Navigation – Plan du site

Les bienfaits de la mondialisation

Denise Pumain
Traduction(s) :
The benefits of globalisation

Texte intégral

1Du pays qui impose un système d’échanges fondé sur l’hypothèse de l’efficacité des marchés, vient enfin une proposition de régulation des excès de l’évasion fiscale, que des officines spécialisées ont euphémisée en « optimisation ». La mesure suffira-t-elle à décourager les propositions alléchantes des paradis fiscaux et à rééquilibrer les forces entre le pouvoir des Etats et la finance spéculative ? La violence de la crise engendrée par ces excès depuis plus de cinq années, dont tant de personnes payent le prix démesuré, sera-t-elle retenue comme une leçon de l’histoire ? Assisterons-nous à une « nuit du 4 août » où les détenteurs de capitaux renonceraient à leurs exorbitants privilèges traduits en pouvoir de décision dans la conduite des politiques des Etats dits souverains ?

2La construction d’un monde légalement organisé par des accords internationaux procède aussi, tellement plus rapidement, de tous ces flux transnationaux rendus visibles à tout un chacun par les moyens de communication développés depuis quelques décennies. Les géographes qui étudient les effets de la dynamique des réseaux savent bien qu’elle tend à amplifier considérablement la vitesse des accumulations et à creuser les inégalités entre les principaux hubs et les autres nœuds moins favorisés par les échanges. Une prise de conscience de ces effets, par chacun des « terminaux intelligents » que nous sommes devenus dans les réseaux sociaux, peut-elle suffire à en reprendre le contrôle pour inverser ces tendances ? Plus généralement, est-il concevable que soit modifiée la dynamique de la mondialisation, construite jusqu’ici sur des bases ayant évolué de la rapine, de l’affrontement, de l’exploitation, via la rivalité mimétique, vers la concurrence, voire la compétition, à une coopération concourant au développement des biens communs et à l’épanouissement des personnes ?  

3Les initiatives ne manquent pas, qu’il faut mieux discuter et faire connaître, de celles qui visent à corriger les gaspillages, à éviter les pollutions, à raccourcir les circuits de distribution, à partager les connaissances et les savoirs, à promouvoir une économie non plus seulement « verte » ou connectée mais véritablement solidaire et une société plurielle et ouverte. Le débat que nous avons si souvent évoqué au sujet de l’accès libre aux travaux scientifiques reprend de la vigueur. Parmi les bonnes nouvelles à propager, mettons à l’honneur Marseille, qui porte cette année le label de « capitale européenne de la culture ». Des opérations de mise en valeur par « Euroméditerranée », on aurait pu craindre une banalisation (tous les projets urbains des grandes villes françaises ne s’appellent-ils pas d’un nom qui commence par « euro » ?). Au contraire, la stimulation émulatrice sait aussi produire de bonnes surprises quand elle intègre les potentialités locales dans la complexité des références mondialisées. Voilà qu’un architecte anglais construit au bord du Vieux Port un dais de miroirs porté par des colonnes graciles en acier poli. Les promeneurs s’y découvrent et se photographient en images renversées. Prudents ou frileux, les Marseillais dénomment ce magnifique objet « l’ombrière ». Pourtant, en y voyant se refléter l’eau miroitante et les bateaux, et l’incomparable lumière du sud, on se prend à rêver d’ouverture vers le large, d’aventures maritimes et de villes-monde dans la géodiversité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Denise Pumain, « Les bienfaits de la mondialisation », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Éditoriaux, mis en ligne le 14 mai 2013, consulté le 25 juillet 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/25932

Haut de page

Auteur

Denise Pumain

Professeur Université de Paris 1, France pumain@parisgeo.cnrs.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page