Navigation – Plan du site
2013
637

L’industrie minière et le développement urbain en milieu nordique : l’exemple de Fermont au Québec

The Mining Industry and Urban Development in the North: The Case of Fermont in Quebec
Martin Simard et Carl Brisson

Résumés

La carte du Québec affiche une vaste péninsule de plus de 1,6 millions de km2. Toutefois, la partie nord, successivement appelée l’Ungava, le Nouveau-Québec et le Nord-du-Québec, appartient à la Province du Québec depuis seulement 1912. Dans une perspective québécoise, le processus d’appropriation de ces vastes espaces peuplés d’Inuit et d’Autochtones s’est réalisé tardivement. Par ailleurs, les cycles économiques liés à l’industrie minière ont marqué en profondeur le développement des espaces nordiques. Ainsi, des phases de stagnation et de déclin succèdent aux périodes d’investissements massifs, avec la mise en place d’infrastructures colossales et d’établissements humains. La ville de Fermont est l’un de ces établissements soumis aux ruptures évolutives. Son plan urbain original, qui a été conçu par l’architecte-urbaniste Norbert Schoenauer en 1972, illustre une volonté d’adaptation aux climats froids. L’objectif de cet article est de proposer un bilan de cette ville de front pionnier quarante ans après sa naissance. Il interroge la résilience des collectivités nordiques au moment où le Gouvernement du Québec fait à nouveau la promotion du développement du Nord de la province.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1La carte du Québec affiche fièrement une vaste péninsule de plus de 1,6 millions de km2. Toutefois, la partie nord du Québec, successivement appelée l’Ungava, le Nouveau-Québec et le Nord-du-Québec, appartient à la province depuis seulement 1912. Dans une perspective québécoise, le processus d’appropriation de ces vastes espaces peuplés d’Inuit et d’Autochtones, ayant une relation particulière avec le Gouvernement fédéral, s’est réalisé tardivement (Dorion et Lacase, 2011). Dans les années 1950, le régime unioniste de Maurice Duplessis a fait la promotion du développement minier sur le territoire de la Côte-Nord. Entre 1960 et 1990, les ambitieux projets hydroélectriques de la Manicouagan et de la Baie James stimulèrent le développement économique et l’occupation du territoire au Moyen-Nord québécois (Laserre, 2009). Une période de replis s’en est suivie avec la fin des grands projets d’Hydro-Québec et la crise de l’industrie minière (Simard, 2012). Au cours de cette période, certaines villes nordiques ont été démantelées (Schefferville, 1982 et Gagnon, 1985).

2En 2011, le « Plan nord » du Gouvernement québécois (2011a) a confirmé le regain d’intérêt des grandes entreprises privées pour l’exploitation des ressources du nord québécois de même qu’il a suscité la curiosité de la population pour cet environnement à la fois fragile et énigmatique. Cette politique, qui semble en voie d’être poursuivie par le Parti québécois au pouvoir depuis septembre 2012 à Québec, vise à encourager le développement industriel au nord du 50e parallèle à travers des subventions ou des investissements publics dans les infrastructures (routes, chemins de fer, ports, etc.). Certaines dispositions du plan concernent la mise en place de parcs naturels ou de conservation ainsi que l’amélioration des services publics dans les collectivités autochtones même si ces divers objectifs peuvent sembler antinomiques (Rivard et Desbiens, 2011). Dans ce contexte, l’industrie minière est l’activité économique la plus susceptible d’interpeller les agents économiques œuvrant dans ce milieu éloigné, froid et sauvage. Au demeurant, celle-ci semble la seule activité permettant de créer des ressources financières importantes afin d’assurer l’existence et le développement d’établissements humains dans le nord.

3Or, l’industrie minière est affectée par des cycles économiques de grande amplitude. Ainsi, des phases de stagnation et de déclin succèdent aux périodes de croissance. Ces dernières attirent des investissements massifs, avec la mise en place d’infrastructures colossales et d’établissements humains (Bradbury, 1984 ; Randall et Ironside, 1996). La ville de Fermont au Québec est l’un des pôles excentriques de peuplement dont la naissance résulte de la croissance du marché des matières premières. La ville a été fondée en 1972 par des investissements privés. Son urbanisme original illustre une volonté d’adaptation aux climats froids, notamment par l’intermédiaire de son mur-écran qui abrite la majorité de la population et des services (Boisvert, 2003). Après une période de stagnation économique, la multinationale ArcelorMittal, qui exploite maintenant le minerai de fer sur le site du Mont Wright, a récemment rendu public de nombreux plans d’expansion à Fermont et dans les secteurs limitrophes (Gouvernement du Québec, 2011b). De plus, la société Cliffs Natural Resources a annoncé, en 2011, un investissement de 550 M$ pour moderniser et développer la mine de fer du Lac Bloom. En conséquence, Fermont foisonne d’activités et de projets industriels qui demeurent néanmoins concentrées dans les activités extractives.

4L’objectif de ce texte est d’abord de proposer un bilan de cette ville de front pionnier. Au-delà des informations factuelles sur les particularités de cette ville septentrionale, il s’agit de s’interroger sur les effets des cycles économiques sur le développement urbain en milieu nordique. Ces cycles y semblent vécus avec plus d’acuité qu’ailleurs dans la Province du Québec, notamment à cause de l’omniprésence de l’industrie minière. Nous interrogeons ensuite les capacités de survie et de renouvellement des collectivités nordiques. Dans cette optique, la résilience dont témoigne la survie de Fermont provient-elle d’une situation conjoncturelle ou résulte-t-elle d’une dynamique sociale spécifique ? À l’heure où le développement du nord est présenté comme une priorité gouvernementale, est-ce que Fermont constitue un exemple reproductible d’habitat collectif pour les travailleurs des sites industriels isolés en milieu extrème ou bien faut-il se résigner aux allers-retours de travailleurs résidant au cœur de l’écoumène québécois ? 

5Pour tenter de répondre à ces différentes questions, nous utiliserons une série d’entretiens qualitatifs réalisés auprès d’acteurs locaux du développement au printemps 2012, en plus de mobiliser diverses données statistiques et cartographiques de Statistique Canada. Notre parcours débutera par un bref regard sur le concept de résilience qui est à la base de notre méthodologie, lequel peut nous permettre de mieux saisir la dynamique sociale des communautés locales. Dans un deuxième temps, nous ferons état des caractéristiques spécifiques de Fermont sur les plans géographique, urbanistique et socioéconomique. Par la suite, nous aborderons la question des effets du cycle actuel de croissance sur Fermont et sa population, à la lumière des opinions et représentations des résidants interpellés par notre enquête.

Cadre théorique et méthodes de recherche

La résilience territoriale, un outil de recherche pertinent

6Depuis plus d’une dizaine d’années, le concept de résilience est utilisé avec de multiples déclinaisons : résilience urbaine, régionale, environnementale, communautaire, etc. Le terme résilience est un emprunt aux sciences de la nature (Foulquier, 2011). Il désigne la capacité de matériaux à résister aux chocs. Utilisé métaphoriquement dans le champ des sciences humaines et sociales, la résilience réfère à « la capacité qu’ont certains territoires à résister ou à s’adapter – voire à se préparer – aux chocs que subissent leurs activités et leurs populations » (Hamdouche et al., 2012). Évidemment, les territoires dont il est question à l’intérieur de cette définition constituent en fait des groupes sociaux localisés ou des communautés locales, si tant est que celles-ci existent réellement. L’expression est particulièrement populaire dans la littérature sur les risques environnementaux et le développement durable (Agder, 2003 : Lallau, 2011) ou en économie régionale (Dawley et al., 2010 ; Hassink, 2010).

7En géographie, la résilience territoriale peut être associée au courant humaniste ou phénoménologique même s’il a d’abord été présenté comme une contribution à l’analyse des systèmes (Aschan-Leygonie, 2000). Ce courant s’intéresse au territoire tel que vécu et ressenti par l’individu ainsi qu’à la collectivisation des perceptions sous forme de représentations spatiales. La résilience territoriale s’inscrit donc dans la lignée de concepts comme l’espace vécu, l’appropriation de l’espace ou l’identité territoriale. À ce titre, elle se présente comme étant un construit social qui exprime un aspect de la sensibilité des sociétés dans leurs rapports à l’environnement (Kulig et al., 2008). Néanmoins, le concept apparaît difficile à évaluer et à mesurer. Il pourrait même être classé comme concept « mou » par les tenants d’une géographie scientifique. Pour notre part, nous considérons la résilience en tant qu’outil supplémentaire pour mieux saisir la réalité des communautés locales périphériques. Malgré ses faiblesses, le concept nous paraît utile et pertinent pour percevoir des aspects de la réalité qui ne ressortent guère dans les statistiques sociales.

8Les communautés locales périphériques vivent les effets de l’isolement en dépit de l’avènement des technologies de communication comme l’Internet. Ces communautés se développent ou se maintiennent dans la durée en affrontant de nombreuses contraintes au sein d’un monde qui valorise l’urbanité, la mobilité des individus et la mise en réseau des territoires. À cet égard, les collectivités minières nordiques au Québec, ou ailleurs dans le monde, constituent des milieux vulnérables tant d’un point de vue environnemental qu’en matière d’activités économiques. Dans un univers mondialisé en constant changement, toutes les villes et régions font face au défi du développement. Toutefois, les collectivités minières nordiques dépendent largement « du sud » et de la fiabilité des transports pour leur approvisionnement et pour l’écoulement des matières premières à la base de leur économie. L’instabilité des prix des minerais sur les marchés mondiaux constitue aussi un élément fondamental de l’équilibre précaire qui rend possible leur existence.

Les démarches d’entretiens qualitatifs

  • 1 Le masculin est systématiquement utilisé lors des références aux propos des répondants, indépendamm (...)

9Afin de mieux saisir les impacts de la période de croissance actuelle, un groupe de personnes a été interviewé. Les répondants sélectionnés sont des résidants permanents depuis plusieurs années, sauf 2 personnes qui étaient à Fermont depuis moins d’une année au moment de l’enquête, soit en mai 20121. De plus, il s’agissait d’acteurs socioéconomiques de différents milieux sélectionnés de manière à obtenir un échantillon représentatif des divers groupes ou organismes actifs au sein de la collectivité. Au total, 10 individus ont été interrogés au cours de 6 rencontres. 4 de celles-ci ont été réalisées sur une base individuelle alors que 2 entretiens qualitatifs se sont déroulées en petits groupes. Ce nombre de répondants a été fixé par les contraintes pratiques du séjour sur le terrain (temps réduit, disponibilité des candidats, etc.). Les réponses n’ont pas été traitées statistiquement à cause du nombre limité de répondants qui pose des problèmes de probabilités statistiques.

10Les entretiens qualitatifs avaient d’abord une fonction informative mais l’insertion de quelques questions semi-dirigées a permis de faire ressortir certaines perceptions et représentations de résidants. Ces interrogations portaient sur trois grands thèmes : soient les conséquences du boom actuel, l’adéquation du concept d’aménagement de Fermont de même que sur la présence ou non d’un sentiment identitaire et d’une vitalité communautaire au sein du milieu. Ces deux derniers éléments sont prédominants dans le modèle des facteurs de la résilience communautaire qui a été conçu par Judith C. Kulig et son équipe (2008 : 95). Incidemment, il faut prendre les affirmations des résidants avec prudence compte tenu du nombre restreint de répondants. De ce fait, il s’agit davantage d’une enquête exploratoire que d’un portrait exhaustif. Toutefois, les avis recueillis se rejoignent fréquemment et il se dégage de ceux-ci un schéma cohérent. Il est donc permis de postuler que les commentaires obtenus expriment des tendances significatives au sein de la population locale.

Fermont, un exemple de ville minière nordique

Un contexte historique et géographique particulier

  • 2 Le fer est d’abord soumis à des processus de concassage et de concentration sur le site d’extractio (...)

11À partir de 1947, la Côte-Nord du Saint-Laurent et le nord québécois dans son ensemble a connu un boom minier important qui a favorisé le peuplement sporadique de portions de territoires au sein de régions encore à l’état naturel. En moins de deux décennies, des « corridors miniers » se sont mis en place par le biais de l’implantation de trois lignes de chemins de fer dans un axe nord-sud (Proulx, 2009). Premièrement, une longue voie connectant le gisement du lac Knob, près de Schefferville, à la ville de Sept-Îles est établie en passant à travers le Labrador terre-neuvien. En deuxième lieu, une ligne de plus petite envergure a relié le gisement du lac Allard à la ville d’Havre-Saint-Pierre. Troisièmement, une voie ferrée a permis les échanges entre le gisement du lac Jeannine (Gagnon) à la ville de Port-Cartier. Cette dernière voie a été prolongée jusqu’au gisement du Mont Wright (Fermont) en 1972. Finalement, les agglomérations de Sept-Îles et de Port-Cartier ont été pourvues d’installations portuaires en eaux profondes et d’usines de boulettage pour le traitement du fer2.

  • 3 Notons que les aménagements industriels d’Alcoa (devenu Alcan et Rio Tinto Alcan), lesquels sont re (...)

12À la même époque, trois villes-nouvelles émergent aux frontières de la boréalie et de la taïga québécoises : Schefferville, qui est devenue une municipalité en 1955, Gagnon, qui a été incorporée par le Gouvernement provincial en 1960 et Fermont, qui a obtenu son titre de corporation municipale indépendante de la compagnie en 1974 (Berthold, 2010). Ces établissements monoindustriels constituent également des villes de compagnie, c’est-à-dire que ceux-ci sont planifiés, construits et administrés, dans une large part, par une entreprise privée (Nadreau, 1999). Pour ce type d’entreprise, la ville se présente comme un élément des infrastructures nécessaires à l’exploitation du minerai, les autres éléments étant le site d’extraction, le chemin de fer, l’usine de traitement et le port. Les villes de compagnies sont relativement nombreuses au Québec. Toutefois, nulle part ailleurs que sur la Côte-Nord, l’aménagement du territoire québécois n’a été aussi profondément marqué par la main des industriels3.

13La ville de Fermont est localisée au 52e parallèle, à quelques kilomètres de la frontière entre le Québec et le Labrador terre-neuvien. Celle-ci est incluse dans la région administrative de la Côte-Nord et, plus précisément, à l’intérieur de la municipalité régionale de comté (MRC) de la Caniapiscau. Néanmoins, on peut la considérer comme faisant partie du nord du Québec, au sens large du terme (voir la carte 1). Fermont est une ville isolée. En réalité, les établissements urbains de Labrador City et de Wabush sont situés à proximité, de l’autre côté de la frontière interprovinciale (voir la carte 2), mais les échanges transfrontaliers sont relativement limités. En effet, les différences linguistiques ne favorisent pas les échanges entre les deux villes du Labrador et Fermont. Malgré tout, la municipalité de Fermont est en liaison avec l’écoumène québécois par la route 389, à partir de Baie-Comeau. Toutefois, cette route sinueuse, qui traverse la forêt de conifères sur plus de 500 km, n’est pas complètement goudronnée. De plus, celle-ci est soumise aux conditions hivernales plusieurs mois par année, elle ne rencontre aucun village et les postes de ravitaillement y sont rares. On peut également accéder à la ville nordique par avion, via l’aéroport de Wabush, alors que le train est généralement réservé au transport du minerai de fer.

Carte 1 : Fermont au sein de la région administrative de la Côte-Nord

Carte 1 : Fermont au sein de la région administrative de la Côte-Nord

Carte 2 : Fermont au sein de son environnement régional

Carte 2 : Fermont au sein de son environnement régional
  • 4 Rappelons qu’un établissement urbain au Canada doit répondre aux critères suivants élaborés par Sta (...)

14Fermont est la plus importante agglomération urbaine4 au Nord du Québec (2 874 habitants / 2011), devant Kuujjuak sur la Baie d’Ungava (pop. de 2 375 / 2011). De plus, il s’agit de l’un des peu nombreux établissements du Québec septentrional qui ne comptent pas de population autochtone significative et dont la langue maternelle de la majorité est le français. Fermont se positionne dans ce que l’on peut appeler le Moyen-Nord québécois, selon le zonage classique du géographe québécois Louis-Edmond Hamelin (1975). Les paysages sont constitués par une forêt clairsemée, de nombreux lacs et de multiples collines aux sommets dénudés (voir la photo. 1). Durant les mois d’hiver, on peut enregistrer à cet endroit des froids allant en-deçà de -40°C. Finalement, les précipitations neigeuses sont abondantes pendant l’hiver alors que les étés se révèlent être courts et frais. Soumis à un tel contexte, la ville a été conçue selon un urbanisme particulier qui mérite que l’on s’y arrête.

Un concept d’aménagement original adapté au milieu nordique

15Commencés en 1971, l’aménagement de Fermont fut achevé à la fin de 1974, à temps pour la mise en exploitation du gisement (Giguère, 1981 : 83). Le plan urbain de Fermont et l’architecture des différents bâtiments ont été conçus par les architectes de la firme Desnoyers et Mercure, principalement par Norbert Schoenauer, urbaniste-architecte montréalais d’origine hongroise (voir la carte 3). Ces experts-conseils embauchés par la compagnie minière Québec-Cartier, à la fin des années 1960, se seraient inspirés des travaux de Ralph Erskine, spécialiste scandinave en habitations nordiques (Boisvert, 2003). Quatre principes de base ont conduit au concept d’aménagement de Fermont (Paquette, 1984 ; Wolfe, 2003) :

Photo. 1 : Fermont vue du Mont Daviault

Photo. 1 : Fermont vue du Mont Daviault

Source : M. Simard 2012

Carte 3 : Le plan concept original de Fermont

Carte 3 : Le plan concept original de Fermont

Source : Site de l’Université McGill sur l’œuvre et la vie de l’architecte Norbert Schoenauer (http://cac.mcgill.ca/​schoenauer/​index.htm).

  • Une mégastructure ou mur-écran de 1 300 mètres, en forme de « V », orientée ouest-sud-ouest – nord-est-nord, dont le rôle est de créer un microclimat en barrant la route aux vents dominants. Le mur-écran de Fermont permet de bloquer les vents sur une distance de 675 mètres, ce qui correspond à 66 % du territoire de la ville (Paquette, 1984 : 54) ;

  • Une utilisation compacte du sol par le biais de la densité résidentielle afin de réduire le coût des infrastructures, favoriser les déplacements piétonniers et, aussi, pour assurer la fonction « coupe-vent « du mur-écran ;

  • L’existence d’une voie piétonne climatisée pour mettre en lien l’ensemble des équipements collectifs ainsi que des commerces et services, à l’intérieur du mur.

  • Un réseau routier qui exclu les carrefours en croix en faveur des intersections en « T ». Cette mesure vise à réduire le nombre d’accidents de circulation en faisant passer les points de collision potentielle de 16 à 3 dans cet environnement où la chaussée est souvent glacée (Paquette, 1984).

16Le concept de Schoenauer visait à s’adapter au milieu naturel dans le respect des idées émises par Ian L. McHarg dans son livre Design with nature (1969). Dans cette optique, notons que les maisons individuelles ou jumelées disposent d’une façade orientée vers le sud-est ou le sud-ouest. Cette mesure de conservation d’énergie faisait partie de ce que Schoenauer qualifiait de 5e génération de villages nordiques (Sheppard, 2007). Pour finir, la question de la diversité apparaissait importante pour l’architecte-urbaniste (Wolfe, 2003). La volonté d’offrir une variété de types de logements (voir les photos 2 et 3), en dépit du fait que le mur-écran regroupe la majorité des logements et des services, en est le reflet.

Photo. 2 : Habitations dans le mur et le long des « venelles »

Photo. 2 : Habitations dans le mur et le long des « venelles »

Source : M. Simard 2012

Photo. 3 : Bungalows typiques de Fermont

Photo. 3 : Bungalows typiques de Fermont

Source : M. Simard 2012

17Le concept d’aménagement de Fermont se révèle ardu à classer selon les catégories classiques en urbanisme (Choay, 1965). D’une part, les influences progressistes et modernistes ressortent lorsque l’on considère la mégastructure qui domine l’environnement urbain, tel le célèbre phalanstère imaginé par Fourier en 1822. D’autre part, les maisons individuelles ou jumelées, les enclaves résidences façonnées par le réseau de rues et les sentiers piétonniers autonomes qui les relient, peuvent être associées aux modèles urbains d’essence culturaliste. Dans une perspective contemporaine, la compacité de Fermont en fait également un exemple d’aménagement de type smart growth bien avant la naissance de ce mouvement qui se veut en accord avec le développement urbain durable.

Des caractéristiques socioculturelles et économiques atypiques

18La population totale de Fermont a atteint un sommet en 1981 avec 4 220 personnes. Jusqu’à tout récemment, celle-ci diminuait constamment en raison des difficultés économiques vécues par l’industrie minière. A ce niveau, l’année de recensement 2006 constitue un creux « historique » avec une population de seulement 2 630 personnes. Cependant, le simple fait que Fermont ait évité la fermeture est remarquable en soi, si l’on pense au sort réservé à d’autres villes minières. Depuis lors, la population s’accroît de nouveau à cause de la reprise de l’activité minière. En 2011, Fermont comptait 2 874 personnes selon les données du recensement canadien. Néanmoins, on observe l’arrivée d’une population flottante relativement importante depuis quelques années. Il s’agit de plusieurs centaines de travailleurs de passages selon un système d’allers-retours appelé « fly-in / fly-out », soit de fréquents séjours intensifs de travail à Fermont suivis de retours par avion dans une localité du sud du Québec (Montréal, Québec, Saguenay, Alma, Sept-îles, etc.).

19En ce qui concerne la composition de la population à Fermont, notons que les hommes sont plus nombreux que les femmes avec un taux de 56,8 % (voir le tableau 2). La prédominance d’emplois industriels traditionnellement occupés par des hommes expliquerait ce phénomène (Rouleau, 2010 : 17). Autre caractéristique particulière de Fermont, la population est composée d’individus relativement jeunes. Cette jeunesse de la population, qui était encore plus marquée à la naissance de la ville, serait attribuable au roulement de la main d’œuvre ainsi qu’à l’impossibilité de conserver son logement à l’étape de la retraite. Paradoxalement, il faut aussi considérer la migration des jeunes de 18 à 25 ans, lesquels partent en grand nombre de Fermont pour faire des études postsecondaires ailleurs au Québec, processus particulièrement fréquent chez les jeunes femmes. Finalement, le revenu moyen des ménages qui vivent à Fermont est nettement supérieur à celui des ménages québécois. Ce niveau élevé de revenus tire son origine des salaires avantageux versés par l’industrie minière et de la quasi-absence d’individus en situation de chômage ou vivant de l’aide sociale (Rouleau, 2010 : 24).

Tableau 1 : Quelques statistiques sur Fermont

Variable

Fermont

Côte-Nord

Québec

Population totale (2011)

2 874

95 750

7 903 000

 % de population masculine (2011)

56,8

50,5

49,0

 % de population de 65 ans et plus (2011)

1,2

14,5

15,9

 % de détenteur d’une formation universitaire (2006)

10,4

10,7

21,3

Revenu moyen des ménages (2006)

92 845 $

59 843 $

58 954 $

Ces données proviennent des recensements de la population de 2006 et 2011 réalisés par Statistique Canada. Les données de nature économique du recensement de 2011 n’étaient encore accessibles au moment de la publication de ce texte.

20Dans le domaine socioculturel, Fermont est pourvu d’un grand nombre d’organismes sportifs, culturels ou scientifiques (club photo, ciné-club, dojo de karaté, ligue de hockey, etc.). On compte aussi une radio communautaire, un journal local ainsi qu’un festival d’hiver, depuis 2011. En effet, le Taïga Carnaval encourage les Fermontois à profiter de l’hiver par des concours de sculptures et des activités sportives et festives diverses. Fait à noter, la communauté fermontoise s’est mobilisée à l’hiver 2012 afin que la compagnie Alderon n’affecte pas le paysage environnant, lors de la mise en exploitation projetée de sa mine située sur un terrain étant de l’autre côté de la frontière interprovinciale (Dumais, 2012). Selon certains, la vitalité communautaire aurait diminuée à la suite du passage de 8 à 12 heures des quarts de travail à la mine du Mont Wright, il y a quelques années. Ce dynamisme n’empêche pas Fermont d’être touchée par certains problèmes sociaux. Ainsi, la violence conjugale, l’alcoolisme et la consommation de drogues sont présents à l’ombre du mur mais dans une proportion plus faible que ce que l’on retrouve dans de nombreuses collectivités nordiques au Québec ou au Canada.

La croissance actuelle et ses effets sur Fermont

L’industrie minière dans le nord du Québec, entre croissance et déclin

21L’histoire du nord québécois, incluant celle de la Côte-Nord, est caractérisée par des cycles de croissance et de déclin. Les investissements en infrastructures ont été nombreux et très élevés en termes financiers, entre 1950 et 1980. Mais quelques décennies à peine après leur fondation, les établissements miniers nordiques subissent les effets drastiques de la grave crise de l’industrie minière. Le premier signe de déclin fut la fermeture des installations de la Compagnie Iron Ore à Schefferville, en 1982 (Berthold, 2010). Près de trois ans plus tard, on assiste à la fermeture de la mine de Fire Lake et de la ville de Gagnon. Cette dernière fut entièrement démolie alors que quelques résidences et certains équipements sont demeurés en place à Schefferville. Au cours des années 1980 et 1990, Fermont reste le seul établissement minier d’envergure sur la Côte-Nord et dans le nord du Québec. Cette période est marquée par la stagnation économique et démographique. Une nouvelle crise affecte l’industrie minière entre 2001 et 2004 et la mine du Mont Wright subit successivement des arrêts de production, un « lock out » et une grève. À ce moment, les rêves d’un développement rapide et soutenu de la zone frontalière du Québec et du Labrador semblent s’être évaporés (Cholette, 2000).

22En 2005, coup de théâtre, les gisements de la Côte-Nord redeviennent attrayants à la faveur d’une forte augmentation de la demande en minerai de fer dans les pays émergents. Tout d’abord, la hausse de la demande a fait bondir les prix (voir le tableau 1). À la fin des années 1990, le fer se vendait environ 20 $ la tonne, alors qu’en 2011, ce minerai se vendait à plus de 160 $ US la tonne, selon Metal Bulletin (http://www.metalbulletin.com). La conjugaison de la hausse de la demande et des prix a fortement influencé le comportement des compagnies minières présentes dans la région, lesquelles se sont mises à investir dans de nouvelles installations afin d’augmenter leur production et d’en retirer des profits supplémentaires.

Tableau 2 : Prix moyen du concentré de fer (62 %) par tonne (2001-2011)

Année

Prix moyen

2001

12,99 $

2002

12,68 $

2003

13,82 $

2004

16,39 $

2005

28,11 $

2006

33,45 $

2007

36,63 $

2008

61,57 $

2009

79,99 $

2010

146,72 $

2011

167,79 $

23Plusieurs indices témoignent de la relance économique progressive de l’industrie minière nord-côtière. Dès 2000, on note la reprise des activités à l’usine de billes ou de boulettes de la Compagnie minière Iron Ore à Sept-Îles. En 2006, Arcelor achète Dofasco et regroupe ses activités avec Mittal Steel Company pour devenir la plus grande société sidérurgique mondiale : ArcellorMittal Mines Canada. Dans la même veine, les travaux de construction des installations de la mine du Lac Bloom, près de Fermont, commencent en 2008, sous la tutelle de la Consolidated Thompson. En 2009, on assiste à la construction de la voie ferrée de 31 km entre la mine du lac Bloom et la voie ferrée de la Mine Wabush au Labrador. À partir de 2010, le minerai de fer sera donc expédié outre-mer par les installations portuaires de Sept-Îles au lieu de celles de Port-Cartier qui appartiennent à son compétiteur.

24En mai 2011, le lancement du Plan nord par le Gouvernement québécois coïncide avec l’ouverture de plusieurs chantiers. Au printemps 2011, la société ArcelorMittal annonce un inves­tissement de 2,1 G$, dont 865 M$ à sa mine du Mont Wright afin d’augmenter de 8 Mt la production annuelle de concentré de fer, la faisant passer à 24 Mt. (ArcelorMittal, 2011). Cette injection de capitaux permet la création de 400 emplois additionnels pour atteindre approximativement 1 500 emplois. D’autre part, l’exploitation de la mine sera prolongée jusqu’en 2040, selon la planification de la compagnie. ArcelorMittal évalue aussi la possibilité d’augmenter sa production de boulettes de fer de 9,2 à 18, 5 Mt. Dans la même veine, la société Cliffs Natural Resources divulgue l’annonce de l’acquisition de Consolidated Thompson Iron Mines et de sa mine du Lac Bloom, le 13 mai 2011. Cette entreprise, par ailleurs active à Wabush, a aussi rendu public un projet d’investissement de 550 M$ pour en augmenter la capacité de production de 8 à 16 Mt de concentré de fer, sur une base annuelle. Cependant, l’instabilité du prix du fer amènera la Cliffs à marquer un temps d’arrêt dans ses projets de développement et à faire des licenciements, en novembre 2012.

25On assiste à un élan vigoureux dans le domaine du développement urbain et résidentiel, en parallèle à ces investissements industriels. Dès les débuts de l’existence de Fermont, il devint évident que le parc résidentiel initialement prévu ne pourrait répondre à tous les besoins d’hébergement (Nadreau, 1999). On essaya alors de satisfaire à la demande en 1977 par l’aménagement d’un parc de maisons mobiles de plus de 200 unités. À ce moment, on retrouvait 1 387 logements à Fermont dont 1 262, soit 91 % (voir le tableau 3), dépendant directement ou indirectement de la compagnie en charge à l’époque, soit la minière Québec Cartier (Giguère, 1981 ; Rouleau, 2010 : 85). Une période de stagnation de plus de 25 ans a suivi pendant laquelle le parc immobilier est demeuré stable. Les récents projets d’expansion du Mont Wright et le nouveau développement minier au Lac Bloom ont inauguré un nouveau cycle de croissance et entraîné une pénurie de logements.

26Pour répondre aux besoins, de nouvelles habitations ont été ajoutées (voir la carte 4). Il s’agit d’une situation plutôt exceptionnelle pour la collectivité puisque très peu de nouvelles résidences avaient été construites depuis la réalisation du plan urbain d’origine, cette période ayant été caractérisée par la stagnation et le lent déclin de l’industrie (Rouleau, 2010 : 6). En fait, plusieurs habitations ont été construites depuis 2 ans sur la rue du Parc, près des maisons réservées aux employés des services de santé. Sur la nouvelle rue des Bâtisseurs, la Ciffs a construit en 2012 des maisons en rangée regroupant approximativement 150 logements (voir la photo. 4), tandis que des dizaines de roulottes accueillent les nouveaux employés sur deux sites temporaires localisés au nord du mur. De plus, la compagnie ArcelorMittal a entrepris l’érection d’un centre d’hébergement pour ses employés non-résidants. Ce complexe, qui se localise à l’entrée de Fermont, comprend 260 chambres, une cafétéria et un centre de conditionnement physique (ArcelorMittal, 2011). La Cliffs Natural Ressources a également érigé un « hôtel », pour ses travailleurs tout juste à côté du complexe d’ArcelorMittal. À la fin de 2012, le parc immobilier de Fermont avait donc augmenté de plus de 30 % sur une période de trois ans.

Tableau 3 : Type et nombre de logements à Fermont en 1976,1998 et 2012

  • 5 Les nouveaux complexes d’ArcelorMittal et de la Cliffs Natural Resources situés au nord du mur devr (...)

Type

1979

1998

2012

Maison unifamiliale ou bungalow

249

330

348

Maison bifamiliale ou duplex

214

203

203

Maison en rangée

144

173

173

Appartement à l’intérieur du mur

387

410

410

Chambre (mur, complexes ou trompe-l’œil)5

128

128

550

Maison mobile

125

182

190

Total

1247

1426

1874

Carte 4 : Fermont : plan urbain et développements récents

Carte 4 : Fermont : plan urbain et développements récents

Photo. 4 : Nouvelles résidences de la Cliffs sur la rue des bâtisseurs

Photo. 4 : Nouvelles résidences de la Cliffs sur la rue des bâtisseurs

Source : M. Simard 2012

Les perceptions et représentations des effets de la croissance actuelle

27De l’avis de la plupart des intervenants rencontrés, le premier élément touché par les cycles économiques est le logement. Néanmoins, peu de personnes ont mentionné être affectées directement par la rareté des logements lors des entretiens. Il est vrai que notre échantillon contenait essentiellement des résidants vivant à Fermont depuis longtemps. Malgré tout, une personne n’ayant pas de logement fourni par l’employeur a mentionné être confinée au parc de maisons mobiles dans le choix d’une résidence. De plus, le problème des retraités qui doivent rétrocéder leur résidence à ArcelorMittal a été soulevé par quelques répondants. Cet enjeu a d’ailleurs fait l’objet d’un reportage télévisé de Radio-Canada en 2009. La question de la relocalisation de certains membres de la famille lors des séparations ou divorces, a aussi fait l’objet d’un commentaire.

28Au-delà de la question du logement, les Fermontois de longue date vivent cette période de croissance avec une certaine appréhension, s’il faut en croire les personnes interrogées. En effet, celles-ci se plaignent du bruit, de la circulation intense et du manque de stationnements aux abords du mail commercial adjacent au « mur ». Selon un répondant, « Fermont ressemble présentement davantage à un camp de travail qu’à une ville avec tous ces mouvements de travailleurs et les divers chantiers de construction en cours « (F8). En outre, les difficultés d’accès à la main-d’œuvre seraient aussi un effet de la croissance rapide des villes minières en période de boom. Ces difficultés vont de pair avec la question du logement. À Fermont, peu d’intervenants consultés ont fait référence à ce type de problèmes, si ce n’est des répondants provenant d’organismes à vocation économique ou d’entreprises privées.

  • 6 Les mentions F1 à F10 qui sont écrites entre parenthèses correspondent à la codification des répond (...)
  • 7 L’expression québécoise « chiffres » correspond, dans ce contexte, aux quarts de travail des employ (...)

29La cohabitation avec les travailleurs de passage est un sujet de discussion constant pour les Fermontois interviewés. En effet, les nombreuses contraintes associées à la période de croissance seraient largement causées par l’arrivée de centaines de travailleurs de passage. Ces travailleurs, ou les « FIFO » comme les appellent les résidants permanents, sont perçus comme étant des inconnus plutôt dérangeants sur plusieurs plans, notamment en ce qui concerne la quiétude et la sécurité dans la ville. Certains travailleurs de passage seraient enclins à solliciter indument les résidantes permanentes : « on est plus capable d’aller prendre un verre à la brasserie » (F6)6. Dans nombre de cas, les résidants permanents en viendraient à planifier leurs visites dans la zone commerciale « afin d’éviter la période du dîner ou les changements de chiffres7 des travailleurs de passage » (F1).

30La pression sur les services publics peut être considérée comme étant un autre phénomène lié à la présence de travailleurs temporaires. En effet, les établissements de santé, les institutions scolaires et les services de garderie voient la demande augmenter rapidement après une période stable de plus de 20 ans. Les places en garderies seraient particulièrement rares. De surcroît, les installations sportives (piscine, aréna, etc.) et culturelles (bibliothèque, etc.) sont davantage sollicitées, aux dires de plusieurs. Heureusement, des investissements publics ont été confirmés en 2011 par les instances gouvernementales, notamment en faveur du Centre de santé et de services sociaux de l’Hématite de même que pour l’amélioration de la route régionale 389.

31Du côté des commerçants, cette effervescence est généralement perçue comme étant un point positif mais le manque de main-d’œuvre reste criant, les salaires offerts aux employés œuvrant dans le secteur commercial ne pouvant entrer en compétition avec ceux des compagnies minières. De l’avis des répondants, le coût de la vie est plutôt cher étant donné le contexte de croissance et de rareté des produits et services aux particuliers. De manière générale, la faible diversité des produits commerciaux offerts dans la municipalité semble rendre les résidants insatisfaits. Selon un interviewé, « on ne peut même pas s’acheter une paire de bas à Fermont » (F7). En conséquence, des fuites commerciales importantes sont enregistrées en faveur de Labrador City, ville qui dispose d’une gamme de commerces beaucoup plus complète.

32Dans l’esprit des répondants, les travailleurs en rotation semblent remettre en question le mode de vie Fermontois. Selon un participant, « les FIFO ne concordent pas avec le projet de communauté » (F2). La simple présence des travailleurs de passage peut apparaître comme une négation de l’existence de Fermont. Quelques résidants à long terme auraient même changé leur situation en faveur du « fly-in / fly-out » ou songeraient à le faire.

  • 8 La mine Raglan, qui est située dans la péninsule d’Ungava, a été mise en fonction en 1998. Celle-ci (...)

33En ce qui concerne la durée du boom et l’avenir de la ville, les Fermontois sondés paraissent conscients du fait que la croissance sera éventuellement suivie d’une période plus lente, voire d’une crise. Selon les mots d’un intervenant, « la question n’est pas de savoir s’il y aura une période creuse dans le futur mais bien quand celle-ci aura-t-elle lieu » (F7). À la lumière des avis recueillis, les gens ne craignent néanmoins pas trop pour l’avenir de la ville : « il y aura toujours un noyau dur de résidants permanents malgré le fly-in / fly-out « (F9). Toutefois, ce phénomène sonnerait le glas des nouveaux établissements permanents dans le nord, aux yeux de plusieurs. Tel que formulé par un répondant, « c’est un effet de Raglan8, c’est moins justifié aujourd’hui que par le passé [de loger les employés] et c’est onéreux pour la compagnie » (F3).

34D’autre part, les discussions sur l’avenir de Fermont ont fait ressortir l’existence d’un sentiment d’appartenance qui semble fort chez les résidants permanents. La vigueur de ce sentiment serait indépendante du fait de résider dans le mur ou en zone de faible densité. Selon les termes d’une personne interviewée, « le mur, on a appris à vivre avec. C’est juste un gros bloc à appartements » (F8). Dans la même optique, les gens se considèreraient différents « de ceux d’en-bas » (F9) même si la plupart des membres de la génération des pionniers s’identifient toujours à leur ville ou région d’origine. Malgré tout, on perçoit généralement qu’il est important de « sortir » à l’occasion de Fermont, « comme si c’était une prison » (F1), selon les réflexions d’un répondant. En dépit d’une certaine vitalité communautaire, on déplore le fait « qu’il n’y ait pas beaucoup de relève pour animer les organismes communautaires et de loisirs » (F8).

35Les résidants de longue date se seraient adaptés au nord et de nombreux jeunes qui ont quittés Fermont pour les études reviendraient y vivre après quelques années. Nonobstant ce fait, les réflexions sur la retraite à venir amènent plusieurs participants à l’étude à réfléchir sur leur lieu de rattachement identitaire. Ceux-ci s’interrogent à haute voix sur ce qu’ils iraient faire dans le sud ou sur quel serait l’endroit approprié où s’installer, s’ils devaient partir, compte tenu de la dispersion de la famille et des amis. En contrepartie, retourner vivre au cœur de l’écoumène québécois permettrait « de faire autre chose, d’aller aux pommes, de voir la famille plus souvent, etc. » (F10). Incidemment, nous n’avons pas perçu de signes d’une culture de dépendance face à la compagnie, contrairement aux conclusions de Dale (2002) en ce qui a trait aux populations de quatre villes minières norvégiennes.

36Au final, de nombreux interviewés s’accordent pour prédire qu’il ne devrait malheureusement pas y avoir de nouveaux établissements nordiques permanents comme Fermont dans l’avenir. Les mentalités ayant changé, les jeunes chercheraient généralement à vivre là où les choses se passent, « pour être le premier à acheter un Ipad ou à assister à la première du visionnement du dernier film d’Hollywood » (F4). De plus, la recherche d’une conjointe prête à aller vivre dans le nord, ou une fois sur place, soulèverait des problèmes importants pour les travailleurs qui viennent tout juste d’être embauchés.

Conclusion

37Fermont est la dernière ville de compagnie qui a été établie sur le territoire du Québec. Ville sans feux de circulation, sans réel marché immobilier privé, sans pauvres et sans cimetière, Fermont demeure originale à plusieurs égards. Son plan urbain unique et le principe du mur-écran ont contribué à constituer une collectivité inorthodoxe en milieu nordique. Avec le temps, la plupart des habitants se sont appropriés ce milieu climatiquement difficile mais d’une grande beauté. Dans ce contexte, le boom économique actuel n’est pas sans conséquence sur la population et les activités de la ville. En plus des pénuries de logements et de main d’œuvre, on remarque des effets sur la qualité de vie et des difficultés de cohabitation entre les permanents et les travailleurs de passage. Ceux-ci laisseraient peu de retombées économiques à Fermont. Ils utiliseraient les services publics mais ils feraient peu d’achats locaux. En raison de leurs absences intermittentes, ces travailleurs ne se mêleraient pas beaucoup à la population locale et ils n’enrichiraient guère la vie communautaire.

38Ainsi, notre étude a fait ressortir moult perceptions et représentations chez les Fermontois par rapport à leur environnement et aux effets de la période actuelle de croissance. En dépit de cela, il est difficile d’évaluer le degré de résilience de la population de cette ville minière nordique. D’une part, celle-ci résiste à l’usure du temps dans un milieu relativement inhospitalier mais la communauté locale n’a pas été soumise à un véritable choc au cours de ses 40 ans d’existence. D’autre part, bien que la croissance économique et démographique des deux dernières années ait bouleversée les habitudes des résidents permanents, il ne s’agit pas d’une épreuve à proprement parler. Cependant, les éléments essentiels à la résilience, tels que définis par Kulig (Kulig et al., 2008) semblent être présents à Fermont : un sentiment d’appartenance et une vitalité communautaire. Si la résilience peut également se vérifier dans la capacité d’une collectivité à se préparer aux chocs, comme le mentionne Hamdouche (2012), il s’agit là d’éléments positifs pour l’avenir. Mais si les répondants paraissent conscients de la vulnérabilité de l’établissement, aucun plan d’action n’est établi en vue de faire face à l’éventualité d’une fermeture de la principale mine.

39De quoi sera fait le futur ? Jusqu’à maintenant, Fermont demeure le seul établissement minier québécois d’envergure dont on a pu assurer la pérennité au nord du 50e parallèle. De plus, celui-ci constitue l’un des rares points d’ancrage territoriaux sur lequel le développement du nord québécois peut s’appuyer. À cet égard, Schefferville constitue un contre exemple où l’on a presque tout détruit en 1982 alors que l’exploitation minière est sur le point d’y être relancée. Du côté de Fermont, la multiplication des campements temporaires et des maisons mobiles pour soutenir la croissance correspond à nier le caractère même de la ville qui se fonde sur le pari d’une occupation permanente des espaces nordiques.

40En contrepartie, il ne faut pas oublier que la réalité économique risque de peser lourd dans la balance. A ce titre, le prix mondial des minerais constitue le principal élément d’incertitude. La rentabilité économique d’un établissement peut ainsi varier considérablement en quelques mois. En somme, à l’ère du renouveau d’intérêt pour le Nord et de la politique d’occupation des territoires (Gouvernement du Québec, 2011c), la viabilité de Fermont peut être vue comme un test important pour le Gouvernement québécois et la société tout entière. L’avenir nous dira si le défi de l’habitation durable du territoire peut être relevé avec succès à l’intérieur de ce genre de milieu géographique. En ce sens, l’effervescence actuelle et l’attitude du prendre-tout-maintenant qui semble régner chez les acteurs économiques peuvent paraître inquiétantes pour ceux qui travaillent à la pérennité de cette collectivité singulière.

Les auteurs aimeraient remercier le Centre de recherche sur le développement territorial (CRDT) pour son appui financier à cette recherche ainsi que le Fermontois ayant participés aux entrevues.

Haut de page

Bibliographie

Agder, W. N., 2003, « Social Capital, Collective Action, and Adaptation to Climate Change », Economic Geography, n°79, 387–404.

Arcelormittal, 2011, « Des nouvelles du projet d’expansion », Objectif 24, n°1, 4 pages.

Aschan-Leygonie, C., 2000, « Vers une analyse de la résilience des systèmes spatiaux », L’espace géographique, Tome 29, n°1, 64-77.

Berthold, É., 2010, La Côte-Nord, coll. Les régions du Québec... histoire en Bref, Québec, Les Presses de l’Université Laval, 184 pages

Boisvert, A., 2003, « Conversations avec des pionniers et pionnières de l’urbanisme au Québec », Urbanité, novembre 2003, p7-11.

Bradbury, J., 1984, « The Impact of Industrial Cycles in the Mining Sector : The Case of The Québec-Labrador Region in Canada », International Journal of Urban and Regional Research, vol.8, n°3, 311–331.

Choay, F., 1965, L’urbanisme, utopie ou réalité. Une anthologie, Paris, Seuil, 348 pages.

Cholette, A., 2000, Le fer du Nouveau-Québec et la saga de la sidérurgie, La faillite d’un rêve, Québec, Les Presses de l’Université Laval, 434 pages.

Dale, B., 2002, « An Institutionalist Approach to Local Restructuring. The Case of Four Norwegian Mining Towns », European Urban and Regional Studies, vol.9, n°1, 5-20.

Dawley, S. Pike, A. et Tomaney, J., 2010, « Towards the Resilient Region ? », Local Economy, vol 25, n°8, 650–667

Dorion, H. et Lacase, J.-P., 2011, Le Québec : territoire incertain, Québec, Septentrion, 328 pages.

Dumais, V., 2012, « Mouvement citoyen de Fermont, mobilisation réussie », Le trait d’union du Nord, vol. 30, n°5, édition du 19 mars, p. 3.

Foulquier, L., 2011, « Le parcours des mots : le cas de résilience », Environnement, risques et santé, vol. 10, n°5, p. 412-416

Giguere, J., 1981, Les monopoles miniers et la Côte-Nord : contribution à une géographie régionale critique, Québec, Université Laval, Thèse de maîtrise, 116 pages.

Gouvernement du Quebec, 2011a, Plan Nord, Faire le nord ensemble, Le chantier d’une génération, Québec, Ministère des Ressources naturelles et de la Faune, 156 pages.

Gouvernement du Québec, 2011b, Rapport sur les activités minières au Québec – 2011, 96 pages.

Gouvernement du Quebec, 2011c, Nos territoires, y habiter et en vivre. Stratégie pour assurer l’occupation et la vitalité des territoires 2011-2016, Québec, Ministère des Affaires municipales, des Régions et de l’Occupation du territoire (MAMROT), 96 pages.

Hamdouche, A., Depret M.H., Tanguy C., 2012, « Globalisation, innovation et échelles géographiques des dynamiques de résilience territoriale : Eléments de problématisation et analyse empirique à partir de trois études de cas », dans Klein J.-L. (dir.) Pour une nouvelle mondialisation : Le défi d’innover, Québec, Presses de l’Université du Québec.

Hamelin, L.-E., 1975, Nordicité canadienne, Montréal, Hurtubise, 458 pages.

Hassink, R., 2010, « Regional Resilience : A Promising Concept to Explain Differences in Regional Economic Adaptability ? », Cambridge Journal of Regions, Economy and Society, n°3, 45–58

Kulig, J.C., Edge, D. et Joyce, B., 2008, « Community Resilience as A Measure of Collective Health Status : Perspectives From Rural Communities », Canadian Journal of Nursing Research, vol.40, n°4, 92-110.

Lallau, B., 2011, « La résilience, moyen et fin d’un développement durable ? », Éthique et économique, vol. 8, no.1, 18 pages.

Landreville, M., 2009, « Oujé-Bougoumou, l’avènement d’un village cri », Mémoire de maîtrise en Études urbaines, Université du Québec à Montréal, 280 pages.

Lasserre, F., 2009, « Les aménagements hydroélectriques du Québec : le renouveau des grands projets », Géocarrefour, vol. 84/1-2, [En ligne], URL : http://geocarrefour.revues.org/7186. Consulté le 04-06-2011.

Mcharg, I. L., 1969, Design With Nature, New York, John Wiley & Sons, 208 pages.

Nadreau, D., 1999, Profil socioéconomique du milieu fermontois, Fermont, Centre local de développement (CLD) de la Caniapiscau, 125 pages.

Paquette, L., 1984, Fermont, une évaluation de la planification, Supervised Research Project, School of Urban Planning, McGill University, Montreal, 300 pages.

Proulx, M.-U., 2009, « Territoires émergents et cohérence dans l’espace Québec », Cahiers de géographie du Québec, vol. 53, n°149, 177-196.

Radio-Canada, 2009, « Retraités forces de vendre leur maison », [En ligne] http://www.radio-canada.ca/audio-video/pop.shtml#urlMedia=http://www.radio-canada.ca/Medianet/2009/RDI2/TelejournalSurRdi200911281700_2.asx

Randall, J.E. et Ironside, R. G., 1996, « Communities on The Edge : An Economic Geography of Resource-Dependent Communities in Canada », The Canadian Geographer, vol. 40, n°1, 17–35.

Rivard, É. et Desbiens, C., 2011, « Le Plan Nord, monstre à deux têtes et autres chimères géographiques », Recherches amérindiennes au Québec, vol. 41, n 1, 83-89.

Rouleau, J., 2010, Profil socioéconomique fermontois 2010, Centre local de développement (CLD) de la Caniapiscau, 39 pages.

Sheppard, A., 2007, The Making of a New Town in the Canadian Sub-arctic, Paper Presented at the Architecture Symposium, Bucharest, 13 pages.

Simard, M., 2012, « Les frontières contemporaines de l’écoumène québécois : de la lutte à l’étalement urbain à la mise en œuvre du Plan nord », Études canadiennes, n°73, 91-114.

Wolfe, J., 2003, Norbert Schoenauer : Planner, ARQ – La revue d’architecture, no. 122, 4-8.

Haut de page

Notes

1 Le masculin est systématiquement utilisé lors des références aux propos des répondants, indépendamment du fait qu’il s’agisse d’un homme ou d’une femme, pour éviter que les personnes ne soient identifiées.

2 Le fer est d’abord soumis à des processus de concassage et de concentration sur le site d’extraction.

3 Notons que les aménagements industriels d’Alcoa (devenu Alcan et Rio Tinto Alcan), lesquels sont reliés à l’industrie de l’aluminium, ont été aussi très structurants sur le territoire de la région du Saguenay—Lac-Saint-Jean. Il y a aussi les grands travaux de la Baie James qui ont bouleversés le territoire et le mode de vie des Indiens Cris du Moyen-Nord.

4 Rappelons qu’un établissement urbain au Canada doit répondre aux critères suivants élaborés par Statistique Canada : territoire correspondant généralement à une municipalité locale qui affiche une population totale de 1000 habitants ou plus ainsi qu’une densité de population minimale de 400 habitants au Km2. Même si Fermont respecte ces critères officiels, la population relativement faible et le manque de diversité des activités économiques peuvent remettre en cause son titre de ville, du moins aux yeux de certains observateurs.

5 Les nouveaux complexes d’ArcelorMittal et de la Cliffs Natural Resources situés au nord du mur devraient compter environ 400 chambres. De plus, notre calcul tient compte des 128 chambres dans le mur qui seront bientôt transformées en 32 appartements plus vastes. Un trompe-l’œil est un édifice de style maison de ville jumelée qui est utilisé par des chambreurs.

6 Les mentions F1 à F10 qui sont écrites entre parenthèses correspondent à la codification des répondants. Ces codes servent à maintenir l’anonymat des répondants tout en démontrant par leur présence que les citations utilisées et les avis exprimés proviennent de plusieurs sources.

7 L’expression québécoise « chiffres » correspond, dans ce contexte, aux quarts de travail des employés.

8 La mine Raglan, qui est située dans la péninsule d’Ungava, a été mise en fonction en 1998. Celle-ci a mise en place un système de rotation de travailleurs venant du sud de la province à partir de Val-d’Or, lesquels logent dans un complexe résidentiel adjacent à la mine.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte 1 : Fermont au sein de la région administrative de la Côte-Nord
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/25817/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 664k
Titre Carte 2 : Fermont au sein de son environnement régional
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/25817/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 788k
Titre Photo. 1 : Fermont vue du Mont Daviault
Crédits Source : M. Simard 2012
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/25817/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M
Titre Carte 3 : Le plan concept original de Fermont
Crédits Source : Site de l’Université McGill sur l’œuvre et la vie de l’architecte Norbert Schoenauer (http://cac.mcgill.ca/​schoenauer/​index.htm).
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/25817/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 408k
Titre Photo. 2 : Habitations dans le mur et le long des « venelles »
Crédits Source : M. Simard 2012
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/25817/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre Photo. 3 : Bungalows typiques de Fermont
Crédits Source : M. Simard 2012
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/25817/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Titre Carte 4 : Fermont : plan urbain et développements récents
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/25817/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 964k
Titre Photo. 4 : Nouvelles résidences de la Cliffs sur la rue des bâtisseurs
Crédits Source : M. Simard 2012
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/25817/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Martin Simard et Carl Brisson, « L’industrie minière et le développement urbain en milieu nordique : l’exemple de Fermont au Québec », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Espace, Société, Territoire, document 637, mis en ligne le 08 avril 2013, consulté le 19 août 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/25817 ; DOI : 10.4000/cybergeo.25817

Haut de page

Auteurs

Martin Simard

Professeur-titulaire de géographie urbaine et régionale à l’Université du Québec à Chicoutimi (UQAC) et membre du Centre de recherche sur le développement territorial (CRDT). Mgsimard@uqac.ca

Carl Brisson

Professionnel de recherche à l’Université du Québec à Chicoutimi (UQAC) et membre du Laboratoire de géographie appliquée (LERGA). Carl_brisson@uqac.ca

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page