Navigation – Plan du site
2013
639

La répartition de la population âgée dans huit métropoles canadiennes de 1981 à 2006 : un groupe de moins en moins ségrégué

Changes in the spatial distribution of the elderly in eight Canadian metropolises from 1981 to 2006 : a decreasing segregation
Anne-Marie Séguin, Philippe Apparicio et Paula Negron

Résumés

Des études récentes ont montré, pour d’autres contextes que le Canada, que la distribution des personnes âgées à l’intérieur des métropoles connaît des changements importants. Cette étude propose une analyse de l’évolution de la ségrégation résidentielle des aînés dans huit métropoles canadiennes de 1981 à 2006. Elle tente de répondre aux questions suivantes. Quel est le niveau de ségrégation de la population âgée et comment évolue-t-il dans le temps ? Où sont localisées les concentrations de personnes âgées à l’intérieur des métropoles et ces concentrations se déplacent-elles au cours de la période d’observation ? Enfin, en 2006, les profils de ségrégation sont-ils similaires d’une métropole à l’autre ? Pour répondre à ces questions, différents indices de ségrégation résidentielle (égalité, exposition, concentration, agrégation et centralisation) ont été calculés sur la base géographique des secteurs de recensement à partir des données des six recensements canadiens pour la période 1981-2006. Les valeurs des quotients de localisation ont ensuite été cartographiées pour décrire l’évolution de la distribution de la population âgée dans les trois plus importantes métropoles. Les changements dans les valeurs des indices révèlent une réduction de la ségrégation des aînés dans les huit métropoles étudiées au cours de la période. De plus, l’examen des quotients de localisation montre une relative dispersion, avec le temps, des concentrations d’aînés vers la première couronne. On observe enfin, en 2006, l’existence de différents profils ségrégatifs selon les métropoles. Pour terminer, des hypothèses sont formulées quant aux facteurs qui contribuent aux mutations observées.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Le Canada connaîtra un fort vieillissement dans les décennies à venir. Les projections démographiques de Statistique Canada prévoient que le nombre des 65 ans et plus excédera, d’ici 2015, celui des moins de 15 ans (Bélanger et al., 2005, p 46). En 2031, le nombre de personnes de 65 ans et plus oscillera, selon les scénarios retenus, entre 8,9 et 9,4 millions alors que celui des jeunes de moins de 15 ans se situera entre 4,8 et 6,6 millions. Le Canada, comparativement aux autres pays du G8, présente actuellement une structure par âge relativement jeune qui sera appelée à vieillir plus rapidement qu’ailleurs, en raison notamment de l’importance numérique des enfants du baby-boom dans sa population totale. Ainsi, la proportion des personnes âgées dans la population totale canadienne n’a connu qu’une croissance relativement modeste de 1981 à 2005, passant de 10 % à 13 % ; mais en 2031, cette proportion pourrait atteindre de 23 % à 25 % selon les divers scénarios (Bélanger et al., 2005, p 47).

2La géographie résidentielle de la population âgée dans les métropoles a suscité de nombreux travaux à partir du début des années 1970, notamment aux États-Unis (Chevan, 1982 ; Cowgill, 1978 ; Fitzpatrick, Logan, 1985 ; Graff, Wiseman, 1978 ; LaGory et al., 1980 ; Massey, 1980 ; Pampel, Choldin, 1978) et au Canada (Golant, 1972 ; Moore, McGuinness, 1997 ; Okraku, 1987 ; Rosenberg, Moore, 1997 ; Smith, 1998). Cet intérêt marqué était sans doute lié à la forte ségrégation des personnes âgées au sein des quartiers centraux des métropoles nord-américaines, qui connaissaient un déclin important, notamment durant les années 1960 et 1970 (Dansereau, L’Écuyer, 1987).

3Par ailleurs, dès les années 1980, de nombreux chercheurs prévoyaient que la géographie résidentielle des personnes âgées allait connaître, dans les décennies suivantes, des transformations sensibles en raison notamment des changements observés dans les caractéristiques des aînés, menant à une plus grande hétérogénéité de ce groupe d’âge (Golant, 1986 ; 1992 ; Okraku, 1987). Cependant, depuis une quinzaine d’années, tant au Canada qu’aux États-Unis, la géographie résidentielle des aînés suscite peu d’intérêt alors qu’en France, ce thème est d’actualité, comme le montrent les travaux récents de J.-F. Ghékière (2006) et de G.-F. Dumont (2006).

4Une meilleure compréhension de l’évolution actuelle de la géographie résidentielle des aînés paraît essentielle dans le contexte canadien, surtout si elle tend à une plus grande dispersion à l’intérieur des métropoles. En effet, une partie non négligeable des territoires métropolitains canadiens a été conçue et aménagée, à partir des années 1950, dans un contexte de forte croissance des jeunes familles motorisées, pour répondre à leurs besoins spécifiques (Rosenberg, Everitt, 2001 ; Després, Lord, 2002 ; Séguin, Apparicio, 2004). Il est donc important de connaître la répartition de la population âgée et son évolution dans les huit plus grandes métropoles canadiennes, afin d’éclairer les décideurs qui devront intervenir sur ces espaces pour les rendre plus accueillants envers les aînés. Ces huit villes concentrent à elles seules, en 2006, 44 % de la population canadienne âgée de 65 ans et plus. Comme elles se sont développées à des moments et à des rythmes différents et connaissent encore aujourd’hui des situations différenciées, cet exercice comparatif nous paraît pertinent. L’observation des changements dans la répartition de la population âgée sur une période de 25 ans, de 1981 à 2006, pourra nous aider à mieux cerner les grands paramètres de l’évolution future de la distribution des aînés.

5Notre étude aborde les questions de recherche suivantes. Quel était le niveau de ségrégation de la population âgée en 1981 et comment cette ségrégation a-t-elle évolué jusqu’en 2006 ? Où sont localisées les concentrations de personnes âgées à l’intérieur des métropoles et ces concentrations se déplacent-elles au cours de la période d’observation ? Enfin, les patrons de ségrégation sont-ils similaires d’une métropole à l’autre en 2006 ?

Une répartition différente des aînés selon les contextes urbains, et changeante au fil du temps

6Les travaux de M. Coulson (1968) et de J. M. Kennedy et G. F. De Jong (1977) portant sur de nombreuses métropoles étasuniennes ont montré que les personnes âgées y étaient ségréguées dans les quartiers anciens des villes-centres dans les années 1960 et 1970. Quant aux études longitudinales menées en Europe, elles ont révélé des patrons changeants au fil du temps. Par exemple, l’étude de P. Franz et al. (1989) portant sur la ségrégation dans douze agglomérations allemandes, de 1950 à 1977, a révélé une augmentation de la ségrégation jusqu’au début des années 1970, puis une stabilisation. Ces observations rejoignent l’étude beaucoup plus récente de J.-F. Ghékière (2006), réalisée sur les villes françaises, qui documente aussi un changement de tendance : en 1990, l’opposition d’un centre-ville vieilli et d’une périphérie relativement jeune se vérifiait généralement. L’examen des données du recensement de 1999 révèle un patron différent : les quartiers situés au centre des agglomérations françaises rajeunissent alors que les proches banlieues vieillissent.

7L’étude des villes canadiennes réalisée par I. O. Okraku (1987) pour la période 1971-1981 a montré qu’il existait une plus forte ségrégation des personnes âgées dans les régions métropolitaines de recensement (qui sont de plus grande taille) que dans les agglomérations de recensement (de plus petite taille), et une plus forte augmentation de la ségrégation dans les premières. Dans le sous-ensemble formé par les régions métropolitaines, les plus petites ont vu leur ségrégation augmenter substantiellement de 1971 à 1981 alors que les métropoles de taille moyenne ont connu une évolution différente, la ségrégation y augmentant légèrement entre 1971 et 1976 pour ensuite diminuer. Les trois plus grandes métropoles ont affiché des évolutions spécifiques : Montréal a connu une augmentation de la ségrégation sur toute la période, Vancouver une augmentation modérée entre 1971 et 1976 pour se stabiliser ensuite, et finalement Toronto a été caractérisée par une situation stable sur toute la période. L’étude un peu plus récente de G. C. Smith (1998, p 67) basée sur l’indice classique de dissimilarité et portant sur 25 régions métropolitaines canadiennes, révèle une diminution de la valeur de cet indice de 21 % entre 1981 et 1991, donc une plus grande dispersion des personnes âgées sur leur territoire. Ces travaux montrent, d’une métropole à l’autre, que non seulement la répartition des aînés n’est pas uniforme, mais qu’elle évolue différemment, ces observations s’appliquant au contexte canadien, mais aussi étasunien, français et allemand.

8D’autres études s’intéressant aux mouvements migratoires ont révélé, dès les années 1970, le caractère dominant des mouvements centrifuges de la population âgée dans les métropoles. S. Golant (1972) a montré qu’à Toronto, les ménages qui déménageaient avaient tendance à se relocaliser plus loin du centre des affaires, et que seule une minorité faisait le mouvement inverse. R. K. Ormrod (1986a, 1986b), dans ses travaux sur les migrations des aînés en Californie, a également observé une migration nette négative de la population âgée en dehors des vieux noyaux de Los Angeles et de San Francisco et une migration nette positive vers les comtés de banlieue de ces deux métropoles.

9Ces observations sur les patrons différenciés de distribution de la population âgée selon les métropoles, et sur leur caractère changeant, montrent l’intérêt d’une approche comparative entre plusieurs villes sur un temps relativement long pour pouvoir dégager les tendances. Notons que la très grande majorité des études longitudinales sur la géographie des aînés n’a porté que sur une période de dix ans (Ghékière, 2006 ; Kennedy, De Jong, 1977 ; Okraku, 1987 ; Smith 1998), à l’exception de celle de P. Franz et al. (1989), qui a porté sur un horizon de 27 ans. Notre étude s’intéresse aux changements sur une période de 25 ans, ce qui nous permettra de mieux analyser l’évolution de la ségrégation des personnes âgées.

Deux grands types d’explication de la répartition des aînés dans l’espace

10Dans la foulée des nombreuses études des années 1970 et 1980 sur la géographie intra-métropolitaine de la population âgée en Amérique du Nord, deux grands types d’explication ont été formulés, que l’on qualifiait alors en termes de modèle écologique et de modèle de la mobilité. Le modèle écologique explique les concentrations observées dans les quartiers centraux des métropoles comme le résultat de la compétition entre des ménages ayant des niveaux différenciés de revenu dans le marché du logement. La pauvreté assez généralisée des aînés durant ces années les reléguait dans de petits logements souvent vieux, bon marché et situés dans des zones denses, caractéristiques plus souvent observées dans les quartiers centraux (Massey, 1980, p 190). Les ménages plus jeunes ayant de meilleurs revenus pouvaient ainsi avoir accès aux quartiers plus convoités, le revenu étant un facteur décisif dans l’accès au logement et aux quartiers (LaGory et al., 1980 ; Pampel, Choldin, 1978). Ces observations ont été confirmées par l’étude de K. M. Fitzpatrick et J. R. Logan (1985, p 115) qui portait sur les banlieues d’un échantillon de métropoles étatsuniennes. Leurs résultats montrent que les municipalités de banlieue qui affichaient une plus forte présence de personnes âgées étaient plus denses, plus pauvres et offraient davantage de logements locatifs avec des loyers médians plus faibles. La retraite entraînant une diminution du revenu chez les aînés, leur pauvreté les contraindrait à vivre dans les quartiers centraux alors peu attractifs aux yeux de la majorité. En effet, durant les années 1960 et 1970, de nombreux quartiers anciens des métropoles nord-américaines sont perçus comme des espaces en attente de démolition pour faire place à d’autres fonctions urbaines (commerciale, de bureaux, etc.) (Dansereau, L’Écuyer, 1987 ; Hamnett, 1984). Le terme de ségrégation résidentielle utilisé dans les travaux des années 1960 et 1970 et portant sur la distribution des personnes âgées dans l’espace se réfère donc à la ségrégation économique, qui limite l’éventail des choix résidentiels des membres de ce groupe.

11D’autres auteurs, également durant les années 1970 et 1980, ont plutôt mis l’accent sur la mobilité résidentielle pour expliquer la répartition intra-métropolitaine des personnes âgées aux États-Unis. T. O. Graff et R. F. Wiseman (1978, p 390) ont identifié cinq processus liés à la migration pour rendre compte de la répartition des personnes âgées : le vieillissement sur place (aging in place), le décès sur place (dying in place), le départ (ou émigration) des jeunes ménages, l’arrivée (ou immigration) de jeunes ménages et l’arrivée (ou immigration) des aînés. À la fin des années 1970, les auteurs de ce courant considéraient que le vieillissement sur place et le départ des jeunes cohortes constituaient les principaux facteurs produisant les concentrations de personnes âgées dans les vieux quartiers des villes-centres : de nombreux aînés, enracinés dans leur quartier près du centre, là où ils avaient vécu une bonne partie de leur vie, continuaient d’y habiter (Graff, Wiseman, 1978 ; Pampel, Choldin, 1978), alors que parallèlement s’opérait la migration des jeunes cohortes hors des quartiers centraux (Graff, Wiseman, 1978). Ils estimaient que le vieillissement sur place deviendrait le processus dominant qui conduirait au vieillissement des banlieues des métropoles. G. F. Dumont (2006, p 42), dans une étude beaucoup plus récente, observe le même phénomène dans les villes françaises : une grande partie des personnes âgées vieillissent là où elles ont résidé durant leur vie active. Suivant ce raisonnement, cet auteur prédit que la croissance du nombre de personnes âgées devrait se faire là où les quadragénaires et quinquagénaires vivent en grand nombre en ce moment, soit en dehors du centre des villes. Par contre, J.-F. Ghékière (2006) et G.-F. Dumont (2006, p 42) voient une limite à ce processus de vieillissement sur place. En effet, quand les aînés des couronnes les plus périphériques atteindront un âge très avancé, confrontés à des caractéristiques morphologiques d’un espace environnant qui ne leur conviendraient plus, ils pourraient opter pour des logements situés dans des banlieues plus proches du centre qui offrent des logements en copropriété ou locatifs plus denses avec un plus grand éventail de services publics et privés à proximité.

12De son côté, l’étude de P. Franz et al. (1989) portant sur l’évolution de 1950 à 1977 de la population âgée dans les métropoles allemandes, propose deux « thèses » pour expliquer la distribution spatiale des personnes âgées, soit la thèse du « résidu » (residual thesis) et celle du déplacement (displacement thesis), conjuguant ainsi le facteur écologique et le facteur mobilité. Selon la thèse du « résidu », les personnes âgées moins mobiles seraient plus susceptibles de rester dans certains quartiers au moment même où les jeunes sont portés à les quitter. La seconde thèse, celle du déplacement, stipule que les personnes âgées se trouveraient évincées de leur quartier de résidence, surtout dans les villes en croissance, car elles ne peuvent pas soutenir la compétition si les lieux qu’elles habitent se trouvent convoités par d’autres groupes d’âge mieux nantis. Cette seconde thèse peut tout à fait s’appliquer à la gentrification qui a commencé au début des années 1970 pour ensuite s’affirmer durant les décennies suivantes dans plusieurs quartiers centraux des métropoles canadiennes (Ley, 1986).

Aspects méthodologiques de l’étude

Variable et découpages géographiques

13Pour analyser l’évolution de la répartition de la population âgée au sein des huit plus grandes métropoles canadiennes – Calgary, Edmonton, Montréal, Ottawa, Québec, Toronto, Vancouver et Winnipeg –, il faut définir le seuil minimal d’âge à partir duquel une personne est considérée comme âgée. Dans notre étude, nous avons opté pour celui de 65 ans, qui est généralement accepté au Canada, et qui est notamment retenu par les autorités gouvernementales pour de nombreux programmes.

  • 1 Un secteur de recensement regroupe en moyenne 5000 habitants.
  • 2 À nos yeux, il est préférable de conserver une délimitation identique de chaque région métropolitai (...)

14Concernant les découpages géographiques, les données sur la population de 65 ans et plus sont ancrées au niveau des secteurs de recensement1 pour six recensements canadiens : 1981, 1986, 1991, 1996, 2001 et 2006, soit une période d’analyse de 25 ans. Ce regard longitudinal n’est pas sans poser quelques difficultés, comme celle de la modification, au fil du temps, des limites des territoires des régions métropolitaines ou encore des limites des secteurs de recensement (Séguin, Apparicio, 2004). Certaines mesures ont dû être prises pour permettre une comparaison systématique des données des six recensements. Premièrement, une délimitation fixe du territoire de chaque région métropolitaine a été retenue, soit celle de 1981, l’année de départ. Deuxièmement, certains secteurs de recensement contigus qui avaient changé de limites ont été agrégés afin que toutes les entités spatiales des six recensements soient comparables entre elles. Ainsi, pour chacune des huit métropoles, on obtient la même délimitation géographique de la région métropolitaine et le même nombre d’entités spatiales pour les six recensements2. En raison de ces nombreux ajustements nécessaires, il aurait été très difficile, voire impossible de remonter au-delà de 1981.

Le recours aux indices de ségrégation

15Pour mesurer le niveau de ségrégation et son évolution dans le temps, nous avons calculé différents indices de ségrégation à l’échelle des secteurs de recensement pour les huit plus grandes métropoles canadiennes. Le recours aux indices de ségrégation n’est pas nouveau. En effet, depuis les années 1970, de nombreuses études ont utilisé ces indices pour décrire la répartition intra-urbaine de la population âgée (Fitzpatrick, Logan, 1985 ; Franz et al., 1989 ; Garat, Vernicos, 2006 ; LaGory et al., 1980 ; Massey, 1980 ; Pampel, Choldin, 1978). La plupart ont aussi utilisé des données sur la base des secteurs de recensement (Franz et al., 1989 ; LaGory et al., 1980 ; Okraku, 1989 ; Ward et al., 1985).

16Dans une remarquable synthèse de littérature à la fois théorique et empirique sur la ségrégation résidentielle, D. S. Massey et N. A. Denton (1988) concluent que les formes et les manifestations spatiales de la ségrégation résidentielle se manifestent en cinq dimensions indépendantes : l’égalité, l’exposition, la concentration, l’agrégation spatiale et la centralisation. Ces dimensions, synthétisées dans le tableau 1, permettent de décrire la répartition de groupes de population dans toute leur complexité et sous différents aspects. Massey et Denton soulignent d’ailleurs l’effet cumulatif de forts niveaux de ségrégation sur ces cinq dimensions pour les populations ségréguées :

“A high level of segregation on any one of these dimensions is problematic because it isolates a minority group from amenities, opportunities, and resources that affect social and economic well-being (cf. Logan, 1978; Massey, Condran, and Denton, 1987; Schneider and Logan, 1982, 1985). As high levels of segregation accumulate across dimensions, the deleterious effects of segregation multiply because isolation intensifies” (Massey, Denton, 1989, p 373).

17À titre d’exemple, dans une étude empirique portant sur la comparaison des niveaux de ségrégation des communautés hispanique et afro-américaine dans 60 métropoles étatsuniennes, Massey et Denton (1989) avancent l’idée d’une hyperségrégation des Afro-américains à Baltimore, Chicago, Détroit, Milwaukee et Philadelphie, puisqu’ils présentent de très fortes valeurs sur les indices rattachés aux cinq dimensions.

18Nous avons retenu cinq indices – un par dimension – qui mesurent la répartition des personnes âgées par rapport à l’ensemble de la population : 1) l’indice de ségrégation ou d’égalité (IS, rattaché à la dimension de l’égalité) ; 2) l’indice d’isolement ajusté (Eta2, exposition) ; 3) l’indice de concentration absolue (ACO, concentration) ; 4) l’indice de proximité moyenne (Pxxexp, agrégation spatiale) ; et 5) l’indice de centralisation absolue (ACE, centralisation). Les formules et les modes d’interprétation des indices retenus sont reportés à l’annexe 1 ; on pourra aussi consulter notamment Massey et Denton (1988), Apparicio (2000) et Apparicio et al. (2008). Ces indices ont été calculés à partir de l’application Segregation Analyzer (Apparicio et al., 2008) permettant de calculer rapidement une quarantaine d’indices à partir d’un fichier shapefile.

19Enfin, pour identifier les concentrations d’aînés dans l’espace métropolitain et leur déplacement au fil du temps, nous avons eu recours à la cartographie des quotients de localisation (Schwabe, 2007 ; Ades et al., 2012) pour les trois plus grandes métropoles de 1981 à 2006. Cet indice représente le rapport entre la proportion du groupe dans l’unité spatiale et celle dans la région métropolitaine (voir la description détaillée à l’annexe 1).

20Notre étude se distingue de la plupart des études que nous venons de citer en combinant 1) un volet comparatif en analysant simultanément huit métropoles, 2) un volet longitudinal en exploitant les données de six recensements (de 1981 à 2006) à l’échelle des secteurs de recensement et enfin, 3) en calculant cinq indices de ségrégation différents. Le volet comparatif nous permet de répondre à la critique formulée par F. C. Pampel et H. M. Choldin (1978, p 1124) vis-à-vis des études portant sur une seule métropole, car elles ne permettent pas de tenir compte du fait que les villes connaissent des évolutions et des structures différenciées, ce qui influence la localisation des personnes âgées au sein de celles-ci. Le volet longitudinal nous permettra de saisir l’aspect dynamique des distributions et enfin le recours à plusieurs indices permet de mieux saisir les différences entre répartitions, car une même valeur sur un indice peut oblitérer des différences importantes dans les répartitions captées par un autre (Stearns, Logan, 1986).

Tableau 1. Définition des cinq dimensions

Dimension

Définition

Égalité

Cette dimension renvoie à la distribution d’un groupe de population à travers les unités spatiales de la région métropolitaine (les secteurs de recensement par exemple). Les indices d’égalité mesurent la surreprésentation ou la sous-représentation d’un groupe dans les unités spatiales d’une région métropolitaine : plus un groupe de population est inégalement réparti à travers ces unités spatiales, plus il est ségrégué.

Exposition

L’exposition est le degré de contact potentiel entre les membres du même groupe (unigroupe) ou entre les membres de deux groupes (intergroupe) à l’intérieur des unités spatiales. Elle mesure la probabilité qu’un membre d’un groupe rencontre un membre de son groupe (l’isolement) ou un membre d’un autre groupe (l’interaction) dans son unité spatiale.

Concentration

Cette dimension renvoie à l’espace physique occupé par un groupe, c’est-à-dire la superficie. Plus un groupe occupe une faible partie du territoire de la région métropolitaine, plus il est concentré.

Agrégation spatiale

Plus un groupe occupe des unités spatiales contiguës, formant ainsi une enclave dans la ville, plus il est regroupé et donc ségrégué du point de vue de cette dimension.

Centralisation

Les indices de centralisation mesurent la distance du groupe par rapport au centre de la région métropolitaine, défini habituellement comme le centre des affaires et ses environs. Plus un groupe est localisé près du centre-ville, plus il est centralisé et ainsi ségrégué selon cette dimension.

Source : Apparicio et al. (2007) adapté de Massey et Denton (1988).

la ségrégation de la population âgée dans les huit métropoles et son évolution

  • 3 Rappelons, comme mentionné dans la section méthodologique, que l’ensemble des calculs sont réalisés (...)

21Il paraît d’abord utile de présenter un portrait d’ensemble du vieillissement dans les métropoles canadiennes. Dans les huit régions métropolitaines de recensement (RMR) réunies, le pourcentage de personnes âgées est passé de 9,1 % à 12,5 % entre 1981 et 20063. Parmi ces métropoles, toutes n’ont cependant pas vu croître leur population âgée au même rythme. Les métropoles affichant les plus fortes proportions d’aînés en 1981, soit Winnipeg, Montréal et Vancouver, sont celles qui ont vu leur population âgée croître le moins, toutes proportions gardées, avec des taux de croissance respectifs de 39 %, 81 % et 86 % (figure 1.a). À l’opposé, les deux plus jeunes RMR en 1981, Calgary et Edmonton, sont celles qui ont vu leurs effectifs augmenter le plus fortement, avec des taux de croissance de 161 % et 138 %. On observe donc durant la période une réduction des écarts en termes de pourcentages d’aînés entre les métropoles les plus vieilles et les plus jeunes (figure 1.b). Enfin, Québec présente un cas de figure particulier. Cette RMR qui se situait en 1981 au centre du peloton (4e rang) des huit métropoles en termes de pourcentage de sa population âgée, affiche en 2006 la plus forte proportion d’aînés (14,5 %).

Figure 1. Évolution des populations totale et de 65 ans et plus dans les huit plus grandes métropoles canadiennes, 1981-2006

Figure 1. Évolution des populations totale et de 65 ans et plus dans les huit plus grandes métropoles canadiennes, 1981-2006

22Les différences de croissance de la proportion de personnes âgées entre métropoles s’expliquent par plusieurs facteurs, notamment l’immigration internationale et la migration interprovinciale qui se concentrent davantage dans certaines métropoles (Statistique Canada, 2007). Par exemple, Québec a beaucoup vieilli, car une première vague importante de fonctionnaires de l’administration provinciale arrive à la retraite alors qu’au même moment elle attire très peu d’immigrants, tant internationaux qu’interprovinciaux. Dans les cas d’Edmonton et Calgary, le vieillissement est nourri par l’arrivée à l’âge de la retraite des travailleurs attirés par le premier boom pétrolier des années 1970, mais la migration interprovinciale et internationale d’importants contingents de travailleurs plus jeunes, surtout au début des années 2000, vient tempérer la croissance de ce pourcentage (Statistique Canada, 2006).

23Avant d’analyser les valeurs prises par les indices, rappelons notre première question de recherche : quel est le niveau de ségrégation de la population âgée et comment évolue-t-il de 1981 à 2006 dans chacune des huit métropoles ? En 1981, on remarque d’abord que le patron dégagé par les indices (figure 2) se rapproche du patron général, tel que formulé par le modèle écologique dans les travaux étatsuniens des années 1960 et 1970 : c’est-à-dire une population âgée ségréguée, relativement concentrée et agrégée près du centre-ville, et caractérisée par un certain degré d’isolement ou de repli dans des zones qui comptent une forte proportion d’aînés. L’évolution des indices de 1981 à 2006 révèle des changements notables. D’abord, tous les indices diminuent dans les huit RMR (figure 2 et tableau 2). Il faut toutefois rester prudent dans l’interprétation de la variation de l’indice d’agrégation qui sera présentée plus loin. Globalement, on peut donc dire que comparativement à la situation qui prévalait en 1981 dans toutes les métropoles, la distribution des personnes âgées dans l’espace en 2006 se rapproche davantage de celle de l’ensemble de la population.

24Ainsi, les valeurs de l’indice de ségrégation (IS ; dimension de l’égalité), qui mesure la proportion de la population âgée qui devrait déménager afin d’être également répartie à travers la métropole (en termes de proportion de la population totale), diminuent fortement entre 1981 et 2006, notamment à Vancouver (IS de 0,253 en 1981 et de 0,149 en 2006, soit un taux de variation de -41,3 %), Calgary (0,382 en 1981 ; 0,232 en 2006 ; variation de -39,2 %) et Edmonton (0,372 en 1981 ; 0,227 en 2006 ; variation de -38,9 %). Ce recul de l’inégale répartition de la population âgée est tel que la valeur d’IS la plus élevée en 2006, soit celle observée à Québec (0,253), est du même niveau que la valeur la plus faible observée en 1981, soit celle de Vancouver (0,253).

25La diminution des valeurs de l’indice d’isolement ajusté (Eta2, dimension de l’exposition) est aussi assez nette : elle s’avère particulièrement marquée à Vancouver (-61,9 %), Calgary (-46,1 %) et Toronto (-40,6 %), mais plus limitée pour Québec (-7,1 %). Toutes proportions gardées, les personnes âgées sont ainsi, en 2006, davantage en contact dans leur zone de résidence avec des personnes d’autres générations que 25 ans auparavant. De leur côté, les indices de concentration (ACO) connaissent aussi des baisses, mais globalement moindres que pour les indices rattachés aux autres dimensions.

26Concernant l’indice de proximité moyenne (Pxxexp) rattaché à la dimension de l’agrégation, rappelons que plus sa valeur est faible, plus la proximité spatiale est forte. Or, les valeurs de Pxxexp diminuent de 1981 à 2006 pour les huit RMR, ce qui signifie que les personnes âgées ont légèrement tendance à résider dans des secteurs de recensement plus proches les uns des autres en 2006 qu’en 1981.

27Enfin, de fortes diminutions s’observent aussi pour la dimension de la centralisation (ACE) : les valeurs de l’indice diminuent de façon importante surtout à Calgary, mais aussi à Vancouver, Montréal et Toronto, contrairement à Winnipeg, Edmonton et Québec où les baisses sont plus limitées. Globalement, en 2006, la population âgée est plus dispersée au sein des métropoles canadiennes ; autrement dit, elle est beaucoup moins concentrée dans les quartiers centraux.

Tableau 2. Taux de variation des indices de ségrégation pour la population de 65 ans et plus de 1981 à 2006

Région métropolitaine

IS
(égalité*)

Eta2
(exposition)

ACO (concentration)

Pxxexp
(agrégation)

ACE
(centralisation)

Calgary

-39,2

-46,1

-14,7

-52,3

-52,3

Edmonton

-38,9

-33,1

-7,6

-6,1

-6,1

Montréal

-29,2

-27,5

-5,1

-21,5

-21,5

Ottawa

-25,2

-23,0

-4,6

-10,3

-10,3

Québec

-16,3

-7,1

-5,4

-5,0

-5,0

Toronto

-32,2

-40,6

-5,5

-40,6

-19,1

Vancouver

-41,3

-61,9

-5,7

-45,5

-27,3

Winnipeg

-26,3

-32,2

-5,3

-49,3

-6,3

* La dimension à laquelle est rattaché l’indice est indiquée entre parenthèses.

Figure 2. Évolution des indices de ségrégation résidentielle pour la population de 65 ans et plus dans les huit plus grandes métropoles canadiennes, 1981-2006

Figure 2. Évolution des indices de ségrégation résidentielle pour la population de 65 ans et plus dans les huit plus grandes métropoles canadiennes, 1981-2006

28Les différents indices de ségrégation nous renseignent sur la répartition intra-métropolitaine de la population âgée d’une manière globale, mais ils ne permettent pas de repérer, au sein de chaque région métropolitaine, les zones où les aînés sont fortement ou faiblement représentés. Pour répondre à notre seconde question de recherche portant sur l’existence de concentrations d’aînés dans les métropoles et si celles-ci se déplacent au fil du temps comme le prévoyaient différents auteurs, nous avons eu recours au quotient de localisation.

La répartition spatiale de la population âgée à Montréal, Toronto et Vancouver

  • 4 Rappelons que si une zone affiche un quotient ayant la valeur de 1, cela signifie que sa proportion (...)

29Afin de ne pas trop allonger le texte, nous allons nous limiter à l’analyse des cartes de quotients de localisation des trois plus grandes métropoles ; les quotients ont été calculés au niveau des secteurs de recensement (SR) de 1981 à 2006. Nous considérons qu’il y a surreprésentation lorsque les quotients sont supérieurs à 1,1 et sous-représentation lorsqu’ils sont inférieurs à 0,94. La lecture des cartes des quotients de localisation pour les trois métropoles et les six années de recensement (figures 3a à 3c), et de la carte du taux de variation du quotient entre 1981 et 2006 (figure 4), révèle les évolutions suivantes. D’une part, une surreprésentation des personnes de 65 ans et plus dans les quartiers centraux en 1981. Cette surreprésentation faiblit au fil du temps et nous observons en 2006 une sous-représentation des personnes âgées dans les secteurs de recensement près du centre-ville. D’autre part, les premières couronnes de banlieue, développées immédiatement après la Deuxième Guerre Mondiale, montrent une hausse de la valeur des quotients de localisation pour la période de 1981 à 2006, reflétant clairement un déplacement des concentrations de personnes âgées vers les premières banlieues (inner suburbs) imputable, partiellement à tout le moins, au « vieillissement sur place ». Par ailleurs, le phénomène d’étalement urbain associé aux jeunes familles semble continuer, puisque de nombreux SR situés dans des zones plus périphériques affichent une forte sous-représentation de personnes âgées tout au long de la période étudiée, sauf de rares exceptions.

Figure 3.a Concentration spatiale de la population de 65 ans et plus à Montréal, 1981-2006

Figure 3.a Concentration spatiale de la population de 65 ans et plus à Montréal, 1981-2006

Figure 3b Concentration spatiale de la population de 65 ans et plus à Toronto, 1981-2006

Figure 3b Concentration spatiale de la population de 65 ans et plus à Toronto, 1981-2006

Figure 3.c Concentration spatiale de la population de 65 ans et plus à Vancouver, 1981-2006

Figure 3.c Concentration spatiale de la population de 65 ans et plus à Vancouver, 1981-2006

Figure 4. Variation des quotients de localisation des personnes âgées, 1981-2006

Figure 4. Variation des quotients de localisation des personnes âgées, 1981-2006

Des métropoles canadiennes aux profils ségrégatifs différenciés en 2006

30Notre dernière question de recherche porte sur les profils de ségrégation des différentes métropoles. Ces derniers sont-ils similaires d’une métropole à l’autre ? Pour y répondre, nous avons procédé à l’examen des valeurs des indices de ségrégation en 2006, ce qui nous a permis de construire une typologie de métropoles. Cette typologie a été ensuite validée par une classification ascendante hiérarchique – méthode de regroupement largement utilisée en géographie (Everitt et al., 2001 ; Sanders, 1989) – effectuée sur les valeurs des cinq indices de ségrégation résidentielle pour l’année 2006. Ainsi, quatre types de profils ségrégatifs ont été dégagés.

31Le premier type est formé de la RMR de Calgary qui constitue un type à elle seule. La ville a commencé véritablement son processus de métropolisation plus récemment que Montréal ou Toronto notamment, suite au premier choc pétrolier et grâce à la forte hausse de l’immigration internationale et interprovinciale. En 2006, Calgary se distingue par un indice de ségrégation (IS) relativement élevé se situant au 3e rang. Par contre, pour les quatre autres dimensions, surtout la centralisation, elle présente les caractéristiques d’une ville peu ségréguée. La faiblesse de l’indice de centralisation signifie que les personnes âgées ont moins tendance à se loger près du centre dans cette agglomération que dans les autres, mais la valeur de l’indice de ségrégation nous indique toutefois qu’il existe des concentrations de personnes âgées. On peut évoquer deux hypothèses pour expliquer cette situation. Cette dernière pourrait être attribuable à la forte demande de logements (Société canadienne d’hypothèques et de logement, 2007, p 3) engendrée par l’arrivée massive de nouveaux résidents attirés par le dynamisme économique de la métropole en 2006 qui s’installeraient près du centre, du moins dans un premier temps, repoussant ainsi les personnes âgées dans des secteurs situés plus loin du centre. Elle pourrait aussi être imputable au « vieillissement sur place » dans des quartiers de banlieue urbanisés durant les décennies 1960 et 1970.

Figure 5. Profils ségrégatifs de la population âgée dans les huit plus grandes RMR canadiennes en 2006

Figure 5. Profils ségrégatifs de la population âgée dans les huit plus grandes RMR canadiennes en 2006

32Le second type est formé des trois plus grandes métropoles canadiennes : Montréal, Toronto et Vancouver. En 2006, ces trois villes présentent globalement les indices de ségrégation les plus faibles des huit métropoles. Vancouver se distingue toutefois de Montréal et Toronto par des indices encore plus faibles, surtout en ce qui a trait aux dimensions de l’égalité et de l’exposition. La centralisation de la population de 65 ans et plus demeure plus forte à Toronto qu’à Montréal et Vancouver. Une offre généreuse de petits logements locatifs dans des tours au centre de Toronto pourrait expliquer cet état de fait. Du côté montréalais, la gentrification de plusieurs quartiers centraux a certainement contribué à leur rajeunissement (van Criekingen, Decroly, 2003). À Vancouver, deux phénomènes pourraient expliquer la plus faible centralisation de la population âgée (la 2e plus faible parmi les huit RMR) : d’une part, les importantes contraintes physiques (relief montagneux et océan) et urbanistiques qui limitent un fort étalement urbain (Hutton, 2011) pourraient contribuer à une moins forte séparation des ménages sur une base générationnelle. D’autre part, la pression immobilière se traduit par des coûts très élevés du sol et de l’habitat dans la ville-centre. Ne pouvant payer les coûts de logement élevés qui y sont demandés, les aînés sont nombreux à choisir de vivre ailleurs, notamment dans les autres pôles régionaux ou municipaux de la métropole qui offrent une mixité de types de logements et de bonnes conditions d’accessibilité en transport en commun et à pied (Hutton, 2011).

33Le troisième type de RMR est composé des RMR d’Edmonton, Ottawa et Winnipeg. Ces trois RMR, capitales fédérale ou provinciales, affichent des valeurs élevées ou moyennes sur les cinq indices, les plaçant parmi les RMR les plus ségréguées en 2006. Au sein de ce groupe, Winnipeg affiche néanmoins des valeurs d’indices d’égalité et d’exposition plus faibles qu’Ottawa et Edmonton, avec des valeurs se situant au niveau des moyennes pour les huit métropoles. Sur la base des indices, on peut tracer le portrait suivant de Winnipeg : sa population âgée est concentrée au centre, dans des unités spatiales assez rapprochées, mais ce patron diffère peu de celui de la population totale comme l’indique la valeur prise par l’indice de ségrégation. Les deux autres métropoles, Edmonton et Ottawa affichent des valeurs pour les cinq indices qui dépassent toujours les moyennes calculées pour les huit métropoles.

34Le quatrième et dernier type est composé uniquement de la RMR de Québec qui est de loin la RMR où la population âgée est la plus ségréguée en 2006. Elle affiche en effet les valeurs d’indices d’égalité, d’exposition et de centralisation les plus élevées des huit RMR. En 2006, Québec constitue la RMR la plus vieille avec 14,5 % de personnes de 65 ans et plus dans sa population totale. La faiblesse du marché de l’emploi durant les années 1990 pourrait expliquer le départ des jeunes laissant sur place une importante population d’aînés (Gower, 1996). En effet, de 1981 à 2006, sa population âgée faisait plus que doubler alors que sa population totale n’augmentait que de 20 %. Cette augmentation des aînés s’est faite notamment au centre de l’agglomération, Québec affichant en 2006 les indices de centralisation et d’agrégation les plus élevés des huit métropoles.

Quelques hypothèses sur les facteurs à L’œuvre

35Comment expliquer la concentration des aînés dans les quartiers anciens et centraux des huit métropoles en 1981 et leur plus grande dispersion sur le territoire en 2006 ? Les deux grands types d’explications présentés plus haut nous paraissent encore pertinents, soit celui qui fait référence aux dynamiques à l’œuvre dans le marché résidentiel en lien avec les revenus des ménages et celui qui s’intéresse à la mobilité différentielle des ménages en fonction de l’âge. La concentration plus forte des aînés en 1981 résulte, selon notre analyse, de la conjugaison de trois facteurs. Il pourrait s’agir, d’une part, du vieillissement sur place de nombreux adultes résidant dans ces quartiers et qui ont continué d’y vivre durant leur vieillesse alors que les jeunes familles étaient très nombreuses à les quitter. Deuxièmement, la pauvreté relativement généralisée des personnes âgées dans les années 1970 et au début des années 1980 a contraint de nombreux aînés à résider dans les quartiers centraux modestes offrant de petits logements exigeant de faibles loyers dans un tissu résidentiel dense ; cette pauvreté étant attribuable à l’absence ou à la faiblesse des prestations des régimes de pensions privés, associée au fait que de nombreuses femmes n’avaient pas accès à ces régimes de pension. Enfin, la grande homogénéité fonctionnelle et la très faible densité de nombreuses municipalités de la banlieue, surtout celles de la deuxième couronne, offraient des environnements très peu accueillants pour les personnes âgées. Selon R. M. Vanderbeck (2007) et G. Laws (1993), la production d’un certain type de cadre bâti comme la banlieue monofonctionnelle et de faible densité contribue à la ségrégation des aînés, car elle est destinée à des ménages qui sont à un moment précis de leur parcours de vie : ils ont des enfants, possèdent une ou plusieurs automobiles et ont un bon niveau de revenu. Les personnes âgées sont les bienvenues tant et aussi longtemps qu’elles sont autonomes, capables de défrayer les coûts de ce type de logement et de l’entretenir, et qu’elles sont motorisées.

36Si ces trois facteurs conjugués ont contribué à créer des concentrations de personnes âgées dans les quartiers centraux durant les premières décennies de la seconde moitié du XXe siècle, plusieurs changements sont intervenus depuis les années 1980. D’abord, de nombreux quartiers centraux ont connu un processus de gentrification qui correspond à l’arrivée de ménages plus jeunes (Bourne, 1993 ; Walks, Maaranen, 2008). Par ailleurs, l’offre de logements en banlieue s’est diversifiée avec la construction de vastes ensembles locatifs ou de copropriétés susceptibles d’accueillir les aînés désireux de quitter leur maison unifamiliale en banlieue et qui ne souhaitent pas habiter dans les quartiers centraux. Enfin, la population de personnes âgées est constituée d’aînés présentant des caractéristiques qui sont plus hétérogènes que les générations précédentes, ce qui se reflète dans leurs modes de vie (Rosenberg, Everitt, 2001, p 134). Ces changements conjugués ont conduit à la modification sensible des patrons de localisation des personnes âgées observés dans les métropoles canadiennes de 1981 à 2006.

37De nombreuses études ont en effet montré que plusieurs quartiers anciens et centraux des métropoles canadiennes ont connu un processus de gentrification qui s’est amorcé dès les années 1970 puis s’est affirmé à partir des années 1980 (Bourne, 1993 ; Clark, 1987 ; Filion, 1987 ; Ley, 1986 ; Walks, Maaranen, 2008). Alors qu’antérieurement, soit durant les années 1950 à 1970, les jeunes ménages ont été très nombreux à quitter les quartiers centraux (ce qui correspond à la residual thesis de P. Frantz et al., 1989), la gentrification a nourri un mouvement inverse qui a pu conduire à l’éviction d’aînés au revenu modeste (displacement thesis) (Newman, Wyly, 2006) ou encore au non-remplacement de ces derniers lors du décès des plus vieux : le déplacement contraint et le « dying in place » contribuant au rajeunissement de certaines zones (Graff, Wiseman, 1978, p 387). Ceci expliquerait la sous-représentation des aînés dans de nombreux quartiers du centre des métropoles en 2006 (voir figures 3.a à 3.c).

38Un autre facteur a pu contribuer à la dispersion des aînés dans des zones où ils étaient peu présents antérieurement. Depuis plusieurs décennies, la longévité des personnes âgées s’est accrue, entraînant une augmentation de la population très âgée (Rosenberg, Everitt, 2001, p 124). Parallèlement, une offre spécialisée de logements destinés aux aînés s’est développée depuis 15 ans (McHugh, 2003 ; Rosenberg, Everitt, 2001 ; Warnes, 1994). Au Canada (tous territoires confondus), la Société canadienne d’hypothèques et de logement estimait en 2009 à 176 845 personnes le nombre d’aînés hébergés dans une résidence pour personnes âgées. L’étude de G. B. Hall et al. (1986, citée dans S. Golant, 1989, p 103) sur Auckland (Nouvelle-Zélande) a identifié des concentrations importantes de personnes âgées dans les zones côtières, en raison du vieillissement sur place, mais aussi de la migration vers des ensembles résidentiels pour retraités. Dès la fin de la décennie 1970, F. C. Pampel et H. M. Choldin (1978, p 1123) faisaient remarquer que la construction de logements spécialisés pour les aînés et la migration pour se rapprocher du lieu de résidence des enfants habitant en banlieue conduisaient à la dispersion des personnes âgées.

39Un autre facteur intervient dans les changements de la géographie résidentielle des personnes âgées : l’hétérogénéité grandissante de cette population évoquée dès la fin des années 1970 (Pampel, Choldin, 1978 ; Warnes, 1994 ; Wiseman, Roseman, 1979). De nos jours, les revenus des aînés affichent une plus grande variété et la pauvreté se fait nettement moins présente (Ross et al., 2000). Selon L. Osberg (2001, p 156), le taux de pauvreté après taxes et transferts chez les ménages dont la personne de référence est âgée de 65 ans ou plus, est passé de 28,4 % en 1973 à 5,4 % en 1997. K. Milligan (2008), en se basant sur un autre indicateur de pauvreté du revenu, arrive à un constat similaire pour les années 1970 et 1980. A. M. Warnes (1994, p 800) de son côté attire l’attention sur le fait que les cohortes de personnes âgées se succèdent, mais qu’elles se transforment sur plusieurs plans : celui des profils professionnels et scolaires, des préférences et des parcours résidentiels à l’âge adulte. Cette hétérogénéité accrue au sein des aînés devrait mener à une plus grande variété de leurs choix résidentiels et conséquemment à une moindre ségrégation dans l’espace. On observe parallèlement des mutations dans leurs pratiques de consommation avec une marchandisation (commodification) accrue des tâches réalisées autrefois au foyer par ses occupants (travail domestique, travaux d’entretien de la résidence), à mesure qu’ils avancent en âge (Warnes, 1994). Ce recours accru au marché permettrait, à tout le moins aux ménages âgés plus fortunés, de vivre plus longuement dans leur résidence unifamiliale de banlieue, même avec des capacités physiques limitées.

Conclusion

40Nos résultats démontrent clairement que la ségrégation résidentielle des personnes âgées est un phénomène moins marqué en 2006 qu’en 1981 dans les huit plus grandes métropoles canadiennes. Quelle que soit la dimension de la ségrégation analysée – l’égalité, l’exposition, la centralisation, la concentration et l’agrégation spatiale – les valeurs des indices diminuent (sauf quelques exceptions avec des indices demeurant presque stables) traduisant ainsi une évolution de la répartition des personnes âgées qui se rapproche davantage de celle de la population totale en 2006 qu’en 1981. L’évolution n’est toutefois pas la même dans toutes les métropoles canadiennes, certaines connaissent une diminution de la ségrégation relativement faible, comme c’est le cas de Québec, alors que dans d’autres, elle est plus marquée, comme à Vancouver.

41L’examen des cartes des quotients de localisation de 1981 à 2006 pour Montréal, Toronto et Vancouver révèle un patron d’évolution commun à ces métropoles : le « rajeunissement » des quartiers centraux, le vieillissement des zones de la première couronne (inner suburbs) et une faible présence de la population âgée dans les couronnes plus éloignées. Cette diminution de la ségrégation de 1981 à 2006 peut être attribuée à des facteurs qui se rapportent tant aux personnes âgées qu’au tissu résidentiel. En effet, l’évolution des caractéristiques des personnes âgées, notamment l’hétérogénéité grandissante de leurs profils sociodémographiques, la réduction de la pauvreté au sein de ce groupe et l’histoire résidentielle des aînés avant la retraite peuvent expliquer, partiellement du moins, les transformations de la géographie résidentielle de ce groupe. Parallèlement, la transformation des milieux résidentiels métropolitains constitue un facteur qu’on ne peut ignorer, notamment la gentrification qui s’est opérée dans de nombreux quartiers centraux des métropoles canadiennes. Les municipalités de la première couronne des métropoles ont aussi connu diverses mutations : des secteurs se sont densifiés, permettant une offre plus diversifiée de produits résidentiels et davantage de services et commerces, ou encore d’autres se sont appauvris, conduisant à une baisse du coût des logements (Ades et al., 2012). Enfin, on a vu se développer une offre grandissante de logements dans des complexes résidentiels réservés aux aînés dans plusieurs villes de la banlieue.

42Les constats dégagés par l’étude nous conduisent à formuler la question suivante. Peut-on conclure, à la lumière de ces évolutions, que les municipalités situées à la périphérie des métropoles (2e et 3e couronnes) connaîtront à leur tour un vieillissement marqué ? Peut-on plutôt penser que ce type de milieu, en raison d’une offre de logements de très faible densité (maisons unifamiliales sur de grands terrains) et de la grande dispersion des services ou encore de leur regroupement dans de vastes centres commerciaux accessibles presque exclusivement en automobile, se révélera peu propice au vieillissement sur place d’une part sensible de sa population devenue trop âgée pour tenir maison et/ou conduire ? Il est vrai que l’offre de vastes complexes résidentiels destinés à une clientèle vieillissante en périphérie et qui incorporent dans leurs murs un bon éventail de services de proximité permettrait aux aînés de rester dans ces secteurs mal desservis en services publics et privés. Mais à quel point cette offre spécialisée pourra-t-elle combler une demande aussi forte que celle prévue par les projections démographiques qui estiment que les aînés formeront autour de 20 à 25 % des résidents des métropoles ? Observera-t-on plutôt un certain repli vers les zones de la proche banlieue ou vers certains quartiers centraux moins convoités, surtout pour les aînés qui ne pourraient défrayer les loyers élevés demandés dans les complexes résidentiels qui leur sont destinés ?

Cette recherche a bénéficié du support financier du CRSHC. Les auteurs tiennent à remercier les évaluateurs pour leurs suggestions et commentaires judicieux.

Haut de page

Bibliographie

Ades J., Apparicio P., Séguin A.-M., 2012, « Are new patterns of low-income distribution emerging in Canadian metropolitan areas? », The Canadian Geographer / Le Géographe canadien, vol. 56, No 3, 339-361.

Apparicio P., 2000, « Les indices de ségrégation résidentielle : un outil intégré dans un système d’information géographique », Cybergeo : http://cybergeo.revues.org, No 134.

Apparicio P., Petkevitch V., Charron M., 2008, « La diversité montréalaise à l’épreuve de la ségrégation : pluralisme et insertion résidentielle des immigrants », Revue de l’intégration et de la migration internationale / Journal of International Migration and Integration, vol. 8, No 1, 63-87.

Apparicio P., Petkevitch V., Charron M., 2008, « Segregation analyzer: A C#.Net application for calculating residential segregation indices », Cybergeo: http://cybergeo.revues.org, No 414.

Bélanger A., Martel L., Caron-Malenfant E., 2005, Projections démographiques pour le Canada, les provinces et les territoires, 2005-2031, Ottawa, Statistique Canada, Division de la démographie, No 91-520-XIF au catalogue.

Bell W. ,1954, « A probability model for the measurement of ecological segregation ». Social Forces, vol. 32, No 4, 357-364.

Bourne L. S., 1993, « Close together and worlds apart: An analysis of changes », Urban Studies, vol. 30, No 8, 1293-1318.

Bourne L. S., 1993, « The myth and reality of gentrification: A commentary on emerging urban forms », Urban Studies, vol. 30, No 1, 183-189.

Chevan A., 1982, « Age, housing choice, and neighborhood age structure », The American Journal of Sociology, vol. 87, No 5, 1133-1149.

Clark W.A.V, 1987, « The Roepke lecture in economic geography, urban restructuring from a demographic perspective », Economic Geography, vol. 63, No 2, 103-125.

Coulson M.R.C., 1968, « The distribution of population age structures in Kansas City », Annals of the Association of American Geographers, vol. 58, No 1, 155-176.

Cowgill D.O., 1978, « Residential segregation by age in American metropolitan areas », Journal of Gerontology, vol. 33, No 3, 446-453.

Dansereau F., L’Écuyer. D., 1987, Réanimation, reconquête, conversion. Revue de la littérature et bibliographie sélective annotée, Montréal, INRS-Urbanisation.

Després C., Lord S., 2002, « Vieillir en banlieue », in Fortin A., Després C., Vachon G. (dir.), La banlieue revisitée, Québec, Éditions Nota Bene, 233-256.

Dumont G.-F., 2006, « Tendances et perspectives de la gérontocroissance urbaine », Les annales de la recherche urbaine, vol. 100, 38-42.

Duncan O. D., Duncan B., 1955a, « A methodological analysis of segregation indexes ». American Sociological Review, vol. 20, 210-217.

Duncan O. D., Duncan B., 1955b, « Residential distribution and occupational stratification ». American Journal of Sociology, vol. 60, 493-503.

Everritt B. S., Landau S., Leese M., 2001, Cluster Analysis, London, Edward Arnold.

Filion P., 1987, « Concepts of the inner city and recent trends in Canada », Canadian Geographer, vol. 31, No 3, 223-232.

Fitzpatrick K.M., Logan J.R., 1985, « The aging of suburbs », American Sociological Review, vol. 50, No 1, 106-117.

Franz P., Ueltzen W., Vaskovics L., 1989, « Residential segregation of the elderly in West-German cities », Journal of Housing and Environmental Research, vol. 4, No 4, 371-382.

Garat I., Vernicos S., 2006, « Ville des jeunes, ville des vieux », Les annales de la recherche urbaine, vol. 100, 43-50.

Ghékière J.-F, 2006, « La distribution des âges dans la ville », Les annales de la recherche urbaine, vol. 100, 7-13.

Golant S., 1972, The Residential and Spatial Behaviour of the Elderly: A Canadian Example. Chicago, The University of Chicago Press, Department of Geography, 226 p.

Golant S., 1986, « The suitability of old people’s residential environments: Insights from the geographic literature », Urban Geography, vol. 7, No 5, 437-447.

Golant S., 1989, « The residential moves, housing locations, and travel behavior of older people: Inquiries by geographers », Urban Geography, vol. 10, No 1, 100-108.

Golant S., 1992, « The suburbanization of the American elderly », in Rogers A. (éd.), Elderly Migration and Population Redistribution, London, Bellhaven Press, 163-80.

Gower D., 1996, « Mosaïque canadienne du chômage dans les années 90”, Perspective, printemps, Statistique Canada – No 75-001-XPF au catalogue.

Graff T.O., Wiseman R.F., 1978, « Changing concentrations of older Americans », Geographical Review, vol. 68, No 4, 379-393.

Hall G.B., Roseman C., Joseph A.E., 1986, « The changing geography of elderly in metropolitan Auckland: Process and policy implications », New Zealand Geographer, vol. 42, 45-56.

Hamnett C., 1984, « Gentrification and residential location theory: A review and assessment », in Herbert D. T., Johnston R.J. (dir.), Geography and Urban Environment: Progress in Research and Applications, Londres, Wiley and Sons, 283-319.

Hutton T.A., 2011, « Thinking metropolis: From the ‘livable region’ to the ‘sustainable metropolis’ in Vancouver », International Planning Studies, vol. 16, No 3, 237-255.

Isard W., 1960, Methods of regional analysis: An introduction to regional science. The MIT Press, Cambridge.

Kennedy J. M., De Jong G.F., 1977, « Aged in cities : Residential segregation in 10 USA central cities », Journal of Gerontology, vol. 32, No 1, 97-102.

LaGory M., Ward R., Juravich T.,1980, « The age segregation process. Explanation for American cities », Urban Affairs Quarterly, vol. 16, 59-80.

Laws G., 1993, « The land of old age : Society’s changing attitudes toward urban built environments for elderly people », Annals of the Association of American Geographers, vol. 83, No 4, 672-693.

Ley D., 1986, « Alternative explanations for inner-city gentrification : A Canadian assessment », Annals of the Association of American Geographers, vol. 76, No 4, 521-535.

Massey D.S., Denton N.A., 1989, « Hypersegregation in U.S. metropolitan areas : Black and Hispanic segregation along five dimensions », Demography, vol. 26, No 3, 373-391.

Massey D.S., Denton N.A., 1988, « The dimensions of residential segregation », Social Forces, vol. 67, 281-315.

Massey D.S., 1980, « Residential segregation and spatial distribution of a non-labor force population : The needy elderly and disabled », Economic Geography, vol. 56, No 3, 190-200.

McHugh K.E, 2003, « Three faces of ageism : Society, image and place », Ageing and society, vol. 23, 165-185.

Milligan K, 2008, « The evolution of elderly poverty in Canada », Canadian Public Policy, vol. 34, No 4, 79-94.

Moore E.G., McGuinness D.L., 1997, « Adjustments of the elderly to declining health : Residential moves and social support », Canadian Studies in Population, vol. 24, No 2, 163-187.

Newman K., Wyly E.K., 2006, « The right to stay put, revisited : Gentrification and resistance to displacement in New York City, Urban Studies, vol. 43, No 1, 23-57.

Okraku I.O., 1987, »Age residential segregation in Canadian cities« . Canadian Review of Sociology and Anthropology, vol. 24, No 3, 431-452.

Ormrod R.K., 1986a, »The dynamics of elderly population redistribution: The California example« , The Social Science Journal, vol. 23, 135-147.

Ormrod R.K., 1986b, »Recent intrastate net migration flows of the elderly in California« , The California Geographer, vol. 26, 45-57.

Osberg L., 2001, »Poverty among Senior Citizens: A Canadian Success Story« , in Grady P., Sharpe A. (dir.), The State of Economics in Canada : Festschrift in Honour of David Slater, Ottawa : Center for the Study of Living Standards and John Deutsch Institute, 151-180.

Pampel F. C., Choldin H.M., 1978, »Urban location and segregation of the aged: A block level analysis« , Social Forces, vol. 56, 1121-1139.

Rosenberg M., Everitt J., 2001, »Planning for aging populations: Inside or outside the walls« , Progress in Planning, vol. 56, 119-168.

Rosenberg M.W., Moore E.G., 1997, »The health of Canada’s elderly population: Current status and future implications« , Canadian Medical Association Journal, vol. 157, No 8, 1025-1032.

Ross D.P., Scott K., Smith P., 2000, Données de base sur la pauvreté au Canada, Ottawa, Conseil canadien de développement social.

Sanders L., 1989, L’analyse statistique des données en géographie. Montpellier, Alidade-RECLUS.

Schwabe M., 2007, »La ségrégation résidentielle dans les plus grandes villes françaises (1968-1999) : quel modèle urbain ?« , Cybergeo : http://cybergeo.revues.org, No 398.

Séguin A.-M., Apparicio P., 2004, »Évolution de la distribution spatiale de la population âgée dans la région métropolitaine montréalaise entre 1981 et 2001 : constat et enjeux pour les municipalités« , Revue canadienne des sciences régionales, vol. 27, no 1, 79-98.

Smith G.C., 1998, »Change in elderly residential segregation in Canadian metropolitan areas, 1981-91« , Canadian Journal on Aging, vol. 17, No 1, 59-82.

Société canadienne d’hypothèques et de logement, 2007, Perspectives du marché de l’habitation. RMR de Calgary, Deuxième trimestre, Ottawa.

Société canadienne d’hypothèques et de logement, 2009, Rapport sur les résidences pour personnes âgées. Faits saillants – Canada, Ottawa.

Statistique Canada, 2007, Estimations démographiques annuelles : régions métropolitaines de recensement, régions économiques et divisions de recensement, âge et sexe, 2001 à 2006, No 91-214-XIF au catalogue, Ottawa.

Statistique Canada, 2006, Estimations démographiques annuelles : Canada, provinces et territoires, 2005-2006, No 91-215-XIF au catalogue, Ottawa.

Stearns L.B., Logan J. R., 1986, »Measuring trends in segregation: Three dimensions, three measures« , Urban Affairs Quarterly, vol. 22, No 1, 124-150.

Van Criekingen M., Decroly J.-M., 2003. »Revisiting the diversity of gentrification : Neighbourhood renewal processes in Brussels and Montreal”, Urban Studies, vol. 40, No 12, 2451-2468.

Vanderbeck R.M., 2007, « Intergenerational geographies : Age relations, segregation, and reengagements », Geography Compass, vol. 1, No 2, 200-221.

Walks A. R., Maaranen, R., 2008. « Gentrification, social mix and social polarization : Testing the linkages in large Canadian cities », Urban Geography, vol. 29, No 4, 293-326.

Ward R.A., LaGory M., Sherman S.R., 1985, « Neighborhood and network age concentration : Does age homogeneity matter for older people ? », Social Psychology Quarterly vol. 48, No 2, 138-149.

Warnes A.M., 1994, « Cities and elderly people : Recent population and distributional trends », Urban Studies vol. 31, No 4-5, 799-816.

Wiseman R.F., Roseman C.C., 1979, « A typology of elderly migration based on the decision making process », Economic Geography, vol. 55, 324-337.

White M. J., 1986, « Segregation and diversity : Measures in population distribution », Population index, vol. 52, No 2, 198-221.

Haut de page

Annexe

  

Les indices de ségrégation retenus

Indice de ségrégation (dimension de l’égalité)

L’indice de ségrégation (1) de Duncan et Duncan (1955a, 1955b) varie de 0 à 1, valeurs qui correspondent respectivement à une distribution parfaitement égale à travers les unités spatiales et à une distribution ségrégative maximale. La valeur de l’indice exprime la proportion du groupe qui devrait déménager afin d’obtenir une distribution parfaite à travers l’ensemble des entités spatiales.

[1]

n =

nombre d’unités spatiales dans la région métropolitaine.

T =

population totale dans la région métropolitaine.

ti =

population totale dans l’entité spatiale i.

X =

population totale du groupe X dans la région métropolitaine.

Xi =

population du groupe X dans l’entité spatiale i.

Indice d’isolement ajusté (Bell, 1954 ; dimension de l’isolement)

L’indice d’isolement (xPx) varie de 0 à 1 et mesure la probabilité qu’un membre d’un groupe partage la même unité spatiale avec un membre de son propre groupe (Bell, 1954 ; White, 1986). En guise d’exemple, une valeur de 0,3 signifie qu’en moyenne, pour une personne appartenant au groupe X, trois personnes sur 10 appartiennent aussi au groupe X dans son unité spatiale de résidence. L’indice d’isolement (xPx) peut être ajusté avec la proportion du groupe dans l’unité spatiale afin d’éviter les effets de la composition de la population sur xPx, soit Eta2 proposé par Bell (1954) (2).

[2]

n =

nombre d’unités spatiales dans la région métropolitaine.

T =

population totale dans la région métropolitaine.

ti =

population totale dans l’unité spatiale i.

X =

population totale du groupe X dans la région métropolitaine.

Xi =

population du groupe X dans l’entité spatiale i.

Indice de concentration absolue (Massey et Denton, 1988 ; dimension de la concentration)

L’indice de concentration absolue (3) correspond au calcul de l’aire totale habitée par le groupe X et compare ce chiffre avec le minimum et le maximum d’unités spatiales où pourraient résider les membres du groupe dans les cas de concentrations maximales et minimales. Le numérateur de l’équation représente la différence entre la superficie moyenne habitée par les membres du groupe X et la superficie moyenne où pourrait résider le groupe dans des conditions de concentration spatiale maximale (si tous les membres du groupe X vivaient dans les plus petites unités spatiales). Quant au dénominateur, il exprime la différence entre une situation de concentration spatiale minimale (superficie moyenne lorsque tous les membres du groupe X vivent dans les plus grandes unités spatiales) et une situation de concentration spatiale maximale (superficie moyenne lorsque tous les membres du groupe X vivent dans les plus petites unités spatiales). L’indice varie de 0 à 1, valeurs qui correspondent respectivement à une concentration minimale (localisation résidentielle des membres du groupe X dans les unités spatiales les plus grandes de la ville) et à concentration maximale (localisation résidentielle des membres du groupe X dans les unités spatiales les plus petites de la ville).

Ai =

Aire de l’unité spatiale i.

[3]

n =

nombre d’entités spatiales dans la région métropolitaine ; les unités spatiales sont triées selon la superficie par ordre croissant.

n1 =

Rang de l’entité spatiale quand la somme cumulée de ti est égale à X (de 1 vers n1).

n2 =

Rang de l’entité spatiale quand la somme cumulée de ti est égale à X (de n vers n2).

T1 =

Population totale dans les unités spatiales de 1 à n.

T2 =

Population totale dans les unités spatiales de n2 à n.

T =

population totale dans la région métropolitaine.

X =

population totale du groupe X dans la région métropolitaine.

ti =

population totale dans l’unité spatiale i.

xi =

population du groupe X dans l’unité spatiale i.

Indice de regroupement absolu (dimension de l’agrégation spatiale)

Pour mesurer la proximité moyenne des membres d’un groupe exprimée en kilomètres, il est possible d’utiliser l’indice de White (1986). Pour ce faire, il faut utiliser une matrice de distance, soit dij, soit exp(-dij). Plus la valeur de l’indice est faible plus le groupe est agrégé spatialement. À l’inverse, plus sa valeur est forte, plus il est dispersé spatialement.

[4]

n =

nombre d’unités spatiales dans la région métropolitaine.

dij =

distance euclidienne en kilomètres entre les centroïdes des unités spatiales i et j.

xi =

population du groupe X dans l’unité spatiale i.

xj =

population du groupe X dans l’unité spatiale j.

Variant de -1 à 1, il est négatif lorsque les membres du groupe ont tendance à résider loin du centre-ville et positif quand les membres ont tendance à habiter près du centre-ville. Une valeur de 0 signifie que le groupe est parfaitement distribué à travers la ville.

[5]

=

nombre d’unités spatiales dans la région métropolitaine ; les unités spatiales sont triées selon la distance les séparant du centre-ville.

Xi =

Proportion cumulée du groupe X dans l’unité spatiale i (de 1 à i).

Si =

Proportion cumulée de la superficie de l’unité spatiale i (de 1 à i).

Quotient de localisation

Le quotient de localisation proposé par Walter Isard (1960) permet de repérer les zones de surreprésentation et de sous-représentation d’un groupe dans la ville. Il représente simplement le rapport entre la proportion du groupe dans l’unité spatiale et celle du groupe dans la région métropolitaine. Si QL est supérieur à 1, le groupe est surreprésenté dans l’unité spatiale et inversement s’il est inférieur à 1. Pour une valeur 1, cela signifie que la proportion du groupe X dans l’unité spatiale est égale à celle de l’ensemble de la région métropolitaine.

[6]

T =

population totale dans la région métropolitaine.

ti =

population totale dans l’unité spatiale i.

X =

population totale du groupe X dans la région métropolitaine.

xi =

population du groupe X dans l’unité spatiale i.

  

Haut de page

Notes

1 Un secteur de recensement regroupe en moyenne 5000 habitants.

2 À nos yeux, il est préférable de conserver une délimitation identique de chaque région métropolitaine au fil du temps. En effet, faire varier la délimitation pourrait avoir une incidence sur les valeurs des indices : comment s’assurer que les variations des indices ne soient pas dues tout simplement aux changements de délimitation des métropoles entre 1981 et 2006, et non à des changements importants dans la répartition des aînés ? Notons toutefois que pour vérifier l’impact du choix du périmètre de 1981, nous avons calculé les indices de ségrégation résidentielle sans retenir le découpage de 1981, et donc en faisant varier la délimitation des régions métropolitaines. Nous avons observé les mêmes tendances évolutives des indices de ségrégation.

3 Rappelons, comme mentionné dans la section méthodologique, que l’ensemble des calculs sont réalisés sur une délimitation géographique commune pour les six années de recensement, qui correspond au territoire de la région métropolitaine de recensement (RMR) tel que défini en 1981.

4 Rappelons que si une zone affiche un quotient ayant la valeur de 1, cela signifie que sa proportion de personnes âgées est la même que la proportion observée dans l’ensemble de la métropole. C’est donc dire qu’un quotient qui oscille entre 0,9 et 1,1 signifie que la proportion d’aînés se rapproche beaucoup de la proportion observée dans la métropole dans son ensemble.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Évolution des populations totale et de 65 ans et plus dans les huit plus grandes métropoles canadiennes, 1981-2006
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/25860/img-1.png
Fichier image/png, 187k
Titre Figure 2. Évolution des indices de ségrégation résidentielle pour la population de 65 ans et plus dans les huit plus grandes métropoles canadiennes, 1981-2006
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/25860/img-2.png
Fichier image/png, 482k
Titre Figure 3.a Concentration spatiale de la population de 65 ans et plus à Montréal, 1981-2006
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/25860/img-3.png
Fichier image/png, 1,1M
Titre Figure 3b Concentration spatiale de la population de 65 ans et plus à Toronto, 1981-2006
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/25860/img-4.png
Fichier image/png, 787k
Titre Figure 3.c Concentration spatiale de la population de 65 ans et plus à Vancouver, 1981-2006
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/25860/img-5.png
Fichier image/png, 614k
Titre Figure 4. Variation des quotients de localisation des personnes âgées, 1981-2006
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/25860/img-6.png
Fichier image/png, 424k
Titre Figure 5. Profils ségrégatifs de la population âgée dans les huit plus grandes RMR canadiennes en 2006
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/25860/img-7.png
Fichier image/png, 186k
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/25860/img-8.png
Fichier image/png, 1,8k
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/25860/img-9.png
Fichier image/png, 2,6k
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/25860/img-10.png
Fichier image/png, 3,6k
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/25860/img-11.png
Fichier image/png, 1,8k
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/25860/img-12.png
Fichier image/png, 1,9k
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/25860/img-13.png
Fichier image/png, 1,3k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne-Marie Séguin, Philippe Apparicio et Paula Negron, « La répartition de la population âgée dans huit métropoles canadiennes de 1981 à 2006 : un groupe de moins en moins ségrégué », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Espace, Société, Territoire, document 639, mis en ligne le 11 avril 2013, consulté le 30 avril 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/25860 ; DOI : 10.4000/cybergeo.25860

Haut de page

Auteurs

Anne-Marie Séguin

Ph.D.
INRS Urbanisation Culture Société
385 rue Sherbrooke Est, Montréal (QC), Canada, H2X 1E3
anne-marie_seguin@ucs.inrs.ca

Articles du même auteur

Philippe Apparicio

Ph.D.
INRS Urbanisation Culture Société
385 rue Sherbrooke Est, Montréal (QC), Canada, H2X 1E3
Philippe_apparicio@ucs.inrs.ca

Articles du même auteur

Paula Negron

Ph.D.
Institut d’urbanisme, Université de Montréal
2940, chemin de la Côte-Sainte-Catherine, Montréal (QC), Canada, H3T 1B9
p.negron-poblete@umontreal.ca

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page