Navigation – Plan du site
2013

Piantoni F., 2011, Migrants en Guyane, Arles, Actes Sud / Musée des cultures guyanaises, 176 p.

Violaine Jolivet

Texte intégral

1L’ouvrage de F. Piantoni se parcourt avec les migrants en Guyane. Depuis la couverture « Sensação », le lecteur entre dans un essai aux multiples facettes et découvre une production scientifique atypique entre l’image et l’écrit, le récit et ses marges. Alors que le chercheur couche par écrit ses réflexions géographiques dans un premier chapitre étoffé et illustré de très belles cartes, le photographe partage son regard et pose ses cadres dans les chapitres « parcours », « quartiers », « genres » et « frontières ».

2Au début de son ouvrage, F. Piantoni prend d’abord le temps d’expliquer son projet, ce qui l’a conduit à nous livrer cet essai coédité par Actes Sud et le Musée des cultures guyanaises. Il débute ainsi : « On ne quitte pas son pays impunément. Partir s’inscrit dans une aspiration d’élévation sociale et économique, qui est souvent une projection des ambitions des pionniers sur la descendance. L’immigration est liée à l’identité, aux mutations des sociétés d’origine et d’accueil. Elle est par conséquent un sujet politique. Mobilité, migration : ces deux termes qualifient le mouvement des individus. Pourtant si la première est valorisée, la seconde est assortie de stigmatisation. Cette sémantique subtile détermine les catégorisations sociales à l’étranger et, par conséquent, les cadres de l’altérité ».

La migration en Guyane : trajectoires et récits

  • 1 Comme le géographe Emmanuel Lezy (Lezy, 2000), F. Piantoni évoque la situation d’isolement de la Gu (...)

3F. Piantoni présente la géographie de cette « île »1 ancrée dans le continent sud-américain qu’est la Guyane française. Il rappelle la nécessité d’être attentif, d’une part, à l’histoire coloniale de ce morceau d’Amérique française, la condition migratoire étant tributaire de ce passé et de la fragilité du processus de décolonisation via la départementalisation et, d’autre part, au contexte actuel d’un monde multipolaire, qui a entraîné la complexification des mouvements humains. Dès la page 14 de l’ouvrage, une carte présente ainsi l’immigration en Guyane française depuis le XVIIIe siècle et propose une légende classée par type, période et fonction de la migration, ainsi qu’une évaluation quantitative des flux qui permettent de visualiser la diversité des immigrants en Guyane depuis plus de deux siècles.

4À partir des années 1980, la majorité des migrants en Guyane française sont issus de l’environnement régional (Haïti, Suriname, Brésil) dont les ressortissants forment aujourd’hui 35 % des 229 000 habitants dénombrés en 2007. Car si la Guyane est la dernière des régions françaises en termes de PIB, elle demeure un espace économique attractif au sein de sa macro-région. Par ailleurs, au même titre que d’autres régions ultramarines françaises, la fonction publique (territoriale, d’État et hospitalière) y est une véritable soupape sur le marché de l’emploi guyanais faiblement diversifié. Cependant, dans le contexte migratoire de la Guyane, plus d’un quart de la population n’y a pas accès pour cause de nationalité étrangère. En outre, les politiques migratoires fondées sur le contrôle des personnes renforcent la précarité économique des migrants et multiplient les situations informelles. F. Piantoni insiste alors sur l’importance dans le processus migratoire du réseau de relations qui permet le captage d’informations et joue un rôle majeur dans les stratégies de dépassement des discriminations directes et indirectes. Qu’il s’agisse de l’accès à l’emploi ou à l’habitat, l’auteur souligne les accords tacites et les normes admises dans l’informel. Ainsi, le réseau relationnel et le secteur informel sont des passages obligés pour près du quart de la population et rendent selon l’auteur le modèle national inopérant.

5Pour pallier ces situations, les migrants inscrivent leur réseau du local au global et projettent la Guyane dans la mondialisation. Là encore, l’informel joue un rôle clé dans les réseaux d’échanges même si le statut administratif et les « papiers » permettent de circuler plus aisément. L’auteur décrit la mobilité de ces populations, fortement assignées à résidence dans l’espace d’accueil, comme une sécurité économique, mais également comme « la conscience de constituer un collectif structuré » (p. 26). Au sein de parcours transnationaux jalonnés de relais « ces espaces sont tout à la fois des lieux structurants des filières que des espaces commerciaux parcourus avec une forte réversibilité. Ce processus de circulation migratoire du local (quartier) au global (international) associe la mobilité humaine, commerciale et fiduciaire » (p. 26). La représentation cartographique des transferts d’argent (p. 28) souligne bien ces espaces de circulation et de maintien du lien avec les espaces d’émigration. Ainsi, l’informalité et la circulation sont décrites par l’auteur comme des processus de contournement et d’adaptation qui permettent de neutraliser une mise en concurrence trop violente et de pallier l’absence de développement comme l’étroitesse du marché local.

6Cependant, pour de nombreux migrants, la Guyane est aussi une zone d’attente, « une place contraignante d’où on ne sort qu’en prenant le risque d’une reconduite à la frontière » comme le rappelle l’auteur et « cette immobilité imposée peut être culpabilisante, quand elle est vécue comme une parenthèse traumatisante dans le projet migratoire » (p. 30). Ainsi, au cours de ces recherches, l’auteur remarque que pour les migrants les moins « capitalisés », l’installation en Guyane implique d’être intégré à une sphère familiale, communautaire, et d’investir le temps pour gagner sa place et sa légalité au sein du pays d’accueil.

7Les réflexions sur le cas guyanais de F. Piantoni s’inscrivent donc pleinement dans les écrits scientifiques actuels autour des migrants et des migrations dans le monde, montrant la force de contournement et d’adaptation de ces populations à la fois mobiles et ancrées, qui redessinent sans cesse les contours des sociétés d’accueil et le rapport à l’altérité (Simon, 2008 ; Tarrius, 2000). À la suite de cette analyse des différentes modalités qui animent la situation migratoire en Guyane française, entre circulation et immobilisme, discrimination et organisations sociales réticulées qui affranchissent les barrières et les assignations à résidence, l’auteur présente de façon plus spécifique des visages incontournables de l’immigration en Guyane.

8Le premier volet s’intéresse alors aux immigrés d’origine haïtienne en Guyane. Cette migration qui devient significative à partir des années 1970 et 1980 semble être le fruit de déterminants économiques et politiques que l’auteur met en lumière. Il spécifie par ailleurs que pour la majorité des migrants haïtiens, cette destination est un second choix qui se formule souvent après l’échec de démarches vers d’autres pays comme les États-Unis, la France métropolitaine, le Canada ou encore la République dominicaine voisine. Ainsi, la Guyane est presque toujours envisagée comme une étape dans le projet migratoire de ces Haïtiens qui proviennent massivement de zones rurales et notamment du sud de l’île et ne possèdent, pour la plupart, aucune formation scolaire. Pour mettre en évidence les déterminants politico-économiques de cette migration, F. Piantoni dresse une chronologie de la situation politique en Haïti depuis la fin du duvaliérisme (1986) qu’il met en parallèle avec les mesures de fermeture des frontières en Amérique du Nord et la mise en place d’un visa en Guyane. Cette restriction des entrées sur le territoire guyanais est pourtant concomitante avec la mise en place de grands travaux et notamment des chantiers du lanceur d’Ariane à Kourou, qui fonctionnèrent comme de véritables appels à la main-d’œuvre. Aujourd’hui, Cayenne et Kourou concentrent l’essentiel de la migration haïtienne qui est de ce fait très majoritairement urbaine. Malgré la perspective de se trouver en Guyane « en transit » vers un ailleurs, l’auteur souligne que beaucoup de ces Haïtiens se trouvent dans une situation de « captivité » induite par la dette contractée pour payer le passage et l’installation en Guyane.

9Après ce portrait de la première immigration en Guyane, l’auteur consacre deux autres volets aux populations migrantes incontournables qui sont d’une part, les immigrés originaires du Brésil, dont l’étude du processus migratoire met en exergue la prédominance du facteur économique et de la proximité géographique et, d’autre part, les immigrés originaires du Suriname, dans un contexte d’échec des processus de décolonisation, de guerre civile (1986-1992) et d’une mobilité transfrontalière croissante.

10Après avoir développé ces trois volets plus spécifiquement pour expliquer les fondements de ces migrations et leurs situations actuelles dans la société guyanaise, l’auteur aborde le thème de « la crise identitaire qui touche aujourd’hui la société guyanaise et s’inscrit dans une rupture d’équilibre intercommunautaire interne, construit initialement dans le rapport à l’État par le biais de l’assimilation » (p. 66). En effet, F. Piantoni cherche à la fin de ce tableau migratoire à interroger comment la migration entraîne un repositionnement global des groupes sociaux ainsi que des mutations des rapports de pouvoirs directs. Ainsi, lors de ses interrogations sur les constructions identitaires de la société guyanaise, l’auteur se penche sur le groupe des Créoles en Guyane, comparant ainsi le natif à l’immigrant, tout en soulignant que ce groupe se distingue des autres groupes fondateurs ayant choisi le refus de l’assimilation (Amérindiens, Marrons). Il précise, dans la tentative toujours englobante et donc erronée de la définition de ce groupe créole, qu’on est ici bien loin de l’éloge de la créolité antillaise ou de la Relation glissantienne qui défend l’idée d’une créolisation de toutes les cultures dans un « tout-monde » inévitable. Ainsi, « le repli identitaire de la composante créole, marqué par l’émergence d’un processus ethniciste, met au jour une crise de la société globale, marquée par la redéfinition actuelle des rapports de force » (p. 71). Le rapport au territoire et l’ancienneté de l’occupation de l’espace deviennent alors des critères pour redéfinir les appartenances et favorisent un cloisonnement communautaire lisible dans l’espace.

11En conclusion de ce chapitre, F. Piantoni déclare que les pratiques discriminatoires sont encore fondatrices de la structure de la société guyanaise, qui traverse une crise identitaire dont l’immigration devient le catalyseur. Pour aller plus loin, il nous semble intéressant de citer les travaux de M. Laëthier dont l’ouvrage Être haïtien et migrant en Guyane (2011) s’inscrit dans cette volonté de comprendre les enjeux identitaires liés aux migrations en Guyane. L’auteure y interroge les relations individuelles et collectives, qui préfigurent l’établissement de frontières au sein de la société guyanaise. Et si les discriminations et le marquage négatif des populations haïtiennes semblent la norme, l’anthropologue insiste également sur la diversité des situations de rencontres et d’entre-deux qui redéfinissent les configurations identitaires haïtiennes dans le contexte guyanais et multiplie les identités en relations possibles.

12C’est peut-être pour toucher davantage du doigt ces possibles que F. Piantoni a décidé de changer de support et d’entrainer le lecteur vers une seconde partie de son ouvrage tout en photographies qui « contextualisent les trajectoires individuelles et collectives dans les quartiers où se recomposent les parcours » (p. 85).

Photographie : Musiciens haïtiens, défilé de carnaval, Saint-Laurent-du-Maroni, 2007

Photographie : Musiciens haïtiens, défilé de carnaval, Saint-Laurent-du-Maroni, 2007

(Piantoni, 2011, cliché 24)

L’outil photographique et le regard du chercheur

13F. Piantoni nous mène donc en bandoulière sur les traces et les marques des migrants de Guyane. Il vise à travers son objectif à saisir les nouvelles relations que la migration engendre, ses créations et ses décalages. Sa réflexion par l’image s’offre alors en quatre sections aux lecteurs où l’image n’est pas une illustration sélectionnée a posteriori pour coller au texte mais bien l’outil principal de la démonstration.

14Dans une première collection de photos intitulée « parcours », Piantoni met en image la quête et l’incertitude par des visages et des lieux. C’est par les bateaux de la Crique, la cour du marchand de sommeil, les pirogues du Maroni ou « La Passerelle », cet entre deux vi(ll)es, que le photographe nous invite à comprendre qu’émigrer est un parcours entre ici, là-bas et ailleurs.

15La seconde collection intitulée « quartiers » illustre la relation entre les migrants et la ville, la redéfinition des cultures et la créolisation urbaine en cours. Les églises, les places, les boîtes aux lettres et plus largement la rue et ses manifestations spontanées de la vie en cours sont autant de révélateurs des ancrages urbains et des citadinités négociées par les migrants.

Photographie : Quartier de Balata-Ouest, Matoury, 2007 (Piantoni, 2011, cliché 28)

Photographie : Quartier de Balata-Ouest, Matoury, 2007 (Piantoni, 2011, cliché 28)

16La troisième collection : « genres », met en valeur des portraits de femmes et rappelle la place des femmes et des mères dans les espaces de la migration. À travers leurs visages, mais aussi leurs tâches quotidiennes, les photographies retracent un morceau de ces trajectoires aux féminins. On regrettera cependant que le titre « genres » et son pluriel ne soient pas honorés en rendant la pareille à la gent masculine, qui elle aussi occupe bien souvent des places aux genres déterminés par la société d’accueil, vendant sa force physique et revendiquant ou non un machisme souvent intériorisé dans les sociétés de départ comme d’accueil.

Photographie : Marché de Cayenne, 2007, (Piantoni, 2011, cliché 35)

Photographie : Marché de Cayenne, 2007, (Piantoni, 2011, cliché 35)

17La dernière collection : « frontières », évoque les multiples échelles de la séparation, des fronts d’eaux comme le Maroni ou l’Oyapock aux frontières sociales des quartiers ou au front d’urbanisation aux marges des villes, l’auteur rappelle par ces clichés pourtant fixes, que rien n’est ici figé et que la migration, toujours, est un acte de franchissement.

18L’outil photographique permet de capturer un instantané des paysages et des expressions, d’imaginer les possibles réinventés ou en devenir. L’image se fait alors le témoin des dynamiques comme des héritages que l’auteur cherche à souligner.

Haut de page

Bibliographie

Bernabé J., Chamoiseau P., Confiant R, 1993, Eloge de la créolité, Paris, Gallimard.

Glissant E., 1997, Traité du Tout-Monde, Paris, Gallimard.

Glissant E., 2000, « La créolisation culturelle du monde » in Label France, No.38

Glissant E., 2008, Philosophie de la relation, Paris, Gallimard

Laëthier M., 2011, Être Haïtien et migrant en Guyane. Paris, Comité des Travaux Historiques et Scientifiques (CTHS), section Anthropologie, collection « Le regard de l’ethnologue ».

Lezy E., 2000, Guyane, Guyanes, Une géographie « sauvage » de l'Orénoque à l'Amazone, Paris, Belin, collection Mappemonde.

Simon G., 2008, Migrants et migrations dans le monde, Documentation photographique, No.8063, Paris, La Documentation française, 63 p.

Tarrius A., 2000, Les nouveaux cosmopolitismes. Mobilités, Identités, Territoires, Ed. de l’Aube, collection Monde en cours.

Haut de page

Notes

1 Comme le géographe Emmanuel Lezy (Lezy, 2000), F. Piantoni évoque la situation d’isolement de la Guyane française pourtant résolument ancrée dans le continent et fragment indéniable du bouclier guyanais. Cette présentation géographique souligne une forte segmentation de l’espace ultramarin, la présence de frontières fluviales d’une largeur remarquable et de marges successives qui conduisent du littoral à l’Amazonie (voir la carte de l’organisation du territoire guyanais dans son espace régional p. 11).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Photographie : Musiciens haïtiens, défilé de carnaval, Saint-Laurent-du-Maroni, 2007
Crédits (Piantoni, 2011, cliché 24)
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/26021/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre Photographie : Quartier de Balata-Ouest, Matoury, 2007 (Piantoni, 2011, cliché 28)
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/26021/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 4,6M
Titre Photographie : Marché de Cayenne, 2007, (Piantoni, 2011, cliché 35)
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/26021/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 429k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Violaine Jolivet, « Piantoni F., 2011, Migrants en Guyane, Arles, Actes Sud / Musée des cultures guyanaises, 176 p. », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Revue de livres, mis en ligne le 07 août 2013, consulté le 24 juin 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/26021

Haut de page

Auteur

Violaine Jolivet

Université de Montréalviolaine.jolivet@umontreal.ca

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page