mais le dernier mot reste à l’Empereur, sur proposition du Préfet Baron, lui même rédacteur des décrets. Ceci illustre, outre les mécanismes de prise de décisions et les échelles en jeux, la difficile équation entre impératif d’appropriation à des fins de repérage et d’usage quotidien des odonymes et impératif de marquage symbolique national de la ville capitale modernisée. C’est bien là que réside un des intérêts de cet ouvrage à l’heure où les études toponymiques connaissent un tournant critique et que la dimension politique y est affirmée1. Il s’agit d’un courant scientifique qui sort la toponymie des seules approches étymologiques ou archéologiques et l’ouvrage y contribue en apportant un corpus rare, doublé d’une analyse méticuleuse, d’une entreprise politique majeure de création toponymique. Majeure par la quantité et la localisation des lieux concernés dans la capitale rénovée de l’Empire.

5Ainsi, outre les documents originaux, les quatre-vingt-dix premières pages de cet ouvrage sont consacrées à l’analyse détaillée du contenu du Rapport Merruau et de ce qu’il en est advenu par Florence Bourillon. Cette historienne donne une lecture et une interprétation des logiques parfois contradictoires qui sous-tendent les propositions de la Commission ou qui expliquent sa très incomplète application. Ici, point de mobilisation de la French theory poststructuraliste, mais une approche empirique qui prend en compte tout le corpus et laisse peu de place à une généralisation qui se ferait à partir de certaines propositions en s’affranchissant de la masse des propositions ordinaires apparemment peu significatives.

  • 2 « On ne saurait prendre des mesures identiques pour le choix des noms à l’égard de voies publiques (...)

6Elle montre ainsi d’abord comment la Commission Merruau pour le Paris élargi de 1862 différencie sa pratique selon la nature des voie2, mais comment finalement, elle tente de contribuer à produire un espace unifié et cohérent avec un premier niveau d’appartenance et de citoyenneté emboîté dans le grand tout national.

7C’est bien ce caractère cohérent et unifié de la nomenclature et des référentiels du corpus de noms qui doit conférer la dimension de collectivité à l’agglomération. Le recours massif aux noms de personnages illustres (64 %) – qui laissent loin derrière les lieux (27 %) et les références aux activités (7 %) – confère cette fois une dimension textuelle nationale à la ville capitale de la Nation et de l’Empire.

8Pour les personnages, Françoise Bourillon rappelle la variété des raisons invoquées pour justifier le choix pour telle ou telle voie :la proximité de lieux (exemples des médecins fameux dans le XIIIearrondissement, près des hôpitaux, ou de Perrault près de la Colonnade du Louvre), le mérite (« a mérité d’être digne de figurer dans la nomenclature des rues de Paris »), les regroupements de personnages liés, la substitution de noms (un nouveau nom en résonance avec le précédent qui doit disparaître pour cause d’homonymie dans la nouvelle cité) et le fait d’avoir demeuré dans la rue.

9La signification et la localisation de la nomination doivent faire sens simultanément au niveau national et à celui de la collectivité parisienne. Les références à l’histoire locale (celui désormais de l’infracollectivité) sont évitées et éliminées, mais l’on ne néglige pas la nécessité pratique de limiter les chamboulements en conservant des repères acquis et en créant des cohérences locales et des continuités de sens ou de références. Au total, c’est donc à la fois une doctrine et une méthode d’application complexe qui apparaissent de manière explicite avec l’analyse du rapport.

10Françoise Bourillon donne ainsi des exemples d’enchaînements logiques qui aboutissent à un ensemble de propositions : une rue de Constantine doit disparaître dans le XXe car il en existe une dans le IVe. Il est décidé de l’appeler rue des Maronites sans doute pour rester dans le registre colonial et oriental et pour rendre hommage « aux peuplades chrétiennes de Syrie, placées sous le protectorat de la France ». En référence à ce choix, la rue des Arts est renommée rue du Liban et la rue Napoléon, rue Abd-El-Kader car celui-ci jouit « d’une grande popularité et rappelle les services rendus aux Chrétiens de Syrie » (au passage, il est mis au niveau d’un Prince qui seul peut avoir son nom odonymisé de son vivant).

11Ailleurs, dans le XIXe, on a une sorte de panthéonisation symbolique des artistes français récents dans un espace urbain restreint. Tandis que dans le XVIe les artistes de la Renaissance italienne élargissent les références à l’Europe des Arts.

12L’analyse de la néotoponymie par Florence Bourillon révèle donc la technologie mais aussi le sens de l’entreprise au delà de la proclamation de la Commission qui souhaitait s’inscrire dans les pratiques initiées au début du siècle et valoriser les « grands hommes » et les « glorieux faits d’armes ». Elle identifie trois motivations et registres principaux de pratiques de nominations: « l’impérialisation de la mémoire collective », « le rattachement du régime à une histoire illustre » et « l’hommage rendu à la modernité et au progrès ».

  • 3 Voir Billig, 1995.

13L’ouvrage est remarquable par sa composition et il est particulièrement bienvenu dans un contexte de redécouverte de la dimension politique de la toponymie. Il livre les ressorts d’une entreprise remarquable de construction d’un paysage toponomastique qui relève des différentes dimensions du nationalisme banal3 et capital, et de l’affirmation de la modernité urbaine dans l’univers quotidien.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

BERG L. D., VUOLTEENAHO J., 2009, Critical Toponymies: The Contested Politics of Place Naming, Aldershot, Ashgate

BILLIG M., 1995, Banal Nationalism, Londres, Sage.

BOUVIER J.-C., GUILLON J.-M., 2001, La toponymie urbaine. Significations et enjeux, Paris, L’Harmattan.

GIRAUT F., HOUSSAY-HOLZSCHUCH M. (dir.), 2008, "Au nom des territoires ! Enjeux géographiques de la toponymie", L’espace géographique, Vol.37, No.2.

GUILLOREL H., 2008, Toponymie et politique : les marqueurs linguistiques du territoire, Bruxelles, Bruylant.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

ROSE-REDWOOD R., ALDERMAN D., AZARYAHU M., 2010, "Geographies of toponymic inscription: new directions in critical place-name studies", Progress in Human Geography, Vol.34, 453-470.
DOI : 10.1177/0309132509351042

Haut de page

Notes

1 Voir notamment Berg, Vuolteenaho, 2009 ; Giraut, Houssay-Holzschuch, 2008 ; Guillorel, 2008 ; Rose-Redwood, Alderman, Azaryahu, 2010.

2 « On ne saurait prendre des mesures identiques pour le choix des noms à l’égard de voies publiques proprement dites, et à l’égard de ces passages ruelles, sentiers, tronçons ouverts par des particuliers sur leurs terrains et qui ne servent presque point à la circulation générale », p. 45.

3 Voir Billig, 1995.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédéric Giraut, « Bourillon F. (dir.), 2012, Changer les noms de rues de Paris. La Commission Merruau - 1862, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, Mémoire commune & Paris, Comité d’Histoire de la Ville de Paris, 345 p. », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Revue de livres, mis en ligne le 13 mars 2013, consulté le 20 octobre 2014. URL : http://cybergeo.revues.org/25814

Haut de page

Auteur

Frédéric Giraut

Université de Genève, Département de Géographie et environnement
Frederic.giraut@unige.ch

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page