Navigation – Plan du site
2013

Cattan N., Leroy S., avec Marin C. (cartographie), 2013, Atlas mondial des sexualités. Libertés, plaisirs et interdits, Édition Autrement, Collection Atlas/Monde, 95 p.

Thérèse Saint-Julien

Texte intégral

1La collection « Atlas mondial » des Éditions Autrement nous a habitués à une grande diversité d’entrées, des plus classiques (entrées par les pays, les villes ou les régions) aux plus inventives, n’hésitant pas à explorer des sujets moins académiques et rarement abordés suivant une entrée géographique. L’Atlas mondial des sexualités, dernier venu de la collection, est en très bonne place dans ce second groupe. C’est moins la totale nouveauté en géographie de la problématique des sexualités qui doit être ici remarquée, que l’audace de l’entreprise de plusieurs points de vue. Celle, en premier lieu, de proposer de cette question une lecture spatiale à la fois multidimensionnelle et comparative. La problématique de l’atlas est clairement énoncée : « montrer combien les lieux comptent dans l’explicitation des enjeux qui sous tendent aujourd’hui les sexualités et leurs pratiques dans le monde », et discerner comment les processus très généraux de la mondialisation peuvent interférer dans cette diversité de leurs expressions. L’audace tient, en second lieu, aux tentatives faites pour replacer la spatialité des problématiques abordées dans des spécificités d’échelle de temps et d’espace. Il fallait enfin aux auteurs la hardiesse de tous ceux qui ouvrent des chemins encore mal dessinés pour construire, avec des difficultés encore bien visibles au fil des pages, un corpus de données à partir de sources très éclectiques et le plus souvent conçues indépendamment de tout projet de cartographique. En effet, un certain nombre de sujets traités dans l’atlas renvoient aux dénis dont ce domaine a fait l’objet comme, par exemple, le déni de la diversité des sexualités ou encore celui de la pertinence d’une catégorisation spatiale de telles thématiques. À cela s’ajoute une certaine méconnaissance des dimensions spatiales de la diffusion de nouveaux comportements, très amplifiés par les nouveaux réseaux de communication, et qui restent d’autant plus mal connus qu’ils relèvent de pratiques intimes.

2On sait gré aux auteurs d’avoir au mieux valorisé la richesse des informations réunies, en évitant souvent le piège énumératif de certaines collections de cartes. L’ensemble est solidement structuré, articulé autour de textes qui à la fois introduisent et concluent, en les synthétisant, chacun des cinq chapitres, accompagnent le déroulé des différentes cartes, et concluent par une synthèse générale. L’ouvrage propose une articulation stimulante entre les analyses spatiales et les problématiques générales. L’approche géographique de l’ouvrage donne une vision ouverte et renouvelée des tendances et comportements sexuels contemporains.

3L’Atlas mondial des sexualités a des qualités iconographiques indéniables. Fait beaucoup moins courant qu’il y paraît dans ce genre d’entreprise, le lecteur appréciera une bonne valorisation des règles de base de la sémiologie graphique, la recherche d’une diversité des représentations, le soin particulier apporté à l’habillage des cartes et des graphiques, une certaine élégance de la mise en page, le tout procurant un confort et un agrément de lecture des plus appréciables.

4Le 1er chapitre, « Sexualités autorisées » (pp. 9-26), tend à dire, le plus souvent à l’échelon des États mais pas uniquement, les disparités des règles et des niveaux d’autorisation ou d’interdits qui encadrent les sexualités dans le monde (âge, contraintes aux mariages forcés et à la polygamie, reconnaissance ou répression de l’homosexualité, sexualité avec ou sans reproduction), évoquant pour finir les liens bien connus entre alphabétisation et fécondité, ainsi que les disparités des manques en matière d’éducation sexuelle. Quelques documents établis à des échelons infra étatiques sont ici éclairants quant au rôle des contextes économiques, culturels et politiques dans les constructions des représentations et des pratiques développées autour de l’encadrement de la sexualité (exemple : à l’échelon des comtés californiens, résultats du vote de 2008 pour l’accès des couples homosexuels au mariage, p. 17) et de celui de la procréation, qu’il s’agisse de l’avortement ou de l’infanticide (pour les États-Unis : pratique de l’avortement et des actes violents pro-life à l’échelon des États [p. 20] ; pour l’Inde et le Vietnam : distribution infra étatique du sex-ratio chez les enfants de 0 à 6 ans [pp. 20-21]). Ce chapitre se referme sur une typologie des régions du monde que les auteurs positionnent sur une échelle qui, conformément à une vision très occidentalisée du référentiel mobilisé, va du modèle dit le plus « libre », disons le plus ouvert, au modèle « non libre », le plus contraint.

5Le 2e chapitre, « Le couple dans tous ses états » (pp. 29-48), décrypte la diversité des formes contemporaines de la vie sexuelle et amoureuse dans la partie occidentale du monde, seule aire sur laquelle les auteurs ont disposé de quelque information cartographiable. La thèse développée est que la diversification des expériences amoureuses et sexuelles est pleinement inscrite dans la société de la vitesse et de l’hypermobilité. Ce chapitre sensibilise le lecteur à la grande diversité des pratiques nouvelles. Cependant, sa surprise vient moins de la recension de cette diversité, assez connue par ailleurs, que de la variété des configurations géographiques que suscitent ces pratiques qui, parfois assez insolites (par exemple p. 33 ou encore p. 43), se laissent mal enfermer dans des causalités simples et connues. On regrette un peu que les auteurs n’aient pas toujours pris le temps de se laisser eux-mêmes surprendre et interroger par les cartes. Citons l’exemple du recul du mariage (p. 36), recul à propos duquel on comprend mal pourquoi les cas de la Pologne et des pays baltes sont soulignés dans le texte comme exceptions à la règle du recul général, alors que les positions de la France, de l’Espagne et des Pays-Bas, qui relèvent de la même classe de valeurs, sont passées sous silence ; ou encore l’exemple des taux de population mariée en France (p. 37), à propos de laquelle, un peu vite, les auteurs remarquent la résistance du mariage dans les terres catholiques de l’ouest certes, mais ne s’interrogent pas sur d’autres noyaux de résistance. La tentative faite pour rendre compte des mobilités en rapport avec l’acte sexuel (pp. 44-47) est quant à elle bienvenue : l’analyse donne ici au lecteur des échappées sur des configurations mal connues de ces réseaux.

6Le 3e chapitre, « L’industrie l’argent et le sexe » (pp. 52-62), inscrit cette problématique dans les processus de la mondialisation. Il apporte des informations qui donnent une bonne idée des jeux trans-échelles (du niveau local aux échelons nationaux et internationaux) qui structurent ce secteur de l’industrie du sexe et l’articulent sur les grands courants migratoires de la mondialisation. Le lecteur comprendra que même les cornes de rhinocéros (pp. 58-59) n’échappent plus à un pillage mondialisé, censé satisfaire la performance de la virilité masculine de certaines sociétés d’Asie du Sud-est !

7Les violences perpétrées autour du sexe sont abordées dans un 4e chapitre (pp. 65-76). Sont évoquées successivement plusieurs problématiques. Le viol comme rapport de domination masculine est introduit par des documents relativement pauvres, qui reflètent bien tous les silences individuels et collectifs qui occultent ces violences (cf. graphiques p. 67), mais que complète un zoom bienvenu sur la sociologie de l’agression sexuelle en France (pp. 70-71). Le viol comme arme de guerre, parfois massive, et qui n’épargne aucun terrain de conflit international ou/et intercommunautaire, est aussi abordé (pp. 68-69). Avec les mêmes limites des données disponibles (plaintes enregistrées), les violences sur les enfants ne sont pas oubliées (pp. 74-75). Le document le plus saisissant reste ici celui correspondant au trafic et à la prostitution de mineurs (p. 75). La carte donne une image de la puissance des trafics intra Asie du Sud et du Sud-Est ; elle rappelle aussi que ces foyers alimentent, avec d’autres d’Amérique latine, la prostitution des mineurs en Europe occidentale. Le texte souligne l’importance prise par la pornographie enfantine sur les réseaux virtuels, sans que l’on puisse à ce jour avoir la moindre image des formes des réseaux qui l’alimentent. La synthèse du chapitre et les croquis qui l’accompagnent (pp. 76-77) renvoient moins à une synthèse qu’à un sujet de recherche à propos de ce que serait un apartheid sexuel, dans les métropoles en particulier. Les auteurs souhaitent montrer comment les femmes, qui y privilégient des lieux de déambulation, y inventent des cheminements et des contournements, pour moins s’exposer à l’agression masculine.

8Le dernier chapitre « La ville refuge des sexualités minoritaires » (pp. 78-89) était attendu, car il évoque l’une des questions les plus étudiées par les gender studies en général, et par la géographie en particulier. Dans ce chapitre, les auteurs s’interrogent sur les conséquences spatiales de l’infériorisation sociale de l’homosexualité. Ils étudient en particulier comment la grande ville, territoire privilégié de mixité et d’anonymat, constitue une échappatoire pour les homosexuels masculins. À partir des exemples de Montréal et surtout de Paris (pp. 83-89), les auteurs souhaitent montrer comment dans les métropoles, cette population élabore différentes stratégies de réappropriation de morceaux d’espaces, dont ils détournent l’usage, pour une pratique de la ville qui renforce son identité sexuelle. Les comportements des homosexuels masculins dans les métropoles, et à Paris en particulier, étant un peu moins mal connus, l’attention du lecteur risque d’être davantage retenue par la question de l’invisibilité des lesbiennes dans la ville, de leur inventivité pour fabriquer, sur un mode réticulaire cette fois et en partie éphémère, des lieux de rencontre indispensables à toute construction identitaire. Les auteurs reviennent peu dans le texte sur le processus parisien de réduction du nombre de lieux pérennes, sur leur concentration autour du quartier des Halles et sur la moindre diversité de leur activité, la catégorie « bars » dominant largement en 2010, évolution qui semble aller de pair avec la montée en puissance des modes de réticularité éphémères, garantissant une certaine invisibilité. Le lecteur s’interroge : les causes de cette invisibilité sont-elles seulement à chercher, comme semblent le sous-entendre les auteurs, du côté de ce que serait la double peine de l’infériorisation des statuts de femme et de lesbienne ? L’inventivité que révèle cette invisibilité de l’homosexualité féminine dans la ville ne traduit-elle pas aussi une sensibilité créative plus grande face aux nouvelles ressources pour l’appropriation des lieux dans l’espace urbain ?

9En conclusion, cet ouvrage est à voir et à lire attentivement en se laissant surprendre par les cohérences géographiques souvent méconnues des pratiques sexuelles – qui résultent pourtant d’actes parmi les plus intimes de la vie en société – et par leur imbrication croissante dans la complexité des réseaux de la mondialisation.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thérèse Saint-Julien, « Cattan N., Leroy S., avec Marin C. (cartographie), 2013, Atlas mondial des sexualités. Libertés, plaisirs et interdits, Édition Autrement, Collection Atlas/Monde, 95 p. », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Revue de livres, mis en ligne le 08 août 2013, consulté le 20 août 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/26023

Haut de page

Auteur

Thérèse Saint-Julien

UMR Géographie-citéstherese.saint-julien@wanadoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page