Navigation – Plan du site
2013
648

Quelle « place » pour des pêcheurs urbains ? Le cas de Bamako (Mali)

Which “place” for urban fishermen? The case of Bamako (Mali)
Kévin Croix (de la), Luc Ferry, Frédéric Landy, Boureïma Traoré, Nadine Muther, Bekaye Tangara et Didier Martin

Résumés

La pêche au Mali a constitué dans les années 1990 un sujet de recherche important dans sa partie deltaïque, mais peu de cas a été fait du Niger supérieur, et moins encore dans le contexte de la capitale. Pourtant le fleuve Niger dans sa traversée de Bamako est le lieu d’une intense activité de pêche, encore méconnue, qui possède ses propres spécificités territoriales, techniques et systèmes de gouvernance. On recense près de 21 campements de pêcheurs installés sur les berges et les îles de la capitale, qui participent à l’économie urbaine. Mais l’expansion spatiale et démographique de la capitale engendre de nombreuses contraintes qui pèsent sur cette communauté de pêcheurs, parmi lesquelles l’accès à la propriété foncière. C’est ainsi qu’un vaste projet d’aménagement des berges du fleuve fait peser une réelle menace sur cette activité. L’activité et l’avenir des pêcheurs fluviaux à Bamako mérite d’être étudiée car les dynamiques et les innovations observées sont instructives, que ce soit pour l’analyse de ce secteur et de son évolution dans l’ensemble du pays que pour les représentations de ce que doit être « l’urbanité ».

Haut de page

Notes de l’auteur

Les auteurs tiennent à préciser que les enquêtes de terrain ainsi que la rédaction de cet article ont été menées avant le renversement du gouvernement d’Amadou Toumani Touré datant de mars 2012.

Texte intégral

Introduction : Y-aurait-il donc des pêcheurs à Bamako ?

  • 1 L’Aga Khan Development Network a notamment financé la rénovation du parc national.
  • 2 Cet acronyme est également celui du parti politique alors au pouvoir, le Parti pour le développemen (...)

1A l’occasion des célébrations du cinquantenaire de l’indépendance du Mali, durant tout le mois de septembre 2010 à Bamako, de nombreuses inaugurations de bâtiments et de monuments publics ont ponctué les cérémonies. Réalisés sur des financements publics maliens, libyens, chinois, et privés1, ces équipements contribuent à la visibilité du Projet pour le Développement Économique et Social, le PDES2, qui constituait le socle du programme politique du président Amadou Toumani Touré – au pouvoir jusqu’en 2012. La cité ministérielle située dans le quartier Hamdallaye-ACI 2000, l’échangeur multiple à la descente du pont du roi Fahd en rive gauche, la rénovation du Parc national du Mali, le pont de l’Amitié Mali-Chine proche de l’ancienne chaussée submersible de Sotuba, ou le Jardin du cinquantenaire au pied de la colline de Koulouba sont autant d’exemples des transformations les plus visibles de la capitale malienne.

  • 3 Le terme de campement, couramment utilisé au Mali dans ce sens, désigne ici un regroupement d’habit (...)

2Ajoutons à cette liste le projet du monument du cinquantenaire du Mali : une tour de 100 m qui sera, selon le gouvernement, le symbole de l’évolution du Mali depuis l’indépendance. Cet édifice doit s’élever dans un parc public dont le terrain a la particularité d’avoir été gagné sur le lit mineur du fleuve Niger par un remblai d’environ trois hectares réalisé en 2009. En plus de sa fonction de point de vue panoramique, il abritera un parking ainsi que des espaces de ventes et d’exposition. Ce projet a reçu un accueil très mitigé de la société civile malienne qui redoute des effets néfastes pour l’écologie du fleuve. En marge de ces polémiques, une des conséquences directes de ce remblaiement a été l’expulsion d’un campement3 de pêcheurs (daga) situé dans la zone de construction choisie par le gouvernement. Ce campement, qui servait de port pour une soixantaine de pêcheurs, a dû s’installer de façon provisoire et informelle sur un terrain voisin à l’ouest du remblai. Pourtant, cette expulsion n’a suscité aucune réaction des associations ni des représentants politiques locaux, ni d’écho dans la presse locale.

  • 4 On citera notamment l’ouvrage La pêche dans le Delta Central du Niger (Quensière et al, 1994) pour (...)
  • 5 Gallais (1984) ; Fay (1989, 1991, 1994, 1997, 2000) ; Moorehead (1997), Kassibo (2000), etc.

3La principale raison de ce silence relève moins d’un désintérêt public pour les problématiques de la pêche, que d’une méconnaissance de cette activité à Bamako. Des milliers de personnes passent quotidiennement sur les deux ponts qui rallient les rives de la capitale malienne, mais bien peu d’entre elles se soucient de la place et du rôle des pirogues naviguant sur le Niger. De même, la littérature scientifique sur ce sujet est inexistante : le gros des études sur la pêche au Mali a porté sur les grandes zones de capture fluviale que sont les retenues d’eau des différents barrages et la vaste zone inondée du delta intérieur du Niger, située au centre du pays4. Les nombreux travaux en anthropologie et en géographie5 sur cet espace ont permis de comprendre le contexte culturel, social et spatial dans lequel s’inscrit cette activité. Mais la question d’une pêche urbaine au Mali reste très largement à étudier.

  • 6 Bamako aurait atteint les deux millions d’habitants en 2010, selon le Recensement général de la pop (...)

4L’une des explications tient certainement à l’aspect très peu lisible de cette activité dans un contexte effervescent de croissance urbaine6. En effet, pour mener une observation tant de l’activité de pêche à proprement parler que des campements de pêcheurs dans les interstices des quartiers résidentiels en bordure du fleuve, il faut s’astreindre à un regard original sur le tissu urbain pour aller à la rencontre d’une activité qui a pourtant toujours été liée à la ville de Bamako depuis sa fondation. Or, la pêche doit aujourd’hui répondre aux menaces que représentent l’urbanisation de la capitale et des berges en particulier, ainsi que le vide politique pour ce qui la concerne.

5Une autre approche, s’interrogeant sur la place de la « ruralité » dans la ville, ne pourrait-elle être proposée ? Si la « confusion entre ‘rural’ et activité agricole est une dérive complexe et ancienne des sciences humaines et sociales et de l’agronomie » (Lévy, Lussault, 2003), il est généralement admis de façon plus ou moins tacite que la pêche fluviale soit qualifiée d’activité rurale. La localisation dans les villes d’une activité de pêche est donc souvent évoquée en termes de lieu d’accueil « urbain ou d’étape migratoire urbaine » pour les pêcheurs, comme à Sélingué par exemple (Togola, 2009). Pour le reste, la pêche n’est qu’exceptionnellement considérée comme urbaine.

6Cette activité apparaît donc comme une entrée originale pour aborder « l’urbanité » en Afrique subsaharienne. Plus généralement, cette étude s’inscrit dans le cadre d’une thèse en cours sur les rapports entre construction territoriale et temporelle des espaces aquatiques des pêcheurs sur le Niger supérieur. La question de l’étude de la section du fleuve traversant Bamako s’est avérée essentielle pour saisir les logiques d’interférence de l’urbanité sur un secteur abordé par un regard avant tout ruraliste. Les enquêtes ont consisté en une soixantaine d’entretiens libres et semi-directifs entre 2009 et 2010, complétées par un travail de recensement statistique mené avec la Direction régionale de la pêche (DRP) du district de Bamako (DRP) sur l’ensemble des daga de Bamako. Les résultats obtenus ont ensuite été comparés avec les précédentes enquêtes menées par la DRP. La première étape a eu pour objet l’inventaire, la caractérisation des activités productives et la spatialisation des différents campements. Puis les enquêtes se sont orientées sur les pratiques de pêches et les logiques d’autorités institutionnelles et coutumières dans l’espace fluvial du district, en comparaison avec celles des régions de Koulikoro et de Ségou. Cette étude présente donc un objectif double : pratique pour ce qui concerne le recueil d’informations de terrain pouvant servir aux services techniques concernés, et théorique pour une meilleure compréhension des liens qu’entretiennent les pêcheurs de Bamako avec leur ville.

7La localisation urbaine de la pêche est-elle un avantage ou une contrainte pour cette activité ? Les pêcheurs ne sont-ils que des citadins des marges ou des acteurs à part entière de l’urbanité bamakoise ? Afin de répondre à cette double problématique, nous interrogerons d’abord la place qu’occupe la pêche à Bamako entre ville et fleuve. Puis, les spécificités techniques et de gouvernance rendent cette pêche singulière par comparaison avec le milieu rural. Enfin nous regarderons quels sont les avantages et les inconvénients du maintien d’une activité primaire dans un contexte d’aménagement urbain des berges.

La pêche à Bamako : simple activité rurale dans un cadre urbain ?

Origine, migration et sédentarisation

8Le Mali dispose d’un réseau hydrographique composé de rivières, mares, plaines d’inondation ou lacs de retenue, et pour le principal le fleuve Niger lui-même, qui sont autant de supports pour l’activité de pêche. Le Niger guinéen et malien et ses principaux affluents prennent leurs sources dans le massif du Fouta Djalon et dans la dorsale guinéo-libérienne. Le fleuve traverse ensuite le Mali sur 1700 kilomètres, puis le Niger, le Bénin et enfin se jette dans l’océan Atlantique au Nigeria. Il compte parmi les grands cours d’eau de la planète par sa longueur avec près de 4 200 km, ce qui le place sur ce plan à la troisième position des fleuves africains après le Nil et le Congo.

Carte  : Carte de localisation du Niger supérieur guinéen et malien et des principaux barrages

Carte  : Carte de localisation du Niger supérieur guinéen et malien et des principaux barrages

Sources : Direction nationale de l’hydraulique du Mali, IRD et Luc Ferry. Réalisation : Luc Ferry.

  • 7 En amont du delta intérieur, sur le bassin supérieur du Niger guinéen et malien, les hydro-aménagem (...)

9Le régime du fleuve est unimodal dans sa partie supérieure où il connaît une crue annuelle (graphique 1). La période de hautes eaux durant la saison des pluies se concentre sur trois mois, d’août à octobre ; alors que pendant le reste de l’année le niveau du fleuve s’amoindrit jusqu’à atteindre son étiage durant les mois de février à mai. Ces variations saisonnières7 rythment la faune et de la flore du fleuve (cycles végétatifs, périodes de reproduction des espèces aquatiques…) ainsi que celle des populations riveraines. Au Mali, de nombreuses villes ont été édifiées sur son tracé : Bamako, Ségou, Mopti, Tombouctou, Gao.

Graphique  : Débits moyens mensuels du Niger à Bamako pour diverses périodes entre 1941 et 2010

Graphique  : Débits moyens mensuels du Niger à Bamako pour diverses périodes entre 1941 et 2010

Sources : Direction nationale de l’hydraulique du Mali et Luc Ferry.

10La ville de Bamako est située sur le bassin-versant du Niger supérieur (114 800 km2 dont 84 % en Guinée). La ville, beaucoup plus proche de la frontière guinéenne (143 km) que de l’entrée dans le delta intérieur (Ségou/Markala à 256 km), occupe une position très particulière sur le fleuve. Les rapides de Sotuba et plus en aval ceux de Kénié forment de véritables « marches » créant un dénivelé d’environ 25 m entre Bamako et Koulikoro ; dénivelé qui interdit la navigation à l’étiage et la rend particulièrement périlleuse en hautes eaux (vagues, tourbillons, vitesses de courant de plusieurs mètres par seconde, nombreux écueils…). Au niveau du district de Bamako, soit un bief de 17,5 km, le lit mineur a une largeur moyenne d’environ 850 m délimitant un espace aquatique de près de 15 km2 (soit environ 8 % de la surface du district). L’espace aquatique pouvant être dédié à la pêche est donc relativement important. Le fond du lit mineur est principalement constitué de grès en place et de blocs fracturés. Des amalgames de matériaux plus fins (argiles et sable) et de détritus de toutes sortes sont omniprésents (sacs plastique notamment). Soulignons que des bancs de sable, encore visibles depuis le pont des Martyrs vers l’amont jusque dans les années 1980, ont totalement disparu avec l’extraction massive de matériaux dans le fleuve pour l’industrie du bâtiment (Ferry et al., 2012).

11« Il n’est pas possible de savoir à partir de quelle époque certains hommes ont délaissé les grottes pour s’établir près du fleuve, mais les premiers établissements [de pêcheurs] Bozos ne devaient pas trop s’éloigner de leurs aspects d’aujourd’hui. Nous pouvons donc facilement penser que les premiers occupants de la zone de l’actuelle Bamako étaient des Bozos comme, en partie, sur toute la longueur du fleuve. » (Philippe, 2009). Mais ce n’est qu’après la chute de l’empire du Ghana en 1240 que se serait constituée cette ethnie dans le triangle formé par les villages de Dia, Diafarabé et Djenné, entre les régions actuelles de Ségou et de Mopti (N’Diayé, 1970). Depuis cette époque, les eaux de Bamako, réputées très poissonneuses, ont toujours été le lieu de migrations saisonnières durant les périodes de basses eaux. Les pêcheurs, pour la plupart originaires de la région de Ségou, effectuaient ces trajets migratoires il y a encore une cinquantaine d’années, avant de se sédentariser à Bamako.

12Cette sédentarisation, selon de nombreux témoignages recueillis dans les différents campements de la capitale, serait due à deux phénomènes. Le premier est lié à la diminution significative de la ressource halieutique aux abords de la retenue du barrage de Markala, une quinzaine d’années après la construction de l’ouvrage en 1947. Le deuxième facteur de sédentarisation est la croissance démographique des pêcheurs sur ce site de Markala, induisant un effort de pêche accru. Cette pression engendra de nombreuses migrations en direction du Delta, mais aussi vers le lac de Sélingué et Bamako. Enfin, une série de sédentarisations serait apparue après la mise en service de l’usine hydroélectrique de Sélingué en 1982 qui, selon les pêcheurs, perturberait les migrations de poissons entre le Sankarani et le Niger et occasionnerait des variations trop brutales des niveaux d’eau pour la pêche.

13Dans la région du Delta, il a été montré que les prises sont étroitement corrélées avec la puissance des crues annuelles et la durée des inondations (Marie et al., 2007). On peut supposer un fonctionnement identique pour le fleuve bordé par quelques plaines inondables et de nombreux bras secondaires. Les raisons de la sédentarisation des pêcheurs à Bamako sont multiples mais, comme la croissance démographique, la variabilité interannuelle des écoulements du Niger et les modifications de son régime hydrologique par les barrages de Markala et de Sélingué sont des éléments déterminants de la migration des pêcheurs. Les débits annuels calculés à partir des observations faites à la station hydrologique de Koulikoro entre 1907 et 2010 (graphique 2) montrent trois types de situation (Ferry et al., 2012) :

  • des périodes à forte hydraulicité de 1922 à 1936 et de 1948 à 1969 (37 années) ;

  • une période aux écoulements particulièrement faibles entre 1982 et 1993 (12 années) ;

  • des périodes « intermédiaires » (55 années), dont celle observée depuis 1994.

14Les débits annuels sont évidemment insuffisants pour caractériser les écoulements, mais retenons qu’à Koulikoro des débits annuels forts correspondent le plus souvent à des écoulements largement répartis sur l’année (entre juin et décembre) et présentant des débits de pointe de crue importants (Ferry et al., 2012).

Graphique  : Débits annuels (modules) du Niger à Koulikoro de 1907 à 2010

Graphique  : Débits annuels (modules) du Niger à Koulikoro de 1907 à 2010

Sources : Direction nationale de l’hydraulique du Mali et Luc Ferry.

15De ces épisodes alternants « secs » et « humides », deux restent très ancrés dans les mémoires : la période de 1948 à 1969 et celle de 1982 à 1993. Dans la première, les écoulements annuels comme les débits de pointe de crue ont été particulièrement importants avec pour corollaire des pêches abondantes. La deuxième période, la plus sèche observée sur l’ensemble de l’Afrique de l’Ouest depuis le début du XXe siècle, s’est traduite par des disettes, des famines généralisées et une décimation du bétail notamment dans le Delta. La faiblesse des crues annuelles et la réduction des terres inondées ont probablement conduit à un abandon de territoires de pêche.

  • 8 « Un des trois quartiers les plus anciens de Bamako, avec Niaréla et Bagadadji. Il n’a pas été, com (...)

16La sédentarisation a pour effet de limiter les migrations saisonnières et de provoquer une installation à l’année dans les centres urbains dont la capitale : la baisse des revenus des familles de pêcheurs ne permettait pas d’entreprendre un retour vers le village d’origine, alors qu’elles pouvaient espérer pouvoir plus facilement diversifier leurs revenus dans le contexte urbain. De campements temporaires à lieux d’habitats fixes, les daga se sont ancrés dans Bamako. Le quartier historique de Bozola8 est le point de repère généralement cité lorsque l’on évoque le secteur d’activité de pêche dans la capitale. Mais nos observations montrent l’existence de 21 campements de pêcheurs fixes et d’un campement temporaire le long des 17,5 km de fleuve au sein du district de Bamako. En comparaison, dans un espace situé en Guinée et que l’on qualifierait de rural, on compte environ 35 villages répartis sur 200 km de fleuve entre la confluence avec le Niandan jusqu’à la frontière malienne !

Être ou ne pas être vu : l’empreinte spatiale des bozodaga

  • 9 La nomenclature officielle reprend quant à elle une classification distinguant trois catégories de (...)
  • 10 Spécialisation tout à la fois professionnelle, technique par l’utilisation préférentielle d’engins (...)

17Il existe deux groupes de pêcheurs9 spécialisés10 : les Bozo et les Somono. Les Bozo, considérés au Mali comme les véritables propriétaires du fleuve, possèdent leur propre langue et coutumes. Les Somono regroupent les autres personnes vivant principalement de la ressource de la pêche. Mais en milieu urbain il n’est pas fait de distinction catégorique entre Bozo et Somono par les citadins. La population de pêcheurs à Bamako se trouve pour l’essentiel d’origine Bozo, et cette appellation est couramment utilisée comme terme générique pour qualifier les pêcheurs.

  • 11 Filet jeté de la berge ou d’une pirogue.
  • 12 Si ce schéma reprend la vision qu’ont les pêcheurs d’une segmentation de l’espace entre la ville, l (...)

18L’activité de pêche n’est pas au premier abord marquante sur la portion de fleuve que bordent les six communes de Bamako. Le trajet des pirogues ainsi que le travail des nasses et des filets sont les premiers marqueurs visuels de cette activité. Or les filets sont déposés en fin d’après-midi et relevés entre quatre et six heures du matin, tout comme les nasses. Une partie de la pêche à l’épervier11 est pratiquée la nuit, et donc hors de vue. Le fleuve est avant tout considéré comme un obstacle divisant la ville et que l’on ne fait que traverser sur les ponts. L’analyse du transect horizontal ville-fleuve (Fig.1) fait apparaître le fleuve et ses berges comme un espace sous bulle, coupé du restant de l’urbain. Cette impression est accentuée lorsque l’on navigue sur le Niger, un des rares espaces encore ouverts dans la cuvette bamakoise. La notion d’espace vécu, « espace tel qu’il est perçu et pratiqué par les êtres qui y vivent » (Lévy, Lussault, 2003), des pêcheurs à Bamako est révélatrice de cette perception, exprimée dans le schéma suivant. Il a été réalisé par des étudiants de l’École Supérieure d’Ingénierie, d’Architecture et d’Urbanisme (ESIAU) de Bamako, à l’issue d’une enquête menée auprès des pêcheurs sur la perception de leurs situations vis-à-vis du fleuve et de la ville12.

Figure  : Le fleuve et ses berges, un espace sous bulle

Figure  : Le fleuve et ses berges, un espace sous bulle

Adjati, Guirou, Yalcouye, 2011.

19Ce manque de visibilité de la pêche s’explique aussi par la difficulté à repérer les campements de pêcheurs qui se fondent dans le paysage urbain. A Bamako le terme de bozodaga désigne des campements très divers tant dans leur forme que dans leur mode d’implantation. Si à l’origine ces habitations n’étaient que temporaires le temps d’une campagne de pêche, puis détruites avec le retour de la crue en saison des pluies, elles sont aujourd’hui dans leur quasi-totalité permanentes. Il existe plusieurs types d’habitation :

  • Des maisons en banco (terre crue) qui sont souvent le prolongement d’un quartier voisin (cas de Bozola-daga, Sotuba-daga, ou Magnabougou-daga). Certains daga de cette forme peuvent néanmoins rester isolés du continuum urbain (cas de Kalabankoro-daga situé sur une île en face du port sablier du même nom).

Photo  : Maison en banco à Jean-Marie-Koné-daga

Photo  : Maison en banco à Jean-Marie-Koné-daga

Cliché : Kévin de la Croix, 2009.

  • Des logements en matériaux de récupération : généralement dépourvus de moyens financiers, certains habitants de daga construisent leurs demeures avec des bois de caisse d’emballage, des plastiques, des pneus servant de poids d’accroche.

Photo  : Logement en bâche plastique récupérée à Bozola

Photo  : Logement en bâche plastique récupérée à Bozola

Cliché : Kévin de la Croix, 2009.

  • Des habitations temporaires constituées de paille et de séko (canisses). Elles sont situées en zone inondable en bordure du fleuve, avec toutefois une partie du daga construite en dur, en banco ou en ciment (cas de Tokoroba daga 1 et 2). Ces habitations temporaires permettent de désengorger la partie permanente du campement et offrent un logement gratuit aux pêcheurs qui sinon seraient obligés de payer une location en ville.

Photo  : Habitation temporaire constituée de séko avec une armature composée de bois à Tokoroba 1

Photo  : Habitation temporaire constituée de séko avec une armature composée de bois à Tokoroba 1

Cliché : Kévin de la Croix, 2009.

  • Daga installés dans des maisons bâties en ciment, délaissées ou en construction : il est courant de trouver de tels chantiers dans le paysage urbain de Bamako où d’anciens bâtiments publics délaissés sont squattés par des groupements de pêcheurs. Ainsi une partie du campement Jean-Marie-Koné-daga est situé dans une résidence du propriétaire du même nom, tandis que le campement de Koubéni-daga est situé dans un ancien bâtiment colonial de la poste.

Photo  : Appropriation d’un ancien centre de poste à Koubéni-daga

Photo  : Appropriation d’un ancien centre de poste à Koubéni-daga

Cliché : Kévin de la Croix, 2009.

20Pour autant les types d’habitation ne sont pas uniformes à l’intérieur de chaque daga. Bien au contraire, la structure d’un daga se caractérise par la diversité de ses types d’habitation, mélangeant tout ou partie des différentes catégories définies ci-dessus. L’architecte Vincent Laureau, au travers de son étude portant entre autres sur le quartier de Bozola (2008), révèle les complexités de ces formes d’habitat. Celles-ci sont significatives des différentes expressions culturelles et sociales exprimées au travers des formes architecturales observées. Cet auteur démontre également l’intérêt des formes d’auto-construction dans un cadre urbain : « Les pratiques de constructions urbaines sont différentes des pratiques rurales. La ville ne semble pas être le lieu d’un mélange enrichissant de cultures constructives, sauf dans les cas d’auto-construction. Ce serait plutôt le lieu d’une homogénéisation et d’une standardisation des techniques et des formes, qui occasionnent une certaine modification des connaissances. Cette perte de connaissances relative à la construction contribue à la mauvaise image donnée à la terre » (Laureau, 2008). Ces constructions « spontanées » à Bamako attestent avant tout d’une situation de précarité extrême. Celle-ci est à la fois économique et statutaire. Considérés comme des squatteurs, les pêcheurs se trouvent face à un dilemme : soit se faire voir et entendre pour revendiquer de meilleures conditions de vie, soit – plutôt – continuer à se dissimuler dans le paysage urbain sans trop se faire remarquer pour éviter d’être expulsés.

Des pêcheurs au bord de la ville

Carte  : Répartition des campements de pêcheurs dans le district de Bamako

Carte  : Répartition des campements de pêcheurs dans le district de Bamako

Source : recensement 2010. Réalisation : Kévin de la Croix.

21La répartition des 22 campements, telle que nous pouvons l’observer sur la carte 2, est relativement homogène sur les deux rives. De l’amont à l’aval, ils se situent sur une zone allant du port sablier de Kalabankoro jusqu’au village de Sotuba, dont dix sont localisés en rive gauche et douze en rive droite. Parmi eux figurent deux daga installés sur des îles, Djicoronigunkan et Backodjicoronigunkan, entièrement peuplées de pêcheurs.

  • 13 « Pour l’heure, les glissements de monopole, de celui – juridique et technique – de l’administratio (...)

22Différents facteurs expliquent la localisation de ces campements. Lors des périodes de sédentarisation, chaque groupe s’est installé sur les espaces anciennement occupés par leurs ancêtres. Mais depuis, certains daga ont dû changer de place face à la pression urbaine - politique et foncière - et s’installer sur des espaces encore vacants13. Les enquêtes ont relevé au moins trois sites différents d’installations successives, pour l’ENSUP-daga par exemple. De même, la pression démographique dans certains campements a entrainé un éclatement de ces derniers. Ainsi, Jean-Marie-Koné-daga et Palais-de-la-culture-daga ont été constitués par des familles issues de Badalabougou-daga. Bien qu’ils fonctionnement de façon autonome, ces trois groupes sont toujours liés et se concertent mutuellement avant toute prise de décision importante.

  • 14 Les dagatigi auront tendance à minorer la population du campement lors des dénombrements officiels (...)

23Le recensement des pêcheurs spécialisés au sein de ces campements est difficile à effectuer tant les chiffres annoncés par les chefs de famille ou les chefs des daga, les dagatigi, peuvent varier en fonction de la définition qu’ils donnent au terme de pêcheur et de l’intérêt qu’ils peuvent en dégager14. La DRP du district de Bamako a recensé en 2006 dans les campements 2 511 habitants ne vivant que des produits de la pêche. Mais de façon plus détaillée, les enquêtes effectuées en 2010 (DRP et auteurs) recensent 1 095 pêcheurs spécialisés et 613 pirogues (estimation basse) durant les périodes importantes de pêche – hors période de hautes eaux. En comparaison, une étude menée par la GTZ affirme que « l’on peut approcher la population totale [de pêcheurs, Nda] du district de Bamako à 6 550 personnes (0,64 % de la population) répartis en 830 ménages, soit entre 1 650 et 2 500 pêcheurs actifs » (Gsegner, 2006). Cette estimation est nettement supérieure à nos propres enquêtes alors qu’elle recense seulement quinze campements de pêcheurs et que l’étude porte sur quatorze d’entre eux, ce qui démontre également la difficulté de recensement de ces populations.

  • 15 Néanmoins ce chiffre est à prendre avec précaution. Une étude plus détaillée devrait être menée pou (...)

24Ainsi se pose la question complexe du calcul des quantités prélevées par ces daga urbains. Selon la norme utilisée par les halieutes, on peut estimer cette production à 920 tonnes de poissons pêchées par an15. Si la part des pêcheurs actifs rapportée à la population totale de Bamako est anecdotique (de l’ordre de 1 pour 1000), la concentration de plus de mille pêcheurs spécialisés sur une section d’une vingtaine de kilomètres l’est beaucoup moins. Cette concentration témoigne que l’activité de pêche n’est pas choisie uniquement par défaut, pour un complément de revenu et de subsistance, mais bien comme une affaire de professionnels opérant dans ce contexte urbain. Elle témoigne d’autre part, indépendamment des divers débats sur la qualité des eaux en milieu citadin, que la réserve halieutique apparaît suffisante pour répondre en partie aux besoins de plus de mille ménages de pêcheurs. Cette forte concentration de pêcheurs ainsi que ce contexte urbain implique des systèmes singuliers d’autorité et de techniques pour le partage de la ressource et de l’espace.

Des spécificités en termes techniques et d’autorité

25La gouvernance des eaux de BamakoD’un point de vue analytique, la notion de gouvernance a pour intérêt de permettre d’appréhender la totalité des acteurs impliqués dans la gestion d’un espace ou d’une ressource, qu’ils soient officiels ou informels voire illégaux, qu’ils soient alliés ou adversaires. Dans notre étude de cas, l’administration et les pouvoirs politiques élus sont seulement quelques éléments d’un « système d’acteurs » beaucoup plus complexe.

  • 16 Cette superposition de compétences et d’autorité n’est pas sans soulever de contradiction. En effet (...)

26Le domaine de la pêche ayant longtemps été sous-représenté au niveau institutionnel, le gouvernement malien a créé en février 2005 la Direction Nationale de la Pêche (DNP) chargée de concevoir et de mettre en œuvre les grandes orientations dans ce domaine. Dans le cadre du processus de décentralisation au Mali, il existe pour chaque subdivision administrative des bureaux de cette direction : au niveau régional et dans le district de Bamako avec la Direction régionale de la pêche (DRP) ; au niveau du cercle avec le Service local de la pêche ; au niveau communal ou groupes de communes avec l’Antenne de la pêche (DNP, 2009). Dans le delta intérieur, les territoires en eau relèvent à la fois du domaine du sacré - et à ce titre sont régis par des chefs coutumiers - et du domaine communal – donc régis par des élus locaux à qui il appartient de réglementer l’usage selon les textes nationaux16. Il existe depuis 1996 des conseils de pêche dans chacune des six communes du district de Bamako. Chacun est représenté par un bureau élu et des membres de droit représentant les services techniques, le maire et le « chef traditionnel des pêcheries » (DNP, 2008). Cette fonction est assurée par un seul représentant pour l’ensemble des six conseils de pêche. Il est donc reconnu par l’autorité institutionnelle qu’il existe de fait une autorité coutumière commune à l’ensemble des eaux de Bamako.

27A ces structures réglementaires viennent s’ajouter les regroupements de pêcheurs en fédérations, associations et coopératives. Les fédérations ont pour objectif à l’échelle nationale de favoriser une aide technique et matérielle (vente, transport, transformation, acquisition de matériel de pêche, etc.) et d’influer sur le plan administratif (défense des pêcheurs en cas de litige avec les autorités, obtention de pièce d’identité, etc.). Elles font office de syndicat pour les pêcheurs. Réunies en commission nationale des organisations professionnelles de la pêche, elles sont en lien direct avec le ministère de l’Agriculture et de la Pêche en tant qu’interlocuteurs uniques de la communauté. Si leurs poids décisionnels auprès des pêcheurs et des institutions étaient importants jusqu’au début des années 1990, rares sont aujourd’hui les pêcheurs sur le Niger supérieur qui se déclarent appuyés ou encadrés par ces structures.

  • 17 Selon l’article 2 de la loi n° 95-02 de 1995, « le domaine piscicole national désigne toute surface (...)
  • 18 Germaine Dieterlen (1942) a décrit les différents rites de pêche et de pluie pratiqués à cet endroi (...)

28L’ensemble de l’espace aquatique du Niger supérieur jusqu’au delta intérieur, bien que faisant partie du domaine national17, fait l’objet d’appropriations territoriales spécifiques entre les communautés et les villages de pêcheurs. Ces territoires sont régis notamment par l’institution de la maîtrise d’eau, la jiituya : « la maîtrise lignagère de l’eau est liée à un accord sacrificiel originel avec les génies d’eau (Nyenné ou Jégu), et consacre le contrôle éminent d’un territoire et de certaines pratiques de pêche » (Fay, 1989). Cette gestion est confiée à un maître des eaux, le jitigui, un individu qui a pour rôle de régir l’activité de pêche et d’être l’interface avec les génies. A Bamako, cette question de l’autorité coutumière est un sujet particulièrement épineux. Si les pêcheurs sont unanimes pour désigner le jitigui du quartier historique de Bozola comme le véritable maître des eaux, ce dernier, devenu commerçant, ne s’occupe plus guère des questions de pêche. Ses prérogatives sont aujourd’hui déléguées au responsable de son daga d’origine de Bozoladaga. Les autres dagatigui sont en charge localement de la réglementation des pratiques de pêche sur les eaux de Bamako. Ils définissent notamment les lieux et les engins de pêche, et sont consultés en cas de litige. Les limites coutumières des eaux de Bamako sont définies par les pêcheurs en amont par la section d’eau de Jijan et en aval par les rapides de Sotuba, au niveau du lieu sacré de Soutadounou18.

29Bien que répartie sur différents territoires possédant une toponymie spécifique, l’eau du fleuve dans ce contexte urbain ne fait pas l’objet d’une appropriation unique. L’eau n’appartient à personne, sinon à Dieu –Ji Ala taé. Plus prosaïquement, l’eau du fleuve faisant partie du domaine piscicole national, aucun pêcheur ne peut en principe revendiquer la possession d’une partie du fleuve. Néanmoins, il existe des lieux de pêche, des mÒnikéyoro, mis en valeur de façon individuelle et dont l’exploitation est privatisée : une appropriation individuelle qu’explique Adama, du campement de Flabougoudaga : « les gens savent que j’ai travaillé dessus, ramassé les cailloux, enlevé les branchages, et pêché dessus depuis longtemps, c’est mon endroit ! ». Il ajoute : « Tu travailles ce lieu pour trouver ton intérêt ». Ce travail de nettoyage du lit du fleuve consiste à enlever tout les éléments naturels et les détritus qui le jonchent et pourraient accrocher les filets, et à retirer toutes les pierres afin d’avoir un fond sableux pour éviter que les poissons ne se cachent. Cela fait, les lieux sont délimités par un flotteur, et le pêcheur pratique une pêche nocturne à l’épervier. Il dépose au préalable des boules de son de maïs et d’argile afin d’appâter les poissons. Ces zones quotidiennement appâtées deviennent de véritables réserves à poisson. Ainsi l’appropriation du lieu passe par une valorisation du site qui se fait au prix d’un double investissement : en force de travail pour le nettoyage et en argent pour l’achat du son de maïs.

30Les secteurs de pêche ainsi que leurs propriétaires sont connus par l’ensemble des pêcheurs appartenant au même daga et par ceux ayant l’habitude de venir pêcher à proximité. Ces secteurs sont de longueur variable et disposés généralement sur une bande de dix à vingt mètres de largeur à partir de la berge - le milieu du fleuve étant toujours considéré comme libre, afin notamment de laisser un chenal pour la navigation. Ils peuvent être hérités par les membres de la famille ou donnés à un étranger. Chaque secteur peut ensuite être sous-loué par leurs détenteurs, généralement à l’année, en échange d’une somme d’argent.

31Dans ce contexte urbain, les prérogatives concernant l’accès à l’eau sont souples : puisque la localisation de ces mÒnikéyoro est connue de tous, les propriétaires essaient en cas de conflit de les régler à l’amiable sans que les agents communaux en charge de la pêche soient convoqués. A la fois propriété de Dieu, propriété de l’Etat, propriété de campement, propriété de pêcheur, l’eau est régie par un impressionnant « pluralisme juridique » (Le Roy, 2000), facteur de souplesse de gestion et organisé dans le cadre d’une gouvernance où fonctionnent de multiples acteurs et de multiples échelles. En cela, le cas de la pêche urbaine est assez représentatif de la situation du Mali en général, où la récente politique de décentralisation, qui a paradoxalement renforcé le contrôle de l’Etat (ou du moins de la commune) sur les biens collectifs comme la terre et l’eau, n’a pas moins laissé subsister, grâce à un empirisme des pouvoirs publics très pragmatique, les pouvoirs coutumiers préexistants (Idelman, 2009).

Les « technotopes » en question : particularités territoriales et techniques

32L’étude des pratiques de pêche en milieu urbain révèle également des particularités territoriales et techniques par rapport à ce que l’on peut observer sur le reste du Niger supérieur. Claude Fay (1993) parle ainsi de répartition de « technotopes » : les lieux sont l’objet d’une appropriation et d’une mise en valeur technologique spécifique. Bien qu’il soit toujours difficile d’en évaluer l’échelle d’analyse, une approche en termes de technotopes urbains d’un espace situé sur un bras de fleuve temporaire en amont du pont du roi Fahd permettra d’en montrer la pertinence.

33Les différentes îles à Bamako forment, en fonction du niveau de hauteur d’eau, des bras appelés fàla. Le fàla-konon est situé au centre du fleuve entre les campements de pêcheurs de Flabougou-daga et de Torokorobougou-daga. Cet espace est mis en valeur de façon singulière, entre terre, herbe et eau. Il est divisé en trois parties et est exploité de façon privée par trois pêcheurs du campement de Flabougou-daga. L’un d’entre eux explicite ce sentiment de jouissance de l’espace par la phrase suivante : « A bé i n’a f° bé bi i ka so kono », i.e « comme si chacun était dans sa maison ». Chaque espace est méticuleusement délimité, comme nous pouvons l’observer en saison sèche sur la carte 3.

Carte  : Les espaces de propriétés du fàla konon

Carte  : Les espaces de propriétés du fàla konon

Source : Google Earth 2013. Réalisation : Kévin de la Croix.

34Le fàla est entouré d’une large bande d’herbe touffue, appelée bintou, dont on se sert pour délimiter les propriétés. S’il manque de l’herbe et que les limites doivent êtres redessinées, on utilise des flotteurs composés avec des bouteilles, du polystyrène, des bidons... Chaque espace, à l’instar des mÒnikéyoro décrits précédemment, est préparé en vue d’une pêche au filet dormant et à l’épervier, avant l’arrivée de la crue. La particularité de ce fàla, outre les processus d’appropriations individuelles, repose sur le renversement du calendrier de pêche et du statut de ces espaces par rapport au Niger en aval. En effet, la période de pêche sur le fàla est effective lorsqu’il commence à être submergé et pendant les quatre mois qui suivent - soit globalement entre juillet et octobre, car l’espace dense en végétation se transforme alors en un lieu de refuge où les poissons trouvent une nourriture abondante. Le fàla konon devient une zone de pêche importante durant la période de hautes eaux alors même que les limites et les prérogatives des territoires de pêche sont le moins marquées sur le reste du fleuve.

Ville et innovation : propulsion des pirogues par moteur de motopompe

35Le transport de marchandises et de personnes par des pinasses de plusieurs tonnes est fréquent sur le Niger. Équipées de moteurs de camions, celles-ci assurent notamment les voyages entre Bamako et la Guinée, tout comme certaines pinasses à fond plat appelées chalands qui approvisionnent les ports sabliers de la capitale. Or, les pêches piroguières fluviales sont généralement considérées comme non motorisées. Une innovation pourra peut-être changer cet état de fait dans quelques années puisque des pirogues propulsées par la force mécanique de moteurs de motopompe apparaissent dans certains campements de Bamako. Ces motopompes sont fixées artisanalement sur l’arrière des pirogues, tandis que leurs systèmes d’aspiration et de rejet d’eau sont court-circuités afin d’utiliser la force mécanique pour actionner un arbre de rotation fixe en métal de 1,50m terminé par une hélice. Ces pirogues doivent être manipulées à deux personnes : l’une est en charge de la direction par l’intermédiaire d’une rame qui fait office de gouvernail comme chez tous les pêcheurs, alors que l’autre s’occupe de l’allumage du moteur et du réglage de sa puissance. Ce système de propulsion donne une vitesse importante à la pirogue mais confère à l’esquif une erre souvent difficile à maîtriser une fois le moteur coupé.

Photo  : Motopompe fixée sur une pirogue et son raccord à l’arbre à hélice

Photo  : Motopompe fixée sur une pirogue et son raccord à l’arbre à hélice

Cliché : Kévin de la Croix, 2010.

36Cette innovation qui remonte à une dizaine d’années est originaire du campement de Badalabougou-daga. Elle est le fruit d’une collaboration entre les pêcheurs du daga et un forgeron local, qui reste pour le moment le seul à produire les arbres d’hélice adaptables aux motopompes. Le campement compte aujourd’hui dix pirogues équipées de ce système. On conçoit aisément que celui-ci puisse être utilisé pour le transport de personnes et de marchandises. De fait, il est surtout utilisé pour les déplacements aller et retour sur les lieux de pêche. Une fois sur place, les filets et autres nasses sont déposés à la force des rames, qui permettent un déplacement plus précis, silencieux et bien sûr non coûteux en carburant.

37La diffusion de ce système est encore limitée et se fait à partir de Badalabougou-daga par des réseaux familiaux et professionnels. Encore récent, ce système est toujours dans la première phase de diffusion telle que définie par Rogers : « une phase généralement longue avec de faibles taux d’adoption, durant laquelle l’innovation est dans les mains des leaders ou entrepreneurs » (1995). On trouve des pirogues ainsi équipées dans le campement Jikoronigunkan-daga, à proximité du village de Samanyana-somono, et en face de la ville de Koulikoro située à soixante kilomètres en aval de Bamako. L’utilisation est quotidienne et le bénéfice est perceptible en termes de diminution de temps de travail. Enfin, on assiste à des variantes de ce procédé, avec l’utilisation de l’arbre à hélice fabriqué à Badalabougou-daga couplé à un moteur de moulin et un gouvernail à roue. Ce moteur d’une plus grande puissance est utilisé pour la pose de sennes, ainsi que pour des pêches à la ligne traînée autour de Koulikoro. On voit bien que ce système, par ses applications et ses évolutions, doit être considéré comme une véritable innovation, et une innovation urbaine, issue d’un campement de pêcheurs de Bamako.

38La pérennité et la diffusion de cette innovation, lancée dans un cadre urbain (proximité de forgerons équipés, investissements, etc.) mais appelée à se propager vers d’autres zones du fleuve, pourraient être mieux assurées par l’adoption d’un matériel adapté et peu coûteux. Des réseaux de commerçants de ce type de motopompe et de pièces détachées sont solidement implantés dans de grandes villes comme Bamako, Ségou, Koulikoro, et Mopti. De même, les forgerons-mécaniciens ont de plus en plus l’habitude de réparer ces motopompes si utiles aux maraîchers en bordure du fleuve (de la Croix et al., 2010). Néanmoins, les faibles disponibilités de trésorerie, qui caractérisent généralement la situation économique des familles de pêcheurs, font que les réparations ne sont pas toujours effectuées en cas de panne importante, et c’est certainement là le principal facteur limitant la propagation de ce système de propulsion.

  • 19 "Le paradigme halieutique correspond à un modèle de représentation de la pêche et des pêcheurs qui (...)

39Les conséquences de l’utilisation de ces pirogues ainsi motorisées sur les pratiques sociales de pêche et sur les territoires aquatiques seront à surveiller. Assistera-t-on à un changement de l’un des paramètres technologique du « paradigme halieutique »19 des pêches piroguières qui veut que pour cette pratique, les pirogues soient mues uniquement à la rame ?

Le fleuve, la pêche et la ville : un difficile pas de trois

Jouer la carte urbaine

40L’un des avantages comparatifs de l’activité de pêche en ville par rapport au milieu rural repose évidemment sur les potentialités de commercialisation du poisson : demande toujours plus importante, accès à des points de vente direct à proximité des débarcadères, prix à la vente plus élevés.

41Si l’activité de pêche est essentiellement masculine, la vente du poisson est quasi-exclusivement l’affaire des femmes au sein de chaque foyer de pêcheur. « Les captures de poisson sont confiées en général à la femme du pêcheur, ou par défaut à une femme de la famille. Seuls les célibataires et migrants vendent leur poisson à des clientes extérieures à la famille. Le rôle des femmes est donc de laver le poisson, le peser (au moins les plus grosses pièces) et de négocier le prix de vente. Le pêcheur donne parfois un titre indicatif, mais c’est la femme qui gère la vente. L’argent de la vente du poisson sert alors à l’achat du condiment, le reste de la somme étant remis au chef de famille qui gère alors tous ses dépendants. Dans quelques cas, les femmes ont une part de la vente pour constituer une somme qui sera mise de côté pour les achats de condiments (en prévision de ventes insuffisantes) ou pour les achats relatifs aux enfants (habits ou trousseaux de mariage des filles par exemple) » (DNP, 2009).

  • 20 A noter que l’essentiel de la demande de poisson est faite en frais, et que les regroupements de fe (...)

42Le seul district de Bamako regroupe 48 associations et coopératives de pêche (DNP, 2008). Liées aux différentes fédérations, elles regroupent les associations de pêcheurs de chaque daga urbain ainsi que les coopératives féminines de vente et de transformation du poisson. Ces coopératives servent notamment à l’achat de matériel pour la transformation de poisson (fumé et séché), ou de matériel de conservation comme on peut l’observer au niveau du campement de Badalabougou daga20.

Photo  : Mareyeuse de poisson à Badalabougou-daga

Photo  : Mareyeuse de poisson à Badalabougou-daga

Cliché : Kévin de la Croix, 2010.

43Le poisson est ensuite revendu à des particuliers ou à d’autres commerçants plus importants. Bien qu’il soit difficile de comptabiliser le nombre exact de revendeurs, la DNP a effectué un recensement de 4 172 points de vente répartis entre les grossistes, demi-grossistes et détaillants. Mais l’essentiel de leurs ventes est issu de la production importée d’autres régions ou des poissons de mer en provenance des pays côtiers (comme la Guinée, le Sénégal et le Ghana).

  • 21 Cet avantage doit être nuancé par le coût de la vie plus cher en ville, même si le faible coût du l (...)

44Le circuit de commercialisation des poissons pêchés dans le district de Bamako est très court : économiquement par l’absence d’intermédiaire (l’échange monétaire se faisant entre les hommes et les femmes d’un même foyer) ; mais aussi spatialement du fait de la proximité des points de ventes (le marché du quartier). Ce dernier avantage permet de réduire considérablement les dépenses liées au transport. Un autre atout repose sur le cours des poissons sur les marchés de Bamako qui est généralement plus élevé que dans le reste du pays21.

45Mais l’un des véritables atouts du fait urbain réside dans la possibilité d’un emploi dans le secteur informel pour les membres non pêcheurs de la famille. La stratégie est bien de diversifier les sources de revenus, pour pallier les aléas inhérents à l’activité de pêche. La population des campements est donc formée à la fois de personnes dont le revenu est assuré essentiellement par la pêche, de pêcheurs occasionnels exerçant d’autres activités en ville, et de non-pêcheurs. On recense ainsi des ouvriers en teinturerie, des fabricants de pirogue, des commerçants, des chômeurs, des artisans tâcherons... Cette diversification des revenus est obligatoire au regard de la situation générale de grande pauvreté caractérisée par une carence chronique en petite trésorerie ; la faiblesse de celle-ci ne permet pas de financer totalement les dépenses liées aux besoins secondaires : achats de céréales et d’ingrédients culinaires, frais de santé et scolarité éventuelle, frais administratifs, en sus des dépenses liés à l’activité (filets et autres engins de pêche ou entretien de pirogues).

46L’ensemble de cette population se groupe dans des daga situés spatialement (carte 2) et économiquement aux bords de la ville : sur les berges du fleuve. Toutefois cette concentration spatiale n’est que relative et à une autre échelle il y a plutôt une dispersion de la population, ou du moins une répartition assez homogène tout le long de la section urbaine du fleuve. En effet, il est remarquable que les campements puissent se trouver aussi bien à proximité de la Cité du Niger que près du port sablier de Kalabankoro. Voilà qui pourrait apparaître comme un signe de faible citadinité, comme si les disparités spatiales et les polarités de l’agglomération ne les concernaient pas. Les classiques facteurs déterminant la hiérarchie sociale des quartiers d’une grande ville (distance au centre, classes sociales dominantes, origine régionale ou ethnique dominante, prix du foncier, etc.) ne semblent guère les toucher. Afin de réduire les distances économiques et spatiales entre l’homme qui pêche dans le fleuve et la femme qui revend au marché du quartier, un seul déterminisme les concerne vraiment : la proximité du fleuve. Mais comme nous allons le voir, cette contigüité avec le Niger s’explique également par des logiques de mobilité.

Les échelles de la mobilité dans un impératif stratégique de sédentarisation des bozodaga

47La catégorisation d’un pêcheur du district de Bamako s’exprime par son rapport complexe à la mobilité, au sein même de la ville mais également à l’extérieur. Complexe car s’il lui est nécessaire de se déplacer en fonction des rythmes du fleuve, des campagnes de pêche, des opportunités professionnelles et des regroupements familiaux, il lui est tout aussi vital de sédentariser son habitat dans une logique d’occupation pérenne de l’espace. Afin d’analyser ce paradoxe, on peut distinguer trois types de mobilités selon différentes échelles : dans la ville, entre la ville et le village d’origine, et enfin entre la ville et l’étranger.

  • 22 Après l’incendie du campement, le propriétaire du même nom a accepté l’installation de ce daga sur (...)

48Comme nous l’avons vu précédemment, une partie de certains daga est constituée d’habitats en canisses démontables situés en zone inondable du fleuve. En fonction du niveau d’eau, la mobilité d’une partie des habitants du campement répond autant à des contraintes physiques (la crue du fleuve) qu’économiques (prix du logement). Les déplacements se font du fleuve vers la ville en période de montée des eaux, d’un habitat gratuit vers un logement payant, et inversement en période d’étiage. Chacun en fonction de ses réseaux familiaux, amicaux ou professionnels doit appliquer une stratégie de logement renouvelée l’année suivante. On assiste alors à des systèmes locatifs d’appoints (lorsque le locataire cohabite avec le propriétaire de la cour) et spéculatifs (propriétaires absentéistes qui laissent leur cour aux ménages locataires) tels que les définit Monique Bertrand (1999) : nos enquêtes ont montré que des pêcheurs du campement d’ENSUP-daga, par exemple, habitent dans un système locatif d’appoint dans le quartier de Lafiabougou, tandis que Jean-Marie-Koné-daga fait office de location spéculative22. Ces déplacements témoignent du manque de place pour l’extension des campements en saison de hautes eaux, et/ou du peu de moyens des ménages pour faire bâtir leurs propres habitations en dur. Ils sont vécus comme une contrainte, car en plus d’obliger à payer un loyer durant une période de quatre mois minimum, ils éloignent les pêcheurs de leurs lieux de travail et augmentent le prix et le temps de transport.

49Un autre type de mobilité concerne des retours annuels en direction du village d’origine, situé dans la région de Koulikoro et de Ségou. Ces déplacements concernent une partie de la population des daga, majoritairement des jeunes adultes entre 18 et 35 ans. Ces retours d’une durée variant de 3 à 5 mois (de juillet à novembre environ) débutent au moment de l’hivernage, période de faible activité de pêche. Ils se prolongent quelques mois après la fin de la saison des pluies pour permettre à ces jeunes hommes d’aider en tant que manœuvre aux travaux agricoles. En plus de l’aide apportée à la famille pour l’entretien des champs de brousse, ce système permet de désengorger les daga urbains qui se trouvent congestionnés au moment des hautes eaux. Enfin, ces déplacements permettent d’entretenir des relations familiales symboliques et économiques (transfert d’argent). Les migrants ont ainsi la charge de maintenir, en plus de leurs propres liens familiaux, les relations entre les habitants du village et les pêcheurs restés à Bamako. Ces derniers assurent ainsi une veille du campement durant une période ou l’activité et la démographie sont fortement réduites. Début novembre 2010 au campement d’ENSUP-daga, nous avons pu assister au retour d’une vingtaine de pêcheurs en provenance de la région de Koulikoro, qui dès leur arrivée ont dû rapporter au dagatigi le compte rendu de leur séjour et transmettre les nouvelles du village à chaque foyer du campement. Ce retour est accueilli d’autant plus chaleureusement qu’il annonce le retour d’une partie de la force vive du daga et une activité plus intensive de pêche.

  • 23 « Les différents types de migration mis en œuvre par les pêcheurs du Delta central révèlent l’impor (...)

50Enfin, le dernier type de mobilité concerne des migrations allant de quelques mois à plusieurs années en direction de pêcheries dans d’autres régions du Mali et à l’étranger. Le rôle de ces migrations est essentiel pour la reproduction des systèmes de pêche, comme cela a été étudié notamment dans le delta central du Niger23. Ce type de déplacement se fait surtout en direction des pêches collectives vers le Mandé en période d’étiage, de campagne de pêche dans la retenue du barrage de Sélingué, ou à l’étranger pour les jeunes hommes désirant se constituer un pécule en vue de fonder leur foyer. L’étude menée par la GTZ en 2006 confirme cette tendance, qualifiant Bamako à la fois de centre de départ mais aussi de lieu d’arrivée des migrations : « Près de 40 % des pêcheurs interrogés sont arrivés entre 1887 et 1997, et 20 % ont migré vers la capitale il y a moins de 10 ans. Dans quelques familles, des jeunes pêcheurs partent à l’étranger plusieurs mois, souvent en Côte-d’Ivoire, au Sénégal ou en Guinée. Seule une faible proportion de pêcheurs part en migration à l’intérieur du Mali » (Gsegner, 2006). Comme le suggère cette dernière phrase, ce type de migration reste néanmoins beaucoup plus marginal chez les pêcheurs de Bamako par rapport à ce que l’on peut observer en milieu rural Signe là encore de l’ambivalence de la ville : elle permet des revenus urbains, substituts à l’émigration, mais entraine d’autres difficultés.

  • 24 Dès la fin des années 1990, Monique Bertrand notait que "La géographie de cette offre administrée e (...)

51En effet, si seul le campement de Djoliba-daga est temporaire sur l’ensemble des daga du district, cette situation est symptomatique du danger que peut représenter la mobilité des pêcheurs et de leurs habitats à Bamako. Situé sur la marge fluviale de la ville, leur espace est soumis à une forte concurrence de la part d’autres activités et de projets immobiliers. L’absence de statut foncier des daga place leurs occupants dans une situation précaire. Ainsi, il apparaît comme vital de maintenir un habitat et une activité permanente. Avec plus de deux millions d’habitants et un taux de croissance d’environ 5,5 %, l’urbanisation ne cesse de s’étendre vers l’amont et l’aval du Niger24., mais également dans les interstices encore vacants des berges du fleuve Le risque de laisser un espace insuffisamment approprié amène les pêcheurs à adapter une stratégie d’occupation et de sédentarisation de leurs lieux de résidence.

Plurifonctionnalité et concurrence des berges

  • 25 La présence de végétaux flottants, principalement la jacinthe d’eau (Echornia crassipes) introduite (...)

52Dans ce contexte, le rapport entre ville et fleuve à Bamako s’exprime comme dans de nombreuses villes fluviales des Suds, par la multiplicité des usagers et des usages du cours d’eau. Deux types d’espaces sont ici concernés : le fleuve et ses berges. Le Niger est notamment utilisé pour la pêche et le transport de personnes, de marchandises et de matériaux de construction (sable et gravier extraits du fleuve), tandis que ses berges abritent des lieux multifonctionnels comme la figure 2 permet de l’observer. Avec la croissance démographique, deux problèmes se posent depuis de nombreuses années : d’une part celui de l’accès et de la propriété des berges, qui se pose de façon originale dans le contexte de la pêche urbaine, et d’autre part celui des rejets de la ville dans le fleuve25.

Figure  : Exemple de la plurifonctionnalité des berges du fleuve Niger dans le quartier de Djikoroni-para

Figure  : Exemple de la plurifonctionnalité des berges du fleuve Niger dans le quartier de Djikoroni-para

Réalisation et clichés : Kévin de la Croix, 2010..

  • 26 "En fait, les terrains coutumiers sont simplement laissés en jouissance libre à leurs usagers tradi (...)

53Un exemple symptomatique des conflits d’usage liés à la plurifonctionnalité des berges est celui qui oppose les pêcheurs aux maraichers. « Trois cas sérieux concernant 46 personnes du milieu pêcheur sont actuellement en litige à la mairie de la Commune V et au haut-commissariat du district de Bamako. Il s’agit de titres fonciers récents obtenus par des particuliers pour construire des hôtels en vue de la Coupe d’Afrique des nations, organisée et accueillie par le Mali en 2002. L’originalité de ces cas réside dans le fait que les pêcheurs bozos refusent de quitter les lieux, même quand ils ont empoché, par naïveté ou par esprit crapuleux, d’importantes sommes d’argent en guise de pots de vin, par corruption ou par solidarité. Les conflits issus de cette situation pourraient conduire au départ des pêcheurs car les maraîchers, bien que non propriétaires, semblent l’emporter du fait de l’appui des grandes familles de notables » (Zalle, Maïga, 2002). D’autres acteurs occupent l’espace des berges : teinturières, lavandières, exploitants de matériaux de construction... A cette concurrence multiple s’ajoute le problème du statut foncier des daga urbains, et au-delà celui des berges du fleuve26 : « Le problème n’est pas tant, ici, celui de conflits entre une population d’exploitants et l’autorité, que celui de conflits entre différents usages incompatibles (agriculture, habitat “en dur”) » (Zalle, Maïga, 2002).

54Si à Bamako l’habitat des pêcheurs en daga permanents est semblable par sa forme à celui de certains campements le long du fleuve dans des villages importants, il apparaît très précaire au regard des enjeux fonciers dans la capitale. De nombreux quartiers résidentiels de haut standing se sont construits le long des berges du Niger, ne laissant s’installer les daga que dans les interstices laissés libres entre les habitations, et parfois même dans les ruelles entre deux villas. Le cas de Djoliba-daga est représentatif de cette situation : coincée entre deux hauts murs distants d’une dizaine de mètres, une famille bozo de plus de 35 personnes habite là dans des conditions de forte promiscuité et d’insalubrité. Il faut rappeler que les berges où sont installés les campements, souvent dégagées pour qu’y accostent commodément leurs pirogues, sont aussi des lieux de décharges à ciel ouvert alimentés par les âniers éboueurs informels et quantité de rejets d’eaux polluées.

55Se pose alors une question de fond : menée par des citadins des interstices, par des Bamakois des berges, la pêche urbaine à Bamako ne serait-elle pas l’activité de pêcheurs que l’on pourrait qualifier de « non-urbains » ? De fait, on peut se poser la question de l’urbanité ou de la citadinité des pêcheurs : s’ils rasent tant les murs – ou plutôt le fleuve – est-ce volontairement, par leur origine itinérante et immigrée, ou est-ce de force, par un rejet des autres habitants ? Dans son analyse de la citadinité, P. Gervais-Lambony (2001) distingue quatre « échelles » permettant de définir un citadin : le premier degré est « la Ville » en général, son modèle ; ensuite vient la singularité propre de chaque agglomération ; puis le groupe social auquel appartient le citadin ; et enfin l’individu. Autrement dit, le citadin peut être « une personne dont le comportement social et spatial relève de la définition générale [de toute spatialité urbaine : anonymat, diversité, etc.], une personne qui se reconnait dans une ville en particulier et sait y fonctionner, une personne insérée dans un groupe dans une ville, [ou enfin] tout habitant d’une ville (en tant qu’individu) ».

56Les deux dernières définitions ne font guère débat ici. Citadin, tout pêcheur l’est par le seul fait d’habiter à Bamako d’une part, et d’être intégré dans le groupe des pêcheurs bamakois d’autre part. En revanche, les deux premières définitions posent problème. Les pratiques bozo de la ville ne correspondent qu’imparfaitement à la citadinité type : si l’on considère l’urbanité telle que définie par J. Lévy (2003), à savoir « coprésence » et diversité, le degré de densité de population et de coprésence apparaît bien faible sur les lieux de pêche, tout comme l’est le degré de diversité puisque l’activité professionnelle est restreinte au groupe. Mais il convient de ne pas s’arrêter à ces seuls faits : dans leurs autres sources de revenu tout comme dans leurs pratiques non professionnelles de la ville (liens sociaux non ethniques, courses alimentaires, loisirs, etc.), les pêcheurs font montre d’une pratique de l’espace urbain peu discriminante. Certes leurs espaces et groupes sont les plus fréquentés, mais le reste de la ville apparaît comme également parcouru. D’autre part, l’existence urbaine des Bozos est doublement reconnue : par les pouvoirs publics puisque ils sont comptabilisés dans le recensement de la population de Bamako ; par la population elle-même puisqu’ils sont considérés comme d’authentiques Bamakois, Bozola étant un des quartiers fondateurs de la ville.

57Le concept de « territoire circulatoire » défini par A. Tarrius (2001) a pu être décliné, pour évaluer les rapports au territoire de populations relativement peu enracinées, en établissant une typologie des « territorialités circulatoires » (Landy, 2010). La territorialité des pêcheurs de Bamako apparaît alors en position intermédiaire, entre ce que Landy appelle « la territorialité du bout de trottoir » (cas d’immigrés en situation précaire, avec forte mobilité) et la « territorialité du petit propriétaire » (installés pour plusieurs années, mais avec un enracinement relativement précaire pour des raisons soit économiques, soit statutaires). Cette précarité, que traduit le type de bâti du campement, est due tout à la fois à la pauvreté des pêcheurs, à des valeurs culturelles (formes d’habitat ethnique) et à des raisons juridiques (pas de droit de propriété, menace de destruction de la maison). Mais la précarité n’est nullement la marque d’un refus de l’urbanité par les Bozo.

Conclusion : la ville, entre potentiels et menaces

58En comparaison avec ce que l’on peut observer ailleurs sur le fleuve, la pêche à Bamako est, à l’évidence, très particulière. Au-delà du paysage bâti dans lequel elle s’inscrit et qui constitue en soi une spécificité, le lien entre la ville et ses pêcheurs permet de définir un aspect encore méconnu de la géographie du Niger et de ses berges. Sur cet espace, les pêcheurs doivent faire face à une concurrence toujours accrue des autres activités liées au fleuve.

  • 27 Toujours dans le cadre du PDES, l’état central a mandaté l’Agence de Cession Immobilière (ACI) pour (...)

59En ceci, la pêche bamakoise paraît aujourd’hui menacée. En effet, l’État a mis sur pied en 2009 un « projet d’aménagement des berges du fleuve »27. Le projet est une menace réelle pour cette pêche urbaine qui n’est aucunement prise en compte dans cette refonte des rives du fait de la quasi-invisibilité de leur fonction. Lancé par le gouvernement, ce projet est loin d’apporter une réponse à ces problèmes. Le développement de la pisciculture, porté par la direction régionale de la Pêche et par de nombreuses organisations non-gouvernementales, ne permet pas de garantir aux pêcheurs une alternative convenable : l’accès au foncier, aux financements, au savoir technique, et la rupture avec le fleuve sont autant de freins à leur intéressement.

60On assiste à un changement de paradigme entre ce que l’on peut observer des pêcheurs de Bamako et ceux qui opèrent au long du Niger supérieur : dans le premier cas la principale préoccupation vient du foncier terrestre (lieux d’habitation), dans le second elle porte sur les territoires aquatiques et leurs diverses exploitations techniques. A Bamako, le partage de l’espace aquatique, de la réglementation et de l’autorité coutumière semble admis de tous ; mais le souci de l’accès à la propriété foncière terrestre, problématique récurrente dans les villes d’Afrique de l’Ouest, concerne également les pêcheurs. Ainsi se pose la question de la volonté politique d’une éventuelle sauvegarde de cette activité à Bamako. La pêche en ville souffre de sa catégorisation d’activité rurale. D’autant qu’à la différence de bien d’autres activités informelles elle est très peu visible dans le contexte urbain. L’ensemble de ces facteurs fait qu’elle bénéficie de peu de considération institutionnelle. On n’aborde la question des pêcheurs qu’au travers de l’obstacle que constitueraient leurs daga dans un processus d’amélioration paysagère. Si la question de la patrimonialisation pourrait représenter une alternative intéressante (mais on en est encore loin), il semble essentiel de préserver cette activité dans sa fonction première de production, vue et pensée en tant que lien historique avec la ville et partie prenante de son évolution.

61La préservation de cette pêche urbaine apparaît également importante par son rôle de laboratoire des dynamiques anthropiques fluviales pour le reste du pays. Ainsi, les transferts de compétence aux communautés locales de la gestion de la pêche provoquent des conflits avec les pouvoirs coutumiers. Par ailleurs émergent de nouveaux marchés et se développent de nouvelles activités telles que le ramassage de sable et de gravier, lesquelles nécessitent une redéfinition du partage du fleuve et de ses berges avec les pêcheurs. Les dynamiques urbaines concentrant l’ensemble de ces processus, leur étude peut à terme contribuer à une meilleure gestion de ces évolutions nouvelles sur le fleuve, au Mali mais aussi à l’étranger. C’est ainsi qu’au Niger, la commune urbaine de Niamey qui borde le fleuve sur 15 kilomètres et disposant de trois retenues d’eau ne recensait que 160 pêcheurs pour une production contrôlée d’environ 200 tonnes en 2002 (Seybou, Wada, 2004). Le secteur de la pêche apparaît comme faiblement encadré et subventionné dans une ville dont la population a dépassé le million d’habitants. Une analyse comparative peut être également faite avec les stratégies des pêcheurs exerçant dans les capitales du golfe de Guinée pour la pérennité de leurs activités et des avantages qu’ils tirent d’un contexte urbain : « L’urbanisation, la diffusion de l’instruction scolaire et les opportunités de spéculation et d’emplois nouveaux qu’elles ont créés ne sont pas moins importantes pour les populations de pêcheurs que pour les autres, en dépit de l’image tenace qui fait des quartiers urbains de pêcheurs des ghettos coupés du reste du monde. On sait que les communautés lébou de Dakar, ébrié d’Abidjan et douala au Cameroun ont tiré parti de leurs concessions foncières et de la scolarisation pour occuper une place économique et politique locale incontournable dans ces grandes capitales » (Chauveau, Jul-Larsen, 2000).

62La pêche urbaine, par ses spécificités techniques (lieux d’innovation technologique), territoriales (répartition et mise en valeur d’espaces aquatiques) et politiques (concentration de sphères décisionnelles), nous révèle les stratégies d’adaptation d’une communauté face aux mutations de la ville. Elle apparaît ainsi comme un puissant indicateur des mutations d’une ville au prisme de son fleuve.

Les travaux présentés ont été réalisés dans le cadre du projet « Niger-Loire : gouvernance et culture » ; projet piloté par l’Unesco et bénéficiant du soutien de la Commission européenne, que les auteurs tiennent à remercier.

Haut de page

Bibliographie

Bertrand M., 1998, « Marchés fonciers en transition : le cas de Bamako (Mali) », Annales de géographie, No.602, 381-409.

Bertrand M., 1999, « Bamako (Mali) : Habitat de cour et mobilités résidentielles », Espaces, populations, sociétés, No.1999-1, 119-137.

Blanchon D., Moreau S., Veyret Y., 2009, « Comprendre et construire la justice environnementale », Annales de Géographie, No.665-666, 35-61.

Bret B., Gervais-Lambony P., Hancock C., Landy F. (dir.), 2010, Justices et Injustices Spatiales, Paris, Presses Univeritaires de Paris Ouest.

Breuil C., 1996, Revue du secteur des pêches et de l’aquaculture : Mali, Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture.

Chambers R., 1995, « Poverty and livelihoods: whose reality counts? », IDS Discussion Paper, 347.

Chauveau J-P., Jul-Larsen E., 2000, « Du paradigme halieutique à l’anthropologie des dynamiques institutionnelles », in : Chauveau J.-P., Jul-Larsen E.., Chaboud C. (dir.), Les pêches piroguières en Afrique de l’Ouest. Pouvoirs, mobilités, marchés, Paris, Éditions CMI-Éditions de l’IRD-Karthala.

Cissé Tata Y., 2010, « Faro, déesse de l’eau. Représentations et lieux de culte », in : Maïga Sory I. (dir.), Djoliba, le grand fleuve Niger, Paris, La Dispute, 31-45.

Cormier-Salem M.-C., 1995, « Terroirs aquatiques et territoires de pêche. Enjeux fonciers halieutiques des sociétés littorales ouest-africaines », in : Blanc-Pamart C., Cambrézy L (dir), Terroir, Territoire, Paris, ORSTOM, 57-81.

Croix (de la) K., 2008, Territorialités et temporalités des espaces en eau dans le Delta Central du Niger (Mali), Mémoire de Master 2, Université Paris-Ouest Nanterre La Défense - Institut de recherche pour le développement.

Croix (de la) K., Marie J., Ferry L., Landy F., 2010, « Des nouvelles dynamiques de mécanisation agricole : commerce, usages et spatialisation au sein de la région de Ségou (Mali) », Annales de Géographie, No.678, 174-192.

Daget J., 1956, « Mémoire sur la biologie des poissons du Niger moyen », Bulletin de l’Institut français d’Afrique noire, No.18, 165-233.

Dieterlen G., 1942, « Note sur le génie d’eau chez les Bozo », Journal de la Société des Africanistes, vol. 12, No.1, 149-155.

Direction régionale de la pêche au Mali/PADEPECHE., 2007, Statistique de poisson 2007, Mopti.

Direction régionale de la pêche du district de Bamako, 2008, Rapport annuel des activités 2008 DRP-district de Bamako, Bamako.

Dolo M., Sako M.-A., Diarra S., 2005, Évaluation de la contribution socio-économique de la pêche au PIB et au développement rural au Mali, Organisation des Nations-Unies pour l’alimentation et l’agriculture.

Fay C., 1989, « Sacrifices, prix du sang,  »eau du maître«  : fondation des territoires de pêche dans le Delta central du Niger (Mali) », Cahiers des sciences humaines, No1-2, 153-170.

Fay C., 1991, « La production des pêches dans le Delta central du Niger (Mali) : systèmes de perception et d’appropriation des territoires », in : Durand J.-R., Lemoalle J., Weber J. (dir.), La recherche face à la pêche artisanale, T.2, Paris, Éditions de l’Orstom, 881-888.

Fay C., 1993, « Repères technologiques et repères d’identité chez les pêcheurs du Macina (Mali) », in : Jolivet M.-J., Rey-Hulman D. (dir.), Jeux d’identités, Études comparatives à partir de la Caraïbe, Paris, L’Harmattan, 167-202.

Fay C., 1997, « À propos des  »agro-pêcheurs«  du Maasina (Mali) : systèmes de production et assignations identitaires », in : Blanc-Pamard C., Boutrais J. (dir.), Dynamique des systèmes agraires. Thèmes et variations. Nouvelles recherches rurales au Sud, Paris, Éditions de l’Orstom, 89-104.

Fay C., 2000, « Des poissons et des hommes : pêcheurs, chercheurs et administrateurs face à la pêche au Maasina (Mali) », in : Chauveau J.-P., Jul-Larsen E., Chaboud C. (dir.), Les pêches piroguières en Afrique de l’Ouest. Pouvoirs, mobilités, marchés, Paris, Éditions CMI-Éditions de l’IRD-Karthala.

Fernandes L., 2004, « The politics of forgetting: class politics, state power and the restructuring of urban space in India », Urban Studies, No.12, 2415–2430.

Ferry L., Mietton M., Muther N., Martin D., Coulibaly N., Laval M., Basselot F.-X., Cissé Coulibaly Y., Collerie M., Croix (de la) K. Olivry J.-C., 2012, « Extraction de sables et tendance à l’incision du Niger supérieur (Mali) », Géomorphologie : relief, processus, environnement, No.3 -2012, 351–368.

Ferry L., Muther N., Coulibaly N., Martin D., Mietton M., Olivry J.-C., Paturel J.-E., Barry M.A., Cissé Coulibaly Y., 2011, « Le fleuve Niger de la forêt tropicale guinéenne au désert saharien - Les grands traits des régimes hydrologique », UNESCO, IRD.

Gallais J., 1984, Homme du Sahel. Espaces-Temps et Pouvoirs : le delta intérieur du Niger 1960-1980, Paris, Flammarion.

Gallais J., 1967, Le delta intérieur du Niger, étude monographique régionale, Thèse de doctorat, IFAN-Dakar.

Gervais-Lambony P., 2001, « La citadinité, ou comment un mot peut en cacher d’autres… », in : Dorier-Apprill E. (dir.), Vocabulaire de la ville, notions et références, Paris, Editions du Temps, 92-108.

Groupement Coyne et Bellier, 2009, Projet d’aménagement du barrage de Fomi. Étude d’impact environnemental et social. Rapport provisoire, Autorité du bassin du Niger - Ministère des Mines et de l’Hydraulique guinéen.

Gsegner C., 2009, Identification du rendement et du potentiel économique des ressources halieutiques dans le Niger et d’autres nappes d’eau de la région de Bamako, GTZ.

Idelman E., 2009, « Décentralisation et limites foncières au Mali », IIED, Londres, dossier 151, 33, Url : http://focus.wpengine.netdna-cdn.com/wp-content/uploads/2012/04/DecentralisationetLimitesFoncieresIdelman2009.pdf.

Kassibo B., 2000, « Pêche continentale et migration : contrôle politique et contrôle social des migrations de pêche dans le Delta central du Niger (Mali) », in : Chauveau J.-P., Jul-Larsen E., Chaboud C. (dir.), Les pêches piroguières en Afrique de l’Ouest. Pouvoirs, mobilités, marchés, Paris, Éditions CMI-Éditions de l’IRD-Karthala.

Kodio A.-D., Keïta M.-M., 1999, Rapport sur la pêche artisanale au Mali, ACP-EU.

Landy F., 2010, « Circulation et territoire : freins, frictions et affinités », in : Dupont V., Landy F. (eds.), Circulation et territoire dans le monde indien contemporain, Purusharta, EHESS, 311-334.

Laureau V., 2008, Valeurs culturelles d’une architecture spontanée, Mémoire de Master 2, Université Paris-Ouest Nanterre La Défense, Université de Cergy, École d’architecture de Paris Val-de-Seine.

Lefebvre H., 1968, Le Droit à la ville, Paris, Ed. du Seuil.

Le Roy E., 2000, « Pluralisme et universalisme juridiques. Propos d’étape d’un anthropologue du droit », in : Kahn P. (dir.), L’étranger en France face au droit de la famille, Paris, La Documentation française, 227-247.

Lévy J., 2003, « Urbain », in : Lévy J., Lussault M., (dir.), Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés, Paris, Belin.

Marie J., Morand P., N’Djim H., 2007, Avenir du fleuve Niger - 1ère partie : Synthèse et recommandations - 2ème partie : Chapitres analytiques, IRD, Collection Expertise collégiale de l’IRD.

Moorehead R., 1997, Structural Chaos: Community and State Management of Common Property in Mali, University of Sussex, 420.

N’Diayé B., 1970, Les castes au Mali, Bamako, Éditions Populaires.

Paturel J.-E., Servat E., Dellatre M.-O., 1998, « Analyse de séries pluviométriques de longue durée en Afrique de l’Ouest et Centrale non sahélienne dans un contexte de variabilité climatique », Journal des sciences hydrologiques, No.43, 937-946.

Philippe S., 2009, Une histoire de Bamako, Paris, Grandvaux.

Quensière J., (dir.), La pêche dans le Delta central du Niger, approche pluridisciplinaire d’un système de production halieutique, Paris, Orstom-Karthala.

Rogers M., 1995, Diffusion of innovation, New York, The Free Press.

Seybou Y., Wada H., 2004, Étude sur l’approfondissement du diagnostic et l’analyse des systèmes de production agro-sylvo-pastoraux dans le cadre de la mise en œuvre de la stratégie de développement rural, Communauté Urbaine de Niamey.

Tarrius A., 2001, « Au-delà des États-nations : des sociétés de migrants », Revue Européenne des Migrations Internationales, No.17, vol. 2, 37-61.

Togola S., 2009, « Les pêcheurs du lac de Sélingué. Trajectoires et itinéraires de migration », Hommes et migrations, 1279, 24-37.

Van Dijk G. J., 2008, Potential water conflicts in Mali, Delft University of Technology, Royal Haskoning.

Yalcouye H., Adjati E., Guirou F., 2010, Les berges du fleuve à Bamako : site-analyse-projet, Poster de master, École Supérieure d’Ingénierie, d’Architecture et d’Urbanisme.

Zalle D., Maïga O., 2002, « Zones inondables en milieu urbain : conflits fonciers et concurrences pour l’espace maraîcher à Bamako (Mali) », in : Orange D., Arfi R., Kupper M., Morrand P., Poncet Y. (dir), Gestion intégrée des ressources naturelles en zones inondables tropicales, Paris, Bamako, IRD éditions, 49-59.

Zwarts L., Van Beukering P., Bakary K., Wymenga E., 2005, Le Niger, une artère vitale : gestion efficace de l’eau dans le bassin du Haut Niger, Wetlands International.

Haut de page

Notes

1 L’Aga Khan Development Network a notamment financé la rénovation du parc national.

2 Cet acronyme est également celui du parti politique alors au pouvoir, le Parti pour le développement économique et la solidarité, créé en juillet 2010.

3 Le terme de campement, couramment utilisé au Mali dans ce sens, désigne ici un regroupement d’habitations constituées de terre, de paille ou de matériaux de récupération pouvant être temporaire ou permanent.

4 On citera notamment l’ouvrage La pêche dans le Delta Central du Niger (Quensière et al, 1994) pour le delta intérieur du Niger, et l’étude sur les pêches dans le lac de Sélingué Fisheries in Selingue : Towards a participatory which is better integrated into local development (Morand, Breuil, 2002).

5 Gallais (1984) ; Fay (1989, 1991, 1994, 1997, 2000) ; Moorehead (1997), Kassibo (2000), etc.

6 Bamako aurait atteint les deux millions d’habitants en 2010, selon le Recensement général de la population et de l’habitat 2009, soit + 4,8 % depuis 1998.

7 En amont du delta intérieur, sur le bassin supérieur du Niger guinéen et malien, les hydro-aménagements sont nombreux mais seuls deux grands barrages ont une forte incidence sur les régimes hydrologiques du fleuve : Sélingué sur le Sankarani (affluent du Niger) et Markala sur le Niger à l’entrée du delta intérieur. Le barrage de Sélingué, mis en service en 1982, est à vocation multiple : production électrique (un tiers de la production nationale), irrigation du périmètre de Sélingué (1350 ha), et en aval soutien des débits d’étiage du Sankarani et du Niger. Celui de Markala, construit par les colonisateurs français et mis en eau en 1947, a permis la mise en valeur de la vaste zone agricole de l’Office du Niger (environ 100 000 ha dans la région de Markala/Niono/Ké Macina). Soulignons que plusieurs grands barrages sont à l’état de projet sur le bassin versant du Niger supérieur guinéen et malien dont celui de Fomi. A l’instar du barrage de Sélingué, celui de Fomi, avec une retenue deux à trois fois supérieure, aurait un impact majeur sur les écoulements du fleuve et permettrait l’extension des périmètres irrigués de la zone de l’Office du Niger.

8 « Un des trois quartiers les plus anciens de Bamako, avec Niaréla et Bagadadji. Il n’a pas été, comme les deux autres, déplacé au début des années vingt et conserve sa forme générale originelle, inscrite dans un grand triangle d’environ quatorze hectares. Bozola est traditionnellement le quartier des pêcheurs Bozos et Somonos. Initialement installés sur la berge du fleuve Niger, ils rentrèrent par la suite à l’intérieur du tata (fortification, ndlr) et fondèrent un quartier » (Philippe, 2009).

9 La nomenclature officielle reprend quant à elle une classification distinguant trois catégories de pêcheurs (Breuil, 1996) : « Les agriculteurs-pêcheurs (rimaïbé, bambara, marka, songhaï) » dont l’activité principale reste l’agriculture - l’activité de pêche étant pratiquée en sus, dans un objectif de consommation familiale. « Les pêcheurs professionnels sédentaires (Bozo et Somono) » pour qui la pêche est la première source de revenu - pouvant toutefois diversifier leurs activités pour répondre aux aléas climatiques, notamment par des travaux agricoles connexes. « Les pêcheurs professionnels migrants (essentiellement Bozo) », pour qui l’activité de pêche constitue l’unique source de revenus - la multiplicité des lieux et des techniques de capture constituant une garantie pour s’adapter au mieux aux variations naturelles de la ressource.

10 Spécialisation tout à la fois professionnelle, technique par l’utilisation préférentielle d’engins et de pratiques de pêche, et spatiale par les lieux de captures hérités et choisis.

11 Filet jeté de la berge ou d’une pirogue.

12 Si ce schéma reprend la vision qu’ont les pêcheurs d’une segmentation de l’espace entre la ville, les berges et le fleuve lui-même, il donne également la représentation de la ville pour ces étudiants. L’aspect Central Busniness District qu’ils donnent de Bamako est certainement inspiré des berges de la commune 3, où se trouvent les imposants bâtiments du palais des congrès et du siège de la Banque centrale des États de l’Afrique de l’Ouest ainsi qu’un hôtel de luxe. Ce travail décrit explicitement le fleuve en tant qu’espace sous bulle, et donc distinct de la ville, analyse partagée par les auteurs de ce texte.

13 « Pour l’heure, les glissements de monopole, de celui – juridique et technique – de l’administration domaniale à celui – économique – de l’A.C.I (Agence de Cession Immobilière, Ndla) sont donc loin de limiter une tendance forte à la segmentation des offres foncières. Bamako continue de voir fractionnés ses prix dans l’espace urbain et les voies d’accès au statut de propriétaire d’une cour. L’ambition d’un  »Marché lisse« , détaché des pressions sociales et politiques, reste un mythe dans l’urbanisation malienne. » (Bertrand, 1998).

14 Les dagatigi auront tendance à minorer la population du campement lors des dénombrements officiels afin de diminuer les différents taxes ou impôts. A l’inverse, ils majorent le nombre lors des enquêtes menées par des organismes de développement ou ONG dans l’espoir de récupérer plus d’aides financières ou techniques (filets de pêche, pirogues, etc.).

15 Néanmoins ce chiffre est à prendre avec précaution. Une étude plus détaillée devrait être menée pour savoir si le chiffre de 1,5 t de poisson prélevée par pirogue et par an, utilisé habituellement pour quantifier la pêche sur le Niger, est également applicable en milieu urbain.

16 Cette superposition de compétences et d’autorité n’est pas sans soulever de contradiction. En effet, dans la résolution des conflits autour de la pêche, le poids des maîtres des eaux et la crainte que ceux-ci inspirent aux habitants du fait de leurs pouvoirs, viennent régulièrement contrecarrer les décisions d’ordre politique prises par la commune.

17 Selon l’article 2 de la loi n° 95-02 de 1995, « le domaine piscicole national désigne toute surface en eau où l’activité de pêche ou de pisciculture peut s’exercer ». L’article 4 désigne le domaine piscicole national comme l’ensemble « des fleuves, rivières, lacs, mares, étangs, canaux d’irrigations qu’ils soient naturels ou artificiels ».

18 Germaine Dieterlen (1942) a décrit les différents rites de pêche et de pluie pratiqués à cet endroit. De même pour Youssouf Tata Cissé (2010) : "A Bamako, Soutuba est un lieu extraordinaire, ainsi que Soutadounou. Du lever au coucher du soleil, on y voit une multitude de gens sacrifier, qui un poulet qui un bélier, même des taureaux. C’est un sacrifice perpétuel, tout le monde y va. On sacrifie à tour de bras car ce site est l’une des résidences de Faro (le génie du fleuve, ndlr). En saison sèche, l’eau y est pure de blancheur. Des mausolées ont été trouvés en ces lieux, où l’on enterrait de grands initiés, de grandes matrones, de grands chefs, ceux qui ont été des conducteurs d’hommes et de femmes. On y allait purifier leur corps, les momifier, avant de les remettre à la terre mère, les enterrer ».

19 "Le paradigme halieutique correspond à un modèle de représentation de la pêche et des pêcheurs qui associe, d’une part, un champ de description et d’analyse focalisé sur la technologie, l’économie de la ressource et l’économie de la production de ce secteur et, d’autre part, un type d’explication qui privilégie la détermination des institutions de pêche et des sociétés de pêcheurs par l’adaptation à l’environnement bio-écologique et aux techniques d’exploitation de cet environnement." (Chauveau, Jul-Larsen, 2000).

20 A noter que l’essentiel de la demande de poisson est faite en frais, et que les regroupements de femmes de pêcheurs manquent de matériel de conservation (glacières, frigo) : elles sont de fait dans l’obligation de vendre le poisson dans la journée.

21 Cet avantage doit être nuancé par le coût de la vie plus cher en ville, même si le faible coût du logement en daga tend à le réduire.

22 Après l’incendie du campement, le propriétaire du même nom a accepté l’installation de ce daga sur le terrain jouxtant sa maison.

23 « Les différents types de migration mis en œuvre par les pêcheurs du Delta central révèlent l’importance cruciale de ce phénomène dans la reproduction de leur système de production. Le processus migratoire a généré au fil du temps la conquête de nouveaux espaces de production ; il a joué le rôle d’élément régulateur en période de crise aiguë. » (Kassibo, 2000).

24 Dès la fin des années 1990, Monique Bertrand notait que "La géographie de cette offre administrée entérine alors le glissement de urbanisation bamakoise vers les réserves foncières méridionales, au-delà desquelles la servitude aéroportuaire de Bamako-Sénou apporte ses dernières limites. Programmées à la fin des années 1980 les grandes opérations des communes V et VI dominent la masse des attributions. Mais des contingents plus petits de parcelles sont également mobilisés ou sécurisés dans les interstices d’anciens lotissements ou de fronts d’urbanisation déjà constitués (commune I)" (Bertrand, 1998).

25 La présence de végétaux flottants, principalement la jacinthe d’eau (Echornia crassipes) introduite au Mali au début des années 1990 et la salade d’eau (Pistia stratiotes) sur les berges et dans les bras secondaires, témoigne de la forte pollution du fleuve au niveau de Bamako. La pollution que cette flore signale pourra, à terme, avoir des conséquences sur la pêche et la santé publique.

26 "En fait, les terrains coutumiers sont simplement laissés en jouissance libre à leurs usagers traditionnels. En revanche, les terres non mises en valeur ne peuvent être attribuées qu’après immatriculation au nom de l’État, et seulement sous forme de concession provisoire moyennant une redevance annuelle. Après sa mise en valeur, la concession à titre provisoire peut être transformée en titre de longue durée, soit définitif (titre foncier), soit provisoire (bail)" (Zalle, Maïga, 2002).

27 Toujours dans le cadre du PDES, l’état central a mandaté l’Agence de Cession Immobilière (ACI) pour ce projet : « en attente de financement, il a pour dessein d’homogénéiser l’envergure du fleuve au sein du District. Sur plus de 14 km en rive droite (de Missabougou à Kalaban-Coura) et 17 km en rive gauche (de Sotuba à Kalabambougou), les berges vont être élargies de 100 à 200 m de part et d’autre du fleuve, réduisant considérablement sa largeur. L’Avant-Projet Sommaire (APS), publié en février 2010, prévoit pour ces berges, outre la construction de deux routes qui longeront le fleuve sur toute la largeur du district, des zones administratives et commerciales, de tourisme, des parcs de loisirs, des places publiques et des plages de sable sur le bord du Niger » (Morlot, 2008).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte  : Carte de localisation du Niger supérieur guinéen et malien et des principaux barrages
Crédits Sources : Direction nationale de l’hydraulique du Mali, IRD et Luc Ferry. Réalisation : Luc Ferry.
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/25977/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 632k
Titre Graphique  : Débits moyens mensuels du Niger à Bamako pour diverses périodes entre 1941 et 2010
Crédits Sources : Direction nationale de l’hydraulique du Mali et Luc Ferry.
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/25977/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Graphique  : Débits annuels (modules) du Niger à Koulikoro de 1907 à 2010
Crédits Sources : Direction nationale de l’hydraulique du Mali et Luc Ferry.
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/25977/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Figure  : Le fleuve et ses berges, un espace sous bulle
Crédits Adjati, Guirou, Yalcouye, 2011.
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/25977/img-4.png
Fichier image/png, 643k
Titre Photo  : Maison en banco à Jean-Marie-Koné-daga
Crédits Cliché : Kévin de la Croix, 2009.
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/25977/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Photo  : Logement en bâche plastique récupérée à Bozola
Crédits Cliché : Kévin de la Croix, 2009.
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/25977/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 2,2M
Titre Photo  : Habitation temporaire constituée de séko avec une armature composée de bois à Tokoroba 1
Crédits Cliché : Kévin de la Croix, 2009.
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/25977/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 2,2M
Titre Photo  : Appropriation d’un ancien centre de poste à Koubéni-daga
Crédits Cliché : Kévin de la Croix, 2009.
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/25977/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 2,0M
Titre Carte  : Répartition des campements de pêcheurs dans le district de Bamako
Crédits Source : recensement 2010. Réalisation : Kévin de la Croix.
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/25977/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 3,9M
Titre Carte  : Les espaces de propriétés du fàla konon
Crédits Source : Google Earth 2013. Réalisation : Kévin de la Croix.
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/25977/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 964k
Titre Photo  : Motopompe fixée sur une pirogue et son raccord à l’arbre à hélice
Crédits Cliché : Kévin de la Croix, 2010.
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/25977/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 2,1M
Titre Photo  : Mareyeuse de poisson à Badalabougou-daga
Crédits Cliché : Kévin de la Croix, 2010.
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/25977/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Figure  : Exemple de la plurifonctionnalité des berges du fleuve Niger dans le quartier de Djikoroni-para
Crédits Réalisation et clichés : Kévin de la Croix, 2010..
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/25977/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 6,7M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Kévin Croix (de la), Luc Ferry, Frédéric Landy, Boureïma Traoré, Nadine Muther, Bekaye Tangara et Didier Martin, « Quelle « place » pour des pêcheurs urbains ? Le cas de Bamako (Mali) », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Espace, Société, Territoire, document 648, mis en ligne le 24 juillet 2013, consulté le 23 mai 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/25977 ; DOI : 10.4000/cybergeo.25977

Haut de page

Auteurs

Kévin Croix (de la)

Université Paris-Ouest Nanterre La Défense, laboratoire Mosaïques (UMR LAVUE), Institut de recherche pour le développement (UMR G-EAU), doctorant en géographie, kevindlc@hotmail.fr

Luc Ferry

Institut de recherche pour le développement (UMR G-EAU), directeur de recherche, luc.ferry@ird.fr

Frédéric Landy

Université Paris-Ouest Nanterre La Défense, laboratoire Mosaïques (UMR LAVUE), professeur des universités, frederic_landy@orange.fr

Boureïma Traoré

Direction régionale de la Pêche du district de Bamako, chargé de recherche, directeur DRP, boureimatraore@gmail.com

Nadine Muther

Institut de recherche pour le développement (UMR G-EAU), hydrotechnicienne, nadine.muther@ird.fr

Bekaye Tangara

Direction régionale de la Pêche du district de Bamako, technicien supérieur d’élevage, chef de division DRP, tangara.bekaye@yahoo.fr

Didier Martin

Institut de recherche pour le développement (UMR G-EAU), hydrotechnicien, didier.martin@ird.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page