Navigation – Plan du site
2013

Prieur C., Dupont L. (dir.), 2012, "Les espaces des masculinités", Géographie et cultures, No.83, 149 p.

Patrick Farges

Texte intégral

1Disons-le d’emblée : on ne peut que se réjouir du fait qu’une revue française de géographie se saisisse de la question des masculinités, qui fait l’objet en ce moment de nombreuses publications dans les arts, les lettres et les sciences sociales. Soulignons également qu’il s’agit d’une revue de géographie culturelle, la revue Géographie et culture, qui réagit à ces débats traversant les sciences de l’humain et du social, en proposant un numéro spécial sur « Les espaces des masculinités » coordonné par Charlotte Prieur et Louis Dupont. Le lecteur s’amusera d’ailleurs – ou bien il rira jaune – de certaines des réponses données par des géographes physicien-ne-s aux questions qui leur sont posées sur la place du genre au sein de leur champ et leur pratique disciplinaires : on se reportera ainsi au tableau synoptique (p. 39) proposé par Anne Jégou, Antoine Chabrol et Edouard de Bélizal dans leur article intitulé « Rapport genrés au terrain en géographie physique ».

2Comme le rappellent les coordinateur-e-s du numéro (p.9) : « L’étude des masculinités est récente dans les sciences sociales. Elle l’est encore plus en géographie », et l’on peut donc s’attendre à des réticences propres à chaque discipline lorsqu’apparaissent des sujets considérés dans un contexte français comme « émergents ».

3Le numéro thématique, dont la couverture originale évoque les ascriptions identitaires en matière de genre – parfois symboliquement violentes– associées aux toilettes, veut donner un aperçu varié d’une inscription dans l’espace des masculinités (l’utilisation du pluriel à « masculinités » est ici voulue). L’auteur de ces lignes, non géographe, s’est étonné de ne pas trouver, sur le sujet « géographie et/des masculinités », de contribution du chercheur Yves Raibaud – par ailleurs cité dans l’article consacré à l’état de l’art – qui est pourtant l’auteur d’un certain nombre de réflexions sur l’inscription urbaine d’affirmations identitaires masculines.

4Comme cela a été le cas en sociologie (dans le cas de la sociologie des prisons ou bien des internats) ou bien en histoire (citons par exemple l’histoire de l’enfermement), la réflexion géographique sur la masculinité proposée dans le numéro se fait aussi à partir d’exemples de lieux non-mixtes, c’est-à-dire des lieux fréquentés ou produits uniquement par des hommes. Les rapports entre hommes, dans l’« entre-soi », deviennent alors des révélateurs de formes de pouvoir et de hiérarchies éminemment genrées propres à chaque contexte socio-historique. La prison en est un exemple (c’est ce que montre l’article de Gwénola Ricordeau et Olivier Milhaud, « Prisons : espaces du sexe et sexualisation des espaces »), les lieux de drague (et non « de drag », comme il est écrit p. 51, ce qui eût produit un article bien différent) en sont un autre.

5L’article de Stéphane Leroy, intitulé « Tu cherches quelque chose ? : ethnographie de la drague et des relations sexuelles entre hommes dans le bois de Vincennes », est extrêmement riche et problématisé. L’auteur montre notamment que l’appropriation et le détournement (il est question d’« usages transgressifs ») par des homosexuels masculins de lieux (de drague en l’occurrence) sert de révélateur du pouvoir qui instaure la norme hétérocentrée. Il s’appuie sur l’analyse de la « qualité » d’un lieu, qui détermine la mise en place des interactions qui s’y déroulent : l’appropriation voire le détournement d’un lieu par ses usages devient le support d’une construction identitaire. L’analyse du terrain, c’est-à-dire les dynamiques spatiales qui ont lieu dans le cadre d’une sociabilité d’hommes « entre eux », y est couplée à une réflexion intéressante sur le savoir situé. Cela permet à l’auteur d’interroger les normes de masculinité qui s’imposent aux chercheur-e-s. L’article se termine sur l’idée de réseaux de lieux fondateurs de formes de citoyenneté sexuelle.

6Si l’article de Stéphane Leroy fait explicitement (p. 57) le lien entre réflexion sur l’identité masculine (ici : homosexuelle) et réflexion sur la sexualité et ses codes, cela n’est pas toujours le cas tout au long du dossier thématique, de sorte que des réflexions relevant effectivement d’une géographie des masculinités sont juxtaposées à des réflexions relevant d’une géographie des sexualités. Le lecteur se demandera notamment où est passée la réflexion sur les masculinités dans l’article de Nicolas Boivin, par ailleurs très intéressant, sur les manières de faire et d’appréhender une géographie du sexe – si l’on fait exception de quelques lignes sur la spatialité de la fabrication des bad boys en Australie (p. 92).

7Ce rapport d’imbrication entre masculinité(s) et sexualité(s) aurait peut-être dû être rendu plus explicite dans l’introduction générale du numéro. Car c’est finalement l’article de Karin Duplan qui fait ce lien à la toute fin du dossier, en s’interrogeant sur les étapes épistémologiques de l’introduction de réflexions genrées en géographie, de la géographie des homosexualités et des femmes à une géographie queer. L’article opère également un retour éclairant sur la multiplicité des influences et croisements, ainsi que sur la co-construction d’un domaine de savoir. L’auteure se penche sur les nombreux allers-retours transatlantiques qui ont façonné les études de genre, faits d’appropriations et de réinterprétations successives. Cet article aurait sans doute constitué une brillante introduction générale.

8Car c’est sans doute le point faible d’un volume par ailleurs passionnant : les textes introductifs (« Introduction » et « État de l’art ») proposés par les coordinateur-e-s ne rendent pas tout à fait justice aux enjeux du numéro. Si l’état de l’art se veut éminemment subjectif, il finit par être partiel, concentrant la revue de littérature sur une littérature « anglophone » ou « anglo-américaine ». Or ce regroupement totalisant est particulièrement problématique lorsqu’il est question de « masculinités », un champ d’études très marqué par une réflexion sociologique ancrée dans une réalité micro-sociale australienne (avec Connell). Par ailleurs, il ne faudrait pas qu’une forme de séduction transatlantique ne masque les travaux souvent antérieurs produits par des féministes françaises (notamment matérialistes) en matière de réflexion sur les dominations et les luttes de pouvoir. Certaines formulations, enfin, sont discutables dans le cadre d’une recherche sur les dominations qui se veut située, par exemple : « J’ai en somme pris le parti de transmettre la parole des minorités (…) » (p. 17). S’ajoutent à ces quelques critiques les coquilles qui parsèment certains textes.

  • 1 Mathieu Trachman : « Genre : état des lieux. Entretien avec Laure Bereni », La Vie des Idées, 05/10 (...)

9Cela étant, ce numéro confirme bien que le champ théorique des études de genre – et ici en particulier le champ des études des masculinités –, loin de constituer une « théorie du genre » unifiée, est en réalité un vivier fertile de références et de thèmes communs qui ne se regroupent qu’en partie. Comme le rappelle la sociologue Laure Bereni, le label de « théorie » utilisé par les adversaires des recherches sur le genre « laisse entendre qu’il existerait un corpus idéologique homogène et doté d’une stratégie politique déterminée »1. Il convient au contraire de saluer la diversité des études de genre, qui installent durablement le genre comme l’une des catégories d’analyse du social. Le présent numéro, qui croise genre et espace, y contribue pleinement.

Haut de page

Notes

1 Mathieu Trachman : « Genre : état des lieux. Entretien avec Laure Bereni », La Vie des Idées, 05/10/2011, www.laviedesidees.fr/Genre-etat-des-lieux.html (Consulté le 22/03/2013).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Patrick Farges, « Prieur C., Dupont L. (dir.), 2012, "Les espaces des masculinités", Géographie et cultures, No.83, 149 p. », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Revue de livres, mis en ligne le 26 mars 2013, consulté le 24 juin 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/25815

Haut de page

Auteur

Patrick Farges

Maître de conférences en histoire et civilisation des pays de langue allemande
Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3
patrick.farges@univ-paris3.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page