Navigation – Plan du site
2013
638

Cartographier les territorialités indigènes dans les Andes boliviennes : enjeux politiques, défis méthodologiques

Mapping Indigenous territorialities in the Bolivian Andes : political and methodological issues
Irène Hirt et Louca Lerch
Traduction(s) :
Cartografiar las territorialidades indígenas en los Andes bolivianos: intereses políticos y desafíos metodológicos

Résumés

L’analyse de cartes et de leurs conditions de production révèle des idéologies territoriales, tout mettant en évidence les acteurs, ainsi que les controverses et intérêts politiques en jeu. Cet article analyse la cartographie des terres et des territoires indigènes en Bolivie, dans le cadre des réformes foncières et politico-administratives réalisées par l’État à partir des années 1990 en faveur des peuples indigènes. Il traite en particulier de la cartographie des ayllus et des markas, du nom des territoires quechuas et aymaras dans les Andes boliviennes, produite dans le cadre de projets de recherche puis d’aide au développement. Cette cartographie a contribué, pour la première fois dans l’histoire du pays, à interroger les représentations hégémoniques de l’espace national. Bien qu’elle n’ait pas été exempte de certaines limites (tendance à la ruralisation et à l’essentialisation des territoires indigènes dans certains documents), elle a globalement cherché à rendre compte de la complexité contemporaine des territorialités andines (discontinuités territoriales, relations ville-campagne, limites territoriales dynamiques, etc.). Mais par ailleurs, la production de ces cartes est restée subordonnée au financement et aux objectifs des agences de coopération internationale, lesquelles ont instrumentalisé une partie de cette cartographie à des fins géopolitiques (contrôle régional des mouvements de population et lutte contre la drogue). Si les cartes des ayllus et des markas ont donc effectivement contribué aux controverses et aux débats sur la décolonisation interne de l’État bolivien et de son territoire, elles ne confirment pas moins l’inscription du pays dans des relations de dépendance néocoloniale vis-à-vis des pays du Nord.

Haut de page

Notes de la rédaction

L’ordre des auteurs est alphabétique, leur contribution à ce texte étant égale.

Texte intégral

Introduction

  • 1 Au-delà des controverses terminologiques, les adjectifs « indigène » et « autochtone » sont considé (...)

1À partir du milieu des années 1990, la Bolivie, à l’instar du Brésil, de la Colombie ou encore de l’Équateur, a mis en œuvre d’importantes réformes agraires en faveur de ses peuples indigènes1 (Chirif, García Hierro, 2007). En 1996, l’État bolivien a reconnu la Terre communautaire d’origine (TCO), une forme de propriété collective indigène. En 2005, après l’élection d’Evo Morales à la présidence et l’arrivée de représentants indigènes à la tête du pays, la Bolivie s’est engagée dans un processus radical de transformation institutionnelle, qui a culminé avec l’adoption d’une Nouvelle Constitution Politique de l’État (NCPE) en 2009. Celle-ci a proclamé le caractère « plurinational » du pays et a donné aux peuples indigènes la possibilité d’accéder à des formes d’autonomie, par la mise en œuvre des Territoires indigènes originaires paysans (TIOC).

  • 2 Le concept de décolonisation est inscrit dans la NCPE (art. 9) et fait partie de l’agenda politique (...)
  • 3 En Bolivie, le terme de « colonialisme interne » a été conceptualisé par Silvia Rivera (2010). Il e (...)

2Si certains observateurs interprètent ces changements en termes de « gouvernance de l’ethnicité » (Lacroix, 2007) ou d’« anarchie segmentaire » (Lavaud, 2006), d’autres en font une lecture en termes de « décolonisation » (Spedding, 2011). Ce concept, au-delà de sa signification politique pour l’État bolivien et ses acteurs2, renvoie, dans son sens commun, au renversement de l’ordre colonial et de ses formes d’injustice et d’oppression. En Amérique du Sud toutefois, la décolonisation revêt un sens différent selon le point de vue adopté : pour les élites créoles du XIXe siècle, elle avait signifié l’émancipation des puissances européennes ; pour les peuples indigènes d’aujourd’hui, en revanche, elle réfère à l’élimination du « colonialisme interne »3 dont ils sont encore l’objet, produit des structures inégalitaires et racistes mises en place par les États républicains au lendemain des indépendances (Howard, 2010). En ce sens, les réformes récentes instituées en Bolivie en faveur des peuples indigènes peuvent être considérées comme des tentatives d’instauration d’un État postcolonial ; une telle entreprise n’étant évidemment pas dénuée de luttes de pouvoir et de conflits politiques, tant au niveau local que national (Le Gouill, 2011).

  • 4 Nancy Peluso (1995) a désigné cet usage subversif de « contre-cartographie ».

3Comme ailleurs en Amérique du Sud, les outils cartographiques ont joué un rôle de premier ordre dans ces recompositions politiques, foncières et territoriales (Offen, 2009). Ils ont permis aux communautés et aux organisations indigènes de s’approprier le langage et les techniques de l’État afin d’identifier et de délimiter leurs territoires nouvellement reconnus, tout en questionnant – au nom du respect de la diversité culturelle et de leur antériorité sur le continent – les représentations hégémoniques de l’espace national4. Cette mise en scène iconographique (Debarbieux, Lardon, 2003) leur a permis de justifier et de faire monter en généralité (Boltanski, Thévenot, 1991 ; Lafaye, Thevenot, 1993 ; Lerch, 2006) leurs revendications territoriales, afin de les rendre plus aisément reconnaissables sur la scène nationale et internationale. Par ailleurs, avec la reconnaissance, d’abord des TCO, puis des TIOC, la cartographie des terres et des territoires indigènes en Bolivie, d’instrument contre-hégémonique porté par les mouvements indigènes et leurs alliés pour faire pression sur l’État, est devenue un outil gouvernemental.

4Dans cet article, nous nous intéresserons à la cartographie des territoires quechuas et aymaras dans les Andes boliviennes, également connue comme « cartographie des ayllus et des markas » ; l’ayllu étant le nom donné par les peuples andins à la plus petite unité socio-politique et territoriale (Choque, Mamani, 2001, p. 207), plusieurs ayllus formant une marka et plusieurs markas, un suyu (une nation). Outre des modes de possession et de production communautaires de la terre, historiquement, les ayllus se sont distingués par leurs discontinuités territoriales, induites par l’exercice du contrôle de ressources territoriales diversifiées sur plusieurs étages écologiques (Murra, 2002). La majorité de la population d’un ayllu se concentrait autrefois dans l’altiplano, où se situait le centre du pouvoir, et des relations de complémentarité économique étaient tissées avec les colons vivant dans les enclaves des vallées (Harris, 1985 ; Platt, 1978b).

  • 5 Le concept de « territoire » ne se réduit pas ici à ses dimensions politiques ou juridiques mais ré (...)
  • 6 Les communautés indigènes impliquées dans le projet México Indígena, n’ayant manifestement pas été (...)

5La spécificité de la cartographie des ayllus et des markas est d’avoir débuté antérieurement à celle des TCO. D’abord le fait d’historiens et d’anthropologues soucieux de comprendre la territorialité5 andine dès les années 1960, elle a ensuite été poursuivie conjointement par les acteurs de la coopération internationale et les communautés indigènes dans les décennies 1980 et 1990, dans le cadre de l’« ethnodéveloppement ». Cette idéologie, conciliant multiculturalisme et néolibéralisme, a permis à des acteurs aux intérêts variés, voire contradictoires – organisations indigènes, organisations non gouvernementales (ONG), Banque mondiale et État bolivien – de travailler ensemble pour la reconnaissance des territoires indigènes (Le Gouill, 2007 ; Andolina, Radcliffe, Laurie, 2005). La cartographie des ayllus et des markas constitue l’un des plus importants efforts jamais réalisés pour comprendre la complexité de la territorialité andine (Albó, Romero, 2009, p. 47), et l’une des premières initiatives cartographiques en Bolivie à tenir compte du point de vue indigène sur le territoire. Aussi, est-on amené à penser qu’elle a contribué de manière significative aux débats sur la décolonisation interne et sur la reconnaissance des territoires indigènes du pays. Une telle hypothèse demande toutefois à être nuancée, la forte présence de la coopération internationale, et donc d’intérêts étrangers, dans la production de ces cartes suggérant que celle-ci était également motivée par un agenda politique implicite. Une telle idée étant renforcée par les récentes lectures critiques de certains projets de cartographie participative en contexte indigène, suite à la controverse autour de México Indígena. Ce projet a été financé par l’armée américaine et réalisé conjointement par des chercheurs de l’Université de Kansas (États-Unis) et d’Oaxaca (Mexique), et des communautés indigènes du même État. Son objectif avoué était de contribuer à l’« empowerment » des communautés par la délimitation et la titularisation de leurs terres. Tacitement, il s’agissait de collecter, avec l’aide des populations locales, des informations sur une région considérée comme stratégique par l’armée américaine (Batson, 2008 ; Bryan, 2010)6. Si le contexte bolivien étudié dans cet article n’a pas impliqué d’acteurs militaires étrangers, il soulève néanmoins des questions semblables sur la finalité de la collecte de données géographiques, dans un contexte où la guerre contre la drogue et le spectre des guérillas marxistes ou indigènes n’a jamais cessé de placer les populations indigènes au cœur des enjeux militaires et géopolitiques régionaux. C’est à la lumière de cette double hypothèse – décolonisation interne et perpétuation de relation coloniales externes – que nous analyserons les cartes des ayllus et des markas ainsi que les jeux d’acteurs et les intérêts politiques en présence lors de leur production.

  • 7 L’essentiel du matériel a été collecté pendant une enquête de trois mois réalisée en Bolivie en 200 (...)
  • 8 Cf. Liste complète des entretiens en annexe.
  • 9 Les extraits sont reproduits avec la permission de Plural Editores pour les cartes murales, et F. M (...)

6Les données de première main sur lesquelles nous nous fondons ont été recueillies durant plusieurs séjours en Bolivie7. Elles se composent d’entretiens semi-directifs effectués avec les principaux acteurs de la cartographie des terres et des territoires indigènes du pays8, ainsi que d’un corpus de documents cartographiques composé de deux cartes murales et de deux atlas, publiés entre 1993 et 20039 :

  • Carte préliminaire des ayllus et communautés rurales du département de Potosí, à la fin du XXe siècle (format 2m10 x 2m48) (Calla, 1993).

  • Carte préliminaire de markas et ayllus. Provinces Ingavi, Pacajes et José Manuel Pando. département de la Paz (début XXIe siècle) (format 1m40 x 2m) (Calla, 2003).

  • Atlas des ayllus de Chayanta. Territoires du suni (format A3) (Mendoza, Flores, Letourneux, 1994).

  • Atlas des ayllus du Nord Potosí, territoire des anciens Charkas (format A3) (Mendoza, Patzi, 1997).

7Les cartes d’un troisième atlas, portant sur les ayllus de Sura et Qurpa Kirkiyäwi du département de Cochabamba (Mendoza, Patzi, López, 2001), n’ont été analysées que du point de vue de leurs processus de production. Car la maquette dont nous disposions s’est avérée trop peu lisible pour faire une lecture détaillée du contenu des cartes.

8Ces documents ont été numérisés et partiellement géo-référencés par nos soins dans un SIG (Système d’information géographique), afin d’évaluer leur déploiement spatial, comparer les documents (jeux d’échelles et de cadrage) et les mettre en perspective avec des éléments de contexte (données statistiques ou géospatiales) (figure 1).

Figure 1 : Le corpus cartographique numérisé et géoréférencé

Figure 1 : Le corpus cartographique numérisé et géoréférencé

9Dans la première partie de cet article, nous étudierons les processus de production de la cartographie des ayllus et des markas. Pour ce faire, nous considèrerons les cartes pour leur capacité à mettre en évidence et à structurer des controverses territoriales et à agir comme des « médiateurs » (D’Alessandro-Scarpari, November, Rémy, 2004 ; Raffestin, 1981) ou des « objets-frontière » (Noucher, 2009), facilitant la concertation des acteurs et la traduction de leurs manières de concevoir et de produire le territoire. Dans une seconde partie, nous effectuerons une analyse des cartes : d’une part, à partir de leurs légendes, considérant celles-ci dans une perspective saussurienne, comme des systèmes de mise en ordre du monde, des « paradigmes » se déclinant en « syntagme » (les cartes) dans une situation donnée (Hussy, 1998) ; d’autre part, en partant du principe que les cartes sont le fruit de choix (sélection, omission, survalorisation de certains éléments, etc.) qui renseignent sur les valeurs et les idéologies territoriales des cartographes (Harley, 1989). La troisième et dernière partie de l’article sera consacrée à la réception sociale de la cartographie des ayllus et des markas en Bolivie et à ses impacts sur l’évolution des processus ultérieurs de reconnaissance des terres et des territoires indigènes, en particulier les TCO.

La carte comme médiateur d’un processus

De la cartographie comme instrument de recherche à la cartographie au service de projets de développement

Les précurseurs académiques

10D’origine préhispanique, l’ayllu a subi d’importantes transformations pendant les périodes coloniale et républicaine (Choque, Mamani, 2001 ; Platt, Bouysse-Cassagne, Harris, 2006). S’il a pu se maintenir jusqu’à ce jour dans certaines régions du pays, en particulier dans les départements d’Oruro et de Potosí (Lucero, 2006), c’est par le biais d’un processus de « syncrétisme organisationnel », c’est-à-dire en s’adaptant constamment aux reconfigurations politico-administratives et territoriales imposées par la Couronne espagnole, puis la République bolivienne (Le Gouill, 2011 ; Platt, 1999). Bien que la réforme agraire de 1953 ait permis aux Aymaras et aux Quechuas de récupérer la majorité des terres usurpées depuis la fin du XIXe siècle et de se libérer du servage imposé par les haciendas (grandes propriétés privées) (Demélas, Vivier, 2003), elle n’a pas pour autant signifié la reconnaissance de leur spécificité culturelle et de leur territorialité. La réforme s’est inscrite dans une perspective classiste et libérale : s’adressant aux petits paysans, elle cherchait à consolider un régime de propriété individuelle, tout en imposant la syndicalisation des communautés indigènes. Elle a ainsi encore accentué la désintégration des ayllus, déjà mis à mal par l’expansion des haciendas et les tentatives de démembrement du système communautaire de la terre, mises en œuvre par les élites politiques du pays depuis la fin du XIXe siècle afin d’incorporer les terres indigènes au marché, particulièrement dans les vallées où les rendements agricoles sont meilleurs que sur le haut plateau.

  • 10 Voir Harris, 1997, pour un inventaire de ces cartes et croquis.
  • 11 Cette carte a été reproduite à maintes reprises (cf. Harris, 1986 ; Platt, 1978a et b ; Rivera, Con (...)

11Au cours des décennies 1960 et 1970, des géographes, des anthropologues et des historiens ont cherché à mieux comprendre le passé et le présent de cette territorialité andine, associant enquêtes ethnographiques et étude des archives de l’administration coloniale espagnole. Parmi eux, les français Thierry Saignes et Thérèse Bouysse-Cassagne, les britanniques Olivia Harris et Tristan Platt, ainsi que des Bolivien(e)s, dont Teresa Guisbert, Mercedes del Río et Ana Maria Presta. Ces ethnohistoriens se sont inspirés des travaux de l’anthropologue John Murra, le premier à avoir conceptualisé le « contrôle vertical » des ressources productives par les ayllus et leur organisation sociale et territoriale en « archipel » (Murra, 2002). Pour ces chercheurs, l’étude de l’organisation sociale andine, passée et contemporaine, ne se limitait pas à des objectifs scientifiques. S’ils faisaient de l’histoire, ils se savaient aussi participer à l’histoire en train de se faire. Pour Platt, montrer l’existence et le dynamisme des ayllus devait contribuer à contrer l’image négative des peuples indigènes andins, perçus par la société créole bolivienne comme un archaïsme incompatible avec la modernité (1999, pp. 37-38). Quant à Harris, elle avait conscience de l’impact de ses cartes sur l’élaboration des demandes territoriales indigènes (1997, p. 364). C’est le besoin de spatialiser les réalités étudiées qui a conduit ces chercheurs à réaliser des croquis et des cartes. Loin de se limiter à des exercices de localisation, ces derniers ont facilité la compréhension d’espaces complexes, régis par des logiques culturelles différentes (Harris 1997, pp. 354-355)10. Tandis que Saignes (1986) et Bouysse-Cassagne (1978, p. 1059) ont représenté la distribution spatiale des seigneuries aymaras du XVIe siècle dans les Andes, Harris et Platt se sont concentrés sur le Nord Potosí, région caractérisée par d’importants dénivelés sur de courtes distances, ayant favorisé la persistance des déplacements saisonniers locaux et le contrôle vertical des ressources (figure 2)11.

Figure 2 : Carte ethnohistorique du Nord Potosí de Platt et Harris (1978)

Figure 2 : Carte ethnohistorique du Nord Potosí de Platt et Harris (1978)

Les acteurs de la coopération internationale

12Les changements en faveur des peuples indigènes, en germe dans les années 1980, tant en Bolivie qu’au niveau mondial, ont favorisé la poursuite de la cartographie des ayllus et des markas par les acteurs de la coopération internationale.

13Les ravages de la sécheresse de 1982 et 1983 ont engendré l’arrivée des ONG nationales et des agences internationales de développement dans les départements de la Paz, d’Oruro et de Potosí. La première vague de projets a cherché à moderniser les campagnes boliviennes, imposant l’adoption de la structure syndicale par les ayllus comme condition pour recevoir l’aide au développement (Rivera, Conde, Santos, 1992 ; Lucero, 2006, p. 44). La seconde vague de projets a été réalisée, entre autres, par la coopération européenne (Programme d’auto-développement paysan – PAC), des organisations gouvernementales et non gouvernementales américaines (Oxfam América, Inter-American Foundation, Plan International), la coopération danoise (IBIS) et la coopération multilatérale (Fondo Indígena). Mesurés désormais à l’aune de l’ethnodéveloppement, les ayllus n’étaient plus considérés comme des obstacles au développement mais des atouts, jugés plus « authentiques » que les syndicats agraires (Platt, 1990 ; Rivera, 1990). Quant aux acteurs indigènes andins eux-mêmes, ils réclamaient la décentralisation du pouvoir étatique ainsi que la reconnaissance de leur mode d’organisation politique et territorial, évincé par la présence des syndicats agraires depuis 1953. Or, les lois de décentralisation et de participation populaire promulguées en 1995 ont permis aux ayllus et aux autres structures socio-territoriales indigènes (syndicats agraires, communautés, etc.) d’acquérir, pour la première fois, une personnalité juridique (en tant qu’« Organisations territoriales de base »). C’est donc avec l’aide de la coopération internationale qu’ils ont procédé à la consolidation juridique, mais aussi à la « nationalisation » et à la « mondialisation » de leurs ayllus (Lucero, 2006 ; Andolina, 2001). Leur adhésion à l’idéologie de l’ethnodéveloppement leur a ainsi permis de justifier et de faire monter en généralité leurs revendications sur la scène nationale et internationale. En outre, en 1997, a été fondé le Conseil national des ayllus y des markas du Qullasuyu (CONAMAQ), consacré autorité nationale des Aymaras, Quechuas et Urus, et fédérant les ayllus des départements de La Paz, de Potosí et d’Oruro. La production des cartes des ayllus et des markas s’est inscrite dans cette conjoncture. La carte murale du département de Potosí (Calla, 1993) a été réalisée avec le soutien de l’Organisation des nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) et la coopération hollandaise, tandis que celle du sud du département de la Paz (Calla, 2003) a été financée par la coopération danoise (DANIDA). L’Union européenne a soutenu la production des trois atlas du Nord Potosí (Mendoza, Flores, Letourneux, 1994 ; Mendoza Patzi, 1997) et d’une partie du département de Cochabamba (Mendoza, Patzi, López, 2001).

  • 12 Empruntée à la géologie, puis à la biologie, la notion de « hotspot » – littéralement « point chaud (...)

14La concentration de ces projets dans le Nord Potosí n’a fait que confirmer l’intérêt croissant, déjà démontré par les ethnohistoriens (voir figure 2), pour l’une des régions les plus traditionnelles de Bolivie. De fait, dans les années 1980, le Nord Potosí était devenu un véritable « hotspot »12 pour les chercheurs, les ONG et les agences d’aide au développement (Le Gouill, 2007 ; Rivera, Conde, Santos, 1992). Pour ces dernières, il s’agissait de reconnaître et de documenter l’existence de la territorialité indigène et de mettre ces nouvelles connaissances au service de l’ethnodéveloppement. Les coopérants s’étaient rendus compte que privilégier le découpage politico-administratif officiel au détriment du maillage des ayllus vouait leurs projets à l’échec (infrastructures construites dans des espaces en conflit, non aboutissement d’initiatives ayant tenté d’associer des communautés de différents ayllus, etc.) (López 1997, p. 99). Pourtant, les motifs humanitaires ne suffisent pas à expliquer l’intérêt de la coopération internationale pour le Nord Potosí : la position géographique stratégique du Nord Potosí a sans doute également joué un rôle déterminant (figure 3).

Figure 3 : Le Nord Potosí : un « hotspot » scientifique et cartographique, au cœur d’enjeux géopolitiques

Figure 3 : Le Nord Potosí : un « hotspot » scientifique et cartographique, au cœur d’enjeux géopolitiques
  • 13 L’opposition au projet de route censée traverser le Territoire indigène et parc national Isiboro-Se (...)

15En effet, le Nord Potosí cristallise plusieurs enjeux géopolitiques régionaux : d’abord, il est contenu dans un rectangle de quatre villes andines majeures – Oruro-Cochabamba-Sucre-Potosí ; ensuite, il est situé en amont du Chapare. À la jonction des Andes et de l’Amazonie, celui-ci constitue l’une des principales zones de production de coca et se caractérise par une présence significative de colons originaires du Nord Potosí et de ses provinces de Frias et de Bustillos (Dory, Roux, 1998, p. 35). Ces migrants venus des hautes terres ont souvent été perçus comme une menace pour l’équilibre écologique des régions amazoniennes ; raison pour laquelle, selon Laetitia Perrier-Bruslé, des parcs nationaux ont été mis en place le long de cette « frontière interne », pour y exercer la fonction de « glacis » (2005, p. 268)13. Il n’est donc pas vraiment surprenant que les cartographes des ayllus et des markas, après avoir œuvré dans le Nord Potosí, aient étendu leur travail aux vallées voisines du département de Cochabamba – et donc en direction du Chapare – pour y réaliser le dernier atlas (Mendoza, Patzi, López, 2001). Car bien que les trois atlas aient été soutenus par l’Union européenne, ils se sont inscrits dans des programmes distincts : si les deux premiers portant sur le Nord Potosí ont été financés par le PAC pour répondre aux problèmes engendrés par la sécheresse du début des années 1980, le dernier, traitant du département de Cochabamba, a été financé par le programme PRODEVAT. Celui-ci faisait partie de la contribution de l’Union européenne au plan d’action Puebla – Panama de lutte contre la drogue, par la mise en place de projets « alternatifs » de développement. Or, ces projets visaient précisément à empêcher les travailleurs pauvres des provinces de Bolivar, d’Arque et de Tapacarí (département de Cochabamba) de migrer vers le Chapare, pour y cultiver la coca (Fukumi, 2008, p. 127). Implicitement, la cartographie des territoires indigènes répondait donc en partie à des impératifs politiques internationaux plutôt que locaux ou nationaux : elle visait à une meilleure connaissance des réalités et des dynamiques territoriales des populations locales du Nord Potosí et d’une partie du département de Cochabamba.

« Nous ne savions pas dans quel pays nous vivions » : les cartographes, leur vision de la Bolivie et leur méthodologie

16Les cartographes œuvrant pour la coopération internationale avaient leurs motivations propres. Ils ont été fortement influencés par les ethnohistoriens : « C’est leur travail qui m’a amené à avoir conscience de l’importance de l’espace ; et qui m’a converti en géographe », nous a raconté Ricardo Calla, qui a dirigé la réalisation des cartes murales. Ministre des affaires indigènes durant la présidence de Carlos Mesa (2003-2005) et Recteur de l’Université de la Cordillera au moment de notre rencontre, il s’est intéressé à la territorialité indigène après avoir longtemps travaillé dans le milieu syndical. Comme d’autres Boliviens, il a littéralement « découvert » l’existence des populations et des cultures indigènes du pays dans les années 1980 et 1990 : « Je me suis rendu compte que nous ne savions pas dans quel pays nous vivions, ni quel était le type d’organisation spatiale des gens dans les zones rurales. (…) j’avais toujours l’impression que nous ne voyions qu’une partie de la réalité. Et celle-ci était en rapport avec les grandes luttes syndicales des mineurs, des travailleurs (…). Ils [les ethnohistoriens] m’ont fait comprendre que tu ne peux pas vivre en Bolivie sans t’intéresser sérieusement à la réalité indigène » (Calla, 2008). Pour Calla, il ne s’agissait plus de faire des croquis, mais de véritables cartes en grand format, afin de hisser les ayllus et les markas au même rang que les territoires de l’État et de rivaliser avec les cartes officielles de l’Institut géographique militaire (IGM), affichées à l’entrée de la plupart des bâtiments de l’administration bolivienne (Calla, 2008). Quant à Fernando Mendoza et son équipe, leur objectif était de produire des atlas atteignant d’importants niveaux de détail et d’exhaustivité, afin de favoriser une gestion renouvelée du territoire (Mendoza, 2009).

  • 14 Nous avons établi le même constat dans les basses terres où ces modèles numériques ont ensuite été (...)

17Calla et Mendoza ont appris la cartographie sur le tas. Le premier est sociologue et anthropologue de formation, le second agronome. En dehors du soutien technique de l’IGM pour le premier atlas, ils se sont formés par essais et erreurs : « Pour beaucoup d’entre nous, nous avons appris, en fouillant, en téléchargeant des manuels, ou en partageant [les connaissances] » (Mendoza, 2009). Ce n’était pas une mince affaire puisqu’au début des années 1990, l’information géographique relative aux territoires indigènes était pour ainsi dire inexistante en Bolivie. Les travaux des ethnohistoriens ont donc constitué des supports fondamentaux pour la communication entre cartographes et communautés indigènes. Par ailleurs, la réalisation des cartes des ayllus et des markas se serait avérée plus coûteuse en temps (par l’arpentage notamment) ou en argent sans l’existence de cartes topographiques officielles, l’accès à la cartographie numérique et à l’imagerie satellitaire, notamment Google Earth, n’étant pas encore démocratisé à l’époque. Face à l’absence de matériel adéquat, Mendoza et son équipe ont consacré un nombre important d’heures à numériser la cartographie officielle (la topographie et l’hydrographie en particulier), afin de réaliser des modèles numériques de terrain14.

  • 15 Les cartes murales mentionnent les noms de plusieurs d’entre eux : R. Jaillita, E. Ticona, M. Veláz (...)

18Les équipes de travail ont en outre eu recours à des méthodes de cartographie participative. Pour la réalisation des cartes murales, Calla et ses collaborateurs indigènes15 ont discuté des limites des ayllus avec leurs habitants, sur la base des cartes topographiques de l’IGM. Quant aux atlas, les chercheurs, boussoles et altimètres en main, se sont rendus avec les autorités indigènes sur le terrain pour y vérifier les limites des ayllus. Pour le second atlas, ils ont utilisé un GPS (Système global de positionnement) et élaboré un SIG. La précision géographique à valeur d’expertise technique ne faisait toutefois pas partie de tels projets. Selon Calla, il s’agissait avant tout de re-connaître l’existence de la territorialité indigène : « il se peut que tu aies mal situé la colline, mais l’important c’est qu’il y ait cette colline, que cette colline existe » (Calla, 2008). Si la population indigène a compris l’intérêt politique d’un tel travail, elle n’est pas moins restée méfiante. Selon Mendoza, Flores et Letourneux, elle soupçonnait les agences de coopération et les cartographes de perpétuer des formes historiques d’appropriation de leurs territoires (1994, p. 7). Par ailleurs, certains ayllus étaient impliqués dans des confrontations intercommunautaires suscitées par des conflits de limites interdépartementales et d’exploitation de ressources naturelles. La recherche de procédures et de méthodologies pour parvenir à des consensus entre ayllus voisins s’est donc avérée fondamentale dans certains cas (López, 1997, pp. 98-99).

La carte comme modèle territorial

19Si les cartes des ayllus et des markas sont le produit d’un assemblage d’acteurs et de processus socio-politiques, elles possèdent leur propre existence, logique et pouvoir en tant qu’objets. Leur analyse permet donc de dégager le modèle territorial promu par leurs auteurs.

20Tandis que les départements de La Paz et de Potosí ont été amplement cartographiés, celui d’Oruro n’a, à notre connaissance, fait l’objet d’aucune cartographie publiée. Les deux atlas sur le Nord Potosí (Mendoza, Flores, Letourneux, 1994 ; Mendoza Patzi, 1997) s’inscrivent dans une continuité géographique avec la première carte murale (Calla, 1993), considérée comme un antécédent majeur (Mendoza, Flores, Letourneux 1994, p. 9).

  • 16 Au temps de l’Empire espagnol, le cabildo était l’unité locale de gouvernement, adaptée aux ayllus (...)

21La structure et le langage conceptuel des atlas demandent à être détaillés. Dans les deux documents, l’organisation politique des territoires cartographiés est expliquée dans le texte (Mendoza, Flores, Letourneux, 1994, p. 20 ; Mendoza, Patzi, 1997, p. 11). Elle se fonde sur la terminologie de l’anthropologue Tristan Platt : d’une part, pour expliciter l’appartenance de chaque ayllu à la « moitié d’en haut » (« maxasaya ») ou à la « moitié d’en bas » (« alasaya »), termes rendant compte de l’organisation dualiste des sociétés du sud du Pérou et de la Bolivie (Platt, 1978b, p. 1083) ; d’autre part, pour hiérarchiser les territoires en « ayllus majeurs » ou « grands ayllus » (correspondant aux markas en langue aymara ), « ayllus mineurs » et « ayllus minimes » (dits aussi « cabildos »16). Le premier atlas distingue deux niveaux hiérarchiques inférieurs supplémentaires : les « communautés tête de cabildo » et les communautés leur appartenant. Dans le second atlas, Mendoza et Patzi ont supprimé le terme de « communauté », le considérant comme étranger à la culture indigène, puisqu’hérité de la réforme agraire de 1953 et de l’organisation syndicale (1997, p. 9).

  • 17 Sur le plan graphique, le second atlas est moins réussi que le premier. Bien que les cartographes a (...)

22Le premier atlas (Mendoza, Flores, Letourneux, 1994) porte seulement sur les territoires d’altitude du Nord Potosí, à savoir les neuf ayllus de la marka Chayanta : Chayantaka, Laymi, Puraka, Chullpa, Kharacha, Sikuya, Jukumani, Aymaya et Panakachi. Superposés au maillage politico-administratif de l’État bolivien, ces territoires indigènes coïncident avec la province de Bustillos. Dans la première partie du document, les auteurs décrivent le contexte historique et social de ces territoires ; dans la seconde, ils présentent chaque ayllu par une carte et une fiche descriptive. Le second atlas (Mendoza, Patzi, 1997) est organisé autour du concept de « franja étnica », repris des travaux de Platt et Harris. Signifiant littéralement « frange ethnique », ce terme renvoie aux cinq markas du Nord Potosí, qui s’étendent de l’altiplano aux vallées : Chayanta, Sakaka, Pukwata, Macha et Tinkipaya, lesquelles concordent approximativement avec les cinq provinces du Nord Potosí : Alonso de Ibañés, Bernardino Bilbao, Charcas, Rafael Bustillos et Chayanta. Traitant un nombre plus important de territoires, les cartes de ce second ouvrage s’avèrent plus nombreuses et plus petites. L’approfondissement thématique laisse place aux articulations entre territoires et étages écologiques17.

Représenter la complexité territoriale

23L’analyse des atlas et des cartes murales permet de dégager trois thématiques transversales, lesquelles témoignent de l’effort réalisé par les auteurs pour montrer l’existence et la complexité de la territorialité andine : la superposition des maillages indigène et étatique, les discontinuités territoriales, ainsi que les limites entre ayllus et les zones de conflit.

Limites indigènes versus étatiques

24Si la publication des premières cartes des ayllus et des markas (Calla, 1993 ; Mendoza, Flores, Letourneux, 1994) a coïncidé avec le début de la reconnaissance officielle des territoires indigènes en Bolivie, leur réalisation a en revanche été antérieure aux réformes étatiques. Pour les cartographes, il importait donc de créer des représentations performatives, administrant la preuve de l’existence et de l’étendue des territoires indigènes, tout en les superposant avec l’ordre politico-administratif étatique, afin de mettre en évidence la pluralité des récits territoriaux et historiques en Bolivie. Le second atlas est le seul document à faire l’impasse sur le découpage étatique, à l’exception d’une carte de situation des cinq markas du Nord Potosí (Mendoza, Patzi, 1997, p. 13). Ce silence est d’autant plus surprenant que la préface est signée par une représentante de l’Etat qui dénonce les contradictions entre maillages étatique et indigène. Elle décrit celles-ci comme l’expression la plus symptomatique de l’ordre colonial républicain et de sa négation systématique des peuples indigènes (Calvo in Mendoza, Patzi, 1997, p. 1).

25En outre, bien que dans les autres documents, les auteurs aient cherché à mettre sur pied d’égalité les deux ordres territoriaux – notamment, en accordant une importance graphique égale aux limites étatiques et indigènes (cf. figure 4, pour un exemple) –, ils ne sont pas pour autant parvenus à s’affranchir de la prééminence du découpage républicain. En effet, l’ensemble des territoires représentés demeure à l’intérieur des espaces provinciaux ou départementaux concernés, à l’exception de la carte murale du département de Potosí (Calla, 1993) qui inclut l’ayllu K’ulta, situé dans le département d’Oruro (Province Abaroa). Selon Mendoza et Patzi, cette incapacité à s’abstraire du maillage étatique les a empêchés de saisir la complexité de la territorialité andine et d’inclure les terres de vallée dans le premier atlas (1997, p. 6). Ce faisant, ils ont sans doute également été influencés par l’idéologie territoriale dominante des années 1980 : l’idée de parcelles dispersées sur plusieurs étages écologiques était alors considérée comme foncièrement irrationnelle, raison pour laquelle les acteurs de l’aide au développement tendaient à limiter leur projets à l’altiplano (Rivera, Conde, Santos, 1992, p. 154). Par ailleurs, l’absence de fonds de cartes qui ne soient pas marqués par le découpage républicain en Bolivie – difficulté déjà soulignée par les ethnohistoriens (Harris, 1997, pp. 352-353 ; Platt, Bouysse-Cassagne, Harris 2006, pp. 17-18) – n’a pas dû non plus faciliter la représentation des liens entre zones d’altitude et vallées, lorsque ceux-ci transcendent les limites départementales. Enfin, n’oublions pas que dans les Andes, les désajustements entre limites indigènes et étatiques ne sont pas systématiques. Car dans bien des cas, la Couronne espagnole a tenu compte des territoires indigènes à des fins d’impôt et de contrôle des populations ; un découpage repris ensuite en partie par l’État républicain. Il reste toutefois que la surimpression du maillage indigène par les limites coloniales n’a pas pour autant signifié la pleine reconnaissance de l’existence des territoires indigènes et de leurs juridictions politiques.

26C’est donc en demeurant à l’intérieur des limites départementales ou provinciales que les cartographes ont confronté maillages indigène et étatique (comme on le verra plus loin, ils ont fait de même pour la représentation des discontinuités territoriales). La carte murale du département de Potosí (Calla, 1993) livre des exemples intéressants de désajustement entre les deux ordres territoriaux : on y voit les markas de Chayanta, de Pukwata et de Macha traversées de part et d’autre par les frontières provinciales de Charcas et de Chayanta (figure 4). La même carte contient des exemples contraires de coïncidence relative des deux types de limites. Dans la carte murale du département de la Paz (Calla, 2003), il ne s’agit plus de confronter les ordres territoriaux indigène et étatique, mais de montrer la reconnaissance du premier par le second, soit par la cartographie de la personnalité juridique des ayllus et markas. On y distingue les territoires qui possèdent une personnalité juridique de ceux qui en sont dépourvus ou qui ont entrepris de l’obtenir (figure 5). Sa mise en perspective avec la carte murale du département de Potosí témoigne du chemin parcouru en faveur des droits des peuples indigènes en Bolivie, en l’espace de dix ans.

Figure 4 : Markas traversées par des limites provinciales

Figure 4 : Markas traversées par des limites provinciales

Figure 5 : Reconnaissance juridique des ayllus et des markas

Figure 5 : Reconnaissance juridique des ayllus et des markas

Les discontinuités territoriales

27Représenter les discontinuités des territoires indigènes et leur organisation en « archipel » a constitué un véritable défi pour les cartographes, de par la diversité des situations et des processus sociaux qui en sont à l’origine.

28Les discontinuités dues à l’occupation de différents étages écologiques sont montrées dans le second atlas par des cartes de situation mettant en perspective la dispersion territoriale d’un ayllu à l’intérieur d’une marka. Les deux atlas indiquent également la localisation écologique de ces fragments par l’altimétrie et les courbes de niveau, le second faisant en outre correspondre ces dernières aux limites naturelles de production des cultures et d’élevage (Mendoza, Patzi 1997, p. 9). L’usage de concepts indigènes constitue une autre manière de décrire les étages écologiques. Par exemple, les atlas et la carte murale de Potosí mentionnent les termes de « chawpirana » (quechua) ou de « taypirina » (aymara) pour faire référence à la zone intermédiaire entre l’altiplano et les vallées.

29Les cartographes ont également montré que la territorialisation discontinue, loin de se limiter à des pratiques dites « traditionnelles », constitue une stratégie continuellement renouvelée (García et al., 2001) faisant appel au capital spatial des individus, soit à leur capacité de tirer le plus grand avantage de l’espace et de ses ressources (Le Gouill, 2007). Dans cette perspective, c’est autant le contrôle des « étages socio-économiques » (Antequera Duran, Cielo, 2011) qu’écologiques qui est en jeu. L’articulation entre territoires ruraux et urbains fait partie de ces stratégies contemporaines. Le premier atlas (Mendoza Flores, Letourneux, 1994) offre un traitement détaillé des discontinuités produites par la concentration de la population autour de lieux d’échange. Les auteurs distinguent le concept d’« île territoriale » – qu’ils définissent comme une terre d’altitude possédée par un ayllu à l’intérieur du territoire d’un autre ayllu – de celui d’« enclave », désignant selon eux un territoire de vallée d’un ayllu. L’exemple le plus frappant est celui de la distribution des « îles » des ayllus Chullpa, Jukumani, Kharacha, Sikuya et Aymaya, autour des localités de Chayanta et d’Aymaya (figure 6). On retrouve de telles « îles » dans la première carte murale (Calla, 1993), autour de la ville de Potosí. En outre, par l’inclusion des plans urbains de Chayanta, d’Aymaya et de Qala Qala (Mendoza, Flores, Letourneux, 1994, pp. 19, 46, 49), cet atlas montre l’ancrage des ayllus dans les localités urbaines, où ils se répartissent par quartier.

30C’est la carte murale du département de Potosí (Calla, 1993) qui rend le mieux compte de la désarticulation des territoires indigènes au cours de l’histoire coloniale – espagnole et républicaine. Elle offre un panorama de la diversification des formes d’organisation sociale indigène et de propriété foncière (figure 7) : les zones où l’ayllu a disparu ont fait place à des communautés que les auteurs ont qualifiées d’« originaires » ou de « reconstituées » suite à la récupération des haciendas après la réforme agraire de 1953 (dites aussi « terres de rente » dans cette région). Dans certaines zones, l’organisation indigène a été remplacée – du moins du point de vue de la structure foncière – par des petites propriétés privées. La présence des haciendas est clairement indiquée.

Figure 6 : « Îles territoriales » autour des localités de Chayanta et d’Aymaya

Figure 6 : « Îles territoriales » autour des localités de Chayanta et d’Aymaya

Figure 7 : Diversité des formes d’organisation sociale et de propriété indigènes

Figure 7 : Diversité des formes d’organisation sociale et de propriété indigènes

Cartographies des limites entre territoires indigènes et zones de conflits

31Les cartographes ont dû, sinon résoudre, du moins aborder la question des limites entre territoires indigènes. Les cabildos étant souvent imbriqués les uns dans les autres, une représentation surfacique aurait été difficile. Dans le premier atlas, ils ont donc été cartographiés par des variations de points, dont la symbolique est détaillée en annexe du document (Mendoza, Flores, Letourneux, 1994, pp. 54-57). Dans le second atlas, Mendoza et Patzi ont introduit le concept quechua de « chhaxru ». Ils précisent qu’il signifie « entremêlé » et qu’il est utilisé par les paysans pour désigner les espaces partagés entre ayllus (Mendoza, Patzi, 1997, p. 7). Les cartes murales, quant à elles, mentionnent les notions de « territoire partagé », de « limite ouverte » ou « non définie » (Calla, 1993 ; 2003) (voir figure 7). Leurs auteurs ont par ailleurs fait preuve de prudence, puisque les titres de ces cartes nous indiquent qu’elles ne sont que des « approximations » et des documents « préliminaires », qu’« aucune des limites départementales, provinciales, d’ayllus et/ou de communautés ne fait autorité » (Calla, 1993), ou encore, que la carte « n’a pas de valeur officielle ni légale » (Calla, 2003). Ces précautions ne peuvent guère être imputées au caractère officieux de ces cartes, puisqu’on les retrouve sur les cartes de l’Institut national des statistiques (INE). De fait, elles révèlent surtout le caractère instable de la structure politico-administrative bolivienne.

32Les auteurs des atlas n’ont pas donné systématiquement d’explication quant aux raisons qui les ont poussés à laisser certaines limites ouvertes. C’est le cas de la démarcation entre les ayllus Chullpa et Kharacha (figure 8). La superposition, dans un SIG, de cet extrait de carte avec des données relatives aux concessions minières nous a cependant permis de constater l’existence d’une exploitation minière, située dans la zone non délimitée. Il est donc possible que les cartographes aient tracé une ligne ouverte afin d’éviter d’aggraver des conflits déjà existants pour des ressources naturelles, ou d’en créer de nouveaux. Dans les deux atlas, certaines zones en conflit ont par ailleurs été représentées par des étendues roses, comme l’illustre la limite entre les ayllus Chullpa et Sikuya (Mendoza, Flores, Letourneux, 1994, p. 35-36 ; Mendoza, Patzi, 1997, p. 55) (figure 9).

Figure 8 : Limite ouverte entre les ayllus Chullpa et Kharacha

Figure 8 : Limite ouverte entre les ayllus Chullpa et Kharacha

Figure 9 : Représentation d’une zone de conflit entre les ayllus Chullpa et Sikuya

Figure 9 : Représentation d’une zone de conflit entre les ayllus Chullpa et Sikuya

L’inscription des ayllus dans un espace régional

33Les territoires indigènes représentés dans les atlas et les cartes murales s’inscrivent dans des espaces régionaux, structurés d’une part, par des réseaux de transport et de communication, d’autre part, par des localités urbaines. Le traitement de ces aspects s’avère toutefois inégal selon les documents.

Voies de transport et de communication

34En matière de réseaux de transport et de communication, les cartes murales ne reproduisent que le réseau routier et ferré principal, peu dense en Bolivie, sans mentionner les voies secondaires pourtant essentielles dans les Andes, telles que les pistes non stabilisées et les chemins pédestres. Cette lacune est comblée dans le premier atlas (Mendoza, Flores, Letourneux, 1994) qui trace les itinéraires des caravanes de lamas (figure 10). Dans les années 1990, ces derniers continuaient à être empruntés. Si certains d’entre eux trouvent leur origine aux abords du Salar de Uyuni, les auteurs n’ont cependant représenté que leurs extrémités orientales, dans les vallées de Cochabamba, (Mendoza, Flores, Letourneux, 1994, p. 27). Ces parcours de longue distance ont disparu dans le second atlas (Mendoza, Patzi, 1997). En dépit de son objectif de rendre compte des articulations des ayllus dans un plus vaste espace, il a au contraire littéralement « coupé » ceux-ci du reste du monde, ne distinguant plus que les « chemins » et les « sentiers » à l’échelle de l’ayllu.

Figure 10 : Voies de communication dans le sud de l’altiplano bolivien

Figure 10 : Voies de communication dans le sud de l’altiplano bolivien

Co-existence entre ayllus et localités urbaines

  • 18 La géographie sacrée est peu présente dans les cartes des ayllus et des markas, et seuls les atlas (...)

35Afin de décrire les établissements humains18, les auteurs des cartes murales ont eu recours, dans les légendes, à une hiérarchie sommaire, en mentionnant les « villages ou villes principaux », les « villages ou hameaux mineurs » (Calla, 1993) ou les « localités principales » (Calla, 2003). Les atlas – portant sur des territoires de plus grande échelle et de plus forte densité de population –, opèrent un traitement plus complexe et détaillé des localités. Celui-ci s’avère cependant confus, comme l’illustre la comparaison, dans les deux atlas, de la zone située entre les localités d’Uncía et de Chayanta (figure 11).

36Dans le premier atlas (Mendoza, Flores, Letourneux, 1994), les cartographes ont suggéré qu’il existerait des localités indigènes d’un côté, et non indigènes de l’autre. Ils opposent la catégorie d’« agglomérations urbaines » à celle de « villages ethniques », représentées respectivement par un polygone et un rectangle dans les légendes. Sur les cartes, il s’avère cependant que la majorité des localités est figurée par un polygone. Ce flou n’est guère surprenant, le critère ethnique s’avérant peu pertinent, et pour classer les localités andines et pour départager l’urbain du rural : si les campagnes sont certes majoritairement indigènes et que les villes ont des origines historiques diversifiées – coloniales (Chayanta, par exemple) ou contemporaines (produit de l’essor des mines notamment) –, il n’empêche que la présence de la population indigène en milieu urbain a toujours été significative dans les Andes.

Figure 11 : Localités d’Uncía et de Chayanta dans les atlas de 1994 et 1997

Figure 11 : Localités d’Uncía et de Chayanta dans les atlas de 1994 et 1997

37Dans le second atlas (Mendoza, Patzi, 1997), les auteurs semblent avoir renoncé – tout comme ils l’ont fait avec les voies de transport – à montrer l’inscription des ayllus dans un espace régional plus vaste et dans des relations villes-campagnes. Ils ont réduit leur analyse à l’échelle locale et valorisé la ruralité des espaces cartographiés : la catégorie « agglomérations urbaines » a disparu, faisant place à celles de « villages ethniques », « ranchos » et « arriendos » (ces deux derniers termes étant utilisés par les auteurs pour désigner respectivement les fermes situées dans des ayllus et celles qui se trouvent sur des terres d’ex-hacienda) (Mendoza, Patzi, 1997, p. 9). On ignore toutefois à quelles réalités démographiques renvoie la notion de « villages ethniques » (à l’exception d’une note de bas de page précisant que les informations n’étaient pas disponibles au moment de la production de l’atlas, en raison de restructurations administratives) (Mendoza, Patzi, 1997, p. 50). En outre, si les cartographes ont associé une localité comme Chayanta à un « village », alors qu’elle compte 2 772 habitants (INE, 2001), c’est sans doute parce que le recensement de 1992 a classé l’ensemble de la population de la commune de Chayanta (12 922 individus) comme « rurale »19. Enfin, dans le même ordre d’idée, on peut supposer que le losange, bien que non défini dans la légende, renvoie à des agglomérations plus importantes, puisqu’il est mobilisé pour décrire une ville comme Uncía dont la population s’élève à 5 709 habitants (INE, 2001).

Quelle postérité pour les cartes des ayllus et des markas ?

38La réception sociale des cartes des ayllus et des markas, ainsi que l’évolution des processus de reconnaissance des territoires indigènes à partir du milieu des années 1990, nous permettent d’évaluer les impacts de ces documents en Bolivie.

Une réception sociale mitigée

39Les premières cartes des ayllus et des markas ont été publiées tandis que l’indigénéité faisait irruption sur la scène politique en Bolivie. Présentées au Congrès en 1994 par Víctor Hugo Cárdenas, premier Vice-président aymara de l’histoire du pays, elles ont fait l’objet d’une couverture médiatique importante. Par ailleurs, le second atlas a été préfacé par Luz María Calvo, sous-secrétaire aux affaires indigènes. Celle-ci a présenté le document comme « le premier atlas officiel se référant à une zone indigène du pays » (Calvo in Mendoza, Patzi, 1997, p. 1).

40Malgré cette reconnaissance officielle symbolique, la diffusion de ces documents est demeurée restreinte, au point qu’en 2009, au moment de cette enquête, ils étaient difficiles à trouver et souvent méconnus des acteurs concernés. Les coopérants n’ont publié que quelques centaines d’exemplaires des atlas, essentiellement pour leur usage interne, la majorité étant partie en Europe avec Transtec, le cabinet de conseil belge mandaté par le PAC (Mendoza, 2009). Les cartes murales, bien qu’elles aient été distribuées aux communautés concernées ainsi qu’à de nombreuses municipalités, ne semblaient guère avoir subsisté au moment de notre enquête, sauf en de rares endroits (Calla, 2009). Par ailleurs, la production des cartes des ayllus et des markas n’a pas été capitalisée, victime de la « logique par projet » des agences de coopération internationale (Rodríguez-Carmona, 2010) (absence de financements à long terme, segmentation thématique et géographique des investissements). Enfin, la propriété intellectuelle et la tendance en Bolivie à considérer l’information comme une chasse-gardée ont sans doute joué un rôle.

  • 20 Sur la reconstitution de Jach’a Suyu Pakajaqi, voir Guery, Chambi, Claros, 2010.

41Quant à la réception de cette cartographie par les populations locales concernées, elle semble avoir été mitigée. Les auteurs des atlas mentionnent l’importance symbolique prise par ces documents pour les communautés de Chayanta, dans le Nord Potosí : lors de la rotation des autorités traditionnelles, celles-ci auraient pris l’habitude de transmettre un exemplaire du premier atlas, conjointement au bâton de commandement (Mendoza, Patzi, López, 2001). Pour notre part, une visite réalisée en 2008 à Jach’a Suyu Pakajaqi, organisation principale des ayllus et des markas de la province de Pacajes et membre de la CONAMAQ20, nous a permis de constater que la carte murale du sud du département de la Paz (Calla, 2003) était affichée à l’entrée des locaux. Toutefois, un entretien avec les autorités traditionnelles et Carlos Mamani, historien reconnu de la territorialité andine de cette région, nous a appris qu’elle n’en demeure pas moins controversée, l’implication de la population dans la délimitation des ayllus ayant été jugée insuffisante. C’est sans doute pour cette raison que ni le SIG, ni le Plan de gestion territoriale indigène, élaborés respectivement en 2008 et 2010 par Oxfam América pour Jach’a Suyu Pakajaqi (Consejo de Gobierno Jach’a Suyu Pakajaki, 2010), n’y font référence. Quant à la carte murale du département de Potosí (Calla, 1993), elle n’est mentionnée ni par le Plan de développement régional intégral du Sud Ouest de Potosí, ni par les instances municipales et syndicales d’Uyuni rencontrées par l’un des auteurs de cet article (L. Lerch) en 2010 ; alors même que les syndicalistes concernés, loin de rejeter la dimension indigène de leurs territoires, sont à la base de la TCO Nor Lípez, une des plus grandes de Bolivie.

Des cartes des ayllus et des markas aux cartes de TCO : un appauvrissement conceptuel

42Si les cartes des ayllus et des markas ont connu une postérité limitée, c’est aussi en raison de la transformation du contexte politique en Bolivie à partir du milieu des années 1990, lequel, à son tour, a modifié la nature et les objectifs de la cartographie des terres et des territoires indigènes.

  • 21 Institut national de réforme agraire.
  • 22 La loi INRA (art. 3. III) de 1996 signale cependant que par TCO, il faut comprendre « territoire in (...)
  • 23 Le « bras technique » de la CIDOB était le Centre de planification territoriale indigène (CPTI). Se (...)
  • 24 La notion de « contrôle social » est consacrée par la loi No. 1715 (art. 13 al. 8) et le règlement (...)

43En 1996, la reconduction de la réforme agraire et la formation des TCO (loi « INRA »21 1745) ont constitué un nouveau cadre juridique pour répondre aux revendications territoriales des peuples indigènes du pays. Dans un premier temps cependant, la figure de la TCO n’a fait que reconnaître un droit à la terre et non au territoire. L’exercice de formes politiques d’autonomie locale n’était pas encore à l’ordre du jour, les réformes se limitant à la propriété collective indigène de la terre et à la gestion exclusive des ressources naturelles renouvelables contenues à l’intérieur des TCO22. En outre, bien que ces dernières aient été créées pour les peuples indigènes de l’ensemble du pays, elles sont d’abord venues répondre aux demandes des basses terres. Minorisés démographiquement et politiquement, les peuples indigènes des basses terres avaient été les grands perdants de la réforme de 1953. Leur besoin de voir leurs terres délimitées et titularisées pour mieux les défendre face aux tiers s’avérait donc urgent. Devant l’imminente approbation de la loi INRA, les organisations indigènes des basses terres – la Confédération des peuples indigènes de Bolivie (CIDOB)23 en tête –, en collaboration avec des ONG, se sont massivement approprié les outils cartographiques, afin de préparer le terrain de la titularisation des TCO et pour exercer un « contrôle social »24 sur celle-ci. Cette cartographie a été publiée dans un Atlas des territoires indigènes de Bolivie (Martinez, 2000), lequel, en dépit de son titre, ne concerne que les basses terres (figure 12).

Figure 12 : Territoires couverts par les cartes murales et les atlas des ayllus et des markas (hautes terres), publiés entre 1993 et 2003, et par l’atlas des demandes de TCO (basses terres), publié en 2001

Figure 12 : Territoires couverts par les cartes murales et les atlas des ayllus et des markas (hautes terres), publiés entre 1993 et 2003, et par l’atlas des demandes de TCO (basses terres), publié en 2001

44Quant aux peuples andins, dans un premier temps, ils n’ont pas vu l’intérêt de s’approprier la TCO. Non seulement, ils avaient récupéré la plupart de leurs terres durant la réforme agraire de 1953, mais encore, les lois de participation populaire de 1995 leur ont permis d’obtenir une première reconnaissance juridique de leur organisation socio-territoriale. Enfin, plusieurs demandes de TCO déposées sur les hautes terres et couvrant des provinces entières ont été considérées comme trop étendues. Elles ont été rejetées par les financeurs internationaux dont le pouvoir d’ingérence et de décision en matière de constitution des TCO était majeur, quand bien même celles-ci relevaient de lois et de politiques nationales. Cette tendance s’est toutefois inversée à partir de 2005 : en 2010, les TCO couvraient près de la moitié des départements d’Oruro et de Potosí. En outre, les trois-quarts du demi-million de personnes faisant partie d’une TCO en Bolivie vivaient dans les hautes terres et les vallées andines (Colque, Chumacero, 2011) (figure 13). Ce tournant a coïncidé avec l’arrivée au pouvoir du président Evo Morales en 2006. Il est sans doute dû à une plus grande volonté politique de faire aboutir des demandes restées jusqu’alors sans financement. Par ailleurs, la perspective d’une prochaine reconnaissance constitutionnelle des droits d’autonomie territoriale associés aux TCO a sans aucun doute rendu celles-ci plus attractives aux yeux de certaines communautés andines. Le cadastrage de terres indigènes sous forme collective a cependant continué à être partiellement rejeté sur les hautes terres, de nombreuses familles ne souhaitant pas renoncer aux titres individuels reçus durant la réforme de 1953.

Figure 13 : Cartographie des territoires indigènes en Bolivie, publiée entre 1993 et 2003 et avancée du processus de titularisation de TCO entre 1996 et 2010

Figure 13 : Cartographie des territoires indigènes en Bolivie, publiée entre 1993 et 2003 et avancée du processus de titularisation de TCO entre 1996 et 2010

45Les deux cartographies – ayllus et markas d’un côté, TCO de l’autre – gagnent à être mises en perspective du point de vue méthodologique. Car bien que produites en parallèle à partir de 1996, elles ne sont pas moins distinctes par leur nature et leurs objectifs. La cartographie des ayllus et des markas, ayant évolué en dehors de toute contrainte juridique, se caractérise par un idéal heuristique de compréhension et d’exhaustivité, ses auteurs ayant cherché à montrer le déploiement d’une territorialité, dans le temps et dans l’espace. La cartographie des TCO, représentée dans l’atlas de Martinez (2000), est au contraire déterminée par son caractère foncier : elle se réduit à de simples périmètres, à chaque demande de TCO correspondant une carte, soit le polygone de l’espace revendiqué situé sur un fond thématique (couverture du sol, concessions d’exploitation de ressources naturelles, frontières politiques). Le caractère morcelé de cette cartographie est renforcé par le fait que la loi INRA exclut les périmètres urbains des TCO et que dans la pratique, elle n’a qu’exceptionnellement tenu compte des discontinuités historiques des territoires indigènes. Aussi, bien que la délimitation des TCO ait engendré la généralisation de la cartographie des terres indigènes à l’ensemble du pays, elle a subi un appauvrissement conceptuel, passant d’un modèle territorial complexe, décliné par la combinaison de points, lignes et surfaces, à des représentations exclusivement surfaciques. Dans les Andes, bien que les deux types de cartographie aient fait partie d’un même processus de revendications territoriales, cette continuité s’avère difficile à établir en l’absence d’enquêtes de terrain approfondies. Il semblerait que dans certaines régions comme le Nord Potosí, la délimitation territoriale réalisée dans le cadre de la production des atlas ait encouragé la recherche de consensus entre ayllus et servi ensuite de référence pour certaines demandes de TCO (Mendoza, Patzi, 1997, p. 3 ; Mendoza 1997, p. 92 ; Mendoza, Patzi, López, 2001). De manière générale, cependant, on constate que les zones où les ayllus et les markas ont fait l’objet des travaux cartographiques les plus étendus (sud du département de la Paz et département de Potosí) ne coïncident pas avec celles comptant le plus grand nombre de demandes de TCO abouties au cours des premières années de la reconduction de la réforme agraire. Mais comprendre une telle discordance impliquerait de disposer d’informations supplémentaires sur les contextes et les acteurs locaux, lesquelles n’ont pas pu être recueillies dans le cadre de cette recherche.

  • 25 La NCPE prévoit plusieurs niveaux d’autonomie (départemental, municipal, régional et indigène). Les (...)

46C’est à partir de 2007 que la cartographie indigène en Bolivie s’est à nouveau orientée vers des thématiques territoriales, à mesure que les TCO titularisées les plus avancées – aussi bien dans les hautes que dans les basses terres – ont commencé à sortir du registre purement foncier, en procédant à leur gestion interne. L’adoption de la NCPE en 2009 et la mise en œuvre des autonomies indigènes (TIOC) a ensuite rendu possible leur incorporation dans l’ordre territorial de l’État et leur convergence avec les municipalités (Albó, Romero, 2009, p. 32)25. Mais si de nombreuses TCO possèdent aujourd’hui des plans de gestion interne et des bases de données géographiques, leur incorporation dans la cartographie de base officielle n’est pas à l’ordre du jour. De manière générale, la cartographie officielle en Bolivie n’a pas encore véritablement pris acte de l’existence juridique des terres et territoires indigènes. Cela ne surprend guère dans un contexte de faible investissement public dans le domaine cartographique comme celui de la Bolivie de Morales, qui a suivi la voie tracée par ses prédécesseurs, en déléguant le financement, voire la production, de l’information géographique à la coopération internationale et aux ONG. L’Atlas des Territoires Indigènes et Originaires de Bolivie publié en 2010 par le Vice-ministère des terres, grâce à un financement de la coopération danoise (Vice ministerio de Tierras, 2010), constitue un avancement relatif en la matière. Représentant les 258 demandes de TCO reçues par l’INRA depuis 1996, en partie transformées en autonomies indigènes aujourd’hui, il s’affirme comme la première publication officielle démontrant les transformations structurelles engendrées par la reconnaissance des territoires indigènes. Dans l’ensemble, le document peine toutefois à sortir d’une approche cadastrale. En outre, le fait qu’il fasse l’objet d’une publication séparée de la cartographie officielle de l’IGM (cartographie de base) ou de l’INE (cartographie statistique) suggère que la représentation des terres et territoires indigènes est encore considérée comme relevant de l’« ethnocartographie » ou des savoirs locaux, et non comme des catégories universellement admises en Bolivie.

Conclusion

47L’analyse des cartes des ayllus et des markas a montré le caractère ambivalent de l’idéologie territoriale promue par leurs auteurs. D’un côté, ceux-ci ont mis en perspective la diversité des récits historiques et des cultures présentes dans les Andes boliviennes, notamment en mettant sur un même plan les limites étatiques et indigènes et en décrivant les différents modes d’appropriation du sol. De plus, particulièrement dans le premier atlas, ils ont emboîté le pas aux ethnohistoriens qui, depuis les années 1960, avaient cherché à déconstruire les idées dominantes sur les sociétés indigènes qui concevaient celles-ci comme des isolats ethniques ou des enclaves rurales, repliés sur leurs traditions et imperméables à l’influence du monde extérieur : dans un souci de contemporanéité, les cartographes ont au contraire représenté l’organisation des territoires indigènes, non seulement en fonction des étages écologiques, mais aussi de leur insertion dans les relations villes-campagnes, dans la hiérarchie des localités et dans les réseaux de transport et de communication. Enfin, le recours à des catégories spatiales flexibles (bornages « ouverts » ou « non définis », « espaces partagés » ou « en conflit ») suggère qu’ils ont pris au sérieux le rôle régulateur des cartes et la nécessité de traduire graphiquement le caractère dynamique des territorialités andines. Au-delà du contexte bolivien, la cartographie des ayllus et des markas constitue donc également une contribution au champ de la cartographie en contexte indigène, en pleine expansion, en particulier aux débats récurrents sur la difficulté de mettre en carte des territoires aux marges parfois incertaines ou fluides, dont l’usage n’est ni exclusif ni figé (Cultural Geographies, 2009 ; Hirt, 2009a).

48De l’autre côté, certaines de ces cartes tendent paradoxalement à essentialiser et à ruraliser les territoires indigènes. C’est le cas de l’atlas de 1997 qui, par l’omission des limites étatiques et des grands axes de circulation et de communication, réifie les ayllus en les abstrayant de leur contexte général et en les figeant dans une existence historique atemporelle. Dans ce document, les cartographes semblent avoir privilégié la dimension écologique des territoires indigènes, structurée par l’étagement climatique. Sans doute cela relevait-il autant de leur volonté de reconnaître et de valoriser l’existence et la spécificité de la territorialité andine, que de la tendance, émergente à l’époque, à justifier les territorialités indigènes en les naturalisant et en les associant à l’idée de développement durable (rappelons qu’en 1992, le Sommet de la Terre à Rio a consacré les peuples indigènes « gardiens » de la nature et détenteurs d’un savoir écologique unique). L’analyse des deux atlas a par ailleurs montré la difficulté des auteurs à libeller les établissements humains et les localités. Celle-ci peut s’expliquer par la complexité démographique et historique des Andes boliviennes. Il reste cependant que la mobilisation du critère ethnique pour départager les populations rurales et urbaines renvoie à des préjugés persistants sur la ruralité supposée des populations indigènes, préjugés que les auteurs ont pourtant cherché à questionner dans le premier atlas.

49Ces caractéristiques ne concernent toutefois qu’un nombre réduit de cartes sur l’ensemble des documents analysés. Il n’est donc pas exagéré d’affirmer que la cartographie des ayllus et des markas a représenté un pas important sur le plan de l’histoire et de l’épistémologie de la cartographie du territoire en Bolivie. Bien qu’elle n’ait pas connu de transposition directe sur le plan juridique et politico-administratif, elle a contribué aux controverses et débats nationaux sur la décolonisation de l’État bolivien et de son territoire. D’abord, elle a montré que le territoire en Bolivie n’est pas un palimpseste : dans bien des régions, l’ordre politico-territorial indigène n’a pas été effacé par celui de l’État-nation ; il a au contraire réussi à subsister et à s’adapter aux transformations imposées par la colonisation espagnole et républicaine. En incluant pour la première fois le point de vue indigène sur le territoire dans des représentations cartographiques, elle a permis l’émergence d’une alternative aux représentations officielles hégémoniques, lesquelles avaient jusque-là ignoré ou passé sous silence l’existence des territoires indigènes. Ensuite, à la fin des années 1980 et au début des années 1990, elle a cristallisé la progressive « re-sémantisation » (Raffestin, 1981) du territoire bolivien, soit une lecture de celui-ci réalisée non plus en termes de classe, mais de culture, transformant au passage des millions d’habitants jusqu’alors considérés comme des « paysans » en « indigènes ».

50Sur le plan des jeux d’acteurs et de leurs intérêts, le bilan de la cartographie des ayllus et des markas est plus ambigu. Nous avons montré que la production des cartes des ayllus et des markas a joué un rôle de médiation dans la mise en œuvre de nouveaux arrangements fonciers, territoriaux et institutionnels, en particulier dans le Nord Potosí, même si ces cartes ont été questionnées ultérieurement par certains acteurs locaux. Tant les cartes « supports » des ethnohistoriens ou de l’IGM que celles des ayllus et des markas en cours d’élaboration ont facilité la confrontation de la diversité des conceptions territoriales des acteurs locaux, nationaux et internationaux impliqués dans les processus participatifs. En outre, ces derniers ont permis aux organisations indigènes de renforcer leurs mouvements de revendication par la consolidation d’alliances politiques avec les agences de coopération internationale et certains secteurs de la société bolivienne ayant récemment pris conscience de l’indigénéité du pays.

51Du point de vue des relations internationales, le financement des cartes des ayllus et des markas (de même que celles des TCO) par les agences de coopération internationale révèle la faible maîtrise par l’État bolivien de l’information géographique concernant son territoire, et confirme la perpétuation des relations de dépendance du pays envers les anciennes puissances coloniales. Nous avons également vu que certaines des cartes des ayllus et des markas ont fait partie d’un dispositif visant à empêcher la migration des populations vers des zones productrices de feuilles de coca, caractérisées en outre par des mouvements syndicaux difficilement contrôlables par l’État. Tout porte donc à croire que les agences de coopération internationale ne cherchaient pas seulement à promouvoir l’existence des territoires indigènes et à porter secours à une région comme le Nord Potosí, en proie à une crise environnementale, agraire, et sociale. Leur objectif implicite était également de veiller aux équilibres géopolitiques et démographiques régionaux, tout en contribuant à la guerre contre la drogue. À l’instar du projet México Indígena, cela confirme le caractère à double tranchant de la cartographie pour les peuples indigènes (Hirt, 2009a ; Hirt, 2009b), dans un contexte mondial où l’équilibre des forces s’avère globalement en leur défaveur : même si la cartographie constitue un médiateur nécessaire pour mettre en scène des revendications territoriales, les justifier, les légitimer et les faire monter en généralité, elle rend visibles des informations stratégiques, utiles aux pouvoirs dominants, tout en tendant parfois à naturaliser des identités et des territorialités, issues partiellement de formes anciennes et contemporaines de domination coloniale.

52Pour conclure, quelques considérations s’imposent. Les innovations graphiques et conceptuelles des cartes des ayllus et des markas visaient à démontrer la complexité et le dynamisme territorial andins. Elles doivent toutefois être mises en perspective avec le contexte actuel du développement des nouvelles technologies de l’information. Car avec la généralisation des SIG, le traitement de ces dimensions ne peut plus se réduire à des solutions graphiques, limitées dans leur précision à la seule échelle du document graphique ; il doit également concevoir leur organisation au sein de bases de données relationnelles à référence spatiale permettant des analyses multiscalaires.

53Par ailleurs, le fait que, dans le cadre de la reconnaissance officielle des TCO puis des TIOC, la cartographie des terres et des territoires indigènes en Bolivie, d’instrument contre-hégémonique, soit devenue un outil gouvernemental a des implications théoriques. Alors qu’elle a longtemps été marquée par une faible emprise de l’État dans les régions concernées, au bénéfice de formes de gouvernement à distance entre acteurs de la coopération internationale et populations locales (Andolina, Radcliffe, Laurie, 2005 ; Foucault, 2004), son intégration aux échelles régionale et nationale de gouvernement est aujourd’hui en jeu. Dès lors, il s’agit d’envisager cette cartographie comme une « technologie du pouvoir », pour reprendre le terme de Michel Foucault, à savoir comme un ensemble de dispositifs matériels au service d’une « gouvernementalité », permettant de rationaliser et de réguler les relations entre populations et État (Foucault, 2004). Cependant, cette notion, élaborée initialement pour expliquer la naissance des État-nations modernes occidentaux, demande à être revue à la lumière des transformations politiques et territoriales contemporaines d’un pays comme la Bolivie, qui se définit comme un État plurinational et tente d’échafauder un État postcolonial.

Nous remercions les personnes qui nous ont fait bénéficier de leur expérience, en particulier J. Bourliaud de l’INRA (Institut national de la recherche agronomique, France), J. Chumacero, ingénieur-géographe du Vice-ministère des Terres, en Bolivie, ainsi que le Département de géographie et d’environnement de l’Université de Genève. Par ailleurs, cette recherche n’aurait pu se réaliser sans l’aide financière de la Fondation Ernest Boninchi et, pour I. Hirt, du 7e Programme-cadre de l’Union européenne (Bourse Marie Curie IOF, Projet Indimap 251885). Nous remercions aussi la Vice-présidence de l’État Plurinational de Bolivie pour le soutien apporté à cette recherche.

Haut de page

Bibliographie

Corpus cartographique analysé

Calla R. (dir.), 1993, Mapa preliminar de Ayllus y Comunidades rurales en el Departamento de Potosí (fines de siglo XX), La Paz, Proyecto Desarrollo Forestal Comunal, FAO/Misión de Coopéración Técnica Holandesa/C.D.F., Centro de Información para el Desarrollo.

Calla R. (dir.), 2003, Mapa preliminar de Markas y Ayllus. Provincias Ingavi, Pacajes y José Manuel Pando, Departamento de la Paz (inicios del siglo XXI), La Paz, Programa sectorial de apoyo a pueblos indígenas – DANIDA, Plural Editores, Fundación Diálogo - Comunidades y Medio Ambiente, Universidad de la Cordillera.

Mendoza F., Flores W., Letourneux C., 1994, Atlas de los ayllus de Chayanta. vol. I Territorios del suni. Potosí, Potosí, Programa de Autodesarrollo Campesino-Consolidación (PAC-C.).

Mendoza F., Patzi F., 1997, Atlas de los ayllus del Norte de Potosí, territorio de los antiguos Charkas, Potosí, Programa de Autodesarrollo Campesino -Consolidación (PAC-C.). [accompagné d’une carte murale intitulée : Visión global de los ayllus de las tierras de renta en el contexto de las cinco provincias].

Mendoza F., Patzi F., López, F., 2001, Atlas de los Ayllu Sura y Qurpa Kirkiyäwi. Provincias Tapacarí, Arque y Bolívar, Cochabamba, Programa de Desarrollo de los Valles de Arque y Tapacari-PRODEVAT.

Entretiens enregistrés réalisés en 2008 - 2009

Almaquio G., 2008, CPTI - CIDOB, 18.11.08, Santa Cruz.

Calla R., 2008, Universidad de la Cordillera / BID, 16.12.08, La Paz.

Camacho V., 2008, INRA Santa Cruz, 25.11.08, Santa Cruz.

Chumacero J., 2009, Dirección nacional de TCOs - Viceministerio de Tierras, 07.01.09, La Paz.

Coronado N., 2008, CEJIS, 25.11.08, Santa Cruz.

Correa da Silva L., 2009, Departamento de Geografía e Informática - Universidad Autónoma Gabriel René Moreno, 14.01.09, Santa Cruz.

Lijerón M., 2008, CEJIS regional Riberalta Beni, 26.11.08, Santa Cruz.

Mendoza F., 2009, consultant agronome et cartographe, 09.01.09, Cochabamba.

Rosales F., 2009, Dirección General de Políticas Comunitarias, Ministerio de Descentralización, 19.01.09, La Paz.

Sanjinés E., 2008, Tinta Guachalla E., Peréz A., Fundación Tierra - Regional Altiplano, 04.11.08, La Paz.

Références

Albó X., Romero C., 2009, Autonomías indígenas en la realidad boliviana y su nueva Constitución, La Paz, Vicepresidencia del Estado Plurinacional de Bolivia.

Andolina R., 2001, « Between local authenticity and global accountability : the ayllu movement in contemporary Bolivia », communication personnelle dans le cadre de la conférence Beyond the lost decade : Indigenous movements and the transformation of development and democracy in Latin America, Princeton University, 2-3 mars http://www.nativeweb.org/papers/indiconf2001/andolina.html.

Andolina R. Radcliffe S., Laurie N., 2005, « Development and culture : Transnational identity making in Bolivia », Political Geography, vol. 24, No.6, 678-702.

Antequera Duran N., Cielo C., 2011, Ciudad sin fronteras. Multilocalidad urbano rural en Bolivia, La Paz, PIEB.

Batson D., 2008, Registering the human terrain : a valuation of cadastre, Washington, National Defense Intelligence College, http://ni-u.edu/ni_press/pdf/Registering_the_Human_Terrains.pdf.

Boltanski L., Thévenot L., 1991, De la justification. Les Économies de la grandeur, Paris, Gallimard.

Bouysse-Cassagne, T., 1978, « L’espace aymara: urco et uma ». Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, No.6, 1057‑1080.

Bryan J., 2010, « Force multipliers : Geography, militarism, and the Bowman Expeditions », Political Geography, vol. 29, No.8, 414-416.

Chirif A., García Hierro P., 2007, Marcando territorio. Progresos y limitaciones de la titulación de territorios indígenas en la Amazonía, Copenhague, IWGIA.

Choque M.E., Mamani C., 2001, « Reconstitución del ayllu y derechos de los pueblos indígenas : el movimiento indio en los Andes de Bolivia », Journal of Latin American Anthropology, vol. 6, No.1, 202-224.

Consejo de Gobierno Jach’a Suyu Pakajaki, 2010, Plan de Gestión Territorial Pakajaki, Plural Editores, La Paz.

Cultural Geographies, 2009, « Special issue : Indigenous cartographies », vol. 16, No.2.

D’Alessandro-Scarpari C., November V., Remy E., 2004, « Un lieu en controverse : une controverse qui fait lieu(x) », Norois, No.193, 91-102.

Debarbieux B., Lardon S. (dir.), 2003, Les figures du projet territorial, La Tour d’Aigues, L’Aube.

Demélas M.-D., Vivier N. (dir.), 2003, Les propriétés collectives face aux attaques libérales (1750-1914) : Europe occidentale et Amérique latine, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Dory D., Roux J.-C., 1998, « De la coca à la cocaïne : un itinéraire bolivien », Autrepart, No. 8, 21-46.

Foucault M., 2004, Sécurité, Territoire, Population, Cours au Collège de France (1977-1978), Seuil, Paris.

Colque G., Chumacero J.-P., 2011, Informe 2010. Territorios Indígena Originario Campesinos en Bolivia. Entre la Loma Santa y la Pachamama. La Paz, Fundación Tierra.

Fukumi S., 2008, Cocaine trafficking in Latin America : EU and US policy responses, Hampshire, Ashgate.

García A., Prada R., Quispe F., Tapia L., 2001, Tiempos de Rebelión, La Paz, La Muela del diablo editores.

GozálvesG., Dulon J., 2010, Descolonización en Bolivia. Cuatro ejes para comprender el cambio, La Paz, Vicepresidencia del Estado Plurinacional de Bolivia/Fundación Boliviana para la Democracia Multipartidaria.

Guery R., Chambi R., Fernando C., 2010, La reconstitución del Jach’aSuyu y La Nación Pakajaqi. Entre el poder local y la colonialidad del derecho indígena, La Paz, Fundación PIEB.

Harley B., 1989, « Deconstructing the map », Cartographica, vol. 26, No.2, 1-23.

Harris O., 1978, « De l’asymétrie au triangle. Transformations symboliques au nord de Potosí », Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, No.5-6, 1108-1125.

Harris O., 1985, « Ecological duality and the role of the Center : Northern Potosí », in Masuda S., Shimada I., Morris C. (eds.), Andean ecology and civilization. An interdisciplinary perspective on Andean ecological complementarity, Tokyo, University of Tokyo Press, 311-335.

Harris O., 1997, « Los límites como problema : mapas etnohistóricos de los Andes bolivianos », in Bouysse-Cassagne T. (ed.), Saberes y memorias en los Andes. In memoriam Thierry Saignes, Paris/Lima, IHEAL/IFEA, 351-373.

Hirt I., 2009a, « Cartographies autochtones. Éléments pour une analyse critique », L’Espace géographique, vol. 38, No.2, 171-186.

Hirt I., 2009b, « Cartographie et peuples autochtones : géographie postcoloniale ou néocoloniale ? L’exemple de Chodoy lof mapu au Chili », Mappemonde, vol. 4, No.96, http://mappemonde.mgm.fr/actualites/hirt_mois.html.

Howard R., 2010, « Language, Signs, and the Performance of Power : The Discursive Struggle over Decolonization in the Bolivia of Evo Morales », Latin American Perspectives, vol. 37, No.3, 176-194. doi :10.1177/0094582X10366537.

Hussy C., 1998, La carte, un modèle un langage, Support de cours, Genève, Université de Genève.

INE, 2001, Censo Nacional de Población y Vivienda, La Paz, Instituto Nacional de Estadisticas.

Lacroix L., 2007, « La gouvernance de l’ethnicité en Bolivie », Outre-Terre, No.1, 253-71.

Lafaye C., Thevenot L., 1993, « Une justification écologique ? Conflits dans l’aménagement de la nature », Revue française de sociologie, No.34, 495-524.

Lavaud J.-P., 2006, « Bolivie : vers l’anarchie segmentaire ? », Hérodote, No.123, 61-81.

Le Gouill C., 2007, Luttes de pouvoir et luttes de symboles entre organisations paysannes/indigènes/originaires. Relations entre organisation des ayllus et organisation syndicale dans le Norte Potosí, Mémoire de master 2, Paris, IHEAL, Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3.

Le Gouill C. 2011, « L’ethnicisation des luttes pour le pouvoir local en Bolivie. La conquête du monde rural dans le Nord Potosí », Revue d’Études en Agriculture et Environnement, vol. 92, No.4, 363-387.

Lerch L., 2006, Le Salève : objet commun. À la recherche de controverses heuristiques pour la co-construction de l’agglomération franco-valdo-genevoise, Mémoire de master 2, Grenoble, Institut de géographie alpine, Université Joseph Fourrier.

Loomba A., 1998, Colonialism/Postcolonialism, London / New York, Routledge.

López J., 1997, « Del estudio de los textiles al estudio del territorio », in Bourliaud J. López J., Zutter, de Pi. (eds,), Encuentros y aprendizajes. Capitalización de las experiencias de los programas de autodesarrollo campesino de Oruro, Patacamaya y Potosí, La Paz, Unión Europea-Transtec/Plural Editores-CID, 97-101.

Lucero J.A., 2006, « Representing ‘Real Indians’ : The Challenges of Indigenous Authenticity and Strategic Constructivism in Ecuador and Bolivia », Latin American Research Review, vol. 41, No.2, 31-56.

Marimán J., 1990, « Cuestión mapuche, descentralización del Estado y autonomía regional », Tópicos’90, No.1, Santiago : Centro Ecuménico Diego de Medellín, 137-150.

Martinez J. (dir.), 2000, Atlas Territorios Indígenas en Bolivia, Santa Cruz/La Paz, CPTI-CIDOB /Plural Editores.

McClintock, A., 1992, « The angel of progress : pitfalls of the term ‘post-colonialism’ », Social Text, No.31/32, 84-98.

Mendoza F., 1997, « El atlas de los ayllus de Chayanta : un acercamiento al ordenamiento territorial », in Bourliaud J., López J., Zutter de P. (eds.), Encuentros y aprendizajes. Capitalización de las experiencias de los programas de autodesarrollo campesino de Oruro, Patacamaya y Potosí, La Paz, Unión Europea-Transtec/Plural editores-CID, 92.

Murra J., 2002, El mundo andino. Población, medio ambiente y economía, Lima, IEP/Pontificia Universidad Católica del Perú.

Noucher M., 2009, La donnée géographique aux frontières des organisations : approche socio-cognitive et systémique de son appropriation, thèse de doctorat, Lausanne, EPFL.

Offen K., 2009, « O mapeas o te mapean : mapeo indígena y negro en América latina », Tabula Rasa,Bogotá – Colombia, No.10, 163-189.

Peluso N., 1995, « Whose woods are these ? Counter-mapping forest territories in Kalimantan, Indonesia », Antipode, vol. 27, No.4, 383-406.

Perrier-Bruslé L., 2005, La dernière frontière. Loin des Andes, trop près du Brésil. La frontière orientale et la construction du territoire en Bolivie, thèse de doctorat, Paris, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne.

Perrier-Bruslé L., 2012, « Le conflit du Tipnis et la Bolivie d’Evo Morales face à ses contradictions : analyse d’un conflit socio-environnemental », EchoGéo, http://echogeo.revues.org/12972.

Platt T., 1999, La persistencia de los ayllus en el norte de Potosí : de la invasión europea a la República de Bolivia, La Paz, Fundación Diálogo, Centro de Información para el Desarrollo.

Platt T., 1978a, « Mapas coloniales de la Provincia de Chayanta : dos visiones conflictivas de un solo paisaje », in Urioste de Aguirre M. (ed.), Estudios bolivianos en homenaje a Gunnar Mendoza L., La Paz, s.n., 101-118

Platt T., 1978b, « Symétries en miroir. Le concept de yanantin chez les Macha de Bolivie », Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, No.5-6, 1081-1107.

Platt T., Bouysse-Cassagne T., Harris O., 2006, Qaraqara-Charka. Mallku, Inka y Rey en la provincia de Charcas (siglos XV-XVII). Historia antropológica de una confederación aymara, La Paz, IFEA, Plural editores, University of StAndrews, University of London, Inter American Foundation, Fundación Cultural del Banco Central de Bolivia.

Raffestin C., 1980, Pour une géographie du pouvoir, Paris, Litech.

Ribeiro S., 2009. « Geopiratería en Oaxaca... y mucho más », La Jornada : http://www.jornada.unam.mx, 31 janvier 2009, Mexico.

Rivera S., 1990, « Liberal democracy and ayllu democracy in Bolivia : The case of Northern Potosí », Journal of Development Studies, vol. 26, No.4, 97-121.

Rivera S., Conde R., Santos F., 1992, Ayllus y proyectos de desarrollo en el norte de Potosí, LaPaz, Ediciones Aruwiyiri/Taller de Historia Oral Andina.

Rivera S., 2010, Violencias (re)encubiertas en Bolivia, La Paz, La Mirada Salvaje.

Rodríguez-Carmona A., 2009, El proyectorado. Bolivia trás 20 años de ayuda externa, La Paz, Plural Editores.

Saignes T., 1986, En busca del poblamiento étnico de los andes bolivianos (siglos XV y XVI), Avances de Investigación no 3, La Paz, Museo Nacional de Etnografía y Folklore.

Spedding A., 2011, Descolonización. Crítica y problematización a partir del contexto boliviano, La Paz, ISEAT.

UNOSJO, 2009, Press bulletin from union of organizations of the Sierra Juárez of Oaxaca, Oaxaca, Mexique, http://www.indymedia.org/en/2009/01/920151.shtml.

Viceministerio de Tierras, 2010, Atlas de Territorios Indígenas y Originarios, La Paz, MDRIyT / Viceministerio de Tierras.

Haut de page

Notes

1 Au-delà des controverses terminologiques, les adjectifs « indigène » et « autochtone » sont considérés comme équivalents dans ce texte, le premier étant mentionné par la Convention No 169 de l’Organisation internationale du travail (OIT) relative aux peuples indigènes et tribaux de 1989, le second par la Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones de 2007. Nous privilégierons toutefois celui d’« indigène », par adéquation avec l’adjectif espagnol « indígena ». La population indigène en Bolivie représente environ 60 % de la population nationale. L’État bolivien reconnaît 36 langues indigènes, le quechua et l’aymara étant les plus importantes.

2 Le concept de décolonisation est inscrit dans la NCPE (art. 9) et fait partie de l’agenda politique de l’État bolivien, lequel possède un « Vice-ministère de la décolonisation » et engage activement la réflexion sur le sujet (voir par exemple, Gonzalvés, Dulon, 2010).

3 En Bolivie, le terme de « colonialisme interne » a été conceptualisé par Silvia Rivera (2010). Il est également mobilisé par les intellectuels indigènes d’autres pays, comme dans le cas des Mapuche, au Chili (Marimán, 1990). Enfin, il est abondamment cité par les théories postcoloniales anglo-saxonnes (cf. McClintock, 1992 ; Loomba, 1998).

4 Nancy Peluso (1995) a désigné cet usage subversif de « contre-cartographie ».

5 Le concept de « territoire » ne se réduit pas ici à ses dimensions politiques ou juridiques mais réfère à la relation multidimensionnelle et complexe entretenue par les sociétés avec leur espace ; en ce sens, la « territorialité » peut être entendue comme le système de relations tissées par les individus ou les groupes avec leur environnement physique et social (Raffestin, 1980).

6 Les communautés indigènes impliquées dans le projet México Indígena, n’ayant manifestement pas été clairement informées de l’origine du financement, ont dénoncé en 2009 ce qu’elles considéraient comme une tentative de « géopiraterie », c’est-à-dire la collecte et l’usage d’information géographique sans le consentement libre et informé des principaux intéressés (Ribeiro, 2009 ; UNOSJO, 2009).

7 L’essentiel du matériel a été collecté pendant une enquête de trois mois réalisée en Bolivie en 2008-2009 par les deux auteurs. Des informations complémentaires ont été recueillies par L. Lerch, durant des séjours ultérieurs (2010-2011).

8 Cf. Liste complète des entretiens en annexe.

9 Les extraits sont reproduits avec la permission de Plural Editores pour les cartes murales, et F. Mendoza pour les atlas.

10 Voir Harris, 1997, pour un inventaire de ces cartes et croquis.

11 Cette carte a été reproduite à maintes reprises (cf. Harris, 1986 ; Platt, 1978a et b ; Rivera, Conde, Santos, 1992).

12 Empruntée à la géologie, puis à la biologie, la notion de « hotspot » – littéralement « point chaud » – se réfère à la concentration spatiale d’un phénomène. Dans le cas présent, il s’agit de la concentration de projets de développement ou de recherche dans certaines zones géographiques.

13 L’opposition au projet de route censée traverser le Territoire indigène et parc national Isiboro-Securé (TIPNIS) en 2011 l’a bien illustré, les détracteurs considérant une telle voie de transport comme une porte d’entrée vers les basses terres du département du Béni pour les colons de l’altiplano (Perrier-Bruslé, 2012).

14 Nous avons établi le même constat dans les basses terres où ces modèles numériques ont ensuite été utilisés à d’autres fins, notamment dans le cadre de recherches-action sur la gestion des ressources naturelles et la délimitation des bassins versants.

15 Les cartes murales mentionnent les noms de plusieurs d’entre eux : R. Jaillita, E. Ticona, M. Velázquez, E. Mullucundo, W. Arismendi, V. H. Frías.

16 Au temps de l’Empire espagnol, le cabildo était l’unité locale de gouvernement, adaptée aux ayllus à partir de la structure territoriale médiévale européenne.

17 Sur le plan graphique, le second atlas est moins réussi que le premier. Bien que les cartographes aient cherché à représenter certaines informations avec davantage de précision, telles que les courbes de niveau et l’altimétrie, le résultat s’avère moins lisible.

18 La géographie sacrée est peu présente dans les cartes des ayllus et des markas, et seuls les atlas mentionnent l’existence de « sanctuaires ». Cela ne manque pas de surprendre, les lieux d’importance spirituelle ou rituelle étant généralement constitutifs de la territorialité indigène. Soit l’échelle cartographique utilisée était trop petite pour rendre compte de ces dimensions, soit les interlocuteurs indigènes n’ont pas souhaité les mentionner.

19 La page internet de l’INE (http://www.ine.gob.bo/indice/poblacion92.aspx) permet pourtant de consulter les données du recensement de 1992 au niveau municipal, en faisant la distinction entre population urbaines et rurales, qui a disparu dans le recensement de 2001.

20 Sur la reconstitution de Jach’a Suyu Pakajaqi, voir Guery, Chambi, Claros, 2010.

21 Institut national de réforme agraire.

22 La loi INRA (art. 3. III) de 1996 signale cependant que par TCO, il faut comprendre « territoire indigène » au sens de la Convention No. 169 (art. 13).

23 Le « bras technique » de la CIDOB était le Centre de planification territoriale indigène (CPTI). Ses activités de cartographie ont été suspendues en 2009 suite à l’arrêt du financement danois dont elles bénéficiaient.

24 La notion de « contrôle social » est consacrée par la loi No. 1715 (art. 13 al. 8) et le règlement agraire de la loi No. 3545 venant modifier la loi No. 1745 (DS-29215-07) (art. 8) Elle permet la participation des organisations sociales dans la régularisation et la titularisation des terres et la vérification de leur fonction économique et sociale ; ces mesures ayant été mises en place pour contrer la collusion de l’INRA avec les grands propriétaires fonciers, notamment. Dans la NCPE de 2009 (titre VI, art. 241-2), cette notion a été étendue au contrôle social de l’ensemble des affaires publiques par la société civile.

25 La NCPE prévoit plusieurs niveaux d’autonomie (départemental, municipal, régional et indigène). Les peuples indigènes peuvent constituer des autonomies de rang égal ou supérieur aux municipalités, ou regrouper des municipalités d’un département (autonomies régionales). L’accès au statut TIOC peut se faire par la conversion d’une TCO ou d’une ou plusieurs communes. Jusqu’à ce jour, seule la seconde option a été expérimentée. En décembre 2009, sur les 327 municipalités du pays, 12 à forte composante indigène ont voté par référendum sur l’adoption de l’autonomie, et 11 l’ont acceptée.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Le corpus cartographique numérisé et géoréférencé
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/25843/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 852k
Titre Figure 2 : Carte ethnohistorique du Nord Potosí de Platt et Harris (1978)
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/25843/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 516k
Titre Figure 3 : Le Nord Potosí : un « hotspot » scientifique et cartographique, au cœur d’enjeux géopolitiques
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/25843/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 640k
Titre Figure 4 : Markas traversées par des limites provinciales
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/25843/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre Figure 5 : Reconnaissance juridique des ayllus et des markas
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/25843/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre Figure 6 : « Îles territoriales » autour des localités de Chayanta et d’Aymaya
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/25843/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 944k
Titre Figure 7 : Diversité des formes d’organisation sociale et de propriété indigènes
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/25843/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Titre Figure 8 : Limite ouverte entre les ayllus Chullpa et Kharacha
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/25843/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 992k
Titre Figure 9 : Représentation d’une zone de conflit entre les ayllus Chullpa et Sikuya
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/25843/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 616k
Titre Figure 10 : Voies de communication dans le sud de l’altiplano bolivien
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/25843/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 3,0M
Titre Figure 11 : Localités d’Uncía et de Chayanta dans les atlas de 1994 et 1997
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/25843/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Titre Figure 12 : Territoires couverts par les cartes murales et les atlas des ayllus et des markas (hautes terres), publiés entre 1993 et 2003, et par l’atlas des demandes de TCO (basses terres), publié en 2001
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/25843/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 564k
Titre Figure 13 : Cartographie des territoires indigènes en Bolivie, publiée entre 1993 et 2003 et avancée du processus de titularisation de TCO entre 1996 et 2010
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/25843/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 511k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Irène Hirt et Louca Lerch, « Cartographier les territorialités indigènes dans les Andes boliviennes : enjeux politiques, défis méthodologiques », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Politique, Culture, Représentations, document 638, mis en ligne le 10 avril 2013, consulté le 26 juin 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/25843 ; DOI : 10.4000/cybergeo.25843

Haut de page

Auteurs

Irène Hirt

Département de géographie et Département des sciences géomatiques, Université Laval (Québec, Canada) & Département de géographie et d’environnement, Université de Genève (Suisse)
Chercheure Marie Curie
irene.hirt@unige.ch

Louca Lerch

Département de géographie et d’environnement, Université de Genève (Suisse)
Assistant d’enseignement et de recherche et doctorant en géographie
louca.lerch@unige.ch

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page