Navigation – Plan du site
2013
640

La ville américaine en classe de terminale, 1905-2004

American City in French school geography, 1905-2004
Marielle Wastable

Résumés

Cet article étudie le discours portant sur la ville aux États-Unis énoncé au XXe siècle par la géographie scolaire française en classe de terminale. Ce discours évolue selon la réalité du terrain américain bien sûr mais aussi en fonction d’une série de savoirs et d’images véhiculés par de multiples médias français (ouvrages universitaires de géographie, presse, littérature, cinéma, télévision, etc.) ainsi que du contexte politique dont l’influence peut être retracée. Sont sélectionnés dans ce travail quelques-uns des thèmes les plus révélateurs de chaque époque et de chaque contexte. Il apparaît que le regard scolaire sur ces villes est influencé par plusieurs références qui sont très présentes dans le discours français sur les villes françaises : la modernité, la ville tentaculaire, la remise en cause des métropoles et du déséquilibre de l’armature urbaine ou encore la méfiance face aux grandes villes. Comme dans un jeu de miroirs, le rapport à la ville des États-Unis dans les manuels scolaires du XXe siècle est un témoignage de l’évolution du rapport de la société française à ses propres villes.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 « Un ensemble d’une ou plusieurs communes dont le territoire est partiellement ou totalement couver (...)
  • 2 Dans un rayon de 10 miles (16 km environ) autour d’une municipalité de plus de 200 000 habitants, l (...)
  • 3 Les Standard Metropolitan Areas (SMA), délimitées à partir de 1950, comprennent la ville centrale ( (...)
  • 4 L’aire urbaine est « un ensemble de communes, d’un seul tenant et sans enclave, constitué par un pô (...)

1Deux types de représentations antagonistes sont fréquemment associées aux États-Unis au cours du XXe siècle : c’est le pays des « grands espaces » et de la nature sauvage (wilderness), mais c’est aussi une civilisation urbaine et si la plus grande partie de son territoire est rurale, la population américaine est urbaine. Il faut tout de suite replacer ces éléments dans leur contexte géographique : le concept de ville n’est pas le même aux États-Unis qu’en France, il évolue au cours du XXe siècle et prend en compte très tôt la question de la polarisation des espaces (Bretagnolle, Giraud et Mathian, 2008). Ainsi, à la fin du XIXe siècle et jusqu’en 1910 la ville (city ou town) est définie par son espace administratif (une municipalité ou municipality) et sa population (8000 habitants jusqu’en 1910, puis 2000 habitants). Cette acception peut être rapprochée de celle développée à ce moment-là par les Statistiques Générales de la France, ancêtre de l’INSEE, qui considèrent comme ville toute zone agglomérée comprenant plus de 2000 habitants. Mais alors qu’il faut attendre 1962 en France pour voir apparaître la notion d’unité urbaine1, la question de la place des quartiers périphériques dans la ville et celle de la polarisation sont prises en compte dès 1910 aux États-Unis. Le Census Bureau (bureau du recensement américain) propose une approche de la ville qui comprend le centre mais aussi sa banlieue et délimite des districts métropolitains (Metropolitan Districts2). À partir de 1949 les villes sont définies en termes d’aires fonctionnelles (les Standard Metropolitan Areas ou SMA, les Standard Metropolitan Statistical Areas ou SMSA, les Metropolitan Statistical Areas ou MSA, les Micropolitan Areas3), ce qui ne sera effectué en France qu’à partir des années 1990 avec le Zonage en Aires Urbaines (ZAU4).

2Cet article étudiera le discours sur la ville aux États-Unis énoncé par la géographie scolaire française du XXe siècle. Dans les programmes et manuels scolaires français de ce siècle, l’échelle d’étude est celle des États, or, ces derniers sont analysés à travers le prisme de la puissance. Dans ce cadre, les études portant sur les grandes puissances privilégient les espaces considérés comme facteurs de cette puissance. Ceci explique le fait que, dans le réseau urbain des États-Unis, seules les grandes villes soient analysées. 

  • 5 Cette discipline est construite à l’intersection de trois domaines : 1- la géographie savante, qui (...)
  • 6 P. George contribua au manuel dirigé par A. Cholley en 1953 et publié chez Baillières, J. Soppelsa (...)

3J’émettrai l’hypothèse selon laquelle le discours de la géographie scolaire5 sur les villes des États-Unis évolue au cours du XXe siècle en fonction de la réalité du terrain bien sûr, mais aussi en fonction d’une série de savoirs et d’images véhiculés par de multiples médias (ouvrages universitaires de géographie, presse, littérature, cinéma, télévision, etc.) et en fonction du contexte politique français dont l’influence pourra être retracée. Bien que certains des auteurs ayant participé à des manuels scolaires de lycée soient spécialistes de géographie urbaine ou des États-Unis (Pierre George, Jacques Soppelsa ou Gérard Dorel par exemple6), une majorité d’entre eux sont des généralistes et n’ont eu à leur disposition qu’une série limitée de sources, disponibles en France, pour réaliser les chapitres dont ils avaient la charge. J’ai choisi de sélectionner et de présenter dans cet article quelques-unes des influences qui me sont apparues les plus révélatrices de chaque époque et de chaque contexte. Le lecteur ne devra donc pas rechercher dans ce travail une approche exhaustive de toutes les sources utilisées par les auteurs de manuels ni une étude de l’ensemble des représentations inhérentes à chaque période. L’analyse se concentre sur l’éclairage de certains points et permet de mieux comprendre comment s’élabore un discours scolaire sur un objet particulier, la ville américaine.

  • 7 Avant 1914, une photo est présente en moyenne toutes les 15 pages et certains manuels n’en proposen (...)

4Pour ce faire, j’ai étudié un échantillon de quarante-neuf manuels scolaires de géographie publiés entre 1906 et 2004, à chaque changement de programme (ces derniers sont très rares et les instructions sont très succinctes jusqu’en 1981), et chez chaque éditeur. Pour la période de lent renouvellement des programmes, c’est à dire jusqu’en 1981, j’ai sélectionné des dates de publication tous les dix ans. La forme de ces manuels évolue considérablement. De livres de lecture comportant peu d’illustrations au début du XXe siècle7, les manuels deviennent, à partir des années 1980, des cahiers multiples présentant le texte de cours sur la page de gauche et, sur la page de droite, les textes et illustrations qui servent de support à des exercices en classe. Les contraintes éditoriales deviennent de plus en plus importantes au fil du temps et les auteurs doivent se conformer à une structure qui se standardise et s’homogénéise à la fin du XXe siècle, tant sur la forme que sur le fond.

5Le choix de l’année de terminale s’explique par le fait que les États-Unis soient enseignés à ce niveau depuis 1905 (date de l’instauration de la géographie en classe de terminale). Cela permet une continuité dans les sources et l’accès à des manuels présentant des pages souvent très denses et nombreuses. Cela explique aussi le fait que je n’aie pas analysé un autre niveau du secondaire ni travaillé sur l’école élémentaire. La date de 2004, enfin, est celle de la publication des manuels après l’avant-dernière réforme des programmes. Au moment de l’écriture de cet article, les manuels rédigés pour répondre aux programmes de 2011 n’étaient pas encore publiés. Enfin, j’ai principalement étudié les textes, même si l’iconographie des manuels a été prise en compte. J’ai relevé les idées et représentations communes dans les manuels de mon échantillon puis cherché à en retracer l’origine. Ce travail est une sélection de quelques thèmes qui ont été inscrits dans un travail plus large et ont fait l’objet d’une thèse de doctorat.

Discours scolaire sur la ville et imaginaires urbains, 1905-années 1960

Un discours scolaire sous influence universitaire

6Au début du XXe siècle, plusieurs géographes français s’intéressent à la ville ; la monographie de Raoul Blanchard sur Grenoble (1911) ou les travaux de Paul Vidal de la Blache sur les villes régionales (1910) en témoignent. À cette période, les manuels sont écrits par des universitaires ou des inspecteurs qui transposent vers le scolaire quelques-uns des savoirs universitaires de l’époque.

7Ceci dit, jusque dans les années 1930, l’étude des villes américaines en terminale ne s’attache que très succinctement à la morphologie des villes. Prenons un exemple : en 1911, dans le manuel dans lequel il écrit la partie sur les États-Unis, Henri Hauser décrit le plan-type des villes (en damier), indique que les rues portent des numéros, que les villes occupent une grande surface (40 km de longueur pour Chicago par exemple) et que l’on y trouve des gratte-ciels. C’est à peu près tout. Pas de plan, peu d’images : en raison de leur coût d’impression, il faut choisir celles qui seront publiées. Par ailleurs, les villes qui sont présentées dans ces manuels sont les villes les plus peuplées et les villes industrielles (Paterson ville des rubans, Detroit celle de l’automobile, etc.).

  • 8 On peut lire : « Les villes jaillissent parfois du sol du jour au lendemain. Les Américains donnent (...)
  • 9 Hergé avait lu les Scènes de la vie future de Duhamel pour faire les recherches préliminaires à la (...)

8Malgré cela, une interrogation sur ce qu’est la ville commence à apparaître à travers le discours sur les villes-champignons, phénomène qui n’est néanmoins pas propre aux États-Unis (Lavedan, 1952). Ces villes sont-elles de véritables villes ? Sont-elles comparables aux villes européennes ? Qu’est-ce qui fait la ville : est-ce l’ensemble de sa population à un temps donné ou l’épaisseur de son histoire ? Un discours sur la rapide apparition puis quelquefois la prompte disparition de certaines d’entre elles se retrouve notamment chez P. Vidal de la Blache et Pierre Camena d’Almeida8. Bien qu’il ne soit pas représentatif de l’ensemble du fait urbain aux États-Unis à cette époque, ce phénomène marque profondément l’opinion publique française du premier tiers du XXe siècle, au point de se manifester plus tard dans la littérature générale (notamment dans les Scènes de la Vie future de Georges Duhamel, 1930) ou encore dans la bande dessinée (par exemple dans Tintin en Amérique, Hergé, 19329).

9À partir des années 1930, le nombre d’études urbaines croît nettement dans la géographie française ; on pense aux travaux d’Albert Demangeon sur Cleveland en 1927 ou sur Paris et sa Banlieue, en 1933. En 1936 paraît le tome XIII de la Géographie Universelle, qui porte sur l’Amérique septentrionale et est écrit par Henri Baulig. De plus, les expositions universelles de Chicago en 1933 ou de New York en 1939, qui sont relatées dans la presse française (le 21 juillet 1939, par exemple, Le Temps publie un numéro spécial consacré aux États-Unis) permettent aux Français de mieux connaître ce pays et ses villes. On trouve alors une analyse plus fine des villes américaines dans les manuels scolaires échantillonnés. De nouveaux outils ont fait leur apparition au lycée, tels que des cartes représentant la structure de la ville à l’échelle de son agglomération et des photos aériennes qui servent de support à une analyse morphologique de certains quartiers, notamment Downtown Manhattan, à New York.

10Si plusieurs grandes villes sont mentionnées (San Francisco, Washington, Detroit, La Nouvelle-Orléans, etc.) les auteurs des manuels analysent surtout New York et Chicago. Ce sont, en effet, les deux villes principales des États-Unis à cette époque. Durant près de quarante ans, ces auteurs présentent ces deux villes en suivant le plan universitaire que Marie-Claire Robic appellera en 2003 le « plan canonique d’étude urbaine », c’est-à-dire monographique. Il prend la forme suivante : histoire de leur fondation, description de leur site et de leur situation, de leur population, des différents types d’activités (commerciales, industrielles, etc.), description architecturale et quelquefois fonctionnelle des quartiers centraux et périphériques de l’agglomération, le tout étant quelquefois illustré par une ou deux photos et par une carte.

Figure 1 : Chicago

Figure 1 : Chicago

Cette carte est à l’échelle du centre de l’agglomération et montre la construction successive de la ville en auréoles à partir des berges du lac.

Gallouédec L. et Maurette F., 1932, p. 485

Figure 2 : Chicago ; son district urbain et industriel

Figure 2 : Chicago ; son district urbain et industriel

Cette carte présente l’agglomération de Chicago dans son ensemble. On voit l’emprise au sol de la ville-centre alors que les municipalités périphériques sont représentées par des points de tailles différentes, reliées au centre par des voies de communication. Bien que le modèle d’analyse urbaine de Burgess, repris en France en 1932 par le sociologue Maurice Halbwachs, ne soit pas encore utilisé dans les manuels scolaires de cette époque, ce plan, ainsi que celui présenté en figure 1 offrent une analyse géométrique de la ville de Chicago. Cela n’apparaît pas encore dans les études scolaires des autres villes des États-Unis.

Allix A., Leyritz A. et Merlier A., 1939, p. 421.

11La question de l’échelle de la ville est posée dès les années 1930 ; le raisonnement géographique scolaire ne se fait plus seulement à l’échelle de la ville-centre mais à celle de son agglomération. Par exemple, on peut lire dans le manuel dirigé par Georges Legaret (1930) que les grandes villes américaines forment des régions urbaines, c’est à dire des Metropolitan Districts selon la définition du census de 1910 :

« Les villes de plus de 500 000 habitants étaient 6 en 1890, 11 en 1920 et ces villes sont pour la plupart entourées dans un rayon de 16 km d’une banlieue populeuse, qui en fait de véritables régions urbaines. » (nous soulignons, p. 330)

  • 10 On pense notamment à l’article d’Albert Demangeon publié en 1927 dans les Annales de géographie et (...)

12Ce changement d’échelle peut s’expliquer par la combinaison de deux facteurs : le développement des banlieues aux États-Unis, bien sûr, mais aussi l’intérêt nouveau de certains géographes français pour la banlieue10.

13À partir des années 1950, on assiste à un nouveau développement des recherches en géographie urbaine en France (Robic, 1989). Néanmoins, les ouvrages universitaires phares de l’époque, ceux de Pierre George (1952) ou de Jacqueline Beaujeu-Garnier et Georges Chabot (1964) notamment, ne sont à ce moment-là que partiellement utilisés dans le secondaire. Ils sont principalement employés par leurs auteurs lorsqu’ils écrivent eux-mêmes des manuels scolaires. Ainsi, on retrouve dans le manuel dirigé par André Cholley une analyse de Chicago écrite par P. George lui-même dans laquelle le tissu urbain de cette ville est analysé selon les fonctions (espaces industriels, espaces résidentiels, etc.) et les catégories sociales des quartiers (quartiers ouvriers ou immigrés, quartiers riches).

Figure 3 : Plan de Chicago

Figure 3 : Plan de Chicago

Ce plan est une simplification de celui que l’on trouve dans l’ouvrage de P. George, La ville, le fait urbain à travers le monde (1952). Cette carte propose une distinction socio-spatiale des quartiers, ce qui est une nouveauté et reprend les analyses urbaines de Burgess.

(Cholley A., 1953)§

14Malgré l’évolution de la géographie urbaine universitaire dans les années 1950-60, plusieurs auteurs de manuels auront quelques réticences à renouveler leur approche. Est-ce lié au fait que le recrutement des auteurs se soit fait de plus en plus parmi des enseignants de lycée ou de classes préparatoires, plus éloignés de la recherche que leurs prédécesseurs (Wastable, 2011) ? Est-ce également dû au fait que certains éditeurs emploient les mêmes auteurs pour plusieurs rééditions d’un même manuel ? À l’exception de P. George, la totalité des auteurs des autres manuels de la même période conservent des méthodes proches de ce qui se faisait avant-guerre. Certains travaux de cartographie restent même très en retrait. Victor Prévôt, par exemple, qui écrit seul les manuels qu’il publie chez Belin, propose en 1961 une carte...géologique du site de la ville de New York tirée de la Géographie Universelle de H. Baulig mais aucune carte de la morphologie de la ville. De même, on retrouve dans le manuel dirigé par André Allix en 1961 des plans des villes de Chicago et de New York qui datent de la fin des années 1930, alors que ces villes ont bien changé en trente ans, tout comme la manière d’analyser l’espace urbain.

New York et ses gratte-ciels

15Pour les Français de la première moitié du XXe siècle, la ville aux États-Unis est l’incarnation de la modernité face à une France en reconstruction. Depuis Tocqueville, les États-Unis apparaissent en effet aux Européens comme une préfiguration de l’avenir, ou d’un avenir possible (Cohen et Damisch, 1993). Les gratte-ciels, les ascenseurs, l’air conditionné font partie des inventions qui symbolisent un confort urbain encore inaccessible en France. Ainsi, dans l’imaginaire de la première moitié du XXe siècle, ainsi que dans le discours géographique de terminale de cette époque, le type le plus habituel de la ville des États-Unis est New York et ses gratte-ciels (Portes, 1991). Bien que ces derniers soient peu nombreux à l’échelle des villes américaines, plusieurs auteurs de manuels de cette période les décrivent en ces mots :

« Constructions géantes à quinze ou vingt étages que les Américains nomment des égratigne-ciel » (Schrader et Gallouédec, 1906, p. 509), « maisons très hautes : 15, 20 à 40 étages, construites en fer et en briques et pourvues d’ascenseurs constamment en marche. » (Hauser, 1911, p. 495)

16L’influence de médias tels que le cinéma américain, exporté en France durant l’entre-deux-guerres, ne fait qu’amplifier la construction de cet imaginaire. Un film tel que King Kong, diffusé en France en 1933, grave à jamais la skyline de New York et la silhouette de l’Empire State Building dans l’esprit des spectateurs. Le cinéma américain est probablement à l’origine d’un grand nombre de représentations françaises de la ville américaine et notamment de New York car la télévision n’apparaîtra que plus tard dans les foyers. Cependant, en raison des difficultés à tourner dans la ville en extérieur, le New York présenté dans les films hollywoodiens est une ville reconstituée en studios et ce, jusqu’aux années 1960 (Body-Gendrot in Jousse T. et Paquot T., 2005). Elle est alors rendue plus attractive que nature, ce qui fausse les références et les imaginaires.

17Le développement de la photographie aérienne à partir des années 1930 et l’amélioration de l’impression de photos permettent la diffusion d’images présentant ces gratte-ciels dans les manuels scolaires, ils feront alors partie d’une iconographie habituelle et attendue. Cette évolution n’empêche pas de retrouver jusque dans les années 1960, un certain nombre d’écrits littéraires choisis, qui témoignent de la fascination suscitée par ces bâtiments. En 1961 par exemple, V. Prévôt emploie, dans le texte de son manuel, un extrait du New York de Paul Morand (1930) :

« Sans toits, couronnés de terrasses, ils [les gratte-ciels] semblent attendre des ballons rigides, des hélicoptères, les hommes ailés de l’avenir. Ancrés dans la chair vive du roc, descendant sous terre de quatre ou cinq étages, portant au plus profond d’eux-mêmes leurs organes essentiels, dynamos, chauffage central, rivetés au fer rouge, amarrés par des câbles souterrains, des poutrelles à grande hauteur d’âme, des pylônes d’acier, ils s’élèvent tout vibrants du ballant formidable des étages supérieurs ; la rage des tempêtes atlantiques en tord souvent le cadre d’acier, mais par la flexibilité de leur armature, par leur maigreur ascétique, ils résistent. » (p.77)

18De même, à la suite de la publication du livre « La forêt de ciment » de Joachim Paço D’arcos (1958), New York est décrite chez Paul Raison, René Oudin et Robert Fischer (1966) comme une « forêt de ciment ». Cette métaphore est reprise par Firmin Lentacker, Jean-Paul Moreau, Jacques Ozouf et Yves Pasquier, pour lesquels New-York est un espace dans lequel on trouve, au centre, une :

« Touffe de bâtiments élevés et serrés dans une mer où domine la verdure. » (1960, p. 52)

Métaphores animales : ruche et ville tentaculaire

19Géographes et visiteurs ont été marqués par la rapidité et la densité des transports urbains aux États-Unis et notamment à New York. En 1905 déjà, après son voyage en Amérique, P. Vidal de la Blache dépeint les transports new-yorkais. Il est impressionné par le réseau des « elevated », les chemins de fer aériens de New-York, et décrit à la fois les structures métalliques et le bruit permanent des transports dans la ville. Les auteurs de manuels reprennent un certain nombre d’idées communes à ce sujet. Pour H. Hauser (1911),

« On se préoccupe moins de la commodité que de la vitesse : c’est en Amérique surtout que le temps vaut de l’argent. »

Selon Fallex, Gibert et Mairey, (1932, p. 436) :

« L’animation (...) est bruyante et fiévreuse : partout des tramways électriques, des chemins de fer aériens et souterrains, de grandes gares, des ponts en câbles métalliques sur de larges fleuves ou sur des bras de mer. »

Dans certains manuels, les villes des États-Unis sont même comparées à des ruches ou à des fourmilières, comme dans ces deux extraits publiés à vingt-six ans d’intervalle :

  • 11 Le terme de « gratte-ciel » n’est devenu courant qu’à partir des années 1930. Auparavant, le mot sk (...)

« Peuplées de masses d’hommes affairés, dominés par des constructions géantes à quinze ou vingt étages que les Américains nomment des égratigne-ciel11, quelques-unes d’entre elles comptent parmi les fourmilières les plus actives du globe entier. » (Schrader et Gallouédec, 1906, p. 509)

« Le rail se construit hâtivement ; autour de la gare, on trace au cordeau le plan d’une ville, comme les alvéoles d’une ruche [...] en quelques semaines les alvéoles de la ruche sont remplies et bourdonnantes [...]. » (Gallouédec et Maurette, 1932)

20Si ces métaphores transparaissent ici, elles ne sont pas propres au discours scolaire ni à la géographie mais font partie d’un ensemble de représentations courantes durant la première partie du XXe siècle (Roger, 2002). En effet, le développement industriel a modifié la perception de la ville par les Européens comme par les Américains. Pour certains, la ville devient un monstre qui menace jusqu’à l’existence de l’être humain alors que la « nature », dont il fallait jusque-là se protéger, devient un foyer accueillant et harmonieux (Choay F. et al, 1972). Après la première guerre mondiale, on trouve notamment dans l’opinion française une admiration pour le progrès et la modernité urbaine mais une crainte de l’inhumanité de la civilisation américaine incarnée par la ville. Face à une France et une Europe dévastées par la guerre, vivre dans une ville aux États-Unis serait à la fois « un vertige et un cauchemar » (Roger, 2002).

  • 12 « To look at our enormous cities, expanding day by day and almost hour by hour (...) and running ou (...)
  • 13 « Paris offre le type d’une ville envahissante, tentaculaire, douée d’une force d’expansion étonnan (...)

21Non seulement la grande ville des États-Unis est une ruche, mais elle est aussi une pieuvre et cette métaphore se retrouve aussi au lycée. En effet, depuis les « physiocrates » du XVIIIe siècle, la ville est souvent conçue comme un ensemble, un organisme, avec ses artères (bouchées), son cœur (saturé), ses poumons (verts et insuffisants) (Monnet, 1997). Cet organisme peut être humain ou animal. Géraldine Molina (2007) a montré que la métaphore de la pieuvre, image très percutante et effrayante depuis Vingt mille lieues sous les mers de Jules Verne (1870), était souvent utilisée pour décrire les grandes agglomérations américaines et européennes, qualifiées de « villes tentaculaires ». Cette image, qui apparaît à la fin du XIXe siècle dans deux œuvres d’Émile Verhaeren (Les Campagnes hallucinées en 1893 et Les Villes tentaculaires en 1895), devient un thème qui se développe dans une Europe dont la forte croissance urbaine s’accompagne d’une dégradation de l’habitat et d’un entassement urbain (Lavedan, 1952). Le thème de la ville malade, contagieuse, tentaculaire et dévorant la campagne se diffuse alors dans l’imaginaire social et certains géographes le reprennent à leur compte, notamment Élisée Reclus dès 189512 (Robic, 1989) ou encore Albert Demangeon en 193313. Apparaissant ponctuellement dans la géographie universitaire, ce même sujet est retranscrit dans quelques manuels de géographie de terminale à partir des années 1930, notamment chez Louis Gallouédec et Fernand Maurette (1932) :

« Les tramways étendent leurs tentacules autour du noyau primitif ; chaque artère nouvelle, une fois bordée de maisons, se ramifie plus loin. C’est la »ville tentaculaire« qui sans cesse allonge ses rues et ses rails dans la campagne et en aspire la population. » (p.456)

22On le retrouve jusque dans les années 1990 dans le discours scolaire de terminale, ce que nous verrons par la suite.

Chicago, « la plus américaine des villes de l’Union14 »

  • 14 Paço D’Arcos J, 1956, op. cit., cité dans Raison P., Oudin R. et R. Fischer, 1966, Géographie. Les (...)

23Chicago, enfin, reste un cas particulier dans les manuels de cette période. Elle est souvent considérée comme le modèle de la ville américaine. Elle occupe une place de choix dans les études de géographie et de sociologie. C’est alors une ville industrielle de première importance mais aussi l’un des carrefours ferroviaires majeurs et la seconde place bancaire du pays.

24Or, depuis la publication de The Jungle d’Upton Sinclair en 1905 et sa traduction française l’année suivante, les abattoirs de la ville font l’objet d’une fascination horrifiée qui transparaît notamment dans d’autres ouvrages littéraires et notamment dans les Scènes de la vie future de G. Duhamel, lequel fut l’un des auteurs français de l’entre-deux-guerres les plus critiques à propos des États-Unis. Cette fascination apparaît dans les manuels scolaires et ce, jusque dans les années 1960. À titre d’exemple, arrêtons-nous sur ce que l’on peut lire dans le manuel dirigé par Étienne Baron en 1957 :

« Chaque jour, 80 000 bœufs, 50 000 moutons, 300 000 porcs viennent se ranger dans ses barrières. [...] On sait comment les porcs, attachés à une chaîne roulante par une patte de derrière, défilent devant le couteau du boucher à la cadence de 20 bêtes à la minute. Le sang, qui coule de leur gorge coupée, tombe dans un réservoir, tandis que le corps est apporté par le mouvement de la chaîne dans une chaudière bouillante, puis amené sous un racloir qui l’écorche. Mécaniquement, les entrailles sont enlevées, le corps est divisé en morceaux. Tout cela a demandé cinq minutes. Tout est utilisé : la viande, placée dans un frigidaire en attendant d’être mise en conserve ; les petits débris, mécaniquement agglomérés en saucisses ; les soies, qui fourniront des brosses à dents ; les os, les sabots qui seront transformés en gélatine, en savons, en engrais, en nourriture pour les volailles. ’Il n’y a que le cri du cochon qui n’est pas utilisé’, dit un adage américain. » (p.457)

25À l’égard des privations que les auteurs, les enseignants et les élèves ont subies durant la guerre, une telle abondance repousse et attire tout à la fois. De plus, alors que l’abattage du cochon reste encore un moment festif dans la France rurale d’après-guerre, l’industrialisation de cet acte le désacralise et l’intègre dans un processus d’une modernité étonnante. En 1961 encore, V. Prévôt propose aux lecteurs de son manuel de travailler sur un extrait des Scènes de la vie future qui expose, lui aussi, le procédé d’abattage des bêtes.

26Cependant, les manuels analysés passent sous silence les graves problèmes sociaux que connaît cette ville. La politique de la prohibition des années 1920-30 et la criminalité qui lui fut associée sont esquissées dans les manuels d’histoire de terminale de l’entre-deux-guerres. De même, Chicago a été sur-représentée comme un espace de crime et de corruption dans le cinéma américain de cette période (Matlock in Jousse et Paquot, 2005). Pourtant, pas un mot sur ces sujets n’apparaît dans les manuels de géographie, que ce soit dans ceux d’avant ou d’après-guerre. La situation de la population noire de Chicago n’est pas non plus à l’ordre du jour. C’est à peine si la situation économique et sociale des Noirs américains est présentée dans une partie générale sur la population des États-Unis, même s’il est quelquefois précisé que ces derniers habitent souvent en ville, et notamment à Chicago. Enfin, les travaux de rénovation de la ville, mis en place à partir de 1955 sous le mandat de maire de Richard J. Daley, sont absents de la géographie de terminale, alors qu’ils font l’objet de l’attention des géographes, comme en témoigne l’article de Michel Philipponeau publié en 1957 dans l’Information Géographique. La dissociation de la géographie et de l’histoire, et les pré-carrés de chacune des disciplines, tendent à appauvrir le discours géographique scolaire sur la ville en général et sur Chicago en particulier. Ce discours, encadré et très normé, reste quelquefois éloigné d’un terrain en perpétuel mouvement. À une époque où la « géographie des millions de tonnes » bat son plein, au moment où les gouvernements français mettent en place des plans de reconstruction et de développement industriel, ce qu’il faut montrer c’est la production de biens matériels venant de villes telles que Chicago. Les questions sociales liées aux espaces urbains ne sont pas encore développées dans la géographie du secondaire. Elles le seront à partir de la toute fin des années 1960, au moment où de nouvelles thématiques apparaissent dans le discours sur la ville des États-Unis.

L’influence de représentations liées à aux politiques françaises d’aménagement et de développement du territoire, années 1960-début XXIe siècle

Mégalopolis : forme spatiale unique ou « ville tentaculaire » ?

27Dans son livre intitulé Megalopolis, the urbanized northeastern seaboard of the United States (1961), J. Gottmann emploie le terme de Megalopolis pour définir l’espace spécifique de la côte Atlantique des États-Unis allant :

« du New Hampshire à la Virginie du Nord et de la côte Atlantique jusqu’au piémont des Appalaches. »

28Cette zone regroupe plusieurs métropoles américaines séparées par des espaces ruraux et périurbains. Elle forme une combinaison rural-urbain unique au monde, d’où un nom propre, Mégalopolis, pour définir un lieu unique.

29Jusqu’à la fin des années 1950, les manuels ne mentionnent pas d’organisation spécifique de l’espace à l’échelle des États-Unis ; la population et la vie économique du pays sont traitées séparément et le territoire est étudié région par région. L’évocation de la Mégalopolis apparaît au début des années 1960 dans la géographie de terminale mais ce mot n’y est pas encore utilisé, même s’il existe déjà chez Jean Gottmann (L’Amérique, 1949). La zone est décrite comme une Grand’rue (Main street) de la nation américaine (Dacier, Alix et Virlojeux, 1961 ; Prévôt, 1961) où se trouvent les lieux de pouvoir. La façade Atlantique est quelquefois définie comme une grande conurbation régionale (Lentacker, Moreau, Ozouf, Pasquier, 1960).

30Après la parution de l’ouvrage de J. Gottmann de 1961, les manuels intègrent très vite le terme de Mégalopolis. En effet, le concept est utilisé dès 1963 par Pierre Gourou et Louis Papy dans leur manuel de géographie, et tous les manuels de terminale de la seconde moitié des années 1960 l’emploieront. À partir de la fin des années 1960, le terme de Mégalopolis est progressivement considéré comme appartenant au vocabulaire commun de la géographie. Il est alors transposé à d’autres pays que les États-Unis. Sous l’influence des travaux d’Etienne Juillard (1968), Mégalopolis devient « mégalopole », un nom commun utilisé pour définir les grandes conurbations du Japon et de l’Europe rhénane.

31Dans les manuels scolaires des années 1960, la Mégalopolis est présentée comme une grande conurbation de la façade Atlantique dont les limites sont assez floues, puisqu’elles évoluent en fonction des auteurs et vont de Boston à Baltimore, de la Nouvelle-Angleterre jusqu’au Sud ou encore de Boston à Norfolk. L’imbrication des espaces urbains et des espaces ruraux, originalité de la Mégalopolis selon J. Gottmann, disparaît progressivement de ces ouvrages. Très peu d’entre eux traitent des espaces ruraux de la Mégalopolis. En revanche, tous mettent l’accent sur le fait que l’activité économique et décisionnelle des États-Unis se concentre dans cette zone. Cela peut s’expliquer par le contexte intellectuel et politique français de cette période.

32En effet, le terme de « Mégalopolis » ou « mégalopole » n’a pas le même sens dans le vocabulaire courant que dans le vocabulaire géographique. Il est utilisé pour la première fois en 1904 par Patrick Geddes, planificateur urbain, puis par Lewis Mumford en 1938 pour définir une ville décadente, une ville à un stade avancé d’évolution (Baigent, 2004). Selon L. Mumford, un village qui suivrait une évolution urbaine deviendrait une « métropole » (grande ville) puis une « mégalopole » (ville étouffante, décadente et mégalomane) avant de finir « nécropole ».

33Si cette acception est volontairement ignorée par J. Gottmann, elle est marquée dans les représentations collectives de la seconde moitié du XXe siècle et on la retrouve dans le manuel de terminale de V. Prévôt datant de 1961. Selon lui,

« l’espace conquis a été occupé à la construction de fermes et de grandes cités, les Mégalopolis du Nouveau Monde. » (p.37)

34En 1966, dans une réédition de son manuel, il commente une photographie du plus gros échangeur autoroutier de Los Angeles de la façon suivante :

« L’homme dans la Mégalopolis : Los Angeles. »

35Mégalopolis est ici une ville-piège dans laquelle l’homme est aliéné. Certes, V. Prévôt est le seul auteur de manuels à effectuer ce type de raccourci, mais son exemple n’est pas anodin. Une simple recherche sur Internet l’illustre. En tapant « Mégalopolis » sur un moteur de recherche, nous avons trouvé de nombreuses références qui ne sont pas du tout liées aux travaux de J. Gottmann, mais entendent le terme de Mégalopolis comme le faisait V. Prévôt. « Mégalopolis », dont le nom rappelle le célèbre Metropolis de Fritz Lang (1927), est le titre d’un opéra écologiste français de Herbert Pagani datant de 1972 qui dénonce la pollution des grandes villes et une société totalitaire, Mégalopolis 1999. Plus récemment, c’est aussi l’intitulé d’un film d’animation japonais de K. Katayama datant de 1991, Mégalopolis la cité du Démon, présentant une ville « parfaite », Tokyo, créée par un démon. Mégalopolis est enfin le titre de plusieurs chansons françaises (Kent, Louis Chédid) qui décrivent des villes mornes, tristes, et déshumanisées.

36L’apparition du concept de Mégalopolis/mégalopole dans les manuels coïncide avec la création de la DATAR le 14 février 1963. Les objectifs initiaux de la DATAR étaient de rééquilibrer le territoire français et il fallait remédier à la macrocéphalie parisienne face au « désert français », pour reprendre le titre de l’ouvrage de Jean-François Gravier (1947) qui connaît un réel succès lors de sa réédition de 1958 (Marchand, 2011). Au début des années 1960, cette macrocéphalie garde quelque chose d’effrayant et fait écho à la Mégalopolis de P. Geddes ou de L. Mumford, mais aussi à la notion de ville tentaculaire qui sera instrumentalisée par le discours politique de la fin des années 1950. En effet, selon Evelyne Cohen (2004), en novembre et décembre 1958, cinq émissions hebdomadaires consacrées aux « Problèmes de la Construction en France » sont diffusées sur la télévision française. Dans ces émissions, le ministre de la Construction du gouvernement de Gaulle, Pierre Sudreau, démontre aux Français que la région parisienne est victime de l’activité de Paris, « ville tentaculaire » qui s’étend sur les espaces alentours. La seule façon de remédier à ces problèmes soulevés par J.-F. Gravier serait, selon P. Sudreau, de développer la construction moderne, l’urbanisme et l’aménagement du territoire.

37Si la Mégalopolis de J. Gottmann, enseignée comme une vaste région urbaine, connaît un succès rapide dans la géographie scolaire à partir des années 1960, c’est parce qu’elle répond à deux attentes dont l’une est scientifique et l’autre politique. Scientifique parce que les géographes des années 1960 s’intéressent à l’aménagement du territoire, et la Mégalopolis est pour eux un bel objet d’étude. Politique, parce que la tendance française est au rééquilibrage du territoire en diminuant le poids de l’agglomération parisienne. J. Gottmann est d’ailleurs consulté pour l’élaboration des métropoles d’équilibre (Robic, 1989). Le fait de décrire la Mégalopolis américaine dans les manuels comme une immense conurbation avec toute l’ambiguïté associée à son nom, permet alors de présenter, dans les années 1960, un contre-exemple mettant implicitement en valeur la politique française d’aménagement du territoire.

Les villes-centres des grandes agglomérations, des espaces de perdition ?

  • 15 On pense aux travaux de Denise Pumain, Thérèse Saint-Julien, Bernard Marchand etc.

38À partir des années 1970, les travaux français de géographie urbaine s’inspirent de la Nouvelle Géographie anglo-saxonne et une nouvelle génération de géographes fait évoluer la manière d’analyser et de penser la ville15. Ces travaux modifient l’analyse scolaire des villes américaines qui adapte certains modèles urbains. Comme dans les décennies précédentes, ce sont les métropoles qui retiennent l’attention des auteurs et notamment celles du sud (Houston, Austin, etc.) et de l’ouest (Los Angeles, Seattle). L’échelle d’étude est celle de l’agglomération.

39Mais alors qu’elles incarnaient la réussite économique et la modernité pour un grand nombre d’Européens durant la première partie du XXe siècle, les villes-centres des agglomérations américaines connaissent une crise économique et sociale sans précédent. En effet, dans ces espaces, de nombreuses industries ferment leurs portes. Les nouvelles entreprises se localisent en périphérie des agglomérations ou dans les régions du sud et de l’ouest du pays, laissant les villes du nord-est et du midwest sinistrées, notamment celles qui avaient basé leur économie sur l’industrie lourde et la manufacture. Ces difficultés sont accentuées par le déplacement des populations aisées et des classes moyennes vers la périphérie. Seules restent dans certains centres les entreprises installées dans le CBD auxquelles s’ajoutent les populations les plus pauvres de la première couronne qui n’ont pas les moyens de vivre en banlieue ou de se déplacer, ne possédant pas de véhicule. La quasi-faillite de New-York en 1975 est l’exemple-type de ce phénomène et la ville n’aura pu être sauvée que par l’intervention de l’État fédéral (Le Goix, 2009).

40Or à ce moment-là, en France, le contexte culturel et politique semble toujours être en défaveur des grandes agglomérations. En effet, plusieurs études d’aménagement du territoire dénoncent, comme durant la décennie précédente, la macrocéphalie parisienne et le poids des grandes villes dont le développement paraît dangereux. En 1971, notamment, la DATAR publie Une image de la France en l’an 2000, scénario de l’inacceptable. Dans cette étude est annoncée une opposition entre une France riche et urbaine d’un côté, des régions pauvres condamnées aux subsides de l’autre, ces dernières étant devenues les terrains de loisirs des urbains aisés. Il faudrait remédier à la centralité de l’Île-de-France considérée comme dangereuse pour l’équilibre national. On ne trouve évidemment pas de trace directe de ces études dans les chapitres consacrés aux États-Unis des manuels analysés mais l’on peut se demander si ces dernières ne participent pas à influencer un regard scolaire sur la grande ville, et notamment celle des États-Unis. Ce regard négatif pourrait aussi être amplifié par un certain nombre d’images venant de médias tels que le cinéma américain qui se diffuse en France à cette époque. En effet, ce dernier montre, et le fait est nouveau, des villes telles que New-York comme étant des espaces de perdition : Macadam Cowboy, (Midnight cowboy, J. Schlesinger, 1969) par exemple, décrit la ville comme « une jungle sans refuge », dans Fort Apache the Bronx (D. Petrie, 1981) ou New York 1997 (Escape from New York, J. Carpenter, 1981) certains quartiers dévastés prennent des allures apocalyptiques (Body-Gendrot, 2005).

  • 16 L’extrême pauvreté d’une partie de la population New-Yorkaise commence à être présentée dans quelqu (...)

41Or, si l’on regarde l’exemple des grandes villes américaines dans les manuels des années 1970 et surtout 1980, ces dernières semblent être présentées comme des espaces répulsifs, des modèles de développement urbain à ne pas suivre. Les quartiers centraux sont montrés comme des lieux de pauvreté, de perdition et de violence où les gangs et la drogue sont monnaie courante. Bien sûr, la pauvreté et la violence urbaines sont très présentes à ce moment-là aux États-Unis, mais elles ne datent pas des années 1970-80. Pourtant, jusque-là, les manuels n’en parlaient pas16. Prenons un exemple : selon les auteurs du manuel dirigé par Raymond Regrain (1983),

« comme le centre-ville est peuplé par les plus défavorisés, le chômage s’y étend, surtout parmi les minorités et les jeunes ; une véritable lèpre sociale gagne certaines villes (Detroit, New York) par quartiers entiers. Les équipements collectifs (écoles, hôpitaux publics, transports en commun, ramassage des ordures ménagères) sont médiocres. Insécurité, alcoolisme, drogue, criminalité, ces maux y sévissent souvent davantage que dans bien des métropoles de l’Ancien Monde. » (p.40)

42Dès 1983, des photographies de quartiers urbains très dégradés (le Bronx ou Harlem à New-York, le centre-ville de Detroit par exemple) deviennent fréquentes dans les manuels scolaires, notamment ceux dont les auteurs affichent des opinions politiques de gauche. De plus, l’élection de R. Reagan à la présidence américaine en 1980 et en 1984 suscite, au moment où F. Mitterrand est au pouvoir en France, un certain nombre d’interrogations. Certains intellectuels critiquent les répercussions sociales des mesures prises par le gouvernement Reagan alors que la question des inégalités socio-spatiales et raciales est soulevée par les sciences sociales des deux côtés de l’Atlantique.

Figure 4 : Enfants jouant dans une rue du South Bronx

Figure 4 : Enfants jouant dans une rue du South Bronx

Cette photographie du Bronx à New York fait partie d’un dossier documentaire intitulé « Pauvreté de la société américaine, la diversité des situations ». Le même manuel propose un dossier documentaire d’une double page intitulé « Les villes et régions aux États-Unis » dans lequel les documents sur la crise financière de New-York sont majoritaires et la seule photo présentée est celle d’un SDF dans les rues de New-York.

(Lacoste, 1983, p 21)

43Malgré le dépeuplement des centres urbains, les géographes universitaires et scolaires ont très tôt noté l’existence d’un mouvement contraire, c’est-à-dire l’installation de classes sociales aisées dans certains centres-villes rénovés. Dès 1983, Jacques Soppelsa, spécialiste des États-Unis, décrit dans le manuel auquel il participe le délabrement des grandes villes américaines comme étant un stéréotype dépassé. Selon lui :

  • 17 Le terme de slurbanisation est identifiable comme un hapax puisqu’on ne le retrouve nulle part aill (...)

« Cette vision de la grande métropole américaine doit être actualisée ! Au cours des cinq ou six dernières années, on a assisté à un renversement de cette tendance dans un nombre croissant de grandes villes, à Boston, Atlanta, Chicago [...] Une nouvelle spéculation foncière (jouant notamment sur l’attraction culturelle des centres-villes) se manifeste au sein des CBD [...] d’où »l’expulsion« des minorités défavorisées, la dégradation des premières banlieues, la reconquête par les nantis des quartiers centraux, ce qui revitalise la »city« . Ce phénomène de renaissance résidentielle des CBD, s’il se généralise, pourrait ainsi constituer un nouveau temps dans l’histoire urbaine des États-Unis, celui de la »parisianisation« des plus grands centres, celui de la redistribution spatiale de la ségrégation (’slubarnisation17’.) » (p.42)

  • 18 Voir : Bassett K. et Short J., 1980, Housing and residential structure : alternative approaches, Lo (...)
  • 19 Le terme n’apparaît pas dans le lexique de géographie humaine et économique dirigé par Claude Caban (...)

44Le terme de gentrification n’est pas employé par J. Soppelsa qui utilise celui de « parisianisation ». En effet, le mot gentryfication ou gentrification, qui apparaît au début des années 1980 dans la géographie anglo-saxonne18, n’est transposé qu’à la fin des années 1980 en France19. Mais, bien que J. Soppelsa ne soit pas le seul à parler de « renaissance » des centres au début des années 1980, aucun autre auteur de manuel de cette période n’abordera ce sujet de façon aussi précise.

  • 20 Voir Le Goix R., 2003, Les « gated communities » aux Etats-Unis, morceaux de villes ou territoires (...)

45Progressivement, dans les années 1990-2000, on parlera conjointement dans les manuels de la dégradation des villes-centres, mais aussi de la rénovation de certains de leurs quartiers. C’est à ce moment-là que le mot gentrification est généralisé sans toutefois être toujours expliqué. La ville-centre n’est alors plus présentée comme l’espace de tous les dangers mais comme celui de la ségrégation socio-spatiale, le lieu où peuvent exister conjointement des quartiers très aisés et des quartiers très pauvres. Dès 1998, certains processus, que l’on retrouve depuis plusieurs années sur le terrain aux États-Unis, sont décrits : suburbanisation, puis exurbanisation, métropolisation des activités, puis dès 2004, fermeture de certains quartiers urbains (constitution, notamment, de gated communities20).

La banlieue américaine

46La banlieue se développe sur tout le territoire des États-Unis et ce, dès le XIXe siècle. Mais cet espace est analysé dans la géographie de terminale, à partir des années 1960-70 principalement, avec l’arrière-plan scientifique et idéologique des recherches sur la banlieue française des années 1950 à 1980 qui soulignent notamment les processus de ségrégation et de relégation. Vivre en banlieue ne signifie néanmoins pas la même chose selon que l’on soit d’un côté ou de l’autre de l’Atlantique. Le postulat français qui conçoit la ville-centre comme une entité équilibrée et la banlieue comme un élément perturbateur (Vieillard-Baron, 2001) et un espace de relégation doit être revu à propos des États-Unis.

47Or, dans les manuels scolaires des années 1980 et dans certains manuels des années 1990, la banlieue est implicitement présentée comme un espace anti-urbain mais aussi anti-rural, une sorte de compromis insatisfaisant à travers lequel apparaît encore en filigrane l’image de la ville tentaculaire. Prenons quelques exemples qui nous paraissent significatifs : dans le manuel dirigé par Raymond Regrain (1983), on peut lire :

« À la ville même s’opposent les banlieues, responsables principales de l’extension urbaine dans l’espace et du nombre croissant de citadins. » (p.38)

48Dans le manuel dirigé par Michel Hagnerelle (1993), on lit aussi :

« Telle une énorme pieuvre, la ville américaine happe des banlieues de plus en plus éloignées. » (p.258)

49De plus, le discours de certains auteurs de manuels de notre échantillon (R. Regrain, 1983, A. Frémont, 1989, etc.) rejette la standardisation de l’habitat de banlieue. Pourtant, aux États-Unis, la standardisation est au fondement même du développement économique et intégrée dans la vie quotidienne. Lorsque Jacques Martin et Christian Bouvet (1995) par exemple, indiquent dans leur manuel que les Américains « sont avant tout des banlieusards », le terme est semble être employé avec la connotation péjorative liée au regard français. Or, les travaux de Cynthia Ghorra-Gobin (2002) ou ceux de Catherine Maumi (2008) montreront par la suite que le développement de la banlieue pavillonnaire correspond à un mode de vie (proximité de la « nature », possession individuelle, maison et foyer au centre de la vie familiale) fondateur de la civilisation des États-Unis. Certes, cette idée a été reprise par les auteurs du manuel dirigé par Annette Ciattoni en 1998, mais cela reste une exception.

  • 21 M. Davis, D. Hayden, E. Soja, M. Dear, R. Keil, C. Ghorra-Gobin, etc.

50Enfin, s’il est une ville à laquelle est associée l’idée de banlieue dans l’imaginaire français, c’est bien Los Angeles. Tout au long du XXe siècle, le poids économique et démographique de cette ville s’accentue et par conséquent son poids dans le discours scolaire, même s’il est moins prégnant que celui de New York. La ville, considérée comme hors-norme, suscite un grand intérêt de la part des géographes universitaires21 comme des auteurs de manuels. En 1961, déjà, V. Prévôt écrivait dans son manuel qu’il existait deux types de villes aux États-Unis, des villes de type ancien, telles que New-York, et des villes de type récent telles que Los Angeles, qui prennent la forme d’une nébuleuse d’une centaine de kilomètres de diamètre et dont le centre d’affaires est fractionné en 65 noyaux avec parkings. À partir des années 1980, Los Angeles détrône Chicago dans les manuels scolaires analysés et devient la ville la plus étudiée après New-York. Elle est alors la seconde ville des États-Unis.

51Or, son image est ambigüe dans un certains nombres de sources venant des États-Unis. Dans le cinéma comme dans le roman noir américain, et notamment dans l’œuvre de James Ellroy déjà, elle est dotée de tous les traits de l’anti-ville (Mike Davis, 1998). C’est l’incarnation d’une modernité sans lumières, dans laquelle l’humanité se perd, telle la ville futuriste de Blade Runner (Ridley Scott, 1982) ou celle de l’invasion extra-terrestre filmée par John Carpenter (They live, 1988). C’est aussi la banlieue sans centre et sans fin de certains films de David Lynch tels que Lost Highway (1997) et Mulholland Drive (2001) (Higuinen E. et Joyard O., 2005, « Los Angeles », in Jousse T. et Paquot T., 2005).

52Cette ambiguïté est présente dans le discours scolaire. La ville est présentée comme une banlieue illimitée et une ville consommatrice d’espace. On remarque un déplacement iconographique : la ville américaine contemporaine ne s’étend plus en hauteur mais elle s’étale en largeur et l’échangeur autoroutier prend la place du gratte-ciel dans la symbolique urbaine scolaire de la fin du XXe siècle. Les illustrations montrent Los Angeles comme un enfer automobile, dont les échangeurs sont le symbole, et notamment celui qui permet de passer de l’autoroute 150 à l’autoroute 10 à côté de l’aéroport international. Sa photo aérienne est publiée par plusieurs manuels des années 1990-2000 car elle est tirée de la Géographie Universelle d’Antoine Bailly, Gérard Dorel, Jean-Bernard Racine et Paul Villeneuve (1992). Automobile rimant avec pollution et encombrement, plusieurs articles et photos de manuels décrivent le fameux « smog », tout comme les embouteillages quotidiens que connaissent bien les Angelinos. Dans le discours géographique de terminale, on fait souvent le lien entre étalement urbain et développement des infrastructures routières, même si l’expansion urbaine et l’absence de centralité de Los Angeles sont antérieures au développement de l’automobile individuelle.

Figure 5 : La structure des villes américaines : l’exemple de Los Angeles

Figure 5 : La structure des villes américaines : l’exemple de Los Angeles

En raison de son éloignement vis-à-vis des modèles classiques de la ville américaine (Burgess, Harris et Ullmann), Los Angeles est montrée ici comme un archétype de la ville américaine contemporaine.

(Pitte J.-R., 1995, p. 153)

53Los Angeles, enfin, est décrite comme la ville de la multiculturalité (ce thème est aussi quelquefois illustré par des exemples pris à Miami). À la fin des années 1990, apparaissent dans les manuels des études de cas proposant des cartes à l’échelle d’un quartier de la ville, et ce sont en général les quartiers dits « ethniques » de Los Angeles qui sont les plus étudiés. Mais cette multiculturalité est souvent présentée comme facteur d’instabilité et non d’enrichissement culturel, les émeutes du quartier de Watts de 1992, dont parlent de nombreux manuels des années 1990-2000, en témoignent.

54À partir de 2002, les programmes de terminale évoluent considérablement puisque l’étude des aires de puissance (la façade Nord-Atlantique, notamment) s’ajoute à celle des espaces nationaux qui perdent du poids dans les instructions officielles et les manuels. L’analyse urbaine en tant que telle laisse la place à celle de villes présentées comme facteur de la puissance des États-Unis. L’étude de la morphologie des villes du monde se traite en classe de seconde et non plus en classe de terminale et les villes des États-Unis ne font plus l’objet que d’une étude de cas, si l’enseignant le désire toutefois.

Conclusion

55Cet article met en lumière un certain nombre de processus inhérents à la construction d’un regard scolaire sur la ville aux États-Unis. Ce dernier subit l’influence de plusieurs composantes : 1- Des sources scientifiques (travaux universitaires, statistiques officielles, etc.) transposées vers le scolaire. 2- Des instructions officielles qui orientent les savoirs et savoir-faire à enseigner. 3- Des sources liées au contexte culturel du moment (cinéma, littérature, mais aussi séries télévisées – que nous n’avons pas analysées ici – etc.), lesquelles vont participer à la construction de représentations collectives sur l’espace étudié. 4- Enfin, des effets de contexte, liés notamment aux grandes tendances politiques du moment.

56Les quelques pistes proposées par ce travail mettent en avant un fait : les choix effectués par les auteurs de manuels témoignent de la conception que ces derniers ont de la ville américaine en fonction des sources qui leur étaient disponibles, et des contraintes éditoriales que nous avons choisi de ne pas détailler ici. Or, il apparaît que le regard sur ces villes est influencé par plusieurs références liées aux représentations courantes que l’on trouve en France à propos des villes françaises : la ville tentaculaire, la remise en cause des métropoles et du déséquilibre de l’armature urbaine ou encore la méfiance face aux grandes villes. Ces éléments me conduisent à penser que le rapport à la ville des États-Unis dans les manuels scolaires du XXe siècle est un témoignage de l’évolution du rapport de la société française à ses propres villes. En parlant de l’autre, on parle aussi et surtout de soi.

Haut de page

Bibliographie

Sources

Bailly A., Dorel G., Racine J.-B., Villeneuve P., 1992, États-Unis, Canada, Géographie Universelle sous la direction de Roger Brunet, Reclus, Paris, Hachette.

Baulig H., 1936, Géographie Universelle, tome XIII, Amérique septentrionale, Paris, Armand Colin.

Beaujeu-Garnier J., Chabot G., 1964, Traité de géographie urbaine, Paris, Armand Colin.

Blanchard R., 1911, Grenoble étude de géographie urbaine, Paris, Armand Colin.

Chabot G., 1949, Aperçu de géographie humaine, Paris, Armand Colin.

DATAR, 1971, « Une image de la France en l’an 2000, scénario de l’inacceptable », Travaux et recherches de prospective. Disponible en ligne sur le site de la DATAR à l’adresse suivante : http://www.datar.gouv.fr/fr_1/evaluation_prospective_48/prospective_235/memoire_prospective_237/ancienne_collection_trp_639/une_image_1248.html

Davis M., 1998, City of quartz, cité dans Bouquet S., 2005, « Théorie Anglo-saxonne », in Jousse T., Paquot T., 2005, « La ville au cinéma », Cahiers du cinéma, 111-114.

Demangeon A., 1927, « Le développement d’une grande ville américaine, Cleveland, Ohio », Annales de géographie, vol. 36, No.202, 347-355.

Demangeon A., 1933, Paris. La ville et sa banlieue, Paris, Bourrelier.

Dick P. K., 1968, Do Androïds Dream of Electric Sheep ?, publié en 1976 en France, Champ Libre. Adaptation au cinéma par R. Scott sous le titre Blade Runner en 1982.

Dorel G., Reynaud A., 1973, Les États-Unis en devenir, Paris, Doin.

Duhamel G., 1930, Scènes de la vie future, Paris, Mercure de France.

Geddes P., 1904, « An educational approach – a technical approach », in Hand J.E. (ed), Ideals of science and faith, George Allen, 170-216.

George P., 1950, Études sur la banlieue, Paris, 12e cahier de la Fondation nationale des sciences politiques.

George P., 1952, La ville, le fait urbain à travers le monde, Paris, Presses universitaires de France.

Gottmann J., 1949, L’Amérique, Paris, Hachette.

Gottmann J., 1961, Megalopolis : the urbanized northeastern seaboard of the United States, Cambridge, The MIT Press.

Gravier J.-F., 1947, Paris et le désert français, Paris, Flammarion.

Halbwachs M., 1932, « Chicago, expérience ethnique », Annales d’histoire économique et sociale, vol. 4, No.13, 11-49.

Hergé, 1932, « Tintin en Amérique », Le petit vingtième, publié en 1947 en couleurs aux éditions Casterman.

Juillard E., 1968, L’Europe Rhénane, Paris, Armand Colin.

Morand P., 1930, New York, Paris, ed. Flammarion, 1981.

Mumford L., 1938, The culture of cities, Londres, M. Secker and Wasburg.

Paço d’Arcos J., 1958, La forêt de ciment, Paris, Nouvelles éditions latines.

Philipponeau M., 1957, « Chicago, l’aménagement d’une capitale régionale », L’information géographique, No.4, septembre-octobre.

Sinclair U., 1905, The Jungle, traduit en Français en 1905 et 1906, Paris, Juven.

Vidal de la Blache P., 1905, « À travers l’Amérique du Nord », La revue de Paris, mars-avril.

Vidal de la Blache P., 1910, « Régions françaises », Revue de Paris, 14 décembre, 821-849.

Manuels analysés (par ordre chronologique)

Schrader F., Gallouédec L., 1906, Les principales puissances du monde. Classe de philosophie, Paris, Hachette.

Vidal De La Blache P., Camena D’Almeida P., 1906, Les principales puissances (moins la France), Paris, Armand Colin.

Dubois M., Kergomard J.-G., 1907, Les principales puissances du monde, Philosophie, Mathématiques, Paris, Masson.

Busson H., Fevre J., Hauser H., 1911, Les principales puissances du monde, Classes de philosophie et de mathématiques, Paris, Alcan.

Legaret G., 1930, Cours de géographie Elicio Colin, La vie économique du monde, Classe de philosophie et de mathématiques, Paris, Armand Colin.

Fallex M., Gibert A., Mairey A., 1932, Les principales puissances économiques du monde (moins la France), Classe de philosophie, Paris, Delagrave.

Gallouédec L., Maurette F., 1932, Les principales puissances et la vie économique du monde. Classes de philosophie et de mathématiques, Paris, Hachette.

Allix A., Leyritz A., Merlier A., 1939, Les principales puissances économiques du monde. Philosophie et mathématiques, Paris, Hatier.

Gibert A., Turlot G., 1947, Principales puissances, cours de philosophie et de mathématiques, Paris, Delagrave.

Allix A., Leyritz A., Merlier A., 1950, Les principales puissances économiques du monde. Philosophie et mathématiques, Paris, Hatier.

Meynier A., Perpillou A., François L., Mangin R., 1950, Géographie. Classe de philosophie, mathématiques et sciences expérimentales, Paris, Hachette.

Cholley A., 1953, Les puissances économiques du monde, Classe de philosophie, Paris, Baillière.

Baron E., 1957, Géographie. Classe de philosophie-mathématiques, Paris, Magnard.

Lentacker F., Moreau J.-P., Ozouf J., Pasquier Y., 1960, Nouveau cours de géographie, Classes terminales, Paris, Nathan.

Allix A., 1961, Le monde contemporain, Géographie, Classes terminales, Paris, Hatier

Prévôt V., 1961, Géographie du monde contemporain, Paris, Belin.

Gourou P., Papy L., 1963, Géographie. Classes terminales, Paris, Hachette.

Raison P., Oudin R., Fischer R., 1966, Géographie. Les grandes puissances du monde, Classes terminales, Paris, Armand Colin.

Prévôt V., 1969, Géographie du monde d’aujourd’hui, Classes terminales, Edition abrégée, Paris, Belin.

Dacier G., Pelletier J., Virlojeux J., 1971, Géographie, Classes terminales, Paris, Masson.

Baleste M., 1980, Les grandes puissances économiques, Classes terminales, Paris, Armand Colin.

Bontoux P., Domingo J., Gauthier A., Gielen P., 1983, Géographie, classes terminales, Paris, ABC Bréal.

Bras A., Brignon J., 1983, Géographie, Terminale, Paris, Hatier,

Froment R., Kienast R., 1983, Géographie, Terminales, Paris, Delagrave.

Grell J., Gaudin G., 1983, Dossiers de géographie. Terminale, Paris, Istra.

Lacoste Y., 1983, Géographie, Classes terminales, Paris, Nathan.

Martin J., Pernet L., 1983, Géographie du temps présent, Terminales A, B, C, D, Paris, Hachette.

Regrain R., 1983, Le monde actuel en question, Géographie terminale, Paris, Magnard.

Barret C., Brignon J., 1989, Géographie, Terminale, Paris, Hatier.

Frémont A., 1989, Géographie, Terminales, Paris, Bordas.

Gauthier A., 1989, Géographie, Terminales, Paris, ABC Bréal.

Pitte J.-R., 1989, Géographie, Terminales, Paris, Nathan.

Knafou R., 1992, Géographie, Le nouveau système monde, Terminales ABCD, Paris, Belin.

Hagnerelle M., 1993, Géographie : présent/futur, L’organisation de l’espace mondial, terminales, Paris, Magnard.

Martin J. et Bouvet C., 1995, Géographie, Terminales, Paris, Hachette.

Pitte J.-R., 1995, Géographie, Terminales, Paris, Nathan.

Bouvet C., 1998, Géographie, Terminales, Paris, Hachette.

Carnat J.-L., 1998, Géographie, Terminale, Paris, Bertrand-Lacoste.

Ciattoni A., 1998, Géographie, Terminale, Paris, Hatier.

Gauthier A., 1998, L’espace mondial, terminale, Paris, Bréal.

Hagnerelle M., 1998, L’espace mondial. Géographie, Terminales L, ES, S, Paris, Magnard.

Knafou R., 1998, Géographie. L’espace mondial, Terminales L, ES, S, Paris, Belin.

Pitte J.-R., 1998, Géographie, L’espace mondial, Terminales, Paris, Nathan.

Brunet R., Pierre-Elien D., 2004, Géographie. L’espace mondial, Terminale L-ES-S, Paris, Bréal.

Ciattoni A., 2004, Géographie, Terminales L-ES-S, Paris, Hatier.

Jalta J., Joly J.-F., Reineri R., Renard J.-P., 2004, L’espace mondial. Géographie, Terminales L, ES, S, Paris, Magnard.

Joyeux A., 2004, Géographie. Terminales ES-L-S, Paris, Hachette.

Knafou R., 2004, Géographie. L’espace mondial, Terminales L, ES S, Paris, Belin.

Mathieu J.-L., 2004, Géographie. L’espace mondial, Terminales L, ES, S, Paris, Nathan.

Ouvrages de référence

Baigent E., 2004, « Patrick Geddes, Lewis Mumford and Jean Gottmann : divisions over ’megalopolis’ », Progress in human geography, vol. 28, No.6, 687-700.

Baulig H., 1935, « L’Amérique septentrionale, Tome XIII, vol. 2 Les États-Unis », Géographie universelle Vidal-Lablache, Paris, Armand Colin.

Bretagnolle A., Giraud T., Mathian H., 2008, « La mesure de l’urbanisation aux États-Unis, des premiers comptoirs coloniaux aux Metropolitan Areas (1990-2000) », Cybergeo : http://www.cybergeo.eu/index19683.html, article 427, mis en ligne le 10 juillet 2008.

Body-Gendrot S., 2005, « New York, un État uni », in Jousse T., Paquot T. (dir), 2005, « La ville au cinéma », Cahiers du cinéma, 508-515.

Choay F. et al, 1972, Le sens de la ville, Paris, Seuil.

Clerc P., Garel J., 1998, « La réception du modèle graphique de Burgess dans la géographie française des années 1950 aux années 1970 », Cybergeo : http://www.cybergeo.eu/index5332.html, article 58, mis en ligne le 22 mai 1998.

Cohen E., 2004, « Expliquer Paris à la télévision : Pierre Sudreau et les problèmes de la construction (1958) », Sociétés et représentations, 2004, vol. 1, No.17, 117-127.

Dunn M., 1987, « L’impact de la reaganomanie sur la politique sociale américaine », Historiens et Géographes, dossier « Regards sur les État-Unis », No.312, 461-469.

Ghorra-Gobin C., 1997, « Les villes, les banlieues et leurs représentations. L’invention de la banlieue américaine. », in Calenge C., Lussault M., Pagand B., (dir), 1997, Figures de l’urbain. Des villes, des banlieues et de leurs représentations, Maison des sciences de la ville, Tours, Université François Rabelais, 101-109.

Higuinen E., Joyard O., 2005, « Los Angeles », in Jousse T., Paquot T., 2005, « La ville au cinéma », Cahiers du cinéma, 449-457

Huvos K., 1972, Cinq mirages américains. Les États-Unis dans l’oeuvre de Georges Duhamel, Jules Romains, André Maurois, Jacques Maritain et Simone de Beauvoir, Paris, Librairie Marcel Didier.

Lavedan P., 1952, Histoire de l’urbanisme, époque contemporaine, Paris, Henri Laurens.

Le Goix R., 2009, Atlas Mégapoles. New York, Paris, Autrement.

Marchand B., 2001, « La haine de la ville : »Paris et le désert français« de Jean-François Gravier », L’information géographique, No.3, 234-253.

Matlock J., 2005, « Chicago », in Jousse T., Paquot T. (dir), 2005, « La ville au cinéma », Cahiers du cinéma, 368-378.

Maumi C., 2008, Usonia ou le mythe de la ville-nature américaine, Paris, Éditions de la Villette.

Molina G., 2007, « L’influence de la littérature sur les représentations de la ville. L’exemple de la »ville tentaculaire« ou l’instrumentalisation politique d’une matrice poétique », Bulletin de l’Association des Géographes Français, No.3, 287-303.

Monnet J., 1997, « Pitié pour les grandes villes ! », Cybergeo : « Les grandes villes », http://www.cybergeo.eu/index5387.html, article 16, mis en ligne le 18 février 1997 et modifié le 24 avril 2007.

Moscovici S., 1961, La psychanalyse, son image et son public, Paris, PUF.

Portes J., 1991, Une fascination réticente, Les États-Unis dans l’opinion française, Nancy, Presses universitaires de Nancy.

Robic M.-C., 1989, « Métropole/Métropole. Les géographes et les métropoles d’équilibre », Strates, No.4 http://strates.revues.org/4432, mis en ligne le 19 mai 2008.

Robic M.-C., 2003, « La ville, objet ou problème ? La géographie urbaine en France (1890-1960) », Sociétés Contemporaines, No.49-50, 107-138.

Roger P., 2002, L’ennemi américain. Généalogie de l’antiaméricanisme français, Paris, Seuil.

Roumégous M., 2002, Didactique de la géographie. Enjeux, résistances, innovations (1968-1998), Rennes, Presses Universitaires de Rennes.

Vieillard-Baron H., 2001, Les banlieues. Des singularités françaises aux réalités mondiales, Paris, Hachette.

Wastable M., 2011, Les États-Unis au lycée (1905-2004). Généalogie de la géographie des États-Unis en classe de terminale en France, Thèse de doctorat sous la direction de J.-L. Tissier, Université de Paris I Panthéon-Sorbonne.

White M., White L., 1962, The intellectual versus the city : from Thomas Jefferson to Franck Lloyd Wright, Cambridge, Harvard University Press.

Zeldin T., 1978, Histoire des passions françaises, T.2 Orgueil et intelligence, Paris, Seuil.

Haut de page

Notes

1 « Un ensemble d’une ou plusieurs communes dont le territoire est partiellement ou totalement couvert par une zone bâtie d’au moins 2000 habitants. Dans cette zone bâtie, les constructions sont séparées de leurs voisines de moins de 200 mètres » INSEE, 1962, recensement de la population de 1954. Voir article « ville » sur le site Internet de l’INSEE, consulté en septembre 2010. http://www.insee.fr/fr/methodes/default.asp?page=definitions/ville.htm

2 Dans un rayon de 10 miles (16 km environ) autour d’une municipalité de plus de 200 000 habitants, les territoires adjacents dont la densité est supérieure à 150 habitants par mile carré (environ 60 habitants par km2) font partie du district métropolitain. À partir de 1930, les critères de distance ne sont plus pris en compte et le seuil minimal est abaissé à 50 000 habitants, ce qui augmente le nombre de districts métropolitains. (Bretagnolle, Giraud et Mathian, 2008)

3 Les Standard Metropolitan Areas (SMA), délimitées à partir de 1950, comprennent la ville centrale (de plus de 50 000 habitants) et les comtés (counties) qui lui sont adjacents à condition que ceux-ci présentent un « caractère métropolitain » (selon des critères de densité et de pourcentage d’emplois agricoles) et qu’ils soient économiquement et socialement intégrés à la ou aux ville(s) centre(s). En 1959, le Census Bureau adopte les SMSAs (Standard Metropolitan Statistical Areas) et en 1983 les MSAs (Metropolitan Statistical Areas). Ces espaces sont délimités autour de zones urbanisées relativement denses, comptant au moins 50 000 habitants (urbanized areas), dans lesquelles le taux de navetteurs allant vers la ville centre est au minimum de 25 %. Enfin, en 2000, le Census Bureau met en place la notion de micropolitan areas, qui sont des aires urbaines définies autour de pôles centraux de plus petite taille, appelés urban clusters, et dans lesquels le seuil de navetteurs est équivalent à celui des MSAs. (Bretagnolle, Giraud et Mathian, 2008)

4 L’aire urbaine est « un ensemble de communes, d’un seul tenant et sans enclave, constitué par un pôle urbain (…) et par sa couronne périurbaine dont au moins 40 % de la population résidente ayant un emploi travaille dans le pôle ou dans des communes attirées par celui-ci » voir INSEE, 1997, Première, No.516.

5 Cette discipline est construite à l’intersection de trois domaines : 1- la géographie savante, qui est transposée vers le scolaire ; 2- la culture et les savoir-faire propres à la sphère scolaire ; 3- le contexte historique, politique, social et les représentations qui lui sont associées (Wastable, 2011). 

6 P. George contribua au manuel dirigé par A. Cholley en 1953 et publié chez Baillières, J. Soppelsa contribua en 1983 au manuel dirigé par Y Lacoste et publié chez Nathan, G. Dorel en 1992, au manuel dirigé pas R. Knafou chez Belin.

7 Avant 1914, une photo est présente en moyenne toutes les 15 pages et certains manuels n’en proposent aucune. Après 1930, les manuels présentent une photo toutes les 3 à 4 pages puis à chaque page ou toutes les une à deux pages à partir des années 1960, au moment où la couleur se développe.

8 On peut lire : « Les villes jaillissent parfois du sol du jour au lendemain. Les Américains donnent le nom de »villes-champignons« à ces localités que font surgir la découverte d’une mine, un nœud de chemins de fer, ou simplement une spéculation. Beaucoup, il est vrai, disparaissent comme elles sont nées. » (p.376)

9 Hergé avait lu les Scènes de la vie future de Duhamel pour faire les recherches préliminaires à la publication de son album, dont l’action est située à Chicago et dans les Grandes Plaines.

10 On pense notamment à l’article d’Albert Demangeon publié en 1927 dans les Annales de géographie et intitulé, « Le développement d’une grande ville américaine, Cleveland, Ohio » mais aussi à son célèbre ouvrage de 1933 sur Paris, la ville et sa banlieue.

11 Le terme de « gratte-ciel » n’est devenu courant qu’à partir des années 1930. Auparavant, le mot skyscraper est littéralement traduit par « égratigne-ciel » (to scrap signifie érafler, écorcher, égratigner), ce qui lui fait prendre une connotation plus forte. En effet, le fait d’égratigner, d’écorcher le ciel peut être décrit comme un effet négatif de la construction de nouvelles tours de Babel. Le fait de « gratter le ciel » a une connotation plus légère.

12 « To look at our enormous cities, expanding day by day and almost hour by hour (...) and running out their suckers, like giant octopuses, into the surrounding country, one feels a sort of shudder, as if in presence of a symptom of some strange social malady (…). »

13 « Paris offre le type d’une ville envahissante, tentaculaire, douée d’une force d’expansion étonnante » p. 3

14 Paço D’Arcos J, 1956, op. cit., cité dans Raison P., Oudin R. et R. Fischer, 1966, Géographie. Les grandes puissances du monde, Classes terminales, Armand Colin.

15 On pense aux travaux de Denise Pumain, Thérèse Saint-Julien, Bernard Marchand etc.

16 L’extrême pauvreté d’une partie de la population New-Yorkaise commence à être présentée dans quelques manuels de terminale à partir du début des années 1960, au moment où les questions de la misère urbaine et de l’éradication des bidonvilles (Loi Debré de 1964) font partie de l’actualité en France. Selon P. Gourou et L. Papy (1963, p 28), par exemple, « Non loin des banques les plus puissantes, des magasins les plus fastueux, des quartiers résidentiels où le luxe s’étale, subsistent encore des quartiers de taudis peuplés d’un prolétariat de toutes origines ethniques. » Il faut dire que les images venant des États-Unis changeront progressivement. C’est en 1962 que sort au cinéma en France le film West Side Story qui aura plus de 8 millions de spectateurs dans l’Hexagone. Le prologue, tourné en extérieur entre la 68th et 110th rue ouest, donne une image de la ville bien éloignée de celle des studios de Hollywood. On y voit deux bandes de jeunes New-yorkais, les Jets, descendants d’immigrés polonais et irlandais et les Sharks, portoricains arrivés récemment aux États-Unis, s’affronter dans un décor de terrains vagues, de terrains de baskets et de rues dont les murs sont tagués et les sols défoncés. À partir de 1966, le maire de New York, John Lindsay, fait en sorte qu’une partie des tournages de films se fassent à New York. Ainsi, 366 films sont tournés sous sa mandature au moment où la ville connaît de forts changements et où les prémisses de la crise de 1975 se font ressentir (Body-Gendrot, 2005 in Jousse T. et Paquot T., 2005).

17 Le terme de slurbanisation est identifiable comme un hapax puisqu’on ne le retrouve nulle part ailleurs dans notre échantillon de manuels.

18 Voir : Bassett K. et Short J., 1980, Housing and residential structure : alternative approaches, London and Boston, Routeledge and Kegan Paul ; Hamnet C. et Williams P. R., 1980, « Social change in London, a study of gentrification », Urban affairs Quarterly, 15, 469-87 ; Logan W.S., 1982, « Gentrification in inner Melbourne », Australian Geographical Studies, 20, 65-95.

19 Le terme n’apparaît pas dans le lexique de géographie humaine et économique dirigé par Claude Cabanne et édité en 1984 chez Dalloz dans lequel intervient J. Soppelsa alors qu’il figure dans les dictionnaires anglo-saxons de géographie de la même époque.

20 Voir Le Goix R., 2003, Les « gated communities » aux Etats-Unis, morceaux de villes ou territoires à part entière ?", Thèse de doctorat sous la direction de T. Saint-Julien, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

21 M. Davis, D. Hayden, E. Soja, M. Dear, R. Keil, C. Ghorra-Gobin, etc.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Chicago
Légende Cette carte est à l’échelle du centre de l’agglomération et montre la construction successive de la ville en auréoles à partir des berges du lac.
Crédits Gallouédec L. et Maurette F., 1932, p. 485
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/25870/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Figure 2 : Chicago ; son district urbain et industriel
Légende Cette carte présente l’agglomération de Chicago dans son ensemble. On voit l’emprise au sol de la ville-centre alors que les municipalités périphériques sont représentées par des points de tailles différentes, reliées au centre par des voies de communication. Bien que le modèle d’analyse urbaine de Burgess, repris en France en 1932 par le sociologue Maurice Halbwachs, ne soit pas encore utilisé dans les manuels scolaires de cette époque, ce plan, ainsi que celui présenté en figure 1 offrent une analyse géométrique de la ville de Chicago. Cela n’apparaît pas encore dans les études scolaires des autres villes des États-Unis.
Crédits Allix A., Leyritz A. et Merlier A., 1939, p. 421.
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/25870/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre Figure 3 : Plan de Chicago
Légende Ce plan est une simplification de celui que l’on trouve dans l’ouvrage de P. George, La ville, le fait urbain à travers le monde (1952). Cette carte propose une distinction socio-spatiale des quartiers, ce qui est une nouveauté et reprend les analyses urbaines de Burgess.
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/25870/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Figure 4 : Enfants jouant dans une rue du South Bronx
Légende Cette photographie du Bronx à New York fait partie d’un dossier documentaire intitulé « Pauvreté de la société américaine, la diversité des situations ». Le même manuel propose un dossier documentaire d’une double page intitulé « Les villes et régions aux États-Unis » dans lequel les documents sur la crise financière de New-York sont majoritaires et la seule photo présentée est celle d’un SDF dans les rues de New-York.
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/25870/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Figure 5 : La structure des villes américaines : l’exemple de Los Angeles
Légende En raison de son éloignement vis-à-vis des modèles classiques de la ville américaine (Burgess, Harris et Ullmann), Los Angeles est montrée ici comme un archétype de la ville américaine contemporaine.
Crédits (Pitte J.-R., 1995, p. 153)
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/25870/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marielle Wastable, « La ville américaine en classe de terminale, 1905-2004 », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Epistémologie, Histoire de la Géographie, Didactique, document 640, mis en ligne le 12 avril 2013, consulté le 30 mars 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/25870 ; DOI : 10.4000/cybergeo.25870

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page